Fordham University

 

Home | Ancient History Sourcebook | Medieval SourcebookModern History Sourcebook | Byzantine Studies Page
Other History Sourcebooks: African | East Asian | Global | Indian | IslamicJewishLesbian and Gay | Science | Women's


IHSP


MainAncientMedievalModern


Subsidiary SourcebooksAfricanEastern AsianGlobalIndianJewishIslamicLesbian/GayScienceWomen


Special ResourcesByzantiumMedieval WebMedieval NYC
Medieval MusicSaints' Lives
Ancient Law
Medieval Law
Film: Ancient
Film: Medieval
Film: Modern
Film: Saints


About IHSPIJSP Credits

Medieval Sourcebook:
Guillame de Tyr (William of Tyre):
Historia rerum in partibus transmarinis gestarum 
[History of Deeds Done Beyond the Sea]


Books 1-9 | Books 10-16 | Books 17-22 | Books 23-34 | Chronique du Templier

This is the Old French version of William of Tyre, with continuations. It is something of a mongrel: (1) the translation of William, from the edition of Paulin Paris; (2) the continuation, from the Recueil des historiens des croisades; and (3) the Chronique du Templier de Tyr, from Les gestes des Chiprois as edited by Gaston Raynaud. The etext was supplied by Michael Tanksley of JHU. It leaves out the diacritical marks and the commas.

Bibliography

Source of (1)

Guilelmus, Abp. of Tyre, ca. 1130 - ca. 1190.  Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte francais du XIIIe siecle, revu et annote par M. Paulin (Paris ... Paris, Firmin Didot et cie, 1879-80.)

Source of  (2)

Recueil des historiens des Croisades : Historiens occidentaux / publie par les soins de l'Academie royale des inscriptions et belles-lettres. 5 Vols.  (Paris : Imprimerie Royale, 1844-95.)

Source of (3)

Les Gestes des Chiprois : recueil de chroniques francaises ecrites en Orient au XIIIe & XIVe siecles (Philippe de Navarre & Gerard de Monteal [sic]) / publie pour la premiere fois pour la Societe de l'Orient latin. par Gaston Raynaud. (1887) [Reprinted, Osnabruck : Zeller, 1968.]

For an early English version, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. Godeffroy of Boloyne; or, The siege and conqueste of Jerusalem, by William, Archbishop of Tyre. Translated from the French by William Caxton, and printed by him in 1481. Edited from the copy in the British... London, Pub. for the Early English Text Society by K. Paul, Trench, Trubner & Co., 1893. [reprinted, Millwood, N.Y., Kraus Reprint Co., 1973]

For a partial modern English translation of Latin text, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. A history of deeds done beyond the sea, by William, archbishop of Tyre... Translated and annotated by Emily Atwater Babcock and A. C. Krey. (New York, Columbia University Press, 1943),  Records of civilization, sources and studies no. 35.

For a modern critical edition of William, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190.  Chronique, edition critique par R.B.C. Huygens; identification des sources historiques et determination des dates par H.E. Mayer et G. Rosch. (Turnholt : Brepols, 1986)

For a partial English translation of the Old French version, see

The conquest of Jerusalem and the Third Crusade  sources in translation / Peter W. Edbury. (Aldershot, Hants, England : Scolar Press ; Brookfield, Vt. : Ashgate Pub. Co., c1996.)

Contents

  • LI DISSETIEMES LIVRES
    • I. Du parlement lempereur et le roi de France.
    • II. Coment il assiegerent la cite de Damas.
    • III. Coment li jardin et li flun furent conquis.
    • IV. De ce meismes.
    • V. Coment la citez de Damas fu assegiee et de la traison.
    • VI. Coment li Prince lessierent le siege de Damas.
    • VII. Par quel raison ne firent neanz.
    • VIII. Coment lempereres Conraz sen revint en sa terre.
    • IX. Coment Noradins ocist le prince Raimont.
    • X. Coment Noradins chevauchoit par la terre dantioche tout a volente.
    • XI. De la mort le comte Jocelin.
    • XII. Coment li Crestien fermerent le chastel de Gaze.
    • XIII. Coment li rois Baudoins ot descord a sa mere.
    • XIV. De ce meismes.
    • XV. Coment li rois de Jherusalem ala secorre Antioche.
    • XVI. Coment li Crestien issirent de la terre de Rohes.
    • XVII. De ce meismes.
    • XVIII. Coment la princesse dantioche ne se vout marier.
    • XIX. Coment li cuens di Triple fu murtris.
    • XX. Coment li Crestien desconfirent ne sai quanz amiraus.
    • XXI. Coment Baudoins assist la cite descalone.
    • XXII. De ce meismes.
    • XXIII. De ce meismes.
    • XXIV. De ce meismes.
    • XXV. De ce meismes.
    • XXVI. Coment la princesse dantioche espousa Renaut de Chasteillon.
    • XXVII. Coment cil descalonne occistrent quarante Templiers et pendirent aus murs.
    • XXVIII. De la grant desconfiture de ceus descalonne.
    • XXIX. Coment cil descalonne se conseillerent de rendre la cite.
    • XXX. Coment la citez descalonne fu rendue au roi Baudoin.
  • LI DISUITIEMES LIVRES
    • I. De la grant cruaute que Renauz de Chasteillon fist au Patriarche.
    • II. Coment li afaires de la terre docident estoient troublez.
    • III. Coment li Ospitalier fesoient grant outrage au Clergie.
    • IV. Coment li Ospitalier orent petit comencement.
    • V. De ce meismes.
    • VI. Coment li Ospitalier furent exent.
    • VII. De ce meismes et de la guerre que lapostoiles avoit a celui temps.
    • VIII. Coment li Prelat porsivoient lapostoile.
    • IX. Coment Habeys ocist le calife degypte.
    • X. Coment li princes Renauz barroia lisle de Chipre.
    • XI. Coment li Crestien trairent les Turquemenz.
    • XII. Coment li Sarrazin firent grant gaing.
    • XIII. Coment Noradins desconfist le roi Baudoin.
    • XIV. Coment li rois Baudoins eschapa.
    • XV. Coment Noradins rassist Belinas.
    • XVI. Du mariage le roi de Jherusalem.
    • XVII. De la maladie Noradin.
    • XVIII. Coment li Crestien assistrent la cite de Cesaire.
    • XIX. Coment li Crestien recovrerent une forterece quil avoient perdue.
    • XX. De lelection du patriarche de Jherusalem.
    • XXI. Coment li rois Baudoins desconfist Noradin.
    • XXII. Dou mariage le roi Baudoin.
    • XXIII. Coment li princes Renauz ot pais a lempereur Manuel de Costantinoble.
    • XXIV. Coment li Ermins fist pais a lempereur.
    • XXV. Coment Manuel lempereres sen retorna en sa terre.
    • XXVI. Coment on eslut deus apostoiles.
    • XXVII. Coment Noradins guerroia le soudan du Coine.
    • XXVIII. Coment li princes Renauz fu pris en bataille des Turs.
    • XXIX. Dun legat qui vint en la Sainte terre.
    • XXX. Coment li rois Baudoins secorut la terre dantioche.
    • XXXI. Du grant atirement que li cuens de Triple fist por sa sereur.
    • XXXII. De la mort la roine Melissent.
    • XXIII. Coment li cuens de Triple greva les terres de lempire.
    • XXXIV. De la mort le roi Baudoin le tiers.
  • LI DIZNUEVIEMES LIVRES
    • I. Du coronement le roi Amauri.
    • II. De la maniere le roi Amauri.
    • III. Coment larcevesques Guillaumes de Sur mostra par raison quil seroit autres siecles.
    • IV. Coment li rois Amauris fu premierement mariez.
    • V. Coment li rois Amauris guerroia premiers en Egypte.
    • VI. Coment Pierres larcevesque de Sur morut.
    • VII. Coment li Crestien firent grant domage a Noradin.
    • VIII. Coment Noradins desconfist les Crestiens.
    • IX. Coment li cuens Tierris de Flandres sen ala en la Sainte terre.
    • X. De la delivrance le prince dantioche.
    • XI. Coment li califes de Baudas envoia tuer la calife degypte.
    • XII. Coment li rois Amauris ala secorre le calife degypte.
    • XIII. De Babiloine et du Cahere.
    • XIV. Du grant peril de vent que li rois Siracons ot es deserz.
    • XV. Des covenances que li rois Amauris et Savar firent ensemble.
    • XVI. Des granz richesces et des granz biautez et des granz delices qui estoient au Cahere.
    • XVII. De ce meismes et coment li Califes estoit noblement.
    • XVIII. Du calife de Baudas et de celui degypte.
    • XIX. Coment li Mescreant se descorderent de la loi Mahomet.
    • XX. Coment la gens Siracon furent desconfit en une isle.
    • XXI. Coment li rois Amauris chacoit Siracon par Egypte.
    • XXII. De la maniere du pais degypte.
    • XXIII. Coment li rois Amauris et Siracons se combatirent.
    • XXIV. Coment li rois Amauris et Siracons assistrent la cite dalixandre.
    • XXV. De la noblesse de la cite dalixandre.
    • XXVI. Coment cil dalixandre estoient apresse de cest siege.
    • XXVII. Coment Siracons parla a Huon de Cesaire de faire pais.
    • XXVIII. Coment Siracons et li Rois et li soudans degypte furent acorde.
    • XXIX. Coment cil dalixandre issirent hors por esgarder les Crestiens.
    • XXX. Coment li Rois sen revint en Surie.
  • LI VINTIESMES LIVRES
    • I. Coment li Rois fu coronez et prist a femme Marie.
    • II. Daucunes choses qui avindrent en la terre a ce tens.
    • III. Coment Manuel lempereres et li rois Amauris sacorderent daller en Egypte.
    • IV. Porquoi li rois Amauris vout guerroier ceus degypte.
    • V. Coment li rois Amauris prist Belbes a force.
    • VI. Coment le rois Amauris assist le Cahere.
    • VII. Coment li rois Amauris se parti degypte.
    • VIII. Coment li rois Amauris leissa le siege du Cahaire.
    • IX. Coment Syracons ocist le Soudan et morut.
    • X. Coment Salehadins ocist le Calife.
    • XI. Des messages que li Crestien envoierent por querre aide.
    • XII. De ce meismes.
    • XIII. Coment li rois Amauris ala en Egypte par terre et la navie par mer.
    • XIV. Coment li rois Amauris assist la cite de Damiete.
    • XV. De ce meismes.
    • XVI. Coment li Rois se parti du siege de Damiete.
    • XVII. Du grant crolle qui avint au tens le roi Amauri.
    • XVIII. Coment Salehadins assist le chastel de Daron.
    • XIX. Coment li rois Amauris resqueist le Daron.
    • XX. Coment Salehadins ala en Egypte.
    • XXI. Coment li rois Amauris sen ala en Costantinoble.
    • XXII. Coment li Empereres receut le Roi ennorablement.
    • XXIII. Des granz richeces que li Rois vit en Costantinoble.
    • XXIV. De ce meismes.
    • XXV. De ce meismes.
    • XXVI. De la grant desloiaute Melier le frere Toros.
    • XXVII. Coment Salehadins corut par la terre des Crestiens.
    • XXVIII. Coment Raimonz cuens de Triple issi de prison.
    • XXIX. Coment li sires des Harzassis se vout crestienner.
    • XXX. Coment li Templier ocistrent les messages.
    • XXXI. De la mort le roi Amauri.
  • LI VINT ET UNIESMES LIVRES
    • I. Du coronement Baudoin qui puis fu mesiaus.
    • II. De ce meismes.
    • III. Coment Miles de Planci fu ocis.
    • IV. Coment li cuens de Triple ot le bail le Roi.
    • V. Coment Salehadins ot le roiaume de Damas.
    • VI. Par quel raison li Crestien estoient au desouz.
    • VII. Coment Salehadins conquist presque tout leritaige Noradin.
    • VIII. De la mort Mainar de Baruth.
    • IX. De ce meismes.
    • X. Coment lempereres Manuel fu desconfis.
    • XI. De Guillaume le marchis de Montferrat.
    • XII. Coment li cuens Phelippes de Flandres se contint mauvesement en la terre doutre mer.
    • XIII. De ce meismes.
    • XIV. Des messages lempereur Manuel.
    • XV. De ce meismes.
    • XVI. De ce meismes.
    • XVII. Coment li Crestien assistrent le chastel de Harenc.
    • XVIII. De ce meismes.
    • XIX. Coment Salehadins barroia le pais descalone.
    • XX. Coment li Rois mesiaus desconfit Salehadin malement.
    • XXI. De ce meismes.
    • XXII. Coment li Bedouin tollirent le hernois Salehadin.
    • XXIII. Coment li cuens de Flandres sen retorna sanz rien faire.
    • XXIV. Du general Concile qui fu a Rome.
    • XXV. Coment Onfroiz du Toron fu morz.
    • XXVI. Coment li rois mesiaus desconfit les correeurs Salehadin.
    • XXVII. Coment Salehadins desconfist le roi mesel.
    • XXVIII. Coment Salehadins fist abatre le gue Jacob.
  • LI VINT ET DEUSIESMES LIVRES
    • I. Des trives que li Crestien pristrent a Salehadin.
    • II. Coment Salehadins destruioit la Sainte terre doutre mer.
    • III. Par queus terres li arcevesques Guillaumes vint du Concile.
    • IV. Coment li rois Baudoins maria une seue sereur a Onfroiz.
    • V. Coment Buiemonz menoit mauvese vie a la Crestiente.
    • VI. Coment li princes dantioche fu escommeniez et de la grant traison qui fu en Costentinoble.
    • VII. De la mort le fil Noradin roi de Damas.
    • VIII. De la descorde qui sordist entre le Roi et le conte de Triple.
    • IX. De la grant desloiaute que li Grifon firent aus crestiens latins en Costantinoble.
    • X. De ce meismes.
    • XI. De ce meismes.
    • XII. Coment li crestien Latin se vengierent des Grieus crestiens.
    • XIII. Coment une nef des Crestiens despeca a Damiete par tempeste.
    • XIV. Coment li Sarrazin abatirent un fort chastel des Crestiens.
    • XV. Coment li Crestien desconfirent Salehadin.
    • XVI. Coment Salehadins guerroia les Crestiens et assist la cite de Baruth.
    • XVII. Coment li Rois mesiaus mut por desassegier Baruth.
    • XVIII. Coment Salehadins guerroia les gens de sa loi.
    • XIX. Coment li Crestien gasterent la terre entor Damas.
    • XX. Coment li Crestien reconquistrent un chastel que Salehadins leur avoit tolu.
    • XXI. Coment li Crestien firent grant gaaing en la terre de Damas.
    • XXII. De la taille que li Crestien firent entreus.
    • XXIII. Coment Salehadins conqueroit sur la gent de sa loi.
    • XXIV. De la mesaise le Roi et coment la baillie du roiaume fu donee a Guion de Lesignen.
    • XXV. De la venue Salehadin.
    • XXVI. De la grant famine qui courut parmi nostre gent.
    • XXVII. Coment Salehadins assist le chastel du Crac.
    • XXVIII. Coment li Rois mesiaus fist couroner Baudoin son neveu.
    • XXIX. Coment Salehadins se departi du Crac.

LI DISSETIEMES LIVRES.

I. Du parlement lempereur et le roi de France.

Conraz lempereres dalemaigne doit estre premiers nomez; il fu a ce parlement et messires Otes ses freres qui estoit preudes clers evesques de Frisingue; Estiennes levesques de Mez en Loheraine; Henris levesques de Toul freres le conte Tierri de Flandres; Theodins qui estoit nez de Tiescheterre evesques de Port qui par le comandement lapostoile estoit legaz en lost lempereur. Des princes de lempire i fu Henris dux dosteriche freres lempereur; uns autres dux qui avoit non Guelfes riches hom et puissanz estoit avec eus et Ferris li dux de Soave nies lempereur de son frere ainz ne qui fu empereres apres son oncle et bien governa lempire par sens et par vigueur; Hermanz li marquis de Verone et Bertouz de Andes qui puis fu dux de Baviere; Guillaumes li marquis de Montferrat serorges lempereur; li cuens de Blandras qui avoit la sereur au marquis Guillaume: andui estoient haut home de Lombardie. Tuit cist estoient avec lempereur et des autres barons i ot assez. De lautre part fu li rois Looys de France; et Godefroiz levesques de Langres; Arnous levesques de Lisius; Guiz de Florence prestres cardonaus de leglise de Rome au titre Saint Grisogone legaz lapostoile en lost le roi de France; li cuens Roberz du Perche freres le Roi. Henris filz le vieil conte Tibaut cuens de Champaigne vaillanz juenes hom larges et de grant cuer. Il avoit a femme la contesse Marie fille le roi de France. Avec eus estoit li cuens Tierris de Flandres riches princes et puissanz serorges estoit le roi Baudoin de Jherusalem. Si estoit la Yves de Neele en leveschie de Noion uns hom loiaus et sages. Mainz autres preudomes i ot du roiaume de France que len ne puet mie touz nomer. De la terre doutremer i furent li rois Baudoins et sa mere la bone dame sage viguereuse et de bone contenance. Evesques i ot assez; il i fu Fouchiers li patriarches de Jherusalem; Baudoins arcevesques de Cesaire; Roberz arcevesques de Nazareth; Rogues evesques dacre; Bernarz evesques de Saiete; Guillaumes evesques de Baruth; Adans evesques de Belinas; Girauz evesques de Bethleem; Roberz mestre du Temple; Raimonz mestres de lhospital. Des barons lais i furent: Manessiers li connestables le roi; Phelippe de Naples; Elinanz de Tabarie Girarz de Saiete Gautiers de Cesaire Paiens sires de la terre outre le flun Jordain; Omfrois du Toron Guiz de Baruth. Assez i ot des autres qui tuit estoient assemble dedenz la cite dacre por prendre conseil en quel partie len porroit mieuz fere la besoigne Nostre Seigneur de afebloier ses anemis et de croistre le pooir des Crestiens.

II. Coment il assiegerent la cite de Damas.

Maintes paroles ot dites a ce conseil et pluseurs resons mostrees a mener lost des Crestiens en diverses parties; mes au darrenier sacorderent tuit a une chose et fu fermez li conseuz a ce que len iroit asseoir la cite de Damas. Li bans fu criez communement que a un jor qui nomez fu venissent tuit apareillie chascuns selonc son pooir a la cite de Tabarie. Ce fu en lan de lincarnacion Nostre Seigneur mille et cent et quarante set au vintecinquiesme jor de mai. Cist haut home qui venu estoient au pelerinage et li autre du roiaume de Jherusalem vindrent tuit apareillie a cheval et a pie a Tabarie et diluec jusques a Belinas qui est apelee en levangile la Cesaire Phelipe. La vraie croiz fu la portee si com estoit la costume au jor de lors quele aloit premiere es granz besoignes. Iluec parlerent li grant home a ceus de la terre qui bien savoient lestre du pais et nomeement la seance de la cite de Damas. Cil donerent conseil aus barons et bien fu acorde de touz que len meist premierement peine a ce que li jardin de Damas fussent pris; car il aceingnent grant partie de la ville et mout i a granz forteresces ou li Tur se fient trop. Bien sembloit estre voirs que se len poist les jardins porprendre ne se tenist pas longuement la citez. Il murent tuit ensemble lendemain et passerent le mont de Libane qui mout est renomez en Escripture et siet entre ces deus citez Belinas et Damas. Quant il furent descendu de cele montaigne jusqua une ville vindrent qui a non Daire iluec se logierent tuit ensemble. Mout fu biaus a veoir li oz car il avoient grant plente de paveillons touz nues et de maintes manieres. Pres estoient de la cite de Damas a .iiii. miles ou a cinq si quil pooient veoir tout pleinement la ville. Li Tur meismes qui dedenz estoient monterent aus murs et sur les tors por regarder lost dont il avoient trop grant peor.

III. Coment li jardin et li flun furent conquis.

Damas est la greindre citez dune terre qui a non la meindre Surie qui est apelee par autre non la Fenice de Libane; dont li prophetes dist: Li chies de Surie est Damas. Uns sergenz Abraham la fonda qui estoit apelez Damas: de lui fu ele einsi apelee. Ele siet en uns plains de que la terre est are et brehaigne se tant non come li gaaigneur la font plenteive par un flun qui descent de la montaigne que il meinent par chenels et par conduiz la ou mestiers est. Devers la partie dorient es deus rives de ce flun croissent mout grant plente darbres qui portent fruiz de toutes manieres et durent jusquaus murs de la cite. Au matin quant il fu ajorne li oz des Crestiens fu armez; et si com il estoit avant devise de toutes leur gent ne firent que trois batailles. Li rois doutre mer ot la premiere porce que sa gent savoient mieuz le pais que li pelerin qui destranges terres estoient venu. La seconde fist li rois de France por secorre se mestiers fust a ceus qui premiers aloient. Larriere garde fist lempereres et sa gent qui de sa terre estoient. En ceste maniere sen alerent vers la cite. Nequedent la citez estoit vers soleil couchant cele part dont nostre gent venoient; li jardin sieent devers Bise qui durent bien quatre miles ou cinq tuit plein darbres si granz et si espes que ce ne semble se granz forez non. Selonc ce que chascuns i a son jardin il la clos de murs de terre; quen ce pais na mie plente de pierres. Li sentier sont mout estroit dun jardin a autre; mes il i a une comune voie qui vet a la cite ou puet a peines aler uns hom atout son cheval chargie de fruit. De cele part est la citez trop fort por les murs de terre dont il i a tant et por les ruisseaus qui cueurent par trestouz les jardins et por les estroites voies qui sont bien closes deca et dela. Nequedent acorde fu que par iluec sen iroit touz li oz vers la cite por deus choses: lune fu que se li jardin estoient pris la ville seroit ausi come toute desclose et demie prise; lautre fu quil i avoit ja grant plente de fruiz touz meurs par les arbres qui grant bien feroient a lost et por les eaues qui de cele part coroient dont li oz auroit bien mestier aus homes et aus chevaus. Li rois Baudoins comanda que ses genz se meissent dedenz les jardins; mes trop ot grand force en aler par la; car derriers les murs de terre deca et dela des sentiers avoit grant plente de Turs qui ne finoient de trere par archieres quil i avoient fetes espessement; a ceus ne pooient avenir li nostre. Il en i avoit assez qui se metoient encontreus tout apertement enmi la voie et leur defendoient le pas; car tuit cil de la ville qui pooient porter armes sestoient mis hors por garder a leur pooir que noz genz ne gaaignassent leur jardins. Il i avoit de leus en leus parmi les vergiers bones torneles et hautes que li riche hom de Damas i avoient fetes por eus recevoir se mestiers fust quant il fesoient cueillir leur fruiz. Icelles estoient lors mout bien garnies darchiers qui grant mal fesoient a nostre gent; et quant il passoient pres de ces torneles len gitoit sur eus de grosses pierres: mout estoient a grant meschief. Sovent les feroit len de glaives par les archieres des murs de terre qui estoient deca et dela. Assez en ocistrent en tel maniere homes et chevaus si que maintes foiz se repentirent li Baron dont il avoient empris a asseoir la ville de celle part.

IV. De ce meismes.

Grand despit en emprist sur soi li rois Baudoins et si baron tuit; bien virent que ne porroient pas en cele maniere passer jusqua la ville sanz trop grant domage. Lors se tornerent es costez de la voie si comencierent a derompre et a abatre les murs de terre; les Turs quil trovoient dedenz la closture de ces murs surpristrent si quil ne les lessierent mie passer outre les autres murs aincois en ocistrent assez et mout en retindrent pris; einsi le firent li nostre en ne sai quanz leus. Quant li Tur qui estoient espandu par les jardins virent que noz gent aloient einsi abatant les murs et ociant les genz trop en furent espoente et senfoirent vers la ville les jardins lessierent et se receurent a granz routes dedenz la cite: lors alerent li nostre tout abandon par les sentes que nus ne se metoit encontreus. Mes li Tur sestoient bien apense que noz genz auroient mestier de venir au flun pour abruver eus meismes et leur chevaus. Pour ce si tost com il saperceurent que la citez seroit assise de cele part il garnirent mout bien les rives du flun darchiers et darbalestriers; chevaliers i mistrent il assez et sergenz por garder que li nostre naprochassent a leaue. Quant la bataille le roi Baudoin ot auques passez touz les vergiers grant talent orent de venir au flun qui coroit pres des murs de la cite; mes quant il aprochierent bien leur fu contredite leaue et furent par force li nostre reuse arrieres. Apres se ralierent et empristrent leaue a gaaignier; aus Turs assemblerent et fu li poigneiz aspres et fiers; mes la nostre gent refu flatie arrieres. Li rois de France qui chevauchoit apres a toute sa bataille se tint et atendoit por secorre aus premerains quant mestiers fust et il fussent lasse. Lempereres qui venoit derrieres demanda porque il sestoient arreste len li dist que la premiere bataille estoit assemblee aus Turs quil avoient trouvez hors de la ville. Quant li Tyois oirent ce qui sevent pou de touz atiremenz darmes et sont une gent qui rien ne pueent sofrir tantost se desrouterent et corurent tuit a desroi; lempereres meismes i fu; parmi la bataille le roi de France sen passerent tout sanz conroi jusquil vindrent au poigneiz de sus leaue. Lors descendirent tuit des chevaus; il mistrent les escuz devant et tindrent les longues espees; asprement corurent sus aus Turs si que cil ne les porent soffrir; aincois ne demora gueres que il guerpirent leaue et se mistrent dedenz la ville. Lempereres fist a cele venue un coup de que len doit touzjorz mes parler en bien; car uns Turs le tenoit mout pres qui estoit armez de haubert; lempereres fu a pie et tint en sa main mout bonne espee; il feri le Tur entre le col et la senestre espaule si que li cops de lespee descendit parmi le piz au destre coste: la piece chei qui emporta la teste le col et le destre bras. Li Tur qui ce virent ne sarresterent puis iluec aincois senfoirent dedenz la ville. Quant il raconterent aus autres le cop quil avoient veu ni ot si hardiz qui neust peor si que tuit furent desespere quil ne se poissent mie tenir contre tel gent.

V. Coment la citez de Damas fu assegiee et de la traison.

Le flun et les jardins orent noz gent gaaigniez tout a delivre; lors tendirent leur paveillons entor la cite. Granz aaisances orent des jardins en maintes manieres. Li Sarrazin monterent sur les murs et regarderent lost qui trop estoit biaus quant il fu logiez. Bien se penserent que si granz genz avoient bien pooir de conquerre leur ville peor orent mout grant quil ne feissent aucune saillie soudeinement par que il entrassent enz et les oceissent touz. Por ce pristrent conseil entreus et fu acorde que par toutes les rues de la ville en cele part ou li sieges estoit meist len bonnes barres de groz fuz en pluseurs leus. Einsi le firent porce que se li nostre se meissent dedenz tandis com il entendissent a coper ces barres li Tur sen poissent aler par les autres portes et mener a sauvete leur femmes et leur enfanz. Bien sembloit quil neussent mie corage de la ville defendre longuement se il fussent a meschief quant il ja satornoient du foir. Assez estoit legiere chose de fere si grant fet come de prendre la cite de Damas se Nostre Sires i vousist avoir ouvre. Mes par les pechiez de la Crestiente et por ce espoir que il estoie cele grant chose a fere acomplir par autres genz en aucun tens soffri lors que la malice au deable qui touzjorz est preste destorba cele haute besoigne. Mainz i avoit des Sarrazins qui avoient ja trousse toutes les choses quil en beoient a porter quant il senfoissent; mes li plus sage deus se porpenserent que des barons de la terre de Surie i avoit mainz qui estoient trop grant convoitise; bien cognurent que les cors des crestiens qui la estoient assemble ne vaincroient il mie legierement par bataille: por ce vourent essaier a vaincre les cuers daucuns par avarice. Il envoierent a ces barons leur messages trop grant avoir leur promistrent et bien les en asseurerent se il pooient tant fere que li sieges se partist diluec. Bien est voirs que cil baron furent de la terre de Surie mes leur nons ne leur lignages ne les terres quil tenoient ne nome pas lestoire; espoir porce quil i a encore vis de leur oirs qui ne le souferroient mie empais. Cil baron quant il orent empris le mestier Judas de porchacier la traison contre Nostre Seigneur il vindrent a lempereur dalemaigne et aus deus rois qui mout les creoient et leur distrent que ce navoit mie este bons conseuz dasseoir la ville par devers les jardins; car ele i estoit plus forz a prendre que devers nulle autre partie. Por ce distrent quil requeroient a ces granz seigneurs et leur looient a bone foi que aincois quil gastassent iluec leur peines et perdissent le tens feissent lost remuer et asseoir la cite en ce coste qui estoit tout droit contre le coste quil avoient assis; car si com il disoient es parties de la ville qui sont contre Orient et contre Midi navoit ne jardins ne arbres qui les poissent destorber a venir la; li fluns ni coroit mie qui fust gries a gaaignier; li murs estoit la endroit bas et foibles si quil ni covenoit ja engins a drecier aincois porroient bien estre pris de venue. Quant li Prince les oirent einsi parler et li autre baron bien cuidierent quil le deissent par bonne intencion; si les en crurent et firent crier que tuit se deslojassent et suivissent ces barons quil leur nomerent. Li traiteur se mistrent avant; tout lost menerent pres de la ville jusquil furent en la partie de quil savoient de voir quele navoit garde dassaut et ou li oz auroit greigneur soufrete de toutes choses si quil ne porroit iluec demorer en nule maniere. La fichierent les banieres aus Princes et firent les tentes drecier tout entor. Norent gueres demore en cele place quil saperceurent et sorent certeinnement que trai estoient et que par grant malice les avoit len fet venir la; car il avoient perdu le flun de que si granz genz ne se porent soffrir et les fruiz des jardins dont il avoient assez aise et delit.

VI. Coment li Prince lessierent le siege de Damas.

Viande comenca du tout a faillir en lost si que tuit en avoient grant soufrete meismement li pelerin destranges terres; car il nen pooit point venir de Surie et cil en estoient povrement garni porce que len leur avoit fet entendant que la citez seroit prise de venue ou il en troveroient assez; car ele ne se porroit tenir en nule maniere trois jorz ce disoit len: por ce ne se voudrent cil gueres chargier de viandes. Quant il se virent en ce point que toutes choses leur failloient qui mestier leur eussent trop furent correcie et esbahi; ne sentremistrent onques dassaillir a la ville car ce fust peine perdue. Li retorners a la place ou il se logierent premierement ne fust mie legiere chose; car sitost com il sen furent parti li Tur issirent hors hastivement iluec endroit et tant i firent de barres de forz pas et de tranchiees pleisseiz meismes lons et espais ou il mistrent si grant plente darchiers et darbalestriers que il fust plus legiere chose de prendre une fort cite que de retorner en ce leu par force. Du demorer en cele place savoient il de voir que ce ne pooit estre; car il ne pooient avoir a boivre ne a mengier. Por ce parlerent ensemble lempereres dalemaigne et li rois de France et distrent que cil de la terre en qui foi et en qui loiaute il avoient mis leur cors et leur homes et la besoigne Jhesucrist les avoient traiz trop desloiaument et les avoient amenez en ce leu en que il ne pooient fere le preu de la Crestiente ne leur enneurs; por ce sacorderent tuit quil sen retornassent diluec et bien se gardassent mes de traison; car bien sestoient aperceu que li polain navoient mie bon este en lost. En tel maniere sen partirent li dui plus haut home de la Crestiente et li plus puissant que rien ne firent a cele foiz qui fust ennorable a Dieu ne au siecle. Mout comencierent a eschiver en touz leur consauz les barons du pais. Cele voie meismes par ou il estoient venu tindrent il au reperier jusquil vindrent au roiaume de Jherusalem. Mout comencierent a desplaire a ces granz princes les besoignes de la terre ne riens nen voudrent puis emprendre. La menue gent de France disoient tout en apert aus Suriens que ne seroit pas bone chose de conquerre les citez a leur oes car li Tur i valoient mieuz que il ne fesoient. Jusque au tens que cele chose fu avenue demoroient assez legierement et volentiers les gens de France au roiaume de Jherusalem et mainz granz biens i avoient fez; mes puis ce fet ne porent estre si a un cuer na un acort a ceus du pais com il estoient devant; et quant il viennent aucune foiz en pelerinage si sen repartent il au plustost quil pueent.

VII. Par quel raison ne firent neanz.

Pluseurs genz se mistrent maintes foiz en queste de demander aus sages homes qui avoient este en cele besoigne por savoir certeinnement coment et par qui cele traison avoit este einsi porparlee et fete; cil meismes qui ceste estoire fist le demanda maintes foiz a pluseurs genz du pais. Diverses raisons en rendoit len que il a mises en cest escrit. Li un disoient que li cuens de Flandres fu plus achoison de ceste chose que nus autres; car sitost com il vit que li jardin de Damas estoient pris et li fluns gaaigniez par force bien li fu avis que la citez ne se tendroit mie longuement lors vint a lempereur au roi de France et au roi Baudoin et leur pria mout doucement que il li donassent cele cite de Damas quant ele seroit conquise; ce meismes requist il aus barons de France et dalemaigne qui bien si acorderent car il leur prometoit quil la garderoit mout loiaument et bien en guerroieroit les anemis Nostre Seigneur. Quant li baron de Surie loirent dire grant corrouz en orent et grant desdaing de ce que si hauz princes qui tant avoit terres en son pais et estoit la venuz purement por pelerinage voloit ore gaaignier un des plus riches membres du roiaume de Surie; mieuz leur sembloit que ce fust raisons se li rois Baudoins ne la retenist en son domaine que uns deus leust; car il sont touzjorz au contenz et au palet aus Sarrazins. Quant li autre baron sen retornent en leur pais il ne se muevent car il nont rien ailleurs. Et por ce quil leur sembloit que cil vouloit cueillir le fruit de leur travauz plus bel leur estoit que li Tur la tenissent encore quele fust donee au conte de Flandres. Por ce destorber sacorderent a fere la traison. Li autre disoient que li princes Raimonz dantioche qui trop estoit malicieus puis que li rois de France se parti de lui par mal ne fina de porchacier a son pooir coment enuis li venist et destorbier de senneur. Por ce manda aus barons de Surie qui estoient si acointe et leur pria mout de cuer quil meissent toute la peine quil porroient a destorber le preu et lenneur le roi Looys si quil ne feist chose qui ennorable li fust. Par sa priere avoient il einsi ce porchacie. Li tierz distrent la chose si com vos oistes premierement que par grant avoir que li Tur donerent aus barons fu cele grant desloiaute fete. Grant joie ot en la citez de Damas quant nostre anemi en virent einsi aler si grant gent qui contreus estoit assemblee. Encontre ce touz li roiaumes de Jherusalem en fu corociez et desconfortez quant cil grant home furent retorne. Si refu pris uns parlemenz ou il assemblerent tuit li grant baron et li meneur. La fu dit que bone chose seroit que il feissent un grant fet dont Nostre Sires fust ennorez et par que len parlast touzjorz mes deus en bien. Iluec fu amenteu que la citez descalone estoit encore au pooir de mescreanz qui seoit ausi com au milieu du roiaume; si que se len la voloit asseoir de toutes parz porroient venir viandes seurement en lost; par que il seroit legiere chose de conquerre la ville qui longuement ne se porroit tenir contre si granz genz. Assez fu parle entreus de ceste chose mes nen fu riens acorde por ce quil i avoit destorbeeur qui sen voloient mieuz retorner en leur terres que asseoir citez en Surie. Il sembloit que Nostre Sires ne vousist riens fere de sa besoigne par ces genz. Einsi se departi li parlemenz que nule chose ni ot emprise.

VIII. Coment lempereres Conraz sen revint en sa terre.

Li empereres Conraz vit que li afere de la terre doutre mer estoient en tel point que ne pooient pas li Baron legierement estre a un acort de fere ne demprendre chose qui vausist si neis que li preudome disoient que cestoit haine de Dieu et il avoit assez a fere dentendre a gouverner son empire. Por ce fist apareillier sa navie; congie prist a ceus qui remanoient si entra es nes et revint en son pais. Mes ne vesqui mes puis plus de deus anz ou de trois aincois fu morz en la cite de Baemberc et enterrez mout ennoreement en la mestre eglise de leveschie. Mout fu bons princes piteus et deboneres; granz de cors forz et biaus chevaliers bons et hardiz bien entechiez de toutes choses. Ferris ses nies dux de Soave de qui vos oistes questoit en pelerinage alez avec son oncle fu empereres apres lui; juenes hom estoit lors mes de grant maniere fu sages et viguereus. Li rois de France quant il ot demore en la terre un an tout entier et vint au terme que len apele au pais le passage de Marz si fu en Jherusalem le jor de Pasques et sa femme et si baron puis prist congie au roi Baudoin au patriarche et aus autres barons de la terre. Les nes furent apareilliees il entrerent enz et sanz destorbier sen revindrent en France. Ne demora gueres apres sa venue que il manda les barons et les prelaz de son roiaume. Lignages fu provez entre lui et la roine Alienor qui avoit este avec lui come sa femme; desevre furent par le jugement de Sainte eglise. Quant ele sen aloit en Aquitaine qui estoit ses heritages Henris dux de Normendie et cuens danjou lesposa aincois quele fust venue en son pais. Ne demora mie gramment apres ce que li rois Estiennes dangleterre morut sanz oir male et cil Henris fu rois apres lui. Li rois Looys prist a femme la fille lempereur despaigne qui ot non Marie. Ele vint en France juene pucele puis fu mout bonne dame et sage et de sainte contenance. Lors fu li Rois mieuz mariez que il navoit este avant.

IX. Coment Noradins ocist le prince Raimont.

Des ce tens en avant comenca trop a empirier le estaz des Crestiens de la Sainte terre; car leur anemi qui trop avoient doutee la venue de ces granz princes quant il virent que parti sen estoient sanz rien fere ne prisierent puis rien touz les efforz de la Crestiente. En un si grant orgueil enmonterent que bien leur estoit avis que il porroient les crestiens qui remanoient legierement touz ocire ou prendre. Sur touz les autres Noradins li filz Sanguin fu puissanz et fiers contre nostre gent. Il envoia en Orient por querre touz les chevaliers que il pot avoir en Paienime si sen entra a trop grant plente de gent en la terre dantioche. Ne douta mie que li Crestien le poissent partir de champ par bataille si vint jusqua un chastel du pais qui a non Nepe et lassist. Quant li princes Raimonz loi dire si come il estoit corageus et hastis ne vout atendre que si hom venissent a lui que il avoit envoiez querre; car en teus choses il ne creoit nul conseil aincois sen ala a pou de gent qui estoient en sa compaignie; tout droit sen vint la ou li sieges estoit. Noradins ot oie la novele que li Princes venoit qui mout estoit bons chevaliers; il ne poist pas penser quil se fust si folement esmeuz aincois cuidoit quil amenast avec lui grant plente de chevaliers; si ne losa mie atendre ainz se parti du siege et se receut en un leu plus pres diluec ou il fu asseur il et ses genz. Lors envoia sovent messages et espies por encerchier queus chevaliers li Princes avoit amenez avec lui et combien et savoir se gueres genz le sivoient apres. Li Princes qui vit que cil sen estoit partiz por lui en ot mout grant gloire et comenca a despire le pooir Noradin et aus autres Turs; car il estoit uns teus hom qui plus se fioit de soi que mestiers ne fust. Assez avoit iluec pres de ses forteresces ou il se poist estre recetez seurement et menees ses genz se il vousist a sauvete; mes il ne deigna aincois dist que por despit des Turs quil en avoit chaciez remaindroit il la nuit eu champ; en tel maniere por bobanz sabandona voiant ses anemis a grant peril. Noradins qui pres diluec estoit se prist bien garde que nules genz nestoient seurvenues au Prince et que ses pooirs nestoit creuz de rien; bien se pensa que cil qui avec lui estoient ne se tendroient mie contre sa gent: por ce sen vint a grant compaignie de Turs en la place ou li Princes estoit logiez. Il laceintrent et avironerent de toutes parz ausi com len assiet un chastel. Quant il fu ajorne lendemain li Princes se vit enclos entre ses anemis et cognut certeinnement quil navoit mie gent qui contreus se poissent tenir. Lors a primes se comenca a repentir dont il sestoit si asseurez mes ce fu a tart. Toutes voies de tant de gent com il avoit conrea ses batailles et pria a ses homes que bien se vendissent a leur anemis car de leschaper diluec estoit il neanz. La bataille comenca; li Crestien qui nestoient que un pou de gent se tindrent tant come il porent; mes au darrenier ne porent soffrir le fes de si granz routes; si senfoirent tuit desconfit fors le Prince et ne sai quanz chevaliers qui avec lui remestrent. Icil firent merveilles darmes tant com il durerent. Li Princes nomeement fesoit un grant essart entor lui de touz ceus quil ateignoit; mes a la fin fu lassez et nus ne li secorut si que tuit corurent sur lui a un fes et locistrent de glaives et despees tuit cil qui avenir i porent. Noradins qui fu mout liez de si bon chevalier quil ot desconfit et ocis li fist couper la teste et le destre braz si les emporta. Tuit cil qui remes estoient en la place avec le Prince furent mort. Entre les autres i morut uns mout vaillanz hom sages loiaus et bons chevaliers dont il firent trop grant duel en la terre dantioche Renaus des Mares avoit non. Li cuens de Rohes li avoit donnee sa fille a femme. Assez i ot morz dautres barons du pais que je ne vos sai mie nomer. En ceste maniere fu finee la vie au prince Raimont qui fu de mout grant cuer puissanz chevaliers fiers et hardiz. Lions ne lieparz ne fu onques tant dotez com si anemi le dotoient. Nequedent touzjorz fu mescheanz darmes. Des granz proeces et des beaux cops quil fist en bataille porroit len fere un grant livre; mes lestoire doit parler de ce qui apartient communement aus besoignes de la terre. Ceste chose avint lan de lincarnation Nostre Seigneur mil cent quarante huit au mois de juing le jor de la feste saint Pere et saint Pou; treize anz avoit tenue la princee. Ce avint entre la cite de Paumiers et le chastel de Ruge en leu qui avoit non Fons Murez. Li cors au prince Raimont si com il estoit despeciez fu trovez entre les autres morz par ses chamberlans qui cognurent leus de plaies de que il estoit gariz pieca. Quant li Tur se furent tret arrieres il lemporterent en Antioche et lenterrerent mout ennoreement en une ele de la mestre eglise monseigneur saint Pere entre ses ancesseurs.

X. Coment Noradins chevauchoit par la terre dantioche tout a volente.

Noradins por mostrer quil avoit fet grant chose de ce que si granz anemis de leur genz et qui tant estoit dotez par les maus quil leur avoit fet avoit ore par lui este desconfiz et ocis il prist le destre bras et la teste quil avoit sevree de lautre cors por ce fere si les envoia a leur grant chevetaine cui il obeissoient tuit; cest li califes de Baudas. Cist la refist porter par les autres princes de la terre dorient por fere esjoir ceus qui le verroient. Quant la citez dantioche ot perdue son prince qui a ce tens estoit tenuz au meilleur chevalier du monde en grant duel chei et en grant doute. Cil meismes qui crestien estoient par toutes terres quant il oirent ceste novele en furent corocie et desconforte. Icist granz anemis de nostre foi Noradins dont je vos ai parle vit bien et cognut que toute cele terre estoit ausi com cheoite en orfente; car avec le Prince i ot il ocis des greigneurs barons de la contree. Por ce ne douta mes nului ainz fist ses genz corre par tout le pais por prendre et gaster quanque il trovoit hors de forteresces. Il meismes chevaucha par delez Antioche. Les villes ardoit qui estoient pres diluec et vint jusqua un abaie de Saint Symeon qui siet en montaignes mout hautes entre la mer et Antioche. Toute festoit sa volente de la terre: puis descendi a la mer quil navoit onques mes veue et por signe de victoire et por mostrer que se la terre durast outre plus en conqueist il entra en la mer touz nuz et se baigna voiant toute sa gent. Apres sen retorna diluec et vint au chastel de Harenc: tantost fist assaillir et le prist de venue; si estoit il pres dantioche a .x. miles. Quant il lot pris il le garni bien de toutes les choses qui mestier avoient si que il poist soffrir siege et atendre secors une grant piece. Quant ce virent li chevalier de la terre et li autres pueples si furent esbahi que il ne sorent que fere ca il avoient la peor devant les euz; quil leur estoit avis que la terre se perdist toute chascun jor que il ni avoit point de defendeeur que seulement la princesse Costance qui estoit remese apres la mort son seigneur atout deus filz et deux filles qui estoient enfant. Nequedent li patriarches Aimeris qui riches estoit de grant avoir len lavoit touzjorz tenu a aver jusqua ce jor mes lors il envoia querre chevaliers soudoiers et sergenz partout et leur dona largement du suen si que leur forteresces en furent bien garnies. Li rois Baudoins oi dire cele mesaventure; bien sot que toute cele contree estoit en mal point et en grant peril; iriez en fu trop mes toutes voies dist quil i metroit conseil a son pooir. Isnelement fist semondre chevaliers assez et sen vint en Antioche sodeinnement. Quant il le virent mout furent lie et granz confort orent de sa venue. Il assembla la gent de la terre ceus qui pooient porter armes et vindrent au chastel de Harenc que Noradins avoit pris novelement si lasistrent; mes quant il orent demore ne sai quanz jorz bien virent quil nestoit mie legiers a prendre en pou de tens por ce sen partirent et vindrent en Antioche. Li soudans du Coine sot que li princes Raimonz estoit morz; si li fu bien avis que tens estoit de croistre son pooir sur les Crestiens: il assembla tant de genz que ce fu uns des granz oz qui eust pieca este trez de Turquie. Lors vint a la terre de Surie et prist citez et chastiaus assez par force. Apres vint au chastel de Torbessel et lassist car li cuens Jocelins et sa femme et si enfant estoient dedenz. Li Rois ot peor que li Tur ne preissent le chastel de Hasart; por ce envoia la Onfroi le connestable atout soissante chevaliers por le defendre. Li cuens Jocelins fu mout espoentez de ce siege si fist parler au Soudan de pais et furent les paroles accordees en tel maniere que li Soudans sen parti du siege et li Cuens li rendi touz les prisons quil tenoit de sa terre; par desus ce li donna douze armeures a chevalier. Quant li Tur sen furent parti le jor meismes jut li Cuens a Hasart apres sen ala en Antioche por veoir le Roi et le mercia mout de ce quil estoit venuz en la terre; et apres prist congie au Roi et sen retorna atout pou de compaignie quil avoit amenee. Li Rois demora en Antioche et reconforta la gent; les forteresces fist garnir et mettre a seur au plus quil pot; des autres aferes du pais devisa si quil furent assez en bon point. Apres il ot afere vers la seue terre si se parti diluec et sen revint au roiaume.

XI. De la mort le comte Jocelin.

Jocelins li cuens de Rohes qui ne sembloit mie son pere aincois estoit fous et mauvais ne ne metoit sentente se a buverie non et a luxure si quen toutes choses fesoit son noanz ot mout grant joie quant li princes Raimonz fu morz car il le haoit trop ne ne se prenoit mie garde de ce que sa terre en estoit mout afebloiee; car li Tur coroient ore pres de lui qui avant ne losoient fere. Li patriarches dantioche si com len dit lavoit mande que il venist parler a lui. Il alloit de nuiz vers Antioche a pou de genz: il se remest apres les autres entre lui et un suen escuier que nus des autres ne sen prist onques garde; il descendi por pissier mes pres diluec avoit Turs embuschiez qui la sestoient mis por rober le chemin. Quant il virent ces deus sevrez de la route il saillirent hors et le pristrent. En prison fu menez li Cuens en Halape et fu mis en fers. Ne demora gueres que de mauvestie et de mesese fu morz en la prison. La nuit que il fu pris si chevalier cuidierent tuit quil fust encore en la compaignie mes lendemain quant il fu ajorne il le quistrent partout ne le troverent mie. Lors nalerent plus avant aincois sen retornerent en leur pais et conterent cele mesaventure coment il avoient perdu leur seigneur encore ne savoient ou il estoit. Grant duel en firent par la terre porce quil remanoient einsi sanz seigneur. Ne demora gueres quil oirent noveles que leur sires estoit en prison en la cite de Halape. Sa femme en plora mout qui estoit mout bone dame de sainte vie et de nete contenance. Un fil avoit et deus filles petiz enfanz. Tant de conseil come ele pot avoir de ses barons ele crut mout volentiers et a son pooir governa la terre bien et viguereusement; si que droiz i estoit fez; les forteresces fesoit mout bien garder et garnir de toutes choses qui mestier i avoient. Partout se contint si bel la bonne dame que Deus et li siecles len savoient bon gre. A ce tens selonc ce que vos avez oi estoit la chose en tel point que la prince dantioche et la conte de Rohes estoient au governement a deus dames.

XII. Coment li Crestien fermerent le chastel de Gaze.

Quant li baron du roiaume sorent que ces deus granz baronies estoient einsi a meschief si se penserent que nestoit pas mestiers quil menassent leur afere laschement; aincois en empristrent plus viguereusement a maintenir leur terres. Li Rois et li Baron virent que cil descalone leur fesoient mal toutes les foiz quil en trovoient achoison; por ce les voudrent grever en tel maniere quil neussent pas grant bandon de corre sur eus. Il avoit une ancienne cite pres descalonne a .x. miles devers midi Gaze fu apelee. Ele estoit gaste et despeciee si que nus hom ni abitoit: ce fu une des cinq citez aus Filisteains. Li Rois et li Baron se penserent que qui la porroit refermer et garnir la citez descalone seroit enclose de toutes parz entre leur forteresces si que touz les jorz les covendroit estre au contenz et au palet de quelque part. Il sassemblerent tuit a un jor et sen vindrent a ce leu; il troverent iluec granz murailles eglises depeciees cisternes fondues puis ou il avoit beles eaues vives; bien sembloit que ceust este mout grant chose. Ele seoit en un tertre auques hautet; mes porce que laceinte des murs avoit este trop granz bien virent li preudome que nestoit pas legiere chose de tout refermer. Trop i covendroit metre lonc tens et grant despense et seroit mout gries a bien garnir. Por ce pristrent une partie de ce tertre la giterent leur fondemenz et firent tors grosses et forz les murs hauz et espais les fossez lez et parfonz. Mout fu bien fez cist chastiaus et tost; par commun conseil de touz fu donez aus Templiers; porce quil avoit lors en cel ordre assez des freres qui estoient bon chevalier et preudome. Il le receurent et garderent mout bien. Mainz granz ennuiz en firent a ceus descalone si que cil qui soloient corre par tout le pais en leur volente fussent puis tuit lie se len les lessast en pais demorer dedenz leur ville. Cele fermete siet mout bien a la Crestiente du roiaume car puis meismes que la citez descalone fu conquise de nostre gent tint ele mout grant leu et fu ausi com bone du roiaume contre ceus degypte devers midi. Quant li noviaus tens vint que len apele ver li Rois et li patriarches de Jherusalem qui orent demore en cele place jusque la mestre forteresce dedenz fu acomplie sen retornerent en la sainte cite et leissierent les freres de la chevalerie du Temple por garder ce chastel. Lors avint que la garnison des Turs qui troiz foiz ou quatre soloient venir en lan degypte a Escalone por refreschir la garde de la cite vint lors mout graindre quele ne soloit et sen ala tout droit devant ce chastel que noz genz avoient ferme. La comencierent a assaillir mout efforcieement et demorerent iluec ne sai quanz jorz: mes ni forfistrent rien ainz i perdirent plus de leur gent quil ne gaaignerent. Quant li chevetaine qui les conduisoient virent ce du siege se partirent et sen entrerent dedenz Escalone. Des ce jor en avant perdirent li Tur le pooir et le bandon de corre par la terre des Crestiens qui la estoit et quant cil degypte voloient refreschir la garnison si com il soloient ne les osoient mes envoier par terre aincois les fesoient venir par mer porce quil dotoient les genz qui gardoient cele forteresce dont je vos ai parle.

XIII. Coment li rois Baudoins ot descord a sa mere.

Endementres que li estaz de la terre de Surie estoit en bon point et les besoignes du pais aloient assez a grant pais fors que tant que la conte de Rohes estoit perdue car li Tur la tenoient et la terre dantioche estoit en grant peril porce que leur anemi coroient sovent por gaster le pais li deables qui onques nama pais se pensa coment il porroit trobler le roiaume par sa gent meismes porce quil se garantissoit bien de ses anemis de hors. Lachoison du contenz qui sourdi fu ceste: la roine Milessent qui estoit merveilles bone dame et a Dieu et au siecle quant ses mariz fu morz si com je vos ai dit remest atout deus filz qui estoient enfant. Ele qui estoit droiz oirs du roiaume garda bien et governa la terre et les enfanz viguereusement et par grant sens. Des granz aferes prenoit conseil a ses barons; mes ele qui par desus estoit quant il se descordoient savoit bien eslire li quel disoient mieuz et les plus loiaus homes creoit mieus touzjorz et a ceus se tenoit. Ses ainznez filz li rois Baudoins fesoit de toutes choses a la volente sa mere. Entre les autres barons de la terre la Roine creoit sur touz un suen cousin qui avoit non Manessiers hauz hom du pais; cist estoit plus privez de lui. Sitost com la Roine tint la terre ele le fist conestable et tout le pooir des guerres li bailla. Cil se fia tant de la dame quil monta en mout grant orgueil si quil ne portoit mie enneur aus autres barons ainz estoit a toutes genz de vilain respons et de laides paroles. Li Baron encomencierent mout a hair le pooir la Roine por amor de celui; et bien avoient talent quil ne le soffrissent pas se il ne le leissassent pour leur dame. Icist Manessiers avoit espousee une haute dame du pais qui avoit este femme Balien le vieil; ele estoit mere Huon Baudoin et Balien de Rames qui estoient freres. En ceste dame avoit il pris mout grant avoir et terre grant et riche dont il estoit encore plus enorgueilliz. Li premerains de touz ceus qui avoient torne Manessier en grant haine cestoit li Rois meismes car il disoit que cil li avoit tolue lamor et la grace sa mere si quele ne fesoit nule chose que li Rois vousist ne ne soffroit quil donast nus dons en leus ou il fussent bien emploie. En ceste haine le maintenoient li baron de la terre et aticoient plus et plus si neis que il conseilloient le Roi quil ne soffrist plus que sa mere tenist le roiaume; car il disoient que ce estoit granz hontes que il qui estoit biaus et granz et sages navoit point de pooir aincois le jostisoit encore une femme ausi com se il fust uns enfes. Li Rois par leur conseil avoit porpense que il feroit en Jherusalem mout bele feste le jor de Pasques et porteroit coronne. Li Patriarches et li autre preudome qui amoient la pais du roiaume le prierent mout par maintes foiz quil soffrist que sa mere fust coronnee avec lui; il ne leur vout otroier ainz en lessa a porter corone le jor de Pasques et lendemain. Au tierz jor quant la bone dame ne sen prist garde li Rois vint touz coronnez au moustier et tuit si baron avec lui.

XIV. De ce meismes.

La feste trespassa; li Rois retint ses barons avec lui et si i furent present li cuens Yves de Soissons et Gautiers li chastelains de Saint Omer. Devant eus touz il mist sa mere a raison et li dist quil nestoit mie bele chose que il fust plus en tel maniere; por ce voloit avoir de la terre quil gouvernast par sa volente. Tant parlerent li Baron a la Roine quele dist quele voudroit bien que li roiaumes fust partiz et que li Rois en preist lune moitie ele en eust lautre porce que tout estoit de son heritage. Bien si acorderent tuit; ele parti et li Rois prist sa part. Si ot Sur et Acre qui sont citez de la marine et toutes les apartenances. A sa mere lessa Jherusalem et Naples ausi o tout ce qui i apendoit. Quant la chose fu einsi atiriee bien cuiderent toutes les genz que bonne pais deust avoir entreus et que chascuns se deust tenir apaie de sa part: mes ne demora mie que li Rois apela entor lui un des plus hauz barons de la terre qui estoit hom de mout grant cuer; granz teneures avoit en la terre de Fenice es montaignes qui sont desur la cite de Sur; Onfroi du Toron avoit non. Celui fist il son conestable et deviseeur de toutes les choses qui a guerres apartenoient. Apres ne se tint mie a tant aincois comenca par le conseil de ses barons a movoir contenz a sa mere plus perilleusement assez quil navoit fet aincois; car il disoit que il qui estoit rois et li covenoit plus a despendre que a sa mere por les besoignes du roiaume navoit mie assez de la moitie de la terre; por ce avoit en talent que il toudroit a la Roine ce que ele en tenoit et puis len leroit a son plesir. Sa mere aperceut bien quil avoit talent de ce fere; si mist garnison dedenz Naples et la bailla a ses homes qui li avoient fet homage et juree feaute. Ele sen entra dedenz Jherusalem por fere garder la ville. Li Rois assembla chevaliers et assez autres genz si assist Manessier le conestable la Roine dedenz un chastel que len claime Mirabel. Tant le destraint la dedenz que il se rendi par force. Lors li fist forsjurer son roiaume et toute la terre doutre la mer de la. Apres sen vint devant Naples et la prist. Lors sadreca pour aler vers Jherusalem por aconsuivre sa mere. De la Roine sestoient parti li plus de ses homes qui tenoient leur terres en son pooir; si que vers lui ne regarderent onques ne foi ne serment. Aucuns en i ot qui se tindrent bien en sa feaute; ce fu li cuens Amauris de Japhe et ses filz qui juenes estoit Phelipes de Naples et Roharz li vieuz et ne sai quanz des autres; mes mout estoient pou. La Roine oi dire que ses filz estoit einsi venuz sur lui a tout son ost; si se receut en la tor de Monte Syon porce que cil leus estoit li plus forz de la cite; avec li mist ne sai quanz de ses plus loiaus barons. Li patriarches Fouchiers vit que trop estoit granz perilz de cele guerre si se pensa que bone chose seroit qui porroit apaisier cele descorde. Por ce prist avec lui des sages homes de seglise et genz de religion; si issi fors de la ville et ala encontre le Roi: mout le pria doucement et requist que il lessast cele chose quil avoit emprise. Maintes raisons li mostra quil devoit tenir la pais tele com il lavoit fete a sa mere et que mout seroient lie si anemi se li contenz duroit entreus deus; car ses pooirs en afebloieroit mout. Li Rois qui estoit corociez et bien atainez contre sa mere ne le vout croire aincois dist quil ne sen retorneroit pas. Li Patriarches qui vit bien que riens ni profiteroit sen retorna en Jherusalem mes bien li dist au partir devant touz quil avoit mauvais conseil et trop felon. Li Rois sen vint devant Jherusalem et trova les portes fermees; il fist logier son ost entor et assist la ville. Les genz du pais qui dedenz estoient sorent bien quil estoit leur sires et leur rois si le doterent a corocier ne loserent plus lessier dehors aincois li ovrirent les portes et le receurent dedenz il et tout son ost. Li Rois si tost com il fu enz sen ala a la tor ou sa mere estoit et fist drecier perrieres et mangoniaus archiers et arbalestriers mist assez entor qui ne finoient de trere a ceus qui se defendoient. Mes li chevalier qui estoient avec la Roine ne se feignoient mie de defendre ainz leur gitoient de grosses pierres pilez et quarriaus leur enveoient assez par ars et par arbalestes dont il avoient a grant plente. Ne sai quanz jorz dura einsi lassaus mout perilleusement; car il navoit entreus point de deport ausi com se la guerre fust de crestiens et de Sarrazins. Li Rois vit bien quil ne porroit gueres domagier ceus qui estoient en la tor avec sa mere et nequedent trop avoit grant despit de soi partir diluec; por ce voloit encore maintenir senresderie. Mes au darrenier bones genz parlerent a la Roine qui estoit plus sage et li mostrerent les maus qui venoient a la Crestiente de leur contenz; tant li distrent que il firent la pais en tel maniere que la Roine se tendroit a la cite de Naples et aus apartenances et leroit tout quitement a son filz Jherusalem qui estoit chies du roiaume. Li Rois fist jurer deus barons et same que de ce que sa mere tenoit rien ne li demanderoit james en sa vie. En ceste maniere revindrent en bone amor et en bone grace li filz et la mere et fu bone pais par toute la terre.

XV. Coment li rois de Jherusalem ala secorre Antioche.

Au Roi vint la novele certeine que li cuens de Rohes avoit ausi este pris par mesaventure et que toute cele terre de la estoit ausi come abandonee; car li Tur chevauchoient par tout et la gastoient a leur volente. Li pais meismes dantioche qui estoit remes en la garde dune femme avoit grant mestier de conseil et daide. Lors emprist li Rois a treire soi et sa gent la endroit: avec lui mena Onfroi son conestable et Guion de Baruth: des barons de la terre sa mere ne pot il nul avoir et si envoia il ses letres a chascun que il venist apres lui. A Triple sen vint et prist avec lui le Conte et tout son ost; lors sen partirent et vindrent en Antioche mout isnelement; car len disoit par tout et voirs estoit que li soudans du Coine qui estoit li plus puissanz de tous les Turs estoit venuz vers ces parties a si grant plente de genz que nus ne losast atendre; et avoit ja conquise grant partie de la terre qui marchissoit a lui; car cil du pais ne li osoient contretenir les forteresces aincois les li rendoient par tel covent quil fesoit conduire eus et les leur choses sauvement jusquau chastel de Torbessel. Car cil estoit si forz que bien i cuidoient estre a garant. En ceste maniere avoit ja pris touz les chastiaus de cele terre fors ne sai quanz ou il nestoit mie encore venuz. Mes ne demora gueres que unes noveles vindrent au Soudan de son pais par que il lestut a retorner et remener ses genz arrieres. Quant il sen fu partiz ne remestrent por ce les noz genz asseur; car Noradins li plus morteus anemis que la Crestiente poist avoir qui trop avoit grant pooir de terre de genz et de richeces tenoit noz crestiens si corz quil ne sosoient aparoir hors de forteresces. Aincois chevauchoit il dune part et ses coreeurs envoioit il partout por gaster et prendre quanque il trovoient. En ceste maniere estoient les genz de ces terres en peril et a grant mesaise.

XVI. Coment li Crestien issirent de la terre de Rohes.

Lempereres de Costentinoble ot oi le desconfortement ou la contez de Rohes estoit si envoia tantost un de ses barons qui amena chevaliers assez et grant plente davoir aporta en cele terre. Il parla a la Contesse et li ofri que ses sires a lui et a ses enfanz donroit chascun an une mout grant some davoir de que il porroient vivre hautement a grant enneur se ele li voloit baillier la terre et les chastiaus qui encore estoient en sa main; car il se fioit tant en ses richesces et en son grant pooir que bien avoit esperance de defendre contre les Turs ces chastiaus que len li bailleroit et de recovrer les autres par force qui ja estoient perdu. Quant li Rois de Jherusalem fu venuz en Antioche il fist venir devant lui les messages lempereur qui conterent leur parole voiant touz les Barons: li Rois leur en demanda conseil; il ne furent mie tuit a un acort car li un distrent que la chose nestoit mie encore en ce point par que il covenist a metre la terre au pooir des Grieus; li autre disoient que plus estoit seure chose quele fust en leur mains que li Sarrazin la conqueissent sur ceus qui la tenoient qui longuement ne la porroient mie defendre. Quant li Rois oi le descort entre les Barons bien se pensa que li pais ne porroit pas tenir longuement au point ou il estoit car il ni porroit pas grant demorance fere por les besoignes de son roiaume ou il li covenoit entendre ne il navoit pas si grant pooir que il poist bien garder la seue terre et la conte de Rohes qui estoit lune loing de lautre quinze jornees. La terre meismes dantioche qui entre deus estoit avoit ja ne sai quanz anz este en grant aventure et en pluseurs grevemenz: por ce sacorda li Rois que len baillast aus genz lempereur de Costantinoble les chastiaus quil demandoient par les covenances quil avoient ofertes. Bien est voirs quil navoit mie grant esperance que li Grifon qui sont moles genz et mauvaises en armes poissent longuement la terre maintenir ne bien defendre; mes se a ce venoit il voloit mieuz quele fust perdue en leur mains que en la seue. Les covenances furent asseurees devant le Roi. La Contesse et si enfant si acorderent bien; jorz fu pris et nomez a que li Rois devoit aler en la terre o toute sa gent por delivrer les chastiaus aus messages lempereur. Li jorz vint; li Rois mena avec lui le conte de Triple et les barons de sa terre et de la prince dantioche. Si vint en la terre de la conte de Rohes. Si com il avoit promis il mena les Grieus a Torbessel. La Contesse et ses enfanz et touz ceus de la ville Latins et Ermins qui issir en voloient prist en son conduit et bailla le chastel aus Grieus; puis sen ala aus autres que nostre crestien tenoient encore; car il avoient encore en lor main Torbessel Hantab Ravendel Rangulath Bile Samosat et aucuns autres: touz ceus fist bailler li Rois aus genz lempereur. Il ot avec lui grant plente de ceus de la terre qui menoient toutes leur choses en chars et en charretes sur somiers. Mout i avoit femmes et enfanz et autres genz ou il navoit point de defense. Li Rois se mist a la voie et fesoit toutes ses genz aler belement por conduire ce menu pueple jusque a sauvete.

XVII. De ce meismes.

Noradins qui estoit pres diluec avoit bien oi dire que li Rois estoit entrez en cele terre por conduire hors le pueple qui issir sen voloit et par desesperance avoit fet bailler les chastiaus du pais por tenser aus Grieus qui estoient moles genz et lasches ausi come femmes. Por le mauvais covine quil aperceut en nostre gent devint plus hardiz et plus seurs demprendre guerre contreus. Tantost assembla Turs a granz routes; bien cuida fere grant gaaing se il poist le Roi encontrer qui estoit chargiez et encombrez de cele menue gent ou il navoit point de defense et de leur hernois quil trainoient apres eus a grant peine. Il avint einsi que a peines estoit li Rois venuz a la cite de Tulube qui est pres de Torbessel a .vi. miles et avoit son charroi mis dedenz quant Noradins sordi qui covri tout le pais de sa gent. Uns chastiaus estoit pres diluec qui avoit non Hantab par ou nostre gent devoit passer; il virent que peril i avoit grant si mistrent leur gent en conroi come tuit seur de la bataille. Li Tur qui bien se pensoient que par la les covenoit aler se tenoient pres diluec com cil qui bien cuidoient estre seur de la victoire; mes il avint einsi par la merci Nostre Seigneur que li nostre furent aincois a sauvete que li Tur leur poissent mal fere. Dedenz ce chastel reposerent cele nuit leur cors et leur chevaus. Li Rois manda ses barons por soi conseiller que il feroit lendemain. Aucuns en i ot des greigneurs qui prierent le Roi quil leur donast ce chastel; car a laide Nostre Seigneur il le cuidoient bien garder et defendre contre les Turs. Li uns fu Onfrois du Toron conestables le Roi hardiz hom et de grant emprise; li autres fu uns des plus hauz barons de la prince dantioche Roberz de Sordeval avoit non. Mes li Rois sot certeinement que nus deus navoit pooir a fere ce quil prometoit; por ce ne prisa gueres leur paroles aincois vout tenir les covenances et fist livrer la forteresce aus Grieus; a ceus de la ville comanda quil sapareillassent por venir avec lui. Lors estoit grant pitiez a veoir les gentils homes du pais qui enmenoient leur femmes leur filles puceles et les petiz enfanz et lessoient leur terres et les maisons ou il avoient este ne; leur pais guerpissoient a touzjorz et ne savoient ou il devoient demorer. Au partir i avoit granz pleurs et granz criz de ceus de la terre; li autre meismes qui ce veoient en ploroient de pitie. Quant il fu a lendemain ajorne il trosserent leur hernois et se mistrent tuit au chemin; a destre et a senestre virent tantost leur anemis qui les porsivoient a granz routes. Li nostre qui avoient cinq cenz chevaliers conraerent leur batailles et atirerent coment il chevaucheroient. Li Rois fist lavantgarde por garantir ceus qui aloient au premier front. Li cuens de Triple et Onfroiz li connestables firent larriere garde et retindrent avec eus le plus des chevaliers porce que bien pensoient que li Tur les chergeroient mout plus que les autres. Li chevalier de la terre dantioche chevauchoient a destre et a senestre entre deus por garantir le gent du milieu. Leur anemi ne finerent onques tout ce jor deus aprochier et de hardoier en pluseurs leus; si que neis li hernois que len portoit sur les somiers estoient si chargie de pilez et de saietes que ce sembloient hericon; dautre part la poudre et la chaleur estoit si grant que trop estoient greve de soif et de mesese li chevalier et touz li pueples. Mes a la fin quant il comenca a avesprir et li soleuz comenca a esconser li Tur qui norent point de viande en leur ost sen partirent et orent perdu aucuns de leur meilleurs chevaliers. A grant merveille tenoient de ce que li nostre sestoient si bien contenu le jor sanz fere nul mauvais semblant es granz meschies quil avoient souferz. Onfroiz li conestables vit bien quil sen partoient si prist un arc en sa main dont il savoit mout et les comenca a porsivre; plein un tarquais de saietes i emploia dont il leur fist assez de domages que domes que de chevaus. Mes quant il se fu auques esloigniez de nostre gent uns chevaliers tur se parti des autres tout celeement qui mist jus ses armes et sen vint vers lui ses mains croisiees a ses costez por signe de reverence: cil venoit de par un grant amiraut des Turs qui estoit amis au Conestable ausi com sil fust ses freres. De par celui le salua mout ennorablement et li dist que certeins fust que Noradins se partiroit cele nuit du pais et sen iroit en sa terre; car il ne les pooit plus porsivre porce que toutes manieres de viandes estoient faillies en son ost. Li Conestables manda par message saluz a son ami et le mercia de ce quil li avoit mande puis se partirent li uns de lautre. Onfroiz du Toron sen revint a ses heberges; li oz fu logiez cele nuit en un leu que len claime Joha. Quant li Rois ot apris par son conestable le covine des Sarrazins il en fu touz liez. Lendemain se remistrent a la voie tuit ensemble. Onques ne troverent qui de rien leur destorbast. Einsi sen alerent tout enpais par leur jornees jusque il vindrent en Antioche. Quant Noradins aperceut que li Grec tenoient les forteresces que je vos ai nomees desus qui sont unes moles genz et ausi com femelin bien se pensa que il nauroient pas grant aide des Latins qui plus sont ause darmes; por ce commenca sovent a envoier correeurs qui fesoient leur chevauchiees por gaster les terres entor leur chastiaus et fesoient sovent granz assauz devant leur portes; dont trop sesbaissoient cil qui pou savoient de guerre. Apres ce il meismes venoit a grant plente de genz a cheval et a pie et asseoit premierement une forterece apres lautre; si que ne demora pas un an puis que la terre fu livree aus Grieus que Noradins lot toute conquise et prise sur eus a force. Ainsi avint par noz pechiez que toute la conte de Rohes qui estoit si bele terre et si pleinteive de bois deaues coranz et de granz praieries et de bons gaignages qui bien avoit cinq cenz chevaliers richement fievez fu perdue a la Crestiente et vint es mains aus anemis de la foi Jhesucrist qui encore la tienent a ce jor dhui. En cele seson furent mort .iii. arcevesque qui estoient souz le patriarche dantioche: cil de Rohes cil de Geraple cil de Corice. Onques puis not en leur eglise prelaz de crestiens; car li Sarrazin ont tout seurpris.

XVIII. Coment la princesse dantioche ne se vout marier.

Mout fu en grant porpens li rois Baudoins coment la citez dantioche et la terre dentor porroit estre garantie; car il avoit grant doute se il ni avoit prince que cele dame qui la governoit ne la poist mie mie bien defendre. Ausi com la contez de Rohes estoit perdue par defaute de seigneur il covenoit que il ne demorast plus en ce pais por les besoignes du roiaume qui bien le semonoient de revenir. Por ce se pensa que la chose seroit en grant peril puis quil sen seroit partiz. Il manda la Princesse et li mostra toutes ces choses debonairement; apres lamonesta et requist et pria mout docement que por garantir a la Crestiente lenneur quele tenoit esgardast et choisist un des barons qui la estoient et le preist a seigneur; car il en i avoit pluseurs qui estoient sage loial et bon chevalier par que la terre seroit bien conseillee de lun. Il estoit lors avec le Roi venuz en cel ost uns mout hauz hom de France hardiz sages et de grant emprise preuz et fiers aus armes qui mout estoit de grant afere et de grant pooir en son pais Yves de Neele avoit non cuens de Soissons. Il i restoit Gautiers de Fauquenberge chastelains de Saint Omer cortois hom bien parlanz de grant conseil et chevaliers bons. Un autre en i avoit qui estoit de grant sens et mout avoit fet darmes come cil qui estoit de grant proece Raous de Mellou avoit non; chascun de ceus eust volentiers cele dame prise a femme se ele vousist et bien fust li pais governez et defenduz par un deus; mes la Princesse qui bien avoit essaie le dangier de mari et le petit pooir que len lesse aus dames qui ont seigneur ne regarda onques a la sauvete de sa terre tant com ele fist a la seigneurie avoir et a fere sa volente. Si respondi au Roi que ele navoit talent de soi marier. Li Rois qui bien entendi quel proposement ele avoit fist semondre un grant parlement a Triple ou li baron du regne furent et cil de la terre dantioche; li Patriarches et li prelat desouz lui si assemblerent tuit. La Princesse i vint la fu assemblez touz li pooirs de la crestiente doutre mer. De maintes bosoignes i ot parle tant que len vint a metre conseil en la prince dantioche. Li Rois et li cuens de Triple qui estoient cousin a la princesse la Roine et la Contesse qui estoient ses antains se traveillerent mout a li fere changier son talent et mout li prierent que ele eust pitie de sa terre et quele preist a mari lun de ces hauz homes lequel quele voudroit; mes onques ne la porent movoir de sa volente et leur respondi quele nen feroit neant. Len disoit que li Patriarches qui mout estoit malicieus la maintenoit en ce conseil porce que tandis com ele estoit vueve ele le creoit si quil avoit la seigneurie du pais quil desirroit mout. En ceste maniere ne porent rien fere a ce parlement ainz se departirent et se retrest chascuns vers son repere.

XIX. Coment li cuens di Triple fu murtris.

Entre le conte de Triple et la contesse sa femme avoit lors un pou de contenz porce que li Cuens estoit si jalous de li quil la tenoit trop courte et li fesoit mener enuieuse vie. La roine Melissent qui estoit mout bone dame estoit venue a Triple por apaisier cele chose et por veoir la princesse dantioche sa niece. Assez parla au Conte sagement et li pria que il lessast cele folie et cele sospecon quil avoit emprise de sa femme: mes ce nestoit pas legiere chose. Quant la Roine vit quele ne feroit rien de ce vers lui si se pensa que ele enmenroit sa sereur avec lui en son pais porce quele vivoit la a trop grant mesese. Ja sen estoient ambedeus issues de la cite de Triple et mises a la voie. Li Cuens avoit convoiee sa Princesse et ja avoit pris congie de li si sen estoit partiz. En son retorner quant il voloit entrer en la porte de la cite et ja estoit dedenz la barbacane li Harsaxi li corurent sus et trestrent leur espees et locistrent iluec. Raous de Mellou dont je vos ai parle qui estoit si bons chevaliers chevauchoit avec le Conte: quant il vit ce si li corut aidier mes ni ot mie pooir aincois fu ocis avec lui et uns suens chevaliers ausi qui secorre le voust. Li Rois qui mot ne savoit de ce sejornoit a Triple et jooit aus tables. Quant li criz leva par la cite et tuit sorent cele mesaventure tuit corurent aus armes et tuit cil quil encontroient qui estoient desguise de robe ou de langage de Latins ocioient car il les tenoient tuit a Harsaxis. Quant li Rois entendi la chose trop en fist grant duel; tantost envoia querre sa mere et sa tante qui sen aloient. Quant eles furent retornees mout furent dolereuses et granz pleurs i ot et granz criz sur le cors. Apres ce li cors fu enterrez mout ennoreement. Li Rois vit bien que delaiz ni avoit mestier. Si fist venir les barons du pais devant lui et firent feeute a la Contesse et a ses enfanz. Ele avoit un fil qui avoit pres de douze anz Raimonz avoit non por son pere et une fille mainznee de lui qui avoit non Melissent. Quant li Rois ot einsi atorne ces aferes entre lui et sa mere et ses barons sen retornerent au roiaume de Jherusalem.

XX. Coment li Crestien desconfirent ne sai quanz amiraus.

Ne demora gueres apres ce que ne sai quant amiraut de Turs haut hom et puissant qui estoient frere et estoient apele en surnon Hiaroquin empristrent a venir en la terre de Jherusalem; car la sainte citez estoit leur heritage aincois que li Crestien la conqueissent. En ce proposement les avoit mis leur mere qui chascun jor les blasmoit de ce que si longuement soffroient leur desheritement et leur disoit que bien i deussent metre autre conseil. Tant les ataina de ce pluseurs foiz que il assemblerent leur pooir et voudrent chalengier par force la sainte cite. Il sen vindrent jusqua Damas; iluec sejornerent por eus apareillier et por acheter armes cil quil mestier en avoient. Cil de Damas entendirent leur emprise et le tindrent a grant folie. Mout les en blasmerent et mistrent grant peine pour eus retenir car il savoient bien que ce nestoit mie legiere chose que il avoient enpense a fere. Cil nes en voudrent croire ainz se mistrent a la voie. Tant vindrent quil passerent le flun Jordain et tuit ensemble monterent desus les montaignes ou la citez de Jherusalem siet. Quant il vindrent au mont Olivet qui est desus la ville delivrement regarderent toute la cite et les sainz leus ou nostre crestien font leur pelerinages. Entre les autres cognurent le temple Nostre Seigneur que li Tur ont en mout grant venerance. Quant les noz genz qui estoient dedenz la ville cognurent que ce estoient Sarrazin qui la sestoient mis grant peor orent que il ne venissent dedenz la cite porce quele nestoit pas bien close; et li grant home de la ville sestoient tuit assemble en la cite de Naples. Cil pristrent les armes et sen issirent tuit ensemble; Nostre Seigneur prierent que il gardast eus et leur ville de mesaventure. Lors sen alerent hardiement por assembler a leur anemis. La voie qui descent de Jherusalem en Jerico et diluec au flun Jordain est mout desaivee si que cil qui i vont sanz armes et sanz trossiaus en sont tuit encombree por les roches et por les maus trespas; car ele est toute pleine de tertres et de vaus. Les noz genz sadrecierent cele part; tant vindrent quil aconsivirent les Turs. Cil ne les atendoient gueres aincois tornerent tantost en fuie. Mes nostre crestien en ocistrent assez porce que la voie encombreuse ne les en lessoit aler. Pluseurs en i ot qui sanz cop soffrir trebuschoient contreval les montaignes qui estoient tuit debrisie et cheval et home. Se il en i avoit aucuns qui trovoient la pleine voie cil ne sen eschapoient mie car li nostre leur venoient au devant et les decoupoient touz. Li cheval aus Turs qui las estoient du lonc travail ne pooient mie longuement soffrir le poigneiz aincois leur failloient tout pleinement si que li plus deus remanoient a pie par quoi il ne pooient metre nul defense en eus. Tant i ot ocis et homes et chevaus que les noz genz ne pooient mie bien suivre ceus qui senfuioient por les voies estroites qui estoient encombrees des morz. Les noz genz nentendoient mie a concueillir leur gaaing aincois metoient toute la peine a leur anemis ocire et retenir. Cil qui sestoient assemble a Naples sorent bien que li Tur estoient passe en la terre folement et que par estovoir les covendroit a revenir por passer au gue du flun Jordain; por ce se mistrent au devant dont il avenoit que cil qui par effort de chevaus sen venoient jusque la trovoient iluec greigneur peril que il navoient eschape; car cil les ocioient touz sur le flun. Sil en i avoit aucuns qui por eschiver les noz se metoient ailleurs eu flun porce que il ne savoient mie les guez tantost perissoient en leaue. Trop furent ledement desconfit si que cil qui premierement estoient venu en grant orgueil por la grant plente de gent quil amenoient furent tost mis a petit nombre et pou de gent furent cil qui sen eschaperent si quil sen alerent tuit honteus en leur terres. Le jor i ot bien des Turs que ocis que morz en autre maniere .v m. Et ceste chose avint lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. .c. et .lii. le jor de feste saint Climent eu neuviesme an du regne Baudoin le tierz. Noz genz sen alerent a grant joie de la victoire; armeures emporterent assez et chevaus enmenerent dedenz Jherusalem ou il rendirent graces a Nostre Seigneur de lenneur quil leur avoit donee.

XXI. Coment Baudoins assist la cite descalone.

Quant li nostre orent einsi eue la victoire bone esperance orent en Nostre Seigneur quil leur aideroit et les maintendroit bien se il emprenoient autre chose contre les anemis de la foi. Por ce sacorderent tuit grant et petit que il greveroient les Turs descalone qui mainz ennuiz leur avoient fet. Il se penserent que entor cele cite avoit grant plente de jardins dont leur anemi avoient granz preuz et granz soulaz. Et se il les pooient estreper mout en seroient domagie et greve cil de la ville. Por ceste chose furent assemble a jor nome granz et genz et vindrent devant Escalone por estreper touz les arbres qui fruit portoient. Cil de la cite orent si grant peor deus quant il les virent que nus nissi onques hors por destorber ceus de chose quil vousissent fere. Por la coardise et por le mauvais semblant que il virent es Turs Nostre Sires leur crut es cuers greigneur hardement et leur dona esperance demprendre plus grand chose: si que ni ot celui qui ne vousist et conseillast que len asseist la ville. Tantost envoierent messages par toute la terre por semondre larriere ban et manderent que tuit venissent a ce siege quil avoient comencie a un jor quil leur mistrent. Tuit cil qui oirent la novele furent mout lie et bien sacorderent a leur emprise: volentiers vindrent au jor qui nomez estoit et se logierent avec les autres devant Escalone: et por ce que il se tenissent plus fermement en cele chose qui soudeinement leur estoit venue es cuers tuit sentrejurerent que il ne se partiroient du siege jusque la citez fust prise. Ce fu fet le jor de la conversion monseigneur saint Pol. Li Rois fu iluec qui ot fet aporter la vraie croiz et Fouchiers li patriarches de Jherusalem et .iii. arcevesque Pierres de Sur Baudoins de Cesaire Roberz de Nazareth; Ferris levesques dacre; Girarz levesques de Bethleem qui orent aucuns des abez avec eus. Il i fu Bernarz de Tremelai li mestres du Temple et Raimonz li mestres de lospital. Des barons du pais i furent Hues dybelin Phelippes de Naples Onfrois du Toron Symons de Tabarie Girarz de Saiete Guiz de Baruth Morises de Mont Roial et dui haut home du roiaume de France qui estoient aus deniers le Roi en soudees Renauz de Chasteillon et Gautiers de Saint Omer. Tuit se furent logie entor Escalone por aceindre la ville au mieuz quil porent. Lors comencierent a mettre grant peine et grant entente de grever leur anemis chascuns a son pooir.

XXII. De ce meismes.

Escalone est une des cinq citez aus Filisteains qui siet au rivage de la mer. Si est fete a la forme dun compas; la maniere de la corde qui le trenche cest li rivages de mer; lautre aceinte siet devers Orient. Toute la citez est ausi com en une fosse qui se penche vers la mer. Ele est ceinte tout entor de murgiers de terre aportee sur que li mur sieent et les torneles. Cist terrail sont ausi dur com sil fussent fet de chaut et de sablon. Li mur sont assez haut et espais. Les barbacanes forz et bien garnies devant les portes. En toute la ville na eaue corant de fontaine ne hors pres diluec; mes assez i a puis dedenz et dehors qui ont bones eaues et douces a boivre et por cuire mengiers. Grant plente i a de cisternes por abuvrer les chevaus quant mestiers est. En toute laceinte des murs na que quatre portes; en chascune a tor fort et grosse. La premiere porte qui siet devers Orient a non Porte Major de Jherusalem; porce que par iluec vet len a la sainte cite. Iluec a deus tors de ce et de la grosses et hautes si que cest la graindre forteresce de la ville. En la barbacane devant a trois issues qui meinent en divers leus. La seconde porte qui est devers Ocident est apelee la Porte de Mer porce quele descent au rivage. La tierce regarde devers Midi que len claime la Porte de Gaze porce quele oevre vers cele cite. La quarte siet devers Bise assez pres de la mer et a non la Porte de Japhe pour ce que Japhe est de cele part. La citez descalone ne pot onques avoir port ou nes se poissent garantir; quil ni a se pleine greve non si que li vent i fierent tuit abandon que nus chaables ni porroit tenir les nes queles ne se defroissassent toutes. Terre gaaignable na point entor la ville fors unes petites valees qui sont devers Bise. Nequedent li sablon en que la ville siet sont bon a porter vignes et jardins et cortillages; mes len i fet venir leau des puis que len tret a ceoignoles et encresse len les terres par le fumeiz. Dedenz cele cite avoit mout grant plente de genz mes trestuit estoient aus sodees le caliphe degypte si neis que len disoit que si com li enfes nessoit comencoit il a avoir ses livroisons. Li Tur degypte metoient mout grant peine a retenir cele ville car il se pensoient bien que se noz genz la pooient conquerre delivrement trespasseroient au roiaume degypte et feroient iluec assez de leur volentez. Por ce metoient en cele garantir grant peine et larges coustemenz. Quatre foiz lan refreschissoient les garnisons de toutes choses par mer et par terre; et tandis furent il en pais en leur pais com ele se tint encontre nostre gent.

XXIII. De ce meismes.

Puis que nostre Sires ot rendue la terre de promission a la Crestiente demora la citez descalone a estre conquise .l. anz ou plus. Or lavoient assise cil preudome qui fu mout granz chose et trop gries a emprendre; car estre ce quele estoit si bien fermee de murs de tors et de barbacanes et de haut terail avoit il dedenz si grant garnison darmes et de viandes quil nen avoient pas mestier de la moitie. Par dessus ce des le premier jor du siege jusquau darrenier ne fu onques que dedenz neust deus tant genz quil navoit dehors au siege. Li Rois et li Patriarches et li autre baron firent lost logier en tele maniere quil aceintrent toute la ville par la terre. En la mer mistrent un des granz barons du pais qui avoit non Girarz de Saiete et li baillierent quinze galies bien garnies por garder que nus secors ne leur poist venir par mer et se cil dedenz sen voloient issir de cele part noz galies les destorbassent. Cil qui avoient assise la ville par terre fesoient sovent de granz assauz aus barbacanes et bien trovoient ceus aspres et de grant defense: il meismes li Tur de la ville refesoient par maintes foiz de granz saillies en lost et si com il avient de guerre une eure en avoient li nostre le pis autre foiz li autre. Mout estoit li sieges aaisiez et grant avantage en avoient nostre crestien car il i avoit si grant plente de viandes fresches chascun jor que len en fesoit grant marchie et estoient ausi asseur es paveillons et es tentes com sil fussent dedenz leur cite en bones mesons de pierre. Encontre ce cil descalone estoient en peor et en grant sospecon de jorz et de nuiz. Chascun jor chanjoient leur guez quil metoient sur les murs et par les torneles. Li plus grant home de la ville en estoient en greigneur peine que li autre. Toute nuit chevauchoient les guetes et aloient partout si que maintes foiz veilloient il jusquau jor. Len avoit mises lampes de voirre par les torneles et sur les murs a si grant plente que nus ne pooit aler ne venir la endroit que len ne le veist ausi clerement que come de jorz. Les noz genz qui dehors estoient ne sasseuroient pas si que il ne feissent chascun soir guetier grant plente de chevaliers et de sergenz entor les engins et devant les barbacanes; porce quil cremoient les saillies de la ville et si estoient en grant sospecon que cil degypte ne venissent secorre leur gent et se ferissent soudeinement en lost. Por ce avoient il envoiees leur espies en mainz leus entor la cite de Gaze qui leur feissent asavoir isnelement se genz venissent cele part.

XXIV. De ce meismes.

Deus mois dura li sieges en ceste maniere que je vos ai devisee. Il avint si com estoit la costume entor la Pasque que granz venue fu de pelerins qui touzjorz passent en cele seison. Li Rois et li baron envoierent preudomes a touz les porz semondre ceus qui venu estoient de venir au siege et aus notoniers qui retorner sen voloient comander que toutes leur nes amenassent devant Escalone; car il auroient la bones soudees et granz loiers. Ne demora gueres puis que cil sen furent parti que toutes les nes qui venues estoient a ce passage furent en la mer devant lost de noz genz. Si granz plentez i revint par terre de pelerins a cheval et a pie que li oz en fu touz repleniz et chascun jor croissoit de noveles genz. Li nostre en avoient mout grant joie et leur esperance en croissoit plus de jor en jor que il vendroient a bon chief de leur emprise. Encontre ce li Tur qui assis estoient se desesperoient mout et grant peor avoient de venir au desouz des Crestiens. Nosoient mes einsi venir aus assauz com il soloient et se les en semonoient li notre assez plus que devant. Cil qui estoient en grant esmoi envoierent leur messages hastive au caliphe degypte et li manderent quil pensast deus secorre sanz delai; car en nule maniere ne se porroient tenir longuement. Cil qui avoit la chose mout a cuer ne fu mie pareceus ne endormiz aincois fist tantost apareillier une grant navie quil garnit mout bien de bones genz darmes et de vitailles; engins i mist assez por metre dedenz Escalone. Despenses leur bailla largement et leur comanda quil se hastassent. La nostre gent ot achatee mout chierement assez des nes qui la estoient venues; lors pristrent grant plente de charpentiers et firent drecier en pou de tens un chastel de fust bien haut; de cloies le garnirent es costez de toutes parz puis le covrirent de cuir touz escruz porce que li feus que len lanceroit ne si poist prendre. Autres engins por giter pierres firent assez quil assistrent en divers leus; chaz et voies covertes apareillerent de maintes parz por porter atret par que len montast legierement aus terraus. Lors se pristrent garde cil qui plus savoient de tel chose en quel sens li chastiaus porroit estre menez plus delivrement; si que cil qui dedenz seroient poissent aidier a leur genz quant il assaudroient aus barbacanes ou quant li Tur feroient leur saillies. Grant plente i mistrent dars et darbalestes et de genz qui bien sen aidoient. Lors firent la voie; si menerent leur chastel a granz criz jusque pres du mur et lassistrent en tel leu dont len pooit veoir par toute la ville et giter et trere a ceus qui sur les murs estoient. Li Tur qui plus estoient hardi sen aloient cele part por trere a ceus qui du chastel les grevoient; mes ne leur pooient point de mal fere et li notre leur en fesoient assez. Es autres parties meismes de la ville avoit il poigneiz granz et mellees entre les Turs et les noz et assez en i moroit: qui voloit fere biau coup bien pooit trover qui le recevoit hardiement. Assez i ot maintes proesces fetes que nos ne vos disons mie car nos entendons a porsivre le gros de lestoire.

XXV. De ce meismes.

Cist sieges ot ja dure cinq mois li pooirs des Crestiens ne fesoit se croistre non et amender en toutes choses. Encontre ce leur anemis apeticoient de genz qui estoient mortes et bleciees. Li cuer meismes leur estoient en peor et en esmai. Si com les choses estoient en cette maniere la navie degypte saparut enmi mer qui avoit si bon vent que il venoient a pleines voiles croisiees. Li Tur descalone les virent premierement lors leverent un cri de joie et tendirent leurs mains au ciel; buisines firent soner et tabors. Lors comencierent a dire a nostre gent que il sen iroient par tens diluec a leur grant honte ou il seroient tuit decoupe. Girarz de Saiete qui estoit mestres des galies quant il vit venir cele estoire par la mer tantost mut por aler a lencontre; car il cuida destorber leur venue. Mes quant il les ot aprochiez et il vit cele grant plente de nes et de gens ne les osa atendre aincois sentorna arrieres fuiant au plus tost quil pot. Cil sen vindrent a mout grant bobant sanz nul contredit jusqua la cite. En cele navie avoit .lxx. galies et autres granz nes que len claime dromonz chargiees et garnies de toutes riens qui mestier pueent avoir por ville defendre. A grant feste furent receu dedenz la ville et grant confort receurent de leur venue. Lors comencierent a venir aus barbacanes et aus autres issues plus sovent quil ne soloient et grant paleteiz avoit entreus ou len navroit assez genz. Nequedent cil qui aincois estoient en la ville savoient plus de guerre et mieuz cognoissoient la proece de nos genz; por quoi il ne sabandonoient pas si com cil qui novelment estoient venu et poi se cognoissoient es armes. Dont il avenoit que touzjorz perdoient de leur gent; tant que eus meismes saperceurent et se trestrent plus arrieres: mains en firent de foles ahatines quil navoient comencie avant et plus doterent les noz quant il les cognurent.

XXVI. Coment la princesse dantioche espousa Renaut de Chasteillon.

Si com les choses aloient einsi entor le siege descalone madame Costance la princesse dantioche qui mainz hauz barons de grant afere avoit refusez sacorda en son cuer a un bacheler de France qui nestoit pas mout riches hom; mes sages estoit cortois et de bon afere; biaus bachelers et chevaliers bons Renauz de Chasteillon estoit apelez. Mes ele ne vout mie fere le mariage jusquele en eust le congie et la volente le Roi qui estoit ses cousins germains et qui avoit en sa garde la prince dantioche en que cil Renauz demoroit soudoiers par le comandement le Roi. Quant il sot que la Princesse sacordoit a lui mes la chose ne pooit estre parfete se par le Roi non il ne fu mie pareceus de si grant besoigne porchacier; aincois se mist a la voie hastivement et vint au siege descalone ou li Rois estoit. A conseil le treist et li mostra que il estoit venuz querre; aus piez li chei et li pria mout humblement que ne li destorbast mie si grant enneur; car a laide de Dieu et au conseil le Roi meismes il maintendroit bien la terre et touzjorz seroit a son comandement. Quant li Rois oi ce bien le vout et en fu touz liez; car il pensa que cil feroit bien et volentiers se decharja de garder la terre qui estoit loing. Cil sen retorna a grant joie qui emporta letres le Roi a la Princesse qui disoient que li Rois le voloit bien et len prioit. En Antioche sen revint tantost espousa la dame qui mout le desirroit. Maintes gent sen merveillierent et granz paroles en firent au pais; mes toutes voies fu Renauz de Chasteillon princes dantioche. Noradins qui mout estoit sages guerroiers et apensez de ses besoignes fere ot noveles oies que morz estoit li connestables de Damas Aynarz cui fille il avoit qui maintenoit tout ce roiaume; car li Rois qui avoit sautre fille estoit fous et mauvais. Maintes foiz avoit essaie Noradins coment il poist avoir ce roiaume; mes Aynarz sestoit touzjorz mis encontre; or vit bien que cil empeeschemenz estoit failliz et sot certeinnement que li rois Baudoins et li baron de sa terre qui longuement avoient ja sis entor Escalone ne leroient pas volentiers leur siege por secorre a ceus de Damas dont il avoient treuz chascun an por eus aidier. Por ce concueilli Noradins tant com il pot avoir de genz et sen vint devant Damas a grant effort por le roiaume prendre. Cil de la ville sen vindrent encontre lui et sanz coup ferir li rendirent eus et la cite. Cil enchaca le Roi et len fist aler en Orient sanz terre et sanz avoir come fol et chaitif. De ceste chose fu mout empiriez li estres du roiaume de Surie; car avant ne se dotoient il mie de ceus de Damas ainz en avoient grant preu tandis com il i avoit si foible roi; mes or avoient en leu de celui trop fort voisin sage puissant et malicieus por que il estoient en grant peril de cele part. Sitost com il ot prise Damas et toute la terre fu a sa volente il se porpensa coment il porroit aidier a ceus descalone. Por ce vint a tout grant gent devant las cite de Belinas qui siet en la fin du roiaume et lassist porce que il cuida fere le Roi et les barons partir du siege por venir secorre leur cite. Mes par la merci Nostre Seigneur il ne fu mie einsi com il pensoit; car il ne pot riens fere de mal a la cite de Belinas qui estoit bien fermee et garnie et li preudome ne lessierent pas ce quil avoient encomencie. En cele seison fu morz Bernarz levesque de Saiete qui preudom avoit este. Apres lui fu esleuz Amauris uns hom religieus et de sainte vie; abes estoit de chanoines riglez de lordre de Premonstre du leu que len claime Saint Joseph darimathie ou Saint Abacuc. Il fu sacrez en leglise de Lidde par la main larcevesque Perron de Sur; car nus de ceus qui estoient entor Escalone ne se pooit granment eslongnier du siege.

XXVII. Coment cil descalonne occistrent quarante Templiers et pendirent aus murs.

Ne furent mie oiseus ne endormi cil qui avoient Escalone assise; car en toutes manieres il se penoient de grever leur anemis. Meismement en cele partie ou siet la Porte Maior avoit touz les jors grant poigneiz; ne ja ne fust que cil dedenz ni perdissent des leur. Les perrieres gitoient aus murs aus tors et dedenz la ville si grosses pierres et tant que mout afebleoient les forteresces et defroissoient les meisons; mout sen dotoient tuit cil de la cite. Cil qui estoient au chastel de fust leur fesoient granz domages de leur genz; ne mie seulement par les torneles ne sur les murs mes de ceus qui par les rues aloient et ne sen prenoient garde ocioient il assez des forz arbalestes et des ars turcois quil avoient. Cestoit la chose qui plus grevoit ceus de la ville. Por ce sassemblerent li Tur entreus et pristrent conseil coment il porroient ce chastel abatre qui tant leur fesoit de maus. Il sacorderent quil giteroient entre le mur et le chastel grant plente datret de busches seches et destrain; lors a quelque peril quil le deussent fere il i metroient le feu qui saudroit au chastel. En autre maniere ne pooient il veoir coment il poissent ce plus endurer. Li plus hardi des Turs qui maintes foiz avoient soffert le peril des guerres se trestrent avant por ce fere. Hastivement firent un grant murgier de seches choses pres de leur mur devant le chastel de fust; apres giterent desus poiz huile sain por mieuz ardoir; li feus i fu mis de maintes parz mes Nostre Sires garanti sa gent; car uns venz sordi tantost devers Orient qui fist la flambe esloignier du chastel et flatir vers les murs; si que toute nuit ne fina li feus de cuire les pierres du mur la endroit ou li atrez avoit este mis. Dont il avint que au matin com il ajornoit de lune tornele jusqua lautre chei uns pans de mur jusqua terre si que mainz en i ot de ceus qui guetoient qui cheirent contreval tout defroissie. Grant noise fist cele ruine si que li oz fu touz estormiz et corurent tuit aus armes por entrer dedenz la ville par cele faute de mur. Mes li grant mestre du Temple Bernarz de Tremelai se fu trez avant a tout ses Templiers et se mist devant cele entree por defendre que nus ni entrast se si frere non et ce fist il por fere greigneur gaaing en la ville; car ceste costume coroit lors en la terre doutremer por amordre la gent a fere hardement par enneur et par convoitise que quant une forteresce estoit prise a force chacuns qui entrer i pooit gaaignoit a soi et a son oir ce que il prenoit a lentree. Mes dedenz cele cite avoit tant richesces et autres manieres de gaainz que cil dehors en poissent estre tuit riche chascuns selonc ce quil estoit sil i poissent estre tuit entre. Maintes foiz avint que les choses qui sont comenciees par mauvaise entencion ne sont mie menees a bon chief: ce fu bien esprove la endroit. Car dedenz la cite se mistrent bien quarante des Templiers: li autre defendirent la faute du mur que nus ne se meist apres eus. Li Tur qui avoient este mout esbahi premierement virent que nus ne sivoit ceus qui dedenz estoient; si pristrent cuer en eus meismes et leur corurent sus de toutes parz. Cil qui estoient pou de gent ne se porent pas bien defendre; si furent tuit ocis. Quand li Tur orent ce fet qui avant avoient este desespere si repristrent hardement et se conforterent de cele aventure: lors comencierent a venir tuit ensemble aus pertuis du mur et a defendre lentree. Granz tres et fuz de maintes manieres merrien de nes de que il avoient assez aporterent hastivement a la faute si que ne demora pas quele fu si bien estopee que nus ni poist entrer. Les torneles qui estoient deca et dela regarnirent tout de novel car cil qui avant les gardoient sen estoient parti par la force du feu. Lors furent si esbaudi quand il orent nostre gent ausi reusee que il descendirent aus barbacanes et semonoient les noz de venir contre eus a poigneiz. Cil qui gardoient nostre chastel de fust sentirent bien quil estoit afebloiez par les engins de la ville qui assez avoient feru es mestres fuz qui le sostenoient; por ce furent plus doteus de monter es plus hauz estages et de grever les Turs si com il soloient. Cil de la ville por plus correcier nostre gent et por mostrer semblant quil nestoient pas esmiae pristrent les Templiers quil avoient ocis et les pendirent tous a cordes contreval le mur devers lost. Li nostre en furent mout angoisseus et a grant mesese si neis que les menues gens se comencierent a desesperer que la citez quil avoient ja longuement assise ne poist pas estre prise a force et devenoient plus pareceus de fere toutes choses qui a cele besoigne apartenoient.

XXVIII. De la grant desconfiture de ceus descalonne.

Li Rois qui bien aperceut que ses genz estoient espoentees de cele mesaventure manda les barons de lost; il sassemblerent tuit devant la vraie croiz qui touzjorz estoit au paveillon le Roi; li Patriarches i fu et li autre prelat. Li Rois leur demanda coment il se contendroient selonc le point en que la chose estoit. Cil penserent mout et en parlerent assez come genz qui avoient grant angoisse en leur cuers. Ne sacorderent pas a une chose aincois i ot deus parties; li un disoient que longuement avoient ja esaie savoir sil poissent prendre cele ville; encor ne leur sembloit pas quil fust legiere chose; quil i avoient fet grant despens si que li plus deus ne le pooient plus soffrir; de leur chevaliers i avoit len pluseurs que morz que navrez; la citez nestoit pas encore mout empiriee aincois avoient cil dedenz a grant largesce quanque mestier leur estoit: por ce si estoit leur consaus que len se partist du siege; car si com il leur sembloit se len i demoroit plus ce seroit peine perdue. Li autre ne saccorderent mie a ce aincois disoient que granz hontes seroit et granz domages a la Crestiente se len sen partoit en cele maniere; car il nest mie grant chose de comencier les aferes qui a bonne fin ne les treiroit. Len i avoit ja mis grant despens et traveillie assez; mes tout ce seroit perdu qui ne paratendroit que Nostre Sires i envoiast sa grace; car il ne seut mie faillir a ceus qui ont ferme esperance en lui. Bien est voirs que des crestiens i avoit morz en cele besoigne; mes tuit devoient penser et croire quil estoient trespasse en gloire et quil ne vodroient mie estre arrieres en ceste vie por nule chose terrienne. Por ce leur sembloit et conseilloient a bone foi que nus ne se remuast du siege aincois empreissent lafere Nostre Seigneur plus viguereusement que onques navoient fet devant. Au premerain conseil se tenoient pres tuit li prince lai; li Rois meismes ce sembloit si lessast assez legierement aller porce quil estoit grevez et ennuiez de ces mesaventures. A lautre conseil se tenoient li Patriarches et tuit li prelat; Raimonz li mestres de lospital estoit avec eus. En ceste maniere demorerent iluec longuement et assez en parlerent. Chascuns mostroit raison por la seue partie. Au darrenier par la grace Nostre Seigneur li Rois premiers et apres tuit li autre se tindrent aus prelaz et saccorderent a Sainte Eglyse. Lors empristrent cel afere ausi come tout de novel; accorde fu entreus que premierement iroient prier Nostre Seigneur trestuit que par sa douceur regardast son pueple et leur donast si acomplir cele emprise qui fust enneurs a lui et a la Crestiente. Quand il orent ce fet tuit ensemble se vont armer petit et grant et font crier lassaut. Les trompes sonnerent et vindrent devant les barbacanes ou il souloient trover les Turs touz prez de bataille. Grant talent avoient li nostre de vengier la mort a leur freres; si se ferirent en eus plus efforcieement quil ne souloient. Li Tur qui en grant orgueil estoient monte por ce quil avoient si reusez les noz a lassaut les receurent mout fierement et se defendirent au mieuz quil porent. Mout se merveillierent de ce quil trovoient les noz si fiers et si abandonez encontreus. Longuement dura li chaples et la mellee entreus a cheval et a pie; mes au darrenier puis que les noz genz voudrent bien fere leur pooirs cil ne les porent soffrir ainz se desconfirent et qui sen pot aler il sen foi. Mes tant en i ot ocis des leur qui bien leur fu vendue la mort aus Templiers; car il perdirent la pres que touz leur bons chevaliers; des chevetaines meismes i morut il aucuns. Il navoit dedenz la cite nule grant mesniee qui duel ne feist de sa perte. Touz autres domages que il onques eussent receu tenoient a noient envers celui. Sanz faille des le premerain jor du siege jusqua celui tens ne leur estoit avenue nule si grant mescheance. Quant il se furent tret arrieres et cognurent certeinnement les granz pertes quil avoient fetes des granz homes la citez fu toute desesperee. Apres ce il envoierent de leur plus sages homes au Roi por requerre les corz des leur qui morz estoient a ce poigneiz et trieves demanderent por eus enterrer. Se il avoient aucuns des noz ocis devers eus volentiers les rendroient. Li Rois par le conseil de ses barons leur otroia ce quil requeroient et furent prises unes cortes trives de ne sai quanz jorz en que li nostre firent le servise de leur morz.

XXIX. Coment cil descalonne se conseillerent de rendre la cite.

Puis que li Tur descalone virent cele grant mortalite de leur gent la doleur et la mesese leur renovela mout et furent si desconforte quil orent perduz touz les corages deus bien contenir et defendre. Une autre mesaventure leur avint lors meismes qui touz les parassoma et esbahi. Car il fesoient porter un grant mast de fust en un leu ou il avoit mestier; a ce fere i avoit bien quarante des plus forz homes quil eussent qui sostenoient ce fes. Une de noz perrieres gita dedenz la ville une mout grosse pierre; si advint quele chei tresdesus ce tref et touz escacha ceus qui le portoient que onques un seul nen eschapa qui nen morust. Quand cil de la ville orent veue ceste mescheance qui leur estoit avenue par aventure bien cuidierent si com voirs estoit que Nostre Sires les haist; lors sassemblerent tuit en un leu; les femmes vindrent qui tenoient leur enfanz et li viel home qui ne pooient porter armes. Iluec parla oiant touz uns des plus sages homes et qui mieuz estoit creuz en la cite et leur dist ceste parole: Beau seigneur vos qui avez longuement demore en ceste ville savez certeinnement coment nos avons souferte longuement la guerre a cest gent de fer qui tant suefrent meseses quant il leur covient a fere que riens qui leur aviegne ne les puet freindre ne oster de leur emprise. Il a ja cinquante et quatre anz que li contenz ne la riote deus ne nos failli; par maintes foiz ont ocis les peres; apres en leu deus resordoient li fil qui mainz granz maus leur ont fet; jusqua cest tens avons gardee nostre cite dont nos somes ne et defendus nos femmes et nos enfanz et nostre franchise qui est encore la graindre chose. Des la Tarse de Cilice jusquen Egypte est pieca toute la terre conquise fors seulement la nostre cite; car li pueples qui est venuz des parties docident li un apres les autres ont meues tant de guerres aus gens de nostre loi que touz les ont chaciez de Surie fors seulement nous. Mes nostre anceseur se sont touzjorz bien contenu encontre eus. Nequedent vers ce que nos soffrons ore norent il onques si grant afere; et nos qui encore somes ci navons mie meneur talent ne poieurs corages de nos defendre que il orent. Mes vos veez bien tuit que nos somes mout afebloiez de gent et grant tens avons ja sofferz les assauz de cele gent qui la hors sont qui de nule riens ne se lassent ne afebloient si com il semble; aincois ont les corages plus hardiz et plus fres de nos fere mal les cors plus durs et plus soffranz de jor en jor par que nos ne poons plus soffrir. Por ce semble aus granz homes et aus plus sages de cest pais que bone chose est de metre conseil en nostre afere come len puet; car se il entrent ceanz par force nous avons perduz femmes et enfanz: nos meismes serons livre a lespee ou mene a touzjors en chaitivoisons. Si est li consaus por nous touz que len garisse ce que len porra et que len envoie a ce puissant roi qui si nos destruit por fere plet a lui se nos poons quil nos en laist aler delivrement et mener noz mesniees jusqua sauvete et porter toutes noz choses. La ville leur remaigne qui est granz doleurs a veoir mes autrement ne poons eschaper du peril ne de la grande malaventure en que nos somes.

XXX. Coment la citez descalonne fu rendue au roi Baudoin.

Bien sacorderent tuit a ceste parole et leur sembla li consaus loiaus et fins. Tuit cil qui la furent crierent en haut que len le feist en ceste maniere. Sanz demorance eslurent des plus vieuz homes de la cite et des plus sages qui se treistrent vers la porte et manderent au Roi et aus Barons quil leur donassent sauf conduit; car il vouloient parler a eus de par la ville. Li Rois les fist conduire jusqua son tref; puis envoia querre par leur requeste touz les barons et les prelaz qui en lost estoient. Quant il furent venu li Tur distrent leur parole et requistrent les covenances teles com len leur avoit enchargiees. Quant li Rois ot oi ce quil li voudrent dire si dist quil se treisissent arrieres et il se conseilleroient; cil sesloignierent des paveillons. Li Rois demanda a ses barons que leur sembloit de ces paroles. Il comencierent tuit a plorer de joie et tendre les mains a Nostre Seigneur qui si grant enneur leur avoit fete que par eus qui pecheeur estoient et chaitives genz vouloit acomplir si haute besoigne come de conquerre la cite descalone. Li Rois qui senti bien que nus ne sen descordoit refist les messages apeler et leur fu respondu que bien sacordoient a fere leur requestes par tel covenant que dedenz trois jorz eussent la cite toute vuidiee deus et de toutes leur choses quil en vodroient porter et trere hors. Cil lotroierent volentiers et le jurerent a fere einsi loiaument. Apres ce par leur requeste li Rois le jura et li greigneur baron de lost que en bone foi sanz mal engin leur garderoient les covenances qui devisees estoient entreus. Tantost li Rois leur demanda ostages ceus quil noma por ce tenir; cil les envoierent querre aincois quil sen partissent diluec. Quant li Rois les ot cil pristrent congie et avec eus enmenerent des chevaliers le Roi qui porterent ses banieres por metre desus les greigneurs tors de la ville en signe de victoire. Quant li pueples des Crestiens qui ce atendoit dehors vit la baniere le Roi sur la mestre tor mout leverent grant cri de joie. Assez i ot lermes plorees et mout fu loez et beneoiz Nostre Sires qui ne deguerpist mie ceus qui a lui satendent. Li Tur qui avoient respit jusqua trois jorz de leur chose delivrer se hasterent au plus que il porent si quil orent lendemain tout fet et furent issu hors a tout leur hernois. Li Rois selonc ce quil avoit en covent leur bailla conduit qui les mena tout sauvement jusqua une ancienne cite qui siet au desert et a non Laris. Lors sassemblerent li Rois et li Patriarches et li baron et li prelat tuit; la vraie croiz fu portee tout devant et il alerent apres humblement tout apres et a grant devocion. Li clerc chantoient li lai mercioient Nostre Seigneur; en ceste maniere sen entrerent dedenz la cite que Dieus leur avoit conquise. Au greigneur oratoire et au plus riche que li Tur eussent en la ville qui fu puis eglise sacree en lenneur de monseigneur saint Pol la mistrent la vraie croiz puis sen retornerent chascuns en son ostel que il troverent granz et biaus et bien garniz de blez et de maintes autres choses. Assez firent grant joie tuit et bien i avoit por quoi. Tandis com il sejornerent en la cite li Patriarches vout atirier coment li servises Nostre Seigneur fust fez en la conqueste. Il establi un certain nombre de chanoines et leur asena provendes. Uns evesque leur sacra qui avoit non Absalon chanoines estoit du Sepuchre religieus hom. Girarz li evesques de Bethleem le contredist tant com il pot et dist que len le grevoit a tort; por ce si apela a lapostoile; dont il avint puis que la querele fu portee a Rome et que lapostoile quassa celui que li Patriarches avoit sacre et leglise descalone a toutes ses teneures conferma a leglise de Bethleem quele tenist touzjorz come seue. Li Rois entendi a fere ce qui a lui apartenoit. Par le conseil sa mere des rentes des terres des maisons dedenz la ville et de hors donna assez a ceus qui mestier en avoient et en qui il estoit bien emploie. La seigneurie de la cite et les issues que seigneur doit avoir dona a son frere le comte Amauri de Japhe qui juenes hom estoit. La citez descalone fu einsi conquise a la Crestiente lan de lincarnacion Nostre Seigneur Jhesucrist .m. et .c. et .liiii. le disiesme an du reigne le tierz Baudoin le douziesme jor du mois daoust. Li malaventureus Tur qui estoient issu descalone quant il se furent parti de la cite de Lariz ou noz genz les orent conduiz si voudrent descendre en Egypte; et quant il se furent mis a la voie tuit desarme come genz qui riens ne cuidoient douter uns Turs se mist avec eus qui avoit este longuement sodoiers dedenz la cite descalone: chevaliers estoit trop preuz mais desloiaus estoit sur toute rien; Nocquins avoit non. Cil leur dist quil savoit bien les voies et quil les conduiroit jusque pres degypte. Quant il furent bien entre loins dedanz les deserz il leur corut sus car il avoit genz armees avec lui et les desroba; ce quil vout enporta du leur et puis se parti deus et cil remestrent tuit esgare.


LI DISUITIEMES LIVRES

I. De la grant cruaute que Renauz de Chasteillon fist au Patriarche.

Or vos parlerons un petit de ce qui avint en Antioche. Renauz de Chasteillon qui ot prise a femme la femme le conte Raimont si com vos avez veu dessus vit bien que ses avancemenz avoit mout despleu au patriarche de la ville ne encor ne li plaisoit il gueres; et li fist len entendant que il porchacoit en toutes manieres coment ce fust depecie qui fet en estoit. Por ce si le douta mout. Cil qui estoit riches et puissanz et mout creuz en toute la terre parloit de lui et en apert et a conseil com de celui quil ne dotoit gueres et pou prisoit. Maintes genz raportoient les paroles encore peieurs que cil ne les disoit si com il seut avenir en teles choses. Li Princes qui estoit noviaus hom en fu trop corociez et mout troublez; si que a ce le mena li granz corrouz que il fist oevre dome hors du sen: car il fist prendre le Patriarche et mener honteusement au donjon dantioche. Apres fist il encor greigneur deablie; car cil qui estoit prestres et evesques sacrez au leu monseigneur saint Pere qui vieus hom estoit et maladis fist lier au somet de la tor et le chief tout oindre de miel; et fu iluec au soleil ardant en un jor deste touz seus soffri le chaut et les mouches a grant torment. La parole en vint au roi de Jherusalem qui en fu touz esbahiz et tint a trop grant merveille coment cil pot estre menez a fere si grant desverie. Tantost envoia a lui levesque Ferri dacre et Raoul son chancelier et mout le blasma de ce fet par eus et par ses letres. Si li comanda si chier com il avoit quanquil tenoit en la terre que tantost le delivrast. Cil le fist sans reprendre la parole et toutes les choses li rendi quil avoit tolues a lui et a sa gent. Cil quant il fu eschapez de la prison leissa la terre dantioche et sen vint au roiaume de Jherusalem. Li Rois et sa mere la bone dame li Patriarches et li autre prelat du pais le receurent a grant enneur et a grant joie; et demora entreus ne sai quanz anz. Il avint en lan qui vint apres que une faute de ble et grant famine fu par la terre de Surie si quil sembloit que Nostre Sires se fust corociez a son pueple. Mout orent les genz grant mesese car uns muis de ble qui mout est petiz en la terre estoit venduz quatre besanz. Se ne fust li blez que len trova dedens Escalone quant ele fu rendue li plus de la menue gent fussent mort de faim. Quant vint apres que len pot gaaigner la terre dentre Escalone qui longuement sestoit reposee car ele avoit este oiseuse .l. anz et plus porce que len ne losoit coltiver por la peor des coreeurs; mes lors ele aporta si grant foison de ble que touz li pais en fu repleniz.

II. Coment li afaires de la terre docident estoient troublez.

Tandis com les choses aloient einsi es parties dorient a Rome fu morz lapostoiles Anastaises li quarz; apres lui fu mis au siege monseigneur saint Pere Adriens li tiers. Cil estoit nez dangleterre du chastel de Saint Alban; Nicolas avoit non. Povres clers passa la mer et vint a escole en la cite davignon; puis se rendi en une abaie de chanoines riglez dehors les murs de cele cite qui estoit de saint Ruff dont il fu puis abes. Li apostoiles Eugenes oi parler quil estoit sages et religieus lenvoia querre et le fist evesque dalbane; puis fu envoiez legaz en la terre de Norovege qui est outre Danemarche. Novelment en estoit venuz quant li Apostoiles moru; si fu esleuz apres lui si com je vos ai dit et fu nommez Adriens. Ne demora gueres por ce quil cognoissoit bien la malice et la mescreandise de ceus davignon le siege de labaie dont il avoit este abes osta diluec et la mist dehors la cite de Valence. Lors fist du suen mout bele eglise qui encor i est et mout riches edifices. Du leu ou labaie fu fist priore et establi que la novelle abaie qui est pres de Valence obeiroit a levesque davignon. En ce tens quil fu noviaus apostoiles avint que Ferris qui estoit rois dalemaigne mes nestoit mie empereres encore vint en Lombardie a mout grant ost et assist une cite qui a non Dertoine. Quant il i ot sis longuement il la prist a force. Lors se pensa que il iroit a Rome et la se feroit coroner a empereur. Mais il avoit lors grant content entre lapostoile et le roi Guillaume de Sezile qui fu filz le roi Rogier; tant estoit ja la descorde montee entreus que li Apostoiles lavoit escommenie et li Rois le guerroioit. Li rois Ferris se hasta de sa besoigne fere. Dedenz brief tens passa Lombardie et Toscane et vint a Rome. Sodeinnement lapostoiles et li Cardonal en furent tuit effree et orent sospeconeuse sa venue; messages li envoierent por savoir son corage. Tant parlerent preudome entreus que il sacorderent aus covenances que li Emperere suelent fere. Lors vint avant et fu coronez a grant feste en leglise monseigneur saint Pere au mois de juing le jor de la feste aus deus martirs saint Jehan et saint Pol. Trois jorz apres que la feste monseigneur saint Pere fu lapostoiles et lempereres furent ensemble desouz la cite de Tibre en un leu qui a non Pont Lucan. Lempereres porta corone iluec lapostoiles fu revestuz de ses aornemenz mout riches et firent la sollempnite de clers et de lais a grant joie. Lendemain se parti li uns de lautre en bone pais. Lempereres se trest vers Ancone por aferes de lempire lapostoiles remest pres de Rome es montaignes ou il demoroit por leste. Li rois Guillaumes de Sezile qui guerroioit lapostoile fist asseoir a ses barons la cite de Benevent qui est propre chose de leglise de Rome et comanda que len destrainsist mout ceus de la ville. Lapostoiles en fu mout corociez quant il oi la novele et revout essaier de lui afebloier son pooir par souztraire les cuers de sa gent si com il fist; car un mout puissanz conte de son roiaume qui estoit filz de sa tante mist encontre lui; Roberz de Basevile avoit non et autres chevaliers assez a quil lapostoiles promist que laide et li consauz de leglise de Rome ne leur faudroit ja. Autres granz barons meismes que cil avoit deseritez receut lapostoiles en sa grace por fere guerroier le roi Guillaume; car cil estoient haut home et bon chevalier du pais. Li uns avoit non Roberz de Surrent princes de Capes li autres Andris de Rapecanine que li Apostoiles amonesta mout quil sen alassent en leur heritages et les preissent par force; car il lor aideroit viguereusement de genz et davoir. Il parla de bouche a lempereur Ferri et ses letres envoia a lempereur Manuel de Costantinoble; ambedeus les amonesta et pria que il alassent en Sezile et preissent le roiaume par force; mais li uns des empereurs ne sot mot de lautre.

III. Coment li Ospitalier fesoient grant outrage au Clergie.

En ceste maniere estoient trouble li afere par la terre ditaile. Es parties dorient recomenca a sordre uns troubles gries et perilleus; car puis que la citez descalone fu prise et li roiaumes estoit en bon point et en estat de pais li deables qui touzjorz aime contenz i sema une noise tele com je vos dirai. Raimonz li mestres de lospital qui estoit en autres choses tenuz a preudome et a religieus et si frere meismes qui estoient en ce corage avec lui comencierent a fere mout grant tort au Patriarche et a toutes les autres eglises de la droiture du paroichage et de leur dismes. Car quant li prelat avoient aucun de leur parrochiens escomeniez ou entrediz por leur forfez li Ospitalier les recevoient en leur eglises a messes et a touz autres sacremenz. Et quant cil estoient malade par leur requestes leur donoient le cors Nostre Seigneur et apres la mort les enterroient es cimetires dedanz. Se il avenoit aucune foiz que por les forfez aus princes li evesque entredeissent ou citez ou autres terres en que li Ospitauz eust mesons lors fesoient soner li Ospitalier lor cloches efforciement et chantoient plus haut que devant en leur chapeles. Li entredit ne fussent ja refuse porce que lors avoient il plus offrandes quant les autres eglises estoient closes. Ne tenoient pas bien la parole monseigneur saint Pou qui dit que len se doit esjoir avec les esjoissanz et plorer avec les ploranz. Es paroisses que li prelat lor avoient donees metoient provoires a leur volentez sanz parler aus evesques de qui il deussent tenir la cure. Quant cil leur desplaisoient il leur toloient les paroiches sanz comandement dautrui. De toutes les teneures et de toutes les rentes que il pooient conquerre en quelque maniere toloient les dismes a toutes les eglises qui aincois les avoient. Cist grevement coroient par toute la terre doutre mer ou li Ospitauz avoit point de pooir; sur touz les autres en estoit li patriarches de Jherusalem domagiez et leglise du Sepuchre grevee. Une autre chose firent il: car devant le leu ou Nostre Sires fu crucefiez por nos et reant son pueple par son sanc qui la fu espanduz et devant la sainte eglise en que li Sepuchres est ou Nostre Sires reposa morz et resordi vis comencierent il a fere par granz cous et par outrageuses despenses hautes mesons plus que leglise nestoit et granz edifices mout pres diluec. Maintes foiz avint que li Patriarches voloit fere le sermon au pueple et mostrer a la gent quil devoient fere et de quoi il estoit biens que se gardassent li Ospitalier por lui troubler et corocier ses clers sonoient a cele ore touz leur sainz ensemble si que les genz ne pooient oir le bon home qui sefforcoit de crier por dire la parole Nostre Seigneur. Li Patriarches la mostra maintes foiz et sen plaint aus greigneurs homes de la sainte cite. Cil en blasmerent le mestre et les freres et leur prierent mout docement que sen amendassent; cil ne leur en respondirent onques nule mesure aincois distrent que encor leur feroient il pis. Il leur en tindrent bien covent; car un jor avint que il furent si trouble et a tel forsennerie les esmut li aticemenz du deable quil corurent aus armes ne tant ne porterent denneur au plus saint leu qui en terre soit cest leglise du Sepuchre que il ni vousissent entrer a force einsi com en une meson de larrons; et treistrent au mostier grant plente de saietes que li abiteeur de leans concueillirent puis et les pendirent devant le leu de Monte Calvaire toutes liees ausi come en une javele; si que maintes genz les virent qui sen merveillierent. La racine de ce mal sordi par achoison de leglise de Rome qui ne se prist pas si bien garde de cest afere com mestiers fust; car ele soustrest la meson de lospital du pooir et de lobedience du Patriarche souz qui ele avoit longuement este et leur dona si granz previleges que onques puis ne priserent gueres ne clers ne lais se ceus non que il douterent. Ne mie por ce la verite ne doit on pas celer. Cil ordres a grant mestier eu puis par maintes fois en la terre doutre mer aus povres crestiens hebergier pestre et sostenir ensevelir et enterrer ennoreement ceus qui mouroient et en faire maintes autres oevres de charite. Les anemis de la foi ont li frere de lospital guerroiez viguereusement et grevez en maintes manieres; assez i a puis entre de preudomes qui par laide Nostre Seigneur ont leur ames sauvees en cel ordre et qui ne sacordoient mie aus orgueus ne aus outraiges quant il les veoient fere aus autres. Porce que vos sachiez dont cele religion mut premierement et come ele a grant tort de corre sus aus prelaz de Sainte eglise je vos comencerai lestoire un pou de loing por vos mieuz fere entendre la chose; et si ni metrai se verite non.

IV. Coment li Ospitalier orent petit comencement.

Quant li roiaumes de Jherusalem et toute la terre de Surie et degypte estoit en la main des Sarrazins si que li Crestien ni avoient point de seigneurie si com vos oistes au comencement de cest livre que ce avint au tens lempereur Eracle: quant li Tur darabe vindrent en ces terres a greigneur pooir que cil navoient maint bon crestien doutre la mer vindrent pluseurs fois en Jherusalem en pelerinage por visiter les sainz leus que li mescreant avoient surpris et tenoient meins a enneur que droiz ne fust. Assez en i avoit dautres crestiens qui venoient por marcheandise. Entre les autres qui por ceste chose vindrent i ot marcheanz qui estoient ditaile dune cite de Puille qui a non Malfe: cele citez siet entre la mer et montaignes qui sont mout hautes. Devers la partie dorient li siet cele citez renomee Salerne a .vii. miles pres diluec si com len vet a la marine; devers soleil couchant li est Surrent et Naples la cite Virgile; devers midi li est la terre de Sezile pres diluec entor .cc. miles; entre deus est une petite mer que len claime le Far de Meschines. Li habiteeur de cele cite que je vos ai dite porterent premierement en la terre de Surie por gaaignier les marcheandises de leur pais que li Tur navoient onques mais veues et mout les amoient. Por ce leur en savoient li bailli de la terre bon gre; sauvement les conduisoient par leur pooirs et leur fesoient bel semblant et graces en maintes choses. Li califes degypte tenoit lors toutes les terres de la marine des la cite de Gibel qui siet pres de la Lische de Surie jusque en Alixandre qui est la darreeine citez degypte. Mout se fesoit cil puissanz hom servir et douter par les bailliz qui li gardoient ses citez. Cil marcheant de Malfe avoient plenierement lacointance et la grace du prince et de ses barons si que il pooient seurement aler par le pais por vendre leur marcheandises et achater autres. Il estoient bon crestien et toutes les foiz quil venoient en Jherusalem volentiers aloient fere leur oroisons par les sainz leus de la cite. Il navoient en la ville point de meson qui leur fust; si leur estoit grevemenz et mesese; car il les covenoit sovent a demorer grant piece en la ville por delivrer de ce quil aportoient et lessier leur compaignons et leur mesniees a grant sejor. Por ce se penserent que il demanderoient au Calife une place dedanz Jherusalem en que il feroient une meson qui seroit propre aus genz de leur cite quant il vendroient en la ville. Leur requeste mistrent en un escrit que il baillerent au grant prince degypte mout humblement. Cil leur otroia tantost ce quil requeroient.

V. De ce meismes.

Au bailli de Jherusalem vindrent les letres de par le Calife en que il li mandoit que aus citeiens de Malfe qui estoient si ami et fesoient grant preu en sa terre parce quil aportoient choses qui mestier i avoient feist bailler et delivrer en la cite de Jherusalem en cele partie qui estoit abitee de crestiens une grant place a fere heberjage tel com il voudroient que fust leur. Cele citez estoit lors si com elle est encore devisee par quatre parties assez ivelment. Seulement lune des .iiii. parties tenoient li Crestien en que leglise du Sepuchre siet. Touz li remenanz de la ville et li temples Nostre Seigneur estoit abitez de mescreanz. Cil qui ou eu le comandement son seigneur le fist volentiers et delivrement. Devant leglise du Sepulchre bien au giet dune pierre leur bailla une place assez grant. Li marcheant firent une taille entreus et cueillirent tant dargent que il firent iluec une eglise en lenneur de la glorieuse vierge qui le fil Deu porta. Delez refirent mesons et officines qui mestier avoient a religion de moines; apres iluec meismes firent assez bon heberjage por recevoir les ostes de leur pais. Quant il orent tout ce bien acompli ne demora gueres apres que il firent venir moines et abe de leur terre; si que cil leus fu une abaie ou len servoit Nostre Seigneur. Et por ce que dedenz la sainte cite navoit gueres crestiens qui ne fussent ou Grec ou Ermin fors iceus qui estoient Latin cele eglise fu apelee des lors jusquau jor dui li moustiers de la Latine. En cele seison meismes avint maintes foiz que bones femmes qui veves estoient venoient en Jherusalem por pelerinage et por baisier les sainz leus et se metoient es peines et es perils de la voie por nostre Seigneur; si que de Malfe et des autres terres en i avoit assez. Vers la gent de leur langage se traoient plus volentiers; mes cil de labaie ne voloient mie hebergier les femmes por peor de pechie et por sospecon de blasme. Quant li preudome qui ce leu avoient establi virent ce tant i remistrent de leur aumones que il firent pres diluec une petite eglise en lenneur de la douce pecheresce madame sainte Marie Magdelene et mesons assez bones por les pelerines recevoir; sereurs i establirent qui estoient rendues la por hebergier et servir celes qui i vendroient. Et porce que li tens estoit lors perilleus a la gent de nostre foi mainz en i venoit des pelerins gentius homes et autres gens qui volentiers se heberjoient en ces leus porce quil estoient povre et soffreteus quant il estoient venu la; car il les covenoit a passer parmi la terre qui estoit toute de Turs qui les desroboient maintes foiz; et quant il estoient venu jusqua la porte de Jherusalem ne pooient enz entrer se chascuns ne paioit un besant. Lors puis que il estoient en la ville navoient mie que il se poissent sostenir se tant non com cele meson leur donoit; car toutes les autres genz de la ville estoient ou dautre loi ou dautre langage. Et cil de nostre foi estoient si greve que par leur povrete ne pooient fere nul bien aus estranges; dont il soffroient maintes mesaises en la ville. Quant les bones genz qui ces leus tenoient virent ce tant i mistrent du leur que il firent dedanz leur aceinte une meson Dieu por hebergier les povres pelerins sains et malades. Des aumosnes et du relief de ces deus abaies des moines et des rendues avoient aucunes foiz sostenance. Iluec meismes edifierent il une eglise en lenneur monseigneur saint Jehan Eleymon. Icil Jehanz fu nez en Chypre sainz hom et religieus; par sa bonte fu il puis patriarches dalixandre; la fist maintes bones oevres et fu mout larges en aumones; por ce lapelerent li saint pere qui lors estoient Eleymon qui vaut autant come pleins de misericorde. Ces trois eglises que je vos ai devisees navoient rentes nules ne possessions hors de leur aceinte; mes cil de Malfe et li marcheant et li autre meismes qui de leur cite ne se movoient fesoient chascun an une taille et cueilloient tant davoir que par la main labe qui tout recevoit ce quil envoioient en Jherusalem estoient sostenu li frere et les sereurs de cez abaies; du remenant fesoit len tant de bien come len pooit aus povres de cele meson Dieu. En cele maniere com vos avez oi fu cil leus sostenuz par lonc tens aincois que la citez de Jherusalem fust prise par les Crestiens. Mais quant li Sarrazin furent gite hors des sainz leus et la citez fu espurgiee de la mescreandise li vaillant baron qui conquistrent la terre par la grace Nostre Seigneur troverent dedanz labaie des femmes une mout vaillant abaesse sainte femme et religieuse; nee fu a Rome de haut lignage. Dedenz labaie des homes troverent un frere qui estoit de bone vie Girauz avoit non. Icist par le comandement de labe et des moines servi longuement en la Maison Dieu tandis com li Sarrazin tenoient la ville; les povres pelerins recevoit et leur fesoit bien selonc le pooir de sa povrete. Apres celui fu mestres cil Raimonz dont je vos ai parle qui lors governoit lordre de lospital.

VI. Coment li Ospitalier furent exent.

De si petit comencement sont venu li Ospitalier au grant pooir que il ont. Len leur comenca a doner de granz aumones por les povres sostenir; et quant il virent quil se pooient soffrir des biens fez aus deus abaies qui maintenuz les avoient tantost porchacierent privilege quil ne feissent riens por labe. Apres ce comencerent acroistre leur possessions tant quil orent chastiaus et villes; lors ne finerent onques de travailler et metre granz costemenz jus que leglise de Rome les osta du tout de lobedience et du pooir au Patriarche. Quant il orent bons privileges de ceste chose des lors ne priserent onques puis se pou non leur prelaz. Toutes les dismes des terres quil pooient acquerre tolirent aus eglises et de leur autres droitures assez si que les eglises qui leur voisines estoient et les avoient en leur povrete peuz et sostenuz furent celes cui il corurent premierement sus; dont leglise du Sepuchre porroit dire la parole du prophete: Javoie filz norriz et essauciez et il me despirent. Nostre Sires le pardoint a ceus qui ce firent. Car ce ne fu mie chose selonc droit. Quant li Patriarches et li autre prelat virent que il ne porroient venir a chief des Ospitaliers car il ne trovoient qui droit leur en feist et leur eglises estoient par eus ledement domagiees li Patriarches qui estoit si vieus hom quil avoit pres de cent anz et li greigneur prelat de la cite doutremer pristrent conseil que il iroient a Rome por mostrer a lapostoile et aus cardonaus les descovenues quil soffroient par les freres de lospital. Quant li soues tens fu venuz et li venz fu teus com il desirroient li preudome atornerent leur passage et se mistrent en mer tuit cil que je vos nomerai: premierement li patriarches de Jherusalem apres larcevesques Pierres de Sur Baudoins larcevesques de Cesaire; Ferris levesques dacre; Amauris levesques de Saiete; Costantins evesques de Lidde; Reniers evesques du Sabbat; Heberz evesques de Tabarie. Tuit cist empristrent a parfere cele besoigne. Delivrement passerent mer sanz destorbier et arriverent a une cite de Puille qui a non Otrante.

VII. De ce meismes et de la guerre que lapostoiles avoit a celui temps.

Au tens que cist preudome furent la assemble lempereres de Costantinoble avoit envoiez des greigneurs barons de sa terre atout grant plente de gent et davoir en Puille par le comandement lapostoile. Dont il avint que puis que cil evesque dorient furent venu dotrante jusqua Brandiz il troverent que la gent lempereur de Costantinoble estoient dedenz cele cite; car cil de la ville leur avoient randue fors le chief du chastel que la gent le Roi tenoient qui ne leur voloient rendre. Li cuens Roberz de Baseville de que je vos parlai desus et cil qui avec lui se tenoient por amor de lui ou por haine du Roi avoient ja prises deus bones citez qui sont archeveschiez Tarente et Bar et toute la marine iluec endroit jusqua la fin du roiaume. Li cuens Andris et li princes de Capes de lautre part avoient conquise toute cele partie de Puille que len claime terre de Labor jusqua Salerne et jusqua Naples et jusquau chastel de Saint Germain. En ceste maniere touz cil pais estoit si troublez et pleins de guerre que len ne pooit en nul leu seurement sejoner ne passer outre. Lempereres Ferris dalemaigne avoit amene si granz oz en Lombardie quil porprenoit toute la terre par ou il passoit. A ce tens se demoroit vers Ancone: mes une pestilence trop dolereuse et granz mortalitez estoit en son ost si que il i morut tant de genz meismement des greigneurs homes de lempire que de .x. a peines en remest il uns. Quant li Alemant virent ce malgre lempereur se mistrent a la voie por retorner en leur pais; car cil qui remes estoient ne voloient mie morir apres les autres. Lempereres ne vout pas remanoir seus; por ce se mist au repaire avec eus trop corociez du retour. Car il avoit enpense mout bien a fere sa besoigne et son preu contre le roi de Sezile. Li patriarches de Jherusalem et si compaignon estoient en mout grant angoisse coment il poissent passer jusque la ou lapostoiles estoit; mes il ne sosoient movoir por les coreeurs qui cerchoient tout le pais. Enquetins uns chanceliers le roi de Sezile avoit assise la cite de Benevent. A celui envoia li Patriarches ses messages et le requist mout docement quil li envoiast conduit pour fere passer sauvement lui et sa compaignie. Il li respondi quil nen feroit riens et li deffendi quil ne passast mie par son pooir por aler vers lapostoile. Mout en furent irie li bon home quant il oirent ce; car ce estoit la plus corte voie. Au darrenier se mistrent en aventure par conseil de sages homes du pais. Si tindrent le chemin de la marine jusquil vindrent a Ancone. Noveles oi li Patriarches que lempereres Ferris quil avoit cogneu outre mer estoit pres diluec; mais il sen retornoit. Tantost li envoia deus de ses evesques por lui saluer et por requerre quil envoiast a lapostoile ses lettres et li priast de leur besoigne. Lempereres dist quil le feroit volentiers; si sestoit il ja esloigniez quil avoit passe deus citez Sinegalle et Pisaure. Li Patriarches sadreca por aler a Rome et trova que lapostoiles estoit issuz de la cite de Narne ou il avoit demore. Cil sen alerent a Rome; puis oirent dire que lapostoiles estoit a Ferentine. Aucunes genz cuiderent que la corz de Rome qui plus se tenoit aus Ospitaliers que aus prelaz sen alast einsi de leus en leus por traveiller et eschiver les prelaz cui venue ne leur plaisoit pas. Li autre cuiderent et semble mieus voirs que lapostoiles se fust la treiz si hastivement por la cite de Benevent qui estoit assise. Mes ce estoit bien certeine chose que lapostoiles et tuit cil de la cort fesoient bel semblant et grant joie aus Ospitaliers; mais aus evesques estoient il de mout crueus respons et de vilaines paroles: car cil estoient piece avoit venu avant qui granz dons avoient departiz entreus.

VIII. Coment li Prelat porsivoient lapostoile.

Li Patriarches et li autre prelat dorient se presenterent devant lapostoile et devant les freres et ne furent mie bien receu; aincois leur firent tuit ledes chieres si que des le premerain jor de leur entree se porent il auques apercevoir a quel fin leur besoigne vendroit. Mais il estoient sage home si nen firent nul semblant; et por ce ne lessierent onques a venir a cort toutes les foiz quil i porent entrer. De leur besoigne parloient aus Cardonaus et sivoient lapostoile par les eglises ou il aloit. Maintes foiz requistrent que len les oist contre les Ospitaliers et feist len droit; assez furent delaie mes au darrenier leur donna len congie de dire. Cil orent assez conseil de sages homes et fu leur raison mout bien contee. Apres ce jor orent un autre puis le tierz le quart et le quint qui mout estoient loing a loing. Longuement orent ja demore ne ne fu leur aferes de rien avanciez si sen comencierent a plaindre tant que bones genz vindrent au Patriarche qui orent pitie de son travail et li dirent que leur conseil estoit quil ni demorast plus; car fust il touz certains que li Ospitalier feroient contre lui et contre les eglises ce quil voudroient. Li bons hom qui bien le pensoit par ce quil avoit veu legierement le crut. Si pristrent congie il et si compaignon sanz plus fere. Au repere se mistrent mout greve de cors et de despens tuit honteus. De tous les cardonaus ne porent onques trover qui devers eus se tenist por droit fors seulement deus; li uns ot non Octoviens; li autres Jehanz de Saint Martin. Cist avoit este arcediacres de Sur quant li Patriarches en estoit arcevesques. Bien eussent voulu cist dui que len leur feist reison mes norent mie povoir contre touz les autres. Lapostoiles se parti de Ferentine et passa Campaigne jusque il vint a Benevent. Li rois Guillaumes de Sezile ot oies noveles que li cuens Roberz de Basevile par la force des Grezois avoit ja porpris grant partie de Puille et que li princes de Capes et li cuens Andris fesoient mout leur volontez de Campaigne et de Terre de Labor. De lautre part lapostoiles sestoit mis dedenz la cite de Benevent por doner conseil et aide a tous ses anemis. Et quant li Rois fu certains de toutes ces choses il assembla tout son pooir de genz de Sezile et de Calabre et sen vint tout droit em Puille. Premierement sadreca vers Brandiz ou li cuenz Roberz estoit a touz les Grieus. Cil issirent encontre lui et se combatirent ensemble. Li Grieu qui rien ne valent en bataille furent tantost desconfit. Li cuens Roberz senfoi; li Rois prist des barons lempereur mout grant plente que il envoia touz liez par ses chastiaus. De lavoir que cil avoient aporte trova tant que il en departi assez a sa gent et le remenant grant et riche envoia en son tresor. Quant il ot toute recovree cele terre et bien garnie de ses homes les forteresces tout droit sen ala a Benevent la cite assist de toutes parz et lapostoile atout ses cardonaus. Si les aprocha que tuit cil qui leanz estoient furent a grant mesaise. Car viande leur failli si que il cuidoient bien morir ou par faim ou par assaut. Lors envoierent messages au Roi sages homes qui parlerent tant quil firent pais tele com il porent por lapostoile et por ses cardonaus et pour ceus de la ville par covenances que pou de gent sorent; mais ce fu bien seu tout apertement que lapostoiles fist pais sans tous les barons qui por lui sestoient tenu contre le Roi; car il ne les pot metre en sa pais; dont il furent mout esbahi. Si doterent quil ne cheissent es mains le Roi contre qui il navoient mie pooir. Li cuens Roberz Andris et li plus des autres barons senfoirent tantost en Lombardie; diluec sen alerent a lempereur Ferri. Li princes de Capes fu plus mescheanz que li autre; car il vint a une grant eaue corant a toute sa gent; les autres fist avant passer a nes. Il se remest sur la rive a pou de compagnie: chevaliers qui estoient home le Roi le pristrent iluec a leur seigneur le menerent qui lenvoia tantost en prison en Sezile. Ne demora gueres que cil i morut de duel et de mesese.

IX. Coment Habeys ocist le calife degypte.

Or retornerons a parler en quel estat la terre doutre mer estoit. Par la merci Nostre Seigneur li roiaumes de Jherusalem avoit lors bone pais; car li Tur qui marchissoient pres deus estoient en grant contenz por une chose qui estoit avenue. Uns Turs qui estoit li plus puissanz degypte apres le Calife dont il estoit apelez soldans degypte Habeys avoit non vint un jor au calife son seigneur mout humblement car cest cil que cil degypte aorent presq ausi com Dieu. Cil fist semblant que il vousist parler a lui de ses besoignes; a une part du palais le mena priveement; iluec locist par traison. Ce fist il par tele entencion que il avoit un filz trop bon chevalier bel et sage Noseredins estoit apelez; de cestui vouloit il fere calife por avoir la seigneurie de tout le pais. Quant il ot ce fet si le cuida une piece celer jusquil eust ses amis quil avoit mandez mis dedens le palais por deffendre contre ceus qui assaillir le vousissent. Et si vouloit aincois que la chose fust seue prendre tout le tresor et les granz richesces de maintes manieres trere devers soi. Autrement avint quil ne cuida; car la chose fu descoverte tantost et touz li pueples corut a la meson celui qui ce avoit fet en que il sestoit mis apres le murtre. De toutes parz le comencierent a assaillir et crier: Ou est li murtriers qui a nostre seigneur ocis. Cil se repont au mieus quil pot et se douta quil navoit gueres de gens avec lui et vit bien que ces genz locirroient se il ni metoit autre conseil. Lors corut a son tresor que il avoit grant et riche et prist coupes henaps autres vessiaus fermaus anniaus dras de soie toutes manieres de richesces et les comenca a giter par les fenestres sur le pueple. Cil lessierent lassaut et corurent a lavoir. Cil soudans sapareilla tandis; si filz si neveu et si autre ami furent venu por lui secorre; lors issi cil touz armez et fist porter le remenant de son tresor avec lui; de sa gent ot avec lui si grant compaignie que il sen issi tout sauvement malgre tout le pueple. Lors sadreca vers les deserz por aler a Damas. Ne remest mie por ce que tous li pueples ne le sivist criant tout entalente de lui tout depecier se il en eussent le pooir. Mais ses filz ainz nez et aucun autre de son lignage qui bon chevalier estoient et hardi se tenoient derrieres et detenoient le cri qui les sivoit. Maintes fois avint que quant cil les apessoient trop il leur gitoient de tresor Habeys quil portoient or et argent assez ou dras de soie por eus destorber; car tandis com il entendoient au prendre sordoit contenz aucune foiz entreus et cil sen aloient tandis. Aucuns ocirent il ou blecerent de ceus qui les sivoient par que cil se treistrent arrieres. En tele maniere sesloignerent tant que cil de la ville qui plus nen porent fere sen retornerent en leur mesons. Cil qui cuiderent estre eschape sen alerent tout seurement si que rien ne cuidoient doter. Mes quant il orent eschive un peril si cheirent en lautre; car nostre crestien qui oirent dire que tel genz sen aloient einsi se furent assemble et se mistrent en un embuschemenz par la ou il devoient passer. Quant li Tur saprochierent diluec qui ne sen gardoient cil saillirent hors et leur corurent sus. A lassembler fu ocis li soudans Habeys li autre se desconfirent. Pres que tuit furent ou mort ou pris pou sen foi. Ces granz richeces degypte quil emportoient vindrent es mains a la nostre gent. Tant i gaaignerent que il furent tuit riche. Il departirent lavoir entreus; une somme en donerent a la menue gent le remenant deviserent selonc le nombre des chevaliers. Li Templier en orent greigneur nombre si emporterent plus de lavoir. Entre les autres choses Noseredins leur eschei li filz Habeys qui trop estoit doutez por toute la terre degypte; car il estoit si fiers et si hardiz que a peine losoient il regarder enmi le vis. Cil fu une piece en prison au Temple. Sovent ooit parler de nostre foi et mout i entendoit volentiers. Noz letres aprist il si quil lisoit bien en pou de tens. Puis requist de mout bon cuer que il fust baptisiez. Li Templier nen orent cure aincois en firent une mout grant cruaute sauves leur graces; car cil degypte qui nestoient mis aseur tant com il le seussent vif parlerent tant aus Templiers que il leur vendirent por ocirre et le donerent por soissante mille besanz. Cil lemporterent lie les piez et les mains en une cage de fer sur un chamel jusquen leur pais; iluec li firent soffrir trop de tormenz. Apres le depecierent tout par menues pieces.

X. Coment li princes Renauz barroia lisle de Chipre.

En lan qui vint apres li princes Renauz dantioche par le conseil de felenesse gent ala en Chipre qui est une isle de quoi maint bien sont venu a la terre de Surie; car ele est bone terre et plenteive. Grieu la tenoient lors de lempereur de Costantinoble. Il envoia ses gens partout et la prist a force. Lachoison por que il fist ce comenca de ce que je vos dirai. En la terre de Cilice pres de la cite de Tarse estoit uns hauz hom et puissanz dermenie Toros avoit non. Icist estoit mout mal de lempereur porce que maintes foiz avoit fet domages a sa gent et coru par sa terre. Aucune foiz sestoit apaisiez a lui mais ne li tenoit mie ses covenances. Cil se fioit en ce quil estoit loinz de lempereur et quil avoit granz forteresces es montaignes qui estoient roistes et hautes; por ce ne dotoit mie a corre par la plaine terre de Cilice proies enmenoit et toutes manieres de roberies portoit en ses recez dont il grevoit mout ledement les homes de lempire. Lempereres Manuel en oi sovent noveles; tant que il manda par ses letres au prince Renaut que il assemblast genz et corust sus a celui Toros tant quil le chacast du pais et que sa gent remansissent en pais de celui. Et se il covenoit a faire despenses por ceste besoigne acomplir il li envoieroit de ses tresors trestouz les costemenz. Li Princes qui estoit preuz et chevalereus vout bien servir lempereur et mena genz en Cilice; en sa venue tant fist que il chaca Toros de toute la terre; ses mesons li fondi ceus qui aidie li avoient destruist touz; puis sen retorna quant il ot assez despendu a cel afere. Apres envoia a lempereur et li manda la verite. Grand guerredon en atendoit; mais cil quant sa besoigne fu fete ne li envoia rien. Li Princes qui fu endetez vout prendre de lempereur; por ce sen entra par force en Chipre qui estoit seue. Maintes genz du roiaume de Jherusalem sorent assez avant lintencion au prince Renaut et le firent asavoir a ceus de Chipre. Cil assemblerent leur genz et se tindrent garni por lui atendre. Mais quant li Princes arriva qui avoit chevaliers et sergenz preus avec lui les desconfist touz les chaca et tous les esparpeilla parmi la terre que onques puis ne trova si hardi qui osast contre lui tendre la main. Lors corurent ses genz tout a delivre parmi la terre chastiaus pristrent et pecoierent citez et villes; or et argent gaaignerent et dras de soie a trop grant plente. Bien puet estre que mainz outrages fist len aus puceles et aus femmes mariees car len ne puet mie tout garder ne garantir en tele aventure. Quant il orent ne sai quanz jorz demore en ceste maniere dedenz lisle a tout leur gaaing qui mout fu granz si se receurent es nes et passerent mer et sen retornerent dedenz Antioche. Cil se virent riche qui ne le soloient pas estre. Largement despendirent et legierement si que tost fu gastez li granz avoirs quil aporterent; car ce est la costume des choses legierement acquises.

XI. Coment li Crestien trairent les Turquemenz.

Une grant plentez de Turs darabes et de Turquemenz qui abitent se en tentes et paveillons non hors de villes se furent assemble. De bestes grosses et menues orent si grant nombre que toute la terre en estoit coverte la ou il passoient. Cil orent envoiez leur messages au roi Baudoin et firent covenances teles a lui que il les soffri a abiter une piece de tens en la forest de Belinas ou il troverent assez pastures; et il li donerent du leur assez por ce fere; car se sont unes genz qui ne vivent se du preu non de leur bestes si com vos oistes la desus. Cele forest seult avoir non ancienement si com len trueve es Escriptures la Lande de Libane. Cil Turquement qui la estoient venu avoient entre leur norritures yveries et haraz de mout biaus chevaus: cest une chose que chevalier covoitent mout. Por ceste achoison vindrent au Roi aucun de ses homes qui furent aveugle de covoitise et lui donerent conseil que nule aliance quil eust fete a cele gent ne leur gardast aincois venist soudeinement sur eus a grant compaignie de sa gent et preist eus et quanquil avoient; einsi porroit fere ses homes riches; il meismes ne seroit jamais povres. Li Rois qui joenes estoit et endetez fu tost mis en cele volente; car il estoit si angoissiez chascun jour de ceus cui il devoit quil ne savoit que fere. Si se pensa que en cele maniere se porroit aquiter. Ne regarda mie au serement que il avoit fet jurer en same des covenances garder aincois assembla genz assez par le desloial conseil que len li dona. Sor ces genz vindrent qui ne sen prenoient garde ains estoient tuit desarme; si les comencerent a ocire: aucun senfoirent par les espesses du bois; li autre monterent sur les chevaus qui estoient isnel et sen eschaperent par foir; tous li remenanz deus qui pot estre trovez fu ou morz ou menez en prison. Les proies remestrent si granz que onques en la terre dorient a ce jor navoit len oi parler de si grant gaaing fet au pais. Mais cil qui ces proies enmenerent ni norent onques point denneur car tuit cil qui sorent la verite tindrent plus ce fet a traison que a proece. Mout furent blame de touz cil qui au Roi avoient donne ce conseil. Nostre Sires meismes mostra bien que teus servises ne li plaisoit mie car ne demora gueres que granz hontes et granz domages en avint au Roi et a sa gent si com vos porroiz oir apres.

XII. Coment li Sarrazin firent grant gaing.

Onfroiz du Toron li conestables le Roi avoit a ce tens grant piece tenue la cite de Belinas qui estoit ses heritages; mais trop en estoit grevez por les despens quil metoit es garnisons; si quil ne le pooit plus soffrir. Por ce vint aus Ospitaliers qui estoient ja riche gent et par la volente le Roi leur dona la moitie de sa cite et de toutes les apartenances par tel covent quil metroient la moitie en touz les costemenz quil covendroit a fere por garder la terre; car cele citez seoit si pres en la marche des Turs que nus ni pooit aler ne venir sanz grant compagnie de genz armees ou de nuiz en repost. Il avint quant cil frere orent la partie de cele cite que il i voudrent envoier grant garnison de bestes por viandes darmeures et de genz. Il assemblerent a un jor nome de leur freres a armes assez et grant plente de chamaus por porter leur hernois nombre trop grant de vaches et de moutons por ce quil vouloient a lonc tens garnir le leu. Si com il sen aloient et ja estoient pres de la cite li Tur qui marchissoient a eus orent bien espiee ele venue si se furent mis en un guet; tantost leur corurent sus et les desconfirent. Li un tornerent en fuie li autre furent ou mort ou pris. Les bestes et toute lautre chose que cil menoient pristrent li Tur et en garnirent leur recez; si que cele garnison qui devoit estre sostenance de la cite contre ses anemis fu lors seurtez de ses anemis contre lui. Li Ospitalier qui furent durement greve et domagie de cele mesaventure saperceurent bien que autresi leur porroit il avenir maintes foiz; por ce ne voudrent plus avoir part en cele ville ainz issirent des covenances et rendirent au Conestable ce quil leur avoit done. Ne demora mie apres ce que Noradins qui ot fet ce gaaing vit bien que la citez de Belinas estoit en mauvais point por ce quil ni avoit pas assez garnison. Il fist une grant semonse de gent a un jor et comanda que li charroiz de ses engins le sivist: devant Belinas vint que len ne sen prenoit garde et lassist de toutes parz. Dedenz la ville avoit un chief de chastel fort et bon; assez estoit garniz de genz bien armees et de viandes a une piece de tens; si que se la citez fust prise bien se poissent garantir leanz grant piece une partie de la gent. Li Conestables estoit dedenz et ses filz preus et hardiz qui bien retreoit a son pere de chevalerie. Cil ne furent mie trop effree de ce siege por ce que maintes foiz avoient il veuz les Turs venir devant la ville. Cil distrent que bien deffendroient la cite et toute lempristrent a tenir contre eus. Leur anemis firent les engins drecier; li archier se trestrent avant: si grant plente i ot de pierres gitees et de saietes treites que cil dedenz navoient point de repos de jors ne de nuiz; mains en i ot morz et navrez; si que pou en i avoit mes qui se treisissent aus deffenses et se leur sires Onfroiz et ses filz ne fussent avec eus legierement fust la ville perdue. Mais cil les confortoient mout bel de paroles et primerain se metoient au peril par quoi li autre sen contenoient plus hardiement. Un jor avint que li Tur se treistrent assez avant et se comencerent a aprochier des portes. Cil qui dedenz estoient sabandonerent un pou trop; car il qui nestoient que un pou de gent ovrirent les portes et vindrent tuit ensemble hors au poigneiz. Assez i firent des beaus cops et de hardiz mais en la fin ne porent soffrir les Turs por ce que il estoient trop. Si se voudrent retraire et rentrer en leur ville; mes cil les tindrent si pres que il se mistrent avec; la presse fu si granz que len ne pot la porte clore. Quant li nostre virent ce ne mistrent onques plus contenz a deffendre la cite. Tuit cil que porent se mistrent au chastel li remenanz fu perduz; car li Tur ne finerent onques dentrer jusque la ville fust leur. En tel maniere fu la citez perdue par la folie et lorgueil de ceus qui deffendre la devoient. La novele vint au Roi que Belinas est oit perdue toute fors le donjon; et que Noradins avoit assis le Connestable dedanz le petit chastel qui ne se porroit mie longuement tenir se il navoit secors. Li Rois assembla tant de gent com il pot avoir a cheval et a pie et sen ala cele part; bone volente avoit que se il trovoit encore les Turs au siege quil se combatroit a eus combien quil eussent de gent.

XIII. Coment Noradins desconfist le roi Baudoin.

Noradins ot seu par ses espies que li Rois venoit que il cognoissoit bien a seur et a preu. Ne se vout mie metre en laventure de combatre a lui aincois fist metre le feu par toute la ville et fist miner et fondre les murs et les torneles; puis se parti diluec et sen entra es forez qui pres estoient. Ne departi mie sa gent aincois envoia querre des armes et se tint iluec por espier que nostre gent feroient. Li Rois vint a la ville et delivra ceus qui assis avoient este. Charpentiers et macons envoia querre par toutes les villes diluec et fist les murs refere les fossez cuer et aparfondir. Tant i ot entor grant plente des ouvriers que il en esploiterent mout bien. Li Rois sejorna iluec et touz ses oz jusque toute laceinte fu parfete et mise en meilleur point quele navoit este. Li borjois et lautre gent de la ville refirent leur mesons bien et hastivement. Li Rois qui ja ot grant piece demore fist bien garnir le chastel de fresches viandes et de noveles gens bien armees; puis sen parti. Mes toutes ses genz a pie leissa iluec por aidier a ovrer. Ceus qui estoient a cheval mena avec lui jusqua Tabarie. Il sen issi de la ville lendemain et sadreca vers midi selonc le lai que len apele Meleha; et ne se gardoit de rien. Iluec se logierent mes la nuit se contindrent mout autrement que sage chevalier ne se deussent contenir pres de leur anemis; car li Rois qui avoit veu que Noradins sen estoit foiz por lui cuida bien quil nosast mie arester pres diluec et pensua que il avoit ses granz gens departies qui ne fussent mie legier a rassembler tost. Por ce comencerent trop il et ses genz a asseurer: cest la costume que cil qui voient que len les doute sabandonent plustost que cil qui ont la doute par devers eus. Li Rois meismes par la grant seurte ou il estoit dona congie a Phelipe de Naples et a aucuns des autres barons quil sen alassent en leur pais et en remenassent leur gent. La novele vint en lost Noradin que li Rois avoit lessiee sa gent a pie; de ceus meismes a cheval sen estoient assez ale. Li Rois estoit logiez a pou de gent sur le lai de Meleha et ne se gardoit de rien. Noradins qui mout estoit sages guerriers cognut bien que la chose estoit avenue com il la devisa mout en fu liez et fist ses gens deslogier hastivement. Cele part sadreca ou il savoit le Roi; tout de nuit vint au flun Jordain qui estoit entreus deus il le passa puis vint a ce leu que len claime le Gue Jacob. Iluec embuscha tout son ost en une valee par ou li Rois devoit passer lendemain. Quant il fu ajorne nostre crestien se mistrent a la voie: rien ne savoient de laguet que len leur avoit mis au devant; tout deduisant sen vindrent cele part. Li Tur qui la sestoient assemble nomeement por ce que il surpreissent les noz aincois quil sen donassent garde saillirent de leur embuschement et se ferirent entre les nos si que cil nen sorent onques mot jusquil les virent entreus. Lors se repentirent de leur folie et de ce quil sestoient si asseure; mais ce fu a tart les chuflois lessierent car bien virent que la chose estoit acertes. Aus armes et aus destriers corurent cil qui porent; mais li Tur qui ne finoient docire et de navrer les orent si esparpeillez et desconfiz aincois quil se poissent assembler et alier por defendre que len ne poist trover des noz qui en une place se tenissent se trop pou non.

XIV. Coment li rois Baudoins eschapa.

Li Rois not gueres de genz avec lui: bien vit que ses oz estoit desconfiz et que si anemi en fesoient pleinement leur volentez; car il nestoit qui contreus i meist nul retor. Bien cognut que par lui ni porroit estre nulz consaus mis; si se parti diluec. Li Tur li venoient une eure a destre autre eure a senestre; mais il sen eschapa par effort de cheval. En la montaigne se mist qui estoit pres diluec. A mout grant peine sen vint jusqua un chastel qui la estoit que len claime Sephet. La dedenz se mist mout dolereus de ses genz quil avoit perdues. En ce jor fu prise mout granz plente de nos barons; car des ocis en i ot pou; por ce que quant il virent tuit que deffense ni valoit rien tendoient leur mains aus Sarrasins et sans cop ferir se rendoient pris a eus; aussi li preu com li mauvais li hardi come li coart. Cil les lioient iluec sanz contredit ausi com se il fussent moutons. Entre les autres furent iluec pris uns hauz hom mout vaillanz Hues dybelin Oedes de Saint Amant mareschaus le Roi; Jehans Gomanz Roharz de Japhe et Baliens ses freres Bertranz de Blancafort mestre du Temple religieus hom et qui mout doutoit Dame Dieu. Assez i ot des autres avec eus que je ne sai mie nome. A cele foiz rendi bien Nostre Sires au Roi et a sa gent ce quil avoient fet aus Turquemanz et a ceus darabe quant en traison ocistrent et desroberent ceus quil avoient aseurez par le serment le Roi. Or les enmenoit len en prison pres que touz sanz le Roi et pou de gent qui avec lui estoient. Li Tur les aloient chuflant et batant de corgies. En tel maniere les chastia Nostre Sires de ce meffet. Mais bien est voirs ce que lescriture dit de Dame Dieu que quant il est iriez il noblie mie sa misericorde. Grant bonte fist le jor a son pueple quant li Rois eschapa; car se il eust este morz ou pris avec les autres li roiaumes de Surie fust perduz que Nostre Sires destorba par sa grace car eu roi est li perilz de touz. La novele corut par la terre mout dolereuse de cele desconfiture: du Roi ne savoit len que dire certeinnement; car li un disoient quil avoit este ocis en la bataille li autre cuidoient quil en eust este menez liez entre les prisons aincois que li Tur leussent cogneu. Aucuns en i avoit qui disoient quil sen estoit eschapez et se tapissoit en aucune forterece. Trop en estoit li pueples en grant angoisse plus de lui seul que de touz les autres. Et por ce quil en estoit en peor touzjorz pensoient de lui la greigneur mesaventure. Li Rois pensoit bien que maintes genz estoient por lui a mesaise; si lessa le pais vuidier des Turs qui enmenerent leur gaaing. Apres sen issi du chastel a mout petite compaignie de ceus qui avec lui si estoient mis et daucuns autres qui de ce peril estoient eschape par aventure. Dedenz la cite dacre sen vint soudeinement. Quant les genz le virent si grant joie en orent et loerent Nostre Seigneur; car il furent tuit reconforte des autres mescheances. Ceste chose avint au quatorziesme an du regne le roi Baudoin le tierz; au mois de juing le jor de la feste saint Gerveise et saint Prothaise.

XV. Coment Noradins rassist Belinas.

Noradins qui estoit sages et pou pereceus ne leissa mie refroidier sa bone cheance. Si tost com il ot en sa terre este por mener ses prisons et departir son gaaing a ses genz il fist semondre tantost du roiaume de Damas et de toute sa terre mout efforciement tant com il pot avoir de gens et revint asseoir derechief la cite de Belinas. Bien li fust avis et voirs estoit que li pooirs du roiaume estoit mout afebloiez si quil nauroient mie legierement pooir de secorre ceus qui dedenz seroient assis. Li sieges fu de toutes parz. Il drecierent leur engins qui gitoient aus murs et aus tors grosses roches par que il desfroissoient tout saietes voloient plus espessement que grelle si que riens ne sosoit mostrer aus deffenses. Cil de la ville sapenserent bien coment il avoient eu autrefoiz grant domage por ce quil voudrent deffendre toute la cite; si sen garderent ore et tout au comencement se mistrent tuit dedenz le chastel por garantir. Li Connestables nestoit mie leanz; car aincois que li sieges venist sen estoit issuz por ses aferes. Il avoit fet chevetaine de la forteresce un suen cousin Guiz de Scandalion estoit apelez; chevaliers estoit fiers et esprovez en mainz leus; mais petit avoit de loiaute et pou dotoit Nostre Seigneur. Icist por acomplir le comandement son Seigneur et por croistre son los de chevalerie se contenoit bien et hardiement; les autres amonestoit et de parole et doevre quil ne sesmaiassent pas; car il seroient par tens secoru sanz faille; et qui bien se contendroit a ce besoing grant enneur i auroit touz les jorz de sa vie. Cil se penoient tuit de bien deffendre: nus ne se treoit arieres aincois fesoit chascuns son pooir efforcieement. Li Tur dautre part ne se faignoient mie aincois avoient greigneur plente de gent de que il chanjoient sovent por refreschir leur guez et leur assauz. Mout les apressoient en pluseurs manieres. Li Rois oi la novelle de ce siege: tuit li baron qui estoient remes en la terre savoient certeinnement que cil dedenz estoient a grant meschief. Li Rois envoia ses messages hastivement au prince dantioche et au conte de Triple et leur manda que sanz demorance venissent efforcieement por secorre ceus de Belinas; il concueilli ce quil pot de genz en son roiaume. Si com nostres sires vout il avint que dedenz brief tens plus tost neis que li Rois ne cuidoit cil dui haut home li Princes et li cuens de Triple vindrent atout beles compaignies en lost le Roi qui estoit ja meuz et se logierent tuit ensemble desouz le Chastel Neuf en un leu qui a non la Noire Garde. De la porent il bien veoir la cite qui estoit assise. Noradins qui touzjorz avoit trop bones espies sot certeinnement que li Rois et cil baron venoient sur lui. Il estoit sages et porveanz en tous ses aferes si se pensa que il estoit puissanz et au desus por quoi ne seroit mie sens de mettre son afere en laventure de la bataille. Bien savoit que si anemi estoient mieus vaillant aus armes que la seue gent. Sanz faille le chastel avoit il ja mout fret et depecie si que cil dedanz navoient point desperance quil se poissent tenir; toutesvoies il sen parti por les noz eschiver et sen entra bien avant dedanz sa terre.

XVI. Du mariage le roi de Jherusalem.

Si com vos avez oi se contenoient li Crestien au roiaume de Surie. Grant duel et desconfortement avoit par la terre por les meilleurs barons du pais que li Tur tenoient en leur prisons. Mais une chose avint lors qui en grant partie les reconforta: car li cuens Tierris de Flandres riches hom et de grant cuer qui autrefois avoit este au pais et bien si estoit contenus vint et amena sa femme qui estoit suer le roi Baudoin de par son pere. Au port de Baruth arriverent. De sa venue firent tuit si grant joie par la terre que il sembloit a chascun que li roiaumes deust recovrer son pooir et les grevemenz qui de toutes parz la ceignoient debouter sur les Turs. Par la merci Nostre Seigneur leur en avint auques ce quil penserent. Car des lors que cil cuens fu venuz nostres sires leur adreca si les aferes de la Crestiente qui tuit i orent enneur et preu. Li baron du roiaume virent que li Rois leur sires estoit ja granz et que il navoit encore point de femme. Si sapenserent que bone chose seroit quil fust mariez et que par laide Nostre Seigneur il eust ses oirs qui apres lui gardassent la terre. Cette parole fu mise en comun; tuit si acorderent: mes ou il prendroit femme de ce i ot maintes paroles dites; tant quen la fin par lotroi de touz fu esgarde que len envoiast a lempereur de Costantinoble qui sur touz les princes estoit a ce jor riches et puissanz. Grant plente de hautes pucelles de son lignage avoit en son palais; acorde fu que len i envoiast hauz messages qui une en demandassent por marier au Roi; car esperance avoient grant se ce estoit fet que consauz et aide venist sovent et largement de lempereur a la terre de Surie. Len envoia por ce fere Achart larcevesque de Nazareth et Onfroi du Toron connestable le Roi; cil atornerent le passage puis se mistrent en mer por aler en Costantinoble.

XVII. De la maladie Noradin.

Endementres ne voudrent mie estre oiseus li Rois et li baron du pais tandis com il avoient le conte de Flandres avec eus. Il se conseillerent mout priveement et fu acorde quil assembleroient leur pooirs et se treiroient vers la terre dantioche. Au prince Renaut et au conte de Triple distrent que si celeement com il porroient feissent leur semonses; car se len pooit entrer en la terre aus Turs si quil ne sen preissent garde plus legierement les porroit len grever. Il avint einsi com il avoient devise que tuit sassemblerent en la terre de Triple et de toutes parz vindrent en un leu qui a non la Boquee. Diluec se murent leur batailles toutes conraees et entrerent en la terre a leur anemis. Jusqua une forteresce vindrent qui a non Chastel Ruge; iluec comencierent a assaillir mout fierement de toutes parz. Mes li leus estoit forz et bien garniz si ni firent nos genz point de domage; einsi comencierent feblement. Mes Nostre Sires amenda puis leur afere; car li princes Renauz qui mout savoit de guerre et estoit vistes et apensez parla au Roi et a touz les barons. Raisons apertes leur mostra par que il les fist partir diluec; et sen alerent tout droit en Antioche. Tandis com il sejornoient por deviser quel part il torneroient uns messages vint qui leur aporta assez bones noveles; car il leur dist certeinnement que Noradins qui estoit li Turs que nos genz dotoient plus avoit assis le chastel de Neppe a mout granz genz; ou il estoit morz ou chaoiz en tel maladie dont il ne garroit jamais; et disoit par quel maniere il savoit ce. Car il avoit este en leur ost et avoit veu que li amiraut et li autre chevalier avoient coreu einsi com au havoc a toutes les choses qui estoient es tentes Noradin; et les sers qui mieuz estoient de lui et plus prive vit il que len enmenoit et que chascuns en prenoit ce quil pooit; cest la costume entre les Turs quant leur chevetaines muert. Li duels et li criz estoit si granz de ses amis que mout i avoit grant noise si neis que touz li oz se departoit et sen aloit en diverses parties. De ces noveles furent mout lie li Baron et sanz faille li messages disoit auques voir. Car Noradins fu si tresdurement malades qui tuit li mire distrent quil nen pooit eschaper. Par lost corut la novele quil estoit morz. Por ce roberent toutes les tentes quil navoit entreus qui justice tenist. Nostre baron sorent la verite de ceste chose: grant joie en orent et leur fu avis que Nostre Sires vouloit leur afere adrecier a bien. Un puissant home avoit pres deus qui estoit sages loiaus et preuz aus armes sires estoit des Ermins; Toros lapeloit len. Li Rois et li baron envoierent a lui leur message et le requistrent de par Dieu et de par eus quil venist a tout son pooir en Antioche por aler diluec tuit ensemble sur les anemis de la foi. Car il le voloient mout ennorer et croire. Quant cil oi les messages liez en fu et dist quil feroit volentiers cele requeste. Il ne fu mie paresseus aincois assembla bele compaignie de gens bien armees et vint en Antioche. Grant joie firent tuit de sa venue. Li baron qui virent que toutes les choses leur venoient a point en furent plus hardi de granz emprises fere. Lendemain sen issirent de la ville tuit et sadrecerent por aler vers Cesaire.

XVIII. Coment li Crestien assistrent la cite de Cesaire.

Cesaire est une citez qui siet sur le flun du Fer qui cort delez Antioche. Aucunes genz cuident que ce soit Cesaire la citez dont messires sainz Basiles li bons clers fu arcevesques; mais ce nest mie voirs car cele siet en la terre de Cappadoce et bien est loing dantioche plus de quinze jornees; et cette siet en la terre de Celessurie. Si nest mie ausi nomee en latin come cele; car cele a non Cesarea: ceste ou nostre baron alerent a non Cesara. Ce est une citez qui assez a bon siege; car lune partie siet en un plain en bas lautre partie siet au pendant dun tertre. Au somet a un chief de chastel fort; lons est assez mais il est estroiz. De lune part li siet la citez de lautre part li fluns si que len ni puet mie bien aprochier. La sen vindrent noz genz toutes leur batailles rengiees; dehors ne troverent point de contenz; len livra les places. Il se logierent si que toute la ville fu aceinte. Li Tur qui dedenz estoient furent mout effree; tuit quoi se tindrent leanz ensemble. Li Rois et li Baron firent leur engins drecier isnelement et giter tantost de maintes parz. Murs et torneles comencierent a quasser et affebloier. Li nostre cognurent bien la mauvese contenance de leur anemis; plus en furent seur et hardi. Chascuns des barons parla a ses chevaliers et aus sergenz. Grant loier leur prometoient se il entroient des premerains en la ville: maintes gens sen appareilloient. Cil de la cite nestoient mie ause darmes; car touzjorz avoient vescu de marcheandise. Dautre part contre ce siege ne sestoient garni de nule rien; car il ne sen prenoient garde ne ne savoient lessoine que Noradins leur sires avoit. Por ce se mervelloient trop coment il nostre avoient empris a venir jusque la. Ne se mostroient gueres aus deffenses: hors des portes nosoient issir. Quant nostre gent aperceurent leur effroi et leur coardise un jor sapareillerent et drecierent eschieles soudeinement aus murs et de maintes parz entrerent en la ville. Aus portes corurent et les ovrirent si que touz li oz se mist enz. En ceste maniere fu la citez prise. Li Tur cil qui porent senfoirent en haut et se mistrent au chastel; li autre furent tuit ou mort ou pris. Assez troverent par les osteus viandes et richesces ne sai quanz jorz i demorerent. Legiere chose leur estoit de prendre le chastel se il vosissent avoir seue leur main et hastee leur bone cheance. Bien est voirs quil estoit forz mais il ert trop garniz de mauvaise gent. Uns contenz sordist entre les noz que li deables i mist por destorber la bone besoigne. Li rois Baudoins ot mout bone entencion et tendoit mout au preu de la terre en bone foi: il vit que li cuens de Flandres avoit grant pooir de chevaliers et de richesces si que nus des barons ne poist si bien garder ne deffendre la cite de Cesaire com il feist; por ce li avoit en talent de doner et se vouloit mout haster de prendre le chastel par force; por ce quil li vouloit tout ensemble delivrer por tenir a touzjorz en heritage. Assez ot des barons en lost qui bien si acordoient et leur sembloit que ce fust la sauvete du pais; mais li princes Renauz ne si acordoit mie se par une maniere non quil devisoit: car la cite de Cesaire si com il disoit devoit estre de la prince dantioche; por ce vouloit que li cuens de Flandres la tenist de lui se ele li estoit donnee et len feist homage lige car autrement ne si acordoit il mie. Li cuens de Flandres respondoit quil prendroit volentiers la cite sele li estoit donee et bien la defendroit des Turs a laide Nostre Seigneur: mais il navoit onques fet homage de chose que il tenist a home se il ne fust rois ne cele chose ne vouloit il tenir se du Roi non. Au prince Renaut ne a Buiemont le juene ne vouloit il fere nul homage. En ceste maniere sordi contenz et noise entre les Barons car aucuns en i avoit qui se tenoient au prince Renaut cil meismes qui navoient mie laprochement du conte de Flandres. Par tele achoison remest li assauz du chastel. Chascuns prist son gaaing quil avoit fet en cele ville riche; tuit trousse sen retornerent en Antioche et lessierent cele grant besoigne qui si grant preu leur tenist et ja estoit demie fete.

XIX. Coment li Crestien recovrerent une forterece quil avoient perdue.

Il avint en ce tens meismes que uns freres Noradin que len apeloit Mirmiran ot oie la novele de son frere et cuida certeinnement quil fust morz. A la cite de Halape sen vint tout droit. Cil de la ville la li rendirent sanz metre nul contenz. Il vint jusqua la forterece du chastel et la demanda. Cil qui la gardoient ne li voudrent rendre aincois li firent savoir la verite: que Noradins estoit leanz touz vis. Quant Mirmiran oi ce il departi ses genz et sen torna diluec. Lors meismes avint que li patriarches de Jherusalem Fouchiers li uitiesmes des patriarches latins bons prelas et religieus acoucha malades et morut au douziesme an de sa patriarche .ii. jorz devant la feste saint Cecille. Li rois Baudoins quant il sen estoit partiz de son pais bailla la terre a garder a sa mere la roine Melissent et a un preude chevalier cui il i avoit lessie Baudoin de Lille avoit non. Cil ne furent mie oiseus aincois recovrerent lors une bone forteresce qui siet outre le flun Jordain en la terre de Galaad: cest une roche trop forz que nostre gent avoient tenue autre foiz mes par leur mauvese garde lavoient emblee li Tur ne sai quanz ans avoit ja. Uns messages en vint au Roi en Antioche qui les noveles aporta. Grant joie en firent tuit. Li baron qui avoient este en descorde virent que nestoit mie bele chose de leur sejorner sanz autre chose fere. Si sacorderent tuit que il chevaulchassent por fere lenneur Nostre Seigneur et le preu de la terre. Uns chastel avoit pres dantioche a .xii. miles qui mainz granz domages leur avoit fez et par que li Tur avoient grant pooir et large seigneurie par les villes entor que len apelle casaus. Leur aferes fu devisez si que le jor meismes de Noel vindrent devant ce chastel et lassistrent de toutes parz. Noradins nestoit mie encor gueriz de sa maladie; aincois estoient venu a lui tuit li bon mire de la terre dorient; il se descorderent mais li plus disoient quil nen pooit mie guerir. Cele enfermete li envoia Nostre Sires por le preu de nos crestiens; car se cil fust sainz et hetiez au pooir quil avoit ne fussent ja si hardi li nostre que il osassent fere siege en sa terre. Li Rois et cil qui avec lui estoient se hastoient de leur besoigne fere atout leur pooir por ce que il savoient bien que se cil garissoit il ni porroient pas demorer longuement. Li engin furent drecie et comencierent a giter tant que cil dedenz en furent mout espoente. Cil chastiaus estoit assis en un tertre qui nestoit mie hauz; aincois sembloit que ce fust une mote fete a main de terre porteice. Por ce se travailloient mout cil de lost qui plus estoient sage diteus choses a ce que len feist bons chaz et forz couverz de merrien et de cuirs touz escruz por le feu en que len menast les mineeurs por foir le terrail: car il leur sembloit que qui porroit miner la terre sur que la forterece estoit assise elle ne se porroit tenir. Por ce fere ne finerent de porchacier fuz et verges a fere cloies; eschielles quistrent assez. Quant li chat furent fet il mistrent dedenz les pioniers. Lors orent parle a touz les chevetaines de lost si que chascuns fist assaillir en droit soi; et cil firent tandis treire leur chaz jusqua la mote. Li Baron se penerent chascuns en droit soi de grever ceus dedenz ausi com par ahatine; porce quil vouloient mostrer quil eussent la meilleur gent. Cil aferes fu si bien empris et par si grant vigueur que la besoigne de que il sembloit quele les dust bien detenir un an fu mout aprochiee dedenz deus mois. Un jor avint que une de noz grosses perrieres que len claime chaable gitoit dedenz la ville granz pierres de que lune aconsut le chevetaine de ce chastel si le desfroissa tout. Cil estoit chevaliers bons et de grant afere et mout estoit sages de guerre. Quant cil dedenz lorent perdu trop en furent esbahi et come gent desesperee ne savoient en quel maniere il se deussent contenir. Li uns tiroit ca li autres la: noaus en fesoient toutes choses qui a defense apartienent. Li nostre qui dehorz estoient sen aperceurent mout tost et sorent bien que cil estoient a meschief; plus asprement se penerent dassaillir et de grever en toutes manieres. Li Tur se douterent mout des pioniers quil savoient desouz et de ceus quil trovoient par dehorz hardiz et fiers ne se porent plus tenir. Covenances firent au Roi par que il li baillerent le chastel et il les fist conduire jusques a sauvete a toutes leur choses. Li Rois bailla le chastel au prince Renaut por ce quil devoit estre de la prince. Cil le fist bien refere et garnir richement. Lors sen retornerent li baron en Antioche. Li Rois se parti diluec; le conte de Flandres enmena avec lui vers son roiaume. Il passerent par la cite de Triple; li cuens de la terre qui avec eus estoit leur i fist assez enneur et joie.

XX. De lelection du patriarche de Jherusalem.

Leglise de Jherusalem navoit lors point de patriarche si com vos avez oi: li prelat qui sont desouz lui se furent assemble por eslire patriarche. La roine Melissent et la contesse de Flandres Sebile suer le Roi mistrent grant peine que len esleust le prieur de Sepuchre Amauris avoit non; Francois estoit nez de leveschie de Noion du chastel de Neele. Assez estoit bien letrez mes simples estoit et pou savoit du siecle. Ces hautes dames i orent grant pooir si que par leur conseil et par leur volente sacorderent a celui li plus des prelaz et leslirent. Deus en i ot qui le contredistrent: Erneys larcevesques de Cesaire et Raous levesques de Bethleem. Cist apelerent a lapostoile contre lui; mes por ce ne remest pas que cil ne fust mis au siege a grant sollempnite. A Rome envoia por soi Ferri levesque dacre qui vint devant lapostoile Adrien; si aversaire ni estoient pas. Cil qui bien le savoit fere parla assez et dist maintes choses por sa partie que nus ne li contredisoit. Len cuide que il i servist par delez de grant avoir. Si fu fete la besoigne que lapostoiles conferma cel eslit et li envoia son paule par levesque dacre meismes. Lors receut cil Amauris le plenier pooir de la patriarche.

XXI. Coment li rois Baudoins desconfist Noradin.

Par la grant peine que li fisicien i mistrent gari Noradins de sa maladie. Bien sot que li rois Baudoins sen estoit retornez en son pais; il meismes sitost com il pot chevauchier sen ala vers Damas; et quant il se senti bien enforcie de son cors en leste apres ne vout mie estre oiseus que il ne se meist en la guerre. Tantost assembla gent et vindrent devant un chastel de crestiens qui siet en la terre qui a non Suete et lassist. Cil chastiaus est une roche qui siet encoste dune montaigne mout roiste. Len ne pooit la venir ne pardesus ne pardesouz; mais encoste i avoit une voie mout estroite par que len i pooit venir perilleusement et a grant peor. Dedenz avoit chambres et recez pluseurs ou assez se pooient garantir de gens; fontaines deaues vives coroient pres de la. Selonc ce que li leus ert estrois bien estoit covenables a tout le pais et aaisiez a noz genz recevoir. Quant li Rois oi la novele que li sieges estoit iluec il prist avec lui le conte de Flandres et la gent de sa terre et se treist cele part isnelement: car cil qui dedenz estoient avoient ja este tant apresse et greve si durement que il avoient fet tel plet a ceus dehors que se il navoient secors dedenz .x. jorz il leur rendroient la forterece sanz metre plus de contenz. Ce meismes avoit bien oi dire li Rois et por ce se hastoit il tant. Ja estoient venu delez la cite de Tabarie pres du pont qui siet sur une eaue qui descent du lai de Genesar; iluec sestoient logieez les noz genz. Noradins sot certeinement par ses espies que li Rois venoit sur lui atout son pooir et par le conseil a son connestable qui avoit non Siracons qui mout estoit orgueilleus et bobanciers fist toutes ses genz deslogier et conrea ses batailles. Si sesmut a venir encontre le Roi. Li rois Baudoins oi que li Tur saprochoient de lui por combatre: au matin manda les barons en son paveillon; la se conseilla que il feroient. Par acort de touz fu emprise la bataille contre eus. Premierement si com il estoit costume aorerent tuit la vraie croiz que li arcevesques Pierres de Sur portoit. Lors se mist chacuns en sa bataille si com eles estoient devisees et a bel semblant et fesant grant joie sadrecerent tout droit contre leur anemis. Bien sembloit a chascun que Nostre Sires leur vousist fere ce jor grant enneur. Tant sentraprochierent deca et dela que li premerain ferirent des esperons li un contre les autres et assemblerent mout fierement. Apres selonc ce quil venoient par le comandement des chevetaines se mistrent les autres batailles en la mellee si que tuit i furent; mout fu granz li chapleiz; assez espandirent sanc aus glaives et aus espees. Li Tur estoient assez plus que li nostre longuement se tindrent; de beaus cops i ot assez fez. Bien se contindrent les genz de Flandres: en la fin li mescreanz ne porent soffrir la force de nostre gent ainz se desconfirent et tornerent en fuie. Li nostre les sivirent ociant ce quil aconsivoient: mout en i ot que morz que pris. La nostre gent sen retornerent et cueillirent leur gaaing qui trop fu granz de prisons darmes et de chevaus; avoir robes et paveillons enporterent tant que tuit furent chargie. Ce soir se logierent au champ en que Nostre Sires leur avoit donee la victoire. Ceste bataille fu au mois de juignet quatre jorz apres la saint Martin deste au quinziesme an du regne Baudoin le tierz. Li leus ou ele fu est apelez Putaha. Lendemain li Rois sen ala jusqua la forterece qui avoit este assise; bien fist rapareiller ce qui estoit maumis ou depecie; puis la garni si com il fu mestiers de genz darmes et de viandes. Lors departi ses genz et sen retorna a grant joie vers son pais.

XXII. Dou mariage le roi Baudoin.

Bien oistes parler desus des messages qui por querre femme au roi Baudoin sen alerent en Costantinoble. La fu morz Acharz larcevesques de Nazareth; ses genz en raporterent son cors dedenz leglise. Apres lui fu esleuz li prieus de Nazareth douz hom et religieus bien parlanz et de bel afere en toutes choses: Lietarz avoit non. Li autre message qui avec lui furent envoie estoient haut home loial et sage et sen alerent jusquen Costantinoble por la besoigne quil queroient: ce fu Onfroiz li connestables Guillaumes des Bares et Jocelins Pisiaus. Cist parlerent sagement a lempereur de ce quil queroient. Longuement les detindrent li Grezois si com est leur costume par maintes manieres de paroles; en la fin sacorda lempereres aus covenances que il offroient et dist par conseil de ses barons que il envoieroit au roi Baudoin une seue niece quil prendroit a femme. Cele estoit nourie au palais lempereur fille son frere ainz ne qui avoit non Ysac. Ele estoit apelee Theodore au treziesme an de son aage. De grant biaute la tenoit len; cors avoit gent et bien taillie de toutes facons vis bien fet blanc et colore et cheveus blons a grant plente; sage estoit et plaisanz a touz ceuz qui la veoient. Lempereres dist quil li donroit en mariage .c m. perpres dor; cest une monoie de Costantinoble. Une perpre valoit plus de set sous de parisis. Par desus ce dist quil envoieroit .x m. perpres por fere le despens et la feste des noces. Atour si riche com len porroit plus penser bailla a la damoisele en or et en pierres et en veissiaus destranges facons; dras de soie tapis galaciens i ot tant que len prisa bien toutes ces manieres de joiaus .xl m. perpres. Quant ces choses furent acordees entre lempereur et les messages isnelement envoierent au Roi por confermer le doaire quil avoient promis; cest a dire la cite dacre atoutes les apartenances se li Rois mouroit sanz oir aincois que ele a tenir toute sa vie. Li Rois en envoia ses letres sanz demorance teles com len li avoit requises. Lempereres quant il les ot eslut des plus hauz homes de toute sa terre et les envoia por mener sa niece avec les messages le Roi. Par mer sen vindrent sanz destorbier si quil ariverent au septembre apres en la cite de Sur. Ne demora gueres quil vindrent en Jherusalem si com il estoit costume por ce que ele fust iluec espousee. Cil Amauris qui avoit este esleuz a patriarche de Jherusalem nestoit mie encore sacrez; car li message quil avoit envoiez a Rome por son confermement nestoient mie revenuz; por ce avint que li Rois ot envoie querre Aimeri le patriarche dantioche qui fu venuz en la Sainte cite. Si espousa et sacra la Roine et corona a grant joie de toute la terre. Des ce jor que li Rois ot femme esposee leissa il toutes mauveses envoiseures et du tout guerpi le pechie de sa chair dont il avoit este plus legiers quil ne lui afferist. Car tant com il vesqui garda si bone foi a son mariage que onques puis en nule femme ne pecha; et tant ama sa femme que mout li porta grant enneur. Meurs et de sage contenance fu ausi com uns hom de grant aage.

XXIII. Coment li princes Renauz ot pais a lempereur Manuel de Costantinoble.

Manuel lempereres de Costantinoble fist une mout grant semonse; et quant il ot ses genz assemblees selonc le pooir de lempire qui mout estoit larges tantost passa la mer du Braz saint Jorge por venir en la terre de Surie. Hastivement trespassa les terres qui entre deus estoient; si descendi en Cilice sodeinnement en tel maniere que a peines pooit len croire quil fust venuz a si grant haste. Mout sen merveillierent et esbahirent tuit cil de la terre. La raisons por que il vint a si grant haste quil ne vout mie que len saperceust avant de sa venue fu ceste: car Toros li princes des Ermins mout puissans de quoi je vos parlai desus avoit granz fortereces es montaignes desus la terre de Cilice; par quoi il avoit tant grevees les genz lempereur que par force les avoit touz gitez du pais et que en son pooir tenoit lors les citez et les casiaus de toute la terre. Il avoit Tarse et Anavarze qui sont les mestres citez de la seconde Cilice; les autres meneures citez ravoit il conquises Mamiste Adaine Sys. Por ce se hasta lempereres que il vouloit celui surprendre sodeinnement si quil ne se poist estre garniz de deffendre ne apareilliez de foir. Dautre part les genz de Chipre avoient envoiez a lempereur leur messages por plaindre mout dolereusement et por mostrer coment li princes Renauz avoit leur terre prise et destruite; et eus meismes ocis et tormentez et raenz. Lempereres avoit bien en talent que il asprement vengeast cele chose. Quant il fu venuz Toros li Ermins estoit en la cite de Tarse: li chevalier des premieres batailles lempereur se furent ja espandu iluec devant si que cil pot a peines avoir loisir de foir aus montaignes qui pres estoient por soi garentir dedenz ses fortereces qui ne dotoient rien. Quant li princes Renauz oi cele novele que lempereres estoit venuz a si grant gent en la terre ne fu mie merveilles se il dota; car il navoit mie le pooir a lui par que il poist garentir sa terre. Por ce fu en mout grant angoisse coment il se contendroit. Bien avoit oi dire que li Rois devoit venir par tens por veoir lempereur cui niece il avoit pris a femme; mes grant peor avoit li Princes que cil puissanz hom ne li eust fet domages et assez hontes ainz la venue le Roi. Por ce demanda conseil aus genz en que il se fioit plus. Devant touz les autres crut le conseil larcevesque Giraut de la Lische que li loa que sanz delai il sen alast encontre lempereur qui estoit encore en Cilice et li criast merci mout humblement; car il cognoissoit les Grieus de tel maniere que il estoient bobancier et ne queroient autre chose fors ce que len leur feist enneur par dehors; et de bel semblant se tenoient apaie. Por ce disoit il que se li Princes les pooit apaiser par teus choses plus li seroit seure chose de ce fere que soi metre en aventure de perdre ses homes et sa terre; et de fere si grant despens por guerroier que il nen poist chevir. Li Princes si acorda bien; avec lui mena larcevesque meismes qui ce li avoit conseille. Cil li ot grant mestier; car il ala sanz le Prince parler a lempereur que il trova premierement mout trouble; mes il li adoucea son cuer par deboneres paroles et fist la pais au Prince par une tele haschiee com vos orrez. Li Princes vint nuz piez devant lempereur vestuz en langes dune cote dont les manches furent reognies jusquaus coudes; sa corroie ot entor son col; une espee tint par la pointe dont il tendi le pont a lempereur; en ceste maniere li cria merci a genouz voiant touz les barons et le commun de lost des Grieus. Lempereres qui estoit glorieus selonc lus de sa terre le fist estre une piece devant lui en tel point si que maint i ot des Francois qui grant desdaing en orent et mout en blasmerent le Prince dont il ne se leva lors. Mes il ne vouloit mie perdre ce quil avoit ja fet por itant. Apres ce lempereres le leva par la main en la bouche le beisa et li pardona son corroz; en samor et en sa grace le receut enterinement.

XXIV. Coment li Ermins fist pais a lempereur.

Li Rois de Jherusalem oi dire que lempereres estoit venuz vers les parties dantioche; encontre li vout aler mout ennorablement; son frere mena avec lui et assez des plus hauz homes du roiaume; le conte de Flandres leissa en sa terre porce quil sen vouloit aler au passage qui pres estoit. En ceste maniere se mist li Rois a la voie. Tant chevaucha quil entra dedenz la cite dantioche: diluec envoia ses messages a lempereur Jofroi labe du temple Nostre Seigneur qui bien savoit le langage des Grezois et un haut baron qui avoit non Jocelins Pisiaus. Cil saluerent lempereur de par le Roi et li distrent que li Rois estoit venuz encontre lui jusqua la cite dantioche; sa volente vouloit savoir et fere son comandement; prez estoit de venir a lui se ses plaisirs estoit ou lui atendre la ou il se demoroit. Lempereres li manda quil venist a lui sitost com il porroit et li envoia son chancelier qui li porta lettres et de bouche li dist la volente son seigneur. Li Rois prist avec lui les plus sages et mieuz paranz de toute sa compaignie le remenant de sa meisniee leissa en Antioche. Quant il saprocha du leu ou li Grieu sestoient logie lempereres por lui ennorer envoia contre lui deus de ses neveuz Jehan qui estoit seneschaus et Alexe qui estoit chambriers cil dui estoient li plus haut home du palais. Assez menerent avec eus des greigneurs barons de lost; grant joie firent au Roi quant il le virent et le menerent jusquau tref lempereur. Lempereres seoit mout noblement sur un faudestuef covert de riche drap de soie; sur un siege lassist de lez lui qui fu apareilliez mout richement mes plus bas estoit que li suens. Entor lui avoit grant plente de ses haus homes; le Roi quant il entra salua debonnerement et le beisa; lors parla a lui et a ses barons de maintes choses por eus ennorer; de paroles et de semblant mostra bien que il avoit grant joie de leur venue. Priveement vouloit savoir de chascun son estre et sa contenance. En ceste maniere sejorna li Rois avec lui .x. jors. Chascun jor croissoit la joie et la bele chiere que lempereres fesoit a lui. Li Rois qui mout estoit cortois sages et gracieus plaisoit a lempereur et a ses barons tant que chascuns lamoit ausi come son fil. Encore parolent sovent li Grec en leur terre de lui et loent les bones teches au roi Baudoin qui morz est lonc tens a. Li Rois ne vout mie demorer oiseus entor lempereur aincois se pena mout de fere chose qui li pleust. Bien entendi que il vouloit aller sur ce haut home qui si estoit puissanz en Ermenie Toros avoit non dont je vos ai parle. Mes trop estoit grief chose de prendre ses forteresces quil avoit es montaignes. Por ce sapensa li Rois coment il le porroit apaisier a lui et lenvoia querre com cil qui mout estoit sages du siecle. Tant parla a lui quil lamena devant lempereur a sa merci; les chastiaus li rendi que lempereres voloit avoir de lui; apres li fist homage lige par que il recovra lamor et la grace lempereur. Mout en amerent plus le Roi li Grieu. Ne demora mie apres ce que li Rois prist congie a lempereur de retorner en son pais; lempereres dona a lui et a touz les barons et aus chevaliers de sa compaignie granz dons et riches: li Rois touz seus ot de par lui .xxii. mille perpres et mille mars dargent sanz les dras de soie et les vessiaus de pierres precieuses qui done lui furent. Mout le prisa en son cuer lempereres et du mariage de sa niece fu mout plus liez quil nestoit devant. Quant li Rois fu retornez en Antioche il trova son frere quil i avoit lessie Amauri le conte de Japhe et descalone; avec lui estoit Hues dibelin qui estoit novelment raens de la prison aus Turs ou il avoit este; et cil orent grant talent daler veoir lempereur et il vindrent a lui. Il les ennora mout et dona du suen largement; apres ce cil sen retornerent tuit lie au Roi qui sejornoit en Antioche.

XXV. Coment Manuel lempereres sen retorna en sa terre.

Quant lempereres ot fete la feste de Pasques en la terre de Cilice et la semaine des feriez fu passee il sadreca tout droit et mena ses granz oz devant Antioche. Li Rois li Princes et li cuens descalone o touz les autres barons du roiaume et de la prince li issirent encontre sur biaus chevaus en cointes lorains et atout le plus bel ator que chascuns pot avoir. De lautre part fu li Patriarches et touz li clergiez revestuz de beles chapes de paile; textes porterent croiz et saintuaires et sen issirent hors de la cite. Lempereres fu vestuz de dras emperiaus et porta corone en son chief. Il firent soner trompes et tabors et timbres; li clerc chanterent de lautre part. Touz li pueples fist grant joie ennorablement le receurent et menerent jusqua leglise monseigneur Saint Pere. Diluec sen vint au palais au Prince. Ne sai quanz jorz sejornerent en la ville et saaisierent mout de bains et dautres delices selonc la costume de leur terres. A touz ceus de la ville qui estoient daucune afere dona lempereres largement de son avoir. Apres li prist talent quil iroit chacier es bois et es montaignes qui estoient pres de la cite porce que li sejors ne li ennuiast. Li Rois qui mieuz savoit le pais que li Grieu dist quil li feroit compaignie et le mena par les leus ou plus avoit de bestes. Mes il avint que le jor de lacension tandis com il entendoient en tel deduit li Rois sist sur un chaceeur qui un pou avoit dure boche. Quant il feri des esperons li chevaus le surporta jus dun rochoi si que il cheirent a terre ambedui et que li Rois se brisa le braz. Quant lempereres loi dire trop en fu corrociez tost se trest cele part et vint devant lui si descendi et autresi com uns mires fu grant piece devant lui a genous et li aida a relier le braz einsi com uns povres cirurgiens feist. Li baron de Grece qui le virent sen merveillerent trop et en furent tuit esbahi de ce que leur sires avait einsi oblie sa hautesce et se contenoit en tele maniere; ne poissent mie cuidier que por amor quil eust a nului se deust tant humelier ne tenir si bas. Quant li braz fu bien liez et afetiez a son droit il sen alerent en Antioche. Touz les jorz lempereres aloit veoir le Roi et quant li cirurgien remuoient les bendes et les oignemens du bras il li aidoit mout docement; nen poist mie plus fere a son fil. Quant li Rois fu gariz dedenz brief terme lempereres comanda aus chevetaines de son ost quil feissent atorner leur genz et chargier les engins isnelement si qua un jor nome sen ississent de la ville por aler vers Halape. Il meismes et li Rois murent a trompes et a tabors et chevauchierent jusquen un leu que len claime le Gue de la Balene. Iluec se loja touz li oz. Noradins qui lors estoit dedenz la cite de Halape envoia ses messages a lempereur et au Roi et fist tant parler a eus que il leur rendi Bertran qui estoit filz le conte de Saint Gile non mie de mariage et touz les autres prisons que il tenoit de nostre gent. Par ceste covenance nalerent li nostre plus sur lui diluec en avant; ainz sen parti lempereres du pais et sen retorna en sa terre. Li Rois meismes en remena en son roiaume ceus qui la estoient avec lui venu.

XXVI. Coment on eslut deus apostoiles.

En ce tens morut lapostoiles Adriens dune maladie qui prent en la gorge que len apele esquinancie. Ce fu en une cite de Campaigne qui a non Araigne. Ses cors en fu portez a Rome et enterrez mout ennorablement en leglise monseigneur Saint Pere. Li Cardonal sassemblerent mes ne furent mie tuit a une volente; aincois ot entreus mout grant descorde et sordi li scismes qui dura longuement. Lune partie deus eslut Rolant un cardonal provoire du titre Saint Marc; nez estoit de la cite de Sene la vielle. Cil qui a lui se tindrent le sacrerent et fu apelez Alixandres; bons clers estoit et sages hom chanceliers avoit este de la cort lapostoile. Li autre ne sacorderent pas a cestui aincois eslurent un autre cardonal Octoviens avoit non nez estoit de grant lignage de Rome prestres cardonaus du titre Sainte Cecile outre le Toivre. Cil meismes refu sacrez et lapelerent Victor. Par achoison de ces deus esliz fu par tout le monde la Crestiente toute devisee; car lune partie des prelaz de Sainte Eglise et des hauz princes qui governoient les terres se tenoient devers Alixandre: ce fu li rois Loys de France et li evesque de son roiaume. Lautre partie se tenoit a Victor: ce fu lempereres Ferris et li pluseur des prelaz de lempire. En ceste maniere dura li contenz et la descorde pres de dis neuf anz; mes par la grace Nostre Seigneur aincois que li vintiesmes ans comencast lempereres sacorda au pape Alixandre. Il obei a lui et comanda par tout son pooir que tuit le tenissent por apostoile. En ceste maniere fu finez li scismes et fu toute Sainte Eglise a une volente qui en grant peril avoit este quele ne fust mes touzjorz devisee.

XXVII. Coment Noradins guerroia le soudan du Coine.

Mout ot grant joie Noradins de ce que lempereres sestoit partiz du pais; car sa venue li avoit fet grant peor. Et quant il vit que cil sestoit esloigniez quil navoit garde de lui et que li Rois dautre part fu retornez en la seue terre bien li fu avis que tens estoit et leus dune chose emprendre quil avoit longuement en son cuer porpensee a fere. Lors assembla gent tant com il en pot avoir de tout son pais puis sen entra en la terre au soudan du Coine qui marchissoit a lui. Les genz qui la estoient ne sen prenoient garde si les trova touz desgarniz. A bandon corut par la terre et prist une cite qui a non Mares et deus forz chastiaus: lun apele len Cresson et lautre Bhetselin. Li Soudans qui greigneur pooir avoit que cil estoit en sautre terre mout loing de ces parties; et par ceste fiance fesoit einsi Noradins sa volente de cele terre. Dune autre chose sestoit pris garde que li Rois et si baron se restoient si esloignie quil nestoit mie legiere chose que il venissent sur lui. Mes li Rois qui mout estoit sages et apensez oi les noveles que Noradins guerroioit einsi la gent de sa loi; si se pensa que tandis com il entendoit a ce il feroit aucune chose de son preu. Bien se prist garde que la terre de Damas nestoit mie bien garnie de chevaliers ne dautres genz a armes; por ce semont et assembla tant de la seue gent com avoir en pot en hastive semonse et sen entra en la terre des Turs au roiaume de Damas. Il comenca a gaster et a destruire et ardoir les casiaus granz proies acueillir et mener prisons assez; si que des une cite renomee de la premiere Arabe qui a non Ostre jusqua la cite de Damas ne trova onques qui contenz li meist en chose que il vousist fere; ainz sen ala parmi la terre et envoioit ses coreeurs a destre et a senestre por gaaignier et por gaster. Il avoit dedenz la cite de Damas un haut home Negemedins avoit non mout estoit sages Turs et bien esprovez en granz besoignes; por ce li avoit Noradins qui se fioit en son sens et en sa loiaute lessie la terre de Damas a governer. Icist vit que len gastoit la terre son seigneur et que il navoit pas pooir de deffendre; car ses sires qui loinz estoit en avoit menez les meilleurs chevaliers du pais; et por ce se pensa que puis quil ne pooit le Roi giter par force de la terre il essaieroit a chevir vers lui en autre maniere. Tant parla a lui et a son conseil que por avoir trives de .iii. mois li dona .iiii m. besanz et li rendi .vi. chevaliers povres homes que il tenoit en sa prison. En ceste maniere sen retorna li Rois sanz plus fere. La roine Melissent qui mout avoit este bone dame et sage plus que autre femme et mainz biens avoit fet au roiaume a la vie son mari et tant com ses filz la vout croire et bien avoit mis en ce .xxx. anz ou plus au tens a ces deus rois chei en une maladie mout longue qui li tint jusqua la mort. Ele estoit einsi come redotee; ne li sovenoit pas bien de ce quele avoit veu aincois avoit mout bleciee la memoire. Ses deus sereurs la contesse de Triple et labaesse de Saint Lazre de Bethanie estoient touzjorz devant li: mout la garderent bien. Et por ce que ele estoit dune contenance desatiriee ne soffroient que nuz entrast la ou ele estoit fors les mires que len li avoit quis les meilleurs que len pooit trover qui petit li valurent. Quant li .iii. mois furent passe des trives que li rois Baudoins ot donees a Negemedin Noradins ne fu pas encor retornez ne ses genz quil tenoit avec lui. Li Rois sen prist bien garde et tantost com li termes fu passez il ot ses genz assemblees et sen entra en la terre de Damas en que il fist trop grant gaaing et mout domagea les Turs du pais. Car il barreoit les villes apres ardoit tout: bestes en amena a mout grant plente prisons tant com il vout prendre. Apres en remena son ost tout chargie de gaaing jusquen sa terre.

XXVIII. Coment li princes Renauz fu pris en bataille des Turs.

Ne demora gueres apres ce que li princes Renauz ot fet encerchier par ses espies que en la terre qui fu le conte de Rohes entre Marese et Tulupe avoit si grant plente de bestes granz et petites que touz li pais en estoit coverz porce quil i avoit trop bones pastures. La gent du pais ne savoient rien darmes et sestoient si asseure quil ne cuidoient rien douter; riche estoient et bien garni de touz aaisemenz. Por ce sapensa li Princes quil porroit la fere mout grant gaaing; il assembla chevaliers et autres assez a armes et sen vint en ce pais que je vos ai dit. Bien trova la chose si com len li avoit devisee car il i avoit si grant foison daumaille quil nen porent mie tout amener. Mes li pueples de la terre estoit touz de crestiens; car li Tur tenoient toutes les forteresces du pais. Li gaaigneeur des terres leur rendoient granz treuz et rentes de bestes et de blez et cil estoient tuit Surien ou Ermin; de rien ne sentremetoient que de gaaignages et de norretures de bestes. Li Tur meismes des chastiaus qui ce recevoient rendoient tout par conte aus granz homes de paienime qui estoient leur seigneur. Li princes Renauz et ses genz acueillirent la proie tant com il en voudrent mener; de robes et dautres richesces se trousserent assez tuit et sen retornerent en leur pais grant joie fesant. Mes uns riches Turs et puissanz qui estoit baillis de Halape amis et privez a Noradin devant tous les autres du pais Mehgedin lapeloit len sot bien que li nostre sen retornoient de cele terre chargie et encombre de leur gaaing; por ce se pensa que se il leur pooit venir a lencontre et les trovast en aucun pas estroit bien les porroit desconfire ou au mains leur feroit il lessier la proie et ce quil portoient. Tantost prist avec lui chevaliers et sergenz armes legierement et bien montez tant com il en pot avoir et fist aler devant lui ses espies qui estoient venu de lost au Prince. Si sen vint tout droit la ou li nostre sestoient logie et virent entor eus cele grant plente de bestes que il enmenoient; se saresterent pres diluec por ce quil estoit ja pres de nuit. Li Princes et la seue genz sorent que leur anemi les avoient ja tant aprochie que bien sembloit quil se vousissent combatre a eus; por ce se conseillerent en quele maniere il se contendroient. Li un distrent que li plus seurs seroit que il lessassent iluec tout leur gaaing et sen alassent tout delivrement leur voie; li Tur espoir vendroient a la proie por ce sen porroient aler sanz contenz. Et se il les voloient assaillir mieuz se porroient deffendre quant il seroient deschargie et descombre de leur proies. Li autre distrent que ce seroit au premier comencement mout mauvais semblant de lessier sanz cop ferir ce quil avoient gaaignie; por ce loerent quil sen alassent conduisant leur proies. Sanz faille li Tur avoient assez plus gent que il nestoient; mes il avoient en eus assez plus hardement et proece que li mescreant et se Nostre Sires leur vouloit aidier bien sen iroient maugre leur. Li princes Renauz qui estoit chevaliers bons et hardiz sacorda a ceus mes ne len chai gueres bien. Au matin se leverent et mistrent leur batailles en conroi; leur gaaing ala au milieu; il se tindrent tout entor et sadrecerent tout le pas vers les Turs. Cil se refurent mis en conroi a la leur maniere: mout asprement assemblerent a noz genz; assez i ot qui ferirent despees et de maces. Li autre sesloignerent et treistrent des fors ars espessement. Nostre chevalier leur recorurent sus viguereusement et dura li chaples et la mellee entreus une grant piece que len ne pooist savoir li quel en avoient le meilleur. Mes ne demora gueres que li nostre se desconfirent trop leidement et tornerent en fuie sanz regarder chose quil enmenassent. Li princes Renauz se tint por eus ralier mes nus ne saresta avec lui. Si fu pris et lemmenerent tout lie. Ceste chose avint entre Cresson et Mares au leu qui a non Cominz la veille Saint Cecile.

XXIX. Dun legat qui vint en la Sainte terre.

Uns cardonaus de Rome prestre du titre Saint Jehan et Saint Pou arriva a Gibelet en une nef de Genevois: Jehanz avoit non. Bien estoit letrez et venoit la de par pape Alixandre. Quant il fu venuz il envoia ses messages au Roi por savoir sa volente se sa venue li plaisoit; car lors tele estoit la costume que nus legaz nentroit en nul roiaume sanz le congie et le conduit le Roi. Aus prelaz meismes de Surie envoia il por cognoistre leur courages. Ne fu mie merveille sil se doutoit car par tout le monde estoit encore li scismes por ce que li un des prelaz se tenoient a la partie Alixandre li autre a son adversaire; car ce fu eu tens que la descorde nestoit mie encore finee. Len li manda quil ne venist mie avant jusque len eust conseil de lui recevoir. Li Rois fist semondre le Patriarche et touz les prelaz et des barons aucuns en la cite de Nazareth. Iluec pristrent conseil savoir se il recevroient ce legat ou non; car tuit li prelat de ces deus patriarchez Antioche et Jherusalem sestoient jusques a ce jor si contenu entreus deus que len ne savoit a laquelle partie il se tenoient; nequedent en leur cuers li un vousissent mieuz que Victors fust apostoiles et li autres que Alixandres. A ce parlement ou il furent assemble larcevesques Pierres de Sur et des autres assez qui a lui sacorderent donerent conseil que len receust le legat Alixandre; car cil avoit droit en la querelle porce que la mieudre partie des Cardonaus lavoit esleu. Li autre prelat contredistrent mout ce conseil et disoient que Victors seroit par droit apostoiles qui mout avoit touzjorz ame et deffendu le roiaume de Surie. Por ce ne seroit pas bien de recevoir ce legat encontre lui. Li Rois quant il oi ce descorde se douta mout que il neust grant trouble entre les genz de ses eglises; por ce eslut une moienne voie par le conseil de ses barons et manda a ce legat que se il vouloit venir au Sepuchre et en la terre come pelerins si quil neust nul signe de legat bien li plairoit quil i venist en ceste maniere car li legat ont en cele terre palefroiz blans et chapes roges come lapostoile; et demorast eu pais jusqua lautre passage: car lors voudroit il que il sen partist. Et li manda bien raison porque il disoit ce: car li scismes estoit granz et ne savoit len mie encore liqueus des deus en vendroit a bon chief; et por ce li Rois en ceste doute ne se vouloit metre en nule partie. Dautre part la terre de Surie navoit mie grant mestier de legat car les abaies et les autres eglises en seroient grevees. Cist consaus que li Rois ot fu li plus sains. Nequedent quant cil sires fu venuz avant li prelat qui furent coart et lasche le receurent come legat; si en furent puis si chargie et greve en maintes manieres que mout sen repentirent. En cele seison li cuens Amauris de Japhe ot un fil de Agnes sa femme qui fu fille le conte de Rohes. Li Cuens pria le Roi quil fust ses comperes; li Rois le fist volentiers et tint son fil aus fonz. Si ot non Baudoins. Aucuns li demanda apres que il donroit a son filluel qui estoit ses nies; et il respondi com cil qui mout estoit cortois et de beles paroles que il li donroit le roiaume de Jherusalem. Maintes genz qui loirent penserent a ceste parole et bien leur fu avis que ce estoit une prophecie que li Rois qui estoit encore juenes bachelers et avoit femme qui encore estoit einsi com enfes morroit sanz oir si que ses freres seroit rois apres lui et tout einsi avint il.

XXX. Coment li rois Baudoins secorut la terre dantioche.

Renauz li princes dantioche fu en la prison des Sarrasins. Toute la terre qui fu sanz deffendeur estoit en grant peor et en grant effroi. Li grant home du pais ne savoient que fere; car chascun jor cuidoient tout perdre. En la fin sapenserent que maintes foiz avoient il eu secors et aide du roi de Jherusalem; il envoierent a lui bons messages qui par letres que il porterent et par bouche li sorent bien deviser la grant mesaise et le perilleus estat en que touz li pais estoit. Doucement li requistrent que por Dieu et por senneur conseil et confort leur donast et que il venist la por atorner les aferes du pais selonc le besoing quil i verroit. Li Rois ot pitie de la gent dantioche et de la terre entor por la mesaventure qui sur eus estoit venue quant il perdirent leur seigneur. Bien se pensa que si ancesseur et il meismes les avoient maintes foiz secoreus a leur besoinz: por ce leur respondi quil iroit volentiers au pais et les conseilleroit a bone foi selonc son pooir. Li message li chairent aus piez et len mercierent en plorant. Li Rois atorna sa muete avec lui prist grant compaignie de chevaliers: sanz nul destorbier vint en Antioche. Mout i fu receuz a grant joie des hauz homes et du pueple. Il sejorna dedenz la ville tant que bien ot atorne toutes les aferes de la prince ausi leaument et par si grant cure com se ce fust ses heritages. A la Princesse dona une some davoir por despens que len li paioit chascune semaine dont ele pooit bien sostenir ennorablement soi et sa compaignie; apres leur dist li Rois que la baillie de la terre il leissoit au Patriarche jusque il revenist et leur comanda a touz que il feissent ce quil leur diroit. En ceste maniere se parti li Rois du pais et sen retorna en son roiaume. Li message lempereur de Costantinoble vindrent au Roi tost apres ce quil fu revenuz; haut home estoient de Grece et grant pooir avoient au palais. Li primerains estoit cousins lempereur et avoit non Gondostefanos; li autres estoit mestres des druguemenz du palais sages et privez de son seigneur loiaus es besoignes de lempire: cist avoit non Triphiles. Il aporterent au Roi letres saelees en or et paroles qui sacorderent tout a un. Li Rois fist lire les letres et puis les oi parler mout priveement. La some des letres fut tele: lempereres saluoit le Roi come son ami. Apres li disoit ces paroles: Saches tu cui je mout aime et qui mout as la grace de nostre empire com cil que nostre baron prisent mout et loent que la vaillant dame de que len doit touzjorz en bien parler Hyrene compaigne de nostre lit et de nostre hautece est trespassee de ceste siecle. Bien avons ferme esperance que li angle en aient portee lame devant Nostre Seigneur. Une seule fille nos est remese de li; mes se il plaisoit a Jhesu Crist nostre volente seroit bien que nos eussions oir male qui lempire tenist et governast apres nous; por ce nos avons maintes foiz parle et demande conseil de nous marier aus plus hauz homes de nostre palais; tuit se sont acorde a ce et a nos meismes plaist il bien que nos prenions femme de ton lignage; car tu es fins amis et loiaus de lempire. Por ce si te mandons et requerons que une de tes cousins nos envoies por estre empereriz laquele que tu mieuz voudras de ces deus ou la sereur le conte de Triple ou la mainz nee sereur le juene prince dantioche. Et nos te prometons bien que tele des deus que tu nos esliras espouserons sanz contredit et recevrons a compaigne de tele enneur que nules si granz nest en terre. Quant li Rois ot oies des paroles des letres et des messages grant joie en ot et mercia lempereur mout doucement de ce quil li fesoit si grant enneur en deus choses: lune estoit que il vouloit avoir femme de son lignage lautre que tant se fioit en lui que il metoit en son chois de prendre cele quil li voudroit doner. Aus messages fist bele chiere et bien dist que en ceste chose et en toutes autres se contendroit il loiaument vers lempereur.

XXXI. Du grant atirement que li cuens de Triple fist por sa sereur.

A ses plus privez amis li Rois prist conseil laquele de ces deus damoiseles il envoieroit a lempereur. Tuit sacorderent a lune. Lors fist apeler les messages et leur dist que sa volentez et ses consaus estoit que il preissent por femme a leur seigneur Melissent la sereur le conte de Triple qui mout estoit sage pucele et de grant biaute. Cil mercierent le Roi tant com il purent et receurent cele parole a mout grant joie par semblant. Nequedent il distrent bien que il leur covenoit envoier messages et letres a leur seigneur por mander ce que li Rois leur avoit dit. Lors fu li cuens de Triple mout liez et sa femme; granz ators et riches aornemenz apareillerent a cele pucele; li Rois meismes et tuit cil du lignage i mistrent du leur efforcieement si neis que len leur tenoit a outrage. Robes de riches dras de soie de maintes manieres i ot mout; escarlates pers verz et brunetes quistrent a trop grant plante; coronnes dor et de pierres ceintures nouches fermauz et aneaus apareillerent mout richement. Une autre maniere de joiaus i ot que les dames pendent a leur oreilles cil i furent riche et de grant coust; poz dor et dargent escueles granz et riches apareillerent mout; chaudieres paeles et touz outilz de cuisine firent granz et larges de fin argent; des lorains des selles et des riches sambues nestuet mie a parler; car trop i ot outraige grant et cousteus. Plus atornerent ces choses richement que il navoient onques mes oies ne veues faire por nules roines; mes cestoit por ce quele devoit aler en si noble pais com estoit li pais de Costantinoble. Li message de Grece remestrent en la terre et comencierent a enquerre ententivement des meurs et de la contenance a cele pucele qui devoit estre leur dame. Sovent la vouloient oir parler et la fesoient aler toute defublee. Messages envoioient a leur seigneur et maintes foiz receurent letres de lui tout celeement. Tant demorerent en tel chose que uns anz passa touz entiers que li Rois et li Cuens ne se savoient a que tenir de ce mariage. Lors firent venir devant eus les messages et si i furent assemble li autre baron du lignage a la damoisele. Li Cuens leur dit oiant touz quil ne vouloit plus estre entre deus de cele chose; aincois leur disoit bien outreement que il lessassent la parole qui comenciee estoit de ce mariage et li rendissent ses despens quil avoit fet par eus; ou il enmenassent sa sereur por espouser a lempereur si com il avoient promis. Sanz faille li Cuens ne pooit plus atendre car li greigneur baron du roiaume et de la prince dantioche sestoient sejorne a Triple grant piece du tens por estre a la muete de cele pucele. Cil avoient du Conte leur despens touz ou grant partie. Li Cuens meismes avoit fet faire .xii. galies mout beles et les avoit garnies de toutes choses; si avoit tenuz longuement touz les galioz au suen car il avoit en talent dentrer en ces galies et convoier sa sereur jusquen Costantinoble. Li message respondirent au Conte por delaier si com il soloient paroles douteuses ou il navoit point de certeinnete. Li Rois vit que il nen porroit plus trere; si ne vout plus atendre en ceste maniere aincois envoia celeement a lempereur un suen chevalier sage et bien parlant et viste; et li manda que sa volente li feist asavoir tout apertement de ce mariage. Au chevalier comanda que tost revenist. Cil sen ala et fist bien le message; puis sen retorna au Roi assez plus tost que len ne cuidoit; letres aporta de lempereur et paroles par que il manda bien que cele chose qui avoit este porparlee de lui et de cele damoisele ne li plaisoit pas ne ja ne si acorderoit. Quant li Rois oi ce mout fu corociez et honteus de ce que cil aferes estoit einsi remes de que la novele estoit coreue par toutes les terres; bien entendi que lempereres ne len avoit fet point denneur mes il ne le pooit mie amender a sa volente. Li message lempereur entendirent bien quil navoient mie la grace au conte de Triple et douterent quil ne leur feist ennui. Si eust il fet sanz faille se por le Roi ne fust; mes cil se mistrent en une nef assez petite; tout repostement sen passerent en Chipre. Li haut home qui assemble estoient sen departirent tuit honteus. Li Rois meismes qui avoit grant piece demore por cele chose sot bien que len avoit grant mestier de lui en la terre dantioche; si atorna son afere et sen ala vers ces parties. Quant il vint dedenz la cite dantioche il trova iluec les messages lempereur qui de Triple sen estoient parti. Il tenoient iluec paroles privees a la Princesse de marier sa fille mainz nee qui avoit non Marie a leur seigneur et mostroient ses letres saelees en or que il avoit ferme et estable ce que li message en feroient. La parole estoit ja tant alee avant que la mere si acordoit bien. Quant li Rois fu venuz ne fu pas droiz que len tenist cele parole sans lui. Au Roi descouvrirent tout leur afere. Il ne se looit mie de lempereur dendroit cele besoigne si avoit droit; mes por ce que la damoisele estoit sa cousine et navoit point de pere ne li vout pas destorber si haut assenement com de lempereur. Por ce si acorda et fist la chose mout bien asseurer; si que li message lempereur sen loerent mout. Lors ne demora gueres apres que les galies furent apareillees au port Saint Symeon la ou li fluns du Fer chiet en mer. La pucele leur fut bailliee a teus ators come len pot faire en si grant haste. Len envoia avec li des plus hauz homes et des plus sages de la terre dantioche por li mener et prendre la seurte de son doaire qui devisez estoit par les messages.

XXXII. De la mort la roine Melissent.

Quant li Rois se demoroit en la terre dantioche il ne vout mie estre oiseus ainz desirroit mout a amender lafere du pais: por ce fist refermer un chastel qui est pres dantioche entor .vii. miles en un leu qui a non le pont du Fer. Cele forteresce tint grant leu au pais por ce que li coreeur des Turs noserent plus aprochier cele part. Tandis com li Rois sentendoit a cele besoigne la bone roine Melissent sa mere qui longuement ot este en langueur et fu trop amegrie et atenuoiee de son cors morut .iii. jorz apres la feste Nostre Dame de septembre. La novele en vint au Roi qui mostra bien coment il lavoit amee a sa vie; car il en fist si grant duel par pluseurs jorz que riens ne len pooit reconforter. Li Baron sen merveilloient trop; car la bone dame avoit este si longuement en ceste enfermete dont ele ne pooit guerir que des pieca la tenoient il einsi come por morte. Mes li Rois la ploroit ausi freschement com sil leust lessiee toute saine Bien cuidierent cil qui la cognoissoient que par les bones oevres que ele avoit touzjorz fetes Nostre Sires eust mestier de same. Ele fu enterree au val de Josaphat si com len descent au sepuchre de la Vierge qui le fil Dieu porta a destre en une croute de pierre qui est aceinte par devant de verges de fer. Pres diluec a un autel qui fu establiz por same ou len chante touz les jorz messe des feeus Dieu por li nomeement.

XXIII. Coment li cuens de Triple greva les terres de lempire.

Li cuens de Triple ot mout son cuer dolent et enfle de la honte que lempereres li avoit fete de ce que il avoit einsi refusee sa sereur sanz raison apres les granz despens quil avoit fet por li; si ne finoit de penser en quele maniere il sen porroit vengier et grever sa gent et sa terre. Mes il sentoit bien que cil estoit plus puissanz de lui et que la guerre deus deus nestoit pas bien partie si len doutoit plus a coroucier. Nequedent porce quil li vouloit mostrer quil li pesoit de ce que len li avoit meffet et quil lamendast crueument sil poist il prist les douze galies quil avoit fetes: mes il cuida tele eure fu queles li deussent servir dautre chose; et les empli toutes de galioz bien armez et leur comanda au corouz quil avoit quil sen alassent en la terre lempereur sor la marine; et tant com il troveroient de sa gent oceissent sanz espargner femmes et enfanz vieuz ne juenes moines ne provoires; les villes robassent toutes puis boutassent le feu partout neis es moustiers; car il disoit que tant li avoit len fet de honte quil nen pooit encontre faire preu de mal. Li galiot sen partirent tuit lie por ce quil avoient congie de rober et de malfaire. Plus en firent assez quen ne leur avoit comande; trop ocistrent genz ardirent abaies et autres sainz leus; les pelerins meismes et les marcheanz qui venoient par la mer assailloient il et leur toloient toutes leur choses si que mainz en i ot morz de mesaise ainz quil poissent retorner en leur pais.

XXXIV. De la mort le roi Baudoin le tiers.

Si com vos avez oi li cuens de Triple fesoit faire granz maus et outrageus grevemenz en la terre lempereur. Li Rois qui estoit en Antioche avoit en costume que touzjorz encontre liver il prenoit poisons; car li baron de cele terre doutre mer souloient einsi leur nature descombrer. Mes par le conseil de leur femmes avoient acostumeement emprise une chose qui mout estoit perilleuse; car il ne parlassent ja de leur espurgement aus fisiciens aincois i avoit Juis et Sarrazins Samaritans et Suriens qui riens ne savoient de fisique et si donnoient poisons a touz les hauz homes de la contree. Li Rois meismes qui partir se vouloit du pais prist a cele foiz piles de la main a un mire le conte de Triple qui avoit non Barac. Lune partie en devoit porter por prendre apres et lautre partie devoit recevoir presentement. Len cuide quil eust venin dedenz ces piles; car la partie que il devoit apres prendre quant li Rois fu venuz a Triple et il fu malades len la dona a mengier dedenz une piece de pais a une lisse qui ne menja onques puis aincois fu morte dedenz le tierz jor. Li Rois des lors que il ot prise cele poison tantost chei en une fievre et ot avec ce une maniere de menoison que len apele dissintere; par ce fu si atenuoiez quil chei en etique de que il ne pot onques guerir ainz li dura jusqua la mort. Quant il senti que la maladie le grevoit il se parti dantioche et vint a Triple; iluec fu malades plus de deus mois. Chascun jor avoit esperance de son alegement mes quant il vit que la maladie croissoit et li cors li afebloioit encontre de la se fist porter jusqua Baruth et manda les prelaz du pais et touz les barons quil pot avoir. A touz pria que se il leur avoit meffet quil li pardonnassent por Dieu et que il priassent Nostre Seigneur quil eust merci de same. Devant touz dist apertement quil moroit en la foi Jhesucrist come bon crestien; touz les poinz et les articles si com il les creoit dist iluec mout bien et mout sainement. Ne demora gueres apres ce que lame sen parti. En ceste maniere trespassa de cest siecle li rois Baudoins lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .clxii. au vintiesme an de son reigne de son aage au trente troisiesme an. Ce fu au mois de fevrier lendemain de feste saint Agathe. Il navoit nul oir de son cors: li baron et li clergiez lemporterent diluec en Jherusalem mout ennorablement. De toutes les citez qui pres estoient des chastiaus et des villes acoroit touz li pueples por faire duel; ne le pooient porter plus de .iii. miles que la douleurs ne refreschist toute por les noveles genz qui i acoroient. Li criz et li pleurs estoit si granz par toute la voie que len le pooit oir de mout loing. Len ne trueve en nule estoire que nus si granz deus fust onques fez dun prince en sa terre; car il mistrent huit jorz a aler de Baruth en Jherusalem. Touz les jorz estoit la terre toute coverte des genz qui sescrioient quant il passoit; des montaignes meismes descendoient les granz routes des Turs qui se metoient en la route des noz gens et fesoient greigneur duel que il sanz faintise. Quant il parvint en la sainte cite riens ne porroit penser la doleur qui i fu. Enterrez fu en leglise du Sepuchre au devant Monte Calvaire entre ses ancesseurs ou Nostre Sires Jhesucrist soffri mort por nous sauver. Assez fu ennorez li cors a la mort; et bien devons croire que lame fu ennoree devant son createur. Tandis com li pais estoit si troublez par la mort a si bon prince aucun des Turs vindrent a Noradin qui estoit pres diluec et li distrent que li roiaumes navoit or point de chevetaine; et li Baron estoient si ententif a fere duel que se il vouloit entrer dedenz la terre mout i porroit fere grant gaaing: que ja ni troveroit point de contredit. Il respondi que ce ne feroit il en nule maniere; car toutes genz devoient avoir grant pitie des Crestiens qui ploroient leur seigneur quil avoient perdu et bien le devoient faire; car nus si bons princes nestoit remes en terre.


LI DIZNUEVIEMES LIVRES

I. Du coronement le roi Amauri.

Remes estoit uns freres le roi Baudoin qui avoit non Amauris dont vos oistes parler desus: il estoit cuens de Japhe et descalonne. Il navoit autre oir en la terre car li rois ses freres not onques nul enfant de sa femme. Grant descorde comenca a sordre entre les barons de la terre; car il en i avoit de teus qui disoient que cil Amauris ne devoit mie estre oirs; li autre se tenoient a lui et leur sembloit que ce estoit sa droiture. Granz troubles dut venir entreus par ceste achoison; mes Nostre Sires regarda le pueple par sa pitie et mout sentraveillerent li prelat du pais coment la pais i fust mise. Et fu cil Amauris coronez en leglise du Sepuchre par la main Amauri le patriarche qui le corona mout ennorablement par accort darcevesques et devesques et de tout le clergie. Bien le voudrent li plus des barons maugre aus autres cui il ne plot mie. Ce fu fet lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .lxiii. eu mois de fevrier quatre jorz devant la feste monseigneur saint Pere quant li tens de ver comence. Li anz estoit seissante deusiesmes que la citez de Jherusalem avoit este conquise de nostre gent. Lors estoit Alixandres apostoiles; Amauris patriarches de Jherusalem; Aimeris patriarches dantioche; Pierres arcevesques de Sur. xxvii. anz avoit li rois Amauris quant il fu coronez. Des lors que il fu chevaliers noviaus ot il la conte de Japhe; apres li donna ses freres li rois Baudoins cele noble cite descalonne quant ele vint au pooir de la Crestiente.

II. De la maniere le roi Amauri.

Amauris li rois fu sages hom et bien porveanz es choses du siecle. Un petit avoit la langue empeeschiee si quil bauboit aucun pou mes ne li mesavenoit mie. Mieuz savoit doner un bon conseil quil ne contast une parole. Des costumes par que li roiaumes estoit governez savoit plus que nus des autres barons. Les plez qui venoient devant lui savoit si bien finer par droit et par raison que tuit sen merveilloient. Maintes foiz fu en granz besoinz et en granz perilz de son cors par les guerres quil maintenoit por acroistre le pooir de son roiaume sur les anemis Nostre Seigneur; mes touzjorz estoit sages et apensez sanz peor et sanz effroi; si que il semonoit ses genz de bien fere par oevre et par parole. Letres savoit mes ne mie tant com en sot li rois Baudoins ses freres. Mout avoit bon sens et longue remembrance; toutes les foiz quil avoit loisir ne finast ja de faire demandes a ceus qui savoient de clergie; en livres regardoit mout volentiers estoires amoit a lire et a oir plus que autres escriptures. Ce quil savoit une foiz retenoit touzjorz. Meurement se contenoit; navoit cure de la vanite de jugleeurs ne dautres menestereus qui les vanitez content; jeus de tables ne li plaisoit point: merveilles se delitoit a veoir voler ostoirs faucons et espreviers. Gras estoit un pou trop; mes ne lui grevoit gueres soffrir chaut ne froit. Les dismes de ses terres rendoit volentiers et enterinement et les fesoit rendre par sa terre si com levangile le comande. La messe et le servise Nostre Seigneur ooit touzjorz et bien i entendoit se il nestoit destourbez par maladie ou tresgrant besoing ne le hastast. Maudicons et mesdiz que len disoit maintes forz de lui car ce ne pueent mie legierement eschiver ceus qui tiennent les granz leus il les passoit mout legierement; mes maintes foiz les ooit il a basses genz dire que ja nen feist semblant. En boivre et en mengier estoit si temprez et si mesurables que nule foiz nen fesoit trop. Ses bailliz et ceus qui sentremetoient de faire son despens creoit tant que nules foiz ne vouloit oir ses contes; et se len li disoit que cil nestoient mie loial gent nen vouloit nului escouter. Nequedent aucunes genz li tenoient ceste chose a mal et a folie; li autre disoient quil le fesoit de gentil cuer et de loial. En lui avoit de teus costumes qui ces bonnes teches oscurcisoient; car il se teisoit plus quil ne li avenist; si que la cortoisie que ses freres avoit eue de bel aresnier la gent nestoit mie en lui. Ja naresnast nului se par force ne li convenist a fere; si en fu plus blasmez por ce que ses freres en avoit este mout loez de bel parler a la gent. Du pechie de son cors fu trop lasches et trop abandonez; si que maintes foiz selonc ce que len disoit pechoit en femmes mariees. Contre la franchise de clers et de Sainte eglise mesprenoit pluseurs fois; car il prenoit de leur choses sanz raison et contre droit; si que desouz lui furent en maintes granz soffretes. Convoiteus estoit plus quil naferoit a roi et volentiers prenoit services de ceus qui devant lui avoient afere; sovent en delaioit la droiture por les dons quil en avoit. Nequedent quant il estoit blasmez de ces choses il sen escusoit en ceste maniere: car il disoit que chascuns princes meesmement rois se doit touzjorz tenir au dessus si que il ait assez richeces pour deus choses. Car tuit cil qui sont en son pooir sont en greigneur seurte quant leur sires est riches por ce que si anemi ne li osent movoir contens; et se besoinz li sourt il a bien dont il se puisse aidier et deffendre: car quanquil a espargne doit estre mis es preuz du roiaume. Ceste chose fu bien en lui que nus hom ne fu oncques plus larges de faire granz despens quant il le covenoit a faire. Mes apres ce quil avoit despendu largement bien sen revenoit par ceus de sa terre; se il trovoit achoison par que il preist assez du leur.

III. Coment larcevesques Guillaumes de Sur mostra par raison quil seroit autres siecles.

De cors fu assez granz par raison car il estoit mendres des tresgranz et plus hauz de ceus qui meien estoient. Visage ot cler et bien fet parque bien sembla haut home. Maintes foiz en fu coneuz a roi de ceus qui onques mes veu ne lavoient. Les euz ot biaus et auques gros le nes grandet ausi come ses freres. Les joes et le menton ot bien vestues de barbe a la constume qui lors coroit. Quant messages li venoient destranges terres et de lointaing pais volentiers parloit a eus et leur demandoit les us et les contenances de leur gens. A demander ce quil ne savoit des jugemenz Nostre Seigneur metoit volentiers entente grant quant il avoit clers qui dire li seussent. Dont il avint une foiz que il avoit une fievre tierceine feblete et demoroit au chastel de Sur. Au jor quelle ne li tint mie il fist venir devant soi Guillaume qui fu arcevesques de Sur et ceste estoire mist en latin et bien sentendoit en clergie. A celui fist maintes demandes de choses qui a la divinite apartenoient. Entres les autres li demanda ceste: Je croi bien fist il certeinnement touz les articles de nostre foi si come len dist en la Credo; et bien croi que apres ceste vie qui faut en cest siecle en sera une qui durra touzjorz en lautre siecle si come nostre foi le dist: mes mout sauroie volentiers raison parque len puisse ce prover que il soit einsi. Cil qui estoit bons clers et maintes escriptures avoit entendues li respondi que Nostre Sires dist en levangile que il vendra jugier les vis et les morz et dira aus bons: Venez et prenez le roiaume qui vos est apareilliez des que li mondes fu fez; aus pecheurs dira: alez au feu perdurable qui est apareilliez au deable et a ses compaignons. Et messires saint Peres dist en sa seconde Epistre que Nostres Sires estoie les maus homes a tormenter au jor du Jugement. A ce li respondi li Rois qui mout estoit de bon sens: Je sai bien que levangile en parole certeinnement en mainz leus et li saint home qui firent les Escriptures de nostre foi dient apertement que li bon auront apres ceste vie joie perdurable; li mal seront sanz fin en peine et en torment: mes se je parloie a genz mescreanz qui ne recevoient mie ne ne croient nos Esriptures je sauroie volentiers raison bone parque je leur poisse mostrer sanz tesmoing descripture que une autre vie sera et un autre siecle apres cestui. Li preudom li respondist: Ce vos mosterrai je bien se vos voulez a droit respondre. Or soiez en leu a un de ces mescreanz et me respondez si com il feroit: Vos savez bien que Dieus est. Cest bien voirs dist li Rois. Il a touz les biens en lui: autrement ne seroit il mie dieus se il failloit en lui aucuns biens; car de lui viennent li bien: donques est il droituriers donques rent il bien por bien et mal por mal; autrement ne feroit il mie droit. Li Rois li dist: De ce ne dout je mie que il est einsi. Cil Guillaumes ala avant: Vos veez bien fist il que ce ne fet il mie par tout en cest siecle; car li preudome suefrent en ceste vie maintes povretez et torz et mesaises que len leur fet sovent. Li mal home sont riche et poissant; aises ont et deliz en maintes manieres. Mout leur plaist a faire mal et leur en cheit bien des mauvaises oevres faire en cest monde: donques veez vos bien que Nostre Sires ne fet mie en ceste siecle son droit jugement. Or sachiez donc que il le fera en lautre car autrement remendroit li biens sur les maus homes et li maus sur les bons; donques sera il uns autres siecles ou cil qui bien auront fet recevront bon loier et li autre comparront leur males oevres de cestui siecle. Quant li Rois oi ce si ot mout grant joie et dist que contre ce ne se porroit nus deffendre que il ne soit apres ceste vie un autre siecle si com les Escriptures le dient. Or leissons a parler de ceste chose por deviser de quele maniere cist rois estoit. Si com je vos ai dit il estoit cras si neis que les mameles li pendoient jusque vers la ceinture ausi come a une femme. Mes il navoit mie celle gresse de trop grant viande prendre; car en boivre et en mengier estoit il mout temprez et de grant astenance.

IV. Coment li rois Amauris fu premierement mariez.

Tandis com ses freres vivoit encore et governoit le roiaume et bien et bel Amauris espousa femme Agnes la fille Jocelin le juene conte de Rohes. Il en avoit .ii. enfanz: Baudoins que li Rois ses oncles leva de fonz et Sebile qui estoit ainz nee qui einsi ot non por la contesse de Flandres qui estoit leur suer. Nequedent iceste femme li fist len forsjurer tandis com il demandoit par heritage le roiaume de Jherusalem. Car des le comencement quant il la prist fu ce bien contredit de par le patriarche Fouchier por ce quil sentrapartenoient en quart si come li preudome du lignaige le jurerent puis: car devant la presence le patriarche Amauri et si estoit la Jehanz li prestres cardonaus de Saint Jehan et de Saint Pol legaz lapostoile cil mariages fu acusez et prouvez li lignages et par jugement furent desevre. Nequedent bien fu dit devant le sepuchre Nostre Seigneur que li enfant qui deus deus estoient ne seroient droit oir et loial en lheritage. Une preudefemme estoit abaesse de leglise Sainte Marie la Majeur qui est en Jherusalem devant le Sepuchre Nostre Seigneur; cele avoit non Tiefaine et fu fille le viez conte Jocelin de Rohes de la sereur Rogier le fil Richard qui fu princes dantioche. Ele estoit ja de grant aage mes bien sot conter coment li rois Amauris et cele Agnes sentrapartenoient et le contoit einsi: Baudoins de Borc li seconz rois de Jherusalem de cui bonte je vos dis desus et Jocelins li vieus qui assez fu preudom furent fil de .ii. sereurs. De Baudoin fu nee la roine Milessent de Milessent nasqui cist Amauris; de lautre part de Jocelin le viel issi Jocelins li juenes et de celui ceste contesse Agnes; porque li mariages ne pot estre deus .ii. Quant il furent desevre aincois que li rois Amauris eust prise autre femme la dame se maria a un mout vaillant home Hues dibelin ot non et fu filz Balien le viel; et quant cil fu morz a la vie le roi Amauri ele prist autre seigneur Renaut de Saiete le fil Girart; mes ne fu mie li mariages loiaus car cil Girarz jura le parente puis si com il lavoit oi dire a ses ancesseurs et furent desevre.

V. Coment li rois Amauris guerroia premiers en Egypte.

Quant li roiaumes fu otroiez et confermez de touz les barons au roi Amauri au premerain an li Tur degypte ne li voudrent paier un treu de grant some davoir quil avoient promis au tens son frere; por ce covint que il assemblast genz assez. Et vint efforcieement en Egypte au comencement de septembre: ce fu ses premiers oz; por ce se pena de faire son pooir de bien guerroier. Li soudans degypte qui avoit non Dargan assembla grant plante de gent a armes et sen issi contre le Roi jusque es deserz par ou il venoit: les batailles assemblerent mes ne dura gueres li contenz ne la mellee; car li Tur furent desconfit et se partirent du champ honteusement. Des leur perdirent assez qui furent ou mort ou pris; li remenanz se feri en une cite qui pres estoit quon apele Belbes: iluec se receut li Soudans. Cil degypte orent grant doute que li Rois qui desconfiz les avoit ne vousist entrer en la terre bien et parfont et fere de tout le roiaume sa volente: si ne virent autre conseil que ce: tantost corurent aus terraus et aus rives qui tenoient le flun du Nil et les depecierent. Li fluns estoit ja creuz si com est sa costume si sespandi par les leus ou li Rois devoit passer en tel maniere que la terre degypte fu close et garantie. Quant li Rois vit ce qui bien ot fete sa besoigne en sa premiere emprise sa gent fist metre au retour et sen revint en son roiaume. Icist Dargan dont je vos ai parle estoit baillis au Calife des terres degypte et le clamoit len soudan; mes navoit gueres de tens passe que il avoit un autre puissant home de sa loi qui avoit non Savar gite de cele baillie que par force que par barat. Cist en estoit mout corouciez et sen estoit alez en Arabe dont il estoit nez por demander aide et conseil a ses parenz. Icil avoit atendu la fin de la bataille entre le roi et Dargan son adversaire; et quant il oi que li Rois sen estoit venuz por ce quil ne pot passer en Egypte bien aparut que Dargan li soudans estoit plus orgueilleus quil ne soloit de ce quil avoit einsi sauvee la terre contre si grant prince. Bien vit que ne seroit mie legiere chose de lui tolir son grant pooir. Lors sen ala a Noradin le roi de Damas qui pooit plus avoir genz que nus de ses voisins. A celui pria quil li aidast encontre Dargan; granz dons li dona et greigneurs li promist se il pooit recovrer la seigneurie degypte. Noradins qui sages estoit et clairveanz en granz aferes se pensa que se li oz de sa gent pooit entrer une foiz en Egypte nen seroit mie legiers a giter hors aincois porroit bien conquerre tout le pais a son oes. Por ce sacorda legierement a ce que Savar li requeroit; les dons prist que cil li aporta des covenances et des promesses le lia bien; genz li bailla assez preuz et bien armees; son connestable li bailla por chevetaine qui mout estoit preuz chevaliers et esprouvez en maintes besoignes desirranz daquerre los et pris; larges estoit sur touz homes amez de chevaliers plus que hom qui lors vesquist Syracons avoit non. Ja estoit tous viellez petiz de cors et mout gras: cist fu nez de basses genz qui estoient home de cors; mes par son sens et par sa proesce monta tant quil fu granz princes en Turquie. En lun des euz avoit une maille. Soif et fain froit et chaut et toutes manieres de travaus soffroit plus que nus autres chevaliers. Dargan oi la novele que ses anemis venoit sur lui atout grant plente de Turs; si ot peor que il ne recovrast le pooir dont il lavoit gite car il navoit mie grant fiance en la gent degypte qui trop estoient mol et mauvais en armes. Ses messages envoia au roi Amauri et li pria mout doucement quil li aidast a deffendre la terre degypte contre ces genz qui venoient sur lui. Treuz li promist ne mie seulement celui que li rois Baudoins ses freres soloit recevoir de la terre mes trop greigneur et bien le voloit asseurer par bons ostages que li roiaumes degypte li seroit mes touzjorz sougiez et obeissanz a fere sa volente.

VI. Coment Pierres larcevesque de Sur morut.

Pierres li arcevesques de Sur qui avoit este bons prelaz et loiaus morut en cele seison le premier jor de marz. Ne demora gueres apres ce que par la volente et par la priere le roi Amauri fu mis en son leu levesques Ferris dacres qui estoit nez de Loheraine; mout gentius hom granz de cors bien amez de chevaliers: letres savoit petit. Li messages Dargan parlerent au Roi si com je vos ai dit. Li Rois sestoit auques acordez a fere ce quil requeroient por ce que ne li desplesoit mie sil pooit aidier a grever les uns de ses anemis par les autres. Mes aincois que li message sen poissent retorner a leur seigneur Savar et Siracons furent descendu en la terre degypte et leur gent furent espandues par le pais. Dargan leur vint encontre a tant de chevaliers com il pot avoir. Il trova ceus qui par orgueil et par bobanz ne deignoient mener leur genz en conroi. Il assembla a eus et en ot le meilleur. Grant domage leur fist de genz et de chevaus puis se retrest arriers. Cil virent quil orent perdu par leur folie; si ralierent leur genz et les mistrent en bataille por combatre de rechief; mes il avint quant Dargan chevauchoit par lost que ne sai liqueus de sa gent treist une saiete et le feri parmi le cors; si fu mors tantost mes len ne sot onques qui locist. Lors fu Savar touz sires car il ne trova qui contenz li meist a fere sa volente. Tantost sen vint au Cahere. Touz ceus que il trova du lignage et de la partie Dargan fist ocirre et fu soudans de rechief si com il avoit este. Bien est voirs que li granz sires degypte cest li califes et que desouz lui est li soudans qui que il soit; mes a celui ne chaut gueres qui ait cele baillie porque il li obeisse du tout et cil remaigne en ses deliz et en ses eises hors de noise. Siracons mena tout droit le suen ost a la cite de Belbes; il lassist et comenca fierement a assaillir. Bien fist semblant et duevre et de parole que se il pooit prendre cele cite ne les autres degypte volentiers les conquerroit a son seigneur maugre le Soudan et sur le pois au Calife. Savar se comenca a apercevoir de ce et douta mout que ses ostes que il avoit amene en sa terre ne li feist ennui aincois quil se vousist partir du pais. Pour ce sitoit com il pot envoia ses messages au roi Amauri et li manda que li venist aidier car il estoit prez de tenir les covenances que Dargan qui morz estoit li avoit promises et pardesus cez li donroit encore graindres choses. Li message lasseurerent bien de ces promesses si que li Rois se conseilla aus barons et tantost assembla ses oz. Au secont an de son regne sesmut por aler en Egypte. Savar li vint a lencontre i toute la seue gent et sen alerent tuit ensemble tout droit a la cite de Belbes que Siracons avoit ja prise et se demoroit dedenz come en la seue. Iluec lasistrent; cil se deffendi mout bien mes tant fu lons li sieges que viandes faillirent a ceus dedenz; lors envoia messages a ceus dehors et firent teus covenances entreus que cil qui assis estoient leur rendirent la ville et sen alerent tout sauvement par la voie des deserz jusqua la cite de Damas.

VII. Coment li Crestien firent grant domage a Noradin.

Noradins se demoroit es parties de Triple au leu que len apele la Bouchie; en si grant orgueil estoit montez des beles aventures qui avenues li estoient que bien li sembloit que riens ne li poist nuire; por ce se gardoit mauvaisement si en receut grant domage; car en ele seison estoient venu por pelerinage en Jherusalem dui haut home du roiaume de France de la terre daquitaine: li uns avoit non Gefroiz Marteaus freres estoit le conte dangolesme; lautre clamoit len Hugo de Lezignan en surnon estoit apelez li Bruns. Quant cist dui grant seigneur orent este en cele sainte cite a sejor et visite les Sainz leus porque il estoient issu de leur pais et avoient la mer passee ne demorerent gueres puis ainz sen alerent vers Antioche. Bien sorent le covine que Noradins sejornoit entor les parties de Triple au leu que je vos ai nome; la tenoit son ost en si grant seurte que il ne se gardoit de rien. Cil dui preudome que la estoient venu et autre chevetaine de la Crestiente qui estoient en Antioche assemblerent tant de gent com il porent avoir celeement. Tandis com li Tur ne sen prenoient garde il leur corurent sus et tant en ocistrent que touz li pais fu jonchiez des morz; de si grant ost com estoit la assemblez en eschaperent mout pou. Noradins meismes qui si estoit orgueilleus sen eschapa a grant peine sur une jument un pie deschaucie; honteusement senfoi par grant peril. Li nostre gaaignierent tant chevaus et richeces de maintes manieres que li plus povres en ot assez. Lors sen retornerent a grant joie vers la terre dantioche. Avec ces deus barons que je vos ai nomez furent chevetaine de cele chevauchiee li comanderres du Temple en ces parties: Gileberz de Laci avoit non nez dangleterre; hauz hom et bons chevaliers et Roberz Manseaus qui menoit la route des Galois et autre chevalier du pais qui nestoient pas si renome.

VIII. Coment Noradins desconfist les Crestiens.

Partiz sestoit Noradins de ceste terre mout desjuglez et grant corrouz en avoit en son cuer; et por ce quil ot grant talent de soi vengier envoia messages a ses voisins sitost com il pot; touz ses amis requist quil li aidassent. Not gueres puissant home en toute la terre que len apele le Levant qui ne fust requis de par lui par loier ou par priere. Ne demora pas que il ot assemble trop grant pueple de genz a cheval et a pie et sen vint au chastel de Harenc que nostre gent tenoient en la terre dantioche. Tantost lassist de toutes parz; ses engins fist giter et sa gent assaillir mout efforcieement si que cil dedenz ne pooient avoir repos de jorz ne de nuiz. Nostre baron quant il oirent ce sassemblerent tuit. Il i fu Buiemonz li tierz filz Raimon et princes dantioche; Raimonz li juenes cuens de Triple filz le conte Raimon; et Calamanz cousins lempereur Manuel et ses baillis en la terre de Cilice; et Toros li puissanz princes des Ermins. Icist concueillirent toute la gent quil porent avoir et mistrent toutes leur batailles en conroi; si sadrecierent por aler la ou Noradins estoit car il le vouloient lever du siege. Noradins oi bien la novele par bones espies quil avoit; lors prist conseil aus autres barons de Turquie qui avec lui estoient; tuit sacorderent a ce quil nestoit pas seure chose de combatre a ceus qui venoient; por ce se deslogierent et se partirent du siege. Li nostre qui virent que leur anemi les doutoient tant senorgueillirent trop. Grant chose avoient fete de leur chastel delivrer du pooir a si puissant home; mes ne se tindrent mie apaiez aincois comencierent a porsivre folement ceus qui sen aloient devant eus. Pres estoient de leur anemis et ne se deignerent tenir en conroi; ainz ne finoient de corre et recorre parmi les plains. Li Tur sen pristrent bien garde et tant atendirent que li nostre se mistrent en un pas mout estroit; car il avoit granz paluz et mareschieres deca et dela: lors firent soner trompes et tabors et se ralierent mout isnellement tuit ensemble et puis corurent sus a ceus qui sestoient la folement embatu; tantost les desconfirent. Doutez les avoient mout premierement; mes apres les tindrent por fous et les escharnirent. Ni ot onques celui des noz qui rien feist darmes ne qui se deffendist; aincois comencierent tantost a giter les espees jus et tendre les mains et crier merci que len ne les oceist pas. Trop se contindrent en ce leu chetivement et sanz enneur. Toros li Ermins ne sestoit mie acordez que il les sivissent ainz avoit mout loe touzjorz que il sen retornassent. Et quant il vit que li nostre estoient desconfit a tel meschief il feri des esperons arriers et sen eschapa du peril. Tuit cil qui remestrent en la place furent mort ou pris. Buiemonz li princes dantioche Raimonz li cuens de Triple Calamanz li baillis de Cilice Hues de Lezignan li tierz Jocelins filz Jocelin le secont qui fu cuens de Rohes et assez des autres gentius homes se rendirent jointes mains a leur anemis. Il orent les mains liees derrieres les dos et en furent mene mout honteusement en la cite de Halape ou li pueples des mescreanz les escharni mout et fist assez honte. La furent mis en mout cruel chartre. Noradins qui mout fu reconfortez de nostre mesaventure vit bien que il avoit pris tout le pooir de cele terre et quil ni avoit remes nului cui il poist douter: por ce sen revint au chastel de Harenc quil avoit premierement assis: de sa gent laceint de toutes parz et fist assaillir si asprement en maintes manieres que il le prist dedenz brief tens. Cette chose avint tandis com li rois Amauris demoroit en Egypte lan de lincarnacion Nostre Seigneur Jhesucrit .m. et .c. et .lxv. le jor de la feste saint Lorent.

IX. Coment li cuens Tierris de Flandres sen ala en la Sainte terre.

En tele maniere estoit li estaz de la terre doutre mer desconfortez a ce tens que il ne pooient veoir chose en que il eussent point desperance; aincois doutoient que pis ne leur avenist de jor en jor por ce que leur anemi qui pres estoient deus avoient grant pooir et il estoient foible et desgarni. Mes ne demora gueres apres ce que une novele leur vint qui grant joie leur mist es cuers: car li cuens Tierris de Flandres serorges le Roi et sa femme qui mout estoit bone dame et religieuse arriverent en la terre et amenerent assez de bones genz avec eus. Mout en furent lie par la terre por ce que il orent ferme esperance que par laide de ceus qui venu estoient se poissent deffendre et contretenir jusque li Rois fust retornez degypte ou il estoit. Mes la joie quil en orent leur torna en mout pou de preu; car Noradins qui bien ot fete sa volente de noz barons et fu montez en grant fierte vit bien que toute la terre de Surie estoit en ce tens sanz conseil et sanz aide; car li Baron estoient en sa prison et li Rois demoroit en Egypte atoutes les meilleurs genz de la terre. Por ce se pensa que il ne seroit mie oiseus. Tandis come les choses estoient en tel point si emprist en son cuer quil asserroit la cite de Belinas: cest une mout ancienne citez qui siet au pie de cele renomee montaigne que len apelle Libane. Eu tens que li fil Israel vindrent en la terre ele estoit apelee Dan et estoit la bone de leur heritage en la partie devers Bise einsi come Bersabee estoit lautre bone devers Midi. Por ce dist lescripture quant ele vuet deviser le lonc de la terre de promission quele duroit de Dan jusqua Bersabee. Apres ce au tens Phelippe li ainz nez filz Herode qui fu rois de Yture et de la region de Traconite si come sainz Luques dist en levangile il amenda mout cele cite et la fist croistre. Lors li chanja son non et la fist apeler la Cesaire Phelippe por enneur et remembrance que Tiberes Cesar estoit lors empereres du monde. Li droiz nons quele a ore si est Paneas; mes nostre Francois qui ne sevent nomer les choses a droit selonc le latin lapelerent par mesprison Belinas; si li est cist nons remes. Devers sa partie dorient li siet la terre de Damas. Pres diluec sont .ii. fontaines: lune a non Jor et lautre Dan dont sourt li fluns Jordain. Cette cite vint asseoir Noradins et la trova bien garnie de touz estovoirs fors que de gent. Onfroiz du Toron li connestables qui sires en estoit par heritage demoroit avec le Roi en Egypte; levesques meismes de la ville estoit hors. Une grant pestilence et mortalitez avoit este en la terre qui mout avoit le pueple amenuisie. Noradins fist perrieres et mangoniaus drecier entor qui gitoient de jorz et de nuiz aus tors et dedenz la ville. Apres quant il vit la mauvese contenance des citeiens il fist conduire les mineeurs jusquau mur: cil qui dedenz estoient sesmaierent mout et firent tant que len parla de pais: la covenance fu tele que il sen alerent a sauvete et toutes leur choses emporterent. Noradins receut la cite sanz plus de contredit: ce fu fet lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .c. et .lxvi. le secont an du regne Amauri au mois doctoivre le jor de la feste saint Luc levangeliste. Quant li Conestables se parti de sa cite por aler en Egypte il bailla sa cite a garder a un suen chevalier qui estoit ses hom liges Gautiers de Quesnoi avoit non. Len dit que cil ne mist mie tel peine en deffendre la ville come il deust. Ce ne sai je se il le fist de mauvestie ou de malice car len fist entendant au Conestable que cil et uns prestres qui avoit non Rogier chanoines de la cite avoient fet plet aus Turs et leur rendirent la ville por avoir. La sospecon de ce crut mout car quant Onfrois du Toron revenoit de lost cil dui ne loserent atendre ainz senfoirent. Nequedent la certeinetez ne fu mie tresbien seue; mes voirs fu toutes voies que li Tur orent la cite de Belinas.

X. De la delivrance le prince dantioche.

La chose aloit einsi mauvesement en la terre de Surie. Li rois Amauris qui avoit Siracon chacie fors degypte et Savar conferme en sa baillie et en son pooir sen retornoit en son roiaume atoute sa gent qui sestoit bien contenue en cette besoigne. Bien avoit oi les noveles de ces granz mescheances qui avenues estoient au pais tandis com il estoit hors. Cil dantioche orent envoiez leur messages a lui qui mout piteusement li prierent que il sen alast vers eus hastivement; car si estoient a grant meschief que bien avoient mestier de conseil. Li Rois prist avec lui le conte de Flandres et sen alerent la tout droit por reconforter ceus de la terre qui trop estoient en grant esmoi. Tant demora au pais que les besoignes de la prince devisa mout bien et atorna sagement; toutes les bones villes fist garder la ou il avoit fortereces et loiaus baillis mist par la terre por garder les rentes et por recevoir; greigneur entente mist a ce que ces choses alassent en preu que il ne fesoit en la seue terre. Aus amis le Prince parla quil se traveillassent vers Noradin coment il fust mis a raencon et fist tant quen cel este de cel an meismes il fu raens par grant avoir qui donez en fu; si que il ne demora pas plus dun an en la prison. Li Princes quant il fu retornez en Antioche ne fu mie pareceus de sa besoigne fere. Il avoit bailliez aus Turs bons ostages por sa raencon: mout fu angoisseus coment il les porroit delivrer. Tantost sapareilla et mut por aler a lempereur de Costantinoble qui avoit novelment prise a femme Marie sa sereur. Cil le receut mout bel et grant joie li fist; de son avoir li dona largement si que li Princes ni demora gueres ainz sen revint touz riches en Antioche. Maintes genz semerveillerent de Noradin qui estoit si sages et si porveanz de son afere et mout avoit grant gloire de tenir noz riches homes en sa prison coment il leissa sitost aler le prince dantioche. Il le fist por deus raisons: lune fu que il dotoit mout a corocier lempereur Manuel qui estoit ses voisins riches et puissanz; si cremoit que cil ne li demandast en don ce prison qui ses serorges estoit et il ne li osast veer aincois le delivrast lors por neant; por ce le leissa finer quil ne vouloit mie que cil granz hom len priast. Lautre raison fu que cil princes estoit juenes hom qui mout ne savoit pas encore de ses aferes atirier ne en pais ne en guerre; si douta que sil le tenist longuement en prison cil dantioche par le conseil Amauri le roi meissent en son leu un preudome sage et bon guerrier qui grevast les Turs en ses marches. Por ce vout mieuz cestui lessier aler qui de sa terre ne li seust mie fere tant de mal com cil feist. En cele seison qui lors estoit Siracons dont je vos ai parle maintes foiz qui mout estoit preuz et esveillez de porchacier le mal a la Crestiente sen vint en la terre de Saiete. Iluec assist un chastel trop fort qui nestoit pas prenables len lappeloit la Cave de Tiron. Si com il estoit sages et mal veziez len cuide quil feist parler a ceus dedenz et leur donast de son avoir; car il li baillierent tantost le chastel que nule force ni soffrirent. Bien sembla que il le feissent par traison por ce que sitost com il issirent diluec tuit sen alerent devers les Turs fors seulement le chevetaine qui fu trovez au pais; ne demora gueres apres ce que il en fu menez a Saiete et tantost fu penduz. En cel an meismes li rois Guillaumes de Sezile fu morz qui mout avoit este preudom: il fu filz le roi Rogier. Siracons qui bien ot fete sa besoigne de la Cave de Tiron sen ala a un autre chastel qui ne pooit estre pris par force: il seoit outre le flun Jordain en la marche darabe. Siracons lassist: li Rois qui loi dire assembla genz assez por le secorre. Ja sestoit logiez outre le flun a tout son ost mes iluec li vindrent noveles que li Templier qui li chastel avoient en leur garde lavoient ja rendu aus Turs sanz ce que a nul meschief il nestoient ne point de mesese il navoient sofferte. Quant li Rois loi dire trop en fu corociez et doulereus si neis que il en estoit einsi come touz hors du sens. Tant fist cerchier que il trova douze des templiers qui ce chastel avoient rendu; tantost les fist pendre. En si grief estat com je vos ai dit estoit la terre de Surie en cel tens qui estoit li tierz anz du regne le roi Amauri. De toutes parz estoit la terre en peril car li Tur estoient entor eus enforcie et puissant. La Crestiente estoit afebloiee et grevee en maintes manieres.

XI. Coment li califes de Baudas envoia tuer la calife degypte.

Une novele corut lors par tout le pais que cil maus adversaires de la Crestiente Siracons avoit assemble si grant plante de Turs que len navoit mes pieca veu greigneur ost. Touz li pooirs de la terre du Levant et de la paienime qui est en la partie devers Bise estoient avec lui. Il sen vouloit atoute cele gent descendre au roiaume degypte. Il estoit voirs einsi com la renomee le disoit: car Siracons qui trop savoit de mal estoit alez novellement au souverain prince de touz les Sarrazins cest li califes de Baudas. Quant il fu la venuz il laora mout longuement si com est leur costume; puis beisa la terre desouz ses piez et le salua mout humblement. Apres li comenca a dire de la terre degypte que mout estoit riche et planteive de toutes manieres daises et de deliz; rentes i avoit trop granz des paages et des treuz que len cueilloit de diverses marcheandises qui venoient par la mer et par la terre: les genz du pais ne savoient rien darmes aincois estoient norri si delicieusement quil ne povoient soffrir nul travail aincois les troveroit len en toutes besoignes mous et lasches. Si disoit que mout estoit granz hontes de si mauvais pueple qui si longuement avoit este encontre lui et encontre ses anceseurs en tel maniere que il avoient fet en despit de lui autre calife de cui il ne disoient mie seulement quil fust ses pareus aincois afermoient tout apertement que il valoit assez mieuz et greigneur pooir avoit en ciel et en terre. Es poinz meismes de la loi se descordoient il deus et tenoient a mescreant ceus qui li obeissoient. Apres li dist que se il deignoit comander bien estoit li tens que legierement seroit vengiez a son adversaire et que touz cist roiaumes vendroit a son comandement se il li vouloit baillier genz par que il les poist donter. En iteles manieres de paroles fu li Califes esmeuz mout durement et bien sacorda a fere ce que Siracons requeroit. Tantost envoia letres a touz les barons qui li obeissoient et leur manda quil venissent efforciement a armes por sivre Siracon la ou il les menroit. Li apareillemenz fu si granz en la paiennime que li rois Amauris en oi la novele certaine; bien sot que se li Tur poissent cele chose trere a chief si com il pensoient ce seroit granz domages a la Crestiente: et por ce que il vout ce destorber se il poist tantost manda un parlement a Naples ou furent assemble li baron et li prelat de la terre. Li Rois leur mostra a touz les granz perilz et les granz maus qui porroient avenir se li roiaumes degypte venoit en la main de Syracon ne du calife de Baudas; apres leur requist mout humblement que chascuns sefforcast de lui aidier. Tuit cil qui la estoient assemble savoient bien que li Rois disoit voir et fu acorde que tuit cil qui niroient avec lui en lost li donroient la disme de touz leur muebles quil avoient ou quil fussent: ce promistrent et clerc et lai et le tindrent bien. Lors revint une autre novele que Siracons avoit fet trousser viandes a grant tens et fesoit porter eaue en bouz granz sur chamaus qui pooit soffire aus homes et aus chevaus par mainz jorz et vouloit passer par les deserz ou li fil Israel furent quant il venoient a la terre de promission. Li Rois quant il oi ce prist isnelement chevaliers et genz ce quil en pot avoir; si sen ala hastivement por lui destorber es deserz; et tant chevaucha quil vint en un leu qui a non Cadesbarne; mes ne trova mie Siracon. Si sen retorna isnelement por ce que ce nestoit mie pais ou il feist bon sejorner.

XII. Coment li rois Amauris ala secorre le calife degypte.

Lors fist li Rois fere une grant semonse par toute sa terre de gent a cheval et a pie. Mout ot grant assemblee a Escalonne ou il vindrent tuit et furent la le tierz jorz devant la Chandeleur. Lors sen esmut li Rois et prist ce que mestiers li fu de genz et de viandes avec lui puis sen entra par la voie du desert qui est entre Gaze la darreaine cite du roiaume de Jherusalem et la terre degypte. Lors atendi toutes ses genz puis vindrent a un chastel ancien du desert qui a non Lars puis alerent outre jusqua la cite dont je vos ai parle desus qui est ore apelee Belbes; mes ele fu jadis nomee Peluse de que parolent sovent les Esciptures des Profetes. Savar li soudans degypte oi dire que li Rois venoit atout son ost hastivement; si ot grant peor car il ne pooit croire quil venist por lui aidier aincois cuidoit certainement que il li vousist movoir guerre; si que pres quil ne demora trop a ses espies envoier por savoir le covine Siracon. Mes quant il ot envoie et sot que li granz oz des Turs estoit en un leu qui a non Actafi de lautre part il fu touz certains que nostre gent li venoient aidier en bone foi; mout en ot grant joie. Sanz faille il estoit sages et bien apercevanz en autres choses mes iceste ne dut il ja croire que li Chrestien li venissent aidier a tel meschief si efforciement; et quant il le sot ne fina de loer la proesce de nostre gent et leur loiaute. Dont il avint que des ce jor en avant il sabandona a faire touz les comandemenz le Roi en toutes choses. Des richesces le calife degypte dona largement au Roi et a touz ses barons; et aus chevaliers meismes en departi il assez a chascun selonc ce quil estoit: si que tuit sen loerent.

XIII. De Babiloine et du Cahere.

Il se mistrent a la voie tuit ensemble et trespasserent Peluse et le Cahere qui est li mestres sieges du roiaume degypte et est meisonez plus noblement; a senestre lessierent la noble cite que len apele Babyloine en nostre langage: car au langage arabic aele non Macer; il se logierent pres diluec sur la rive du flun. Le non de ceste cite que len claime Babiloine ne po je onques trover es ancienes escriptures car ce nest mie icele Babyloine de que les Escritures parolent la tresanciene citez qui fu en Orient; car cele est ore apelee Babyloine la deserte. Et qui bien cerche toutes les citez degypte de que les vielles escritures parolent ja ni orra len nommer Babyloine. Por ce cuit je certainement que apres le tens des primerains rois degypte qui furent apele Pharaon et apres le tens des seconz qui orent non Tolome apres le tierz tens meismes que li Romain despecerent le roiaume degypte et tindrent la terre come les gaaigniages furent fetes novelement ces .ii. citez li Caheres et Babyloine. Car len trueve lisant que Johar fut connestables de lost a un trop puissant roi qui regnoit en Afrique qui estoit apelez Mehezedinalla; et cil Johar enmena lost son seigneur en Egypte et conquist toute la terre a la volente ce puissant roi et fonda ces deus citez. Nequedent aucunes genz dient que cele Babyloine fu la tresnomee citez degypte qui ot non Memphis et estoit chies de toute la terre entor; mes ne semble mie que ce soit voirs. Car outre le flun du Nil qui cort delez ceste Babyloine dont je vos parole loing diluec bien a .x. miles aperent les ruines et les murailles dune trop anciene cite qui bien demonstrent que ce fu trop grant chose. Li vilain gaaigneeur du pais dient que ce fu Memphis. Si pot bien estre que la genz de cele cite sen alerent tuit ensemble et tresporterent leur siege sur le flun par que li nons de leur ville fu changiez ou lors ou puis. Mes iceste chose est bien certaine que Johar de que je vos ai parle qui estoit connestables au puissant prince Mehezedinalla fu envoiez dafrique en Egypte et conquist tout le pais. Lors assist rentes et treuz sur le pueple. Puis fist et establi le Cahere et devisa que ce seroit li plus ennorables sieges a son seigneur. Le tierz an apres vint Mehezedinalla en la terre; et quant il vit le leu si bel et si delitable du tout leissa son mestre palais quil avoit en Afrique en la cite de Caroee et eslut le Cahere por sejorner delicieusement. Ce fu .ccc. et .lxi. apres Mahomet au vintiesme an du reigne Mehezedinalla: ce trueve len en un livre qui fu fez des princes dorient.

XIV. Du grant peril de vent que li rois Siracons ot es deserz.

Nostre gent furent logie sur le flun si com vos avez oi a mains de demie leue de la cite. Lors pristrent conseil ensemble li Crestien et li Tur; et quand il orent tout regarde a ce sacorderent que mieuz estoit que il alassent encontre Siracon efforcieement aincois quil passast le flun et se combatissent a lui a lentree de leur terre. Car se il atendoient que il passast le flun plus en troveroient lui et les suens aspres en bataille porce quil nauroient ou foir; car li repassers leaue leur seroit trop greveuse chose. Quant il orent ce conseil pris tantost se deslogierent et se hasterent daler la ou il cuidoient trover leur anemis. Et quand il vindrent a ce leu ne les troverent pas: car Siracons qui mout estoit preuz et esveilliez sen estoit ja partiz et venuz au flun; passez estoit outre et toute sa gent hors ne sai quanz Turs qui encore estoient remes. Li nostre vindrent la poignant et les pristrent; quant il les orent liez la verite leur demanderent et du nombre des chevaliers que Siracons menoit et coment il se porpensoit a contenir de la guerre. Cil leur en distrent quanque il en savoient. Apres leur conterent une novele de que nostre gent se merveillerent mout; car il leur distrent que quant leur oz ot trespassee la Surie Sobal et furent entre es deserz bien avant une tempeste leur sordi si granz que li sablons voloit si espes par lair que nus ne pooit ovrir la bouche por parler ne les euz por regarder ca ne la; li venz meismes estoit si forz que tuit dotoient que il ne les enportast: por ce descendirent des chevaus et se tenoient a terre tout estendu que li venz ne les cueillist. Mes aucune foiz revenoit si grant plente de sablon sur eus que cil remenoient desouz tuit enterre. Por ce ne se savoient en quel maniere contenir. Ce est bien veritez quen icez deserz sourt tele eure est ausi grant tempeste com en la mer et les ondes du sablon vont si hautes com li floz de mer; dont il i a mout grant peril en ce passage. Par ceste aventure perdi Siracons mout de sa gent et de ses chamaus et de lautre voiture a grant plente. Mes quant li venz cessa et li sablons refu assis il reconcueilli sa gent et ralia ensemble puis sen vindrent en Egypte. Quant nos gens oirent ces noveles il sen retornerent arrieres et se logierent sur la rive ou il avoient avant este logie.

XV. Des covenances que li rois Amauris et Savar firent ensemble.

Savar li soudans vit que ses anemis puissanz et sages et malicieus estoit entrez dedenz le roiaume degypte et que il par la force de sa gent ne les porroit mie giter hors de sa terre ne soi deffendre de lui dedenz son pais. Si comenca mout a penser et a metre grant peine coment il porroit tant faire vers le roi Amauri que il se demorast avec lui au roiaume degypte; car il savoit bien certainement que Siracons nestoit mie la venuz por tost retorner aincois li feroit longue guerre et grant riote; et il se doutoit que il nenuiast au Roi de tant demorer hors de son roiaume et que il ne sen vousist retorner par tens en Surie. Bien vit clerement que il ne porroit lui retenir en nule maniere se il ne li croissoit le treu quil avoit de la terre et se li baron meismes du pais le Roi navoient leur despens si largement que il sen poissent bien fornir. Lors vint au Roi et a son conseil et leur dist que il seroit bien de renoveler les covenances qui estoient entreus et le Calife. Et por le grant servise que li Rois li fesoit devoit bien estre la some du treu graindre quele navoit este; car bien estoit semblanz que la besoigne qui leur sordoit ne fust mie tost finee. Lors i ot preudomes qui parlerent entredeus tant deca et dela que il sacorderent aus covenances en ceste maniere: li Rois auroit .cccc m. besanz: les .cc m. len seroient paiez presentement; les autres .cc m. recevroit par termes avenables qui nome furent et bien en seroit seurs par covenant quil creanteroit loiaument come rois et fianceroit de sa main nue sanz mal engin que il nistroit du roiaume degypte jusque Siracons et touz ses oz en fust gitez hors; ou que il fussent si desconfit quil neussent point de pooir en la terre. Cist atiremenz plot bien au Roi et a ses barons et le fianca volentiers a tenir. Len eslut messages de par le Roi por envoier au Calife qui veissent de par lui lasseurement que il en feist. Envoiez i fu por ceste chose uns juenes hom sages et bien parlanz Hues de Cesaire avoit non et li bailla len autres chevaliers avec lui por compaignie car ne sembloit mie assez a la nostre gent que li Soudans asseurast si granz covenances aincois vouloient que li Califes le fiancast ausi com li Rois avoit fet.

XVI. Des granz richesces et des granz biautez et des granz delices qui estoient au Cahere.

Porce que les genz des autres terres ne cognoissent mie la contenance ne la maniere des heberjages ne de la mesniee a ce haut prince que lon apele calife cil qui ceste estoire mist en latin demanda mout ententivement a noz messages qui la furent envoie les noveles de son estre et des genz qui entor lui estoient et coment il avoient este conduit jusqua lui. Si com je vos ai dit Hues de Cesaire i ala avec lui Jefroiz Fouchiers qui estoit mestres du Temple. Savar li soudans les conduisoit. Premierement vindrent au Cahere en un palais qui a non en leur langage Cascere qui mout estoit biaus et riches. La furent apareillie sergent assez qui tenoient les espees toutes nues. Cil se mistrent avant eus et les menerent par unes alees longues ou len ne veoit gote. Quant il furent venu a la clarte il troverent huis trois ou quatre les uns devant les autres a pou despace entredeus. A chascune de ces entrees avoit grant plente de Mors touz armez qui se levoient contre le soudan et le saluoient. Quant il vindrent bien avant si entrerent en une court large toute pavee de marbre de diverses couleurs a trop riches peintures dor musique; loges i avoit qui seoient sur colombes de marbre mout beles: li chevron et li tref estoient tuit couvert dor; oevres i avoit si delitables que nus nes veist qui ni demorast volentiers ja tant neust a faire. En pluseurs leus de cele cort avoit fontaines qui sordoient par tuiaus dor et dargent et fesoient unes noes en fosses trop beles que len leur avoit fetes et pavees de marbre. Ces eaues estoient si cleres queles ne pooient estre plus. Iluec avoit tant doiseaus de diverses facons et de diverses couleurs qui estoient venu des diverses parties dorient que nus ne les veist qui ne sen merveillast et qui bien ne deist que voirement se jooit Nature quant ele les fist. Li un des oiseaus se tenoient pres des fontaines li autre loing chascuns selonc sa nature: viandes avoient diverses teles come il leur covenoit. La remestrent li sergent qui premierement les conduisoient et les empristrent a conduire greigneur gent et plus prive du Calife que len apeloit les amirauz des chatrez. Cil les menerent en une autre court et en uns autres heberjages qui estoient si riche et si delicieus que li autre quil virent avant ne leur semblerent rien avers cez. Iluec virent bestes de tantes manieres diverses et si desguisees que qui deviseroit leur facons il sembleroit menconge. Nule mains de peinteur quant il se jeue ne songes apres matines ne porroit faconner si estranges choses. Solins qui devisoit les manieres des bestes ne semble mie menteeur a ceus qui ce virent.

XVII. De ce meismes et coment li Califes estoit noblement.

Quant il furent venu par pluseurs portes et par mainz destours ou il orent touzjorz trove noveles choses tant que il sen esbahissoient tuit a la fin vindrent au grant palais. La richece ne la facons ne fet mie a deviser car trop i demorroit len. Iluec virent granz routes de genz bien armees et si bel quil reluisoient tuit dor et dargent. Bien sembloit a leur contenance quil fussent iluec por garder grant chose. Puis entrerent en une chambre et virent du travers une grant cortine de lune paroi jusqua lautre teissue de fil dor et de soie de toutes couleurs a bestes et a oiseaus et a diverses estoires de genz; ele flambeoit toute de rubiz et desmeraudes et de toutes autres riches pierres. Leanz ne troverent nului. Li Soudans quant il i fu entrez se leissa cheoir a terre et aoura a sa guise puis se releva et refist ausi la seconde foiz. Quant il se fu la tierce foiz lessiez cheoir a terre tantost mist jus sespee quil avoit pendue a son col; lors trest len a une part par cordes de soie qui estoient la mout soutilment afaitiees la cortine qui la pendoit ausi com une voile si quele fu toute pliee lez une des paroiz. Li Califes aparut qui se seoit sur un siege mout precieus dor et de pierres; entor lui avoit mout pou de ses privez conseillers qui estoient tuit chastrez. Li Soudans saproucha mout humblement et li beisa le pie puis sassist en bas a ses piez. Lors li comenca a conter coment la terre degypte estoit livree a grant destruiement se il ni metoit conseil; car Siracons estoit la venuz o grant plente de genz a armes que li califes de Baudas li avoit bailliees por haine de lui et ne seroient mie legier a giter hors de la terre se len ni metoit grant peine et grant coustement; por ce avoient fetes teus covenances au roi de Surie quil leur estoit venuz aidier et mout estoit vaillanz hom; les genz quil avoit amenees estoient plus preu en bataille que nules autres genz que len poist trouver. Les poinz des covenances li devisa touz et li dist que sil li plaisoit il les devoit asseurer. Quant li Califes ot bien toutes ces choses entendues debonairement et a bele chiere otroia les covenances et respondit que mout li plesoit si que au roi Amauri qui ses amis estoit feroit paier mout certainement lavoir que len li avoit promis et plus encore par dessus. Nostre message distrent que il le fiancast ausi come li Rois lavoit fet. Si baron qui entor lui estoient se merveillerent trop que len demandoit si grant outrage a si tres haut home et distrent que ce navoit onques este fet ne ja ne seroit. Granz paroles ot iluec sur ce et mout i demora len. Li Soudans leur mostroit par humbles paroles si com il losoit dire le peril en que la terre estoit. Li nostre message ne se vouloient por nule chose remuer de ce quil requeroient: au darrenier par mout grant angoisse et a grant desdaing nequedent il sozrioit tendi sa main coverte dune toaille de soie. Hues de Cesaire qui mout estoit aguz et sages et bien parlanz dist devant touz: Sire fist il loiautez na point de coverture. Se vos voulez ceste chose tenir et garder enterinement si com elle est devisee vous le fiancerez de vostre main nue; car einsi la fiancie li rois mes sires. Se vos ne voulez oster la coverture desus vostre main nos simples genz qui navons mie acostume de veoir tel chose faire aus noz princes aurions grant sospecon que en ceste chose neust aucun decevement. Quant li amiraus qui la estoient oirent ceste chose tuit furent ausi come desve et distrent que trop avoit ci grant avilement quant cil crestien parloient a leur seigneur ausi baudement et ausi come per a per et li requeroient chose quil ne pooit faire sanz soi trop abessier. Li Califes vit toutesvoies que la chose ne pooit autrement aler trop en fu dolenz; mes por covrir son corrouz comenca a sozrire ausi come se il tenist a folie ce que li message disoient. Lors tendi la main toute nue et fianca en la main Huon de Cesaire la covenance mot a mot si com cil la devisa. Cil qui le virent raconterent que li Califes estoit uns juenes hom cui barbe venoit lors aprimes mout biaus bachelers bruns et granz de cors; larges sur touz homes. Femmes avoit plus de set vinz: il avoit non Elhadech li filz Elfeys. Quant li message se furent parti de lui il leur envoia aus osteus granz presenz de viandes et de riches dons precieus et larges.

XVIII. Du calife de Baudas et de celui degypte.

Porce que vos avez oi parler de ce grant prince et de lautre calife qui est a Baudas je vos dirai si com la verite est dont il comencierent: aucunes genz porront estre qui savoir le vouront. Cil cui il desplaira a escouter porront trespasser ce et lire ce qui vient apres de lestoire. Li princes qui est en Egypte est apelez par deus nons: len le claime calife qui sonne autant come hoirs porce quil tient le leu et le droit heritage a leur grant prophete Mahomet. Len le renome Muleine cest a dire nostre sires; et semble que il tiegne ce non por la terre degypte; car des le tens que Joseph governoit ce roiaume desouz le roi Pharaon la famine fu si granz que li Egyptien vendirent premierement leur teneures au Roi por avoir du forment a mengier; apres vendirent eus meismes et furent serf a leur seigneur por eschaper du chier tens. Lors dist Joseph aus gaaigneeurs des terres: Vos donrez la quinte partie de vos blez au Roi et nos vos leissons les quatre parz por semence aus terres et por viandes a vous et a vos mesniees. Por cele raison sont plus li Egyptien sougiez touzjorz a leur seigneurs que les genz des autres terres; car cil acheta eus et leur teneures por son ble. Et encore tient cele costume; car il i a un bailli qui est sires et porveerres de toute la terre ausi com Joseph estoit. Quant li rois Pharaons dist a son pueple qui aloit criant apres lui por la famine: Alez fist il a Joseph et fetes quanquil vos dira. Tant com il i a euz rois il ne pensoient a nule rien que estre en repos et en delices. Li baillis qui par desoz estoit sentremetoit touzjorz des guerres et des plez et des autres choses du roiaume. Encore estoit il einsi a ce tens; car li Califes estoit eu leu de Pharaon et Savar li soudans en la baillie Joseph.

XIX. Coment li Mescreant se descorderent de la loi Mahomet.

La raisons du primerain non par que len lapele calife fu ceste: Mahomez quil tiennent a prophete qui le pueple dorient mist en la desloiaute et en lerreur ou il est encore ot apres lui un de ses deciples qui fu ses oirs denseigner et de comander a tenir cele mescreandise. Cist ot non Bebecre. Apres lui tint le roiaume et le comandement de la mauvaise loi Homar li filz Catap. Apres vint Oteman et puis Haly le filz Bitaleb. Tuit cist furent apele calife por ce quil estoient hoir et successeur de Mahomet que il tiennent a leur grant mestre. Nequedent Haly qui fu li quinz fu mieudres chevaliers et plus esprovez de greigneur cuer et de plus grant malice que li autre navoient este; et avoit este oncles Mahomet. Si comenca a avoir mout grant desdaing et tenir a despit que len lapelast hoir de Mahomet et ne mie chevetaine ne prophete si com cil avoit este. Por ce comenca a dire premierement a prive apres le dist apertement et le preescha au pueple que Gabriel li anges que Dame Dieus envoioit por enseigner la loi des Sarrazins fu envoiez tout droit a lui; mes il fu deceuz. Si sen torna a Mahom et li enseigna en quel loi li Tur sauveroient leur ames. Et quant il sen retorna a Nostre Seigneur il le blasma mout porce quil estoit alez a celui contre son comandement. Par ceste raison disoit quil devoit estre li granz prophetes et ne mie Mahom. Ceste chose ne sembloit pas mout bien verite mes il trova toutevoies en cele gent deceue aucuns qui le crurent et sourdi li contenz et la descorde entreus qui encore dure. Car li un dient que Mahomez fu messages de Dieu et cil sont apele en leur langage Sompni; li autre se tiennent a ce que Haly soit li droiz prophetes et ceus claime len Syha. Or avint que Haly fu ocis et lors vindrent audesus cil qui contre lui se tenoient si que par toute la terre dorient se tenoient tuit a ce que Mahomez fust leur granz mestres. Touz ceus qui se vouloient tenir a Haly ocioit len ou chacoit hors de la terre. Lonc tens apres en lan qui fu puis que Mahomez ot regne .cc. et .iiii xx. et .viii. anz fu uns mout hauz hom puissanz et sages qui estoit descenduz du lignage Haly. Icist sen issi de la cite qua nom Semelie et sen passa en Afrique atouz genz assez quil ot a compaigniees avec lui; il conquist toute cele terre et lors se fist apeler Mehedi qui sone autant come aivanz porce quil aivoit les boces des orgueilleus et les contenz de cez qui contre lui estoient et fesoit les voies pleines porce que la seue gent poissent aler sanz contredit et estre a repos. Cist fist une cite mout riche que il apela de son non Mehedemie et vout que ele fust li chies et li sieges de tout le roiaume. Apres ce il apareilla une grant navie et passa en la terre de Sezile et la conquist toute. De la meismes ala il en Ytale et grant partie en gasta. Il fu li premerains apres Haly son beseel qui se fist nomer calife; ne mie porce quil se coneust a hoir Mahomet que il haoit mout et en mesdisoit apertement mes porce que il estoit venuz apres Haly que il tenoit a vrai prophete et a message de Dieu. Icist osa changier les manieres de orer et les comandemenz que Mahomez avoit establiz; et le maudisoit come desloial deceveeur du pueple. De cestui descendi uns suens nies qui ot non Ebuthemyn en seurnon Mehezedinalla qui conquist Egypte si com je vos dis par Johar son connestable qui fist le Cahere en que cil mist son mestre siege quant il issi de son palais qui estoit en Caroee la cite dafrique et fist apeler le leu Cahere qui vaut autant come vaincanz porce que cestoit sieges de celui qui tout vaincroit. Des celui tens a touzjorz dure li contenz et la descorde entre le calife de Baudas et celui degypte que chascuns deus trueve qui li obeist estre en la loi et en ce cuide same sauver.

XX. Coment la gens Siracon furent desconfit en une isle.

Or retornerons a ce que nos avions comencie a dire de lestoire. Li message qui orent prise la seurte de Calife furent retorne en lost au Roi et aus Barons et distrent que les covenances estoient bien confermees. Lors empristrent la besoigne corageusement de chevauchier contre Siracon por lui giter hors de la terre. Quant il se furent esmeu sur le flun se logierent et demorerent cele nuit. Au matin virent que Siracons et toutes ses genz sestoient tret encontre eus sur lautre rive du flun et sestoient iluec logie por a eus deffendre le passage. Quant li Rois vit ce tantost fist querre nes et comanda que len feist un pont. Les nes estoient jointes deus a deus et bien aencrees fermement deca et dela. Par dessus metoit len granz tres de paumiers que len avoit coupez et les couvroit len de terre espessement si que cheval i poissent aler: ne sai quanz jorz i mist len a ce faire; et fesoit len lever bones bretesches hautes de leus en leus pardesus le pont. Quant il orent einsi fet jusque au milieu de leaue et se comencierent a aprochier de la rive les genz Syracon trestrent et fondeerent a eus espessement si que cil nen oserent plus faire. En ceste maniere demorerent iluec un mois tout entier que li nostre navoient pooir de passer le flun li autre ne sosoient esloignier de la rive ne plus entrer en la terre por ce quil dotoient le passage des noz. Tandis com cil se contenoient entor le Cahere Syracons envoia de sa gent assez por essaier se il poissent prendre une isle qui estoit pres diluec mout planteive de viandes et vout que li suen savancassent ainz que li nostre i venissent. Cil firent bien le comandement leur seigneur et gaaignerent ceste isle tout delivrement. Quant li Rois loi dire sans demeure envoia la un suen baron qui avoit non Miles de Planci et le fil Savar le soudan que len apeloit Chemel; a ces deus bailla grant partie de leur chevaliers crestiens et turs. Quant il vindrent en lisle la troverent la gent Siracon qui trop malement menoient les paisanz de ce leu. Quant li un virent les autres tantost sapareillerent de combatre; puis assemblerent si asprement que li poigneiz fu bons et fiers; ni ot onques deport entre les Turs aincois sentrecoroient sus plus cruelment que il ne fesoient aus noz. Longuement dura la bataille; assez i firent beles proesces et granz hardemenz; mes au darrenier par la grace Nostre Seigneur li mieudres en fu a noz genz; li autre furent si desconfit que granz partie deus se ferirent au flun si furent noie; li autre morurent darmes si que bien i perdi Siracons de ses chevaliers jusqua cinq cenz. Quant il en oi la novele mout en fu esbahiz et se comenca ja a desesperer que il ne poist bien semprise terre a chief. De lautre part li nostre en furent reconforte et plus encouragie. Dui des barons le Roi Onfroi du Toron li connestables et Phelipe de Naples qui estoient remes en leur pais apres les autres por afere quil avoient se hasterent mout apres si quil vindrent lors en lost. De leur venue furent mout lie li Baron et touz li pueples car il estoient chevalier bon et seur bien esprove en granz besoignes; pardesus ce loial et sage et de grant conseil. Li Rois et li Soudans sassemblerent et orent leur barons deca et dela por deviser que il feroient. Acorde fu de touz que sitost com il seroit anuitie il envoieroient contreval le flun toute leur navie jusqua une isle qui est loing diluec a .viii. miles et li oz sen iroit apres tout belement que Siracons ne sen aperceust. Lors passeroient par leur nes en lisle et diluec en lautre rive devers leur anemis. En ceste maniere les porroient surprendre aincois que cil sen aperceussent. Si com il fu devise einsi fu fet en partie: car touz li oz passa en lisle mout celeement et quant il cuiderent aler outre devers lost Syracon uns granz venz leva si forz qui venoit encontre eus que leur nes ne porent onques venir a la rive. Assez sen travaillerent mes ne leur valut rien. Par force les estut a logier en cele isle. Nequedent ne lessierent mie le pont desgarni quil avoient comencie ainz i firent remanoir une partie de leur gent et leur baillerent chevetaine Huon dibelin por le pont garder. Cil estoit chevaliers forz et puissanz; et avoit prise a femme si com vos oistes la dame qui du Rois fu desevree.

XXI. Coment li rois Amauris chacoit Siracon par Egypte.

Ceste isle dont je vos ai parle estoit apelee Mahalet planteive de bones terres gaaignables de pastures et darbres qui portoient fruit. Ele estoit entre deus braz du Nil qui se departent iluec et sen vont droit en la mer. Car si com il est aperte chose au pais icil fluns que len apele le Nil se part en quatre braz. Li premerains qui regarde vers Surie sen passe par entre deus citez de la marine; lune a non Tanis et lautre Pharamie; li seconz braz sen vet par devant cele noble cite de Damiete qui mout est anciene; li tierz sen vet a Sturion; li quarz passe a .iiii. miles dalixandre par un leu qui a non Ressith et la chiet en mer. Cil qui fist ceste estoire mist mout grant peine a enquerre et encerchier savoir si li fluns du Nil se part en plus de bras que en ces quatre: onques nus autres nen pot trover; et si dient li ancien et en aucunes escritures est il trouve que il chiet en mer en .vii. parties. Si est merveilles porque ce fu dit; mes espoir li ancien ne sorent mie bien la verite; ou par aventure par tieus leus soloit corre leaue quele ni cueurt ore mie si come il avient daucunes eaues coranz. La tierce raison si repuet estre quant li fluns est parcreuz si quil est bien gros il ne se tient mie en chenel en ces .iiii. leus aincois sen vet en mer par pluseurs braz; si porent regarder a ce que il corut lors en .vii. leus ou en plus; mes cez ne tien je mie a braz qui touzjorz ne corent. Quant les noz genz orent prise cele isle et navoient mes a passer que la meneur partie de leaue il ajorna; si que les genz Siracon virent clerement que li nostre sestoient parti du leu ou il soloient estre et grant partie de leur nes en avoient menees; mout furent effree et tantost corurent aus armes; car il doutoient que li nostre ne fussent passe outre et que il ne venissent sur eus sodeinnement. Apres se trestrent contreval selonc leaue jusque il virent les noz genz dedenz lisle; lors se logierent encontre auques loing de la rive; si que il nosoient mie bien leur chevaus abruver endroit les noz genz aincois passoient bien aval. Li nostre orent conseil entor leure de vespres et fu acorde que au matin passeroient devers leur anemis et se combatroient a eus se cil les vouloient atendre. Au matin quant li jorz fu esclarciz il virent que Siracons et sa gent sen estoient ale; lors se hasterent de passer de lisle a la terre. Li Rois por ce quil poist plustost chevauchier leissa toutes ses genz a pie et mena touz ceus a cheval; nequedent il leissa Huon dibelin et Chemel le fil au Soudan atout grant plente de gent et des noz et de ceus degypte por garder le Cahere qui estoit pres diluec et le pont que li nostre avoient ja parfet; car il doutoient que Siracons ne sen retornast la et surpreist ces leus se il ne fussent garde. Lors furent bailliees toutes les tors et les garnisons de cele noble cite du Cahere a noz chevaliers. Li palais meismes et les autres meisons du Calife leur furent toutes abandonnees; si que les richeces li delit et li autre grant secre qui jusqua ce jor avoient este cele et covert furent mout cerchie et regarde de nos crestiens et des Turs meismes. Assez virent choses dont trop se merveillierent. Li Rois envoia en suen baron qui avoit non Girart de Pugi et un autre fil Savar le soudan que len apeloit Maadan et leur fist passer le flun de lautre part. Genz menerent assez avec eus Turs et crestiens por ce que se Siracons revousist passer leaue arrieres cil li fussent a lencontre et li defendissent la rive. Li Rois qui ot son hernois lessie avec la gent a pie comenca delivrement a porsivre ses anemis par la terre. Cil sen aloient ausi com encontre le flun du Nil et li pais degypte est de tele maniere que li Rois le porsivoit par trace tout apertement.

XXII. De la maniere du pais degypte.

Toute la contree degypte qui marchissoit dune part a la terre dethiope siet entre deus peres de deserz en que la terre est si arse et si brehaigne que nule herbe ne nule maniere darbre ni pueent croistre se tant non com li fluns du Nil sespant par la terre quant il est granz: et en ces parties que il a arosees tant seulement i vient grant plente de ble. De la cite du Cahere en bas vers la mer trueve cis fluns es terres qui sont basses greigneurs planetes; por ce rent plus iluec de la terre gaaignable quen nule autre partie degypte. Car de ce chastel que len apele Facus qui est vers Surie jusque a la cite dalixandre qui est la darreniere de ce roiaume envers la terre de Libe a bien .c. miles et plus de terre gaaignable qui aporte forment a grant plente. Mes du Cahere en sus jusqua une cite qui est la darreniere degypte envers la terre dethiope qui est apelee Chuz li fluns est si compressiez de hauz tertres sabloneus que il ne se puet mie espandre devers ces parties mout largement. En aucuns leus ist il bien de rive .viii. miles deca et dela ou .v. ou .iiii.; et tel partie i a ou il nist hors que dune des rives por la montaigne qui trop li est pres de lautre part. La ou li fluns ne cort sont li champ tuit ars du soleil si que riens ni puet croistre. La terre qui est desus le Cahere est apelee en langage des Turs Seith por une ancienne cite qui fu la fondee et estoit apelee Seys. Nequedent a une jornee du Cahere si come len vet par le desert trueve len une cite ou cort une partie du flun par ruissiaus par que li pais est plenteis de vignes et de tresbones terres gaaignables. Cele citez est apelee Phyon. Li ancien racontent que Joseph qui fu li tressages baillis degypte se prist garde que ces terres avoient este ares et desertes des le comencement du monde: si fist rompre terraus a grant travail qui tenoient le flun et fist faire les voies pleines por leaue mener jusque en ces parties; terraus meismes refist il drecier par leus por retenir leaue quele se poist reposer es basses places qui mout en devindrent plenteives. Len cuide que cele citez fut apelee ancienement Thebee dont messires sainz Morises et si compaignon furent ne qui furent martirie outre le lai de Losane sur le Rodne au leu que len apele Chabloi. Iluec croist ce dist len la tresbone opiate que li phisicien metent es medecines. Or vos ai conte du siege de la terre degypte por ce que vos entendissiez mieuz coment li rois Amauris et Savar li soudans porsivoient Siracon qui sen aloit devant eus. En ceste maniere lavoient ja chacie trois jorz. Au quart jor leur vint certain message que leur anemi estoient pres deus: ce fu tout droit le samedi devant le dimanche demiquaresme.

XXIII. Coment li rois Amauris et Siracons se combatirent.

Navoient mie grant loisir de faire longue demeure; por ce si pristrent brief conseil: tuit saccorderent a ce que len se combatist; car por neant fussent tant venu apres eus se il lors les vousissent eschiver. Nequedent nestoit mie li jeus ivelment partis; car Syracons avoit largement avec lui .xii m. Turs de son pais de que li .ix m. avoient hauberz ou hauberjons et li .iii m. estoient archier trop bon. De lautre part avec lui estoient plus de .x m. Tur darabe que len apele Bedoins qui tuit avoient bons glaives. Li rois Amauris navoit des suens que .ccclxxiv. chevaliers. Avec le Soudan estoient cil degypte qui sont mol et mauves; et plus leur firent denconbrement que daide. Ne sai quel nombre i ot de turcoples: ce sont sergent a cheval legierement arme qui a cele besoigne ne tindrent mie mout grant preu. Syracons sot certeinement que nos genz se vouloient combattre a lui; ses batailles mist en conroi a sa guise ses genz amonesta de bien faire et mout les asseura de la victoire si com il estoit sages et apensez. Li nostre qui plus savoient darmes se trestrent avant leur genz mistrent en conroi bons chevetaines baillerent a chascune bataille. Bien leur fu dit que seurement se maintenissent; ne se devoient mie esbahir de tel plente de gent qui rien ne valoient; il meismes sentrescacheroient par eus; et se li nostre fesoient bel semblant li leur coart desconfiroient les hardiz. Li leus en que la bataille devoit estre estoit en la marche des terres gaaignables et du desert: desaiviez estoit mout pleins de tertres de sablon et de valees si que nus ne pooit veoir gueres loinz devant soi: li leus est apelez Beben cest a dire portes por ce que ce est une mout estroite entree dedenz les montaignes. Aucunes genz apelerent cele bataille la bataille de Lamonie; mes ce nest mie droiz car Lamonie est loinz diluec bien .x. miles. Siracons qui nestoit mie pareceus ne esbahiz en grant besoing ot sa gent fet porprendre les montaignes a destre et a senestre. La seue bataille estoit eu milieu. En ce se fioient que noz genz ne poissent pas legierement monter a eus por le tertre qui estoit roistes et li sablons estoit mous. Toutesvoies tant saprochierent les noz genz que il ferirent des esperons et assemblerent a leur anemis. Li Rois ot bien choisie la bataille Siracon et comanda que cil qui ses banieres portoient sadrecassent cele part. Il assembla si fierement que enz enz son venir desaierent touz les Turs. Lors mistrent main aus espees et leur corurent sus si fierement que cil furent si esbahi que onques li uns ne regarda lautre. Norent nul leisir deus apenser; aincois quant il virent que li nostre ne finoient docire et dabatre les uns li autre se mistrent a la voie et senfoirent tuit desconfit. Siracons meismes ne remest mie en la place ainz sen parti plus tost quil pot. Hues de Cesaire assembla a la bataille en que Salehadins estoit li nies Siracon. Granz contenz i trova; assez i ot morz des noz li autre furent pris; li remenanz sen foi et lessierent celui Huon leur chevetaine qui fu pris. La fu morz uns mout bons chevaliers Eustaces Cholez; nez estoit de la terre de Ponti. Quant li Tur orent desconfite cele bataille mout sen orgueillirent; puis se ralierent ensemble et poindrent vers la bataille de noz genz qui conduisoient le hernois. Il furent grant plente de Turs si les avironerent de toutes parz forment les assaillirent; cil sessaierent une piece a deffendre mes ne se porent mie longuement tenir aincois furent desconfit. La fu morz uns mout hauz hom de Sezile juenes biaus et preuz Hues de Creon estoit apelez. Pluseurs en i reperdismes des autres. Qui foir sen pot il sen ala. Li Sarrazin gaaignierent tout le hernois et lencomencierent a mener diluec. Cele bataille estoit mout crueus; car si com je vos ai dit li leus estoit pleins de montaignes et de valees. Cil qui assembloient en une valee ne savoient que len fesoit en lautre. En aucun leu li nostre desconfisoient ceuz a qui il estoient assemble en autre place li Tur en avoient le meilleur. Ne li un ne li autre ne pooient savoir liquel auroient la victoire. Levesques Raous de Bethleem qui estoit chanceliers le Roi fu navrez mout griefment en cele melee et perdi quanquil avoit. En ceste maniere fu la chose en pendant tout le jor que len ne pooit savoir queus seroit la fins; tant que li jorz torna au vespre. Li nostre qui hors estoient de la bataille se comencierent a rassembler et firent soner les buisines si que de pluseurs parties se ralioient. Mout furent angoisseus de trouver le Roi mes mout bien sestoit contenuz en toutes les places ou il vint; puis monta en un tertre hautet et fist lever sa baniere por reconcueillir sa gent. Il vindrent a lui cil qui venir porent. En tele maniere fu toute icele jornee que par maintes places gaaignierent li nostre et furent au desus et en maintes autres perdirent et furent audesouz; mes enterinement ne lune partie de lautre norent la victoire. Li Rois ot pou de gent avec lui et regarda sur deus petiz tertres et vit la bataille de ceuz qui son hernois avoient gaaignie qui la sestoient recueilli. Li Rois ne pooit passer se par eus non et quant il vit qua faire le covenoit ce petit de gent quil avoit mist en bataille et sadreca tout droit vers eus le petit pas; par ses anemis sen ala qui estoient mout grant plente de gent. Onques cil ne les oserent assaillir ne destorber de nule rien; aincois sen passerent li nostre jusqua une partie du flun ou il mistrent arriere garde apres eus de leur genz mieus armees. La sen passerent a gue sanz rien perdre; toute cele nuit sen retornerent par la voie que il estoient venu. Quant li Rois vint a Lamonie Girarz de Pougi li fu a lencontre qui estoit remes outre la flun a tout .l. chevaliers et .c. turcoples: avec lui estoit Maadan li filz au Soudan. Li Rois fu liez de leur venue car il doutoit mout que se il encontrassent les Turs ou deca le flun ou dela que il ne se vousissent combatre a eus si pou com il estoient: de ses genz meismes a pie estoit il en grant effroi por ce que il avoit peor que si anemi ne les trovassent et les decopassent touz. Au chastel de Lamonie les atendi .iii. jorz. Chevetaine leur avoit lessie un sage home et preude chevalier Jocelin de Samosate; li Rois les envoia querre tant quil vindrent au quart jor. En ceste maniere se furent rassemblees les genz le Roi entor lui li un apres les autres. Lors sen esmurent par leur jornees por aler vers le Cahere. Devant Babyloine se logierent pres du pont. La firent conter leur gent por savoir qui leur failloit et troverent quil avoient perduz en cele besoigne entour .c. chevaliers sans plus. Siracons refist nombrer les suens et sen faillirent .m. et .v. cenz.

XXIV. Coment li rois Amauris et Siracons assistrent la cite dalixandre.

Syracons ot raliee la seue gent apres la bataille. Lors se mist a la voie par le desert que li nostre nen sorent mot; si sen vint a la cite dalixandre. Cil de la ville cuidierent quil eust tout vaincu tantost li rendirent la cite sanz cop ferir. Li Rois oi la novele qui trop en fu iriez. Lors envoia querre ses barons et Savar le soudan et ses filz; li amiraut meismes degypte i furent. La se conseillerent quil feroient. Assez i ot maintes paroles si com len seut dire en teles besoignes; au derrenier saccorderent a ce por ce que Alixandre ne puet avoir vitaille se tant non come par mer et par le flun leur en vient et des parties degypte qui dessus sont; la seut len soingnier de blez et de vins. Devise fu que len metroit au flun une grant navie de genz armees qui garderoient que nus ne poist metre viande dedenz la ville. Quant ce fu bien atirie li Rois mut atout son ost et sen vint jusque vers Alixandre et fist tendre ses paveillons entre un leu que len apele Toroge et un autre qui a nom Demenehut eest pres dalixandre a .viii. miles. Diluec envoia ses coreeurs par la terre por garder que len naportast rien dedenz Alixandre et que messages ne poist issir de la ville por aler a ceuz de hors. En ceste maniere fu la ville destroite et enclose par eaue et par terre. Quant uns mois fu passez viande comenca a faillir dedenz Alixandre. Li pueples se comenca a plaindre et demander a Syracon quil meist conseil en ce car il navoient mes que mangier. Syracons et sa gent entendirent bien que il et sa gent porroient bien estre a meschief de soffrete de viande se il demoroit plus en cele ville assise; por ce parla premierement a Salehadin son neveu et li dist quil remainsist en la ville atout .m. chevaliers; car la garnisons des viandes ne porroit mie soffire a eus touz. Cil le li otroia et Siracons sen issi de nuiz de la ville celeement et enmena le remenant de ses Turs. Par le desert sen vint et passa auques pres de lost ou li Rois estoit qui ne sen prenoit garde. Au matin quant li nostre furent certain que Syracons sen estoit einsi ralez es parties degypte dont il estoit venuz tuit sesmurent apres por lui aconsivre jusque il vindrent en Babyloine. Et quant il sapareilloient de chacier encore outre uns hauz hom degypte sages et puissanz qui avoit non Beneir Carselle vint au Roi et li dist que la citez dalixandre estoit en trop grant soffrete de viandes si que il ne savoient que faire. Il avoit de ses cousins en la ville qui grant pooir avoient entre les citeiens dont il cuidoit bien faire par iceus que li pueples qui moroit de faim rendist la cite en la main le Roi quant il vendroit; et li bailleroient a faire sa volente Salehadin et touz ceuz qui avec lui estoient remes de la gent Siracon. Quant li Rois oi ceste parole bien en fu esmeuz et demanda a ses barons quil li looient a faire: tuit sacorderent a ce quil retornassent en Alixandre; li Soudans le vout plus que tuit li autre. En ceste maniere se partirent diluec tant vindrent tuit ensemble que il assistrent Alixandre a deux oz.

XXV. De la noblesse de la cite dalixandre.

Alixandre est la darreniere citez de toute Egypte envers soleil couchant et regarde vers la terre de Libe. De lune part de la cite sont les terres gaaignables bones et plenteives; de lautre part na se deserz non qui sont si ars de la chaleur du soleil que riens ni puet croistre. Si come les anciennes estoires dient li granz Alixandres qui fu filz le roi de Macedoine fonda cele cite et lapela einsi de son nom. Ele siet auques pres de la bouche du Nil et seut estre apelee ancienement Canopicon; mes ele a ore non comunement Ressith. Li fluns est bien loinz de la ville .v. miles ou .vi.; nequedent quant il est si parcreuz que les rives sont bien pleines uns granz ruz en cort parmi la ville. Les genz ont apareilliees leur cisternes larges et netes qui sont fetes a ce que il recoivent tant de cele eaue com il leur en covient atout lan. Conduiz meismes i a il fez par desouz terre par que li ruissel du flun sen vienent par les jardins qui sont hors de la cite et les arosent; si quil i croist assez herbes et fruit. La ville est mout bien assise por marcheandises recevoir. Il i a .ii. porz de mer. Une langue de terre sestent jusquen la mer qui desevre ces deus porz. Au chief de cele langue a une tor fort et mout haute qui est apelee Faros. Julius Cesar la fist faire et fu establi que toute la terre degypte seroit gaaignage aus Romains et que il ni auroit point de roi. Des parties degypte qui sont desus viennent en la ville par le flun granz plentez de toutes viandes. Des terres meismes qui sont outre la mer viennent les nes sovent chargiees de toutes marcheandises qui mestier ont en Alixandre; par itieus choses est la citez mout plenteive. Par desus ce des deus terres qui ont non Ynde et Arabe des deus Ethiopes de Perse et des autres contrees qui sont vers le Levant aportent en la ville le poivre et toutes manieres despices oignemenz et lectuaires pierres precieuses et dras de soie et pluseurs choses qui viennent par la Mer Rouge jusqua une cite que len apele Aideb et siet sur le rivage de la mer; diluec sen vient tout droit en Alixandre. Par ceste raison icele citez est ausi come li marchiez entre Orient et Ocident si que tuit li marcheant qui en Alixandre viennent truevent iluec a vendre les choses de que len a mestier en leur pais et se delivrent tantost de ce quil ont aporte. Iluec fu li sieges monseigneur saint Marc levangeliste qui la fu envoiez por convertir le pueple a la foi Jhesucrist. Patriarche en furent apres sainz Athanaises qui fist Quicumque vult et messires sainz Cirilles: encore i perent leur sepoutures. Cele citez tient le secont leu entre les quatre patriarchez; et li doivent obeir les eglises degypte de Libe de la region des cinq citez qui est apelee Pentapolis et des autres terres qui la entor sont. Noz genz firent la venir grant navie et firent si garder de toutes parz les entrees et les issues de la ville que len ni pooit rien metre ne oster sanz leur congie.

XXVI. Coment cil dalixandre estoient apresse de cest siege.

Cil qui estoient remes en Surie oirent la novele que li Rois avoit assise Alixandre et furent bien certain que len i pooit aler par mer en pou de tens. Lors se comencierent a entresemondre et garnir nes darmes et de viandes et se mistrent dedenz. Larcevesques de Sur Ferris fu leur chevetaines qui mout amoit le Roi loiaument. Il sen vindrent jusquen lost entor Alixandre: la furent receu a mout grant joie de touz. Mes ne demora gueres que par achoison des eaues degypte larcevesques chei en une maladie que len apele dissintere par que il le covint a retorner en son pais. Li Rois comanda a prendre les maz des nes qui mout estoient granz et fist assembler touz les charpentiers de que il i avoit grant plente. Un chastel fist lever si haut que len pooit desus veoir par toute la ville; perrieres fist drecier assez entor les murs chaables et turquoises qui gitoient granz plentez de pierres aus murs et dedenz la ville si que de jor et de nuit avoient li citeien tel peor que il ne se savoient ou garantir. Entor la ville avoit ausi com une grant forest de jardins ou il avoit arbres hauz et espes qui portoient toutes manieres de fruiz bons et delitables: desouz estoient les herbes soef olanz et bones medecines si que cil leus estoit pleins de toute valeur et de grant delit. Leanz se mistrent nostre charpentier et les autres genz meismes premierement por abatre merrien a faire leur engins. Apres virent que il fesoient grant domage a ceus dedenz si comencierent tout a trenchier quanquil avoit es jardins por grever et por nuire a leur anemis. Ne demora gueres que tout fu ramene a plain et cil bel arbre qui si grant preu tenoient a maintes choses jurent tuit contre terre. Li citeien de la ville quant il virent ce se tindrent trop a maubailliz et leur pais a destruit. Li nostre se penoient en toutes manieres quil pooient de ceus appresser et grever. Sovent leur fesoient de granz assauz dont cil estoient mout esbahi; car il ne sestoient mie mout entremis darmes ne de guerres ainz avoient touzjorz apris a marcheandises vendre et acheter. Li Tur qui estoient remes avec Salehadin en la ville savoient plus de teles choses que li autre; mes ne sosoient abandonner aus assauz porce quil estoient pou et ne se fioient pas bien en ceus de la ville qui avoient ja touz les cuers perduz et parloient entreus et disoient que ce ne porroient il mie longuement soffrir. Chascun jor comencierent a croistre leur desconvenue; toutes les nuiz veilloient por faire les guez; sovent en ocioit len des mangoniaus et des perrieres de carreaus meismes et de pilez. Sur toute rien les grevoit la famine; car viandes estoient pres que partout faillies. Mout se comencierent a esmaier: bien disoient que len devroit ceuz giter de la ville qui leanz estoient venuz por eus metre contre leur droit seigneurage souz qui il avoient longuement este enpais; ore estoient en tel point quil leur covenoit a perdre leur femmes et leur enfanz et eus meismes a grant mesaise se len ni metoit autre conseil. Salehadins senti bien le murmure et le mauves covine de la ville; si prist messages et les envoia mout celeement a Siracon son oncle; tout enterinement li manda coment il estoit coment viande leur estoit faillie et quil ne gardoit leure que cil de la ville rendissent lui et leur cite en la main de ses anemis: por ce li requeroit que hastif conseil i meist. Apres envoia querre devant lui les hauz homes dalixandre et grant partie du pueple; debonairement parla a eus com cil bien le savoit faire; doucement leur pria que bien se gardassent de leur anemis et se contenissent com preudome: ne sesmaiassent mie car Siracons avoit cerchiee toute Egypte et menoit trop grant gent avec lui: ne demorroit pas quil vendroit lever le siege efforcieement et grant enneur feroit a ses amis qui loiaument se seroient a lui tenu. Li Rois sot de lautre part que cil de la ville estoient en descort et que il avoient assez effroi et peor: por ce se hasta tant com il pot deus aprochier et fist assaillir plus asprement que devant. Les engins comandoit a faire giter sanz repos; les archiers et les arbalestiers fesoit trere avant. Savar li soudans aloit partout lost; largement fesoit paier les despens des engins et des autres besoignes et donnoit par dessus ce por haster de biaus dons aus ouvriers. Les siens amonestoit de bien faire et plus encore les noz. Nus ne fesoit bel cop ne proesce nule que li gueredons granz et larges ne li fust tantost apareilliez.

XXVII. Coment Siracons parla a Huon de Cesaire de faire pais.

Tandis com les choses aloient einsi entor Alixandre Siracons cerchoit les parties degypte qui desus estoient tant quil vint a la cite de Chus. Il fist assaillir et la cuida prendre par force; mes ne le pot faire aincois vit bien que greigneur tens i covenist a metre et il navoit pas leisir de faire grant demeure la endroit por le besoing de son neveu qui le hastoit mout. Por ce prist deniers de la cite por soi partir diluec et son ost en remena vers Babyloine. Quant il vint la endroit si trova que li Rois avoit lessie por garder le Cahere et le pont Huon dibelin et assez de sa bone gent: par que il aperceut bien quil ni porroit faire mout de son preu. Lors apela Huon de Cesaire qui estoit ses prisons et si com il estoit sages et cortois mout parla a lui bel et debonairement: Je sai bien que tu es hauz hom et uns des granz barons de la Crestiente loiaus et de grant sen sur touz les autres si com moi semble. Se jeusse touz a mon chois ceuz de ta loi ne sai je nul cui je deisse plus volentiers mon conseil que a toi. Ore est einsi avenu selonc les aventures de guerre que je tai trove presentement: por ce te vueil descouvrir tout enterinement ce que jai en mon cuer. Il est voirs et bien le recognois que je por moi avancier et acroistre me fie tant en la proesce de mes genz et en la mauvestie et en la molesce de ceus degypte que jai eu esperance aucune foiz de conquerre cest roiaume qui mout est riches et delitables. Por ce faire ai je mis grant travail et trop granz despens; des gentius homes de ma terre jai perduz dont plus me poise. Or voi que je ni ai mie fet grant esploit aincois me semble que fortune me soit contraire en toutes choses; por ce si me covient autre conseil a prendre. Bien sai que tu es amis et privez du Roi car il te voit haut home sage et puissant; je vueil que tu soies meeneurs de la pais entre moi et lui. Je men fierai en toi et il tescoutera plus volentiers que un autre. Di le Roi que nos sommes oiseus et que sanz faire rien de noz preuz ne de noz enneurs gastons le tens et les travaus. Bien sai quil eust assez a faire des seues besoignes en sa terre; et se il vuet bien regarder a la fin de ceste besoigne il trovera que quant il maura chacie de ceste terre la richece de cest roiaume remaindra aus Egypciens qui sont la pire gent du monde et la plus chetive. Ja por itel esploit faire ne se deust si preudom come est li Rois tant traveiller contre meilleurs quil ne sont. Por ce li offerras de par moi que se il se vuet partir du siege dalixandre et rendre touz les prisons quil a de nos genz je li rendrai volentiers toi et touz les autres que je tieng des suens et men istrai de ceste terre por que il me face bien seur que ses genz ne feront nul mal a moi ne aus miens en nostre partir.

XXVIII. Coment Siracons et li Rois et li soudans degypte furent acorde.

Quant Hues de Cesaire oi ceste parole qui mout estoit sages et apensez mout longuement fu sanz respondre et contrepensa en son cuer les paroles quil avoit oies: apres respondi a Siracon que ne li sembloit mie que ce fust senneur que il comencast a porter le message de ceste chose; por ce que se la parole estoit refusee il sembleroit et le porroient dire aucunes genz que il portast cele pais plus por sa delivrance que por autre chose; mes il looit bien que uns chevaliers qui avec lui estoit en prison et fu pris avec lui Arnoul de Torbessel avoit non acointes et privez du Roi portast premierement ces paroles et essaiast quel corage li Rois en auroit; et lors selonc ce que li Rois troveroit il sen entremetroit volentiers. Syracons sacorda bien a ce: cil i fu envoiez. Quant il vint devant le Roi li baron i furent tuit et li Soudans. Cil raconta les covenances et la forme de pais que len offroit. Riens ni leissa de ce qui li fu enchargie. Quant cele chose fu bien entendue ni ot celui qui ne si acordast; car bien distrent que li Rois auroit bien tenues les covenances par ce fesant qui estoient entre lui et le Calife; car il recovreroit sa cite puis que Siracons et sa gent sen seroient parti et recevroit ses prisons que si anemi tenoient. Cil sen istroit de la terre cui li Rois en devoit metre hors par leur covenances. Savar li soudans si acorda sur touz les autres; car il dist que bien estoit la chose acomplie quant cil qui si estoit embatuz au roiaume en remerroit son ost hors du roiaume. Quant Arnous fu revenuz qui dist que bien si acordoient Hues de Cesaire i fu apres envoiez qui parfist et asseura la chose.

XXIX. Coment cil dalixandre issirent hors por esgarder les Crestiens.

Len fist crier le ban en lost que nus fust si hardiz que il feist nul mal a ceuz dalixandre aincois leissast len ceuz dedenz venir hors tout seurement se il vouloient. Cil qui longuement avoient este assis orent grant desirrier daler esbatre hors de la cite et sen issirent por veoir lost. Mout regardoient volentiers ceuz quil avoient si doutez et parloient a eus de leur aventures qui en ce siege leur estoient avenues. De viandes fresches troverent a grant plente dont il avoient eu mout grant soufrete; volentiers en pristrent et sen refreschirent tuit. La nostre gent qui grant peine avoient mise a prendre la cite orent bandon daler enz sanz force faire. Premierement regardoient les domages des murs et des meisons que leur engin avoient fet. Apres se trestrent vers la marine et se delitoient de veoir les porz de mer. Mout cerchoient ententivement par la cite touz les leus de quoi il avoient oi parler. Si com je vos ai dit delez la ville avoit une tor mout haute qui avoit non Pharos; desus fesoit len souvent es oscures nuiz cler feu de brandons porce que les nes qui estoient en mer se seussent adrecier cele part: car la mer est mout perilleuse pres de la ville et se len ne savoit bien les entrees bien i porroient avoir domage cil qui la viennent. Desus cele haute tor fu mise la baniere le Roi por signe de victoire. Quant li citeien la virent plus sasseurerent de parler aus noz qui avoient este leur anemi mortel. Iluec demanderent noveles de la pais; la forme leur en fu contee certainement qui ne leur desplut mie. Priveement saprochierent de noz paveillons et regardoient la gent quil avoient tant doutee. Sur toute rien tenoient a merveille coment li nostre qui estoient si pou de genz estranges les avoient destroiz si angoisseusement dedenz leur ville et par force les avoient contrainz a faire pais tel com il vouloient; car li nostre furent lors nombre len ni trouva de genz a cheval que seulement entour .v c. Cil a pie nestoient gueres plus de .iv m. Dedenz la ville tandis come li sieges duroit avoit bien .l. mille Turs qui pooient porter armes.

XXX. Coment li Rois sen revint en Surie.

Salehadins fu issuz hors de la ville et tout droit fu venuz au Roi. Len li bailla gardes qui ne soffrissent que len li deist nule vilaine parole ne a lui feist se bien non et cortoisie. Navoit cure de retorner en la ville ou len ne lamoit pas; aincois se remest en lost tant que il ot apareilliee sa muete por aler apres son oncle. Li Soudans fist sonner ses trompes et ses tabors et prist grant compaignie de genz armees; les portes de la ville fist ovrir et sen entra enz come vainquerres a grant bobant et a grant solempnite. Lors sassist enmi la ville sur un siege encortine de pailes; les granz homes de la cite fist venir devant lui. Les uns dampna de traison les autres espargna; mout noblement fist ses justices teles com lui plot. Apres leva une grant somme davoir sur le comun de la ville; baillis et prevoz i leissa de par lui por recevoir les treuz et les autres rentes et por faire droit entre les genz. De ses homes leissa les plus loiaus por garder les fortereces. Quant il ot einsi devisees ses volentez si monta sur un grant destrier et sen vint a grant feste arrieres en lost. Li nostre desirroient mout a revenir en leur pais; il apareillierent leur nes et garnirent de viandes puis se recueillirent dedenz; les voiles furent levees et se partirent du port: si sen revindrent en leur terre. Li Rois fist delivrer les prisons quil tenoit et receut les siens aincois quil sen meust. Lors fist ardoir ses engins et se parti dalixandre; tout droit vers Babyloine sen ala. Iluec trova Huon dibelin et ses autres genz quil avoit lessiees por garder le Cahere et le pont: il les prist avec lui. Quant il ot conferme le Soudan en sa seigneurie et ses anemis gitez de la terre il se mist au repere si que la veille des oitaves de la mi aost vint en Escalone lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .lxvii. au quart an de son regne.


LI VINTIESMES LIVRES

I. Coment li Rois fu coronez et prist a femme Marie.

Une chose ne vueil je mie lessier a dire qui lors avint: car larcevesques Ernays de Cesaire et Hues de Saint Amant qui estoit bouteillers le Roi avoient este envoie de par le roi Amauri a lempereur Manuel en Costantinoble por querre femme a son oes. Il avoient bien fet le message mes il ne revindrent jusquau chief de .ii. anz. Lors amenerent une fille Jehan qui estoit senechaus de Grece; Marie estoit apelee. Il ariverent a Sur et manderent le Roi coment il avoient fet. Quant il oi ces noveles hastivement sen vint a Sur et manda ses barons et les prelaz de la terre ce quil en pot avoir a brief terme. Le jor de la feste monseigneur saint Jehan decolace fu cele dame espousee au Roi en leglise de Sur par la main le patriarche Amauri et porterent ambedui coronne li Rois et ele a grant solempnite; li pais touz en ot grant joie. Iceste dame si com je vos ai dit estoit fille Jehan que len apeloit en surnon Protosevaste cest a dire senechaus. Il estoit nies lempereur de son frere ainz ne. Lempereres avoit avec lui envoiez .ii. granz homes de sa terre qui mout estoient prive de lui li uns estoit apelez Paliologes li autres Manuel Sevastos; cousin estoient lempereur. Avec eus leur bailla grant compaignie de meneurs genz qui mout richement se contindrent et granz dons departirent au pais aus barons de la terre. Guillaumes uns arcediacres de Sur fu esleuz a evesque dacre. Li Rois pria larcevesque Ferri quil donast larcediacre de seglise a un autre Guillaume qui mist puis ceste estoire en latin. Lors avint que uns des puissanz barons de Grece Androines avoit non cousins lempereur Manuel vint de la terre de Cilice en Surie o grant compaignie de chevaliers et demora ne sai quanz jorz au pais; richement se maintenoit et fesoit larges depens; mes au darrenier mostra il en soi meismes la tricherie des Grifons. Car li Rois demoroit lors en Egypte et sitost com il fu venuz mout ot grant talent dennorer Androine. Si li dona la cite de Baruth. Cil en fist mout grant joie et dist que il iroit veoir ce que li Rois li avoit done. Avec lui mena madame Theodoire qui avoit este femme le roi Baudoin et estoit fille de son neveu; mout lavoit ennore et herbergie longuement en ses meisons car ele tenoit par doaire la cite dacre. Quant cil lot esloigniee de sa terre par force la prist et lenmena a Damas; Noradins li consenti. Diluec sen passa en Perse.

II. Daucunes choses qui avindrent en la terre a ce tens.

En cel an navint gueres eu roiaume de Surie chose qui face a reconter en estoire fors tant quentor le tens de caresme .ii. eglises orent evesques qui nen avoient nul eu devant puis que la terre vint es mains des Latins. Lune des citez avoit non La Pierre qui siet outre le flun Jordain et est la mestre citez de la seconde Arabe: lautre a non Ebron qui souloit estre une priorez quant li Grezois tenoient la terre ausi come leglise de Bethleem estoit. Mes por lenneur de la nativite Jhesucrist sitost come la terre fu conquise au tens le premerain roi Baudoin en cele eglise mist len evesque. Autresi porce que li troi grant patriarche Abraham Ysaac Jacob gisoient enseveli en Ebron sacorda li Rois par le conseil des Prelaz et des Barons que len en feist eveschie. En leglise de la Pierre firent arcevesque un chanoine rigle du temple Nostre Seigneur qui avoit non Guerris. En leglise debron fu esleuz a evesque Renauz uns nies le patriarche Fouchier. En leste qui vint apres arriva en la terre de Surie Estiennes li chanceliers le roi de Sezile. Hauz hom estoit de lignage juenes de mout bones meurs mout biaus bachelers freres le conte Rotrou du Perche. Esliz estoit a arcevesque de Palerme mes par envie li baron du pais avoient emprise si grant haine contre lui que malgre le Roi qui estoit enfes et sur le pois sa mere la roine lavoient chacie hors du roiaume si que cil sen eschapa a grant peril; car il le fesoient guetier en pluseurs leus; et sen ala outre mer a pou de compaignie. Mes ne vesqui pas longuement en la terre; car maladie le prist dont il morut et fu enterrez en Jherusalem au chapitre du temple Nostre Seigneur mout ennorablement. En cele seison meismes vint en pelerinage uns des plus hauz barons du roiaume de France puissanz et de grant lignage li cuens Guillaumes de Nevers. Avec lui amena mout bele compaignie de chevaliers preuz et a biaus hernois. Proposement avoit de longuement demorer en la terre a ses despens au servise Jhesucrist contre les anemis de la foi; mes par la volente Nostre Seigneur fu einsi quil chei en une grief maladie qui longuement le tint tant quil en fu morz. Juenes hom estoit; grant duel en firent tuit cil du roiaume qui esperance avoient que il tenist grant preu en la terre.

III. Coment Manuel lempereres et li rois Amauris sacorderent daller en Egypte.

Ne demora gueres apres ce que dui haut home vindrent de par lempereur de Costantinoble au Roi; li uns fu li cuens Alixandres de Gravine li autres estoit apelez Michiaus dotrante. Cil troverent le Roi a Sur et distrent quil vouloient a lui parler priveement. Li Rois retint avec lui de son conseil ceus qui savoient ses granz secrez; lors distrent cil dui message por quoi il estoient venu et de bouche et par letres saellees en or. La somme de leur paroles estoit tele: lempereres avoit aperceu que li roiaumes degypte qui avoit este longuement puissanz et riches estoit ore venuz en la main et au gouvernement de mauveses genz qui par leur laschete ne valoient rien a porter armes ne a terre tenir. Por ce li sembloit que longuement ne porroit mie estre cil roiaumes en ce point ainz covendroit que autres genz le conqueissent et ce ne seroit mie grief chose a faire. Il qui estoit riches et puissanz avoit en proposement que volentiers entendroit aus anemis de nostre foi chacier de cele terre se li Rois li vouloit a ce doner saide; et si requeroit que sa volente len mandast sanz demeure. Aucunes genz cuident et bien semble voir que li Rois eust maintes foiz lempereur semons et requis de ceste chose et mande par letres et par messages que se il li vouloit envoier chevaliers par terre et navie par mer o despens covenables il li cuidoit bien a laide de Dieu conquerre ce roiaume qui seroit suens et a ses oirs a touzjorz mes. Por ce estoient venu cist message qui asseurerent ces covenances de par leur seigneur. Li Rois de lautre part si acorda bien et touz ses consauz; les messages en renvoia et leur bailla de par soi mestre Guillaume qui puis fu arcevesques de Sur avec autres genz por porter letres de ces covenances a lempereur. Il murent tuit ensemble de Triple; tant chevauchierent par leur jornees quil vindrent en Costantinoble. Li empereres Manuel demoroit lors en une contree qui a non Servie: cest une terre qui siet entre Hongrie et Dalmace pleine de bois et de hautes montaignes. Les entrees en sont gries et estroites. Par ceste fiance que len ne poist avenir a eus sestoient les genz du pais revelees et emprises a desobeir a lempire des Grieus. Len trueve es ancienes estoires que en ce tens que Rome estoit en son grant pooir len envoioit en cele terre touz les dampnez por trenchier le marbre et por foir les minieres au fer et aus autres metauz que len enveoit a Rome. Et porce que cil estoient serf a touzjorz fu cele terre apelee Servie. Cest uns pueples mout desatirez; ne sevent riens de arer ne de semer; de nul gaaignage ne sentremetent: a bestes norrir entendent et de ce se vivent. Assez ont char let fromage et burre et grant plente de miel et de cire. Chevetaines ont que il claiment Suppans par que il se gouvernent. Tele heure est que il servent et obeissent a lempereur; aucunes foiz si com il sont desloial hardi et acostume de guerre issent hors de leur montaignes et gastent tout le pais de Grece qui est entor eus. Por iceste chose quil avoient fete si longuement que len ne le pooit plus soffrir lempereres estoit entrez a force dedenz leur terre o grant compaignie de sa gent: touz les avoit vaincuz et mis a merci; leur grant mestre en amenoit pris. Quant il sen retornoit mout liez de cele victoire si message qui venoient de Surie et li message le Roi li vindrent a lencontre en la contree qui a non Pelagoine a la cite qui a non Butelle; cest pres dune cite qui mout fu noble que Justiniens li bons empereres qui tant fist des lois apela de son non la premiere Justinienne; mes ele est ore nomee communement Acrede. Lempereres receut mout belement et a bele chiere les messages le roi Amauri. Quant il oi que ces covenances estoient otroiees mout li plot. Il en droit soi fist de ces choses quanque li Rois li manda; en same fist jurer ausi com li Rois avoit fet que toutes les devises qui estoient es letres que mestres Guillaumes avoit aportees tendroit et garderoit a bonne foi sanz venir encontre. Lors amena les messages le Roi jusque en Costantinoble por mostrer le riche pooir et la grant noblece de son empire; bel semblant leur fesoit touz les jorz; apres leur bailla ses letres saellees en or si com il les avoit requises. De lestat le Roi les enqueroit sovent et mout volentiers les escoutoit. Apres leur dona granz dons et riches: puis pristrent congie et se partirent de lui por revenir au Roi le premerain jour doitovre.

IV. Porquoi li rois Amauris vout guerroier ceus degypte.

Aincois que li message fussent retorne de lempereur et que li Rois seust que sa volente estoit de movoir guerre aus Egyptiens renomee sordi par la terre de Surie que Savar li soudans envoioit sovent messages et letres a Noradin por faire aliance a lui; car il disoit que se cil li vouloit aidier volentiers romproit les covenances quil avoit au roi des Crestiens; car mout li desplaisoit de ce quil estoit si tenuz a ses anemis morteus. Quant li Rois oi ceste novele grant desdaing ot de la desloiaute a celui cui il avoit eu si grant mestier. Tantost fist semondre ses genz a cheval et a pie et mout efforcieement apareilla de mener son ost en Egypte. Maintes genz distrent que toutes ces choses estoient feintes et controvees et que Savar li soudans navoit talent de ce faire que len li metoit sus; mes que li Rois vouloit guerroier ceus qui les covenances tenoient bien fermement et par ceste achoison fist il avant corre par le pais cele parole que je vos ai dite. Bien sembla que ce fust voirs; car Nostre Sires soustreist si sa grace a toutes les emprises le Roi a cele besoigne que il ni fist gueres chose dont il eust enneur ne preu. Len disoit que en cel proposement et en cele mauvese volente lavoit mis sur touz les autres uns mestres de lospital de Jherusalem qui avoit non Girberz Assailliz uns hom sanz faille de grant cuer et larges sur touz homes mes nestoit mie bien estables ne fins en loiaute. Cist despendi tout le tresor de sa meison et par desus enprunta grant somme davoir por donner a chevaliers en soudees que il mena en cel ost avec le Roi. La meison de lospital en fu si endetee que len cuida quele ne se poist james aquiter. Il meismes par desesperance en leissa puis sa baillie et guerpi la mestrise. De dete remest apres lui .c m. besanz ou plus. Nequedent cil qui escuser le vourent distrent que ces granz despens avoit il fez porce que li Rois li avoit en covenant se len pooit conquerre le roiaume degypte que li Ospitaus auroit la cite de Belbes a tenir come seue a touzjorz. Li mestres du Temple et li autre frere ne se vourent onques entremetre de cele besoigne et distrent que en cele guerre ne sivroient il ja le Roi; por ce espoir le firent que li mestres de lospital avoit emprise cele chose. Car touzjorz a envie entre ces deus meisons. Bien repuet estre que il saperceurent que li Rois navoit pas bone raison de guerroier les Egyptiens encontre les covenances qui estoient asseurees par son serement; car il se fioient tant de la nostre gent que il ne se doutoient mie que maus leur venist de cele part come cil qui de riens ne mesprenoient contre ce quil avoient promis.

V. Coment li rois Amauris prist Belbes a force.

Li apareillemenz fu granz daler en Egypte por guerroier. Au quint an de son regne au mois doitovre mut li Rois de sa terre et trespassa en .x. jors les deserz qui sont entre deus. Tout droit sen vint a la cite de Belbes et lassist esforcieement fist asaillir et la prist sanz demorance. Ce fu li tierz jors apres la feste Touz Sainz. Les noz genz entrerent en la ville; aus espees comencierent a detrenchier ceus quil troverent homes et femmes vieuz et juenes sanz espargnier nuluy; apres en lierent assez pour mener en prison qui gueres ne valut mieuz que la mort. Entre les autres furent pris Maazan li filz Savar et uns suens nies: a ces deus estoit bailliee la citez en garde et les genz qui leanz estoient. Quant la ville fu einsi prise et brisiee lors veissiez nostre gent aler par la ville pecoier osteus et huches trere fors robes et toutes manieres de richeces. Quant il trovoient pucelles ou vielle gent qui sestoient dedenz les chambres tapies a lespee metoient tout fors tant que aucunes foiz gardoient ceus de qui il cuidoient avoir grant raencon. Mout barroierent bien et destruistrent cele cite en toutes manieres. Nequedent bien cuida len que la greigneur achoisons por coi il firent ce fust convoitise. Savar qui de ce ne se gardoit oi la novele de cele grant destruction; trop en fu esbahiz. Ne sot pas bien coment il se poist contenir; toutes voies selonc langoisse du tens il sapensa de deus choses: denvoier messages au Roi qui par beles paroles asouajassent son cuer et li promeissent grant somme davoir par covent quil se partist du pais et ne feist plus mal au roiaume degypte. Par delez il envoia a Noradin qui ses voisins estoit du roiaume de Damas et li requist aide contre la gent qui vouloit leur loi destruire. Covenances li offri teles que cil si acorda. Sanz demorance apela son conestable Siracon de qui je vos parlai desus maintes foiz et li bailla grant partie de son ost et de ses amirauz por aidier a sostenir le fes de cele besoigne. Cil firent prendre viandes assez sur chamaus et en autres veictures; puis se mistrent a la voie tant que il vindrent en Egypte.

VI. Coment le rois Amauris assist le Cahere.

Quant li Rois ot einsi fete sa volente de la cite de Belbes il sadreca por aler vers le Cahere. Mes lentement enmenoit son ost la endroit car il mist .x. jorz a passer une jornee de terre. Au darrenier vint devant la ville et lassist. Lors comenca a faire drecier perrieres et mangoniaus chaz de cloies et voies couvertes. Grant semblant fist de grever la cite en maintes manieres. Cil qui dedenz estoient norent mie sovent apris a veoir tele chose et mout sesmaierent. Chascuns cuidoit ja veoir la mort devant ses euz. Mes la nostre gent fesoient a tret et a grant demeure le leur afere par dehors. Cil qui plus sorent de la pensee le Roi distrent que il aloit einsi demorant por ce quil voloit que Savar li soudans eust peor de lui et de la gent quil menoit si que il poist avoir leisir de finer a lui et doner grant avoir par que il fussent apaisie; car a ce tendoit toute lentencion le Roi coment il poist trere grant somme dor que il enportast: por ce que il se pensoit bien que se il alast einsi depecant les citez et prenant par force come il avoit fet Belbes la menue gent gasteroient toutes les richeces du pais si que il ni auroit gueres de preu. Li Soudans cognoissoit une partie des barons qui plus estoient prive du Roi; a ceus envoia ses messages et par eus fist essaier coment il sacorderoit a lui. Bien senti que toute la chose tenoit a doner avoir: il len promist tant que se il et tuit cil du roiaume leussent jure a peines poist estre treiz de la terre: car il fist tel covenance que il lui donroit par .xx. foiz .c m. besanz por que li Rois li rendist son fil et son neveu quil avoit pris a Belbes; et tantost en remenast ses oz en Surie si que il ne revenissent plus en Egypte por mal faire. Ceste grant somme de besanz fist il offrir non mie porce que il cuidast que len la poist paier mes por ce sanz plus quil poist le Roi destorber de prendre la cite du Cahere; car ele nestoit mie bien garnie de genz ne de toutes autres choses qui mestier ont a defendre la ville. Certeinement dient cil qui la furent avec le Roi que se il se fust hastez apres la prise de Belbes de venir au Cahere tandis com li cuer des genz estoient en peor et en effroi legierement eust prise la ville; et apres ce ne trovast il en toute la terre qui contre lui se meist en forterece. En ceste maniere poist avoir ausi come trove le roiaume degypte: car nus ne porroit penser la molece ne la grant mauvestie des genz qui lors i estoient. Mes li proposemenz et toute lentencion du Roi et des suens estoient fondes sur covoitise; par quoi ne fu merveille se il nen vindrent a grant chose.

VII. Coment li rois Amauris se parti degypte.

Tandis come la contenance le Roi estoit tele entor le Cahere la navie de que li Rois avoit comande que le sivist par mer ot eu bon vent en fu venue en Egypte. Par un braz du flun du Nil que len apele Carabes sen ala contremont jusqua une cite ancienne que len apele Tanis. Nos genz lassaillirent et la pristrent par force; homes et femmes quil troverent dedenz ocistrent touz ou tindrent en prison. Toutes les richeces de que il i avoit assez enporterent chascuns ce quil gaaigna. Apres sen comencierent a aler vers le Roi par flun; mes cil degypte se mistrent entre .ii. o grant plente de nes et garderent si leaue que cil ni porent passer. Quant li Rois oi ce encontreus envoia son connestable Onfroi du Toron atout grant part de ses meilleurs chevaliers et li commanda que au mains lune des rives gaaignast sur les Turs si que len poist passer au Roi par icele partie. Ce poist avoir este legierement fet mes une novele vint qui fist changier le conseil; car li Rois sot par certains messages que Siracons venoit en laide Savar le soudan a grant compaignie de Turs. Por ce comanda li Rois a sa navie quelle descendist isnelement jusqua la mer et diluec sen retornast en Surie. Cil le firent einsi. Nequedent il perdirent a leur partir une de leur galies. Savar et li sien ne finoient destre en porpens coment il poissent le Roi esloigner deus; plus tendoient a faire ce par barat que par force. Cil granz avoirs que je vos ai dit fu promis; mes il distrent et voirs estoit que il nestoit pas touz en un leu; por ce demanderent un pou de respit au cueillir par la terre. Nequedent il distrent que presentement li paieroient .c m. besanz por quil rendist au Soudan son fil et son neveu. Li Rois qui fu covoiteus de lavoir le fist einsi; mes por le remenant prist ostages .ii. petiz enfanz neveuz au Soudan. Lors se parti du siege et sesloigna diluec entor une mile. La fist tendre ses paveillons assez pres du leu ou li baumes croist. Iluec demora .viii. jorz touz entiers. Souvent recevoit messages de par le Soudan qui fesoient semblant que la pais deust venir de jor en jor. Apres se loja li Rois outre en un leu que len apele Syriac. Savar endementres ne fu mie oiseus aincois aloit par la terre por amener genz au Cahere. Armes i mist assez et viandes; barbacanes fist entor la ville. Les foibles leus des murs fesoit enforcier; les plus preuz de ses chevaliers leissa leanz et les amonestoit par beles paroles de bien faire. Sovent leur disoit que viguereusement se contenissent; car il se combatoient contre les anemis Dame Dieu por leur vies por leur pais et por leur franchises: ne feroient pas que preudome se il ne deffendoient a bone foi leur femmes et leur petiz enfanz que cil chien desloial decopperoient touz se il en venoient audessus ausi com il firent en la cite de Belbes.

VIII. Coment li rois Amauris leissa le siege du Cahaire.

En lost le Roi estoit uns chevaliers hauz hom de lignage mes trop estoit mal entechiez de pluseurs choses: ne doutoit mie assez Nostre Seigneur ventierres estoit et bobanciers mesdisanz trop envieus et meslis; ne prisoit rien autrui que soi; Miles de Planci avoit non. Cist aperceut la volente le Roi que ele estoit tout en avarice et que il ne fesoit ces semblans se por trere avoir non: si sacorda a lui. Des le comencement li avoit il mout loee cele emprise et encores li donnoit conseil quil feist pais au Calife et au Soudan; car mieuz li venoit prendre lavoir qui seroit suens que pecoier par force le Cahere ou Babyloine; si enporteroit lors chascuns sa part et il qui grant despens i aroit fet nen treiroit gueres a son preu. Ce disoit cil Miles plus por la volente le Roi que il cognoissoit a tele et por la haine des chevaliers quil ne vouloit que rien gaaignassent que por lavancement de la Crestiente ne por lenneur le Roi. Nequedent li autre baron qui estoient home lige le Roi ne sacordoient mie a ce conseil aincois disoient que se li Rois vouloit suire sa main il gaaigneroit legierement les citez et la terre degypte; et si home du gaaing quil feroient es villes seroient riche et puissant de lui servir. En ceste maniere contencoient entreus li baron qui la estoient. Li Rois qui pardessus estoit sacorda la ou li plot et dist que la pais li plaisoit mieuz se cil degypte li vouloient offrir assez raison. En ceste maniere demora li oz au leu que je vos ai dit qui est loing du Cahere .vi. miles ou plus. Messages ne finoient daler toute jor du Soudan au Roi qui li disoient fermement que len concueilloit lavoir a son oes par tout Egypte et li crioient merci quil ne se corroucast pas de la demeure ne naprochast mes plus vers le Calife; car il et ses pueples en seroient tost effree qui lors estoient tout asseur por les aliances quil avoient fermees entreus et le Roi; et bien leur disoient que ne demorroit pas que tuit sen iroient chargie des besanz que len leur aporteroit. Tandis com li Rois estoit einsi delaiez par fausses promesses et ne vouloit croire ceus qui meilleur conseil li donoient une novele vint soudennement qui corut par le pais que Syracons venoit a mout grant gent de Turs qui avoit proposement de secorre a ceus degypte. Quant li Rois oi ce mout fu esbahiz et tantost se desloja et fist trosser son hernois si sen retorna a Belbes: iluec prist viandes et ce que mestier li avoit a la voie; de sa gent leissa a cheval et a pie qui poissent garder et deffendre la cite puis enmena son ost et sen entra au deserz por ce quil vouloit venir a lencontre a Syracon. Quant il fu une grant piece alez avant ses espies quil avoit avant envoiees por savoir le covine revindrent a lui et li distrent que Syracons avoit ja passe le desert a grant plente de Turs et sen estoit entrez au roiaume degypte. Lors fu mestiers que len preist novel conseil car puis que la force fu si doblee aus Egyptiens nestoit pas seure chose au Roi ne a sa gent li demorers pres diluec; car trop poissent estre en grant peril. Il navoient mie pooir de la bataille contre touz ceus qui assemble estoient. Savar li soudans ne vouloit rendre au Roi la somme davoir quil li avoit promise et li nostre ne le pooient forcoier a ce faire car par iceste entencion les avoit il delaiez longuement que il atendoit le secors des granz genz qui ores li estoit venuz. Li nostre ne sorent autre chose faire fors tant que il sen retornerent a Belbes; iluec pristrent avec eus ceus qui remes estoient en garnison dedenz la ville et mistrent leurs batailles en conroi; puis sen retornerent tout droit vers Surie lendemain de la Circoncision Nostre Seigneur.

IX. Coment Syracons ocist le Soudan et morut.

Syracons vit que li tens estoit bons et covenables a faire ce quil avoit pense longuement. Car li rois Amauris sen estoit partiz de la terre et nus ni estoit remes qui empeeschier li poist son proposement. Por ce fist semblant quil ne pensast se bien non. Pres du Cahere loja soi et son ost: ne sai quanz jorz demora iluec mout enpais com cil qui mout estoit sages et bien celoit sa pensee. Savar li soudans le venoit chascun jor veoir a mout granz bobanz; car il amenoit avec lui grant plente des amirauz de la terre. Bele chiere li fesoit mout puis se partoit de lui mout bel. Biaus presenz et granz dons li enveoit sovent si que mout si estoit asseurez que nus maus ne li venist de cele part. Quant Siracons vit ce que cil ne se doutoit de rien si li mostra bien quil ne lamoit mie; car un jor quant il venoit selonc sa coutume au matin por lui veoir et saluer ne sai quant Tur qui bien estoient arme li saillirent au devant li un le pristrent par le frein a terre labatirent les espees li fichierent en mainz leus parmi le cors puis li coperent la teste. Si dui fil qui estoient present ferirent des esperons et senfoirent dedenz le Cahere; tuit effree sen vindrent devant le Calife et se lessierent cheoir a ses piez; laventure li conterent de la mort leur pere merci li crierent mout en plorant que il les garantist de mort. Il leur respondi que se il se vouloient tenir loiaument a lui si que nule parole de pais neussent a Syracon ne a ses Turs qui venu estoient avec lui bien les garantiroit de touz maus; mes autrement ne se fiassent pas en lui. Cil li promistrent que einsi le feroient il puis sen partirent. Mes ne li tindrent mie bien covent car ne demora gueres apres ce quil envoierent a Syracon et li prierent par messages que il feist pais a eus et les asseurast. Li Califes loi dire si les fist prendre ambedeus et leur fist trenchier les testes. Lors vit bien Syracons que la saison estoit venue dacomplir son desirrier. Il sen ala par la terre et la prist toute. Par les citez et par les chastiaus mist ses gardes et ses baillis; ni fu nus qui de riens li contredeist sa volente; puis sen retorna au Cahere et vint devant le Calife; lors sagenoilla et beisa la terre grant reverence li porta si com estoit leur costume. Li Califes le receut mout bel et grant enneur li fist. Par une espee le revesti de toute la baillie degypte et le fist apeler soudan. En ceste chose puet len bien veoir coment ardure de covoitise fet mal quant ele est enracinee en cuer de haut prince. Aincois que li Rois alast a ceste darreniere foiz en Egypte ses roiaumes estoit en pais et asseur de cele part; granz richeces li venoient chascun an de cele terre; ausi li obeissoient li Egypcien com cil de Surie; devers Midi estoit bien clos nostre roiaumes; li marcheant de noz citez aloient seurement en leur pais par mer et par terre li leur revenoient ausi en la nostre contree; marcheandises de maintes manieres aloient et venoient sovent par les noz terres si que li Crestien i avoient mout enneur et preu. Mes des lors que Syracons fu sires fu la chose mout changiee; car cil estoit puissanz et sages; par mer nosoient plus noz genz aler vers la terre degypte; cil avoit le pooir de venir en noz terres de faire siege entor nos citez par mer et par terre; de toutes parz avoient peor et sospecon de lui. Li autre Tur meismes quant il virent nostre roiaume si afebloie de cele part comencierent a movoir guerre et contenz contre les noz quil soloient douter. En cele grant mesaventure nos mist la covoitise dun seul home: que Nostre Sires le pardoint. Quant Savar et si fil orent einsi este mort par achoison de la guerre que li rois Amauris leur mut Syracons ot touz seus le pooir du roiaume; mes ne li dura pas longuement cele bonne aventure; car il acoucha malades et fu morz dedenz lan. En sa baillie vint apres lui Salehadins ses nies qui fu filz Negemedin son frere.

X. Coment Salehadins ocist le Calife.

Cil Salehadins fu mout de grant cuer de tresjuste sens preuz aus armes et larges sur touz homes. Il estrena trop bien le comencement de sa dignite; car il vint premierement devant son seigneur le calife si com droiz estoit ausi come por faire la reverence et recevoir la baillie de sa main. Quant il se fu aprochiez de lui mout humblement il leissa corre une mace quil tenoit en sa main et le feri tel coup en la temple quil le gita a terre tout escervele; lors corut sus il et si chevalier aus filz le Calife qui la estoit et les decoperent touz. Lors fu Salehadins si sires que nus hom ne fu sur lui ainz fu califes et soudans. Maintes genz distrent que ce fist il a bon droit; car li Egyptien avoient ja torne en grant haine les Turs qui leur estoient survenu si que li Califes avait atorne que len devoit murtrir Salehadin aucun jor si com il vendroit devant lui. Cil qui sen douta se vout mieuz avancier que soi lessier ocirre. Quant li Califes fu einsi morz Salehadins prist tout son avoir et trestout le departi a ses chevaliers a si grant largesce quil ne demora gueres que il ne li remest nule rien de toutes ces granz richeces; aincois emprunta pardessus tant por doner largement que il fu trop endetez. Maintes genz distrent que li Egyptien repostrent et sauverent ne sai quanz des enfanz au Calife; porceque se la terre leur venist en meilleur point il eussent de ce haut lignage tel dont il poissent faire calife.

XI. Des messages que li Crestien envoierent por querre aide.

Puis que li Rois fu retornez en son roiaume au comencement de cel an navint gueres chose en la terre qui face a raconter se ce non que lors fu morz Reniers levesques de Lide et en son leu fu esleuz et sacrez Bernarz labes de Monte Tabor. Apres quant li noviaus tenz fu venuz ce fu au comencement du sixte an du reigne le roi Amauri li baron de la terre de Surie cil qui plus sage estoient se penserent que mout estoit en grant peril toute la crestientez de la terre parce que cil puissanz hom Noradins qui assez maus leur avoit fet par maintes foiz avoit ore a sa volente le roiaume degypte; si que il pooit venir sur les noz par mer et par terre et destreindre toute la terre en maintes manieres et faire tant que par mer ne porroit len venir seurement en Jherusalem qui estoit encore li graindres perilz por la grant plente de galies et de nes que cil avoit sur mer. Por ce deviserent li preudome que bien seroit mestiers que len envoiast es terres devers Ocident des meilleurs prelaz du pais qui bien seussent mostrer aus princes bons crestiens la mesese et le peril de la Sainte terre et leur requeissent de par Nostre Seigneur que secorre le venissent en son heritage; car par leur genz avoit este li roiaumes de Surie maintes foiz aidez et maintenuz. A ce message faire furent esleu li patriarches de Jherusalem Amauris li arcevesques de Cesaire Herneis et Guillaumes levesques dacre. Len leur encharja nomeement que il sen alassent por mostrer ceste chose a lempereur Feri dalemaigne au roi Looys de France au roi Henri dengleterre au roi Guillaume de Sezile; et leur dist len que il parlassent de ce meismes aus meneurs barons au conte Phelippe de Flandres au conte Henri de Champaigne au conte Tibaut de Blois et aus autres de ces terres. Cil atornerent leur voies et monterent sur mer et se partirent du port. Mes la seconde nuit sordi une tempeste trop grant si que leur maz pecoia li gouvenail froisserent la nes meismes fendi si que par grant peril sen eschaperent et revindrent au tierz jor a port. En nule guise ne poissent puis estre mis a ce quil alassent en ce message si quil covint a eslire autre gent. Par la grant priere le Roi et des autres barons emprist a faire ce message larcevesques Ferris de Sur; et mena avec lui Jehan levesque de Belinas qui estoit uns de ses evesques. Cil orent meilleur vent et passerent la mer sanz encombrier; mes ne firent mie grant preu a cele besoigne car puis que il furent venu en France ne demora gueres que levesques Jehanz de Belinas morut a Paris et fut enterrez en leglise Saint Victor a senestre si com len entre vers le cuer. Deus anz apres larcevesques sen retorna en Surie et naporta ne secours ne esperance.

XII. De ce meismes.

Li estez trespassa si que en la terre navint gueres chose qui face a escrire; mes quant vint vers la fin daoust lempereres Manuel selonc ce quil avoit promis au Roi et bien asseure envoia la navie grant et garnie tresbien; si que plus rendi de secors et daide quil navoit couvenancie; car en cele estoire de nes qui de par lui vint avoit .c. et .l. galies forz et bien fetes a .ii. peres de rains; autres nes que len claime huissiers a porter chevaus qui avoient les portes au coste de la nef derrieres et ponz par que li cheval i pooient entrer et issir i avoit jusqua .lx. Genz armees estoient avecques a grant plente. Une autre maniere de granz nes i envoia que len apele dromonz qui estoient chargiees de grant plente de viandes et de maintes manieres darmeures; engins aportoient perrieres et mangoniaus et autres qui mestier ont a tenir siege; de teus nes en vint douze. Dedenz cele navie vindrent li meilleur chevalier de Grece et chevetaines leur dona lempereres .ii. de ses granz barons. Li uns estoit ses cousins qui avoit non Megaducas: cil fu desur tous; uns autres estoit avec lui que len claimoit Maurese privez de lempereur et mout se fioit en lui si com il mostra bien puis; car il le fist puis baillif de tout lempire. Avec cez estoit li cuens Alixandres de Conversans uns hauz hom de Puille cui lempereres amoit mout por son sens et por sa bonte. A ces .iii. bailla son ost et sa navie. Cil orent bon vent si que entor la fin de septembre tuit ensemble ariverent au port de Sur; diluec sen alerent a Acre et tindrent leur nes tout enpais entre le flun et le port qui mout estoient beles a veoir.

XIII. Coment li rois Amauris ala en Egypte par terre et la navie par mer.

En lan de lincarnation Nostre Seigneur .m. et .clxix. au sisiesme an du reigne le roi Amauri la veille des octaves de la feste Seint Denise li Rois ot lessiez chevaliers assez por garder la terre encontre Noradin se il venist por guerroier devers Damas et ot assemble son ost des Grieus et des Latins en la cite descalone. La navie sen fu ja partie du port et sen aloit tout droit vers Egypte; lors se parti li oz de la ville et sen alerent par leur jornees resnables si que les genz a pie nen furent pas grevees et que len trouvoit touzjorz eaue la ou il se lojoient. Au nueviesme jor vindrent a une cite mout ancienne qui a non Faramie. La voie descalone jusqua ceste cite souloit estre mout plus corte mes il estoit lors einsi avenu que la mer avoit tant feru a uns granz murgiers de la greve que len claime dunes quele les avoit rompuz et sen estoit alee par iluec en unes basses plainetes qui souloient estre tout a sec. Ore i a ausi com un grant estanc en qui vient si grant plente de poissons que touz li pais en et forniz richement jusque bien loing. Por ceste chose qui lors estoit avenue ne pot len mes tout droit aler la voie de la marine si com len soloit aincois se covient tortre .x. miles ou plus quant len vient a cel estanc aincois que len puisse revenir a la voie du rivage. Ceste chose vos ai je mise en lestoire porce que cest ausi com uns miracles; car la terre qui estoit en desert premierement et arse toute du soleil devint pescherie grant et plenteive par le cours de cele mer qui sen entre par un estroit leu et mout sespant largement par les plains. Faramie cele citez dont je vos ai parle est ore toute deserte; mes ele fu anciennement mout grant chose et granz plentez de genz i abitoient. Ele siet sur la mer delez le premerain braz du Nil que len apele Carabas si quelle est assise entre le flun et la mer et le desert. Nequedent ele est loing de la bouche du flun pres de .iii. miles. Quant noz genz furent la venues par terre il troverent leur navie qui les atendoit iluec. Lors se mistrent es nes et passerent jusqua lautre rive du flun. Il lessierent Tanis a senestre qui jadis souloit estre noble cite ore est ausi com uns petiz chastiaus et siet pres dun marois entre les paluz et le rivage de mer. Noz genz tindrent la voie moienne si alerent bien entor .x. miles tant que il vindrent en .iv. jours devant Damiete.

XIV. Coment li rois Amauris assist la cite de Damiete.

Damiete est une des nobles citez degypte ancienne mout et bien assise pres du secont bras du Nil la ou il chiet en mer. Nequedent ele est loing de mer entor une mile. La sen vindrent nos genz par terre la veille de la feste saint Simon et saint Jude et se logierent entre la mer et la cite. Iluec atendirent leur nes qui avoient le vent contraire qui ne les leissoit venir si tost. Mes au tierz jor fu la mer apaisiee si que toute la navie vint avec eus et saresta pres de la rive du Nil. De lautre part du flun avoit une tor fort et haute bien garnie de genz armees por lui deffendre. Des cele tor jusqua la cite avoit une chaiene de fer tendue mout grosse qui tenoit noz genz que il ne poissent aler diluec encontre mont; mes de Babyloine et du Cahere venoient noz genz tout delivrement en la cite. Li nostre quant il orent bien atornee leur navie il se deslogerent de la ou il estoient et trespasserent les jardins; leur paveillons tendirent plus pres de la ville si que bien se poissent aprochier des murs. En cele venue ne firent riens; aincois se demorerent .iii. jors. Bien saperceurent puis que mauvese demorance puet nuire; car quant il vindrent iluec la citez estoit vuide et desgarnie de genz et darmes si que se li nostre vousissent assaillir tantost en leur venue bien poissent avoir prise la ville tandis com ele estoit en peor et en effroi. Mes ne demora mie apres ce que il virent venir contreval le flun grant plente de nes chargiees de bones genz et de toutes manieres darmes qui mestier ont a ville deffendre. Noz genz les veoient bien arriver en la cite et ne leur pooient deffendre. Bien cognurent que la citez ne porroit mes estre prise par assaut jusquele fust frete et afebloiee par engins. Lors comencerent a trere hors des nes perrieres et mangoniaus; charpentier drecierent .i. chastel de fust mout haut ou il avoit .vii. estages. Cil qui desus estoient pooient bien veoir ceus de la ville. Il firent chaz couverz de cuirs et voies couvertes por conduire les mineeurs aus murs. Quant ces choses furent einsi bien atornees par dehors il firent aiver la voie devant le chastel et trestrent avant si pres que li nostre archier et nostre chevalier qui desus estoient treioient dedenz la ville dars et darbalestes et gitoient pierres poignauz sur ceuz qui se deffendoient aus murs. Cil qui aus engins estoient atirie les fesoient giter souvent grosses pierres aus tors et aus meisons; si que en maintes manieres comencierent a grever la ville et ceuz dedenz. Cil qui venu estoient du Cahere et de Babyloine resavoient assez de teles besoignes; si comencierent encontre les noz engins a faire les leur. Il drecierent un chastel mout haut assez pres du nostre ou il mistrent genz armees assez qui ne finoient de trere et de giter et les leur perrieres gitoient aus noz grosses pierres por depecier. Cil du pais qui petit savoient avant de la guerre se comencierent a entremetre deus deffendre et porpenser en maintes manieres par que il se garantissent des grevemenz que li nostre leur fesoient. Cil dehors qui pener se deussent et traveillier encontre eus coment ils venissent a chief de la besoigne quil avoient emprise devindrent pareceus et nonchaillant por ce que il virent que li autre se deffendoient bien. Len ne set pas bien se ce fu par la malice des chevetaines de lost ou par leur parece mes il semble quil i eust de lun et de lautre; car li chastiaus quant il fu dreciez fu menez par leur comandement vers la plus fort partie de la ville en que il avoit greigneur garnison et lessierent les leus ou li mur estoient plus bas et foible; si que la ou il le menerent ne pooit faire nul domage; et si i fu trez a si grant peine que mout en furent li engigneeur traveillie et les autres genz grevees. Il fu assis tout droit encontre une eglise de Nostre Dame qui estoit delez les murs en que li crestien sogiet oroient et recevoient le sacrement. Coment que il fust du chastel ne fu mie doute que la demeure quil firent en leur venir ne fust fete par grant desloiaute; car il navoient lors dedenz la ville se genz non mauveses et esbahies qui ne se seussent deffendre se len les eust assailliz. Apres vindrent tant des Turs que bien poissent les noz atendre enmi les chans par que la citez estoit si bien deffendue.

XV. De ce meismes.

Une autre chose avint en nostre ost qui fu trop graveuse; car li Grec de que il i avoit mout grant plente comencierent a avoir trop grant soffrete de viandes; car les leur estoient du tout faillies. Lors veissiez que il abatoient les paumiers qui entor la ville estoient ausi espessement com une grant forest; au sommet queroient un tendron que len apele le fromage qui assez est de bone saveur et en ce est la vie de tout larbre. Cil qui mouroient de faim le menjoient mout volentiers et de ce vesquirent ne sai quanz jorz. En toutes les manieres quil pooient queroient art et engin encontre la famine qui cruelment les appressoit. Nequedent entreus estoient aucun des Grieus qui avoient noisetes de coudres que len claime avellanes et chasteignes seches de que il sostenoient leur vie assez a grant mesese. La nostre gent de Surie ne soffroient pas si grant meschief de pain ne dautre vitaille; ainz en avoient assez aporte; mes il nestoient mie certain combien len demorroit a ce siege; por ce navoient cure deus desgarnir ne nen vouloient aus autres point donner ne vendre. Une autre mesaventure leur avint par que il furent trop greve; car si granz plentez de pluie vint sur eus qui ne finoit de jorz ne de nuiz que li povre ne se pooient garantir en leur loges ne li riche en leur paveillons; aincois cheoit si grant fes deaue que robes armeures et viandes porrissoient toutes. Il covenoit a chascun entor sa tente faire fosse por recevoir la pluie quele nentrast dedenz leur liz. Cil de la ville se porpenserent dune chose qui grant mal fist a la nostre gent: car nos galies et les nes de Grezois qui toutes estoient treites fors de la mer encontremont le flun et se tenoient auques pres de la cite tout enpais et asseur si com len cuidoit; li Tur atendirent tant que il virent que mous venz venta qui venoit avec le flun contreval: lors orent appareillee une nef auques grant toute pleine destoupes et de fuerre de seches busches de poiz et de sain. Lors i mistrent le feu de toutes parz si lempeintrent en leaue et la lessierent venir selonc ce que li fluns et li venz la menoient. Ele descendi einsi esprise et alumee jusqua la nostre navie qui avoit toute leaue porprise. Entre noz nes saresta si quele ardi tantost .vi. de nos galies et greigneur domage eust encore fet car il estoit au matin que les genz se dormoient; mes li Rois sen aperceut et sailli tantost sur un cheval touz nuz piez si corut cele part. Il fist esveillier les notoniers et mena autres genz de lost por secorre les nes. Il esteindrent celes qui estoient esprises et plungierent en leaue cele qui le feu aportoit: a grant peine furent departies les saines des ardanz. Einsi se porpensoient li Tur de maintes choses porque les noz gens eussent grevement et domage. Touz les jorz pres avoit poigneiz devant les murs de la cite entre noz genz et les Turs; une eure en avoient li nostre le meilleur autre eure leur anemi si com il avient de guerre. Li nostre le comencoient touzjorz car cil dedenz ne fesoient nule saillie se lors non que len les atainoit. Nequedent il avoit une porte bastarde devers cele part ou li Grec estoient logie par iluec issoient il sovent et se feroient entre les heberges aus Grieuz si que mainz domages leur firent. Espoir quil leur coroient sus par ceste entencion quil les sentoient a plus mous et a mains hardiz que les autres; et bien resavoient que cil estoient greve de famine et afebloie mout des cors. Nequedent leur chevetaine Megaducas et li autre se contenoient mout bien encontre leur anemis; hardiement se deffendoient et leur coroient sus; si que par leur essample les meneurs genz devenoient preu et hardi. Sovent entroient en la ville noveles genz por refreschir les garnisons; si que bien estoit aperte chose que cil dedenz navoient soffrete de rien qui mestier leur eust; car par eaue et par terre pooit len aler delivrement en la ville. Lors se comencierent li nostre a desesperer de la besoigne quil avoient emprise et disoient tuit li plus sage que ce ne porroit mie estre tret a chief et que mieudre chose estoit que il sen retornassent en leur pais que il perdissent plus le tens les depenses et leur travauz; meismement quil avoient soffrete de viande; granz perilz et granz doute pooit estre que leur anemi qui estoient si granz plentez de genz ne venissent aucun jor sur eus et les decopassent touz. Por icez paroles firent parler li Grec premierement apres li notre baron meismes aus amirauz de leanz nomeement a un vaillant home qui avoit non Gevelins. Covenances firent entreus repostement; mes ne demora mie que li bans fu criez en lost de par le Roi et de par les barons li Tur le firent ausi crier en la ville que li .i. ne feissent mal aus autres; aincois alassent seurement et en bone pais cil dedenz en lost et li nostre en la cite.

XVI. Coment li Rois se parti du siege de Damiete.

Lors issirent li Tur hors de la ville et regardoient mout volentiers le Roi et ses barons les tentes et les armeures; et li nostre sen aloient par la ville regardant les fortereces et les meisons. Bien aperceurent que petit de domage fesoient a ceus dedenz li leur engin. Chascuns achatoit ce dont il avoit mestier et chanjoient leur choses li uns aus autres ausi debonerement com il neust onques eu entreus contenz. En ceste maniere demorerent iluec .iii. jorz; puis ardirent leur engins. Cil qui avec le Roi estoient venu par terre sen retornerent avec lui en Surie; si que le jor de la feste saint Thomas lapostre vindrent a Escalone. Por ce que la feste de la Nativite Nostre Seigneur estoit pres li Rois se hasta si quil vint a Acre la veille de Noel. Li Grieu qui par navie estoient venu monterent sur mer mes trop leur meschei dolereusement; car sitost com il se furent esquippe un pou loing une tempeste sordi si granz et si forz quele heurtoit les nes aus roches et aus rivages si que presque toutes et les petites et les granz furent perillees. De cele bele navie qui estoit la venue de dromonz de huissiers et de galies nen remest que un pou qui mestier eussent mes a metre en mer. Einsi furent noie li home qui dedenz estoient pres que tuit. En tele maniere se departi cil oz qui avoit este assemblez si granz que bien sembloit quil deussent faire une grant chose. Li Grezois furent domagie par maintes manieres que il ne porent eschiver; et nequedent cil qui eschaperent orent grant peor que leur sires lempereres Manuel ne se preist a eus et leur meist sus que par leur desloiaute et par leur mauvestie fust einsi avenu. Aucunes genz demanderent au Roi et aus autres barons de Surie par quele raison cele grant assemblee de genz sestoit einsi contenue que de riens navoient grevez leur anemis. Ne pot len trover en eus autre chose fors tant que parece et desesperance se mistrent es cuers de noz genz que nus ne vouloit fere son pooir aincois tenoient a perdu la peine et les despens que len metoit en cele besoigne. Nequedent cil qui la verite savoient mistrent mout du blasme su lempereur et sur les Grieus: car li Empereres avoit promis fermement que il envoieroit avec sa navie tant davoir que touz li oz en seroit longuement sostenuz. Mes de ceste chose ne trova len mie bien verite en sa promesse; aincois avint sitost come les genz de Grece et de Surie furent assemblees li despensier lempereur qui devoient maintenir les soffreteus comencierent tout premerain a avoir soffrete et querre emprunz por faire le despens a la leur gent; mes ne troverent mie la qui si grant chose leur pretast.

XVII. Du grant crolle qui avint au tens le roi Amauri.

En leste qui vint apres de cel an meismes eu mois de juing uns si granz crolles avint en ces parties de la terre de Surie que len navoit onques mes a ce tens oi parler de si grant; car il abati par tout le pais grant partie des anciennes citez et les fortereces de mainz chastiaus; les abiteeurs escachoit des ruines si que mout fu li nombres apeticiez en la terre de toutes manieres de genz. En la contree que len apele Celessurie fut fondue jusquenz enz terre la graindre partie des murs et des meisons de la noble cite dantioche; des eglises meismes cheirent pluseurs qui a peine porent puis estre remises en tel point com avoient este devant. En ces parties meismes cheirent deus bones citez sur la marine Gibel et Lalische. Des autres qui sont enmi la terre la endroit fondirent Halape Cesaire et Haman. Des chastiaus qui einsi perillerent estoit li nombres trop granz en la terre de Fenice. Le jor de la feste aus deus glorieus apostres saint Pere et saint Pol entor eure de prime crolla sodeinnement la terre dedenz la cite de Triple si durement que petit en remest quele ne fondist toute. Si doulereusement fu la ville depeciee quele ne sembloit que .i. murgier de pierre et estoit uns granz sepuchres de genz qui desouz gisoient escachiees. En la cite de Sur qui si est renomee fu li crolles: la not mie mout grant plente de genz perilliees; mes des greigneurs tors qui en la ville fussent cheirent a terre sur meisons et sur mostiers. Len trovoit lors par la terre assez fortereces descloses et desconfites. Lors estoit legiere chose aus Turs de conquerre sur nous citez et chastiaus a grant plente mes il meismes avoient tel peor de cele vengence qui de Nostre Seigneur venoit que il navoient nul talent de movoir guerre. Einsi estoit il de nos crestiens; car chascuns pensoit a soi faire confes et repentir de ses pechiez por atendre la mort qui leur estoit devant les euz: ne leur sovenoit a ce point de porter armes. Icele tempeste qui einsi courut par la terre ne fu mie toute finee car ele dura pres de quatre mois si que trois foiz ou quatre entre jor et nuit sentoit len le crolle en une ville. Tuit estoient en tel effroi que len noist ja si petite noise que chascuns ne cuidast morir tantost: tel peor avoient ceus qui vivoient deus meismes que il ne pooient entendre a plorer les morz; en dormant navoient il point de repos ne finoient de tressaillir et leur sembloit que leur meisons fondoient souz eus. Par la grace Nostre Seigneur en la terre de Palestine qui est vers Jherusalem ne courut mie cist granz domages de perdre les villes ne les genz.

XVIII. Coment Salehadins assist le chastel de Daron.

Quant vint li mois de deloir novele courut par la terre mout espessement que Salehadins avoit assemble de la terre degypte et du roiaume de Damas chevaliers et autres genz assez et sen vouloit venir mout efforcieement eu roiaume de Jherusalem por faire du pis quil poist. Quant li Rois oi la renomee de ceste chose si se hasta tant com il pot et sen vint a Escalonne por aprendre la certainete de ce que len disoit. Quant il fu la sanz doutance li dist len et voirs estoit que Salehadins avoit assis le chastel que len apele le Daron et avoit amene un des granz oz que len veist onques mes. Cil sieges avoit ja dure .ii. jorz; de toutes parz assailloient li Tur a cele forterece si fierement que cil dedenz ne pooient avoir point de repos de jorz ne de nuiz. Li plus deus estoient ja si navre que il ne portoient mes armes ne ne saparoient aus deffenses. Li mineeur avoient ja abatue une grant partie du mur si que li Tur avoient ja pris le baile et par force avoient noz crestiens touz fez flatir en une tor; de cele meismes estoit ja touz li huis ars et depeciez: en ceste maniere le contoit len le Roi. Li chevetaines de cele garnison estoit chevaliers bons loiaus hom et mout doutoit Nostre Seigneur Anseaus de Pas avoit non. Se il ne se fust le jor si bien entremis de deffendre sans faille li chastiaus eust este perduz. Et quant li Rois sot que li covines de noz genz estoit si foibles merveilles fu corrouciez et angoisseus; si tost com il pot envoia querre genz a cheval et a pie tant com il en pot avoir en si petit de tens. Descalone sen issit le dishuitiesme jor de ce mois et vint en la cite de Gaze. Avec lui estoit li Patriarches qui porta la vraie croiz et levesques Raous de Bethleem qui estoit chanceliers le Roi et Bernars levesques de Lidde. Des barons ni avoit gueres. Il firent nombrer leur genz: de ceus a cheval ne troverent que .ii c. et .l. mes entor .ii m. i avoit de genz a pie. Not onques dormi en leur ost toute cele nuit car il doutoient la jornee de lendemain. Maintes devises firent come cil qui assez avoient a faire. Avec eus pristrent des freres du Temple ne sai quanz qui la sestoient assemble. Au matin quant li soleuz fu levez il se mistrent tuit ensemble a la voie tout droit vers le Daron. Cist chastiaus siet en la terre de Ydumee outre le ruissel qui est bone et devise de la terre degypte et de Palestine. Li rois Amauris avoit iluec fete une forterece ne sai quanz anz devant ce en un tertre un pou hautet par achoison des murailles ancienes qui i paroient encore. Les ancienes genz du pais dient que jadis fu en ce leu une abaie de Grieuz. Por ce lapele lon Daron qui sone autant come meisons de Grieus. Li Rois avoit iluec ferme un chastel petitet; ne tenoit mie plus du giet dune pierre; fez estoit en carreure; es quatre angles avoit quatre torz de que lune estoit plus grosse et plus haute que les autres; mes il ni avoit fossez ne barbacanes; pres estoit de la mer au quart dun liue. Diluec navoit jusqua la cite de Gaze que quatre miles. Entor cele forterece sestoient herbergie gaaigneeur de terres et aucun marcheant. Une ville i avoient fete et une eglise. La povre gent i demoroient plus volentiers que dedenz les citez. Li Rois lavoit ferme por sa jostise croistre et bouter avant et por garantir les villes que len claime casiaus qui chascun an li rendoient certaines rentes; et porce que len conduisoit iluec les trespassanz li marcheant i devoient paage.

XIX. Coment li rois Amauris resqueist le Daron.

Quant li oz fu touz issuz de Gaze il monterent sur un tertret qui estoit en la voie tant de gent com il estoient; et virent lost des Turs dont li pais estoit touz coverz. Se il se douterent ne fu merveille. Lors se comencerent a estreindre et tenir tuit serre: toutesvoies sen aloient vers eus. Quant li Tur les virent venir ne les prisierent gueres porce que pou estoient. Tantost leur corurent sus a desroi; de maintes parz les assaillirent porce quil les vouloient desjoindre et entrer en eus; mes cil se tindrent toutesvoies tuit ensemble et se venoient deffendant jusquil furent au leu quil venoient rescorre. Iluec se logierent malgre leur anemis. Li Patriarches monta en la tour tuit li autre tendirent leur paveillons dehors; lors vindrent assez des Turs devant les noz por querre joustes. Li nostre montoient par tropiaus et maintes foiz asembloient a leur anemis en pluseurs leus. Assez i ot fet de biaus cops et de beles joustes; mes li nostre en avoient le meilleur pres que touzjorz. Ceste chose leur dura jus que la nuit vint; mes sitost com il fu anuitie Salehadins mist ses batailles en conroi et se parti diluec. Toute nuit chevaucherent tant quil vindrent au ruissel la se logierent; au matin virent quil estoient pres de la cite de Gaze; lors sadrecierent cele part. Gaze fu une tresnoble citez des Philisteiens mout anciene de que len trueve maintes paroles es vielles estoires. Aus ruines des murailles qui encores i aperent semble bien que ce fu jadis grant chose. Lonc tens fu quele estoit si deserte que nus ny abitoit jusque li rois Baudoins qui fu li quarz rois fist fermer un chastel a force en une partie de cele anciene cite: ce fu aincois que Escalonne fust prise. Len le donna aus Templiers por garder et tenir a touzjorz. Cele forterece ne pot mie porprendre tout le tertre sur que la citez avoit este; mes povres genz gaaigneeur et marcheant vindrent apres qui se herbergerent entor ce chastel et clostrent ce leu ou il estoient de mur bas et de portes. Quant cele gent oirent que li Tur sen venoient sur eus il sen entrerent dedenz la forterece et mistrent dedenz leur femmes et leur enfanz. Il estoient gent desarmees qui ne savoient rien de guerre: les meisons et les clostures quil avoient fetes lessierent toutes desgarnies; mes cil Miles de Planci dont je vos ai parle qui mout estoit fel et pou piteus mist dedenz cele povre enceinte des genz de nostre ost et dist que ce seroit granz mauvestiez de lessier si tost perdre ce borc. Avec les autres se mistrent la dedenz bacheler juene preu et hardi qui estoient ne de Jherusalem de la rue que len apele la Mahomerie; entour .lxv. estoient que cil Miles en envoia de lost par nuit et sen entrerent en cele mauvese fermete qui entor le chastel estoit. Iluec se deffendirent mout bien a une partie du mur mes laceinte fu granz et cil furent pou par que li Tur sen entrerent eu borc de lautre part et forclostrent cez si les pristrent par derriers la ou il se combatoient mout bien aus deffenses. Quant cil se virent aceinz de leur anemis il se retornerent vers eus et mainz en ocistrent si que bien se vendirent chier; mes toutesvoies furent iluec tuit decoupe et assez des autres genz de la ville. Les femmes quil troverent la tuerent toutes les petiz enfanz flatissoient par les piez aus roches; trop cruelment se contindrent iluec. Cil qui dedenz la forterece sestoient mis giterent pierres et trestrent saietes espessement si que bien deffendirent ce petit chastel contre leur anemis. Li Tur qui orent prise la cite et ocis les noz qui dedenz estoient se partirent diluec por retorner vers le Daron. De noz genz a pie troverent entor .l. qui sestoient folement esloignie de lost; il leur corurent sus; cil se deffendirent tant com il porent mes au darrenier furent tuit mis a lespee.

XX. Coment Salehadins ala en Egypte.

De la se partirent li Tur et conraerent leur batailles de quoi il firent .xlii. Les .xxii. sen alerent la voie de la marine por passer entre la mer et le Daron; les autres tindrent la voie desus parmi la terre jusque il eussent passe le chastel et fu comande que des lors revenissent toutes ensemble. Li nostre virent que leur anemis sen venoient tuit en conroi vers eus si se ratornerent au mieuz quil porent por combatre. Mout estoient pou de gent avers cez mes Nostre Sires leur dona cuer et hardement por que il avoient ferme esperance de venir au desus. De ce ne cuidoient il mie douter que il neussent la bataille et que li Tur ne venissent vers eus por autre chose: mes cil avoient autre pensee car il estoit devise entreus que il ne guenchiroient ne a destre ne a senestre aincois sen iroient toute leur droite voie en Egypte. Quant li Rois les vit passer outre et sot certainement par ses espies qui avoient encerchie leur covine que tele estoit leur entencions que il sen partissent sanz retorner il leissa genz por refaire le chastel qui estoit par leus deshoisiez et desclos et comanda quant il seroit bien rapareillez que granz partie deus se remansist dedenz en garnison. Il enmena le remenant de sa gent a Escalone. Trop se merveillerent tuit de ce que li Tur avoient eschivee la bataille qui avoient si grant nombre de gent. Li baron du roiaume de Surie qui la estoient distrent que onques mes navoient veu deus tant ensemble; car il fu bien seu que il i avoit plus de .xl m. Turs a cheval. Eu tens de lors lendemain de la feste aus Ynnocenz fu martiriez messires saint Thomas li arcevesques de Cantorbire en cele cite meismes dedenz la mestre eglise. Il fu nez de Londres; larcevesques Tiebauz li avoit done avant larcediacre de Cantorbire. Li rois Henris cognut son sens et sa loiaute; si le fist son chancelier et mout le creoit des aferes dangleterre. Apres por sa bonte il fu esleuz a arcevesque quant cil Tiebauz fu morz. Lors comenca a maintenir les droitures de Sainte eglise que len grevoit mout ledement au tens de lors en cele terre. Li Rois qui bien li avoit fet et lavoit tenu entre ses plus privez conseillers se corrouca plus de lui que dun autre dont il li contredisoit sa volente. Por ce li deffendi sa terre. Li preudom sen vint com essilliez eu roiaume de France qui maintes foiz a secoru aus besoigneus; .vii. anz demora en cel essil pres que touzjorz fu en la cite de Senz et a Pontegni. Apres li rois Loys de France li fist sa pais au roi dangleterre si que par son congie sen retorna en sarceveschie. Ne demora gueres que il qui mout en grant pacience avoit sofferz les torz et les grevemenz que len li avoit fet porce quil deffendoit la droiture de Sainte eglise fu martiriez dedenz leglise devant un autel qui est si com len vet du cloistre vers le cuer. Nostre Sires par sa grace et por la deserte de ce saint home a puis fez mainz biaus miracles en ce saint leu por refreschir la vigueur des prelaz et por mostrer par lessample de celui quil ne doivent mie lessier perir Saint eglise entre leur mains.

XXI. Coment li rois Amauris sen ala en Costantinoble.

En lan qui vint apres li rois Amauris vit que la terre de Surie estoit grevee des anemis de la foi en pluseurs leus et en maintes manieres; si douta mout que la chose ne venist en greigneur peril; car li grant baron et li preudome de la terre estoient presque tuit mort. Les heritages tenoient leur fil qui estoient juene et fol; en mauves us despendoient leur richeces ne queroient que les aises des cors ne napercevoient mie bien en quel point et en quele aventure touz li roiaumes estoit. Por ce fist assembler un jor li Rois les prelaz de la terre et touz les barons juenes et vieuz; par bel langage leur mostra la foiblece de la terre et du pueple si que tuit la cognurent; conseil leur demanda coment il se porroit contenir en maniere que la crestientez du pais ne perillast du tout. Il respondirent tuit a une voiz que par leur pechiez les tenoit Nostre Sires si au desouz que il navoient pooir dassaillir leur anemis ne deus deffendre se il les venoient assaillir. Il ne savoient autre voie de leur garantise forz tant que len envoiast bons messages et bien parlanz aus princes des terres devers Ocident dont granz secors leur estoit maintes foiz venuz. Longuement fu tenue la parole sur ce; au darrenier fu de touz acorde communement que len mostrast le perilleus estat de la Sainte terre aus barons doutre la mer et que granz genz i alassent por ce dire premierement a lapostoile de Rome a lempereur dalemaigne au roi de France au roi dangleterre au roi de Sezile et a touz les rois despaigne; et bien fu dit que len parlast de ceste chose a touz les meneurs barons qui desouz les granz seigneurs estoient. Et por ce que ceste chose demourroit mout car les terres estoient bien loing ou cil message devoient aler tuit sacorderent a ce que len envoiast hastivement a lempereur de Costantinoble por demander aide; car il estoit plus pres que li autre et mout avoit grant pooir deus aidier de genz et de richeces. Bien leur sembloit que a lui ne plairoit mie que li mescreant conqueissent la Sainte terre et marchississent a lui au leu des Crestiens. Il distrent tuit que por si grant home requerre covenoit envoier grant message qui bien le seust esmouvoir de metre conseil en cele besoigne. Quant il orent einsi parle longuement li Rois se leva et se trest a une part son prive conseil apela ou il ot pou de gent puis retorna arrieres et parla devant touz en ceste maniere: Biau seigneur je voi que nostres afaires est perilleus et en grief point. Vos ne vos poez acorder de trover messages a fornir ceste besoigne dont vos avons parle. Je douteroie que Nostre Sires ne men seust mau gre se je me traioie arrieres car la besoigne est seue. Por ce je vos offre bien que je sui prez daler a lempereur de Costantinoble; car je ai bone esperance en Dame Dieu quil fera plus por moi que por nul de vous; car il me crerra de vostre mesaise que je li dirai et il i metra conseil por Dieu et por moi; et je vos pri que vos menvoiez a lui car contre cest besoing ne regarderai je ja a peine ne a peril de mon cors. A ceste parole tuit cil qui loirent furent esbahi et comencerent a plorer et a dire que trop seroit due chose et greveuse que li roiaumes remansist sanz le Roi. Mout sen voudrent descorder mes il leur rompi tantost la parole et dist en apert: Nostre Sires gart et sauve son roiaume que je en sui sergenz; car je ai afichie en mon cuer de fornir ce message se la volente Nostre Seigneur i est et je nel leiroie por riens que len me deist. A tant remest li contenz. Sur ce li Rois appareilla son oirre; il prist avecques lui levesque Guillaume dacre et des barons de la terre Guermont de Tabarie Jehan darsur Girart de Pougi qui estoit mareschaus Rohart le chastelain de Jherusalem Renart de Nephins; car Phelippe de Naples qui avoit ja lessiee la mestrise du Temple envoia il avant par terre. Il ot fet appareillier .x. galies en que il entra atout bele compaignie. Tant nagierent que il vindrent sanz encombrier en la mer que len apele le bras Saint Jorge.

XXII. Coment li Empereres receut le Roi ennorablement.

Li Empereres qui estoit sages et de grant cuer cortois et larges si com il aferoit a tel prince oi la novele que li rois Amauris estoit arrivez en sa terre. Premierement se merveilla mout porquoi si hauz hom com il estoit et sires de si ennore roiaume estoit venuz a lui par granz travauz et par mainz perilleus passages: apres sapensa que ce estoit granz enneurs a son empire et granz acroissemenz a sa hautece dont si puissanz princes estoit venuz a lui que len ne trovoit pas lisant en nule estoire que au tens a ses ancesseurs rois de Jherusalem fust onques mes venuz aus empereurs de Costantinoble. Por ce tint a trop grant chose que cil qui estoit garde et deffenderres des Sainz leus en que nostre foi commenca sestoit traveilliez de venir jusqua lui. Lors fu mout liez en son corage et le vout ennorer en maintes manieres. Tantost apela Jehan qui estoit ses nies et li plus hauz des princes du palais; il estoit protosevasto cest a dire senechaus. Li rois Amauris avoit sa fille a femme. Celui envoia encontre son gendre et li comanda que sur toute rien se penast de lui ennorer et noblement le feist recevoir par les citez ou il passeroit. Apres li dist que quant il saprocheroit de la cite de Costantinoble nentrast mie dedenz jusquil eust receuz les messages lempereur. Quant cil ot fet mout bien ce que ses sires li comanda et ot amene le Roi jusque pres de Costantinoble a une cite qui a non Galipople qui siet pres la ou li bras Saint Jorge chiet en la grant mer iluec li vindrent autre baron a lencontre; et porce que li venz nestoit mie bons por nagier en Costantinoble li Rois descendi iluec de ses galies et vint a cheval jusqua une cite que len apele Eraclee qui est en ce rivage meismes de la mer. Iluec trova que li venz fu changiez et ses galies i refurent venues. Il entra dedenz et sen ala sanz nul encombrier jusque en Costantinoble.

XXIII. Des granz richeces que li Rois vit en Costantinoble.

Sur le rivage de la mer dedenz la cite de Costantinoble siet un palais lempereur qui est apelez Costantiniens devers soleil levant. De la descent a la mer uns granz degrez larges fez mout richement a tables de marbre et si i a lions et colombes hautes de marbre de maintes coleurs. Par la ne monte nus eu palais se lempereres non et li haut hom qui avec lui sont quant il vient par mer. Por ennorer le Roi vout encontre la costume qui estre soloit que li Rois entrast par iluec. Et quant il fu la arrivez grant compaignie des barons du palais li fu a lencontre qui ennorablement le receurent et le menerent jusquen la sale en haut par voies richement atornees; et portes i avoit nobles et de si riches oevres que tuit sen merveilloient cil qui nes avoient onques mes regardees. Lors vint la ou lempereres seoit avec ceus qui estoient plus haut et plus ennore au palais. Devant le siege lempereur en la sale pendoit une cortine large et haute de soie trop richement ouvree dor et de pierres precieuses. Cil qui estoient plus prive de lempereur menerent le Roi dedenz cele cortine ou lempereres se seoit et ce fu fet tout a escient por lui ennorer; car quant il ni ot se ses genz privees non lempereres se leva contre lui. Ce ne feist il mie legierement se la cour fust pleniere; car trop despleust aus Grieus se il leussent veu et deissent que mout fust abessiee la hautece de lempire. Quant li Rois fu assis len trest la cortine mout soutilment par cordes a une part lors aparut lempereres qui seoit sur un faudestuef dor mout richement vestuz de dras emperiaus si que tuit le virent cil du palais. Li Rois seoit dejoste lui sur un trop riche siege covert de drap batu a or; mes plus estoit bas que li suens. Lempereres apela les barons de Surie chascun par non touz les salua et beisa lun apres lautre. Quant il furent assis debonnerement les enquist de leur estres et parloit a eus de maintes choses cortoisement si que tuit saperceurent quil avoit grant joie en son cuer de leur venue. Il avoit comande a ses privez chamberlans que il appareillassent au Roi et a sa privee mesnie dedenz le palais meismes sales et chambres si delitables et si riches que trop estoit grant merveille de veoir les diversitez qui la estoient. Chascuns des barons ot en la cite pres diluec ostel assez plus richement que mestiers ne li estoit. Quant li tens fu il pristrent congie a lempereur et sen ala li Rois et chascuns des barons la ou li Grieu les avoient hebergiez. Lendemain et par mainz autres jorz apres li Rois et li haut home de sa terre aloient a lempereur par certaines eures et parloient a lui a grant loisir de la besoigne por que il estoient venu. Par maintes raisons li mostroient que il i devoit metre grant conseil et sur toutes riens le prioient dune chose que il par tens les delivrast si que il sen poissent retorner en leur terre; porce que nestoit mie sanz grant peril li roiaumes sanz le Roi. Priveement parla li Rois a lempereur seul a seul et li mostra que legiere chose li seroit plus que onques mes navoit este de conquerre tout le roiaume degypte. Lempereres li respondit debonnerement et mout sacorda aus raisons que cil li mostroit. Grant aide li promist et tel conseil a metre que il treroit bien a chief lemprise quil li looit. Lors dona au Roi granz dons et riches; touz ses barons ennora des granz richeces et des estranges dons quil leur departi. Sovent les fesoit venir devant lui por ennorer et por savoir le covine de chascun. Lors fist une chose de que si Grieu se merveillierent mout; car li mostra au Roi et a ses barons les granz tresorz que si ancesseur avoient assemblez: chapeles anciennes et voutes secrees pleines de pierres precieuses de riches dras de reliques et de cors sainz. Toutes furent ouvertes et mostrees au Roi; par desus ce le mena lempereres la ou grant partie de la vraie croiz estoit et li mostra les clous la lance lesponge la coronne despines qui furent au crucefiement Nostre Seigneur; le drap que len apele synne ou il fu envelopez et les sandales de que il fu chauciez fist aporter devant lui. Nules granz privetez navoit este mise es tresors de lempire des le tens Costantin Theodoise et Justinien qui furent haut empereur que nostre gent ne veist toute. Apres ce lempereres por deliter le Roi fist venir devant lui diverses manieres de jeus si estranges que tuit sen merveilloient; estrumenz de maintes guises li fist oir queroles de puceles qui estoient merveilles a veoir menestereus qui jooient en maintes guises; batailles cours a chevaus et en curres. Toutes ces choses vindrent devant eus. Noz genz les regardoient a teus merveilles que tuit en estoient esbahi.

XXIV. De ce meismes.

Quant il orent einsi demore ne sai quanz jorz au palais Costantinien por esbatre et por ce que li sejor en un leu ne leur ennuiast lempereres mena le Roi en un palais novel que len apele Blaquerne; iluec furent hebergie ambedui. A peines porroit len deviser coment li Rois ot riches sales et chambres ou il avoit bainz estuves et toutes manieres daises et de deliz. Si baron furent hebergie en biaus osteus pres diluec. La recomencerent les genz a lempereur ennorer en maintes manieres et a granz despens le Roi et la seue gent. Apres les menerent par la cite de Costantinoble qui mout est granz. Les eglises leur mostroient de coi il i a mout grant nombre; coulombes de coivre et de marbre trovoient par mainz leus ovrees a ymages; ars de pierre que len apele les ars triumphaus entaillez a diverses estoires regardoient noz genz a granz merveilles. Li haut home de la cite qui estoient sage et ancien conduisoient le Roi par la ville et de toutes choses le fesoient sage par queus raisons eles estoient fetes et queus senefiances eles avoient. Li Rois leur demandoit de tout et les escoutoit mout volentiers. Apres ce por ce que li Rois se merveilloit mout de cele mer que len apele le braz Saint Jorge dont ele venoit il entrerent en galies et sen alerent najant jusqua lentree de la grant mer la ou cil braz se part du pelagre por venir vers Costantinoble. Li Rois estoit uns teus hom qui mout se delitoit en veoir ces estranges choses; et demandoit trop volentiers les ancienetez et les raisons de tout. Por ce cerchoit ces leus ou il trovoit les diversitez. Quant il ot bien enquis toutes les merveilles de Costantinoble lors sen revint a lempereur et parla a lui de cele afaire quil estoit venu querre et bien sacorderent entreus deus aus covenances qui devisees furent. Letres en furent faites et saelees en or de leur deus seaus. Lors prist congie li Rois por soi partir et retorner en son pais. Il apareilla son oirre richement. Lors aprimes aparut vers lui la grant largece lempereur Manuel; car il donna au Roi si abandoneement granz fes de perpres dor de pierres precieuses et de dras de soie a touz ses barons ausi et aus sergenz de son hostel tant que tuit en orent assez. Apres vint Jehans protosevasto qui fille le roi avoit si redona au Roi et a ses hauz homes tant de riches dons que se lempereres les eust donnez si le tenist len a grant chose. Li communs des autres granz homes de Grece vint apres ausi come sil en eust entreus contenz et aatine. Tuit donerent au Roi dons et joiaus riches et divers et a touz ceus qui avec lui estoient. Quant la muete le Roi fu appareilliee il entra en ses galies et se parti de lempereur et des autres a bon gre et a grant amor de touz. Bien passa .cc. miles de cele petite mer qui a non le braz Saint Jorge et vit ces deus anciennes citez Sexton et Abidon qui sont deca et dela. Lors entra en la grant mer qui vet parmi la terre. Il orent bon vent et vindrent tout sanz contrere; si quil arriverent tout droit en mi juing en la cite de Saiete.

XXV. De ce meismes.

Grant joie firent en la terre quant li Rois fu retornez. Il oirent tantost la novele que Noradins estoit vers la contree de Belinas et tenoit avec lui grant gent. Lors douta li Rois que il ne vousist entrer en sa terre et faire siege ou gaster le pais: por ce sen ala hastivement en Galilee et manda touz les barons du roiaume delez une fontaine mout renomee qui est entre Nazareth et Sephorin por estre ausi com eu milieu de tout le roiaume; si que il poissent tost corre la ou li besoinz sordist. Por ceste raison suelent li roi de Surie maintes foiz assembler leur ost a cele fontaine. En ce tens fu retornez larcevesques Ferris de Sur qui avoit este envoiez en France et es autres terres por demander secors et riens namena avec lui ne promesse ne li fist len du venir. Nequedent li cuens Estienes qui fu filz le vieil conte Tiebaut de Champaigne de Chartres et de Blois estoit venuz un pou devant lui; car li Rois lavoit envoie querre par larcevesque quil li voloit donner sa fille a femme. Mes quant il fu en la terre de Surie il qui estoit hauz hom et juenes se contint plus jolivement et plus legierement eu pais quil ne deust. Il refusa les covenances et le mariage que li Rois li ofroit et si avoit larcevesques mande par ses letres quil si estoit acordez en France; mes li estres de la terre ne li plut mie par que cil du pais meismes ne se racorderent mie bien a lui. Il se parti et atorna son oirre come por retorner en son pais par terre; il vint en Antioche apres sen entra en Cilice; messages ot envoiez au soudan du Coine quil li envoiast conduit por passer par sa terre jusque en Costantinoble; mes quant il fu venuz jusque delez une cite de Cilice que len apele Mamiste uns des puissanz barons dermenie qui estoit freres Toros Miles avoit non lot fet espier et mist son guet la ou il devoit passer. Lors corut sus a lui et a ses genz tout le desroba et li toli de mout riches joiaus de maintes manieres quil enportoit en son pais: a peines li rendirent a grant priere un povre roncin sur que il monta et vint jusquen Costantinoble par grant peril et a grant travail; et mena avec lui ce quil pot reconcueillir de sa gent. La trova il assez chevance. En ce tens meismes vint en la terre doutre mer uns autres cuens Estienes vaillanz hom sages et paisibles et de bele contenance filz le conte Guillaume doutre Seone: et vint la ausi Henris li juenes dux de Borgoigne nies a celui conte Estiene dont je vos parlai dessus filz de sa sereur. Cil vindrent en pelerinage au Sepuchre mes ne demorerent gueres eu pais aincois sen retornerent par lempereur de Costantinoble qui mout les ennora et leur donna de riches dons. Puis vindrent en leur terres sanz encombrier. En lan qui vint apres qui estoit huitiesmes du regne le roi Amauri li evesques Guillaumes dacre que li Rois ot envoie de Costantinoble en Ytale por demander aide ot bien et loiaument par grant sens acompli son message. Comande li estoit quil sen revenist par lempereur por lui dire quil avoit fet. Si com il sen retornoit tout droit vers lui et ja estoit venuz a la cite dandrenople qui siet en la seconde Trace iluec fu morz par trop grant mesaventure et vos dirai coment. Li bons hom estoit las de la voie longue et traveilleuse: quant il ot mengie si se coucha dormir a meriene devant lui gisoit uns chapelains que il avoit ordene a provoire et mout estoit ses privez Robert le clamoit len. Cil avoit eu une longue maladie dont il estoit gueriz. Mes si come len cuide sodeinement rechei en frenesie et corut a une espee qui estoit en la chambre: levesque quil trova dormant feri destoc parmi le cors en pluseurs leus et a coup parmi la teste tant quil le navra a mort trop cruelment. Li bons hom crioit tant que cil qui dehors estoient loirent et corurent cele part. Il voudrent entrer enz; mes li huis estoit fermez par dedenz. Par force le pecoierent et troverent leur seigneur einsi atorne. Il voudrent prendre et ocire le provoire qui ce avoit fet mes levesques quant il les entendi si com il pot parler leur cria merci et tendi ses mains jointes quil ne li feissent point de mal: et ce leur requist por remission de ses pechiez. Sitost com il ot ce dit lame sen parti le jor de feste saint Pere et saint Pol. Maintes genz douterent savoir se cele aventure avint itele par la maladie a ce provoire; car grant merveille fut se la frenesie le prist si soudeinement; car tuit cuidoient quil fust touz sainz. Aucunes genz distrent quil lavoit fet tout a escient por la haine dun chamberlenc levesque qui estoit si bien de son seigneur que il melloit a lui ce provoire et les autres quant lui plaisoit. En cel an meismes fu esleuz a evesque dacre uns chanoines et de leglise souzdiacres Joces avoit non. Ce fu au mois de novembre le jor de feste saint Climent.

XXVI. De la grant desloiaute Melier le frere Toros.

Ne demora gueres apres ce que cis granz hom qui estoit princes des Ermins dont je vos ai parle desus Toros avoit non fu morz: uns suens freres qui estoit apelez Melier hom pleins de grant malice et trop desloiaus vout avoir son heritage. Por ce vint a Noradin et li requist mout par covenances quil li offroit quil li prestast de sa gent et li feist aide tele par que il poist toute cele terre prendre a force; car uns suens nies filz de sa sereur Thomas avoit non si tost come Toros fu morz qui estoit ses oncles entra en cele terre par la volente de touz ceus du pais qui li avoient fet venir et la tenoit ja toute enpais come la seue. Cil estoit latins mes petit avoit de sens. Melier fist a Noradin seurte de tenir les promesses quil li avoit fetes si que cil li bailla grant partie de ses chevaliers par que il vint en la terre que Toros avait tenue et fu li primerains entre ses ancesseurs qui Sarrazins amena en cele terre. Lors comenca a faire mout granz cruautez eu pais si que cil ne le porent soffrir ne tenir encontre lui la terre. En ceste maniere enchaca son neveu et conquist tout le pais. Tout au comencement toli aus Templiers quanquil avoient en ces parties et si avoit il este freres du Temple. Des lors comenca il a estre si amis et aliez de grant amour et de grant privete a Noradin et aus autres Turs que dui frere ne se poissent mie plus entramer. Encontre ce il qui crestiens estoit avoit touz ceus de nostre foi tornez en si grant despit et en si grant haine quil leur porchacoit tout le mal quil pooit. Quant il les pooit prendre en bataille ou dedenz fortereces mout cruelment les menoit; sovent les envoia touz liez en paiesnime por vendre aus Sarrazins. Quant li princes dantioche et li autre baron qui marchissoient a ce cruel home virent que il ne porroient avoir nul peieur voisin ne porent plus soffrir aincois sassemblerent et li murent guerre. Sanz faille nestoit mie bons essamples aus genz de la loi crestienne qui estoient einsi aceint des mescreanz de toutes parz que il portassent armes li un contre les autres; mes cil qui deust estre devers eus leur estoit si deloiaus anemis que par force covint por deffendre leur freres que il le tenissent ausi com un Tur a leur malfeiteur. La novele de ceste guerre vint au Roi qui estoit en Surie et li sembla que ce seroit grant afoibloiement de la gent quil avoit a governer se cil contenz duroit longuement. Por ce sen vint a privee compaignie vers Antioche; car il entendoit a parler de la pais entreus. Ses messages envoia pluseurs foiz a ce deloial ermin qui avoit non Melier et li pria quil venist a lui parler tout seurement a un jor et un leu que il li noma; car il li diroit son preu se il le vouloit croire. Cil fist semblant que la parole li pleust mout et manda au Roi que il viendroit mout volentiers; mes onques nen ot talent aincois comenca a trover achoisons et esloignes por lui detenir a paroles si que li Rois aperceut au darrenier quil ne troveroit en celui se barat non et menconges et desloiautez. Lors fist semondre ses oz par toute la contree et sen entrerent efforcieement en la pleine terre de Cilice qui obeissoit a ce desloial ermin; car il ne leur estoit mie legiere chose de surprendre les montaignes ou li fort chastel estoient; mes il sen alerent par les plains les blez ardirent et destruistrent les caseaus; mout li fesoient granz domages. Mes uns messages vint au Roi hastivement qui entendant li fist si com voirs estoit que Noradins estoit venuz o grant plente de gent en la seconde Arabe et avoit assise une cite que len apeloit ancienement La Pierre mes len apele ores Le Crac. Quant li Rois oi cele novele mout en fu angoisseus et douta le peril de perdre cele forterece. Por ce prist congie aus princes et aus autres barons qui avec lui estoient si sen retorna hastivement. Mes aincois quil fust venuz dedenz son roiaume li baron du pais sestoient assemble mout viguereusement et tant de gent concueillirent com il porent avoir: chevetaines de leur ost estoit Onfroiz li conestables; levesques Raous de Bethleem portoit la vraie croiz. En ceste maniere sadrecierent tuit en conroi cele part ou Noradins estoit por lever le siege par force. Ne demora gueres que leur espies quil avoit envoiees avant por savoir le covine des Turs retornerent a eus et leur distrent la verite que Noradins navoit point fet de mal a la cite du Crac aincois sen estoit partiz du siege et retornez en son pais. Einsi avint que quant li Rois fu retornez en sa terre il trova lafaire en bon point et en greigneur pais quil navoit cuidie.

XXVII. Coment Salehadins corut par la terre des Crestiens.

Salehadins vint en lan apres qui ot assemblee mout grant chevauchiee de Turs et tout le pooir degypte por entrer eu roiaume de Surie. Il orent ja passe le desert qui estoit entre .ii. et furent venu jusqua un leu que len claime le Cannoi des Turs. Li Rois qui ot seu son appareillement aincois quil venist avoit ja semons ses oz et appareilliees genz assez. Li Patriarches i fu venuz qui portoit la vraie croiz. Il murent tuit ensemble et se logierent entor le leu qui a non Bersabee por venir au devant de leur anemis se il venissent cele part. Il navoit pas entre les deus oz plus de .xvi. miles; et nequedent li Rois ne savoit pas bien la certainete se li Tur estoient la ou non; mes sans faille iluec sestoient logie por avoir laisance de leaue. Lors fist venir li Rois ses barons devant lui por demander conseil quil feroient. Aucuns en i avoit de cez qui bien savoient que leur anemi nestoient mie loing; mes nen firent onques semblant aincois donnerent conseil que len sen retornast vers Escalone; por ce espoir que Salehadins sen vendroit cele part. En tel maniere firent semblant que il le queissent la ou il savoient bien que il nestoit pas. Diluec sen vindrent au Daron et puis tornerent en leur pais sanz plus faire; si que il orent gaste por neant leur peines et leur despens. Salehadins ne fu mie pereceus de la seue besoigne aincois sen ala par les plains de la terre que len apele Ydumee jusque il entra en la Surie Sobal et menoit trop grant route de Turs avec lui. Il assist un chastel en cel paiz qui est mout forz et garantissoit touz ceuz de la terre; sur un tertre haut seoit. Cil lasailli tant com il pot par genz et par engins; mes ni profita mie granment car la forterece estoit bien garnie de tors et de barbacanes. Li bors de la ville seoit sur un pendant si haut que perriere ne mangonel ni pooit forfaire. Cil dedenz estoient tuit crestien; viandes et armeures avoient assez et metoient grant peine en eus deffendre. Salehadins sist iluec ne sai quanz jors; mes quant il vit que li despens i estoit granz et de profit ni avoit point il sen parti diluec et se mist a la voie par le desert tout droit en Egypte.

XXVIII. Coment Raimonz cuens de Triple issi de prison.

Au disiesme an du regne le roi Amauri Salehadins se recorda quil navoit riens fet en lan qui passez estoit de son preu ne du domage aus Crestiens: por ce se pensa que sil pooit il les greveroit plus asprement a cele foiz quil navoit fet a lautre emprise. Lors assembla tout le pooir degypte et assez autres Turs por venir en Surie. Por plus seurement passer se mist a la voie du desert et vint en la terre ou il avoit este lan devant atout ses oz; ce fu au mois de juignet. Li Rois ot seu son covine des avant et ot ses genz semonses. Si sen ala atout au desert encontre Salehadin. Mes la novele li vint par ses espies que cil sen estoit ja entrez en la Surie Sobal si com il avoit fet avant. Li Rois le douta a sivre en ces parties porceque sil oist la venue le Roi apres lui il se tornast en lautre partie du roiaume quil trovoit toute seule; si i poist faire grant domage. Lors sen monta li Rois es montaignes et se loja en un leu covenable por ost; ce fu eu mont Carmel; mes deus montaignes sont einsi apelees: lune siet en la marine en que Helies li prophetes souloit jadis reperier; lautre si est ceste ou il a une petite ville ou fu Nabal li fous qui fu morz de peor la cui femme David espousa apres lui si com len trueve lisant eu premerain livre des Rois. Cele femme fu apelee Abygail. Iluec se demouroit li rois Amauris atout son ost por oir sovent noveles de ses anemis. Tandis come li Rois estoit en cele sospecon quil ne vouloit mie assembler aus Turs Salehadins sen corut par la terre pleine; les villes ardist et tout gasta quanquil pot trouver hors des fortereces; vignes estrepa et coupa les arbres; toute sa volente fist du pais. Apres sen retorna sanz rien perdre au roiaume degypte. En celui tens Raimonz li juenes cuens de Triple qui fu filz le vieil Raimont avoit este .vii. anz en la prison des Turs a grant mesaise; en luitiesme an se raaint .iiii xx m. besanz; il en dona ostages puis issi de prison et sen vint en sa terre. Li Rois qui avoit tenue la contree et gardee mout bien la li rendi tantost sanz nul destorbier et fist grant joie de sa venue. Par desus ce li dona granz dons por aidier a sa raencon et de parole et par essample pria les autres barons et les prelaz de la terre que tuit li aidassent a ce fes porter et il le firent volentiers.

XXIX. Coment li sires des Harzassis se vout crestienner.

Il avint en cele seison meismes une chose mout perilleuse au roiaume de Jherusalem et a toute sainte Eglise dont len sent encore le domage en cest jour dhui. Porce que vous lentendiez mieuz je vos comencerai un pou de loing. En larceveschie de Sur est la terre qui a non Fenice qui sestent outre leveschie de Tortose. Iluec habite uns pueples qui bien tient .x. chastiaus forz et villes assez; entredeus ne sont mie partout gueres plus de .lx m. Il nont mie seigneur par heritage aincois eslisent a escient le meilleur home de la terre por eus governer et deffendre; ne le vuelent apeler empereur ne roi ne conte; sanz plus le noment le Vieil. Il li obeissent si et le doutent et enneurent que nule chose nest si dure ne si perilleuse se cil leur comande quil ne facent trop volentiers; et dient que nul si granz enneurs nest en ce siecle come de faire les comandemenz son seigneur; et en ce cuident bien leur ames sauver. Dont il avient que se li mestres het aucuns princes qui soit ses voisins ou ailleurs en lointaignes terres il apele .i. de ses homes le quel quil veut et li baille un coutel ou une misericorde si li comande que il ocie son anemi de cele arme. Cil sen vet a trop grant joie; ja puis ne finira de querre le tens et le leu jusque il a parfet le comandement son seigneur. Les genz du pais et li Sarrazin meismes les apelent Harsaxis. Je ne poi onques trover bone raison porque il sont einsi nome. Icist pueples tint la loi des Sarrazins bien .cccc. anz si fermement et si a grant religion de cele erreur que tuit li autre Tur disoient que cil seul estoient vrai desciple Mahomet. Apres avint que il eslurent a leur mestre un home de leur gent qui trop estoit de bon sens et de cler engin; bien parlant sur touz autres homes. Cist quant il fu en cele dignite premierement en repost comenca a regarder es evengiles et sovent estudioit es epistres saint Pol. Et quant il entendi les enseignemenz que Nostre Sires fesoit a ses apostres et a son pueple et les bonnes paroles et les sainz amonestemenz que messires saint Pous escrist; de lautre part regardoit lenseignement et les decevances que li desloiaus Mahomez avoit comandees por atrere la gent a leur dampnacion; il ne prisa riens la mescreance des Turs aincois saperceut certainement que il ni avoit fors barat et guile. Et quant il fu auques bien afermez en cele verite il en comenca a parler aus sages homes de sa terre et leur descovri son pense. Cil si acorderent legierement; apres il preescha a son pueple tout en apert communement que il avoient este deceu et quil ne se porroient sauver en la mescreandise Mahomet: por ce leur deffendi que il ne tenissent plus cele desloiaute. Les mahomeries ou il soloient orer fist abatre; vin leur dona a boivre tout en apert et leur fist menger char de porc en despit de Mahomet et de sa loi. Lors vout que la Crestientez fust enterinement gardee et tenue par tout son pooir. Por ce apela un suen ami de son pais loial home et de grant conseil et tresbien parlant len lapeloit Boaldelle; celui envoia privement au roi Amauri de par soi et de par tout son pueple et li manda que tuit estoient prest de recevoir et tenir loiaument a touzjorz la foi Jhesucrist par covenances que il demandoit assez resnables et legieres. Li graindres poinz et li plus forz estoit cist: se li frere du Temple qui recevoient chascun an par tensement de ses chasteaus qui estoient en leur marche .ii m. besanz les vouloient quiter a touzjorz et tenir eus en bone pais et en bone amor come leur freres en la foi il estoient prest de recevoir le baptesme por leur ames sauver et deffendre la foi crestiene contre toutes genz.

XXX. Coment li Templier ocistrent les messages.

Li Rois ot mout grant joie quant il oi ce message parler et si com il estoit bons crestiens et sages hom il respondi mout debonnerement que ja si grant chose ne si haute emprise ne remaindroit por la rente de .ii m. besanz; que il estoit prest que il de ses propres rentes les asseist aus Templiers en tel leu dont il se devroient bien tenir apaie. Apres ce retint le message une piece de tens avec lui por acomplir les covenances quil demandoit; mout li fesoit bele chiere et grant enneur; apres quant il fu acorde entre le Roi et lui il demanda congie et sen parti por amener le Vieil et ses genz a faire de bon cuer ce quil avoient promis. Li Rois li bailla conduit. Quant il orent passe Triple et cil estoit ja pres de son pais ne sai quant templier saillirent dun guet et leur corurent sus les espees tretes. Ce preudom qui ja estoit ausi come crestiens et mout se fioit en la loiaute de nostre gent et avoit le conduit le Roi ocistrent et decoperent tout. Quant li Rois sot ceste novele si grant duel et si grant corrouz en ot quil sembloit quil fust touz hors du sens. Tantost envoia querre ses barons et les conjura quil li donassent conseil: la chose conta si com il lavoit menee. Il respondirent tuit a une voiz que ce ne devoit il mie lessier quil ne fust bien amende car trop estoit li outrages laiz et vilains; et grant honte avoit len fet a Dame Dieu et a toute Crestiente et nomeement au Rois. Par acort de touz furent la envoie dui haut home li uns avoit non Sehers de Mamedunc li autres Godeschaus de Torout. Cist vindrent au mestre du Temple qui avoit non Oedes de Saint Amant et li requistrent de par le Roi et de par ses barons que cele traison et ce vilain forfet fist amender sanz delai au Roi et au roiaume. Len disoit certainement que uns templiers qui avoit non Gautiers du Mesnil orgueilleus et fel jengleus et mellis et navoit que un oeil avoit fete cele desloiaute par le consentement des autres templiers; dont il avint que li Mestres len deporta ce quil pot et respondi au message le Roi que il en avoit enjointe sa penitence au frere qui ce avoit fet et lenvoieroit a Rome a toutes ses letres por faire le comandement lapostoile. Por ce deffendoit il bien au Roi et aus autres barons de par Dieu et de par lapostoile quil ne meissent main aus freres ne a leur choses. Autres paroles meismes dit il assez de que il nest mie mestiers a reconter car eles mouvoient plus dorgueil que de religion. Li Rois vint por ceste besoigne meismes a Saiete et trova iluec le mestre du Temple et des autres assez celui meismes maufeteur qui estoit avec eus; lors se conseilla li Rois a ses homes quil avoit avec lui menez et par le los de touz envoia genz darmes en la meison du Temple et prist par force ce templier qui la cruaute avoit fete si len envoia a Sur et le fist metre en la chartre. Chascuns se douta au roiaume de Surie que li mestres des Harsaxis ne le feist ocirre por achoison de son message quil avoit einsi perdu; nequedent li Rois sen escusa bien et leur fist asavoir que ce avoit este sur son pois; tant que il len crurent bien. Du templier que il tenoit en prison ne vout plus faire por ce que il ne corroucast le Temple plus que il avoit fet mes len cuide bien que se il eust plus vescu quil eust envoie letres et bons messages par touz les princes de Crestiente por mostrer le grant domage que li Templier avoient fet a la foi crestienne et nomeement au roiaume de Surie; si les cuidoit bien si esmouvoir contre eus que chascuns les chacast de son pooir. Quant li noviaus tens fu revenuz en cel an meismes Raous li evesques de Bethleem qui estoit chanceliers le Roi vaillanz hom larges et debonaires morut et fu enterrez au chapitre de seglise. Li chanoine sasemblerent por eslire evesque apres lui mes ne se porent acorder; aincois sordi entreus uns granz contenz qui mout dura longuement par que leglise fu trop domagiee.

XXXI. De la mort le roi Amauri.

Noradins li crueus amenis aus Crestiens mes selonc sa loi princes droituriers et religieus sages et emprenanz morut quant il ot regne .xxix. anz au mois de may. Quant li rois Amauris oi ceste novele il assembla tout son pooir et chevaucha devant la cite de Belinas et lassist. La femme Noradin estoit dedenz qui ert sage et viguereuse plus que dame que len veist onques de sa loi; ele envoia tantost ses messages au Roi et li promist grant avoir par covent quil li donast trives jusque a un terme. Li Rois qui plus en vouloit trere le refusa au comencement et maintint son siege bien quinze jorz. Ses engins fesoit giter efforciement et ses genz assaillir aus murs et aus barbacanes si que maint domage leur fist. Nequedent il saperceut bien que nestoit mie legiere chose de prendre la ville par force; car cil dedenz se deffendoient viguereusement et bien avoient de quoi. Lors fist recomencier les paroles de trives. Tant parlerent quil prist lavoir que len li avoit offert et par desus .xx. de ses chevaliers que la dame tenoit en prison. Lors sen parti diluec et pensoit tel chose a enprendre dont il feist greigneur domage a ses anemis. Nequedent il se plaignoit a ses privez quil nestoit mie bien sains; por ce se parti de lost et sen vint a pou de compaignons jusque a Tabarie. Iluec le prist une fort dissintere par que il comenca a douter du peril de la maladie; et ne vouloit mie acouchier iluec. Si sen ala touz foibles; mes toutesvoies chevauchoit il par Nazareth et par Naples jusque il vint en Jherusalem. Iluec li enforca la maladie; car li mire li osterent la dissintere mes tantost le prist une fievre qui le greva mout ne sai quanz jorz. Lors fist venir devant lui les mires grieus et suriens qui au pais estoient et leur requist quil li donassent aucune petite poison qui le laschast un petit; car bien li sembloit que il fust tantost gueriz se ce estoit fet. Cil li respondirent que ce ne feroient il en nule maniere car il estoit trop foibles et bien len porroit mesavenir. Apres fist venir devant lui les fisiciens latins et leur requist ce meismes et bien dist que se il i avoit peril sur lui fust qui le fesoit faire et ne mie sur eus. Cil virent son desirrier por ce li donerent un pou de poison qui sanz plus le mena une foiz sans nul grevement a chambre. Lors cuida il bien estre alegiez mes la poisons ot afebloie son cors si que aincois quil fust renforciez par mengier laccessions de la fievre vint qui si le destreint quil en fu morz. Ce fu lan de lincarnation Nostre Seigneur .m. et .c. et .lxxiii. au mois de juingnet aus oictaves de la Saint Martin deste. .xii. anz et .v. mois avoit tenu le roiaume; de son aage estoit li anz .xxxviii. iesmes. Enterrez fu entre ses ancesseurs delez son frere devant le leu de Monte Calvaire. Bons rois fu sages et droituriers. Dieus ait pitie de same.


LI VINT ET UNIESMES LIVRES

I. Du coronement Baudoin qui puis fu mesiaus.

Mout fu granz li deus en la terre si com droiz estoit de la mort le Roi. Uns filz li estoit remes qui avoit non Baudoins. Cil estoit nez de la contesse Agnes qui fu fille Jocelin le jeune conte de Rohes dont je vos parlai desus. Et vos dis que quant li rois Baudoins fu morz et ses freres Amauris demanda le roiaume li patriarches de Jherusalem le desevra de cele dame por ce que entreus deus avoit lignage bien prochain. Icestui enfant qui avoit non Baudoin ama mout li peres. Quant il ot .ix. ans vout que il seust assez letres et le bailla a larcediacre de Sur qui avoit non Guillaumes et avoit este en France a escole; bons clers estoit et preudom; mout li pria quil gardast son fil et norrissist; letres li apreist tant quil entendist bien Escriture. Cil i mist tel peine et si grant entente com len doit metre en fil de roi; tant que il profitoit mout en aprendre. Li fil aus hauz homes de la terre qui estoient enfant reperoient entor cel enfant: Un jor avint que il se jooient ensemble tant quil se comencierent a esgratiner les mains et les bras par jeu. Li autre enfant crioient quant len les blecoit Baudoins li filz le Roi nen disoit mot. Ceste chose avint par pluseurs foiz tant que ses mestres li arcediacres Guillaumes sen prist garde. Premierement cuida que li enfes le feist de vigueur et de proesce que il ne se deignast mie plaindre de ce que len le blecast; lors en parla a lui et li demanda porquoi il soffroit que len li feist mal et nen fesoit autre chiere. Il li respondi quil ne le blecoient pas et quil ne sentoit nul mal de lesgratineure. Lors regarda son mestre son braz et sa main et aperceut bien que il li estoit endormiz. Si neis quant il le mordoit il ne le blecoit mie. Lors ala au roi son pere et li dist. Li Rois i fist venir ses mires qui assez i mistrent emplastres et oignemenz; poisons li donerent et autres medicines mes rien ne li valuerent; car il estoit au comencement de la maladie quil ot puis et qui mout se descovri quant il comenca a venir en aage dome; de que les genz du roiaume avoient grant duel quant il le regardoient. Nequedent en senfance estoit il mout biaus vistes et aperz et chevauchoit tresbien mieuz que navoient fet si ancesseur. De tresbonne remembrance estoit; letres savoit assez estoires retenoit et contoit mout volentiers. James nobliast un corrouz sen li feist et plus a enviz encore les bontez que len li fesoit. Tenanz estoit et avers. Son pere sembloit sur toute rien de vis et de cors daleure et de parole. Engin avoit et sens isnel et cler mes la parole avoit un pou empeschiee.

II. De ce meismes.

Quant ses peres fu morz il avoit pres de treize anz. De son pere et de sa mere meismes avoit une sereur qui avoit non Sebile; cele fu norrie au cloistre Saint Lazare de Betanie chies les nonains entor labeesse Yvete qui fu antain son pere. Li prelat du roiaume et li autre baron sassemblerent tuit et par comun acort li patriarches de Jherusalem Amauris le sacra et corona en leglise du Sepuchre a grant joie luitiesme jor de juignet qui fu a un diemanche le quart jor apres la mort son pere. Apostoiles estoit lors a Rome Alixandres li tierz; patriarches dantioche Aymeris; patriarches de Jherusalem Amauris; Feris arcevesques de Sur; empereres de Costantinoble Manuel; dalemaigne Ferris; rois de France Looys; dengleterre Henris. En Sezile regnoit Guillaumes li seconz filz le vieil Guillaume; princes dantioche estoit Buiemonz. Eu premier an que li rois Baudoins fu morz entor le comencement daoust li rois Guillaumes de Sezile envoia par mer une grant estoire de nes ou il avoit bien .cc. nes por asseoir la cite dalixandre; garnies estoient bien de chevaliers et de sergenz bien armez dengins et dautres choses qui mestier ont a guerre. Cele navie descendi en Egypte puis assist Alixandre par mer. Une partie des genz issirent des nes et tendirent leur paveillons entor la ville por asseoir par terre. Li Tur qui estoient dedenz et li autre qui dehors sestoient assemble por eus secorre virent la contenance a ces genz de Sezile; bien aperceurent tantost que leur chevetaine ne savoient rien de guerre car toutes leur genz sabandonoient a touz perilz et de rien ne se gardoient. Por ce pristrent conseil entreus li Sarrazin; galies firent venir encontre leur nes et il leur corurent sus par terre; si les desconfirent si malement que dedenz les .vi. jorz que la ville fu assise en orent que pris que morz la greigneur partie et gaaigne quanquil avoient aporte fors ne sai quantes nes qui sen eschaperent par force de vent. Eu roiaume de Surie maintenoit toutes les besoignes Miles de Planci dont je vos ai parle desus et touz seus sestoit fet sires du Roi et de sa cort. Grant desdaing et grant envie en avoient li autre baron de ce que il ne deignoit parler a eus de chose que li Rois eust a faire et ne prisoit rien sens dautre home que le suen. Ne demora gueres apres ce que li cuens de Triple vint a la cort et trova une partie des barons avec le Roi. Devant touz requist le bail du roiaume et dist que il le devoit avoir jusque li Rois venist a droit aage. Trois raisons mist avant par que il le demandoit: lune fu que il estoit li plus prochains de son lignage lautre que il estoit li plus puissanz et li plus riches des barons de la terre; la tierce que il avoit bien mostre combien il amoit le Roi et le roiaume car tandis com il estoit en prison manda il a ses barons que ses chastiaus et ses fortereces et toute sa terre baillassent en la main le roi Amauri et enterinement li obeissent en touz ses comandemenz; car il avoit bien cest corage que se il moreust en prison li Rois fust ses oirs de toutes les choses qui a lui apartenoient come cil qui estoit ses cousins li plus prochains. Et por iceste bonte requeroit il le bail du roiaume ne mie por preu quil i pensast a avoit mes por enneur et por la sauvete du pueple. Quant li Rois ot oie ceste requeste il fist respondre au Conte que tuit si baron nestoient pas iluec; meismement li prelat de qui conseil li Rois vouloit mout user; mais ne demorroit mie que il les manderoit; et quant il les auroit oi parler de ce tant respondroit au Conte que bien sen devroit tenir apaie. A ce sacorda bien li Cuens et sen retorna en son pais. Li communs du pueple desirroit mout que li Cuens gouvernast lenfant et la terre; a ce se tenoient tuit li evesque et des barons Onfroiz du Toron li connestables Baudoins de Rames Baliens ses freres Renaus de Saiete.

III. Coment Miles de Planci fu ocis.

Miles de Planci de que je vos parlai desus qui gentilhom estoit de Champaigne de la terre le Conte Henri avoit este mout privez du roi Amauri et ses cousins estoit il. Por ce lavoit fet li Rois seneschal du roiaume. Apres quant Onfroiz li juenes fu morz qui estoit filz au viel Onfroi du Toron il dona a Milon sa femme qui avoit non Tiefaine et fu fille Phelippe de Naples. Par ceste raison Miles fu sires de par sa femme de la Surie Sobal cest a dire de la terre qui est outre le flun Jordain que len apele le pais de Mont Roial. Nequedent la dame avoit de son premerain seigneur un fil et une fille qui estoient droit oir de la terre. Icist Miles porce quil avoit si bien este du pere le Roi vouloit estre sires du fil. Ne prisoit rien les barons ceus neis qui estoient plus riche et mieuz vaillant de lui; car il estoit orgueilleus et bobanciers pleins de paroles et se prisoit plus quil ne deust. Une povre guile avoit trovee; mes si estoit aperte que trop la cognoissoit len; car il avoit un home qui estoit garde de la tor de Jherusalem Rohars avoit non de petit sens et de povre lignage. De cestui fesoit Miles entendant quil estoit mieuz du Roi que tuit li autre et que il li obeissoit et fesoit ses comandemenz. En ceste maniere se cuidoit covrir des males oevres quil fesoit porce que cil Roharz li avoit comande ce disoit: mes len savoit bien quil estoit autrement; car des besoignes du roiaume ne deignast il parler a celui ne a nul autre. Maintes genz le hairent par ceste reson porce que il les grevoit maintes foiz sanz faire droiture; tant que il parlerent ensemble et distrent que il locirroient. Ceste chose li fu descouverte et li dist len quil se gardast du peril et en autre maniere se contenist por apaisier ceus qui si anemi estoient. Il tint ceste parole a trop grant desdaing et respondi que se il le trovoient endormi ne loseroient il pas esveiller. De rien ne se garda; tant quil avint un jor quil sejornoit a Acre apres vespres quant il asseroit cil sen aloit par une mestre rue; ne sai quantes genz li saillirent au devant et le ferirent de coutiaus par le cors en tant de leus que il remest iluec morz. Len ne sot mie bien qui ce fist ne consenti; aucunes genz distrent que ce li estoit avenu por sa leaute et porce quil se metoit encore les barons qui vouloient faire tort a leur voisin; li autre distrent quil vouloit le roiaume prendre a son oes et por avoir aide a ce faire avoit il envoie letres et messages a ses parenz et a ses amis en France por lui aidier a monter en cele grant enneur: ce nest mie doute que Baliens de Japhe freres a celui Rohart estoit alez grant piece avant en France par le comandement celui Milon ce ne sai je porquoi faire; mes il desirroit mout sa venue et latendoit de jor en jor. Larcevesques Ferris de Sur de que vos avez oi parler gentilshom de lignage estoit acouchiez a Naples de grant maladie; si fu morz la surveille de la Touz Sainz. Ses cors en fu portez mout ennoreement en Jherusalem enterrez au chapitre du Sepuchre dont il avoit este chanoines riglez.

IV. Coment li cuens de Triple ot le bail le Roi.

Li Rois fist semondre a un jor les princes et les prelaz du roiaume en Jherusalem. Li cuens de Triple vint por oir la response de ce quil avoit demande le bail du roiaume. Li Rois tint son parlement deus jorz; a la fin par acort de touz fist apeler le Conte delez leglise du Sepuchre dedenz le chapitre; iluec li otroia li Rois et bailla la garde et la deffense de lui et du roiaume: touz li pueples en ot grant joie. Porce que voz orroiz parler en mainz leus de cestui conte je vos vueil a leisir dire de queus genz il fu nez et queus il fu. Voirs est quil descendi du lignage au conte Raimont de Toulouse de que je vos parlai assez quant vos oistes lestoire des bons princes primerains qui conquistrent la terre sur les Turs. Por lui estoit il apelez Raimonz. Icist granz princes Raimonz de Toulouse ot un fil qui ot non Bertranz qui tint la conte de Triple apres la mort son pere et puis que Guillaumes Jordains fu morz qui estoit nies a ce conte. De celui Bertran eissi uns filz qui ot non Poinces et cil ot par heritage la conte de Triple quant ses peres fu morz et prist a femme Cecile la fille le roi Phelippe de France qui avoit este premierement espousee a Tancre. De cele ot il un fil qui refu apelez Raimonz et tint la conte de Triple apres lui. Cist prist a femme Odierne la fille le secont roi Baudoin de Jherusalem. De ces deus fu nez icist cuens Raimonz dont je vos parole a cui vint la conte de Triple com ses droiz heritages quant ses peres fu ocis des Harsaxis devant la porte de Triple. En ceste maniere fu icist cuens Raimonz cousins au roi Amauri et au roi Baudoin de par sa mere; car il estoient fil de .ii. sereurs. De par son pere leur apartenoit mains un degre; car saiole cele Cecile de que vos oistes qui fu mere son pere fu suer au roi Foucon qui fu peres a ces deus rois; ele fu sa suer de par sa mere qui fu premierement femme le vieil conte Foucon danjou par la volente son frere Amauri de Montfort. Quant el ot ja eu de lui celui Foucon qui puis fu rois si leissa son seigneur et sen ala au roi Phelippe de France qui por amor de li guerpi sa femme et en ot icele Cecile et autres enfanz. Par tel raison com je vos ai dite apartenoit cist cuens de Triple aus deus rois freres de deus parz. Il estoit megres de cors et grelles assez de bel grant bel visage avoit et un poi grant nes; cheveus pendanz et bruns; biaus euz avoit et assez largetes espaules. De toutes choses estoit mout amesurez meismement de boivre et de mengier et de parole mout resnables. Sages estoit et clerveanz en granz besoignes sanz orgueil; larges plus aus estranges que aus suens. En la prison des Turs avoit apris un pou de letres. Mout volentiers demandoit des escriptures quant il trovoit qui len seust respondre. En cel an quil fu apelez au bail du roiaume il avoit espousee une dame qui ot non Eschive et avoit este femme Gautier le prince de Galilee. Cele dame estoit mout riche; enfanz avoit assez de son premerain seigneur; mes du Conte nen ot ele onques nul. Nequedent il lamoit ausi tendrement com se tuit si enfant fussent de lui. Or revendrons a nostre estoire. Li evesques Raous de Bethleem avoit este morz en leste devant. Li Rois par le conseil de ses barons fist chancelier Guillaume larcediacre de Sur qui ceste estoire mist en latin.

V. Coment Salehadins ot le roiaume de Damas.

Dedenz cel an meismes li Tur du roiaume de Damas envoierent celeement leur message a Salehadin et li manderent que venist sanz demeure vers eus; car il li bailleroient toute la terre. Leur droituriers sires li filz Noradin qui avoit non Malehesalah estoit encores petiz enfes et demoroit a Halape. Quant Salehadins oi ces noveles qui fu filz Negemedin le frere Siracon et tenoit la terre degypte qui li estoit escheoite de son oncle il bailla a un suen frere qui avoit non Sephedins son roiaume a garder puis se mist a la voie par le desert et sadreca por aler a Damas. Grant plente de genz i venoit avec lui. Ne demora mie granment puis quil fu la venuz que cil du pais li rendirent la cite de Damas. Lors se pensa il que puis quil avoit le chief de ce roiaume les meneurs citez ne se tendroient mie contre lui. Por ce sen ala vers la terre qui a non Celessurie. Einsi com il avoit enpense les genz de cele contree li rendirent toutes les fortereces et la terre encontre la loiaute quil devoient a leur seigneur cui Salehadins devoit estre sers; car il avoit este sers son pere. En ceste maniere prist en sa main la cite de Maubec et la Chamele Haman et cele qui a non la grant Cesaire. Il avoit encore plus entese; car tant avoit fet parler aus amirauz de la terre de Halape que il li devoient rendre la cite et bailler lenfant qui ses sires deust estre. Mes icele chose ne fu mie achevee si com il pensoit; car li rois de Jherusalem ot conseil a ses barons que il porroit faire encontre ce que Salehadin montoit en si grant pooir. Il sacorderent tuit que li cuens de Triple preist genz avec lui assez et du roiaume et de sa conte et de tressist vers ces parties ou Salehadins estoit. Bien li fu comande que en toutes les manieres quil porroit nuisist a Salehadin et destorbast son acroissement; car bien sembloit a touz les sages homes que tant plus montoit cil en haut tant abessoit li pooirs de la Crestiente eu pais porce que cil estoit sages et entendans a sa besoigne faire chevaliers bons et hardiz larges sur touz les princes qui lors estoient. Cestoit la chose que noz genz doutoient plus en lui car il nest riens qui si atraie plus les cuers de privez et destranges come grant largece de prince. Grant sospecon avoient donques quil ne montast en tel pooir sur les genz de sa loi que legiere chose li fust de venir au desus de noz crestiens. Li Cuens avoit enpense que il aidast tant com il poist a cel enfant qui estoit filz Noradin ne mie por amor quil eust a lui ne a sa gent mes por acueillir le suen pooir avec son ost por detenir Salehadin en cele terre: car tandis com len li bailleroit entente iluec ne feroit il mie grant mal au roiaume de Surie.

VI. Par quel raison li Crestien estoient au desouz.

Un petit vueil issir de conter ceste estoire por parler dune chose de que maintes genz se merveillent et demandent entreus porque il avint einsi. Bien avez oi desus en mainz leus coment nostre baron et li autre chevalier li menuz pueples meismes se contenoit contre les anemis de nostre foi viguereusement. Maintes foiz un pou de la nostre gent desconfisoient si granz batailles et si espesses routes de Sarrazins que tuit li champ en estoient couvert et bien sembloit aus noz que cil qui navoient creance en la foi Jhesu Crist ne devoient avoir nule deffense ne nul pooir encontreus. Dont il avenoit que toutes manieres de genz neis cil qui onques nes avoient veuz redoutoient le non des Crestiens. Apres avint que les noz genz refurent si audesouz et tant douterent les mescreanz que la ou li nostre estoient plus assez senfuioient il devant les Turs et tant avoient esperance perdue que bien sembloit que Nostre Sires ne leur aidoit en chose que il enpreissent. Qui bien vuet a la raison entendre ce avenoit porce que li ancien preudome furent bon crestien Nostre Seigneur amoient et doutoient pechie; sanz outrage vivoient et sanz desloiaute. Mes cil qui apres vindrent vesquirent autrement; car du tout estoient ententif aus delices du cors a pechie et a toutes folies; haines ot entreus envies et orgueuz; por ce ne fu mie merveille se Nostre Sires leur aloigna sa grace et son deffendement: et leur pechie meismes quil sentoient en eus les rendoient coarz et sanz esperance. Lautre raison est ceste: Eu tens que li bon pelerin vindrent premierement en la terre dorient il i avoit chevaliers bons et hardiz et bien ausez en armes li Tur avoient devant ce este en pais et en delit longuement; ne sestoient de guerre entremis: por ce nen savoient rien; si ne fu pas merveille se il mauvesement se deffendoient encontre la nostre gent. La tierce raison est bone a mostrer ce meismes: Eu tens que je vos ai dit li pooirs des Turs estoit ausi com touz departiz; car pres en chascune cite avoit un seigneur qui ne sentramoient mie. Quant li uns avoit afaire li autres ne li aidoit pas volentiers. Por ce fu legiere chose de metre cez petiz pooirs au desouz lun apres lautre. Mes il avint apres que uns des Turs avoit un roiaume ou deus citez et fortereces assez de que il pooist trere gent a grant plente; meismement Sanguins de que vos oistes parler desus li peres Noradin qui la cite de Rohes conquist ci com vos oistes. Apres lui ses filz qui le roi de Damas gita hors plus par barat que par force si crut mout son pooir quant il ot ce roiaume. Apres par le sens et par la vigueur Siracon qui estoit ses conestables conquist le roiaume degypte qui estoit mout anciens et pleins de granz richeces. Par tel maniere com vos oez avint que toutes les granz terres qui entor le roiaume de Jherusalem estoient metoient leur pooirs en un por guerroier nostre crestiente. Salehadins qui plus fu puissanz que li autre estoit nez de vils genz et de serf lignage; mes de grant emprise fu mout et bien li chei; richeces ot si granz parce que il les donoit volentiers que touz les riches pais en conquist; et fu nez ce sembla por chastier les mefez du pueple Nostre Seigneur. Mes des ore nos estuet retorner a nostre estoire. Il fu acorde si com je vos ai dit que li cuens de Triple sen iroit encontre Salehadin por lui encombrer atout son pooir. Barons et chevaliers prist assez avec lui et se parti de Triple; si se loja pres de la cite darches en un pais que len apele la terre Galiphe.

VII. Coment Salehadins conquist presque tout leritaige Noradin.

Tandis come les choses coroient einsi en la terre de Surie uns puissanz Turs qui avoit sa terre vers Orient freres fu Noradin et estoit apelez Cotebedi oi la nouvele que Salehadins avoit einsi oblie de queus genz il estoit nez et si grant outrage avoit empris quil vouloit a tort desheriter lenfant qui ses sires estoit. Por ce se pensa quil iroit aidier a son neveu et li metroit audesouz ses traiteurs se il pooit. Cist estoit sires de cele ancienne cite qui jadis fu apelee Ninive et se converti par le preeschement que Jonas li prophetes i fist. Mout fu jadis granz mes ele fu puis refete des ruines et des murailles en ce leu meismes et fu apelee Mousse. Cist avoit pooir dassembler assez genz. Il mut de son pais et passa le flun deufrate. Tant chevaucha que il se loja es plains delez Halape. Salehadins ne leissa mie por ce a faire le seue besoigne. Il receut sanz coup ferir la cite de Bostre qui est la graindre de la premiere Arabe et puis cele de Maubec si com je vos ai dit. Mes en avoir la Chamele ot il un pou de contenz; car il lavoit assise et cil de la ville li rendirent toute la cite si com ele seoit en bas; mes eu tertre desus avoit une forterece qui estoit chief du chastel bien garnie darmes et de viandes; dedenz avoit Turs qui estoient home lige a lenfant de Halape: cil ne se voudrent pas rendre a Salehadin et si avoit il ja conquise pres que toute lautre terre jusqua Halape. Cil qui en la tor estoient envoierent leur messages au conte de Triple et a noz genz qui sestoient logie non pas mout loing diluec por atendre se il fussent requis daidier a cel enfant. Cil leur manderent et requistrent quil les venissent secorre; car il i auroient mout grant preu et mout grant guerredon en recevroient se il pooient Salehadin esloignier deus. Li ostage le Conte estoient en cele forterece quil i avoit mis por sa raencon et les tenoit len encore por .xl m. besanz de la finance quil avoit fete a Noradin quant il issi de prison. Aucuns des ostages i avoit il por Eustace le frere Renaut de Saiete. Il orent esperance que cil qui gardoit la tor leur rendist les ostages por avoir leur aide; por ce sen alerent cele part atout leur ost au plus tost quil porent. Assez alerent et vindrent message du chastel en leur ost. Maintes paroles aporterent mes au darrenier li Cuens saperceut bien que cil de la tor ne le fesoient se delaier non por ce quil cuidoient que Salehadins se partist du siege por peor deus. Et bien sorent tuit li nostre que cil navoient talent de faire ce que il leur requeroient. Por ce si en orent grant desdaing et se partirent diluec et sen retornerent en la place dont il estoient venu. Salehadins vit que li nostre sestoient parti por mal de ceus de la tor; si en ot mout grant joie et prisa petit le remenant de ses anemis. Lors sen ala jus Halape et tant aprocha lost Cotebedi que il envoioit souvent ses hardeeurs et ses archiers jusquenz enz les tentes et les atainoit en tantes manieres que cil riches hom ne les pot plus soffrir aincois comanda ses genz a armer et les fist issir en conroi por combatre. Salehadins qui naloit autre chose querant conrea les seues batailles; puis assembla mout fierement a ceus qui aprochie sestoient de lui. La bataille comenca fiere et crueus; assez i ot morz homes et chevaus mes en la fin furent desconfit cil de Mousse et senfoirent. Maintes genz distrent que Salehadins avoit donez granz dons aus chevetaines et a eus covenant fet quil se partiroient de la place por faire les leur meismes desconfire. Quant Salehadins ot eue cele victoire mout en fu plus fiers et plus seurs et bien li fu avis que pou troveroit de contenz en faire ce quil avoit empris. Lors sen retorna a la Chamele. Cil de la forteresce li rendirent le chief du chastel et eus meismes sans cop ferir. Il prist bons messages et les envoia au conte de Triple et li pria mout doucement quil ne se tenist mie contre lui et ne le destorbast pas de la guerre achever quil avoit encontre le fil Noradin ne contre ceus qui li estoient venu aidier; car il estoit prez de lui ennorer et servir. Et por ce faire quil li requeroit il li envoia les suens ostages et touz ceus quil trova leanz de par les noz. Li Cuens sacorda debonerement a ceste parole et receut ses ostages; les covenanz li asseura teus com cil demandoit. Salehadins envoia par desus ce a lui et a tous les barons de lost granz dons et riches; puis se deslogierent et se mistrent au repere vers leur pais. Len dit que Onfroiz du Toron li connestables fu meeniers de ces paroles qui mout estoit blasmez de ce quil avoit trop grant acointance et trop estoit privez a Salehadin. En ceste maniere avint que li nostre qui meu estoient por ceste entencion que il destorbassent le preu et lacroissement Salehadin vouloient ore son bien et son avancement qui puis retorna en leur granz domages. Il estoient issu de leur terres entor le comencement de janvier et furent retorne arriers a lentree de mai.

VIII. De la mort Mainar de Baruth.

Mainarz qui fu evesques de Baruth avoit longuement geu malades en la cite de Sur et fu morz en cele saison eu mois davril le jor de feste saint Marc. Si com vos oistes desus il navoit point darcevesque a Sur; ja avoit este li sieges vuiz .vii. mois. A la fin sacorderent tuit li cler et li Rois meismes si com il est costume en leglise et fu esleuz a arcevesque Guillaumes li arcediacres cil qui ce livre fist en latin et le sacra Amauris li patriarches de Jherusalem eu mois de juing le jor de la feste saint Jehan et saint Pol. Tandis com Salehadins estoit en la terre de Halape et se penoit mout de bien faire sa besoigne noveles vindrent au roi Baudoin que li roiaumes de Damas estoit mout desgarniz de chevaliers si que legierement i porroit len faire grant gaaing et grever domageusement les anemis Nostre Seigneur. Quant li Rois oi ce il assembla gent a cheval et a pie tantost passa le flun Jordain et sen ala parmi la forest de Belinas: le mont de Libane qui mout est renomez leissa a senestre et sen entra en la terre de Damas. Li tens de moissons estoit; nos genz coururent parmi les chans touz les blez ardirent quil troverent hors et ceus meismes qui par les casiaus estoient es granches. Les genz du pais avoient seu que li Rois venoit il sen estoient foies es fortereces; femmes et enfanz et bestes avoient mises enz si que li nostre ni trovoient point de contredit aincois sen vindrent jusqua la ville qui a non Daire qui est pres de Damas a .iii. miles; diluec sen alerent a un chastel qui a non Bedegene et siet au pie du mont Libane: la sordent fontaines cleres et douces; por ce claime len le leu la Meison de Delit. Cil du pais qui sestoient mis dedenz voudrent deffendre le chastel mes li nostre le pristrent par force et gaignerent dedenz assez prisons et proies robes avoir et armeures. Si sen alerent riche et trousse voiant ceus de Damas qui nen oserent plus faire. En ceste maniere sen retorna li Rois en sa terre. En cele seison fu morz li arcevesques Hernais de Cesaire; en son leu fu esleuz et sacrez Eracles li arcediacres de Jherusalem.

IX. De ce meismes.

Eu secont an du reigne Baudoin le quart Salehadins demoroit encore pres de Halape. Li Rois ot assemblez les barons de la terre et les autres chevaliers et touz ceus quil pot avoir a armes; si sen mut le premerain jor daoust por entrer derechief en la terre a ses anemis. Il passa par le pais de Saiete puis se mist es montaignes qui estoient entre lui et les Turs et descendi en une terre mout plenteive de gaaignages de pastures et de rivieres qui est apelee Messaara; puis sen ala outre en la valee qui a non Bacar; cest une terre de que len seult dire porce quele est si delitable quele decouroit de let et de miel. Len cuide quele fust jadis apelee Yture dont saint Luc dist en levangile que Phelippes li filz au vieil Herode fu sires de Yture et de la region de Traconite. Anciennement au tens aus rois disrael len la clamoit la lande de Libane porce que cele valee sestent entor le pie de cele montaigne. Iluec a mout bon pais bones eaues et saines prez et terres granz villes pleines de genz air assez sain et tempre. En la plus haute partie de cele contree perent les murailles dune cite qui fut mout grant chose si com il pert encore aus ruines. Ele est apelee ore Amegara; mes aucunes genz dient que ses ancienes nons fu Palmuree. Noz genz comencierent a cerchier tout ce pais ardoir et gaster a leur volente. Tuit cil de la terre sen estoient foi es montaignes qui mout estoient aspres et roistes si que ne fust pas legiere chose deus prendre la sus. Les bestes avoient toutes assemblees et encloses en un grant marois qui estoit eu milieu du val en que eles trovoient pastures a grant plente. De lautre part li cuens de Triple si com il avoit este devise sen ala par la terre de Gibelet et passa delez un chastel qui a non Monetere et sen vint soudeinement eu pais de Maubec. Toute cele valee ardi et gasta si com lui plot. Quant nos genz sorent que il saprochoit deus il sen alerent encontre lui. Cil revint encontre eus et sassemblerent ausi com eu milieu de la valee. Sansedoles uns freres Salehadin qui estoit remes por garder le roiaume de Damas ot veu que nos genz aloient einsi a bandon par cele terre; por ce fist assembler genz tant com il en pot avoir et les mist en conroi. Si sadreca vers le Roi et vers sa gent por combattre. Li nostre se raparellierent et li vindrent a lencontre. Au plus tost que il porent ferirent des esperons et assemblerent a eus. Li chapleiz comenca aspres et crueus. Assez i ot morz des Turs et aucunes des crestiens. Longuement dura la mellee mes au darrrenier furent desconfit li Tur des ocis et navrez en remest assez parmi les chans. Sansedoles senfoi a poi de gent et se mistrent dedenz les montaignes. Li nostre gaaignierent chevaus et bestes assez armeures or et argent et sen retornerent a tout leur gaaing. Nequedent un pou de foles genz des noz por langoisse de gaaigner se mistrent entre les paluz por acueillir les bestes qui la dedenz estoient. Cil ne sorent mie les voies ne ne porent mie retorner; si furent perdu. Li Rois fist partir le gaaing si que li cuens de Triple et ses genz en orent grant partie. Li Rois en remena son ost a grant joie jusqua Sur. Li Cuens tint sa voie par la ou il estoit venuz et revint en la seue terre. En cel an Renauz de Chasteillon qui fu princes dantioche apres le prince Raimont porce quil prist a femme la princesse Costance apres ce quil ot este lonctens en dure prison a Halape fu delivrez par le priere de ses amis et par grant avoir qui en fu donez. Avec lui fu raens Jocelins li filz au conte Jocelin de Rohes oncle le Roi. Grant aide li fist a ce Agnes sa seur la mere le Roi qui estoit femme Renaut de Saiete. En cel an le secont jor de mai furent sacre en leglise de Sur par la main larcevesque Guillaume Oedes li evesques de Saiete qui avoit este chantres de Sur et Raimonz levesques de Baruth.

X. Coment lempereres Manuel fu desconfis.

En cele saison Manuel li bons empereres de Costantinoble qui fu si sages et si cortois que touz li monz en doit parler en bien et qui vainqui de largece touz les princes qui onques puis furent ot assemble tout son pooir de gent encontre le soudan du Coine por croistre le pooir de la Crestiente et por eslargir les bones de son empire. Li Tur refurent assemble encontre en si grant nombre que touz li pais en estoit couverz. Tant sentraprochierent li dui ost que il assemblerent en bataille li un contre les autres. Si grant fes i ot de gent que ne puet len mie legierement conter liquel le firent bien liquel mauvesement; por ce meismement que ne fu pas longue le mellee entre eus ainz fu cele besoigne assez tost finee par grant douleur; car lempereres i fu desconfiz et perdi le mieuz de sa gent qui furent ocis et presque toutes ses autres genz. De son lignage i perdi mout: entre les autres Jehanz cil que len apeloit Protosevasto nies lempereur de son frere qui estoit larges et de grant cuer cui estoit fille la reine Marie que li rois Amauris prist a femme. Cist se deffendi mout viguereusement une grant piece et assez garanti de sa gent; mes porce quil ne se vout partir de la place et ses genz le lessierent iluec fu ocis come bons chevaliers. Lempereres recueilli des suens ce quil en pot conduire et sen revint en sa terre. Son avoir i perdi en cele desconfiture de que il i avoit tant porte que a peines crerroit len que tant en poist estre assemble. Ceste mesaventure avint plus par le folie de ceus qui conduisoient lost que par proesce ne par vigueur des Sarrazins. Car il embatirent lost lempereur le charroi et les somiers dont il i avoit mout en unes longues voies estroites et en un pas si grief que il ne sen porent aler ne pooir navoient deus deffendre: por ce furent presque tuit perdu. Len dit que cist bons empereres en ot tel duel et si grant desdaing que onques puis ne pot avoir joie a son cuer. Il souloit estre liez et de beles paroles; sains fu touz jorz de son cors jusqua la mort: mes icele doulereuse mesaventure li fu si enracinee dedenz son cuer que onques puis ne fu de tel sens ne de tel cortoisie dont il avoit este avant. En dormant meismes navoit il mie vrai repos aincois tressailloit mout sovent et fesoit petiz somes.

XI. De Guillaume le marchis de Montferrat.

Quant li tierz anz du reigne le roi Baudoin fu entrez entor le comencement doctovre Guillaumes li marquis que len apeloit Longue Espee qui fu filz Guillaume le vieil marquis de Montferrat arriva au port de Saiete. Li rois Baudoins par le conseil des prelaz et des barons de Surie lavoit envoie querre. Dedenz les .xl. jorz quil fu venuz li fist espouser sa sereur qui estoit ainz nee de lui et li dona en mariage Japhe et Escalone ces .ii. citez de la marine et toutes les apartenances. Car en ceste maniere lavoit li Rois jure et si baron lan devant quant il lenvoia querre. Nequedent quant il fu venuz aucuns i ot de ceus meismes qui jure lavoient qui le voudrent contredire et disoient tout en apert que ce nestoit pas bien a faire; mais ne remest mie por eus. Cist Guillaumes li marquis estoit biaus bachelers et granz; bien fez de cors et de visage. Hardiz fu mout; mes ireus estoit sur touz homes. Larges fu; cheveus avoit blonz ouverz hom estoit; quanquil pensoit en son cuer mostroit par dehors: volentiers menjoit et buvoit assez; mes nestoit ivres nules foiz. Aus armes estoit preuz et vistes et bien ausez. De lignage estoit li plus hauz hom que len seust eu monde. Car ses peres estoit oncles le roi Looys de France freres sa mere; la seue mere fu suer Conrat lempereur dalemaigne tante lempereur Ferri. En ceste maniere li rois de France et lempereur dallemaigne estoient si cousin germain. Quant il ot prise sa femme a peines fu avec lui .iii. mois quant il chei en une grant enfermete dont bien malades fu a Escalone .ii. mois. Li Rois meismes gisoit en cele ville ausi deshaitiez mout griefment. Quant li mois de juing vint li Marquis fu morz. Ses cors en fu portez en Jherusalem. Larcevesques Guillaumes de Sur lenterra en leglise de lospital a senestre mout ennoreement. Sa femme remest grosse de lui. En cele saison meismes Onfroiz du Toron li connestables espousa madame Phelippe la fille au prince Raimont dantioche sereur Buiemont qui puis fu princes et sereur ausi lempereris de Costantinoble Marie. Cele avoit espousee premierement Androines li cousins lempereur; apres la leissa et prist madame Teodore qui fut femme le roi Baudoin et estoit sa niece. Mes onques por le pechie nel leissa. Cist Onfroiz dont jo vos ai parle sitost com il en ot sa femme menee acoucha malades mout perilleusement. La dame meismes chei en une maladie dont ele fu morte dedenz brief tens.

XII. Coment li cuens Phelippes de Flandres se contint mauvesement en la terre doutre mer.

Li quarz anz du reigne Baudoin estoit entrez entor le comencement daoust; li cuens Phelippes de Flandres que len avoit longuement atendu arriva au port de la cite. Li Rois qui sestoit fet aporter descalone en Jherusalem en une litiere ot mout grant joie de sa venue quant il loi dire. Si envoia de ses barons contre lui et des prelaz por lui ennorer mout et conduire en Jherusalem ou li Rois gisoit encore malades. Quant il fu venuz li Rois manda le Patriarche ses barons les Prelaz et les .ii. mestres du Temple et de lospital. Par le conseil de touz li fist requerre et prier que il preist le roiaume de Jherusalem en sa garde et en sa deffense: tuit obeiroient a son comandement en pais et en guerre; des rentes et des esploiz du pais feroit toute sa volente; les tresors departiroit a son plaisir quant il seroit mestiers. Li Cuens respondi a cele parole quil sen conseilleroit et quant il ot parle a ses genz il respondi que porce nestoit il pas venuz en la terre de Surie que il eust iluec baillie ne tel jostice come de governer le roiaume; aincois estoit venuz por servir Nostre Seigneur come pelerins en humilite ne il navoit pas talent de soi lier ne emprendre chose por quoi il ne sen poist retorner en son pais quant lui plairoit. Mes se li Rois metoit un autre bailli por garder sa terre et ses genz il li obeiroit mout volentiers tant com il seroit eu pais ausi com il feroit au roi de France qui estoit ses sires liges. Quant li Rois vit quil nen porroit plus treire par ses barons li fist requerre et prier mout docement que porce quentre lui et lempereur de Costantinoble avoient empris que chascuns deus envoieroit son pooir efforciement en Egypte il qui estoit si hauz princes et si preudom vousist estre chevetaines de lost le Roi et guerroier les Turs en cele terre; car ce seroit faire mout bon service a Nostre Seigneur: il respondi que il ne seroit ja chief de cel ost porce quil navoit gueres este au pais et ne cognoissoit pas bien la maniere de leur guerres. Li Rois ot conseil et par acort de touz ses barons bailla le pooir et le governement du roiaume a Renaut de Chasteillon qui avoit este princes dantioche. Cil estoit loiaus hom et bons chevaliers fers et estables en toutes bones enprises. A celui dist li Rois quil feist en pais et en gre par tout le roiaume ce que il cuideroit que bien fust. De cel ost quil envoioit en Egypte le fist chevetaine et li comanda quil feist tout par le conseil le conte de Flandres se il qui estoit rois et sires ne pooit aler avec eus. Quant li Cuens oi ceste parole il dist aus barons le Roi que ne li sembloit pas que cil fust bons chevetaines; aincois devroit li Rois tel metre sur sa gent qui tenist a seue chose la perte et le gaaing de cele guerre et qui fust bons rois en la terre degypte se Dame Dieu la metoit en leur mains. A ce respondirent li Baron que tel chevetaine ne porroient il mie trover se il celui ne fesoient roi; et de ce navoit talent leur sires ne il meismes. En ceste maniere ne pooit len savoir que li cuens de Flandres pensoit jusque il meismes descovri une partie de son proposement; et dist que mout se merveilloit de ce que nus ne parloit a lui du mariage de sa cousine. Li baron qui ce oirent furent tuit esbahi de la grant malice quil pensoit car li Rois estoit ses cousins et mout lavoit biau receu; Grant enneur li portoit et cil avoit entencion de lui forsclorre de son reigne.

XIII. De ce meismes.

Por ce que vos entendiez mieuz la chose coment li Cuens avoit felon proposement si com il apparut bien a ses paroles je vos conterai un pou a loisir que ce fu. Uns hauz hom de Flandres estoit venuz en pelerinage avec le conte son seigneur qui estoit avoez de Bethune. Cil avoit amenez avec lui deus granz vallez qui estoient si fil. Cil avoit tant fet parler au Conte par Guillaume de Mandevile qui estoit mout bien de lui que li Cuens sestoit accordez que li Avoez li quiteroit ce quil avoit en Flandres qui estoit granz pooirs et bele terre a tenir a touzjorz mes en heritage par covent quil feist faire le mariage de ses deus filz et des deus filles le roi Amauri de que lune avoit este femme au Marquis si come vos oistes lautre nestoit encore daage aincois demoroit avecques sa mere a Naples. Li Cuens estoit merveilles angoisseus de ce porchacier por treire a soi ce grant heritage en son pais. Quant li baron que li Rois avoit envoiez a lui entendirent ce quil en pensoit si respondirent que de ce covendroit parler au Roi et il len sauroient lendemain a respondre ce que le Roi en plairoit. Au matin retornerent a lui et li distrent par conseil quil nestoit mie costume en la terre que nule dame veve se mariast dedenz lan que ele eut perdu son seigneur et celle apeloit len le tens de pleur. Meismement cele dame qui femme avoit este le Marquis estoit grosse de vif enfant; et navoit gueres plus de trois mois que ses sires ert morz. Ne mie por ce li Rois et li baron tuit avoient grant volente de lui croire et faire a son conseil de ceste chose et des autres; et se il vouloit nomer aucun haut home de cui il li semblast que la dame i fust bien mariee il reporteroient volentiers au Roi la parole et sacorderoient legierement a sa volente. Li Cuens se corrouca un pou et dist que ce ne feroit il pas car se il leur nomoit .i. baron et il le refusassent cil auroit grant honte et seroit ausi com honiz. Mes se tuit li baron de la terre li vouloient jurer tout avant que sans contredit sacorderoient a celui quil leur nomeroit il estoit prez quil leur nomast tel en que la dame seroit bien et a grant enneur mariee. Cil respondirent que nus loiaus hom de donroit ce conseil au Roi que il donast sa sereur en mariage a home quil ne cogneust pas et quil ne seust nomer. Quant li Cuens entendi quil ne vendroit mie a chief de ceste emprise du tout en leissa la parole mes grant desdaing en ot et grant corrouz en son cuer.

XIV. Des messages lempereur Manuel.

A ce tens estoient en Jherusalem li message lempereur Manuel haut home de sa terre: Androines qui estoit apelez li Angles nies lempereur filz de sa sereur; Jehans uns granz hom du palais; li cuens Alixandres de Puille; Jorges de Synai. Cil estoient mout prive de leur seigneur et les avoit envoiez au Roi por semondre dacomplir les covenances que lempereres et li rois Amauris avoient fetes avant et apres cist rois meismes Baudoins les avoit renovelees a lempereur de guerroier les anemis de la foi. Et bien cuidoient que li tens en fust ore covenables tandis com li cuens Phelippes qui granz hom estoit et mout avoit beles genz avec lui demoroit en la terre. Li Rois fist mander touz ses barons et les prelaz a un jor nome en Jherusalem. De touz estoit lesperance comune que par laide Nostre Seigneur et par le conte de Flandres deust estre mout creuz et essauciez li pooirs de la Crestiente; mes navint mie si com il cuidoient. Nequedent li message lempereur sangoissoient mout et disoient que la demorance porroit estre perilleuse: la volente leur seigneur estoit de parfaire ce que len avoit empris et il estoient prest des covenances tenir mout largement et faire par desus plus quil navoient promis. Quant li Baron oirent ce et virent que li cuens de Flandres ne respondoit mie a ces paroles il lapelerent a une part et treistrent les letres lempereur bullees dor en que les covenances estoient escriptes beles et profitables; toutes les firent lire devant le Conte puis li demanderent que len sembloit et que il conseilloit que len feist. Il respondi quil estoit uns estranges hom et riens ne savoit de la terre degypte qui estoit si com il avoit oi dire de plus diverse maniere et de plus estrange nature que toutes les autres regions; car aucune foiz estoit coverte deaue en pluseurs leus apres estoit seche et ardanz; et nequedent il avoit oi dire a ceus qui en la terre avoient este quil nestoit ore mie bone seisons daler la por le tens diver qui esotit pres et lors i suelent venir les eaues. Dautre part len li avoit dit que ja sestoient assemble a merveilles grant plente de Turs por deffendre la terre; pardesus ce il dotoit mout ce disoit que viande ne fausist a ceus qui la iroient. Il endroit soi cuideroit faire pechie et mal se il menoit ses homes qui avec lui estoient venu en pais ou il morussent de fain. Quant li Barons oirent ce que cil sires responnoit einsi mauvesement et trovoit achoisons por destorber cele grant besoigne il li offrirent .vi c. chamaus que il li querroient por porter vitaille et armeures par terre et autres choses qui mestier li auroient; des nes li presenterent tant com il en vouroit avoir por porter engins paveillons et autres hernois. Il leur respondi que de ce navoit il cure et bien leur estroussa quen nule maniere niroit en Egypte porce que ses genz navoient mie apris a avoir povretez de viandes ne ne sauroient ce soffrir; mes se il vouloient eslire autres parties ou il poissent guerroier et grever les Turs il iroit volentiers avec eus et leur aideroit a son pooir.

XV. De ce meismes.

Il nestoit mie bele chose ne seure de venir encontre les covenances que len avoit fetes a lempereur meismement porce que cist grant home qui estoient si message avoient portee avec eus mout grant somme davoir et semonoient mout efforcieement le Roi et les autres barons de faire ce quil avoient promis. Eu port dacre avoient apareilliees .lxx. galies sanz les autres nes qui devoient porter genz et autres choses par la mer jusquen Egypte. Asprement semonoient par leur serement les Barons de movoir en lost. Il orent conseil entreus devant le Roi et penserent que grief chose seroit et domageuse de refuser cele grant aide lempereur qui estoit toute preste et apareillie. Por ce fu de touz acorde que il atorneroient leur aferes et movroient por aler en Egypte si com il avoient grant piece avant promis et aferme par les messages a lempereur. Quant li cuens de Flandres oi ceste chose si fu corociez que il sembloit estre desvez et disoit partout que ce avoit len empris por mal de lui et pour lui faire honte. Li Baron ne sorent que faire qui trop le douterent a corroucier. Si parlerent tant aus Grieus qui avec eus estoient que par leur volente fu cele muete respitiee et delaiee jusquapres avril. Quant li Cuens ot apres ce sejorne en Jherusalem quinze jorz et ot visitez les sainz leus et fetes ses oroisons il pendi la paume a son col qui est signes que li pelerinages estoit parfez ausi come sil en vousist partir du tout. Apres vint jusqua Naples; lors envoia lavoe de Bethune et autres granz genz avec lui en Jherusalem au Roi et aus Barons et leur manda que il avoit eu conseil et apareilliez estoit daller avec eus en ost sur les Turs en Egypte ou par tout les leus ou il le vouroient mener. Li Baron aperceurent bien quele entencion il avoit; car il vouloit oster le blasme de sur lui et sur ceus de la terre metre si que il poist mander aus barons doutre les monz que par ceus du pais fust remese cele granz emprise quil avoient fete a lempereur. Por ce ne sorent que faire car il leur sembloit que ce fust ausi com un gabois tantes foiz muer leur conseil et requerre ces hauz homes de Grece une eure de remanoir autre eure de laler.

XVI. De ce meismes.

A grant doute parlerent au message lempereur et encerchierent leur courages se il vouroient encore movoir por aler en Egypte se li cuens Phelippes aloit avec eus. Cil respondirent que sans faille la seisons de ce emprendre estoit mes mout corte; nequedent se li Cuens vouloit jurer sur sainz de sa main quil iroit avec eus et se il acouchoit malades entre voies por ce ne remaindroit mie quil ni envoiast de ses genz; et que il demorroit en lost a bone foi sanz nul engin por le preu de la Crestiente tant que li autre baron i seroient; et quil ne seroit ne en conseil ne en aide por que les covenances qui estoient entre le Roi et lempereur fussent rompues et ce meismes feist jurer a ses barons il ne regarderoient mie au meschief qui estoit granz de changier tantes foiz leur conseil ainz appareilleroient leur oirre et movroient por faire la besoigne Dame Dieu et lenneur lempereur. Li Avoez qui tout ce ot entendu vout jurer por le Conte que il tendroit tout ce: nequedent aucun de ces poinz en ostoit il et ne vout pas promettre que li Cuens feist sairement de sa main. Li Grieu qui estoient sage home ne vourent plus demorer en paroles oiseuses aincois se departirent de ce parlement; et porce que la parole estoit delaiee jusque eu tens covenable si com vos oistes il pristrent congie si sen retornerent en leur pais. Apres ce comencerent a demander li message le conte de Flandres puis que cele muete degypte estoit remese quele besoigne li Cuens porroit enprendre por laide le Roi au preu de la Crestiente; car ne li sembloit mie bele chose quil demorast oiseus eu pais. Cil a qui il en parlerent respondirent que sil aloit en la terre de Triple ou vers Antioche la porroit grever les Turs et faire lenneur Dame Dieu et la seue. Aucunes genz avoient mescreu le prince dantioche et le conte de Triple qui estoient present de ce que il eussent destorbe le conte de Flandres daler en Egypte por ce que chascuns deus le vouloit trere vers son pais et guerroier en ses marches par laide des Flamenz: mes il ni gaaignierent mie granment; car ne ca ne la li Cuens ne fist chose de que len puisse dire mout grant bien. Nequedent por ce quil ne poist metre la coupe sur ceus de pais et fesoit mout semblant quil eust grant talent de guerroier li Rois li bailla .c. chevaliers et .ii m. sergenz et li promist encore greigneur aide quant il verroit por quoi. Il estoit entor le comencement doictovre: li Cuens prist avec lui laide le Roi et le mestre de lospital et chevaliers assez du Temple; si sen ala vers Triple de que li cuens de Triple lavoit mout prie. En cele seison meismes Baliens dibelin freres Baudoin de Rames espousa la roine Marie qui avoit este femme le roi Amauri fille Jehan Protosevasto de que vos oistes parler desus. En ceste maniere fu sires de la cite de Naples que la dame tenoit en doaire.

XVII. Coment li Crestien assistrent le chastel de Harenc.

Li Cuens vint en ces parties et prist avec lui le conte de Triple et sa gent. Il atornerent leur muete et leur gent mistrent en conroi et sen entrerent en la terre de leur anemis. Pres de La Chamele chevauchierent et pres de Haman; la se demorerent tant quil orent fet grant domage aus turs du pais et gasterent la terre pleine. Salehadins avoit este en cele terre et garnies les fortereces a sa volente; au fil Noradin sestoit apaisiez a grant meschief de ce lui puis estoit descenduz en Egypte; car il avoit doute que cil granz appareilliemenz que nostre genz avoient atorne avec lempereur de Costantinoble ne venist en sa terre. Por ce avoit menez avec lui touz ceuz quil pot avoir de quelque terre por venir encontre les noz et por deffendre son roiaume. Par ceste raison li cuens de Flandres et cil qui avec lui estoient chevaucherent a bandon par la terre qui estoit vuide de chevaliers; mes les fortereces des citez et li chastel estoient bien garnies de viandes et darmeures et bones gardes avoit dedenz assez. Li princes dantioche sot que noz genz chevauchoient sur Sarrazins si rassembla son pooir et se mist avec eus si com il avoit en covenant; lors distrent que il estoient assez genz por faire un grant fet; si sacorderent tuit que il aserroient le chastel de Harenc. Cest une leus de la terre qui est delez la cite qui a ores non Artaise; jadis fut apelee Calcide: anciennement fu grant chose mes ele est ore ausi com uns petiz chastiaus et cele citez et cist chastiaus sont pres dantioche a .xii. miles. Quant li oz de noz genz fu la venuz il se logierent entor si que il aceintrent de toutes parz la forterece que lon ne pooit entrer enz ne issir hors se par eus non. Apres firent leur engins drecier por giter grosses pierres aus murs; semblant firent que longuement deussent demorer au siege car il comencierent a faire meisons de fust et de cloies puis les ceintrent de bons fossez por ce que li ruissel de la pluie ne poissent entrer dedenz. De la cite dantioche et du pais entor leur aportoit len viandes a grant plente. Li chastiaus que il avoient assis estoit au fil Noradin: Salehadins ne len avoit plus leissez en la terre. Lors comencierent nos genz a faire giter leur engins efforcieement si que il deshordoient et depecoient les murs en pluseurs leus. Li chevalier et li serjant assaillirent par maintes foiz li un apres les autres. En tantes manieres grevoient ceus dedenz que il navoient point de repos.

XVIII. De ce meismes.

Tandis come les choses aloient einsi es parties dantioche Salehadins ot oie la novele que li cuens de Flandres et li graindres pooirs de la Chrestiente que il atendoit en Egypte estoient ale en la terre dantioche. Lors se pensa bien si com il estoit voirs que li roiaumes de Surie demorroit auques desgarniz de chevaliers et de genz; bien li fu avis que se il chevauchoit cele part de deus choses li avendroit lune: ou il feroit partir du siege le conte de Flandres et cil qui avec lui estoient por venir deffendre le roiaume ou se il ne sen partoient il feroit auques sa volente du roiaume de Surie et de cele petite gent qui remes i estoient. Por ce prist avec lui chevaliers et autres genz bien armees tant com il en pot avoir; charroiz mena assez por porter quanque puet avoir mestier en ost; du roiaume degypte sen issi parmi le desert passa a mout grant compaignie de gent tant quil vint a cele anciene cite qui a non Lars. Iluec leissa son charroi et sa plus foible gent et mena avec lui tout a eslite les meilleurs de son ost et qui mieuz estoient monte. Lors se mist a la voie; derriers lui leissa noz deus fortereces le Daron et Gadre: ses coreeurs envoia devant Escalone; apres il meismes amena toute sa gent devant cele cite. Li rois Baudoins qui avoit aperceu ne sai quanz jorz avant que Salehadins venoit sur lui ot assemblez touz ceus quil pot avoir de la terre et sestoit mis dedenz Escalone. Si come vos avez oi li cuens de Flandres avoit .c. de noz chevaliers des plus proisiez: li mestres de lospital et li frere et une partie des chevaliers du Temple estoient avec lui; li autre templier qui remes estoient cuiderent que Salehadins vousist asseoir en sa venue la premiere cite quil trovast et ce estoit Gadre; por ce sestoient mis dedenz. Onfroiz li connestables gisoit malades mout griement. Par ces choses poez vos entendre que li Rois navoit gueres genz avec lui; nequedent quant il vit que li Tur coroient par la terre tout a leur bandon il fist sa gent auner et leissa tant com mestiers fu por garder la ville chevaliers et sergenz puis sen issi a tout le remenant ses batailles mist en conroi por combattre a ses anemis. Salehadins tenoit pres de la cite toutes ses genz ensemble: quant li nostre qui plus savoient darmes virent la grant plente de gent qui contreus estoit bien se penserent et distrent que plus estoit seure chose deus tenir ensemble pres de leur murs en leur deffenses que aler assaillir plus loing cele grant merveille de pueple. En ceste maniere se tindrent li un assez pres des autres jusques apres vespres que onques ne se murent fors que tant quen pluseurs places avoit de bons poigneiz de pou de genz. Quant il comenca a asserir bien cognurent li nostre que perilleuse chose seroit de noz genz logier hors de la ville si pres du grant pooir a leur anemis; por ce sen retornerent et se receurent dedenz leur cite. Quant Salehadins vit ce si en ot trop grant joie et monta en si grant orgueil que il ne li chaloit mes quil feist et ne prisoit riens le pooir de noz genz. Toute nostre terre tenoit ja a conquise et la departoit a ses amirauz et a ses chevaliers. Des lors comencerent ses genz a corre par la terre et par tropeaus sanz tenir conroi come cil qui riens ne doutoient.

XIX. Coment Salehadins barroia le pais descalone.

Bien cuiderent li Rois et sa gent que Salehadins feist logier son ost cele nuit la ou il avoient este devant ou plus pres encore por asseoir la ville; mes il estoient en si grant bobant que toute nuit ne finerent de cerchier le pais par tropeaus si que leur cheval navoient point de repos. Entre les Turs avoit un renoie qui crestiens avoit este nez dermenie Ivelins estoit apelez; chevaliers trop bons hardiz et emprenanz de toutes granz choses mes la foi crestienne avoit guerpie. Cil prist une grant route de Turs avec lui et cevaucha jusques plains de Rames. Quant il aprocha la cite toute la trova desgarnie: por ce i fist le feu bouter si lardi; car li citeien de la ville porce quele nestoit mie bein garnie sen partirent; li un alerent en lost descalone avec Baudoin de Rames; les femmes et li enfant et une partie des homes sen estoient foi dedenz Japhe; aucun deus meismes estoient ale en un chastel qui siet es montaignes assez bien garni que len apele Mirabel. Quant Yvelins ot einsi arse la cite de Rames tout droit sen ala devant lautre cite qui a non Lidde et lassist de toutes parz. Hardiement fist assaillir ses gens aus murs et trere si grant plente de saietes que cil dedenz orent mout grant peor et se comencerent trop a esmaier. Pou de chevance metoient en deffendre la cite ains sen estoit tous li pueples montez sur leglise monseigneur saint Jorge le martyr. Li effroiz estoit si granz par toute la terre ne mie seulement sur ceus qui abitoient es plains mes cil meismes qui estoient es forz chastiaus des montaignes se desesperoient tuit. Jusquen la cite de Jherusalem vint la peors mout granz; car cil de la ville doutoient quil ne la poissent mie bien toute deffendre. Por ce avoient en proposement que sitost come li oz des Turs vendroit il leur guerpiroient la ville et se recevroient dedenz la forterece que len apele la tor David. Li correeur Salehadin estoient ja venu jusqua un leu que len claime Calcaille si avoient tout le pais si gaste quil ni avoit rien lessie fors es montaignes. En tele maniere estoit touz li roiaumes desconfortez que li anemi de la foi coroient par tout a grant bandon.

XX. Coment li Rois mesiaus desconfit Salehadin malement.

Noveles vindrent au Roi qui estoit dedenz Escalone que li Tur avoient einsi barroie tout le pais et ne trovoient qui contenz meist contre leur volentez; por ce sen issi descalone a tout son ost car il li sembla mieuz de combatre en aventure a ses anemis que soffrir que il voiant lui destruisissent ses genz et gastassent sa terre. Il chevauchierent tout celeement la voie de la marine porce quele estoit plus couverte car il vouloient sordre tout soudeinement es plains ou Salehadins estoit logiez. Quant il vindrent en la large place il mistrent toutes leur genz en conroi ceus a cheval et ceus a pie. Li frere du Temple qui sestoient mis dedenz Gadre issirent hors et chevauchierent avec eus. Si com il sen aloient tuit en bataille grant volente avoient de vengier les outrages que li mescreant avoient fet en ce pais. Grant corrouz et grant hardement leur metoient es cuers li feu des villes quil esgardoient de toutes parz; ni avoit celui qui mout ne desirrast que cele chose fust amendee. Norent gueres ale avant quant il virent lost des mescreanz qui estoit logiez assez pres deus; il estoit pres eure de none. Salehadins vit noz genz venir et fu certains par ses espies que il se venoient combatre a lui; si comenca a douter leur venue assez plus quil navoit fet avant. Tantost envoia messages aus correeurs qui sestoient espandu par la terre et leur manda quil venissent isnelement. Buisines et tabors fist soner por ralier ceus qui pres estoient. Il conroia ses batailles et chevauchoit par toutes. Aus chevetaines parloit et les amonestoit de bien faire come cil qui de ce sentremetoit mout bien. Avec le Roi estoit Oedes de Saint Amant li mestres du Temple qui avoit avec lui quatre vinz freres a armes et li princes Renauz Baudoins de Rames et Baliens ses freres Renauz de Saiete li cuens Jocelins oncles le Roi et senechaus. Por tout ne furent mie plus de toutes genz .ccc. et .lxxv. Cil prierent Nostre Seigneur que por essaucier son nom et por ennorer sa foi leur envoiast a ce besoing son conseil et saide. Lors sadrecierent vers les Turs; la vraie croiz aloit devant levesques Auberz de Bethleem la portoit. Si com il saprochoient de lost Salehadin il regardoient ceus qui venoient de bouter les feus par le pais a granz routes et mout encroissoit leur pooirs. Se Nostre Sires ne les reconfortast il ne fust mie merveille se il se doutassent daler en bataille encontre si grant gent come Salehadins conduisoit qui mout savoit darmes et mout estoit aventureus de toutes guerres. Quant il vit les noz aprochier si se trest vers sa gent et devisa lesqueles batailles assembleroient premereines et lesqueles leur secourroient. Bien comanda vers lesquels des noz chascune devoit poindre.

XXI. De ce meismes.

Les batailles chevauchierent les unes contre les autres. Tant saprochierent que eles hurterent ensemble. A un fes assemblerent tuit si que li Rois et tuit li sien qui estoient pou de gent furent tantost tuit plungie et ausi come perdu entre cele grant plente de Turs. De toutes parz furent avirone mes Nostre Sires leur envoia hardement et force si que il ne sesmaierent point aincois comencerent aus espees faire voie parmi les plus espesses batailles. Bien senti chascuns en son cuer que Nostre Sires leur enveoit sa grace. Si estoient reconforte que de nule rien navoient peor ne doute. Grant essart fesoient de leur anemis et le sanc fesoient corre a granz ruz parmi les chans. Premierement se merveilloient li Tur de ce que li nostre cuidoient eschaper diluec; apres quant il virent leur contenances si grant peor orent en leur cuers que chascuns deus qui trere se pooit arriers leur fesoit voie. En ceste guise dura la bataille une grande piece; mes au darrenier li anemi de la foi quant il orent assez de leur gent perdue ne porent les noz plus soffrir aincois se desconfirent et tornerent en fuie. Ce fu uns des plus aperz miracles que Nostres Sires eust fet en bataille grant tens avoit car ce sachiez certeinnement que li Tur estoient a cheval bien apareillie por combatre .xxvi m. sanz ceus qui estoient sur les somiers et sur les chamaus de que il i avoit trop grant plente. De ces .xxvi m. i avoit bien .viii m. preuz et hardiz ausi come tuit esleuz entre les autres que il apelent en leur langage Toussin: li autre .xviii m. estoient communs de genz a cheval et a armes que il claiment Coragolan. Des .viii m. qui estoient si preu devant les autres en avoit bien .m. qui portoient les armes Salehadin cest a dire quil avoient sur les hauberz cotes vestues de samit jaune si com il avoit. Cil se tenoient tuit ensemble entor leur seigneur por garder son cors; car cest la costume en Turquie que li grant prince et li amiraut de ces genz qui en la langue darabie sont apele Emir font les enfanz que il achatent et ceus que il gaignent en bataille ceus meismes qui sont ne de leur femmes de cors norrir et garder ententivement; aprendre les font et auser darmes en maintes manieres selonc ce quil croissent et deviennent plus fort. Soudees leur donent a chascun selon ce quil est et a teus i a granz rentes qui plus ont les graces au seigneur. A ceus apartient de garder leur seigneurs en guerre et sostenir les greigneurs fes des batailles; a ceus se suelent ralier tuit li autre et par ceus recovrer la victoire maintes foiz et sont apele en leur langage Mameluc. Iceste maniere de gent se tindrent entor Salehadin qui ne se vourent partir du champ jusque leur sires senfoist. Assez firent darmes entor lui mes au darrenier quant li autre senfoirent cil remestrent dont il avint que furent presque tuit ocis. Quant li Sarrazin sen partirent einsi du champ li nostre les sivirent tant com il orent point de jor des ce leu que len apele Montgisart jusques au marais qui a non li cannois des Estornois. De lun de ces leus a lautre a bien .xii. miles ou plus. Onques les noz genz ne finerent docire et dabatre en chacant quanquil aconsivoient de leur anemis. Ja ne fust nus deus remes qui ne fust ou pris ou mors se la nuit ne fust venue qui les noz fist retorner. Porce que li Tur sen poissent mieuz foir il gitoient jus leur armes ne regardoient somiers ne trousses. Cil qui mieuz estoient monte leissoient ceus qui aler ne pooient. Assez en i ot de pris et de perilliez en maintes manieres. A lassembler des batailles en ot morz des noz genz a cheval .v. sanz plus; nul autre nen perdimes fors genz a pie de que il i ot ne sai quanz perduz. Quant li Tur vindrent a ce marois par effort de chevaus il giterent en la palu les hauberz et les chauces cil qui les avoient; li autre chapiaus de fer roeles et tarquois; car il navoient cure que li nostre les trovassent ne que il les enportassent en signe de victoire. Mes il fu autrement; car les noz genz vindrent lendemain a ce leu et cerchierent les rosiaus a perches et a cros si que il troverent toutes les repostailles. Aucunes genz qui bien fesoient a croire distrent que il virent en ce jor treire .c. hauberz ou plus sanz les menues armeures que len i trova. Ceste victoire dona Nostre Sires a sa gent par son plaisir et par sa grace eu tierz an du reigne Baudoin le quart eu mois de novembre le jor de feste sainte Catherine. Li Rois sen retorna en la cite descalone et atendi ses genz qui avoient chacie en diverses parties qui furent toutes retornees a lui dedenz le quart jor. Quant il revenoient len poist veoir les chamaus quil amenoient chargiez darmeures de robes et vesselementes; chevaus autres gaainz i avoit assez. Li nostre fesoient joie ce nestoit mie merveille selonc la parole Ysaie le prophete: Ausi come li veinqueeur qui ont prise la proie quant il departent les despueilles.

XXII. Coment li Bedouin tollirent le hernois Salehadin.

Une autre chose avint lors par que il fu aperte chose que Nostre Sires grevoit ses anemis et vouloit aidier a son pueple. Car sitost come la desconfiture ot este fete .x. jor apres ne fina onques de plovoir si tresfondieument que riens ne se pooit garantir hors de meisons et que len navoit mes grant tens avoit si grant pluie veue en cele terre. Li Tur qui eschape estoient perdirent leur chevaus de mesese a ce que il nes avoient gueres espargniez quant il cerchoient le pais. Aincois que la bataille fust robes ne viandes nules navoient avec eus. Li froiz des pluies les destreignoit mout; ne savoient pas la voie et ne pooient aler a pie por le fort tens; si les trovoit len enmi les chans touz esgarez par tropiaus; ausi legierement les enmenoit len come bestes. Aucunes foiz cil qui sen cuidoient bien foir vers leur pais sen venoient tout droit aus noz qui les aloient querant. Li Tur darabe que len apele Bedoins virent que Salehadins estoit einsi desconfiz et quil avoit perdues ses genz; si sen alerent isnelement a ceus quil avoit lessiez a tout le hernois en la cite de Lars si com je vos dis desus. Mout effreement leur firent asavoir la desconfiture de leur genz puis leur corurent sus et leur tolirent tout le hernois quil gardoient; eus meismes enmenerent pris touz liez si que cele gent que Salehadins avoit amenee ne porent trover nul garant. Cele maniere de Turs qui ont non Bedoin ont ceste costume que nule foiz nassemblent por combatre tant com il le puissent eschiver; mes il atendent et regardent de loing liquel vaincront; quant li un sont desconfit de quelque leu quil soient cil leur cueurent sus et prennent du gaaing ce quil en pueent avoir. Ne sai quanz jorz apres li nostre ne finoient de cerchier les bois et les montaignes et trovoient des Turs qui la sestoient repost. Maintes foiz venoient il tout de leur gre a noz genz et se rendoient a eus por ce quil vouloient mieuz estre tenu en prison que mourir de fain et de mesese parmi les chans. Li rois Baudoins qui ot demore un pou dedenz Escalone por ses genz reconcueillir departi le gaaing a ceus qui lavoient fet. Tant en ot chascuns que tuit en furent riche. Salehadins qui venuz estoit en la place a si grant bobanz com vos oistes et departies avoit a ses genz les citez du pais sen ala mout desjuglez et trop honteus; a peines en pot il mener .c. chevaucheeurs avec lui; il meismes por eschaper monta sur un chamel corsier. En ceste chose puet len bien veoir que len ne doit avoir esperance fors seulement en Nostre Seigneur: quant laide des homes faut lors set il bien envoier la seue. Se li cuens de Flandres et li cuens de Triple et li autre bon chevalier qui estoient avec eus eussent este a ceste besoigne len poist cuidier que force domes et chevalierie eussent gaaigniee ceste victoire; mes Nostre Sires vout cele chose acomplir par un petit de gent por mostrer que devant touz en doit il avoir les grez et les graces. Li Rois sen ala en Jherusalem por rendre graces a Nostre Seigneur en leglise du Sepuchre de la grant enneur quil avoit fete a son non et a son pueple.

XXIII. Coment li cuens de Flandres sen retorna sanz rien faire.

Tandis come la besoigne aloit einsi au reigne de Surie li cuens de Flandres et li autre qui avec lui estoient demoroient encore au chastel de Harenc mes ni fesoient gueres de leur enneur ne de la besoigne Nostre Seigneur; car il nentendoient mie a grever leur anemis si com il deussent aincois ne finoient de joer aus tables et aus esches; en robes legieres estoient touz nuz piez dedenz leur paveillons. Sovent sen aloient en Antioche o granz compaignies por estre iluec es bainz et es tavernes et es mengiers; a luxure et a mauves deliz metoient toutes leur ententes. Cil qui demoroient au siege estoient pareceus et non challant de faire ce qua eus apartenoit. Li cuens de Flandres disoit chascun jor quil len covenoit a aler et que ce estoit sur son pois quanque il demoroit iluec. Ceste parole fesoit mout mal; car cil de lost en estoient desconforte et ne leur chaloit que il feissent; cil du chastel en avoient grant confort et quant il oirent que li sieges devoit tost faillir mieuz vouloient soffrir mesese en eus deffendre que rendre a leur anemis la forterece que leur sires leur avoit bailliee a garder. Li chastiaus seoit sur un tertre hautet qui avoit este fez de terre aporteice en pluseurs leus. Dune seule part i pooit len assaillir ailleurs estoit la mote trop roiste. Nequedent par tout pooient giter enging. Au comencement se contindrent li nostre assez bien car il firent giter perrieres et mangoniaus. Il mesimes assaillirent et blecierent assez de ceus qui leanz estoient. Apres par envie et par vilainie et parece leisserent tost lafaire venir a neant si que li Tur qui trop estoient avant effree que pres quil ne se rendoient se rasseurerent et rafermerent quant il conurent la mauvese contenance des noz et sorent quil parloient chascun jour de partir diluec. Mout doit len tenir a grant merveille ce que si preudom come fu li cuens Phelippes de Flandres se leissa einsi aler en cele besoigne que il ne li chalut que len deist de li. Quant li princes dantioche vit que li afaires estoit atornez a ce que il ne fesoient nule riens fors gaster leur tens a ceus dedenz fist parler et treist deus tant davoir com il pot por le siege lessier. En ceste maniere se partirent tuit de la assez honteusement. Li cuens de Flandres sen ala en Jherusalem; iluec fu le jor de Pasques. Apres fist atorner sa muete nes et galies apareillier tant com mestier en ot; a La Liche de Surie se mist en mer por aler droit en son pais par lempereur de Costantinoble. Ne leissa gueres bone remembrance de ses fez en la terre doutre mer. Eu tens qui lors estoit li empereres dalemaigne sapaisa au pape Alixandre du contenz et de lescomeniement qui avoit ja dure pres de .xx. anz; et cele pais fu fete en Venice. Lors meismes avint que li baron du roiaume de Surie et li prelat des eglises virent que li mur de Jherusalem estoit si viel que il decheoient en pluseurs parties; si firent entre eus une taille de paier chascun an certaine somme davoir jusque il fussent refet et mis en bon point.

XXIV. Du general Concile qui fu a Rome.

En lan de lincarnation Nostre Seigneur .m. et .c. et .lxxviii. ce estoit au quint an du reigne Baudoin le quart li generaus conciles estoit semons par toute Crestiente por assembler a Rome. Au mois doictovre vindrent li prelat de Surie Guillaumes li arcevesques de Sur Eracles li arcevesques de Cesaire Auberz li evesques de Bethleem Raous evesques du Sabbat Joces evesques dacre Romains evesques de Triple Pierres prieus du Sepuchre Renauz abes de leglise de Monte Syon. Cil Joces aloit au concile et si estoit envoiez au duc Henri de Borgoigne por lui dire que li rois Baudoins et li baron de sa terre sestoient acorde que len li donast a femme la sereur le Roi qui premierement avoit este espousee au Marquis. Cele parole receut li Duc premierement mout volentiers si com len dit il jura ce a faire en la main levesque Joce: mes quant il vint apres il chanja son courage je ne sai pour queus raisons et ne vout aler la et de ce ne regarda son serment. En ce mois que li prelat doutre mer murent por aler a Rome li rois Baudoins assembla tout le pooir du roiaume; si sen alerent sur la rive du flun Jordain eu leu que len apele le Gue Jacob. Iluec comencierent a fermer un chastel. Li ancien dient que ce est li leus ou Jacob passa le flun quant il retornoit de Mesopotamie et envoia messages a Esau son frere; et de sa gent fist .ii. routes. Por ce dist il iluec: Je passai a mon baston cest flun Jordain et ore men retor o tout deus routes. Cist leus est entre la terre de Neptalim qui a non Cades et la cite de Belinas qui sunt en Fenice desouz larceveschie de Sur. Diluec a bien .x. miles jusque en Belinas. Un tertre avoit en ce leu auques hautet sur que il giterent leur fondement et leverent un mur en quarrie mout large et espes et de fort euvre; si demorerent bien .viii. mois a ce faire. Tandis com il entendoient a fermer ce chastel robeeurs issirent des parties de Damas qui porpristrent si les voies entor lost que nus ne pooit aler ne venir la endroit qui ne fust desrobez et pris. Cil qui deffendre se vouloient estoient mort. Icist larron estoient premierement es montaignes pres dacre en un chastel que len apele Boucael. Cist leus est en la terre de Zabulon mout delitables et ne remaint mie por ce se il siet sur treshaute montaigne que il ni ait beles fontaines et douces darbres portant fruit a grant plente. Les genz de ce chastel suelent estre par costume preu et hardi et bien ause en armes; si que il jostissoient touz leur voisins et les casiaus dentor eus avoient amenez a ce que tuit leur rendoient treu. Tuit cil qui forfet avoient et qui enportoient lautrui chose par force ou par larrecin se recetoient leanz porce quil en donoient grant partie aus chevetaines de la forterece. De ce avenoit quil estoient assez genz leanz. Ausi bien coroient il sur les Crestiens come sur les Sarrazins quant il veoient leur aise; por ce estoient il haiz deca et dela et sen plaignoient tuit cil qui estoient pres deus car leur force et leur outrage croissoit chascun jor. Quant li rois Baudoins ne pot plus ce soffrir il sen ala soudeinement a ce chastel atout grant compaignie de ses genz. Ceus quil pot prendre ocist touz et le chastel prist par force; mes il ni trova gueres de gent; car li plus deus avoient seu sa venue et sen estoient foi en la terre de Damas atout leur femmes et leur enfanz; diluec navoient mie oubliee leur costume aincois venoient en repost aus chemins si com je vos ai dit et avoient granz compaignies; touz ceus quil pooient trover de noz genz enmenoient pris et desroboient. Quant li nostre virent quil leur fesoient tant de domages si pristrent entreus conseil coment il porroient ceste chose amender et asseurer les voies; a la fin sacorderent a ce que il metroient de leur genz par repostailles et par enbuschemenz en divers leus si que cil qui ne sen prendroient garde porroient venir sur eus et leur feroit len domage. Dont il avint une nuit que cil robeeur orent fet grant gaaing et sen retornoient mout joieus de la dont il estoient venu et tant quil passerent pres dun de noz enbuschemenz; cil saillirent fors et les seurpristrent; neuf deus en pristrent vis mes il en ocistrent bien .lxx. ou plus. Ce fu en marz le jor de la feste saint Beneoit. En celui mois meismes tint li apostoiles Alixandres son concile en leglise du Latran qui fu palais Costantin. La ot bien assemblez .ccc. que evesques que arcevesques. La ot fet mainz bons establissemenz qui furent mis en escrit.

XXV. Coment Onfroiz du Toron fu morz.

Quant cil chastiaus fu fermez sur le gue Jacob noveles vindrent au Roi que li Tur avoient menees granz plentez de toutes bestes en la forest qui est delez Belinas et les gardoient iluec en pastures. Ne mie porce il ni avoit pas tant genz a armes que il poissent soffrir le Roi ne ceus qui avec lui estoient. Li nostre cuidierent quil les poissent sorprendre si que cil ne sen prissent garde et faire leur gaaing sanz point de contredit. Por ce sesmurent de nuit a lenserir et chevaucherent toute nuit tant quil vindrent au matin a leur recet. Tantost corurent li nostre en diverses parties por acuillir la proie si que il sentreperdirent. Aucunes des batailles chevauchoient belement et ne vindrent mie la quant li autre. Icele bataille ou li Rois estoit sembati folement en un estroit leu entre roches. Iluec sestoient repost une grant partie des Turs quant il oirent venir noz genz: la se cuidoient garantir; mes quant il virent la route le Roi venir sur eus bien sorent quil seroient mort sil ne se deffendoient. Por ce saillirent de leur repostailles et corurent sus a noz genz qui sestoient folement empressie en ce pas. De loing comencerent a trere por ocire leur chevaus premierement apres saprochierent a nostre gent aus epees aus glaives et aus maces. Onfrois li connestables vit que il estoient iluec a grant meschief et que li Rois meismes estoit en peril; si com il estoit bons chevaliers et apensez tantost se mist devant et comenca a ferir et a decoper ses anemis et reuser arrieres por son seigneur garantir; merveilles i fist darmes et soffri trop; a lui se ralierent maint des autres qui ja se vouloient desconfire. Li Tur feroient sur lui de loing et de pres ausi com en un bersaut. En mainz leus fu navrez perilleusement; au darrenier quant si anemi furent departi ses genz le remonterent et le trestrent hors de la presse. En ce poigneiz ot li Rois grant domage de ses genz. Il i fu ocis uns juenes hom qui mout estoit biaus et riches et de grant lignage et bien entechiez Abraham de Nazareth avoit non; et uns autres chevaliers preuz et sages et loiaus Godechaus de Torolt; cil refu mout plainz en son pais. Assez i ot des autres perduz qui nestoient mie de tel pris. Li Rois qui fu eschapez a grant peine sen retorna aus heberges dont il estoit venuz; apres revindrent ses genz li un apres les autres qui folement sestoient esparpeillie. Onfroiz li connestables fu mout malades de ses plaies et sen fist porter au Chastel Neuf que il fesoit encore faire. La jut bien .x. jorz et soffri mout grant douleur des cous et des plaies que il avoit eues. Apres devisa mout bien son testament et ses aumosnes; puis fu morz le jor de la feste saint Jorge le martir. Enterrez fu ennoreement en leglise de Nostre Dame a son chastel du Toron qui mout est nobles et renomez. Dedenz le mois que li Connestables fu morz Salehadins vint a tout son ost entor le chastel que novelment avoit este fez et lassist; de toutes parz fist trere et assaillir. Si tenoit courz ceus dedenz quil ne leur leissoit point de loisir avoir ne de repos tant cuns chevaliers qui dedenz estoit Reniers de Marun avoit non entesa une saiete dun fort arc et feri tresparmi le cuer un des plus riches amirauz qui dehors estoit. Quant li autre Tur virent celui mort nentendirent puis a rien que a faire duel. Leur barbes arrachoient et copoient les queues a leur chevaus. Einsi sen partirent diluec sanz plus faire.

XXVI. Coment li rois mesiaus desconfit les correeurs Salehadin.

Eu mois qui vint apres Salehadins estoit ja pluseurs foiz entrez en la terre de Saiete et ni avoit trove nul contredit que il ne gastast et ardist les villes ocist les genz les proies en amenast; por ce se pensa quil iroit encores. Devant envoia correeurs qui seurprissent ceus de la terre et tout enmenassent quanquil leur estoit eschape des premeraines chevauchiees. Il chevaucha apres et se loja entre la cite de Belinas et le flun Jordain. La novele vint au roi Baudoin que Salehadins estoit einsi entrez en sa terre et la destruioit sanz contredit toute a sa volente. Li Rois assembla tant de gent com il pot avoir en si pou de tens et fist porter la vraie croiz devant lui. Tout droit sen ala a la cite de Tabarie. Apres passa par le chastel de Sephet et par lancienne cite de Naason. Tant chevaucha atoute sa gent que il vint au Toron. Iluec sot certainement par ses espies que Salehadins demoroit encore en ce leu ou il sestoit premierement logiez et atendoit ses correeurs qui toute la terre aloient ardant et cerchoient par tout come cil qui estoient legierement arme. Li Rois ot conseil et fu acorde de touz quil alassent encontre leur anemis; diluec murent et sadrecierent vers la cite de Belinas et vindrent a une ville qui a non Mesaphar; ele siet en la montaigne en haut. Dilueques virent touz les plains desouz; bien cognurent les tentes Salehadin qui estoient loing mes pres deus virent les correeurs et les villes qui ardoient; les proies que cil avoient acueillies en pluseurs leus; le cri des genz oirent quil enmenoient pris. Li nostre ne porent plus ce soffrir aincois comencerent tantost a descendre de la montaigne. Li sergent a pie qui las estoient ne les porent sivre; car il se hastoient mout por venir au devant aus correeurs. Nequedent un pou de ceus a pie qui plus estoient penible se mistrent avec eus. Quant il furent descendu es plains en un leu vindrent que len apele Mergion: iluec saresterent une piece por prendre conseil quil feroient. Salehadins sot tantost la venue le Roi; mout sesbahi de ce quil estoit si soudeinement venuz. Trop ot grant peor que il ne seurpreist ses correeurs qui le pais aloient gastant. Dautre part il douta que se il les aloit secorre que li Rois ne se ferist en ses heberges et preist quanquil i auroit lessie; por ce fist porter tout le hernois de lost et mener chamaus et somiers entre le mur et la barbacane de la cite por garantir; car il vouloit estre delivres et descombrez quelque part les noz genz tornassent. En ceste maniere saresta et atendi noveles de ses forriers. Li correeur orent veu que li Rois estoit descenduz des montaignes por venir contreus si orent grand peor et ne tendirent a autre chose fors coment il poissent venir a leur genz. Tantost passerent le flun qui depart la terre de Saiete des plaines ou il estoient. Li nostre furent au devant et se combatirent a eus mes cil ne se tindrent gueres ainz furent tantost desconfit. Assez en i ot de morz et mainz en abatirent que il retindrent pris; li remenanz senfoi en lost Salehadin.

XXVII. Coment Salehadins desconfist le roi mesel.

Tandis com cist aferes fu einsi fez Oedes li mestres du Temple et li cuens de Triple et autres genz qui avec eus estoient monterent sus en un tertre qui devant eus estoit; a senestre lessierent le flun a destre furent li plain et les heberges aus Turs. Salehadins qui ot oie la novele que li Rois estoit assemblez a ses correeurs fu meuz por eus venir secorre. Tandis com il chevauchoit il encontra ceus qui de la desconfiture estoient eschape; lors fu mout iriez et parla a ses genz mout les amonesta et pria de bien faire; ceus fist retorner qui senfuioient. Nostre gent a pie qui avoient este au gaaing cuidierent tout avoir desconfit et sestoient ja logie sur la rive du flun tout joieus de ce qui avenu leur estoit. Li nostre qui a cheval estoient avoient longuement chaciez les desconfiz. Mes quant il les virent soudeinement retorner et aperceurent les granz routes qui chevauchoient sur eus trop furent esbahi car il estoient tuit espandu par les chans. Il norent pas loisir de conraer leur batailles car li Tur leur corurent tantost sus. Une piece se tindrent li nostre et deffendirent mout bien; mes apres ce ne les porent soffrir aincois se desconfirent et tornerent en fuie. Bien sen poissent aler devant eus cil qui bons chevaus eussent sil se fussent adrecie vers le flun; mes par grant mesaventure furent si esbahi que il sembatirent entre roches roistes et espesses par ou il ne pooient passer ne aler gueres avant ne retorner se par les mains non a leur anemis. Cil qui vourent passer le flun sen eschaperent delivrement; li un deus se ferirent en .i. chastel qui pres estoit que len apele Biaufort li autre sen alerent droit vers Saiete et distrent les mauveses noveles de la desconfiture. Il encontrerent Renaut de Saiete qui menoit toutes ses genz mout efforcieement en lost le Roi; il le firent retorner et li distrent que secors ni avoit mes mestiers aincois porroit il bien perdre soi et ceus qui avec lui estoient. Sa retornee fist a nos gens grant domage; car se il fust alez jusqua son chastel qui estoit pres diluec li Tur nosassent mie aler si cerchant les noz qui sestoient repost apres la bataille; aincois i poist envoier les chevaliers et les vilains du chastel por querre ceus qui tapi sestoient entre les roches es caves et buissons; mes il avint einsi que li Tur qui les cerchierent en troverent assez que il enmenerent pris et liez. Li Rois eschapa par laide de ses homes qui le garentirent; li cuens de Triple sen ala a pou de gent jusqua Sur; de nos genz i ot assez perduz. Prist fu Oedes de Saint Amant li mestres du Temple qui mout estoit fel et orgueilleus; pou doutoit Dame Dieu ce disoit len et a nul home ne portoit enneur. Par son conseil et par son aticement avint cele mesaventure et bien en ot sa deserte; car il fu morz dedenz lan en la chartre. Baudoins de Rames hauz hom et puissanz Hues de Tabarie fillastres le conte de Triple i furent pris. De cestui furent mout de genz courreciees car il estoit juenes hom sages et cortois et mout avoit la grace de touz. Assez dautres en i ot perduz qui nestoient pas si riche home.

XXVIII. Coment Salehadins fist abatre le gue Jacob.

Mout estoit li roiaumes de Surie desconfortez de cele chose qui avenue estoit et mout avoient grant peor de Salehadin qui si montoit en grant pooir pres deus. En cele saison meismes vint a Acre li cuens Henris de Champaigne filz le viel conte Tibaut qui amena bele compaignie de barons et de chevaliers avec lui et Pierres de Cortenai freres le roi Looys de France et Phelipes ses nies filz le conte Robert esliz de Biauvez. De leur venue furent mout joieus et reconforte au pais car il avoient esperance que si haut home com il estoient vengeassent les outrages que li Tur leur avoient fet et les garantissent des maus quen leur pensoit a faire. Mes si com a Nostre Seigneur plot ne tindrent mie grant leu a la besoigne du roiaume; car Salehadins qui fu montez en grant orgueil ne leissa gueres reposer nostre gent aincois amena grant plente de Turs et assist le chastel que li Rois avoit ferme novelement au mois davril que len apeloit le Gue Jacob. Il avoit este bailliez aus Templiers a garder porce que il disoient que touz li pais dentor devoit estre leur par les dons des rois. Quant la novele vint au roi Baudoin que Salehadins estoit la a siege il assembla tout son pooir et furent avec lui cil haut home qui estoient venu de France. Bon talent avoient tuit du chastel delivrer ou de combatre aus Turs. Mes tandis com il appareilloient leur muete et metoient lafere en delai noveles leur vindrent si com il estoit voirs que Salehadins qui nestoit mie pareceus de sa besoigne faire avoit ja le chastel pris et fondu tout a terre; touz ceus quil trova dedenz avoit ocis et menez en prison. Apres les autres mesaventures fu ceste chose qui mout desconforta les nos genz et touz ceus de la terre et sembla bien que Nostre Sires haist son pueple; mes queque li home jugent par dehors les seues oevres sont touzjorz bones et droiturieres; et a ceus quil aime fet il plus sovent comperer leur folies. En cel an fu recomenciee la parole qui avoit este meue lan devant du duc Henri de Borgoigne que il preist la sereur le Roi; car li cuens Henris de Champaigne ses oncles si acordoit mout et cuidoit len bien que li Dux venist en la terre au premier passage qui fust. Mes si com il apparut apres il ni vint onques; ce ne set len por quele raison il le leissa.


LI VINT ET DEUSIESMES LIVRES

I. Des trives que li Crestien pristrent a Salehadin.

Buiemonz li princes dantioche et Raimonz li cuens de Triple entrerent eu roiaume a grant compaignie de chevaliers. Li Rois en fu mout espoentez car il cuida quil le vousissent trahir et chacier de la terre por retenir le roiaume a leur oes; car la maladie le Roi se descovroit et apparoit la lepre tout apertement. Sa suer qui avoit este femme au Marquis estoit encore veve car ele atendoit si com oistes desus la venue le duc de Borgoigne. Li Rois qui ot sospeconeus laprouchement le Prince et le Conte qui estoient ambedui si cosin se hasta de marier sa sereur. Il avoit assez plus hauz homes en la terre plus sages et plus riches et de ceus qui estoient ne du pais et des autres qui la estoient venu por pelerinage ou la dame poist estre mieuz mariee quele ne fu: mes li Rois se hasta si la maria a un juene home qui estoit assez hauz hom Guiz de Lesignan avoit non filz Hugon le Brun de leveschie de Poitiers. Li Rois fu si angoisseus de ce faire quil ne vout atendre le tens de faire noces aincois fist faire le mariage dedenz les feriez de Pasques. Quant li Princes et li cuens de Triple sorent que li Rois les avoit sospeconeus il firent leur oroisons en Jherusalem et visiterent les sainz leus puis se mistrent au retour por aler en leur pais. Quant il furent venu a Tabarie iluec demorerent ne sai quanz jorz. Salehadins qui ne savoit mot quil fussent leanz vint soudeinement devant la ville atout grant plente de Turs. Li preudom qui avoient bele compaignie et grant sarmerent et issirent fors. Quant cil les aperceut tantost sen retorna a Belinas que onques point de domage ne leur fist. Iluec se demora grant piece de tens; car si com il fu apres chose aparissant il atendoit une estoire de .l. galies quil avoit fet apareillier liver devant. Li Rois se pensa que Salehadins ne sejornoit mie por neant et se douta mout quil ne li vousist corre sus; por ce li envoia ses messages et le requist de trives. Cil en receut la parole volentiers et bien si acorda ne mie porce quil ne seust bien quil avoit greigneur pooir que li Rois de guerroier et la gent quil avoit ja desconfite ne sai quantes foiz ne doutoit il mie mes il vout les trives porce que si grant secherece avoit este bien .v. anz en la terre de Damas que onques ni avoit pleu en ce tens se petit non et toutes manieres de viandes a homes et a chevaus leur estoient faillies. Par ceste raison furent les trives jurees et afermees par mer et par terre a ceus du pais et aus pelerins qui vendroient: isnelment furent prises deca et dela. Au jor de lors navoient onques encore trives prises entre les Turs et les Crestiens que li nostre ni retenissent aucun avantage a leur oes; mes lors nen i orent il point.

II. Coment Salehadins destruioit la Sainte terre doutre mer.

Li estez fu venuz que len pot guerroier. Salehadins vit quil avoit mis a seur la terre de Damas et la cite de Bostre: si assembla grant plente de chevaucheeurs avec lui et sen entra en la terre de Triple. Iluec se loja mes ses correeurs envoia par toute la terre por gaster le pais. Li Cuens et ses genz sen estoient ale en la cite darches; iluec atendoient se il poissent trover point et aise de combattre a leur anemis sanz trop grant meschief. Li Templier du pais se tenoient tuit cloz et serre dedenz leur fortereces porce que il cuidoient estre de jor en jor assis de Salehadins; por ce ne sosoient abandoner dissir hors encontre les correeurs qui domage leur fesoient. Autretel disoient li Ospitalier: il entendoient a garder le chastel du Crac et tuit estoient lie se len ne venoit sur eus a siege. Entre lost le Conte et les freres de lospital et du Temple estoit Salehadins logiez si que li uns ne pooit faire secor a lautre; neis messages ne sentre envoioient il pas por les forriers qui partout coroient si ne savoient mie entre eus leur covines. Salehadins qui ne trovoit point de contredit en la terre chevauchoit a petites jornees por gaster le pais; les blez de que il avoit ja une partie cueilliz ardi touz ceus des granches et ceus qui estoient encore par les chans. Proies enmena assez et prisons. Les villes ardi toutes et mist en cendre. Tandis com il fesoit ensi sa volente en ces parties entor le primerain jor de juing la navie quil avoit apareillie vint devant la cite de Baruth; mes li chevetaine qui la menoient sorent certeinement que leur sires avoit au Roi prises trives et asseurees; por ce noserent faire nul mal ne a la terre ne a la cite. Il sorent que Salehadins demoroit en la terre de Triple si sen vourent aler cele part. Passerent par une isle qui a non Arade qui est pres dune cite qui a non Antarados porce que ele est encontre cele isle; na mie plus de .iii. miles de lune a lautre. Li ancien dient que Aradin li filz Canaam le fil Noe habitua iluec premierement et de son non fu ele einsi apelee. Cele citez que je vos ai dite Antarados ore a non Tortose. Ceste la ou messires sainz Peres li apostres quant il aloit preeschant par la terre de Fenice fist une petite eglise en lenneur de la Virge qui le fil Dieu porta. La vont maintes genz en pelerinage et Nostre Sires i a fet mainz biaus miracles por enneur sa mere. Cele citez et cele de lisle et la tierce pres diluec qui a non Maraclee sont obeissant a larcevesque de Sur. Quant les galies furent la arrivees cil qui dedenz estoient atendirent le comandement leur seigneur; tandis ardirent les meisons quil troverent sur le port. A la cite de Tortose essaierent il a faire mal se il poissent mes cil dedenz se deffendirent si bien que riens ni perdirent. Ne demora mie que Salehadins prist trives au conte de Triple qui navoit mie este es trives le Roi. Lors manda a ses galies que il sen retornassent. Il meismes atout son ost sen ala au roiaume de Damas.

III. Par queus terres li arcevesques Guillaumes vint du Concile.

A la revenue du concile qui avoit este a Rome li arcevesques Guillaumes de Sur sen revint par Costantinoble. Li empereres Manuel qui fu larges sur touz homes le receut mout ennoreement et le retint avec lui par .vii. mois. Le mescredi des feriez de Pasques il li otroia congie de partir de lui; biaus joiaus et riches li dona et granz dons envoia par lui a seglise messages li bailla de ses hauz homes por mener de par lui au roi doutre mer et aus autres barons; et quatre galies leur fist livrer. Einsi entrerent en mer et passerent Tenede Mitilene Chios Samos Rodes Chypre qui sont isles de mer; a senestre lessierent ces terres Frige Aise la Meneur Lice Panphile Ysaure et Cilice. Tant vindrent que il entrerent en la bouche du Fer que len apele le port Saint Symeon. Nequedent cil arcevesques qui ceste estoire mist en latin raconte que tandis com il demoroit en Costantinoble por la saison de lyver et por la volente lempereur li Empereres qui mout estoit sages hom et bons crestiens se pensa que il marieroit ses enfanz tandis com Nostre Sires li donoit espace de vie: Il avoit un fil et une fille: au fil qui navoit mie encore treize anz et estoit Alexis apelez por laiol son pere dona la fille le roi Looys de France qui avoit non Agnes et navoit mie plus de .viii. anz; ambedeus les fist vestir de drap dempereur et de coronnes le jor des noces; et fu la feste au palais Costantin le vieil en cele partie qui a non Trulles la ou sist jadis li conciles au tens Costantin qui fu filz a lautre Costantin le fil Eracle. Por sa fille marier envoia quere un juene hom fil Guillaume le viel marquis de Montferrat et frere a lautre Guillaume qui ot a femme la sereur le roi Baudoin. Cist avoit non Reniers et bien avoit entor .xvii. anz. Quant il ot demore une piece en Costantinoble et en lot avec lempereur entor la feste de Tiephaine il fist les noces de celui et de sa fille qui avoit non Marie. Li patriarches Theodoses les espousa. Li Empereres chanja le non a Renier et li mist le non son pere; si fu apelez Jehans. Ceste fille fu nee de lempereriz Irene qui vint de Tiesche terre; car de lautre empereriz quil prist apres qui ot non Marie not il enfant que son fil Alexe. Qui voudroit parler des jeus que il firent es teatres de la ville que il apelent ypodromes et de la richece qui fu le jor au palais de Blaquerne en que les noces furent mout metroit grant tens a tout ce bien raconter. Les robes que orent vestuez li espousez et lespousee et les cortines qui pendirent eu palais et par les rues de la cite lor et les pierres precieuses qui le jor furent mostrees valoient tant que qui la verite en vouroit dire a peines en seroit creuz. Quant li message lempereur orent acomplies les besoignes por que leur sires les avoit envoiez au prince et au patriarche dantioche il se partirent diluec et sen alerent tout droit au Roi quil troverent en la cite de Baruth. Diluec sen alerent avec lui a Sur. En cel an qui estoit septiesmes du regne Baudoin le quart au mois de septembre la surveille de la saint Mathe lapostre morut li tresbons crestiens fers en la foi Jhesucrist bons a Dieu et au siecle li rois Looys de France. Uns filz remest de lui ce fu li rois Phelippes de cui bonte se sent toute la Crestientez. Sa mere fu la roine Ale fille le viel conte Tibaut suer le conte Henri de Champaigne le conte Tibaut de Chartres le conte Estienne de Sancerre larcevesque Guillaume de Reins. Cil rois Looys morut au cinquantiesme an de son reigne au soissantiesme an de sa vie. Au mois qui fu apres ce fu en oictovre morut Amauris li patriarches de Jherusalem uns hom qui trop estoit simples et qui gueres de bien ne fist en sa prelation. En son leu fu esleuz dedenz les .x. jorz apres Eracles larcevesques de Cesaire.

IV. Coment li rois Baudoins maria une seue sereur a Onfroiz.

Ne demora gueres apres ce que li rois Baudoins maria une seue sereur qui navoit mie .viii. anz a un juene home qui avoit non Onfroiz. Ce fu li tierz qui einsi fu apelez et fu filz au juene Onfroi de Tiephaine la fille Phelippe de Naples. Cist seconz Onfrois fu filz Onfroi du Toron le connestable le Roi de que vos avez oi parler maintes foiz. Ses aieus de par sa mere fu sires de la seconde Arabe cest la terre que len apele ore du Crac et de la Surie Sobal qui est ore clamee de Mont Roial. Eles sont ambedui outre le flun Jordain. Cil se rendi apres et puis fu mestres du Temple. Li princes Renauz se pena mout que cis mariages fust fez dont je vos ai parle; car il avoit espousee la mere au vallet et estoit ses tierz mariz. Uns changes fu fet de son patremoine qui escheus li estoit en la terre de Sur par la mort son aiol et bailla tout au Roi le Toron Chastel Nuef et la droiture de Belinas atoutes ses apartenances; et li Rois li redona autre chose et li fist teus covenances qui bien plorent a lui et a ses amis. Li tierz jorz de ce mois meismes avint que li treslarges princes li cortois li sages li bons aventureus morut; ce fu lempereres Manuel de Costantinoble. Cil qui cognoissoient sa vie et ses bones oevres orent certeine esperance que Nostre Sires reeust same en son paradis. Il fu morz au quarantiesme an de son empire; navoit vescu gueres plus de .lx. anz. Il avint en ce tens que Buiemonz li princes dantioche fu si deceus du deable et avuglez de pechie que il leissa madame Theodore qui estoit sa femme loiaument espousee et niece lempereur et espousa encontre Sainte eglise une femme trop malicieuse qui ne vouloit rien faire se par charaies non et par sorceries Sebile estoit apelee. A ce tens demoroient en Costantinoble Jocelins li oncles le Roi senechaus du roiaume cui li Rois i avoit envoie por ses besoignes et Baudoins de Rames qui avoit este pris des Turs et raens; si estoit alez demander aide a lempereur: mes lempereres Manuel estoit ja morz. Lors fu descoverte une trop granz traisons que li haut home de Grece avoient porpensee contre lempereur Alexe filz a lempereur Manuel. Il les fist prendre et metre en parfondes chartres bien liez de fer. Mout se contint cil enfes viguereusement; si estoit il encore au bail sa mere si com ses peres lavoit comande. Aucun de ces traiteurs estoient si cousin bien pres. Entre les autres avoit este chevetaines de la traison uns filz Androine de qui je vos ai parle desus qui avoit non Manuel; et Alexes mestres chamberlans du palais filz de la niece lempereur; et des autres granz homes i ot tant quil furent douze. Par desus ce Marie la suer lempereur et Jehans ses sires li filz au Marquis furent parconnier de cele emprise; mes quant il saperceurent quil estoient descovert il se ferirent andui dedenz le moustier Sainte Sophie por eus garantir. Avec eus entrerent assez de ceus qui contre lempereur se vouloient tenir et garnirent bien leglise darmes et de chevaliers. Li patriarches meismes de Costantinoble vouloit leur bien mes lempereres assembla gent mout esforcieement si les prist touz et mist en prison. Sa suer ot peor quil ne la vousist ocire si li cria merci. Si ami len prierent et il li pardona son corrouz.

V. Coment Buiemonz menoit mauvese vie a la Crestiente.

Ceste chose que je vos ai dite que li princes Buiemonz avoit lessiee sa femme sanz raison et prise une autre par desloiaute mist en grant trouble et en grant peril toute la crestiente dorient meismement es parties dantioche: car il fu amonestez pluseurs foiz debonnerement que il sen issist de cel apert avoutire en que il estoit et repreist sa preude femme: mes il come pechierres desesperez nen vout onques oir bone parole ne croire bon conseil; ne ne responoit soutrage non a ceus qui le bien li mostroient. Por ce covint que il fust escomeniez. Lors parfu il si fous et si hors du sens quil ne doutoit nule maniere de pechie. Le Patriarche les evesques touz les provoires et touz les clers comenca a guerroier; batre les fesoit et navrer et ocire; les moutiers fesoit pecoier et les abaies; prendre i fesoit dedenz quanquil trovoit reliques et autres choses. Li Patriarches senfoi en un chastel de seglise qui estoit forz et bien garniz de chevaliers darmes et de viandes. Une grant partie de ses clers sen entra avec lui. Li Princes corut apres o grant compaignie de genz armees et les assist leanz. Assaillir i fesoit et trere ausi volentiers com se ce fussent Sarrazin. Dont il avint que aucuns des barons du pais quant il virent que cil estoit si desvoiez de tout bien se penserent que il devoient plus obeir a Dieu que a home; por ce ne li vourent mie aidier a ces males oevres faire. Li uns de ceus fu gentiuz hom et puissanz Renaus Mansiaus avoit non; cil fist mout bien garnir de toutes choses un suen chastel et mist leanz avec soi de ses meilleurs amis. Touz les evesques et les autres clers qui ne sosoient mostrer par la terre retenoit leanz et garantissoit; ne soffroit mie la ou il avoit pooir que len leur feist honte ne domage: des autres i ot assez qui du Prince se partirent. Par cest achoison fu puis li pais en trop grant aventure; car bien disoient li sage home de la terre que se Nostre Sires ni metoit conseil par tens li Tur qui estoient entor eus riche et puissant sapercevroient du mauves covine qui estoit entre les Crestiens et se porroient assembler; se il vouloient entrer en la terre toute la troveroient desgarnie por la descorde qui la estoit: einsi porroit estre la citez et la region perdue qui par grant travail de preudomes fu conquise a la foi crestienne. Car si com dit levangile: touz reignes en soi devisiez sera desconfortez. Li rois Baudoins et li Patriarche et li baron et li prelat du reigne de Surie quant il oirent le peril en que la terre dantioche estoit sassemblerent et pristrent conseil entreus que len porroit faire de ce grant home qui estoit en si doloreus estat et par quele maniere len porroit le pais giter de ce grant meschief. Il virent bien que li Princes avoit deservi par sa desloial contenance; mes il se douterent que se len alast a force sur lui il poist faire aliances aus Turs parque il les poist metre dedenz sa terre et leur baillast ses fortereces de que il meismes nes poist giter quant il vousist. Dautre part il estoit si avuglez de pechiez et enlaciez de sorceries si com len cuidoit que certeine chose estoit que il ne vousist nului escouter qui raison li mostrast encontre sa folie. Et por ce que li preudome sorent bien que ce seroit peine perdue il se soffrirent de lui amonester et de lui faire force. Si satendirent de son amendement a Nostre Seigneur qui bien set quant lui plest visiter les cuers des pecheeurs et ceus qui ont este en parfont enracine en maus et en outrages met par sa grace en bone voie et en haute contenance.

VI. Coment li princes dantioche fu escommeniez et de la grant traison qui fu en Costentinoble.

Honteuse vie menoit en ceste maniere li princes Buiemonz en ce tens et tant estoit ja la chose alee avant que li Princes estoit escomeniez et toute la terre entredite por les sacrileges et por les torz que len fesoit aus clers et aus eglises. Par tout le pais ne fesoit len nul sacrement fors seulement batizier les enfanz et confesser les malades. A la fin virent li preudome du roiaume de Surie que cil afaires ne pooit pas longuement durer sanz grant peril si envoierent la par comun acort le patriarche de Jherusalem Renaut de Chasteillon qui avoit este princes dantioche et parastres a celui Buiemont le mestre du Temple frere Hernaut de Toroge le mestre de lospital frere Rogier de Molins. A ceus fu comande que il essaiassent en toutes manieres se il porroient apaisier du tout ce grant trouble qui estoit en la terre dantioche ou au mains i meissent tel conseil que cil mal cessassent une piece du tens. Car li preudome avoient grant peor que la parole en alast outre mer a lapostoile ne au roiaume de France et que len meist sus a ceus de la terre que il consentissent les maus que li Princes fesoit: por ce voudrent mostrer apertement que il ne sacordoient mie a lui aincois leur desplaisoit mout sa vie. Li Patriarches prist avec lui des prelaz de Sainte eglise les plus sages et les plus religieus: Aubert levesque de Bethleem leslit de Cesaire qui avoit non Moines Renaut labe de Monte Syon Perron le prieur du Sepuchre et Huitace le dean de Charmentre; cil sen alerent tuit ensemble par la terre au conte de Triple et le menerent avec eus porce quil estoit acointes du Prince et cuidoient que ses paroles le deussent esmovoir a bien faire. Il vindrent vers Antioche et troverent le Prince et le Patriarche quil orent fet venir a La lische. Ambedeus parlerent a chascun par soi puis les menerent ambedeus dedenz la cite dantioche. En maintes guises essaierent coment il poissent faire le Prince cognoistre et guerpir sa folie; mes nel porent mie du tout giter hors; por ce leur covint a faire la pais a une piece du tens par tel atirement que li Princes rendroit au Patriarche aus evesques et a tout le clergie quanque il avoient perdu par lui; li entrediz seroit ostez de la terre si que len chanteroit partout: mes li Princes remaindroit en lescomeniement porce que il ne vouloit issir du pechie; ou se il vouloit estre assouz il guerpiroit la dame quil avoit prise et reprendroit cele quil avoit lessiee. Quant ce fu einsi atorne entreus bien cuiderent li preudome avoir lessiee la chose en bon point selonc ce quil pooient faire et sen retornerent en leur pais. Li Princes ne garda onques ne ne tint chose quil leur eust promise aincois fist pis que devant; et une chose fist il mout perilleuse: car ne sai quanz de ses barons qui le reprenoient de sa folie plus que li autre gita hors dantioche et de tout son pooir et seisi leur terres. Ce furent ses connestables et ses chamberlans Guicharz de Lisle et Bertranz li filz au conte Gilebert et Garins Gaynarz. Cil sen alerent come essillie en Ermenie a Rupin de la Montaigne qui les receut mout ennorablement et leur dona biaus dons et granz; a soi les retint et leur assena bons solz et soffisanz. Eu mois daoust qui vint apres le septiesme jor apres la saint Bertelemieu fu morz li bons apostoiles Alixandres et enterrez en leglise du Latran. Apres lui fu esleuz et sacrez a apostoile Luces li tierz qui avant estoit apelez Umbaus evesques doiste nez de Toscane de la cite de Luque; vieuz hom estoit et de petite letreure. Eu mois de septembre qui vint apres morut li evesques de Baruth Raimonz qui estoit preudom et sages. En son leu fu mis par acort de touz mestres Oedes larcediacres de Sur qui estoit bons hom et bons clers; aus juenes qui vindrent apres fu ordenez a provoire et sacrez a evesque.

VII. De la mort le fil Noradin roi de Damas.

En ce tens meismes fu morz Melechsala li filz Noradin qui estoit encores juenes vallez. A celui navoit lessie Salehadins de son heritage que seulement Halape et ne sai quantes fortereces entor. Icil fist son testament a sa mort et leissa trestoute sa terre a un suen cousin germain filz Hezedin son oncle et il avoit non Tebeth sires de la cite de Mousse. Quant cil fu enterrez li amiraus du pais envoierent a celui Tebeth qui mout estoit puissanz et de grant afaire entre les Turs; il li manderent quil venist hastivement por entrer en cel heritage que leur sires li avoit lessie. Il i vint sanz demorance et prist la cite et toute la terre; car il doutoit que Salehadins qui avoit deserite en grant partie son cousin a son revenir degypte vousist prendre par force Halape et les autres chastiaus a ce que une partie des granz homes du pais se tenoient a lui. Salehadins quant il ot prise la trive jusqua deus anz et bien asseuree sen fu alez en Egypte por atorner ses afaires. Mout estoit en grant doutance de ce quil avoit oi dire et voirs estoit que li rois de Secile avoit appareilliee et bien armee une grant navie; si cremoit Salehadins quil ne vousist arriver en Egypte. Mes por neant en avoit peor car cele navie mut por aler en .ii. isles qui sont pres despaigne: lune est apelee Majorique et lautre Minorique. Icez nes perirent presque toutes par tempeste qui les tormenta trop malement entor Saones Albanguene et Vintemille qui sont citez sur la marine. Tandis come cele trive duroit si come je vos ai dit entre Salehadin et le roi de Surie une maniere de gent que len apeloit Suriens qui abitent en la terre de Fenice entor la terre de Libane delez la cite de Gibelet changierent mout leur estat et comencierent a croire en autre maniere quil navoient fet avant; car bien avoit .v c. anz passez que uns popeliquans fu qui avoit non Marons: de cestui estoient il apele Maronique porce quil le sivoient en sa mescreandise. Desevre estoient des vrais crestiens et par eus fesoient leur sacremenz. Mes lors les regarda Nostre Sires et se perceurent de lerreur quil tenoient; au patriarche dantioche Haimeri vindrent et forjurerent lenseignement Maron que il avoient longuement tenu a leur dampnement et receurent la foi chrestienne si come leglise de Rome la tient a cui il furent apareillie de ce jor en avant a obeir com a leur mere et vrai fil li furent. En ce pueple qui einsi fu convertiz avoit bien .xl m. que homes que femmes qui abitoient es esveschiez de Gibelet de Bostre et de Triple; il estoient genz mout hardies et preuz en armes et mainz granz secors avoient fet a noz crestiens quant il se combatoient a leur anemis. Mout en orent grant joie tuit cil du roiaume de Surie quant cil se tornerent a nostre foi. Il avoient eu patriarches et evesques de leur loi qui furent premerain converti et ausi com il avoient les autres ensegniez et maintenuz en folie et en faussete autresi leur mostrerent il la bone voie de verite et les amonesterent que il ississent de la mauvese creance.

VIII. De la descorde qui sordist entre le Roi et le conte de Triple.

La trive duroit entre le Roi et les Turs. Mes lors furent unes malicieuses genz qui avoient entencion mauvese et comencierent a semer descordes et troublemenz au roiaume de Jherusalem. Car li cuens de Triple avoit este pres de .ii. anz enpeeschiez et detenuz par granz besoignes quil avoit en son pais; si que il navoit onques entre au roiaume. Mes lors avint quil i avoit a faire por la cite de Tabarie et por ce vouloit aler parler au Roi car ce estoit heritages sa femme. Et quant il ot fet tout son apareillement por aler la et fu ja venuz jusques a Gibelet li envieus qui vourent par malice destorber la pais de la terre firent entendant au Roi que li Cuens venoit la por son mal porchacier et por tenir paroles aus barons de la terre coment il se partissent du Roi et lui tenissent a seigneur. Li Rois crut ces paroles plus que mestiers ne li fust et si com il estoit corrouciez de ce que len li fesoit entendant tantost envoia ses messages au Conte qui li deffendirent de par lui quil ne fust si hardiz quil entrast en son roiaume. Li Cuens fu mout honteus et mout esbaubiz quant il oi ce mandement; si senti bien en son cuer que il ni avoit mie bone raison por que li Rois deust estre si meuz contre lui; les costemenz ot perduz quil ot mis en appareillier son oirre et sen retorna jusqua Triple. Cil qui einsi le voudrent meller au Roi le fesoient por cele entencion: car tandis com il estoit loinz de la cort et li Rois qui estoit malades ne pooit entendre a finer les besoignes du reigne cil en fesoient toute leur volente et les esploiz de la terre tornoient a leur preu; si navoient cure de la compaignie au preudome qui ce leur destorbast. Devant touz les autres se penoit de ce porchacier la mere le Roi qui nestoit mie preudefemme; aincois amoit mout la seigneurie et estoit mout angoisseuse de prendre deniers; a ce li aidoit mout ses freres li seneschaus du pais et ne sai quant autre baron qui a ceus se tenoient et mout metoient grant peine en atainer le Roi encontre ce haut home. Quant li autre baron de la terre oirent dire quen avoit fet au conte de Triple tel outrage come de veer lentree du roiaume et que li Cuens sen estoit tornez iriez et a grant desdaing mout leur desplot et si douterent que trop grant domage nen venist a la Crestiente se leur anemi qui entor eus estoient pooient savoir le descort; et bien aperceurent que par desloiaute avoit ce este porchacie. Car li Rois estoit ja si descoverz de sa maladie quil ne pooit entendre a nul de ses afaires aincois sembloit que il fust touz porriz et que li membre par dehors li deussent cheoir. Pour ce sassemblerent cil qui ne tendoient se a bien non et a garder loiaute vers leur seigneur; si envoierent au Conte bons messages et apres parlerent a lui; tant firent par grant peine que il apaisierent son corage et que il lamenerent en Jherusalem. Li Rois a cui il en avoient parle devant ne le vout pas mout mes il le soffri et fu fete la bone pais entreus deus.

IX. De la grant desloiaute que li Grifon firent aus crestiens latins en Costantinoble.

Au tens que les choses aloient einsi au roiaume de Surie granz troublemenz et granz mesaventures avindrent en lempire de Costantinoble et tel chose qui fut granz perilz et lais doumages a toute la crestiente. Li desloial Grezois descovrirent lors la grant desloiaute que il avoient porpensee longuement. Quant lempereres Manuel fu morz qui avoit este li plus bons et aventureus princes du monde li empires eschei par droit heritage et par le testament lempereur qui einsi le vout a son fil Alexi qui estoit enfes; mains avoit de treize anz. Il remest en la garde sa mere si com li peres lavoit devise a sa mort. Les besoignes de tout lempire maintenoit par la volente a la dame Alexis qui estoit senechaus de la terre et por ce estoit apelez en leur langage Protosevasto. Cist avoit este nies lempereur Manuel de son frere ainz ne. Lors se penserent li grant home de Grece que li tens estoit venuz en que il se poroient vengier des Latins que il namoient mie grant tens avoit; car tandis com li empereres Manuel regnoit il qui estoit sages et bien apercevanz ot bien conneu que cil de sa terre estoient mol et mauves et lasche les cuers avoient traiteurs et felons; por ce ne se fioit pas mout en eus ainz apeloit entor lui les Latins que il trovoit preuz hardiz sages et loiaus. A ceus donoit du suen si largement et terres et avoirs que touz les fesoit riches. La renomee en estoit espandue par tout le monde si que de toutes les terres ou len parole le langage latin venoient a lui maintes vaillanz genz; il les recevoit touz et se fioit en eus de ses greigneurs besoignes. Quant li Grifon virent que leur sires les treoit arrieres por ces estranges genz grant duel en avoient et grant despit; a chascun deus sembloit que li Empereres li tousist ce quil donoit aus Latins. Li grant home du pais cil qui estoient du lignage lempereur en cueillirent si grant haine dedenz leur cuers a ce quil sont naturelment orgueilleus que riens ne les pooit apaisier a nos genz. Une chose i avoit par quoi la descorde croissoit mout entreus car encore deissent il quil fussent crestien si ne sacordoient mie aus Latins en la maniere de faire le sacrement de la messe; et de riens ne vouloient obeir a leglise de Rome. Touz ceus qui ne tenoient leur guises de servir en Sainte eglise apeloient faus crestiens et popelicans. Por iteus raison estoit la haine et lenvie entre les Greius et les Latins et des lonctens avoient enpense cil du pais que sitost com il verroient leur point ou par la mort lempereur ou par autre maniere il les destruiroient si trestouz que james nus nen demorroit en la terre; et desirroient mout que il deus faire mal poissent saouler leur volentez.

X. De ce meismes.

Riens ne les destorboit a faire ce quil avoient enpense de ceste chose que cil qui le roiaume gouvernoit; ce estoit Alexis Protosevasto; car cist avoit prise essample au bon empereur qui morz estoit et selonc sa costume amoit et tenoit privez de lui les Latins porce quil sen aidoit mieuz et plus loiaument que il ne fesoit des Grieus. Mes une chose avoit en lui par quoi il estoit haiz des noz et des suens; il estoit mous et lasches du cors et mout fesoit la volente de sa char en pechiez; et si estoit eschars du tresor lempereur que por nul besoing nen vouloit rien departir ainz le gardoit ausi come sil les eust assemblez par son travail: dont il fist maintes foiz le grant domage de lempire. Pardessus ce une parole couroit mout errament par la terre que il estoit bien de lempereriz en mauvese maniere et par ce perdi il touz les cuers aus preudesomes; car nus loiaus hom ne poist amer celui qui tel honte fesoit a leur seigneur come de honir sa mere. Ele sen contenoit folement et ne regardoit de rien en tel uevre a sa hautece ne a son veu; car ele avoit voe quant ses sires gisoit du mal de la mort quele devendroit none et touzjorz mes menroit chaste vie. Cil Alexis estoit devenuz trop orgueilleus por son pechie ne ne prisoit riens les autres princes qui estoient ausi haut home come il de lignage et ausi puissant. Il ne deignoit parler a eus de nul afaire de lempire aincois menoit tout a sa volente. Por ce avint que li prince du pais qui trop estoient corrocie de ce quil fesoit envoierent leur message a Androine le viel qui estoit baillis en la terre de Ponte et li manderent quil venist sans demeure en Costantinoble por aidier a giter hors du pooir de lempire Alexi Protosevasto. Cist Androines estoit du lignage lempereur Manuel faus hom traitres et desloiaus. Touzjorz metoit sentencion a faire aliances entre barons et porparloit traisons volentiers. Maintes foiz en fu descoverz si que li empereres Manuel le prist sovent et mist en chartres et en fers et assez li fist hontes; mes porce que ses parenz estoit nen vouloit autre jostice faire; aincois le chaca de la terre. Cil sen ala fuitis et essiliez par la terre dorient et maintes desloiautez et mauveses euvres fist il assez en son essil de que vengeance deust estre prise. A la fin entor trois mois ains que lempereres morust il sacorda a lui porce que li sage home ne vouloient pas que cil troublast la cite de Costantinoble ne la terre dentor. Il le vout esloignier et ausi come por faire enneur li bailla la terre de Ponte a garder et lenvoia iluec. Li haut home qui estoient si cousin et apartenoient ausi de lignage a celui Alexi lenvoierent querre si com je vos ai dit et li manderent quil amenast tant de gent a armes com il porroit avoir; car li Protosevasto avoit ja mis en prison grant partie des hauz homes de la terre qui contre lui sestoient empris; et de ce disoient il voir; por ce neis estoit il en greigneur haine vers les autres. Quant Androines sot certeinement que li troubles sourdoit si granz en la cite mout en ot grant joie car il se delitoit trop en teus choses. Tantost assembla toutes ses genz de la terre quil tenoit et des illes qui pres estoient si que grant plente en amena avec lui et se loja sur la mer du braz Saint Jorge de lautre part de Costantinoble. Ses oz porprist grant partie de la terre de Bithine. Quant la novele vint en la cite que cil estoit einsi venuz a armes mout sen effreement cil qui devers lui ne se tenoient mie. Li baron en qui Alexis se fioit plus et qui estoient si cousin distrent que il les iroient assaillir et entrerent es nes et pristrent genz armees assez avec eus. Li chevetaine deus furent Androines li Anges conestables lempereur et ses cousins et Alexis Megaducas qui estoit ausi de son lignage et princes de la navie. Cist passerent outre et vindrent en lost Androine. Tantost come traiteur desloial se rendirent a lui et lasseurerent. Quant li autre baron de la cite sorent ce si comencerent des lors parler tout hardiement et dire que il vouloient le bien Androine et a lui se tenoient du tout et mout leur tardoit que il venist en Costantinoble.

XI. De ce meismes.

En ceste maniere comenca a croistre li contenz et li granz troubles par la cite tant que cil qui estoient de cele emprise vindrent un jor a Alexi Protosevasto et le pristrent; tantost li sacherent les euz et li coperent les genetaires. Lors furent li Latin trop esbahi quant il orent leur chevetaine perdu. Mout orent grant peor que li citeien de la ville ne leur coreussent sus tout soudeinement et les decopassent touz. Aucun de ceus qui estoient jure de cele chose firent savoir a pluseurs des Latins que cil prenoient conseil de leur mort et bien leur loerent quil senfoissent au plus tost quil porroient. Dont il avint que cil qui plus estoient sage et apense entre les Latins sassemblerent et mistrent toutes leur choses en .xxiv. galies qui estoient au port et sen entrerent enz; puis sen esquiperent en la mer et sen eschaperent einsi. Quant li autre qui estoient remes en la ville virent que li meilleur deus sen estoient ale il meismes vindrent au port a toutes leur choses et sen entrerent es nes de que il i avoit assez et leverent les voiles; si sen alerent et sauverent leur vies. Assez remest dicele gent en la ville tel qui estoient pareceus ou desapense ou malade qui ne senfoirent mie. Assez leur firent li Grieu comperer de ce que li autre leur estoient eschape; car Androines fist ses genz entrer en la navie et arriverent que len ne sen prist garde en la cite de Costantinoble. Tantost sadrecierent a cele partie de la ville ou noz genz avoient abite. Cil qui remes estoient et qui aidier se porent corurent aus armes et deffendirent tant com il porent leur rues et les meisons et assez ocistrent de cele mauvese gent de Grece; mes au darrenier ne se porent tenir contre le grant plente de cele gent; car cil de la ville se mistrent avec Androine qui plus fesoient mal aus noz que li autre. Por ce furent mort tuit li Latin. Li desloial Grieu ne regarderent onques a mainz servises et granz bontez que cil leur avoient fet en leur guerre il nen avoient pitie ne que des chiens. Tantost bouterent le feu par toutes leur meisons; les petiz enfanz les vieuz homes les malades gitoient au greigneur brazier et les femmes qui nestoient pas nees de Grece car il avoient fet mariages aus Latins de leur filles et de leur sereurs et si avoient eues granz privetez et granz acointances a eus quil sembloit que ce fust uns pueples dune terre. Mainz en i ot qui sen corurent au moutier por garantise mes li desloial Grieu vindrent la et ardirent les eglises et quanquil avoit dedenz. Il nespargnoient les clers ne que les lais. Ni avoit point de difference fors tant que de plus male mort fesoient morir les provoires et les genz de religion que les autres. Il troverent la un souzdiacre lapostoile Jehanz avoit non qui estoit venuz por les besoignes son seigneur et legaz estoit; il le pristrent et trop li firent de hontes; apres li couperent la teste et en despit de leglise de Rome lierent la teste de ce soudiacre a la queue dune grant lisse et la dechacierent a granz huz parmi la ville. Une autre maniere firent de vilaine cruaute; car les morz qui avoient este enterre es cimetieres come bons crestiens firent desterrer et les trainoient a queues de chevaus parmi les boes et par les orz leus de la ville ausi come sil poissent sentir les maus et les hontes que len leur fesoit. Il vindrent a une meison que len apeloit lospital de Saint Jehan: iluec gisoient assez malade des povres Latins; li Grieu les ocistrent touz despees et de coutiaus. Li provoire et li rendu de leans qui estoient ne de la terre leur enseignoient les noz et leur donnoient bon loier por eus ocire. Les meisons cerchoient ceus quil pooient trover repoz amenoient devant les ocieurs. Aucuns en i avoit des Latins de qui leur acointe Grieu avoient pitie si que il les garantirent de mort; mes tantost apres les vendoient aus Sarrazins marcheanz qui les enmenoient en la parfonde paienime si quen tel maniere en i ot bien vendus beles puceles et biaus enfanz et bachelers forz et delivres plus de .iiii m.; de que li Grieu receurent grant avoir des Sarrazins. Einsi se penerent ces desloiaus genz de confondre et destruire ceus qui avec eus estoient norri et melle a leur lignages par mariages si com je vos ai dit.

XII. Coment li crestien Latin se vengierent des Grieus crestiens.

Il ne firent mie ces granz cruautez au pueple des Latins sanz ce quil ne le comparassent; car cil qui estoient entre es galies si com vos oistes et li autre qui les sivirent es nes de que il i avoit mout grant plente saresterent assez pres de Costantinoble por aprendre les noveles de la ville et por savoir sil porroient recovrer leur femmes et leur enfanz et lautre pueple de leur gent qui remes estoit apres eus. Et quant il sorent que li Grec avoient arses leur meisons et destruit touz ceus et toutes celes qui estoient de leur langage grant duel en orent si ne fu pas merveille. En maintes manieres se porpenserent coment il poroient ce vengier. Au darrenier par accort de touz sesmurent de la ou il estoient et vindrent jusqua lentree du Bras Saint Jorge la ou il se part de la mer de Ponte bien i a .xxx. miles de Costantinoble: et sen vindrent najant de la jusqua la bouche du Bras la ou il chiet en la mer qui a non Moiterrienne ou il a bien .cc. miles de Costantinoble. Quanquil troverent entre deus de ca et de la sur les porz et es illes du milieu domes et de femmes decouperent tout. Les villes cerchierent avant et pristrent trop grant avoir de maintes manieres quil troverent. Apres ardirent toutes les meisons les eglises ou il sen estoient foi mistrent toutes en cendre; les provoires des Grieus firent morir de plus male mort que les autres; mout se vengierent cruelment. Et troverent es eglises et es citez trop granz tresors que li riche home de Costantinoble i avoient portez por garantir des lors que il douterent le troublement qui sourdoit en la cite. Mout furent riche tuit li plus povre qui estoient en cele compaignie. Diluec sen entrerent en la grant mer et passerent entre ces deus citez ancienes Seston et Abidon et sen vindrent parmi la mer Moiterienne aus rivages de Thessaile. Les citez et les chastiaus du pais barroierent premierement; apres ardirent tout porce queles estoient de la seigneurie aus Grieus; des genz meismes i firent grant ocision. Entor une cite de Macedoine qui a non Crisople troverent .x. galies bones et forz et autres nes assez quil pristrent et firent mout grant estoire de ceus et des autres; si que mout les doutoit len par toutes les terres ou il vouloient arriver. Aucuns i ot de ces Latins qui ne vourent plus entendre aus genz ocire ne pecoier les villes; porce que chrestien estoient aincois pristrent congie et se partirent deus et sen vindrent o leur navie pleine de granz richeces en la terre de Surie. Quant li desloiaus Androines ot la cite de Costantinoble a sa volente que nus ni osa contredire ses comandemenz il fist semblant que il vouloit mout amer et obeir a lempereur et servir loiaument; dont il avint que le jor de Pentecoste fist coroner mout ennorablement lempereur et la damoiselle qui devoit estre sa femme fille le roi de France. La mere lempereur et sa sereur et le mari sa sereur tint au palais a si grant enneur come il pooit plus et comandoit que tuit leur obeissent. Mes ce fesoit il por decevance et por grant desloiaute. Il par dehors fesoit de tout le pooir de lempire a son plaisir et son comandement en toutes choses; et ne soffroit que nus autres sen entremeist se par lui non. Les choses aloient einsi lan de lincarnacion Nostre Seigneur Jhesucrist .m c iiii xx. et .ii. au mois davril.

XIII. Coment une nef des Crestiens despeca a Damiete par tempeste.

Ne demora mie apres ceste noise qui couroit en Grece que une nes qui portoit .m. et .v c. pelerins par tempeste sen vint a Damiette et pecoia iluec; mes les genz qui dedenz estoient ne furent mie perilliez. Mout leur desplot que li tormenz les avoit embatuz en la terre de leur anemis; nequedent il avoient grant esperance de leur sauvete en ce que Salehadins avoit trives a la nostre gent par mer et par terre. Mes autrement leur avint quil ne pensoient car si tost com Salehadins vit cele grant plente de gent qui eschaper ne li pooient et qui avoient assez viande avoir et autres choses quil avoient aportees mout fu angoisseus de tout ce retenir a son oes por soutrere cele aide a ses anemis et por accroistre son pooir. Por ce fist prendre touz les pelerins et metre en fers; leur choses fist vendre et departir lavoir a ses chevaliers. Et porce que il se pensa que li rois de Surie et li baron de la terre en seroient mout trouble envoia son message au Roi et li comenca a demander covenances trop gries de que il navoit onques este parle entreus; mes il li metoit sus que einsi li avoit este promis en la trive; et bien li manda par ses messages que se li Rois ne li tenoit fermement icele chose il retendroit toute cele navie de pelerins et quanquil avoient et des lors en avant guerroieroit quant il cuideroit bien faire come cil qui plus ne vouloit estre en trives a lui. Ce disoit il por avoir achoison de retenir le gaaing de la nef et comenca a porpenser coment il porroit grever le roiaume de Surie et les genz que il namoit pas. Il fist assembler ses genz a cheval et a pie dont il ot grant plente; car il mena avec lui cil de Damas qui por la famine de leur terre sen estoient afoi en Egypte et il les pensoit a ramener en leur pais et demorer iluec por guerroier la nostre gent de plus pres. Et devisa que en son venir il feroit granz domages a la terre des Crestiens qui est outre le flun Jordain. Li ble estoient ja tuit blanc; il dist que il les ardroit et se peneroit de prendre par force ce que il porroit des fortereces de celui pais. Plus volentiers se treoit vers ces parties que ailleurs porce que li princes Renaus tenoit la terre de cui il se pleignoit porce que il disoit que cil avoit pris ne sai quanz de ses riches Turs darabe au tens de la trive; et quant il li furent demande il nes vout rendre. Li Rois fu certains par ses espies que Salehadins avoit proposement de venir sur sa terre a force et ses covenances il navoit demandees que por avoir achoison de rompre la trive: por ce fist semondre un grant parlement en Jherusalem et se conseilla sur toutes ces choses. Une partie des barons a cui conseil il se tint li loerent quil sen alast encontre Salehadin a tout son pooir. Il mut sans demorance et vint en cele terre qui ot non la Valee Sauvage ou est li lais que len apele la Mer Morte; et bien avoient tuit volente que il ne soffrissent mie que leur anemi gastassent la terre. Salehadins ot passee la voie des deserz ou il et sa gent orent soffertes mout granz peines porce que ausi sordent tempestes es sablons com en la mer; ne les pot passer en mains de .xx. jorz: a la fin sen vint pres dun fort chastel qui a non Monz Roiaus a .x. miles. Iluec se loja et fist tendre ses paveillons pour oir noveles du pais et pour encerchier ou li Rois estoit et que il pensoit a faire. Mes li Rois de lautre part se demoroit delez une ancienne cite que jadis ot non la Pierre du Desert et siet en la seconde Arabe. Bien estoit loing de lost Salehadin .xxxvi. miles. Avec lui estoit touz li pooirs du roiaume neis li cuens de Triple estoit la venuz et si avoit il mout desloe que li Rois venist en ces parties porce que li roiaumes remenoit touz desgarniz en pluseurs leus porce que li Rois avoit menez les chevaliers avec lui. Li baron qui avoient ce conseil done au Roi estoient ami le prince Renaut et por lui secorre plus que por faire autre gaing avoient il mene lost en cele terre. Bien parut a la fin que ce navoit mie este sages consaus; car li Tur qui estoient remes entor Damas a Bostre et a Balbel et en cele autre terre sorent certeinement que li roiaumes estoit touz desgarniz devers eus; car de chevaliers ni avoit il se mout pou non. Por ce sassemblerent tout coiement et passerent le flun Jordain pres de la mer de Galilee; si entrerent en la terre qui la siet et passerent par une partie de Galilee tant que il vindrent desouz Monte Tabor a un leu qui a non Burie dejouste lancienne cite que len apelle Naim. Les genz du pais ne savoient mot que la trive fust route; si cuidoient estre tout asseur et de nule rien ne sestoient porveu de guerre. Li Tur vindrent sur eus de nuiz et les surpristrent tout celeement; assez leur firent granz domages car il norent onques loisir de corre a la montaigne qui pres estoit por eus sauver. Lendemain quant il fu ajorne la menue gent qui virent tout le pais covert de leur anemis ne sorent que faire; si sen entrerent cil que venir i porent en une tor qui estoit au pais pres diluec; quant li Tur les i sorent il les enceintrent de toutes parz. Tantost i mistrent les mineeurs et orent la tor prise et abatue en demi jor. Nequedent cil qui la sen estoient foi quant il virent quele vouloit cheoir se rendirent avant a la volente de leur anemis. Cil cueillirent leur proie et enmenerent leur prisons entor .v c. homes sanz ceus quil avoient ocis; car li tens estoit de moissons et maintes genz de leur voisins estoient la venu por moissonner; tuit cil furent pris avec les autres. Li Tur qui orent bien fetes leur volentez au pais sanz contredit repasserent arrieres le flun Jordain et sen retornerent en leur terres sain et haitie.

XIV. Coment li Sarrazin abatirent un fort chastel des Crestiens.

En cele seison meismes tandis com li Rois et li oz de la Crestiente demoroient en la Surie Sobal une perilleuse chose avint dont granz domages sordi a tout le pais; car en la terre de Suite outre le flun Jordain entor .xvi. miles pres de la cite de Tabarie avoit un chastel trop fort qui estoit nostres; et noz genz lavoient mout bien garni. Il tenoit grant leu et grant profit a toute la terre; car li Tur estoient plus pres de cele marche que les noz genz et grant pooir avoient de corre a bandon par toutes ces parties se il ne le leissassent por le dangier de ce chastel. Mes la forterece les tenoit si corz que il covenoit maugre eus a partir touz les fruiz des terres par moitie si que cil de nostre chastel enportoient autant come tuit li Sarrazin en avoient. Cil leus estoit ausi com une cave au coste dune montaigne. Desouz estoit si parfonz que ce estoit hideuse chose a regarder: par dessus ni pooit len venir; mes par le coste dune part sans plus avoit une voie si estroite que uns hom qui reins ne portast i passast a peine sanz grant peril. Ce chastel avoit len baillie a garder a un haut hom du pais qui mout estoit riches Fouques de Tabarie avoit non. Li Tur qui avoient prise par force Burie et ceus qui dedenz estoient si com vos oistes sen vindrent tout soudeinement devant cele forterece; iluec saresterent et firent assaillir si que dedenz cinq jorz lorent prise. Trop sen merveillerent et en firent grant duel par le pais. Aucunes genz distrent que cil qui garder la devoient en pristrent avoir por lessier la prendre li autre dient quil avoient menez leur mineeurs de lautre part au coste de la montaigne: la pierre estoit de croie si firent legierement un si large croc que il entrerent enz et pristrent le premerain baile de que il i avoit .iii. Lors quant il furent pres deus tant treistrent et assaillirent aus autres deus que cil se rendirent. Bien fu puis certeinement aperceu que par la corpe des chevetaines avint cele mesaventure; car li meneur chevalier et li sergent se vouloient deffendre cil leur deffendoient quil nalassent aus deffenses; dont il avint que quant li anemi Dame Dieu orent ce chastel li mestre connestable de leanz sen alerent avec eus et se renoierent tuit. Cil estoient dunes genz que len claime Suriens qui mout sont coart et lasche en besoignes darmes; por ce fu mout blasmez Fouques de Tabarie de ce quil avoit mis si mauvais chevetaines en cele garnison. La novele courut par toute la contree que cil chastiaus estoit pris en tel maniere. Li Rois loi dire et cil qui avec lui estoient por destorber le passage Salehadin qui vouloit aler degypte a Damas. Tuit en furent dolant et esbahi mes sur touz les autres en pesa au conte de Triple por ce que cil chastiaus estoit en son pooir. Lors saperceurent bien noz genz que folement sestoient parti du roiaume que il avoient einsi lessie desgarni. La meismes ou il sejornoient ne firent chose qui a Nostre Seigneur pleust ne qui leur tornast a grant enneur; car li Rois poist bien et deust estre alez encontre ses anemis jusqua lentree de sa terre et eust destorne que cil nentrassent au roiaume. Mes il le fist folement quant il sejorna loing deus et leur dona loisir: tant que li Tur vindrent a un leu qui a non Gerbe ou troverent grant plente de bonnes eaues de que il avoient grant mestier et si grant souffrete en ces deserz quil ne pooient plus durer ainz en i avoit ja assez morz de soif. Mes quant il furent refreschi a leur volente et aperceurent la mauvese contenance de noz genz tantost pristrent cuer en eus: une partie de leur correeurs envoierent devant le chastel de Mont Roial qui estreperent les vignes et firent assez domages autres; et si li nostre se fussent avancie jusques aus bones de leur terres par force couvenist les Turs a retorner en Egypte; ce ne poissent il mie faire quil nen i eust de morz mout grant plente par les deserz: car ce estoit uns mauvais pueples cui les viandes estoient faillies et deaue navoient il point. Salehadins cognoissoit si leur foiblece que il nosast mie a teus genz assembler contre nostre ost. Quant la novele vint au roi Baudoin que li Tur estoient venu jusqua ce leu por prendre leaue il prist conseil a ses genz et fu acorde quil iroient encontreus jusque a une eaue qui a non Rasel Rasit. Se il eussent ce fet il esteust Salehadin et ses genz retorner au desert et par iluec passer; dont ses pueples eust eu trop grant domage por la soffrete de viandes; trop i eussent perduz homes et bestes. Mes li nostre se repentirent de cele emprise; par que leur anemi passerent delivrement par nostre terre et vindrent sanz rien perdre jusqua Damas. Quant li nostre sorent ce il meismes sen retornerent en leur pais par la ou il estoient venu. Apres pristrent conseil porce quil avoient doute de Salehadin qui sestoit receuz a si grant compaignie dedenz Damas que il ne feist mal aus parties de leur roiaume qui pres de lui estoient. Por ce sassembla touz li pooirs du roiaume a la fontaine de Saforie pres de Nazareth. Il avoient avec eus la vraie croiz; li Rois i estoit et li Patriarches et li baron du pais et li prelat. De jor en jor atendoient que li Tur se venissent combatre a eus.

XV. Coment li Crestien desconfirent Salehadin.

Mout fu Salehadins en grant porpens de genz assembler et de tout son pooir fist venir chevaliers avec ceus quil avoit amenez degypte. Grant talent avoit dentrer au roiaume de Surie. Il chevaucha a tout son ost jusqua la nuit tant quil vint a un leu qui a non Raseline cest a dire en leur langage li Chies de leaue. Cist leus est pres de la cite de Tabarie. Quant il ot la demore ne sai quanz jorz soudeinement sen entra au roiaume qui pres estoit et se mist entre deus eaues couranz; en un leu que len apele Cavan se loja pres de Tabarie a .iv. miles. Quant nostre baron oirent ce par leur espies il menerent hastivement lost a cele cite por prendre avec eus chevaliers qui leanz estoient en garnison et ceus ausi qui gardoient Saphet et Beauveoir et les autres fortereces diluec entor; tant com il porent de gent enmenerent. Li cuens de Triple qui estoit sages et bons chevaliers bien esprouvez en armes ne leur pooit aidier a ce besoing; car il gisoit malades de fievre double terceine. Mout en pesoit aus barons de lost car mout eussent en lui grant fiance sil pooist armes porter. Toutesvoies a tant de gent com il porent avoir sen alerent les banieres levees apres lost de leur anemis. Quant Salehadins sot la venue de nos genz certeinement il trespassa le flun Jordain a toute sa gent et se trest vers une anciene cite qui a non Scitopople et estoit la mestre citez de la tierce Palestine entre les monz Gelboe et le flun Jordain; ele est ore apelee Betsan et est toute deserte et siet en leveschie de Nazareth. La sen alerent li Tur en un mout biaus plains iluec pres. Salehadins vint la et fist assaillir mout efforciement; mes cil dedenz se deffendirent bien et blecierent des leur assez si que rien ni perdirent. Li Tur qui virent quil ni profitoient rien sen partirent et sadrecierent vers un chastel nuef que len claime Biauveoir qui siet es montaignes entre la cite de Betsan et Tabarie. La se comencerent a appareillier por assembler a noz genz. Li nostre chevauchierent contreval la rive du flun Jordain jusque il vindrent a ce leu. Lors se partirent de la valee et sadrecerent aus montaignes. Merveilles furent greve de la chaleur qui estoit graindre quele ne souloit. La nuit furent logie assez pres de leur anemis et porce quil se doutoient de saillies bien se firent eschauguetier a chevaliers et a sergenz. Au matin descendirent au val et virent entor eus si grant plente de Turs que tuit sen merveillierent car il nen souloient mie tant veoir ensemble. Li baron qui plus savoient de guerres les esmerent bien a .xx m.; des noz nen i avoit mie a cheval plus de .vii c. Salehadins et tuit si amiraut avoient enpense quil aceindroient les noz de toutes parz et quant il seroient si enclos tous les rendroient ou morz ou pris quie ja piez nen eschaperoit; car de ce navoient il peor ne doute que si pou de gent poissent soffrir cele grant plente quil amenoit. Mes Nostre Sires a maintes foiz mostre en ses oevres que li suens pooirs est graindres que cil aus homes. Li nostre furent si conforte en eus meismes quil se mistrent en conroi mout apenseement et natendirent mie que cil les assaillissent; ainz leur coururent sus tuit premier hardiement et grant domage leur firent en leur venue. Sanz faille aucun en i ot des noz qui mauvesement se contindrent et qui senfoirent mout honteusement. Lestoire ne les nomme mie por enneur de leur lignage. Bien se contindrent ce jor et merveilles soffrirent Baudoins de Rames Baliens ses freres Hues li juenes fillastres le conte de Triple; cil estoit chevetaines de la bataille a ceus de Tabarie. Cil assemblerent le jor a .iii. batailles de Turs a lune apres lautre et les desconfirent mout viguereusement sanz perdre gueres de leur genz. Grant ocision ot fete des Turs en cele bataille. Nequedent li nombres des morz ne fu onques bien seuz car li Tur reponoient touz ceus quil en porent porter et de nuiz les enterrerent en leur heberges; porce que se la verite des ocis en fust bien seue li leur sen esmaiassent et fussent plus coart et li nostre sen esjoissent et plus en fussent hardi. Des noz chevaliers ni ot gueres perduz que ne sai quanz qui furent gaaignie; car Jhesu Criz les receut en son reigne. Des riches amirauz qui conduisoient les batailles Salehadin en i ot ocis ne sai quanz par que li remenanz deus se troubla si et desconfist que il se partirent du champ ou la bataille estoit et senfoirent tuit faisant grant duel. Quant Salehadins vit quil nestoit mie einsi avenu com il pensoit aincois avoit trovee grant deffense et fier estour en si petit nombre des Crestiens mout fu corrouciez et comenca les noz a douter plus quil ne souloit. Lors repassa arriers le flun Jordain et se loja au leu dont il estoit meuz. Il avoit fet le jor de la bataille et ne sai quanz jorz devant si grant chaut que des .ii. oz morut assez genz de la chaleur. Li Rois et li nostre baron se partirent diluec et vindrent derechief a la fontaine de Saforie. En cele voie avint que uns chanoines du Sepuchre Baudoins avoit non tresoriers de leglise et gardoit la vraie crois fu si malades du grant chaut quil ne pot chevauchier; ains se fist porter en une litiere jusque desouz Monte Tabor; iluec fu morz dejouste le ruissel de Cyson. Uns suens compainz ausi chanoine du Sepuchre Jefroiz de Nuefvi estoit apelez se fist armer a la bataille por combatre avec les autres encontre les Turs; mes il fu ocis dune saiete.

XVI. Coment Salehadins guerroia les Crestiens et assist la cite de Baruth.

En ce leu dont li Rois estoit meuz sen fu retornez; et atendoit por savoir que si anemi voudroient faire. Salehadins qui avoit grant angoisse a son cuer de ce quil li ert einsi mesavenu se comenca a porpenser coment il porroit grever noz genz et fist derechief sa semonse grant et pleniere. Lors prist conseil quil feroit: tuit sacorderent que il feist par diverses parties entrer au roiaume de Surie si que il covenist ce pou de gent que li Rois avoit a departir por deffendre la terre en pluseurs leus. Il envoia messages a son frere quil avoit lessie por garder le roiaume degypte et li manda estroitement que sanz demeure appareillast toute la navie que il porroit trover en Alixandre a Damiette et par toute Egypte et len envoiast en Surie bien garnie de genz et darmes; et bien li fist asavoir quil avoit en talent que sitost com ces nes seroient venues il asserroit la cite de Baruth par mer et par terre. Et porce que li Rois ne sa gent ne poissent venir por eus secorre il li manda encore quil concueillist par toute la terre tant de gent com il porroit avoir a cheval et sen venist devers la partie de midi; si entrast en cele terre entor Gadre et Escalone et le Daron; ce sont les darrenieres fortereces que li Rois avoit devers Egypte et se penast de gaster quanque il troveroit a plain. Tout ce mandoit il par cele entencion que tandis come li chevalier le Roi se retreisissent vers ces parties ou ses freres fust entrez il eust pooir et meilleur loisir de grever la cite de Baruth que il vouloit asseoir. Il fust fet einsi com il le manda; car ne demora gueres apres ce que trente galies bien apareilliees vindrent degypte la ou il avoit devise et ses freres ot assez genz amenees si fu venuz entor le Daron. Salehadins qui vouloit estre touz prez quant la navie fust venue ot envoie le plus de ses genz en cele terre que len apele le Val de Bacar; une autre partie de ses archiers ot mis sur les montaignes qui sont sur la mer entre cele valee et la terre de Baruth et leur comanda que sitost com il verroient les navies venir degypte que il li feissent asavoir. Tandis nestoit il mie oiseus aincois fesoit assembler les genz a pie de toute cele terre et porchacier viandes et merrien por mener avec lui quanque pooit avoir mestier a faire siege. Entor lentree daoust la navie ariva au port de Baruth. Cil cui il lavoit comande le firent asavoir a Salehadin; il passa tantost les montaignes a toutes ses genz puis descendi es plains qui tuit estoient couvert de ses coreeurs; apres sen vint entor la cite de Baruth et lassist de toutes parz si come il lavoit devant enpense. Li nostre qui sejornoient a la fontaine de Saforie navoient pas bien seu le proposement Salehadin; car li un disoient quil vouloit asseoir la cite de Baruth de toutes parz si com voirs estoit li autre afermoient que sanz faille il voloit aler asseoir Halape; li tierz avoient une autre chose controvee; car il disoient que li sires de Mousse qui mout estoit puissanz Turs avoit assis un chastel sur le flun deufrate si vouloit aler la Salehadins por lever le siege. Tandis com il estoient en ces diverses noveles uns messages leur vint qui dist la verite si come la citez de Baruth estoit assise. Li autres messages ne demora mie apres cestui qui leur dist que li freres Salehadin estoit venuz atout grant plente de genz entor le Daron et coroit a bandon par la terre; tout gastoit hors des fortereces les casiaus avoit ars et bien avoit ocis .xxxvi. de leur turcoples. Quant li Rois oi ces noveles si prist conseil a ses barons que il feroient; acorde fu que il coreussent au greigneur besoing cestoit a secorre la cite de Baruth se il pooir en avoient; car il virent bien que se il envoiassent en .ii. leus il ne feissent riens ne ca ne la. Car il navoient mie gent a ce fornir.

XVII. Coment li Rois mesiaus mut por desassegier Baruth.

Riens ne leur pooit tant valoir come haster ce quil vouloient faire; por ce mut li Rois atout son ost et vint jusqua Sur. Tant com il trova iluec de navie fist apareillier ausi envoia au port dacre si que dedenz .vii. jorz ot il .xxxiii. galies bien armees. Salehadins qui doutoit mout que li secors ne venist de par noz genz se hastoit mout de grever et dapresser ceus de Baruth. Il fist si assaillir trois jorz a change de ses genz et a rechange que cil dedenz navoient point loisir de dormir ne de mangier. Perrieres ne mangoniaus navoit il pas par que il poist les murs ne les torneles deshorder porce espoir quil cuida bien la ville prendre soudeinement sanz engins ou porce quil pensoit bien que les noz genz vendroient tost au secors: si navoit cure de perdre ses engins; mes toutes autres manieres de grevement il lor fesoit de saietes i treoit len tant que touz li airs en estoit couverz ausi come de gresle. Riens ne sosoit mostrer aus deffenses. Mout remetoient grant peine cil dehors que il poissent mener leur mineeurs jusquaus murs ou au mains a une barbacanne qui estoit devant la porte par que il poissent avoir une entree malgre ceus dedenz. Cil qui nestoient gueres se deffendoient a tout leur pooir ne finoient de trere aus arbalestes et leissoient grosses pierres cheoir. Ne sai quanz evesques avoit en la ville qui mout leur firent grant bien car il les amonestoient de bien faire et leur prometoient que secors leur vendroit par tens. Cil domajoient mout ceus qui dehors estoient nes leissoient point aprochier a leur murs aincois en ocistrent assez et blecierent. Cil qui estoient venu par mer es galies ne se feignoient pas de grever ceus dedenz ains avoient ars et forz arbalestes. Ne finoient de trere a ceus qui se deffendoient devers la marine. Quant il orent une grant piece einsi assailli bien cuidierent ceus dedenz avoir bleciez et lassez. Salehadins estoit pres diluec en un petit tertre et par beles paroles amonestoit les suens de bien faire; granz dons prometoit a ceus qui premerain enterroient en la cite. Lors vint a lui uns des plus hauz homes de son ost qui avoit non Choelins et dist que estoit tens que len meist les eschieles aus murs; si entrast len enz a force car petit i troveroient de contenz par ceus qui dedenz estoient. Quant Salehadins lui ot otroie il se trest avant come cil qui grant despit avoit dont si petiz pueples se tenoient contre si grant gent; et tandis com il atornoit lassaut et amonestoit du bien faire ceus qui monter devoient une saiete vint de ceus dedenz et feri Choelin en la face pres de lueil si quil chei mort en la place. Grant duel en firent cil dehors et cil de la cite en furent mout lie. Li autre se trestrent arrieres et par ce cop remest li assauz quil apareilloient si fierement. Salehadins et ses oz demorerent puis .iii. jorz entor la ville et quant il virent quil ne fesoient riens de leur preu il manda a ceus qui es galies estoient que sitost com il seroit anuitie diluec se partissent et retornassent en leur pais. Il le firent einsi; il meismes et toute sa gent se deslogerent au matin et guerpirent le siege. Parmi les plains qui entor estoient envoia ses correeurs; les petites fortereces fist toutes abatre les jardins et les vignes estreper. Et porce quil avoit talent dasseoir la cite derechief les voies par ou noz genz les pooient venir secorre fist estouper de murs quil fist faire de pierre seche sanz mortier; et aus plus estrois pas mist grant plente de ses archiers a pie. En ceste maniere fist garder toutes les voies jusqua la mer; car il avoit certain proposement de faire assaillir a si grant effort que il ne se partist diluec por nul besoing jusque la ville fust prise a force. Mes il changea ceste volente ne demora gueres porce que li Tur qui gardoient les trespas pristrent un messagier qui de par le Roi portoit letres a ceus qui assis estoient. Il le menerent devant Salehadin et fu chose cogneue par les letres et par la bouche de celui que il mistrent a gehine que li Rois mandoit a ceus de Baruth que bien se tenissent et deffendissent viguereusement; car il vendroit dedenz tierz jorz a si grant pooir que il feroit Salehadin partir du siege ou il se combatroit a lui. Quant li Tur oirent ce si sen alerent diluec. La navie que noz genz avoient assemblee sen vint tout droit au port de Baruth; mes quant li chevetaine virent que les galies aus Turs sen estoient parties tantost sen retornerent es porz dont il estoient meu. Li Rois meismes et toutes ses genz qui venoient au secours quant il sorent que Salehadins avoit guerpi le siege si demorerent ne sai quanz jorz en la cite de Sur; apres ce partirent diluec et sen alerent tout droit a Saforie.

XVIII. Coment Salehadins guerroia les gens de sa loi.

En grant porpens et en trop fiere angoisse estoit Salehadins dacroistre son pooir sur ses voisins. Bien savoit que noz genz navoient mie mout grant pooir de lui faire grant domage; por ce pensoit a greigneur chose enprendre que movoir guerre encontreus. Il avoit en talent de mener grant plente de genz a armes sur la terre dorient et guerroier les genz de sa loi. Maintes genz cuiderent que si com il estoit hom de grant cuer il eust ceste chose par soi emprise sanz aucun conseil; li autre disoient que li amiraut des terres li avoient messages et lettres envoiees quil venist en ces parties car il li bailleroient leur fortereces et la terre a sa volente. Salehadins fist une grant semonse de tout son pooir assembler et fist atorner mout apenseement quanque pooit avoir mestier a si grant emprise. Lors sesmut et atorna por aler en la terre du flun deufrate. La novele couroit entre noz genz quil vouloit aler asseoir Halape et prendre par force car icele seule citez et ne sai quant chastel entor li failloient que il neust tout conquis leritage Noradin. Ore estoit avenu que apres la mort au fil Noradin Cotebedins li sires de la cite de Mousse a cui cil heritages apartenoit avoit donee toute cele terre a un suen frere qui lors en estoit sires; et porce quil navoit mie grant pooir de soi deffendre cuidoient nostre crestien que Salehadins sen alast por lui guerroier; mes si com il parut bien il beoit a greigneur chose; car il passa la cite de Halape et le flun deufrate leissa derriers soi et sen entra en la terre que len claime Mesopotamie. Iluec fist son afaire auques a sa volente; car dedenz brief tens il ot conquise la cite de Rohes et Carran et assez autres que citez que chastiaus. Toute la terre pres que tenoit li sires de Mousse vint en la main Salehadin que par force que par dons; car il envoioit si grant avoir a touz les hauz homes du pais que il les avoit mis trestouz encontre leur droiturier seigneur; si que cil ne sosoit combatre a Salehadin por ses homes qui lessie lavoient. En ceus meismes qui estoient avec lui ne se fioit il mie car ne demora pas quil acoucha malades dune maladie dont il eschapa a peines; et fu dit par tout que Salehadins lavoit fet empoisoner par les gens qui son mengier li aportoient. La novele courut par le roiaume de Jherusalem que Salehadins fesoit si bien sa volente en cele terre quil estoit ja venuz jusqua la cite de Mousse. Nequedent aucunes autres genz disoient que li amiraut et li autre baron du pais sestoient assemble car il navoient cure de sa seigneurie si lavoient desconfit en bataille: en ceste maniere parloit len diversement si come len seult faire de choses lointaines.

XIX. Coment li Crestien gasterent la terre entor Damas.

Li Rois et li Baron virent que les marches a leur anemis estoient vuidiees de chevaliers et de genz deffensables; si se penserent que bien estoit poins dentrer a force de genz au pais por faire le domage quil porroient. Sur toutes choses orent tuit li grant home grant desdaing en leur cuers de ce que Salehadins sestoit si esloigniez et avoit emprise si grant chose ne onques a son partir ne les prisa tant que il feist parler a eus de trives ne de nul asseurement. Tuit sacorderent a ce que une semonse fu fete et mistrent devant eus la vraie croiz. Li Patriarches estoit en lost. Il passerent en la region de Traconite et sen vindrent en la meneur Surie dont la citez de Damas est chies. Lors sadrecierent vers Orient tant que il vindrent en un leu mout renome et plein de gent qui a non Zora et nest pas mout loing de la cite de Damas. Celui pristrent et pecoierent a force et gaaignierent quanquil avoit dedenz. Apres sen alerent outre; les villes champestres que len apele casiaus ardirent toutes et les blez quil troverent dedenz pristrent tant com il en orent mestier: li remananz fu touz ars. Les genz du pais orent bien seu avant la venue des noz si senfoirent par les garnisons de la terre et menerent avec eus femmes enfanz et bestes si que les noz genz nen troverent nules a plain. Pour ce firent mout petit gaaing en cele chevauchiee. Mes il leur gasterent leur viandes que il ne porent mie toutes porter avec eus. Quant li oz de noz crestiens sen retornoit destruisant quanquil trovoit hors des fortereces il senpasserent lez cele noble cite qui a non Bostre mes ele est ore apelee Bosserez. Li Baron orent conseil iluec de faire assaillir a un borc de la ville que len poist bien prendre a force; mes il virent bien que ce ne pooit mie estre en un jor ne en .ii.; por ce sappareillerent de passer outre car et li home et les bestes avoient ja grant soffrete deaue par lost car cele terre est mout are et seche sanz eaue corant sanz fontaines et sanz marchais. Mes les genz du pais ont en costume que en tens diver qui mout est pluieus en la terre il recueillent les pluies en cisternes et de ce se fornissent tout lan. Nequedent maintes foiz avient que par la chaleur du soleil ces eaues tornent et sont corrompues parque les genz i sont a grant mesaise. Encontre la venue des noz il avoient pecoiees les cisternes qui dehors les murs estoient et vuidiees celes quil porent; es autres avoient gitez chiens morz charoignes de chevaus et toutes ordures porce que nostre ost nen poist avoir aise. Si covint par force quil se hastassent dissir hors du pais por venir en terre qui eust eaues. Viandes meismes ne trovoient il mie assez car li ble estoient ja cueilli et les avoient li paisant repost es boves desouz terre quil avoient estoupees et couvertes si soutilment que li nostre nes pooient trover. Aucune foiz trovoient il le ble tout batu encore es eres; de ce prenoient il por eus et por leur chevaus. Sur le remenant aportoient fuerre por ardoir au plus quil pooient. Li chevalier de la terre que Salehadins i avoit lessiez quant il sen parti navoient nul pooir dassembler aus noz ne deus aprochier de gueres pres; mes il les porsivoient de loing por savoir se il en trovassent nul qui remainsissent apres les autres ou qui folement se partissent de lost. Mes en ce ne leur firent point de domage.

XX. Coment li Crestien reconquistrent un chastel que Salehadins leur avoit tolu.

Eu pais que je vos ai nome ne porent noz genz plus forfaire a cele foiz mes en leur retor revindrent par la contree que len apele Suite iluec saresterent; ce est la terre en que la forterece siet de que je vos dis desus que li Tur avoient novelement conquise sur noz genz par barat tandis com il sejornoient en la Surie Sobal. Cest uns pais sains et delitables plenteis de vin de forment dhuile et de bonnes pastures a bestes. Len dist que diluec fu nez uns des amis Job qui ot non Baldac Suites. Quant nostre baron furent la venu il se conseillerent et fu de touz acorde quil asserroient ce chastel quil avoient perdu; et se par laide Dame Dieu le pooient prendre a force bien se vengeroient de ceus qui le barat i avoient fet. Si com il fu devise tuit se logierent pres diluec. Chascuns se porpensa de trover maniere par que cil dedenz fussent apresse et greve si que len les contrainsist a rendre la forterece. Et porce que li leus estoit mout bien garniz et seoit en tel guise que len ne li pooit riens nuire fors par desus et ce meismes ne le pooit len faire fors que par coper la roche en tel maniere que par iluec entrassent noz genz sur ceus qui en la cave estoient il mistrent tantost tailleeurs de pierre a grant plente sur la montaigne et leur baillerent bones gardes chevaliers et sergenz por ce que li Tur ne les poissent detourber et les prierent mout efforcieement de haste la besoigne. Cele forterece si com je vos ai dit siet encoste dune haute montaigne; desouz est la valee si parfonde que len ni ose regarder. Par encoste i vient une voie estoite qui na mie plus dun pie de large si quil i a grant peril daler iluec. Il i avoit .iii. estages lun desur lautre ou len montoit par eschieles de fust et par voies estroites qui estoient par dedenz. Noz genz essaierent cele voie que je vos ai dite a percier si que il poissent entrer au darrenier estage car en autre maniere ne le pooit len prendre. En ce metoient toute leur peine. Pioniers i avoit par reles de jorz et de nuiz; quant li un estoient las li autre venoient. Len leur bailloit aides qui gitoient contreval la faloise les grosses pierres que cil avoient tailliees. Cil dedenz qui tout ce esgardoient nestoient mie asseur ainz avoient grant doute de jor en jor que leur anemi ne se leissassent cheoir leanz avec eus. Li nostre esploitierent mout bien de leur enprise et porce quil avoit plente de gent qui mout sen penoient et por ce que la montaigne estoit dune pierre tendre ausi come croie. Nequedent il i avoit de leus en leus veines de trop dure roche qui leur pecoioit leur pis et leur marteaus. Mes li refeisseur estoient iluec tuit appareillie. Li oz de nostre gent estoit devisiez en deus: lune partie estoit logiee au somet de la montaigne por garder les ouvriers lautre demoroit en la valee qui ne soffroit mie que cil dedenz venissent a val ne que nus dehors poist entrer avec eus. Aucune foiz avint que li legier bacheler de notre ost sen alerent jusquen haut par cele estroite voie que je vos ai dite et devant les entrees les assailloient a leur pooir; estoquiez i avoit de glaives et despees et tret dars et darbalestes mes ne les domageoient de rien. Dedenz i avoit .lxx. que chevaliers que sergenz preuz et hardiz et loiaus que Salehadins i avoit mis par eslite quant il sen parti; et guerredons leur avoit promis granz se il li gardoient bien la forterece; garnison avoient darmes et de viandes teles com il la vourent deviser. La chose estoit ja venue a tant que nostre pionier avoient ja la montaigne trenchiee si en parfont que cil dedenz ne pooient dormir ne reposer por le marteleiz qui estoit si pres deus. Il navoient mes si grant peor que li nostre ne venissent a eus aincois doutoient sur toute rien que la montaigne qui estoit si escrollee par les martiaus ne cheist sur eus et touz les escachast soudeinement. De lautre part de secors avoir navoient il point desperance car il savoient bien des pieca que Salehadins sen estoit alez hors du pais mout loing et tant en avoit mene des chevaliers du pais que cil qui remes estoient navoient mie pooir de lever le siege par force. Por toutes ces choses avint que cil qui dedenz la roche estoient encloz envoierent leur message au Roi et par le conseil le conte de Triple qui mout leur en aida firent tele covenance quil enportoient leur armes et tout leur hernois et rendroient au Roi la forterece: apres il les feroit conduire tout sauvement jusqua la cite de Bosseret. En tel maniere sen partirent; et nostre baron receurent la forterece. Grant honte et grant pesance avoient eu du perdre mes il orent enneur et joie du recovrer. Li Rois par le conseil de ses homes la fist garnir de quanque mestiers fu et rapareiller les depeceures; puis i mist tel gent quil cognoissoit de grant proesce et bien se fioit en leur loiaute. Quant ce fu bien atorne li oz sen repera et sen ala chascuns en sa terre. Ce fu fet lan de lincarnation Nostre Seigneur Jhesucrist .m. et .c. et .iiii xx. et .ii. eu mois doictovre.

XXI. Coment li Crestien firent grant gaaing en la terre de Damas.

Un pou de tens apres ce fu au mois de deloir noz genz sorent bien que Salehadins nestoit pas retornez aincois estoit encombrez de granz afaires vers la cite de Mousse. Bien se penserent que quant il revendroit nauroient mie tel leisir de grever leur anemis com il avoient ore; por ce ne voudrent pas gaster le tens en oiseuses aincois sassemblerent tuit a Cesaire la cite qui est en la marine. La fu acorde de touz quil prendroient viandes a homes et a chevaus et sen enterroient en la paienime por grever les Turs a leur pooir. Quant ce fu fet quil avoient devise il sen esmurent au plus celeement quil porent: en cele chevauchiee not nules genz a pie. Soudeinement sen vindrent pres de la cite de Bosseret si com il lavoient avant empris. La proie acueillirent trop grant par tout le pais de granz bestes et de menues. Les vilains meismes des casiaus quil orent pris enmenerent touz et sen retornerent a tout leur gaaing sanz recevoir point domage. Et porce quil estoient meu de la terre de Tabarie li cuens de Triple fu chevetaines de cele chevauchiee et la meismes les en remena. Au quinziesme jor apres li Rois et li Baron furent tuit assemble; de genz a cheval et a pie orent concueilli tant com il porent par tout le roiaume. La vraie croiz firent porter devant eus; si chevauchierent tant quil vindrent pres de Tabarie delez la mer de Galilee au leu qui a non le Chastelez. Diluec passerent le flun par endroit le gue Jacob et sen entrerent en la terre a leur anemis. Apres vint touz li oz par uns granz plains et lessierent les monz de Libane a senestre. Premierement pristrent le chastel qui a non Bedegene et le fondirent tout a terre. Les villes entor mistrent en cendre quant il les orent avant toutes forrees. Apres sen passerent outre jusquau chastel qui a non Daire pres de Damas a .iv. miles ou a .v. Il gasterent et destruistrent le chastel et tout le pais entor. Les genz de la terre sen estoient foies li un sur le mont de Libane li autre dedenz la cite de Damas; si que noz genz ni gaaignerent onques un seul prison aincois perdirent des leur ne sai quanz qui estoient ale folement en fuerre; et chevaliers qui estoient issu hors de Damas bien monte et arme legierement qui porsivoient lost une eure avant autre eure arrieres vindrent a la forclose sur ces forriers si les decoperent touz. Tuit cil qui armes porent porter issirent apres hors de Damas et se tindrent tuit en bataille entor les jardins pres de la ville; nosoient aler avant aincois atendoient les noz. Bien cuidoient quil venissent sur eus mes li nostre ne les aprochierent gueres porce que cil estoient pres de leur barbacanes. Ainsi ne firent point de mal li un aus autres. Li Rois et ses genz coururent par la terre et firent tant de domage com il porent puis sen retornerent sanz destorbier; car li Rois se hastoit por estre a la feste de Noel en la cite de Sur.

XXII. De la taille que li Crestien firent entreus.

Renomees diverses couroient par le pais de Salehadin que li un disoient quil fesoit mout bien son afaire en la terre de Mesopotamie li autre disoient quil estoit desconfiz. La verite nen estoit mie bien seue mes li Rois et li Baron avoient mout grant doute quil ne venist sur eus a greigneur force quil ne souloit avoir. Dont il avint que au mois de fevrier qui vint apres li Baron sassemblerent tuit en Jherusalem por prendre conseil quil feroient encontre les perilz quil doutoient de la venue Salehadin. Assez i ot paroles de maintes manieres a cele assemblee; a la fin fu acorde de touz que len cueillist une grant somme davoir par tout le roiaume de que len poist tenir soudoiers a cheval et a pie se mestiers estoit si que Salehadins les trouvast appareilliez de guerre quant il revendroit; car li Rois et li autre baron de la terre estoient si povre et si soffreteus que il ne soffisoient mie a sostenir les soudoiers du leur. Por ce fu establie cele taille de que uns escriz fu fez en ceste maniere: Ce est la forme de cueillir la cense qui est establie par lotroi des prelaz et des autres barons por le besoing du roiaume de Jherusalem. En chascune cite seront esleu a ce faire .iiii. preudome que len cognoistra a sages et a loiaus et cil jureront sur Sainz que ceste besoigne porchaceront loiaument a bone foi. Premierement il paieront por eus ce quil en devront selonc lestablissement; apres il asserront sur les autres: de chascuns .c. besanz quil auront ou en muebles ou en detes un besant; des rentes de chascuns .c. besans .ii. besans. Cil .iv. auront la jostice sur touz ceus de la cite et des leus entor de faire paier ce quil cuideront que chascuns doie; et a conseil le diront a touz si que riens ne saura li uns de lautre. Et se cil sur qui il auront mis une somme davoir dit quil soit grevez il jurra sur Sainz la valeur de son mueble et selonc ce paiera son avenant et atant sera quites. Cil .iv. jureront quil ne descouverront a nul autre la povrete ne la richece quil auront trouvee de chascun. Ceste chose corra ausi sur homes et sur femmes de quelque langage que il soient et de quelque terre qui auront vaillant .c. besanz. Sur les autres prendra len le foage cest a dire por chascun feu .i. besant; et se len ne le puet avoir entier len le prendra demi et se li demis ne puet estre paiez il en prendront un raboin selonc ce que cil quatre esgarderont. Et si fu establi que toutes les abaies et les eglises li baron et li vavasseur de chascuns .c. besanz quil auroient de rente paieroient .ii. besanz. Li soudoier et toutes manieres de genz de chascuns .c. besanz en paieroient .i. Cil qui auront les villes champestres que len apele casiaus contreindront les vilains por chascun feu paier .i. besant en tel maniere que li sires les asserroit sur eus si que li povre ne paieroient mie autant come li riche; mes toutes voies selonc le nombre de feus seroit li nombres des besanz. De toutes les citez et des chastiaus qui sont de Cayphas enca envers Jherusalem portera len cele cueillette qui en sera levee dedenz la cite de Jherusalem et sera mise par sachez bien seellez en une huche au tresor Sainte Croiz; trois cles i aura desqueles gardera lune li Patriarches lautre li prieus du Sepuchre la tierce li Chastelains. Tout lavoir qui sera levez de Cayphas jusqua Baruth portera len en la cite dacre; la sera baillee en sas en une huche comune de quoi gardera lune cle larcevesques de Sur lautre Jocelins li senechaus le Roi la tierce li .iiii. preudome qui la taille recoivent en la ville. Cist avoirs ne doit mie estre despenduz es menues besoignes du roiaume mes seulement en deffendre la terre; et tandis com il durra ne taille ne autre demande ne doit estre fete au pais sur eglise ne sur les laies genz; et ceste chose que len fet por le comun besoing ne doit mie estre tornee a rente ne a costume.

XXIII. Coment Salehadins conqueroit sur la gent de sa loi.

Or vos dirons coment Salehadins fesoit sa besoigne en la terre de Mesopotamie. Il conqueroit citez et chastiaus et mout acroissoit son pooir. Entre les autres il assist une cite mout noble qui avoit non Amide forte de siege et de murs pleine de genz et de richeces. Tant i fist que il la prist par force et si com il avoit este covenant il la dona a un puissant amiraut de Turquie Noradins avoit non li filz Carassalen; car par laide cestui avoit il fet mout de ses volontez en conquerre celui pais. Quant vint au nouvel tens apres Salehadins mist ses garnisons mout bones es fortereces quil avoit conquises et reprist ses genz quil avoit amenees: puis repassa le flun deufrate et vint en la terre de Celessurie; pres de la cite de Halape se loja. Volente avoit de gaster le pais et dasseoir la ville. Li sires de la cite avoit bien seu que ses freres li sires de Mousse qui plus estoit puissanz que il navoit mie eu pooir de lui chacier hors de sa terre aincois avoit cil conquis tout le pais sur lui outre Eufrate. Por ce le douta datendre sa guerre et son effort. Tout celeement envoia messages a lui si que cil de Halape nen sorent mot et fist covenance tele que Salehadins li leisseroit tenir en pais Semar et autres chastiaus qui la entor estoient et il li rendroit la cite de Halape. Quant Salehadins oi ces noveles mout en ot grant joie et a bele chiere receut les mesages; car des lors quil avoit comencie a faire ces conquestes avoit il sur toute rien desire a avoir la cite de Halape car ce estoit la force du pais. Volentiers sacorda a ce que len li requeroit: les chastiaus bailla et receut la cite. La novele courut par la terre des Crestiens qui en furent mout effree car ce estoit la chose quil avoient touzjorz doutee; bien savoient que sil pooit cele cite conquerre li leur pais seroit ausi com avironez et assis de toutes parz. Lors ne sorent autre chose que faire fors tant que chascuns se pena de ses marches enforcier meismement la cite de Baruth qui bien devoit estre en grant peor apres cele conqueste. Sur touz les autres li princes dantioche fu mout esmaiez de ce quil avoit pres de lui si mal voisin et si puissant; ne sot que faire toutes voies ne vout mie sa terre lessier trop desgarnie de chevaliers aincois sesmut a pou de compaignie. Le conte de Triple mena avec lui et vint au Roi qui sejornoit dedenz Acre. Devant lui et devant les barons du roiaume qui present estoient conta son besoing et leur demanda aide a granz pleurs et a beles paroles. Tuit cil qui loirent en furent esmeu et mout en orent grant pitie. Entreus pristrent conseil et li baillierent por lui aidier entre chevaliers et sergenz a cheval .ccc. Einsi sen retorna en son pais et enmena les soudoiers quen li avoit bailliez; mes quant il furent au pais dantioche li Princes essaia sil porroit autrement faire sa besoigne que par guerroier et fist parler a Salehadin de trives. Cil qui navoit mie grant talent de plus demorer en ce pais aincois sen vouloit retorner a Damas les dona legierement. Lors pristrent congie du Prince et sen retornerent tuit cil que li Rois lui avoit bailliez. Li Princes fu mout liez de ce quil pooit estre en pais une piece du tens et si comenca a porpenser de sa terre enforcier et garnir. Il avoit une cite qui estoit la mieudre de la terre qui a non la premiere Cilice Tarse est apelee; il lavoit prise des Greus: ele estoit loing dantioche; la terre Rupin de la Montaigne seoit entre deus qui mout estoit puissanz princes entre les Ermins. Grief chose estoit au Prince de garder cele cite et ce estoit ligiere chose a Rupin qui entor avoit ses fortereces. Si parlerent tant ensemble entreus deus que li Princes la li vendi. Grant avoir en receut qui mestier lui avoit a sautre terre deffendre. Quant Salehadins ot atornez a sa volente ses afaires en cele terre que il avoit conquise si sen parti et revint a Damas atout son ost. Lors furent les genz du roiaume en mout grant effroi et mout estoient esmaie dune chose; car il avoient trop bones espies envoiees a Damas sages et bien privees des Turs; mes onques riens ne porent savoir de ce que Salehadins pensoit a faire. Li un disoient quil vouloit assembler grant navie por venir devant Baruth si com il avoit fet lan devant et la pensoit asseoir par mer et par terre; li autre cuidoient que il vousist aler es montaignes qui sont pres de Sur et prendre .ii. chastiaus qui la sont le Toron et Chastel Nuef; li tierz disoient quil vouloit chevauchier par la terre qui est outre le flun Jordain ce est la Surie Sobal et gaster le pais et fondre jusquen terre les fortereces quil troveroit la. Aucuns en i ot qui disoient que Salehadins et ses genz estoient las de ce quil avoient longuement ostoie si sen vouloient aler en Egypte por eus aaisier et sejorner iluec et querre noviaus despens pour metre de rechief en la guerre. Einsi couroient diverses nouveles mes nule nen estoit certaine. Li rois de Jherusalem et si baron estoient en grant peor et doutoient quanque pooit avenir. Por ce fu semons touz li esforz du roiaume et sassemblerent tuit a la fontaine de Saforie si com il soloient. Iluec atendoient de jor en jor que Salehadins entrast par aucune partie por forfaire en leur terres. Avec eus avoient semons le prince dantioche le conte de Triple; et quanquil pooient avoir de genz fesoient semondre par toute la terre.

XXIV. De la mesaise le Roi et coment la baillie du roiaume fu donee a Guion de Lesignen.

Il avint tandis com noz genz atendoient a la fontaine de Saforie que li Rois ot une fievre a Nazareth qui mout le greva. Dautre part sa maladie de la lepre qui le tenoit des ainz quil eust le roiaume premierement li afebloioit si le cors que il ne se pooit aidier de pie ne de main quil eust aincois estoit tuit porri et la veue perdi il lors; toutes voies vouloit tenir le roiaume et governer toutes les besoignes de la terre. Si li avoient maintes genz loe quil ne sentremeist mes de ces choses aincois se tresist a une part et retenist les rentes de la terre tant com il vousist si quil en poist vivre ennorablement. Mes il nen vouloit rien faire; por ce que se il estoit foibles de cors et non poissanz il avoit toutes voies bon corage et viguereus et sefforcoit outre son pooir. Nequedent quant cele fievre le tint si asprement il cuida bien morir et fist venir ses barons devant lui sa mere i fu et li Patriarches; devant eus bailla a Guion de Lesignen qui estoit mariz sa sereur cuens de Japhe et descalone de que je vos parlai desuz la baillie du roiaume; sauf ce quil ni auroit autre roi se lui non tant com il vivroit; et retint la cite de Jherusalem et la rente de .x m. besanz. De tout le remenant vouloit quil receust les rentes et feist toutes les besongnes. Les homages de touz les barons li fist prendre mes il receut avant son serement que tant com li Rois vivroit cil ne se feroit coroner et que des citez ne des chastiaus qui apartenoient au roiaume nen metroit nus en autre main. Et ce fist il faire porce que len disoit partout que il avoit aus barons de la terre promis par son serement des meilleurs membres du roiaume par covent que il li aidassent a ce quil poist avoir la seignorie. Maintes genz furent irie de cele chose que li Rois fist li un por ce quil estoient seigneur avant de la terre li autre por le preu du roiaume: car il disoient que cil hom ne savoit mie assez a governer le pueple ne nestoit mie soffisanz a soustenir si grant fes. Aucun en i avoit qui estoient si acointe et si prive de lui quil pensoient que granz biens leur venist de son pooir. Icil disoient que la chose iroit mout bien et que cil garderoit et deffendroit viguereusement le pueple et la terre. En ceste maniere couroient entreus diverses paroles. Cil Guiz se comenca a contenir mout folement: trop estoit glorieus et bobanciers de cele baillie quil avoit; mes il nen ot mie longue joie si com vos orroiz; car sanz faille il avoit petit et sens et mesure por conduire si grant chose.

XXV. De la venue Salehadin.

Tandis com li afaire aloient einsi au roiaume et li oz de la Crestiente demoroit a la fontaine de Saforie Salehadins ot este en mout grant porpens quele part il se treroit. A la fin il ot envoie querre grant partie des chevaliers de la terre outre le flun deufrate et genz a cheval ot quises par tout la ou il les pot avoir si que il ot granz compaignie de genz bien armees et bien montees. Lors sen entra en nostre terre soudeinement et passa la region que len claime Hauranite delez la mer de Tabarie es plains du flun Jordain en cel leu qui a non Cavan. Diluec envoia ses correeurs en maintes parties et il sen vint droit selonc le flun vers la cite qui jadis avoit non Scitopople mes est ore apelee Bethsan. Jadis fu la mestre citez de Galilee si com il pert es granz ruines et a la grant plente de marbre que len trueve es edifices qui la furent; mes ele est ore si dechoite que nus ni habite fors seulement en un petit chastelet qui siet es paluz ou pou de gent se pooient receler. Icil avoient leur forterece assez bien garnie darmes et de viandes; mes quant il oirent dire que cele grant plente de gent venoient noserent leanz demorer aincois lessierent assez de leur hernois et senfoirent a Tabarie: dont il avint que li Tur vindrent premierement la et troverent quil navoit nului dedenz. Si pristrent vitaille et armeures qui la estoient puis abatirent la forterece et se partirent de la. Leur ost deviserent en deus parties; lune sen vint a la fontaine qui a non Tubanie qui siet au pie du mont de Gelboe dejoste la noble cite qui jadis fu apelee Jezrael mes len la claime ore le Petit Gerin; iluec se logierent por laisance de leaue qui la estoit. Li nostre baron qui sejornoient a la fontaine de Saforie orent longuement atendu por oir noveles quel part li Tur sordroient en leur terre; et quant il sorent quil estoient ja es plains de Bethsan et leur correeur aloient par tout le pais a bandon tantost se deslogierent. Les chevaus firent covrir et bien armer leur cors; en bataille se mistrent si com il estoit devise; la vraie croiz aloit devant. Lors passerent les montaignes en que siet Nazareth la cite Nostre Seigneur puis descendirent en une grande planete qui ot non anciennement Esdrelon. Diluec sadrecierent tuit en conroi le grand pas vers la fontaine de Tubanie ou Salehadins estoit logiez atout si grant plente de genz que touz li pais en estoit couverz. Bien cuiderent avoir granz contenz de leur anemis aincois quil poissent leaue recouvrer; mes sitost com Salehadins aperceut leur venue il se desloja et se parti diluec atout son ost et leur leissa la fontaine. Ses paveillons fist tendre dessouz pres diluec a une mile sur le ruissel de celle fontaine meismes. Mes aincois que noz genz venissent la une partie de ses chevaliers quil avoit envoiez querre par la terre sen vint au Petit Gerin et le prist a force. Toute la garnison qui dedenz estoit gaaignerent mes des homes i trouverent il pou car il sen estoient foi es greigneurs fortereces. Une autre route de Turs sen vint au chastel que len apele Forbelet; autresi le pristrent a force et gaaignerent quanquil troverent dedenz homes et bestes et autres garnisons. La tierce compaignie des Sarrazins sadreca tout droit vers lost de noz genz et furent grant pueple a cheval et a pie; si pres tenoient les noz de toutes parz que nus ne se pooit eslongier de la route quil ne fust morz. Aucun deus sen monterent sur Monte Tabor et firent ce que navoit onques mes ete fet; car il pecoierent une abaie de Greus qui est de saint Elye et pristrent quanquil trouverent dedenz. Une greigneur abaie qui la siet assaillirent il mout efforcieement; mes ele estoit close de bons murs et de torneles; et li moine de leanz et leur mesniees autres genz meismes qui la sen estoient foiz a garant se deffendirent si bien que cil ni porent rien forfaire. Une autre compaignie de Turs sen ala sur la montaigne ou siet la cite de Nazareth et monterent si en haut sur les tertres que il regardoient tout a plain la cite qui dessouz eus estoit. Quant les femmes et li enfant de la ville et les autres foibles genz les virent si pres deus trop furent effree et sen comencierent a foir a la mestre eglise; a lentree fu la presse si grant quil i ot assez genz mortes. Il ni avoit se menu pueple non; car une partie de ceus qui armes povoient porter estoient en lost; li autre sen estoient ale es citez de la marine meismement dedenz Acre.

XXVI. De la grant famine qui courut parmi nostre gent.

Li oz des noz barons estoit de toutes parz si aceint et enclos de leur anemis que nus ne sen osoit partir por nul besoing ne dehors de pooit len venir a eus por marcheandises porter ne por eus aidier; dont il avint que une si grant famine courut entreus que trop en orent grant mesaise. Por ce meismement que quant il vindrent la ne sestoient de riens porveu de viandes aincois acoururent a grant besoing; porce quil cuidierent que la besoigne fust tantost finee et trete a quelque chief. Les genz a pie en avoient trop grant soffrete meismement li Pisan li Genevois li Venicien et li autre doutre la mer qui avoient lessiees leur nes es porz et avoient amenez avec eus les pelerins qui en lost devoient passer; car li passages doictovre estoit prez et cil estoient acoureu por aidier noz genz a grant besoing. Quant nostre baron virent la grant angoisse du pueple si pristrent conseil entreus et envoierent aus citez qui pres estoient diluec entor et manderent aus bailliz que hastivement leur envoiassent viandes tant com il porroient. Cil le firent mout volentiers et chargierent toutes les manieres de viandes quil porent trouver; si les envoierent vers lost. De noz chevaliers vint une mout grant partie encontre eus por eus conduire. Ceus quil trouverent menerent avec eus. Une partie en i ot qui folement alerent et cheirent es mains a leur anemis. Il meismes avoient bien mestier de la viande mes cele quil gaaignierent einsi les reconforta mout. Li voiturier qui les amenerent furent tuit ou mort ou pris. Se Nostre Sires ne fust corouciez a son pueple por leur pechiez nostre crestien eussent iluec fete une des plus beles desconfitures qui onques eust este en la terre dorient; car li Tur estoient iluec venu a si grant plente que li ancien disoient que onques mes nen avoient veuz autant ensemble si bien armez. De lautre part li oz de noz genz estoit granz et bien garniz de barons; bien i avoit .xiii c. entre chevaliers et sergenz bien montez et garniz de bones armeures. De sergenz a pie i avoit bien .xv m. preuz et hardiz et bien armez a leur avenast. Chevetaines des batailles i avoit si bons que len ne trovast meilleurs en nule terre. Il i estoient li cuens Raimonz de Triple Henris li dux de Louvain granz princes du roiaume dalemaigne; Raous de Maulion chevaliers bons et hauz hom daquitaine; Renauz de Chasteillon qui fu princes dantioche; li cuens Guiz de Japhe Baudoins de Rames Baliens de Naples ses freres Renauz de Saiete Gautiers de Cesaire Jocelins li senechaus le Roi. Bien sembloit a ceus qui savoient de guerre que li Tur sestoient folement embatu et bien estoient en point de soffrir grant domage se il fust qui le feist; mes par une grant mesaventure une haine et une envie couverte se mist entre les Barons si que il pereceusement et par grant desloiaute menoient cele besoigne de la guerre qui mout ennoreement poist estre achevee. Il avoient tel desdaing de ce que li Rois avoit mis tout le pooir du roiaume en la main le conte Guion de Japhe que il ne vousissent mie que nus bien fust fez par son atirement; car cil estoit uns hom estranges; nestoit mie sages ne bons chevaliers. Si vouloient li autre que len veist son defaut a ce grant besoing. Por ce avint que il soffrirent .viii. jorz entiers que li Tur estoient en leur terre logie a une mile pres deus et gastoient le pais a bandon que onques les nos semblant nen firent. A ce jor nestoit ce onques mes avenu au roiaume de Surie. Li meneur chevalier et li sergent a pie se merveilloient mout et trop en estoient irie; sur les granz barons en parloient cruelment de ce quil ne vouloient soffrir que len salast combatre a leur anemis qui si pres estoient. Quant len en parloit aus barons si sescusoient en maintes manieres; premierement disoient que Salehadins et ses oz seoient en un leu plein de roches si que len ne porroit pas avenir a lui legierement; dautre part il avoit mis granz routes et grosses batailles de ses genz a lentree de son ost de ca et de la qui tantost deschargeroient sur les noz se il sadrecoient cele part. Aucunes genz cuiderent que il deissent voir et en ce sacordoient vers eus; mes la veritez estoit que il ne disoient ce fors seulement por destorber la bataille: et par coardise ne leschivoient il pas mes por ce seulement quil navoient cure que bien ne enneurs avenist au conte de Japhe. Quant li Tur orent iluec demore et fet domages assez par la terre voiant noz genz au neuviesme jour firent revenir en lost touz les correeurs et se partirent diluec sans riens perdre. Li nostre baron cuidierent quil ne sen vousissent mie aler du tout ainz eussent talent du retorner; por ce sen alerent de rechief a la fontaine de Saforie. Une chose ne vueil je mie oublier qui lors avint de quoi maintes genz se merveillierent; car en la fontaine de Tubanie et au ruissel qui en ist navoit len onques oi parler a ce jor que il i eust nus poissons se ne fust par aventure loches ou verons; de ceus meismes i avoit il pou: mes quant noz genz i furent logie si grant plente en troverent de gros et de bons que il soffirent a tout lost tant com il i sejorna.

XXVII. Coment Salehadins assist le chastel du Crac.

Or sen estoit alez Salehadins en son pais et sembla quil eust grant talent de longuement sejorner: mes il ne le fist mie einsi car ne passa mie le mois entier que il refreschi ses genz et assembla grant compaignie de Turs. Perrieres fist chargier et autres engins et toutes choses qui mestier pueent avoir a faire siege. Lors sen esmut et trespassa Basan et Galaad. Grant talent avoit que il asseist une cite qui fu anciennement apelee la Pierre du Desert mes les la claime ore le Crac. Renauz de Chasteillon le sot par ses espies qui estoit sires de cele terre de par leritage sa femme. Tantost assembla chevaliers assez tant com mestiers estoit a deffendre le chastel et se trest isnelement cele part. Voirs est que il avoit autres choses a faire; car Onfroiz li tierz qui estoit filz le viel Onfroi du Toron qui fu conestables le Roi estoit fillastres celui Renaut et bien avoit .iiii. anz quil avoit fiancee la plus juene sereur le Roi et la devoit prendre a ce tens. A peines fu fete la beneicons et la feste de si granz noces quant Salehadins vint le jor meismes a mout grant plente de Turs. Grant charroi amena cele forterece assist. Icele cite sist jadis en une montaigne mout haute; les valees parfondes laceingnoient tout entor; lonc tens fu remese frete et deserte que il ni avoit fors les ruines. Apres quant Fouques li tierz rois des Latins regna en Jherusalem uns des granz barons qui avoit non Paiens li bouteilliers sires de la terre qui est outre le flun Jordain ferma une tor en ce leu ou la cite sist fors tant que il la fonda au plus bas du tertre. Cil qui furent si oir de cele terre apres lui ce fu Morises ses nies et Phelipes de Naples amenderent mout et crurent cele fermete; car il i firent bons fossez entor et bones torneles. Pres pres apres dehors la forteresce la ou li mieuz de la cite estoit avoient fet un bourg ou maintes genz sestoient recetees et hebergiees. Auques i estoient asseur car devers soleil levant estoient clos de ce chastel que je vos ai dit; devers les autres parties estoient li val si parfont que se cil damont fussent ceint dun pou de mur il ne doutassent rien car len ni puet monter que par .ii. leus ou les voies sont si estroites que pou de gent les deffendroient contre un grant ost. Quant li princes Renauz sot que Salehadins estoit la venuz si com il estoit de grant cuer il emprist une chose qui ne fu mie sens a faire; car il pensa a deffendre le borc et commanda a toutes les genz iluec quil ne se meissent mie dedenz la forterece ne leur choses ni portassent. Dont il avint que tandis com cil entendoient au mieus quil porent a appareillier deffenses por garantir le borc mains ot de genz a deffendre la venue de la montaigne si que la force des Turs vainqui ceus qui la leur contretenoient: ceus ocistrent quil porent ateindre li autre se ferirent dedenz la forterece. Si pres les enchaucierent leur anemis qua pou se tint quil nentrerent dedenz avec eus. Mes uns chevaliers qui avoit non Yvains le fist iluec trop bien que touz seus se mist devant le pont et tant com il i ot nul a passer des noz ni vout onques entrer; aincois se feroit emmi les Turs et fesoit de trop biaus cops. A destre et a senestre en trebuchoit assez les uns morz les autres vis. Il treoient de saietes a lui tout seul cil qui osoient venir ferir a lui demaintenant. Merveilles i soffri de cous mes au darrenier sen vint il deffendant et se receut avec les autres. En ceste maniere perdirent cil du borc quanquil avoient en leur meisons par le conseil leur seigneur; car leur anemi gaaignierent tout. Cil qui se furent mes dedenz la forterece orent si grant peor de la grant plente de Turs quil virent quil abatirent au fonz du fosse un leur pont par ou il pooient issir hors et len puist venir a eus; dont il firent mout grant folie car leur afaire en fu mout estreciez et il le poissent legierement deffendre. Mout ot grant plente de gent en cele petite forterece de que len ne pooit avoir point daide et li encombriers en estoit granz; car de ces noces que je vos ai dit sen retornoient jugleeur tableterresses et autres menesterel assez qui tuit se ferirent leanz por peor de Sarrazins et furent iluec assis. Mout en estoient en grant esmoi; chierement si com il disoient leur estoit venduz li paiemenz de cele feste. De lautre part les genz du pais estoient la tuit acoureu meismement uns pueples que len apele Suriens. Cil avoient dedenz mis tant femmes et enfanz et bestiaus que touz li leus en estoit pleins. Cil qui vouloient aler aus deffenses ne pooient outre passer por la presse. De viandes estoit li leus auques bien garniz; mes armeures i avoit mains quil ne covenist en tele aceinte.

XXVIII. Coment li Rois mesiaus fist couroner Baudoin son neveu.

Oi avez coment noz genz ne firent riens encontre les Turs tandis com il sejornoient a la fontaine de Tubanie; touz li blasmes en fu mis sur le conte de Japhe. La novele en vint au Roi que cil sur qui il avoit mis le fet et le loement de lost sestoit si mauvesement contenuz. Bien saperceurent que cil nestoit ne si sages ne si viguereus que si grant chose fust bien assise en lui; por ce se repenti: si rapela et despeca quanquil avoit fet. Len disoit que por autre raison sestoit li Rois corrociez; car si com vos oistes il avoit retenue a sa vie la cite de Jherusalem et la rente de .x m. besanz chascun an por faire son despens tant com il vivroit: apres se porpensa que la citez de Sur estoit plus forz et mieuz garnie que cele de Jherusalem por ce vout changier lune a lautre par ces covenances meismes. Quant li cuens de Japhe loi a qui il avoit tout baillie si en fu mout corrociez et en parla folement. Li Rois en ot grant desdaing et li toli le pooir que il li avoit done. Porce quil li avoit fet dangier dun petit de bonte ne perdi mie seulement la seigneurie du roiaume aincois li toli li Rois toute lesperance davoir la terre apres lui dont il cuidoit estre oirs sanz contenz. Car par le conseil Buiemont le prince dantioche Raimont le conte de Triple Renaut de Saiete Baudoins de Rames et Baliens son frere et pluseurs des autres barons voiant celui Guion qui contredire ne les pot li Rois et sa mere atornerent que Baudoins li petiz enfes qui navoit encore pas cinq anz fu coronez et sacrez a roi en leglise du Sepuchre. Grant joie en orent tuit et li clerc et li lai. Tantost com ce fu fet tuit li baron firent homage et serement de feaute selonc la costume du pais et li fist len en toutes manieres quanque apartient a roi. Nequedent li cuens de Japhe touz seus ne li fist mie homage ne onques requis nen fu de par lui. Maintes genz distrent que ce nestoit pas grant preuz a la terre de faire seigneur du roiaume si petit enfant com estoit li nies le Roi car il avoient ore deus rois de quoi li uns por sa maladie li autre por son aage ne pooient traitier ne sostenir les afaires de la terre. Li autre disoient que grand preu en estoit ja venuz car len avoit oste le pooir de la main a un mauvais home et si estoit ores failliz li contenz qui poist estre empres la mort le Roi que cil Guiz vousist avoir le roiaume qui ja estoit saisiz des homages. Nequedent tuit sacordoient a ce que len baillast le roiaume a governer a un preudome qui eust assez sens et pooir; et a ce faire bien sembloit a touz que il navoit au pais home covenable a ce faire fors seulement le conte de Triple. Ce fu fet lan de lincarnacion Nostre Seigneur .m. et .c. et .iiii. vinz et trois au mois de novembre.

XXIX. Coment Salehadins se departi du Crac.

Ja sestoit Salehadins mout aprochiez de prendre le chastel du Crac tandis com ces choses aloient einsi en Jherusalem. Il ne donoit point de leisir a ceus dedenz que il se poissent reposer; car de jorz et de nuiz gitoient a la forterece huit que perrieres que mangonel mout grosses pierres et souvent; .vi. en avoit desus la ou lancienne citez avoit este et .ii. par dehors au leu que len apele Obelet. Si estoient cil dedenz en grant effroi quil ne sosoient mes mostrer aus deffenses; a peine pooient il regarder par les archieres tant leur venoient espessement pierres et saietes. Cil dedenz avoient mises bestes assez au fonz des fossez; la leur donoient a mengier orge et paille dont il avoient a grant plente; et quant mestier leur ert si en prenoient pour leur vivre. Mes quant li Tur aperceurent leffroi et le mauvais covine du chastel tant saprochierent quil avalerent de leur genz au fosse qui ces bestes ocistrent et les decouperent par pieces et les fesoient trere contremont a cordes. En tele maniere en apovrirent ceuz dedenz; et leur ost en fu touz repleniz. Onques cil qui ce firent ni receurent ne domage ne plaie ne colee. Par les meisons dehors trovoient si grant plente de toutes choses que riens ne leur failloit. Li seigneur qui les garnisons i avoient mises le regardoient et nen pooient avoir nule eise. Cil du chastel essaierent une foiz adrecier une perriere por giter sur les engins dehors mes tant i venoit de pierres que li charpentiers ne si oserent arester ainz lessierent ce quil avoient empris. Nestoit mie merveille se cil qui sur les murs se mostroient estoient en grant peril car cil meismes qui se reponoient par les voutes et desouz les planchiez avoient grant peor. A chascune foiz quil ooient les pierres cheoir des chaables cremoient que les meisons ne fondissent sur eus; car li mur estoient fendu et escrolle. Li rois de Jherusalem qui bien savoit ce siege estoit en grant angoisse coment il leur poist secorre. Il assembla ses genz tant com il en pot avoir de toutes parz: la vraie croiz fist porter devant lui et chevaucha jusquau lai qui est delez la cite qui ot non Segor anciennement mes ele est ore apelee Paumiers. Quant il ot pense a ce et pris mainz consaus au darrenier fist il chevetaine de son ost le conte de Triple. Salehadins oi dire par ses espies que li oz des Crestiens venoit et que li cuens de Triple que il tenoit mout a preu et a sages conduisoit ses genz. Lors fist ses engins abatre et tantost comanda que tuit se deslojassent; au repeire se mist et se parti du siege ou il avoit sis un mois et sen alla en sa terre. Li Rois qui bien loi dire ne leissa mie por ce quil ne venist jusquau chastel et ne reconfortast ceus qui avoient este assis: cil sen issirent qui vourent. Il fist refaire et regarnir mout bien la forterece; puis se parti diluec a tout son ost et sen revint en Jherusalem.


Source.


This text is part of the Internet Medieval Source Book. The Sourcebook is a collection of public domain and copy-permitted texts related to medieval and Byzantine history.

Unless otherwise indicated the specific electronic form of the document is copyright. Permission is granted for electronic copying, distribution in print form for educational purposes and personal use. If you do reduplicate the document, indicate the source. No permission is granted for commercial use.

© Paul Halsall, August 1998
halsall@murray.fordham.edu