Fordham University

 

Home | Ancient History Sourcebook | Medieval SourcebookModern History Sourcebook | Byzantine Studies Page
Other History Sourcebooks: African | East Asian | Global | Indian | IslamicJewishLesbian and Gay | Science | Women's


IHSP


MainAncientMedievalModern


Subsidiary SourcebooksAfricanEastern AsianGlobalIndianJewishIslamicLesbian/GayScienceWomen


Special ResourcesByzantiumMedieval WebMedieval NYC
Medieval MusicSaints' Lives
Ancient Law
Medieval Law
Film: Ancient
Film: Medieval
Film: Modern
Film: Saints


About IHSPIJSP Credits

Medieval Sourcebook:
Guillame de Tyr (William of Tyre):
Historia rerum in partibus transmarinis gestarum
[History of Deeds Done Beyond the Sea]


Books 1-9 | Books 10-16 | Books 17-22 | Books 23-34 | Chronique du Templier

This is the Old French version of William of Tyre, with continuations. It is
something of a mongrel: (1) the translation of William, from the edition of Paulin Paris; (2) the continuation, from the Recueil des historiens des croisades; and (3) the Chronique du Templier de Tyr, from Les gestes des Chiprois as edited by Gaston Raynaud. The etext was supplied by Michael Tanksley of JHU. It leaves out the diacritical marks and the commas.

Bibliography

Source of (1)

Guilelmus, Abp. of Tyre, ca. 1130 - ca. 1190.  Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte francais du XIIIe siecle, revu et annote par M. Paulin (Paris ... Paris, Firmin Didot et cie, 1879-80.)

Source of  (2)

Recueil des historiens des Croisades : Historiens occidentaux / publie par les soins de l'Academie royale des inscriptions et belles-lettres. 5 Vols.  (Paris : Imprimerie Royale, 1844-95.)

Source of (3)

Les Gestes des Chiprois : recueil de chroniques francaises ecrites en Orient au XIIIe & XIVe siecles (Philippe de Navarre & Gerard de Monteal [sic]) / publie pour la premiere fois pour la Societe de l'Orient latin. par Gaston Raynaud. (1887) [Reprinted, Osnabruck : Zeller, 1968.]

For an early English version, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. Godeffroy of Boloyne; or, The siege and conqueste of Jerusalem, by William, Archbishop of Tyre. Translated from the French by William Caxton, and printed by him in 1481. Edited from the copy in the British... London, Pub. for the Early English Text Society by K. Paul, Trench, Trubner & Co., 1893. [reprinted, Millwood, N.Y., Kraus Reprint Co., 1973]

For a partial modern English translation of Latin text, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. A history of deeds done beyond the sea, by William, archbishop of Tyre... Translated and annotated by Emily Atwater Babcock and A. C. Krey. (New York, Columbia University Press, 1943),  Records of civilization, sources and studies no. 35.

For a modern critical edition of William, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190.  Chronique, edition critique par R.B.C. Huygens; identification des sources historiques et determination des dates par H.E. Mayer et G. Rosch. (Turnholt : Brepols, 1986)

For a partial English translation of the Old French version, see

The conquest of Jerusalem and the Third Crusade  sources in translation / Peter W. Edbury. (Aldershot, Hants, England : Scolar Press ; Brookfield, Vt. : Ashgate Pub. Co., c1996.)


Contents

  • LI DISIESMES LIVRES
    • I. Coment apres Godefroi Baudoins ses freres regna de commun assentement; le quel fu en sa jonesce clers et chanoines de trois eglises cathedraus.
    • II. De la faute Baudoin qui estoit trop luxurieus et croioit trop Arnoul qui sestoit mis eu siege du patriarche en Jherusalem.
    • III. Du testament le duc Godefroi.
    • IV. Coment Baudoins li freres le duc Godefroi vint en Jherusalem.
    • V. De ce meismes.
    • VI. Du descort dentre le roi Baudoin et le patriarche de Jherusalem.
    • VII. Coment Baudoins barroia la terre des Sarrazins.
    • VIII. Coment Baudoins fu coronez.
    • IX. Coment li rois Baudoins barroia la terre de ses anemis.
    • X. De la grant plente des Crestienz qui se croisierent por aler outre mer.
    • XI. Coment li Croisie furent presque tuit perdu.
    • XII. Coment li Crestien pristrent Arsur.
    • XIII. Coment li Crestien pristrent Cesaire.
    • XIV. De ce meismes.
    • XV. Coment li rois Baudoins desconfist les mescreanz.
    • XVI. Coment li rois Baudoins sen vint a Japhe.
    • XVII. Coment li Baron vinrent en Jherusalem et sen voustrent retorner en leur pais.
    • XVIII. Coment li rois Baudoins fu desconfiz des Turs.
    • XIX. Dune grant courtoisie que uns Turs fist au roi Baudoin.
    • XX. Coment li rois Baudoins desconfist les mescreanz.
    • XXII. Coment Baudoins de Borc se contenoit a Rohez.
    • XXIII. De la raencon Buiemont et coment li patriarches de Jherusalem sen ala en Antioche.
    • XXIV. De la cite dacre.
    • XXV. Coment li cuens Raimonz se contenoit en la cite de Tortouse.
    • XXVI. Coment li rois Baudoins prist la cite dacre.
    • XXVII. Coment li princes dantioche et li cuens de Rohez assistrent Carram.
    • XXVIII. Coment li Tur pristrent le conte Baudoin de Rohez et Jocelin son cousin.
  • LI ONZIESMES LIVRES
    • I. Coment Buiemonz et Tancrez se marierent a deus filles le roi de France.
    • II. De la mort Raimont le conte de Toulouse.
    • III. Coment li rois Baudoins desconfist les Turs en bataille.
    • IV. Coment Ebremarz fu desposez et Guibelinz fu patriarches de Jherusalem.
    • V. Coment li Tur ocistrent Huon de Saint Omer.
    • VI. De la desloiaute Alexe lempereur de Costantinoble.
    • VII. Coment li Tur barroient la terre de Rohez.
    • VIII. De la descorde qui fu entre Tancre et Jocelin.
    • IX. Coment Guillaumes Jordains fu ocis.
    • X. Coment li Crestien pristrent la cite de Triple.
    • XI. De la soutillece Baudoin par quoi il ot grant avoir de son seigneur.
    • XII. Coment li Rois essauca leglise de Betleem.
    • XIII. Coment li rois Baudoins prist la cite de Baruth.
    • XIV. Coment li rois Baudoins prist la cite de Saiete.
    • XV. De la mort Guibelin et coment Arnous fu patriarches.
    • XVI. Coment li Tur barroierent le pais dantioche.
    • XVII. Coment li rois Baudoins assist la cite de Sur.
    • XVIII. De la mort Tancre et coment li cuens de Triple prist sa femme.
    • XIX. Coment li Tur desconfirent le roi Baudoin.
    • XX. Coment li Tur se departirent et alerent vers Damas.
    • XXI. Coment li rois Baudoins se maria a la dame de Secile.
    • XXII. Coment li cuens Baudoins de Rohez toli a Jocelin toute sa terre.
    • XXIII. Du grant crolle qui avint en la terre de Surie.
    • XXIV. Coment cil descalonne corurent en la terre des Crestiens.
    • XXV. Coment Borsequins fu desconfit.
    • XXVI. De la desloiaute Arnout le patriarche.
    • XXVII. Coment li rois Baudoins raempli de crestiens la cite de Jherusalem.
    • XXVIII. Coment li Rois envoia messages a lapostoile.
    • XXIX. Coment li rois Baudoins mena son ost jusqua la Rouge mer.
    • XXX. Coment li Rois pensoit de prendre la cite de Sur.
    • XXXI. Coment li Rois passa en Egypte et morut et coment il fu enterrez delez son frere le jor de Pasques flories.
  • LI DOUZIESMES LIVRES
    • I. Coment il fait bon ovrer par conseil en ses gueres et coment Baudoins de Borc conte de Rohez vint a Jherusalem et fu a lenterrer le roi son cousin.
    • II. De quel lignaige li cuens Baudoins de Rohez fu.
    • III. Coment Baudoins li secons fu esleuz a roi de Jherusalem.
    • IV. De la maniere le roi Baudoin le secont.
    • V. De la mort Alexes et du coronnement Jehan son filz.
    • VI. Coment li Tur et li Crestien sassemblerent por combatre.
    • VII. Coment li ordres du Temple comenca.
    • VIII. Du descort entre lapostoile et lempereur dalemaigne.
    • IX. Coment li Turqueman desconfirent les Crestiens verz Antioche.
    • X. Coment li princes Rogiers fu ocis en la bataille.
    • XI. Coment li rois de Jherusalen vint secorre la terre dantioche.
    • XII. Coment li Crestien desconfirent les Turs.
    • XIII. Coment Nostre Sires batoit les Crestiens a icel jor.
    • XIV. Coment Gazzi morut de male mort.
    • XV. De la franchise que li rois Baudoins dona en Jherusalem.
    • XVI. Coment li rois Baudoins barroia la terre des Mescreanz.
    • XVII. Coment li Mescreant pristrent le roi Baudoin.
    • XVIII. Coment li Ermin delivrerent le roi Baudoin.
    • XIX. Du songe Balac.
    • XX. Coment li Crestien venoient secorre le Roi.
    • XXI. Coment li Crestien desconfirent les Sarrazins.
    • XXII. Coment li dux de Venise desconfist ceus degypte.
    • XXIII. Du siege de Sur.
    • XXIV. Des covenances qui furent entre les Veniciens et les barons de Surie.
    • XXV. Du traite avec les Veniciens.
  • LI TREISIESMES LIVRES
    • I. De la noblesce et de la force de Sur.
    • II. De ce meismes.
    • III. Du siege de Sur.
    • IV. De ce meismes.
    • V. De ce meismes.
    • VI. Coment li cuens de Triple vint au siege de Sur.
    • VII. Coment cil descalonne furent desconfit.
    • VIII. Coment li Crestien qui avoient assis Sur se partirent en trois.
    • IX. Coment cil qui esteignoit la perriere ne pot estre bleciez.
    • X. Coment Jocelins li cuens de Rohez coupa la teste a Balac.
    • XI. Coment cil descalonne assembloient.
    • XII. Coment li Tur rendirent Sur aus Crestiens.
    • XIII. Coment li Crestien se partirent de la terre de Sur.
    • XIV. Coment li rois Baudoins fu hors de prison et assist Halape.
    • XV. Coment li Crestien desconfirent les Turs du paiz dantioche.
    • XVI. Coment li rois Baudoins chevaucha devant Escalonne.
    • XVII. Coment li rois Baudoins desconfit Dodequin li rois de Damas.
    • XVIII. Coment li Crestien pristrent Rafanee.
    • XIX. Coment li Tur barroierent la terre dantioche.
    • XX. Coment Buiemonz li princes dantioche prist a femme la fille le roi Baudoin.
    • XXI. Du descort qui fu entre Buiemont et Jocelin.
    • XXII. Coment len eslut arcevesque a Sur.
    • XXIII. Coment li rois Baudoins maria sa fille au conte Fouques qui puis fu rois.
    • XXIV. Coment Gormons fu morz et Estiennes fu patriarches.
    • XXV. Coment li Crestien sassemblerent por asseoir Damas ne ni orent pooir.
    • XXVI. Coment li Tur ocistrent Buiemont.
    • XXVII. De la princesse dantioche coment ele envoia vers Sanguin.
    • XXVIII. De la mort le roi Baudoin le secont.
  • LI QUATORZIESMES LIVRES
    • I. De la maniere le roi Fouque et de son lignaige.
    • II. De ce meismes.
    • III. Coment li cuens Jocelins de Rohez fu morz merveilleusement.
    • IV. Coment li rois Fouques ala secorre Antioche.
    • V. Coment li rois Fouques desconfist en bataille le conte de Triple.
    • VI. Coment li rois delivra le conte de Triple.
    • VII. Coment li rois Fouques desconfist les Turs en la terre dantioche.
    • VIII. Coment li Crestien fermerent Betenuble.
    • IX. Coment li baron dantioche parlerent au roi de leur damoiselle marier.
    • X. Coment Raous fu patriarches dantioche mauvesement.
    • XI. Des contenz qui venoient en pluseurs eglises.
    • XII. Du contenz qui sordi eu roiaume.
    • XIII. Des gaiges qui furent done entre le conte de Japhe et le roi de Jherusalem.
    • XIV. De la pais le roi Fouque et du conte de Japhe.
    • XV. De la mort le conte de Japhe et coment il fu au cors perilleusement navrez.
    • XVI. Coment Reniers lessa sa femme.
    • XVII. Coment Raimonz fu princes dantioche.
    • XVIII. De la maniere le prince Raimont.
    • XIX. Coment li Tur descalone barroient la terre des Crestiens.
    • XX. Coment li cuens Poinces de Triple fu ocis.
    • XXI. Coment Jehanz empereres de Costantinoble assist Antioche contre le prince.
    • XXII. Coment Sanguins de Halape desconfist les Crestiens.
    • XXIII. Coment li Tur assistrent le roi dedens Mont Ferrant.
    • XXIV. Coment li Tur de Damas barroierent Jherusalem.
    • XXV. Coment li rois rendi Mont Ferrant a Sanguin.
    • XXVI. De ce meismes.
    • XXVII. Coment li princes Raimons sapaisa a lempereur Jehan.
  • LI QUINZIESMES LIVRES
    • I. Coment lempereres Jehanz assist Cesaire.
    • II. Coment lempereres Jehanz se departi du siege de Cesaire.
    • III. Coment lempereres Jehanz vout avoir Antioche.
    • IV. De la soutillece que Jocelins li cuens de Rohes fist.
    • V. Coment li message parlerent a lempereur.
    • VI. Coment li Crestien assistrent la forteresce ou li robeeur mescreant estoient.
    • VII. Coment Sanguins vout conquerre Damas.
    • VIII. Coment li rois Fouques et cil de Damas enchacierent Sanguin hors de leur terre.
    • IX. Coment li Crestien recovrerent la cite de Belinas.
    • X. De ce meismes.
    • XI. Coment Belinas fu rendue aus Crestiens.
    • XII. Du descort qui estoit entre le patriarche et le prince dantioche.
    • XIII. Coment li chanoine dantioche plaidoient a leur patriarche.
    • XIV. De ce meismes.
    • XV. De ce meismes.
    • XVI. Coment lapostoiles envoia un legat por le plet finer.
    • XVII. Coment li legaz desposa le patriarche dantioche.
    • XVIII. Coment Aimeris fu patriarches dantioche mauvesement.
    • XIX. Coment lempereres Jehanz vint de sa terre en Surie et vout avoir Antioche.
    • XX. Coment li sage home dantioche parlerent a lempereur.
    • XXI. Des messages que li empereres Jehans envoia au roi Foucon.
    • XXII. Coment lempereres Jehanz fu envenimez dune saiete.
    • XXIII. Coment Manuel fu empereres de Costantinoble.
    • XXIV. Coment li chastiaus dibelin fu fermez.
    • XXV. Coment li chastiaus de Blanche Garde fu fermez.
    • XXVI. De labaie qui fu fete en Bethaine.
    • XXVII. De la mort le roi Foucon de Jherusalem.
  • LI SEISIESMES LIVRES
    • I. De la maniere Baudoin.
    • II. De ce meismes.
    • III. Du coronement le roi Baudoin le tiert.
    • IV. Coment Sanguins assist la cite de Rohes.
    • V. Coment Sanguins prist la cite de Rohes.
    • VI. Coment li Crestien pardirent le Vau Moysi et le reconquistrent.
    • VII. Coment Sanguins fu murtriz par ses chambellans.
    • VIII. De ce meismes.
    • IX. De ce meismes.
    • X. De ce meismes.
    • XI. Du miracle qui avint en lost des Crestiens.
    • XII. Du chevalier au blanc cheval et a la vermeille baniere.
    • XIII. De la cite de Gadres.
    • XIV. Coment li crestien de Rohes rendirent la cite.
    • XV. De la grant mescheance qui avint de ceus de Rohes.
    • XVI. De la dolereuse aventure qui avint a Rohes.
    • XVII. Des elections qui furent fetes a ce temps.
    • XVIII. Coment li empereres Conraz et li rois Loys se croiserent.
    • XIX. Coment cil dui puissant home murent.
    • XX. Coment lempereres et li Rois se departirent.
    • XXI. Coment lempereres Conraz fu desconfis dolereusement.
    • XXII. De ce meismes.
    • XXIII. Coment lempereres Conras sen retorna en Costentinoble.
    • XXIV. Coment li Francois desconfirent les Turs.
    • XXV. Coment li Tur desconfirent larriere garde le roi de France.
    • XXVI. Coment lavangarde ne fu mie a cele desconfiture.
    • XXVII. Coment li rois de France vint en Antioche et coment il sen parti.
    • XXVIII. Coment Conraz lempereres vint en Jherusalem.
    • XXIX. Coment li rois de France vint en la cite de Jherusalem.

LI DISIESMES LIVRES.

I. Coment apres Godefroi Baudoins ses freres regna de commun assentement; le quel fu en sa jonesce clers et chanoines de trois eglises cathedraus.

Rois fu li dux Godefroiz de Jherusalem li premiers des Latins mes nen vout mie avoir le non. Lors fu li roiaumes sanz roi apres lui tres mois; au derrenier fu envoiez querre Baudoins ses freres li cuens de Rohez por venir querre le roiaume qui escheus li estoit. Aucunes genz cuident que li dux Godefroiz le loa et conseilla eu lit de la mort; li autre dient que il nen parla onques: mes tuit li autre baron si accorderent. Bien est que vos sachiez la vie et lestre de cestui. Quant il fu enfes len vout quil fust clers et aprist letres assez selonc son aage. Por ce que il estoit si gentius hom et de haus amis chanoines fu de Rains de Cambrai et du Liege; en ces trois eglises ot il provendes. Apres ou par le conseil de ses amis ou par la seue volente je ne sai le quel il lessa clergie et devint chevaliers. Puis espousa femme une haute dame dangleterre qui avoit non Guttuere: cele mena il eu pelerinage doutre mer: mes aincois que ele venist en Antioche fu morte en la cite de Marese si com vos oistes desus. Il fu puis envoiez querre du duc et des citeiens de la cite de Rohez por eus defendre de leur anemis; et quant li Dux fu mors il ot la duchee enterinement si com vos oistes. Por avoir greigneur pooir en la terre il espousa femme la fille a un haut prince dermenie qui avoit non Tafroc. Icist ermins et un suen frere Costantins avoit non avoient assez fors chastiaus et grans pooir de gens entor le mont du Tor qui est assez pres de Rohez. Cil dui estoient si riche davoir et si haut dautres puissances que les gens de cele terre les tenoient por rois. Du lignage celui Baudoin nestuet mie que je vos face grant parole car je vos ai devise desus li peres et la mere le duc Godefroi cui estoit freres cestui dambedeus parz.

II. De la faute Baudoin qui estoit trop luxurieus et croioit trop Arnoul qui sestoit mis eu siege du patriarche en Jherusalem.

Or vos dirai de quel corsage il estoit. Il fu mout grans de cors graindres assez que li dux Godefrois si que len pooit dire de lui ce que len trueve en la Bible du roi Saul que quant il estoit enmi le pueple il paroit sur tous les autres dez les espaules en amont. Les cheveus ot bruns et la barbe la char ot assez blanche; le nes ot hautet et corbe un pou devant; la bouche ot enbarree car la levre desus fu plus haute un petit mes ne li mesavenoit point. Mout se contenoit meurement en habit en paroles et en aler. Tousjors portoit son mantel sur ses .ii. espaules si que aus gens qui ne lavoient mie acostume a veoir sembloit il mieus evesque que chevalier. Si com len dit bien se sentoit de la nature et de la char des homes qui fu bleciee et corrompue par le pechie Adam; car il estoit acostumes de cheoir sovent eu pechie de la char; mes si en estoit honteus que trop le fesoit celeement. Mout avoit pou de gent en sa mesniee qui rien en seussent; a nului ne fesoit force ne outrage por ceste chose. Vers Dame Dieu ne pooit il avoir escusement du pechie mes vers le siecle et vers la gent en avoit il aucune defense si com vous orrez apres. Nestoit mie trop gras ne trop megres ainz estoit en moien estat. Mout seoit bien a cheval; hastes i estoit et vistes. Mout ert biaus armes navoit point de parece en lui touzjorz estoit pres la ou besoing le semonoit. Ne vous voil mie demorer por deviser son hardement le sens darmes quil avoit sa largece et sa cortoisie; car a un mot vos di que bien en retraioit a son frere le duc Godefroi. Mout se penoit en toutes choses de lui ensivre et resembler au plus quil pooit. Mes une chose avoit en lui qui trop lempiroit: il estoit acointes et prives dun clerc mout malicieus Arnoul avoit non dont je vous parlai desus coment il estoit entres eu siege au Patriarche. Cil estoit pleins de toute malice abandones a donner mauvais conseil. Cestui creoit Baudoins plus que autrui par quoi maintes gens le blasmoient.

III. Du testament le duc Godefroi.

Bien avez oi que li dux Godefroiz fu morz come bons crestiens. Il devisa en son testament que len rendist au Patriarche la Tor Davi et la cite de Jherusalem si come il avoit promis en sa pleine sante le jor de Pasques voiant le clergie et voiant le pueple. Mes cil sur qui il devisa son afere ne le firent pas bien si come il avoit comande. Tot ce estoit par le conseil a un des barons qui avoit non li cuens Garniers en sornon de Gres cousins le duc Godefroi chevaliers fiers et aspres mes fel estoit et orgueilleus. Si tost com li Dux fu mors cil saisi la Tor Davi et la garni mout bien; messages envoia celeement au conte Baudoin et li manda que venist hastivement recevoir le roiaume de Jherusalem. Tandis comme il tenoit cele tour li Patriarches le semonoit sovent et requeroit a mout douces prieres que la droiture de leglise quil tenoit li rendist car ainsi lavoit comande li bons dux Godefrois eu lit de la mort. Cil ne li vouloit mie la parole rompre aincois le menoit de jor en jor et queroit ses delais por contratendre celui que il avoit mande; car il cuidoit bien que Baudoins quant il venist len seust bon gre et guerredonast bien sil li poist la tor baillier. Mes il avint que li cuens Garniers fu morz dedens le quint jor quil ot cele tor saisie. Toute la gent le tindrent a miracle por le tort quil fesoit si grant au Patriarche et a leglise. Quant il fu mors por ce ni gaaigna riens li Patriarches car cil qui i estoient en garnison distrent quil ne la rendroient mie aincois la garderoient en ce point jusque li cuens Baudoins fust venus. Quant li Patriarches sot que li cuens Baudoins estoit envoie querre il douta sa venue et vout delaier son coronnement jusque il li eust fet reson de leritage de seglise. Pour ce envoia unes letres a Buiemont et li manda les tors que len li fesoit; doucement li pria que li venist aidier: endementres manda a Baudoin par ses letres que sa droiture li lessast. Assez i ot beles paroles mes ni valurent rien; car Buiemons estoit ja pris aincois que cist mesages venist si que il ne vit onques ces letres.

IV. Coment Baudoins li freres le duc Godefroi vint en Jherusalem.

En celui tens estoit li cuens Baudoins de Rohez en la cite de Meleteine que len li avoit rendue et fesoit assez sa volente ilec entor par la terre qui a non Mede. Il prenoit par force les chastiaus et les abatoit. Mout eslargissoit son pooir entor lui. Atant ez vous que li messages vint qui li aporta noveles de la mort son frere; letres li bailla de par les Barons qui li mandoient que il venist tost. Mout li pesa de ce quil ot perdu son frere en ce siecle mes bien connut que la demeure daler li porroit estre perilleuse; por ce se hasta deus cenz chevaucheeurs prist avec lui et huit cens homes a pie; sa terre lessa en la main a un sien cousin qui estoit sages et loiaus Baudoin de Borc avoit non. Ausi com cil fu cuens apres lui refu il rois quant il fu mors si com vos orrois. Il mut le disiesme jor duitovre por aler vers Jherusalem. Mout se merveillerent mainte gent coment il enprenoit tele oirre a si petit de compaignie; car il le convenoit a passer parmi la terre a ses anemis. Quant il vint en Antioche la mist sa femme et ses puceles sa menue mesniee et grant plente de ses choses en mer dedens nes quil ot fetes apareiller eu port dantioche et comanda que len les menast a Japhe: car entre toutes les citez de mer ceste seule se tenoit a la Crestiente. Il se delivra einsi de sa femme et de toutes ses choses qui encombrer le pooient por passer plus delivrement par la terre que li Tur tenoient; car il pensoit quil i troveroit encombrier. Dilec vint a Lalische de Surie; lors tint la voie de la marine et passa Gibel Valenie Maraclee Tortose et Arches jusque il vint a Triple: la se loja dehors la cite. Li rois de la ville quant il sot que il estoit venus li envoia granz presens de viandes et de riches dons en or et en argent et li fist savoir certeinnement que Ducat li rois de Damas le gueitoit por lui fere mal sil en avoit le pooir. Li Cuens se parti dilec et passa Gibelet tant quil vint a leaue qui a nom le flun du Chien. Iluec a un passage mout perilleus; car dune part sont les montaignes mout hautes les roches aspres et la voie roiste; dautre part est la mer parfonde touzjors a grosses ondes. La voie na mie une toise de le; de lonc a bien le quart dune liue. Cestui lieu avoient li Tur assis; les genz du pais avoient mises por estouper la voie; aucun meismes des Turs i estoient venu de bien loing por defendre ce pas. Quant li Cuens vint la il envoia de sa gent avant por savoir sil porroit la passer. Cil que il i envoia saperceurent que une partie de ceus qui le pas avoient garni avoient passe le flun et estoient descendu au plain; il orent peor que derriers eus ne fust remes greigneurs enbuschemens; por ce manderent par un message la chose au Conte si come elle estoit. Li Cuens atira tantost ses batailles por assembler a ceus: il se trest vers eus cil se tindrent tuit quoi por lui atendre. Li Cuens et sa gent ferirent des esperons sor eus; aucuns des Turs ocistrent en leur venir li autre senfoirent tuit desconfit. Tantost li Cuens qui ot gaaignie le champ fist deschargier ses paveillons et se loja en cele place. Li leus estoit mout estrois et entre les mons et la mer. Li Tur ne les lessierent onques dormir cele nuit aincois leur firent assez danuiz; car lune partie deus estoit sur les monz quil avoient porpris lautre venoit en nes par mer de la cite de Baruth et de Gibelet. Ne finerent onques toute la nuit de trere si grant plente de saietes que mains en blecierent des nos et ocistrent aucuns. Les chevaus qui estoitent las de la jornee et morant de soif ne leur lessierent onques abevrer au flun qui estoit assez pres.

V. De ce meismes.

Revint li jors a lendemain. Li Cuens prist conseil a sa gent puis comanda quil trossassent tuit et sen retornassent. La foible gent et les somiers mist devant; il fit larriere garde o toute sa meilleur gent por garantir ceus qui devant aloient par derriers et a destre et a senestre. Ce semblant de retorner fist il a escient por engignier ses anemis non pas por coardise ne por foir; mez il dotoit mout les estrois leus ou li Tur sestoient mis; por ce sen esloignoit que il poist trere apres lui ceus qui cuidoient quil sen foist: mout les vouloit tenir a plain et assembler a eus. Quant il sen partoient einsi li Tur furent mout orgueilleus et mout sesbaudirent por le mauves semblant que nostre gent fesoit. Il descendirent a grant haste tuit des montaignes; si comencierent a aprochier larriere garde; espessement i traioient et feroient aucunes fois des glaives et des canes. Cil qui ez nes les costeoient virent coment leur gent menoient mal les nos si cuidierent que li nostre eussent tout perdu; por ce vindrent hastivement a terre et saillirent hors des nes por venir au gaaing. Li cuens Baudoins vit que si anemi avoient ja bien esloigniees les montaignes; lors comanda a celui qui sa baniere portoit que il poinsist arriers seur ceus qui les enchaucoient: il meismes feri des esperons apres eus et toute sa bataille torna apres lui. En leur venir veissiez assez des Turs voler a terre que mors que navres. Li autre furent si esbahi de ce quil virent tel hardement ez nos quonques ne mistrent defense en eus ains senfoirent vers les montaignes. Cil qui des nes estoient issu cuidierent entrer arriers mes ne porent car il furent tuit desavanci et tuit decope sur le rivage. Li autre ne vindrent pas tuit aus montaignes car li nostre en ocistrent assez; cil meismes qui vindrent jusques la furent si esfree que il coroient parmi ces roches sans tenir voie ne sentier et trebuchoient des montaignes contreval et se depecoient tuit o voloient en la mer ja puis ne fussent veu. Quant li Cuens et la nostre gent orent la victoire einsi que Dame Dieus leur dona il despoillierent les mors et gaaignerent assez chevaus et armeures. Lors retornerent a grant joie au leu ou il avoient lessie leur hernois. Mout loerent Nostre Seigneur des biens quil leur fesoit. Lendemain sen alerent jusqua un leu que len claime Juine. La partirent mout lieement leur gaainz et les prisons quil avoient; assez orent quanque mestier leur fu. Li Cuens qui mout estoit sages prist de sa meilleur gent avec lui et vout cerchier et savoir se li pais estoit delivres ou se il avoit encore genz qui le vosissent detenir. Il trova que nul destorbier ni avoit; por ce renvoia arrieres et manda a tous ceus de sa compaignie que seurement passassent. Cil en furent mout joieus ne ne tarderent mie aincois sivirent leur seigneur tantost. Quant il orent passe le leu quil avoient tant doute il vindrent devant la cite de Barut; iluec sejornerent puis tindrent la voie de la marine et passerent la cite de Saiete et Sur et Acre jusque il vindrent a cele qui a non Cayfas. Li Cuens douta entrer en la ville porce quele estoit Tancre que il avoit corocie jadis a Tarse en Cilice; ne ne vout que nus de sa gent i entrast car il doutoit que Tancres qui estoit de grant cuer ne leur feist ennui. Lors nestoit mie Tancres en la cite mes sa gent issirent hors au Conte et li firent mout grant joie; viandes aporterent a vendre a bon marchie et grans presens li envoierent; lors sen parti li Cuens et vint jusqua Arsur. Lors ala tant la voie de la marine que il entra en Japhe; ilec fu receus du clergie et du pueple a granz joies et a granz processions et se contint com sires de la ville. Dilec mut por aler en Jherusalem. Toute la gent li vindrent a lencontre nomeement li Latin et cil meismes dautres terres qui ont autres costumes: Hermin Grifon Jacobin Samaritan; chascun chanterent en leur manieres et se penerent de fere joie. En la cite le mistrent tuit ensemble come leur seigneur et leur roi.

VI. Du descort dentre le roi Baudoin et le patriarche de Jherusalem.

Toutes les peines que Arnous cil desloiaus clers dont je vos parlai desus pot metre en semer discordes et porchacier mellees il mist vers tous ceus qui croire le voustrent. Il vit que il avoit este desposez de la patriarche de Jherusalem et du siege monseigneur saint Jaque gitez que il avoit saisi par grant orgueil et par male convoitise; por ce avoit grant haine vers celui qui estoit en lenneur: cestoit li patriarches Daimbers. Mout estoit envieus de ce quil remenoit enpais en la dignete que il avoit perdue. Por ce tantost com li dux Godefroiz fu mors comenca le Patriarche a encuser vers le conte Baudoin de maintes choses et grant plente du clergie trest vers lui et mist contre leur seigneur. Si com il estoit pleins de grant malice et mout riches davoir car il estoit archediacres de Jherusalem et tenoit le Temple Nostre Seigneur et le leu nomme de Monte Calvaire dont il recevoit laport por les rentes de son archediacrez; por ce donques que il estoit riches et mal porchacans avoit mout trouble le clergie et plus encore les barons lais encontre ce preudom qui estoit patriarches. Quant il aperceut que cil Arnous porchacoit tant de mal il sot bien que li cuens Baudoins le creoit plus que mestier ne li fust mout douta sa venue en la ville et peor ot que cil ne li feist aucune honte par mauves conseil. Por ce lessa la meson de la patriarche et sen ala en leglise de Monte Syon. Iluec entendoit a oroison et gardoit priveement en ses livres. Por ce avint que il nala pas avec les autres encontre le conte Baudoin ne ne fu a son recevement en la ville.

VII. Coment Baudoins barroia la terre des Sarrazins.

Un petit sejor fist li Cuens en la ville de Jherusalem por reposer sa gent et ses chevaus. Lors atira les besoignes du regne si com il vit que mestiers estoit. Grant entente i mist car il estoit mout penibles et bien ententis a ses besoignes fere. Apres il assembla un ost de gens quil avoit amenees et de ceus que il trova en la terre puis sen ala tout desporveuement devant la cite descalone. Cil de la ville nissirent mie hors por assembler a lui aincois se tindrent tuit quoi et tuit enclos en la ville et prest deus defendre. Li Cuens vit quil ne porroit mie mout fere de son preu ne de sennor si sen parti et sen ala parmi la champaigne la voie qui est entre les montaignes et la mer. La trouva il villes champestres dont li abiteeur sen estoient fui; leur femmes et leur enfans et leur bestes et toutes leur choses avoient tretes avec eus en caves desous terre. Icist estoient trop males gens larron et coupeeur de gueules; ez chemins entre Rames et Jherusalem avoient fet mainz damages despoillie pelerins et ocis maintes fois si que len ni osoit mes aler sans grant compaignie. Quant li Cuens sot que il sestoient einsi fichie en ces boves il fist aporter feu aus entrees la fist ardoir erbes grant plente de fumieres et autres choses; la fumee entra ens si grant que cil dedens ne la porent soufrir aincois issirent fors et se mistrent ez mains de nostre gent. Li Cuens qui mout estoit bons justisiers ot oies noveles des maus que il avoient fez; por ce ne les vout espargnier aincois fist couper les testes a cent deus puis prist les viandes que il avoient repostes por homes et por chevaus et les departi a sa gent. Apres sadreca vers les montaignes de la terre qui a non Juda. La trova le leu qui a non Ebron ou li Patriarche furent enterre Abraham Ysaac et Jacob. Puis descendi en la valee ou Sodome et les autres quatre citez furent fondues qui ore est desous la Mer Tressalee: la virent une petite cite qui a non Segor ou Lot senfoi et se garanti quant les citez fondirent. Puis passerent outre jusque en la terre qui a non la Surie Sobal. Mout cerchierent de terres por querre aventures ou il poissent leur anemis grever et leur povrete alegier; mes ne porent riens trover car cil du pais savoient bien leur venue si sen estoient fui a toutes leur choses ez montaignes; ne plus ni gaaignerent nostre gent fors que tant que il vesquirent sur leur anemis; car home ne femme ne porent il trover si com il aloient. Li Cuens vit quil ne fesoit mie grant esploit et que la haute feste de la Nativite Nostre Seigneur estoit pres; por ce sen retorna en Jherusalem toute la voie que il estoit venus si que il entra en la cite le jor de la feste monseigneur saint Thomas lapostre.

VIII. Coment Baudoins fu coronez.

Si come vos avez oi desus nestoient pas bien a un acort li cuens Baudoins et li patriarches Daimberz; mes preudomes sen entremistrent de fere la pais et les acorderent si que le jor de Noel li Patriarches sacra le conte Baudoin et corona a roi devant tous les barons et les prelas de la terre le clergie et le pueple dedens leglise de Bethleem. Tancre vit que li cuens Baudoins fu rois et sires de la terre; il avoit du don que li dux Godefrois li avoit fet la cite de Tabarie et cele de Cayphas. Il navoit mie oublie le tort ne loutrage que Baudoins li avoit fet a Tarse la cite de Cilice; ses cuers nen estoit encore bien esclarcis vers lui; por ce ne vout estre ses hom quant il ne lamoit mie; aincois vint avant et toute la terre si com il la tenoit du fie le Roi li lessa en sa main puis prist congie et sen ala vers Antioche. Mout desplut aus barons de Surie de ce que li Rois len lessoit einsi partir; mes il ni mist autre force. Tuit cil dantioche grant et petit avoient pluseurs fois envoie querre Tancre et li mandoient que il venist garder et gouverner le prince tant com Nostre Sires voudroit que leur sires fust en prison: car sil mouroit sans oir la terre li devoit escheoir; por ce bien estoit raisons que il sen preist garde. Quant il vint en Antioche a grant joie fu receus de tous la seignorie de la terre ot en sa main et tuit li obeirent. Li rois Baudoins dona la cite de Tabarie que cil avoit lessiee a un haut home bon chevalier Hues de Saint Omer ert apeles. Et lors fu enpais li roiaumes de Surie quatre mois.

IX. Coment li rois Baudoins barroia la terre de ses anemis.

Force navoit mie grant ne pooir de gent li Rois: mes il avoit lessiees gens par les marches por espier et enquerre le covine de ses anemis. De ces aucun orent envoie a lui por quoi li Rois prist genz sodeinnement tant com il pot avoir et passa le flun Jordain que nus ne sen prist garde. En la terre darabe vint entra ez desers jusque il fust a un leu que ses espies lui orent nomme. Il lessa anuitier; puis entor mienuit il et sa gent corurent sus a une grant assemblee de Turs qui estoit ilec en paveillons et en loges; leur femmes et leur enfans chevaus et bestes avoient a grant plente avec eus. Haus homes de leur loi i avoit assez qui saperceurent que nostre gent venoient plus tost que li autre; cil monterent sur leur chevaus et sen alerent au ferir des esperons. Li nostre se ferirent ez heberges: aucuns Turs i trouverent quil ocistrent; femmes et enfans pristrent; chamaus asnes chevaus autres bestes gaaignerent trop; robes et paveillons trousserent; or et argent troverent assez: mout firent ilec riche gaaing. Il avint tandis com il sen retornoient mout joieus une haute dame femme a un puissant amirant de la terre sen venoit avec les autres prisons et lavoit len mise sur un chamal; mes ele estoit grosse si que li tens et leure estoit venus quele devoit avoir enfant. Mout comenca a soufrir grant doleur de son ventre si quelle cria; len le dist au Roi qui chevauchoit pres dilec. Quant il loi tantost i acorust; mout ot grant pitie de cele dame; mout doucement la fist descendre de desus le chamal; biau lit li fist atorner ilec de materas de coutes pointes de blans dras; por ce que len ne trouva mie prestement covertoir il la covri dun mantel vert qil avoit a son col sur larmeure. Viande li lessa a grant plente et bouciaus de vin et deaue et une seue baiasse li rendi deus femelles de chamaus li leissa por trere le let; einsi la lessa puis sen parti avec son ost. Ce jour meismes cil grans amirans qui mout fu angoisseus de sa femme nomeement por le peril que il savoit quele estoit pres de sa gesine quant il en vit le Roi partir et son ost tantost se mist apres por encerchier sil poist oir noveles de la rien du monde que il plus amoit. Tant ala chevauchant que il la trova. Lors ot joie trop grant quant il parseut que li Rois li ot faite ceste debonerete; de pitie comenca a plorer; le Roi beneissoit mout et looit; sur toute rien desirroit en son cuer que il poist venir en point et en leu ou il feist le Roi bonte et servise. A toute la gent meismes de France ot il des iluec en avant bon cuer et debonnere. Tel point revint puis que il rendi bien au Roi ceste bonte.

X. De la grant plente des Crestienz qui se croisierent por aler outre mer.

Renomee ala mout grant par tout le monde de la grant bonte que Nostre Sires avoit faite por les barons qui le pelerinage doutre mer avoient empris coment il avoient toutes terres conquises tanz anemis de la Crestiente mis au desous. Mout en furent gens esmeues meismement eu regne de France. Trop desirroient a veoir les sains lieus de Jherusalem ou len pooit ore entrer delivrement. Mains en i avoit qui por ce que li baron qui avoient ce fet estoient si ennore et tant prisie convoitoient mout a emprendre grant fes et a sivre ces vaillans homes. Por ce parlerent ensemble li baron qe vos orreiz nomer apres et pristrent les croiz pour fere ce haut pelerinage du Sepucre. Li graindres et li plus riches fu Guillaumes li cuens de Poitiers et dux daquitaine. De cele emprise meismes fu Hues li Maines freres le roi Phelipe de France et cuens de Vermandois: il avoit este en la premiere muete jusque Antioche fu prise; apres ala en Constantinoble en message puis sen retorna en son pais car il avoit despendu son avoir et assez acreu de lautrui. De cele compaignie refu li cuens Estienes de Chartres et de Blois sages hom et de grant conseil. Icist si com vos oistes desus sen parti honteusement dantioche por peor de bataille que il doutoit; or sestoit porpenses que il navoit mie fete senneur; por ce sefforcoit mout de retorner a grant plente davoir et a bele compaignie de gent. Avec ceus se croisa Estiennes dux de Bourgoigne haus hom et puissant. Mains barons i ot et chevaliers pluseurs sergens assez et grant plente de menue gent qui ceste voie empristrent. Chascuns sapareilla de ce que il pot. Au jor que li Baron orent devise entreus sesmurent tuit et mistrent a la voie. Il sivirent les pas des premiers pelerins et tindrent leur voies jusque il vindrent en Costantinoble. Li empereres Alexes les receut mout ennoreement. Iluec troverent le conte de Toulouse qui mout grant leu avoit tenu eu premier ost des pelerins. Icist si com je vos dis avoit lessiee sa femme et mout grant partie de sa mesniee a Lalische; a lempereur de Costantinoble estoit venus por lui requerre aide car il avoit propose a conquerre sur les Turs en Surie une cite ou plus se Dame Dieus len donoit laventure quil i remainsist en son domaine; porce que il navoit mie proposement de retorner james en son pais aincois desirroit a morir eu pelerinage que il avoit empris. Mout orent grant joie li baron qui de France venoient quant il le troverent en Costantinoble. Il pristrent congie tuit ensemble a lempereur qui touz les chargea de grans dons; puis passerent le Bras Saint Jorge o toute leur gent et firent ausi come leur maitre le conte de Toulouse; puis vindrent a Nique la riche cite de Bitine ausi come li premerains oz i estoit venus.

XI. Coment li Croisie furent presque tuit perdu.

Assez avez oi desus coment li empereres de Costantinoble avoit envie grant et haine sur la gent de France qui passoient par sa terre por aler en Jherusalem. Les derreniers pelerins ennora il trop et semblant leur mostra de grant amor; mes par darriers leur porchacoit tout le mal que il pooit. Messages envoioit aus Turs qui estoient leur anemis et leur fesoit asavoir par ou il passeroient et quant; mout les amonestoit par letres et par messages que il se penassent efforciement de destorber ce grant pueple qui por eus fere mal estoit venus de si lointain pais. Einsi les traissoit li Empereres et sembloit lescorpion qui par devant ne fet nul mal et point de la queue. Tant fist asavoir le covine de cele bone gent aus mescreans qui mortelment les haoient que il se porchacierent partout; jusques en Orient envoierent il querre sodoiers et assemblerent mout grant chevauchiee sur le chemin par ou il sorent que nostre gent devoient passer. Cil ne savoient mot de la traison ne ne furent mie a un acort; ains se departirent li un des autres ne nalerent mie une voie si come li vaillant home avoient fet devant eus; por ce leur fist len grant honte et let damage; car li Tur qui estoient tuit porveu deus mal fere les guetierent et troverent devises si leur corurent sus et en ocistrent que petis que grans entre homes et femmes bien .l. mille. Le charroi et les somiers retindrent tous si que cil qui eschaperent de locision senfoirent tuit nu et povre; car tout avoient perdu ce quil aportoient. Au derrenier vindrent en Cilice li un avant li autre apres en tapinage reponant entre montaignes et buissons. A la greigneur cite de cele terre qui a non Tharse senfuirent car ele estoit de nostre gent. Ilec de duel et de travail prist maladie au vaillant home Hue le Maine et fu mors en cele ville: enterrez fu en leglise monseigneur saint Pol lapostre qui nasqui en cele cite; mout i ot grant duel le jor en cele compaignie. Cinq jors sejornerent por eus atorner si come il porent; puis repristrent leur chemin tant quil vindrent en Antioche. Tancrez qui gardoit la terre les receut a mout grant joie et sicom il estoit sages et cortois enneur leur fist assez et granz presenz leur envoia meismement au conte de Poitiers qui estoit li plus hauz hom et li plus poissanz en son pais; et le greigneur domage li avoit len fet en cele desconfiture car il i avoit le tout perdu. Pour ce li fist il maintes grans bontez. Il orent au derrenier grant desirrier de parfere leur pelerinage et de visiter le Sepucre et les sainz leus de Jherusalem; por ce se departirent diluec. Cil qui orent chevaus sen alerent par terre li autre se mistrent en mer; apres se rassemblerent a une cite sur la marine qui a non Tortose. Li cuens Raimons de Toulouse vit lestre de cele cite et connut bien quele porroit estre prise sans grant sejor; por ce leur loa que il ne passassent mie outre aincois lasseissent. Il le crurent et assaillirent la cite; si la pristrent dedenz brief tens. Tuit cil qui estoient dedens furent ou mort ou pris; armes et chevaus et richesces granz i gaaignierent qui bien leur avoient mestier: tout departirent entre eus. La cite donerent au conte de Toulouse puis se mistrent a la voie. Li Cuens remest por garder et por enforcier la ville. Mout leur desplut quand il perdirent sa compaignie et grant peine mistrent que il les convoiast jusquen Jherusalem: mes il nel vout.

XII. Coment li Crestien pristrent Arsur.

Tandis com cil pelerin se contenoient einsi entor les parties dantioche li rois de Jherusalem ne voloit mie estre oiseus aincois se traveilloit mout et metoit grant peine coment il poist eslargir son roiaume en la terre que li Tur tenoient. Au comencement du novel tens estoit arrivee eu port de Japhe une navie de Genevois: li Rois et tuit cil de cele cite les receurent a mout grant joie; et por ce que la feste de Pasques estoit prez il trestrent leur nes de la mer a seche terre puis alerent en Jherusalem; car il voloient estre par ces bons jors en la sainte cite. Quant il orent fet la feste de Pasques li Rois fist a eus parler sages homes de son conseil et fist essaier aus chevetaines des nes quil clamoient conses et encerchier quel proposement il avoient savoir se il voloient retorner en leur terre prochainement ou se il vouroient demorer eu servise Nostre Seigneur avec le Roi qui volentiers leur donroit soudees resnables. Cil pristrent conseil entreus et respondirent que par cele entencion estoient il meu de leur pais que il demorassent en la terre une piece du tens por essaucier la Crestiente et le pooir des Turs abessier; se li Rois leur voloit teus sous livrer que il sen poissent sostenir et des gaains departir avenablement volentiers i demorroient. Li Rois en fu mout liez et tant parlerent entreus que leur covenances furent acordees et fermees par serment et par letres. Li Rois les asseura bien que tant come il vodroient demorer en la terre o leur navie se len gaaignoit sur leur anemis cite ou chastel que il laidassent a prendre la tierce partie de tous les muebles quon gaaigneroit leur seroit delivree sanz contenz a departir entreus: li Rois auroit les deus parz. Par dessus ce en chascune cite qui seroit conquise len leur donroit une des bones rues de la ville qui touzjorz mes seroit a ceus de Genes. En ceste maniere remestrent. Li Rois qui estoit bons crestiens et de grant cuer vit que il avoit assez genz et se fia en laide Nostre Seigneur. Si assembla tant de gent com il pot avoir des citez qui a lui se tenoient et mut o tout son pooir a cheval et a pie tant que il vint a un chastel qui siet en la marine Arsur a non et lassist par mer et par terre. Cis leus fu jadis apelez Antipatre por enneur de pere Herode qui ot non Antipater. Il i avoit grant plente de praieries et de boschages entor ce chastel. Cestui meismes avoit assis li dux Godefroiz en lan devant que il trespassast de cest siecle mes il navoit nules nes ne il ne li pot mie tolir lissue par la mer; por ce se parti dilec sanz plus fere. Quant li Rois ot assis ce chastel il fist fere une tor de granz tres et clorre mout bien de cloies puis la fist trere a mout grans travaus pres des murs. Lors monterent tant de gent desus por la grant angoisse que il avoient dassaillir que li chastiaus de fust qui estoit foibles froissa tout et chei a terre. Bien i ot que morz que bleciez jusque a cent des noz; aucun cheirent sur le hordeiz des murs de la ville que li Tur pristrent et tantost les pendirent voiant nostre gent aus forches que il drecierent sur les murs. Nostre gent en orent mout grant desdaing et grant corrouz por ce comencierent a assaillir si asprement come se chascuns preist touz seus le despit sur soi. Il drecierent les eschieles aus murs si que cil dedenz ne se savoient de quel part garder. Mout avoient grant peor que il ne veissent les noz sur les murs tantost avec eus; il se desespererent et envoierent au Roi messages. Si firent tant vers lui que il les en lessa aler hors touz saus et mener leur femmes et leur enfanz; leur muebles emporterent et les fist conduire jusqua Escalonne. Il entra eu chastel darsur qui nestoit mie gueres damagies puis le garni mout bien de gent darmes et de viandes; puis sen parti dilec.

XIII. Coment li Crestien pristrent Cesaire.

En cele marine meismes siet une cite qui a non Cesaire. Ele fu apelee anciennement la Tor Straton; mes li vieus Herodes la crut mout et amenda de riches heberjages; et por lenneur dauguste Cesar vout quele fust apelee Cesaire et por lenneur de celui meismes establi que ce fust la mestre cite de la seconde Palestine. Cest uns lieus qui a grant plente de bones eaues coranz; por ce i sont li bon cortillage. Ni a mie port de mer et si trovons nos lisant que Herodes qui ama la ville se traveilla trop et mist merveilleus coust coment nes si poissent reposer; mes nen pot venir a chief. Quant li Rois vint la o tout son ost par terre et la navie laloit costoiant par la mer il assistrent cele cite de toutes parz; tantost drecierent perrieres et mangoniaus assez et comencierent grosses pierres a giter aus hordeiz des murs et des tors et fere granz frois de mesons parmi la ville. Devant les portes aus barbacanes leur fesoient sovent li nostre de granz assauz de pres aus glaives et aus espees si que dedenz ne dehors li Tur ne pooient avoir seurte ne repos. Endementres li nostre firent un chastel de fust mout fort qui estoit plus hauz que toutes les tors de la ville si que cil qui estoient eu derrenier estage pooient viser a trere dars et darbalestes la ou leur plesoit en la cite; einsi dura cil assauz quinze jors. Au derrenier saperceurent nostre gent que cil de la ville estoient mauves et coart et mol et desausez darmes por la longue pais quil avoient eue; de jor en jor les trovoient aus defenses plus fains et plus lasches si que bien virent quil estoient tuit lasse des travaus que il avoient souferz. Por ce sentrecomencierent li nostre a sentresemondre et haster de bien fere; tuit ensemble aprochierent des murs et drecierent eschieles; si comencierent li nostre a assaillir si asprement que cil de la cite sen esbahirent tuit et se desconfirent si par eus por la poor de mort quil avoient quil ne sosoient mostrer aus murs. Quant nostre gent le sorent il saillirent sus tantost en pluseurs parz porprenent les murs et les torneles. Une partie deus descendi en la cite puis ovrirent les portes la endroit ou li Rois estoit dehors; si que il entra enz o toute sa bataille. Lors veissiez les pelerins par la ville corre et metre a mort quanque il encontroient des Turs petiz et granz. Les mesons brisoient; premierement estoit ocis li sires et toute sa mesniee; apres brisoient les huches et les huis por trover les gaanz richeces de quoi il i avoit trop. Assez i avoit des Turs qui cuidoient eschaper vis; por ce transglotissoient les besanz ploiez et les riches pierres precieuses. Quant nostre gent le sorent si comencierent tout a ocirre et cerchoient les boiaus ou il trovoient tele eure fu grant avoir; por ceste achoison en i morut mainz que len eust garde vis se ce ne fust.

XIV. De ce meismes.

Repostaille queroient li citeien de la ville par tout la ou il cuidoient eschiver la mort. Il avoit en une des parties de la ville un temple que Herodes avoit jadis fet eu non dauguste Cesar et estoit de trop riches euvres fez touz peinz a or musique. La sestoient feru de ceus de la ville tant come il en i pooit entrer; il cuidoient estre a sauvete por ce que cestoit leu doroison. Nostre gent a pie brisierent ce temple puis entrerent ens li un et li autre tuit ensemble; touz les ocistrent quanque il en avoit. Du sanc i avoit tel plente que len i avenoit jusques en mi la jambe. Hideurs estoit trop grans de veoir ensemble tantes genz ocises. La dedenz fu trouvez uns vessiaus de pierre verz et clers assez de trop grant biaute fez einsi come uns tailloers. Li Genevois cuiderent et cuident encore que ce soit une esmeraude; por ce le pristrent a leur part du gaaing de la ville por trop grant some davoir; il len aporterent a leur cite et mistrent en la mestre eglise ou il est encore. Len i met la cendre que len prent le premerein jour de caresme et le mostre len einsi come por une riche chose; car il dient veraiement quil est esmeraude. Einsi furent ocis cil de la ville. Puceles et enfanz petiz i garda len aucuns touz vis. Lors fu comande de par le Roi que touz li gaains fust aportez en un lieu. Quant ce fu fet li Genevois orent leur tierce partie; li Rois prist les seues deus. Ilec premierement avint que li pueple des pelerins qui avoit este povres et soufraiteus au venir devint riches et combles de ce grant gaaing quil avoient fet en la ville. Len amena devant le Roi les deus baillis de la ville: li uns sentremetoit de garder la forteresce et datirier les choses qui apartienent a guerre. Teus bailliz a non en leur langage Emir: li autres sentremetoit de tenir les plez et de fere droit a ceus de la terre qui avoient contenz entreus et cil a non el pais Cadus. Len dist au Roi quil auroit de ces deus grant raencon; por ce comanda quils fussent mis en aneaus et bien garde. Li Rois navoit mie grant loisir de sejorner ilec car si grant afere come il avoit par la terre ne le lessoient mie gramment reposer. Aincois quil sen partist fist il eslire arcevesque en la cite un clerc qui avoit non Godefroi de son pais estoit et avec le duc Godefroi estoit venuz en pelerinage. Lors lessa de sa gent tant com mestiers fu por garder la ville; et il sen ala hastivement vers Rames.

XV. Coment li rois Baudoins desconfist les mescreanz.

Rames est une cite assise en mout grant plains assez pres dune autre qui a non Lidde. Len ne trueve mie que ceste soit mout anciene citez; aincois dient les estoires que puis le tens Mahomet li prince darrabe la fonderent. Eu tens que li pelerin vindrent en la terre ele estoit grant cite bien close de murs et de torneles et mout i avoit plente de gent. Mes puis que nostre baron se comencierent a espandre par le pais cil qui dedens estoient se douterent porce que la ville nestoit mie aceinte de fossez et devant la porte navoit nules barbacanes. Pour ce ne soserent fier en teus forteresces si sen foirent dedenz Escalonne qui estoit mieuz fermee. Quant li Rois et nostre gent vindrent devant cele ville il la troverent toute vuide. Quant il entrerent enz bien virent que trop estovroit a lessier de gent por tenir si grant ville; por ce firent a une part de la cite un chief de chastel et fu mout hastivement fete cele forteresce bien close de mur et de fosse; puis mistrent dedenz bone garnison. Une renomee coroit par la terre qui nestoit mie mout loing de la verite. Car bien fu seu que li califes degypte avoit un suen connestable envoie atout mout grant plente de gent vers Escalonne a qui il avoit comande si come il estoit sires et poissanz que il alast hastivement vers ces parties et quist tant que il trouvast ce pueple povre et chetif qui de lointeines terres estoit venus por troubler son roiaume. Grant desdaing avoit por ce quil estoient ose entrer en sa terre; por ce li comandoit si chier com il avoit son cors que il ni remainsist nul que il noceist ou li amenast en liens. Cil sen vint por fere le comandement son seigneur; de chevaucheeurs amena onze mille de genz a pie vinz mille. Quant li Rois oi ceste novele ce fu la chose por quoi il se parti plus tost de Cesaire car il douta que cele gent se fiassent tant de leur pooir que il venissent gaster la terre entor Jherusalem. Por ce vint en la ville et les atendi bien un mois. Mes quant il vit que il ne vendroient mie il sen retorna a Japhe. Quant ce vint le tierz mois apres la gent degypte de quoi vos ai parle douterent mout le courrous a leur seigneur porce quil avoient tant sejorne; si atonerent leur genz et deviserent leur batailles por entrer en la terre le Roi et por combatre a lui se il les osoit atendre. Quant li Rois sot ceste novele par les espies que il avoit il se hasta de concueillir tant de gent com il pot avoir et assembla son ost entre Rames et Lidde. Il ot deus cenz et soissante chevaucheeurs por tout; de genz a pie neuf cenz: et quant il sot que leur anemis chevauchoient encontreus il fit de sa gent sis batailles et sadreca la ou il les sot. La vraie croiz aloit avant que uns abes mout religieus portoit en ses mains. Tant chevauchierent que il sentrevirent; et li Rois qui estoit mout bons crestiens pria Nostre Seigneur de vrai cuer que il par sa sainte pitie feist miracles celui jor por ennorer sa foi; car bien savoit len que combatre de si petit pueple a cele grant gent nestoit mie emprise dont len poist venir a chief se il ni vouloit ovrer. Quant il ot einsi fete soroison tout autresi come se Nostre Sires li eust envoie son secors et saide fu il seurs et hardis. Lors comanda que sa premiere gent poinsissent de par Dieu et se ferissent en leur anemis: cil le firent isnelement. Lors comenca la bataille fiere et cruele: onques mes ne vit len si poi de gent tant fere darmes. Li Tur se defendirent mout asprement: bien savoient que deca et dela sur leur testes estoit la besoigne. Les premieres batailles des Turs desconfirent une des noz et les mistrent a la voie; tant la chacierent quil ocistrent presque touz ceus qui la estoient. Les autres batailles de nostre gent se contindrent mout bien toutes assemblerent assez en ocistrent de leur anemis. Li Rois aloit parmi les presses et se prenoit garde liquel avoient greigneur mestier daide; la se demoroit et fesoit merveilles darmes; touz les passa le jor par droite proesce. Il refreschissoit touz les cuers a ceus qui regarder le vouloient. Mout ot la bataille longuement dure tant que leur chevetaines li connestables au Calife qui les Turs i avoit amenez fu ocis; lors se desconfirent ses genz et tornerent en fuie. Quant li Rois vit cele desconfiture mout ot grant joie: lors comanda a sa gent si chier com il avoient leur vies que nul nentendist au gaaing aincois chacassent ceus qui senfuioient et oceissent quanque il porroient aconsuire. Il meismes estoit premiers et tout abatoit quanque il ateignoit. Bien dura cele chace huit miles jusquil vindrent devant Escalonne et que il comenca a anuitier. Lors fit li Rois sonner ses trompes por retorner sa gent et vint eu champ ou il avoient assemble come cil qui avoit par victoire la place gaaignee. Au matin departi le gaaing a sa gent tout a leur gre. Len trouva que des Turs i avoit bien ocis cinq mille; et des nos quant len le conta fu trove quil en failloit soissante et dis a cheval: de la gent a pie en i ot plus perdu.

XVI. Coment li rois Baudoins sen vint a Japhe.

En la chace que je vos dis que li Tur avoient fete dune de nos batailles il les sivirent ociant jusque vers Japhe; il orent concuelliz les hiaumes et les escuz et les armes de ceus quil avoient ocis et vindrent devant la cite que nostre gent tenoient et leur distrent quil rendissent eus et la ville come cil qui plus ne se pooient tenir; car li Rois estoit morz et touz ceus que il mena avec lui en la bataille ou morz ou pris: ce pooient il bien savoir par les armes de leur gent que il leur montroient qui bien estoient conneues. La Reine estoit en la ville; quant ele oi que len disoit bien cuida que voirs fust einsi le cuidierent tuit cil qui la estoient. Lors comenca un duel si grant come len devoit fere de tel perte come li Tur leur avoient dite. Li Sarrazin cuidoient vraiement que il fust einsi come il avoient dit. Li sage home qui estoient dedenz la cite de Japhe pristrent conseil et distrent que il estovoit que len envoiast hastivement a Tancre qui tenoit le prince dantioche et li mandast len que la Crestiente de la terre estoit toute perdue se il ni metoit conseil. Li Rois ot jeu si com je vos ai dit eu champ de la bataille. Quant il fu ajorne si en remena sa gent vers Japhe. Lors avint que tandis com il sen aloient li Tur qui si avoient le jor devant effree la cite de Japhe et sestoient logie devant au matin sen retornerent vers leur gent. Quant il virent de loing le Roi venir atout son ost certeinnement cuiderent que ce fussent li leur qui venissent asseoir la cite car de la nostre gent ne pensoient il quil fust nule parole que touz les tenoient por ocis. Li nostre les virent venir qui les connurent bien et sadrecierent vers eus. Li Rois touz premerains feri des esperons sa gent le sivirent il troverent ceus si esbahiz que tantost les desconfirent: une partie senfoi les autres ocistrent aucuns en amenerent pris a Japhe. Lors saprocherent de la ville ou len faisoit grant duel. La novele vint a ceus dedenz que genz venoient la; il monterent aus murs et aus fenestres; tant furent la que il virent le Roi et sa gent; lors firent joie si grant come se chascuns fust resuscitez de mort. Il corurent encontreus parmi les portes hors de la ville. Lors conterent leur mauveses noveles quil avoient oies et volentiers oirent les bones que cil aportoient. Il entrerent en la cite. Grant fu la feste que il firent cele nuit et la joie plus enterine apres le duel. Quant li Rois sot qe la Reine et li preudome de la ville avoient envoie messages a Tancre que il les venist secorre que la terre estoit en si mauves point come len leur avoit dit il prist autres messages et les envoia a lui et porterent ses letres en quoi il le fist certain des bones aventures que Nostre Sires li avoit donees. Cil message troverent Tancre le vaillant qui ja sapareilloit mout de venir vers Jheusalem; mes quant il oi ces nouveles il tendi ses mains vers le ciel et mercia Nostre Seigneur des granz biens qil fesoit a son pueple.

XVII. Coment li Baron vinrent en Jherusalem et sen voustrent retorner en leur pais.

Grant piece orent demore li baron qui darreinement venoient de France par Antioche. Li Rois oi noveles deus que il ne pooient passer vers Jherusalem et douta mout que li Tur ne leur feissent encombrier au flun du Chien; pour ce prist avec lui genz a cheval assez et savanca por prendre ce pas aincois que leur anemis i poissent venir. Ce ne fu mie trop legiere chose a fere que aincois que il venist a ce lieu lestut a passer par force delez quatre citez de Sarrazins granz et forz et bien garnies: lune fu Acre lautre Sur la tierce Saiete la quarte Baruth. Quant li Rois leur ot gaaignie ce passage li baron vindrent qui la sestoient areste: Guillaumes li cuens de Poitiers et dux daquitaine; Estiennes li cuens de Blois et de Chartres; Estiennes li dux de Borgoigne; Joufroiz li cuens de Vendosme; Hues de Lisimare freres le conte de Toulouse et pluseurs autres barons et chevaliers qui mout furent joieus de ce que la voie leur fu delivree et de ce meismement que li Rois leur estoit venuz a lencontre qui conduire les vouloit jusques a la sainte cite. Mout sentrebesierent quant il sentrevirent ensemble si com il sentreconnoissoient. Ne leur chaloit mes des pertes ne des travaus quil eussent soufert porce quil estoient en si bon point de parfere leur pelerinage: si sen alerent droit en Jherusalem tuit ensemble. Porce que li jors de la Pasque estoit pres la se demorerent et firent la feste. Quant il orent sejorne un peu de tens apres distrent quil sen vouloient retorner en leur pais nomeement li cuens de Poitiers qui avoit perdu tout son avoir en Romanie ne trover ne pooit emprunt de quoi il vesquit en la terre; autresi li dui Estiennes de Blois et de Borgoigne. Tuit sen vinrent a Japhe por entrer ilec en mer. Li cuens de Poitiers entra en sa nef; delivrement passa et sans encombrier vint en son pais. Li cuens de Blois et li dux de Borgoigne entrerent en une autre nef. Quant il orent ja este ne sai quanz jors sur la mer une tempeste les prist qui les ramena arrieres et par force les fist flatir eu port de Japhe.

XVIII. Coment li rois Baudoins fu desconfiz des Turs.

Il les estut ilec a sejorner jusque teus vens venist qui les partist du port. Tandis li Tur descalone assemblerent tant de gent com il porent avoir et des leur et de ceus qui estoient eschape de la bataille; tant quil furent bien .xx. mille. Lors entrerent en la terre a grant orgueil entor Lidde et Rames. La novele en vint au Roi; il se hasta plus que il ne deust nenvoia mie querre ses genz des autres citez; ceus meismes qui estoient en la ville natendi il pas ainz se fia plus de soi que mestiers ne li fust. Il monta et sen issi; a peines avoit avec lui deus cenz chevaucheeurs. Li cuens de Chartres li dux de Borgoigne et leur compaignons qui la estoient distrent que il ne leroient mie le Roi einsi aler sans eus; meismement de la besoigne Nostre Seigneur se devoient il entremetre ausi com li autre. Navoient mie chevaus por ce les quistrent et les porchacierent a prester et a loer en la ville si come il porent; tant que il furent monte et lors issirent hors. Li Rois qui estoit trop alez avant a grant desroi quant il ot aprouchiez ses anemis si sesmerveilla de la grant plente de gent que il avoient et se comenca a repentir de ce quil estoit tant alez avant; mes si estoit ja pres deus que hontes li fust se il retornast arrieres et grant cuer donast aus Turs se il por peril de mort les eschivast. Cil qui estoient en lost des Sarrazins plus sages darmes et mieuz connoissanz virent que li nostre venoient a desroi plus quil ne souloient mie fere et que il les aprouchoient sanz tenir route ne bataille: si en orent mout grant joie et greigneur esperance deus desconfire. Por ce vindrent en conroi tuit ensemble et corurent sus aus noz que il troverent esparpelliez; mout en ocistrent car il ne pooient pas soufrir les fes de si grant route. Nequedent bien virent que noiens estoit deschaper; si se penoit chascuns de soi bien vendre. Lors les veissiez ferir entre ces presses com genz desvees mout en ocistrent tant que li Tur sen esbahirent tuit et pres furent de retorner arrieres; mes quant il se rapenserent que li nostre estoient si pou et li leur tant si repristrent cuer et se comencierent a entresemondre de bien fere. Lors corurent sus a ceus qui remes estoient des noz si les desconfirent; mout en ocistrent le remenant senfoi a Rames ou il se cuidierent garantir. Ilec furent ocis li dui Estienne li cuens de Blois et li dux de Borgoigne et mainz des autres que baron que chevalier. Mes du conte Estienne fu il mout grant joie de ce que il morut si ennorablement; car il estoit hauz home et sages: grant travail avoit soufert et larges despense fetes par deus foiz en cest pelerinage. Sanz faille ne sestoit mie bien partiz dantioche dont lede parole avoit este sur lui deca mer et dela; mes bien fu semblant que Nostre Sires le li eust pardone qui tant prist a gre son servise que il soufri que il morust en lui servant. Por ce le doit tenir li siecles a baron haut et ennore car du meffet qui puis fu si rachetez ne doit estre sur lui ne sur son lignage james honte ne reprouches.

XIX. Dune grant courtoisie que uns Turs fist au roi Baudoin.

Si come li autre sen alerent a Rames de la bataille li Rois se mist dedenz avec eus; car li pais estoit si couverz de Turs que il ne vit mie coment il peust eschiver la mort en autre maniere. Mout fu corouciez de la perte que il ot fete trop fu en grant angoisse coment il porroit garantir soi et les autres qui avec lui estoient; car la forteresce en quoi il estoient receu estoit mout foible et bien savoit que il ne porroit pas contretenir la grant plente de gent qui dehors estoit. Mout en fu pensis en son lit. Entor mienuit se parti de lost des Turs celeement uns des hauz princes darrabe cil cui femme li Rois avoit si debonnerement atiriee quant ele dut avoir enfant en la chevauchiee que il avoit fete; mout len savoit bon gre guerredon len vouloit rendre en ce point ou il estoit. Il vint a Rames et parla en bas a ceus qui sur le mur estoient et dist quil avoit a parler au Roi paroles privees que il ne voloit dire sa lui non. Len le fist savoir le Roi qui ne dormoit mie. Il le fist venir avant; cil parla a lui et li dist quil estoit li mariz a cele dame cui il fist si grant bonte quant ele en ot mestier; por ce se recognoissoit mout a redevable vers lui et par grant peril estoit venuz por li dire quil sen issist hors de cele forteresce car sans faille li Tur avoient pris conseil que eus au matin vendroient por prendre cele ville car ele ne se porroit tenir sans aide a eus; devise avoient que tuit cil que len troveroit dedenz seroient livre a mort: por ce looit mout au Roi que il sen alast avec lui car il le metroit a sauvete com cil qui bien savoit le pais. Li Rois vit que tout estoit perduz se il estoit leanz ou morz ou pris; por ce se fia en celui et sen issi a pou de compaignie car li Turs li avoit bien dit que se il menoit gueres gent si anemi sen apercevroient et porroit estre destorbez. Il sen alerent ensemble tant quil vindrent aus montaignes. Quant li Rois fu asseur cil se parti de lui mout le mercia et son servise li offri en touz leus ou il li porroit valoir. Li oz des Turs fu en mout grant orgueil por la victoire quil avoient eue. Au matin assistrent la cite de Rames entor; hardiement lassaillirent et la pristrent par force; de ceus quil troverent dedenz firent leur volente le plus en ocistrent aucuns enmenerent liez en prison. Si grant ocision de gentieus homes navoit este eu reigne de Surie en un jor jusqua ce tens. Mout en fu afebloiez li pooirs de la Crestiente en cele terre. Cil qui plus savoient de lestre du pais en estoient plus esmaie et pensoient a foir de la terre porce que peril estoit de remanoir iluec. Tout eussent lessie le roiaume sanz defense se Nostre Sires par sa bonte ni eust mis conseil; car li pueples de la nostre gent estoit ja mout petiz. Li pelerin qui venoient outre mer ne pooient mie passer legierement en Jherusalem car toutes les citez de la marine estoient aus Turs fors deus: Japhe et Cesaire quil avoient novelement conquises. Et quant il pooient eschaper jusque la si tost com il avoient fet leur pelerinage et visite les sainz lieus sen retornoient en leur pais; car il connoissoient la foibloite de nostre gent si doutoient estre aucun jor surpris et destruit avec eus.

XX. Coment li rois Baudoins desconfist les mescreanz.

Mout estoit li Rois esbahiz qui toute nuit sestoit repost et tapiz entre les montaignes. Au matin ot avec lui sanz plus deus compaignons: si sen alerent par les plus celees voies quil porent trover; souvent passerent pres de leur anemis a grant peril tant que il vindrent au chastel darsur. Li Rois fu receuz a grant joie de sa gent qui la estoient. Iluec menja et but por reconforter sa nature car il avoit eu si grant angoisse de fain et de soif que pres quil nestoit failliz et remes en la voie. Dune chose li avint mout bien et sembla que Nostre Sires le feist; car li Tur darrabe fesoient a mout grant bobanz totes leur volentez par la terre: une grant partie deus en estoit ce jor venue devant le chastel darsur; bon poigneiz avoit eu ez barbacanes devant les portes; mout les avoient menaciez; du leur en avoient mene ce quil troverent hors des murs. Un seul petitet ainz que li Rois venist sen estoient parti. Si len avint bien car sil i fussent encore ne leur poist estre eschapez li Rois quil ne fust pris. La nouvele fu espandue par le pais que li Rois estoit morz car un pou de gent qui de la bataille estoient eschape vindrent fuiant jusquen Jherusalem et cil disoient sanz faille que li Rois avoit este ocis avec les autres. Li evesques de Lidde qui pres de lui avoit oie la desconfiture de Rames et locision des Crestiens si avoit lessie leglise et sen estoit foiz a Japhe. Len li demanda noveles du Roi il respondi quil nen savoit riens mes ce savoit il bien que tuit cil qui dedenz Rames sen foirent estoient ou mort ou pris: il meismes sen estoit afoiz por eschiver la mort. En ceste maniere fesoient grant duel par tout le roiaume. Tuit pleuroient por le Roi qui perduz estoit ne ni avoit celui qui de soi meismes neust peor. Li plus sage home vousissent estre mort porce quil doutoient a veoir le mal et destruiement de la Crestiente. Tandis come tous li pueples estoit en cele doleur li Rois se mist en une nef et vint darsur a Japhe et sodeinnement leur aparut ausi come lesteile matineus qui nonce que li jorz est pres. Lors furent tuit si lie que cil qui ploroient avant de duel plorerent ore de joie; toutes oublierent leur doleurs; grant esperance orent que Nostre Sires leur envoieroit confort. La renomee corut par la terre que li Rois estoit venuz sains et haitiez; partout en firent grant joie. Lors envoierent messages cil de Jherusalem a Huon de Saint Omer le seigneur de Tabarie et li manderent quil venist secorre le Roi. Il issi fors de sa cite atout quatre vinz chevaucheeurs et vint jusqua Arsur por aidier le Roi. Li Rois qui estoit a Japhe loi dire lors issi encontre lui o tant de gent com il pot avoir car il doutoit que li Tur ne le guetassent en la voie por ocire ou en ississent tout apertement por combatre a lui. Tant ala quil vindrent ensemble; grant joie sentrefirent puis retornerent a Japhe. Li Rois envoia messages a sa gent qui estoient ez montaignes et leur manda quil le venissent secorre. Cil vindrent hastivement mes non mie par la droite voie que leur anemis estoient entre deus; por ce vindrent par dehors a grant peril que sovent encontroient de leur anemis; toutesvoies entrerent dedenz Japhe sanz riens perdre. Cil qui novelement estoient venu avoient bien quatre vinz et dix chevaucheeurs. Quant li Rois le sot mout en fu liez grant esperance ot en Dame Dieu et mout desirroit a vengier le damage que li Tur li avoient fet de sa gent. Il atira ses batailles mout bien de sa gent a cheval et a pie; puis issi hors encontre ses anemis mout hardiement. Ne douta riens de la grant plente de gent quil avoient que bien savoit que Dieus estoit plus poissanz. Li Tur estoient pres diluec a trois miles delez un bois ou il fesoient cloies et eschieles et autres engins de maintes manieres; car cil avoient proposement et ce leur sembloit mout legiere chose que il asseissent la cite de Japhe et le Roi dedenz; ne cuidoient en nule maniere que il se poissent tenir ainz les en pensoient amener devant eus en prison ausi come bestes. Mes quant il virent le Roi venir contreus et ses batailles toutes conrees amener avec lui trop se merveillierent coment cil les venoient requerre de bataille que il tenoient a desconfiz et a vaincuz. Lors corurent aus armes et ne douterent mie gramment ceus que il avoient autrefoiz si mal menez. Li nostre qui furent irie ausi come la lionesse a qui len tost ses faons se ferirent entreus et mistrent grant peine et grant entente a vengier leur freres et leur compaignons que cil avoient morz. Tant se penerent de grever leur anemis que si come Nostre Sires le vout cil se desconfirent. Assez en i ot de morz li remenanz senfoi. Nostre gent qui estoient si pou ne les voudrent pas chacier ne sivre longuement que bien leur en poist mescheoir; ainz sentornerent ez heberges des Sarrazins; la troverent assez chamaus et asnes viandes de maintes manieres avoir robes et paveillons meismes de diverses facons; tout enporterent dedenz Japhe et fu la joie mout granz. Lors fu li roiaumes enpais entor set mois.

XXI. Coment Tancrez conqueroit terre entor Antioche.

Au tens de lors que li roiaumes de Surie estoit en tel point Tancrez qui si estoit preuz et vaillanz assembla tant de gent com il pot avoir de la terre quil tenoit et assist une noble cite en la terre que len claime Celessurie: la citez avoit nom Apamie. Il maintint ce siege mout sagement; en maintes manieres greva ses anemis com cil qui assez en savoit et grant peine i metoit. Par engins et par assauz les afebloia mout tant que par la grace au Saint Esperit la ville fu prise. Mout en fu eslargiz et creuz li pooirs du prince dantioche. Ce jor meismes chevaucha jusqua Lalische que li Grifon tenoient. Tant fist vers eus par prieres et par menaces que cil la li rendirent. Covenances orent entreus de que ceste fu lune: que tant com il tendroit la cite dapamie tant seroit sires de Lalische et se il perdoit lune lautre ne li seroit de riens tenue. Len trueve ez anciennes estoires que uns puissanz rois Antiocus le fils Seleuce fonda ces deus citez et leur mist non des nons de ses deus filles: lune avoit non Apamie et lautre Laodice. Il a une autre cite de que messires sains Jehans parole en lapocalipse qui est contee entre les set citez de la terre daise la meneur et a non Lalische; mes ce nest mie ceste. Nostre Sires adrecoit si les voies et les oevres de Tancre le vaillant home que en un jor essauca mout la seigneurie que il tenoit: car ces deus citez avoient sous eles chastiaus forz et villes a grant plente qui furent ore mises sous le pooir dantioche. Raisons estoit que bien li avenist car il amoit mout Dame Dieu et sa foi; loiaus estoit larges et bons chevaliers sages droituriers et piteus. Por teuz choses avoit la grace de Dieu et du pueple.

XXII. Coment Baudoins de Borc se contenoit a Rohez.

Il est bien que vos resachiez coment Baudoins li cuens de Rohez se contenoit en cele terre qui estoit seue. Mout governoit bien et vigueureusement la seue baronnie; amez estoit de sa gent et mout doutez de ses anemis qui marchissoient a lui de toutes parz. Jusqua ce jor avoit este sanz femme; por ce espousa la fille a un haut home de la terre Gabriel avoit non dux de la terre de Meletene dont je vos parlai desus. La damoisele estoit apelee Morfie; riche terre prist en lui et grant avoir. Cil Gabriel estoit nez dermenie; dabit et de langage se contenoit come ermins mes de foi et de creance estoit il Grifons. Il avint tandis come cil Baudoins estoit riches et en grant pooir a Rohez un suens cousins fu venuz de France qui le vint veoir Jocelins avoit non nez de Cortenai qui est uns chastiaus eu boschage pres de Gastinois. Quant Baudoins le connut grant joie li fist bien sot que il navoit point de terre eu pais de que il poist maintenir soi et sa compagnie; lors se pensa que plus belle chose estoit quil le tenist entor lui que il le covenist aler ailleurs sa chevance querrant et estre soudoiers entor autre gent. Bien vit en lui signes et contenance par quoi bien connut certeinnement que il seroit sages et preuz; por ce li otroia toute la terre qui est outre le grant flun deufrate ou il avoit deus citez Corice et Tulupe. Chastiaus i receut assez forz riches et granz et bien garniz: Turbessel Hantab Ravendel et assez autres. Il retint a son oes toute la terre jusqua ce flun deufrate qi plus estoit voisine a ses anemis. Une seule cite voult retenir outre le flun Samosate: cele ne dona il mie. Mout fu li cuens Baudoins sages homes et de grant porveance; bien gouverna tout ce qui li fu baille. Mout gardoit bien la seue chose si que len disoit quil estoit un pou eschars; mes quant besoing estoit si le despendoit largement que il espandoit tout. De boivre et de mengier estoit mout atemprez; sanz bobanz et sanz orgueil se vestoit ne li chaloit gueres de quoi. Por teus choses fu en son pais riches et doutez.

XXIII. De la raencon Buiemont et coment li patriarches de Jherusalem sen ala en Antioche.

Or vos dirai de Buiemont qui en prison avoit ja este quatre anz. Sachiez que il qui estoit sages et mesurables porchaca tant par son sens que il fu mis a raencon. Bone seurte dona de rendre lavoir que il avoit promis; pour ce fu il lessiez aler et vint en Antioche. Li Patriarches et touz li clergiez et li baron de la terre et touz li pueple firent trop grant joie de sa venue. A procession le receurent come leur seigneur que il tant amoient que il avoient recovre. Il sot coment Tancrez ses nies li avoit bien gardee sa terre et creue mout de deus citez que il avoit conquises. Mout sen loa et bon gre len sot. De la terre meismes li donna grant partie por tenir a touzjors a lui et a son oir. Ne ne demora mie granment que il li bailla tout le prince enterinement si com vos orroiz apres. Endementres cil Arnous arcediacres de Jherusalem dont je vous ai parle par maintes foiz si come estoit sa costume mist toute la peine que il pot en metre descorde entre le Roi et le patriarche Daimbert et fist tant que uns contenz qui avoit este entreus apaisiez resordi si que par la malice de celui ses clergiez se mist contre lui; assez li firent torz et hontes. Li bons hom qui mout estoit religieus et mout amoit pais ne pot soufrir ces outrages que len li faisoit por ce lessa leglise et la cite et ala a garant en Antioche a Buiemont por lui demander conseil et aide; car il estoit mout ses amis. Cil le receut mout ennorablement come cil qui le tenoit a preudome; por ce meismes en ot il greigneur pitie que il avoit porchacie coment il fust esleuz a patriarche. Et porce que il demorast plus ennorablement entor lui li fist baillier leglise de saint Jorge qui est dedenz Antioche et est mout bien doee de granz rentes et de riches teneures. Bien sacorda a ce Bernars li patriarches dantioche. Grant piece demora li bons hom iluec en tel maniere.

XXIV. De la cite dacre.

Riens que cil Arnous poist fere qui a mal apartenist ne vout lessier. Quant il ot porchacie que li Rois ot gite hors le Patriarche de la ville ne fina onques jusque il fist que li Rois meismes parla tant a un bon home qui estoit trop simples Ebremare avoit non que il le mist eu siege du patriarche. Icist avoit este de bone vie; eu premerein ost estoit venus avec les autres pelerins. Ne vouloit se bien non; mes cil Arnous le deceut trop malement qui entendant le fist que il seroit patriarches eu lieu de celui qui touz sains estoit a qui len avoit tolue sa dignete a grant tort. En celui an de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .iii. au comencement du novel tens quant li Rois ot fete hautement la feste de Pasques en Jherusalem il fist semondre sa gent et atout tant chevaliers com il pot avoir ala asseoir la cite dacre. Cest une cite qui siet sur la mer en la terre que len seut clamer Fenice. Ele est desouz larceveschie de Sur; ele a le port bon dedenz les murs de la ville dehors meismes se poent bien reposer les nes tout asseur. La citez est mout bien assise entre les monz et la mer; bone terre i a gaaignable plenteive de beaus blez; uns fluns i cort que len claime Bele. Len dit que deus freres la fonderent: li uns avoit non Tholomeus li autre Acon. Mout la clostrent de forz murs. Par mi la partirent si que chascuns lot a sener a sa part; por ce ot ele deus nons. En aucunes escriptures ele est apelee Tholomaide en autres Acon por les nons aus deus freres. A cette cite vint li Rois o toute sa gent. Mes por ce que il navoit pas navie ne les pot pas mout destraindre; por ce fist trenchier les pomiers entor la ville. Aucuns de ceus de la ville trova dehors que il prist. Granz proies en amena de grosses bestes et de menues puis lessa son siege et se mist au retor vers son pais. Il sen vouloit venir vers la cite de Cesaire mes eu leu qui a non Pierre encise delez Sur lancienne entre deus chastiaus de la marine li uns a non Cafarnaum li autres Dore ce claime len ore le Destroit la trova li Rois un grant troupeus de larrons et de robeeurs qui ne finoient de brisier les chemins et les pelerins desrober. Len dist le Roi que il sestoient repost et sen voloient tapir tant que il fust passez. Il leur corut sus et si chevalier avec lui les espees tretes; pres que tous les ocistrent; aucun senfoirent qui leur eschaperent. Endementres que li Rois entendoit a ce li uns des larrons lanca un javelot par darriers et le feri entre leschine et les costes devers senestre pres du cuer. Mout en fu li Rois bleciez perilleusement. Grant tens mist au guerir mes au derrenier a queuque peines len guerirent li mire si come il porent; car touzjorsmes en fu puis dangereus et par eures li doloit li leus de la plaie tout freschement.

XXV. Coment li cuens Raimonz se contenoit en la cite de Tortouse.

Puisque des autres barons avez oies les contenances bien est que vos resachiez coment le fesoit li cuens Raimonz en la cite de Tortouse qui fu conquise et lui donee si com vos savez. Viguereusement eslargissoit son pooir sur ses anemis. De grant maniere se traveilloit coment il poist esloigner les Mescreanz et croistre la foi Jhesucrist. Il choisi devant la cite de Triple pres a deus miles un tertre bien fort de siege il le ferma; dessus fist mout bele forteresce et bien la garni. En remenbrance de ce que eu pelerinage avoit este ferme le fist apeler Mont Pelerin: ce non a encore. De ce chastel comenca a fere tant de maus a ceus de Triple et aus autres Turs du pais quil ne les lessoit durer tant que par force covint que il se censassent vers lui. Ne mie seulement cil des villes entor mes cil meismes de la cite nosoient venir contre ses comandemenz ainz li obeissoient ausi come sil fust sires de tout le pais. Sa femme qui mout estoit bone dame et fine crestienne acoucha dedenz la cite de Tortouse dun fil qui ot non Alfons et tint la conte de Toulouse apres lui.

XXVI. Coment li rois Baudoins prist la cite dacre.

Eu mois de mai en lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .iiii. li Rois assembla tout son pooir et ot en proposement dasseoir Acre. Bien en cuidoit ore avoir le pooir mieus que devant car en cele seson grant plente de Genevois estoient arrive qui avoient amenees soissante dis galies garnies trop bien de quanque mestiers estoit. Tantost com li Rois le sot il envoia ses messages aus conses qui estoient chevetaine de cele gent et leur manda mout doucement que aincois que il sen retornassent en leur pais li vosissent une piece de tens aidier a guerroier les anemis de la foi; car encore nestoit pas lonc tens passez que preudome de leur terre i estoient venu qui mout bien aiderent a prendre la cite de Cesaire; de quoi la gent de Gene seroit mes touzjorz ennore: cil meismes i orent mout granz preuz des riches gaainz que len fist en cele prise. Li conse oirent mout volentiers cele parole; mes toutes voies por le remanoir demanderent covenances. Sage home sen entremistrent qui parlerent tant deca et dela dunes choses et dautres que la chose fu acordee en ceste maniere que li Genevois auroient a touzjorz mes se tant avenoit que la ville fust prise la tierce part de toutes les rentes que len recevroit a la chaaine dacre des choses qui vendroient par mer en la ville et leur bailleroit len une rue ou il auroient toute jostise et une eglise qui seroit leur. Ces covenances plurent bien au Roi et a ses barons; afermees furent par serement et chartres en furent fetes. Si com il orent devise a jor nome li Rois vint par terre li Genevois les costoierent par mer et assistrent Acre en tel maniere que len ni poist entrer ne issir. Lors drecierent engins de toutes manieres qui mout grevoient ceus dedenz; dars et darbalestes ne finoient de trere a ceus qui se mostroient aus defenses. Poigneiz i avoit sovent bons et fiers par mer et par terre; si en ot en la ville en maintes manieres assez de mors et de bleciez. Li sieges ot ja dure vinz jors: cil qui estoient assis sentirent leur afebloiement et se comencierent mout a esmaier tant que par acort de tous firent parler au Roi et rendirent la ville par tel maniere que cil qui issir sen voudroient sen iroient sauvement et enmenroient leur femmes et leur enfanz et leur muebles et les conduiroit len jusque aus citez de leur genz ou il voudroient aler pres dilec. Se aucuns deus en i avoit qui remanoir vosissent il auroient toutes leur teneures par rendant au Roi une some davoir chascun an por treu tel com il acorderent. Einsi entra li Rois en la cite qui lui fu delivree. Bien tint a Genevois leur covenant et par desus leur dona de biaus dons. Lors a primes fu delivree la voie de la mer; car nostre gent orent le meilleur port qui fust en cele coste et leur anemi furent bien esloignie dilec endroit.

XXVII. Coment li princes dantioche et li cuens de Rohez assistrent Carram.

Si com Nostre Sires le vout en cel an meismes Buiemons qui estoit de prison venuz et li greigneur baron de sa terre Tancrez et Baudoins li cuens de Rohez et Jocelins ses cousins sassemblerent en un leu por emprendre aucunes choses de la guerre. La fiancerent tuit quil passeroient le flun deufrate a un jor nomme et dilec iroient asseoir la cite de Carram que li Tur tenoient ne nestoit mie loing de Rohez. Chascuns se retorna dilec en son pais; tuit firent leur pooir de gent assembler. Au jor qui leur estoit mis passerent le flun puis sassemblerent a Rohez. Il i ot des vaillanz homes avec eus qui estoient bon prelat et religieus: Daimberz de Jherusalem qui estoit essilliez hors de son pais Bernarz li patriarches dantioche Beneoiz larcevesques de Rohez. Chascuns de ceus amena tant de gent com il pot por aidier a la besoigne Nostre Seigneur et il murent de Rohez et vindrent devant la cite de Carram. Cest uns lieus ou Nostre Sires comanda a Abraham que il issist de son pais et de son lignage por avoir les promesses que il li avoit fetes. En ce leu meismes fu pris Crassus uns des granz princes de Rome et por ce que li Tur avoient conneue savarice li firent boivre or fondu tout chaut. La vindrent li preudome que je vos ai dit por asseoir la ville. Nestoit mie granz mestiers que il laprochassent mout; car bien estoient assis se len leur peust veer lentree et lissue come cil qui petit avoient de viande leanz. Baudoins li cuens de Rohez les avoit si longuement tenuz pres que il ne leur lessoit leanz metre point de viande; por ce que il les voloit si destreindre que il li rendissent la ville. La maniere par quoi nostre gent entendoit a guerroier estoit tele: entre Rohez et la cite de Carram na mie plus de quatorze miles; entre deus cueurt uns fluns que len fet par ruissiaus et par chenaus venir eu terres entor si que par la bonte de cele eaue sont li champ mout plenteis et assez i croist de froment et dautres bons bles. Lonc tens avoit que la costume estoit tele entre ces deus villes deca et dela: les terres qui estoient deca celui flun apartenoient a ceus de Rohez sanz contredit celles qui estoient de lautre part tenoit la cite de Carram come seues propres. Li cuens Baudoins vit que si anemi ne pooient avoir point de viande se de ces deus terres non et la seue cite en avoit assez dailleurs; si vout mieus fere le damage de sa gent que si anemi en eussent ese: por ce enveoit souvent sa gent a ses terres et tenoit si corz ceus du pais que il ni pooient arer ne semer. Par ceste chose cil de Carram orent trop grant soufrete et si grant mesese de ble quil nen trouverent se pou non. Li baron aperceurent que la ville ne se pooit pas longuement tenir; por ce saresterent ilec entor sanz assaillir et sanz fere giter perrieres ne mangoniaus. Li citeien de la ville des lors quil sorent que nostre gent devoient venir devant orent envoie aus princes dorient et leur orent mande que se len ne les secoroit par tens il ne se porroient mie longuement tenir. Tant orent atendue leur aide que il avoient grant destresce de fain ne nules noveles ne savoient que cil deussent venir. Por ce parlerent entreus et orent conseil que mieus estoit de rendre la ville que morir de fain si vilment.

XXVIII. Coment li Tur pristrent le conte Baudoin de Rohez et Jocelin son cousin.

Tantost issirent hors aus barons et rendirent eus et la ville en leur mains. Tout mistrent en leur merci sans autres covenances fere a eus. Lors vint li deables qui sema entre les barons une grant envie de petit de chose; car entre Buiemont et le conte Baudoin sourdi uns contenz auquel des deus len bailleroit la ville et la qui baniere seroit mise sur la tor. De ceste chose ne se porent onques acorder le soir; por ce fu delaie jusque a lendemain a recevoir la ville que len leur rendoit. En ce porent il bien apercevoir que ne fait mie bon delaier le bien que len puet faire; car aincois que il ajornast a lendemain si grant plente de gent et si fiere et si bien armee aprochierent de lost de nostre gent que il ni ot si hardis qui ne doutast de sa vie. Il amenoient grant foison de viandes toutes fresches et quant il furent auques pres dilec il deviserent entreus que il feroient deus parties de leur gent: li un se combatroient aus noz et coment quil leur empreist ou bien ou mal li autre metroient dedenz la ville les viandes. Einsi le firent com il fu atiries. Tantost com il ajorna et li solaus fu clers qui pert en cele terre mout matin li Tur conreerent leur batailles; li autre qui menoient le charroi se tornerent vers la ville. Cil qui combatre se devoient navoient mie grant esperance davoir le meilleur de la bataille ne de desconfire nostre gent aincois leur sembloit que il eussent assez fet se il les poissent detenir et destorber tant que la garnison de la ville ne fust par eus encombree. Li nostre les virent venir tous en conroi vers eus si redeviserent leur batailles. Li preudome les comencierent mout a semondre de bien fere mes ne valust riens nul amonestement car bien i parut que il navoient mie la grace Nostre Seigneur aincois lavoient par leur envie et par autres pechiez perdue. Sitost come les premieres batailles furent assemblees li nostre senfoirent sans regarder li uns lautre; nus ne sot porquoi se por ce non que peor avoient. Chascuns aloit ne savoit ou fors la ou il cuidoit eschiver la mort: ne regarderent onques les tentes ne les hernois. Quant li Tur saperceurent que li nostre senfuioient tuit semerveillierent si pristrent cuer. Les ars dont il treoient avant pendirent aus bras et leur corurent sus aus espees et aus maces. Tant en ocistrent com il voudrent: mort furent presque tuit. La fu pris li cuens Baudoins de Rohez et Jocelins ses cousins; en liens furent mene jusque en la parfonde paiennime. Li princes Buiemonz et Tancrez et les dui patriarche sen eschaperent de la desconfiture et senfoirent par voies repostes jusque il vindrent a Rohez. Li arcevesques de Rohez qui estoit simples hom ne se sot mie bien garder ains fu pris avec les autres et liez; bailliez fu a un crestien renoie qui estoit avec les Turs. Quant il vit cel home et sot que il estoit arcevesques grant pitie len prist et dist que il metroit sa vie en aventure por celui fere eschaper. Aler len lessa tout quites si que il senfoi en tapinage; ne sai quanz jors apres les autres vint a Rohez: len le receut a mout grant joie car il estoit mout amez en la cite. Li princes Buiemons sot que li cuens Baudoins estoit pris si parla aus gens de Rohez et aus barons de la terre: par leur acort bailla la cite et toute la terre a garder a Tancre par tel covenant que se Dame Dieu delivroit leur seigneur de prison il la li rendroit toute quite sanz contenz. Li princes meismes prist la terre Jocelin en la seue garde. Len ne trueve mie en nule estoire que en toute la terre dorient eust onques mes si perilleuse bataille des Latins ne si grant ocision de preudomes ne desconfiture si honteuse a toute la Crestiente.

LI ONZIESMES LIVRES

I. Coment Buiemonz et Tancrez se marierent a deus filles le roi de France.

Estez estoit ja trespassez. Li princes Buiemons estoit mout chargiez de grant dete il ne la pooit mie bien paier de chose quil eust; por ce porpensa de passer en sa terre de Puille et querre ilec avoir dont il saquitast. Chevaliers meismes disoit il quil en amenroit sil pooit car il en avoit pou eu prince dantioche por defendre la terre. Il bailla la cite et quanquil i apartenoit enterinement a Tancre son neveu; puis se mist en mer et passa en Puille. Li patriarches Daimberz de Jherusalem ala avec lui. Ne demora mie granment Buiemons en sa terre de Puille; aincois prist bone compaignie de ses plus loiaus genz et se mist a la voie tant que il passa les monz et vint en France au roi Phelipe qui lors regnoit. De maintes choses parla a lui et tant fist que li Rois li bailla deus filles que il avoit: lune avoit non Costance nee de loial mariage; cele prist Buiemons a son oes et lesposa iluec. Lautre avoit non Cecile; la contesse danjou laveit eue du Roi qui avoit lessie son mari et li Rois la tenoit come sa femme qui avoit autre femme toute vive de qui il ne fu onques dessevrez. Quant Buiemonz ot bien fetes ses besoignes en France il sen parti atout grant plente de chevaliers et dautre gent qui vouloient aler outre mer en pelerinage; puis vint en Puille. Cele fille le roi de France Cecile que il avoit demandee a oes Tancre il envoia en Antioche et cil lesposa a mout grant joie. Li patriarches Daimberz de Jherusalem ala a Rome mout se plainst a lapostoile et aus chardonaus du roi Baudoin qui lavoit gite de son siege et les choses de leglise li avoit tolues: bien disoit que ce li fesoit fere Arnous ses arcediacres. Grant pitie en orent tuit cil qui loirent car il tenoient le Patriarche mout a bon home. Li rois Baudoins ne se chastioit pas de ce que il avoit fet tel tort a leglise aincois fist avec ce une mauvese oevre; car sa femme que il avoit esposee loiaument quant il estoit cuens de Roez lessa du tout et se parti de lui sanz jugement de Sainte Eglise. Si pou prisa la loi de mariage que il par sa seue autorite la mist en religion et la fist devenir nonain en leglise madame sainte Anne la mere Nostre Dame: cest uns leus qui est en Jherusalem en la partie qui est devers Orient delez la porte qui a non Josafas pres dun lai ou len lavoit anciennement les berbiz du sacrefice et estoit apelee Probatique piscine. La montre len encore une crouste qui estoit apelee la maison Joachin et madame sainte Anne. Iluec fu nee la glorieuse vierge qui le fil Dieu porta. Leans avoit trois povres femmes ou quatre qui vivoient en habit de religion. Mes quant li Rois i ot mise sa femme il enrichi le leu de rentes et de teneures. Lachoison por quoi li Rois se parti de sa femme ne fu onques seue certeinnement. Li un disoient que il la lessa pour prendre une autre plus riche car il estoit si povres de terres et de muebles quil li covenoit a fere meschief dont il poist issir de povrete; li autre que li Rois sestoit aperceuz que la Reine se contenoit folement de son cors ne ne li gardoit mie bien la loiaute quele li avoit promise au mariage: ce sembla il bien par la contenance que ele ot apres. La Reine fist grant semblant quele ot grant joie au comencement de la religion et bien se contint honestement une piece; apres chanja son corage et vint au Roi demanda li que la lessast aler a Costantinoble por parler a ses parenz et prier que il feissent bien a labaie ou elle sestoit rendue. Par ceste achoison sen issi du roiaume et mist jus tout labit de religion et mena mout mauvese vie dilec en avant; son cors abandona a garcons et a autre gent; ne li souvint mie de lenneur ou ele avoit este. Grant honte en fist a la hautece de reine bien en descovri par semblant le corage quele en avoit eu eu tens son seigneur.

II. De la mort Raimont le conte de Toulouse.

Tant alerent ces choses que li anz fu passez. Li noviaus ans vint de lincarnacion Jhesucrist .m. et .c. et .v. Li bons cuens de Toulouse Raimonz preudom qui amoit Nostre Seigneur de beles contenances en toutes choses qui fist de si granz fez et de si hautes oevres que len en porroit un grant livre fere tout par soi; selonc le droit de la nature des homes et la volente Nostre Seigneur se parti de cest siecle le derrenier jour de fevrier. Bien pot estre li preuz a same car mout fist bele fin. Mes en la terre doutre mer fu il mout grant damage de sa mort. En son leu fu sires de la terre quil tenoit Guillaumes Jordains uns suens nies et maintint le siege de Triple en la maniere que il lavoit comencie. Mout le fist bien jusqua la venue le conte Bertran qui li comenca plet a movoir de cele terre si com vos orroiz. De ce preudome le conte de Toulouse doit len mout bien dire touzjorz nomeement de si haut cuer com il ot; car le pelerinage que il ot une foiz empris ne vout onques puis lessier ains aferma en son proposement Nostre Seigneur servir jusquen la fin. En son pais dont il estoit sires poist avoir granz richeces et faire granz parties de ses volentez; mes il vout mieuz soufrir les perilz et les soufraites de la guerre Jhesucrist que retorner en son pais aus deliz de sa terre. Li autre baron qui orent fet ce veu meismes se tindrent bien a delivre quant il orent este en Jherusalem cil nomeement qui la sainte cite aidierent a delivrer; por ce sen retornerent en leur pais. Li baron de la terre cestui li disoient mout sovent que bien sen poist retorner par grant enneur mes il respondoit come bons crestiens que ses sires et ses mestres Jhesuscris quant il fu mis en la croiz por lui et por les autres pecheeurs len li dist quil descendist de la croiz il ne vout onques ainz i fu jusqua la mort; autresi vouloit il fere que la seue croiz ne metroit il ja jus tant que lame li departist du cors. En celui an meismes Rodoans qui estoit sires de Halape mout poissanz Turs concueilli gent tant come il pot de sa terre et de celes entor par comandement par prieres et par grans loiers si que il ot mout grant assemblee de gent: lors se mit en la terre dantioche; toutes les villes comenca a metre en feu et gaster ce quil trova hors des forteresces. Quant Tancrez oi ceste nouvele tantost concueilli tout son pooir de gens a cheval et a pie puis sadreca vers cele part ou il oi que cil estoit; tout droit vint pres dartaise; la trova si grant plente de gent que la terre en estoit toute coverte. Cil qui bons crestiens estoit et de haut cuer pria Nostre Seigneur mout docement que il li aidast en ce jor contre ses anemis; lors se feri mout hardiement entre les Turs ses genz le sivirent mout de pres tantost derompirent les presses par granz cops que il donoient; leur anemi ne se tindrent gueres ainz se mistrent tantost a la voie: li nostre en retindrent assez pris mes plus en lessierent morz. La baniere Rodoan qui estoit leur estendart fu retenue car il senfoi trestout premiers par quoi toute sa gent fu desconfite. La nostre gent fu mout reconfortee encontre la leur perte que il avoient fete en lautre bataille; mout orent grant joie de ce quil veoient de leur anemis tant que morz que pris. Lie restoient mout dune chose que grant plente de biaus chevaus avoient gaaignez aus Turs qui il en avoient abatuz.

III. Coment li rois Baudoins desconfist les Turs en bataille.

Il avint que en cel an meismes vindrent au calife degypte aucun de ses barons et li distrent: Sire cil pueples des pelerins qui sont venu na mie grant tens en vostre regne et come malaventureuse gent ne prisent riens leur vies; por ce ont fet mains maus a vos barons et a vostre terre. Si ont eu fiance et grant hardement en ce quil estoient grant plente de gent; mes ore sen sont ale li plus et li autre sont mort que par bataille que par maladie. Tant sont gaste en diverses manieres que il ni en a mes gueres; por ce sil vous plest nos cuiderions que biens fust et preus a vostre terre et enneurs a vous que vos preissiez un de vos granz barons et li baillissiez de vostre gent assez que il menast en vostre terre de Surie et de cele chetive gent delivrast si et espurast le pais que il nen remansist uns seus. Ceste parole fu mout plesanz a ce grant home et dist que leur conseuz estoit mout bons. Il prist sans demorance deus granz amiranz de sa terre; a lun bailla sa navie toute et genz assez que il i mist a lautre comanda que il menast ses oz par terre et leur dist que il alassent en Surie por fere ce qui devise estoit. Cil vindrent mout hastivement et entrerent a Escalonne. Quant la Crestiente du regne oi cele venue deus grant peor orent et mout furent effree. Li Rois oi la nouvele tantost vint a Japhe et semont tout son pooir. Cil vindrent sans demeure mout efforciement. Li patriarches de Jherusalem Ebremars vint et aporta la vraie croiz. Quant il furent tuit assemble len les nonbra; si furent trove cinq cenz chevaucheeurs de gent a pie deus mille. Li Tur si come len disoit et voirs estoit furent bien par terre quinze mille sans ceus qui estoient en mer. Quant il sen partirent descalonne leur nes firent aler vers Japhe; il sen alerent jus une ancienne cite qui a non Azote. La firent .ii. parties de leur genz et comanderent qe li un se treisissent vers le Roi qui aus chans se vendroit combatre a eus: si assemblassent a lui et tandis com li Rois seroit encombrez li autre sen alassent a Japhe et assaillissent par terre et cil des nes par mer tant que il preissent la ville. Si come il ot este devise lune des parties sen entra en la terre de Rames; la conreerent leur batailles sonerent buisines et tabours et firent grant effroi de leur venue. Ce fesoient il tout a escient por atainer le Roi tant que il venist vers eus; et tandis lautre partie sen alast la voie de la marine tout seurement a Japhe. Ainsi le cuidoient fere; mes mout leur failli de ce quil pensoient; car si tost com il virent le Roi venir vers eus ses batailles rengiees teus effroiz se mist en leur cuers et si grant peor orent que il envoierent tantost querre ceus qui deus sestoient parti por aler a Japhe. Lors meismes ne cuiderent il mie estre asseur; mes toutevoies sen alerent encontre les noz. Li Patriarches chevauchoit devant les batailles le Roi la vraie croiz tenoit en ses mains a nos genz enjoignoit en pardon de leur pechiez que il bien se contenissent en cele bataille por desresnier lenneur de la foi Jhesucrist; et de celui lor souvenist qui por eus avoit receue mort en cele croiz que il portoit; car cil sires estoit bien poissanz et volenteis de bien guerredoner le servise que il li feroient. Li Rois si com il estoit hardiz et loiaus crestiens se feri premierement entre ses anemis. Li nostre qui mout estoient corageus se penerent tuit de lui secorre et de fere grant damage a la gent mescreant. La bataille comenca fiere et crueus. Li Tur avoient mout grant plente de gent li Crestien le cuers fiers et hardis: longuement dura li chapleiz. Des mescreanz i ot assez ocis; li remananz deus sen esbairent mout tant que il se mistrent a la voie. La nostre gent ne les sivirent pas mout quant il les orent desconfiz aincois sen retornerent au gaaing. Chevaus asnes et chameus i gaaignierent assez; robes avoir et prisons a grant plente. Li bailliz descalonne i fu ocis; li granz connestables sen eschapa a foir. Des Turs i ot mors plus de quatre mille. De la nostre gent i en morurent .lx. qui receurent le martire por Nostre Seigneur. Lors sen retornerent li Rois et sa gent dedenz Japhe tuit riche de grant gaaing; et fu la feste mout joieuse dedenz la ville. En cele bataille fu pris uns riches Turs qui avoit este aucune foiz bailliz en la cite dacre. Li Rois ot puis de sa rancon .xx m. besanz. Le navire des Turs demoroit encore eu port de Japhe; mes quant il oirent la nouvele que leur genz estoient desconfites il leverent les voiles et mous venz i feri qui ventoit tant que il arriverent eu port de Sur. La meismes ne cuidoient il mie demorer seurement et por ce sen esmurent et vourent aler en Egypte; mes une grant tempeste leva en la mer qui les esparpilla si durement que noiez en i ot assez. Et .xxv. nes de cele navie en arriverent ez porz de la Crestiente si que sans ceus qui furent mort bien i gaaignierent li notre .ii m. prisons ou plus.

IV. Coment Ebremarz fu desposez et Guibelinz fu patriarches de Jherusalem.

Or vos dirai de Daimbert le patriarche de Jherusalem que il fist a Rome. Li Apostoiles et li Chardonal le retindrent longuement por ce que il atendoient savoir se nus venist por le Roi ou por son clergie qui vousist mostrer reson por quoi il avoit este gitez hors de son siege et de sa dignite: mes quant il virent que nus ni vendroit et sorent que nule droite achoison il ni avoit eue fors la volente le Roi et sa force il li rendirent enterinement senneur et bones letres lapostoile len baillerent. Puis li distrent que il sen retornast en Jherusalem et feist son office de patriarche si com il avoit fet premierement. Cil sen parti de Rome et vint en Sezile en la cite de Meschines por atendre son passage. Ilec le prist maladie et fu morz tout droit emmi le mois de juing. Il fu patriarches enpais .iiii. anz en essil .iii. ans. Quant Ebremarz qui cele enneur tenoit contre reson oi noveles que cil Daimberz sen retornoit de Rome en la dignite o la grace lapostoile aincois que il seust rien de sa mort se mist en mer por venir a Rome; car il sen voloit escuser de ce que maugre suen lavoit len fet patriarche sanz ce qua lui ne fu onques bel. Quant il vint la ne pot onques autre chose trere de la cort fors tant que li Apostoiles i envoieroit un legat qui sauroit en quel maniere il i avoit entre et atireroit les eglises de la terre selon ce que il porroit mieus au service Nostre Seigneur. Ne demora gueres que il i envoierent un preudome religieus et sage; mes mout estoit vieus Guibelins avoit non arcevesques darle. Quand cil vint en Jherusalem premierement assembla un concile des evesques de la terre por connoistre de la patriarche coment cil Ebremarz i avoit este mis. Certeinnement sot que ce avoit este sanz reson par la force le Roi; por ce le desposa de la patriarche. Mes il trova le bon home simple sans malice et de grant religion. Por ce le fist arcevesque de Cesaire; car il nen avoit lors point. Puis comanda aus clers de Jherusalem que il esleussent patriarche. Cil pristrent jor et sassemblerent. Paroles i ot assez et diverses parties au derrenier sacorderent tuit et eslurent celui Guibelin qui estoit legaz lapostoile. Lors sonerent leur sainz et lassistrent eu siege au patriarche. Ceste election fu fete par la malice celui Arnoul larcediacre porce que il estoit de grant aage et bien savoit que il ne porroit mie longuement durer; si li ama mieus que un plus juene. En celui an meismes qui estoit de lincarnacion Nostre Seigneur Jhesuscrist .m. et .c. et .vii. li Tur descalonne qui mout avoient les oreilles levees por mal fere a nostre gent quant il porroient oirent dire si com il estoit voirs que une grant compaignie de crestiens devoient aler de Japhe en Jherusalem. Por ce firent repostailles et embuschemenz sur les chemins la endroit ou len descent de Jherusalem a la mer. Bien i mistrent .v c. chevaucheeurs et mille homes a pie. Par barat voloient guerroier ceus que il ne pooient vaincre par force. Nostre gent se mistrent a la voie tant alerent que il vindrent la sur laguet. Cil saillirent hors; li nostre furent si esbahi que il douterent quel il feroient ou foir ou eus defendre. Mes cil leur corurent si tost sus que il norent pooir deus partir diluec. Quant li nostre virent ce si cuidierent bien estre mort mes chascuns se vout bien vendre; por ce le comencierent si tresbien a fere tant que li Tur sen esbairent tuit. Cil virent le mauves covine ez Turs: tantost pristrent cuer et hardement en eus et leur corurent sus tant que mainz en giterent morz aucuns en pristrent li remananz senfoi. La nostre gent les sivirent grant piece mes au derrenier sen vindrent en Jherusalem mout lie de leur victoire. Ne onques en cel poigneiz du nombre de leur gent ne perdirent que .iii.

V. Coment li Tur ocistrent Huon de Saint Omer.

Hardiement se recontenoit Hues de Saint Omer en la seue terre; cest cil qui li Rois dona la cite de Tabarie quant Tancrez la lessa. Il guerreoit mout efforciement les anemis Nostre Seigneur qui demoroient a Sur et granz maus fesoient a nos genz quant il en avoient pooir; mes cil Hues fesoit sovent chevauchiees jusque devant leur ville; maintes fois en amenoit granz proies et prisons assez. Mes ce li estoit mout grief chose et trop perilleuse; car de Tabarie jusqua Sur a pres de trente miles entre deus; cil ne trovoit forteresce ne recet nul qui contre lui ne fust: dont cil de Sur laloient porsivant et touzjorz le tenoient en regart jusque a la seue cite. Por ce se porpensa Hues qui estoit sages hom et de grant cuer et regarda sur les montaignes qui sont pres de Sur a .x. miles un tertre fort que len souloit anciennement apeler Ybelin. Ilec ferma un chastel mout hastivement si li mist non le Toron et bien le garni. Cil monz siet entre la mer et le mont de Libane einsi com eu milieu; autant i a de Sur come de lautre cite que len apele Belinas. Cist leus est mout plenteis de bones terres gaaignables de vignes et darbres portanz fruit; mout i a bon air et sain. Par cele fermete comenca il plus a grever la cite de Sur et grant bien fist cis chastiaus au preudome qui le fonda: si fet il jusquau jor dui a la cite de Sur et a tout le roiaume de Jherusalem; car de la plente que il a vont les viandes par la terre et par sa forteresce leur donne grant seurte. Ne demora mie longuement apres ce que li Torons fu fermez que Hues de Saint Omer qui fonde lavoit entra en la terre aus Turs a tout .lxx. chevaucheeurs et encontra .iiii. mille Sarrazins de Damas qui chevauchoient par la terre et vouloient mal fere eu roiaume de Jherusalem. Hues assembla a eus par deus foiz en cel jor et le poieur en ot; por ce se retraioit arieres qui le porsivoient. Tant que il vit que cil il se lassoient du chaut et du chevauchier et du hardoiement que lui fesoient. Por ce si assembla la tierce foiz a eus; mout fist darmes en cele place et si compaignon ausi qui estoient mout peu de gent tant que il desconfirent cele grant chevauchiee de Turs et les en firent foir a grant peor. Deus cenz en ocistrent deus et les chevaus gaaignierent. Mes si come a Nostre Seigneur plot cil Hues qui estoit si preudome et que li Rois amoit tant por sa bonte fu feruz dune saiete parmi le cors et morut ilec. En celui tens aparurent maint signe merveilleus et espoentable en cele terre dorient; car len vit continuelment .xl. jorz a lanuitier lestoile que len claime comete qui avoit une queue de feu si grant que touz li airs en estoit alumez. Au matin dez que li solauz levoit jusqua lore de tierce veoit on quil i avoit deus soleuz deca et dela aussi grant come li vraiz soleuz mes nestoient mie si clers. Entor le soleil aparoit li ars eu ciel et les coleurs que il a mout apertement. Toutes ces choses senfioient muances et novelete eu monde ca aval.

VI. De la desloiaute Alexe lempereur de Costantinoble.

Alexes li empereres de Costantinoble estoit touzjors malicieus et faus encontre la Crestiente; mes en celui tens nomeement empeeschoit il mout et destorboit les pelerins qui par sa terre voloient venir en Jherusalem. Bien oistes que contre le premerain ost qui tant li fist de preu esmut il Soliman qui estoit mout puissans Turs et trop avoit grant plente de gent si que il li fist assaillir les barons qui la estoient. La seconde foiz ices meismes Turs garni il encontre la compaignie des pelerins ou li cuens de Poitiers estoit et porchaca tant et fist vers les Mescreans que pres tote cele route fu desconfite et perdue. Et teus choses fesoit il toutes les foiz que il pooit porchacier le mal aus pelerins par derieres; mes par devant leur fesoit beles cheres; de douces paroles leur estoit et leur donoit granz dons; mes en son cuer avoit il grant joie de toutes leur mescheances et avis li estoit que leur damage fust ses preuz. Leur croissement en la terre de Surie et en ces parties de la avoit il trop sospeconeus; por ce leur porchacoit touz les maus. Buiemonz li sages et li viguereus qui ot este en France dont il amenoit grant plente de gent se pensa que se il pooit la Crestiente vengier de ce traiteur ce seroit mout bone oevre; por ce concueilli tout son ost et assembla .v. mille chevaucheeurs de genz a pie .xl. mille. Les nes ot apareillees ou il entrerent si que le nueviesme jor du mois dottovre cest a la feste seint Denise les fist arriver en la terre de ce desloial empereur. Lors sen vindrent par les citez de la marine brisierent les et barreierent toutes. Granz gaainz i firent. Deus terres i a granz de que chascune a non Epire ambedeus les gasterent. Au darrenier vindrent a Duras qui est la graindre cite de lune des Epires et lassistrent; le pais entor pristrent tout et destruistrent. Bien avoit Buiemonz en proposement de passer bien jusque dedenz lempire si que il eust bien vengiez acertes les granz torz et les desloiautez que cele gent avoient fet aus pelerins si longuement. Li Empereres oi ces noveles que Buiemonz venoit einsi corrociez encontre lui et amenoit tant de gent; tantost fist semondre les suens oz et li vint a lencontre a tant de gent que toute la terre en estoit coverte et furent assez pres li un des autres. Li Empereres envoia gent qui parlerent de pais entreus et par le conseil des sages homes qui menerent la parole furent apaisie en tel maniere que li Empereres jura que des ce jor en avant aus Crestiens de quel terre quil fussent qui voudroient passer en la terre dorient par son pais a bonne foi et sanz mal enging donroit conseil et aide; ne ne souferroit que il fussent destorbe en nul leu ou il eust le pooir. Buiemonz li rejura amor et feeute a garder a touzjorz des lors en avant. Quant ces aliances furent einsi afermees Buiemonz lessa la gent de France que il avoit aler en Jherusalem por leur pelerinage. Il sen retorna arrieres en Puille porce que il avoit encore assez de ses aferes a acomplir et delivrer. En leste apres il appareilla sa muete mout richement; nes et viandes avoit toutes prestes chevaliers et autres genz voloit avecques lui mener tant come il peust concueillir; mes tandis com il atornoit einsi son afere une grant maladie li prist dont il fu mort. Un enfant avoit de sa femme madame Costance la fille le roi Phelipe de France; cil avoit non Buiemont et fu ses oirs du prince dantioche. En celui an meismes fu morz li rois Phelipes de France qui estoit aieus a cel enfant.

VII. Coment li Tur barroient la terre de Rohez.

Ne demora gueres apres ce cil dui haut home de quoi vos oistes dessus parler li cuens Baudoins de Rohez et Jocelins ses cousins estoient encore en prison en paiennime; por ce sembla aus Turs que tens estoit de corre sus a la terre que il devoient tenir. Il concueillirent gent en la terre dorient tant come il porent et entrerent ez parties entor Rohez en cele terre qui a non Mesopotame. La comencierent a prendre les petites forteresces et fondre jusquen terre ardoir les villes prendre les gaaigneurs et mener ens les proies si que dehors les murs des citez nus ne pooit avoir seurte. Et por ce meismes que li pais estoit gastes entor cil qui estoient dedenz les forz villes comencierent a avoir grant soufrete de viandes. Tancrez en qui garde le pais avoit este bailliez avoit tant a fere entor Antioche que Buiemonz li avoit lessiee que il ne pooit pas venir secorre cele terre. Nequedent quant il oi que si grant plente i avoit de Turs qui destruisoient le pais il envoia au roi de Jherusalem et li manda que venist por lui aidier a defendre Rohez et le pais dentor. Il meismes tant com il pot assembla de genz des citez et des chastiaus que il avoit en son pooir. Li Rois vint a lui dedenz brief terme a grant compaignie et assemblerent leur os puis passerent le flun deufrate tuit ensemble et bien troverent si com en leur avoit dit que li Tur chevauchoient a bandon par le pais et tout lavoient ja destruit. Mes quant nostre gent vindrent il se comencierent a recueillir ensemble et douterent plus a envoier leur gent ca et la. Bien avoit esprouvees les chevaleries et le hardement des Crestiens; por ce se doutoient mout a combattre a eus; mes ne sen vouloient mie retorner en leur pais car il savoient bien que li Rois et Tancrez navoient mie grant loisir de demorer la por les aferes que chascuns avoit ailleurs. Por ce les vouloient detenir sans riens fere ne ne vouloient assembler a eus par bataille ne faire chevauchiee par la terre; si que il fussent ennuie tant quil sen retornassent et leur remansist li pais come devant. Li nostre baron connurent bien lentencion quil avoient; si pristrent conseil tel com il porent selonc le besoing et comanderent qe len assemblast touz les blez et les autres viandes que len porroit trover par la terre entor le flun deufrate: lors enchargierent chevaus et asnes et chamaus et bugles; si en garnirent mout bien a lonc tens les forteresces que il voloient tenir; nomeement dedenz Rohez mistrent grant plente de toutes manieres de viandes; gens et armeures i lessierent assez si que ele ne les autres citez ne doutoient siege de petit tens. Lors sen comencierent a retorner en leur pais et vindrent por passer le flun deufrate. Ilec troverent petites nes et pou; li greigneur home passerent avant. Nestoit mie legiere chose de passer si grant ost a petite navie; assez i remest de la povre gent qui atendoient le passage au derrenier. Li Tur les avoient porseus longuement et quant il virent les forz homes outre et les foibles devers eus il leur corurent sus; assez en ocistrent le remenant enmenerent pris. Ce virent bien li Rois et tuit li autre baron qui estoient de lautre part de la marine mout en orent grant angoisse mes ne les porent secorre car en leaue navoit point de gue et il ne poissent passer en ces petites nes a tens. Il sen retornerent en leur pais mout correcie de cele mesaventure. Cil qui avoient ete ocis en ceste maniere estoient povre gent dermenie qui sen afuioient por les Turs et se vouloient trere en pluseurs leus por remanoir ilec. Li Rois et li baron comanderent aus granz homes de la terre que il garnissent bien les forteresces deca le flun et se preissent garde du pais. Ainsi sen departirent.

VIII. De la descorde qui fu entre Tancre et Jocelin.

Nestoient mie hors de prison Baudoins li cuens de Rohez ne Jocelins ses cousins et ja i avoient demore .v. anz. En lan apres de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .ix. cil Baudoins parla de sa raencon et fu accordee por une grant somme davoir por lui et por Jocelin. Il bailla bons ostages et sen vint touz delivres en sa terre. Bien avint ne demora gueres a ses ostages; car len les avoit bailliez por garder aus Turs en une forteresce; il sendormirent li ostage les ocistrent et sen eschaperent. De nuiz sen venoient par voies repostes tant que il vindrent a la cite de Rohez. Quant li cuens Baudoins vint en sa cite de Rohez Tancrez li vea lentree premierement; mes quant il li souvint du serement que Buiemons li fist fere de lui rendre la ville se il retornoit de prison il comanda que len li rendist la cite de Rohez et toute la terre. Mout en furent irie Jocelins et Baudoins si que il le guerroierent puis; meismement Jocelins qui avoit toute la terre deca le flun de plus pres li movoit guerre. Il avint un jor que Jocelins ot assemble de sa gent tant com il pot et de Turs assez que il ot par prieres et par soudees; si entrerent en la terre dantioche et la comencerent a gaster mout ledement. Quant Tancrez loi dire il rassembla tout son pooir encontre vint isnelement et combati a eus. Au comencement en ot Tancrez mout le poieur et furent ocis bien .v c. des siens: mes apres li remenant pristrent en eus cuer et hardement et choisirent la route des Turs encontreus vindrent plus volentiers tant en ocistrent que Jocelins et li autre crestien senfoirent tuit desconfi et que li chans remest a Tancre. Quant la bataille ot einsi este et que des crestiens i ot assez morz que deca que dela li preudome de la terre parlerent a ces riches homes qui sentreguerreoient et leur mostrerent en quel peril la Crestientez estoit por leur descorde; il le connurent bien tant quil firent pais entreus et sentrepardonerent leur mautalent.

IX. Coment Guillaumes Jordains fu ocis.

En celui tens meismes avint que Bertranz li filz Raimon le conte de Toulouse arriva entor la cite de Triple o tout une navie de Genevois. Guillaumes Jordains ses cousins lavoit assise et duroit li sieges des lors que li cuens Raimonz avoit este morz en cele besoigne meismes. Tantost come il fu venuz sourdi uns contenz entreus deus; Bertranz demandoit cele terre qui li ert escheoite de la mort son pere; Guillaumes disoit quil avoit travaillie .iiii. anz tous continueus au siege de Triple; por ce la voloit avoir. Asses i ot paroles et descorde grant entre eus; mes au darrenier leur amis parlerent de pais et les acorderent en tel maniere que Guillaumes auroit la cite darches et de Tortouse o toutes les apartenances; Bertrans seroit sires de Triplûe et de Gibelet quant eles seroient conquises et Mons Pelerins seroit ausi suens et tout ce qui i apendoit. Einsi furent fetes les covenances entreus et bien afermees. Dont il avint que Guillaumes por la seue part fist homage de ses deus mains au prince dantioche; Bertrans de ce quil devoit avoir fu revestuz du Roi et en devint ses hom liges. En leur pais fu encore cette covenance que se li uns deus deus moroit sans oir sa terre escharroit a lautre sanz nul contenz. Quant ceste pais fu einsi bonement devisee et fete par acort des deus il avint que entre les deus escuiers a ces deus hauz homes sourdi une mout grant mellee par petite achoison et sentrecomencierent a corre sus mout durement. Guillaumes loi dire tantost sailli sur un cheval et corut la isnelement por eus desmeller. Si com il entendoit mout a cette besoigne ne sai qui trest une saete et le feri parmi les costez si que il le geta mort. Maintes genz distrent que li cuens Bertrans par grant desloiaute et par grant traison lavoit einsi fet ocirre; mes jusqua cel jor dui nen fu onques seue la verite ne onques ne fu descouvers qui ce coup avoit fet. En tele maniere toute la terre remest a Bertran quant Guillaumes fu morz la cui part li eschei. En cele navie de Genevois avoit soissante et dis galies mout bien armees; chevetaine en estoient dui grant home de Gene: li uns avoit non Ansiaus li autres Hues Ebriac. Il virent que entor la cite de Triple ne pooient il pas fere mout de leur preu car ele estoit trop fort et bien garnie; por ce orent conseil et distrent quil iroient en autre leu ou il porroient mieuz fere chose qui vausist. Mout prierent et amonesterent le conte Bertran que il alast par terre por eus aidier et il iroient encoste de lui vers la cite de Gibelet: cest une cite de la marine qui siet en la terre de Fenice et est obeissant a la cite de Sur. Ce est mout ancien leu car eu livre des Rois en parole len et dit que cil de Gibelet apareillierent les fuz et les pierres a fere le temple Salemon; ele et non anciennement Eve porce que Eveus li filz Canaan le neveu Noe la fist. A cele cite vindrent nostre gent et par mer et par terre de toutes parz lasistrent. Mout sesmaierent tost et furent espoente cil de la ville si que par desesperance manderent aus deus chevetaines de la navie Ansiaus et Huon Ebriac que se il voloient otrier a ceus de la ville que il sen partissent et enmenassent leur femmes et leur enfanz tout sauvement cil qui sen voudroient aler li autre qui remanoir voudroient eussent leur mesons en la ville por une some davoir que il leur rendroient chascun an il ouverroient les portes et leur rendroient la ville sans trere et sans lancier. Cil en orent conseil entreus et si acorderent. La ville fu bailliee aus Genevois en ceste maniere. Li uns deus cil qui avoit non Hues Ebriac la tint une grant piece par tel covent quil en rendroit chascun an une cense au commun de Gene. Quant la cite fu einsi prise la navie sen torna a Triple.

X. Coment li Crestien pristrent la cite de Triple.

Sitost com li Rois oi que ces galies de Gene avoient einsi pris Gibelet et sen estoient retornees a Triple por asseoir la ville il prist bone compaignie et sen ala hastivement la endroit por savoir se il peust retenir ces Genevois par priere ne par loier tant quil li aidassent a conquerre la ville et aucune des citez de la marine; car en cele costiere en avoit encore quatre qui estoient de Sarrazins; Baruth Saiete Sur et Escalonne. Icelles fesoient trop mal a la Crestiente et mout destorboient lacroissement du roiaume la endroit. Quant li Rois vint a ce siege mout en orent grant joie cil qui la ville avoient assise et par mer et par terre; plus en furent hardi et penible de grever leur anemis en maintes manieres. Cil qui assis estoient en devindrent tuit esbahi si que de la peor quil avoient se comencierent il a defendre trop foiblement. Nostre gent leur corurent sus de si grant cuer que il sembloit bien a chascun que li sieges deust estre en ce jour finez qui avoit dure pres de set anz. Si estoient tuit fres que len poist cuidier quil eussent tantost comenciee cele besoigne. Li citeien de la ville saperceurent bien que la chose ne se pooit pas einsi durer longuement; car leur anemis enforcoient apertement et il estoient trop afebloie de desesperance. Pour ce pristrent conseil entreus en quele maniere cele mesese quil avoient si longuement souferte porroit estre a chief menee. Lors envoierent messages au Roi et au conte Bertran qui leur porterent paroles de rendre la ville par teus covenances que se il vouloient fere issir de la ville ceus qui issir sen voudroient et leur mesniees jusque a seurte et ceus qui ne sen voudroient issir fesoient remanoir seurement en leur teneures par rendant une resnable somme davoir quil leur enverroient chascun an il leur ouverroient les portes et leur rendroient la ville delivrement. Li Rois et li cuens et li autre baron oirent ceste requeste: bien si accorderent tuit et tout cil a qui la parole vint loerent que len receust la ville si come il offroient. Li grant home de la cite vindrent avant. Len leur jura ces covenances a tenir a bonne foi sanz mal engin. Cil ouvrirent la ville nostre gent i entrerent. Einsi fu prise la ville de Triple lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .c. et .ix. eu mois de juing le disieme jour du mois. Li cuens Bertrans receut la ville du Rois et len fist homage lige de ses mains. Einsi doivent fere li seigneur de Triple au roi de Jherusalem jusqua ce jor dui.

XI. De la soutillece Baudoin par quoi il ot grant avoir de son seigneur.

Quant li cuens Baudoins de Rohez fu delivres de prison il avoit assez chevaliers avec lui; mes ne les pooit pas bien sostenir en avant ne rendre leur soudees quil avoient deservies en arieres. Por ce se porpenserent un jor dun trop soutil barat. Car il se pensa quil iroit veoir son seigneur cui fille il avoit qui estoit trop pleins de grant avoir et estoit en la cite de Meletene. Il deviserent coment il se contendroient quant il vendroient devant lui et quelles paroles corroient entreus. Il atorna son oirre et mena mout bele compaignie et assez de chevaliers alerent avec lui. Quant cil qui avoit non Gabriel oi noveles de son fil grant joie fist; encontre lui ala et le besa mout doucement a bele chiere le receut et heberja liement. Il sejorna iluec ne sai quanz jorz. De maintes choses parlerent ensemble mout amiablement tant que il avint un jor que il seoient entreus deus en la sale et si com la parole avoit este devisee li chevalier le conte Baudoin vindrent tuit ensemble devant eus eu palais. Li uns prist la parole cui len lavoit baillee et dist en tel maniere: Sire cuens vos savez bien que nos qui somes ci vostre chevalier vous avons servi longuement et loiaument; grant travail avons soufert por vous et mainz perilz trespassez; fain et soif froit et chaut veilliers et peors avons maintes foiz endure avec vous et por vous. En toutes les manieres par quoi len puet traveillier cors dhoms vos avez nous essaiez. Vous et vostre pais avons garde tout sauvement Dieu merci tant quil i pert; car vostre anemi sont bien esloignie et boute arrieres de vostre terre. Je ne vueil pas trop demorer en raconter touz les servises que vus avez euz de nous car nus ne le set mieuz de vous se reconnoistre le voulez ne il ne vos en estuet autre tesmoing. Encontre ce vos nous promeistes assez petiz gages: ceus meismes ne nous avez vos pas renduz. Maintes foiz nos en avez mis termes et demandez respiz. Vos savez bien que nos vous avons soufert tant com nos poismes; ne vos sauve vostre enneur navez mie bien tenues vers nous toutes vos pramesses. Tant que a ce est la chose venue que nos avons si grant soufrete que por rien ne poons plus atendre: car la povrete nous destraint si que se nos volions tout dire honte seroit a nous et pitiez a touz ceus qui lorroient. Au derrenier point somes venu: si vous requerons que nos nen poons mes sur vostre leaute ce que vos nous promeistes et fiancastes vostre foi que vos nous faciez paier ce que vos nous devez ou vos nous rendez le gage que vos nous promeistes. Quant cis chevaliers ot einsi parle il sassist et fist chiere dome qui fust en mout grant angoisse. Gabriel icil Ermins cui fille li cuens Baudoins avoit ot oi ce chevalier deresnier einsi et trop se merveilla que pooit estre de quoi ces paroles avoient este: tant que il le demanda a un suen druguement. Cil li raconta toutes les paroles que li chevaliers avoit dites; et quant Gabriel oi parler du gage que il leur avoit promis si demanda au Conte queus gages cestoit. Li Cuens abeissa la teste ne ne li vout respondre. Il fist demander au chevalier de quel gage il avoit parle; li chevaliers respondi tout apertement que li Cuens leur avoit creante que se il ne les fesoit paier de leur solz au jor nomme il souferroit sanz contredit que len li rassist la barbe. Quant Gabriel oi ce il feri ses paumes ensemble et se leissa cheoir arrieres touz esbahiz. Si fu correciez quil ne pot parler de grant piece; car il estoit costume entre les genz dorient meismement aus Greus et aus Ermins que il gardent leur barbes et norrissent a si grant entente com il pueent et tiennent a trop grant honte et a souverain reproche se len leur en arrachoit un poil par despit. Quant cil riches hom fut venuz en ce point que il pot parler il demanda au Conte se cestoit voirs quil eust sa barbe engagiee: li Cuens respondi mout honteusement que voirs estoit il. Cil se comenca a seignier plus de cent foiz puis li dist coment il pot estre a ce menez que il toute lenneur dome et la victoire de son vis et chose que il ne pooit perdre sanz estre honniz a touzjorz avoit einsi abandonee; car autant li vaudroit sil perdoit la barbe com se il se leissoit chastrer. Li Cuens li dist que ce avoit il fet par grant besoing com cil qui autrement ne pooit retenir ses chevaliers. Mes il li pria que ne sen coroucast mie car il avoit bone esperance en Dame Dieu que sitost com il retorneroit a Rohez il fineroit en tel maniere aus chevaliers que il raembroit son gage. Li chevalier quant il oirent ce distrent tuit ensemble qe ja plus ne latendroient trop leur avoit failli de covenances aincois sen partiroient diluec et feroient tout le mal que il porroient a lui et a sa terre. Gabriel li Ermins qui estoit simples hom ne ne sapercevoit mie du barat que il avoient pourparle fu mout angoisseus et au darrenier se pensa que aincois paieroit il cel avoir que ses gendres devoit quil le soufrist a honnir en tel maniere. Lors demanda combien il avoit en cele dete; il respondirent que li Cuens leur devoit .xxx. mille Michelois: cestoit une maniere de besanz qui couroient lors; car uns empereres avoit este en Costantinoble qui avoit non Michels; icist avoit fet batre cele monnoie et la fist apeler Michelois de son non. Gabriel dist que il feroit paier les chevaliers por aquiter son gendre par tel covent que il li fianceroit et donroit son creant come loiaus crestiens que il james por nul besoing quil eust nengageroit sa barbe. Cil li fianca volentiers puis receurent cel avoir et sen partirent au congie de ce riche home; joieus et tuit enrichi de cel or sen retornerent a Rohez.

XII. Coment li Rois essauca leglise de Betleem.

Uns anz estoit lors de lincarnation Nostre Seigneur .m. et .c. et.x. Li Rois estoit en mout grant porpens coment il poist croistre lenneur du roiaume de Jherusalem en que Nostre Sires lavoit apele: nomeement Sainte Eglise vouloit il mout ennorer et essaucier. Por ce se pensa que leglise de Bethleem qui touzjorz avoit este priorez jusqua celui jour seroit arceveschiez en remembrance de ce que Nostre Sires i avoit este nez. Par le conseil des barons et du clergie de la terre parfist cele besoigne li legaz lapostoile qui estoit en la terre. Guibelins qui fu arcevesques darle et ore estoit patriarches de Jherusalem le conferma. Par dessus ce Arnous li arcediacres Acharz li deans du Sepuchre sen alerent a Rome et en aporterent bon confermement de lapostoile. Li Rois i fist eslire un preudome qui avoit non Achetins chantres fu du Sepuchre. Il li dona et a tous ceus qui apres lui tendroient le siege a touzjorz la ville de Bethleem et un caseau einsi claime len la les villes champestres qui siet eu terroer dacre et a non Bedar; une autre eu terroer de Naples que len claime Seillon; et li tierz qui est delez Bethleem qui a non Betbezen; o deus autres delez Escalonne Zoefir et Cacafa o toutes les apartenances. Richement fu douee par le don le Roi. Bone chartre leur en fist par quoi il conferma a leglise toutes ces choses.

XIII. Coment li rois Baudoins prist la cite de Baruth.

Icist meismes anz duroit encores li rois Baudoins qui estoit bons champions Nostre Seigneur ot fete sofrande mout riche a Sainte Eglise si come je vos ai dit; por ce se porpensa que plus hardiement porroit aler en bataille por la besoigne Jhesucrist. Il savoit bien que en leur porz avoient iverne galies qui bien li porroient aider a conquerre aucunes des citez de la marine. Por ce quant vint eu mois de fevrier il assembla tout son pooir de tout le roiaume et ala asseoir la cite de Baruth: cest une cite qui siet sur la mer entre Saiete et Gibelet en la terre de Fenice: ele est obeissanz a larceveschie de Sur. Quant li Romain tenoient la seigneurie du monde il lavoient mout chiere et li donnerent grans rentes et grant franchise si com len trueve lisant eu livre de la loi qui a non Digeste. Anciennement fu apelee Geris por ce que Gerseus la fist qui fu fils Chanaan le neveu Noe. La vint li Rois o toute sa gent. Bertranz li cuens de Triple fu avec lui. Mout comencierent a aprochier cele cite. Ne sai quantes nes de Sarrazins estoient meues de Sur et de Saiete pleines darmes et de chevaus et de viandes et de genz bien defensables. Se eles poissent estre entrees dedens la cite de Baruth cil qui lavoient assise i demorassent por neant car il perdissent tout leur tens; mes la navie que li Rois avoit amenee ne sosoit pas encore bien metre en la mer: si se receut eu port de la ville par quoi cil de la ville ne pooient issir hors de cele part ne nus ne pooit entrer enz par mer. Pres de cele cite avoit un mout biau bois de pins que len clamoit la Pinoie; mout fist grant bien a nostre gent car il i prenoient merrien por fere berfroiz perrieres mangoniaus et eschieles. Mout grevoient en maintes manieres ceus de la ville car toutes heures de jorz et de nuiz gitoient les engins. Tant metoient de gent a changes et a reles que cil de la ville navoient point de repos. Einsi orent sis par deus mois entor la cite tant que il avint un jor que tuit pristrent despit sur eus du delai quil i avoient mis. Pour ce comencierent a assaillir plus efforciement quil ne soloient. Cil qui estoient ez chastiaus de fust virent que cil de la ville estoient esbahi durement et espoente; si se firent aprochier des murs tant que il saillirent sur les aloers li autre virent quil i avoit ja de leur gent si comencierent a apuier eschieles tout entor et monter sus a grant haste. Tant i ot ja de la nostre gent quil ovrirent une des portes si que li remenans de lost se mist tout enz. Li Tur de la ville se trestrent tuit vers la mer et sen cuiderent eschaper par la; mes la nostre gent qui estoient ez galies les receurent aus espees mout cruelment et les firent flatir arrieres; lors en i ot entredeus tant docis que les rues decouroient de sanc tant que li remenanz cria au Roi merci que il les soufrist a vivre. Li Rois en ot pitie si fist crier son ban et defendre que nus ne fust si hardiz que il en oceist plus. Einsi fu prise la cite de Baruth lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et onze le vingt septisme jour du mois davril.

XIV. Coment li rois Baudoins prist la cite de Saiete.

Ne demora gueres en cele saison meismes que la novele de la terre doutremer qui einsi estoit conquise et ou len guerreoit les anemis Nostre Seigneur fu alee jusques en Ocident en la terre qui a non Noroegue. Assez i ot chevaliers et autres genz a qui li talenz prist du pelerinage por aler au Sepuchre. Il apareillierent bele navie et se mistrent enz; par la mer dangleterre sen alerent tant quil vindrent en la mer dacre puis arriverent eu port de Japhe. Sires et chevetaines estoit de cele navie uns biaus bachelers blonz et granz et bien fez freres le roi de Noroegue. Quant il fu arivez einsi por rendre leur veu et parfere leur pelerinage sen alerent en Jherusalem. Quant li Rois oi la novele de cele gent hastivement sen vint a eus et grant joie leur fist et leur envoia de beaus presenz: mout sacointa debonnerement de ce haut home qui estoit riches et chies des autres; puis li demanda se il avoit proposement por Dieu et por lenneur de la Crestiente que il demorassent en la terre tant que par la volente de Nostre Seigneur et par leur aide len eust conquises aucunes des citez des Sarrasins qui sient sur la mer. Il pristrent conseil entreus et respondirent que par tele entencion quil servissent Nostre Seigneur estoient il meu de leur pais et venu jusques la: et prometoient bien le Roi que sil voloit asseoir une des citez de la marine et menast son ost par terre il menroient leur navie par mer et volentiers li aideroient selonc leur pooir en bone foi. Quant li Rois oi leur proposement grant joie en ot et sanz demorance fist semondre tant de chevaliers com il pot avoir en son conroi armez puis amena tout son ost devant la cite de Saiete. Une grant navie de Turs estoit meue de la cite dacre por venir aidier a leur genz de Saiete si que pres que tuit ensemble vindrent cil dui ost cele part. Saiete cele cite siet sur la mer entre Baruth et Sur en la province de Fenice; mout i a biau siege de ville ancienne citez est mout. Sydon li fils Canaam la fonda dont ele tient encore le non selon le latin. Elle est desouz larceveschie de Sur. De ceste cite parlent maintes anciennes escriptures. Didon en fu nee la royne qui fonda Cartage. Li Rois assist cele ville par terre et par mer. Mout comenca les citeiens de leans grever et apresser en maintes manieres tant quil orent mout grant peor. Bien virent que par force ne se porroient il pas contretenir vers cele gent; por ce se voudrent aidier par tricherie et par barat en tel maniere com vos orroiz. Il avoit un chambellenc entor le roi Baudoin qui mout estoit ses privez et en qui li Rois se fioit sur touz les autres. Cist avoit este Sarrazins mes il avoit requise nostre foi par mout grant volente de bien fere ce sembloit si que li Rois en ot pitie et le fist baptoier et le leva de fonz et li mist son non. Tantost le receut de sa mesniee. A icestui Baudoin envoierent leur messages mout celeement li haut home de Saiete et li manderent et bien le firent seur que grant avoir li donroient riches teneures et seigneuries mout poissanz dedenz leur ville se il por eus delivrer de ce siege ocioit le Roi. Cil receut la parole mout volentiers et grant joie en ot; certeinnement leur promist a fere ce que il requeroient. Bien lui sembla que ce li estoit legiere chose a fere car nus des autres naloit si sovent avec le Roi seul a seul ne ez gardesrobes ne ez chambres com il fesoit. Ja ert tant alee la chose que cil Baudoins natendoit mes que le tens et laise de murdrir son seigneur et son parrain si com il avoit promis. Mes Nostre Sires qui bien puet et set garder sa gent quant il veut latorna en autre maniere car dedenz la cite de Saiete avoit crestiens qui estoient leanz en subjection desouz les Turs; aucuns deus aperceurent et sorent que la traison estoit porparlee: trop en orent grant angoisse dedenz leur cuers et douterent mout que li Rois qui mot nen savoit ne fust einsi murdriz. Il ne li porent nul message envoier; por ce firent escrire unes letres en repost sans nommer celui qui les lui enveoit; a une saiete les lierent et les trestrent au plus avant que il porent: les letres furent trovees et aportees au Roi. Bien devisoient les covenances toutes et coment il devoit estre ocis. Quant li Rois oi ce mout en fu esbahiz et espoentez de tel peril ou il avoit este. Il manda ses barons et leur descovri cele chose; cil firent venir Baudoin devant eus et li recorderent cele chose si come les letres le devisoient: cil ne leur cela onques ainz reconnut coment il le porpensoit a faire. Li jugemenz fu diz par les Barons et tantost fu penduz voiant touz ceus de la cite. Quant li Tur virent quil nestoient mie a bon chief venuz par force leur convint autre plet porparler car il doutoient mout que il ne fussent aucun jor surpris de nostre gent qui entrassent en la ville par force et les livrassent touz a mort. Pour ce requistrent le Roi par messages que il li envoierent que li gentil home de la ville sen poissent aler et enmener leur femmes et leur enfanz jusqua seurte; li povre home et li gaaigneur des terres remansissent en la cite par resnables treuz einsi li rendroient la ville. Li Rois leur otroia volentiers. Tantost les fist conduire et receut la cite; le jor meismes la dona a un des barons de lost que len apeloit Eustace Grenier a tenir a touzjorz par heritage. Et quant cele besoigne fu parfete li Norrois pristrent congie au Roi. Il leur dona biaus dons et granz; a Dame Dieu les comanda de mout bon cuer car bien et bel sestoient contenu a ce siege. Einsi sen parti la navie et revint en son pais. La cite de Saiete fu prise en tele maniere come vos avez oi lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et onze en deloir le diseneuviesme jor du mois.

XV. De la mort Guibelin et coment Arnous fu patriarches.

Au renovelement du tens en cel an meismes fu morz li preudons Guibelins patriarches de Jherusalem. En son leu fu esleuz un autre qui ne le resembla mie: ce fu cil Arnous arcediacres dont vos avez oi parler desus que len apeloit en seurnon Malecoronne. Bien cuit que ce fu por le pechie du clergie et du pueple qui par haine Nostre Seigneur avoient deservi tel prelat sur eus. Si come il avoit fet avant ne cessa mie por sa dignete a fere assez mauveses oevres; car il doutoit pou Nostre Seigneur: por ce se contenoit desloiaument. Longue chose seroit de raconter ses mauvez fez: mes entre les autres vos en dirai un. Il avoit une seue niece que il maria a un des greigneurs homes de la terre ce fu a Eustace Grenier qui estoit sires de ces deus citez de Saiete et de Cesaire. Sachiez que il li dona por prendre sa niece la meilleur ville que li Sepuchre tenist ce fut Jerico o toutes les apartenances. Bien la prisoit len .v m. besanz de rente. Il qui estoit prestres et patriarches fu de trop mauvaise vie com cil qui ne doutoit pechie ne blasme; si que mout issoit de lui male renommee par tout le pueple. Pource que il poist mieuz fere sa volente des choses de leglise il porchaca tant par sa malice que li establissemenz fu despeciez que li dux Godefroiz et li autre baron avoient establi en leglise du Sepuchre quant la cite fu conquise; car il i mistrent clers qui avoient riches provendes et par eus et par leur compaignies servoient mout hautement leglise; cil ne fina onques jusque il i ot mis chanoines rieulez qui estoient menue genz ne riens ne li osoient contredire quil vousist fere.

XVI. Coment li Tur barroierent le pais dantioche.

Tantost com la cite de Saiete fu prise et cele nouvele fu espandue par la terre de Perse une grant plente de Turs de la terre sassembla qui distrent que il vendroient en la terre de Surie por eus esprouver en armes et por conquerre pris et los si que bonne renommee retornast deus en leur pais. En ceste maniere le firent il pluseurs foiz; car des lors que nostre pelerin entrerent en la terre bien par quarante ans apres ne leur failli onques cele tempeste; car chascun an issoient de cele terre noveles compaignies por guerroier la Crestiente. Si grant plente en i avoit tele eure ert que toute la terre en estoit couverte. Mes Nostre Sires i mist conseil quant lui plot. Car il a une terre pres du roiaume de Perse qui a non Avesguie et siet devers Bise; en cele terre naissent plus grant gent que autre home et fort de grant maniere. Cil de Perse les souloient vaincre et defouler en toutes places si que il avoient trop greigneur pooir que cele gent por ce que cil navoient mie les armes ausees ne ne se tenoient pas ensemble. Mes apres quant cil saperceurent qui plus forz estoient et li Persant meismes leur orent fet aprendre des armes qui toute jor leur coroient sus il senpristrent a contretenir contre leur anemis et teus les atornerent que cil estoient desconfit toutes les fois quil sen osoient entremetre. Por ce nenpristrent puis li Persant a conquerre noviaus roiaumes aincois se tenoient tuit lie quant il se pooient ilec defendre. Mes aincois que il fussent en tel point si com je vos ai dit cele plente de Turs issirent de la terre et passerent Mesopotame et vindrent outre le flun deufrate. Toute cele terre comencierent a barroier et a gaster puis asistrent un mout fort chastel du pais qui a non Turbessel. Quant il i orent sis un mois cil de leanz se furent si bien defendu que il ni receurent mie grant damage. Quant li Tur virent quil y perdoient le tens et la peine si se departirent dilec. Mout se fierent en la plente de gent quil avoient; por ce se trestrent vers Halape. Mout tendoient a ce et metoient grant peine que Tancrez qui si estoit preuz et hardiz chevauchast encontreus folement a pou de gent contre leur grant assemblee. Mes cil qui estoit sages le fist come bien apense. Par ses letres manda au Roi que hastivement le venist secorre. Cil asembla chevaliers et vint sanz demorance vers ces parties; avec lui amena le conte de Triple qui de la seue gent avoit asez avec lui. Il vindrent tuit ensemble jusque au chastel de Ruge. Leanz trouverent Tancre qui les atendoit atout son ost. Dilec sen issirent por aler contre leur anemis et chevauchierent les batailles toutes conrees tant quil vindrent devant une cite qui a non Cesaire ou li Tur sestoient avant logie. Ce nest mie cele Cesaire qui est archeveschiez en la terre de Surie ainz est une autre. Quant li Sarrazin les virent einsi venir contreus pour combatre il les douterent si les comencierent a eschiver et retrere leur genz vers leur pais. Li nostre les porsiirent jusquil furent fors de la terre. Puis pristrent congie et sen retorna chascuns en sa contree.

XVII. Coment li rois Baudoins assist la cite de Sur.

Une seule cite estoit remese en la marine qui estoit encore des Sarrazins; il nen tenoient plus des Laliche de Surie jusqua Escalonne qui est la derraine cite du roiaume de Jherusalem. Li Rois qui les autres avoit conquises desira mout cele a avoir por lacroissement de son regne: cest la cite de Sur. Il assembla toutes les nes quil pot trover aus pors et comanda que celle navie si come ele estoit sen alast hastivement a la cite de Sur. Il assembla tout le pooir du regne a cheval et a pie; si sen ala par terre et assist cele cite tout environ. La cite de Sur siet en une isle ausi come en la mer; ce est li chies et la seigneurie de la terre de Fenice qui dure des le ruissel de Valenie jusque a Pierre Encise: en cele espace a quatorze citez qui sont toutes obeissanz a Sur. Du siege de la ville et des apartenances vos dirons plus ca avant quant nos en parlerons autre foiz. La cite fu einsi assise com je vos ai dit. Li Rois qui metoit mout peine et entente a ce quil entreprenoit se traveilloit en toutes manieres de grever ceus de la ville si que il les contrainsist a ce quil se rendissent. En toutes manieres que len puet ville assise aprochier et grever il asseoit car grant plente dengins fesoit giter aus murs et aus torneles; de forz arbalestes et dars turcois fesoit trere espessement a ceus qui se mostroient aus defenses; aus barbacanes asailloient li nostre toute jor mout espessement. Au derrenier fist li Rois fere deus chastiaus de fust mout biaus et mout hauz dont len pooit surveoir toute la ville et trere et giter sur les tors qui plus basses estoient. Li Tur de la cite nestoient mie pareceus ne endormi aincois se defendoient mout viguereusement et grant travail metoient en trover defenses contre toutes les manieres de leur assauz. Dont il avint que il firent deus tors mout hastivement de pierre et de mortier plus hautes assez que les tors de fust qui dehors estoient si que se eles saprochassent poist len giter le feu sur eles des tors de la ville. Quant li Rois vit ce bien connut que nestoit mie legiere chose de prendre einsi la ville a cele foiz car il avoit ja sis quatre mois ne navoit la ville gramment afebloie. Il estoit mout grevez des despens quil avoit fez; por ce se parti du siege et sen ala en la cite dacre. Chascuns des autres barons sentorna a la seue terre.

XVIII. De la mort Tancre et coment li cuens de Triple prist sa femme.

Si come Nostre Seigneur plot en cel an meismes Tancrez qui si estoit preuz et vaillanz et droituriers en jostise aspres et esveilliez en guerres en aumosnes piteus et larges trespassa de cest siecle. Selonc la contenance que il ot en sa vie et pres de la mort len doit bien croire vraiement que same soit en bon repos. Icist preudons quant il senti que sa maladie lagrejoit il apela sa femme Cecile qui estoit mout bone dame fille le roi Phelipe de France si come vos oistes dessus. Il avoit norri entor lui un vallet haut home Poinz avoit non fils le conte Bertran de Triple: celui fist venir devant lui. Lors dist a ce vallet et a sa femme que il connoissoit si leur bonnes manieres que bien leur osoit loer sur same a ambedeus que il sentrepreissent par mariage et mout les en prioit: ce dist a bone foi por leur preuz et por leur ennor. Ne demora mie quant il ot ce dit que lame sen parti du cors. Grant duel en firent toutes manieres de genz en la terre dantioche. Il avint apres dedenz brief terme que li cuens de Triple morut. Poinz ses fils par le conseil du preudome qui norri lavoit prist a noces et a beneicon madame Cecile la femme Tancre qui se racorda bien au conseil son seigneur. Tancrez ot devise en son testament que len baillast le prince dantioche a tenir et a garder a Rogier le fils Richart qui estoit un suen cousin. Ce fu par tel covent que sitost com Buiemonz li juenes qui estoit fils au viel Buiemont vendroit en la terre cil li rendroit Antioche a toutes les apartenances come son droit eritage. Einsi fu otroie par devant les barons du pais. En tel maniere fu Rogiers princes dantioche. Tancrez fu mout ennorablement enterrez eu porche de leglise monseigneur Saint Pere en Antioche lan de lincarnacion Jesucrist .m. et .c. et .xii.

XIX. Coment li Tur desconfirent le roi Baudoin.

Feniz estoit ja li anz et comencoit li autres quant une trop grant assemblee de Turs issi de Perse si come cele terre souloit pluseurs foiz envoier males semences por troubler la Crestiente. Cestoit une fontaine qui tarir ne pooit ainz descendoient en la terre de Surie li ruissel qui tempestoient toute la gent. Cil qui a ceste foiz vindrent orent un chevetaine prince mout poissant qui en guerres avoit fetes maintes proesces Manduc avoit non. Tant amenoit de gent avec soi que ce fu uns des greigneurs oz qui pieca mes fust issuz de la terre. Cil passerent les terres dentredeus et vindrent jusquau flun deufrate. Lors orent autre conseil que cil navoient eu qui de leur terres estoient issu manites foiz; car il souloient touzjorz venir au comencement ez parties dantioche et la comencoient la guerre dont il leur mescheoit maintes foiz. Icist le firent en autre maniere; car il trespasserent la terre qui a non Celesurie la cite de Damas lessierent a senestre et tindrent leur chemin entre le mont Libane et la marine; la cite de Tabarie trespasserent tant que il se logierent entor le pont qui estoit outre le flun Jordain. Quant li Rois oi ce bien saperceut que il estoient einsi fier et orgueilleus por la grant plente de gent que il avoient; por ce sitost com il pot manda le prince Rogier dantioche et le conte de Triple que sitost com il porroient li venissent aidier; car li besoinz i estoit granz. Il natendi pas por ce que il eust tant de gent com il pot avoir mes se traisist pres des Turs et se loja delez eus. Quant li anemi virent que il a pou de gent saprouchoit deus bien se penserent que il le porroient legierement engignier. Pour ce pristrent deus mille chevaucheeurs des leur et les envoierent por lui atainer. Li mille et cinq cent sembuschierent que il naparurent mie. Li autre cinq cent comencierent a aprouchier lost le Roi et corre par les chans folement et sanz tenir nul conroi por fere les genz de lost le Roi saillir encontre eus. Tout einsi com il le pensoient leur avint car li Rois meismes qui plus savoit de guerre que li autre quant il vit que cil Tur chevauchoient si a desroi fist monter sa gent et tantost issi hors encontre ceus qui einsi sabandonnoient. Cil se mistrent isnelement a la voie vers leur embuschement. Li Rois qui ne sen prenoit garde mena sa gent folement et les chaca trop tant quil vindrent sur leur guet. Cil saillirent fors et corurent sus aus noz mout asprement. Cil cinq cenz meismes qui fesoient semblant de foir se retornerent vers eus: la comenca li chapleis et li poigneis trop fiers. Li nostre qui mout estoient pou au regart des autres fesoient merveilles darmes et se baoient a vendre mout chierement. Li Tur qui trop estoient plus comencierent a ocire des noz: li remenanz ne les porent soufrir aincois se desconfirent et mistrent a la voie. Mes en la fuie meismes les venoient il ociant tant que mout en i ot morz. Li Rois meismes qui ot prise sa banniere pour tenir sa gent sen eschapa a peine par effort de cheval et li patriarches Arnous avec lui et aucun des autres barons; onques ne regarderent leur heberges ne tout le hernois qui dedenz estoit aincois senfoirent autre voie. Li Tur pristrent les paveillons a mout grant bobant. Mout furent lie de la honte que il avoient fet aus Crestiens. Li Rois fu trop honteus et correciez de cele desconfiture; que mout le blasma len de ce que tant se fioit de soi que il fist cele saillie sanz conseil et sanz acort ne ne vout atendre le prince Rogier ne le conte de Triple qui devoient venir sanz faille lendemain ou au tierz jor. De nostre gent furent mort en ce poigneiz trente chevaucheeurs; de la gent a pie furent perdu jusques a douze cenz. Quant cele mesaventure fu einsi avenue tantost vindrent li Princes et li Cuens et autres barons assez. Quant il oirent que li Rois avoit fet mout len blasmerent. Il meismes en connut bien son desapensement et sa coupe. Toutesvoies assemblerent ce que il porent de gent et se trestrent aus montaignes ou il se logerent si que bien pooient veoir le covine a leur anemis en la pleine terre desouz. Cil savoient bien que par ce pais navoit nul chevalier si envoierent chevaucheeurs de leur ost en diverses parties por gaster la terre. Il ardoient en villes femmes et enfanz ocioient et vielles genz; les forz gaaigneurs enmenoient por fere esclaves; mout fesoient leur volentez par le pais. Li Sarrazin qui estoient ez casiaus de la Crestiente et gaaignoient les terres par treuz avoient tout lessie et sestoient mis avec les autres Turs: cil fesoient greigneur mal que tuit li autre car il savoient les covines des terres et les menoient por fere les greigneurs damages. Il meismes nespargnoient riens quant il venoient au dessus. Par ceste chose fu touz li roiaumes si effreez que nus crestiens nosoit demorer hors des forteresces. Cil meismes qui estoient dedenz les forteresces avoient grant peor que il ne fussent aucun jor surpris et livre a mort.

XX. Coment li Tur se departirent et alerent vers Damas.

Une chose i avoit qui mout croissoit leffroi et la peor de la nostre gent; car li Tur descalone qui touzjorz estoient en porpens de grever la Crestiente savoient certeinnement que li Rois a tout son pooir estoit ver Tabarie ou il avoit assez a fere qur li Tur lavoient si encombre quil ne sosoit movoir. Por ce assemblerent ce quil porent avoir de gent et se trestrent aus montaignes; la cite de Jherusalem assistrent car bien savoient quil ni avoit gueres de chevaliers. La gent quil troverent dehors la ville ocistrent et menerent en prison; les blez qui estoient par les granches dehors ardirent touz. Quant il orent iluec sis ne sai quanz jorz il virent que nus de ceus de la cite ne voloit issir encontreus aincois se tenoient tout coiement por garder et defendre leur ville: il orent peor que li Rois ne venist por eus lever du siege si sen partirent et retornerent en leur pais. En cele seson qui se traoit ja vers aoust comencierent nes de pelerins arriver en la terre de Surie. Tuit cil qui venoient sitost com len leur disoit que li Rois et la Crestiente estoient a grant meschief et a peril de leur cors hastivement sen aloient vers lui a cheval et a pie si que leur oz en estoit ja mout creuz et quil avoient gent assez. Quant li Tur sen aperceurent mout douterent que li Rois ne se vousist vengier de la honte quil li avoient fete et quil ne venist encontreus a son grant pooir. Por ce se partirent du pais et se trestrent vers Damas. Li nostre baron quant il virent ce se departirent et sen alerent vers leur pais. Manduc li chevetaines des Turs qui si avoit la terre de Surie gastee sen vint en la cite de Damas. Iluec ne sai quel murdrier que len ne sot que il furent locistrent de coutiaus. Len cuida que Dodequins li rois de Damas leust fet fere ou au mains quil le consentist; car il doutoit mout celui qui estoit sages et poissans et grant peor avoit quil ne li tousist son roiaume.

XXI. Coment li rois Baudoins se maria a la dame de Secile.

Ja sen estoit departiz touz li oz si com je vous ai dit et sestoit chascuns retret vers son pais quant uns messages vint au Roi qui lui dist que la contesse de Secile estoit novelement arrivee a Acre. Ceste dame avoit este femme au conte Rogier qui ot non Borse en surnon et fu freres Robert Guichart. Haute femme estoit de tresgrant richesce. Li Rois avoit en lan qui passez estoit envoiez a lui granz messages de sa terre; mout lavoit requise quele se vousist marier a lui. Cele en avoit pris conseil a son fil qui avoit non Rogier qui fu puis rois de Secile; cil nen gita mie la parole trop arrieres aincois sacorderent entre le filz et la mere que se li rois Baudoins le fesoit bien seurs des covenances quil li mandoit ele sotroieroit a lui par mariage. Les covenances estoient teles que se il avoient entreus deus oir male cil auroit le roiaume de Surie enpres la mort le Roi sanz contredit et se li Rois moroit sanz oir de lui Rogiers li fils a la dame seroit oirs le Roi et auroit le roiaume de Surie. Et quant li Rois Baudoins sot que cele dame fu venue tantost envoia granz messages a lui et leur comanda quil ne lessassent por nul covenant que ele demandast que tout ne li otroiassent et len feissent bien seure et la li amenassent en toutes manieres: car il avoit oi dire et voirs estoit que ele estoit mout riche et si bien de son filz que il ne li veast chose quele vousist avoir du suen. Encontre ce li Rois estoit povres et soufreteus si quil li covenoit chascun jor a faillir et a rompre du despens de son ostel et de la livroison a ses chevaliers. Por ce desirroit mout soi joindre a cele dame qui bien le poist secorre a ses besoins. Ces covenances li avoient este creantees ainz quele meust de son pais si que par le conseil son filz ele passa la mer et vint en la terre de Surie. Nes amena chargiees de froument et de vin duile et de chars salees; armes et chevaucheeurs i avoit a grant plente; or et argent aporta plus que len ne cuidast quele poist avoir. Li message qui vindrent la renovelerent les covenances puis manderent le Roi quil revenist a parfere la besoigne: il i vint tantost. Li Patriarches et li autre baron de la terre furent present. Cist serement furent fet des covenances tenir devant le Roi puis fu parfez li mariages. Tout ce barat propensa Arnous li patriarches por querre chevance au Roi qui trop le creoit. Je le doi bien apeler barat; car la dame en fu deceue qui cuidoit que li Rois la poist bien loiaument espouser; mes ce nestoit pas voirs parce quil avoit encore femme toute vive que il avoit espousee a Rohez selonc la loi de Sainte Eglise coment que il len avenist apres. Quant la dame vint eu pais mout i fist grant bien car ele raempli la terre de maintes choses dont il i avoit grant soufrete.

XXII. Coment li cuens Baudoins de Rohez toli a Jocelin toute sa terre.

Tandis come ces choses estoient einsi menees eu roiaume de Jherusalem avint que une trop grant famine sourdi en la terre de Rohez et pource que la sesons des blez estoit mauvese et por ce meismes que la cite estoit assise eu milieu de ses anemis si que li gaaigneeur de la terre nosoient arer ne semer por les Turs qui toute jor coroient par le pais. Por la soufrete du ble covenoit que li grant home de Rohez menjassent pain dorje ou len melloit la glant molue. La terre Jocelin qui seoit outre le flun deufrate estoit sanz guerre et sanz grevement plenteive de blez et de toutes manieres de biens. Dont il ne le fist mie sagement; car il savoit certeinnement la soufrete et la mesese au conte Baudoin qui estoit ses sires et ses cousins et tout li avoit donne quanque il avoit en cele terre; ne onques por mesese quil eust un present ne li envoia ne secors ne li fist a lui ne a sa gent par quoi il feist semblant quil li pesast de sa mesestance. Il avint que li cuens Baudoins envoia messages au prince dantioche cui il avoit donee une seue sereur a femme. Cil message alerent et vindrent par la terre Jocelin qui assez courtoisement les receut et heberja. Mes si com il est costume maintes foiz les mesniees comencierent a parler ensemble si que li sergent Jocelin distrent aus messages le conte Baudoin que leur sires estoit povres et mau chevissanz de si grant terre come il avoit: mes li leur sires Jocelins qui avoit petite terre estoit combles et riches de blez et de vins dor et dargent; chevalier et sergenz a pie treoit de sa terre a son besoing plus que mestiers ne li estoit; li bourjois du pais avoient tout lavoir. Por ce feist que sages li cuens Baudoins ce disoient se il preist grant avoir de leur seigneur et li lessast la conte de Rohez que il ne pooit ne savoit maintenir et sen retornast en France atout le grant avoir que cil li donast. Quant li message Baudoin qui estoient sage home oirent ceste parole nen firent onques semblant que il i pensassent nul mal; mes toutesvoies saperceurent il bien que li corages Jocelin tendoit auques la ou cil disoient; car maintes foiz avient que par les paroles des mesniees puet len connoistre aucune chose du cuer et de la pensee au seigneur. Lendemein cil message pristrent congie a leur oste et sen retornerent a leur seigneur. Quant il vindrent a lui du message ou il les avoit envoiez li rendirent bien reson puis li conterent que Jocelins ses cousins les avoit bien herbergiez et lieement mes toutesvoies li distrent les paroles que il avoient oies des sergenz. Quant li cuens Baudoins oi ces paroles mout en fu correciez en son corage et bien entendi que cil qui tel parole disoient en avoient oi aucun assentement de leur seigneur; por ce en emprist mout grant desdaing en son cuer de ce que cil quil avoit secoru a si grant besoing se prouvoit mauvesement vers lui. Il creoit plustost les paroles par ce quil avoit veu de ses oevres; car en toute la soufrete que il avoit eue par la famine ne li avoit mostre nule amour ne fet present ne courtoisie nule; aincois li fesoit reproucher sa povrete come se il i fust encheoit par sa mauvestie. Merveilles en ot grant angoisse en son cuer. Quant il ot tant pense trop pleins de grant ire il fainst et fist semblant que il fust malades et se coucha en un lit; lors manda Joceiln sanz demourance que il le venist veoir. Cil se hasta du venir qui nule sospecon navoit de mal en cele voie; tant chevaucha quil vint a Rohez. La trova le Conte en la greigneur forteresce ou il se gisoit; il le salua come son seigneur mout debonnerement et li demanda coment il li estoit cil respondi: Il mest mout mieuz que tu ne voudroies. Apres li dist Baudoins: Jocelin as tu riens en ceste terre que je ne taie done. Cil respondi: Certes sire nenil. Dont test donc fist il ce venu que tu que je avoie si ennore et enrichi de la moie chose tes si mauvesement provez vers moi que tu en ma soufrete de riens ne me regardas qui tout avoies du mien; aincois mas reprochie ma povrete en mauvestie; et ce que nus sages hom ne poist eschiver car nus conseus nest contre Dame Dieu mas tenu a folie et a malechevance. Semble te il que je soie si chetis et si malaventureus que je vende ce que Dieus ma donne et menfuie por ton avoir que tu me donras. Ne tes pas bien contenus vers moi de la bonte que je tavoie fete; pour ce si est droiz et resons que tu la perdes. Quant il ot ce dit tantost comanda quil fust pris et mis en bones buies; en mout penible prison le tint et assez mesese li fist soufrir jusque il li lessa toute la terre que il tenoit et forjura que james ni clameroit nule droiture. Partant fu delivres de prison; mes il sen issi du pais a pou davoir et sanz gueres de compaignie. Lors sen vint au roi de Jherusalem et li conta coment ses sires et ses cousins lavoit mene cruelment et li dist que ses proposemenz estoit de retorner en France. Li Rois en ot pitie car il savoit bien que il estoit bons chevaliers et preudom il meismes avoit bien mestier de tel gent. Por ce li dona la cite de Tabarie o toutes les apartenances a tenir par heritage; car il se pensa que cil tendroit bien son leu en ces parties et si fist il: que bien gouverna cele cite et eslargi son pooir sur la terre a ses anemis. La cite de Sur estoit encore de Sarrazins et ausi com ses ancestres lavoit fet il corrouca maintes foiz ceus de la ville. Il avoit granz montaignes entreus deus; mes por ce ne leissoit il pas que il ne feist maintes chevauchees devant Sur ou il gaaignoit granz proies; les genz quil trouvoit dehors ocioit ou en amenoit pris.

XXIII. Du grant crolle qui avint en la terre de Surie.

Nestoit mie encore passez li anz de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .xiiii. quant uns granz crolles vint en la terre de Surie si que maint chastel et ne sai quantes citez furent fondues meismement en la terre de Cilice de Isaure et de Celessurie: car en Cilice chei toute la cite de Mamistre et ne sai quantes forteresces entor; la cite de Marese fondi et les villes qui pres estoient si que daucunes sembloit quil ni eust onques eu heberjage. Mout i mouroit de gent: li un fondoient en terre par les crevaces qui saouvroient mout larges; li autre estoient escachie soz les murs des mesons qui trebuchoient. Les citez resembloient murgiers de pierres: si remanoient seules et gastes. La gent senfuioient aus chans si espoentez du grant effroi que touzjorz leur sembloit en dormant et en veillant que la terre les deust transgloutir. Ce navint mie seulement en un pais aincois sespandi cele pestilence largement par la terre et en loing jusque pres de la fin dorient. En lan qui vint apres selonc la costume qui avoit ja longuement coru Borses uns mout puissanz princes de Turquie ot assemble grant plente de gent bien armees et fu entrez en la terre dantioche; parmi cele contree sen passa et se tint entre Halape et Damas. Ilec atendi jusque il se fust conseilliez en laquele partie de la terre il porroit plus grever la Crestiente; car la vouloit il adrecier sa chevauchiee. Tandis com il demoroit iluec Dodequins li rois de Damas ot peor dicele assemblee que Borses tenoit ilec pres de lui: et bien cuidoit que il le feist por plus fere smal a lui et por tolir le roiaume se il poist que por guerroier le Crestiens; car il avoit este maintes fois en guerre ou il avoit bien essaie nos chevaliers: cil meismes le fesoit plus douter que il savoit bien que len li metoit sus la mort a ce haut home Manduc qui avoit este ocis a Damas par son porchaz ce cuidoit len. Mout ot este longuement pensis en cel afere; au derrenier envoia granz messages et riches dons au roi Baudoin et au prince dantioche et prist trives a eus; seremenz fist fere et ostages bailla de bien garder les trives. Lors douta il mainz les Turs sil pensassent riens contre lui car il salia a nostre gent que il sentraidassent se mestiers fust. Endementres li prince dantioche vit que Borses et sa gent estoient pres de lui et fu acointiez par certeins messages que cil sapareilloit de fere chevauchiee par sa terre: si manda le Roi que sanz demourance li venist aidier; Dodequins meismes qui estoit ses empris semont par la foi et par lalliance quil li avoit fete quil le secorust. Li Rois qui mout estoit ententis et curieus de garder la terre que la Crestiente tenoit sen vint mout hastivement o bele compaignie de chevaliers quil ot assemblez et avec lui amena le conte de Triple Poincon. Si chevauchierent tant quil vindrent assez en brief tens au leu ou li Princes avoit sa gent assemblee. Dodequins qui plus estoit pres de la terre au Prince sestoit avanciez si que il avoit amene grant route de ses genz et sestoit logiez come bons compainz et loiaus. Quant il furent einsi assemble il chevauchierent jusques devant Cesaire car il avoient oi dire que leur anemi sestoient la logie. Quant Borses oi dire que si granz genz venoient contre lui bien sot que il ne les porroit pas soufrir legierement; por ce fist semblant de retorner en son pais et que il neust plus talent de revenir en cele terre. Li nostre baron pristrent congie entreus et sen retorna chascuns en sa contree.

XXIV. Coment cil descalonne corurent en la terre des Crestiens.

Escalonne qui mainz maus avoit fez a la terre de Surie estoit encore pleine de Sarrazins qui pensoient en toutes manieres coment il poissent grever la Crestiente. Quant il virent que li Rois sestoit trez vers Antioche por le besoing au Prince et menez avoit avec lui les meilleurs chevaliers du roiaume si se penserent que lors ert poinz et tens de movoir guerre: si alerent asseoir la cite de Japhe. Novelement estoit venue en leur aide une navie degypte ou il avoit neuf nes pleines et bien garnies de genz armees. Il comanderent que cele navie sen alast vers Japhe avant: il chevauchierent apres les bannieres levees tuit en conroi jusque devant la cite. Quant cil qui ez nes estoient virent que leur genz estoient venues par terre si saillirent hors mout hastivement et comencierent a assaillir la cite. Cil descalonne firent soner leur trompes et crier lassaut et trestrent dars et arbalestes et drecierent eschieles; mout se penerent despoenter et deffreer ceus de la ville. Cil qui dedenz estoient navoient gueres genz mes bien se penserent que a combatre les covenoit por la foi premierement apres por leur vies por leur femmes et por leur enfanz: por ce sabandonerent mout hardiement. Aus defenses des murs et des torneles gitoient grosses pierres et se penoient de trere de forz ars et de bones arbalestes quant il apercevoient leur trez; car il ne vouloient mie gaster leur cops porce que trop estoient pou; si les fesoient reuser arrieres quil ne sosoient mie aprouchier aus murs. Mout i troverent autre chose cil descalonne que il navoient pense car il cuidoient trover la ville toute vuide si quil ni eust mie gramment se femmes non; por ce avoient fetes leur eschieles et aportees come por monter sur les murs sanz contredit. Mes cil de la ville les tindrent si corz que les premieres eschieles quil avoient dreciees furent trebuchiees aval si quil norent pooir onques puis daprochier aus murs. Nostre Sires avoit done aus Crestiens qui dedenz estoient si grant hardement quil ne prisoient rien cele plente de Sarrazins qui les assailloient. Les portes de la ville estoient de fust sanz couverture nule de fer: li Tur giterent premierement grant atret de busche seche et destrain puis i lancierent le feu de loing si que grant partie des portes fu arse; mes li nostre se regarnirent si encontre et restoperent le pertuis que il ni oserent onques aprochier. Quant li Tur virent quil y avoient ja gaste grant piece de tens bien aperceurent quil ni feroient gueres de leur proufiz. Dautre part il douterent que li crestien de la terre ne sassemblassent por venir sur eus: si lessierent le siege et sen tornerent fuiant a Escalonne. La navie qui estoit venue por eus aider se receut eu port de Sur. Apres ce quant dis jorz furent passe cil descalonne sapenserent que li Crestien ne se doutoient ore mie deus aincois cuidoient estre tout asseur; por ce sen issirent de leur ville tout secreement et orent assemble grant gent porce que il les voustrent surprendre; et vindrent tout soudeinnement devant la cite de Japhe. Mes cil qui estoient acostume de guerre se tenoient touzjorz en regart: de jorz et de nuiz avoient eschauguetes sur les tors por garder quil ne fussent surpris. Quant il virent donques leur anemis retornez tantost furent prest et saillirent a leur defenses. Ce leur donna grant hardement de defendre leur cite que il virent leur anemis afebloiez du pooir que il avoient eu car la navie qui leur souloit aidier ni estoit ore pas ne ne pooit mie legierement retorner. Ce meismes lor donoit grant seurte que li Rois ce disoient lor genz sen devoit prochienement retorner dantioche ou il estoit alez. Por ce sabandonerent plus de fere saillies sur les mescreanz tant quil en ocistrent assez de ceus qui ne doutoient que les osassent einsi envair. Quant li Tur orent demore ilec jusques apres none bien virent quil ni feroient se perdre non et que la cite nestoit mie prenable: il firent soner leur trompes et cueillirent leur gent si sen retornerent a Escalonne.

XXV. Coment Borsequins fu desconfit.

Tandis come ces choses coroient einsi eu roiaume de Jherusalem cil Turs dont je vos ai parle desus qui avoit non Borses mes len le clamoit Borsequin qui avoit fet semblant de soi partir de la terre dantioche por la venue le Roi et des autres barons vit bien et aperceut que li Rois et li Prince estoient esloignie de la: Dodequins meismes qui leur aidoit sestoit retrez en sa terre; si cuida bien que il ne fussent mie legierement rassemble en ce pais; por ce fist sa chevauchiee et entra mout fierement en la terre dantioche. La comenca mout le pais mener a sa volente barroier les villes ou ardoir prendre les homes et ocirre; mener les bestes et porter abandoneement quanque li plesoit eu pais. Il envoioit sa gent en diverses parties qui tresmutoient aus lointaines villes qui rien ne cuidoient douter; la fesoient il trop grant damage docirre genz et de villes ardoir quil surprenoient einsi. Il ne prenoient mie seulement les villes descloses ainz entroient desporveument dedenz les forteresces qui ne sen gardoient: si que la cite de Marran et la forteresce de Cafardan pristrent il ainsi. Ceus quil trouverent mistrent a lespee fors ne sai quanz quil enmenerent pris. Les forteresces mistrent toutes a terre; les villes mistrent toutes en cendre. En ceste maniere fesoient leur volente par cel contree: de toutes parz achacoient les proies devant eus et enmenoient prisons crestiens. Quant cele novele vint au prince dantioche mout en fu correciez. Tantost envoia querre le conte de Rohez si que le doziesme jor du mois de septembre issirent hors dantioche o toute leur gent et chevauchierent jusque au chastel de Ruge. De la envoierent leur espies por encerchier le covine de leur anemis ne en quel leu il les poroient trover. Li Princes conrea tandis ses batailles et atira sa gent a cheval et a pie come por assembler a ceus se il les trouvast. Endementres quil entendoit a cele chose uns des messages quil avoit envoie retorna hastivement et li dist que li Tur estoient pres dilec logie eu val de Sarmate. Quant cil de lost oirent ces noveles il en furent si lie come se chascuns fust certeins de la victoire. Borsequins meismes qui bien sot la venue de nos genz comanda que ses oz sarmast et venissent encontreus les batailles rangiees; efforciement les pria et semont de bien fere. Toutesvoies il vout penser de soi; si prist son frere et ne sai quanz de ses amis privez et se trest en un tertre pres dilec en une montaigne dont il poist bien veoir les batailles assembler et apercevoir certeinnement queus en seroit la fin. Les routes chevauchierent les unes contre les autres tant queles sentrevirent. Baudoins li cuens de Rohez qui fesoit lavant garde quant il vit cele grant plente des anemis Nostre Seigneur ne les prisa neant ainz se feri entreus hardiement et le comenca si bien a fere en sa venue que il fist tout lost des Sarrazins fremir et douter. Apres lui rassemblerent les autres batailles si fierement que chascune se plunjoit bien la ou ele assenoit. Si fesoient granz cops des glaives et des espees que riens ne les osoit atendre. Bien souvenoit a la notre gent des cruautez que cil Tur avoient fetes par la terre si en avoient les cuers plus felons et plus iriez encontreus. Mout leur vendoient chierement la mort de nos genz et les autres gainz quil avoient fez par le pais. Li Tur se defendirent une piece et se fierent tant en leur grant plente de gent que bien cuidierent soufrir lestor des Crestiens; mes apres il esproverent si le hardement et la proesce de nostre gent que trop sen merveillierent: bien connurent que nules genz ne poroient tant endurer por ce se desesperent et senfoirent tuit desconfit; et Borsequins qui estoit sur la montaigne vit bien que la seue gent estoit tornee a desconfiture et quil ni avoit point desperance quil sarestassent eu champ; por ce descendi hastivement et se mist a la voie entre lui et son frere et ses privez amis; ne ne fina onques de foir jusque il fust a garant. Il lessa ses paveillons et sa baniere ses cofres et tout son hernois: onques rien ne regarda. La gent au Prince et au conte de Rohez sivirent les routes des Turs desconfiz bien largement par deus miles mes il nestoient mie oiseus en chacant aincois decoupoient quanquil povoient ataindre; si que la ot mout grant ocision des mescreanz. Li Princes cui Dame Dieus avoit donee la victoire remest cel jour et lendemain eu champ por atendre sa gent qui avoient chacie les Turs en diverses parties. Quant il furent tuit venu len amena tout le gaaing et les chevaus ensemble; li Princes les departi igaument selonc ce que chascuns estoit car leur anemi avoient lessie leur tentes toutes pleines de richesces et de maintes vitailles que il avoient cueillies par la terre si que tuit en furent riche. Les crestiens meismes que il avoient pris troverent il touz liez parmi lost que il delivrerent touz et envoierent en leur villes. En ce poigneiz ot occis de Turs plus de trois mille. Quant ces choses furent einsi parfetes li Princes envoia mules et chevaus et chamaus touz chargiez de son gaaing avant lui; apres il entra en Antioche ou tuit le receurent a mout grant joie et loerent Nostre Seigneur qui tele enneur leur avoit fete.

XXVI. De la desloiaute Arnout le patriarche.

Une novele vint en ce tens a lapostoile que li patriarches Arnous de Jherusalem se contenoit trop mauvesement; car il estoit en soi de trop orde vie: les biens de seglise destruioit touz. Le Roi qui le creoit fesoit fere de trop mauveses oevres: aus Barons et a tout le pueple donoit mauvez essample par sa contenance. Li Apostoiles i envoia por ce un legat en la terre qui estoit sages hom et de grant religion: ce fu levesque dorange. Quant cil fu venuz en la terre de Surie il fist semondre le Patriarche quil fust devant lui a un jour ou il ot fet assembler touz les evesques du regne: cil i fu. Li Legaz enquist de son estre et de sa maniere; tant i trova de desconvenues que par jugement le desposa. Cil qui se fioit en sorceries et en arguz dont il ovroit touzjorz et corrompoit toute la gent se parti dilec et passa mer et vint a Rome. La dist tant a lapostoile et aus Cardonaus de beles paroles et de blandices dont il savoit assez et pardessus dona granz dons largement que il les deceut touz si que li Apostoiles le receut en sa grace et depeca ce que li Legaz avoit fet; le patriarche rendi enterinement a Arnous et len renvoia en son siege bien asseure par ses lettres ou cil mena plus orde vie que devant et fu pires conques navoit este. En cele seson meismes li pueples des crestiens navoit encore nule forteresce outre le flun Jordain. Li Rois desirroit mout a acroistre son roiaume et eslargir en cele partie. Si ot porpensement d fere un chastel en la terre qui a non la tierce Arabe que len apele par autre nom la Surie Sobal; porce que il se pensoit que la garnison dicele forteresce garderoit que li Tur ne poissent corre par le pais ne gaster les villes qui treuz li rendoient; et por ce fere il assembla grant gent de son roiaume et passa la Mer Morte parmi la segonde Arabe dont la mestre citez a non La Pierre. La trova un tertre qui assez estoit covenables a fermer. Ilec fist une tor et un baile et bones trenchie et bones barbacanes devant. Li sieges du lieu estoit forz et mout le fist bien fermer de riches oevres; et porce que il lavoit fet fermer li mist a non Mont Roial. Li pais entor ert pleins de granz gaaigneries de bonnes vignes et darbres portanz fruiz; et mout ert li chastiaus sains et delitables. Il y fist remanoir de sa gent chevaliers sergenz et vaillains gaaigneeurs et a touz donna granz teneures en la terre selonc ce que chascuns estoit. Le chastel garni mout richement darmes et de viandes dengins et darbalestes genz i mist assez por le defendre et por chevauchier par la terre si que cele forteresce jostisoit tout le pais entor.

XXVII. Coment li rois Baudoins raempli de crestiens la cite de Jherusalem.

Si com li Rois estoit sages et curieus de ce qui apartenoit a sa dignete il porpensa un jor que la citez de Jherusalem nestoit mie bien habitee de gent qui defendre la poissent si que quant li besoinz de la Crestiente le fesoit chevauchier ailleurs il estoit granz perilz de perdre la ville; porce que dedens navoit mie soffisament genz dont lon poist les tors garnir ne fere garder les murs ne les portes et li Tur chevauchoient sovent la entor quant il savoient que li Rois estoit esloigniez. De ce fu mout li Rois angoisseus et demanda conseil a maintes genz coment il porroit raemplir la ville dabiteeurs; car li Tur qui estoient en la cite quant ele fu prise furent presque tuit ocis et sil en i remest aucunz qui ne fussent mort len ne les lessa remanoir dedenz la ville; car li haut baron qui la pristrent destrent que ce seroit grant tort et hontes et ordoiemenz aus Sainz leus se cil i abitoient qui ne creoient mie en Jhesucrist. Ainsi nen i avoit nul et li nostre crestien estoient si pou que a peine pooient il emplir une des mestres rues. Des Suriens i avoit il trop pou; car des que li Crestien vindrent en la ville li Sarrazin qui seigneur estoient de la terre leur firent tant de contraires que il les gasterent pres de tout par les meseses quil leur firent soufrir. Meismement puis que Antioche fu prise les orent il mout sospeconneus si quil les ocioient por assez legieres achoisons; car il leur reprochoient que par messages et par letres avoient envoie querre les barons de France qui les estoient venu guerroier. Li Rois quant il se dementoit de cele chose oi dire certeinnement que outre le flun Jordain en Arrabe avoit asez crestiens qui vivoient en servage desouz les Turs. Li Rois les envoia querre tout celeement et leur manda que se il voloient venir habiter en Jherusalem il leur donroit assez plus que il navoient la et si seroient plus a enneur et a grant ese avec la gent de leur foi. Quant il oirent ce mout i vindrent volentiers; si amenoient femmes et enfanz bestes et toutes leur choses; si com il sen pooient venir. Des autres lieus meismes de paiennime i vindrent assez gent crestiene quant il oirent ces noveles que li Rois les apeloit si bel et leur donoit heritages; tant en i vint que la cite fu raemplie la ou ele estoit vuide. Franchement leur fist li Rois tenir les teneures que il leur assena si com il estoit bien droiz en si franche ville et si noble com estoit la cite de Jherusalem.

XXVIII. Coment li Rois envoia messages a lapostoile.

Apres par le conseil aus clers de la terre il envoia a Rome et fist otroier et confermer par lapostoile que toutes les citez li chastel et les villes que il conquerroit en ces contrees fussent tant com apartenoit a la Crestiente souz leglise de Jherusalem et tuit li evesque et tuit li arcevesque deussent obedience au Patriarche. Lapostoile envoia ses letres de confermement au Roi et au patriarche de Jherusalem. Li patriarches dantioche Bernars dist que len en fesoit tort a lui et a seglise de ce que il sembloit que li Apostoiles eust mis desouz leglise de Jherusalem ces citez qui souloient estre desous leglise dantioche. Mes li Apostoiles renvoia apres ses letres au Roi et au Patriarche ambedeus et leur manda que nestoit mie sentencions que il vousist changier la seigneurie des eglises que eles avoient quant toute la terre fu de crestiens.

XXIX. Coment li rois Baudoins mena son ost jusqua la Rouge mer.

Pensis fu mout li Rois coment il porroit plus encore eslargir son roiaume. Por ce atendi la novele seson de lan qui venoit apres et prist avec lui genz assez. Por chevauchier seurement les genz mena qui bien savoient le pais; puis passa le flun Jordain et la Surie Sobal; dilec entra ez deserz puis descendi a la mer Rouge et trova lancienne cite qui avoit non Elyn ou il ot jadis douze fontainnes et soissante dis paumiers si come len trueve en la Bible. Li Sarrazin de la terre qui ne doutoient avoir garde de si loing se merveillerent mout quant il virent ces estranges genz venir en ces estranges parties. Meismement quant il sorent que cestoit li rois des Crestiens trop en furent espoente et entrerent ez nes si se mistrent en la mer. Li Rois trova la terre vuide si la cercha mout durement; apres quant il ot touz veuz les estres et les sieges des villes il sen retorna par la voie meismes que il estoit venuz jusque il vint a Mont Roial son chastel que il avoit ferme novellement; diluec sesmut por aler en Jherusalem. Mes une maladie li prist soudeinnement qui trop le comenca a grever si que il cuida bien morir. Lors comenca a penser a sa femme et vout amender ses mesfez. Entre les autres pechiez li vint plus en remembrance ce que il plus doutoit de ce quil avoit lessiee sa femme quil avoit espousee bien et loiaument et tenoit une autre de que sa conscience li disoit bien quele nestoit mie bien jointe a lui par loi de mariage. Il se repentoit trop de ce; por ce envoia querre confesseurs preudomes bien letrez et de grant religion; il leur demanda conseil de cele chose et promist mout fermement que il entendroit ce quil en feroient. Cil li conseillerent et enjoindrent en penitence que il lessast cele que il tenoit et sanz demorance envoiast querre la roine quil avoit lessiee. Il le voa entre leur mains einsi a fere se Dame Dieus li donnoit respit de mort. Apres ce il fist apeler a lui cele dame que il avoit tenue por sa femme toute la chose li conta si com il lavoit fete et li dist que il doutoit que Nostre Sires ne se corrocast a ambedeus se il habitoient plus ensemble en la maniere quil avoient este. Cele qui bien en avoit ja oi parler car pluseurs genz li avoient ja dit le proposement le Roi fu mout iriee et plora assez; trop se pleignoit des barons de la terre qui einsi lestoient venu engignier en son pais; apres quant ele ot fet grant duel por ce quele avoit honte en ce departement et por son grant avoir meismes et por ses garnisons que ele avoit aportees en la terre et que len avoit tout despendu ele comanda a apareillier sa nef por retorner en Secile. Ce fu le tierz an apres quele fut venue au Roi. Au retorner que cele dame fist en son pais ses filz fu si troublez et correciez que il fu ausi come tout hors du sens. Touz li pueples meismes de cele terre en fu si honteus et tel depit en prist sur soi que chascuns en cuida bien estre honis. De cele chose avint que une si grant rancune sourdi entre la gent de cele terre et le roiaume de Surie que il i a encore ausi come haine mortel; car li princes des autres terres de Crestiente neis devers Ocident ont puis maintes fois leur pelerinages fez et leur veuz a venir outre mer et cil qui ne venoient en leur propres personnes i ont puis envoie maintes fois granz dons et riches offrandes; mes icele gent de Secile qui sont plus pres et plus legierement i poissent secorre de genz et de vitailles darmeures et dautres choses dont len i a souvent mestier ne li vouldrent onques puis aidier ne secorre de nule rien; aincois heent et sevent maugre a touz les pelerins quil voient aler en cele terre ou retorner de la; si que souvent leur ont fet granz maus et menez mout cruelment: contre reson car por le meffet dun seul home ne deussent il mie si cueillir a touz jors en haine tout un roiaume.

XXX. Coment li Rois pensoit de prendre la cite de Sur.

En celui an meismes puis que li Rois fu gueriz de cele enfermete mout li revint grant angoisse au cuer de cele cite de Sur que li Sarrazin tenoient toute seule en la marine; mout i metoient grant garnison si que il pooient chevauchier sovent par la terre des Crestiens et fere granz roberies et granz damages a la nostre gent. Par la mer meismes i venoient granz navies de la cite dacre et galies armees qui tenoient si toute la marine que nes des pelerins ne des marcheanz ni osoient mie bien trespasser; par quoi les citez des Crestiens estoient plus chieres et mains garnies de genz et dautres choses. En grant pourpens estoit li Rois de jorz et de nuiz coment il poist cele cite conquerre. Si come len trueve lisant en lestoire dalixandre il a un leu entre Sur et Acre mout bel ou il sourt fontainnes; nest mie loing de Sur plus de cinq miles et siet sur la mer. Quant Alixandres fu en ces terres et assist la cite de Sur il ferma en ce lieu en chastel mout fort et de son non le clama Alixandre. Ilec fist li Rois une mout bonne forteresce porce que il en destreinsist ceus de Sur si que ils ne poissent chevauchier par la terre et poist len sovent corre devant leur ville por prendre la proie et quanque len trovast hors des murs. Ce chastel apele len Scandalion: je ne voi nule reson por que il soit einsi apelez se por ce non que eu language darabie Alixandres est apelez Scandar. Cist chastiaus donques qui est apeles Alixandre en notre language ot non en arrabic Scandarion; et li pueples qui mauvesement nome les choses eu leu de R i mist L; si que len lapele ore Scandalion.

XXXI. Coment li Rois passa en Egypte et morut et coment il fu enterrez delez son frere le jor de Pasques flories.

En lan qui vint apres li Rois se pensa que la terre degypte li avoit fez mainz granz ennuiz si ot mout grant talent de soi vengier; por ce prist gens assez avec lui puis descendi en Egypte. Une cite mout ancienne qui a non Faramie la prist de venue: tout le gaaing que il fit dedenz departi tout a ses chevaliers. Cele cite est assise sur le rivage de la mer ne nest pas loing de la bouche del flun du Nil qui a non Carabes sur que siet la cite anciene de Tanis. Cest ou Moyses fist pluseurs signes devant le roi Pharaon. Tantost com la cite fu einsi prise li Rois issi a la bouche du Nil. Mout durement se merveilla de cele eaue et volentiers lesguarda por ce que len dit que cil braz vient dun des quatre fluns de Paradis. Apres il fist prendre des poissons en cele eaue dont il a grant plente et en mengierent assez. Quant li Rois leva du mengier il senti une grant douleur en son cors et la plaie quil avoit eue de pieca li comenca mout durement a douloir tout freschement si que il ot mout grant peor de mort. Il comanda que len criast par lost que tuit sapareillassent isnelement de retorner arrieres. La maladie lapressa si durement que il ne pot chevauchier; por ce li firent une litiere ou len le porta plus soef. Tant alerent par leur jornees que il passerent une partie des deserz qui sont entre Egypte et Surie. La vint a une cite du deserz mout ancienne qui a non Lars et siet sur la marine. Iluec li engreja si sa maladie que il ne pot aler avant aincois fu morz. Toute la gent de son ost en orent mout grant duel et fu li pleurs et li criz si grant partout que len ne pooit oir autre chose. Ne demorerent mie la aincois atornerent le cors hastivement en cele maniere que len doit ensevelir cors de roi; puis lemporterent en Jherusalem. Si entrerent en la ville le jor de Pasque florie quant les processions de la cite viennent par le val de Josaphas. Il fu portez en cele procession a mout grant duel de ceus de la ville jusqua leglyse du Sepulchre et fu enterrez desouz Mont Calvaire eu leu que len apele Golgota mout ennoreement delez le duc Godefroi son frere. En cest maniere fu morz li Rois lan de lincarnacion Noste Seigneur .m. et .c. et .xviii. eu disuitiesme an de son regne.

LI DOUZIESMES LIVRES

I. Coment il fait bon ovrer par conseil en ses gueres et coment Baudoins de Borc conte de Rohez vint a Jherusalem et fu a lenterrer le roi son cousin.

Serses fu uns poissanz rois de la terre qui a non Aise et avoit mout grant contenz au roiaume de Grece. Touz ses barons manda un jor et quant il furent tuit assemble il parla premiers et leur dist: Biau seigneur je vos ai ci mandez seulement por fere semblant que je preigne conseil a vos coment je me contendrai vers ceus de Grece qui mainz torz me font; savoir se je les guerroierai on non. Mes ce vos di je bien que ne vos demanderai nul conseil; aincois sachiez certeinnement que je les guerroierai: a vous apartient sanz plus a obeir a mon comandement ne mie a moi conseiller. Einsi emprist sa guerre dont il li meschei maintes fois. Ceste essanple vos ai je dite por mostrer que li rois Baudoins dont je vos ai parle not mie cele costume; car onques riens nemprist des aferes du regne quil ne sen conseillast aus Barons se il les pot avoir ou aus Bachelers ou aus autres chevaliers se il not autre gent; et maintes foiz a sa privee mesniee de son ostel quant il ne le pooit amender. Por ce fist maintes bonnes oevres et granz acroissemenz a son roiaume; car bien afiert a si haut home come est rois que il se consaut touzjorz de ses granz besoignes; mes que il sache cognoistre entre ses conseillers les plus sages et les plus loiaus et ceus croire devant les autres; car aucun riche home sont qui plus tiennent chier et privez deus ceus ou il na sens ne loiaute; par quoi leur afere vont a mauves chief. Si com vos avez oi li rois Baudoins trespassa de cest siecle qui avoit este rois apres son frere; et quant il vint au roiaume tenir il bailla la conte de Rohez quil avoit tenue a un suen cousin Baudoin de Borc. Cil la tint dis huit anz mout bien par sens et par vigueur; et quant il vit que ses pais estoit bien en pais il li prist talent daler en Jherusalem en pelerinage por visiter les sainz leus et grant desirier avoit de veoir son cousin et son seigneur qui bien et enneur li avoit fet. Il garni bien ses forteresces et lessa bonnes gardes por chevauchier par la terre: puis prist despens assez et compaignie ennorable come sages hom et de grant porveance si se mist a la voie. Quant il fu bien esloigniez de son pais un messages li vint qui certeinnes novelles li aporta si com voirs estoit que li rois ses sires morz estoit au revenir degypte. Cil en fu trop iriez et merveilles esbahiz; une piece douta que il feroit: mais apres quant il fu apensez si emprist a parfere son pelerinage et se hasta de venir en Jherusalem. Il avint que le jor de Pasque florie que li pueples du pais sassemble en la sainte cite por veoir la haute procession que len fet lors en remembrance de la venue que Nostre Sires i fist a tel jor li cuens de Rohez entra dune part en la ville et len aporta de lautre part de la ville la biere du roi mort: si que il et tuit li chevalier quil amenoit avec lui furent au porter par la ville et a lenterrer le cors leur seigneur.

II. De quel lignaige li cuens Baudoins de Rohez fu.

Avant que je vos die de lelection le Roi vos parlerai de ce conte Baudoin de Rohez. Il fu apelez en surnon Aguillons; bons crestiens estoit et religieus; et mout ama Dame Dieu et redouta pechie; chevaliers fu tresbons et esprouvez en maintes besoignes; nez fu de France de larceveschie de Rains; filz le comte Huon de Restel et de la contesse Milessent qui fut mout bonne dame. Ele ot tantes sereurs que mout en ot grant plente de neveuz et de nieces. Icist Baudoins lessa son pere tout vif quant les croiz furent prises par France; et en la muete il sen vint avec le duc Godefroi qui ses cousins estoit. Ses peres estoit ja de grant aage: avec lui remestrent dui frere et deus sereurs a cestui Baudoin. Il sen parti qui li ainsnez estoit. Li uns de ses freres avoit non Gerveses; clers estoit qui puis esleuz fu a arcevesque en leglise de Rains; li autres ot non Manessiers. Des sereurs lune ot non Mahauz; cele prist a femme li chastelains de Vitri: lautre fu apelee Odierne; cele espousa uns hauz hom et puissanz qui ot non Heribranz de Herges. Deusdeus fu nez Manessiers de Herges qui puis fu connestables en la terre de Surie eu tens a la reine Milessent. Quant li peres a celui conte Baudoin fu morz Manessiers ses filz fu ses oirs de la conte porce que li ainznez Baudoins estoit outre mer ne navoit talent de revenir arrieres. Mes cil Manessiers meismes refu morz sans oir. Lors vint Gerveses ses freres qui estoit esliz de Rains a la conte de Retest qui estoit ses heritages et lessa larceveschie et clergie; si prist femme contre son veu quil avoit fet de chastee et contre le comandement de Sainte Eglise. Il tint tant sa femme quil en ot une fille: cele maria a un haut home de Normendie. Quant cil Gerveses fu morz li filz sa sereur Mahaut qui avoit este femme le chastelain de Vitri fu oirs de la conte de Retest et la tint; Itiers ot non. Mes de ceus ne vous parlerai ore plus.

III. Coment Baudoins li secons fu esleuz a roi de Jherusalem.

Li rois Baudoins fu einsi ennoreement enterrez com vos avez oi desus. Lendemain li evesque et li arcevesque et li baron qui estoient present en Jherusalem avec le patriarche Arnoul sassemblerent por prendre conseil que il feroient de la terre et du roiaume ou il navoit point de roi. Entre les autres barons fu Jocelins de Cortenai sires de Tabarie qui ert uns hom mout bien parlanz sages et viguereus en oevres. Cil seigneur qui sestoient assemble ne sacorderent mie premierement; car lune partie deus disoit que li roiaumes fu donnez et otroiez au duc Godefroi et a ses oirs apres lui. Autresi donques come il eschei du duc a son frere le roi Baudoin qui lors estoit morz par cele reson meismes restoit il ore escheoiz au tierz frere Eustace qui estoit cuens de Boloigne. Por ce sacordoient cist que len feist garder la terre au mieuz que len porroit et que tantost fust envoiez querre li cuens Eustaces de par les Barons; car si frere sestoient si bien contenu en maintenir le roiaume que il navoient pas desservi que li oir en fussent deserite. Li autre ne sacordoient pas a ce aincois disoient que li aferes et li estaz de la terre estoit en tel point par les Turs qui avoient lor citez entor eus et entor euz et de toutes parz estoient en grant pooir que se len demoroit gueres a conseiller le roiaume de seigneur li perilz i porroit estre si granz que la crestientez du pais seroit perdue; et se len atendoit le conte Eustace qui ne porroit mie venir a piece endementres porroient li Tur si porprendre le roiaume que il nauroit ou il se recetast quant il vendroit. En tel maniere estoit li descors entre les Barons. Jocelins qui mout estoit amez et creuz en la terre ot atendu son point de parler com sages et bien sot que li patriarches Arnous sacordoit a ce quil voloit dire; si leur dist en tel maniere: Beau seigneur chascuns est tenuz de dire a son escient le meilleur conseil quil porra por aidier a ceste sainte terre ou Nostre Sires Jhesuchris vout por nos sauver nestre et morir. Je me vueil delivrer de dire ce qua moi semble selonc le peril ou je voi le pais. A latendre le roi a venir de France ne mi acort je mie; car fole atendance fet qui tandis pert la chose. Vos avez ci entre vous le conte Baudoin de Rohez qui est venuz en cest pais par aventure com cil qui de la mort le Roi ne se gardoit. Il semble que Nostre Sires le vos ait envoie par miracle por vostre besoing. Vos povez bien penser que je ne le die mie tant por amor de lui qui assez ma fet ennui et hontes come je fais por conseiller la terre et delivrer ma conscience et ma loiaute devant Dame Dieu. Mes je le connois bien et le vous tesmoing que il est sages hom et de grant sens; Nostre Seigneur craint et aime; droituriers est en justice; en guerre viguereus porveanz et esveilliez; bons et seurs chevaliers; de nul pais ne porroit venir mieudres de lui por ce fez sostenir. Il estoit cousins aus deus seigneurs qui le roiaume ont tenu; dont je nenteng mie quil en soient deserite puis que il remaint en leur lignage. Se luns de celui parente trespasse len le premier et prent len le segont ce fet fere li besoinz qui est trop granz. Vos en ferez ce que vos plera car je me sui delivrez de dire ce que men est avis. Il avoit iluec assez de ceus qui bien cuidoient que Jocelins quil tenoient a sage ne deist ce se par loiaute non; car bien avoit este espandu par le pais coment li cuens Baudoins lavoit mis en prison et tolue sa terre et chacie du pais: por ce fu mieuz creu de conseil quil dona. Mes bien pot estre que il ot aucun regart et entencion que se li cuens Baudoins avoit le roiaume par laide de lui qui ses cousins estoit il li donast la conte de Rohez qui estoit mout grant chose. Li patriarches Arnous sacorda a la parole Jocelin; mout la comenca a soustenir et a defendre: et quant cil dui se tindrent ensemble lautre partie sacorda legierement avec eus; si que tuit a une voiz eslurent a roi le conte Baudoin. Le jour de Pasques qui pres estoit fu ennoinz et sacrez et receut la couronne en leglise du Sepuchre dont Nostre Sires a tel jour resuscita de mort a vie. Bien pot estre que lentencion au Patriarche et a Jocelin ne fu mie trespure vers Dame Dieu en cele oevre mes toutesvoies Nostre Sires le torna en bien; car icist rois fu piteus et droituriers larges et viguereus guerriers si que granz bienz en vint en la terre a son tens. Et si sembla il bien que il ni entrast mie selonc reson; car Eustaces li droiz oirs en perdi sa droiture. Bien est voirs que si tost com li Rois fu morz ce ne sai ge mie se ce fu par son atirement ou par le conseil des barons mes bon message murent tantost qui vindrent en France au conte Eustace de Boloigne por lui venir querre a recevoir le roiaume de Jherusalem. Il sen escusa mout et disoit que il nauroit pas mestier en la terre dela car il ne la connoissoit mie si com si dui frere qui longuement i avoient este aincois quil eussent le roiaume. Dautre part dure chose li estoit a leissier le grant heritage quil avoit tout desconseille. Li message parlerent bien et bel encontre et li distrent entre les autres resons que se il failloit a la Sainte Terre a cest besoing Nostre Sires cui la chose estoit len sauroit mal gre; et li siecles touz deca mer et de la le lui tendroit a mauvestie et torneroit a grant desenneur. Cil qui estoit vaillanz hom et religieus et freres touz droiz aus deus preudomes qui morz estoient se lessa aler a leur requestes et leur otroia quil iroit la. Son afere atorna bien et bel et mut de son pais. Tant erra quil vint jusquen Puille. La aprist novelles par certains messages que ses cousins Baudoins de Borc estoit rois coronez en Jherusalem. Quant li message qui le menoient oirent ce mout li distrent quil ne lessast mie por ce a passer outre car ce qui estoit fet dautrui ne devoit mie estre tenu et sitost com li Baron le verroient il se torneroient devers lui come a leur droit seigneur. Mes il respondi que ce ne feroit il mie ne le roiaume que Nostre Sires Jesucrist conquist par son sanc ne vouloit il mie troubler. Meismement en icelle terre por cui deffense si frere avoient este mort saintement ne vouloit il mie guerroier por convoitise de soi fere roi. Por ce comanda les messages a Dieu et leur dona beaus dons au partir puis sen retorna en son pais et cil passerent outre mer.

IV. De la maniere le roi Baudoin le secont.

Faconez fu cil noveaus rois de Jherusalem mout bien come hauz hom; car il fu granz de cors beaus et clers de visage cheveus ot blons mes nen ot mie mout et furent melle de chenes. La barbe ne fu pas espesse mes ele fu longue jusquen piz selon la costume qui lors coroit en cele terre. Rovelanz fu assez selonc son aage; mout sist bien au cheval; astes fu aus armes qui bien li sistrent et dont il estoit ausez plus que autres. En ses aferes fu mesurables et auspensez; por besoignes de guerre fu bien aventureus. Aumosnes donoit volentiers et largement; en oroisons estoit longuement et tant sovent sagenoilloit que il avoit es mains et es genouz une duresce que lon claime chauz. Toutes les foiz que besoing li sorvenoit li mains pareceus estoit que len veist onques de son aage. Quant il fu coronnez eu roiaume mout se porpensa que il porroit fere de garder la conte de Rohez quil avoit lessiee aucques desconseillee: au darrenier selonc son corage ni trova il tel come Jocelin de Cortenai son cosin. Il lapela et li dit que il voloit amender la honte et loutrage que il li avoit fet por ce li donnoit la conte de Rohez a lui et a son oir porce quil avoit esperance que par lui qui la terre connoissoit fist mieuz gardee que par autre. Puis len revesti par une baniere et prist son homage. Lors envoia querre sa femme ses filles et sa mesniee. Li cuens Jocelins qui ala prendre la sesine de sa terre les lui envoia par bon conduit si queles vindrent au Roi sanz encombrier en pou de tens. Sa femme avoit non Morfie fille fu a un haut ermin qui ot non Gabriel de qui je vos parlai desus. Il la prist tandis com il estoit cuens atout grant avoir que ses peres li donna eu mariage. Trois filles en avoit Milesens Aaliz et Odierne. La quarte qui avoit non Yvete fu nee puis que il fu rois. Si com vos avez oi sacrez fu et coronez lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .xviii. eu mois davril le secont jour du mois. A Rome estoit lors apostoles Gelaises li seconz; en Antioche patriarches premiers des Latins Bernarz; en Jherusalem quarz patriarches des Latins Arnous.

V. De la mort Alexes et du coronnement Jehan son filz.

Eu tens qui lors estoit fu morz li empereres de Costantinoble Alexes li granz anemis a tout le pueple des Latins qui pluseurs foiz leur avoit fet mainz granz torz et mainz damages. Apres lui tint lempire Jehans ses filz qui fu mout plus debonneres vers nostre gent que li peres navoit este. Nequedent en aucunes choses mesprisi il vers les Latins en la terre dorient si com vos orroiz apres. En cel an meismes avoit este morz lapostoiles Pascauz eu seziesme an que il avoit este esleuz. Apres lui vint Gelaises qui avoit non Jehans Gaetans et estoit chanceliers de Rome. Lors meismes fu morte Aales la contesse de Secile de qui vos oistes que li rois Baudoins lavoit tenue come sa femme; mes ele ne li fu pas loiaument esposee por ce sen departi il apres.

VI. Coment li Tur et li Crestien sassemblerent por combatre.

En leste de celui an meismes li prince degypte qui lors estoit assembla tant com il pot avoir de genz a cheval et a pie par toute la contree qui desoz lui estoit. Une grant navie estora que il garni bien de genz et darmes por aler selonc la marine. Il fist son grant ost aler par terre por entrer eu roiaume de Surie; car il li fu avis que legiere chose estoit de si petit pueple com il i avoit de la nostre gent ocire tout en un jor ou au mains chacier a touzjorz hors du pais. Il passa les deserz qui sont entre Egypte et Surie. Trop avoit grant plente de gent a cheval; li pueples a pie ne pooit estre nombrez tant en i avoit dont chascuns avoit ars et saietes ou au mains javeloz por lancier. Ne demora mie quant Dodequins li rois de Damas oi la novele que li Egyptien estoient venu a si grant force. Por peor de ce que il ne li correussent sus il assembla toute sa gent et mut de sa cite par unes voies repostes por ce que il douta que nostre gent ne li venissent a lencontre. Tant quil vint au flun Jordain et le passa. Lors se mist et acompaigna avec ce grand pueple qui degypte estoit venuz devant Escalonne ou li oz sestoit logiez. Si en fu bien creuz leur nombres et leur pooirs. Aucunes des nes arriverent a Escalonne les autres sen alerent voiles levees jusqua Sur porce que dedenz cele cite avoit gant garnison et li pors estoit la bons et seurs. Ilec atendoient cil qui estoient mestre de la navie jusque il eussent comandement de leur seigneur quil feroient. Li rois de Jheusalem qui bien avoit este acointie de leur venue aincois quil venissent tuit ot envoie querre chevaliers en la terre dantioche hastivement et en cele de Triple: il ot en son pais concueilli de gent ce quil en pot avoir. Quant il furent tuit ensemble il sesmurent por aler encontre cele grant assemblee de turs; il chevaucha jusques es plaines aus Philisteens et passa le leu qui ot non jadis Azote et fu une des cinq citez de Philistee. Tant saprochierent que li uns deus pot veoir lautre et furent einsi logie pres. La nostre gent qui estoient pou au regart de ceus ne les osoient assaillir car il doutoient leur plente. Li autre qui plus estoient avoient maintes foiz oi dire que nule gent ne valoient tant aus armes com li chevalier de France por ce cremoient a corre sur eus. Tant sentredouterent quil furent en ceste maniere trois mois quil sentreveoient touz les jorz ne ne se fesoient nul mal qui estoient anemi mortel. Au darrenier se conseilla li rois degypte; si leur sembla a touz que plus estoit legiere chose que il sen retornassent dans leur pais sain et haitie et sans avoir damage de leur choses que il se meissent en laventure de la bataille destre ou mort ou pris. En ceste maniere se mistrent a la voie et retornerent en Egypte. Quant la nostre gent virent que cil sen partoient ele en fut toute liee; et puis que li chevaliers sorent que cil sestoient esloigne il repristrent congie au Roi et sen retornerent vers les leur terres a grant joie. En cele seson meismes fu morz Arnous li patriarches de Jherusalem qui avoit este hom mal porchacanz et de peieur vie que ses ordres et sa dignite ne requeist. Apres lui fu esleuz uns mout sainz hom de grant religion et doutoit en amor Nostre Seigneur: Gormonz ot non nez de France de leveschie damiens du chastel de Piquegni. Par les merites de ce preudome et par ses oroisons fist Noste Sires mainz granz biens eu roiaume de Surie.

VII. Coment li ordres du Temple comenca.

Si come Dame Dieu envoie ses graces la ou lui plest chevalier preudome qui estoient de la terre doutremer orent talent et proposement de remanoir a touzjors eu servise Nostre Seigneur et avoir commune vie si come chanoine rigle. En la main au Patriarche voerent chastee et obedience et renoncierent a toute propriete. Cil qui plus maintindrent ceste chose et le firent endroit eus et les autres amonesterent de fere ce meismes furent dui chevalier. Li uns ot non Hues de Paiens delez Troies; li autres Giefroiz de Saint Omer. Et porce quil navoient eglise ne certeinne meson ou il poissent vivre par eus li Rois leur otroia a tant com leur pleroit un abitacle es mesons du palais que il avoit delez le Temple Nostre Seigneur. Li chanoine du Temple leur baillierent a cens une place que il avoient delez ce palais por amender leur heberjage et fere les officines qui mestier ont a gent de religion. Li Rois et li autre baron li Patriarches et li autre prelat des eglises leur donerent rentes por leur vivre et por leur vestir. Li un firent ces dons a touzjorz li autre a une piece du tens. La premereine chose que len leur chastia et enjoint en pardon de leur pechiez ce fu quil gardassent les chemins par la ou li pelerin passoient de robeeurs et de larrons qui granz maus i soloient fere. Ceste penitence leur comanderent li Patriarches et li autre evesque. Neuf anz demorerent einsi en habit du siecle que il vestoient teus robes come li chevalier et li autre bone gent leur donoient por Dieu. Eu nuevisme an ot assemble un concile en France dedenz la cite de Troies. La furent assemble li arcevesques de Rains et li arcevesques de Sens et tuit leur evesque. Li evesques dalbane meismes i fu qui estoit legaz lapostoile li abes de Cisteaus et li abes de Clerevaus et maintes autres genz de religion. La fu establiz li ordres et la regle que len leur dona por vivre come gent religieuse. Leur habiz fu commandez a estre blans par lauctorite lapostoile Honoire qui lors estoit et par le patriarche de Jherusalem. Cil ordres avoit ja dure neuf anz si come je vous ai dit ne il ni avoit encore que neuf freres qui vivoient chascun jor dautrui aumosnes. Des lors comenca a croistre li nombres des renduz et leur donna len rentes et teneures. Eu tens pape Eugene fu comande que il cousissent en leur chapes et en leur manteaus croiz de dras rouges por ce que il fussent conneu entre les autres genz; einsi le firent li chevalier et li meneur frere que len claime serjanz. Des lors crurent si leur possessions come vos poez veoir que li ordres du Temple est venuz avant; car porce que il furent premierement hebergie delez le Temple sont il encore apele li Frere de la chevalerie du Temple. A peines porroit len trover deca mer ne de la terre de Crestiens ou cil ordres nait aujordhui mesons et freres et granz rentes. Au comencement se contindrent sagement et grant humilite selonc ce que il por Dieu avoient lessie le siecle. Mes apres quant les richesces leur vindrent il sembla quil eussent oublie leur proposement et monterent en grant orgueil si que il premierement se sostrerent au patriarche de Jherusalem et porchacierent vers lapostoile que cil neust nul pooir sur eus qui au comencement les avoit establiz et fondez des biens meismes de seglise. Aus autres religions et aus eglises qui maintes beles aumosnes leur avoient donnees comencierent il a tolir les dismes et les primices et autres rentes quil avoient tenues jusque a leur tens; leur voisins troublerent et pledoierent en maintes manieres si com il font encore.

VIII. Du descort entre lapostoile et lempereur dalemaigne.

Uns trobles sordi mout granz en lan apres entre lempereur Henri dalemaigne et lapostoile qui novelement estoit esleuz qui avoit non Gelaises et estoit bien letrez hom. Il ot un autre esleu encontre lui qui estoit apelez en seurnon Bordins; a celui se tenoit li Empereres et fesoit maintes hontes et granz maus a lapostoile Gelaise si que par force et par les menaces a lempereur covint que il sen alast eu en la terre qui est si douce et si piteuse quele recoit touz les essilliez ce est li roiaumes de France. Il vint a labbaie de Cluigni; iluec sejorna tant que une maladie le prist dont il morut et fu la enterrez. Apres lui fu esleuz uns arcevesques de Vienne mout gentil hom qui avoit non Guiz; mes apres quant il fu apostoiles len lapela Calixte. Cist estoit cosins lempereur Henri qui mout fu liez de lenneur que Dieus li avoit donee et li aida tant que il o tous ses chardonaus et toute la cort passa les monz et vint en Lombardie; tant saprocha quil vint en la cite de Sutre qui est a une jornee deca Rome; ilec prist par force celui Bordin qui encore se fesoit apostoile desur lui. Il le fist afubler dune pel dors et le mist sur un cheval voiant toute la gent. A grant honte lenvoia einsi en une abaie delez Salerne; la le fist vivre come moine tout le remenant de sa vie. Einsi fu apaisiez li scismes et la descorde qui avoit dure en leglise de Rome pres de trente anz; et li Empereres se fist assourde en grant humilite de lescomeniement ou il avoit este lonc tans.

IX. Coment li Turqueman desconfirent les Crestiens verz Antioche.

Si com je vos dis dessus une maniere de genz mescreanz sont qui nabitent mie en citez mes en tentes et en paveillons touzjors len les apele Turquemans. En celui tens cil pueples avoit fet un seigneur a qui il obeissoient tuit; puissanz estoit riches crueus et bons guerriers; il avoit non Gazzi. Avec lui sestoit acompaigniez Dodequins li rois de Damas et uns autres mout poissanz princes de la terre darabe Debeys avoit non. Cist trois orent assemble mout grant plente de gent et se trestrent vers la terre dantioche; deca la cite de Halape se logierent et fu li oz mout granz. Li prince Rogiers dantioche qui estoit serorges le Roi sot bien leur venue des grant piece avant; si ot demande aus barons dentor lui que il li venissent aidier; meismement au conte de Rohez et a Poincon le conte de Triple; au roi meismes son seigneur envoia il messages et li manda que tost le venist secorre efforciement car li besoinz estoit granz. Li Rois qui nestoit mie pareceus assembla de gent ce quil en pot avoir en brief tens et sen ala jusque a Triple. Iluec trova le Conte qui bien sestoit apareilliez por aler en cele besoigne; ensemble se mistrent a la voie. Mes li princes dantioche ne pot soufrir point de delai; Ne ne fu mie bien pourveuz ne douteus du peril qui povoit avenir si ne vout plus atendre ainz se mist a la voie atoute sa gent et se loja devant le chastel qui ot non Artaise. Cil leus estoit asez covenables a tenir ost car il i avoit plente de blez et de pastures et seurement povoit len venir des terres et des citez a nos genz jusques la dont il avoit grant marchie de viandes en lost. La demourerent ne sai quanz jorz por atendre le Roi et le conte de Triple. Lorz vindrent aucun des barons du conte Rogier et li distrent que il pooit bien chevauchier vers lost des Turs: ce li disoient il por garantir leur terres qui estoient en ces parties; si se pensoient que se li nostre saprochoient la li Tur ne les gasteroient mie si. Mout li donerent mauves conseil; mes toutesvoies li Princes si acorda tantost; si que contre la volente au Patriarche qui la estoit et au plus des autres barons il fist son ost deslogier et movoir tant quil vint a un plain qui ot non le Champ de sanc. La fist nombrer sa gent por savoir son pooir. Si trova quil avoit set cenz homes a cheval de gent a pie trois mille qui portoient armes sanz les marcheans et la menue gent qui sivoient lost. Quand li Tur sorent que la nostre gent saprouchoit vers eus il firent semblant que il les vosissent esloigner. Por covrir le corage que il avoient se deslogierent et sen vindrent vers un chastel qui a non Cerep; la se logierent cele nuit. Li Princes quant il fu ajorne envoia de ses espies en cel ost por savoir se il vouloient asseoir ce chastel ou sil avoient en proposement de combattre a eus. Il devisa tandis ses batailles et fist sa gent armer por ce que il ne poissent estre surpris que que cil pensassent. Tandis com il entendoient a ce fere li message quil avoit envoie por espier retournerent a mout grant erre et distrent que li Tur avoient fetes leur batailles de toutes leur genz; en chascune avoit .xx. mille homes a cheval et venoient mout tost le grant troton por assembler a eus. Quant li Princes oi ce il monta sur un cheval et fist quatre batailles de ses homes; il parla a touz les chevetaines a chascun par soi et leur pria mout de bien fere. Les autres preudomes si com il les connoissoit a plus preus apeloit il par leur nons; il les semonoit mout doucement que bien se contenissent en ce jor. Ne demora mie que len vit venir les batailles des Sarrazins les banieres levees. Quant il saprochierent il poindrent li un contre les autres trop fierement: la bataille comenca crueus et sanz deport. Li nostre se contenoient bien que mieuz valoient aus armes que leur anemi. Li Tur se maintenoient por le grant fes de gent que il avoient. Les .ii. premieres batailles de nostre gent se contindrent mout bien en leur venir. Dui vaillant home en estoient chevetaine; li uns avoit non Giefroiz li Moines et li autres Guiz Fremauz. Cil dui leur adrecoient la ou il pooient veoir la plus espesse route de Turs si les departoient aus glaives et aus espees ausi com bestes. La tierce bataille conduisoit Roberz de Saint Lo. Quant il vint por assembler une grant compaignie de Turs se feri en cele bataille; cil Roberz fu si effreez en leur venir que il ne se regarda oncques aincois se mist a la voie por fuir et toute sa bataille avec lui. Si durement senfoirent arriers quil se ferirent en la quarte bataille que li Princes conduisoit et la partirent par mi; touz les desconraierent si que une partie de cele bataille meismes senfoi apres eus en tele maniere que rien ne les pot puis rallier ne retenir. Une autre chose ravint en cele bataille qui fu fiere merveille; car tandis com li chaples duroit mout fiers et grant plente i avoit ja de morz de ca et de la uns granz estorbeillons sourdi devers Bise et se mist entre eus eu milieu de la bataille si que tuit le virent; et por la poudre qui leur entra ez euz ne se porent entreveoir dune grant piece. Tant assembla du sablon et de la terre ensemble que il fu ausi come une grosse tonne; lors sen leva en haut et monta tant quil en perdirent la veue. Nostre gent ne porent sofrir la grant plente de Turs si furent desconfit trop doulereusement; car presque tuit cil qui remestrent eu champ et en la bataille furent ocis.

X. Coment li princes Rogiers fu ocis en la bataille.

Quant li Princes qui bons chevaliers estoit vit quil ne porroit mie retenir ses chevaliers qui sen aloient tuit desconfit il remest o pou de gent entre ses anemis morteus: ilec se contint come preudom: es greigneurs presses se metoit et se vendi mout bien; mes ilec fu ocis et tuit cil qui remes estoient avec lui. Li autre de la nostre gent qui sestoient mis avec le hernois se trestrent arriers en un tertre qui estoit pres dilec. Cil qui sen venoient fuiant de la bataille quant il connurent les noz en ce tertre bien cuidoient estre a garantie avec eus et sen monterent la. Quant li Tur le sorent qui le champ orent gaaigne et furent orgueilleus de leur victoire il sadrecierent a ce tertre et le remenant des noz tant come il en trouverent despecierent touz. Renauz Mansiaus estoit un des granz barons de cele terre: cil senfoi atout ne sai quanz chevaliers jusque il se feri en la tor dun chastel qui pres estoit qui avoit non Sarmatan: la se cuiderent garantir; mes quant cil poissanz princes Gazzi le sot il mena la grant plente de sa gent et tant les destraint que cil se rendirent en sa volente. En tele maniere avint dolereuse aventure a la Crestiente en ce jor que de toutes ces beles genz qui en la bataille estoient alees remest a peine un ou deus qui noveles deissent de ceus qui mort estoient. Len cuida mout bien en la terre que Notre Sires eust ce soufert por le pechie au prince Rogier; car il estoit mout luxurieus ne a soi ne a autrui ne gardoit foi de mariage; avers estoit et angoisseus plus que il naferist a si haut home; mes sanz faille chevaliers estoit preuz et seurs. Si restoit mout blamez dune chose car on savoit bien que Tancrez li avoit baille la prince dantioche quant il morut par ce covenant que quant Buiemons li juenes qui demouroit en Puille avec sa mere redemanderoit cele terre ou il ou ses oirs cil Rogiers la li rendroit sans nul contenz. Et si come la renomee estoit cil la li avoit ja demandee et ne la pooit avoir: por toutes ces choses le tenoit len mout a pecheeur. Mes nequedent quant il morut en la bataille il sestoit fet confes a larcevesque Perron de Paumers de cuer mout repentant de ses pechiez et plore avoit assez et promis amendement se Nostre Sires li donast espace de vie. Si que bien devons cuider que Jhesucris en ot merci quen son servise le prist confes et repentant.

XI. Coment li rois de Jherusalen vint secorre la terre dantioche.

Une nouvele sespandi par le pais que li rois de Jherusalem et li cuens de Triple venoient o granz genz por aider a la gent dantioche. Quant Gazzi loi dire il prist .x m. Turs bien montez et des plus preuz que il ot por envoier contreus a destorber leur passages la ou il trovassent les destroiz. Cil se mistrent a la voie et se partirent en trois routes: lune envoierent a la mer vers le port Saint Symeon; les autres deus sen alerent par dautre part: chascune tint son chemin. Il avint que li Rois atout son ost en encontra lune; a cele se combati et la desconfist; aucuns en ocistrent et li remananz senfoi. Diluec passa Lactoire et Casebele et puis entra en Antioche ou il fu receuz a mout grant joie du patriarche du clergie et du pueple; car li pais estoit mout espoentez de la grant mesaventure qui avenue leur estoit mes reconforte furent et asseure de la venue le Roi. Ilec se demora une piece por prendre conseil en quele maniere il se contendroient car en grant peril estoit la terre qui si estoit vuide de preudomes. Endementres Gazzi ne se reposoit mie aincois trespassa trois chastiaus li uns a non Ema li autres Artaise si vint aseoir le tierz qui a non Cerep. De ce fere li prist courages; car len li avoit dit que li Rois avoit mande le seigneur du chastel Alains avoit non et tous ses chevaliers fet venir en Antioche a lui: einsi estoit il voirs. Quant li Tur saprochierent a la forteresce qui estoit desgarnie il mistrent les mineeurs de toutes parz en un tertre sur quoi li chastiaus seoit puis comencierent a estanconer cele roche por bouter le feu apres; car sitost come ele se crolast les tors et li mur cheissent tuit ensemble. Cil qui dedenz estoient orent peor et se rendirent sauves leur vies. Gazzi les prist einsi et receut le chastel puis les fist conduire jusque a sauvete. Dilec sen ala a un chastel qui a non Sardonas et lassist de toutes parz; cil dedenz se rendirent dedenz breif terme en autel maniere com avoient fet cil de Cerep. Gazzi vout haster sa bone aventure et fu montez en tel orgueil que bien li fu avis que riens ne losast atendre. Il menoit tout le pais a sa volente que trop avoit esfrees les genz et mises en grant peor.

XII. Coment li Crestien desconfirent les Turs.

Ja sestoit sejornez li Rois une piece dedenz Antioche et li cuens de Triple avec lui. Mes quant il oirent dire que Gazzi chevauchoit einsi abandon par le pais il issirent dantioche o toutes leur genz et cuiderent trover les Turs entor le chastel de Cerep et sadrecierent vers Ruge dilec passerent Hab et se logierent eu tertre qui a non Danis. Quant Gazzi sot leur venue il apela ses barons et comanda a touz si com il avoient chieres leur vies que nus ne demorast cele nuit ainz pensassent bien de leur chevaus et leur armeures atornassent si que il fussent tuit prest vers lajorner; et tuit arme aincois que li jorz apareust se ferissent tuit ensemble en lost le Roi et touz les oceissent si que nus nen eschapast. Legiere chose leur seroit car il les troveroient touz endormiz. En ceste maniere sanz faille le cuiderent il fere; mes Nostre Sires latorna mout autrement. Li Rois nestoit mie endormiz aincois metoit grant cure et grant entente a ce que les seues genz fussent bien armees et garnies chascuns selonc ce quil estoit. Nus ne dormoit en lost; li un atornoient leur armeures li autre se fesoient confes. Uns preudom qui avoit non Ebremarz archevesques de Cesaire avoit convoie le Roi jusque ilec et portoit la vraie croiz. Icist fesoit le sermon au pueple et les amonestoit piteusement que il se tenissent bien fermement en la foi Jhesucrist et bone esperance eussent que Nostre Sires leur aideroit. En ceste maniere furent bien apareillie et bien arme au matin pour atendre les anemis Dame Dieu. Li Rois ot devisees ses batailles. Neuf en i ot car il avoit .vii c. chevaliers. Il sen issirent de lost tuit en conroi. Trois batailles envoierent avant porce queles assemblassent premieres. Li cuens de Triple fu a destre atoute la seue gent; li baron de la terre dantioche chevauchierent devers senestre. Li sergent a pie furent mis eu milieu. Li Rois vint apres qui fist larriere garde et chevauchoient avec lui quatre batailles. Tandis com il sen aloient einsi atirie et chevauchoient tout le pas estes vos que li Tur sourdent encontre eus; mout i vindrent a grant noise de tabors et de timbres de trompes et de criz de genz: assez avoit en eus orgueil; car il se fioient en leur plente. Li nostre avoient leur esperance en la foi crestienne et en la vraie croiz qui la estoit entreus. Les batailles assemblerent mout fierement; navoient pitie li un des autres; trop estoit la haine enracinee dedenz leur cuers. Li Tur choisirent la gent a pie entre les autres; efforciement leur corurent sus pour ce que il se penserent que plus legierement feroient leur volente des autres se il estoient de ceus delivre. Il en ocistrent la greigneur partie si com Nostre Sires le vout soufrir. Li Rois qui nestoit mie encore assemblez vit que ses genz a pie estoient maumenees car les premieres batailles ne les pooient mie tenser ne garantir aincois avoient grant mestier daide. Lors comanda aus batailles qui avec lui estoient queles poinsissent toutes ensemble: mout les ot priez que il se penassent de defendre la foi Jhesucrist et de garder leur enneurs. Il cria a Nostre Seigneur merci que ce jor secoreust son pueple. Lors feri des esperons touz premiers et se feri en la plus espesse route de ses anemis; ses genz le sivirent qui bien se plungierent en la grant presse. Lors comenca li abateiz mout aspres et mout en i ot de morz et de navrez. Li nostre qui estoient ensemble aus premereines batailles avoient mout longuement soufert et endure la charge de ces granz genz qui leur coroient sus; si estoient tuit las et failloient presque tuit; mes quant il revirent leur gent si bien contenir si pristrent cuer et refreschirent tuit. Lors corurent sus aus Turs plus fierement que il navoient avant fet. En ce point dura la bataille longuement. A la fin li Tur ne porent plus endurer ainz tornerent en fuie tuit desconfit. Nostre chevalier les comencierent a sivre par diverses parties si com il senfuioient. De nostre gent a pie i ot morz entor set cenz; de ceus a cheval cent. Des Turs i trova len morz quatre mille sanz ceus qui furent retenu vif et lie et sanz les autres qui navre estoient a mort; mes toutesvoies sen eschaperent par efforz de chevaus de quoi il i ot asez. Gazzi Dodequins et Debeis li princes darabe virent que leur genz estoient einsi desconfites si senfuirent entreus et se mistrent a la voie au plus tost que il porent. Li Rois ne vout mie chacier les desconfiz aincois remest eu champ a pou de genz car li autre estoient en la chace. La se demora jusqua prinsome; au derrenier porce que il ne trouvoit point de viande ilec il entra en un chastel pres de la qui a non Hab; au matin retorna arrieres eu champ. Dilec envoia messages en Antioche a sa sereur et au Patriarche et porterent son anel a enseigne: les noveles leur manda coment Nostre Sires leur avoit fet grant enneur qui leur avoit otroie a vaincre si granz genz. Ce jor meismes redemora il eu champ jusqua vespres por recueillir sa gent qui venoient a lui de toutes parz. A la fin se parti dilec a tant de gent come il pot avoir et sen ala en Antioche. Len le receut a procession et a grant joie en la ville; car selonc la mescheance quil avoient eue li Rois les avoit bien revengiez et comfortez. Ceste victoire otroia Nostre Sires aus Crestiens lan de lincarnation Jhesucrist .m. et .c. et .xviii. le secont an du reigne le roi Baudoin la veille de la haute feste du trespassement Nostre Dame que len apele la Miaoust. Li Rois envoia la vraie croiz en Jherusalem par larcevesque de Cesaire cui il bailla bone compaignie si quele fu receue en la ville a bele procession et a grant joie le jor de la feste Sainte Croiz en septembre. Cil de la terre dantioche retindrent le Roi por la besoigne de la terre. Tuit furent ensemble li Patriarches et li autre prelat et tuit li baron du prince dantioche; par commun acort otroierent le Roi la seigneurie de la terre que il la gardast et gouvernast a sa volente si franchement com il fesoit son roiaume. Li Rois leur promist son conseil et saide et les receut en sa garde. Il demora la une piece por atirier les choses du pais. Aus enfanz a ceus qui mort estoient en la bataille ou aus plus prochains parens quant li enfant ni estoient fist rendre leur heritages; les vueves dames maria selonc leur avenanz por alier entreus les genz de la terre. Les forteresces que len pooit tenir fist bien garnir darmes de genz et de viandes. Lors prist congie por retorner en son pais une piece et sen ala: si que le jour de Noel fist mout haute feste en la cite de Bethleem et porterent corone il et la roine sa femme.

XIII. Coment Nostre Sires batoit les Crestiens a icel jor.

Nest mie merveille se li peres chastie son enfant quant il le voit mesprendre. Nostre Sires Jhesucriz qui est vrais peres de touz les crestiens vit que ses pueples de la Sainte Terre estoit plus abandonez a pechie que mestiers ne li fust por ce les vout chastier et batre en maintes manieres; car dune part soufri que li anemi de la foi feissent chevauchiees et damages granz par les villes du roiaume dautre part une pestilence sordi en la terre que une maniere de soriz que len clame muloz nasquirent es terres gaaignables qui menjoient entre deus terres les grains du ble qui estoient seme; et sil i avoit aucune semence qui germast et montast en erbe les langoustes de que il i avoit si grant plente que touz li pais en estoit couverz menjoient tout. Soventes fois avenoit li crolles de la terre en cele contree si que les mesons et li mur fondoient es bones villes; par quoi maintes genz furent perillie et touz li comuns estoit si espoentez que il ne savoit que devenir. Ces tempestes avoient ja dure en ce pais quatre anz et mout i avoit grant famine et granz descovenues par toute la terre. Lors vint li patriarches de Jherusalem Gormonz qui mout estoit bons hom et religieus et li rois Baudoins avec lui; si firent semondre et assembler touz les prelaz et les barons du roiaume a Naples une cite de Samarie. Lors fist le sermon au pueple li Patriarches et leur mostra que por leur pechiez envoioit Nostre Sires son chastiement et ses fleaus en cele terre. Mout les amonesta piteusement que il amendassent leurs vies et lessasent si les pechiez et les colpes endroit eus que Nostre Sires feist cesser les peines et les tormenz quil leur envoioit. Il promistrent mout tuit a venir a amendement des ce jor en avant; du tens qui passez estoit reconnurent leur colpes et sen repentirent mout. Li Rois et li Patriarches par le conseil et lacort de touz establirent iluec vint cinq chapitres des comandemenz que il firent et establirent a tenir por lessier pechiez et maintenir aumosnes. Ne covient mie que len les vous mete en cest livre mes des ce jour en avant fu mout amendez li pueples. Volentiers aloient au moustier et demouroient longuement en oroisons por crier a Nostre Seigneur merci quil eust pitie de son pueple; aumosnes donoient largement cil qui avoient de quoi. A ce concile ou cil establissement furent fet ot assez preudomes dont je vos nomerai une partie. Il i fu li rois Baudoins li patriarches Gormonz Ebremars li evesques de Cesaire Bernarz li archevesques de Nazareth Anquetins li evesques de Bethleem Rogiers li evesques de Lidde Jodoins esleus a abbe de Sainte Marie du Val de Josaphat; Pierres li abbes de Monte Tabor Achars li prieurs du Temple Arnauz li prieurs de Monte Syon Girarz li prieurs du Sepuchre Paiens li chanceliers le Roi Eustaces Greniers Guillaumes de Bures Barisanz li conestables de Japhe Baudoins de Rames et assez autre grant home que len ne vos puet mie touz nomer ne nombrer.

XIV. Coment Gazzi morut de male mort.

A lentree de lan qui vint apres Gazzi cil poissanz Sarrazins dont je vos parlai desus ne finoit de penser et denquerre manieres par quoi il poist grever la Crestiente. Il vit que li Rois estoit esloigniez des parties dantioche; por ce pensa que en ce tens porroit mieuz fere sa volente de la terre. Il assembla chevaliers tant come il pot et chevaucha par le pais; aucuns chastiaus meismes assist il. Li baron de la terre envoierent tantost au Roi et li manderent que einsi estoit et que grant mestier avoient de secors. Il fist sa semonse hastivement; la vraie croiz fist porter devant lui; sergenz manda au plus quil pot. Quant il vint en Antioche li cuens Jocelins de Rohez estoit venuz que li Rois avoit mande. Lors furent assemble li baron du pais et ceus qui dehors estoient venu; si sen issirent et chevauchierent tout droit contre ce poissant Tur qui eu pais estoit. Quant il se furent auques aprochie de lui si que il cuidierent avoir la bataille dedenz court terme par la volente Nostre Seigneur avint que Gazzi qui estoit sires des mescreanz fu feruz soudainement dun mal qui a non apoplexie: cest une enfermete ou len pert oir et veoir et parler et touz les sens qui sont en home. Li baron de son ost virent bien que de lui nauroient il plus aide; si eschiverent la bataille sagement et ne firent mie semblant du meschief ou il estoient; ainz pristrent leur seigneur qui encore vivoit et le mistrent en une litiere; si sadrecierent a aler vers Halape; mes aincois que il venissent la Gazzi morut et rendi lame au deable quil avoit touzjorz servi. Li Rois demoura une piece en Antioche por atirier les besoignes de la terre: apres sen retorna touz sains en son roiaume. Mout estoit amez en ces deus terres quil tenoit; en Surie qui estoit ses roiaumes et en la contree dantioche: car mout li estoient a cuer li aferes de ces deus terres et sembloit que plus entendist a governer la terre dantioche qui li estoit bailliee a garder que son roiaume qui estoit suens a lui et a son oir. En ceste maniere se contint tant com li princez fu en sa main.

XV. De la franchise que li rois Baudoins dona en Jherusalem.

Tandis com li Rois fu a sejor en Jherusalem si com il estoit piteus et larges de fere bonte a sa gent il dona une grant franchise aus borjois de Jherusalem et leur conferma par sa charte seelee de son seel. Il avoit costume en la cite que len prenoit tonlius et paages trop gries des marcheandises et des gens qui venoient en la ville: et il leur otroia la franchise que nus latins ne nule marcheandise queus quele fust ne paiast nule rien a lentrer en Jherusalem ne a lissir; aincois vendist chascuns et achatast tout franchement quanquil vodroit en la cite. Et si otroia aus Suriens aus Greus et aus Ermins aus Sarrazins meismes que il poissent en la cite aporter froment orge et toute maniere de leun sanz paier nule costume. De la mine a quoi len mesure le ble et des balances a quoi lon poise lavoir de pois quita tout et pardona quanque lon en soloit prendre. Li pueples et li grant home de la ville len sorent mout bon gre et mercierent de bons cuers et bien entendirent tuit que li Rois leur avoit fet mout grant bonte en ces choses et que la cite en amenderoit en deus manieres; car il i viendroit plus gent por la franchise et marcheandises i aporteroit len plus volentiers por ce que len nen rendroit paages ne costumes.

XVI. Coment li rois Baudoins barroia la terre des Mescreanz.

Un voisin avoit li Rois doutre mer mout desloial et plein de grant felonie cestoit Dodequins li rois de Damas. Cil se prist garde que li rois Baudoins avoit assez a fere de governer le roiaume de Surie et le prince dantioche; por ce li fu avis que plus legierement porroit gaster la terre le Roi qui estoit pres de lui; que il ne porroit mie se garantir come sil neust afere quen un leu. Il assembla genz assez et entra en la terre de Tabarie; coureurs envoia par toute la contree por gaster le pais. Li Rois qui mout entendoit a sa besoigne oi ces noveles et prist avec lui chevaliers et sergenz; tout droit sadreca la ou il sot les Turs. Dodequins qui par ses espies sot que li Rois devoit venir ratrest sa gent a soi; quant il les ot assemblez ne sosa mie combatre au Roi car il connoissoit bien la proesce de ses chevaliers. Por ce retorna en son pais et entra bien en parfont dedenz son regne. Li Rois qui sa gent avoit assemblee ne les vout mie sitost departir ainz sen entra en la terre devers midi jusque il vint a une cite qui a non Gerase. Ce fu une des bonnes citez de cele contree ou il souloit avoir .x. citez dont len parole en levangile; assez est pres du flun Jordain delez le mont de Galaat. Il trouva que cele cite avoit este longuement deserte por la guerre; mes en lan devant Dodequins i estoit venuz et en la fort partie de la ville avoit ferme un chastel dont il avoit fez les murs et les tours de granz pierres taillees dont il trouvoit asez en la cite; de viandes et darmeures lavoit bien garnie; baillee lavoit a garder a chevaliers qui estoient si home que il connoissoit a preus et a loiaus. Li rois Baudoins sen vint devant cele forteresce et lassist. En sa venue comencierent a assaillir chevaliers et sergenz mout bien et mout hardiement. Cil dedenz se redefendoient a trere et a giter au mieuz que il pooient. Quant cist assauz ot une piece dure quarante chevalier qui estoient en la forteresce firent parler au Roi et li rendirent la forteresce par tel covent que il les feroit conduire a sauvete. Li Rois la prist en ceste maniere porce que il ne vouloit mie fere ses genz blecier a prendre cele forteresce ou il ne poist pas fere grant gaaing. Lors prist conseil a sa gent que il feroit de cele forteresce se il la garniroit ou il la feroit abatre. Touz li consauz fu a un acort que il la feist toute fondre car ele estoit loing de ses autres citez si ni porroit demorer garnison qui ne fust a grant coust et a grant peril: cil meismes qui venir i voudroient ne porroient mie passer sanz grant force.

XVII. Coment li Mescreant pristrent le roi Baudoin.

Selonc ce que len pooit cognoistre par dehors assez aloient bien li afere du roiaume en cele seson par la grace Nostre Seigneur; mes li deables qui onques nama pais ne ne vout por quil le poist destorber que amors fust entre les homes sema une descorde eu pais par quoi la chose dut estre en grant peril. Car li cuens Poinces de Triple ne sai par quel conseil ne par quel raison manda au roi Baudoin quil ne se tenoit pas a son home nil ne connoissoit mie quil li deust servise ne amor. Li Rois quant il oi ce si en fu mout correcie et se pensa que mieuz estoit il que il lamendast ore tandis come li Tur ne li movoient point de guerre que en autre point ou il auroit plus a fere. Por ce semont barons et chevaliers qui sur eus pristrent a grant despit ce que cil avoit fet et se trestrent vers la terre de Triple por vengier cel outrage. Quant li Rois fu auques aprouchiez de la terre celi o tout son ost preudome du pais alerent au conte de Triple et parlerent a lui sa folie li mostrerent et lamenerent au Roi et les apaisierent ensemble. Li Rois se parti diluec et passa outre vers Antioche porce que cil du Prince lavoient envoie querre hastivement; car Balac qui estoit mout riches et mout poissanz en Turquie sestoit aprochiez deus et fesoit par leur terres granz chevauchiees souvent qui trop les damageoient. Cist Balac estoit montez en trop grant orgueil por ce que novelement avoit surpris Jocelin le conte de Rohez et Galeran un suen cousin preude chevalier qui chevauchoient folement et les avoit pris ambedeus et si les tenoit en forz buies dedenz sa prison. Quant cil sot que li Rois estoit venuz en cele terre nosa mie si corre com il souloit; car il doutoit mout assembler au Roi porce que len li avoit bien dit que il estoit bons chevaliers et trop aventureus en batailles. Lors comenca a chevauchier pres de leur ost et costoier le Roi por savoir se il leur poist fere nul damage. Li Rois sen ala tout droit en la terre de Rohez qui trop estoit desconseillie de la prise le Conte. Il les voloit reconforter et conseiller de ce que il poist. Par la terre chevaucha por veoir les forteresces et metoit garnisons la ou mestier estoit; aus barons parloit et aus chevaliers et leur prioit que il se contenissent com preudome. Ne demora mie que il chevauchoit du chastel de Torbessel vers la cite de Rohez por prendre garde de la terre qui estoit outre le flun deufrate ainsi com il avoit fet de ceste deca. Il aloit o sa privee compaignie car il ne cuidoit avoir garde. Si chevauchoient de nuiz ca et la espandu par le chemin et li plus deus aloient dormant. Balac qui avoit bien asentu par espies que li Rois devoit aler la endroit sestoit mis en un aguet pres de la voie atout granz genz. Sitost com il saprochierent il leur corurent sus; endormiz les troverent et desporveuz; tantost les desconfirent et mistrent a la voie. En la noise qui i estoit et en la presse Balac gita les mains et prist le Roi par le frain: ne savoit mie que ce fust il: toutevoies le retint. Quant il sorent que cestoit li Rois tantost se partirent de la et passerent le flun deufrate tant quil vindrent a un fort chastel qui a non Cartapiert. Iluec estoient en prison Jocelins et Galerans: la meismes mist il le Roi en bones buies. Li baron et li autre chevalier qui fui sen estoient de la desconfiture ne sorent a dire du Roi noveles certeines aincois doutoient tuit sil estoit morz ou vis. La novele vint en Surie que li Rois estoit ainsi perduz; trop fu granz li duels par la terre. Mes li Patriarches li baron et li prelat du pais sassemblerent tantost en la cite dacre. Iluec par comun acort baillerent le governement du roiaume et toute la garde de la terre a Eustace Grenier qui estoit sages hom et bons chevaliers et loiaus et avoit ja deux citez eu roiaume atoutes les apartenances Saiete et Cesaire. Celui eslurent a seigneur jusque Dame Dieu leur rendist le Roi; feeute li firent tuit come de tel baillie sauve la droiture leur seigneur.

XVIII. Coment li Ermin delivrerent le roi Baudoin.

Felenessement estoient tenu en prison li Rois et cil dui preudome avec lui que je vos ai nome. Il avoit Ermins en la terre Jocelin qui mout lamoient; grant duel et grant despit en prenoient sur eus de leur seigneur qui einsi estoit pris. Si sen assemblerent jusqua cinquante fort et viste sage et hardi. Cil sentrejurerent loial compaignie entreus et que il feroient leur pooir de leur seigneur delivrer. Aucunes genz cuidierent que li cuens Jocelins leur eust fet einsi ceste chose emprendre par messages que il leur enveoit chascun jor de la ou il estoit et que granz loiers leur eust promis se il pooient le Roi delivrer et eus deus. Cil se mistrent en aventure en abit de moines et porterent costiaus et misericordes souz leur fros qui estoient large. Au chastel sen vindrent einsi come sil se vosissent clamer doutrages quen leur eust fez en leur abaies; mout fesoient piteuse chiere et demandoient le baillif cui il voloient mostrer leur plaintes. Aucuns en i ot qui se vestirent come marcheanz qui se revenoient ausi pleindre de ce quen les avoit desrobez. Len les leissa entrer dedenz porce quil sembloient gens de pais. Si tost com il furent leanz il trestrent les costiaus touz ocistrent ceus quil troverent; lors fermerent les portes sur eus et vindrent a la chartre si deslierent le Roi et leur seigneur et Galeran. Li Rois sot bien que cil aferes ne demorroit pas en tel point longuement aincois accourroient tost li Tur entour ce chastel; por ce fu acorde entreus que Jocelins sen iroit et porchaceroit aide hastivement qui leur venist aider si quil les enmenassent. Li Sarrazin qui estoient es villes du pais entor oirent la novele coment cil chastiaus estoit einsi emblez; tantost corurent entor por garder les entrees que riens ni poist entrer ne issir jusque Balac leur sires seust cele novele et quil i meist tel conseil com il pleroit. Li cuens Jocelins ne lessa mie por ceus qui les guetoient que il ne sen issist et mena avec lui trois compaignons des Ermins qui leanz estoient: li dui le devoient conduire qui bien savoient le pais li tierz devoit retorner eu chastel por dire les noveles que il fust passez sauvement parmi les Turs qui gardoient les issues. Celui en renvoia il tantost et li bailla son anel a enseignes que il sen aloit tout sauvement avec ses deus compaignons. Li Rois se mist en grant cure de garnir ce chastel entre lui et les Ermins qui deslie lavoient et Galerant; mout essaioit se il le poist defendre jusque li secors leur venist de qui il cuidoit bien quil ne tarderoit mie.

XIX. Du songe Balac.

Une nuit se gisoit Balac en son lit qui mot ne savoit de cel afere et sonjoit que Jocelins li cuens de Rohez le prenoit et li sachoit les euz a ses mains. Quant il sesveilla mout fu effreez de ce songe et espoentez; eu point du jour se leva et tantost envoia messages hastivement au chastel ou il cuidoit encore tenir Jocelin en prison et leur comanda que si tost com il i seroient sanz respit li feissent la teste couper. Cil sen alerent tant quil aprochierent ce chastel. La sorent la verite coment la forteresce fu emblee. Il sen revindrent bone erre a leur seigneur et li raconterent coment il estoit. Cil manda genz de toutes pars; hastivement sen ala au chastel et lassist. Lors fist parler au Roi et li manda que se il vouloit rendre cele forteresce sans contenz il en leroit issir lui et les suens si les feroit conduire hastivement jusqua Rohez. Li Rois se fia trop en ce que li leus estoit forz et cuida quil le poist tenir jusqua la venue du secors. Il respondi quil nen feroit neant et se comencierent viguereusement a defendre tuit cil qui leanz estoient. Balac fu mout iriez et ot grant despit du Roi qui refusa ce quil li queroit; lors envoia querre engins et les fist drecier; mineeurs et autres engingneeurs ot assez qui savoient en maintes manieres grever chastiaus; mout les pria touz et angoissa de haster cele besoigne. Li tertres sur que li chastiaus seoit estoit dune pierre tendre einsi come croie: il virent que par la porroit plutost estre la forteresce deroute. Mineeurs i envoierent grant plente qui mout tost orent fetes grans voies par desouz; espessement les estanconnerent de gros tres. Quant il en orent assez mine dehors vindrent et se treistrent arrieres; len i mist grant plente datret puis i bouta len le feu. Quant il fu ars li tertres sassist et une tor qui estoit desus fondi tout ensemble et donna mout grant frois si que toute lautre forteresce sen escrolla. Li Rois douta que la partie ou il estoient ne cheist en autel maniere si rendi le chastel a Balac a sa volente fere sanz metre nul covenant. Il dist que li Rois ni morroit mie ne uns suens nies qui la estoit ne Galerans: a ces trois otroia les vies; mes il les mist en bonnes buies et les envoia en la cite de Carran; la les fist garder mout estroitement. Les Ermins qui son chastel lui avoient emble por le Roi et por leur seigneur delivrer fist morir de males mors. Les uns fist lier a pieus et treoit en a eus einsi come au bersaut les autres fist escorchier touz vis; aucuns en i ot pendus ars trebuchiez de haut; en maintes guises les tormenta. Mes nos devons croire que cil en orent le meilleur qui de la chaitivete de ceste vie se partirent por le martire quen leur fist soufrir por la mort Jhesucrist.

XX. Coment li Crestien venoient secorre le Roi.

Jocelins sen aloit atout ses deus compaignons a grant peril et a grant doute: de nuiz fesoient leur journees; de jorz se tapissoient en caves et en bois. Par aventure avoient porte avec eus deus bouciaus de vin et un petit de viande qui mout leur orent grant mestier; car onques plus nen orent jusque il vindrent au grant flun deufrate. Ilec furent mout esbahi coment li Cuens porroit passer car il ne savoit mie bien noer et li fluns estoit lez et parfonz. A la fin couplerent a une corde les deux bouciaus qui estoient vuidie et les mistrent deca et dela du Conte. Li dui Ermin qui savoient mout tresbien noer le conduisirent parmi leaue li uns a destre li autres a senestre tant que par la merci Nostre Seigneur vindrent tuit sans mesaventure a la rive dela. Lors fu li Cuens en mout grant angoisse car il estoit nuz piez en la terre a ses anemis ne il navoit pas apris einsi a aler; dautre part grevez estoit du travail las de fain et de soif et haster le covenoit por le peril: toutevoies il sesforca com preudom car au besoing connoist len les cuers bons et viguereus. Si compaignon li firent aide et conseil tant come il porent tant que Nostre Sires les conduist jusquau bon chastel de Torbessel que nostre gent tenoient. La dist son besoing aus chevaliers que il trova. Lors prist chevaus et compaignie tele com mestiers estoit si vint en Antioche; touz les semont et hasta de secorre le Roi. Mes por ce quil avoient pou de gent par le conseil du patriarche Bernart li Cuens meismes ala en Jherusalem; a lautre patriarche aus barons et aus autres prelaz de la terre raconta la chose si come ele estoit avenue et en quel point il lessa le Roi. Bien leur dist que il se hastassent car longuement ne le porroient mie atendre. Cil sassemblerent tantost et pristrent la vraie croiz devant eus puis se mistrent a la voie. De toutes les citez ou il venoient pristrent aide tant que il vindrent en Antioche. Cil du pais se remistrent avec eus. Li cuens Jocelins aloit avant et les mena jusqua Torbessel. Iluec oirent certeinnes noveles que li chastiaus avoit este pris et li Rois en estoit menez en prison a Carran. Bien virent que nestoit mie grant preu daler avant; por ce se departirent entreus par acort. Cil qui estoient du roiaume pristrent congie et sen alerent a une part; li autre tandis comme il estoient ensemble se trestrent vers Halape por passer devant la ville savoir se il poissent fere nul damage a leur anemis. Einsi com il le pensoient leur avint il: car si come il aprochierent de la ville cil de fors issirent tuit en conroi devant leur barbacanes. Quant li nostre les virent qui mout estoient irie des granz pertes que il avoient fetes tantost leur corurent sus et fu li poigneiz trop bons et trop lons dedenz leur barrieres. Cil de la ville perdirent mout et par force refurent mis enz parmi leur portes. Li nostre se logierent ilec et demorerent quatre jourz devant eus qui que il en pesast. Grant damage firent aus villes entor et a la terre; puis sen partirent prisons enmenerent et proies et autres gaainz assez. Li chevalier du roiaume qui parti sen estoient en leur retorner voudrent fere aucune chose qui pareust; si passerent le flun Jordain vers la terre darrabe; dune cite saprouchierent qui a non Scitopople. La entrerent en la terre a leur anemis qui ne se gardoient; mainz en ocistrent en vengeance de leur roi qui pris estoit; assez en amenerent pris homes et femmes et proies granz; dautres despueilles et de gaainz de maintes manieres vindrent tuit chargie jusque en leur pais.

XXI. Coment li Crestien desconfirent les Sarrazins.

Tantost com li princes degypte sot que li Rois estoit en prison bien li fu avis que lors fu sesons de corre sus au roiaume de Surie tandis com il navoient mie leur seigneur. Il haoit trop ceus du roiaume et sospeconeus les avoit; car il doutoit que sitost com leur pooirs croistroit quil ne li feissent mal. Por ce comanda par toute sa terre que cil qui armes porroient porter venissent a sa semonse. Il envoia genz par les citez de la marine por fere apareillier navies et galies armer a grant plente. Apres le jor de la semonse mut. Mout ot grant plente de gent par terre; .lxx. galies ot armees par la mer sanz les autres nes de que il ot maintes. Li oz qui par terre aloit passa les deserz puis se logierent pres descalonne. La navie passa jusque devant Japhe. Lors issirent hors des nes grant plente de genz bien armees si comencierent a assaillir la cite de toutes parz. Tant lasserent ceus dedenz qui pou de gent estoient que por soufrete de defendeurs il comencierent a venir aus murs et mistrent les mineurs en pluseurs parties et fu mout la cite afebloie; en la maniere que se il eussent eu loisir encore un jor dassaillir cil fussent entre par force en la ville et de quanque avoit dedenz eussent fetes leur volentez. Mes li Patriarches et Eustaces Greniers li conestables du roiaume et li autre baron de la terre se furent assemble a tant de gent com chascuns pot avoir et orent chevauchie jusques plains de Cesaire en un leu que len claime Caquo. Dilec murent tuit ensemble por aler vers Japhe. Quant li Tur qui assailloient la ville le sorent ne les oserent atendre aincois se receurent hastivement dedenz leur nes et se tindrent en la mer tuit esloignie de terre por atendre et por savoir coment les genz qui estoient a terre se contendroient contre les noz. Lors se mistrent nostre baron a la voie. La vraie croiz ou il avoient grant esperance portoient devant eus. Il aloient apres les banieres levees tuit rangie par leur batailles; tant quil vindrent a un leu que len claime Ybelin. La troverent leur anemis qui avoient einsi leur genz mises en conroi com cil qui grant semblance avoient fet de combatre contre les noz; mes sitost com il virent la nostre gent qui si biau semblant fesoient et si hardiement saprochoient deus sanz volente nule deus eschiver tantost se comencierent a esmaier et bien vousissent que cele chevauchiee neust mie este emprise. Coardement se contenoient et si nestoit ce mie porce quil neussent plus gent car en lost des Crestiens entre femmes et homes armez et desarmez navoit mie .vii m. Li Tur avoient bien en leur ost de genz bien armees plus de .xv m. sans ceus qui estoient es nes ou il en avoit grant plente. Quant il se furent bien aprochie les noz batailles qui orent prie Nostre Seigneur de mout bon cuer que il les regardast en pitie et leur aidast en ce jor poindrent premiers; si viguereusement se ferient en leur anemis que li Tur sesmaierent tuit et esbahirent de leur bele venue. Cil ne les leissierent onques partir deus ainz les tindrent si pres que mainz en abatirent qui puis ne releverent. Lors connurent bien cil degypte le hardement et la proesce des Frans dont il avoient maintes fois oi parler et plus les douterent quant il virent que loevre passoit la parole. Mout sesforcierent a contretenir car grant fiance avoient eu grant nombre de leur gent. Il atendoient que li nostre se lassassent et treississent arriers com cil qui ne poissent soufrir tel fes; mes quant il virent quil estoient fres plus et plus et ambatant et volenteis de querre les mellees si se desconfirent et se mistrent a la voie si laidement quonques puis nus deus ne torna arriers la teste de son cheval. Li notre les suivirent une piece si que en cele chace en ocistrent il asez plus que il navoient fet en la bataille. Prisons i retindrent mout si que de toute la grant plente que li Tur avoient amenee ne remest mie granment que il ne fussent ou mort ou pris. Des morz trouva len par conte plus de .vii m. Nostre gent sen alerent tout droit aus tentes que leur anemis avoient lessies; la troverent paveillons trop riches et de diverses facons les richesces degypte mout precieuses vessiaus mout nobles et autres joiaus estranges bons et chiers tant que ce estoit merveilles a regarder; chevaus armeures robes tant come il en pooient departir entreus: en tel maniere que quant ces choses furent departies a chascun selonc ce que il estoit ni ot celui qui ne sen tenist a riche. Einsi sen retornerent en leur pais. La navie qui sestoit aencree en la mer por atendre la fin de la bataille entendi certeinnement que leur genz estoient desconfites si ne sot que fere: por ce sen vint a Escalonne qui estoit encore devers eus. La orent il encore greigneur certeinnete de la desconfiture; si en firent mout grant duel. Ne demora gueres puis que nostre gent furent retorne de cele ost que Eustaces Greniers qui avoit le roiaume en garde sages hom loiaus et de grant cuer acoucha malades et fu morz. En son leu fu mis par commun acort des prelaz et des barons Guillaumes de Bures bons chevaliers preudons et de grant afere.

XXII. Coment li dux de Venise desconfist ceus degypte.

Par toutes terres fu alee la novele que li rois de Jherusalem estoit en prison et que la terre estoit en mout grant peril. Li dux de Venise loi dire qui avoit non Domingues Michiaus et li autre grant home de la ville. Il orent proposement daler en la terre; si atornerent une navie ou il ot quatre granz nes et quarante galies bien armees et vint huit autres vessiaus que il apeloient chaz. Il murent tuit ensemble de Venise et vindrent en Chipre; la leur fist len savoir certeinnement que la navie degypte demouroit encore en la marine vers Japhe. Quant li Dux oi ce si defendi a ses genz que nus ne issist des nes; aincois murent tantost et adrecierent vers la marine de Japhe: mes il encontrerent une nef de marcheanz qui leur distrent que li princes degypte sestoit combatuz a nostre gent et sen estoit fuiz tout desconfiz; et quant sa navie loi qui estoit encore entor Japhe si sen parti diluec et estoit arrivee eu port descalonne qui estoit leur. Quant li Venicien sorent ce mout hastivement sadrecierent la endroit. Mout desirroient a combattre aus Turs: por ce se penoient en toutes manieres por nagier aus rames et por voiles drecier coment il venissent la aincois que cil sen fussent parti. Il avoient atornees leur nes mout bien por la bataille come cil qui assez en savoient. En cele navie si com je vos ai dit avoit nes que len claime chaz qui ont bes devant einsi come galies mes eles sont greigneurs; en chascune a deus gouvernaus et cent nageeurs. Les quatre granz nes qui portoient les engins les armes et les viandes firent aler eu premerain front et les chaz avec eles. Les galies vindrent tout celeement par derrieres pource que se leur anemis les veissent de loing ne cuidassent mie que ce fussent vessel de guerre aincois semblassent nes qui fussent de marcheanz et de pelerins. En ceste maniere se comencierent a adrecier vers le rivage descalonne. Il estoit nuiz la mer estoit mout coie le vent avoient tel come il le devisassent li jorz aprochoit et laube aparoit ja: mout estoient pres des Turs tant que il saperceurent que navie venoit vers eus. Quant li jorz sesclarci un peu si en furent tuit certein; lors furent trop esbahi. Li mestre firent crier que chascuns corust a son leu; tost furent arme; les ancres treistrent a eus les cordes deslierent si satirerent tuit com certain de la bataille.

XXIII. Du siege de Sur.

Eu troill et temolte que li Tur estoient de leur afere atorner tandis com il avoient grant peor une galie de Venise muet qui ot passees les autres grant piece. Li Dux estoit dedenz: si ot choisie par aventure la plus bele galie de lautre partie ou li chevetaines des Turs estoit. La se fist adrecier et feri si durement en cele que pres que ne la desfroissa toute et a pou se tint que cele qui fu si ferue ne plunja. Les autres qui vindrent apres se ferirent si durement entre les Turs que chascune costoia la seue et maintes en froissierent. Lors comenca la bataille si cruel et si aspre que trop i ot grant plente de gent ocise. Cil qui i furent raconterent por voir que la mer selonc le rivage en chanja sa coleur et fu toute rouge le lonc de deus miles. Des cors i avoit tant qui flotoient par la mer et que la mer gitoit a la rive que li pais dilec environ un pou apres en puoit durement et fu grant enfermete en la terre de la corruption de lair. Li Tur se tindrent une piece et se defendirent mes quant il ne porent plus soufrir si tornerent en fuie meismement porce que leur chevetaines estoit ocis. En ceste maniere orent cil de Venise la victoire mout ennoreement car il retindrent quatre de leur galies et quatre chas et une grant nef et orent mout ocis des anemis Dame Dieu. Il ne sen voudrent mie tenir a tant; aincois quant il orent un pou demore se mistrent en la mer et sadrecierent vers Egypte jusque il aprochierent dune ancienne cite qui siet eu desert sur la mer et a non Lars. Il cerchoient mout ententivement se il poissent trover nules des nes a leur anemis: einsi com il le desirroient leur avint car il troverent .x. nes de Turs assez pres deus. Tantost leur corurent sus et les pristrent sanz gueres de contenz. Li home qui furent trove dedenz furent tuit ou mort ou pris. Les nes estoient chargiees trop richement des plus chieres marcheandises de tout Orient: il i avoit espices et letuaires dras de soie tapiz et pierres precieuses. Li Venicien qui orent tout ce gaaignie departirent tout entreus et furent tuit riche. Les nes quil orent prises enmenerent avec eus si arriverent au port dacre.

XXIV. Des covenances qui furent entre les Veniciens et les barons de Surie.

Si tost com li baron de la terre de Surie oirent dire que li dux de Venise estoit arrivez a Acre qui si bien lavoit fait sur mer que il avoit desconfite la navie degypte et gaaignie si grant avoir sur les Turs de la terre dorient il sassemblerent et parlerent ensemble li patriarches Gormonz de Jherusalem Guillaumes de Bures connestables et garde du roiaume Paiens li chanceliers de Surie et aucuns des autres prelaz et barons. Si sacorderent que len envoiast granz messages au Duc et aus chevetaines de lestoire de Venise qui les saluassent de par les barons de la terre et leur deissent que de leur venue fesoient grant joie tuit. Si les semonoient doucement et a granz prieres que il venissent vers eus; car il estoient prest et apareillie deus recevoir ennorablement mout volentiers come leur amis et vaillanz homes qui grant leu porroient tenir a la terre doutre mer se il leur plesoit. Li Dux avoit en proposement des lors quil mut de son pais que il iroit en Jherusalem por visiter les sainz leus de la cite; et bien li plesoit que il parlast aus barons qui avoient envoie a lui. Por ce lessa des plus sages de sa compaignie a garder la navie jusque il revenist; et prist avec lui des plus hauz homes de sa cite et sen vint en Jherusalem. Li Patriarches et baron de la terre les receurent mout bel. A grant joie leur firent assez enneur et compaignie et demorerent en la ville jusqua la feste de Noel. Apres li Baron parlerent au Duc et a ses compaignons et leur manderent que il leur deissent se il avoient talent de demorer en la terre jusque il eussent fet a Nostre Seigneur servise de grever ses anemis. Il respondirent a une voiz que por ce estoient il meu de leur pais et bone entencion avoient il de ce fere se il pooient venir en point. Lors parlerent tant entreus que par certeinnes covenances a que il sacorderent leur promistrent fermement que il iroient asseoir une des citez de la marine ou Sur ou Escalonne; car par la grace Nostre Seigneur toutes les autres des le flun degypte jusquen Antioche tenoient a cel jour li Crestien en leur pooir. Quant cil otroiz fut einsi fez uns grans descors sourdi entre les Barons laquele de ces deus citez len asserroit: si que par leur contenz dut venir la chose en grant peril car cil de Jherusalem et de Japhe de Rames de Naples et cil du pais la entor sesforcoient mout et mostroient maintes raisons que len devoit asseoir Escalonne car ele estoit plus pres deus et plus foible et mains i estouvroit a mestre travail et costement. Encontre ceus estoient cil dacre et cil de Nazareth de Tabarie de Saiete de Baruth et des autres citez de cele marine: cil disoient que graindres mestiers estoit dasseoir la cite de Sur qui estoit cite noble et bien garnie; por ce devroit len metre toute la peine quen pourroit au conquerre; car li Tur porroient bien encore recovrer ce quil avoient perdu eu pais par la force de cele cite. En tel maniere se tindrent ces deux parties que lune ne se vout onques acorder a lautre et pres que la chose ne vint a ce que len nasseist lune ne lautre. Quant il orent longuement contencie en ceste maniere preudome sen entremistrent por apaisier la descorde: au darrenier les firent acorder a ce que len preist .ii. fuellez de parchemin: en lun escristrent Sur en lautre Escalonne et les mistrent sur un autel. Lors apelerent un enfant simple et innocent qui riens ne savoit de ces choses. Il li distrent quil preist lequel quil voudroit de ces .ii. fuellez: il avoient avant acorde que la cite de qui il prendroit le non li dui ost liroient asseoir par mer et par terre. Li enfes prist le fueillet ou il avoit escrit Sur: lors leur covint touz otroier que len asserroit cele cite. Tuit li baron et li pueples de la terre de Surie sassemblerent en la cite dacre a un jor nomme; car la navie des Veniciens demoroit eu port de cele cite. La fu li sermenz fet de tenir les covenances qui avoient este acordees entre les barons du roiaume et les Veniciens de quoi nos vous dirons une partie.

XXV. Du traite avec les Veniciens.

Il fu acorde et jure des Barons que en toutes les citez le Roi quil tendroit en son domaine et en toutes celes que len tendroit de lui en fie li Venicien auroient une rue entiere une eglise uns bainz et un four que il tendroient a touzjorz par heritage quites et frans sans nule costume ensi com li Rois doit tenir lez seues choses franchement. En la place de Jherusalem recevront autant de rente en leur propriete com li Rois i seut avoir. Se il vuelent fere en la cite dacre four moulin bainz balances mines a mesurer le ble bouz a mesurer vin huile miel dedenz leur rue tuit cil qui voudront cuire baignier mesurer moudre le porront fere ausi franchement com se ces choses estoient le Roi. En la fonde de Sur se la ville est conquise otroierent au Duc et au commun de Venise a tous jors a rendre .ccc. besanz sarrazinois le jor de feste saint Pere et saint Pol. Se Veniciens a plet contre autre Venicien il sera termines par la jostise de Venise qui demorra eu pais. Mais se contens est entre Venicien et home dautre terre li plez sera le duc de Venise. Se ces deus citez sont prises Sur et Escalonne il auront la tierce partie en chascune tout franchement. Assez i ot autres covenances quil nestuet mie a descrivre qui furent jureez et mises en chartres seelees des prelaz et des barons de la terre de Surie. En la fin fu acorde que se Nostre Sires delivroit le Roi de prison il li feroient ces choses otroier et confermer; et sil i venoit noviaus rois ensi le feroit; et sil ne le vouloit fere ne le tendroient mie por roi. Quant ces covenances furent bien asseurees il murent dacre par mer et par terre et assistrent la cite de Sur le quinziesme jour de fevrier.

LI TREISIESMES LIVRES

I. De la noblesce et de la force de Sur.

Porz estoit a grant merveille la citez de Sur et mout ancienne. Ulpiens qui mout fist des lois en fu nez si com il dit; li Romain lennorerent mout quant il orent la seigneurie du monde. Selonc les anciennes estoires Agenor en fu nez qui ot deus filz et une fille. Cadmus li ainz nez fist la cite de Thebe et controva premierement les letres griesches; li seconz ot non Fenix de qui la terre de Fenice fu nomee dont il fu sires. La fille ot non Europe por qui fu einsi apelee la tierce part du monde. Li citeien de la ville si com len trueve en escripture troverent premierement letres de latin. La seut len prendre les poissons de mer dont len teint la porpre qui li Roi suelent vestir et meilleur la fesoit len la que ailleurs. De la fu nez Sicheus et Dido sa femme qui fonda en Aufrique la cite de Cartage qui mainz maus fist et granz guerres a Rome. Cele cite ot deus nons; car ele fu apelee selonc le langage ebrieu Sor dont len la claime encore Sur. Par lautre non est clamee Tyr qui plus sacorde au latin et au non de celui qui la fonda; car Tyras la fist premierement qui fu li septiesmes filz Japhet le filz Noe qui fist larche. De la cite fu nez Abdimus uns joenes vallez si com dit Josephes que Yram li rois de Sur tenoit en prison. Salemons qui mout estoit sages lui envoioit devinailles et paroles repostes et oscures porce que cil les devinast et esponsist. Li Rois ne le savoit fere si les aportoit au juene home; cil les devinoit et esponnoit toutes bien et trop soutilment. Dont il avint une fois que Salemons i mist fermaille de trop grant avoir que ses paroles ne seroient mie devinees; cist Abdimus les devina et gaaigna Yram ses sires cel avoir. De cestui dist len que ce fu Marcous de que len parole que Marcous et Salemons desputerent. En cele ville gist li cors Origene qui trop fu bons clers; de la issi la famme qui pria Jhesucrist por sa fille que li deables traveilloit; a qui Nostre Sires dist: Femme ta foiz est granz. Ceste est la plus haute cite et la plus noble de la terre de Fenice.

II. De ce meismes.

Plenteive citez estoit de toutes choses la citez de Sur et delitable plus que nule autre ville; car jasoit ce que ele soit dedenz la mer assise et avironee de eaues pres de toutes parz ausi come une isle ne remaint mie por ce que ele nait devant pres de la porte uns granz plains de terre gaaignable qui est trop aportanz. Dilec vient la grant plente de touz biens a la cite. Bien est voirs que li gaaignages nest pas mout granz au regart des autres citez mes les terres sont iluec si bones queles aportent bien autant come les autres qui sont plus larges. Nequedent devers Midi si com len vet a la cite dacre la terre gaaignable dure jusquau destroit Scandarion ou il a bien quatre miles ou cinq. De lautre part devers bise si com len vet a Saiete redure bien li gaaignages autant. De le la ou il a mains a bien .ii. miles ou .iii. La sordent fontaines beles et mout cleres qui grant mestier ont por atemprer le chaut en este. Entre les autres la tres noble fontaine sort ilec de que len parole en maintes terres que Salemons apele la Fontaine des Cortilz et le Puis des Eaues Vivanz. Ceste fontaine sourt eu plus bas de cele contree et si la len si hauciee par oevres de mains que len la fet sordre par desus une tor qui est haute pres de cinq toises fete de trop dures pierres. Quant len saproche de la len ne voit que la tor qui nule semblant ne mostre deaue mes li degre i sont fet ou len puet monter neis a cheval; et quant len est en haut si grant plente deaue part que cest ausi come li combles de la tor. Dilec sen vet en diverses parties par les conduiz qui la recoivent. Cele fontaine norrit les cortilz ou les bonnes herbes croissent et les arbres qui aportent les bons fruiz. Entre les autres precieuses choses nessent ilec les calemeles ou il cucres croist que li marcheant viennent querre et lemportent par tot le monde. Une merveille avient ilec; car de la gravele que len quieut en cele terre fet len une maniere de voirre dont li vessel sont si cler et si precieus que len les vent trop chierement en autres terres. Por la noblesce de cele cite et por la grant forteresce dont ele est fermee la tenoit li princes degypte si chiere que bien li sembloit que la terre neust garde se il poist ceste garder. Car il tenoit toute la terre des Lalische de Surie jusquen la seche Libe ou il na se sablon non. Mes plus li estoit ceste a cuer que nule des autres; por ce lavoit trop bien garnie darmes dengins et de viandes et de la meilleur gent que il avoit.

III. Du siege de Sur.

Hardiement vindrent au siege nos genz et acaintrent la ville au mieuz quil porent. Ele siet eu cuer de la mer; une seule entree i a par terre tant com uns ars puet trere. Les anciennes genz dient que ce fu une isle cainte de mer de toutes parz et dessevree dautre terre; mes li poissanz rois des Assiriens Nabugodonosor lassist aucune foiz et la vout prendre par terre; si fist aporter si grant terrau quil i vout entrer par le rivage; mes il ne parfist mie cele oeuvre et si i fu a siege .iii. anz et .x. mois. Mes Alixandres li rois de Macedoine i vint a siege quant il ot pris Damas et Saiete et parfist cele oevre que Nabugodonosor avoit commenciee et prist la ville par itele maniere. Uns autres rois assiriens lavoit ja assise devant qui avoit non Salmanasar qui conquist toute Fenice. Mainz granz maus avoit souferz cele ville. Mes mout estoit lors en grant noblesce par le pooir au grant prince degypte cui ele estoit merveilles a cuer.

IV. De ce meismes.

Entor cele cite la mer ne sera ja en pais; car il i a granz roches pres de lentree ou les ondes hurtent mout durement; et granz montaignes i a repostes desouz leaue en tele maniere que se nes i venoit et li governeres ne conneust mie bien la maniere du port ne porroit estre que ele ne perillast. Devers la mer la citez estoit close de deus peres de murs hauz et forz; torneles i avoit grosses et espesses; devers soleil levant ou lentree est par terre avoit trois peres de murs bien espes tors i a treshautes et bien espesses si pres a pres que par pou queles ne sont jointes ensemble; et un fosse si large et si parfont que sanz grant peine porroit corre la mer de lun bras en lautre. Devers bise siet li porz qui est dedenz la ville; lentree sen passe par entre .ii. tors et li recez est dedenz les murs; car lisle ou la ville siet brise si les ondes de la mer qui fierent la que ele garantist bien les nes desouz lui et venz ni puet ferir que seulement bise. La navie des Veniciens se mist eu port dehors la ville et leur toli lentree et lissue par la mer. Li oz des Barons sestoit logiez es jardins pres de lentree par terre si que bien estoient enclos li Tur de leans. La citez estoit lors a deus seigneurs; car li califes degypte qui avoit greigneur pooir en tenoit les deus parz; li rois de Damas qui estoit leur voisins por ce que il ne leur feist mal aincois leur aidast quant mestier seroit en avoit la tierce part par la volente au Calife. Les genz de la ville estoient mout noble et plein de grant avoir; car des lonc tens avoient par marcheandises et en passer pelerins trop gaaignie et granz richeces assemblees en la cite. Dautre part la dedenz sestoient mis tuit cil que noz genz avoient gite de Cesaire dacre de Triple de Saiete et des autres citez de la marine qui estoient eu pooir de la Crestiente venues. Toutes les richeces de ces citez estoient aportees leanz; et bien cuidoient estre a garant tuit cil qui la estoient; car nus ne poist penser que citez si fort et si garnie poist estre prise par nul effort de Crestiens.

V. De ce meismes.

Ja sestoient mis entor la ville si com je vos ai dit li dui ost par mer et par terre. Mes li Venicien virent que il nestoit pas granz mestiers que leur nes fussent aancrees en la mer: si les firent toutes trere a sec delez le port fors une seule galie qui remest dedenz la mer tozjorz preste de nagier la ou mestiers fust. Lors firent une fosse par terre de la mer desus jusque a cele desouz dont il aceintrent et enclostrent tout lost. Lors pristrent le merien a fere les engins es nes de Venice dont il i avoit assez et envoierent au bois ilec entor. Li Patriarches sen entremist mout et li autre baron du roiaume et orent assemble touz les engineeurs quil porent trover; tant que il firent fere un chastel de fust mout haut dont len pooit veoir par desus les murs en la ville et se il fust aprouchiez cil dedenz se poissent combattre tout de plein a ceus des murs de la cite. Perrieres et mangoniaus drecierent en pluseurs leus qui tant leur gitoient pierres que cil en estoient mout espoente. Li dux de Venise de lautre part refesoit autele maniere dengins com li Baron fesoient fere. Mout se penoient tuit de grever la ville en toutes manieres. Granz assauz leur rendoient sovent aus barbacanes et aus barrieres. Li Tur qui dedenz estoient ne dormoient mie ainz se defendoient mout bien. Engins drecoient par la ville contre les noz ausi bons ou meilleurs qui grosses pierres gitoient sur noz chastiaus et sur les autres engins que len treoit avant. Cil qui fesoient le guet por garder les chastiaus i demoroient a grant peril; car les grosses pierres descendoient sur eus et a laler et au venir leur traoient len espessement dars et darbalestes qui estoient es hautes tors. Pierres meneurs leur gitoit len assez a macefondes et aus mains. Li nostre qui demoroient es estaches des chastiaus de fust se penoient mout de trere de forz arbalestes et des ars de cors a ceus qui se mostroient sur les murs. Les perrieres feroient si granz cous aus tors que la poudre en voloit si granz com une nue et sembloit que la forteresce sescrollast toute et quele deust cheoir se les pierres des engins passoient jusquen la ville. Teus frois et si grant debriseiz fesoient de mesons que cil dedenz nestoient mie asseur. Pou estoit heure de jor quil neust paleteiz devant les portes de la ville de la gent a pie qui sentrecoroient sus; et maintes foiz i avoit il bon poigneiz et fiers quant li Tur voloient fere leur saillies en lost.

VI. Coment li cuens de Triple vint au siege de Sur.

Li contenz estoit einsi entre ceus dedenz et ceus de hors come tout iveus; ne len ne pooit mie tres bien savoir liquel en avoient le meilleur. Car se li un estoient damagie un jor li autre reperdoient lendemain. Mes ne demora mie que li cuens Ponces de Triple que li Baron avoient envoie querre vint en lost et amena mout bele compaignie de gent a cheval et a pie. Li nostre furent mout joieus et esbaudi de leur venue et leur en crut hardemenz. Li Sarrazin qui bien le virent des murs et des archieres sen esmaierent mout et se comencierent a desesperer de defendre. Dedenz la ville avoit .vii c. que chevaliers que serjanz a cheval de la cite de Damas. Cist estoient plus preu et mieus entremetant de guerre que la gent de la ville qui navoient onques apris tele chose ainz avoient acostume a mener leur marcheandises et a estre molement en delices. Toutesvoies por eus garantir et defendre prenoient essample a ceus de Damas qui mout les soloient amonester de bien fere. Mes quant il meismes virent que li pooirs de nostre gent croissoit et cil de la ville devenoient couart et pereceus deus traire avant aus defenses les viandes meismes qui la dedenz estoient apeticierent et comencierent a empirier; il sesmaierent tuit et ennuierent de maintenir cele besoigne et mains en enprenoient du fez que il ne fesoient avant. A leur paroles sembloit que bien leur ert avis que il ne poissent mie tenir la ville longuement. Quant cil de Sur qui mainz valoient les virent esmaier si en perdirent touz les cuers et encheirent en si grant coardise quil ne savoient que devenir. En la ville navoit que une entree par terre si com vos avez oi; iluec avoit sovent de jorz et de nuiz granz chapleiz de genz a cheval et a pie si que mainz emporta len que morz que bleciez dedenz la cite. Cestoit une chose qui mout les acoardissoit.

VII. Coment cil descalonne furent desconfit.

Lors que li sieges estoit einsi a Sur li Tur descalonne qui touz jorz estoient apareillie de fere mal a la Crestiente virent que li roiaumes de Jherusalem estoit mout vuidiez de chevaliers et dautres genz qui poissent armes porter; por ce leur fu avis que bone seison estoit de grever la terre. Il sassemblerent granz genz et passerent les plains tant quil vindrent aus montaignes ou la citez de Jherusalem siet. Il penserent que porce que len ne sen gardoit il porroient trover la cite vuide et desgarnie si que il enterroient enz ou au mains troveroient il aucunes genz quil porroient ocirre ou prendre. En ceste maniere sen alerent mout grant erre tant quil vindrent devant la ville tout despourveument: aucuns seurpristrent qui estoient aus vignes et aus chans si en ocistrent jusqua huit: mes li citeien de la ville firent le ban crier que tuit sen ississent fors; et se tindrent tuit a pie devant la porte. Cil descalonne se rassemblerent encontre eus et virent ceus qui estoient prest et entalente deus defendre si que mout les en douterent. La montance de trois eures furent einsi li un contre les autres si que onques li Tur ne les oserent corre sus ainz sen comencierent a partir et trere arriers. Li Crestien virent leur mauves covine et aperceurent leur couardie; si se mistrent entre fossez en leus estroiz si les comencierent a assaillir si com il passoient. Ilec ot assez tret dars et darbalestes et feru de glaives. Li nostre en orent le meilleur car il ni perdirent riens aincois ocistrent des leur quarante deus et gaaignierent disset chevaus et retindrent pris quatre chevaliers. Lors sen retornerent dedenz leur ville tuit lie come cil qui bien lavoient fet.

VIII. Coment li Crestien qui avoient assis Sur se partirent en trois.

Il avint ne demora gueres apres ce que li citeien de Sur qui estoient las et greve du veillier et des guez des assauz et des peors quil avoient longuement souferz se comencierent durement a aparescier et tenoient a trop grant merveille que si noble citez come estoit Sur ou pres que chascun jor soloient venir les marcheandises par mer et par terre et estoit pleine de si grant richece et de tantes manieres daaisement pouvoit estre en si pou de tens si agrevee et mise a si grant meschief que len ni povoit ne entrer ne issir. La viande presque toute estoit ou faille ou corrompue. Cil de la ville qui garder la devoient avoient ja touz les cuers perduz. Por ce pristrent conseil et envoierent letres au calife degypte et au roi de Damas en que il leur manderent la mesese et le peril ou il estoient et bien leur firent a savoir le proesce et le hardement des Crestiens qui croissoit de jor en jor; par quoi il voloient bien que il seussent que la chose ne povoit pas longuement durer. Por ce leur prioient a genouz et jointes mains que il meissent hastif conseil por sauver eus et leur ville. Quant cez letres en furent alees si furent un poi reconforte por lesperance quil orent du secors et firent plus bel semblant deus defendre. Assez avoit des navrez par les osteus en la ville; cil meismes qui aler ne povoient sur les murs amonestoient les autres que bien se contenissent et viguereusement car par tens vendroit leur aide. Ne demora gueres que une novele vint partout que Dodequins li rois de Damas qui avoit receu les letres de ceus de Sur venoit a trop grant compaignie de Turs et amenoit chevaliers preuz et bien garniz darmes et bien montez. Ja estoit si pres quil sestoit logiez sur un flun qui estoit a quatre miles de Sur; et disoit len que une navie estoit issue degypte trop graindre et mieuz garnie que cele devant ne fu qui amenoit mout plenteive garnison de genz darmes et de viandes por metre dedenz Sur. Plus disoit len encore que Dodequins atendoit encore plus genz qui sivre le devoient et voloit que la navie qui venoit saprochast plus avant que il passast le flun; lors iroit assaillir lost et tandis com il se combatroit a eus la garnison enterroit en la ville par la mer que li notre ne le porroient contredire. Quant li Baron oirent ces noveles tuit sassemblerent por prendre conseil; en maintes manieres deviserent la chose: mes au darrenier sacorderent tuit a ce que il feroient trois parties de lor ost: li cuens de Triple et Guillaumes de Bure li connestables menroient avec eus touz les soudoiers de lost a cheval et a pie et la gent qui estoit venue avec le Conte; cil se treroient encontre le roi de Damas et se combatroient a lui quant il porroient veoir leur meilleur point. Li dux de Venise et la seue gent enterroient en leur galies et es autres nes por aler encontre la navie degypte et einsi se combatroient a ces. Li Baron et li Chevalier et lautre gent de Surie qui la estoient atout une partie des Veniciens qui remanoit avec eus garderoient lost nomeement les chastiaus de fust que il ne fussent ars et feroient giter les engins et se peneroient de tenir corz ceus de la ville ausi come se tuit i fussent. En cele maniere se departirent com il fu devise. Dodequins sanz faille sestoit logiez sur le flun; mes si tost com cil consauz fu pris en lost len li manda. Quant il sot que ces genz venoient por combatre a lui il sen parti et trest arrieres vers sa terre; car il connoissoit si bien les efforz des Crestiens que touz jorz douta les mellees. Li cuens de Triple et Guillaumes de Bures chevaucherent en conroi jusqua deus miles lors sorent noveles certeines que leur anemi sen retornoient. Il meismes nalerent plus avant aincois sen revindrent vers lost tout leur pas. Li dux de Venise envoia la seue estoire jusque au lieu qui a non Scandarion ou il a sis miles de Sur. Nules noveles ne nules enseignes ne porent aprendre de cele estoire degypte. Bien sorent que Dodequins sen estoit retornez; por ce sen revindrent en lost et comencierent plus viguereusement a assaillir la ville que onques navoient fet devant.

IX. Coment cil qui esteignoit la perriere ne pot estre bleciez.

Par cele faute de secors qui avint a ceus de Sur recomencierent mout a avoir grant peor et grant desesperance. Mes il avint que ne sai quant juene home qui de la ville estoient por aquerre los et pris et por reconforter le commun des autres qui mout sesbahissoient sentrefiancerent que il iroient en lost des Crestiens et metroient le feu es chastiaus et es perrieres qui plus leur nuisoient: einsi le firent com il lavoient promis entreus; car il issirent de la ville mout celeement et mistrent le feu en la meilleur perriere de lost. Quant li nostre le virent tantost corurent aus armes et comencierent a aporter de leaue por estaindre le feu a grant esploit. Cil furent pris et retenu qui le feu i avoient mis. Une chose i avint dont mout se merveillerent maintes genz: car tandis com cil engins ardoit mout durement uns bacheliers juenes hom de France monta tantost sus: len li aportoit les vessiaus pleins deaue et il les prenoit si les vuidoit sur le feu: mout longuement i fu. Quant li arbalestier de la ville laperceurent et li archier trestuit comencierent a trere a lui mout espessement; il nen leissa onques a vuidier leaue ne ne fina jusque il fu estainz. Quant il descendi len ne trova sur lui une seule bleceure. A grant miracle le tindrent tuit cil qui le virent. Li Tur qui furent pris aportant le feu furent mene en une place pres de la ville et leur coupa len les testes voiant ceus de Sur. Apres virent li baron de lost que il avoit dedenz la ville une perriere qui estoit granz chaables et gitoit trop grosses pierres a deus chastiaus de fust si que trop les avoit maumis et dehoisiez ne il ne pooient trouver en lost qui seust gueres de teus engins fere; por ce tantost envoierent en Antioche por fere venir un ermin Havedic avoit non qui trop estoit bons menestrieus de perrieres et de mangoniaus. Si tost com il fu venuz len li bailla charpentiers et merien et deniers tant com il vout. Il ouvra si bien et si bel que dedenz petit tens il ot fet perrieres qui gitoient plus loing et plus grosses pierres que ceus de la ville et les fesoit ferir si droit que pou avenist qui fausist la ou il voloit adrecier. Lors aprimes furent si mort et si desconfit li Tur de la cite que il ne se savoient coment contenir; car cil engin leur fesoient tant mal et si les cerchoient par leanz que il ne povoient estre asseur.

X. Coment Jocelins li cuens de Rohez coupa la teste a Balac.

Onques Balac li poissanz Turs qui le Roi tenoit en prison ne fina de gent assembler quant il sot que li Baron estoient au siege a Sur jusque il en ot grant plente. Lors issi de sa terre et sen vint asseoir une cite qui a non Geraple; et tandis com il estoit entor la ville il fist semblant de soi apeisier envers le seigneur de la cite et li manda quil venist a lui parler hors de la ville. Cil fu simples et le crut et vint a lui. Sitost com Balac le tint si li fist couper la teste. Quant Jocelins cuens de Rohez oi que Balac qui si estoit riches et fors guerriers avoit assise une cite pres de lui et avoit le seigneur ocis il se pensa que il ne li estoit pas seure chose davoir pres de lui si poissant voisin; car encore fust li autres Turs ne li pooit mie fere tant de mal come cil. Por ce manda genz et assembla tant com il pot et saproucha de celui por lui destorber. Li dui ost sentrencontrerent et sentrecorurent sus a mout grant effroi. Pou dura li poigneiz car la gent Balac furent tost desconfit et tornerent en fuie. Li cuens Jocelins come bons chevaliers les chaca tesbuchant ceus quil aconsivoit. Par aventure en cele fuie ataint Balac et le feri tel coup de lespee que il lestordi tout; lors saprocha de lui si li copa la teste: ne ne savoit pas que ce fust il. Ici avint bien ce que Balac avoit songie que Jocelins li crevoit les euz; car bien li toli la veue qui la teste li copa. Quant Jocelins sot que cestoit Balac mout en ot grant joie et si com il estoit sages et porveanz tantost envoia cele teste en Antioche por mostrer en la ville que il se reconfortassent: puis comanda quele fust portee hastivement en lost de Sur. Quant il la virent li Crestien en furent lie et li Tur trop esbahi. Ponces li cuens de Triple qui mout sestoit bien entremis des besoignes de lost et obeissoit au Patriarche ausi com un des plus bas homes ot si grant joie de cele chose que por la bone novele que cil avoit aportee et por enneur du conte de Rohez cui messages il estoit le fist chevalier ennoreement. Lors furent tuit cil de lost si haut et si rafreschi que il comencierent a assaillir ceus de Sur plus efforciement conques navoient fet: ce meismes leur donoit grant cuer que li Tur dedans estoient esmaie por les noveles de fors et por la mesese que il avoient dedenz; car viandes leur aloient ja du tout faillant. Si com il estoient en tel soufrete dedenz Sur une nuit avint que juene bacheler de la ville preu et hardi qui mout savoient bien noer issirent a no tout celeement hors de la ville et vindrent au port qui dehors estoit ou il avoit une galie si com je vos ai dit qui touz jorz estoit apareillie por touz les besoinz qui pooient sordre. Cele lierent mout forment a une corde quil porterent et les autres cordes des ancres ou ele estoit atachiee couperent si len comencierent a mener en la cite. Les gaites qui estoient eu chastel de fust laperceurent si esveillerent lost et estormirent en criant que la galie estoit emblee: tuit corurent sur le port mes aincois quil i poissent metre conseil lorent il ja trete dedenz la ville. Cinq homes avoit dedenz la galie por la garder li uns en fu ocis li quatre sen eschaperent qui saillirent en la mer et sen vindrent noant jusquau port.

XI. Coment cil descalonne assembloient.

Cil descalonne qui ne se reposoient de fere mal virent bien que nostre gent avoient assez a fere a ce siege si assemblerent leur pooir et comencierent a chevauchier par la terre aus Crestiens tant quil vindrent es montaignes de Jherusalem ilec a cinq miles ou a sis de la cite devers bise en un leu que len seut apeler Belin; mes or le claime len novelement la Mahomerie. La sen vindrent li Tur soudeinnement. Les gaaigneurs quil troverent par la terre decouperent touz. Les femmes et li vieil home pristrent leur enfanz et se ferirent en une tor por eschiver la mort et se defendirent iluec. Cil virent quil ne la porroient pas legierement prendre si sen partirent et corurent par le pais. La gent quil troverent ocistrent fors aucuns dont il cuiderent avoir raencon: ceus enmenerent pris et liez.

XII. Coment li Tur rendirent Sur aus Crestiens.

Quant cil de Sur virent que il ne porroient pas longuement soufrir le point ou il estoient ne navoient pas esperance que secors leur venist de nule part si comencierent a parler en la ville par tropeaus et prendre conseil coment cele mesese quil soufroient fust trete a fin. Il disoient que len les en leroit aler sil rendoient la ville et mieuz seroit il que il sen alassent et leur femmes et leur enfanz en aucune des autres citez que leur gent tenoient quil moreussent ilec de fain si com il fesoient. Quant la parole ot une piece este meue par pluseurs leus celeement au derrenier fu comunement dite devant les hauz homes et les chevetaines de la ville si que tuit loirent. La fu acorde communement que len parlast de pais. Endementres li rois de Damas avoit trop grant pitie et trop estoit iriez de la grant mesese ou li citeien de Sur estoient et li suen meismes que il i avoit envoiez. Por ce prist gent avec lui tant com il en pot avoir et descendi vers la marine et se loja prez de Sur delez le flun ou il avoit este a lautre foiz. Quant nostre baron oirent de sa venue il sapareillerent a combatre encontre lui. Nequedent le siege nesloignerent mie por ce. Li Rois qui volentiers eschivoit la bataille envoia messages por parler de pais aus barons de lost nomeement au Patriarche au conte de Triple au duc de Venise a Guillaume de Bures. Assez i ot paroles devisees; mes au darrenier fu la pais accordee en tele maniere que tuit cil de la ville qui issir sen voudroient enmenroient femmes et enfanz et enporteroient touz leur muebles: si les conduiroit len jusqua sauvete; sil en i avoit aucuns qui vosissent remanoir desouz les Crestiens cil auroient toutes leur teneures et les tendroient a resnable treu. Quant la menue gent de lost entendirent que len parloit de pais et que li mueble de la ville seroit garantiz aus Turs si quil ni auroit point de gaaing pres ala quil ne furent enragie; et disoient tout apertement que li Baron estoient traiteur qui avoient pris granz loiers por fere la pais et li povre home qui avoient toute la douleur souferte nalegeroient leur povretez de nule rien en cele conqeste. Tant monterent les paroles quil dut avoir grant mellee entre les povres et les riches. En la fin fu la chose apaisiee et entrerent nostre gent en la ville par les covenances que jai dites. En signe de victoire fu mise la baniere le Roi sur la plus haute tor qui est prez de la porte. Sur lautre qui a non la Tor verz mist len la baniere le duc de Venice sur la tierce que len claime la Tor de la Tanerie fu mise la baniere le conte de Triple. Il est bien voirs que aincois que la citez fust prise ne que li sieges i venist grant partie de la terre qui apartenoit a la cite de Triple avoit ja este conquise et la tenoient nostre gent. Toutes les montaignes des pres de la ville jusque vers le mont Libane estoient eu povoir a un haut home sage et poissant Anfroi du Toron avoit non; peres fu au juene Anfroi qui fu puis connestables du roiaume. Ses pooirs duroit bien pres de cinq miles en ces monz et tenoit un mout bon chastel ilec meismes fort et bien garni qui maintes foiz avoit corrocie ceus de Sur. Li sires meismes de Tabarie Guillaumes de Bures avoit en ces montaignes granz villes et bones forteresces dont il guerroioit souvent cele cite meismes. Li rois Baudoins qui fu devant cestui i avoit ferme un fort chastel sur le rivage pres de la grant fontaine a .vi. miles de Sur qui avoit non Scandarion. De touz ces leus avoit este mout grevee la citez si quele ne pooit pas longuement tenir contre le siege. Dautre part porce que si grant partie de la terre estoit ja des Crestiens li Baron et li Prelat sacorderent tandis com il estoient au siege que len esleust un arcevesque a leglise quil feroient a Sur quant la ville seroit prise dont il avoient bone esperance; et se par aucune mesaventure ne prenoient la ville si garderoit la crestiente de la terre que nostre baron tenoient ja. A ce fu esleuz uns mout preudons de France Oedes avoit non. Li patriarches de Jherusalem le sacra; mes einsi fu que il morut ainz que nostre gent eussent la ville.

XIII. Coment li Crestien se partirent de la terre de Sur.

Venu estoient en la cite de Sur cil qui devoient conduire les Turs a sauvete. Mes il ne sen voustrent mie sitost aler ainz prierent quil leur donassent congie de veoir lost des Crestiens. Si veissiez les granz routes deus issir de la ville ou il avoient longuement este enclos et venoient regarder les tentes les armes des noz; des engins des chastiaus de fust se merveilloient trop qui tant les avoient grevez. Les barons regardoient volentiers dont il avoient tant oi parler: mout leur estoit de ces choses granz conforz apres le travail quil avoient soufert. La notre gent entrerent en la ville volentiers alerent par les tors et pardesus les murs: le port virent qui estoit si noblement fez devant la ville et connurent les damages que leur enging fesoient dedenz la cite. De toutes les garnisons de ble ne troverent en la ville que cinq muis de fourment a la mesure de la terre qui trop est petite. Dautre part mout loerent cil de leanz qui si longuement sestoient tenu a tel meschief. La citez fu partie par preudomes en trois parz: les deus parties furent le Roi la tierce aus Veniciens selonc ce qui avoit este accorde en leur convenances. La citez fu prise en tele maniere com je vos ai dit le darrenier jour de juing fors un lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .xxiv. eu sisiesme an du regne Baudoin le secont roi de Jherusalem.

XIV. Coment li rois Baudoins fu hors de prison et assist Halape.

Il avint en cel an meismes que li rois Baudoins qui ja avoit este en prison plus de dis et huit mois quant Balac fu morz qui pris lavoit fist parler de sa raencon a ceus qui le tenoient. Tant alerent les paroles entreus quil fu acorde pour soi raembre quil paieroit cenz mille michelois: cest une maniere de besanz qui lors coroient. Ce jura sur Saints a paier et bons ostages en dona; si fu delivres et sen vint en Antioche. La fu mout angoisseus coment il porroit paier cel avoir et recovrer ses ostages. Conseil en prist aus sages homes de la terre. Quant il orent assez pense si li respondirent que il navoit que une voie a sa delivrance: la cite de Halape estoit pres deus qui avoit mainte foiz este si grevee et si tenue courte quelle ne povoit estre bien garnie; de genz meismes i avoit il poi qui poissent armes porter; car li pluseur sen estoient ale por la chierte de la viande. Se li Rois asseoit cele ville il porroit si ceus dedenz destreindre en pou de tans que il li feroient rendre ses ostages et quiter le plus ou le tout de sa raencon. Li Rois sacorda bien a la parole et manda tantost touz les chevaliers et les genz a armes du prince dantioche et mut o tout son ost et assist la cite de Halape. Tantost leur toli les enteres et les issues. Cil de la ville qui ne sestoient pas bien garni de viandes furent mout effree de ce siege. Tantost envoierent letres a touz leur amis meismement a ceus qui estoient outre le flun deufrate et lor manderent que sil navoient tost secors pris estoient et mort. Li amirant qui les nouveles oirent ne vousissent pas que cele citez fust perdue car mainte fois lor avoit aidie. Tost assemblerent de gent ce quil porent chascuns endroit soi; tantost passerent le flun deufrate et mout se hasterent por lever le siege. Bien furent sept mille a cheval bien arme sanz le charroi et lautre hernois qui convient en ost. Li Rois et cil qui estoient avec lui entendirent que si grant gent venoient sur eus; bien se penserent que ne seroit pas sens de combattre a eus a tel meschief ainz estoit plus seure chose quil se partissent dilec ainz que cil saprochassent gueres. Einsi le firent: le siege lessierent et se mistrent en un chastel fort et bien garni qui estoit leur que len claime Ceperon. Dilec vindrent tuit ensemble en Antioche. Lors prist li Rois en la ville chevaucheeurs et bele compaignie si sen parti et vint en Jherusalem. La le vit len volentiers que mout lavoient desire; chascuns en fesoit si grant joie com se il fust ses peres: pres avoit de deus ans quil ne lavoient mes veu. En celui an fu morz Calixtes lapostoiles li seconz. Apres lui fu esleuz Lamberz levesques doiste; nez estoit de Bologne si lapelerent Honoire. Cil fu esleuz en contenz encontre un provoire cardonal de Saint Anastaise Tiebaut avoit non. Et porce que cil Honoires vit que seslection navoit mie este fete en pais douze jorz apres ce que il fu esleuz vint devant touz les cardonaus si se desposa et leur rendi la mitre et le mantel. Quant li frere virent sa religion et shumilite il parlerent ensemble et distrent que meilleur home ne porroient il mie metre sur eus; por ce sacorderent tuit a lui et leslurent a cele foiz sanz contredit; obedience li firent com a seigneur et pere.

XV. Coment li Crestien desconfirent les Turs du paiz dantioche.

Une novele corut par le pais tandis com li Rois estoit en Jherusalem que li plus poissanz entre les Turs dorient Bursequins avoit non estoit issuz de son pais atout grant plente de gent et estoit venuz es parties dantioche. A sa volente chevauchoit par le pais; a destre et a senestre envoioit coreeurs por gaster et ardoir les villes: touz ceus quil pooient trover hors de forteresce estoient mort. Li baron dantioche estoient issu hors de la ville et chevauchoient par leur chastiaus pres de lui por veoir son covine. Mes bien virent quil ne porroient mie assembler a lui sanz trop grant meschief: por ce se trestrent arrieres; messages envoierent hastivement au Roi a qui il avoient des pieca baillie la cure de leur pais. Si li prierent et requistrent doucement quil les venist secorre sanz demeure ou ce se non tout avoient perdu. Li Rois qui avoit longuement eues deus charges sur soi du roiaume de Surie et du prince dantioche avoit touz jorz este plus grevez de garder le prince que le roiaume; ce quil pooit aporter dautres terres li covenoit la a despendre; ses cors meismes i avoit este pris et tenu en prison deus anz assez a grant mesese. Es besoignes dou regne lavoit si Nostre Sires garde que il ne li estoit avenue nule mesaventure. Por ces choses se doutoit mout de metre soi en la peine por garantir cele terre et mout i pensa. Au derrenier li fu avis quil nauroit mie enneur de lessier la terre en si grant aventure; por ce fist sa semonce et prist tant de gent com il pot avoir en si pou de tens et sen vint vers Antioche. Bursequins qui mout savoit de guerre et bons chevaliers estoit de son cors ot avec lui Dodequin le roi de Damas. Bien sot que cil dantioche orent envoie querre le roi de Jherusalem; por ce se hasta mout de fere son effort aincois quil venist. Lors assist un chastel qui a non Caphardan. Si vistement fist assaillir et tant greva ceuz dedenz quil se rendirent a lui sauves leur vies. Puis sen ala dilec et trespassa la petite Surie por fere sil poist son preu einsi com il avoit la fet. Un chastel assist qui a non Sardan. Ne sai quanz jourz demora ilec mes il ni fist gueres de son preu; car cil se defendirent bien qui avoient grant garnison. Quant li Tur virent ce si lessierent le siege; dilec sen alerent a ce noble chastel qui a non Hasart dont il savoient bien le covine quil ni avoit gueres genz a armes. Por ce lassistrent; perrieres et mangoniaus drecierent entor et firent grant semblant de viguereusement assaillir. Mes li Rois et li cuens de Triple saprochierent et amenerent assez gent por secorre ce chastel; et quant il furent pres deus de leur gent firent trois batailles. En la premiere que il firent chevauchier a destre mistrent les barons de la terre dantioche; en la seconde qui aloit a senestre mistrent le conte de Rohez et celui de Triple et leur genz; eu milieu chevaucha li Rois o la gent du roiaume. En lost des Crestiens avoit onze cens chevaucheeurs de genz a pie deus mille. Bursequins vit que li nostre venoient contre lui qui sestoient ja si aprouchie quil ne pooit pas bien eschiver la bataille; si conrea ses batailles come cil qui bien le sot fere: si en fist vinz car il avoit quinze mille chevaucheeurs. Einsi comencierent a venir li un contre les autres tout le pas. Quant il furent bien aprouchie des esperons ferirent tuit ensemble et sentrecorurent sus mout iriement car mout avoit entreus granz haines. Je ne cuit mie que genz dune loi et dune creance poissent avoir les uns vers les autres cuers si hayneus com cil qui sont de diverses lois. Cil qui assemble estoient ne sentrespargnoient de rien ainz i avoit grant ocision de genz. Li Crestien qui nestoient quun pou au regart des autres ne fesoient senblant quil les doutassent de rien aincois se feroient touz jorz hardiement la ou il pooient choisir les plus grosses routes. Tant alerent deronpant les granz presses et ferant de granz cops que si com Nostre Sires le vout qui legierement fet teus miracles quant lui plest li Tur se desconfirent et mistrent a la voie si ledement que li uns ne regarda onques celui qui derrieres lui estoit. Buresquins qui tost aperceut que li pis en estoit siens et fu mieuz montez que li autre sen ala plus tost: onques asseur ne fu devant quil ot passe le flun deufrate; lors sen entra en sa terre mout en autre maniere quil nen estoit issuz; car il vint la seus et honiz dont il sestoit partiz avant a grant gent et a grant orgueil. En cele desconfiture ot mort plus de deus mille Turs sanz ceus qui furent retenu vif. Des crestiens ne faillirent partout que vint trois. Mout gaaignierent nostre gent en cele bataille li Rois meismes qui ot touz les prisons et que li autre baron aidierent largement de leur gaainz en ot grant avoir; tant que il envoia raembre sa fille qui avoit cinq anz et estoit en ostages por sa raencon. Quant il lot si prist congie a ceus dantioche por retorner vers le roiaume. Si sen vint en Jherusalem joieus et ennorez. Ne demora gueres quil ferma un chastel mout fort en la montaigne desouz Baruth que len apele Montglavien.

XVI. Coment li rois Baudoins chevaucha devant Escalonne.

Eu tens qui lors estoit avoit donne Dodequins grant avoir au roi Baudoin por avoir trives a lui jusqua un terme. Quant li tens fu passez de ces trives li Rois prist gent assez avec lui et entra en la terre de Damas. Tout a sa volente chevaucha par le pais; les villes ardi jusquaus forteresces; les proies beles et granz prist; prisons en amena assez. Quant il ot bien fete sa besoigne si en ramena sa gent en son pais sans rien perdre. Encore ne sestoient il pas departi de lui quant une novele li vint que uns granz oz degypte estoit venus a Escalone qui grant apareil avoit amene de genz darmeures et de viandes. Il estoit voirs einsi; car la costume degypte estoit tele que quatre fois lan chanjoit len la garnison descalone porce que il poissent mieus soufrir le poigneiz et les assauz que noz genz leur fesoient sovent et que il eussent pooir de corre par la terre quant il verroient leur point. Touzjorz quant noveles genz i venoient si desirroient trop a encontrer nos genz et mout avoient grant talent davoir poigneiz a eus; car il ne pooient croire que il fussent si preu com leur genz qui les avoient essaiez recontoient. Maintes foiz avint quil i perdirent en eus esprover: car il venoient dune terre delicieuse si navoient mie les armes ausees ne ne se connoissoient mie en ce pais si bien com nos genz qui chascun jori estoient au palet. Quant li Rois sot que cil estoient einsi venu a Escalone isnellement sen ala cele part et enmena ses genz qui encore estoient avec lui. Quant il saprocha de la ville il prist des meilleurs chevaliers quil avoit avec soi et se mist en un enbuschement et envoia de ses chevaucheeurs devant la ville bien montez et armez legierement. Cil sen vindrent la et firent semblant de querre la proie; tout a escient saprochoient por eus mostrer a ceus dedenz. Li Tur qui novelement estoient venu a la guerre et gueres nen savoient pristrent grant despit sur eus dont cil les avoient si aprouchiez; hastivement se corurent armer puis monterent es chevaus et issirent des portes; si comencierent a chacier les coureeurs qui senfuioient devant eus et il les enmenerent a escient par devant le guet ou li Rois estoit et passerent outre et li Tur apres. Quant li Rois vit quil nen venoit mes nus et que cil qui estoient ja passe voloient retorner en la ville li Rois sailli hors et leur vint audevant; tantost en ocistrent quarante deus: aucuns en i ot retenuz. Li remananz se feri en la ville si effreez que bien leur sembloit quil ne fussent mie a garant dedenz les murs. Li Rois fist soner ses trompes et sen ala pres de la cite descalone. La fist logier sa gent et demora toute nuit a grant joie. Li Tur qui dedenz la ville estoient fesoient trop grant duel de cele desconfiture meismement porce quil i avoit ocis ne sai quanz hauz homes de leur terre.

XVII. Coment li rois Baudoins desconfit Dodequin li rois de Damas.

Ce fut lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .c. et .xxviii. en luistiesme an du regne Baudoin eu mois de janvier que li Rois comanda et li autre baron chascuns en sa terre et firent crier par les citez que trestuit sassemblassent delez la cite de Tabarie. Il vindrent trestuit bien arme selon ce que chascuns estoit et firent semblant que il vousissent entrer en Egypte; puis murent par le commandement le Roi et trespasserent la terre des .x. citez; si se mistrent en la paienisme et vindrent par une estroite valee que len claime la Cave Roob jusque il entrerent es plains de Medan: cest une planece qui mout est longue et large sanz tertre et sanz valee. Uns fluns cort delez qui passe entre Tabarie et Scitopople qui fu jadis appelee Betsan et chiet eu flun Jordain. Li fluns Jordain vient de deus fontaines qui sont delez Cesaire et sourdent au pie du mont Libane: lune a non Jor et lautre Dain por ce lapele len le flun Jordain. Cil fluns entre touz en la Mer de Galilee que levangile apele lestanc de Genesareth; et dilec sen ist touz li fluns et cort bien pres de cent miles en un lai qui a non Afaltes que len apele la mer Tresalee; cest la ou les cinq citez furent fondues. Li oz des Crestiens passa touz ces plains et vint a une ville que len claime Salome: cist leus estoit habitez de crestiens; si ni firent nostre gent point de mal aincois passerent outre jusqua un leu que len claime Mergisaphar: cest li leus si com li ancien dient ou messires S. Pous chai de son cheval quant il alloit a Damas por fere mal aus Crestiens; et lors oi la vois que Nostre Sires li dist par quoi il se converti a nostre foi. Et sembla que Nostre Sires le feist; car il vindrent la le jor que ce avint cest a la feste de la Conversion monseigneur S. Pol. Ilec atendirent deus jorz tant que il virent lost de ceus de Damas logie auques pres dilec. Au tierz jor conreerent leur batailles et se trestrent cele part. Li rois Dodequins qui bien en cuidoit avoir le meilleur rechevaucha encontre eus; tant saprochierent quil heurterent ensemble et comenca la bataille fiere et crueus. Einsi se tindrent longuement que nus ne savoit liquel en avoient le meilleur. Li Rois chevauchoit parmi la bataille les bons chevaliers apeloit par leur nons et les amonestoit de bien fere: bien leur disoit que grant despit devoient avoir quant cil chien se tenoient tant contreus. Il meismes touz premerains se feroit es greigneurs presses et les departoit a lespee. Si chevalier se penoient tuit de lui suivre et de vengier les outrages quil leur avoient fet maintes foiz. Dodequins de lautre part se recontenoit mout viguereusement. Aus siens disoit que bien se combatissent car il defendoient leur vies leur pais et leur femmes et leur enfanz: droite reson avoient de la bataille. En tel maniere durerent les meslees mout longuement que par grant ire sentrecoroient sus. Au darrenier avint que la gent a pie de lost le Roi se ferirent eu plus espes de la bataille trop hardiement; li Tur quil troverent abatuz furent morz tantost; les noz genz remonterent; les navrez des nos conduisoient jusques aus tentes; puis comencierent a ocirre les chevaus des Sarrazins mout efforciement. Ce fu une chose qui grant avantage fist a nostre gent. Li Rois sen aloit einsi come uns lions et avoit avec lui des plus bons chevaliers. A destre et a senestre grant essart fesoit de ses anemis; bien povoit len passer largement apres sa route. Au jor de lors navoit onques eue bataille en la terre doutre mer qui tant durast; car ele comenca devant tierce et dura sanz cesser jusquapres heure de vespres; en tel maniere que len ne pooit encore savoir liquel en avoient le meilleur; mais a la fin si come Nostre Seigneur plot et messires S. Pous i aida ce croit len li Tur qui plus avoient perdu de leur gent et ne povoient pas tant soufrir darmes com li Crestien sen comencierent a foir et furent desconfit si que nostre gent qui ne les voudrent pas suivre por la nuit remestrent eu champ. Len trova que des Turs i ot morz plus de deus mille; de la notre gent a cheval en remestrent vint cinq de ceus a pie quatre vint. Li Rois jut eu lieu de la bataille cele nuit. Lendemain firent li nostre mout grant joie et rendirent graces a Nostre Seigneur de la grant enneur quil leur avoit fete puis sen retornerent vers leur pais. En la voie troverent une tor en quel sestoient feru .lxxx. et .xvi. de lor anemis por garantir lor vies. Li Rois se treist cele part cil se defendirent; mes len les prist par force et furent tuit mis a lespee. Dilec sen alerent avant li nostre et troverent une autre tor ou il avoit .xx. Turs qui mis i estoient por garnison: cil se rendirent tantost en la merci le Roi por ce sauverent lor vies et les envoia li Rois touz quites. Mes por ce que cele tor nestoit pas bone a tenir par nostre gent ne a lessier aus Turs tantost i mistrent les mineeurs qui lestanconerent et apres bouterent le feu en latret si que la tor chei tout ensemble a mout grant frois. Dilec sen vint li Rois jusquen Jherusalem mout ennoreement com cil qui avoit eue une des plus beles aventures qui onques avenist a la terre.

XVIII. Coment li Crestien pristrent Rafanee.

Apres cette bataille li cuens Ponces de Triple ot mout grant talent dasseoir une cite pres de lui qui avoit non Rafanee. Bien li sembloit que cestoit chose dont bien poist venir a chief. Mes por mieuz acomplir son desirier il pria le Roi par ses letres et par bons messages quil li aidast si que il meismes i venist car trop amenderoit cele chose de sa presence. Li Rois qui nestoit mie pereceus et volentiers porchacoit le preu de la Crestiente prist grant compaignie de chevaliers et de serjanz avec lui si sen vint la; le Conte trova mout apareillie a cele besoigne. Lors firent chargier leur engins; targes et arbalestes menerent assez et autres hernois por forteresce prendre. Lors sesmurent por aler la; leur gent a pie mistrent avant. Il chevauchierent apres en bataille tant quil vindrent devant la cite et lassistrent en tel maniere que le premier jor tolirent a ceus dedenz lentree et lissue. Cele cite nestoit mie mout fort ne de siege ne de forteresce; garnison i avoit trop povre car ele avoit este mout grevee longuement. Li cuens Ponces avoit fet pres dedenz la montaigne une forteresce dont la garnison coroit chascun jor devant Rafanee qui ne leur soufroit riens a metre dedenz la ville et ce quil trovoient dehors enmenoient tout. Toutesvoies dura li sieges .xviii. jorz et au darrenier se rendirent il par un tel covenant que len fist conduire eus et leur mesniee a sauvete. Cele cite siet en la province de Paumiers et fu prise le darrenier jor de marz. Li Rois se parti dilec et vint en Jherusalem et fist mout hautement la feste de la Pasque. En cel tens fu morz li empereres dalemaigne Henris. Apres lui fu esleuz uns mout hauz hom dux de Sassoigne Lotiers avoit non. Cist mena son ost en Puille et conquist toute la terre par force jusquau Far de Meschines. Le duc Rogier qui avoit prise cele terre en fist fuir en Sezile et mist ilec un duc de par lui que len clamoit Renon qui estoit preuz et sages. Mes quant li Empereres sen retorna en Alemaigne cil Rogiers repassa le Far et vint en Puille. Au duc Renon se combati et le meilleur en ot. Apres fu morz cil Renons et recovra li dus Rogiers toute la terre si que il fu puis rois de Puille et de Sezile.

XIX. Coment li Tur barroierent la terre dantioche.

Tandis com li Rois demoroit a Sur et regardoit volentiers cele bele conqueste que len li avoit fete tandis com il estoit en prison uns messages vint a lui de par les barons dantioche; letres li aporta et de bouche li dist que li granz anemis de la Crestiente Bursequins estoit venuz a trop grant plente de gent es parties dantioche et chevauchoit tout abandon par cele terre que len claime Celessurie; les chastiaus asseoit ardoit les villes les proies et les genz enmenoit tout a sa volente. Quant li Rois oi cez noveles il douta mout quil feroit car certain message li estoient venu que cil degypte avoient apareillie trop grant navie por venir sur les citez de la marine que li Rois tenoit. Toutevoies se pensa quil corroit la ou li graindres besoinz estoit. Il prist gent tant com il en pot assembler si se trest vers ces parties ou li Tur estoient. Quant Bursequins oi la venue le Roi qui seoit a siege entor le noble chastel de Cerep ou il avoit ja mis et paine et costement tantost sen parti et se trest mout arrieres. Mes aincois que li Rois venist il avoit ja prise une forteresce qui niert mie mout bone. Il avoit trove leanz femmes et enfanz sanz plus car li home sen estoient fui et eschape a grant peril: il se voloient mieuz sauver et lessier lor mesniees que estre pris avec eus et mene a touz jorz en chartres de Sarrazins. En cele seson avint que quant Bursequins sen fu partiz que sa mesniee meismes le meurtrirent et decouperent tout a espees. Ilec receut la deserte des maus que il avoit fez. Endementres que li aferes aloit einsi eu pais dantioche la navie degypte si com li Rois avoit oi dire sen vint vers la marine de Surie por encerchier sil poissent mal fere aus citez de la Crestiente. Il vindrent tout droit a Barut. La cerchierent se il poissent trover hors du port nules nes de nostre gent. Au darrenier orent soufrete deaue et de vin a boivre dedenz leur galies si que par langoisse de soif lor estut descendre a terre devant la cite por querre eaue. Mes cil de la ville furent tuit arme au devant et leur defendirent hardiement leur eaue si que bon poigneiz i ot tout a pie; par force les refirent flatir en leur nef mes ni retornerent pas tuit car il en ocirent .vi xx. et .x.

XX. Coment Buiemonz li princes dantioche prist a femme la fille le roi Baudoin.

Vers lissue de septenbre avint que Buiemonz li juenes princes de Tarente qui fu filz au viel Buiemont ot fet une maniere daliance a son oncle Guillaume le duc de Puille tele que cil deus deus qui vivroit apres lautre auroit toute sescheoite. Lors apareilla bele estoire de nes .x. galies i ot et .xii. autres vessiaus a porter homes et chevaus et touz hernois; si sadreca por aler en Surie. Mout se fioit en la loiaute le Roi et avoit ferme esperance que sitost com il vendroit la et demanderoit son heritage que li Rois le li feist avoir sans contenz. Il arriva vers Antioche. Quant li Rois le sot qui demoroit en ces parties il vint encontre et mena avec lui des barons de la terre. Mout le receut bel et le mist dedenz Antioche la cite li rendi et tout le prince. Par le comandement le Roi li firent tuit si baron homage en son palais. Lors parlerent tant au Roi si ami que il dona une de ses filles la seconde a Buiemont a femme Aliz avoit non. Grant joie en firent cil de la terre car il se penserent que li Rois en ameroit mieuz le pais et plus volentiers les secorroit a leur besoinz. Buiemonz estoit bien daage entor dis huit anz granz et droiz et mout biauz; cheveus avoit blons visage mout bien fet dous et gracieus. Entre toute lautre gent poist len connoistre que ce fust li sires. De parole estoit mout sages et meurs; de touz ceus qui looient avoit grace et bone volente. Gentius hom estoit mout de lignage car Buiemonz ses peres fu filz Robert Guichart qui si fu preudom que touzjorz mes parlera len de lui en bien. Madame Costance la mere a cest juene Buiemont fu si haute femme come fille le roi de France Phelippe. Quant cist princes ot prise sa femme et les noces furent fetes a mout grant feste li Rois se parti du pais et sen revint sains et hetiez en Jherusalem. Ne demora gueres apres ce quant li tens renovela Buiemonz sot que ne sai quanz anz avoit que li Tur avoient pris de son eritage un chastel qui avoit a non Cafardan. Si se pensa que volentiers le recouverroit. Il assembla chevaliers et serjanz du prince tant com il en pot avoir engins fist porter des meilleurs que il ot et mena avec lui de bons engigneeurs assez quil trova en la terre: lors assist le chastel. Mout se pena de bien emploier son premier siege. Les engins fist drecier et giter dedenz la ville a mout grant esploit. Ses genz fist assaillir au chastel mout hardiement il meismes se tenoit pres por veoir et connoistre qui bien le feroit. Si asprement enprist la besoigne que li chastiaus fu pris en pou de tens. Il trova leanz de grans prisons et de riches asses qui mout voloient doner or et argent por sauver leur vies mes il nen vout onques rien prendre aincois leur fist tantost couper les testes et dist quen ceste maniere vouloit estrener la guerre de lui et des Turs. Et teus en fust li commencemenz.

XXI. Du descort qui fu entre Buiemont et Jocelin.

Riens ne puet estre longuement en pais ou li deable puisse metre descorde. Je ne vous sai mie a dire par quoi ce fu mes entre le prince Buiemont et le conte Jocelin de Rohez sordirent haines et anemistiez trop granz. Si neis que li cuens Jocelins en fist une chose qui trop fu vilaine et de mauvese essanple; car il fist tant vers les Turs que par priere que par loier il les amena avec soi eu prince dantioche et par leur aide gastoit les villes et ardoit; les crestiens fesoit ocirre et mener en prison; et tout ice fist il tandis com li Princes estoit eu servise Dame Dieu por guerroier les Turs. Ce fu une chose qui trop fist blasmer Jocelin a touz les crestiens qui ce oirent dire. Li Rois oi novele de cele descorde; mout li desplot por deus resons: lune fu que ce pooit estre trop grant peril a la terre; car quant li anemi de la foi verroient ces deus homes afebloiez de leur guerre plus legierement leur corroient sus et gasteroient leur terres; lautre resons fu por ce quil li apartenoient anbedui: Jocelins estoit ses cousins germains Buiemonz avoit sa fille cui il lavoit donee novelement. Por ce se pensa quil se retreroit vers ces genz por savoir sil en porroit fere pais. Il prist avec lui le patriarche dantioche Bernart qui mout bien li aida a fere cel acordement. Une chose estoit avenue qui mout bien aida: car li cuens Jocelins avoit este malades mout perilleusement si que il sestoit fet confes et trop se repentoit de cele guerre. Lors voa que se Dame Dieus le respitoit de mort il sacorderoit au Prince et li feroit son homage quil li devoit. Tout einsi avint il car si tost com il fu gariz voiant le Roi qui la pais fist et voiant li Patriarche devint ses hom de ses mains et des lors en avant li garda bien sa loiaute. Quant cele descorde fu einsi apaisiee li Rois sen retorna a Jherusalem. En cele seson avint que li cuens Rogiers de Sezile ot apareilliee grant navie de quarante galies tresbien armees et atiriees que il envoia en Aufrique por gaster la terre. Mes li Tur du pais furent bien acointie aincois de leur venue et se garnirent si quil orent armees encontre quatre vinz galies qui se mistrent si devant eles que onques ne leur lessierent riens forfere aincois les chacierent arieres jusques en Sezile; lors assaillirent a une noble cite et ancienne qui a non Sarragouce. Mout avoit este longuement enpais si en estoit plus pleine de richeces et mains se sot defendre; ne ne se prenoient garde de cele aventure car cil vindrent soudeinnement et la pristrent de venue. Le plus de ceus quil troverent homes et femmes petiz et granz ocistrent touz le remanant menerent en prison. Li evesques et ne se quant cler en eschaperent a grant peril; aus villes senfoirent loing de la mer. Quant les galies orent acompli leur fet si sen retornerent chargiees de grant avoir et de prisons.

XXII. Coment len eslut arcevesque a Sur.

Des lors que la citez de Sur fu conquise par la Crestiente ni avoit il eu point darcevesque; car si com je vos di cil estoit morz qui fu sacrez ainz que la ville fust prise: por ce sassemblerent li Rois et li Patriarches en la cite de Sur. Des prelaz et des autres barons i ot aucuns; de maintes bones persones i ot parle: mes au darrenier sacorderent et eslurent le prieur du Sepuchre mout religieus home. Englois estoit et avoit non Guillaumes. Si fu ore une merveille de si sage gent et si bons crestiens com il avoit en la terre qui en ceste maniere le firent. Car uns ans aincois quil eussent la ville de Sur sacrerent arcevesque a la ville; et quant cil fu morz et Crestien orent la ville si demorerent a eslire arcevesque jusqueu quart an si que endementres li Baron et li autre chevalier qui len dona pars en la ville seurpristrent neis lez choses qui devoient estre a leglise ne oncques puis nes pot len recovrer enterinement. Cist bons hom fu sacrez du patriarche de Jherusalem; puis li conseillerent li Prelat que il sen alast a Rome querre son paule; il i ala. Li papes Honoires li fist mout grant joie et li bailla le paule volentiers; si le renvoia outre mer et manda que tuit si evesque li obeissent. Voirs est que li patriarches dantioche len avoit soutret ne sai quanz qui apartenoient a larceveschie de Sur; mes li Apostoiles i envoia un legat Giles avoit non et estoit evesques de Tosquelane; sages homes estoit et bien parlanz qui lui fist rendre ce que les autres eglises avoient seurpris de sa droiture. Voirs est que leglise de Sur avoit autrefoiz este de Crestiens et lors obeissoit li arcevesques au patriarche dantioche. Comment ne par quele reson il fu puis sacrez de celui de Jherusalem je le vous dirai apres.

XXIII. Coment li rois Baudoins maria sa fille au conte Fouques qui puis fu rois.

Au novel tens ariva au port dacre uns vaillans hom de France et de grant afere Fouques li cuens danjou. Li rois Baudoins lavoit envoie querre si tost com il issi de prison par le conseil des prelaz et des autres barons de la terre. Por cele besoigne estoit venuz eu roiaume de France Guillaumes de Bures connestables le Roi et aucuns des autres barons de Surie. Len leur avoit done povoir et comandement que il jurassent por le Roi et por les autres barons en leur ames que puis que li cuens Fouques seroit entrez eu roiaume de Surie dedenz les cinquante jorz len li donroit a femme Millesent lainznee fille le Roi; por ce seroit esperance certeinne que il seroit oirs du regne quant il escharroit. Guillaumes de Bures et li autres cui cist aferes fu enchargiez le fit mout bien tant quil amenerent le Conte qui vint a Acre si com je vos ai di. Len li tint bien ses covenances en tel maniere que aincois que li jor de Pentecoste venist len li esposa la fille le Roi a grant joie de toute la terre et a si grant feste come il aferoit a fille de roi et a si grant home. Li Rois li dona deus citez en mariage Sur et Acre. Mout fu obeissanz a toute la volente le Roi tant com il vesqui. Tous ses comandemenz fesoit doucement et volentiers com sil fust ses filz de sa char et se contenoit en toutes les manieres par quoi il cuidoit plus avoir sa grace.

XXIV. Coment Gormons fu morz et Estiennes fu patriarches.

Gormonz li patriarches de Jherusalem avoit este avec les autres barons a un siege en la terre de Saiete qui non Belhsahan que Sarrazin tenoient. Ilec li prist maladie si en fu portenz dedenz la cite de Saiete. Mes ne demora gueres quil morut: dis anz avoit este patriarches. Apres lui fu esleuz uns sages hom de France gentius et de bone vie Estiennes avoit non abes de Saint Jehan de Valee une eglise de Chartres: parenz estoit le roi Baudoin; chevaliers avoit este. Mes quant il connut le siecle mains le prisa et plus ama Nostre Seigneur tant quil se rendi en cele eglise qui est de chanoines riglez; puis virent en lui tant sens et religion quil en firent leur abe. Il estoit alez en pelerinage au Sepucre. Quant li Patriarches fu morz et il fu enterrez len parla deslire patriarche: tantost sacorderent et clerc et lai a cestui. Quant il fut sacrez ne demora puis gueres que il comenca a pledoier le Roi de la cite de Japhe que il disoit que cestoit droiz de seglise. De la cite meismes de Jherusalem disoit il quelle devoit etre seue sitost com Escalone seroit prise. Il estoit hom de grant cuer et mout se penoit en son proposement si que ce clamoit en enresderie. Tant fist que entre lui et le Roi ot granz haines; mes la mort depieca le contenz. Car aincois quil eust deus anz acompliz en cele enneur fu morz. Maintes genz cuiderent quil eust este empoisonez; mes len ne le sot oncques certeinnement. Li Rois lala veoir tandis com il estoit maladie et li demanda coment il li estoit: cil respondi: Sire rois il mest ore si com vos voulez et com vos plet.

XXV. Coment li Crestien sassemblerent por asseoir Damas ne ni orent pooir.

Eu tens qui vint apres en leste Hues de Paiens li premiers mestres du Temple et autre gent de religion que len avoit envoie eu roiaume de France por requerre aide aus Barons et secors a la terre doutre mer tant que il peussent asseoir cele noble cite de Damas sen furent retorne en Surie et orent avec eus assez amene gent a cheval et a pie sanz grant chevetaine. Mout en furent lie en la terre et por seurte de ce sassemblerent li rois Baudoins Fouques li cuens danjou Ponces li cuens de Triple li juenes Buiemonz princes dantioche li cuens Jocelins de Rohez. Tuit cil et li autre baron sacorderent que len alast asseoir la cite de Damas. Tuit assemblerent leur pooirs et chargierent leur engins et autres choses quil cuidoient que mestier eussent a ce siege. Quant il se virent aus chans conreez en bataille bien se penserent certeinnement quil prendroient la ville par force ou au moins apresseroient tant ceus de leanz quil la leur rendroient. Mes sovent remaint assez de ce que len pense; car quant il furent entre dedenz la terre de Damas et fesoient assez de leur volente que nus ne leur contredisoit bien cuidoient que touzjorz deust estre einsi. Tant chevauchierent quil vindrent en un leu que len apele Mergisafar; lors distrent quil convenoit a envoier forriers par le pais por aporter viandes et comanderent que Guillaumes des Bures li connestables le Roi les gardast atout mil chevaucheeurs. La gent a pie sespandirent par le pais. Li escuier meismes por convoitise de gaaignier pecoioient les villes et en aportoient maintes manieres de gaainz. Quant li chevalier et li serjant qui les guidoient virent ce si cuiderent que il foissent tuit asseur; si voudrent entendre au gaaigner et sespandirent par la terre il meismes ne oncques puis ne se tindrent ensemble. Dodequins li rois de Damas ot esperance que cil de nostre loi alassent folement et sabandonassent trop com cil qui ne savoient mie la terre. Si sestoit aprochiez deus por voir se il leur poist fere domage. Il vint o sa gent bien en conroi. Si trova la nostre gent espandue par divers leus; tantost leur courut sus et les comenca a ocirre par tout la ou il les trouvoit. Cil qui nestoient mie legier a assembler se desconfirent et tornerent en fuie. Li Tur les porsivoient tant quil en ocistrent assez. Aucun en eschaperent et vindrent en lost; cele mesaventure conterent aus Barons. Il firent crier aus armes par tout et se hasterent pour secorre leur gent; grant volente avoient de trover leur anemis que ce domage leur fesoient. Quant il furent des heberges esloignie Nostre Sires leur mostra bien que cele chevauchiee ne li plesoit pas car soudeinnement vint une si grant plente de pluie que li airs espoissa si que li uns ne veoit lautre. Venz sordi si forz que a paines se pooient il tenir sur leur chevaus; esparz et tonoires i avoit si granz que mout les espoentoient. Parmi les chemins venoient li grant rudes eaues si que li cheval ni pooient passer. Longuement avoit este li airs touz coverz de nues: mes nostre gent ne sapercevoient mie que ce deust avenir. Lors aprimes quant il ne porent aler en avant virent bien que Nostre Sires voloit quil retornassent. Bien saperceurent li sage home de lost que por les pechiez des Crestiens les voloit Nostre Sires chastier qui si grant tempeste leur avoit envoiee sur le besoing quil avoient. Premierement les doutoient tant leur anemi quil ne sosoient aparoir encontre eus; ores estoient si au dessus quil ni avoit baron en nostre ost qui bien tenist a fere sa besoigne se il se poist metre a sauvete. Ceste mesaventure leur avint eu mois de deloir le jor de la feste monseigneur saint Nicolas en lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .xxx. eu doziesme du reigne le roi Baudoin. En celui leu meismes fu cele desconfiture ou li rois Baudoins sestoit quatre anz devant combatuz aus Turs et les avoit desconfiz si ledement que trop en i avoit euz que morz que pris. Nostre Sires vout bien mostrer son pooir en pluseurs fez por mieus afermer nostre creance et bien veut enseignier quen la seue aide se doit len fier sur toute rien; car aide qui de la terre vient ne puet rien contre lui. Ce puet len bien apercevoir en ceste chose: car li rois de Jherusalem qui navoit mie granz genz avec lui qui armes poissent porter quant il assembloit aus Turs grant meschief i avoit; por ce prioit Nostre Seigneur mout de cuer quil li envoiast son conseil et saide. Lors se combatoit aus anemis de nostre foi et touzjorz en venoit au desus; car il se fioit en Dame Dieu. Mes ore quant il vit la grant plente de gent que il avoit et les barons qui menoient tant bon chevalier avec eus tant se fia es homes que mains en douta Dame Dieu. Si li parut que de cele chose quil avoit emprise Nostre Sires leur en soustrest sa grace; dont il avint que de leur forriers qui pres deus avoient este ocis nule venjance nen fu prise ne il ne parfirent leur proposement dasseoir la ville por quoi il estoient meu. Quant cez choses furent einsi avenues li Baron se departirent come desespere de leur emprise et sen retorna chascuns en la seue chose. En cele seson fu morz li patriarches Estiennes de Jherusalem. Esleuz fu en son lieu li prieurs du Sepucre Guillaumes avoit non; religieus home et de bone vie simples et pou letrez mout loiaus hom; nez de Flandres de la ville qui a non Mecine. Bien avoit la grace du Roi et des Barons et de tout le pueple; por ce sembloit que Nostre Sires lamast.

XXVI. Coment li Tur ocistrent Buiemont.

En celui tens puis que Buiemonz li gendres le Roi fu retornez de cele mesaventure et se demoroit dedens Antioche Rodoans li princes de Halape crueus guerriers et poissanz entra a grant compaignie de Turs en la terre dantioche. Quant li princes oi la novele bien ot le corage de lui faire issir de sa terre. Si com il estoit vistes et artilleus hastivement hasta ses barons et vout aler contre lui. Il descendi en la terre de Cilice car il avoit autres besoignes a fere que il voloit delivrer. Tant chevaucha que il vint en uns mout biaus plains granz et larges que len apele le Pre des Pailes. Iluec se logierent ne ne cuidoient rien douter car il pensoient que leur anemi fussent loing. Mes li Tur qui assez savoient de guerre les orent aprochiez et quant il virent leur covine sanz garde et sanz porveance il se ferirent en eus tuit ensemble. Li Crestien furent esbahi nul retor ne pristrent deus ainz tendirent tuit a fuir et lessierent leur seigneur. Si anemi li corurent sus et locistrent et tout le decouperent dont il fu trop granz domages. De son aage navoit len pieca veu en la terre nul plus vaillant home; car il estoit sages et de grant cuer bons crestiens et larges; mout amoit la besoigne Nostre Seigneur. En maintes choses mostroit bien quil deust estre sil vesquist uns des meilleurs princes de la Crestiente. Mes Nostre Sires soufri quil fu morz en ceste maniere; dont touz li pueples dantioche fist mout grant duel car il avoient grant esperance quil deussent estre souz lui en grant pais et en grant enneur; ores estoient cheoit eu peril quil orent avant. Sanz seigneur et sanz chevetaine demoroient entre leur anemis come gent abandonee. Il ne sorent que un conseil et celui firent: car il envoierent au Roi hastivement qui autrefoiz les avoit gardez et defenduz: la mesaventure de son gendre li firent asavoir et li crierent merci que venist en la terre por eus conseillier. Qant li Rois oi cele novele mout en fu courociez et esbahiz; peor ot que la terre dantioche ne fust damagiee durement sele demoroit longuement sanz garde; por ce ne regarda onques les suens aferes que il avoit granz et perilleus en son roiaume; aincois prist compaignie avec lui en pou de tans et sesmut a granz jornees tant quil vint vers Antioche.

XXVII. De la princesse dantioche coment ele envoia vers Sanguin.

Renomee fu venue a la fille le Roi qui estoit femme au prince que ses sires fu morz. Aincois que li Rois fust venuz en la terre ele not pas bon corage ne ne se contint mie sagement; aincois fu montee en un fol bobant et desirroit a avoir le pooir et la seigneurie de la terre. Bien se pensoit que li baron du pais ne si acorderoient mie car ele avoit une fille petitete du prince Buiemont quele namoit mie; aincois la voloit tout pleinement desheriter. Por ce tantost com ele sot la mort son seigneur ele envoia a un Tur mout preu et mout poissant Sanguins avoit non; elle li manda par letres et par messages que li aidast a tenir la terre dantioche car ele savoit bien que se il voloit nus ne la li toudroit par force aincois la tendroit maugre tous les barons du pais. Lentencions a ceste dame estoit tele que se ele vousist remanoir veve ou ele se mariast a touzjorz tenist le prince dantioche; et sa fille qui en estoit droiz oirs pensoit a fere nonain ou a marier en bas leu. Por ce losenjoit ele si ce Tur. Elle li envoia par un suen prive message un mout bel palefroi qui estoit plus blans que nois ferre dargent; li frains et li poitraus estoient dargent mout bien ovre la sele mout riche coverte de samit blanc. Quant cil messages sen aloit il fu pris et arestez en la voie; len le mena devant le Roi: tantost li fist len reconnoistre la verite. Quant li Rois loi grant duel en ot et fist pendre le message. Lors sen voloit aler en Antioche; mes sa fille qui mout le douta et mout se senti a meffete ot peor de lui si li fist veer lentree. Il avoit genz en la ville cui ele avoit done grant avoir por ce que il li aidassent; par ces fesoit garder les portes et les forteresces de la cite; si voloit einsi tenir la cite contre le Roi. Mes il avint autrement quele ne pensa; car en la ville avoit preudomes et sages qui pou prisierent lorgueil de cele femme quant il la virent folement contenir. Li uns estoit moines de saint Pou Pierres li Latiniers avoit non et uns autres de la ville que len clamoit Guillaumes daverse. Cil dui orent assentement dautres granz homes de la ville: si envoierent au Roi privez messages et tout repostement mistrent le conte danjou en une des portes de la ville qui a non la Porte le Duc; lautre que len claime la Porte Saint Pol baillerent au conte Jocelin. Lors ovrirent tout apertement les portes de la cite et receurent le Roi dedenz qui sestoit aprochiez dilec par leur conseil. Quant la Princesse le sot ele se feri en une tor por peor de son pere; mes li preudome de la ville et de la compaignie le Roi parlerent a lui tant quil la firent venir et descendre devant son pere; elle sagenoilla devant lui et li cria meci; mout li promist que du tout se contendroit a son proposement. Li Rois cui mout pesoit de la folie sa fille covri son corage com sages home et la chastia debonnerement; toutevoies receut la ville dantioche et ses gardes i mist car il ne voloit mie que sa fille en poist corrocier la Crestiente. Lalische et Gibel qui sont citez de la marine li bailla car ses maris les li avoit baillies en douaire. Il atira les besoignes de la ville et du pais mout bien: lors prist les seremenz de tous et de petiz et de granz que se il se moroit il garderoient la ville a leur pooir en bone foi a la petite damoiselle qui avoit non Costance fille le juene Buiemont. Car il doutoit trop la malice de la mere a lenfant quele ne la deseritast einsi com ele voult fere autrefoiz. Lors prist congie a ceus de la terre et se retrest vers Jherusalem si com ses besoignes le requeroient.

XXVIII. De la mort le roi Baudoin le secont.

Tantost com il fu revenuz en Jherusalem une grief maladie le prist dont il acoucha malades. Apres quant il comenca plus a estre grevez du mal bien senti et bien aperceut que il ne vivroit pas longuement; lors se repenti mout de ses pechiez vraiement et cria a Nostre Seigneur merci. Puis se fist porter en la meson au Patriarche porce quele estoit plus pres du Sepuchre ou Nostre Sires Jhesucris fu morz; porce que il vouloit mourir pres de ce leu. Grant esperance avoit que cil qui la resordi le resusciteroit et sauveroit au jor du Jugement. Lors fist sa fille et son gendre venir devant lui et un leur petit enfant de deus anz qui avoit non Baudoin. Li Patriarches estoit presenz et pluseurs des autres barons du roiaume. Ilec lessa le roiaume et sen devesti devant eus. Si le bailla a son gendre et a sa fille et leur donna sa beneicon mout piteusement. Apres dist quil voloit morir en povrete por enneur de son Sauveur qui por lui et por les autres crestiens avoit este povres en cest siecle. Tantost guerpi abit et toutes autres choses qui a roi apartenoient et vesti robe de religion si devint chanoines riglez de lordre de leglise du Sepuchre. Ne demora mie que lame sen parti qui sen ala si com len doit croire en la compaignie des anges. Grant duel en firent petit et grant tel com len doit fere de roi preudome quant il muert. Il trespassa de cest siecle lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .c. et .xxxi. le vint et uniesme jour daoust eu treziesme an de son regne. Enseveliz fu mout richement come roi desouz Monte Calvaire devant le leu que len apele Golgota. Genz i ot assez prelaz barons clers et chevaliers.

LI QUATORZIESMES LIVRES

I. De la maniere le roi Fouque et de son lignaige.

Rois fu apres de Jherusalem Fouques li gendres le Roi qui estoit cuens dangers de Tors et du Mans; cui li Rois avoit donee sa fille Milessent si com je vous ai dit desus. Cist Fouques estoit de meienne estature rous; mes encontre la costume de cele couleur leaus estoit et mout piteus; larges vers toutes genz la ou il cuidoit le sien bien emploier meismement en aumosnes. Gentilz hom estoit mout de lignage chevaliers bons et seurs; de guerre estoit bien aventureus; neis aincois quil eust le roiaume de grant porveance estoit. Vers povres genz estoit privez volentiers les escoutoit et maintes foiz les apeloit premiers. Auques estoit ja alez avant en son aage car il avoit ja passez soixante anz. Mout avoit de beles graces si com vous poez entendre. Mes en ceste vie mortel na nule chose qui nait aucun defaut: cist en avoit un tel com je vos dirai: il avoit si povre remembrance que len apele tenue memoire que mout estoient pou de gent quil seust nomer; ne pooit retenir nons ne cognoistre genz au vis; ses privez qui estoient de sa mesniee mescognoissoit il mout sovent. Maintes foiz cuida len quil le feist dorgueil mes sans faille il le fesoit dobliance. Aucunes genz en desjugla il mout sovent; car a ceus a qui il avoit fet grant joie avant et grant enneur quant il voloient fere les besoignes et parler por autres genz a lui il demandoit deus meismes qui il estoient. Ses peres fu cuens danjou et de Toraine: Fouques ot non ausi en surnon Rechins. Il prist a femme la sereur a un grant baron de France qui ot non Amauris de Montfort Bertelee ot non. Deus filz en ot: cestui Fouques dont je vos parole et Jefroi Martel et une fille qui ot non Ermenjart qui premierement fu femme Guillaume le conte de Poitiers; mes il la leissa conte le comandement de sainte Eglise et de la loi de mariage et li cuens de Bretaigne la prist et espousa. Si en engendra Conain qui puis fu cuens de Betaigne et le clamoit len Conain le Gros. Icele Bertelee dont je vos ai parle quant ele ot eu de son seigneur danjou ces trois enfanz que je vous ai nomez si se parti de lui et la prist li rois Phelippes de France a femme et tint come reine grant tens sur le defens des prelaz de sa terre. Trois enfanz en ot: Floire Phelippe et Cecile: de ceste vous parlai je desus que ele fu femme Tancre le prince dantioche premierement; apres quant il fu morz lesposa Ponces li cuens de Triple. Cist Fouques li juenes dont je vos parole prist a femme quant ses peres fu morz la fille le conte Elie du Mans Guiborz ot non. Il en engendra .ii. filz et .ii. filles. Celui mariage pourchaca sa mere; car tandis com cil juenes hom estoit en la cort le conte de Poitiers de qui mesniee il estoit et le servoit de sa coupe li cuens oi dire que li ainznez freres a cestui estoit morz; tantost le prist et mist en prison porce que il voloit avoir ne sai quanz chastiaus que li peres et li freres avoient tenu longuement come leur heritage du fie le conte de Poitiers en la marche danjou et de Poitou. Quant la mere qui estoit avec le roi de France oi dire que ses filz estoit pris grant pitie en ot et fist tant vers le roi de France qui rien ne li veast que il le delivra de la prison le conte de Poitiers et li dona a femme la fille le conte Elye du Mans qui plus navoit doirs; de que il engendra deus filz et deus filles si com je vos ait dit. Li ainz nez ot non Jefroi et fu cuens danjou apes son pere. Li rois dengleterre Henris li Vielz qui mout fu puissanz li donna une seue fille quil avoit Mahauz fut apelee. Ele avoit a seigneur lempereur Henri dalemaigne; por ce lapela len tant com ele vesqui Mahauz lempereriz. Jefroiz ot de lui .iii. filz: Henri qui fu rois dengleterre et Jefroi Plantegeneste et Guillaume Longue Espee. Li nons au secont filz Foucon le juene fu Helyes por son aiol. Li cuens Rotrous de Perche li dona a femme une seue fille quil avoit sanz plus denfanz et li promist au mariage que il ne prendroit james femme; si que touz ses heritages escharroit a sa fille. Mes il ne li tint mie bien covent car il se maria puis et prist a femme la sereur au conte Patriz un haut home dengleterre de qui il ot assez filz si que Helyes ses gendres not mie lescheoite apres lui. Vos avez oi les nons des deus filz Foucon le juene qui fu rois de Jherusalem; or vos dirai les nons de ses deus filles: la premiere ot non Sebile qui fu femme le conte Tierri de Flandres. Deus deus fu nez li cuens Phelippes qui mout tint bien et viguereusement la conte de Flandres; puis fu morz outre mer quant li rois Phelippes i ala. Le seconde fille Foucon ot non Mahauz qui fu fiancee a un filz Henri le roi dengleterre; mes aincois quil geussent ensemble li vellez passoit en Engleterre et fu noiez en mer. La damoisele dist quele nauroit james seigneur aincois voa chastee et prist habit de religion en labaie de Fontevraut ou ele demora jusqua la mort.

II. De ce meismes.

Cist Fouques dont je vous parole quant sa femme fu morte ala outre mer en pelerinage aincois que li rois Baudoins lenvoiast querre. La se contint mout bel et mout hautement eu servise Nostre Seigneur si que il ot la grace et le los de touz ceus du pais. Li baron nomeement le tenoient a mout sage home et en maintes manieres lennorerent com cil qui grant preu fesoit en la terre; car il i tint .c. chevaliers a ses despens un an tout entier. Apres quant il ot bien fet son pelerinage il sen retorna en son pais sains et hetiez et bien ennorez. Lors maria ses filles et ses filz hautement si com je vous ai dit. A la conte que il tenoit pensa mout pour oster les mauveses costumes et metre les bones. Lors se porpensa li rois Baudoins qui vivoit a qui il porroit doner sa fille qui estoit oirs de Jherusalem; car mout desirroit que tieus leust qui poist et seust la guerre maintenir et deffendre. Por ce se conseilla a ses barons que il feroit et ses cuers estoit sur touz au conte danjou quil avoit conneu en son pelerinage. Li consauz ne sen descorda mie ainz le loerent tuit a mout grant joie. Li rois tantost envoia en de ses barons Guillaume de Bures le conestable et Guion Brise Barre au conte Foucon que il venist prendre sa fille. Cil atorna les aferes du pais au mieuz que il pot et fist assembler ses enfanz et si les besa et leur dona sa beneicon puis sen parti et vint en la terre doutre mer. Dedenz brief terme li rois li fist esposer sa fille selonc les covenances. En doaire li dona deus bones citez Sur et Acre. Li cuens les tint entor trois anz mout enpais. Mes quant li rois fu morz il et sa femme furent coronne le jor de la Sainte Croiz en septembre en leglise du Sepuchre par la main Guillaume le patriarche de Jherusalem a grant joie et a bele feste de touz ceus de la terre.

III. Coment li cuens Jocelins de Rohez fu morz merveilleusement.

A ce tens li cuens Jocelins de Rohes avoit geu mout longuement malades si griefment que il atendoit chascun jor la mort. Cele maladie li estoit avenue dune bleceure; car en lan qui estoit passe il estoit pres de la cite de Halape et avoit assis Turs en une tor qui estoit fete de tuiles sans mortier et estoient li mur mout espes. Il la fesoit miner par dessous por abatre tant quil se trest pres por haster les ouvriers. La tor chei soudeinnement sur lui si quil fu touz acouvetez. Ses genz li corurent aidier hastivement et le descovrirent tant quil le trestrent hors tout debrisie; si en avoit geu en langueur longuement. Il avoit bon cuer et bon entendement; mes du cors ne se pooit aidier. Un jor li vint uns messages mout hastivement qui li dist et voirs estoit que li soudans du Coine avoit asses a trop grant gent un suen chastel que len claime Cresson. Quant li cuens oi ce qui de grant cuer estoit mout li desplut de ce que il ni pooit aler; lors fist apeler son filz qui estoit biaus et granz si li comanda quil preist la gent de la terre a cheval et a pie et alast hastivement lever le siege de ce grant home. Des ore mestiers estoit quil portast le fes quil avoit longuement sostenu. Cil se comenca a escuser de ce que li soudans estoit venuz mout efforciement et a grant pooir eu pais ne il ne veoit pas coment il poissent assembler a lui a si pou de gent come il avoient. Quant li peres oi la response du suen filz qui Jocelins avoit non por lui et estoit ses oirs de la terre mout fu iriez car il entendi bien a ses paroles coment la conte seroit governee par lui. Lors fist semondre ses oz par tout le pais. Quant il furent assemble li cuens Jocelins fist atorner une litiere a .ii. chevaus et se mist enz. Lors comenca a aler a tout son ost encontre ses anemis. Quant il fu auques alez avant uns des granz barons de la terre qui avoit non Jefroiz li Moines vint encontre lui et li dist que sitost com li soudans avoit oi noveles que il venoit sur lui en sa litiere a tout son ost ne losa onques atendre aincois avoit le siege guerpi et sen estoit retornez en son pais. Quant li cuens oi ces nouveles il comanda que len meist sa litiere a terre. Lors tendi ses mains au ciel et dist ces paroles: Biau Sire Dieu je vos rent graces et merciz teles com je puis de ce que tant mavez ennore en cest siecle; nomeement a ma fin mavez este si piteus et si larges que vos avez voulu que de moi qui sui demi morz touz contrez et charoigne qui ne se puet aidier ont eu mi anemi tel peor quil ne moserent atendre en champ aincois sen sont foi por ma venue. Biau Sire Dieu je cognois bien que tout ce vient de vostre bonte et de vostre cortoisie. Quant il ot ce dit si se comanda de mout bon cuer a Dieu et tantost sen parti lame: si morut ilec eu milieu de ses genz. Grant duel firent et lemporterent ennoreement. Uns seus oirs remest apres lui en la terre cil Jocelins que je vous ai dit; petiz estoit de cors mes bien forniz de membres et bien estoit forz; de char et de cheveus estoit noirs. Le avoit le visage mes il avoit eue la verole; si len parurent touzjorz les taches. Les euz avoit gros et grant nes. Larges estoit mout et preuz aus armes. Mes trop entendoit aus boivres et aus mengiers et des uevres de luxure estoit il mout blasmez; car trop sen entremetoit honteusement. Sa mere fu suer Levon un haut home dermenie qui avoit sa sereur donee a femme au viel Jocelin. Cist prist femme mout haute de lignage mes ele fu encore plus gentius de bone vie et de bones meurs; femme avoit este Guillaume de Seone Beatris avoit non de que il engendra un filz le tierz Jocelin et .ii. filles: Agnes qui fu premierement femme Renaut des Marois; apres lesposa Amauris li cuens de Japhe qui puis fu rois de Jherusalem; deus .ii. nasqui li cuens Baudoins li sisiemes rois de Jherusalem.

IV. Coment li rois Fouques ala secorre Antioche.

Retourner nos estuet a conter de la terre dantioche; car bien avez oi que Buiemonz li juenes fu morz aincois que li rois Baudoins; et leissa une petite fille sanz autre oir. Li grant home de cele terre orent mout grant peor com cil qui estoient sanz chevetaine eu milieu de leur anemis. Bien sorent que li rois Fouques estoit enpais en son roiaume car lors ni avoit point de guerre; por ce pristrent bons messages et les envoierent a lui. Si li prierent et requistrent que por Dieu venist vers ces parties et preist toute la terre en sa main: ce porchacoient cil du pais porce quil doutoient trop la malice de la princesse qui estoit suer a la reine Milessent. Bien avoient aperceu quele navoit pas bon corage vers sa fille aincois la vouloit deshireter por fere de la terre a son bandon; car ele savoit mout de mal et avoit porchacie par granz dons aucuns des barons de la terre qui a lui se tenoient et voloient par tout sa volente: cestoit li cuens Poinces de Triple Jocelins li juenes cuens de Rohes Guillaumes de Seone. Li peres a la dame ce fu li rois Baudoins qui bien la cognoissoit lavoit mise hors dantioche et li avoit leissie sans plus son doaire ces deus citez Gibel et la Lische. Mes quant ele vit que ses peres fu morz bien cuida que li poinz fust venuz dacomplir son proposement: letres envoioit aus plus puissanz homes du pais et leur prometoit granz loiers sil sacordoient a ce quele eust la prince en sa main. Mes li baron doutoient que la chose ne fust pas bien gouvernee par sa main; por ce se metoient contre lui a touz leur pooirs; et ce fu la resons por que il manderent le Roi et crierent merci que il sanz demorance venist vers eus et bien li tochierent ce dont il avoient peor.

V. Coment li rois Fouques desconfist en bataille le conte de Triple.

Au point ou la terre dantioche estoit li rois ne leur vout pas faillir car il cognoissoit bien le peril et bien savoit que si ancesseur lavoient bien gardee et secorue maintes foiz. Por ce se hasta de movoir si tost com il pot quant il ot receuz les messages des barons; et vint par ses jornees jusqua Barut. Mes quant il vout passer outre li cuens de Triple por fere la volente la princesse dantioche li vea le passage de sa terre. Li rois qui nen pot plus fere prist avec lui un suen baron qui estoit nez de France qui estoit ses hons Anseaus de Brie avoit non. Entreus deus se mistrent en mer tout celeement. Tant firent quil arriverent sauvement au port Saint Simeon qui est pres dantioche. Quant li haut home de la terre le sorent il vindrent tuit a lencontre et les menerent a grant joie dedenz Antioche; eus et toute la terre mistrent en sa main por garder a leur petite damoiselle qui hoirs estoit. Li cuens de Triple qui avoit a femme la sereur le roi de par sa mere si com je vos dis desus tantost se mist apres por destorber que li rois nen feist riens contre la princesse. Cil cuens avoit deus chastiaus en ces parties que il tenoit de par sa femme car Tancrez les li avoit donez en doaire: lun apele len Artican et lautre Ruge: ceus fist il mout bien garnir de chevaliers et darmeures. Lors si encomenca a guerroier le roi et sa gent. Li baron dantioche en orent mout grant desdaing. Si parlerent au roi et li distrent que honte seroit granz et mauves essamples se cil sires ne comparoit sa folie qui si orgueilleusement li coroit seure sanz reson. Li rois si acorda bien qui navoit mie oblie loutrage quil li avoit fet de veer le passage par sa terre quil tenoit de lui. Por ce assembla genz du pais et mut por aler contre le conte de Triple. Quant il vint pres du chastel de Ruge li cuens li vint a lencontre qui ot avec lui grant plente de chevaliers et dautres genz. Les batailles furent conraees deca et dela; ni ot pas mout bargaignie. Tant saprocherent tout le pas quil ferirent des esperons et hurterent ensemble. La bataille comenca fiere et espesse et dura longuement. Il fu grant piece de tens que len ne savoit liquel en avoient le meilleur. Mes au derrenier ne puet estre que orguieuz ne chiee: li cuens fu desconfiz et ses genz senfoirent. Il meismes sen parti ferant des esperons. Aucuns i ot morz de sa gent mes plus en retint len pris que il enmenerent touz liez en Antioche. Ne demora mie que li preudome qui la estoient virent que de ceste descorde porroit ganz maus venir a la Crestiente; que leur anemi qui les verroient afebloiez les douteroient mains a corre sus. Por ce sentremistrent de la pais. Tant parlerent au conte de Triple et au roi que la pais fu fete entreus deus et que li rois li pardona son mautalent ses prisons li rendi; par quoi cele terre fu en meilleur estat. Cil dantioche virent que se li rois sen partoit la terre se porroit trobler maintenant par le porchaz a la princesse qui les uns des barons vouloit metre contre les autres; si prierent au roi a genouz que si tost ne se partist mie de la terre si com il amoit lenneur et la sauvete de cele contree. Li rois se pensa que par le grace Nostre Seigneur ses regnes estoit en bone pais ne ne se doutoit ore mie de guerre la endroit; por ce fist ce quil li requeroient et se demora une piece eu pais. Les aferes de la cite atira mout bien; les forteresces cercha et fist garnir chascune selonc son droit; les contenz et les rancunes du pais apaisa. Si quil ni leissa chose dont guerre poist venir. Merveilles se loerent tuit petit et grant de son sen et de sa vigueur et mout en aquist lamor et la grace de touz. Quant il ot mises les choses en bon point et ot ja demore une piece en ces parties il leissa en leu de lui por garder la prince un haut home qui avoit non Renaut Masoiers et il prist congie a ceus de la terre puis sen retorna en son regne.

VI. Coment li rois delivra le conte de Triple.

Les besoignes du roiaume maintenoit li rois sagement et bien et mout i metoit sentente et son travail. Mes ne demora gueres que uns messages vint qui mout sestoit hastez et lui aporta noveles de par ceus dantioche que une grant plente de Turs estoient issue du roiaume de Perse; ja estoient passe outre le flun deufrate; si avoient ja la terre dantioche toute coverte deus tant en i avoit grant plente. Li rois se pensa que ces genz avoient toutes leur esperances mises en lui si seroit grant mauvestie sil leur failloit. Dautre part mout i porroit avoir grant domage en son roiaume se la terre dantioche se perdoit: car cil ne doit mie estre aseur qui voit la meson son voisin ardoir. Por ces choses emprist que il les iroit secorre. Semonse fist par son roiaume si grant com il pot de genz a cheval et a pie; et quant il les ot assemblez il mut et sen ala a granz jornees tant que il vint a la cite de Saiete. La li fu sa suer a lencontre Cecile la contesse de Triple. Quant ele vit le roi son frere si li chei aus piez et li cria merci en plorant et li dist que Sanguins li sires de Halape qui estoit li plus puissanz des Turs avoit son seigneur assis en une seue forteresce qui a non Monferrant et disoit ele que ses sires ne se porroit mie tenir longuement se il navoit secors; por ce li prioit come son seigneur et son frere que il entreleissast cele voie que il avoit emprise por aler au greigneur besoing et delivrer le comte son seigneur. Li rois ot pitie de sa sereur qui ploroit si tendrement et se pensa que granz domages seroit a la Crestiente de perdre un si grant prince com estoit li cuens de Triple. Por ce cueilli encore plus gent que il navoit en la conte si mut et sadreca tout droit bien hastivement vers le siege que li Tur avoient fet. Quant Sanguins oi la novele que li rois venoit conseil prist a sa gent que il feroit savoir se il combatroit au Roi ou se il partiroit dilec. Sa gent li loerent quil ne se combatist mie; por ce se desloja sitost com il pot et sa gent en remena vers Halape.

VII. Coment li rois Fouques desconfist les Turs en la terre dantioche.

Onques sitost li rois not delivre le conte de Triple quil retorna vers Antioche por garantir la terre si com il avoit devant empris. Quant li baron de la cite oirent dire que li rois venoit tuit li issirent a lencontre et le receurent a si grant joie come len doit recevoir tel oste meismement qui venoit por leur delivrance; car sanz faille mout avoit grant pooir de gent en la terre dantioche; mes puis que il ni avoient chevetaine il estoient ausi come murs de pierre sanz mortier. Ne demora pas puis que li rois fu venuz que noveles vindrent certaines en la ville que li Tur qui avoient passe le flun deufrate avoient concueilli par le pais plus gent que il namenoient si sestoient tret vers la partie de Halape en un leu qui a non Canestrine. La sestoient logie porce que ce est pres de la terre dantioche por corre par le pais et barroier les villes. Et quant li rois sot le covine quil avoit bones espies avec la gent quil amenoit de son pais prist ceus quil pot avoir de prince dantioche et mut por aller sur les Turs. Tant chevauchierent quil vindrent devant le chastel de Harenc. Iluec tendirent leur paveillons. Li Rois attendi ne sai quant jorz sans soi movoir de ce leu por veoir se li Tur qui avoient assez plus gent que lui le semonsissent de la bataille et sil chevaucheroient contre lui. Mes cil ne se murent onques qui espoir autretel attendoient du roi. Quant li rois ot aperceu que cil estoient tout aseur en leur tentes et ne voloient chevauchier porce quil atendoient encore plus gent il fist une nuit armer sa gent et sen ala tout celeement jusque il se feri en lost des Sarrazins. Il les trova touz desarmez car cil ne sen gardoient. Lors en ocistrent par les paveillons a grant plente: cil eschaperent qui sen porent foir. Bien en i ot morz plus de .iii m. sanz ceus qui furent pris et lie. Granz richeces de maintes manieres troverent en leur tentes chevaus et trop autres bestes or et argent robes et dras de soie paveillons et pierres precieuses: si en furent chargie qua peines porent il tout ce porter en Antioche. La fu a leur revenue la joie mout granz. Des ce jor en avant ot li rois les cuers de touz ceus de la terre mout enterinement et le tenoient tuit a seigneur et a pere; car aincois que ce avenist avoit il de teus barons eu pais qui contre le roi se metoient selonc leur pooirs pour lamor de la princesse qui granz dons leur donoit por ce fere.

VIII. Coment li Crestien fermerent Betenuble.

Si com li rois demoroit en ces parties dantioche il entendoit mout a bien atirier les besoignes de la terre; si quil i metoit ausi grant peine com il feist es aferes de son roiaume: et jusqua tant que Dame Dieu meist conseil en la prince que il i eust tel prince que il deussent obeir ne la voloit il mie giter de sa main. Endementres li patriarches et li citeien de Jherusalem ne voudrent mie estre oiseus; ainz assemblerent de gent a armes ce quil en porent avoir; hors issirent de leur cite et vindrent a une ville mout ancienne que len soloit apeler Nobe mes ele a ore non Betenuble si com len descent des monz a lentree de la champaigne. Cest la voie par que len vet a Lide et a la mer. Ilec fermerent un chastel de fort mur et de bone tor por garantir les pelerins qui passoient par le chemin; car li Tur descalonne venoient sovent por fere embuschement desouz un pas estroit en la montaigne et maintes foiz i avoient ocis les crestiens qui la estoient loing de leur recez. Quant cist chastiaus fu fet il li mistrent non Chastel-Ernaut; puis le garnirent bien de genz armees et de viandes: si que il pooient bien atendre secors des citez que leur gent tenoient. Par ceste forteresce fu garantie si la voie que len ne doutoit rien ne en alant ne en venant de Jherusalem en ces parties; par quoi mieudre marchie de viandes et dautres choses avoient par tout ce pais.

IX. Coment li baron dantioche parlerent au roi de leur damoiselle marier.

Mout estoit li rois ennorez hom por ce quil governoit si bien par droit et par mesure le roiaume de Jherusalem et la prince dantioche et grant pais fesoit tenir. Par tout a merveilles en estoit amez et cremuz. Lors vindrent a lui li plus haut baron du prince meismement cil qui voloient garder leur loiautez vers la fille le prince Buiemont qui estoit leur dame; et li prierent mout secreement que il qui cognoissoit touz les vaillanz homes du roiaume de France les conseillast en bone foi lequel baron il manderoient por venir esposer leur damoisele et recevoir la seigneurie de si bele terre come ele avoit. Bien li distrent que tant se fioient en son sens et en sa loiaute que du tout il en crerroient son conseil. Li rois receut volontiers la parole et bien li sembla que grant enneur len fesoient. Lors comenca a nomer les barons des terres qui sont des les monz jusquen la mer dengleterre. Les lignages et les covines leur disoit com cil qui certains estoit du tout. Quant il orent assez parle de mainz hauz homes par le conseil le roi sacorderent tuit quil iroient querre un juene home filz le conte Guillaume de Poitiers Raimonz avoit non qui mout estoit preuz et vaillanz. Cil demoroit en la cort le viel Henri roi dengleterre qui chevalier lavoit fet: car Guillaumes ses freres ainz nez tenoit Aquitaine en sa main qui estoit ses heritages. Quant il se furent a celui acorde ne voudrent mie espandre la parole aincois firent les letres au patriarche et a touz les barons porter a celui Raimont par un frere de lhospital qui avoit non Girauz Jeberrons. Mout doutoient que la princesse ne seust cele parole car si come ele estoit pleine de malice volentiers destorbast cele besoigne qui mout estoit legiere a empeschier; car Rogiers li dux de Puille qui puis fu rois demandoit Antioche et toutes les apartenances come son heritage qui li estoit escheoiz ce disoit de par Buiemont son cousin; car Roberz Guischarz qui fu peres au viel Buiemont et Rogier li cuens de Sezile qui en seurnon fu apele Borse furent frere de pere et de mere. Li juenes Buiemonz fu filz au viel et de celui juene issi ceste damoisele por qui mariage len enveoit querre Raimont. Par ce parente poist bien cist Rogiers destorber le message qui aloit por celui sil le seust; et ce fu la reson por que len ni vout mie envoier barons ne granz genz por ce que la princesse ne sen aperceust. Quant li rois ot la terre dantioche mise en bon point si sen retorna vers Jherusalem.

X. Coment Raous fu patriarches dantioche mauvesement.

Il avint en cel an meismes que Bernarz qui avoit este li premiers patriarches latins dantioche hom de grant aage simple et religieus trespassa de cest siecle eu trente sisieme an quil avoit este esleuz a cele dignete. Apres sa mort tuit li prelat qui desouz lui estoient sassemblerent por eslire patriarche en Antioche. Si com il parloient de diverses persones selonc ce que len doit fere en tel besoigne uns arcevesques de Mamistre Raous avoit non nez du chastel de Danfront en Passois sans election des clers par la volente et par le cri du peuple sen entra en la chaiere monseigneur saint Pere et se tint por eslu. Cestoit uns hom qui mout amoit chevaliers et trop avoit leur acointances larges et de grant cuer; bien savoit tenir a gre les petiz et les granz. Quant li prelat virent que cil sires voloit estre patriarches sanz leur election mout douterent que li pueples ne leur feist ennui se il le contredisoient voiant eus; por ce se departirent au plus tost que il porent. Mes a celui quil navoient pas esleu ne voudrent il fere nule obedience. Cil si com il sembla ny fist pas grant force; mes il entra eu palais au patriarche et le tint come sien. Son paule prist sur lautel Saint Pere en Antioche que onques a Rome nen envoia. Apres ce ne demora mie granment que il atrest a samor et a son acort grant partie des prelaz qui contre lui avoient este; et si come maintes genz cuiderent se il eust bien gardee la pais des chanoines de seglise si quil ne leur mostrast mie grant orgueil ne ne leur tosist teus rentes com il avoient bien poist avoir vescu tout enpais en cele dignete. Mes porce que voirs est li proverbes que len sieut dire: chose mal comenciee ne fine mie bien cil Raous monta en un si grant bobant por la richece quil ot et por la hautece ou il estoit quil ne prisoit nului rien. Bien li estoit avis que nus ne le valoit si que par sa contenance sembloit quil ne fust mie patriarches mes princes dantioche. Les chanoines menoit si mal que les uns metoit en prison come larrons les autres chacoit du pais. Il i avoit un Arnoul ne de Calabre gentilhome et bien letre et un Lambert arcediacre de leglise simple home de bele vie et preude clerc. Ces deus prist et les fist mener mout vileinement come murdriers en une prison ou il avoit assez chaut vive; la leur fist une grant piece assez sofrir honte et mesese et leur metoit sus quil avoient juree sa mort. En ceste maniere se contenoit vers ses clers; tant que il se fist si hair a toutes manieres de genz que il navoit fiance en nului ne ne cuidoit estre seurs en nul leu. Mes de ce ne vos dirai je ore plus car bien orrez en avant a quel fin vint ses aferes.

XI. Des contenz qui venoient en pluseurs eglises.

Ne demora mie apres ce que lapostoiles Honoires fu morz. Li cardonal sassemblerent por eslire pape ne ne sacorderent mie; aincois i ot granz contenz si que lune partie eslurent un diacre Gregoire cardonal de Saint Ange: il fu sacrez et lapelerent Innocent. Lautre partie eslurent Perron Leon un provoire cardonal de Sainte Marie outre le Toivre. Cestui meismes resacrerent et li mistrent non Anaclete. Li scismes sordi si granz ne mie seulement en la cite de Rome mes par toute Crestiente si que des prelaz et des barons li un se tenoient deca et li autre de la; si que maintes mellees et granz guerres en sordirent ou il ot genz assez ocises. Au darrenier quant ce ot assez dure Anacletes fu morz si remest a Innocent la querele et fu apostoiles apres. En ce tens fu morz Guillaumes arcevesques de Sur li premiers apres la prise de la cite; car si com vos oistes dessus tandis com il estoient encore au siege fu esleuz et sacrez uns Eudes qui morut aincois quil eussent la ville. Apres ce Guillaume fu esleuz Fouchiers nez daquitaine de la cite dangolesme. Pou savoit letres mes de grant religion estoit et de haute vie. Mout amoit Dieu et haoit pechie; abes avoit este de chanoines riglez en une abaie qui a non la Cele. Mes eu tens que li scismes avoit este entre ces deus apostoiles dont je vos ai parle li evesques Girauz dangolesme se tenoit a Anaclete et estoit legaz de par lui. Touz ceus escomenioit qui contre son apostoile estoient. Cestui meismes labes Fouchiers dont je vos parole qui de lautre part se tenoit corroca il en maintes manieres; mes cil ne vout plus soffrir cele noise ainz prist congie a ses freres et leissa labaie; si ala outre mer en pelerinage en leglise du Sepuchre remest et fist iluec sa profession; puis fu esleuz a arcevesque de Sur et governa douze anz larceveschie bien et bel. Mes au comencement quant li patriarches Guillaumes de Jherusalem lot sacre cil ne vout mie prendre le paule de lui ainz sesmut por aler a Rome demander le paule a lapostoile si come ses ancestres avoit fet. Li patriarches en fu mout iriez et le fis guetier en mainz leus por destorber; si que cil sen ala en tapinage; a grant peine et a peril de son cors pot il eschaper. Quant il revint de Rome o tout son paule li patriarches ne vout mie que li evesque qui desouz lui devoient estre li obeissent et li toli la ville de Caiphas dont seglise estoit en sesine. Mainz autres ennuiz li fist; mes lapostoiles len envoia ses letres de rechief et li manda que le lessast enpais ou se ce non bien devroit douter que il ne perdist la seigneurie de leglise de Sur; car il estoit contenz entre le patriarche dantioche et celui de Jherusalem a qui larcevesques de Sur devoit obeir. Lapostoiles comanda que jus que li contenz fust finez il obeist a celui de Jherusalem. Icil arcevesques Fouchiers quant il fu revenuz de Rome recovra a mout grant peine trois de ses eveschiez: Acre Saiete et Baruth. Li patriarches dantioche len toli trois: Triple Tortouse et Bibitain. Il li requist que il li rendist; il respondi quil ne les li rendroit mie sil ne li obeissoit. Or leissons a parler de ces eglises. Si vous dirons du roi qui estoit revenuz dantioche en Jherusalem.

XII. Du contenz qui sordi eu roiaume.

Lors sordi uns granz troubles eu roiaume; car aucun des greigneurs barons de la terre salierent contre le roi. Ce fu li cuens de Japhe et Romains du Pui sires de la terre qui est outre le flun Jordain. La raison por que il firent ce vos dirai je; mes il estuet a comencier un pou de loing. Eu tens le roi Baudoin de Borc qui dona sa fille a Folcon qui puis fu rois uns hauz hom de France Hues du Puisat avoit non de leveschie dorliens et sa femme Mamille fille Huon Cholet le conte de Roucy murent de leur pais por aler en pelerinage au Sepuchre. Sa femme estoit grosse si acoucha en Puille; si ot un fil qui ot non Hues. Quant la dame fu relevee li enfes estoit si tendres que il ne loserent porter aincois le leisserent por garder a Buiemont de cui lignage il estoit. Il passerent mer et virent le roi Baudoin cui parenz cil Hues estoit. Li rois li fist grant joie: tantost li dona la cite de Japhe o toutes les apartenances. Cil fu une piece en la terre et puis morut. Li rois dona sa femme et cele cite au conte Aubert qui hauz hom estoit freres le conte de Namur de lempire dalemaigne. Mes ne demora mie granment que il refurent ambedui mort li cuens Auberz et cele Mamille. Cil Hues qui avoit este nez en Puille et fu ja creuz si passa mer et vint au roi. Son heritage demanda qui li estoit escheoiz de la mort son pere et sa mere. Li rois le li rendi debonnerement. Lors prist a femme une dame qui fu niece le patriarche Arnoul Ameloz avoit non; femme avoit este Eustace Grenier de cui ele avoit eu deus filz jumeaus: Eustace le juene qui fu sires de Saiete et Gautier qui tint Cesaire. Quant li rois Baudoins fu morz et Fouques tint le roiaume ne demora mie quil ot trop granz anemistiez entre le roi et le conte Huon de Japhe. Car li rois le mescreoit trop ausi fesoient autres genz que il ne fust trop privez de la roine. Li rois en estoit entrez en une si grant jalousie quil ne pooit oir parler de lui. Li cuens le sentoit bien si reporchacoit aliances et aides des barons tout celeement quil ne sofrissent mie que li rois li feist mal; car cil Hues li cuens estoit sages et bien parlanz granz de cors et bien fez visage avoit cler et vermeil chevaliers fiers et hardiz cortois et larges sur touz homes. Selonc la vaillance du siecle navoit il nul pareil eu roiaume. Cousins estoit bien pres a la roine; car leur dui pere furent fil des deus sereurs. Nestoit mie merveille se il estoit plus privez de la roine que nus autres; mes pluseurs gens i penserent mal. Li autre disoient que li cuens estoit montez en si grant orgueil que il ne portoit pas au roi tele enneur com il deust ne ne le voloit rien contredeignier. Li rois qui lavoit aperceu len savoit mauves gre et li tornoit a grant despit por quoi il ne lamoit mie. Cestoit la parole a ceus qui les dames vuelent escuser.

XIII. Des gaiges qui furent done entre le conte de Japhe et le roi de Jherusalem.

Mout estoit la haine granz entre le roi et le conte de Japhe. Un jor avint que la corz le roi estoit mout pleniere de barons de prelaz et dautres genz; la vint Gautiers li sires de Cesaire fillastres le conte de Japhe beaus chevaliers granz et forz et juenes. Len cuide que li rois le feist fere; mes il se trest avant la ou li rois et li baron estoient et dist: Beau seigneur escoutez moi. Je di que Hues li cuens de Japhe a juree et pourchaciee la mort son seigneur le roi com traitres quil est; et se il est si hardiz que il le vueille nier je le mostrerai contre son cors. Lors tendi son gage. Li cuens Hues quant il oi ce sailli avant et dist que ce estoit menconge que il disoit et estoit prez quil en feist encontre ce que la corz en esgarderoit. Li baron furent apele a jugement et esgarderent par droit que il i avoit gages de bataille. Il furent donc iluec presentement; jor leur fu assenez a que il venissent apareillie de fere ce quil devroient. Einsi se departi la corz. Li cuens sen retorna a Japhe. Quant vint au jor de la bataille li cuens ni vint mie por ce espoir que il doutoit que la corz le roi le grevast; car li sires ne lamoit mie; ou por ce espoir si com maintes gens disoient que ses cuers li disoit bien que il avoit donez faus gages; si avoit peor que il ne len mescheist. Mes mout en fu de ce en greigneur sospecon; si que maintes genz qui avant lamoient et volentiers le defendissent nosoient apres ce parler por lui. Li baron sassemblerent par le comandement le roi por esgarder que droiz diroit de celui qui einsi sestoit defailli. Cil le jugerent por ce defaut selonc les us de France a ataint de la traison. Quant li cuens de Japhe loi dire que a tel lavoit len jugie en la cort le roi touz en fu desvez et si com il estoit de grant cuer ausi com touz desesperez une chose enprist qui fu mout perilleuse et de mauves essample; car il se mist en mer tantost et entra dedenz Escalone qui estoit de Sarrazins et mout fesoit volentiers mal a la Crestiente. La fist tant vers les chevetaines de la ville que il li promistrent aide encontre le roi; car mout avoient grant joie de la descorde qui estoit entreus. Lors pristrent bons ostages du conte de tenir covenances que il leur avoit et sapareillerent de guerroier. Ne demora gueres que li Tur descalonne qui namoient pas nostre gent et plus estoient fier quil ne soloient por laliance le conte de Japhe issirent fors a granz routes et comencierent a corre par la terre le roi por barroier et ardoir les villes prendre et mener prisons et proies. En ceste maniere chevaucherent jusqua Arsur. Quant li rois oi ceste nouvele tantost fist semondre par tout son roiaume chevaliers et autres genz a armes. Quant il les ot assemblez si mut o toute sa gent et assist la cite de Japhe. Quant li baron qui estoient home le conte virent que il se contenoit einsi et por eus nen voloit riens lessier que il len avoient sovent prie et amoneste il se partirent de lui ses fiez le quiterent et se tornerent au roi; porce que trop granz perilz pooit estre de maintenir celui en si fole enrederie. Li mestres de ce conseil se fu li vieus Baliens. Des autres barons i ot aucuns qui le crurent et suivirent en ce.

XIV. De la pais le roi Fouque et du conte de Japhe.

Voirs est ce que dit levangile que chascuns roiaumes devisez en soi meismes sera desconfortez. Por ce se trest avant li patriarches Guillaumes sages hom et paisibles et aucun des autres barons du roiaume qui bone volente avoient et cognoissoient bien le grant peril ou la Crestiente estoit por cele guerre. Si parlerent de pais au roi et au conte. Mout troverent au comencement leur volentez diverses; mes quant il leur orent mostrees leur raisons qui apaisier les devoient chascuns se refraint de son proposement si que la pais fu fete entreus. Mes porce que len vout fere au roi lenneur si com droiz est en la pais fu devise que li cuens seroit hors du roiaume trois anz entiers; quant il seroient passe si sen retorneroit a la grace le roi en sa terre sans honte et sans reproche des choses qui passees estoient. Cil meismes qui avec lui iroient nauroient nul maugre du roi. Endementres com li cuens seroit hors de la terre len paieroit ses detes que il devoit assez aus borjois le roi et aus autres gens de ses rentes et des issues de toute sa terre. Tandis com li rois avoit sis entor Japhe avec lui estoit en lost uns des barons qui avoit non Renier Brus sires estoit de la cite de Belinas. Endementres vint li rois de Damas qui avoit non Tegelmeluz et assist cele cite qui nestoit pas bien garnie de genz; car li sires en avoit mene le plus avec lui. Quant li rois oi la la novele de ce siege mout se hasta por venir lever les Turs dentor la cite; mes aincois que il i venist i furent il entre par force et tous orent pris ceus quil troverent dedenz a cheval et a pie. Neis la femme a celui Renier enmenerent il. Ja sestoient tret a sauvete quant li rois i vint.

XV. De la mort le conte de Japhe et coment il fu au cors perilleusement navrez.

Si com il estoit devise en la pais li Cuens devoit passer mer: si estoit alez en Jherusalem por atendre son passage. Un jor avint que il fu en la rue que len apele la rue aus Peletiers devant louvroer a un marcheant que len claimoit Alfons et jooit ilec aus tables. Uns chevaliers survint la qui estoit nez de Bretaigne: bien se prist garde que li cuens pensoit mout a son jeu; lors sacha sespee si le feri parmi la teste et apres destoc parmi le cors en pluseurs leus. Granz plaies li fist assez voiant touz ceus qui present estoient. Li criz sordi par la ville mout granz: tuit i acorurent et fu la citez mout esmeue. Lors corut une parole par toute la terre que li Rois avoit comande a fere ce murtre car cil chevaliers neust mie si hardiz este que il osast ce enprendre se il ne se fiast eu roi. La menue gent comencierent a escuser le conte et distrent que onques navoit eu colpe en ce que len li metoit sus ne oncques navoit fet se bien non; mes li rois le haoit par envie. Einsi metoient tout le blasme que cil avoit eu sur le roi qui mout avoit perdue leur grace. Quant li rois sot que la parole coroit tele contre lui il sen vout bien espurgier si que tuit seussent que il ni avoit colpes. Lors fist venir le chevalier qui ce avoit fet car len le tenoit pris et comanda que len le jujast selonc ce quil avoit deservi; que la chose estoit si aperte quil ni covenoit atrere nul tesmoing. Li baron furent assemble que li rois i ot fet venir tout a escient por ceste chose veoir et oir. Il jugierent celui a mort; si distrent quen li devroit trenchier les membres lun apres lautre. Quant li rois oi ce bien si acorda fors tant que il defendi que len ne li coupast pas la langue car il voloit quil eust bandon de parler jusqua la mort et de dire se il avoit ce fet par lui. Mout tint len le roi a sage de ce fere et bien sembla que il neust pas peor que la parole tornast sur lui. Mout enchei de son blasme et recovra la grace de maintes genz: car len demanda a celui avant que len le touchast et apres ot quant len li coupez touz les membres fors la teste le conjura len sur le peril de same porquoi il avoit ce fet; il ne respondi onques autre chose fors tant que il dist quil lavoit fet tout par soi sanz amonestement dautrui. Sanz faille il cuidoit bien que li rois namast pas le conte; por ce si fist ce fet: car il en cuida avoir la grace le roi et quil lui feist bien. Ce puet bien estre voirs a ce que Breton sont fol et li rois estoit preudom. Li cuens qui estoit si navrez perilleusement fist mander par tout mires; et si com Dame Dieu plot il ni ot nul coup mortel ainz fu gueriz de toutes ses plaies enterinement en pou de tens. Lors fu mout iriez de loutrage quen li fist et de ce quil li covenoit a aler en estrange pais come mendis car len enchacoit lui et retenoit len ses rentes por paier ses detes. Mout correciez passa mer quil lestut a fere et sen vint en Puille. Li cuens Rogiers qui avoit ja toute cele terre conquise le receut mout bel et grant joie li fist; car il cuidoit certeinnement que len li eust fet tort et que li rois leust einsi chacie par jalousie et par haine: grant pitie en ot: si li dona la conte de Gargan. Li cuens i ala demorer; mes tost apres li prist une maladie dont il acoucha et fu mors; si que onques puis ne retorna eu roiaume de Surie. Ce fu grans domages. Des ce jor en avant la roine et tuit si ami de son lignage hairent mortelment touz ceus qui le roi avoient mis en cele haine vers le conte ne il nestoient pas aseur; si que nus de ceus nosoit aler se armez non et a grant compaignie: car la roine estoit come toute desvee du blasme que len li avoit mis sus; et plus encore ce cuidoient aucune gent porce que li cuens estoit morz hors de son pais por lui. Sur touz les autres ele haoit un baron qui avoit non Roarz li vieuz qui puis fu sires de Naples. Cil avoit ce disoit len le roi mis en cele sospecon contre le conte et maintes foiz avoit fait genz venir parler au roi qui en savoient aucune chose. Cil se dotoit tant des amis la roine quil ne sosoit aparoir en comun. Li rois meismes fu aucune foiz en tel point que il sen dotoit durement quil ne fust en peril de son cors. Au derrenier sentremistrent preudome dapaisier ces rancunes et en parlerent ensemble au roi et a la roine. Li rois leur fist pais vers la dame a mout grant peine; en tel maniere quil ne parleroient pas a li mes en lhostel la roine pooient entrer avec autre gent. Des celui tens fu li rois du tout a la volente sa femme que il se penoit dapaisier son cuer et conforter en toutes manieres. Touz les aferes du roiaume fesoit au conseil et a la volente la Roine: neis un petit plet ne tenist il pas sanz li.

XVI. Coment Reniers lessa sa femme.

Foiblement se comencierent a contenir li Tur de Damas et douterent mout la guerre le roi qui sappareilloit por aler sur eus. Messages li envoierent por demander trives. Il leur dona por tel covent que il li rendirent touz les prisons quil avoient pris dedenz la cite de Belinas; neis la femme Renier le seigneur de la ville li renvoierent il qui deus anz avoit este tenue en prison. Cil la receut mout volentiers et grant joie li fist a sa venue. Mes ne demora gueres apres quil oi certeines noveles que li Tur ne lavoient pas gardee come haute dame aincois en avoient fet maintes foiz leur volente. Si li demanda se cestoit voirs; ele ne li nia onques ainz li recognut la verite. Des lors leschiva il ne ne vout puis gesir avec lui. Cele por sa penitence fere se rendi dans une abaie de nonains et voa chastee par le congie son seigneur. Ne demora gueres quele fu morte. Si esposa Reniers Agnes la niece Guillaume de Bures. Apres quant il fu morz Girarz li sires de Saiete la prist a femme dont il engendra Renaut qui puis eut la seigneurie de cele cite. La cite de Belinas qui avoit este einsi prise par force com je vos dis desus uns des sires Harsassis qui avoit non Emiralis avoit tenue longuement; mes li rois len avoit done resnable eschange en terre que il mieuz amoit et la cite avoit donee a celui Renier dont je vos ai parle. De ce pueple des Harsassis qui sont si deceue gent quil ne sevent quil croient je vos parlerai apres; mes endementres sachiez que mout sont a douter aus granz homes de la Crestiente et des autres lois meismes por les murtres et por les traisons quil font aus princes des terres.

XVII. Coment Raimonz fu princes dantioche.

Raimonz li filz le conte Guillaume de Poitiers que len avoit envoie querre por prendre a femme la damoisele dantioche demoroit en Engleterre avec le roi Henri le Viel qui chevalier lavoit fet. Li message qui aloient por lui en orent bien demandees noveles ou il le porroient trover; si vindrent jusqua lui les letres quil aportoient li baillerent celeement et li distrent leur message. Cil ne refusa mie leur parole mes il sen conseilla au roi son seigneur. Li rois en fu mout liez et li dist et comanda que il ne refusast mie lenneur que Nostre Sires li enveoit. Richement li quist ce que mestiers li estoit en la voie. Mes li dux Rogiers avoit aperceu que li baron dantioche lavoient envoie querre; por ce comanda par toutes les citez que il avoit sur la marine que len se preist garde quant il vendroit et quil fust arestez. Por ce fere mieuz envoia partout des genz de son ostel car il avoit esperance que sil poist empescher le passage Raimont plus legierement eust la terre dantioche quil demandoit meismement porce quil pensoit a doner grant avoir aus barons de la terre se il se tenoient a lui. Mes cil Raimonz qui estoit sages et apercevanz sot bien la novele que len le guetoit si se mist en tapinage por mieuz eschaper; sa compaignie departi toute: li un aloient deus jornees avant li autre trois li tierz venoient apres grant piece. Il aloit auques en povre abit: tele eure estoit quil menoit un troussel sur une mule come garcon a marcheant. Aucune foiz aloit il sur un cheval come povre pelerin: en tel maniere eschapa les guez que li dux Rogiers avoit mis por lui prendre; a grant peine et par mainz perilz passa tant quil vint en Antioche. Li baron de la terre qui bone volente avoient en firent trop grant joie quant il le virent et mout le receurent volentiers. Aucuns en i ot qui trop le douterent car il sestoit mis por la princesse en peine de destorber sa venue. Voirs est que un pou de tens aincois quil venist puis que il message furent meu a lui aler querre la princesse Aaliz qui avoit este femme le prince Buiemont et que ses peres avoit gitee dantioche et comande quele se tenist a deus citez de son doaire Lalische et Gibel fist tant puis vers le roi par la roine Milessent sa sereur qui grant pooir avoit vers son seigneur que il ne se mist pas contre lui aincois li lessa fere ce quele vout. Ele prist les barons qui a li se tenoient et les mena avec li dedenz Antioche; la se fist toute dame et comanda ce que li plot et mena la ville toute a sa volente que nus ne se metoit a lencontre. Li patriarches Raous dantioche qui mout estoit faus losengiers et desloiaus avoit contenz aus clers de seglise; si vout avoir contreus laide a la princesse; por ce vint a li si li fist entendant et aferma certeinnement que cil Raimonz qui estoit envoiez querre devoit venir por lui prendre a femme ne de sa fille nestoit nule parole. Cele le crut et en ot mout grant joie. De jor en jor atendoit la feste des noces. Quant Raimonz fu arivez en la terre bien oi dire que li patriarches tenoit grant leu eu pais et quil ne porroit mie avenir legierement a ce quil pensoit sanz saide. Por ce li envoia messages et li pria de son afere. Li patriarches respondi que sil li voloit jurer feeute et aide contre touz homes qui poissent vivre et morir il li rejureroit ausi et la damoiselle li esposeroit sanz contredit de nului. Cil le fist einsi et li jura ce que il avoit requis. Es covenances sanz faille ot une chose que li patriarches jura que se li freres Raimont qui avoit non Henris venoit en Antioche il traveilleroit en bone foi coment il eust a femme la princesse Aaliz qui tenoit ces deus citez que je vos ai dites. En ceste maniere fu Raimonz receuz dedenz la cite. Damoisele Costance li oirs dantioche qui nestoit mie encore de droit aage li fu esposee a femme par le patriarche a la requeste des barons de la terre. La princesse sa mere qui cuidoit que les assemblees fussent por lui marier atendoit a son ostel que len la venist querre por mener au mostier; mes quant ele oi les noveles de sa fille bien sot quele estoit gabee; toute honteuse sen parti de la ville et sen ala en son doaire. Des ce jor en avant hai le prince Raimont a fere tout le mal quele pot. Li patriarches Raous monta en un trop grant orgueil de laliance quil avoit fete au prince; bien cuidoit que ce ne li deust james faillir; plus si fioit que mestiers ne li fust; si en fu deceus. Car li princes quant il fu en son pooir eut mout grant duel du serment que cil li eust fet fere en sa venue ausi com par force. Si le hai mout en son cuer et se trest vers ses anemis por estre contre lui.

XVIII. De la maniere le prince Raimont.

A la terre dantioche defendre estoit trop bien tailliez li princes Raimonz: car il estoit hauz hom de lignage; si ancesseur avoient ete mout ennore et bien aventureus de fere granz fez. Cestoit une chose qui bien li devoit metre eu cuer proesce et bonte. Granz estoit et forz et mieuz fez de cors que nus hom que len poist trover; beaus estoit sur touz les homes du monde; bon aage avoit car lors a primes li venoit barbe; aus armes estoit preuz et aperz plus fiers et plus hardiz que uns lions; de chevalerie passoit touz ceus qui onques eussent este en la terre doutremer ce disoit len et qui puis i furent. Volentiers ooit le servise Nostre Seigneur: ne savoit nules letres mes mout amoit la compaignie a ceus qui les savoient por enquerre des estoires et dautres escritures. Aus hautes festes voloit que en sa chapelle on feist ausi bel servise come en une grant eveschie. Puis quil ot prise sa femme bien li garda la loiaute de mariage car il ne tocha puis a nule autre. En boivre et en mengier estoit plus temprez que autres hom. Larges vers toutes genz plus que mestiers ne li fust car il navoit en lui point de porveance de garder ne de querre la seue chose. Le jeu de tables et de dez amoit plus que touz autres deduiz. Ireus estoit trop et de si grant ire tel heure estoit quil en perdoit toute sa raison et devenoit ausi come touz desvez. Hastis estoit mout de fere ce quil pensoit sanz prendre conseil et sanz veoir la fin de ses emprises. Foiz et sermenz que il fesist ne tenist ja por quil veist son avantage dautre part; de ce maintenoit il bien la costume de son pais.

XIX. Coment li Tur descalone barroient la terre des Crestiens.

Toutes les foiz que li Tur descalone avoient pooir tantost issoient hors et coroient par la terre des Crestiens por acueillir prisons et proies. Maintes foiz leur en cheoit bien: si en estoient plus orgueilleus. Cele citez estoit au prince degypte qui mout estoit puissanz. Cil doutoit que lost des Crestiens ne passast en Egypte sur lui se cele citez fust prise; car ele estoit ausi come une barre entre les deus terres; por ce metoit toute la peine et le coustement que mestier i avoit por enforcier et garnir cele ville. Ne ne voloit mie que les genz de la garnison se lassassent ne aparecissent de garder ne de defendre la cite: por ce chascuns trois mois i envoioit noveles genz et fresches viandes; et quant la novele garnisons venoit si com je vos dis desus granz hontes li fust sele ne feist aucun grant fet par quoi nostre gent fust grevee. Encontre ces domages qui sovent leur avenoient penserent nostre baron coment consauz i porroit estre mis; car maintes foiz avenoit que des Turs descalone qui einsi coroient par la terre en i avoit assez par les noz ou morz ou pris. Mes tantost li caliphes degypte en i enveoit por un deus si ne savoient li nostre quil en poissent fere. Au darrenier apres mainz consauz fu acorde entreus que il fermeroient aucuns chastiaus entor la ville si que quant cil Tur corroient par le pais ces garnisons des forteresces leur venissent a lencontre et ne leur leissassent riens metre hors de la ville que tantost ne fust pris. Il quistrent un leu covenable a fere forteresce; si le troverent au pie des montaignes eu comencement des plains; car il i avoit eu une ancienne cite de quoi les Escritures parolent en mainz leus qui avoit non Bersabee; la ligniee Simeon le fil Jacob orent iluec leur heritage. La sassemblerent li baron et li patriarches Guillaumes; si comencierent a fermer ce leu mout hastivement; forz murs i firent et hauz torneles grosses pres a pres fossez parfonz barbacanes bones et forz devant les portes. De ce leu jusqua Escalone na que .xii. miles. Iluec fist Abraham un puis ou il vint si grant plente deaue que il li mist non Habondance. Quant cele forteresce fu toute parfete par commun conseil fu donee aus Hospitaliers de Jherusalem. Cil la receurent volentiers bien la garnirent et garderent; si que cil descalone nosoient mes corre par la terre si abandon com il soloient.

XX. Coment li cuens Poinces de Triple fu ocis.

Renomee vint qui estoit voire que Bezeuge uns Turs hardiz et preuz qui estoit connestables le roi de Damas estoit entrez a mout grant plente de sa gent en la terre de Triple. Li cuens Poinces oi la novele si assembla toute sa gent et leur vint a lencontre desouz un chastel qui a non Mons Pelerin. Iluec se combati contreus mes li Surien qui habitoient eu mont Libane le trairent: ses genz furent desconfites et tornerent en fuie; il fu pris. Apres par la volente aus Suriens traiteurs li Tur locistrent. Un suen filz remest oirs de la terre juenes vallez qui avoit non Raimonz. En cele bataille fu pris Girarz li evesques de Triple. Mes ne demora mie que il fu renduz por un prison que li nostre tenoient. Mout eut grant domage et grant perte en cele desconfiture. Li haut home de Triple li borjois et li sergent furent presque tuit perdu. Cil enfes Raimonz fu mout iriez de la mort son pere et de sa gent quil avoit perdue; si assembla tout celeement le remanant de genz a armes quil put trover en son pais a cheval et a pie; soudeinnement sen monta eu mont Libane et touz ces traiteurs prist des quil put savoir quil estoient parconier de la mort son pere et des autres domages porchacier. Leur femmes et leur enfanz amena liez dedenz la cite de Triple; devant tout le pueple por venjance des preudomes qui par eus estoient mort les fist morir en maintes manieres de tormenz. Einsi reconforta si com il pot et soi et les autres qui leur amis i avoient perduz. A grant bien le tindrent tuit de ce quil avoit si viguereusement comencie a tenir terre. Bien fist semblant quil ne deporteroit mie ses anemis quant il auroit pooir de soi vengier.

XXI. Coment Jehanz empereres de Costantinoble assist Antioche contre le prince.

Une novele corut par le pais que lempereres Jehanz de Costantinoble qui fu filz lempereur Alexe voloit venir en Surie et ja estoit en la voie; si amenoit si grant plente de gent a cheval et a pie que toute la terre en estoit coverte par la ou il venoit. Chars et charretes et somiers amenoit trop. Cele novele estoit bien vraie car icil empereres sitost com il oi dire que li baron dantioche avoient envoie querre le prince et li avoient donee la fille leur seigneur a femme entendi que il len avoient fet grand tort; car sanz congie de lui ce disoit ne deussent il mie avoir mariee leur dame ne un estrange home avoir apele au prince dantioche se par lui non; car il voloit apertement dire que la citez dantioche et toute cele terre apartenoit a sa seigneurie. Por ce que li baron qui tantes bones oevres firent que deus sera touzjorz mes parle en bien quant il conquistrent la cite et ce pais avoient jure son pere que toutes les citez et les chastiaus quil conquerroient en cele voie metroient en son pooir et les li garderoient bien et loiaument jusque il venist. Ce navoient il mie fet por neant car ses peres leur avoit a chascun done granz parties de son avoir par que il estoient devenu si home. Ses peres ni pot mie venir car il en fu destornez; por ce i voloit il venir ce disoit por saisir sa droiture. Li baron dantioche li avoient maintes foiz mande et respondu que li preudome sans faille qui doutre les monz vindrent por guerroier les anemis Nostre Seigneur en la Sainte terre par Costantinoble passerent covenances orent a lempereur Alexe et il a eus; mes il ne leur tint pas ce quil leur eut en covenant; par que icil preudome ne se tenoient pas a liez vers lui aincois firent prince en Antioche et seigneur en la terre sanz son congie. Des celui tens avoit euz seigneurs en la terre qui de rien nobeissoient a lempire. Ses peres meismes si com il disoient ne sestoit pas bien contenuz vers eus por quoi il ne voloient estre de rien desouz la seigneurie son fil. Quant lempereres oi ces paroles qui riches estoit et poissanz tantost envoia par tout son pooir a semondre ses oz. Un an entier fist son apareillement. Apres quant ses genz furent assemblees mut de Costantinoble. Merveille estoit a veoir le grant hernois quil menoit de genz darmes de paveillons; et de tresor si grant que a peine en pooit len savoir le pois ne la mesure. Il passa la mer qui a non le Bras Saint Jorge par navie tout droit sadreca a aler vers Antioche. Tant chevaucha par ses jornees quil vint en la terre de Cilice. La premiere cite qui a non Tarse assist de toutes parz et par force la prist. Les chevaliers en gita touz qui de par le prince i demoroient et les siens i mist. Ce meismes fist il des autres citez quil prist en tel maniere: lune a non Adane lautre Mamistre la tierce Anavarze qui est la mieudre citez de la seconde Cilice. Einsi conquist ces citez et ces chastiaus que li prince dantioche avoient tenues enpais quarante anz ou plus. Neis aincois quantioche fust prise en avoient nostre baron conquise grant partie; or leur avoit tolue lempereres par sa force a grant tort. Porce que si bien li estoit cheoit de prendre ces meneurs citez et les chastiaus entor bien li fu avis que riens ne le contretendroit que il ne preist tout par force. Si mut atout son ost et ala asseoir Antioche. Ses gens dont il avoit grant plente fist logier tout entor; perrieres et mangoniaus et autres engins de maintes manieres fist drecier por la ville grever et apresser hastivement.

XXII. Coment Sanguins de Halape desconfist les Crestiens.

Mout fist grant semblant lempereres que la ville ne li poist pas durer longuement. Mes tandis com il estoit iluec Sanguins de Halape qui trop volentiers grevoit les Crestiens ot veu que li cuens de Triple avoit este ocis et sa gent desconfite si que icil pais navoit lors gueres de genz de que len se poist aidier en guerre; si assembla grant plente de Turs et sen entra par force en la terre de Triple. Une forteresce assist qui a non Mont Ferrant et siet sur la cite de Rafanie en une montaigne; viguereusement fist assaillir ceus dedenz. Tant i metoit change et reles dassailleeurs que cil dedenz ne pooient avoir point de repos. Quant li cuens de Triple Raimonz juenes valles filz de la sereur le roi oi ces noveles hastivement envoia au roi bons messages et li cria merci que por Dieu et por le sauvement de la Crestiente sanz demeure leur venist aidier car il navoient mie gent a lever ce siege. Li rois qui estoit ausi come peres du pais vit que li besoins estoit granz; si manda barons chevaliers et sergenz a pie tant com il en pot avoir; tantost sadreca vers Triple. Li message au prince dantioche li vindrent a lencontre qui par letres et par bouche li firent entendant que lempereres avoit assise Antioche; si li prioit li princes et tuit li baron de la terre que il les secoreust au plus tost quil porroit. Quant li rois oi ces deus besoins mout fu angoisseus et prist conseil quil feroit et vers laquel part il iroit aincois. Tuit sacorderent a ce que il secoreust premierement les Crestiens qui estoient assis a Mont Ferrant car cil leus estoit plus pres et legiere chose sembloit a delivrer cele besoigne. Lors apres quant li rois auroit ce fet si sen iroient tuit ensemble lever le siege dantioche. Einsi estoit devisee la chose par ceus qui ne savoient mie quel fin Nostre Sires i voloit metre. Li rois et li cuens de Triple assemblerent leur gent; tuit ensemble sen alerent vers le chastel qui estoit assis. Quant Sanguins oi la novele de leur venue tantost leissa le siege; ses batailles conrea tout a leisir puis chevaucha et leur vint a lencontre. Les noz genz aloient einsi tuit en conroi qui menoient grant plente de viandes por metre dedenz le chastel qui assis estoit. Mes cil du pais qui devoient guier nostre gent ce ne sai je se il le firent par folie ou par traison leisserent a senestre la bele voie qui estoit pleine et delivre si menerent lost par les montaignes ou la voie estoit roiste et estroite; pas i avoit perilleus et trop granz destroiz si que len ne si poist pas legierement defendre ne garantir. Sanguins qui mout estoit sages darmes pou pareceus et de grant cuer cognut tantost le meschief ou nos genz estoient; mout en eut grant joie et vint a sa gent: touz les pria et requist de bien fere; plus en amonesta les uns que les autres selonc ce quil cognoissoit les meilleurs. Lors vint a lencontre aus premieres batailles des noz touz premiers se feri entreus sa gent le sivirent efforcieement. Les noz premieres genz ne se tenoient mie ensemble por les leus qui estoient estroiz si se desconfirent tantost. Li Tur qui venoient apres ne finoient dabatre et docire ceus quil aconsivoient. La bataille le roi fesoit larriere garde. Quant li baron qui estoient avec lui virent que leur premieres genz estoient desconfites il prierent au roi et conseillerent que por la Crestiente sauver quele ne perist toute se treisist vers le chastel et se recetast dedenz. Li rois vit quil ni avoit riens de secorre les premerains car il ne pooient chevauchier que li uns avant lautre a grant peine; si crut le conseil aus barons et se parti diluec mout corociez; si se mist dedenz Mont Ferrant. Cil qui eschaper porent le sivirent et se garantirent avec lui. La gent a pie qui foir ne porent furent pres que tuit ou mort ou pris: des chevaliers meismes i perdi len assez. La fu pris li bons juenes hom preus et hardiz li cuens de Triple et de ses chevaliers aucun avec lui. La fu ocis uns hauz hom sages et bons chevaliers qui mout savoit darmes et assez en avoit fet freres estoit le viel Joscelin conte de Rohes; len le clamoit Gefroi Chapalu. Trop firent grant duel petit et grant de sa mort. Car la Crestiente i eut grant domage. En cele desconfiture perdirent li rois et li autre baron tout leur hernois; chars et charretes somiers et chevaus emmenerent li Tur. Les viandes meismes que len devoit metre eu chastel furent toutes perdues; car cil qui dedenz entrerent vindrent tuit arme nonques point de vitaille ni porterent.

XXIII. Coment li Tur assistrent le roi dedens Mont Ferrant.

Retorne furent li Tur de la desconfiture tuit chargie de gaaing; assez enmenerent prisons et chevaus. Sanguins fu mout en grant orgueil de ce quil eut le conte de Triple en liens devers lui; le roi eut enclos en un chastel depecie ou il ot assez pou viande; si se pensa bien que il ne se porroit pas tenir longuement contre lui; et se il le pooit prendre trop auroit fet grant gaaing come de prendre le roi et touz ses barons. Por ce retorna hastivement o tant de gent com il avoit et assist le chastel de Mont Ferrant. Bien cuida quil le preist dedenz brief tens car il navoit mie peor que len le poist partir du siege porce que presque tuit li grant home du roiaume estoient leanz assis; si come Guillaume de Bures li conestables Renier Brus li bons chevaliers Gui Brisebarre Baudoin de Rames Anfroi du Toron chevaliers noviaus et mout juenes hom et autre baron assez. Quant li rois vit soi et eus en ce point si leur demanda conseil quil feroient encontre cele mescheance; il li distrent que hastivement envoiast au prince dantioche au conte de Rohes Jocelin le juene et au patriarche de Jherusalem et leur requist que il concueillissent gent a leur pooir et leur venissent secorre sanz demeure. En ce tens quant li sieges seoit a Mont Ferrant uns chevaliers preuz et bien esprouvez en besoignes mareschaus dune compaignie que len clamoit les chevaliers Saint Jorge Renaut levesque le clamoit len porce quil estoit nies levesque Rogier de Lide chevauchoit sur ceus descalone si com il avoit fet maintes foiz; mes il li firent un embuschement par quoi il le forclostrent et le pristrent. Endementres li uns des messages que li rois envoia vint au prince en Antioche et li dist le besoing que li rois avoit et si baron; li secons ala au conte de Rohes qui mout lengoissa de movoir por eus venir secorre; li tierz ne fina jusquen Jherusalem. Le patriarche et tout le pueple esmut et effrea mout si que tuit sapareillierent por aler la. Li princes dantioche fu en mout grant doute que il feroit car entor sa cite estoit lempereres qui assise lavoit: se il esloignoit mout avoit grant peor quele ne fust en peril destre perdue; dautre part il redotoit mout a faillir au roi a si grant besoing come de son cors delivrer. Au darrenier sacorda a ce que sa cite comanderoit a Nostre Seigneur et sen iroit hastivement aidier le roi et les autres barons. Tantost assembla chevaliers et sergenz grant plente tuit si offroient por acomplir cele besoigne que mout lavoient a cuer. De la cite sen issirent efforcieement et leissirent lempereur entor a siege. Li cuens de Rohes ausi se hasta mout de movoir et mena avecques lui quanquil pot avoir de gent. Li patriarches de Jherusalem prist la vraie croiz en ses mains et mena avec lui tout son pueple a cheval et a pie. Par les villes ou il passoit fesoit toutes les besoignes leissier si que tuit le sivoient por secorre leur seigneur.

XXIV. Coment li Tur de Damas barroierent Jherusalem.

En ce point que je vous ai dit estoit li aferes de secorre le roi. Lors vint Bezeuge de qui je vos parlai dessus qui estoit conestables le roi de Damas et se prist bien garde que li roiaumes de Surie estoit en mauves point car li rois estoit assis en estrange pais a grant meschief; li chevalier et tuit li pueples estoient issu de la terre por aidier le roi et touz les autres barons. Quant il sot que la terre estoit einsi vuidiee bien se pensa que li poinz estoit par que il pooit grever le roiaume de Jherusalem sanz grant peril. Lors assembla chevaliers et genz assez si sen entra en la terre de Surie. Tant chevaucha quil vint a la cite de Naples qui nestoit mie fermee de bon mur; fosse ni avoit point ne barbacanes nules. Legierement entra dedenz la ville car cil du pais ne se gardoient mie de tele chevauchiee. Ceus quil trova leans decoupa il et sa gent sans nul espargnier; les femmes les enfans les vieus homes qui garantir ne se pooient ne defendre mistrent touz a lespee. Aucuns en i ot des plus forz qui monterent en une forteresce qui estoit eu milieu de la cite; leanz se recueillirent et menerent avec eus leur femmes et leur enfanz ceus quil porent escorre a leur anemis. Li Tur corurent par la ville tout a bandon les mesons cerchoient a leisir; ce quil trovoient dhomes ou de femmes estoient ou mort ou pris; robes et avoir enporterent tout quanque en avoit en la ville. Apres mistrent le feu premierement es moustiers: si ardirent toute la cite. Cil qui sestoient fichie en la forteresce orent grant peor et grant angoisse de feu mes toutevoies sen eschaperent. Quant Bezeuge et sa gent orent fet ce gaaing tuit sen retornerent en leur pais sanz rien perdre car onques navoient trove qui rien leur contredeist.

XXV. Coment li rois rendi Mont Ferrant a Sanguin.

Grant peine metoit Sanguins a prendre le chastel ou li rois estoit. Engins de maintes manieres fesoit giter leanz de jorz et de nuiz. Tant i venoit de grosses pierres quelles fondoient pres toutes les mesons de la ville si que pou trovoit len lieu ou lon se poist garantir. Tant i avoit darchiers et darbalestiers qui ne finoient de trere que mainz en navroient dedenz le chastel. Et une chose i avoit qui trop estoit greveuse car ne les navrez ne les autres malades navoit len ou repondre sauvement por les perrieres et les mangoniaus qui tout froissoient si que nus leus ni estoit aseur. Ni avoit si hardi leans qui chascun jor ne cuidast estre au point de la mort. Sanguins qui mout estoit crueus et ententis a cele besoigne sangoissoit mout et ardoit de haster la prise du chastel; reles i fesoit dassailleeurs car il avoit genz assez si que toutes eures livroient tant de peine a ceus dedenz que touzjorz estoient en assaut. Li nostre qui estoient enclos dedenz ne pooient mie einsi changier les defendeeurs car il nen avoient mie si grant plente come ceus dehors. Si leur en covenoit a sofrir le fes communaument. Chascun jor apeticoit leur nombre car il en i avoit assez de navrez aus assauz. Li pluseur acouchoient malade dautres maladies. Une chose i avoit quil ne porent pas sofrir: pres que touz les covenoit a veiller por fere les guez toutes les nuiz. Lendemain sitost com il ajornoit recomencoit li assauz de toutes parz fiers et aspre si que cil navoient point de loisir deus reposer; mout en estoient plus vain et lasche. Une autre chose les redestregnoit mout: quant li rois et li autre baron vindrent eu chastel ni mistrent point de viande car cele quil aportoient fu perdue. Si troverent la ville qui avoit ja este grant piece assise toute soufraiteuse de viande; dont il leur estut sitost com il vindrent a mengier leur chevaus. Quant il furent failli grant mesese orent de fain. Lors veissiez les bons chevaliers et les forz bachelers qui ne se pooient sostenir aincois les covenoit apoier a bastons quant il aloient: dolors et pitiez estoit de ce veoir. Laceinte du chastel nestoit pas mout large mes selonc ce que il i pooit entrer de gent ele estoit toute pleine de viandes; il navoient dont il se poissent desjeuner. Les rues estoient toutes jonchiees de malades; li sain meismes qui ne pooient chevir es mesons gisoient par les places. Li Tur savoient bien le covine de ceus dedens; si fesoient trere mout sovent a la volee par que il en i avoit mainz et morz et navrez. Sanguins qui bien savoit la mesese de ceus quil avoit assis se hastoit a la ville prendre de tout son pooir; ses genz amonestoit dassaillir efforcieement. Sur toute rien fesoit garder que nus dedens ne poist issir hors et que cil dehors ne poissent entrer dedenz. Aus granz sofretes que cil dedenz avoient navoit que un seul confort ce que il avoient esperance que li princes dantioche li cuens de Rohes et li pueples de Jherusalem les venissent secorre; et porce que la fains et lautre mesese les angoissoit mout bien leur sembloit que cil secors tardoit trop: ce meismes que cil dehors dotoient que len les levast du siege les fesoit plus angoisseusement emprendre la besoigne.

XXVI. De ce meismes.

Ja sestoient mout aprochie li princes Raimonz qui amenoit grant compaignie de genz a armes et li cuens de Rohes que touz li efforz de sa terre sivoit. Li pueples meismes de Jherusalem qui la vraie croiz aportoient devant eus se hastoient de venir au chastel qui estoit assis car il se pensoient bien que li besoinz i estoit granz. Sanguins qui estoit vistes et de grant porveance sot bien que cele gent venoient einsi sur lui et plus dota encore que lempereres de Costantinoble qui estoit a siege entor Antioche ne venist sur lui atout son grant pooir par la requeste des crestiens de la terre. Por ce savanca mout sagement aincois que li rois ne cil dedenz seussent nule novele de la venue de ce secors; si leur envoia messages por parler de pais. Bien leur mostra que li chastiaus estoit ja frez et dehoisiez en mainz leus si que il meismes savoient bien quil ne se pooient plus tenir. Dautre part sofroient dedens mout grant angoisse de fain et grant peril de pueur et corrupcion dair por la grant plente des navrez et des autres malades qui dedenz estoient: ce ne leur pooient nier cil qui ce sofroient; car cil dehors en estoient tuit certain. Li oz Sanguins si com il pooient bien veoir estoit plenteis de viandes et de touz autres aisemenz par quoi certeine chose estoit que longuement ne se pooient il defendre. Mes por enneur du roi qui estoit uns des granz princes du monde Sanguins qui estoit au desus li voloit fere cortoisie: le conte de Triple quil tenoit en prison et touz les crestiens prisons que il avoit li estoit prez de rendre et conduire le roi et sa gent tout sauvement jusque en sa terre et toutes leur choses mes quil li rendissent ce chastel qui assis estoit tout vuit de gent et dautres garnisons. Quant li nostre qui assis estoient oirent cele parole por les granz angoisses quil sofroient de jeuner et de veillier de malades de travaus et de peors grant joie en orent et mout volentiers la receurent. Sur toutes riens se merveillerent coment si crueus hom qui estoit au desus avoit tel pitie deus et leur fesoit si bele bonte. Ne demorerent mie ainz furent asseurees tantost les covenances deca et dela. Li cuens de Triple fu renduz et grant plente de prisons. Li rois sen issi atoute sa gent et rendi le chastel aus Tus. Grant enneur firent au roi tant com il fu entreus puis sen parti et descendi des montaignes es plains qui sont pres de la cite darches. Iluec encontra les barons et les oz qui le venoient secorre; mout leur fist grant joie et les mercia de ce que si efforcieement le venoient aidier mes bien leur dist que tart estoient meu; car li estaz du chastel qui estoit assis ne pooit pas sofrir quil les attendissent plus: por ce si leur covint a fere ce que il porent. Apres ce parlerent de leur aferes a grant loisir puis sen partirent et sen retorna chascuns vers la seue terre.

XXVII. Coment li princes Raimons sapaisa a lempereur Jehan.

Si tost com li princes se fu partiz du roi et des autres barons au plus tost quil pot se hasta daler vers la cite dantioche; car il lavoit lessiee assise de si puissant home come est lempereres de Constantinoble. Quant il vint la en la ville se mist par la porte qui est en haut delez la tor du donjon. Lempereres estoit encore au siege; de Grejois avoit mout grant plente; mes il estoient moles genz et desause darmes plus que cil dedenz. Si avenoit maintes foiz que li princes fesoit fere granz saillies en lost lempereur qui grant domage fesoient a ceus dehors; car cil ne les doutoient a ocire ne quil feissent Turs sil les trovassent einsi entor leur ville. Lempereres avoit dautre part grant plente de bons engins qui gitoient grosses roches aus torneles et aus murs si que la porte du pont et la cloture diluec pres estoit durement empiriee. Archiers arbalestiers et fondeeurs i avoit tant que cil dedenz ne sosoient mostrer aus murs; si que li Grec avoient ja tout apareillie de metre les mineeurs aus murs. Il avoit sages homes et de bone volente dedenz Antioche et dehors en avoit aucuns desplesoit mout la guerre si cruel entre Crestiens et bien se penserent que se len ni metoit tout autre conseil par tens la chose vendroit en tel point quele ne seroit pas legiere a apaisier. Por ce sen issirent aucun des preudomes par conduit de la ville et vindrent jusquau tref lempereur por parler de pais; bien leur fu avis que se len li offroit mesure il ne la refuseroit pas. Puis sen retornerent por aresnier le prince de la pais. Tant parlerent a lui en maintes manieres par que il poissent estre acorde que une parole fu trovee a quoi les deus parties sassentirent qui fu tele que li princes ala eu paveillon lempereur et iluec voiant touz les barons de Grece et du prince dantioche li fist homage lige de ses mains. Apres ce li jura sur sainz que toutes les foiz que lempereres voudroit entrer dedenz Antioche ou dedenz le donjon de la ville qui est desus eu tertre li princes li leroit entrer delivrement et par pais et par guerre. Par desus ce li jura encore que se lempereres pooit conquerre Halape et Cesaire Haman et Emesse et les baillast au prince por avoir toutes quites li princes par ce fesant rendroit a lempereur Antioche por tenir a touzjorz en son demaine com son droit heritage; et lempereres li promist toute saide et son conseil come son seigneur lige et li creanta que se il pooit ces citez que je vos ai dites conquerre il les li bailleroit a tenir de lui en fie. Bien fermerent li dist que se Dame Dieus li donnoit vie et sante eu premier este qui vendroit il asserroit si efforcieement ces citez que il li avoit promises que il avoit ferme esperance du conquerre o laide Nostre Seigneur. Apres ces covenances quant eles furent toutes acomplies lempereres fist mout grant joie au prince; de beaus dons et de granz dona a lui et a ses barons; puis pristrent congie a lempereur et sen retornerent en la ville. La baniere lempereur mistrent sur la tor du plus mestre donjon por demostrer que il estoit sires de la cite. Li Greu le tindrent a grant enneur et a grant gloire. Ne demora gueres apres ce que lempereres sen parti; et por ce que liver aprochoit toutes ses genz enmena en la terre de Cilice por yverner pres de la cite de Tarse qui siet en mout plenteis leus sur la marine.

LI QUINZIESMES LIVRES

I. Coment lempereres Jehanz assist Cesaire.

Apres les mois diver quant li soes tens fu retornez si que len pot trouver herbe aus chevaus par les chans lempereres fist crier par tout que ses genz sapareillassent et fist chargier les engins. Avant ce il envoia ses messages au prince dantioche et au conte de Rohes que il alassent efforcieement avec lui en lost. Quant il ot toutes ses genz assemblees si fist soner ses trompes et mut mout noblement come si granz sires. Si Grezois qui longuement avoient demore enpais fesoient grant semblant de chevauchier volentiers a la guerre. Il sadrecierent tout droit vers la cite de Cesaire por tenir les covenances quil avoient au prince. Iceste citez de Cesaire nest mie cele qui siet en la terre de Surie dont je vos ai parle desus mainte foiz mes une autre qui est outre Antioche. Li princes et li cuens de Rohes orent fet granz semonses et grant volente avoient de lui aidier; si vindrent en son ost devant cele cite de Cesaire. Ele siet entre une montaigne et le flun qui cort en Antioche pres en autele maniere come Antioche est assise; car une partie de la ville siet en plain desus leaue et lautre eu pendant de la montaigne. Une forteresce siet eu sommet du tertre qui estoit si forz quele en poist mie estre prise se par afamer ne fust. A destre et a senestre clooient la ville fort mur qui descendoient de deus parz jusque en leaue corant. Lempereres fist a sa gent passer le flun. Quant il ot veu tout le siege de la ville et ses genz fetes logier tout entor en cele partie ou il avoit un bourc clos de mur fist drecier ses engins. Dilec debrisoit les murs et les torneles de grosses pierres; les mesons meismes de la ville abatoient en pluseurs leus les pierres qui par desus les murs voloient; des genz meismes i fesoit len granz domages par les mangoniaus. Lempereres qui estoit hom de grant cuer se traveilloit en maintes manieres de grever ceus dedenz. Armez aloit de haubert le chapel de fer en la teste entour les engins et sovent estoit entre les assailleeurs; de paroles les amonestoit mout bien et donoit granz dons a ceus qui bien le fesoient. Grant cuer prenoient li bacheler de son ost de ce quil veoient einsi leur seigneur entreus. Il meismes chanjoit ceus qui estoient las et fesoit venir autres plus fres en leur leus. En ceste maniere se contenoit des le matin jusquau soir si que a peine vouloit il prendre loisir de mengier un petit a disner. Li princes dantioche et li cuens de Rohes qui estoient juene home ambedui se contenoient mout en autre maniere; car il estoient deschaucie en leur paveillons vestu de cameloz ou de dras de soie; si jooient aus tables et aus esches a grant geus et se gaboient de ceus qui estoient blecie par leur proesces a lassaut. Leur chevalier meismes prenoient essample a leur seigneurs ne plus ne sentremetoient de la guerre que cil fesoient. Mainz en i avoit de ceus qui estoient entalente de bien fere qui tout en perdoient le corage par la mauvese contenance de la nostre gent. Quant lempereres vit quil navoit de ces granz barons autre aide si les manda devant lui et parla debonnerement a eus; mout docement les pria que il sentremeissent mieuz de la besoigne que il avoient emprise car il qui estoit plus riches que il nestoient et desouz son pooir avoit rois et granz princes de terre ne se metoit mie si a repos aincois sabandonoit aus peines et aus perilz por fere le servise Nostre Seigneur; mains de lui nen deussent il mie fere. Cil li promistrent que mout li feroient bien mes ne le tindrent mie. Pluseurs foiz les ala il meismes querre dedenz leur paveillons savoir se il les poist metre en bone volente mes ne valut riens que cil ne se voloient entremetre de la guerre. Quant lempereres vit ce si en ot grant desdaing et maugre leur en sot; si ne fu pas merveille. Lors parla a la seue gent et leur dist que granz hontes estoit de ce que si petite citez les avoit tant detenuz. Por ce les amonesta mout et pria debonnerement que mieuz se penassent dachever cele besoigne si que par tens sen poissent partir a enneur. Lors recomenca li assauz ausi com de novel et mout se penoient li Grifon de bien fere en despit de la nostre gent qui tout le fes avoient lessie sur eus. Si que par bon assaut et fier et lonc pristrent le borc de la ville qui estoit granz et bien fermez. La gent quil troverent dedenz ocistrent toute fors aucuns qui portoient croiz devant leur piz; car touzjorz avoit il assez crestiens en la cite qui vivoient en subjection: ceus espargnerent il por lenneur Jhesucrist car li Tur les avoient longuement tenuz desouz male seigneurie.

II. Coment lempereres Jehanz se departi du siege de Cesaire.

Ja se sentoient cil de la ville bien aprochiez de ce borc qui pris estoit. Por ce se dotoient mout de jorz et de nuiz que cil dehors qui les assailloient mout hardiement nentrassent soudeinnement en la ville et decoupassent touz eus et leur femmes et leur enfanz. Si pristrent unes petites trives a lempereur por parler endementres de pais. Li sires de cele cite estoit nez darabe mout hauz hom Machedoles avoit non. Cil envoia tout priveement a lempereur et mout li pria quil ne destruisist pas la ville. Par desus ce grant avoir li promist par covenant quil se partist du siege et enmenast sa gent. Lempereres qui avoit grant despit de ces deuz haus homes qui de rien ne li aidoient aincois li destorboient son proposement a leur pooir prisa pou lomage et la feeute que li princes li avoit fet et juree et pensa bien en son corage que se il trovoit bone achoison de soi partir de ces terres il avoit propose rendre lui sa promesse et volentiers sen retorneroit en son pais. Car il ne prisoit lamor ne le servise de tel home com il lavoit trove. En ce corage meismes le metoient bien si plus prive conseillier. Por ce avint que quant il fu seurs du grant avoir qui promis li estoit tantost fist crier son ban parmi lost que tuit sen alassent et que il ne feissent mal aus choses de la cite ne dedenz ne dehors. Einsi se deslogierent tuit et sadrecierent a aler vers Antioche. Quant li princes et li cuens de Rohes oirent ce mout furent esbahi et trop se repentirent de ce quil avoient fet mes ce fu a tart. Lors alerent isnelement a lempereur mout li distrent quil fesoit contre senneur de ce quil leissoit en tel maniere cele cite qui estoit si aprouchiee de prendre; por ce li prioient mout quil ne sen partist mie et li prometoient grant aide des iluec en avant. Lempereres nes receut mie bel ne rien ne prisa leur conseil ne leur prieres aincois tint sa voie si com il avoit comencie. Len disoit par le pais et ce meismes fu bien puis chose descouverte que li cuens de Rohes haoit le prince cui il fesoit mout bel semblant; et por ce decevoit celui qui juenes hom estoit que il se traveilloit de metre en la haine lempereur; car il se pensoit bien que se il servist lempereur a gre lempereres li feist bien et li creust son pooir qui mout despleust au conte.

III. Coment lempereres Jehanz vout avoir Antioche.

Si com lempereres vint en Antioche grant joie li firent li prince et li cuens de Rohes. Il tenoient verges et defesoient la presse devant lui. Ses filz et les barons qui plus estoient prive de lui ennorerent mout et les tenoient a seigneurs. Li patriarches et touz li clergiez vindrent contre lui a procession. Li pueples les sivoit a fleutes et a tabors harpes vieles et toutes manieres destrumens. Robes avoient vestues de dras de soie mout precieus; les rues estoient encortinees mout richement; tuit se penoient de fere bel ator. Premierement le menerent a la mestre eglise de monseigneur saint Pere. Apres vint au palais le prince; leanz entra come en sa meson. Ne sai quanz jorz i demora mout a aise et a granz delices. Il et sa gent selonc la costume de leur terre entendoient leur cors a baignier et estuver. En toutes manieres que il leur plesoit estoient a repos et en soulas come en la leur chose. Lempereres dona granz dons au prince et au conte. Les greigneurs mesnies des borjois et les plus paranz ennora il maintes foiz et leur envoia de ses joiaus por trere a sa volente. Apres ce ne demora mie que il fist venir devant lui le prince et le conte et les greigneurs chevaliers de la terre; li citeien meismes qui en Antioche avoient grant pooir i furent mande. Lors parla li empereres au prince en tel maniere: Biau filz Raimon tu sez bien que selonc les covenances que nos feismes a toi et tu a nos par conseil de preudomes il mestuet a demorer en ces parties et guerroier viguereusement les anemis de nostre foi por croistre ton pooir et essaucier ta seigneurie. Ne je nai mie proposement de partir de cest pais jusque je aie toute la terre que li Sarrazin tiennent ci entor delivree deus et mise en ta main. Mes tu sez certeinnement et cist preudome qui avec toi sont ci devant moi nen dotent mie que ceste chose que je ai emprise nest pas legiere ne hastive aincois i covendra a metre grant peine large despens et longue demeure. Et por ce que je poisse mieuz fere la besoigne Dame Dieu et la tenue je te requier si com tu mas promis et jure que le donjon de ceste ville me faces delivrer et baillier a ma gent; et por ce que je i poisse metre plus seurement mon tresor quant il vendra de Grece por despendre en ton afere et qu mi chevalier i poissent entrer et issir quant je vodrai; car cest li leus de toutes ces parties qui plus est covenables a grever les citez de nos anemis. Tu sez bien que la citez de Tarse ne Anavarze ne les autres citez de Cilice ne pueent pas tant nuire ne si mau leu tenir a Halape ne aus autres forteresces des Turs come ceste seule citez fet. Por ce te semong et requier par ta feeute et par ton serment come celui qui es mes hom liges que tu mes covenances me tieignes de baillier la forteresce du donjon. Ne il ne testuet mie a douter des promesses que je tai fetes: je les acomplirai toutes entierement et par desus assez plus que je ne te promis. Quant lempereres ot dite ceste parole li princes et si home furent trop esbahi. Grant piece esturent sanz respondre car il ne savoient que dire. Trop leur sembloit grief chose que la citez dantioche qui avoit este conquise a si grant travail de preudomes et ou tant avoient li Tur espandu de sanc de crestiens fust einsi bailliee a tenir et a garder en la main des Grieus qui estoient unes moles genz ausi come femmes sanz force et sanz hardement; de loiaute meismes ne cognoissoient il mie granment. Trop en seroit li pais en grant aventure si com il leur estoit avis; car cele seule citez estoit li chies et la defense de toute la terre si que se ele fust perdue les autres citez ne se tenissent gueres. De lautre part si com je vos dis desus li princes avoit promis et jure toutes ces choses que lempereres requeroit; si nestoit mie bele chose a venir encontre ce si freschement; ne li princes ne le pooit pas fere sil en eust la volente; car il i avoit tant parmi la ville des genz lempereur que len ne les poist pas legierement hors giter a force; aincois avoient il le pooir contre touz les autres. Tandis com li princes et li baron estoient en tele angoisse quil ne ses avoient coment contenir li cuens de Rohes qui estoit sages aguz et bien parlanz respondi en ceste maniere: Sire la parole que vous nos avez dite ce savons nos bien certeinnement vient de Dame Dieu qui si bone volente vos a mise eu cuer de guerroier les anemis de la foi et de croistre nostre pooir en ces parties: tout quanque vos requerez est preuz et enneurs au prince et a toute la terre. Mes il est einsi que ce est une novele chose que vos demandez et les genz de cest pais sesmuevent tost et effroient quant il voient aucunes muances. Ne ceste chose que vos requerez nest mie seulement eu prince aincois estuet quil soit fet par le conseil de moi et des autres homes qui ne sont pas tuit ci. Por ce sil vos plest donez au prince un petit de respit por soi conseillier et parler a ses barons et au pueple; car se il le fet einsi legierement sacorderont a vostre volente: se il le vuet fere soudeinnement granz perilz sera que il ni ait noise et destorbement de la besoigne. Quant li empereres oi la parole le conte bien sacorda que li princes eust un brief jor de conseil en esperance que ce quil requerroit deust estre acompli tout enpais. Einsi se departirent: li cuens sen ala en son ostel en la ville li princes retorna eu palais ou il fut ausi come en prison; car la gent lempereur le guetoient si de pres que il nen poist pas bien issir hors sanz leur congie.

IV. De la soutillece que Jocelins li cuens de Rohes fist.

A bone pais se fu partiz li cuens de Rohes de lempereur; mes sitost com il fu venuz a son ostel il envoia ses messages tout celeement parmi les rues de la ville qui semerent et espandirent une parole par le pueple que lempereres et li Grifon voloient avoir et garnir par force la cite dantioche; si en covenoit a issir le prince et touz les Latins; et se conseil ni estoit mis hastivement ce seroit sanz delai fait. Tantost sordi par la ville uns temoltes si granz et uns criz que merveilles i avoit grant noise. Tuit corurent aus armes les menues genz premierement et apres li grant home. Si tost com li cuens de Rohes oi ce il sailli sur un cheval hastivement et corut parmi les rues tant com il pot ausi com se on le chacast jus quil vint eu palais devant les piez lempereur iluec se lessa cheoir ausi come touz pasmez et fist chiere dome trop esbahi. Lempereres se merveilla mout que ce pooit estre. Cil qui ses huis durent garder furent trop correcie dont li cuens estoit einsi venuz devant leur seigneur; et tout asprement le li distrent. Il leur cria merci que il ne sen corocassent mie car besoinz de mort le li avoit fet fere. Lempereres li demanda maintes foiz por quoi il estoit einsi effreez; il ne disoit mot ainz fesoit semblant quil ne pooit respondre. Au derrenier parla et dist: Sire je mestoie ore partiz de vous; quant je fu venuz en mon ostel et me voloie reposer toute la gent de ceste ville vindrent a cri devant mon ostel. Tuit estoient arme petit et grant et crioient a une voiz: Ou est li desloiaus traistres li murtriers li mauveis princes qui a ceste cite vendue a lempereur por avoir quil a ja receu. Nos le despecerons tout; et cil lerres li cuens de Rohes qui li a donne ce conseil nos locirrons se nos le poons trover. En ceste maniere Sire il comencierent a despecier la meson ou je estoie. Je men eschapai a mout grant peine et sailli sur un cheval a besoing. Si com je men venoie li criz fu granz apres moi. Par mainz perilz men sui venuz jusqua vos. Quant lempereres et sa gent oirent ce tuit furent esmaie et doterent que len ne leur feist ennui; si firent fermer les huis de palais. Tandis comenca la noise a croistre par la cite. Li pueples crioit que li Grec leur estoient venu tolir leur heritages et les voloient mener com esclaves en leur terres. La menconge napeticoit mie; tant plus i venoit de gent tant plus chascuns i metoit du suen. Ceus quil trovoient de la mesniee lempereur parmi les rues abatoient des chevaus et tooilloient en la boe; cil qui se voloient defendre estoient tuit decoupe. En tele maniere croissoit li temoltes de toutes parz. Lempereres qui veoit venir ses chevaliers et ses escuiers batuz et maumenez nestoit mie asseur de soi aincois avoit peor que len ne li feist pis se cele noise nestoit tost apaisiee. Lors fist venir devant lui le prince et le conte et les autres barons qui estoient eu palais devant lui que il pot avoir si hastivement. Tout mesurablement parla a eus et leur dist: Beau seigneur je vos avoie dite une parole que je cuidoie qui fust preuz et enneur a vos et a vostre terre. Moi semble que voz genz ne la recoivent mie en gre aincois si com je croi sont por ce si esmeu que tost porroient fere folie sil se tenoient longuement en cest effroi quil ont empris. Por ce di devant vos touz et aferme com empereres que le proposement que je avoie de ce fere change et rapele. Ma volente en ai muee en tel maniere que je vueil que vos aiez toute la cite dantioche et le donjon si com vos souliez. Bien me soffist que je tieigne mon empire devers vous a teus bones com mi ancesseur lont tenu. Vos estes mi home lige: bien sai que se Dieus plaist vos me garderoiz bien vos feeutez. Alez la hors et parlez a cele gent qui sont esmeues. Bien leur dites que se il ont peor ne sospecon de mon sejor en ceste ville je men istrai se Dieu plaist le matin sanz eus fere ne honte ne domage et me retrairai tout enpais vers mon pais.

V. Coment li message parlerent a lempereur.

Bien orent fetes leur besoigne li princes et li cuens de Rohes. Si com il entendirent des paroles lempereur mout sacorderent tost a ce conseil et distrent que lempereres avoit bien parle come bons sires et come tres sages hom; il feroient volentiers son comandement com cil qui estoient si home. Lors issirent hors du palais il dui et li autre grant home de la ville. La noise estoit mout granz et li temoltes; il firent signe de la main au pueple que il les escotassent. Quant il porent estre oi debonnerement parlerent a eus et leur distrent que len leur avoit fet menconge entendant; quil nestoit mie einsi com il cuidoient; par tens porroient bien veoir que lempereres ni beoit sa bien non. En ceste maniere leur assoagerent leur cuers si quil sen retornerent en leur mesons et mistrent jus les armes. Lempereres sen issi de la ville lendemain si enmena avec lui ses filz et ses barons et ceus qui plus estoient prive de son conseil. Quant il furent hors si se logierent assez pres de la ville. Il avoit de sages homes en la cite qui bien entendirent que li cuers lempereur nestoit mie bien apaisiez vers eus car il come sages hom avoit sans faille bien couvert et cele son corroz. Mes por ce ne remanoit il mie quil ne li pesast de la honte et de loutrage que il avoient fet a sa gent dedenz la ville; et mout portoit griement ce que si home li princes et li cuens ne sestoient mie bien contenu vers lui. Por ceste doute que li preudome avoient il pristrent bons messages et bien parlanz si les envoierent a lempereur por son corage rapaisier et por lamor et laliance quil avoit a eus rafermer et refreschir. Bien leur dist len que il se penassent en toutes manieres de bien escuser le prince et le conte que il navoient coupe en cele noise qui estoit meue par la cite; aincois leur en pesoit et en grant peril en avoient il meismes este. Li message se partirent de la ville si vindrent dedenz le paveillon lempereur puis distrent que li cuens et li princes et li autres baron les avoient envoiez parler a lui sil li plesoit. Il respondi quil les orroit volentiers; lors parla li uns deus en ceste maniere: Je sai bien Sire que vos estes li plus hauz hom et li plus puissanz qui soit eu monde: de sen et de mesure passez vous touz ceus qui vivent; por ce me semble que len ne vos doit pas a longue parole detenir car vos entendroiz assez tost se je dirai reson. Bien voudrai que je la seusse ausi clerement dire com vos lentendriez. Il est voirs sire que en si grant cite com est Antioche sont maintes manieres de genz: ne sont pas tuit dun sen dune valeur ne dune volente; aincois croi je bien que plus i a de ceus qui pou sevent que de sages homes et bien amesurez. Por ce vous prient par nous li preudome qui leanz sont com leur bon seigneur et crient merci jointes mains que vos la coupe et les meffez aus fous ne facez mie comparer aus sages. De cele chose qui avint en la ville que les foles genz mespristrent vers vostre mesniee sunt trop honteus li princes et li cuens et tuit li autre baron; mes vos poez bien savoir sire que les manieres de genz suelent movoir teus temoltes es bones villes; car ce sunt cil qui nont gueres et sevent pou. Por ce vos mandent sire cil qui ca nos ont envoie que mout leur plera que li pueples qui ce fist compert sa folie et li haut home qui loiaument vos vuelent touz jorz amer et obeir soient en vostre amor et en vostre grace; et de la garconaille qui oserent ce faire dont vos fustes troublez li baron prendroient tele vengeance com vos commanderoiz. Et plus vos disons encore de par eus por ce que vos ne cuidiez que la noise fust meue de par leur assentement li princes et si home sont prest et appareillie de vos rendre le donjon de la ville si com il vos fu promis et jure. Quant cil ot einsi feni son message lempereres fu mout assoagiez par ces paroles. La rancune quil avoit en son cuer emprise de sospecon contre le prince remest toute; et le fist venir devant lui et le conte et les autres barons; debonnerement les receut et apela; apertement leur dist que il se fiassent en lui come en leur seigneur car sil avoit onques eu point de corroz a eus tout leur pardonoit enterinement a bone foi. Puis leur dist que presentement le covenoit a retorner en la terre de Grece por granz besoignes quil i avoit mes il avoit certain proposement que a laide de Dieu il retorneroit en ce pais ne demoreroit mie a si grant force de gent et dengins darmes et davoir que bien poroit acomplir les covenances quil avoit au prince de lui delivrer les citez quil li avoit promises. Atant se departirent a bon gre li un des autres. Lempereres sen ala en Cilice et sejorna ses oz ne sai quanz jorz. Apres quant il ot atorne coment il chevaucheroient li un avant les autres por trover viandes assez par la terre il se mistrent a la voie ne ne finerent de chevauchier tant que il vindrent en leur pais.

VI. Coment li Crestien assistrent la forteresce ou li robeeur mescreant estoient.

Au tens que li afere aloient en Antioche selonc ce que je vos ai dit ne demora mie apres ce que uns des granz barons du roiaume de France li cuens Tierris de Flandres qui avoit a femme la fille le roi vint en pelerinage en Jherusalem. Mout amena avec lui de beaus chevaliers et de preuz. Li rois li patriarches et touz li pueples les receurent a mout grant joie; car mout avoient grant esperance que leur venue feist bien a la terre de Surie. Tantost pristrent conseil et sacorderent quil passeroient le flun Jordain et chevaucheroient vers la terre qui est delez le mont de Galaath. Ilec avoit une forteresce qui trop grant mal fesoit a la terre des Crestiens car ce estoit une cave assise eu pendant dune montaigne trop haute qui estoit si roiste que a peines i pooit len aler; la vallee parfonde la ceignoit de toutes parz fors en un sen ou la voie estoit si estroite que nus ni passoit qui ne deust avoir grant peor de cheoir du petit sentier qui si estoit hauz eu grant abisme qui estoit de ca de la. Leanz sestoient mis larron et robeeur qui sestoient assemble de par tout le pais et fesoient de granz domages de rober genz et docire; car il avoient leur espies par toute la terre ilec entor et selonc ce que len leur aportoit noveles il fesoient leur saillies et leur chevauchiees la ou il cuidoient plus grever nostre gent. Por ce se penserent li baron de Surie quant li cuens de Flandres fu venuz que il iroient asseoir cele larroniere. Tout le pooir quil porent avoir de genz assemblerent. Lors passerent le flun et sen vindrent en ces parties que je vos ai dites. La terre estoit mout desaivee et pleine de montaignes. Nos genz assistrent cele roche si com il porent car il se logierent par toutes les avenues dont len pooit aprochier a ce leu. Lors se trestrent vers la cave et comencierent a grever ceus dedenz en toutes les manieres quil porent. Cil se defendoient come por leur vies et gardoient leur estroite voie que len ne pooit pas legierement conquerre sur eus. Tandis come touz li pueples de la Crestiente estoit en cel ost uns tropeaus de Turs se penserent que la terre aus Crestiens estoit remese mout seule si que bien pooient ce leur sembloit chevauchier par le pais et fere grant gaaing. Por ce passent le flun Jordain; la terre de Jherico leissierent a destre et chevauchierent delez le lai qui a non la Mer Morte. Lors alerent aus montaignes jusque il vindrent a la cite ou li dui prophete Amos et Abacuc furent ne: ele a non Tecua. Il la pristrent par force; pou de genz troverent leanz quil ocistrent car li abiteeur de ce leu sorent bien avant la venue des Turs. Si sen estoient foi et menees leur femmes et leur enfanz en une grande cave qui est pres deus et a non Odolla. Li Tur troverent pou de gaaing en la ville car toutes les bones choses en estoient portees la. Toutevoies li Tur cerchierent; tout ce quil troverent de bon pristrent le remenant gasterent. En cele seson estoit en la cite de Jherusalem uns mout vaillanz hom gentius de lignage chevaliers bons sages et bien entechiez; Robers li Borgueignons avoit non nez de Poitou mestres estoit de lordre du Temple; novelment avoit amenez ne sai quanz de ses freres avec lui en la terre de Surie. Quant il oi que li Tur chevauchoient einsi et avoient cele cite prise ce quil troverent de genz en Jherusalem pristrent avec eus et chevauchierent cele part. La baniere le roi portoit uns chevaliers de sa mesniee Bernarz li Vachiers avoit non. Quant il furent aprouchie des Turs cil sorent leur venue si sen partirent hastivement. Vers un leu que len claime Halebon sen alerent ou len dit que Johel li prophetes nasqui; pui senfoirent vers Ebron ou li patriarche gisent; car il vouloient dile descendre es plains devers Escalonne por estre a garant. Nostre gent sorent que li Tur senfuioient si cuidierent tout avoir gaaignie; par la terre sespandirent apres eus: plus entendirent au gaaignier qua desconfire leur anemis. Li Tur qui senfuioient virent bien que li nostre chacoient folement et sanz tenir conroi; si se comencierent a ralier et entrapeler et atendre; lors corurent sus a ceus quil troverent espanduz en divers leus; legierement les desconfirent et en ocistrent assez. Aucuns en i ot mes pou fu de la nostre gent qui se tindrent ensemble et se defendirent au mieuz quil porent. La noise et la pouriere fu granz entor eus cil des noz qui avoient chacie plus loing se regarderent et aperceurent quil estoient assemble derriere eus; si ferirent des esperons et sen retornerent au plus tost quil porent. Mes ne vindrent mie a tens; car aincois que il venissent cil furent ja desconfit et senfuioient: cil les tenoient mout pres. Assez en i ot de morz que de glaives que despees que de saietes. Aucuns en i ot qui por ce quil cuidoient eschiver la mort sailloient des hautes roches contreval; si estoient tuit despecie. Cele chace dura des la cite debron jusqua lautre qui a non Tecua. Grant domage receut le jor la Crestiente de ceus qui furent mort ilec; car il ni avoit se gentiuz homes non. Li communs pueples de Jherusalem estoit au siege de la cave. Entre les autres qui la furent ocis morut uns freres du Temple hauz hom et tres bons chevaliers Oedes de Montfaucon avoit non. De sa mort firent trop grant duel petit et grant. Li Tur qui orent ocise la nostre gent enmenerent chevaus et armes fesant mout grant joie; si sen retornerent dedenz Escalone. Li nostre baron qui estoient au siege vers le mont de Galaath oirent cele mesaventure qui estoit avenue a Ebron; trop en furent corocie mes en ce se reconforterent quil savoient bien que ce est la loi et la costume de guerre que une heure est len au desus lautre au desouz: assez i aviennent pertes et gaainz. Lors sefforcierent plus que devant de grever et dassaillir les robeeurs quil avoient assis si que dedenz brief terme les pristrent par force. Tous les decouperent; les armes et la garnison pristrent; puis sen retornerent en leur pais.

VII. Coment Sanguins vout conquerre Damas.

Onques not la Crestiente en ce tens si cruel guerrier come fu Sanguins de Halape. Mainz domages fist a nos genz. Lors monta en si grant orgueil que il vout sur la gent de sa loi conquerre le roiaume de Damas. Mes quant uns vaillanz Turs sen aperceut qui avoit non Aynarz conestables et garde du roiaume car li rois avoit sa fille tantost envoia bons messages au roi de Jherusalem et li requist par mout beles paroles que il li aidast contre celui Sanguin qui estoit leur comuns anemis; car il pooit bien savoir que se il sacroissoit du roiaume de Damas de son pooir qui seroit graindres nuiroit il touzjorz a la Crestiente; et por ce que li rois ne se tenist a greve de despens se il li venoit aidier efforcieement chascun mois por solde li feroit paier .xx. mil besanz. Par desus ce li covenanca que se il pooient tant fere que Sanguins en fust chaciez du pais tantost li seroit rendue sanz contenz la cite de Belinas que li Tur avoient tolue a nostre gent navoit mie granment. De toutes ces covenances bien tenir fermement devoit donner bons ostages les filz des plus hauz homes de la terre. Quant li rois ot oi ces messages parler ne vout mie tel chose enprendre sanz conseil; por ce manda les barons du roiaume et si leur manda que il li looient de ce que cil Aynarz li requeroit. Cil se conseillerent entreus puis respondirent au roi que il saccordoient bien que li rois alast secorre ceus de Damas encontre Sanguin car se il i aloit a ses despens por grever celui qui si leur estoit crueus anemis ne feroit il mie trop mal meismement ore quant il li vouloit doner granz soudees por ses despens et li vouloit rendre sa cite quil tenoit. Por ce li conseilloient il bien que il ne refusast pas ce que len li offroit; car bien savoient tuit que se li roiaumes de Damas estoit Sanguin cil nauroit james pais jusquil les eust touz chaciez de la leur terre.

VIII. Coment li rois Fouques et cil de Damas enchacierent Sanguin hors de leur terre.

Si com li consauz des barons fu acordez li rois lenprist einsi a fere com il le loerent. Il receut les ostages et les fist garder en bones forteresces. Lors fist sa semonse mout efforciement; son ost assembla a cheval et a pie dedenz la cite de Tabarie. Sanguins de lautre part menoit mout grant plente de genz: en la terre de Damas estoit entrez a force la cite avoit leissiee derriers lui si estoit passez outre jusqua un leu qui a non Raseline. Ilec se demoroit a tout son ost por ce quil doutoit la venue de nostre gent. Touz estoit certains que se nostre rois ne venoit legierement treroit a chief ce quil avoit enpense a fere de conquerre tout ce pais. La novele vint au roi de Jherusalem que Sanguins sestoit arestez en ce leu por esgarder que nostre gent feroient. Aynarz et li citeien de Damas estoient ja issu de la ville mes il atendoient nostre gent en un leu qui a non Nuare: sanz eus ne sosoient trere vers Sanguin. Quant li rois et nostre gent oirent ce tout droit chevauchierent en bataille vers ceus de Damas; mes aincois que li dui ost fussent assemble Sanguins oi par ses espies que il voloient einsi venir sur lui; si se parti du leu ou il estoit; a destre sen torna vers la terre que len claime le Val de Bacart: mout grant erre sen foi cele part. Li rois assembla son ost avec ceus de Damas. La sorent certeinnement que Sanguins sestoit partiz de cele contree; lors sen alerent vers la cite de Belinas si com il estoit covenanz que len leur devoit rendre. Ceste cite si com je vos dis desus navoit mie mout granz tens que Doldequins lavoit prise sur nostre gent a force: a un suen home lavoit bailliee a garder; mes cil ne se contint mie loiaument vers lui aincois se torna devers Sanguin contre ceus de Damas et li bailla la cite quil gardoit; por ceste chose se voloient traveillier mout efforciement li citeien de Damas que nostre rois la recovrast; car il leur plesoit mout plus que li Crestien leussent que Sanguins por la grant volente quil savoient que cil avoit de conquerre leur roiaume; et tandis com ele fust seue les poist il grever de plus pres.

IX. Coment li Crestien recovrerent la cite de Belinas.

La citez de Belinas est apelee Paneas par son droit non. Jadis quant li fil Israel vindrent en la terre de promission ele avoit non Lesan; mes quant li fil Dan orent le leur eritage si la clamerent Lesandan por leur pere dont il estoient descendu qui avoit non Dan: ce trueve len eu livre de Josue. Puis apres fu ele apelee Cesaire Phelippe car Phelippes qui fu uns des filz le viel Herode amenda mout et acrut cele cite si li mist non Cesaire por lenneur dun empereur qui ot non Tiberes Cesar; et son non i retint si fu apelee Cesaire Phelippe. Vers cele cite sadrecierent li ost de Surie et de Damas. Le premier jor de mai vindrent devant la ville et lassistrent de toutes parz. Aynarz et la seue gent se logierent devers Orient entre la cite et le bois en un leu que len apele Coagar. Li rois de Jherusalem et ses ost sistrent en la partie docident vers la terre pleine. Quant il orent einsi assise la ville de toutes parz bien se pristrent garde des issues et des entrees de la ville garder en tel maniere que nus secors ne leur poist venir et que cil dedenz ne poissent issir hors. Apres par comun acort envoierent bons messages hastivement au prince Raimont dantioche et au conte de Triple que il venissent efforcieement a ce siege por eus aidier. Endementres il ne furent mie oiseus ainz avoient drecie grant plente de bones perrieres qui gitoient aus murs et dedenz la ville grosses pierres assez; il meismes assailloient sovent aus barbacanes et sur les fossez archiers et arbalestiers i avoit mout qui a si grant plente traoient saietes et carriaus que nus nestoit asseur dedenz la ville ne cil de la cite ne sosoient mie bien aparoir aus defenses se a grant peor non. Cil dehors sentrehatissoient et semonoient de grever leur anemis. Cil de Damas nestoient si preu ne si ause darmes come la nostre gent mes corage navoient il mie meneur de grever les Turs que li nostre avoient et sovent estoient il plus tost a lassaut et plus longuement i demoroient. Cil qui estoient assis metoient grant peine en eus defendre; greve estoient mout du travail du veillier et du jeuner; mes tout

sofroient por garantir eus leur femmes et leur enfanz. Quant li sieges ot einsi dure ne sai quanz jorz bien leur sembla quil ne vendroient mie a chief de ce quil avoient empris se il ne fesoient un chastel de fust si haut que len en poist trere dedenz la ville et si le joinsissent aus murs que len en poist entrer dedenz la ville par ilec. Mes en toute cele terre navoit mie merrien de que len poist fere ce chastel. Por ce prist Aynarz bons messages si les envoia a Damas por fere venir granz fuz qui la estoient et leur manda quil venissent isnelement.

X. De ce meismes.

Au prince dantioche et au conte de Triple furent venu li message qui les venoient querre. Cil se murent mout efforcieement de leur pais et vindrent a granz compaignies en lost. De leur venue furent mout li nostre esbaudi; cil dedenz orent greigneur peor quil ne soloient por ces genz quil virent venir freschement. Cil qui estoient venu de novel voudrent mostrer leur proesces et comencierent a assaillir plus asprement que li autre ne fesoient; si que trop sesmaierent cil dedenz; car il cuidierent tout soudeinement estre pris. Toutesvoies se defendirent tant com il porent. Cil qui a Damas estoient ale querre le merrien vindrent en lost et amenerent tres a grant plente mout lons. Li charpentier furent apareillie qui joindrent les uns aus autres a bones chevilles de fer et a grosses bendes. Tantost drecierent un chastel si haut que len en poist veoir par toute la cite et trere la ou len voloit dars et darbalestes. Pierres gitoient il a la main sur ceus qui se defendoient aus murs. Lors aiverent la terre si treistrent le chastel sur le fosse joignant aus murs si que nus ne pooit aler par la ville quil ne fust feruz de quarriaus ou de saietes. Nosoient mes aparoir sur les murs navoit point de surete entreus si quil ne trovoient ou repondre les navrez por reposer. Trop se merveilloit len coment il se pooient tenir au grant meschief ou il estoient; mes il avoient esperance en une seule chose; car Sanguins leur avoit promis et fiancie quil les secorroit hastivement. Sans faille il estoient ja a ce mene que il ne pooient pas legierement plus atendre son secors.

XI. Coment Belinas fu rendue aus Crestiens.

Si com les choses estoient entor la cite en tel maniere uns legaz de leglise de Rome ariva a Saiete: cardonaus iert et evesques doiste nez de France de leveschie de Beauvez. Cil estoit venuz nomeement en la terre por une descorde qui estoit entre le patriarche dantioche et les chanoines de seglise: por ce meismes i avoit este envoiez navoit mie grant tens uns arcevesques de Lyon Pierres avoit non. Mes ne demora mie puis quil fu en la terre quil fu morz si ne pot pas finer la querelle; par quoi cist fu envoiez en leu de lui. Si tost com il vint en la terre noveles oi que li oz de la Crestiente demoroit au siege de Belinas. Lors sen ala vers eus hastivement car li patriarches Guillaumes de Jherusalem et Fouchiers li arcevesques de Sur estoient la par qui conseil il voloit mener les aferes du pais. Quant il fu venuz en lost grant joie li firent li baron et li prelat. Il fist sermon et amonesta ceus qui estoient la que viguerusement feissent la besoigne Nostre Seigneur et granz pardons leur dona de leur penitences a fere ce. Plus asprement se comencierent a entremetre tuit de grever les Turs. Cil qui estoient eu chastel de fust les tenoient si corz quil ne se savoient coment garantir. Assez en i avoit de morz et de navrez si quil ne sosoient mes abandonner por defendre; car cil qui estoient sain navoient pooir tuit seul de sostenir le fes de la defense. Li conestables Ainarz de Damas qui estoit sages et de grant porveance et bien voloit tenir fermement laliance quil avoit a noz genz aperceut bien la foiblesce de ceus de la ville et leur envoya messages priveement qui les amonesta de fere pais et leur manda que il estoit de leur loi ne ne voudroit mie leur mort: mes sil estoient pris par force il ne les porroit pas garantir. Por ce leur looit a bonne foi quil se rendissent car certeine chose estoit quil ne se pooient plus tenir. Quant cil oirent la parole premierement firent semblant quele ne leur pleust mie et fesoient acroire que mout leur estoit mieuz que il ne cuidoient; mes au darrenier la receurent tout a gre et bien leur plot quil sen alassent tuit delivre. Mes leur chevetaines que il claiment Emir en leur langage estoit hauz hom et puissanz de leur loi; si dist que granz hontes seroit se il rendoit einsi sa cite por neant quil nen eust nul eschange. Por ce li promist Ainarz qui mout desirroit que la citez revenist es mains des Crestiens que il li asserroit bonne rente tele come il sacorderent entreus es jardins et es bainz de Damas a tenir toute sa vie si quil en porroit vivre richement. Cil qui sen istroient de la ville seroient conduit sauvement a toutes leur choses; li autre qui demorer i vodroient retendroient leur teneures a reisnables cens quil rendroient chascun an. Ces covenances furent acordees entreus mout celeement. Lors vint Ainarz au Roi et aus autres barons priveement et leur dist la chose si come il lavoit atornee; cil le loerent mout de sa leaute et du bon conseil quil i avoit mis. Debonnerement si acorderent et furent les covenances acomplies. Li Tur sen issirent o leur femmes et leur enfanz et toutes leur choses emporterent: li nostre receurent la cite. Lors vint li patriarches a larcevesque Fouchier de Sur a qui apartenoit a ordener les eglises de la ville. Par le conseil des preudomes qui estoient en lost eslurent a evesque de Belinas larcediacre dacre qui avoit non Adans et li baillierent la cure de la crestiente qui la demoroit. La citez fu rendue au baron qui avoit non Reniers Brus cui ele avoit este tolue navoit gueres par la force des Turs. Lors quant li Rois ot fet eu pais ce qui apartenoit a la sauvete de la terre il sen parti; le prince dantioche et le legat emmena en Jherusalem ou il sejornerent ne sai quanz jorz. Lors essaia mout li princes dantioche quel corage li legaz avoit vers le patriarche de sa cite et li pria que vigueureusement se contenist car il li aideroit bien a fere droite jostice. Si com je vos ai dit cil estoit envoiez en Antioche por ce que li clerc de la cite avoient fet entendant a lapostoile que leur patriarches se contenoit mout desloiaument et mainz granz crimes voloient prover contre lui. Por ce vint li legaz en Antioche. Mes a ce que vos entendoiz mieuz lafere de ce patriarche je vos comencerai lestoire un pou de plus loing.

XII. Du descort qui estoit entre le patriarche et le prince dantioche.

Voirs est que quant li princes Raimonz vint en Antioche premierement aincois quil eust prise sa femme por mieuz achever son afere il fist au patriarche Raoul qui lors estoit homage lige et li promist par sa foi que des ce jor en avant il ne seroit contre lui ne en fet ne en dit ne en conseil par quoi il perdist vie ne membre ne enneur ne ne fust pris de male prison. Mout se tint pou de tens en cele loiaute; car si tost com il ot sa femme et toute la terre obeie a son comandement a que li aida mout cil patriarches tantost se torna contre lui; conseil et aide donna aus clers de seglise qui estoient si aversaire de lui grever. Quant cil sorent quil avoient si bon aideeur come le prince plus en furent haut et hardi denprendre contenz contre leur prelat. Si adversaire estoient Lamberz uns arcediacres de seglise qui bien estoit letrez et de bonne vie; mes rien ne savoit du siecle com cil qui pou en avoit use; et Arnous uns clers nez de Calabre gentius hom bien letrez et sages des choses seculers. Cil dui apelerent a Rome contre le patriarche et sen alerent. Li princes contraint tant le patriarche quil sen ala apres eus. Mes cil Arnous passa avant mer et vint en Sezile: la prist avec lui de ses amis et de ses parenz car il estoit nez de hauz homes de Calabre puis i fu il arcevesques de Cusent. Lors vint au duc Rogier de Puille qui bien le cognoissoit et son lignage. Si parla a lui en tel maniere: Sire vos etes mout hauz princes et de grant puissance mes nequedent bien est certeine chose que len vos fet tort de la cite dantioche qui deust par reson estre vostre et a voz oirs. Li hom du monde qui plus en a este contre vous et plus vous het mortelment vendra par tens en vostre pooir: cest li patriarches dantioche qui va a Rome et arivera a un de voz porz. Por ce si seroit mestiers que vos meissiez grant peine coment vos le poissiez avoir car ausi com il vos toli vostre heritage et le dona a un estrange home le porroiz vos recovrer par lui se il vos chiet entre les mains et vos le gardez bien. Quant li Dux ot ces paroles oies bien li fu avis que cil li disoit voir; tantost envoia par touz les porz de mer come cil qui nestoit mie pareceus de querre son preu et comanda que si tost come teus hom vendroit que il fust retenuz si li envoiast len tout pris en Sezile. Ne demora mie que li Patriarches qui de ce ne se prenoit garde ariva au port de Brandiz. La furent apareillie li message le Duc qui le pristrent et toute sa mesniee departirent. Les uns envoierent ca les autres la; son avoir ses chevaus et ses robes li tolirent: lui mistrent en bons fers et le baillierent a celui Arnoul son chanoine por mener en Sezile devant le Duc. Cil qui le pooir ot de lui li fist assez honte et ennui pour soi vengier des torz que cil li ravoit fez. Tant le mena que il vint devant le Duc. Li Patriarches qui biaus hom et gracieus estoit sages et bien parlanz dist quil voloit parler a conseil au Duc; tuit se trestrent arrieres: il li dist et promist que il sen revendroit par lui au retor de Rome; covenances li ot qui bien plorent le Duc si que ne demora pas que il fu touz delivres et recovra toute sa mesniee et ses choses toutes enterinement; puis se mist au chemin jusquil vint a Rome. La ne fu gueres bien receuz au comencement aincois li firent tuit mout lede chiere et comanda lapostoiles que il ne venist mie devant lui. Car il disoient que cil ne leur voloit pas bien obeir aincois voloit dire que li sieges dantioche estoit ausi haut ou plus com li sieges de Rome; por ce le tenoient a rebelle et a scismatique.

XIII. Coment li chanoine dantioche plaidoient a leur patriarche.

En tel point estoit li Patriarches que toute la cort de Rome tendoit a lui grever se il trovassent en sa querele resons contre lui. Si adversaire avoient la grace de touz qui volentiers leur donnoient conseil et aide; car li Patriarches estoit mout sospeconneus por ce quil le cognoissoient a sage et a riche; et sanz faille aucune foiz avoit il dit que messires sains Peres avoit aincois sis come prelaz et chies de Sainte Eglise a Antioche que a Rome; por ce si estoit droiz que leglise qui avant estoit nee en la Crestiente fust plus haute et plus ennoree que cele qui estoit puisnee. Por ces choses fu une piece li Patriarches eschis et esloigniez de lapostoile et des cardonaus; puis apres il envoia messages por lui qui tant firent vers eus quil sofrirent que il venist en la cort. Assez i ot granz assemblees quant il vint et fu receuz com grant hom hennoreement. Quant il ot pooir de venir devant lapostoile sovent visita lui et les freres. Un jor quant il estoit eu palais en plein consitoire si aversaire vindrent avant; len leur dona audience. Il parlerent contre lui mout asprement et le comencierent a acuser de maintes ledes oeuvres. Il leur nia pleinement ce quil disoient de mal contre lui. La cort vit bien et aperceut que les choses ne porroient mie estre provees ilec presentement; por ce fu dit a ambedeus les parties que il sen alassent et sofrissent la chose en tel point com ele estoit jusque lapostoiles envoiast un legat es parties dantioche qui tendroit la le plet et recevroit les tesmoinz et les prueves qui mestier auroient a la besoigne et selonc ce leur feroit droit. Einsi se departirent du palais. Len dist au Patriarche que il avoit fet tort a leglise de Rome du paille que il avoit pris sur lautel monseigneur saint Pere en leglise dantioche por ce si li covint a lessier et rendre aus Cardonaus; un autre len firent aporter de par lauctorite lapostoile que li prieurs des diacres li bailla. Quant il ot demore a Rome tant com il cuida que mestiers fust il prist congie a lapostoile et aus Cardonaus si sen parti a toute leur grace sauf le plet qui la estoit comenciez. Il sen vint par Sezile tout droit au duc Rogier; cil le receut mout ennorablement; puis parlerent ensemble assez a conseil tant que il furent bon ami. Li Dux li donna de biaus dons et fist apareillier galies tant come il vout por mener lui et sa gent; puis prist congie et sen parti. En pou de tens vint la ou li fluns du Fer chiet en mer que len claime le port Saint Simeon pres dantioche entor .x. miles.

XIV. De ce meismes.

Quant il fu venuz a terre eu pais de Celessurie si pres de seglise il manda en la cite a ses clers et au pueple que lendemain li venissent a lencontre a procession jusque hors la ville; car cest la costume de recevoir einsi le prelat qui vient de Rome. Cil savoient bien que li Princes ne lamoit pas aincois le haoit de grant haine encontre la feeute quil li avoit fete; por ce ne le voudrent recevoir si com il manda ne lui obeir; aincois li vea len quil nentrast en la cite. Cil entendi la malice de son clergie qui ne se contenoit mie vers lui si com il deust et douta le corrouz au Prince. Por ce sen torna en un leu qui est pres dilec qui a non la Noire Montaigne ou il a pluseurs abaies et hermitages assez. La se demora por atendre se li Princes abessast vers lui la rancune de son cuer et ses clergiez li gardast obedience si quil lenvoiast querre por venir a seglise. Mes li Princes plus apertement quil ne soloit se comenca a metre contre lui et nuire a son pooir; car Arnous li chanoines dantioche li avoit envoiees unes lettres de Sezile en que il li avoit mande quil se gardast du Patriarche car seust il certeinnement que il avoit fetes aliances damor au duc Rogier et covenances de lui fere prince dantioche. Et ce pooit il bien savoir parce que cil li avoit donez granz dons quant il sen revint par lui et bailliees de ses galies por lui passer tant com il en ot mestier. Li Princes crut bien ces paroles por ce le tenoit a son anemi. Tandis com il demoroit en la Noire Montaigne li cuens de Rohes Jocelins li juenes envoia letres et messages au Patriarche; si li manda mout beles paroles et li pria que seurement venist en sa terre o toute sa compaignie car il avoit bon proposement de lui fere enneur et bonte volentiers: ce li mandoit il por ce quil namoit mie le prince dantioche: dautre part il estoit amis au Patriarche. Li prelat de sa terre li obeissoient tuit et le tenoient a per et a seigneur meismement larcevesques de Rohes de Corice et de Geraple qui autresi le renvoierent querre. Li Patriarches sen ala vers Rohes mout fu receuz ennorablement partout; li cuens meismes li tint bien ce quil li ot en covent car il li fist assez bele chiere et li envoia de granz presenz. Ne demora mie que aucun des amis au Patriarche parlerent au Prince; si apaisierent vers lui son semblant et sa chiere mes ne mie son cuer; et si dist len quil en avoit eu grand avoir. Lors li envoia ses letres et li manda par de bonnes paroles que il sen venist en la cite dantioche. Quant li Patriarches oi ce qui mout i desirroit a aler tantost se mist a la voie. Les evesques dilec entor mena avec lui en que il se fioit mout. Quant il aprocha de la ville les processions des eglises li vindrent toutes a lencontre en chapes de paille; li Princes li baron chevalier et borjois de la ville le receurent mout ennorablement; a grant joie lenmenerent dedenz la grant eglise puis sen ala en son palais.

XV. De ce meismes.

Revenuz fu en tel maniere com vos oez de la cort de Rome li patriarches dantioche; mes ne demora gueres apres ce que uns legaz vint apres lui arcevesques estoit de Lions sur le Rosne; nez de Borgoigne Pierres avoit non. Lapostoiles Inocenz li segonz lenvoioit la por finer le contenz qui estoit entre le Patriarche et son clergie. Cil vint tantost en Surie et ariva au port dacre. Cil estoit preudom de sainte vie et de grant aage. Si tost com il fu arivez il mut por aler en Jherusalem en pelerinage. Quant il ot la este mout langoissierent li dui clerc qui avoient este a Rome Lamberz et Arnous et le hastoient que il venist en Antioche et entendist a la besoigne por que il estoit meuz. Li bons hom sen ala jusqua Acre; iluec acocha malades et dit len que il fu empoisonez; mes ne demora gueres quil fu morz. Quant li adversaire au Patriarche virent ce que il avoient perdue toute leur esperance et le travail quil avoient si longuement mis por grever leur prelat ne ne pooient mes veoir dont aide leur venist par que il poissent venir a chief de ce quil avoient empense tantost sen alerent en Antioche et parlerent a aucuns des amis au Patriarche; par eus li firent crier merci mout humblement et requerre que il leur rendist leur rentes car il estoient prest de lessier lacusement quil avoient fet contre lui et lui fere feeute et bien asseurer que james ne feroient rien contre lui; aincois le serviroient loiaument come leur seigneur. Li Patriarches receut la parole en partie car il fist pais a Lambert et li rendi son arcediacre; mes de lautre qui avoit non Arnous ne vout il onques oir nule parole; car il le tenoit trop a desloial. Cil vit quil ne porroit trover nule merci par debonnerete et quil avoit perdue sa provende; si sen parti du pais et retorna a Rome. La ne fina onques de requerre et dangoissier lapostoile et les cardonaus jusque il envoierent en la terre de Surie por finer celui plet meismes celui legat dont je vos parlai desus qui avoit non Auberis et estoit evesques doiste. Cil sitost com il fu venuz en la terre et il ot fet son pelerinage en Jherusalem il semont un concile general des prelaz du pais et vout quil sassemblassent tuit en Antioche le jor de la feste saint Andriu; il meismes sen vint la au plus tost quil pot.

XVI. Coment lapostoiles envoia un legat por le plet finer.

Li conciles fu granz assemblez a ce jor en Antioche. De la terre de Jherusalem i fu li patriarches Guillaumes Gaudenz larcevesques de Cesaire; Ansoaus levesques de Bethleem; li arcevesques Fouchiers de Sur qui mout estoit loiaus vers leglyse de Rome. En cestui avoit li Legaz grant esperance que il trovast en lui aide et conseil; car il estoit sages hom et de grant cuer. Avec lui estoient venuz .ii. de ses evesques Bernarz de Saaite et Baudoins de Baruth. De la province dantioche sassemblerent tuit li prelat por ce quil estoient plus pres; mes nestoient mie a un acort; car Estienes larcevesques de Tarse Giraus levesques de la Lische Hues levesques de Gibel sostenoient la partie aus chanoines contre le Patriarche. Franques de Geraple Girauz de Corice Selles de Paumiers arcevesques sostenoient la partie au Patriarche et li aidoient a bonne foi. Quant furent assemble et li arcevesque li evesque li abe sistrent en leglise monseigneur saint Pere vestu de chapes de pailes si com est la costume li Legaz fist les letres lire quil avoit aportees de Rome por mostrer le pooir que li Apostoiles li avoit done. Tantost se trestrent avant li aversaire au Patriarche Arnous qui sa pais ne pot avoir et Lamberz li arcediacres qui sestoit a lui apaisiez faussement car il li avoit rendue sa dignite; mes por ce ne remest onques quil ne se miest contre lui et le comenca a acuser mout griefment. Pluseurs autres genz meismes se tindrent contre lui de que il ne se gardoit; mes cil dui que je vos ai sovent nomez orent mis en escrit les crimes que il voloient prover contre le Patriarche de ce que il avoit este esleuz mauvesement contre droit; de sa vie que il ne menoit pas honestement si com il disoient; des rentes de Sainte Eglise quil donoit a mauveses personnes par symonie. Bien orent mis en escrit que se il failloient a prover ce que il disoient contre lui apareillie estoient de sofrir la peine qui fust mise sur celui se il fust prove. Li Patriarches nestoit mie presenz iluec mes len envoia bons messages por lui semondre que il venist et respondist a ces choses que len disoit contre lui. Cil dist que il ni vendroit pas. En ce premerain jor not plus fet a ce concile fors tant qui li Legaz fist son sermon aus prelaz en que il les amonesta que bien se contenissent. Le secont jor se rassemblerent et sistrent come devant. De rechief fu semons li Patriarches quil i venist mes il ne vout. Lors virent que larcevesques Selles de Paumiers seoit entreus mes nestoit pas vestuz com li autre de garnement a prelat; lors li demanda li Legaz porquoi il nestoit pas en tel ator come li autre et par quel reson il ne se tenoit encore contre le Patriarche si com il disoit; il respondi que bien avoit aperceu que il avoit mal fet de soi tenir contre son pere esperitel; car Cham li filz Noe fu maudiz porce que il sestoit gabez de son pere que il avoit trove descouvert; et por ce estoit repentiz de sa folie et voloit defendre son seigneur jusqua la mort. Lors li comanda li Legaz quil sen issist puisquil estoit en partie ne devoit pas jugier entre les autres. Lors parlerent encontre lui cil qui namoient pas le Patriarche et tant menerent lafere que li Legaz qui se hasta un pou trop desposa de la dignite darcevesque celui Sellon et dofice de provoire car li aferes estoit lors en tel point que nus nosoit parler por defendre le Patriarche que li Princes ne le tenist a son anemi; et il estoit si doutez que nus ne losoit corrocier. Li Legaz meismes fesoit volentiers sa volente por doute de lui. Uns chevaliers qui gardoit le donjon dantioche Pierres Hermoins avoit non qui nestoit pas mout sages hom aticoit le Prince tant com il pooit de maintenir sa haine contre le Patriarche; ce fesoit il par malice car il cuidoit que se li Patriarches fust desposez uns suens nies fust esleuz eu cele dignite par la force le Prince. Cil avoit non Aymeris et lavoit fet deien de leglise li Patriarches. Quant Selles qui avoit este arcevesques oi dire que einsi lavoit len despose tantost se parti dantioche et sadreca tout droit por aler en larceveschie quil avoit tenue; mes quant il vint au chastel de Harenc iluec le prist maladie dont il acocha et fu si adoulez du tort que len li avoit fet et des hontes que len li disoit porce que il avoit sostenu le Patriarche que riens ne le pooit conforter si sen penoient maintes genz: einsi fu morz.

XVII. Coment li legaz desposa le patriarche dantioche.

Eu tierz jor que li conciles sist la tierce foiz li Legaz et li prelat envoierent querre derechief le Patriarche que il venist por respondre a ces choses que len disoit contre lui. Cil ni vint pas porce que espoir quil dotoit sa conscience ne ne se pooit pas bien delivrer de ce dont len lapeloit. Nequedent aucun furent qui cuiderent que il doutast la force au Prince qui avoit mout grant haine vers lui: et bien sentoit que touz li conciles estoit apareilliez a lui grever que por amor que por doute du Prince. Por ces choses se tenoit li Patriarches en son palais et avoit grant plente de gens avec lui de hauz homes et du pueple assez qui se tenoient a lui mout fermement; et se il osassent por le Prince il eussent le Legat gite hors de la ville mout honteusement et touz les evesques qui estoient contre le Patriarche. Quant li Legaz vit que cil ne voloit venir devant lui et sot bien que li Princes li estoit pres daidier viguereusement en cele besoigne il meismes sen ala au palais au Patriarche et iluec dist sa sentence par que il le desposa. Par force li fist rendre son anel et la croiz quil fesoit porter devant lui. Lors comanda au Prince que il le preist et le meist en bones buies et le tenist en prison. Li Princes le fist volentiers: si len fist mout honteusement mener ausi com un murtrier a leglise Saint Simeon qui siet delez la mer en un tertre mout haut. La le fist metre en une chartre. Cil Raous li patriarches qui fu einsi menez estoit mout biaus hom de vis bien granz de cors; les euz avoit un pou borgnes mes ne li mesavenoit mie; letrez estoit meiennement mes mout parloit bel et bien et mout avoit grace de dire plaisanz paroles: larges estoit mout; bien lamoient li chevalier et la menue gent. Mes mout estoit legiers en parole ne ne tenoit pas bien ce quil prometoit. Le barat du siecle savoit tout et volentiers en usoit. Mes ne fist mie sagement si com il aparut apres de ce que ses adversaires qui a lui se voloient apaisier ne vout recevoir en sa grace. Ce li avint par lorgueil dont il avoit assez; ne riens ne prisoit sen que le suen. Por ce sen repenti. Il fu longuement tenuz a mesese dedenz cele prison; mes puis sen eschapa et vint a Rome. La dist a lapostoiles et aus Cardonaus ses mesaventures; il en orent grant pitie si quil en ot leur grace. Quant il sen revenoit ne sai par qui il fu empoisonez mes il morut; et de la maniere de la mort fu bien seue chose que ce estoit par venin. Einsi feni sa vie cil en qui fu bien prove que Fortune nestoit mie estable; car il ot premierement assez enneur et grant hautesce puis sofri trop hontes et mesaises.

XVIII. Coment Aimeris fu patriarches dantioche mauvesement.

Onques puis que li Legaz ot despose le Patriarche ne demora gueres en la cite dantioche aincois sen retorna en Jherusalem. La demora jusqua la Pasque. Par le conseil du patriarche de Jherusalem et des autres prelaz le tierz jor des feriez de Pasques dedia le temple Nostre Seigneur a grant sollempnite. Mout i ot hauz homes des parties doutre mont et de la terre de Surie. Entre les autres cil qui plus bel ostel tint et plus se contint hautement a grant despens ce fu li cuens Jocelins de Rohes qui avoit este a la Pasque en Jherusalem. Quant cele feste fu acomplie du dediement li Legaz assembla arcevesques et evesques et les autres prelaz du paiz o le Patriarche et tindrent concile dedenz leglise de Monte Syon; la firent establissemenz teus com il estoit mestiers por amender la Crestiente. A ce concile fu uns ermins qui avoit le pooir et la seigneurie ausi come Patriarches sur tous les prelaz de Cappadoce de Mede et de Perse et des deus Ermenies; il a non en leur langage Catolicos. La gent qui sur lui estoient se descordoient en aucuns articles de nostre foi mes len li mostra tant resons et escriptures que il promist que des lors en avant feroit tenir en son pais la foi tout einsi com leglise de Rome lenseigne. Ne demora gueres apres li Legaz en la ville ainz sen ala a Acre; la se mist en mer et sen torna a Rome. Li clerc dantioche qui navoient point de patriarche sassemblerent por eslire: cil qui avoient porchacie a desposer Raoul eslurent le deien de leglise qui avoit non Aimeris nez de Limozin; dont je vos dis desus. Il estoit hom pou letrez et de mauvese vie. Li patriarches Raous lavoit fet deien por ce quil cuidoit trover amor et loiaute en lui; mes il fu mout bien deceuz car si tost com il fu deiens il salia aus adversaires son seigneur et des lors en avant li porchaca tout le mal quil pot. Si compaignon leslurent par la force le Prince et par granz dons quil en orent si com len cuida; car Pierres Armoins de cui lignage il estoit porchaca cele election mout desloiaument si come par loier et par force.

XIX. Coment lempereres Jehanz vint de sa terre en Surie et vout avoir Antioche.

Requis avoit este sovent lempereres Jehanz de Costantinoble de par le prince dantioche et de par les barons que il venist en leur parties por acomplir les covenances que il leur avoit promises. Si que il ne demora mie quatre anz puis que il estoit revenuz en sa terre; si assembla granz oz de gent et granz charroiz; tresor i porta trop grant; si mut de Costantinoble por venir en Antioche. Lors passa le bras Saint Jorge qui est la bone deurope et de Aise. Tant chevauchierent et trespasserent terres que il vindrent a la cite qui a non Atalle et siet en la terre de Panfile. Tandis que il demoroit iluec deus de ses filz Alexes li ainz nez et Androines li seconz apres acochierent malade et furent mort ambedui en un jor. Lempereres fu mout correciez de cele mesaventure; mes come sages hom se reconforta en ce que bien savoit que touz nos estuet a passer par cele voie et juenes et vieus. Il apela le tierz de ses filz que len clamoit Isaac; si li comanda que il sen alast en Costantinoble arrieres et feist porter avec lui les cors de ses deus freres qui estoient mout richement enbasme et cosu en plente de dras de soie; si les feist enterrer a si grant enneur et en tele sepoltures com afiert a filz dempereur; et li dist quil ne se remuast de sa terre aincois latendist jusquil revenist. Cil se parti si com li Empereres li ot comande. Li peres retint avec lui le meneur de ses filz qui avoit non Manuel puis se remist a la voie quil avoit comenciee et trespassa la terre qui a non Isaure et vint en Cilice puis entra en la conte de Rohes soudeinnement a tout ses olz et se loja devant le chastel de Torbesel qui est un leu mout planteis a .xxiv. miles du flun deufrate. Quant lempereres fu la venuz tantost envoia au conte Jocelin de Rohes et li manda que il voloit avoir ostages de lui. Cil fu si esbahiz et si espoentez de ce que lempereres iert en tel maniere entrez dedens sa terre a tout le grant pooir des genz qui avec lui estoient que il ne li osa refuser ce quil demandoit. Si li envoia en ostages une seue fille qui avoit non Isabel. Lempereres la prist porce quil vouloit estre seurs du Conte quil feroit ses comandemenz. Lors sadreca o ses oz por aler vers Antioche. Si hastivement chevauchoient que a peines pooient cil du pais oir noveles de sa venue quil ne fust ja venuz. Lors vint devant un chastel que len claime Gastun. La fist logier ses genz au .xxv esme. jor de septembre. Diluec envoia ses messages au Prince et li manda si com il le li avoit en covent que la cite dantioche et le donjon et toutes les autres forteresces li baillast por recevoir soi et ses genz et son tresor; car il movroit la guerre plus covenablement diluec aus citez quil avoit promis a conquerre; et bien estoit apareilliez de porsivre au Prince toutes les covenances que il li avoit fetes et par desus fere granz bontez et doner riches dons se en lui ne remanoit.

XX. Coment li sage home dantioche parlerent a lempereur.

Or fu li princes Raimonz mout angoisseus car il li avoit maintes foiz envoiez ses messages et ses letres par quoi il le semonoit et requeroit come son seigneur quil venist en la terre por acomplir ses promesses et il estoit prez de lui tenir les seues. Il veoit or bien que lempereres estoit venuz a si grant pooir quil nestoit mie seure chose de lui corocier; por ce estoit trop esbahiz. Il manda les sages homes du pais entor et leur demanda conseil. Cil penserent mout et parlerent entreus; en la fin ne leur sembla mie seure chose de baillier la cite si fort et si bien garnie en la main lempereur car il en avendroit que li Empereres sen iroit en Grece et leroit por garder Antioche ses Grezois qui estoient moles genz et mauveses a armes; par ce li Tur la conqueroient sur eus si com il avoient fet autrefoiz: si en seroit li domages trop granz a la Crestiente. Bien resavoient dautre part que li Princes li avoit promis a rendre la ville par sa feaute et par son serment; et puis maintes foiz lavoit il envoie querre por venir dedenz la ville come en la seue. Por ce se penserent quil escuseroient le Prince au plus tost et au plus bel quil porroient. Lors pristrent bons messages si les envoierent a lempereur de par le commun de la terre. Cil vindrent a lui et parlerent en tel maniere: Sire nos somes ci venu a vos de par les preudomes de cest pais qui vos mandent et defendent de par monseigneur saint Pere qui est leur sires et leur patron de par le Patriarche et de par eus touz que vos ne veigniez en Antioche; car les covenances que li Princes a a vos de baillier la ville ne furent mie par eus ne il ne si acordent encore mie et vos qui estes si sages hom savez bien que ce quil promist ne vous put il tenir par droit; car la dignite du prince dantioche ne muet pas de lui aincois est heritages sa femme; por que il dient que cil ne puet mie fere autre seigneur en la terre sanz lacort des Barons; et se li Princes se vuet en ce tenir que il a comencie bien vos mandent quil giteront hors de la terre lui et sa femme come ceus qui bien lont forfet; car il ont mis en vente lenneur et les homages des Barons sanz parler a eus; por ce il feront autre seigneur qui bien les maintendra contre Grieus et contre Sarrazins. Quant lempereres oi ces paroles mout fu troblez et esmeuz car il cognut bien les cuers de ceus de la terre. De fin desdaing en fist aler ses oz en Cilice por le tens diver qui venoit; car en la terre qui est vers la marine fet plus soef en iver et trueve len greigneur plente de pasture que ailleurs. Por ce vout ilecques iverner ses genz.

XXI. Des messages que li empereres Jehans envoia au roi Foucon.

Il ne fu mie merveille se lempereres fu corrociez de ce que li Baron et li Princes li orent mande et defendu lentree de la cite. Ne fist mie grant semblant de ce quil pensoit mes il avoit bien en talent que sitost come li soes tens revendroit que len claime ver il iroit a toutes ses genz pres dantioche et leur feroit tout le mal quil porroit par la terre. Por mieuz covrir son corage il envoia de ses plus hauz homes en message au roi Foucon de Jherusalem et li manda que grant talent avoit daler en Jherusalem por pelerinage et por visiter les sainz leus ou Nostre Sires Jhesucrist avoit ete vis et morz; et bien avoit proposement se la Crestiente voloit fere guerre contre les anemis Dame Dieu; que il leur aideroit efforcieement a son pooir. Si voloit que li Rois len mandast sa volente. Li Rois ot conseil a ses barons puis li renvoia les suens messages Ansel levesque de Bethleem Jefroi labbe de leglise du Temple qui bien savoit parler grezois et Rohart le chastelain de Jherusalem qui li porterent de par le Roi teles paroles: Sire li Rois vos salue come son seigneur et son ami; si vos mercie mout tant com il puet du bon corage que vos avez et du pelerinage fere et de grever les anemis Jhesucrist. Et vos mande sire que mout a grant talent de vos veoir et ennorer en son pais selonc son povre pooir; mes il ne vos veut mie celer la verite. La terre du roiaume est mout estroite car li Tur ont leur forteresces mout pres tout entor; il ni a mie grant plente de viandes; si dote mout li Rois mes sires et si baron se vos i venez a ceste grant plente de gent qui vos sivent que vos naiez mie assez ce que mestiers vos seroit ainz vos i estuisse sofrir meseses et soufrete de viandes a homes et a chevaus. Mes se vostre plaisir i estoit sire que vos i vousissiez amener sans plus .x m. chevaucheeurs ce porroit bien la terre sofrir et li Rois o ses barons vos vendroit a lencontre mout ennoreement et vos menroit dedenz la cite et par vos pelerinages; car il vos desire mout a obeir com au plus haut prince qui soit. Quant lempereres oi parler ces messages ne li sembla pas que il fust senneur de mener si pou de gent avec lui come cil li disoient; car il avoit en costume quant il chevauchoit hors de son empire que il covroit toute la terre de gent. Por ce lessa ester la parole du pelerinage. Les messages le Roi ennora mout et leur donna granz dons; puis se partirent de lui. Lempereres demora le remanant de liver entor la cite de Tarse; bien proposoit fermement que si tost come li noviaus tens vendroit il feroit aucun grant fet en la terre de Surie de coi il seroit mes touzjorz parle. Endementres uns hauz hom qui avoit non Paiens bouteilliers le Roi avoit este premierement puis ot la terre doutre le flun Jordain quant Romains du Pui et Raous ses filz la perdirent par leur meffet. Cist ferma un chastel en la marche de la seconde Arabe cui il mist non Le Crach qui mout estoit forz de siege et bien fermez de mur. Il siet delez une anciene cite qui ot non jadis Raba. La estoit a siege Joab quant David li manda que il meist Urie eu plus perilleus leu si que il fust ocis: ce fist il por sa femme que il amoit. Cele cite ot puis non la Pierre du Desert.

XXII. Coment lempereres Jehanz fu envenimez dune saiete.

Los ne demora mie que lempereres vit le tens assoagier. Mes encor ne trovoit len mie par les chans assez pastures aus chevaus; por ce ne vout mie encore esmovoir ses oz. Sur touz autres deduiz il amoit archoier en bois. Un jor avint que il i fu alez o pou de compaignie de chevaliers. Il se fu afustez et tint son arc tout tendu et une saiete encochiee. Li veneeur et li vallet lempereur orent aceint un buisson ou il avoit grant plente de bestes; si les comencierent a adrecier tout droit vers le fust ou lempereres se tenoit. Uns senglers en issi premiers trop granz et passa devant; lempereres quant il le vit si grant volente ot de li doner grant cop que il entesa sa saiete jusquau fer au descochier se navra en la main. La saiete estoit entoschiee; tantost li venins li comenca a corre par le bras si que il li enfla. Quant lempereres ot senti quil estoit einsi bleciez du bois se parti isnelement et vint en ses tentes. Lors envoia querre les mires dont il i avoit assez: dans Hues de Pierefont dans Gautiers et tant des autres que je ne vos sai nomer; lachoison de sa maladie leur dist: cil prisrent triacle et toutes les choses par quoi il cuiderent restraindre le venin; assez en parlerent mes pou li firent daide car parmi le braz sestoit ja li venins espanduz eu cors. Lors se comenca plus sentir lempereres agrevez. Li mire pristrent conseil entre eus et virent bien que toute la force de lentoschement movoit de la main ou li cops avoit este; lors sacorderent que aincois que les autres parties du cors fussent corrompues len li copast la main car autre maniere de garison ni veoient il point. Quant lempereres oi ce qui estoit hom de grant cuer bien dist que il sentoit la force du venin vers ses entrailles et grant angoisse sofroit; mes por garir ne se leroit il ja coper la main: car grant honte seroit que li empires de Costantinoble fust governez a une main. Quant cele novele fu espandue par lost que leur sires se moroit einsi lors firent trop grant duel par lost grant et petit; mainte proiere firent a Nostre Seigneur que sante li envoiast se il les en vosist oir.

XXIII. Coment Manuel fu empereres de Costantinoble.

En la fin vist bien lempereres qui sagement sestoit contenuz que la mort laprochoit mout. Lors fist venir devant lui les barons de son lignage et les autres granz homes de son ost et leur demanda conseil que il feroit de lempire quil li couvenoit a lessier par la volente Nostre Seigneur. Biau seigneur fist il voirs est que je renvoiai lainz ne de mes deus filz en Costantinoble por fere enterrer ennorablement ses deus freres. Selonc droit qui cort par toutes terres cil doit avoir lempire qui graindres est par aage et qui li toudroit bien semble quen li feist tort. Dautre part ci en a un avec moi qui est mainz nez; mes si com len puet cognoistre en tel aage mout voit len en lui signes et demostrances quil doie estre preudom sages et de grant cuer. Si vos dirai un peril trop grant que je voi. Quant je serai morz se vos atendez a fere empereur jusque vos soiez en Costantinoble ou Ysac mes filz est vos ne troverez pas qui vos en ramaint en vos terres sanz granz domages car vos navez mie une volente entre vous et vos estes granz homes et puissanz en lempire; si aurez desdaing dobeir li uns a lautre; li descorz sorda entre vous et vostre anemi sont de toutes parz en ces terres. Quant il sauront que vos serez de divers corages il vos corront sus et se vos qui ci estes estiez perillie dont Deus vos gart car vos estes toute la noblesce et le pooir de Grece li empires ne resordroit james en grand vigour. Por ce vos dout a lessier sanz chevetaine. Entre les autres hauz homes en avoit uns qui estoit seneschaus lempereur; Jehanz avoit non: cil tendoit a ce de tout son pooir que li empires fust gardez au filz ainz ne et touz ses amis metoit a ce voloir. Du remener les oz en Grece asseuroit mout lempereur et disoit que bon conseil i metroient li Baron. Li pluseur des autres nomeement tuit li Latin se tenoient a ce que Manuel li mainz nez filz fust empereres. Bien apercevoient que la volente au pere i estoit plus qua lautre; car il le cognoissoit a sage et bien emparle; les armes amoit et la compaignie des chevaliers. Mout repensoit a ce que ses oz en fust menez sauvement en son pais; si li plesoit mout ce que toute la plus leal gent de lost et li mieuz cognoissant sacordoient a lui. Mout durement les paroles entre les Barons devant le lit lempereur; au darrenier par comun acort fu otroiez li empires a Manuel qui present estoit. Il le chaucierent de hueses rouges devant son pere et le clamerent empereur Auguste: vestuz fu de dras de porpre vermeille. Quant li peres ot veu lenneur de son fil grant joie en ot ne demora puis gueres que lame sen parti. En ceste maniere morut li empereres Jehanz qui estoit mout puissanz et riches larges debonaires bons jostisiers et piteus. Il fu de moien grant; noirs avoit les cheveus et la char dont len le clamoit en seurnon Jehanz le mor. Lez estoit de visage mes chevaliers estoit preuz et seurs et bien entechiez. Il fu morz desoz une ancienne cite qui a non Anavarze la gaindre cite de la seconde Cilice. Li oz sestoit logiez au leu que len claime le Pre des Mantiaus. Ce fu lan de lincarnacion Nostre Seigneur mil et cent trente set au mois davril vinteseptiesme an de son empire. Quant li noviaus empereres ot atorne ses aferes en cele terre il se mist a la voie a toutes ses genz. Par ses jornees vint jusque pres de Costantinoble. La oi dire que Ysac ses freres ainz nez avoit sceu la mort son pere et sestoit saisiz du palais come cil qui voloit estre empereres. Lors prist ses messages priveement et les envoia a un haut home qui gardoit le tresor lempereur et la ville de Costantinoble quant li oz chevauchoit. A celui envoia ses letres et li manda quil estoit empereres et quil ne sofrist pas que ses freres i meist contenz. Cil se vout bien tenir au plus fort; tantost prist Ysac qui de lui ne se gardoit si le fist river en bons aniaus de fer et le mist en prison. Lors entra lempereres Manuel en la cite de Costantinoble: receuz fu a grant feste. Dedenz brief tens apres li parent et li ami lempereur parlerent a lui si lapaisierent a son frere et li distrent que il sofrist latirement de lempire tel com ses peres lavoit fet. Cil le sofri mout debonnerement et lempereres li porta touzjors puis grant enneur com a son frere ainz ne.

XXIV. Coment li chastiaus dibelin fu fermez.

Bien avez oi dire maintes foiz coment li Tur descalone grevoient la Crestiente toutes les foiz quil en avoient le pooir. Por ce pristrent conseil li Rois li Patriarches et li autre baron coment il leur porroient estrecier le bandon de corre par la terre. Il sen alerent tuit ensemble par comun acort es plains delez Rames assez pres dune cite qui a non Lidde. La empristrent a fermer un chastel. Car il i avoit un tertre qui estoit auques hauz; la sist une des citez aus Philistins que len clama Geth: nestoit mie loing dilec cele qui ot non Azote pres descalone a .x. miles sur la marine. Iluec assemblerent tuit li baron et orent grant plente douvriers. Premierement giterent les fondemenz apres firent quatre tors; pierres troverent assez en cel leu des forteresces qui jadis i avoient este; car si com len dist: Chasteaus abatuz est demi refez. Puis i troverent touz perrez ou il avoit grant abondance de bones eaues. Quant li chastiaus fu einsi fermez et touz parfez par la volente de touz le donnerent a un haut home sage et bien esprove de loiaute Baliens avoit non peres Huon Baudoin et Balien le juene: tuit cist furent nome de Ybelin porce que cist chastiaus ot einsi non. Car li leus estoit einsi apelez aincois que la forteresce i fust. Bien le garda cist preudom tant com il vesqui et mout en guerroia viguereusement les Turs. Apres sa mort le tindrent en autel maniere si fil qui furent mout vaillant home et bon chevalier. Onques ne finerent de ce leu guerroier la cite descalone jusquele vint es mains de la Crestiente.

XXV. Coment li chastiaus de Blanche Garde fu fermez.

En lan qui vint apres saperceurent bien nostre baron que mout avoient avancie le preu du roiaume et leur anemis afebloiez parce quil avoient fermees ces deus forteresces pres descalone: lune avoit non Bersabee et lautre Ybelin. Mout sen tenoient a enserrez li Tur qui souloient aler par la terre. Por ce se penserent li nostre que se la tierce forteresce estoit fete lors seroient il assis; car il ne porroient corre en nules des parties pour les garnisons qui seroient entor. Il a un tertre en la fin des montaignes qui descent aus plains entor .viii. miles pres descalone qui regarde vers les granz montaignes. Cist monz nest mie hauz mes au regart du plain est il assez hauz tertres. Au langage de Sarrazins a non Telle Saphi en nostre langage vaut autant comme Monz Clers. Li sage home du roiaume de Surie sacorderent que iluec fermast len un chastel porce que il porroit tenir trop granz nuisemenz a la cite descalone. Quant li noviaus tens vint touz li oz de Surie fu assemblez et sen viendrent a ce leu; de macons et dautres ouvriers amenerent grant plente. Il giterent leur fondement puis firent les forteresces; quatre tors i leverent grosses et hautes dont len pooit veoir pleinement jusque a la cite descalone. Grant duel orent li Tur quant il se virent si aprochiez et aceinz de teles forteresces. Cil chastiaus ot non la Blanche Garde: porce quil estoit plus pres de ses anemis et en greigneur peril de la guerre. Li Rois lemprist a garder; bien le garni de viandes darmes et de genz en qui il se fioit bien et que il avoit esprovees en hardemenz et en loiaute. Mainte foiz avint que cil descalone qui tenir ne se pooient de chevauchier par le pais quant il sen issoient por forfere trovoient ces garnisons issues encontre eus maint bon poigneiz i ot; touzjorz perdoient li Tur; car il navoit mie dedenz les forteresces se non toutes gens eslites. Li gaaigneur des terres se comencierent a trere entor les chastiaus por ce quil i estoient asseur; bestes i amenerent et firent leur charrues: les gaaignages maintindrent dont li pais amenda trop; car il i venoit mout grant plente de ble. Ne demora gueres qui firent bones villes de quoi li seigneur des chastiaus orent bones rentes. Lors sesmaierent trop cil descalone; et chairent ausi com en desesperance; car il ne leur sembloit pas quil se poissent longuement tenir au point ou il estoient. Por ce ne finerent denvoier letres et messages a leur seigneur le prince degypte qui si estoit puissanz et li mandoient que il pensast deus et de sa cite garder car il navoit mes plus en cele terre et ce estoit la clef de son roiaume.

XXVI. De labaie qui fu fete en Bethaine.

Li roiaumes de Surie fu une piece du tens tout en pais. La roine Milessent qui estoit bone dame sage douce et piteuse pensa en son cuer que bone chose seroit de fonder une abaie de nonains en lenneur de Nostre Seigneur et de Nostre Dame por la sauvete de lame le Roi et la seue et de ses ancesseurs. Ele avoit une sereur que len apeloit Yvete: cele sestoit rendue none piece avoit en leglise sainte Anne la mere Nostre Dame sainte Marie. Por lui meismes metre en novel leu vouloit le Roine ceste eglise fere. Longuement pensa et prist conseil a maintes genz quels leus en tout le roiaume porroit estre covenables a fere cele abaie. Au darrenier sur touz li plot et sacorda que len la feroit en Bethaine. Ce fu li chastiaus aus deus sereurs Marie et Marthe la ou Nostre Sires resuscita saint Ladre leur frere. Il est loing de Jherusalem .xv. miles. Si com dit levangile Nostre Sires i aloit maintes foiz hebergier quant il avoit preeschie en Jherusalem; porce que nus ne li donoit a mengier en la cite. Cil leus si est outre mont Olivet vers Orient et est assis au pendant du tertre. Bien est voirs que li chanoine du Sepuchre lavoient tenu come leur chose propre ja avoit grant piece: mais la Roine leur eschanja si leur en donna la cite des prophetes qui a non Thecua et ele retint Bethaine en sa main por fere sa volente. Mes porce quele estoit loing des forteresces et des autres villes aus Crestiens li Tur leur poissent fere mout mal; si fist la Roine fere une tor fort et haute ou les bones femmes se poissent recevoir se mestiers fust. Apres fist fere bele eglise cloistre chapitre dortoir et les autres oficines teles com eles afierent a genz de religion. Richement les fist fere sanz grant outrage. Une abesse i mist vielle femme et religieuse qui bien savoit son ordre. Rentes et teneures leur dona assez tant quil not en la terre plus riche meson de religion domes ne de femmes; car entre les autres possessions qui furent donees en cele abaie la Roine leur dona leu qui si est renomez et riches et delitables es plains sur le flun Jordain que len apele Jherico. Calices et croiz dor et chandeliers et encensiers dargent dras de soie chapes chasubles et autres vestemenz riches i dona la bone dame largement. Ne demora pas apres ce que la vielle abesse fu morte. Touz li covenz par lotroi du Patriarche eslut la sereur la Roine. Des lors ama encore plus la Roine ce leu quele ne soloit; si que tant com ele vesqui ne fina onques du leu enrichir et croistre de rentes et daornemenz que por lenneur Nostre Seigneur Jhesucrist que por lamor sa sereur quelle aimoit mout.

XXVII. De la mort le roi Foucon de Jherusalem.

En cele seson qui vint apres ne demora gueres porce que li pais estoit sanz guerre li Rois et la Roine sejornoient en la cite dacre. Li tens saprochoit ja de liver et estoit passee la seson que len apele automne. Un jor avint que la Roine se vout aler joer hors de la ville pres diluec en un mout beau leu ou il a fontaines. Li Rois meismes quant il sot que la Roine voloit aler la dist quil iroit et fist venir ses chevaus. Si monta et sa compaignie avec lui de chevaliers et de sergenz. Tuit ensemble chevauchoient li Rois et la Roine et leur genz; vallet et enfant sespandirent parmi ces chans tant quil firent saillir un lievre qui se gisoit en un garet: tuit sescrierent ensemble. Li Rois le vit qui seoit sur un mout bon destrier et tost corant; si prist un glaive por ocire le lievre. Des esperons feri durement apres por ataindre; mes quant il sen aloit si tost li chevaus mist le col entre les jambes et chei; li Rois jut iluec bleciez et li chevaus vola par desus lui tout envers si que li arcons derrieres de la sele laconsut en la teste et lescervela tout. Toute sa gent qui virent le Roi cheoir corurent cele part: assez i ot qui descendi entor lui. Lors le leverent en son seant aidier li cuidierent mes ne valut riens; car la cervelle li sailloit par les narilles et par les oreilles. Lors comenca li deus de touz tel com il aferoit a si grant mesaventure. Quant la Roine vint en la place ou li cors gisoit si se lessa cheoir sur lui et le besoit la ou il estoit plus sanglans. Quant li chevalier la redrecoient ce quele pooit aconsivre de soi desrompoit tout aus ongles: son vis ses chevaus et sa robe. De fine destrece quele avoit au cuer ne pooit ele plorer; mes li criz et les paroles quele disoit estoient bien signe quele avoit tresgrant douleur. Cil qui le virent tesmoignoient bien que riens ne pot onques fere greigneur duel et bien sot chascuns que du cuer li movoit. Cele novele vint tost dedenz la cite dacre que li Rois estoit morz en tel maniere; trestuit i acoroient petit et grant. Lors fust bien piteuse chose a oir le duel quil fesoient et veoir coment il acoroient tuit par esgarder cele merveille. Mainz en i ot qui cheirent tuit pasme home et femme. Dedenz la cite fu portez: assez i ot lermes espandues cheveus desrompuz et paumes ferues. Ensemble trois jorz le garderent que il nentendoient rien mes nestoit mie morz car encore alenoit il. Au tierz jor le soir moru; si que le quart jor qui avint tout droit aus octieves de la Touz Saint fu embasmez et enseveliz mout ennoreement. Puis lemporterent en Jherusalem. Toutes les processions du pais vindrent; li Baron li autre chevalier et les dames i acorurent et les menues genz. Trop menoient grant duel tuit ensemble. En leglise du Sepuchre fu portez et lenterra Guillaumes li patriarches de Jherusalem a destre lez la porte desouz monte Calvaire entre les autres rois qui avoient este devant lui. Dui fil remestrent de lui: Baudoins qui avoit treize ans et Amauris qui nen avoit que set. Le roiaume tint mout bien et governa la bone dame qui en estoit oirs la roine Milessent qui mout amoit Nostre Seigneur et bien se gardoit de pechie por sa conscience et de touz mauves semblanz por sa bone renomee.

LI SEISIESMES LIVRES

I. De la maniere Baudoin.

Ne demora gueres apres la mort au roi Foucon que li baron du roiaume firent coroner leur seigneur son filz le tierz Baudoin quil avoit eu de la roine Milessent: enfes estoit de treize anz si com je vos ai dit quant il fu coronez. Mes de tel aage estoit il assez sages apercevanz et de bon afere; si que des lors pot len bien cognoistre quil seroit preudom et a bien entendroit quant il auroit aage dome. Einsi avint il: car quant il fu parcreuz ausi com li visages li chanja lessa li cuers toutes enfances. Il fu de mout grant biaute et de toutes bones cognoissances. Plus bel et mieuz parloit que nus hom que len poist trover; assez estoit granz de cors; bien forniz de membres; legiers estoit vistes et forz plus que autres hom. Au vis avoit couleur fresche et vermeille; de ce ressembloit il sa mere: mes au pere retraoit il des euz que il avoit un pou grossez: nequedent ne li mesavenoit mie. Cheveus avoit sors le visage avoit bien vestu de barbe qui estoit une grant avenance a ce tens. Sa mere fu megre et ses peres cras; cil tint de lun et de lautre si quil fu meiens ne cras ne megres. Regardeure avoit gentil et bele si que il sembloit que se uns estranges hom venist qui onques mes ne leust veu par regarder son visage le deust il cognoistre a roi.

II. De ce meismes.

Einsi come ses cors etoit bien fez et ses visages biaus et colorez restoit ses cuers gentius et nobles bien apercevanz piteus et larges. Maintes foiz donoit il plus que il nestoit aaisiez; mes onc por ce ne convoita lautrui. Sans reson ne voloit rien aquerre. Les choses de leglise gardoit bien enterinement. Des quil estoit juenes enfes cremoit il Nostre Seigneur et amoit; son servise escoutoit chascun jor par grant devotion; letres savoit assez plus que ses freres Amauris. Clers bien letrez avoit touzjorz avec lui por demander ses doutes; estoires danciens rois lisoit souvent; de tel remenbrance estoit quil noblioit rien quil eust seu; grant grace avoit du pueple porce que il cognoissoit trop bien gent et touz les saluoit ainz quil li poissent mot dire. Les costumes et les droitures por que li roiaumes estoit governez savoit bien et certeinnement si que li baron qui estoient sage et ancien venoient a lui por conseil et plus i trovoient sens et droiture que en autrui. Jeus et gabois disoit mout bel nequedent mainte foiz i mesloit cortoises felonnies et covertes: si le fesoit plus por amender ses amis que por correcier. Jeus de tables et de dez amoit plus quil naferoit a roi car hom qui tant a afere come rois ne doit a tel deduit entendre se lors non que les granz besoignes sont bien finees. De sa char estoit plus legiers tandis com il fu juenes que sa hautece ne requeist; si neis que il fesoit tort a aucuns mariages ce dit len; mes quant il ot sa femme prise ce pechie guerpi du tout et vesqui mout loiaument avec li. Ce meismes quil avoit en sa juenesce mesfet de cele chose amenda il en fesant aspres penitances. En boivre et en mengier fu si mesurables que len ne le vit onques changie apres ne que devant; aincois tenoit a trop grant vice et a vileine chose quant hom qui rien devoit valoir senivroit ou manjoit a outrage.

III. Du coronement le roi Baudoin le tiert.

Le jor de Noel apres la mort au roi Foucon sassemblerent en Jherusalem li baron et li prelat de la terre et fu coronez li rois Baudoins par la main au patriarche Guillaume en leglise du Sepulchre. Sa mere porta le jor corone avec lui porce quil ni avoit point de roine qui fust femme a ce jeune roi. Cette roine Milessenz estoit merveilles sage dame et de meure contenance; haut cuer avoit et viguereus qui bien osoit emprendre granz aferes et bien maintenir. Tandis com ses filz fu si juenes ele governa le roiaume si bien et si sagement que onques rien ni ot perdu ne ni avint defaut de droiture. Les orgueilleus barons qui par leur hauteces ou par leur granz pooirs voloient defouler leur voisins ceus metoit ele si a droiture que plus la dotoient a corocier et mesprendre vers le Roi que les menues genz ne fesoient. Touzjorz tant com ses filz la vout croire furent bien et viguereusement mene li afere de Surie; mes por envie de ce que li Baron ne pooient mie fere leur volentez tandis com il estoit avec sa mere il vindrent a lui priveement et lui mostrerent que ce estoit granz hontes et granz avillemenz de roi qui navoit point de pooir aincois estoit ausi desouz le dangier sa mere come uns enfes aletanz; mout seroit mieuz quil fust sanz lui et governast le roiaume par le conseil de ses barons; plus le douteroit len a touzjorz mes et plus sagement seroient mene li grant afere de la terre; car se il estoient longuement en tel maniere james por proece quil eust ne seroit riens proisiez ne doutez. Li Rois fu enfes si les crut trop tost ne cognut pas bien la malice dont ces paroles venoient si se parti de la compaignie du conseil sa mere par quoi il receut trop dolereus domage si qua pou se tint que touz li roiaumes nen fust perduz si com vos orrez apres.

IV. Coment Sanguins assist la cite de Rohes.

En cel an meismes quant li rois Folques fu morz aincois que li rois Baudoins fust coronez Sanguins li pesmes anemis de la Crestiente trespuissanz Turs sires de la cite qui jadis fu apelee Ninive or a non Mousse et est la graindre citez de la terre qui a non Assur assist par son grant orgueil la cite de Rohes qui mout estoit granz et noble et la plus riche de la terre de Mede. Tant i amena gent que toute la terre en fu pleine: en cela se fioit mout mes plus avoit encore grant esperance en une descorde qui estoit sorse entre Raimont le prince dantioche et Jocelin le conte de Rohes. Cele citez siet outre le flun deufrate bien loing une jornee. Cist cuens Jocelins avoit lessie lestage de la cite porce quil i avoit trop a fere ne il namoit mie les plez ne les novelles qui sovent i venoient de ses anemis qui avoient grevee sa terre. Por ce eschiver sen estoit alez au chastel de Turbessel qui siet pres du flun deufrate en un leu mout delitable. La ne trovoit il qui gueres de noise li feist quil estoit bien loing de ses anemis et il entendoit plus a soi aaisier en delices que a pendre garde de sa bonne cite. Dedenz Rohes estoient remes Caldeu et Ermin genz qui ne savoient rien darmes ne nestoient mie accostume de guerres: de marcheandises sentremetoient sanz plus. A ceus avoit li cuens Jocelins trop grant accointance et li gardoient sa ville car la compaignie des Latins namoit il pas porce quil sentoit bien que sa contenance ne leur plesoit mie. Tant pou com il avoit de sodoiers en la ville fesoit il trop mauvesement paier: tele eure estoit quil delaioit la paie plus dun an. Por ce ne povoit trover qui estre i vousist se mauveses genz non qui ni avoient mestier. Mes li autre conte qui devant lui furent li dui Baudoin et li vieuz Jocelins tenoient touzjorz leur mestre estage dedenz cele cite; granz garnisons i metoient de viandes et darmes; les chevaliers fesoient venir des chastiaus por demorer ilec et leur donoient sovent de granz dons; por ce ne dotoit riens la ville lors aincois jostisoit tout le pais. Si com vos avez oi entre le prince dantioche et ce conte avoient dure longuement repostes anemitiez; mes ore estoient si descovertes que li uns naidast lautre de nule rien ainz avoit chascuns deus grant joie quant li autres avoit quelque mescheance. Sanguins qui trop estoit esveilliez de mal fere se fu bien aperceuz de ce; plus seurement en comenca semprise. Devers la terre dorient amena trop grant foison de Turs; par les citez dilec entor en prist il assez si que il ot tant de genz que de toutes parz assist la cite et toli a ceus dedenz issues et entrees. Ne demora gueres que il orent granz soufretes de viandes; car ni avoit eu point de porveance de garnir la cite encontre siege. Voirs est quele estoit forz et bien fermee de hauz murs espes et i avoit un chief de chastel ou cil de la ville se poissent bien garantir se la citez fust prise. Ce deust estre grant seurete a la ville se il i eust genz de que len poist garnir ces forteresces. Mes puis quil ni avoit qui les defendist ce nestoit mie avantages aincois estoit la ville plus foible par les tors que len ne gardoit mie. Sanguins avoit bien apris tout le covine; bien avoit esperance de prendre la cite por la soufrete des defendeeurs. Il fist drecier perrieres et mangoniaus qui gitoient dedenz grosses pierres et sovent dont la mole gent de la ville sesmaioient trop. Archier et arbalestier ne finoient de trere a ceus qui paroient sur les murs; mainz en blecierent car il ne savoient rien de ce si ne se garantissoient mie bien. La renomee corut par toute la terre de Surie que cele noble citez qui si grant leu tenoit a la foi Jhesucrist estoit assise et en peril destre perdue porce que cil dedenz estoient povrement garni de toutes choses qui mestier ont a ville defendre. Cil defors avoient grand pooir de grever eus en maintes manieres. Tuit cil de la terre qui ces noveles oirent furent mout esbahi et dolent de cele aventure. Li cuens Jocelins qui mauves conseil i avoit mis saperceut lors que folement sestoit contenuz de la garde de cele cite; por ce corut et envoia par tout ses voisins; aide leur requist mout humblement; au prince dantioche cria merci par lettres et par messages com a son seigneur quil le secoreust a ce besoing. Li rois de Jherusalem oi cele novele; trouble en furent mout tuit cil du roiaume. La bone reine Milessent qui tenoit encore en sa main la terre por le Roi prist chevaliers et sergenz a grant plente bien montez et armez avenaument; si les bailla por mener a .iii. barons: li uns fu Manessiers li conestables le Roi cousins la Roine; li autres Phelipes de Naples li tierz Elinanz de Tabarie. Mout les pria la bone dame et leur comanda destroitement que il se hastassent de secorre cele cite. Li princes dantioche vit que li cuens de Rohes estoit en tele angoisse et en peril destre desiretez; si nen fu pas iriez; ainz en ot grant joie. Ses achoisons comenca a trover por remanoir de cele besoigne ne ne sapensa mie que ce estoit ses granz domages por si grant fie que il perdoit de cele cite et plus encore por les Turs qui si saprochoient de lui.

V. Coment Sanguins prist la cite de Rohes.

Sanguins qui bien fu apensez et sot certeinnement que se il demoroit a prendre la ville li Crestien qui de toutes parz estoient effree vendroient au secors et le leveroient du siege par force si que se il les atendoit il feroit folie; por ce fu mout angoisseus et se hasta tant com il pot de la ville prendre. Les mineeurs fist minier au mur car cil dedenz ni mistrent gueres de contenz. Cil qui furent asseur desoz piquerent en pluseurs leus et estanconerent tout un grant pan puis sen issirent et mistrent latret lez les estages; apres i fu boutez li feus. Li murs chei qui minez estoit et de lautre sen escrolla grant partie en tel maniere que lentree fu bien large de cinquante toises. Li Tur qui ne douterent rien les marcheanz qui gardoient la ville se mistrent enz a grant presse; quanquil encontroient de genz homes et femmes decopoient touz. Cil qui plus savoient des citeiens de la ville se corurent garantir en un donjon qui estoit li chies du chastel et recueillirent la leur femmes et leur enfanz cil qui porent. Quant li autre de la cite sen aperceurent si corurent la endroit; tel presse i ot porce que chascuns se voloit boter enz quil en i morut assez. Entre les autres i fu trovez morz Hues larcevesques de la ville et autre clerc assez. Len lavoit tenu a sage et de bone vie mes a la fin fu mout blasmez et dist len que a bon droit estoit il morz en tel maniere car au comencement de ce siege quant li citeien virent que li Cuens ne metroit en eus garder autre conseil il vindrent a larcevesque qui mout estoit riches et grant tresor avoit et li requistrent docement que il meist conseil en la ville et donast aus sodoiers de son avoir qui les aidassent a defendre; car encontre tel besoing ne devoit il rien avoir chier; il respondi que il ne sen entremetroit ja; par quoi i il fu morz et ses avoirs perduz. Si semble quil encoreust la maudicon monseigneur saint Pere qui dist: Tes avoirs soit avec toi en perdicion. En tel maniere com vos oez fu perdue la noble cite de Rohes qui si estoit puissanz riche et ancienne. Des le temps que li apostre preschierent fu ele convertie a la foi Jhesucrist et en cele creance se maintint ele touzjors jusqua celui jor que li mescreant en orent la seigneurie. Si com len dit li cors monseigneur saint Thomas lapostre gist en cele cite et li cors a un saint roi qui fu convertiz a la Crestiente Abgarus avoit non. De cestui dist messires sainz Eusebes larcevesques de Cesaire que il trova es aumaires de Rohes unes letres que cil Abgarus envoia a Jhesucrist quant il aloit par terre et unes autres que Jhesucriz li renvoia por respondre a celes.

VI. Coment li Crestien pardirent le Vau Moysi et le reconquistrent.

Au premier an que cil darreniers Baudoins comenca a regner li Tur par le consentement de ceus qui abitoient eu pais et gaaignoient les terres vindrent soudeinement et pristrent un nostre chastel qui a non li Vaus Moysi et siet en la terre que len clamoit la Surie Sobal; mes ele est ore apelee la terre de Mont Roial. Cil chastiaus est assez pres du leu ou Moyses fist issir les eaues de la pierre par le cop de sa verge quant li pueples Israel moroit de soif. Noz gent oirent dire que leur anemi avoient einsi ce chastel pris et ocis touz ceus quil troverent dedenz. Si assemblerent leur ost: li Rois meismes i ala qui mout estoit juenes et tendres. Il passerent le lai qui a non la mer Morte et monterent par les montaignes de la seconde Arabe. Quant il saprochoient de la terre du Mont Roial li Tur du pais qui avoient porparlee la traison du chastel se mistrent dedenz; avec eux menerent femmes et enfanz et la leur chose por ce que bien se pensoient que li chastiaus ne seroit mie pris legierement par force. Li oz des Crestiens vint la et lassist. Assez i drecierent engins et gitoient de grosses pierres mes ni fesoient mie grant domage. Archer et arbalestier ne les aprouchoient point par que il ne leur nuisoient rien. Quant li nostre virent ce ne vourent mie leur tens longuement gaster et pristrent conseil si sacorderent quil leur feroient mal en autre maniere. Cele terre entor estoit toute couverte darbres portanz fruiz de figuiers doliviers et dautres bones manieres darbres si que ce sembloit une forest. Cestoit toute la richesce du pais ne li gaaigneeur ne vivoient gueres dautres choses que de leur fruiz quil vendoient mout chiers. Li Baron comanderent que len les copast touz et ardist se en seroit la terre destruite. Quant cil qui sestoient receu au chastel virent que len metoit einsi a mal toute la garnison ne le porent soffrir ainz firent a lui parler de pais. Teus covenances firent entreus que li Tur qui estoient leanz remes en garnison sen iroient tuit sauf jusque en leur pais; a ceus qui du pais estoient ne feroit len nul mal por chose quil eussent fete et il rendroient le chastel en la main le Roi. Li Rois ot conseil a ses barons et sacorda bien a ces covenances: le chastel receut et bien le garni de bones genz; armes et viandes i mist assez. Lors sen retorna vers son pais touz sains ou len li fist grant joie. Lie furent tuit cil de la terre porce que li Rois avoit eue si bone estreine que sa premiere emprise estoit bien achevee et distrent que granz signes estoit que il deust assez avoir bones aventures en sa vie.

VII. Coment Sanguins fu murtriz par ses chambellans.

Sanguins de que je vos ai maintes fois parle fu montez en trop grant orgueil de ce quil ot prise la cite de Rohes. Bien li fu avis que des lors en avant riens ne se pooit tenir contre lui; por ce emprist tel hardement quil ala asseoir une mout fort cite et bien garnie qui siet sur le flun deufrate: len la claime Caloganbar. Tandis com il estoit a ce siege et se penoit mout si com sa costume estoit dapresser la ville et de grever ceus dedenz li sires de la cite fist parler a ses chamberlans qui estoient chastre en que il se fioit mout; si que une nuit quant il orent assez mengie et beu du vin tant quil estoient touz yvres il li corurent sus et le deglaiverent tout. Tantost senfoirent dedenz la ville qui assise estoit aincois que cele chose fust seue par lost. Len les receut a grant joie. Lendemain quant li baron Sanguin sorent quil estoit morz tuit sen partirent grand duel fesant. Il avoit deus fiz qui orent sa terre. Li uns ot la cite de Mousse et les apartenances qui estoit lainz nez; li mendres ot Halape qui fu apelez Noradins: cil fu preuz et sages et selonc sa loi dotoit Dame Dieu. Bien fu aventureus et assez acrut son heritage. Ne demora gueres apres ce au secont an du regne le tierz Baudoin uns granz princes de Turquie gentius hom et puissanz fu mal du roi de Damas que len clamoit Meieredin por contenz quil orent entreus et nomeement porce que li conestables de la terre ne lamoit pas que il apeloient Meheledin; mes par son autre non le clamoit len Aynart. Cestui dotoit len plus en la terre de Damas que le Roi. Porce que cil le doutoit il sesmut de son pais et amena compaignie assez ennorable de genz de sa loi. Un jor entra en Jherusalem et parla au Roi et a sa mere; si leur dist que se il avoient conseil de li rendre bone eschange par esgart de preudomes de sa terre quil leur bailleroit et feroit tant que la Crestientez auroit la greigneur cite darabe qui seut avoir a non Bostre mes len lapele ore Bussereth et un trop fort chastel avec qui avoit non Selcath. Icist Turs si com len disoit avoit este nez de lignage dermins par que il se treoit plus volentiers vers les Crestiens. Granz estoit de cors et bien forniz biaus de visage et bien gracieus: Tanteis avoit non.

VIII. De ce meismes.

Li Rois et sa mere ne refuserent pas ceste parole. Nequedent sanz grant conseil ne li voudrent mie de ce respondre; les Barons manderent a un brief jor. Devant eus fu dite la requeste a ce haut home. Quant il en orent assez parle bien leur sembla que trop seroit grant chose et profitable se la Crestiente pooit avoir si fort cite et que bon leu li porroit tenir a guerroier. Por ce sassentirent que len li covenancast bon eschange et semonsist len les oz por aler efforcieement saisir ce quil offroit. Len parla a lui et tout a sa volente li asena len autre terre por cele. Au jor de la semonse sassemblerent et murent mout lieement li Rois et touz li oz; puis vindrent devant la cite de Tabarie iluec se logierent entor un pont qui est sur le flun Jordain pres de la mer. Cil Aynarz qui avoit le roiaume de Damas tout en sa garde estoit aliez au roi de Jherusalem et autele aliance avoit il eue a son pere que li uns ne pooit aler sur lautre por guerroier jusquil li eust fet a savoir assez avant si quil poist avoir ses genz semonses por soi garnir. Ce fu la resons por que li Rois envoia a lui bons messages que li distrent que des lors en avant se gardast car li Rois avoit conseil de lui guerroier. Quant cil qui estoit sages oi ceste parole si dist quil sen conseilleroit. Tant delaia les messages le Roi que il fu pres dun mois passe aincois quil vousist respondre. Au derrenier li envoia sages homes qui de par lui li distrent: Sire vos avez proposement de fere mal a la terre mon Seigneur qui est vostre amis et volez maintenir contre lui un suen serf qui mauvesement sest partiz de sa terre. Ce seroit contre la covenance que vos avez fermee a lui; por ce vos prie come son bon ami et mande com a son empris que vos ne le faciez pas car il vos est pres de rendre quanque vos avez despendu jusquaujordui en cet ost assembler. Ce mandoit il au Roi par fin barat; car en tout le mois quil avoit detenuz les messages ne fina il onques denvoier par toute Turquie et semondre genz quil li venissent aidier les uns par prieres les autres par granz dons. Li Rois ot conseil sur la parole que li messages li orent aportee et leur respondi: Se vostre sires veut nos navons nul talent de venir contre laliance que nos li avons fete; mes cil hauz hom de vostre loi est venuz en nostre terre por parler a nous bien cuide que nos le doions garder de domage quil ne perde mie sa terre. Por ce se il nos a dit son conseil nos le menrons dedenz sa cite bein nos garderons de fere domage en la terre le Roi de Damas en alant et en venant se sa gent ne nos mesfont. Quant cist qui vient avec nous sera dedenz sa terre bien le maint ses sires par le droit et par les costumes qui cueurent en son roiaume. Voirs est que cist Aynarz estoit mout sages hom et par semblant amoit mout les Crestiens. Il avoit trois filles: lune avoit donee a femme au roi de Damas; lautre a Noradin le fil Sanguin; la tierce a un haut Tur qui avoit nom Mangarz. Il governoit le roiaume por le roi son gendre car il estoit de grant sens et cil nentendoit que a mengier et a boivre et touzjorz vouloit estre en deliz meismement de luxure. En toutes manieres que Aynarz pooit il porchacoit lamor et la grace de nostre gent par fere granz debonneretez et mainz services. Bien puet estre quil ne le fesoit pas de si vraie amor come por ce quil se pensoit que nostre crestien li poissent avoir grant mestier; car il avoit mout sospeconeus Noradin son gendre si com il avoit touzjorz doute son pere; car il se pensoit que cil verroit le roi de Damas fol et mauvais si li toudroit le roiaume et a lui meismes le pooir quil i avoit; contre ce se voloit garnir de lamor de nostre gent quil li aidassent se mestiers fust. Le Roi eust donne granz donz volentiers plus que cil aferes ne li avoit couste se il sen vousist estre retornez; et en maintes autres besoignes pot len bien cognoistre quil avoit bon cuer vers la nostre gent.

IX. De ce meismes.

Bernarz li Vachiers estoit uns chevaliers mout privez du roi Baudoin; il avoit este avec les autres gens en ce message por parler au connestable de Damas Aynart. Quant il revint bien leur conta ce quil leur avoit respondu. A son parler sembloit bien que plus sacordast a retorner le Roi et lost que a plus aler avant. Li pueples oi cele parole qui ne li plot mie; aincois comencierent a dire que cil Bernarz estoit traistres et quil avoit pris loier des Sarrazins por loer le retorner. Mout en fu granz li criz entre la menue gent et disoient tuit que trop seroit granz outrages se len refusoit si noble cite com la Crestiente pooit avoir et tuit cil qui encontre ce donroient conseil estoient apertement devers la traison. Assez i avoit de sages homes cui bien estoit avis que li retorners fust mieudres et plus seurs mes il nosoient parler por le temolte de la fole gent; si sacorderent a ce quen alast outre. Li oz sesmut et tint la voie qui vet a un chastel que len claime la Cave Roob. Los descendirent en uns granz plains qui ot non Medan. Iluec sassemblent chascun an a certain tens les carevanes de toute la paienime dorient et menent la trop granz richesces de maintes manieres; la foire i est mout pleniere ne sai quanz jorz. Quant nos genz furent venues en cele planesce il virent venir les Turs entreus a si granz routes quil sen esbahirent tuit ne ne cuidassent mie que en toute cele terre eust tant gent qui armes portassent. Cil qui avoient done conseil que li Rois alast avant sen repentissent lors volentiers se il poissent car il ni avoit si hardi qui bien ne se doutast. Tuit sarmerent isnelement et furent les batailles mises en conroi. Li baron qui plus savoient de guerre et mieuz cognoissoient la maniere des Turs vindrent au Roi et li loerent quil feist isnelement son ost loger en cele place; li Rois le fist a leur conseil; tuit descendirent et firent tendre touz leur paveillons et leur tentes; il mangierent ce quil avoient car loing nalerent il mie en porchaz porce que li Tur sestoient areste pres deus. Toute la nuit se firent bien eschauguetier cil de nostre ost et ne dormirent gueres come cil qui nestoient pas asseur. Leur anemis ne finerent de crier et de buisiner toute nuit et leur venoient assez noveles genz. Grant joie fesoient porce quil ne cuidoient mie doter que touz li oz de nostre gent ne fust lendemain a leur volente si que il enmenassent pris tant come il leur pleust et li remenanz fust livrez a mort. Quant li soleus fu levez au matin li Rois ot conseil a ses barons qui li loerent que il alast avant car puis quil tant en avoit fet li retorners seroit desconfiture et aussi li metroient li Tur contenz au retour come au passer avant. Il conraerent leur batailles et se mistrent a la voie. Leur anemi se comencierent a metre au devant et a trere espessement de forz ars turquois et ferir de maces et de canes forz et roides. La nostre gent qui estoient pesamment armees sen aloient toutes voies lentement. Quant il pooient aconsuivre route espesse de leur anemis bien fesoient voie parmi aus glaives et aus espees. Cil a cheval contrattendoient ceus a pie car se il les esloignassent tantost les perdissent touz. Maintes foiz avint que li haut home descendoient de leur chevaus por monter les foibles qui ne pooient aler a pie. Ainsi sen aloient tuit serre nus deus ne sosoit desrouter ne poindre sanz comandement. Saietes plovoient sur eus ausi come grelle: ne pot estre quil nen i eust mainz bleciez; mes sur toutes choses i avoit une mesese qui trop grevoit nostre gent car li chauz estoit granz et la poudre si avoient tel soif que pres quil ne moroient; et il leur estoit si avenu que en toute cele terre par ou il passoient ne sort fontaine ne ne cort eaue nule. En iver quant il pluet au pais il recoivent la pluie en citernes et en caves qui i sont de la nature de la terre. Mes en cel an i avoit eue une mesaventure; car si grant plente de langoustes estoient venues eu pais que touz li airs en estoit pleins et toute la terre en estoit coverte; et quant eles morurent tant en chei dedenz les citernes que toute leau en fu puanz et corrompue. Cele terre par ou nostre gent aloient a non Traconite et si come je croi ele est ainsi apelee porce quil i a tant de boves soz terre; car tracones en latin sont caves. Saint Luc dist en levangile que Felipes li freres Herode fu sires de la terre diture et de Traconite.

X. De ce meismes.

Quant li oz de nostre gent ot einsi a grant peine et a grant peril passe une partie de ce pais entor lavesprer vindrent a une ville qui seut estre apelee Adrate; mes ele a ore non communement la cite Bernart destampes. Sanz faille cest une petite cite qui est dessur la grant cite de Bussereth. Li Tur de la terre se mistrent avec ceus qui porsivoient lost si en greverent plus nostre gent. Li Rois fist logier son ost entor cele ville. Il troverent citernes parfondes ou il avoit assez eaue; cil de lost qui grant talent avoient de boivre corurent aus seilles et aus cordes si vourent puisier; mes quant il avalerent les seilles len leur coupa les cordes aval si que cil qui estoient es caves desoz retindrent les seilles; lors parfurent il trop angoisseus. Quant il orent perdue lesperance de boivre plus leur encrut lardeur de la soif: en tel maniere furent li Rois et li oz .iiii. jorz continueus sanz repos. A peines pooient il la nuit dormir un petit por eus rafreschier au travail. Li Tur les aloient gastant a leur pooir en toutes les manieres quil les pooient grever. Leur nombre croissoit chascun jor et li nostre apeticoient par les morz qui remanoient. Des navrez i avoit mout qui aus autres estoit grant charge car il les estovoit a porter sur les chevaus et sur les cors des homes. Tant i avoit meseses et descovenues que il Tur meismes se merveilloient trop coment nostre gent pooient ce soffrir; car il saloient touzjorz defendant de ceus qui les aprochoient. Maintes foiz i traoient il dars et darbalestes; mais leur anemi qui estoient a large se pooient mieuz garantir et eschiver leur cops que li nostre qui estoient tuit serre et mis ausi come au bersaut. Au quart jor quant il orent tant ale quil se furent aprochie de la cite qui leur estoit promise tant que il la virent de loing si en furent mout lie car il orent esperance de finer le travail et le peril ou il estoient. Li Tur qui les menoient leur firent a savoir que pres deus entre les rochers avoit fontaines deaues douces; mais leur anemi sestoient mis entre deus que il ni poissent avenir. Cil pristrent cuer et leur corurent sus mout eforcieement. Bon poigneiz i ot et fier. Assez i perdirent li Tur; li nostre gaaignierent leaue par force dont il avoient eue grant mesese si se logierent iluec et se reposerent si come il porent. Grant desirrier avoient que il fust jor lendemain porce quil cuidoient entrer en la cite; mes entor la mie nuit vint un message de la ville mout celeement qui estoit passez par la ou li Tur estoyent logie; et venuz en nostre ost il dist que len le menast au Roi car il avoit a parler a lui mout priveement. Len li mena: li Rois envoia querre les barons et nomeement le Tur qui avoit non Tantays. Li messages dist oiant touz que por neant iroient en avant car la femme Tantays qui les fesoit aler la avoit rendue la cite aus Turs; si quil estoient saisi de toutes les forteresces; garnies avoient les tors de leur genz et gitees les autres gardes. Quant ils oirent les noveles ne fu mie merveilles se il furent esbahi. Il ne sorent que fere; toutes voies pristrent conseil et leur fu avis que laler avant estoit noiant a retorner les covenoit se il pooient. Aucun des barons vindrent au Roi priveement et li conseillierent que il preist la vraie croiz et montast sur le cheval a un chevalier qui avoit non Jehans Gomans; si sen alast touz seus au ferir des esperons por venir a sauvete se il pooit eschaper; car li remananz estoit perduz. Li Rois qui estoit juenes enfes mostra bien en ce point quel il seroit en plenier aage; car il dist que ce ne feroit il mie ne il ne voudroit mie eschaper vis por que li preudome quil avoit la amenez fussent iluec peri. Quant il virent que li Rois ne sen iroit pas si comencierent a deviser coment il sen retorneroient. La menue gent qui orent oi cele parole se desconforta trop; car premierement tandis com il cuidoient comquerre cele cite lesperance quil en avoient leur estoit grant alegement de leur travail et des meseses quil en soffroient; mes quant il virent quil i orent failli tuit furent desespere et se sentirent touz afebloiez por soffrir la peine de retorner. Toutes voies len fist crier le ban le Roi que tuit se meissent a la voie arrieres en leur bataille si com il estoient venu avant.

XI. Du miracle qui avint en lost des Crestiens.

A lendemain quant il fu ajorne Noradins vint o grant compaignie de Turs en laide au roi de Damas; car Aynarz li peres sa femme lavoit envoie querre. Mout en crut li oz aus anemis Dame Dieu quant cil fu venuz. Li nostre si com il estoit comande sestoient mis au retorner. Quant li Tur laperceurent si comencierent a huller et soner timbres et buisines et tabors; si ferirent des esperons au devant por destorber ceus qui sen aloient. Li nostre qui bien cuidoient iluec morir pristrent cuer en eus et hardement: a ce entendoient sanz plus quil vendissent bien leur mort. Toutes les foiz que cil les apressoient tant quil i poissent avenir viguereusement leur coroient sus et ocioient quanquil pooient ateindre si que parmi eus fesoient large voie et toutes voies entendoient a passer outre. Il avoit este comande en nostre ost que les morz et les navrez len ne leissast pas remanoir aincois les meist len sur chamaus et sur autres voitures; car li Tur eussent trop grant joie sil en trovassent nul apres eus et plus hardiement les assaillissent quant il veissent leur nombre apeticier. Si estoit devise que tuit tenissent leur espees tretes neis les foibles genz por mostrer bel semblant par dehors. Li Tur qui bien apercevoient le meschief de noz genz tenoient a trop grant merveille coment li nostre sen aloient einsi enterinement et tuit serre que nus ne remanoit apres eus ne por mort ne por mesese. Il comencierent a dire en leur langage que cestoit pueples de fer. Quant il virent que li assemblers et li combatres aus noz ne leur estoit mie bons car il i perdoient touzjorz si enpristrent autre maniere deus grever. Li venz tant com il en fesoit venoit tout droit contre les vis de noz genz et grant bien leur avoit fet por le chaut qui granz estoit; la terre par ou il sen aloient estoit pleine de ronces et de chardons de buissons et de hautes herbes de seneve toutes seches; estoubles meismes de ble i avoit il en aucuns leus. Li Tur giterent feu grezois partout si quil sembla que touz li pais ardist. La flambe haute et la fumee espesse feroient noz gens enmi les euz. Lors parfurent il si entrepris quil ne sorent que fere. Mes quant li granz besoinz est et les aides des homes faillent lors doit len requerre laide Nostre Seigneur et li crier merci que le suen conseil i mete: einsi le firent nostre crestien a ce point; car il apelerent larcevesque Robert de Nazareth qui portoit la vraie croiz devant eus et li requistrent quil priast Nostre Seigneur qui por eus sauver avoit mort souferte en cele crois que il les gitast de ce peril; car il ne pooient soffrir ne natendoient mes secors se le suen non. Voirs est que il estoient ja tuit noir et tuit broi ausi come fevre du feu et de la fumee. Larcevesques descendi et se mist a genous; Nostre Seigneur pria a granz lermes que il eust pitie de son pueple; puis se dreca et tendi la vraie croiz encontre le feu que li venz amenoit efforcieement contre eus. Nostre Sires par sa merci regarda se gent au grant peril quil soffroient; car li venz torna tantost qui flati le feu et la fumee enz enmi les vis a ceus qui alume lavoient si que par force les fist foir touz esparpeilliez parmi les chans. Li nostre quant il virent ce comencierent a plorer de joie car bien aperceurent que Nostre Sires nes avoit mie obliez; tuit en furent rafreschi de fere sa besogne; li Tur furent encontre si mort et si esbahi quil ne se savoient coment contenir de ce miracle quil avoient veu. Mainz en i ot qui distrent que voirement nestoit il lois que la foi crestienne; car Nostre Sires fesoit trop a point ce quil li requeroient. De fin esbahissement se trestrent arrieres et lessierent nostre gent une piece tout enpais si quil orent en petit de repos.

XII. Du chevalier au blanc cheval et a la vermeille baniere.

Bien avez oi en quel point cil preudome estoient. Li baron qui plus se prenoient garde des aferes de lost por ce que li Rois estoit en petit aage virent bien que la gent a pie ne pooient pas cele mesese soffrir longuement; grant peor orent que il se defaillissent si que len les perdist touz: por ce vindrent au Roi et li donnerent conseil que il envoiast ses messages a Aynart qui avoit este ses empris; si parlast daucune pais ou de trives teles par que il et si home sen poissent retorner sauvement. Li Rois si acorda bien et tuit li autre qui sorent la parole. Len devisa que uns chevaliers de la terre i iroit: je ne sai mie son non mais il savoit le langage de Sarrazinois mout bien parler; autrefoiz i avoit il este envoiez mes len cuidoit que il ne si fust pas bien contenuz aincois estoit mal renomez que desloiaument eust porchaciee la besoigne por quoi il i ala. Toutes voies len li dist quil feist ce message il lotroia; mes en tel maniere leur dist: Biau seigneur len me mescroit a tort de lautre message que je fis et dit len que ji ouvrai faussement; mais ce nest mie voirs. Ja ne poisse je revenir de la ou vos menvoiez que je ne soie ocis se je loiaument et a bone foi ne porchace a mon pooir ce que len mencharja. Ce ne sai je se il dist voir ou faus mais quant il se fu partiz de lost aincois quil venist devant le connestable de Damas ne sai quant Tur lencontrerent qui le despecierent tout si que maintes gens cuiderent que ce fust avenu por sa maudicon meismes que il avoit mise sur soi. Quant nostre gent sesmurent a tenir leur voie li Tur les comencierent a porsuivre et appresser mout por hardoier. En lost des noz estoit criez li bans que se nus se desroutoit por ferir aucun cop queque li avenist len li coperoit la teste. Lors vindrent quatre amiraut mout haut home cointement arme et mout noblement; frere estoient a un haut roi de Turquie que len apeloit Merel. Il estoient juene home; gand route de Turs menoient avec eus si se penoient plus que tuit li autre de grever la nostre gent. Li chevalier ne sosoient crosler por la defense le Roi. Mes il i ot un Tur avec les noz qui estoit de la mesniee celui Tantays qui les avoit menez la. Cil ne pot soffrir lorgueil a ces amirauz ainz esgarda son point puis feri cheval des esperons le glaive desoz lessele tout esloignie et ataint un de ces .iiii. freres. Le glaive li envoia parmi le cors jusquau poing a terre labati tout mort et sen retorna tout sains aus noz. Li Tur quant il virent ce haut home mort acorurent tuit entor lui; la commenca li pleurs et li braiz trop granz. Il arrachoient leur barbes coupoient leur treces et les queues de leur chevaus en signe de grant duel. Li nostre qui ce regardoient en firent trop grant joie mais toutes voies demanderent qui cil estoit qui ce avoit fet contre le ban le Roi. Encerchie fu et trova len que cestoit uns chevaliers turs de la mesniee Tantays. Il en orent pitie por le bel cop quil avoit fet et distrent quil nentendi mie le langage au crieeur; quil ne cria mie en sarrazinois. En ceste maniere le passerent. Li Tur qui fesoient leur duel se trestrent arrieres si que li nostre se porent plus eslargir et alerent tant a tel meschief que il vindrent au leu que len claime la Cave Roob. Pour ce que cil leus estoit roistes et estroiz et quentre les montaignes avoit de felons trespas li Baron sacorderent que len ne passeroit mie par la. Quant Aynarz qui les porsivoit vit que li Rois adrecoit sa gent vers la valee il li envoia ses messages et li manda quil avoit bien veu que ses oz avoit sofferte par ne sai quanz jorz grant mesese de viande; por ce li ofroit que se ses plaisirs estoit por amor de lui il feroit outre la Cave Roob en uns plains qui la sont apareillier viandes assez ou il et toutes ses genz porroient mengier et boivre a grant plente. Ce ne sai je pas sil le fist par bone entencion et por lamor quil avoit au Roi et a ses genz ou por decevement que il vouloit que il sembatissent en unes perilleuses valees dont il ne poissent pas legierement issir; voirs est que bien eussent mestier de ce quil offroit; mes por ce quen doit touzjorz avoir sospeconneus les servises et les bontez que si anemi presentent li Rois le refusa. Comande fu quil sen alassent par lautre voie qui estoit plus pleine et moins perilleuse. Mais il navoient nului entreus qui les seust conduire par ce pais; si en estoient mout esbahi quant uns chevaliers vint devant les routes que nus ne cognoissoit en lost. Il seoit sur un cheval blanc et portoit une baniere vermeille un hauberc avoit vestu dont les manches navenoient que jusquau coude. Cist emprist a les conduire et se mist devant; eaues leur enseignoit bones et froides tant com il en avoient mestier; logier les fesoit en bones places et covenables a ce fere. En tel maniere les mena que il furent au tierz jor devant la cite de Gadre; et puis ne pot estre trovez cil chevaliers en tout lost.

XIII. De la cite de Gadres.

Gadres cele citez dont je vos parole siet en cele terre que len claime la Region de .x. Citez de que sainz Marques parole en levangile la ou il dist que Jhesus issi des termes de Sur et vint par Sajete a la mer de Galilee entre les termes de .x. Citez. Quant les premieres batailles de nostre gent saprochierent de cele cite qui estoit en la marche des Turs et des Crestiens lors sengoisserent trop durement li Sarrazin de mal fere aus noz et de grever larriere garde: mes li nostre se defendoient viguereusement. Et quant cil virent quil ni feroient point de leur preu et longuement avoient este greve de chaut de travail de feus et de fumees il pristrent congie entreus et sen retorna chascuns en son pais. Li nostre se reposerent cele nuit plus as seur quil ne soloient car li Tur les avoient guerpiz porce quil estoient pres de la leur terre; et sanz faille il vindrent lendemain a la cite de Tabarie. De ce chevalier qui einsi les conduist distrent bien tuit entreus que onques nus ne lavoit cogneu ne ne savoient le soir ou il sestoit logiez; mes au matin quant li oz se voloit movoir il estoit touz apareilliez devant les premiers por eus conduire. Il tesmoignerent bien tuit cil de la terre de Surie qui la furent que onques la Crestientez de la terre navoit chevauchie si perilleusement sans desconfiture com ele fist lors. Quant li Rois fu retornez en son roiaume et la vraie crois fu remise en Jherusalem grant joie firent tuit cil qui les atendoient et plus assez cil qui estoient retorne; et bien distrent tuit quil estoient ausi comme revescu. Li Turs qui les estoit venuz querre cui sa femme avoit einsi trahi mena mauvesement son afere; car il estoit bien et tout asseur en la terre le Roi. Et li connestables de Damas Aynarz lenvoia querre et li manda quil venist parler a lui car il feroit au Roi bone pais et ennorable. Cil le crut si fist que fols; car quant il fu alez la Aynarz le prist en traison: si li fist sachier les euz et le mist en une chartre ou il fina sa vie a doleur et a honte.

XIV. Coment li crestien de Rohes rendirent la cite.

Tandis com li afere aloient en ceste maniere au roiaume de Surie une dolereuse mesaventure avint a la cite de Rohes que je vos vueil conter. Mes a ce que vos lentendiez bien il mestuet un pou de loing comencier mon conte. Quant Sanguins fu morz icil maus hom de que vos oistes desus qui greva en tantes manieres les Crestiens par maintes foiz Noradins ses filz vout entrer com en son heritage en la cite de Mousse: mais autre gent de sa loi i mistrent contenz si quil i ot assez afere et li estut a guerroier en iceles parties. Li citeien de Rohes qui estoient crestien virent que dedenz leur cite avoit pou de la gent Noradin; car seulement les forteresces de la ville estoient garnies de Turs; touz li remananz estoit de crestiens qui avoient receu la foi Jhesucrist des le tens que li Apostre preeschierent et fermement lavoient puis touzjorz tenue si que nus nhabitoit entreus qui ne fust de nostre foi. Li Sarrazin quant il pristrent la ville ne lorent de cui puepler; por ce lessierent dedenz ceus qui ne en estoient. Quant cil virent leur point il envoierent leur messages au conte Jocelin et li manderent que se il se hastoit de venir o grant compaignie de chevaliers il pooit recovrer la cite de Rohes sanz peril et sanz fere siege; car il la li rendroient tout delivrement. Quant li cuens Jocelins oi ceste novele mout en ot grant joie; il prist avec lui un vaillant home qui estoit mout puissanz eu pais Baudoins de Mares avoit non et de chevaliers et de sergenz a cheval assembla tant com il en pot avoir puis se mistrent a la voie et passerent le flun deufrate. Tout soudeinnement vindrent de nuit a la cite de Rohes. Cil de la ville qui sen pristrent garde virent que ne sai quant Tur qui devoient fere les eschauguetes furent endormi si avalerent cordes contreval les murs et treistrent assez a eus des chevaliers le conte Jocelin; cil savalerent par la ville et ovrirent les portes si que li Cuens i entra a toute sa gent. Lors treistrent les espees et quanquil troverent des Turs ocistrent: li remananz senfoirent dedans les tors dont il estoient saisi. Li Cuens tint tout le remanant de la ville; mais les forteresces qui bien estoient garnies darmes de genz et de vitailles ne pot il mie prendre; meismement quil navoit mie engins avec lui par que il les poist destreindre; ne ne trovoit en toute la cite merrien de que il les poist fere.

XV. De la grant mescheance qui avint de ceus de Rohes.

Li Cuens envoia messages par toutes les terres aus barons de la Crestiente et leur manda coment il avoit la cite de Rohes recovree et leur pria tant com il pot quil se hastassent de lui aidier tant que les forteresces fussent delivres que li Tur tenoient encore et que la citez poist estre garnie si quele poist soffrir siege. Quant ces noveles furent espandues par le pais tuit en firent grant joie qui grant duel avoient fet quant ele fu perdue; mais ceste joie ne dura pas longuement; car Noradins oi que li citeien avoient mis dedenz le Conte et sa gent; si envoia partout le pais et fist grant assemblee de Turs; tantost sesmut et vindrent soudeinnement devant la ville; il departi les places et fist asseoir la ville de toutes parz. Lors furent mout esbahi li nostre qui dedenz estoient car il leur estoit avenu si com li prophetes dist: defors est li glaives et dedenz la peors. Il avoit tant de leur anemis hors des portes quil nen poissent issir que tuit ne fussent livre a mort. Dedenz avoit assez des Turs enclos avec eus qui estoient saisi des tors: cil leur fesoient trop ennui et domage car il ne finoient de trere pilez et carriaus et giter grosses pierres; saillies fesoient enmi les rues a pie quant il veoient leur point par que il ocistrent assez des noz. En tel maniere estoient li Crestien quil ne savoient que devenir. Sovent prenoient conseil entreus; mais il nen pooient nul bon trover car quelque part quil se tornassent ni avoit rien de leschaper quil ne fussent pris ou mort. Au darrenier saccorderent a ce que li demorers dedenz la ville estoit li pires et li plus perilleus; car se li Tur qui hors estoient sen entroient dedenz il les troveroient esparpeilliez par les rues si les porroient ocire come bestes a laide de ceus qui gardoient les tors. Por ce leur fu avis que mieuz estoit quil sen ississent et se combatissent a ceus qui estoient dehors: au mains se il ne pooient eschapper se vendroient il bien et domageroient leur anemis. Il estoient en ceste mesese porce que dedenz la ville navoit point de viande; si que par le delai moreussent il sanz cop ferir. Ceste chose fu accordee de touz quil sen istroient. Voirs est quil ni avoit nule bone voie de leur eschaper; mais au regart des autres ceste fu la mains mauvese. Li citeien de la ville qui avoient mande le Conte et receu leanz oirent que leur proposemenz estoit dissir hors et orent peor que se il remanoient apres eus li Tur les feissent morir de male mort por ce quil avoient fet; si se conseillerent entreus et distrent quil sen iroient avec lost le Conte et feroient autel fin com cil; leur femmes et leur enfans menroient avec eus por essaier se aucun porroient eschaper de ce grant peril ou il se metoient.

XVI. De la dolereuse aventure qui avint a Rohes.

Aus portes corurent isnelement et les ovrirent. De lune part de la ville len mist les meilleurs genz avant por fere la voie aus espees parmi leur anemis; les autres genz les devoient suivre apres eforciement. Li Tur qui estoient es tors orent bien aperceu leur covine et orent ouvertes posternes qui estoient sur les fossez dedenz leur forteresces et orent receuz assez des Turs dehors por eus aidier. Quant il virent que la nostre gent sen issoient tantost leur corurent sus et comenca trop grant bataille entreus et les darreniers. Quant cil dehors oirent dire que li leur se combatoient ja dedenz tantost sadrecierent vers les portes qui estoient overtes; les noz qui sen issoient la firent flatir arrieres par force. Lors parfurent il a trop grant meschief ausi com entre deus moles: li un de leur anemis qui leur defendoient le demorer li autre qui leur toloient lissue. Iluec ot grant bataille fiere et perilleuse. Mout se contenoient bien li nostre si au desouz com il estoient cil qui pooient avenir aus leur; car lestrecetez des rues les grevoit trop. En ceste maniere se tindrent une grant piece; apres li preu chevalier se mistrent avant et grant despit enpristrent sur eus dont li Tur les tenoient si longuement au desouz. Lors sesforcierent et pristrent cuer en eus; par force reuserent les Tus et sen istrent parmi les portes au large dehors. Iluec ot assez genz mortes deca et dela mes plus des Turs. Apres se mistrent la menue genz de la ville qui senfuioient devant les espees aus Turs qui dedenz les enchaucoient. Quant il vindrent a la porte trop fu dolereuse chose a veoir et pitiez est encore a raconter. Les puceles li enfant li viel hom li malade et les autres femmes furent en tel presse entor la porte que il nen eschapa nus que tuit ne moreussent. Tuit furent estaint ou escachie. Se nus en issi hors qui desarmez fust tantost estoit feruz de saietes de glaives despees. La furent perdu pres tuit cil qui ne estoient de la ville car il nestoient mie gent qui rien seussent darmes. Se aucuns en fu montez et bien armez il sen pot eschaper par effort de cheval. Noradins aperceut que li oz le Conte sestoit assemblez et raliez hors de la porte et sen vouloient aler defendant; il apela ses genz et leur comanda quil les porsivissent si quil ne soffrissent mie quil eschapassent en tel maniere. Lors vint cele part tuit li meilleur de leur ost et qui plus se penoient de fere chevaleries. Li Cuens adrecoit son ost vers le flun deufrate qui est bien loing de la cite .xiiii. miles: onques tant com cele voie dura ne leur failli bataille. Une eure se feroient en larriere garde ou il avoit poigneiz trop granz et trop fiers; aus estroiz pas se metoient encontre lavant garde que li nostre ne poissent passer se il ne gaaignoient la voie par force aus armes. La perdi li Cuens assez de ses genz: ocis i fu un hauz hom mout vaillanz de que je vos dis desus qui avoit non Baudoin des Mares; hardiement et bien sestoit contenuz tout le jor en cele besoigne. Assez en i ot morz des autres dont nos devons croire que Nostre Sires meist les ames en bon repos car il furent iluec martirie por son servise. Li cuens Jocelins vit bien que li pooirs nestoit pas suens et quil avoit ja perdu le plus de ses homes; si feri des esperons et sen ala au plus tost quil pot; le flun deufrate passa et se receut dedenz la cite de Samosate. Li autre sen alerent chascuns la ou il pot; cil qui foir ne sen porent remestrent ou mort ou pris. Ceste parole corut par toutes les terres que la citez de Rohes estoit reperdue et toute la crestiente de la terre perie. Grant duel en firent en mainz leus. Plus en furent li Crestien irie de cele mesaventure quil navoient estez lie du recovrer.

XVII. Des elections qui furent fetes a ce temps.

En ce tens qui lors estoit Guillaumes li patriarches de Jherusalem hom religieus qui amoit Nostre Seigneur et haoit pechie acoucha malades et morut le jor de la feste saint Cosme et saint Damien au quinziesme an puis quil avoit este patriarches. Au mois de janvier apres le jor de la Conversion monseigneur saint Pou fu esleuz et requis por estre en son leu Fouchiers larcevesques de Sur. En cel an meismes entor la feste de Tiefaine chei la foudre en leglise du Sepuchre et i parut li cops mout granz dont toute la citez fu mout espoentee. Bien sembla que ce senefiast aucune grant mesaventure qui deust avenir a la terre. Lors meismes vit len par pluseurs nuiz ausi com une grant estoile que len claime comete. Autres demostraces revit len assez en cele seson. Il avint que tandis com en leglise de Sur navoit point darcevesque li Rois et la Roine sa mere vindrent en la ville; li Patriarches meismes i fu qui avoit este arcevesques de ce leu et li evesque qui sont desouz leglise de Sur: touz sassemblerent por conseiller leglise et por eslire arcevesque. Quant il orent assez parle si com maintes foiz avient ne si porent acorder en une volente car une partie deus voloit que len leur donnast mestre Raoul le chancelier le Roi; nez estoit dangleterre biaus clercs et bien letrez mais trop estoit seculers. Devers ceus se tenoient li Rois et la Roine car il lamoient mout. Li autre sen descordoient et estoit encontre Jehanz de Pise arcediacres de Sur qui puis fu chardonaus de leglise de Rome au titre Saint Martin: a ce se tenoient Bernarz levesques de Saiete Jehanz levesques de Baruth. Ceste partie voloit maintenir li Patriarches. Il douterent que li Rois ne leur feist force; si apelerent a Rome. Mais li Rois delivra a son chancelier tout le regale de Sur si quil en fu en saisine .ii. anz touz entiers jusque li plez fu menez a Rome. Les parties furent presentes; et fu par jugement cassez ce qui avoit este fet de Raoul le chancelier. Nequedent apres quant Adriens fu apostoiles qui estoit anglois come cil il ot sa grace tant que par lui fu esleuz et sacrez a evesque de Bethleem. En leglise de Sur fu mis arcevesques par comun acort de touz uns mout religieus hom qui toute sentencion avoit mise a bien fere; douz et piteus vers povres genz prieurs de leglise du Sepuchre Pierres avoit non nez de Barzelonne qui siet en Navarre. Assez porroit len raconter des saintes oevres et des bons fez quil fist au pais; mes il mestuet a porsivre lestoire que jai comenciee.

XVIII. Coment li empereres Conraz et li rois Loys se croiserent.

Quant la novele corut par les terres que la citez de Rohes estoit conquise outre les monz en vint la parole et disoit len que toute la terre de la outre se perdoit car li Tur avoient prise les citez les chastiaus garniz chevaliers clergie et le pueple comunement touz decoupez. Lapostoile Eugenes ot mout grant pitie de cele terre et du pueple Dame Dieu que len i menoit si a mal. Bien se pensa que ne seroit pas legierement conseil mis en ce peril se preudome nalassent par la terre qui parlassent aus Barons et les amonestassent de par Nostre Seigneur que il meissent conseil en cele grand desconvenue qui estoit outremer. Car il avoit ja passe grant piece de tens que la Crestientez devers locident navoit gueres envoie de secours aus genz de Surie. Par le comandement lapostoile sesmurent bon sermoneeur saint hom et bien parlant qui premierement aus Barons et aus Chevaliers apres au commun de la gent mostroient la grant angoisse que li Tur fesoient soffrir aus Crestiens qui estoient leur frere en la foi Jhesucrist. Il nen avoient nule pitie si com il estoit bien aparissant; car il nentendoient laise se non de leur cors et aus mauves deliz; dont il avoient granz pechiez: bien en deussent fere la penitence par ces pelerinages ou il poissent avancier la besoigne Dame Dieu. En ce tens vivoit messires sainz Bernarz li abes de Clerevaus qui mout estoit pleins de toutes granz bontez et sur touz homes avoit grace de bien parler. Cil emprist de mout bon cuer a porsivre la besoigne Dame Dieu au roiaume de France. Autres preudes homes enveoit la ou il ne pooit aler qui bien disoient la parole Jhesucrist. Il estoit foibles de viellesce et des abstenances par que il grevoit son cors. De grant cuer et par bones manieres de paroles mostroit aus Barons et aus autres genz coment li anemi de la foi avoient destruite les eglises les crestiens ocis ou menez en prison. Grant loier prometoit a ceus qui por lenneur Jhesucrist enprendroient a delivrer la terre son patremoine; car il les asseuroit de lenneur de cest siecle et de la gloire de lautre. Nostre Sires qui les bones paroles avoit mises en sa bouche remetoit la tendreur et la pitie es cuers de ceus qui lescoutoient; si que maintes genz voerent que il iroient en ce pelerinage. Et por eus alier a ce servise mistrent le signe de la croiz sur leur espaules. Assez i ot de la menue gent qui empristrent la besoigne par toutes les terres deca les monz. Des barons meismes qui grant povoir avoient en gouverner le pueple en i ot maint qui firent cele promesse. Li dui plus puissant home de la Crestiente se croisierent a ce tens: lempereres Conraz dallemaigne et li rois Looys de France. Avec eus se lierent de ce veu meismes li greigneur baron de leur terres et firent bien semblant que il prenoient sur eus le despit de la honte que li mescreant avoient fete au pueple de la Crestiente.

XIX. Coment cil dui puissant home murent.

Il atornerent ambedui leur terres et porvirent coment eles remainsissent enpais et asseur; avoir et compaignies pristrent teles com il aferoit a puissanz homes en tel voiage. Il sacorderent que au mois de mai se metroient a la voie. Mais Nostre Sires qui bien voit cler en touz aferes ne vout mie a gre recevoir leur servises si come il aparut a la veue de siecle. Non pas por ce tuit cil qui bone entencion orent en cel afere ne perdirent onques rien de leur guerredon quil orent deservi aus ames mais li estaz de la terre doutremer pour que il sesmurent namenda onques gueres por leur muete si com vos orroiz. Cil dui grant seigneur deviserent que porce quil avoient si grant plente de gent il niroient mie ensemble; que granz contenz porroit sordre entre leur oz et ne porroient mie trover assez viandes aus homes et aus chevaus. Por ce si voudrent que li un alassent avant les autres. Tuit sadrecierent par la terre qui a non Baviere et passerent la Dinoe qui est mout grant eaue corant; a senestre la lessierent puis descendirent en Osteriche. Diluec entrerent en Hongrie. Li rois de la terre les receut mout bel; grant enneur leur fist et mainz biaus presenz leur envoia. Apres sen passerent outre et passerent parmi Pannone ou messire sainz Martins fu nez; si entrerent en Bougrie; Rippe lessierent a senestre; tant allerent quil passerent parmi deus terres de que chascune a non Trace; deus citez mout renomees trespasserent: lune a non Finepople et lautre Andrenople. Apres granz travaus et maintes jornees quil orent fetes par estranges terres vindrent en la riche cite de Costantinoble; la sejornerent ne sai quanz jorz com cil qui estoient las et se garnirent de choses qui leur failloient. A lempereur Manuel parlerent de maintes choses assez priveement. Apres ce sejor passerent le Bras Saint Jorge qui devise deus des parties du monde Europe et Aise. Lors entrerent en Bithine qui est la premiere terre de la partie dayse. Toutes les compaignies ensemble se logierent devant la cite de Calcedoine: cest une mout ancienne citez ou jadis sist un des quatre granz conciles; la furent assemble .vi c. et .xxxvi. prelat au tens Marcien lempereur et Leon lapostoile de Rome. Lors fu iluec damnee lerisie dun abe qui avoit non Eutices; car il disoit que Jhesucriz navoit eue que une seule nature; mais la foi crestienne est ceste que il fu vraiement deus et hom. Li soudans du Coine qui estoit mout puissanz hom en Turquie ot oi assez avant parler de ces hauz princes et mout en fu en grant effroi; bien vit que se il ne sen prenoit garde granz domages en porroit venir a ses homes et a sa terre; por ce sitost com il pot envoia par toute la terre dorient et manda que tuit cil qui porroient armes porter venissent a lui. Il meismes cerchoit les citez et les chastiaus: ce qui estoit cheoit es forteresces fesoit redrecier et les fossez reparer noveles tranchiees fere; touz ceus du pais metoit chascun jor en ses oevres. Trop se doutoit et ce nestoit mie merveille; car une renomee coroit mout granz par tout le pais que si granz plente de gent venoient avec ces deus granz princes que la ou il se lojoient sur une grant eaue corant tantost tarissoit si quele ne pooit pas soffire au boivre des chevaus et des homes. Bien disoit len que a peine les porroit pestre uns granz roiaumes de toutes les viandes qui la croissoient. Voirs est que de teus choses seust len dire touzjorz plus quil nen est; mais la veritez estoit si com le tesmoignent li preudome qui la furent que seulement en lost Conrat lempereur avoit bien .lxx. mille homes a hauberz et a chevaus sanz la gent a pie et sanz autres a cheval qui estoient plus legierement arme. En lost le roi Looys de France en avoit bien autretant a haubers et trop bone gent; de ceus a pie estoit toute la terre coverte par la ou il passoient. Bien sembloit quil deussent conquerre toutes les terres que li mescreant tenoient jusqua la fin du monde. Et sanz faille si feissent il se por ce non que Nostre Sires por leur orgueil ou por les autres pechiez qui en eus estoient ne vout mie prendre a gre leur servise ne soffrir quil feissent chose qui ennorable fust a la veue du siecle. Ne savons porque ce fu mais ce savons nos bien quil le fist a droit.

XX. Coment lempereres et li Rois se departirent.

Li empereres Conraz quant il ot passee cele mer que len apele le Bras Saint Jorge si vout aler par soi et fist ses batailles a la guise de son pais. Chevetainnes mist en chascune des plus hauz homes quil avoit; a senestre leissa la terre de Galate et Paflagoine et deus terres de que chascune a non Ponte; a destre remest Frige Lide et Ayse la petite. Il sen vindrent delez Nicomede et puis passerent la bone cite de Nique puis entrerent en la terre qui a non Licaone dont la mieudre citez est Icoine. Il aloient uns adrecoers et avoient lessie le grant chemin. Li soudans du Coine qui avoit assemblee trop grant plente de Turs atendoit coment il poist avoir tens et leu par que il empeschast ces granz compaignies de crestiens qui par sa terre passoient; car tuit li roi et li grant home de toute la paiennime sestoient mout esmeu et trop effree de ces genz qui venoient; bien leur avoit len mande de maintes parz que se il passoient delivrement parmi ces terres il avoient pooir de destruire touz les homes et conquerre touz les pais si que en pou de tens toute la terre dorient seroit de crestiens. Par ceste peor estoient venu en laide du Soudan li Tur des deus Ermenies de Capadoce de Ysaure de Cilice de Mede. Tant i avoit de gent qui estoit bien garnie de chevaus et darmes que li Soudans en prist hardement que il porroit assembler front a front a touz les Crestiens qui venoient. Lempereres Conraz avoit demande a lempereur de Costantinoble et prie que il li baillast de ses genz qui seussent le pais par ou il devoit passer et li enseignassent les meilleurs voies et les plus cortes: et il les li avoit bailliez. Mes cil qui conduire les devoient estoient plein de mout grant desloiaute; car si tost com il entrerent en la terre des Turs il vindrent aus chevetainnes qui menoient les compaignies de lost et leur distrent que il feissent chargier viandes jusqua un certain nombre de jorz; et bien leur creanterent fermement que dedenz ce tens il les auroient menez en tel pais en que il troveroient grand plente de toutes viandes qui mestier leur auroient a cors dhomes et a chevaus. Cil les en crurent et firent chargier viandes selonc la mesure que il leur avoient dite sur chevaus et sur charretes. Mes li Grezois desloiaus qui touzjorz heent nostre gent ce ne sai ge sil le firent par le comandement leur seigneur ou parce quil pristrent avoir des Turs por ce fere menerent lost des Crestiens par les plus aspres voies et par les greigneurs destroiz; si les embatirent en tel leus ou li Tur leur pooient plus legierement fere mal; car li pas estoient si fort et si perilleus quil estoient la ausi com enclos et enserre.

XXI. Coment lempereres Conraz fu desconfis dolereusement.

Bien saperceut lempereres que cil qui guier le devoient ne le fesoient mie en bonne foi; car li nombres des jorz estoit ja trespassez dedenz que il le devoient avoir mene en terre planteive et il ni estoient mie venu. Por ce les fist venir lempereres devant soi et leur demanda voiant ses barons porque cestoit quil li avoient menti du terme que il li avoient nome. Il distrent par malice que il avoient cuide que li oz poist plus tost venir et fere greigneurs jornees quil ne fesoit; mes mout li jurerent que sanz faille dedenz trois jorz seroient a la cite du Coine qui estoit si planteive que rien ne leur i faudroit que il vousissent avoir. Lempereres qui estoit simples hom ne saperceut pas de leur desloiaute aincois les crut encore et dist quil atendroit ces trois jorz por savoir sil disoient voir. La entor nuit le primsome quant cele bone gent se dormoient par la lassete li traiteur Grezois se partirent de lost tout celeement et senfoirent: lendemain quant il fu ajorne il vourent movoir por aler si com il soloient mes cil qui les devoient conduire ne se mistrent mie devant. Li chevetainne sen merveillerent et les firent querre mes ne les pot len trover. Lors saperceurent de leur traison et vindrent a lempereur la chose li conterent si com ele estoit. Cil qui par malice avoient einsi guerpi lost ne se tindrent mie apaie du mal quil avoient fet aincois en voudrent plus fere; car il vindrent tout droit en lost le roi de France qui chevauchoit apres ne gueres loing diluec; et distrent au Roi que il avoient bien et sauvement conduit lempereur et son ost jusqua la cite du Coine que il avoit prise par force et vaincuz touz les Turs qui contre lui se mistrent; trop granz richeces i avoit gaaignees. Ce li firent entendant par cele entencion espoir que il voloient mener le Roi cele voie meismes ou lempereres sestoit embatuz perilleusement; ou porce que se li Francois seussent le meschief lempereur et de sa gent il li correussent aidier hastivement; et ce ne vousissent pas li traiteur. Bien puet estre quil leur mentirent porce quil savoient bien que se li Rois seust la desloiaute quil avoient fete il les pendist tantost parmi les gueules. Quant lempereres vit que il estoient einsi deceuz et que en tout son ost navoit home qui li seust enseignier la droite voie il manda ses barons devant lui et leur demanda conseil quil feroit. Il ne sacorderent pas tuit a une chose car lune partie looit que il sen retornassent toute la voie si com il estoient venu jusque il poissent trover viande qui du tout leur estoient faillies a homes et a chevaus; li autre voloient que len alast avant car il avoient esperance que plus tost poissent trover viande en passer avant que en retorner arrieres. Tandis com il estoient en ce contenz et en la doute quil ne savoient que fere aucunes genz de leur ost qui sestoient esloignie en coste deus et puis revenu arrieres leur firent asavoir quassez pres diluec sestoient assemble trop grant plente de Turs qui estoient tuit arme. Bien est voirs que li Grezois qui foi sen estoient les menerent a escient au pis quil porent; car il les embatirent en uns granz deserz ou il not onques are ne seme; il les deussent avoir menez par Licaone quil avoient lessiee a destre; la trouvassent la voie plus petite et terres gaaignees planteives de bones viandes; mes il les avoient mis es deserz de Cappadoce pour eus esloignier du Coine. Len disoit communement et je croi quil fu voirs que cil Grezois avoient ce fet par la volente et par le comandement lempereur Manuel qui ne vousist mie que ces genz de lempire dalemaigne venissent a bon chief de leur enprise; car li Grezois ont touzjorz envie sur eus ne ne vouroient pas que leur pooir creust ne amendast. Trop ont grant desdaing de ce que lempereres dalemaigne se claime empereur des Romains ausi com li leur empereres; porce que il dient que li empires de Costantinoble doit avoir tous seus la seignorie sur tout le monde.

XXII. De ce meismes.

Tandis com li oz lempereur estoit a si grant mesese car il estoient esgare premierement des voies apres il estoient las et debrisie de longuement venir par vaus et par terres roistes et perilleus; il avoient fain et soif trop grant li cheval leur failloient du lonc travail et por la faute des viandes. Li Tur qui bien sorent leur covine parlerent entreus; et si com li chevetaine lorent devise il vindrent sodeinnement a granz routes et se ferirent en lost lempereur qui garde ne sen prenoit ainz estoient encore ses genz parmi les tentes. Cil orent leur chevaus bien sejornez com cil cui riens ne failloit; si les troverent forz et isneaus: il furent legierement arme car li plus deus ne portoient que leur ars et leur saietes. Quant il se ferirent en lost mout grant noise firent; il glatissoient com chiens et fesoient sonner tabors et timbres. La gent lempereur estoit pesamment armee de hauberz et de chauces descuz et de heaumes; leur chevaus estoient megre las et mort de fain si que li Tur les aprochoient por trere de pres puis sen tornoient arrieres. Cil navoient pooir deus aconsuivre; porce les avironerent de toutes parz et traoient en eus ausi com au bersaut. Mout i navrerent chevaus et homes. Quant li nostre poignoient encontreus cil sesparpeillioient tantost et fuioient arrieres; et quant il se retraoient vers leur paveillons li Tur leur restoient tantost aus talons tuit ensemble. En tel maniere dura tout le jor cil hardeiz que trop i orent grant perte li Crestien. Li Tur ni orent onques ne perte ne domage. Grant chose avoit este de lost lempereur jusqua ce jor car mout i avoit hauz princes riches homes et bons chevaliers; mes par la volente Nostre Seigneur ou par sa soufrance si fu lors amenuisiez et sa grant valeur abatue que sanz tenir point de preu a la Crestiente doutremer por que il estoient meu furent iluec presque tuit gaste. Car si com distrent cil qui en eschaperent de .lxx m. chevaucheeurs a hauberz et de si grant compaignie de gent a pie com il i avoit nen eschapa mie par tout la disiesme partie. Li un moroient de fain li autre darmes. Assez en pristrent leur anemi touz vis quil enmenerent liez. Nequedent lempereres eschapa et aucun de ses barons. A mout grant peine sen retornerent arrieres vers la cite de Nique. Li Sarrasin furent mout lie de la victoire quil orent; assez gaaignierent dedenz les tentes aus Tyois or et argent robes et chevaus et armes. Tuit enrichi sen retornerent dedenz leur forteresces. Leur espies envoierent par toute cele terre et contratendoient lost le roi de France de que il avoient oi dire quil venoit apres et nestoit gueres loing. Bien leur sembloit que puis quil estoient venu au dessus des genz lempereur qui plus estoit riches et greigneur pooir avoit que li rois de France legierement porroient desconfire les Francois. Il leur en avint auques selonc ce quil desirerent. Nequedent a cele grant desconfiture navoit mie este li soudans du Coine aincois i fu chevetaines a cele besoigne uns mout puissanz princes de Turquie Paramonz avoit non. Ceste chose avint en lan de lincarnacion Nostre Seigneur mil et cent et quarante sis eu mois de novembre.

XXIII. Coment lempereres Conras sen retorna en Costentinoble.

Quant li rois de France qui venoit apres fu entrez en Bitine et ot avirone un regort de mer qui est pres de la cite de Nicomede il prist conseil a sa gent quel voie il tendroit. Lors commenca len par lost a dire unes noveles que lempereres avoit este desconfit et perdue sa gent si senfuioit tapissant par bois et par montaignes o petite compaignie. Premierement porce que len ne sot mie qui ces noveles avoit aportees douta len se cestoit voirs ou non; mes ne demora gueres apres ce quil sorent bien la verite; car li duc de Soave Ferris uns juenes hom de trop grant afere nies estoit lempereur de son frere ainz ne et puis fu apres son oncle empereres mout bons sages et viguereus; cil vint en lost le roi de France car lempereres apres cele grant mesaventure li enveoit parler au Roi por prendre un parlement entreus deus si quil se conseillassent quil porroient fere. Voirs est que li consauz eust mieuz valu avant mes encore avoit li Empereres son cors a garantir et le remanant des ses homes; por ce voloit avoir du roi de France qui ses amis estoit aide et conseil. Icist Ferris quant il vint conta bien la honte et le domage que li Tur leur avoient fet. Quant li Rois et li baron de France oirent ce grant duel en orent et grant pitie. Li Rois por conforter lempereur prist avec lui de ses plus sages barons chevaliers et sergenz mena assez et sen issi ne demora mie de son ost puis vint la ou li Empereres estoit logiez si com li dux Ferris le mena car ce nestoit mie loinz. Quant li dui haut home sentrevirent de bon cuer sentresaluerent et beserent li uns lautre. Li Rois le conforta mout de cele mescheance; avoir et genz li ofrit mout a sa volente et li promist bons servises et loial compaignie. Longuement parlerent entreus deus seul a seul puis firent venir leur barons; acorde fu et devise quil iroient ambedui ensemble por acomplir la besoigne Nostre Seigneur a leur pooir. Nequedent assez i ot de genz lempereur qui distrent quil avoient perdu ce quil avoient aporte por despendre; por ce ne porroient aler avant. Sanz faille mout les avoit espoentez li perilz de la guerre ou il avoient este et li lons travauz qui nestoit mie finez; si ne regarderent onques au veu du pelerinage quil avoient fet ne a leur seigneur quil lessoient. Aincois sen retornerent en Costantinoble. Cil dui haut home sesmurent a tout leur ost: ne tindrent mie la voie ou il estoit mescheu a lempereur aincois la lessierent a senestre et sadrecierent vers Aise la meneur; puis tindrent la voie de la marine. Si eschiverent sur senestre la terre de Filadelfe. Apres vindrent a la cite de Smirne; diluec entrerent en la cite dephese qui mout est ennoree porce que messires sainz Jehanz levangelistes i abita preescha et morut; encore i pert sa sepolture. Lempereres se pensa lors que len le tenoit au plus haut home du monde et que mout estoit meuz ennoreement de sa terre: or navoit gueres gent avec lui aincois estoit au danger des Francois quil ne pooit riens se par eus non; por ce li fu avis que cestoit honte daler einsi. Aucunes autres raisons espoir i ot; mes il comanda que ses genz sen retornassent arrieres par terre; il se mist en mer a petite compaignie et sen vint en Costantinoble. Lempereres le receut plus bel quil navoit fet avant et fist sejorner lui et ses barons en la cite jusquau nouvel tens que len claime ver; car il avoit entreus acointance que len apele affinite por leur deus femmes qui estoient sereurs filles au viel Berengier le conte de Luceborc qui estoit uns granz princes au roiaume dalemaigne. Por ce li fist plus bele chiere et par la priere lempereriz dona a lui et a ses barons de riches joiaus.

XXIV. Coment li Francois desconfirent les Turs.

Puis que li rois de France vit que lempereres sen partoit a ses barons prist conseil quel chemin il tendroient. A la demorance de ce sejor en la cite de Ephese uns des barons de France qui estoit mout bons chevaliers li cuens Guiz de Pontif acoucha malades et fu morz; enterrez fu en une des eles de la mestre eglise. Li Rois se parti de la ville atout son ost et sadreca por aler vers la terre dorient. Quant il orent chevauchie ne sai quanz jorz il vindrent aus guez de Menandre ou la plente de cignes est. Il se logierent la parce quil i avoit mout beles praeries. Li Francois avoient mout desire toute cele voie et demande coment il poissent trover les Sarrazins. Ce jor en troverent a grant plente de lautre part de leaue si que quant il voloient abuver leur chevaus li Tur traoient a eus espessement et leur deveoient le gue. Mes nostre chevalier furent mout angoisseus de passer de lautre part du flun por avenir a leur anemis. Tant cerchierent quil troverent un gue que cil de la terre ne savoient mie. Lors se ferirent ens a granz routes et passerent outre maugre aus Turs. Lors assemblerent a eus et fu li poigneiz granz et fiers. Li Francois en orent le meilleur; car il en ocistrent assez. Grant plente en pristrent de vis le remanant senfoi. Cil qui desconfiz les orent sen vindrent par leur paveillons trop i troverent richeces de diverses manieres; dras de soie biaus vessiaus dor et dargent et pierres precieuses: tuit chargie repasserent leaue. Grant joie firent cele nuit por la premiere victoire qui avoit este leur. Lendemain quant il fu ajorne diluec se partirent et vindrent a la Lische qui est une cite de cele terre. Lors pristrent viandes tant com il en avoient mestier; car ce estoit leur costume. Si se remistrent a la voie.

XXV. Coment li Tur desconfirent larriere garde le roi de France.

Une montaigne roiste et mout haute estoit encontreus par la voie ou il sestoient adrecie. La costume de lost estoit que uns des granz barons de la compaignie fesoit chasun jor lavant garde et uns des autres larriere garde. Len leur bailloit chevaliers assez en leur batailles et prenoient conseil aus autres barons en queles places il feroient logier lost. En celui jor dont je vos parole fesoit lavantgarde uns des hauz barons de Poitou qui avoit non Jefroi de Rancun qui portoit la baniere le Roi. Devise estoit et acorde que il se demoreroient ce soir et tendroient leur paveillons au somet du tertre. Quant cist Jefroiz fu montez en haut a toute sa gent quil menoit avis li fu que la jornee estoit petite et quil i avoit encore assez du jor a venir. Cil qui les conduisoient par li pais li firent entendant que un petit outre avoit mout bele place et meilleur leu por remanoir lost que sur le tertre; cil les crut et se comenca a haster por aller la ou il disoient. Larriere garde cuida que si com il avoit este devise len se deust logier en haut et que ce estoit pres; si ne se hasterent mie ainz comencierent a aler belement. Li Tur qui touzjorz estoient pres et costoioient nostre gent por savoir se il leur poissent mal fere virent que ces deus grosses batailles estoient loing a loing: par la voie entre deus et sur la montaigne navoit se gent desarmee non. Tantost cognurent leur avantage. En ce se fierent mout que les voies estoient roistes et estroites si que trop estoit grief chose de noz genz metre ensemble. Por ce ferirent des esperons li Tur isnelement et surpristrent le somet du terte si que li darrenier de lost ne poissent venir aus premiers se parmi eus non. Lors comencierent a corre sus a nostre gent et trere mout espessement des ars turquois; puis venoient jusqua eus aus maces et aus espees. Mout troverent les noz a grant meschief porce que li oz estoit einsi partiz et dessevrez. Tant i avoit de somiers en ces voies estroites et autres destorbiers que li preudome et li bon chevalier qui defendre se voloient et venir aus Turs ne pooient passer vers eus. Assez i ot lors en cele venue morz de la nostre gent; mes au darrenier se comencierent a trere ensemble li plus preu et plus hardi des Francois et sentramonesterent de bien fere. Bien disoient que Tur estoient mauveses genz en bataille; navoit gueres quil les esproverent bien quant il les desconfirent legierement en pleine terre. Lors se defendirent mout viguereusement et avec eus se ralierent assez des autres si com il pooient percier. Li Tur reparloient en leur langage et sentreforcoient de bien fere et ramentevoient souvent que navoit gueres que il avoient veincu en bataille lempereur qui graindres sires estoit et plus avoit gent que li rois de France. En ceste maniere dura longuement la bataille fiere et aspre. Li preudome se tindrent et defendirent tant com il porent; assez ocistrent et navrerent de leur anemis; mes li Tur estoient a si grant plente de gent que quant li blecie et li las se treoient arrieres tantost revenoient li frais en leur places. Li nostre navoient mie de que il poissent fere tel change si ne porent plus endurer ainz furent desconfit; trop en i ot de morz mes plus encore enmenerent il touz pris en liens. En cele place furent ou mort ou pris len ne sot mie bien lequel quatre trop bon chevalier et bien haut home dont li pooirs de France fu mout afebloiez; li cuens de Garenne Gauchiers de Montjai Evrarz de Bretueil Itiers de Maigni. Des autres i ot assez qui por le service Jhesucrist morurent en celui jor ennoreement au siecle et glorieusement a Dame Dieu. Nului ne doivent desplere les choses que Nostre Sires fet car toutes ses oevres sont droites et bonnes; mes selonc le jugement des homes fu ce grant merveille coment Nostre Sires ce soffri que li Francois qui sont la gent au monde qui mieuz le croient et plus lenneurent furent einsi destruit par les anemis de la foi.

XXVI. Coment lavangarde ne fu mie a cele desconfiture.

A cele desconfiture navoit nus este de ceus qui estoient en lavant garde aincois avoient tenduz leur paveillons et se reposoient. Voir est que quant il virent tant demorer apres eus larriere garde grant sospecon orent et grant peor que il neussent aucun encombrier. Li rois Looys avoit este a cele bataille mais quant ses genz comencierent a trop apeticier entor lui et que li Tur les menoient a leur volentez ne sai quanz chevaliers de France i ot qui pristrent le Roi par le frain et le trestrent hors de la presse. Sur le somet du haut tertre qui estoit tresdelez lenmenerent. La se tindrent a mout pou de compaignie jusquil fu anuitie. Mes quant la nuiz fut noire et oscure il distrent que la ne demorroient il mie jusquil ajornast aincois covenoit quil sen alassent et tenissent aucune voie ou que ele les menast. Merveilles estoit li Rois a grant meschief et en perilleus estat; car si anemi estoient de toutes parz. Il avoit ses genz perdues; nus qui avec lui fust ne savoit quel part il deussent torner. Nequedent Nostre Sires envoia son conseil au preudome; car il norent gueres avale de la montaigne quant il virent auques pres diluec les feus que ses gens fesoient en la place ou lavant garde estoit logiee. Bien cognurent que ce estoient li leur si se treistrent vers eus. Quant li chevalier qui la estoient virent leur seigneur venir a si pou de gent et sorent certeinnement que si doleureuse mesaventure li estoit avenue trop comencierent a fere grant duel. Ne pooient recevoir nul confort car il ni avoit gueres celui qui neust perdu aucun de ses amis. Il estoient en grant aventure; car il nentendoient se a plorer non et fere duel; se li Tur le seussent legierement les poissent touz ocire ou prendre. Len ne les pooit retenir quil nalassent huchant li uns son pere li autres son fil son frere ou son oncle; chascuns ce quil avoit perdu. Aucun en recovrerent de ceus qui eschape sen estoient et avoient quises repostailles teus com il porent en buissons et en caves: de ceus i ot mout pou envers le nombre des perduz. Ceste chose avint lan de lincarnation Nostre Seigneur mil et cent et quarante sis au mois de janvier. Des ce jor comencierent toutes manieres de viandes a faillir en lost si que ne home ne cheval ne se avoient de quoi sostenir. Nule maniere de marcheandise ne venoit en leur ost car il ne trovoient nules genz. Li graindres perilz estoit encore de ce que nus qui la fust navoit onques mes en cele terre este ne il ne savoient ou torner: une eure aloient a destre autre a senestre come gent esgaree. Au darrenier si com il plot a Nostre Seigneur il passerent tant hautes montaignes et parfondes valees que par granz travaus vindrent a la cite de Satalie. Onques des Turs norent assaut ne encombrier dont il se merveillerent trop. Satalie est une cite de Grifons qui est lempereur de Costantinoble et siet au rivage de la mer; mout a bonne terre et planteive entor lui qui coltiver la porroit; mes a ceus du pais ne fet ele nul bien car li Tur qui sont herbergie pres de la ville en bones forteresces les tiennent si corz quil ne pueent entendre a gaaignier leur terres. Dedenz la cite trueve len assez quanque mestiers est car il i a belles fontaines et beaus jardins; arbres qui portent toutes manieres de fruiz beaus leus et delitables; de blez et de vins i aportent assez li marcheant par la mer; si quil ni a chierte de rien. Nequedent ele ne poist mie durer se ele ne se tensast vers les Turs cui ele rent uns granz treuz chascun an. Li Grezois lapelent Atalie dont la mer qui est pres dilec et dure des le mont de Lissidone jusquen lisle de Chipre est apelee en Grece Atalique. Mes nostre Francois li mistrent non le goufre de Satalie et ainsi le claime len ore communement. Li rois de France vint en cele cite o toute la gent qui remese li estoit; il i troverent pou de viandes si queles leur faillirent tost et assez i ot morz iluec de la menue gent. Li Rois quant il ot sejorne une piece lessa en la ville sa gent a pie; ses barons et ses chevaliers prist avecques lui et se mist en mer. Il lessierent Isaure et Cilice a senestre; et a destre remest lisle de Chipre. Bon vent orent si que ne demora gueres que il ariverent au port Saint Symeon. Cest la ou li fluns du Fer qui cueurt en Antioche chiet en mer delez une anciene cite qui ot non Seleuce pres dantioche a .x. miles.

XXVII. Coment li rois de France vint en Antioche et coment il sen parti.

Raimonz li princes dantioche oi la novele que li rois Looys de France estoit arrivez en sa terre et pres de lui et grant joie en ot; car il avoit longuement desiree sa venue. Il prist avecques lui des greigneurs barons de sa terre et bele compaignie dautres genz si li ala a lencontre; grant joie li fist et grant enneur. Dedenz la cite dantioche le mena et toutes ses genz; touz li clergiez et li pueples de la ville le receurent a procession mout liement. Li Princes se pena de fere quanquil cuida qui deust plere au Roi. En France meismes quant il ot oi dire quil estoit croisiez li avoit il envoie granz presenz et riches joiaus porce quil avoit esperance que par laide des Francois deust il conquerre citez et chastiaus sur ses anemis et croistre bien en loing le pooir de la prince dantioche. Bien cuidoit estre seurs que la roine de France Alienors li deust aidier et mettre son seigneur en cele volente; car ele venoit en ce pelerinage et estoit niece le Prince fille de son frere ainz ne le conte Guillaume de Poitiers. De touz les barons de France qui avec le Roi estoient venu ni ot onques nul cui li Princes ne feist grant enneur et donast de granz dons a chascun selonc ce quil estoit. Par les ostieus les aloit veoir de paroles sacointoit a chascun mout debonnerement. Tant se fioit en laide le Roi quil li estoit ja avis que la cite de Halape Cesaire et les autres forteresces aus Turs qui pres de lui estoient venissent legierement en sa main. Sanz faille ce poist bien estre avenu que il pensoit se li Rois eust volente de ce enprendre car li Tur avoient trop grant peor de sa venue si que il ne pensoient mie a contretenir les forteresces contre lui aincois avoient certein proposement de tout lessier et foir sil sadecast cele part. Li Princes qui la volente le Roi pluseurs fois avoit essaiee priveement et ni trovoit mie ce quil vousist vint un jor a lui devant ses barons et li fist ses requestes au mieuz quil sot; maintes resons li mostra que se il voloit a ce entendre mout i feroit grant preu a same et conquerroit le los du siecle; la Crestientez i croistroit de trop grant chose. Li Rois se conseilla puis li respondi que il sestoit voez au Sepulchre et nomeement por aler la sestoit croisiez. Puis quil estoit meuz de son pais en avoit euz mainz destorbiers; por ce navoit mie talent de emprendre nules guerres jusquil eust son pelerinage parfet. Apres ce orroit volentiers parler le Prince et les autres barons de la terre de Surie; par leur conseil feroit a son pooir le preu de la besoigne Nostre Seigneur. Quant li Princes oi quil ne feroit riens vers lui de ce que il pensoit trop en emprist granz corouz. Et des lors en avant tout le mal quil pot porchaca contre le Roi. De lui corocier se pena en toutes manieres si neis que la roine sa femme mist il a ce quele le vout lessier et partir de lui; car ele nestoit mie lors sage femme aincois fu mout blasmee en la terre ne ne regarda mie si com len dit a la hautesce de sa coronne ne a la foi du mariage. Li Rois le li mostra bien quant il fu retornez en France; car il se desevra de lui. Maintes genz firent asavoir au Roi que li Princes li porchacoit mal; si que il ot conseil a ses homes celeement; par leur acort sen issi par nuit de la cite dantioche si quil ne le sorent pas tuit. Not mie tel procession au convoier com il avoit eu a lentrer. Assez i ot genz qui distrent par la terre que li Rois navoit mie fete senneur en soi partir einsi du pais.

XXVIII. Coment Conraz lempereres vint en Jherusalem.

Conraz lempereres dalemaigne ot sejorne tout liver en la cite de Costantinoble. Li empereres Manuel li ot fet assez maintes enneurs et granz compaignies si com il aferoit a si haut home. Quant li noviaus tens fu venuz li empereres Conraz ot volente de parfere son pelerinage et aler en Jherusalem. Lempereres Manuel li fist appareiller la navie tele com ele avoit mestier a lui et a ses genz; grant plente de riches dons li envoia au departir. Il entra en mer et si baron avec lui qui remes estoient. Il orent bon vent si que ne demora gueres quil ariverent au port dacre. En la ville sejornerent un pou; puis monterent es chevaus et vindrent en Jherusalem. Li Rois Baudoins li patriarches Fouchiers li vindrent a lencontre a grant compaignie de barons de chevaliers et de borjois; li clerc furent revestu et le menerent a procession dedenz la cite. Li pueples le receut a grant joie. En cele saison meismes arriva au port dacre uns vaillanz hom du roiaume de France bons crestiens et de grant cuer li cuens de Toulouse Alfons avoit non fils le bon conte Raimont qui fu si bons princes et fist de si granz oevres au premerain ost des Barons quant il pristrent Antioche et Jherusalem. Mout avoit len cestui atendu longuement en la terre de Surie; car il avoient esperance quil leur deust tenir grant leu contre les anemis de la foi. De soi estoit il sages et de grant emprise; mes encore lennoroit len plus en la terre de Surie por son pere que por lui. Granz biens eust fet au pais mes trop tost en fu desavanciez; car quant il mut dacre por aler en Jherusalem a veoir le Sepuchre et les autres sainz leus il vint en la cite de Cesaire qui siet en la marine. Iluec uns filz de deable len ne sot qui ce fut ne pour quoi il le fist mes il lenpoisona de venin que il mist en sa viande. Tantost fu morz li preudom; grant duel en firent riches et povres par toute Surie.

XXIX. Coment li rois de France vint en la cite de Jherusalem.

En la cite de Jherusalem vint la novele que li rois de France sestoit partiz dantioche et sen venoit tout droit vers la terre de Triple. Li rois de Jherusalem ot conseil a ses barons et envoia contre lui le patriarche Fouchier por lui prier et requerre que sanz demorance se treisist vers la sainte cite ou lempereres dalemaigne et li rois Baudoins latendoient. Sanz faille il se douterent que li princes dantioche sacordast a lui et le feist retorner vers la seue terre ou que li cuens de Triple qui ses cousins estoit ne le feist demorer au suen pais. La terre qui estoit aus Crestiens a ce jor outre mer estoit toute partie en quatre granz baronies. La premiere estoit devers Midi cestoit li roiaumes de Jherusalem qui comencoit du ruisel qui est entre Gibelet et Baruth deus citez de la terre de Fenice qui sieent en la marine; et se finoit es deserz qui sont outre le Daron si com len se tret vers Egypte. Je ai apele le roiaume baronie porce quil estoit si petiz. La seconde baronie estoit devers Bise cestoit la conte de Triple: si comencoit au ruissel que je vos ai dit et duroit jusque a un autre ruissel qui est entre Maraclee et Valenie deus citez ausi de la marine. La tierce baronie est la prince dantioche qui comencoit de ce darrenier ruissel et duroit devers soleil couchant jusqua la cite de Tarse en Cilice. La quatre baronie estoit la conte de Rohes qui comencoit dune forest que len apele Marriz et duroit de vers Orient oultre le flun deufrate jusqua la paienime. Cil quatre prince estoient grant home et puissant. Quant il oirent premierement parler de la venue lempereur dalemaigne et du roi de France chascuns deus ot grant esperance que par leur aide poist ses anemis bouter arrieres et les termes de son pooir metre bien avant; car ni avoit celui deus touz qui neust en sa marche bien pres de lui les Turs et bones citez fors quil desirroient mout a conquerre se il poissent. Por ce estoient tuit en grand porpens por eus acroistre et chascuns avoit envoiez messages letres et riches joiaus a ces deus granz seigneurs et aus autres barons meismes por atrere vers soi. Li rois Baudoins cuidoit avoir greigneur droit en ce que li rois de France venist vers lui que li autre navoient car il estoit meuz de son pais por visiter les sainz leus de Jherusalem. Dautre part lempereres estoit ja la qui li atendoit; si estoit semblant que li Rois deust plus aler la que demorer ailleurs por son pelerinage parfere et por prendre conseil entre lui et lempereur des besoignes de la Crestiente. Toutes voies porce que il se dotoit que li autre baron ne le retenissent envoia il a lui le Patriarche si com je vos ai dit qui mout bien li mostra par maintes resons que il devoit mieuz aler en Jherusalem que remanoir ailleurs. Li Rois le crut et sen ala sanz demorance avec lui toutes ses jornees jusquen Jherusalem. Len le receut a trop grant feste. Toute la ville issi hors a lencontre nomeement li Cler a toutes leur processions. Li Rois et li autre baron le menerent par les sainz leus que il avoit mout desirez a veoir. Quant il ot fetes ses oraisons a son hostel lenmenerent qui fu riches et abandonez; la corz fu plenteive de totes choses. Lendemain pristrent conseil lempereres li rois de France li rois de Surie li Patriarches et li autre baron qui la estoient des aferes de la terre coment il seroient mene. Par la volente de touz fu acorde que len preist un jor que il assemblassent tuit en la cite dacre et esgardassent en quel maniere il porroient mieuz fere le preu de la Crestiente. Li jorz vint il i assemblerent tuit li grant home qui venir i porent.

 


Source.

 


This text is part of the Internet Medieval Source Book. The Sourcebook is a collection of public domain and copy-permitted texts related to medieval and Byzantine history.

Unless otherwise indicated the specific electronic form of the document is copyright. Permission is granted for electronic copying, distribution in print form for educational purposes and personal use. If you do reduplicate the document, indicate the source. No permission is granted for commercial use.

© Paul Halsall, August 1998
halsall@murray.fordham.edu