Fordham University

 

Home | Ancient History Sourcebook | Medieval SourcebookModern History Sourcebook | Byzantine Studies Page
Other History Sourcebooks: African | East Asian | Global | Indian | IslamicJewishLesbian and Gay | Science | Women's


IHSP


MainAncientMedievalModern


Subsidiary SourcebooksAfricanEastern AsianGlobalIndianJewishIslamicLesbian/GayScienceWomen


Special ResourcesByzantiumMedieval WebMedieval NYC
Medieval MusicSaints' Lives
Ancient Law
Medieval Law
Film: Ancient
Film: Medieval
Film: Modern
Film: Saints


About IHSPIJSP Credits

Medieval Sourcebook:
Guillame de Tyr (William of Tyre):
Historia rerum in partibus transmarinis gestarum
[History of Deeds Done Beyond the Sea]


Books 1-9 | Books 10-16 | Books 17-22 | Books 23-34 | Chronique du Templier

This is the Old French version of William of Tyre, with continuations. It is
something of a mongrel: (1) the translation of William, from the edition of Paulin Paris; (2) the continuation, from the Recueil des historiens des croisades; and (3) the Chronique du Templier de Tyr, from Les gestes des Chiprois as edited by Gaston Raynaud. The etext was supplied by Michael Tanksley of JHU. It leaves out the diacritical marks and the commas.

Bibliography

Source of (1)

Guilelmus, Abp. of Tyre, ca. 1130 - ca. 1190.  Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte francais du XIIIe siecle, revu et annote par M. Paulin (Paris ... Paris, Firmin Didot et cie, 1879-80.)

Source of  (2)

Recueil des historiens des Croisades : Historiens occidentaux / publie par les soins de l'Academie royale des inscriptions et belles-lettres. 5 Vols.  (Paris : Imprimerie Royale, 1844-95.)

Source of (3)

Les Gestes des Chiprois : recueil de chroniques francaises ecrites en Orient au XIIIe & XIVe siecles (Philippe de Navarre & Gerard de Monteal [sic]) / publie pour la premiere fois pour la Societe de l'Orient latin. par Gaston Raynaud. (1887) [Reprinted, Osnabruck : Zeller, 1968.]

For an early English version, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. Godeffroy of Boloyne; or, The siege and conqueste of Jerusalem, by William, Archbishop of Tyre. Translated from the French by William Caxton, and printed by him in 1481. Edited from the copy in the British... London, Pub. for the Early English Text Society by K. Paul, Trench, Trubner & Co., 1893. [reprinted, Millwood, N.Y., Kraus Reprint Co., 1973]

For a partial modern English translation of Latin text, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. A history of deeds done beyond the sea, by William, archbishop of Tyre... Translated and annotated by Emily Atwater Babcock and A. C. Krey. (New York, Columbia University Press, 1943),  Records of civilization, sources and studies no. 35.

For a modern critical edition of William, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190.  Chronique, edition critique par R.B.C. Huygens; identification des sources historiques et determination des dates par H.E. Mayer et G. Rosch. (Turnholt : Brepols, 1986)

For a partial English translation of the Old French version, see

The conquest of Jerusalem and the Third Crusade  sources in translation / Peter W. Edbury. (Aldershot, Hants, England : Scolar Press ; Brookfield, Vt. : Ashgate Pub. Co., c1996.)

Contents

  • LI PREMIERS LIVRES
    • I. Coment Cosdroez prist a force la cite de Iherusalem
    • II. Coment Foca ocist lempereur Morice
    • III. Coment Aarons et Charlemaines sentrenvoient messages.
    • IV. Coment uns califes refist abatre le Temple
    • V. Des grans mesaizes et des granz douleurs que li Crestien soufrirent en la Sainte terre.
    • VI. Coment Costentins refist le Temple qui encore est.
    • VII. Coment li Tur et li Turqueman issirent dune racine et dune terre.
    • VIII. Coment li Crestien se contenoient folement par toutes terres en icel jor.
    • IX. Coment Belfeth prist lempereur de Costantinoble.
    • X. Coment li Sarrazin tenoient les Crestiens en grant vilte.
    • XI. Coment Pierres li ermites vint en Jherusalem.
    • XII. Coment Pierres li Ermites vient a lapostoile por les Crestiens de Surie.
    • XIII. Du contens qui fu entre le pape Grigoire et lempereur de Rome des aniaus et des croces des evesques et des abes.
    • XIV. Coment li Apostoiles vint en France et assembla grant concile.
    • XV. De ce meismes.
    • XVI. Coment li menuz pueples se croisa por aler outremer.
    • XVII. Ci devise les haus homes et les haus barons qui se croisierent.
    • XVIII. Coment la muete Gautier Sans avoir se mist a la voie et fu presque toute perdue.
    • XIX. Coment Pierres li ermites et si compaignon murent.
    • XX. Coment li Tyois bouterent le feu ez moulins de Niz.
    • XXI. Coment la gent Pierre lermite furent desconfit.
    • XXII. Coment Pierres li ermites et les gens qui li estoient demorez vindrent en Costantinoble.
    • XXIII. Coment li Crestien alerent en fuerre.
    • XXIV. Coment Solimanz desconfist les Crestiens.
    • XXV. De ce meismes.
    • XXVI. Coment li Tur assaillirent noz genz et une viez forteresce.
    • XXVII. Coment la meute Godeschal fu pres que toute perdue.
    • XXVIII. Coment li Pelerin rendirent lor armes au roi de Hongrie.
    • XXIX. Coment grant plente de pelerins sesmurent sanz chevetaine.
    • XXX. Coment nos pelerins se combatirent aus genz le roi de Hongrie.
  • LI SECONS LIVRES
    • I. Coment li dux Godefroiz et li autre baron murent.
    • II. Coment li message au duc Godefroi parlerent au roi de Hongrie.
    • III. Coment li dux Godefroiz ala parler au roi de Hongrie.
    • IV. Coment li baillis de Duraz prist de noz barons et les envoia a lempereur.
    • V. Coment Alexes li empereres mist hors de prison Huon le maine.
    • VI. Coment li Empereres vout trahir nos pelerins.
    • VII. Coment la cite de Costantinoble siet.
    • VIII. Coment li dux Godefroiz et li autre baron desconfirent les Gres.
    • IX. Coment li dux Godefrois et li autre baron envoierent en feurre sur la terre lempereur.
    • X. Coment li messages Buiemont vint au Duc.
    • XI. Coment li Dux et li autre baron envoierent a lempereur.
    • XII. Des granz donz que li Empereres donna aus Barons.
    • XIII. Coment Buiemonz vint por aler apres les autres barons.
    • XIV. De la trahison que li Empereres pensa envers Buiemont.
    • XV. Coment Buiemons par la priere le Duc ala a lempereur qui lavoit mande querre.
    • XVI. La setisme muete qui fu du conte de Flandres par mer.
    • XVII. De la uitisme muete qui fu du conte de Toulouse et de levesque du Pui et dautres.
    • XVIII. Coment li Empereres manda ses messages au cuens de Toulouse que venist a lui.
    • XIX. Coment li cuens de Toulouse vint en Costantinoble.
    • XX. Coment la gent lempereur vindrent forfaire a la gent le Conte.
    • XXI. Coment li cuens de Toulouse par la priere aus autres barons fist homaige a lempereur.
    • XXII. La neuvisme muete qui fu du duc de Normendie et de pluseurs autres barons.
    • XXIII. La somme de lost quant il furent tuit ensemble au siege de Nique.
  • LI TIERS LIVRES
    • I. De la cite de Nique.
    • II. Qui estoit lors seigneur de Nique.
    • III. Coment Solimanz enveoit ses messaiges a la cite por eus conforter.
    • IV. Coment nostre gent pristrent les messages Soliman.
    • V. Coment Solimans et sa gent envairent la nostre gent.
    • VI. Coment li Crestien drecierent perrieres et mangoniaus entour Nique.
    • VII. Coment li Crestien furent mort eu chastel de Fust.
    • VIII. Coment li Chrestien garnirent le lai de Nique.
    • IX. Coment li Chrestien asaillirent a Nique viguereusement.
    • X. Coment li dux Godefroiz ocist le Tur qui tant faisoit de maus.
    • XI. Coment la tour qui estoit minee chei.
    • XII. Coment li Crestien pristrent la femme Soliman.
    • XIII. Coment la cite vint a lempereur.
    • XIV. Coment li oz se parti de Nique.
    • XV. Coment li Crestien furent a grant meschief en cele bataille.
    • XVI. Coment li Crestien gaaignerent grant avoir dedenz les tentes Soliman.
    • XVII. De la grant mesese de soif que nostre gent orent.
    • XVIII. Coment li ors bleca le duc Godefroi.
    • XIX. Coment li Crestien troverent vuide la cite de Licoine et grant partie des autres ou il venoient.
    • XX. Du descord qui fu entre Tancre et Baudoin le frere le Duc.
    • XXI. De ce meismes.
    • XXII. Coment Tancrez prist Mamistre.
    • XXIII. Coment li Crestien furent ocis par la mauvestie des Turs.
    • XXIV. Coment Guinemerz et li galiot sacompaignerent a Baudoin.
    • XXV. Coment Baudoins et Tancrez se combatirent.
    • XXVI. Coment li Tur et li Hermin envoierent granz presenz a Tancre.
  • LI QUARS LIVRES
    • I. Coment Baudoins li freres le duc Godefroi conquist granz terres.
    • II. Coment Baudoins fu sires de la noble cite de Rohez.
    • III. De ce meismes.
    • IV. De ce meismes.
    • V. Coment cil de Rohez ocistrent le Duc et firent Baudoin seigneur tout seul de la cite.
    • VI. Coment Baudoins de Rohez conquist Sororge.
    • VII. Coment li Baron conquistrent Artaise et autres forteresces.
    • VIII. Coment li Baron conquistrent le pont de Fer.
    • IX. De la noblesce de la cite dantioche.
    • X. Coment la noble cite dantioche siet.
    • XI. Coment Aussiens garni la cite dantioche encontre les Chrestiens.
    • XII. Coment li Chrestien asistrent Antioche.
    • XIII. Coment li baron estoient logie devant Antioche.
    • XIV. Coment li Chrestien firent un pont pardesus le flun dantioche.
    • XV. Coment li Chrestien estouperent la porte du Pont.
    • XVI. Coment li nostre estoient a grant meschief devant Antioche.
    • XVII. De la grant soufrance qui estoit en lost.
    • XVIII. Coment Buiemons et li cuens de Flandres alerent en fuere.
    • XIX. Coment li cuens de Flandres desconfist les Turs par deus fois en cele voie.
    • XX. Coment li fiz le roi de Danemarche et toutes ses genz qui venoient avec lui en pelerinage furent perdu.
    • XXI. Coment Tatins se departi mauvaisement de lost.
    • XXII. De la famine et de la mortalite qui estoit en lost aus Chretiens.
    • XXIII. Coment Buiemons espoventa les espies aus Mescreanz.
    • XXIV. Des messaiges que li califes degypte envoia aus Chrestiens en Antioche.
  • LI CINQUIESMES LIVRES
    • I. Coment li mescreant dantioche manderent secours a leur voisinz.
    • II. Coment li Chrestien desconfirent les Mescreanz qui venoient secourre ceus dantioche.
    • III. Coment cil dantioche assaillirent aus heberges les Chrestiens.
    • IV. Coment cil dantioche desconfirent les Crestienz qui estoient ale au port.
    • V. Coment li dux Godefroiz parla aus Barons.
    • VI. Coment li Chrestien desconfirent malement les Turs dantioche.
    • VII. Coment li Baron rendirent grace de la victoire que Dame Dieu leur ot donnee.
    • VIII. Coment li Crestien gaaignerent bien deus mille chevaus.
    • X. Coment aucun des Crestiens se departirent du siege mauvesement.
    • XI. Des Crestiens qui estoient a cel jor dedenz la cite dantioche.
    • XII. Coment Emir Feirus promist a Buiemont quil li rendroit la cite dantioche.
    • XIII. Coment Buiemonz enquist et enchercha les cuers des Barons.
    • XIV. Des messages que Aussiens envoia en Perse.
    • XV. Coment li Baron envoierent savoir la couvine de lost Corbagat.
    • XVI. Coment Buiemonz parla aus Barons que la cite dantioche fust toute seue.
    • XVII. Coment li Baron otroierent a Buiemont leur part dantioche.
    • XVIII. Coment Emir Feirus se geta de souspecon.
    • XIX. Coment Emir Feirus essaia son frere.
    • XX. De ce meismes.
    • XXI. Coment Buiemonz monta premiers seur le mur dantioche.
    • XXII. Coment li Crestien pristrent la cite dantioche.
    • XXIII. Coment li sires dantioche fu ocis.
  • LE SIXIESME LIVRES
    • I. Coment li Crestien porprendent le donjon dantioche.
    • II. Coment li correeur Corbagaz vindrent devant Antioche au secont jor quele fu prise.
    • III. Coment Corbagaz assist les Crestiens dedenz Antioche.
    • IV. De la forteresce que li Crestien firent contre ceuz du donjon dantioche.
    • V. Des Crestienz qui senfuioient dantioche por la poor de Corbagat.
    • VI. Coment li cuens de Flandres art la forteresce du pont.
    • VII. De la grant famine que li Crestien soufroient dedens la cite dantioche.
    • VIII. Coment li Tur monterent sur les murs dantioche.
    • IX. Coment li Tur ocistrent les maronniers dantioche et ardirent leur nes.
    • X. Coment cil qui senfoirent dantioche encontrerent lempereur qui aloit aidier les Crestiens.
    • XI. Coment cil parlerent a lempereur par grant mauvestie.
    • XII. Coment li Empereres retorna tout destruisant sa terre.
    • XIII. Coment Corbagaz monta en orgueil por le retour lempereur.
    • XIV. De la lance qui fut trovee.
    • XV. Coment li Crestien envoierent Perron lermite en message a Corbagat.
    • XVI. Coment li Crestien satirierent por combatre.
    • XVII. Coment li Crestien ordenerent leur batailles.
    • XVIII. Coment li Crestien issirent dantioche por combatre aus Mescreanz.
    • XIX. Coment li cheval aus Chrestiens furent fres et novel.
    • XX. Coment la bataille fu fors et pesans.
    • XXI. Coment Corbagaz senfoi.
    • XXII. Coment li donjons dantioche fu rendus aus Crestiens.
    • XXIII. De la grant richesce que li Crestien troverent ez tantes Corbagaz.
  • LI SEPTIESMES LIVRES
    • I. Coment nos gens requistrent par messages lempereur de venir au siege de Jherusalem; et de la mort Baudoin conte de Hainaut; et coment Hues li Maines sen torna; et de la grant mortalite dantioche.
    • II. Du conseil que nos gens orent pour le siege de Jherusalem.
    • III. Coment li dux Godefrois fu requis de lever le siege de Hasart ou le jeu des dez fu trouvez.
    • IV. Coment li dux Godefroiz desconfist les Mescreanz.
    • V. Coment li dux Godefrois sejorna en la terre Baudoin.
    • VI. Coment cil de Rohez porchacoient la mort Baudoin.
    • VII. Coment uns Turs vout trair Baudoin.
    • VIII. Coment li cuens de Toulouse conquist Albare et le pais dentor.
    • IX. Coment li Crestien pristrent la cite de Marram.
    • X. Coment li dux Godefrois desconfit les Turs.
    • XI. Coment li menuz peuples des crestiens destruirent la cite de Marram.
    • XII. Coment li cuens de Toulouse se mist a la voie.
    • XIII. Coment li cuens de Toulouse ocist les robeors.
    • XIV. Coment li Crestien vindrent en la cite darchis.
    • XV. Coment li Crestien pristrent la cite de Tortose.
    • XVI. Coment li dux Godefrois et li cuens de Flandres vindrent en Lalische de Surie.
    • XVII. Coment li granz oz vint a la cite darchis que li cuens de Toulouse avoit assise.
    • XVIII. Coment cil qui trova la lance passa parmi le feu.
    • XIX. Coment li califes degypte envoia aus Crestiens la seconde fois.
    • XX. Des messages que li empereres de Costantinoble envoia aus Barons.
    • XXI. Coment li baillis de Triple se censa aus Crestiens.
    • XXII. Coment li Crestien vindrent jusqua Rames que il troverent vuide de gent.
    • XXIII. Coment li sires degypte fist garnir Jherusalem encontre les Crestiens.
    • XXIV. Coment li Crestien receurent Tancre en Bethleem.
    • XXV. De la proie que li Crestien pristrent devant Jherusalem.
  • LI UITIESMES LIVRES
    • I. Coment Jherusalem seoit a celui jor.
    • II. Des divers noms que Jherusalem a eu.
    • III. Ci devise des diverses portes et places de Jherusalem.
    • IV. En quele terre la cite de Jherusalem siet.
    • V. Coment li Crestien asistrent la cite de Jherusalem.
    • VI. De ce meismes.
    • VII. Coment li Crestien avoient grant mesese de soif.
    • VIII. Coment li Crestien et li Mescreant drecoient leur engins.
    • IX. Coment li Crestien envoierent querre ceus qui estoient arrive a Japhe.
    • X. Coment li Baron se prenoient por asseoir Jherusalem.
    • XI. De la procession que li Crestien firent devant Jherusalem.
    • XII. Coment li engin fu tresportes la nuit devant lassaut.
    • XIII. Coment li Crestien assaillirent vigueureusement a Jherusalem.
    • XIV. Coment la nuit fist departir lassaut.
    • XV. Coment li Crestien revindrent a lassaut lendemain.
    • XVI. Coment li Crestien lesserent lassaut et revindrent.
    • XVII. Des queles choses li Crestien avoient plus grant hardement a lassaut de Jherusalem.
    • XVIII. Des Crestiens qui premiers monterent sur les murs de Jherusalem.
    • XIX. De la grant ocision des mescreanz qui fu dedenz Jherusalem quant ele fu prise.
    • XX. Des mescreanz qui furent ocis dedenz le Temple.
    • XXI. Coment li Crestien visitoient les sainz leus de la cite.
    • XXII. Coment li evesque du Pui aparust a maintes genz.
    • XXIII. Coment li crestien povre fesoient joie a Pierre lermite.
    • XXIV. Coment li Tur rendirent la tor David au conte de Toulouse.
  • LI NUEVISMES LIVRES
    • I. Si com li Baron conseillerent de fere roi en Jherusalem.
    • II. Coment il parlerent du duc Godefroi.
    • III. Coment li dux Godefrois fu esleus a roi.
    • IV. Coment len eslut patriarche en Jherusalem.
    • V. De la noblesce et de la valeur au duc Godefroi.
    • VI. Coment la mere le Duc prophecia de ses enfanz.
    • VII. Des granz fez et de la proesce le duc Godefroi.
    • VIII. De ce meismes.
    • IX. Coment li dux Godefrois ne vout porter couronne.
    • X. Coment li califes degypte envoia por occire touz ceus qui la estoient venu.
    • XI. Coment li Crestien proierent a Dieu merci.
    • XII. Coment li Crestien issirent por combatre aus Mescreanz.
    • XIII. Coment li dux de Normendie et li cuens de Flandres sen revindrent en leur terres.
    • XIV. Coment li princes dantioche et li cuens de Rohez firent leur pelerinage en Jherusalem.
    • XV. Coment Daimberz fu esleuz a patriarche.
    • XVI. Du content que Daimberz li patriarches mut contre le duc Godefroi.
    • XVII. Coment li Crestien tenoient la quarte partie de Jherusalem quant ele fu conquise.
    • XVIII. De ce meismes.
    • XIX. De la loi qui fu establie au tens le duc Godefroi en la terre de Surie.
    • XX. Des presenz que li Tur aporterent au duc Godefroi.
    • XXI. Coment li Tur pristrent Buiemont le prince dantioche.
    • XXII. Coment li dux Godefroiz fist grant gaaing sur les mescreanz.
    • XXIII. De la mort au vaillant duc Godefroi de Buillon.

LI PREMIERS LIVRES.

I. Coment Cosdroez prist a force la cite de Iherusalem.

Les anciennes estoires dient que Eracles qui fu mout bons crestiens gouverna lempire de Rome: mes en son tens Mahomez avoit ja este qui fu messages au deable; et il fist entendant que il estoit prophetes envoiez de Dame Dieu. Eu tens Eracle estoit ja la desloiautes et la fausse loi que il sema si espandue par toutes les parties dorient et nommeement en Arabe; que li prince des terres ne se tenoient mie a ce que len enseignast et amonestast a croire cele maleurte aincois en contreignoient par force et par espee touz leur sougiez obeir au commandement Mahomet et a croire en sa loi. Quant Eracles ot conquis Perse et ocis Cosdroe qui estoit si poissans rois il en raporta la vraie crois en Jherusalem que cil en avoit portee en Perse. Si demora en la terre de Surie et fist eslire et ordener en Jherusalem un patriarche mout preudome qui avoit non Modestes. Par le conseil celui il faisoit les eglises refere et atirier les Sainz leus et netoier que cil deables Cosdroez avoit despecies et destruis. Mout metoit Eracles grant entente et granz couz a ces choses raparoillier. Endementres que il entendoit a ce, estevos que Homar li fils Catap qui estoit princes darabe tiers apres Mahomet rois et enseignierres de ses commandemenz vint en cele terre qui a non Palestine a si grant plente de gens que toute la terre en ert coverte; et ot ja prise par force une mout fort cite de cele partie qui avoit non Jadre. Diluec se trest vers Damas et assist la cite et lasailli et prist a force; car il avoit si grant plente de gent que riens ne lui pooit contrester. Li empereres Eracles qui demoroit encore en cele terre qui a non Cilice oi noveles de celes genz; si envoia bones espies et loiaus en qui il mout se fioit por veoir et encerchier leur covine; que il voloit mout savoir sil poist cele gent atendre en champ reuser ens et chacier des terres et des cites qui obeissoient a la Crestiente et a lempire de Rome. Mes quant li message revindrent il aprist certeinnement que il navoit pas genz a combattre a eus; car il estoient si fier et si orgueilleus de la grant plente de gent quil avoient que riens nes porroit retenir. Si ot conseil a ses genz et fu teus li consaus que miens estoit lede chose que il sen partist et retornast en son pais que il veist la destruire le pueple et la terre de lempire et ne le poist amender. Einsi sen alla de Surie. Por ce li rois darabe et sa gent monterent en si grant orgueil et en si grant pooir com cil qui trouverent la terre abandonnee que dedenz un pou de terme il orent tout conquis des Laliche de Surie jusques en Egipte.

II. Coment Foca ocist lempereur Morice.

Une chose qui estoit avenue en ces parties navoit gueres aida mout a ceus darabe accroistre leur pooir. Car Cosdroez li poissans rois de Perse dont je parle desus estoit venus a grant force en Surie et avoit destruites les citez et les chastiaus arses les villes les eglises fondues grant partie du pueple ocis et lautre partie menee en chaitivoisons. La cite de Jherusalem prist a force et ocist dedens la vile .xxxvi. mille homes; la vraie crois ou Jhesucris fu mors por nous emporta; le patriarche de Jherusalem qui avoit non Zacaries entraina en Perse avec les autres chaitis. Or vous dirai porquoi il avoit ce fet. Si com je vous ai dit il estoit mout poissans rois. Or avoit un empereur a Rome qui avoit non Morises qui fu si com nos trouvons mout acointes de monseigneur saint Gringoire et ses comperes fu il car cil sains apostoiles baptiza un de ses enfans. Cil Morises donna une seue fille qui avoit non Marie en mariage a celui Cosdroe et fu mout granz amistiez entreus et grant aliance et entre ceus de Perse et les Romains tant come cis empereres dura; si neis que por lamor de sa femme et des Romains qui estoient crestien se fist cil Cosdroez baptizier. Mes apres avint que Foca ocist en traison cil empereur Morise et fu empereres en leu de lui et ot non Foca Cesar. Quant Cosdroez oi ce si en ot merveilles grand duel et grant desdaing et grant haine en enprist contre le pueple des Romains por ce que celui qui leur seigneur avoit ocis desloiaument et estoit encore ausi com tous sanglans du sanc leur empereur avoient esleu a seigneur seur eus et li avoient done lempire. De ce avenoit que il avoit sospeconeus tout le pooir tout de lempire de Rome; et par ceste raison por vengier la mort au pere sa femme dont ele le semonoit mout souvent et aticoit il entra ez terres de lempire de Rome et les gasta; Surie destruit si com je vos ai dit desus et la vuida presque toute du pueple qui i estoit. Par quoi cil rois qui est nomez desus Homar et ses pueples darabe qui trouverent la terre vuide en firent puis leur volente. Quant il vindrent a la sainte cite de Jherusalem il la troverent destruite et deserte. Un pou de pueple qui habitoit ez ruines entre les mesieres lessierent demorer iluec par treus quil mistrent seur eus et soufrirent quil vesquissent com crestien et refeissent leur eglises et eussent iluec patriarche. Tandis com cil poissans princes demoroit en Jherusalem si comenca a enquerre mout ententivement aus genz de la ville et nomeement au patriarche qui avoit non Sofonies et avoit este esleus apres celui Modeste qui mors estoit dont je vos ai parle desus en quel liu li temples Nostre Seigneur avoit este quant Titus qui fu princes de Rome le depeca quant il destruist toute la cite de Jherusalem. Il li mostrerent le liu mout certeinnement et les fundemens et une partie des murailles qui estoient encore aparissans. Il envoia querre sanz demorance grant plente de macons et de charpentiers et fist querre pierres de marbre et dautres manieres et merrien fist assembler tel et tant come mestiers estoit et devisa la ou len prendroit les despens pour fere le Temple. Et si com il estoit de grant cuer et isnel il trest tost a chief ce quil avoit enpense; si que li Temples fu parfez en tel forme et en tel estat comme il est encore aparissanz. Cil princes meismes assena granz rentes et granz teneures a tousjors por soustenir et por parfere quanque mestier seroit les edefices et les mesoneis du Temple et por servir le luminaire de nuis et de jors par la main de ceus quil y mist por garder le Temple. Il a en celui leu meismes dehors et dedenz lettres faites dor musique eu langage darabie qui devisent si com nos cuidons qui fu cil qui le Temple refist et en quel tens et a combien de despens il fu refais.

III. Coment Aarons et Charlemaines sentrenvoient messages.

Einsi avint que cele sainte citez de Jherusalem par les peschies du pueple fu en servage et eu dangier de la gent mescreant mout longuement cest a dire: .iiii c. et .iiii xx. et .x. ans tous continueus; mes ne mie en une maniere. Il estoient une heure mieus autre heure pis selonc ce que li seignorage changeoient qui estoient de diverses manieres; mais toutevoies avoit touzjorz le jou de cele gent sur sa teste. Il avint que uns granz sire de cele loi ot pres que toute la terre dorient fors seulement Inde en sa seignorie qui ot non Aarons en seurnon Ressit. Icil fu de grant cortoisie et de si grant largesce et de si haute vigueur et de si grant afaire en toutes bonnes meurs que encore en parole len en toute paiennime eins com len parole en France de lempereur Charlemaine. Il furent en un tens cil Aarons et cil Charlemaines; et por ce en celui tens furent en meilleur point la cite de Jherusalem et li crestien de la terre quil navoient onques mes este souz nul des mescreans; car Charlemaines li bons empereres qui tant de travail soufri pour Dame Dieu et tant essauca la foi Jhesucrist pour ce que la crestientes de Surie fust plus debonairement et menee et traitiee porchaca tant que il ot lamor et lacointance de celui Aaron par messages qui aloient et revenoient. Dont cil Aarons ot mout grant joie; et sur touz les princes du monde voult il lempereur Charlemaine et amer et ennorer; et le pueple de la Crestiente qui estoit souz lui et les sainz leus qui estoient en son pooir voult il quil fussent atirie et atorne si com Charlemaines li mandoit; dont il sembloit que nostre gent fussent plus desouz le pooir Charlemaine que desouz le pooir aus mescreanz. Quand il pooit trouver les messages Charlemaine il les chargeoit tous des richeces dorient de dras de soie despices de joiaus dor de diverses facons et de riches pierres precieuses quil enveoit a son ami Charlemaine et assez en donnoit aus messages. Entre les autres choses il li envoia en France un olifant. Ceste debonairete que li dous empereres Charlemaine porchacoit aus crestiens qui estoient eu pooir a celui Aaron ce porchacoit il aus autres crestiens qui estoient par toute la paiennime desouz divers seigneurs si com en Egipte et en Afrique cest a dire en Alixandre et en Cartage; car il enveoit grans dons et grans avoir a soustenir les povres crestiens et a lor seigneurs mescreans enveoit grans presens et lettres amiables; si que il pourchacoit leur amor et leur accointance. Parquoi cil se contenoient plus debonairement a la crestiente qui estoit en chaitivoison sous eus. Einsi faisoit li haus princes Charlemaines aus seigneurs mescreans qui estoient loing de lui; car espoir sil fussent si voisin il essaiast en autre maniere a delivrer le pueple Nostre Seigneur si com il fist glorieusement en pluseurs leus.

IV. Coment uns califes refist abatre le Temple.

En cele saison avint que granz contenz sourdi entre les mescreans degipte et les mescreans de Perse; car chascune de ces genz voloit avoir la seignorie sur lautre. La racine de la grant haine et de la grant envie sourdi de ce que il se descordoient et encor se descordent il des poins de leur loi. Si neis que il ont divers nons; car cil qui tiennent la loi de Perse si ont non en leur langage Sonni; et cil de la loi degipte sont appele Siha; et cist ne sont pas si loing de la vraie foi crestienne come sont li autre. Il avint que cil degipte issirent de leur terres et conquistrent toutes les terres qui sont jusquen Antioche; et avec les autres citez qui furent prises la sainte cite de Jherusalem vint en leur pooir et soz leur seignorie. Assez li estut bien selonc lese que len puet avoir en chaitivoison. Jus que il avint par la soufrance Nostre Seigneur et por son pueple chastier que uns desloiaus hom et crueus fu sires et califes degipte qui ot non Hecam: cil voult passer toute la malice et la cruaute qui avoit este en ses ancesseurs: si neis que la gent de sa loi le tenoient ausi come a forsene dorgueil et de rage et de cruaute. Entre les desloiautez que il fist fere il commanda a fondre jusques eu pie la sainte eglise du Sepucre Jhesucrist qui avoit este refaite premierement par le commandement Costentin lempereur par un preudome patriarche de Jherusalem qui avoit non Maximes et puis refete par Modestes lautre patriarche eu tens Eracle dont nos avons parle desus. Ce commandement dabattre la sainte eglise envoia cil desloiaus califes a un suen bailli qui estoit sires de Rames et avoit non Hiarot; cil fist le commandement son seigneur et rua tout a terre. En ce tens estoit patriarches de cele eglise uns mout vaillans hons qui avoit non Orestes et estoit oncles a ce desloial roi degipte frere sa mere; et cestoit la raison por quoi il estoit si crueus vers la Crestiente; car li mescreant disoient que il ne seroit ja bien fers en leur loi por ce quil estoit nez de mere crestienne. Si en voult oster ceste souspecon de sur soi quant il ceste saint eglise depeca qui estoit ausi come fontaine et commencement de nostre vraie creance.

V. Des grans mesaizes et des granz douleurs que li Crestien soufrirent en la Sainte terre.

Des lors comenca li estas de nostre gens en Jherusalem estre mout plus gries et plus dolereus que il ne souloit; car il leur estoit mout grant duel eu cuer de leglise de la Resurrection Nostre Seigneur quil veoient einsi destruire entreus. Dautre part len les chargeoit trop dolereusement de treus de tailles et de corvees contre la coustume et contre les previleges que il avoient des princes mescreans. Et ce meismes qui onques mes ne leur avoit este devee leur fu a ce tens defendu que il ne feissent nules de leur festes; et le jor que il savoient que il estoit plus haute feste aus Crestiens lors les fesoient il plus traveillier et plus ouvrer par corvees et par force; ou il leur defendoient tele eure ert que il nississent des huis de leur mesons et les tenoient leanz enclos porce quil ne poissent fere nul semblant de feste. Dedenz leur mesons meismes nestoient il pas enpais ne asseur ains leur gitoit len desus grosses pierres et dedens par les fenestres fiens et boe et toutes ordures. Se il avenoit aucune fois que aucuns des Crestiens deist une legiere parole qui despleust a un des mescreans tantost ausi come se il eust fait un murtre estoit traines en prison et perdoit por ce ou pie ou poing ou estoit menez aus forches et toute la seue chose prise a oes le calife. Souvent prenoit len les fiz et les filles des Crestiens en leur mesons et en faisoient li mescreant leur volente; une eure par battre autre eure par losenge faisoient pluseurs de la juene gent renier nostre foi. Li Patriarches qui estoit oncles le Roi morut. Apres i en ot des autres en divers tens cui cil faisoient trop de honte; mes por ce ne lessoient pas li preudome que il namonestassent et confortassent le pueple a soufrir de bon cuer et de vraie penitance les tormens et les dolors que len leur faisoit pour la foi Ihesucrist; et leur prometoient por ces hontes la gloire et lenneur et la joie de paradis qui tousjors durra. Li bon crestien meismes sentresarmonoient et efforcoient a tenir plus fermement la foi crestienne tant com plus cil leur en faisoient de maus. Longue chose seroit de raconter toutes les meseses et les meschies ou li pueple Nostre Seigneur estoit au jor de lors; mes une essample vos en dirai pour ce que vos entendoiz par celui pluseurs des autres. Un des mescreans trop malicieus et trop desloiaus qui haoit de trop cruel haine les Crestiens se porpensa un jor coment il les mettroit a la mort. Il vit que toute la cite tenoit en trop grant enneur et en grant reverence le Temple qui avoit este refez que la laie gent apelent le Temple Dominus. En celui garder et tenir net metoient toute la peine cil qui estoient esleu a ce et tuit li autre de cele loi. Devant le Temple a une place que len claime laitre du Temple que il revouloient garder ausi netement com li Crestien vuelent leur eglises et leur auteus. Icil desloiaus mescreans que je vos ai dit prist de nuiz si que nus ne le vit un chien mort tout porri et tout puant et le porta en cel aitre tres devant le Temple. Au matin quant cil de la ville vindrent au Temple por orer si troverent ce chien. Lors sourdi uns cris et une noise et une clameur par toute la ville si grant que len ne parloit se de ce non. Il sassemblerent et ne mistrent onques en doute que ce neussent fet li Crestien. Trestuit sacorderent a ce li mescreant que tous li pueples des Crestiens fust mis a lespee; et ja estoient pres les espees traites de cil qui leur devoient a touz les testes trenchier. Entre li Crestiens estoit un juene home de mout grant cuer et de grant pitie; si parla au pueple et leur dist: Biau seigneurs la verites est que je nai nules coupes en ceste chose non la nus de nos ce croi je certeinement; mes ce sera moul grans doumages se vos morez einsi tuit; car par ce sera toute la Crestiente esteinte en ceste terre. Por ce me sui porpenses coment je vos deliverrai tous par laide de Nostre Seigneur. Deus choses vos requier por Dieu: lune est que vos priez por mame en voz oroisons lautre si est que vos deportois et honnorois mon povre lignage; car je vueil prendre ceste chose sur moi et dirai que je tous seus ai ce fet que len vos met sus a touz. Cil qui doutoient la mort orent grant joie de ce et li promistrent les oroisons et lenneur de son lignage en tele maniere neis que cil de son lignage porteroient tousjors mes le jor de Pasques flories lolive qui senefie Jhesucrist et la metroient en Jherusalem. Einsi cil vint avant a la justise et leur dist mout certeinnement que li autre crestien navoient coupes en cel afere et de soi dist que il lavoit fet. Quant il oirent ce si delivrerent touz les autres et il seus ot la teste copee.

VI. Coment Costentins refist le Temple qui encore est.

Iteles mesaises soufroit li pueples Dame Dieu en ices jors. Mes Jhesucrist qui bien set metre conseil es choses desesperees les reconforta apres ce. Car cil desloiaus princes Hecam morut et ses fils qui ot non Daher regna apres lui. Icil renovela les aliances que ses peres avoient rompues a lempereur de Costantinoble qui avoit non Romains et estoit nomez en surnom Elyopolitain. Icil pria celui Daher qui mout lamoit que il soufrist que li Crestien refeissent en Jherusalem leglise du Sepucre que ses peres avoit fet abatre: cil leur otroia por lamor lempereur. Ne demora puis gueres que cil empereres fu morz; et reigna apres lui Costentins qui ot surnon Monomaques qui vaut autant en grec com seus combateres. Li povre crestien qui estoient en Jherusalem avoient congie de leur eglise refaire; mes nen avoient pas pooir pour leur povrete. Si orent conseil que il envoieroient a lempereur et li requerroient por Dieu que il les secorust de saide et de ses aumosnes a cele sainte eglise parfere. En la ville de Jherusalem estoit uns mout preudons qui avoit non Jehans et en surnon Carianites: cil fu nez de Costentinoble et estoit mout gentiushons de la terre selonc le lignage mes plus estoit gentius de cuer et de bonnes meurs. Cil estoit venuz en pelerinage au Sepucre et avoit lessie tout le bobant et lennor du siecle et avoit pris abit de religion pour suivre en povrete Jhesucrist elu leu ou il avoit este povres et mesaisiez por nous. Icestui Jehan pria toute la crestiente qui la estoit que il empreist ce message daller a lempereur por Dieu et por eus. Il le fist volentiers et se mist a la voie et vint en Costantinoble et parla a lempereur et fist ce que il avoit quis; car li Empereres li otroia que il envoieroit despens tant com mestiers seroit et quil feroit cele sainte eglise tout du sien. Cil fu mout liez quant il ot si bien faite sa besoigne et prist congie a lempereur et sen revint arrieres en Jherusalem. Quant il dist au pueple les bonnes noveles quil aportoit mout en firent grant joie et assez i ot lermes plorees de pitie pour ce que avis lor estoit que Nostre Sires nes vouloit pas tousjors oublier qui tel confort leur enveoit. En ce tens estoit patriarches de Jherusalem uns mout sages hom qui avoit non Nicefores. Li Empereres tint bien covent de ce quil avoit promis; car il envoia sans demorance grant partie de son avoir et refist fere leglise du Sepucre mout hautement en lestat et en la forme ou ele est encore; et fu parfaite lan de lincarnacion Ihesucrist .m. et .xlviii. et avoit este .xxxvii. anz destruite. Ce fu tout droit .li. ans ains que nostre gent recovrassent la cite. Quant li crestien qui estoient la orent leur eglise refaite si en furent mout joieus et en ce se reconfortoient de toutes les mesaises et de toutes les hontes que il souffroient; dont len leur fesoit a grant plente ne mie seulement en Jherusalem mes es petites citez entour si com en Bethleem et en la cite dont Amos le prophetes fu nez qui a non Tecua. Toutes les fois que li Califes enveoit nouveau bailli en la terre cil faisoit ses nouveles mestrises et demandoit aus Crestiens nouviaus treus et autres tailles et autres corvees que il navoient onques mes rendues; et se il demoroient a paier les demandes tantost les menacoient de ruer leur eglise a terre et disoient que commandement avoient de ce fere de leur seigneur. En tel point et en tel doleur estoit la terre et la Crestiente: une eure desouz ceus degipte une eure desouz ceus de Perse; mes trop leur fu noauz encore quant il vindrent eu pooir aus Turs; car li Tur conquistrent le roiaume de Perse et celui degipt. Einsi la sainte cite chei en leur mains que il menerent si mal et tormenterent si cruelment que avis estoit au pueple Dame Dieu que il eust este en franchise et en grant repos souz ceus degipte et de Perse. Et einsi la tindrent li Tur .xxxviii. ans.

VII. Coment li Tur et li Turqueman issirent dune racine et dune terre.

Por ce que de la gent des Turs avons parle et souvent en parlerons en ce livre si me semble bien que len vous die dont cele gent vindrent premierement et parquoi il orent si grant pooir. Li Tur et li Turqueman vindrent dune racine et issirent dune terre qui est vers bise quant len est en Surie. Si furent gent mout rude et sanz atirement; ne navoient nul pais ne nul certein siege et queroient partout pastures a leurs bestes; nonques navoient abite nen cite nen chastel. Quant il voloient aler dun leu a autre si aloit tous uns lignages par soi; et avoient fet en chascun parente un prince qui estoit leur justiciers: par celui estoient amende tuit li meffet et feisoient ce que il commandoit. Il menoient avec eus toute leur chose leur sers leur baiasses leur iveries bues et vaches et berbiz: en teles choses estoit toute leur richece. Nule terre il ne gaaignoient ne il ne savoient riens acheter ne vendre car il navoient point de monnoie; mes leur bestes leur formages et leur let changeoient a ce dont il avoient mestier. Quant il avoient este en un leu et mestiers estoit quil alassent ailleurs por les pastures il enveoient des plus sages de leur pueple aus princes des terres et cil faisoient covenance a eus de demorer une piece en leur bois et en leur pastures par le treu que il lor rendoient selonc ce que il estoit entreus accorde. Or avint que une grant plente de ce pueple se parti des autres et entra en la terre de Perse: et trouverent cele terre mout plenteive de pastures et de ce qui leur avoit mestier. Si donnerent au Roi le treu quil orent covent entreus et demorerent iluec ne sai quanz anz. Cil pueples commenca mout a croistre et monteplier si que a merveilles furent granz genz et tant que li rois et cil de la terre comencierent deus a avoir grant peor et grant sospecon que il ne leur feissent encore mal par leur pooir qui trop croissoit. Il orent conseil entreus que il les chaceroient a force de la terre; mes apres il changierent leur conseil et leur sembla mieus que il les chargeassent si de treus et de demandes que cil ne les poissent soufrir et sen partissent par ennui et de leur gre si com il estoient venu. Einsi le firent: mes cil soufrirent et endurerent longuement les grevemens quil leur faisoient. Au derrenier quant il ne porent plus soufrir si orent conseil entreus que il ne paieroient riens plus le Roi. Quant li Rois oi ce si fist crier par tout son regne que cil ississent de sa terre dedenz un terme que il leur noma. Por ce il passerent le flun qui avoit non Cobar qui est bonne du regne de Perse dun part. Et quant il furent a plein si sentrevirent et aperceurent que il estoient si grant plente de gens que nule terre ne les porroit soufrir por quil se vosissent tenir ensemble; car avant quant il estoient en Perse il abitoient li uns loinz de lautre si ne connoissoient mie leur pooir; mes ore quant il sentrevirent si orent merveilles grant desdain de ce que il avoient soufert lorgueil et le grevement dun prince. Il pristrent conseil entreus et virent que nul pueple ne se tendroit a eus ains porroient conquerre toutes les terres. Mes une chose les en destourboit ce quil navoient mie roi sie come les autres gens ont; et pour ce sacorderent a fere roi sur eus et le firent en tele maniere: il troverent entre eus cent lignages de quoi chascuns avoit a mesnie par soi trop grans gens; si commanderent que chascune mesnie aportast une saiete qui fust seignee si que chascuns les peust toutes connoistre; et puis quant eles furent toutes ensemble ces .c. saietes si appelerent un petit enfant et li commanderent quil en preist une tele com il voudroit; et il avoient covant entreus que du lignage dont cele saiete seroit que li enfes prendroit il esliroient a roi. Li enfes en prist une dun lignage qui puis orent non Selducois: or sorent que de cele mesnie leur estouvoit a eslire roi. Si en pristrent cent de cel lignage les plus preus et les plus sages quil trouverent et commanderent que chascuns aportast sa saiete ou ses nons fust escris: puis si rappelerent lenfant et li firent prendre lune de ces saietes et orent aferme entreus que cil seroit rois qui sa saiete li enfes leveroit. Il en prist une ou il avoit escrit Sedulc: icil Sedulc estoit mout biaus hons et mout ennorez en son lignage granz et forz et bons chevaliers et esprouves et estoit ja auques daage mes merveilles sembloit bien home de grant afere. Cestui eslurent tuit communaument a roi si com il lavoient propose et li firent feaute par sairement et li obeirent et ennorerent si com len fait a nouvel roi. Icist le premerain de ses commandemens commanda et fist crier partout son ban que trestuit si com il avoient chier leur cors repassassent arriere en Perse; car il ne vouloit mie que il fussent en dangier dautrui plus que il avoient este ne de querre leu ou il abitassent; ainz vouloit que il conqueissent et cele terre et les autres et retenissent en leur seignorie. Si com il le dist fut fet car icele gent conquistrent en assez pou de tens non mie seulement le regne de Perse mes toute Arabe; et les terres dorient pristrent par force et retindrent en leur pooir. Et einsi avint que cil pueples qui avant estoit si vius et si rudes et vivoit ausi desatiriement come bestes orent conquis en meins de .xl. ans si grant seignorie come vos oez et monterent en si grant orgueil que il ne voudrent plus avoir non si com li autre estoient apele dont il vindrent ainz furent apele Tur. Li autre qui ne lessierent mie leur maniere de vivre furent tousjors nome et sont encore Turqueman. Icele gent quant il orent conquise cele terre dorient si voudrent entrer eu regne degypte qui mout estoit de grant puissance et descendirent en Surie et conquistrent les terres; et entre les autres citez pristrent la sainte cite de Jherusalem. Le pueple que il y troverent menerent mout mal et tormenterent et greverent plus que il navoient este devant si come je vos ai desus dit.

VIII. Coment li Crestien se contenoient folement par toutes terres en icel jor.

Vos avez oi coment li pueples des Crestiens estoit menez en cele terre dorient: or orroiz coment la Crestientez se contenoit ez autres terres. Sachiez que en ice tens pou trouvoit len qui eust la peor Dame Dieu en son cuer; toute droiture toute loiautez toute pitiez estoit lessiee: la foi Jhesucrist estoit ausi come toute faillie. De charite nestoit nule parole. Contenz et descorz et guerres estoit pres que partout; si que il sembloit que la fins du monde fust pres par les signes que Nostre Sires en dit en levangile. Car pestilances estoient et famines granz sur terre espoentemenz du ciel crolles de la terre par mainz leus et pluseurs autres choses qui deussent espoenter les cuers des homes et retrere de mal et amener a la remembrance Nostre Seigneur; mes il estoient einsi come sourt et avugle doir et de veoir ce que mestier leur ert a sauver leur ames. Li grant prince et li autre baron ardoient et gastoient les terres a leur autres voisins; se aucuns en i avoit garantiz desouz euz leur seigneur meisme les prenoient et menoient en prison et en griez tormenz pour tolir ce que il avoient; si que les enfanz a ceus qui avoient este riche home veissiez querre leur painz duis en huis et morir de fain et de mesese. Aus eglises naus religions ne gardoient nul previlege ne nules franchises; ainz leur toloient et en muebles et en teneures quanque il en pooient avoir; les croiz les calices les chasses prenoient ez eglises et fondoient tout por vendre. Se aucuns por aucun meffet senfuioit a leglise a garant len le prenoit et traoit len hors si vilement come dun four ou dune taverne. Aus moines aus provoires et aus clers fesoit len touz les tormenz et toutes les hontes. Nul ne fesoit justise se de ceus non qui rien ne forfesoient. Les terres estoient pleine de larrons et de murtriers: ez citez et ez bonnes viles nestoit len mie asseur. Iluec reignoient costumierement yvreces luxures jeus de dez et roberies. Ne regardoit len a pechie ne a mariage ne a lignage. Dausi mauvese vie ou de peeur estoit li clergiez com li autres pueples. Li evesque et li autre prelaz nosoient nului reprendre ne chastier por les leur mauveses oevres. Les rentes de Sainte eglise il nen donoient nules ainz les vendoient. En la some je vos di que toutes mauveses oevres avoient si seurpris Crestiente que il sembloit que chascuns se penast de servir le deable.

IX. Coment Belfeth prist lempereur de Costantinoble.

Nostre Sire qui par sa pitie chastie en cest siecle por espeneir en lautre et set bien ses fiz battre por sauver soufri que uns flaiaus vint en terre por chastier le pueple. Car eu tens que uns empereres ert en Costantinoble et gouvernoit la terre mout enpais qui avoit non Romains Dyogenes en seurnon issi de ces derrenieres parties dorient uns trespoissanz turs mescreanz qui ot non Belfeth qui amenoit avec lui tout le pueple de Perse et de Assurie et si grant plente de gent que il covroient toute la terre: ne nestoit pas legiere chose a savoir le nombre de si grant pueple. Il amenoient chars curres et charretes chevaus et chameus bues vaches et menues bestes a si grant plente que a peine porroit estre creu. A tout ce grant appareillement et a cele grant force se mist dedenz lempire de Costantinoble et commenca quanque il trova a plain prendre et gaster; et la ou il trovoit forteresces de citez et de chastiaus il prenoit tout de venue car riens ne li pooit contrester que il ne fondist tout a terre: si que touz li pueples de la terre senfuioit devant lui. Cele novele vint a lempereur que cil granz sires sorprenoit einsi sa terre. Il envoia sanz demeure par tout son empire et fist semondre ses oz et assembla tant de gent com il pot avoir mout efforciement por le besoing qui granz estoit. Quant ses genz furent venues il issi fors a tant de gent com il pot avoir a armes et se trest cele part ou il oi dire que cil Belfeth venoit. Il le trova par tens come celui qui ja estoit bien entrez en sa terre en parfont. Quant il sorent quil estoient si pres li un des autres si atornerent leur batailles por combattre et assemblerent cruelment et de mout grant corrouz come genz qui avoient entreus grant haine. Li Mescreant se combatoient pour essaucier leur loi et por croistre leur pooir sur leur anemis; li Crestien defendoient la foi Jhesucrist et vouloient garantir leur vies et leur franchises et tout quanquil avoient femmes et enfanz et leur pais. La bataille fu mout grant et mout cruele; merveilles y ot genz mors et sanc espandu et de ca et de la. Au derrenier li Grec ne porent soufrir le fez ne la grant plente de la gent mescreant si se metent au foir si desconfitement que nus ne prenoit retour de soi ainz sen aloient tuit sanz tenir route ne conroi chascuns par la voie ou il cuidoit mieus eschaper. Cil qui les suivoient en fesoient auques leur volente: mout en ocistrent et grant plente en pristrent de vis. Entre les autres fu li Empereres meismes pris. Ne fet mie a demander sil ot grant duel par toute la terre de ceus qui estoient venu de la bataille et des femmes et des enfanz des viellarz et du menu pueple qui ni avoient mie este. Belfeth icil prince mescreanz vit que il ot einsi pleniere victoire des Crestiens si monta en mout grant orgueil; car il se pensa bien que a peines trouveroit il mes point de barre qui li destornast a fere sa volente de lempire. Quant il se fu logiez et ses oz entour lui il fist venir devant lui lempereur qui estoit pris et sist en son faudestuel et tint ses piez seur le col lempereur en leu deschamel: ce fist pluseurs jorz. Et quant il chevauchoit il le fesoit mener avec lui: quant il montoit a cheval si li metoit le pie sur le col en lieu de perron et einsi au descendre. Ce fesoit il por despit et por honte de la foi Nostre Seigneur et du pueple crestien. Quant il ot einsi avillie et despit lempereur si le lessa aller et aucuns des barons que il tenoit. Et quant il fut revenuz en Costantinoble li baron de la terre tindrent a trop grant desenneur se cil qui einsi honteusement avoit este menez demoroit plus sur eus eu pooir et en la hautesce de lempire; si le pristrent et li creverent les eus puis li lessierent einsi a doleur finer sa vie. Cil princes mescreans Belfeth que je vos ai dit commenca einsi a porprendre toute la terre; si que il ot en pou de tens conquise des Laliche de Surie jusqua la mer quen claime le Braz saint George: ce dure bien .xxx. jornees de lonc et .x. de le ou .xv. en teus leus y a. Quant il vint au Braz si vout passer en Costantinoble qui est de lautre part de cele petite mer mes il ne pot mie trover assez nes. Ainsi touz li pueples crestiens de cele terre par leur pechiez furent desous cele cruel gent. Entre les autres cele sainte cite et cele noble ou messires sainz Peres sist premierement come chief de la Crestiente cest Antioche fu prise la darreniere et servie en treus. Einsi cil ot en sa baillie les terres que len claime Celesserie les deus Cilices Pamfilie Lice Licaone Capadoce Galace Bithinie et une partie de la meneur Aise. Toutes ces terres sunt mout plenteives et pleines de genz. Ces genz mescreanz comencierent a abattre les eglises et a grever le pueple si com leur plesoit; car uns si granz effrois et une si granz peor sestoit mise ez cuers des genz que il senfuioient tuit ne ne cuidoient pas estre asseur a sis jornees ou a set loing de celui Belfeth. Ce fu une chose qui merveilles greva la sainte cite de Jherusalem et le pueple de la terre: car tandis que li empires de Costantinoble estoit en bone pais et en son grant pooir mainz granz secors et maint bon confort de riches dons et de beles aumosnes venoient iluec au pueple de Surie et ausi de la terre dantioche; mes ore avoient il tout perdu ne navoit mes point desperance que aide ne secors leur venist mes de la; dont il cuidoient touz jorz estre en servage et en chaitivete sanz raencon.

X. Coment li Sarrazin tenoient les Crestiens en grant vilte.

Tandis com cil tens estoit si perilleus par la seignorie des mescreanz venoient toutevoies souvent en pelerinage et li Grec et li Latin en Jherusalem por prier Nostre Seigneur et crier merci que il nobliast pas einsi du tout son pueple. Mout venoient en grant peril car toutes les terres que il passoient estoient de leur anemis et sovent i estoient desrobe et ocis; et quant il pooient eschaper et venoient jusqua la sainte cite ne pooient entrer enz se chascuns ne paioit un besant de treu; dont il avenoit que cil qui estoient despoillie en la voie navoient dont il peussent ce treu paier ne len ne les laissoit pas entrer enz. Por ce si avoient hors froit et fain et grant mesese et en i moroit assez. De ce estoient mout greve li crestien de la ville car il sostenoient les vis de ce que il pooient et les morz leur covenoit a enterrer et querre ce que mestiers estoit aus uns et aus autres. Cil qui pooient entrer en la ville les grevoient encor plus; car quant il aloient visiter les sainz leus de la cite len en murtrissoit pluseurs en repost et leur fesoit len assez hontes en apert. Len leur ruoit boe len leur crachoit emmi les vis et les batoit len. Por ce cil de la ville qui avoient aucunes acointances aus mescreanz les suivoient et conduisoient par leur pelerinages por eus garantir selonc leur pooir. Il avoit en la ville une eglise de ceus de Melfe qui est une cite de Puille: cele eglise a encor non Saint Marie de la Latine; et delez avoit un hospital de povres ou il avoit une chapele que len clamoit Saint Jehan Eleymont. Icil sainz Jehans fu patriarches de Alixandre. Li abes de cele eglise de Nostre Dame avoit en sa cure et en sa porveance cel hospital et leur porchacoit ce que mestiers leur estoit selon sa povrete. Iluec estoient receu tuit li povre pelerin qui navoient dont vivre et mout estoit la meson de grant charite. Einsi estoit li pueples crestiens a grant mesese en la ville. Mes seur toute rien leur desplesoit que quant il avoient fetes leur eglises par les Sains leus en la ville a granz travauz et a granz couz et li provoire tel come il les avoient fesoient le service Dame Dieu li mescreant venoient enz a grant noise et a grant chuflois et sasseoient sur les auteus espandoient les calices brisoient les lampes et les cierges et por plus corocier toute la Crestiente il prenoient sovent le patriarche qui i estoit lors par la barbe et par les cheveus et ruoient a terre et defouloient a leur piez; dont toute la Crestientez avoit grant duel et grant pitie. En ces doleurs et en ces meseses furent li Crestien en la terre de Surie si com je vos ai dit desus .cccc. anz et .iiii xx. et .x.; et toutevoies crioient a Nostre Seigneur merci a sospirs et a lermes et li prioient mout doucement quil ne les obliast du tout. Mes li Sires qui apres la tempeste et le tens oscur set bien ramener la clarte et la belle seson regarda sa gent en pitie et leur envoia confort et delivrance des tormenz ou il avoient si longuement este et vos dirai coment.

XI. Coment Pierres li ermites vint en Jherusalem.

Bien vos ai dit desus que de maintes terres venoient pelerins en Jherusalem. Entre les autres en vint un qui estoit du reigne de France nez de leveschie damiens: cest a dire Pierres qui avoit este ermites en bois: por ce lapeloit len Perron lermite. Cist estoit petiz hom de cors et einsi come une despite chose par semblant: mes merveilles estoit de grant cuer de cler engin et de bon entendement; et parloit trop bien. Quant cil vint a la porte de Jherusalem il paia le treu dun besant et entra en la cite; hebergiez fu chez un crestien mout preudome. Pierres si com il estoit sages et enqueranz demanda mout a son oste de lestre de la ville et coment li Crestien se contenoient souz ces mescreanz et en quel point leur seigneur les menoient. Cil qui longuement avoit este en la ville li conta mout ententivement les erremenz des tens trespassez et coment la Crestientez avoit este longuement defoulee et li Saint leu desennore qui estoit doleur a oir. Il meismes qui demora une piece en la ville por son pelerinage parfere aprist et aperceut grant partie de la chaitivete ou li Crestien estoient. Il oi dire que li patriarches de la ville estoit preudom et religieus Simeons avoit non. Si se pensa Pierres quil iroit parler a lui et li demanderoit de lestat des eglises du clergie et du pueple. Il vint a lui et si com il avoit pense li demanda de ces choses. Li Patriarches aperceut bien a ses paroles et a sa contenance quil estoit hom qui doutoit Dame Dieu et sages et apercevanz; si li commenca a conter mout a loisir toutes les meseses de la Crestiente. Quant Pierres oi ces douleurs de la bouche au preudome quil creoit mout ne se pot tenir que il ne sospirast mout de parfont et ploroit mout grosses lermes de pitie et demandoit mout sovent au Patriarche se len porroit metre conseil en cel afere et coment. Li preudom li respondi einsi: Frere Pierre sospirs et lermes et prieres a Nostre Sires assez eues de nous se il recevoir les vousist; mes nous apercevons bien que encor ne sunt mie espurgie nostre pechie ainz savons certeinnement que nous somes encore en la coupe quant Nostre Sires qui est si droituriers nous tient encore en la peine. Mes mout est grant renommee en cest pais que li pueples doutre les monz nomeement la gent de France sont mout bon crestien et mout ferm; et por ce Nostre Sires les tient a cest jor dui en grant pais et en haute poissance. Se cil voloient avoir pitie de nous que il en priassent Nostre Seigneur ou en preissent conseil de nous secorre nous avons certeinne esperance que Dame Dieu nous aideroit par eus et leur envoieroit sa grace por acomplir nostre besoigne. Car vos veez bien que des Greus et de lempire de Costantinoble qui sunt nostre voisin et einsi com parent nous ne poons avoir ne aide ne conseil; car il sunt tuit destruit ne pooir nont il mie de leur terre meismes sostenir et deffendre. Quant Pierres oi ce si li respondi en ceste maniere: Beau douz peres voirs est ce que vous avez dit de la terre dont je sui; car par la merci Nostre Seigneur mout y est la foi Jhesu Crist mieus tenue et gardee quele nest en ces autres terres que jai trespassees puis que je parti de mon pais; et je crois certeinnement que se nostres sires li Apostoles et li prince de nos terres de la outre savoient la mesese et le servage en quoi cil mescreant vous tiennent je ai esperance en Dame Dieu et en leur bones volentez que il metroient conseil et aide en vostre afere. Por ce vous loeroie une chose se vos cuidiez que je die bien: que vous sanz demorance envoissiez vos lettres a nostre seigneur lapostoile et a leglise de Rome aus rois et aus princes et aus barons docident en que vos leur feissiez asavoir coment il vos est et leur criissiez merci que il por Dieu et por la foi vous secorreussent en tel maniere que Dame Dieu i eust enneur et il i eussent preu a leur ames: et por ce que vous estes povre gent ne navez mestier de fere grant despens se vos cuidiez que je fusse soufisanz a si grant message je por lamor de Jhesucrist et por remission de mes pechiez enprendroie ceste voie; et moffre bien au travail et bien vous pramet que je loiaument leur ferai entendant coment il vous est se Dame Dieus me meine jusque la. Quant li Patriarches oi ce si ot mout grant joie; il manda les greigneurs homes de la Crestiente et clers et lais et leur dist la bonte et le servise que cil preudom leur offroit. Cil en furent mout lie et mout len mercierent. Sanz demeure firent lescrit et le li baillerent seele de leur seaus.

XII. Coment Pierres li Ermites vient a lapostoile por les Crestiens de Surie.

Vraiement est Nostre Sires granz et piteus ne ne let mie ceus perir qui ont en lui ferme esperance; et quant laide faut des homes lors envoie Dieus la seue: et ce puet len veoir en ceste oevre. Car dont puet il venir a ce povre home qui estoit despite persone las et debrisiez de si grant voie que il osa si grant afere emprendre. Coment pot il cuidier que Nostre Sires vousist si grant oevre accomplir par lui et delivrer son pueple de la chaitivoison ou il avoit este pres de .v c. anz. Mes cist hardemenz li venoit de la charite que il avoit en lui et la foi ovroit en lui por lamor que il avoit a ses freres. Por ce voloit il abandoner sa vie por delivrer eus de la mort. En icez jors ravint une chose qui mout li esleva son cuer a porsuivre cele emprise. Car cil bons hom quant il li orent leur message enchargie aloit plus sovent que il ne souloit par les sainz leus de la cite; et vint un soir a leglise du Sepucre. Si fist soroison a mout grant plente de lermes. Apres ce il sendormi sur le pavement et lui fu avis que Nostre Sire Jhesucrist venoit devant lui et li encharjoit ce message meismement et li disoit: Pierre lieve sus haste toi et vas seurement la ou tu as empris; car je serai avec toi. Il est tens desormes que ma sainte cite soit neteiee et que mes gens soient secoreues. Pierres sesveilla en ce et fu des ilec en avant plus abandones a la voie et ausi seur come se la besoigne fust ja fete. Il atorna son erre et ot le congie et la beneicon du Patriarche. Si descendi a la mer et trova une nef de marcheanz qui voloient passer en Puille. Cil entra enz la nef ot bon vens et en pou de tans arriva a Bar. Pierre issi hors et vint par terre a Rome. Il trova eu pais pape Urbain; il le salua de par le Patriarche et les crestiens de Surie; mostra li leur letres et de boche li dist mout loiaument et mout sagement les doleurs et les viltez ou la Crestientez estoit en la Sainte terre com cil qui certeins estoit de la verite et bien le savoit dire.

XIII. Du contens qui fu entre le pape Grigoire et lempereur de Rome des aniaus et des croces des evesques et des abes.

En ice tens Henris li rois dalemaigne qui estoit empereres de Rome avoit eu mout grant contenz a pape Grigoire le setiesme qui avoit este procheinnement devant cest Urbain. Et estoit la descorde des aniaus et des croces aus evesques morz de lempire. Car une tele costume avoit ja coru grant piece que quant li prelat estoient mort len aportoit a lempereur les aniaus et les croces de chascun et il les bailloit a ses clers et a ses chapelains ou a qui que il voloit et mandoit ez eglises que len les tenist por evesques ou por arcevesques sanz autre election et sanz autre esprueve. Par coi Sainte eglise estoit domagiee mout laidement; car il i envoioit le plus des foiz teles persones qui ni avoient mestier. Li apostoiles Grigoires vit que cele costume estoit contre droit escrit et contre toute droite raison; si pria mout doucement lempereur et amonesta pluseors foiz que il por Dieu et por Sainte eglise et por same se soufrist de cele chose qui ne li apartenoit mie. Li Empereres nen vout riens fere; por quoi li Apostoiles lescomenia. Cil en ot si grant despit et si grant desdaing que il commenca a guerroier tout apertement leglise de Rome et encontre lapostoile si fist sordre un aversaire larchevesque de Ravene qui avoit non Girberz et estoit bien letrez et trop riches. Icist se fia trop en laide lempereur et en la plente de son avoir; si vint a Rome et gita lapostoile de son siege par force. Il fu si fous du grant orgueil que il avoit que il oblia le sens et la raison que il devoit avoir par sa letreure et se mit eu siege et se fist tenir por apostoile com cil qui bien le cuidoit estre. Je vous dis desus que en ce tens la Crestientez estoit mout empiriee par trestout le monde et mout avoit len oblie les commandemenz de levangile et de toute Sainte eglise. Si coroient abandonneement aus oevres au deable et a touz pechiez; et quant cele descorde et li cismes refu si granz lors parfu toute loiautez et toute la foi Jhesucrist ausi come perie. Len prenoit les evesques les abez les provoires; len les batoit et metoit en prison et toloit len toutes leur choses; len metoit autres evesques et autres abez en leur leus; nomeement a ceus qui ne se tenoient devers lempereur en ce contenz faisoit len toutes les hontes. Li Apostoiles vit que len ne li obeissoit pas si com len devoit et estoit en peril de sa vie; si sen alla en Puille par laide et par le conseil Robert Guichart qui lors estoit sires de la terre. Icil Robers fist a lapostoile et a ses genz tant denneur et tant de servises et de bontez com cil en voloient prendre et plus encore. Au darrenier li Apostoiles sen alla en Salerne et acoucha malades et fu morz iluec et enterrez. Li Cardonau qui la estoient eslurent un autre qui ot non Victeurs qui ne dura que deus mois. Apres celui fu esleuz icist Urbains dont je vos ai parle. Icist vit que li Empereres estoit encore en sa malice et en son corrous si ne sosoit pas abandonner a son pooir ainz se reponoit et tapissoit ez forteresces a aucuns des barons qui por Dieu le recevoient a grant doute. Tandis com il estoit en ce point vint a lui Pierres li ermites et li aporta le message de par les crestiens doutre mer. Li apostoiles connut bien la bonte et le sens et la religion qui estoit en Perron et li respondi mout doucement: et li dist que sen alast delivrement aus princes et aus barons du regne de France parler de la besoigne que il aportoit; car sil pooit eschaper sauvement des mains lempereur il meismes avoit empense quil passeroit les monz et se treroit vers ces parties por aidier a cele besoigne se il pooit. Pierres fu mout liez du bon respons lapostoile. Si passa Lombardie et les monz et vint en France. Si commenca a cerchier les Barons et a requerre les touz ausi com sil fust envoiez nomeement a chascun. Il leur savoit bien dire queus hontes et queles descovenues li Mescreant fesoient aus crestiens qui estoient la outre. Ce meismes contoit il au menu pueple; car il les assembloit et leur contoit si bien le doulereus estre de la terre de Jherusalem que maintes lermes en fist plorer ne navenoit nule foiz que il ne feist aucun fruit la ou il disoit ceste parole; et mout leur atendrissoit les cuers a metre secors en cele terre. Et tout einsi com messires sains Jehans Baptistes preescha avant por fere voie a la parole Jhesucrist einsi disoit Pierres cele parole et cele novele ainz que li Apostoiles venist par coi quant il vint fu mieuz receus et escoutez et plus fist de la besoigne Dame Dieu.

XIV. Coment li Apostoiles vint en France et assembla grant concile.

En lan de lincarnacion Nostre seigneur milliesme et quatre vins et quinziesme reignoit li quarz Henris rois dalemaigne et empereres de Rome: li quarante troisiesmes anz estoit de son roiaume de lempire li douziesmes. En France reignoit Phelipes li filz Henri. Lors vit Urbains li apostoiles que li mondes estoit mout empiriez et atornez a mal: si tint un concile des prelaz ditale a Plesence ou il fist establissemenz par leur conseil damender les meurs du clergie et de la gent laie. Apres il sot que il nestoit mie asseur eu pooir lempereur si passa les monz; et vint eu regne de France. Il trova la la gent mal endoctrinee et trop abandonee a pechie; charite faille et guerres et descordes entre les greigneurs homes. Si se pensa que ses mestiers estoit de fere amender la Crestiente. Il semont un general concile de touz les prelaz qui estoient entre les monz et la mer dengleterre. Cil conciles sist premierement a Verzelai lautre foiz au Pui Nostre Dame la tierce foiz a Clermont en Auvergne; et sist eu mois de novembre. La ot assez arcevesques evesques abez et granz persones de Sainte eglise de ces parties. La ot par commun conseil pluseurs commandemenz donez por amender et clers et lais por eschiver pechie et por bones meurs recovrer. Iluec fu reformee toute Sainte eglise dont elle avoit mout grant mestier. Entre les autres fu Pierres li ermites qui la besoigne qui li fu enchargiee noblia pas ainz en amonesta priveement chascun des prelaz et le commun en pria en apert mout bien et mout sagement.

XV. De ce meismes.

Lors prist li Apostoiles la parole et fist un mout bel sermon a tout le concile et leur mostra que grans hontes estoit a touz crestiens de nostre foi qui estoit einsi destruite et pres que faillie la ou elle commenca; et granz peors pooit estre et grant doute sele failloit en la fontaine quele ne durast mie ez ruissiaus qui par le monde en estoient coru. Et bien leur dist que grant despit en deussent il avoir et prendre sur eus tuit li vrai crestien de Jhesucrist qui estoit ainsi desheritez par leur defaute et ses pais estoit livrez a ses anemis. Bien leur prometoit il que se il i avoit aucun qui vousist emprendre ce pelerinage toutes penitences il li changeoit en ceste; et se il moroit en cele voie confes et repentanz il prenoit sur soi quil auroit sans delaiance la joie de paradis. Dautre part tandis com il seroient en cest servise il seroit en la garde de Sainte eglise il et les seues choses si que cil qui domage li feroient seroient escommenie. Et ce commanda einsi a garder a touz les prelaz qui estoient au concile. Einsi leur dona congie et leur enjoint que chascuns en son pais preeschast cest pelerinage et cest pardon; et leur dist que tuit se traveillassent a pais fere des guerres ou a doner longues treves.

XVI. Coment li menuz pueples se croisa por aler outremer.

Nostre Sires dona sa grace a lapostoile en celle parole Dame Dieu que il dist; si que mout fu fichiee et enracinee ez cuers de ceus qui loirent: et non mie seulement de ceus qui estoient present a la parole mes de touz les autres cui ele estoit recordee; car li evesque sen alerent en leur pais et preeschierent a leur pueples si com il leur avoit este commande. Bien savez que fort chose est et griez a lessier son pais sa femme et ses enfans et son lignage et a guerpir ce que len aime par nature; mes quant len sapense quel guerredon len attent de ce fere Nostre sires met une amor et une tendreur de soi en cuer du pecheur na point de pooir natureus amors contre la charite Dame Dieu ne la char contre lame. En cele chose le pot len apercevoir certeinnement; car la gent du regne de France et li grant baron et li mendres pueples qui estoient si acostume a pechiez et desacostume de bien fere si com je vos ai dit desus puis que il oirent cele parole empristrent si viguereusement la besoigne Dame Dieu et se voerent a ce pelerinage com vous orrez. Car il sembloit que chascuns deust sur soi prendre tous seus a vengier le tort et la honte que li Mescreant fesoient a Nostre Seigneur et a son pueple en sa terre de Jherusalem. Vos veissiez que li mariz se partoit de sa femme et la femme du mari li peres des enfanz et li enfant du pere et sembloit que chascuns se vousist partir de quanque len aime en cest siecle por gaaignier la joie de lautre. Uns si granz effrois et uns si merveilleus esmovemenz estoit par toute cele terre que a peine trovissiez meson de que aucuns neust enprise cele voie. Ne vos di mie que tuit cil qui i alerent eussent bien sage achoison ne trespure entencion a Dame Dieu; car neis li moine issoient des cloistres sanz congie de leur abez et li reclus meismes issoient de la ou il estoient enclos por Dame Dieu et sen aloient avec les autres. Des genz du siecle i avoit pluseur qui fesoient le veu por leur amis qui i aloient; li autre por boban quen nes tenist a mauves se il remansissent. Teus en i avoit qui vouloient eslongier leur creanciers et avoir respit de leur detes. Mes qeles que fussent les entencions dedenz les cuers il sembloit bien par la grant emprise qui dehors se mostroit que Nostre Sires i ouvrast; et bien estoit mestiers que cest pelerinage fust en ice tens si esleve; car tant avoit des pechiez eu monde qui avoient esloigne la grace de Nostre Seigneur que bien covenoit que Dame Dieu leur mostrast un adrecoer par ou il alassent en paradis et leur donast un travail qui fust einsi come feus purgatoires devant la mort. Au concile presentement voa ce pelerinage li bons evesques du Pui qui ot non Aimarz qui fut legaz puis en cel ost et se contint mout sagement et mout loiaument. Ausi repromist iluec la voie Guillaumes li evesques dorenge qui estoit mout sainz hom et mout religieus. Assez i ot des autres qui ne furent mie au concile qui emprenoient ce veu meismes. Li Apostoiles avoit commande et einsi le fesoient li evesque tenir que tuit cil qui a ce pelerinage se lioient mettoient le signe de la croiz sur la destre espaule por lenneur de celui qui le torment de la croiz porta a ses espaules por nous sauver; et accomplissoient ce que Jhesucrist dist en levangile: Qui veut venir apres moi renie soi meismes et preigne la crois et me suive. Bien renioit soi meismes cil qui lessoit quanque la char aime pour le sauvement de lame. Quant uns des granz barons sestoit croisiez en une terre touz li menuz pueples de ce pais qui estoit ausi croisiez venoit a lui et leslisoient a chevetaine et li fesoient feeute por avoir saide et sa garantise en la voie.

XVII. Ci devise les haus homes et les haus barons qui se croisierent.

Du regne de France et dalemaigne se croisa Hues li maines freres le roi de France; Roberz li cuens de Flandres; Roberz li dux de Normendie filz le roi Guillaume dangleterre; Estienes li cuens de Chartres et de Blois qui fu peres le conte Tibaut le viel qui gist a Leigny; Raimonz li cuens de Toulouse et maint chevalier de sa terre; et li vaillanz honz Godefrois de Buillon dux de Lohereine et avec lui si dui frere Bauduins et Eustaces et uns leur cousins Bauduins de Borc qui estoit filz le conte Hue de Retest; li cuens Garniers des Gres Bauduins li cuens de Henaut; Isouarz li cuens de Die; Raimbauz li cuens dorange; Guillaumes li cuens de Foreis; Estienes li cuens de Aubemarle; Rotrou li cuens de Perche; Hues li cuens de saint Pol; et maint autre baron et chevalier qui nestoient pas conte: Raous de Baujenci Everarz du Puisat Guis de Garlande seneschaus le roi de France Thomas de la Fere Guiz de Possesse Gales de Chaumont Girarz de Cherisi Rogiers de Barneville Henris de Asque et Godefrois ses freres Centons de Montpellier Girarz de Roussillon. Bien poez savoir que avec cestes gent se croisierent mout grant plente de chevaliers et dautre gent estre la grant tourbe du menu pueple que Pierres li ermites avoit concueilli eu regne de France et en lempire dalemaigne. Outre les monz meismes se croisa Buiemonz li princes de Tarente qui fu filz Robert Guichart qui fu dux de Puille; et Tancrez ses nies filz de sa sereur; et maint autre grant baron de cele terre qui nestoient mie si renomme ne si aparissant come cist. Mout estoient grant li apareillement et li atour merveilleus que len faisoit pour ce pelerinage. Li grant home lavoient einsi empris que sitost com livers seroit passez que il se metroient a la voie. Ce proposement meismes avoient li menu pelerin. Li Baron si come il estoient plus acointe li un des autres sentreenvoioient messages et letres por daler ensemble et sentredemandoient le tens de la meute et le chemin que il tendroient. Et quant li marz fu venuz lors veissiez chevaus appareillier sommiers palefrois et destriers; tentes et paveillons faire armeures chargier: bien poez savoir que ce sembloit atirement de tresgrant chose. Li baron sestoient acorde que il niroient mie tuit ensemble car nule terre ne les peust soufrir ne trover ce que mestiers leur fust; dont il avint si com vos orrez que tuit li ost ne sassemblerent onques jusque il vindrent a la cite de Nique. La menue gent ne se chargeoient pas mout de tentes ne darmeures; car il ne les peussent porter; si se garnissoient chascuns selonc ce que il estoit et de deniers et davoir. Quant li jors de la muete venoit selonc ce que il estoit nomez en un pais la veissiez grant doleur et granz plors et grant criz au departir des pelerins; car pou i avoit ostel dont aucuns ne sen alast et teus y avoit dont toute la mesnie sen aloit ensemble. Car il menoient les femmes et portoient les petiz enfanz. Merveilleuse chose estoit a veoir meismement pour ce que jusqua ce jor teles muetes nestoient mie acostumees en France ne onques mes jusqua ce concile navoit len croiz portee pour pelerinage.

XVIII. Coment la muete Gautier Sans avoir se mist a la voie et fu presque toute perdue.

Li an estoient de lincarnacion Jhesucrist mil et quatre vinz et seze eu mois de marz. En luitiesme jor du mois mut uns gentils homs et preus chevaliers qui ot a non Gautiers Sans avoir en seurnon. Avec cestui murent merveilles grant plente de gent a pie; car genz a chevaus mout avoit il pou en cele route. Il passerent par Alemaigne et se trestrent vers Hongrie. Li reignes de Hongrie est touz ceinz et avironez de granz eaues et de lees mareschieres et de parfondes paluz; si quon ni puet ne entrer ne issir se par certeins leus non et par estretes entrees qui sont ausi com portes de la terre. En Hongrie estoit lors rois uns mout vaillanz hom bons Crestiens qui avoit non Calemans. Cil sot que Gautiers venoit par sa terre a tout grant gent: si en ot grant joie et tint mout a bien le pelerinage que il avoient empris. Deboneirement les recut en sa terre et commanda quil eussent par tout son regne viandes a bon marchie et quanque mestiers leur seroit. Li pelerin passerent toute Hongrie mout enpais deci la quil vindrent en la fin et troverent une eaue courant qui a non Maroe: cest la bonne de Hongrie envers Orient. Il passerent cele eaue mout enpais et entrerent en Bougrie. Nequedent Gautiers ne sot mot que aucuns de sa gent remestrent outre la bonne et vindrent en un castel qui a non Malevile por acheter viandes et autres choses dont il avoient a fere. Et li Hongre virent que touz li oz estoit passez fors ces qui estoient pou; si les despoillerent et batirent et firent trop de honte; puis les en lessierent aler. Cil passerent leaue et vindrent a lost conterent a Gautier et aus autres et mostrerent apertement coment il avoient este malmene sanz nul forfet. Cil en orent mout grant duel et eussent repasse leaue arrieres se il ni eust si grant peril et si grant destorbement. Si se penserent que il iroient leur voie et lesseroient cele chose a vengier sur celui en qui servise len leur avoit ce fet. Tant alerent quil vindrent a Belegrave qui est la premiere cite de Bougrie. Gautiers envoia au duc de la ville et li requist que il leur lessast iluec acheter viandes: cil le li vea ne ne soufri que len leur vendist rien. Li oz ot grant soufrance si ne se porent tenir que grant partie deus nalassent en fuerre pour eus et pour leur bestes. Il troverent grant plente de bestes par le pais que il pristrent et amenerent aus heberges. Quant cil de la terre loirent dire si sarmerent a grant plente de genz; il corurent la ou cil amenoient les proies et se combatirent a eus et leur rescoustrent. Assez en ocistrent et le remenant chacierent. Jusques a set vins des nos se ferirent en un mostier que il troverent por estre a garant; mes li Bougre vindrent entour et mistrent le feu en leglise; si les ardirent touz. Gautiers vit quil menoit avec lui assez de foles genz quil ne pooit pas metre en conroi: si se trest avec ceus qui croire le vourent vers les forets de Bougrie qui mout sont longues et lees: et sen commenca a aler au plus sagement et au plus coiement que il pot; tant que il vint a une cite qui a non Stralice et est en une terre que len claime Danemarche la meiene. Iluec trova un preudome qui estoit dux de cele terre. Quant cil sot qui il estoient et ou il vouloient aler si les receut mout debonnerement; viandes et autres choses leur fist avoir a bon marchie et servises et bontez leur fist assez. De loutrage quen leur avoit fet a Belegrave leur fist adrecier et rendre ce quil en porent recovrer. Par desus ce il leur bailla bon conduit et seur jusque il vindrent en Costantinoble. Li Empereres envoia querre Gautier: cil vint devant lui et li dist lachoison de sa voie et que il voloit iluec atendre Perron lermite par qui commandement il amenoit ces pelerins. Quant li Empereres oi ce debonnerement le recut et li assena un beau leu hors de la vile ou il se logeroient; et commanda que il eussent viandes a tout leur estovoirs a bon marchie.

XIX. Coment Pierres li ermites et si compaignon murent.

Ne demora mie grant tans que Pierres li ermites vint de son pais a tout grant plente de gent qui furent esme a quarante mille. Il vindrent en Lohereine et passerent Francoine Baviere et Osteriche et se trestrent vers Hongrie. Pierres envoia messages au roi de la terre que il les lessast passer; cil leur manda que il leur en donoit bon congie sil voloient aler leur chemin enpais sanz meslees et sanz outrage faire. Cil respondirent que il estoient pelerin Nostre Seigneur ne navoient talant de troubler la pais. Einsi entrerent eu regne de Hongrie et passerent par la terre sanz nul contenz. Viandes et autres choses orent assez a bon marchie; et a la fin il vindrent au chastel dont je vos ai parle qui a non Malevile. La oirent dire que len avoit fet iluec aus genz Gautier Sanz avoir mout grant outrage et virent encore les armes et les despueilles de leur compaignons qui la avoient este desrobe pendre aus murs du chastel et pour enseigne de victoire. Nostre pelerin qui ce virent en furent tuit desve: si corurent aus armes et sentrecomencent a semondre et a amonester de bien fere. Il pristrent la ville a force; quanque il trouverent de denz decouperent tout fors aucuns qui se ferirent en leaue et furent noie. Len trova que morz en i avoit de ceus quatre mille; de la gent Perron i ot perdu entour cent. Quant cele chose fu einsi faite li oz trouva leans grant plente de viandes et demoura cinq jors en ce leu. Li dux de Bougrie qui avoit non Nicita entendi coment cil pelerin avoient vengie leur compaignons contre ceus de la ville; si se douta pour ce que il avoit vee les viandes a nostre gent et si en avoit assez ocis. Avis li fu que Belegrave nestoit mie assez fors; pour ce lessa la ville et se mist en un plus fort chastel. Ausi tuit cil de la cite sen issirent a toutes leur choses et enmenerent leur bestes ez parfondes forez. Pierres tandis com il demoroit a Malevile oi dire certeinnement que li rois de Hongrie avoit oie la mort de sa gent dont il estoit mout iriez et semonoit et assembloit gent quanquil en pooit avoir por vengier ses homes qui estoient ocis. Se il se douta ne fu mie merveille. Por ce il fist assembler toutes les nes que il pot et en la rive devers lui et en lautre et fist ses genz passer mout hastivement et les chars et les charretes et les bestes. Merveilles enmenoient grant proie et emportoient granz richeces du chastel de Malevile que il avoient pris. Quant il furent outrepasse en la Bougrie il vindrent devant Belegrave; si troverent la cite toute vuide car tuit sen estoient fui. Puis alerent .viii. granz jornees par granz forez tant que il vindrent devant une cite qui a non Niz. Icele ville troverent mout fort de siege et mout bien fermee de granz tours et de forz murs; dedenz avoit mout grant garnison et mout bone de toutes les meilleurs genz de la terre atout grant plente darmeures et de viandes. Pierres li ermites et ses oz troverent un pont de pierre par quoi len passoit outre une eaue corant assez pres de la cite. Il passerent ce pont et se logierent entre leaue et la ville. Et pour ce que il navoient mie assez viandes Pierres envoia messages au seigneur de la ville et il pria mout dolcement que il et sa gent qui crestien estoient vosissent que cil pelerin que il menoit au servise Dame Dieu poissent acheter des viandes de la ville a resnable marchie. Cil manda a Perron que ce ne souferroit il pas que il entrassent en la ville; mes se il li voloit doner bons ostages que sa gent ne feroient ne tort ne force ne outrage a ses marcheans ne aus autres genz qui istroient hors por vendre leur denrees il leur en feroit assez envoier par resnable pris. Quant Pierres et sa gent oirent ce si furent mout lie; il leur baillerent bons ostages et tantost cil de la ville vindrent hors a tout grant plente de viandes et dautres choses qui mestier ont en ost.

XX. Coment li Tyois bouterent le feu ez moulins de Niz.

Mout fu cele nuit li pueples des pelerins raemplis de touz biens qui mout en avoient eu grant mestier; car mout avoient ale longuement sanz trouver bone ville et mout leur furent cil de la cite debonnere et resonable. Au matin il demanderent leur ostages; il les orent volentiers: puis se mistrent a la voie mout enpais. Mes or orrez coment li deables traine sa poe por destourber bones oevres. En cele compaignie avoit Tyois qui estoient mout fol et mout meslif. Aucun deus avoient le soir devant tencie a un des marcheanz de la ville et cil a eus: ne plus ni avoit eu. Quant li oz sen partoit cil Tyois sassemblerent jusqua cent et por venjance de la tencon il pristrent set molins qui estoient au pont pres de la ville il i mistrent le feu et les ardirent tantost. Ne ce leur fu mie assez; ainz avoit un petit bourc hors de la cite que il mistrent einsi tout en cendre; puis se mistrent a la voie apres les autres qui mot ne savoient de ceste chose. Li sires de la ville qui assez leur avoit fet debonnerete le soir vit que il ne len rendoient pas bon guerredon: si fu ausi com desvez et la felonie que pou de gent li avoit feite mist sur tout lost; dont il fist mal. Il fist tantost armer toute la ville et issir hors a cheval et a pie; si venoit avant et mout prioit toute sa gent et amonestoit quil se penassent de vengier en ces desloiaus routiers loutrage que il avoient fet. Quant il aprouchierent de lost il trouverent premierement ces Tyois malfaiteurs qui navoient pas encore aconseuz les autres; il leur corurent sus si les descouperent touz. Lors deust estre assez; mes il ne se tindrent mie a tant; ainz se ferirent en la darreniere partie de lost qui riens ne cuidoit douter. Il troverent chars et charretes sommiers malades vielles genz femmes et enfanz qui ne pooient mie si tost aler: assez en ocistrent; les autres entrainerent touz liez; les charrois enmenerent. Ainsi retornerent en leur cite tuit taint et ensenglante du sanc aus Pelerins.

XXI. Coment la gent Pierre lermite furent desconfit.

Pierres sen aloit et la grant compaignie de lost qui mot ne savoient de ce quant uns messages vint apres eus sur un cheval mout corant qui leur conta la grant mesaventure qui estoit avenue en la queue de lost. Pierres envoia tost a ceus qui estoient devant que il retornassent. Puis pristrent conseil que il feroient; si sacorderent que il retornassent arrieres la voie que il estoient venus jusqua la cite de Niz. En cele retournee il trouverent assez choses qui leur desplesoient car il veoient leurs compaignons gesir touz depeciez par le chemin. Mout i avoit grant duel et granz pleurs: li uns trouvoit son pere mort li autres son frere ou son fil li autres avoit sa femme perdue ou sa fille: assez i avoit de descovenues. Pierres qui avoit sentencion pure a Dame Dieu ne tendoit se a ce non que il poist apaisier la malice et abessier la descorde qui estoit sourse eu pueple; il envoia preudomes et sages au seigneur et aus greigneurs homes de la cite pour demander par quele achoison il avoient fet ces maus et ces cruautez au peuple Dame Dieu. Cil leur respondirent que ce avoit este au tort des pelerins et leur mostrerent les outrages et les arsons que cil leur avoient fet premiers. Quant Pierres et li preudome qui avec lui estoient oirent ce bien penserent que nestoit mie leus ne tens de vengier toutes leur hontes; pour ce voudrent atorner la chose a pais et a acort pour recovrer les prisons la proie et le charroi que cil en avoient mene de leur ost. Ja estoient les choses entreus acordees et apaisiees; estes vos que une grant noise et uns granz effroiz sourt en lost; car il i avoit fole gent du menu pueple qui ne vouloient soufrir que cil de la ville fussent apaisie aus noz ainz vouloient vengier par force loutrage que cil lor avoient fait. Pierres senti que ceste chose tourneroit a mal; si envoia des sages homes et des greigneurs de sa compaignie a ceus de la que il se tenissent enpais: il nen voudrent riens fere. Pierres meismes i vint et fist crier le ban de par soi et de par les barons de lost que nus ne fust si hardiz quil se meust por aidier a ceus qui vouloient brisier la pais qui avoit este fete et ce leur commandoit sur leur pelerinage seur la feaute et seur lobedience que il li avoient promise. Quant cil de lost oirent ce si ne se croulerent. Li message qui estoient ale en la ville por lacordement de ce qui avoit este fet virent que la noise croissoient en lost plus et plus; si sen retournerent a leur genz sans faire ce que il avoient quis et se penerent avec Perron de deffaire le contens. Mes il ni orent nul pooir car il i ot bien plus de mil pelerins que nul ne pot retenir que il ne sen alassent tuit arme envers la ville. De la cite en issirent bien autant ou plus contre ceus. Iluec commenca la bataille et la meslee mout espesse: si sentrecomencierent a ocire mout abandoneement. Pierres et ses granz routes ne se movoient ne ne fesoient fors esgarder la bataille. Cil de la ville qui estoient aus murs et aus fenestres virent que la leur gent en avoient le peeur et aperceurent que li granz pooirs de lost ne sentemetoit de cele guerre; et penserent que cil qui seur leur pois sestoient mesle ne deussent avoir deus nule aide; si ouvrirent les portes et issirent fors a granz routes tuit arme; si se ferirent en la meslee. Il trouverent des nos bien .v c. sur le pont; il sadrecierent a eus et les ocistrent trestouz fors une partie qui se ferirent en leaue ou il furent perdu. Quant li granz oz vit einsi lor gent mener a mal ne le porent soufrir; ainz crierent aus armes et se ferirent en la bataille li uns apres lautre si com il porent estre arme. Li pueples menuz qui avoit comencie la meslee se desconfist premiers et sen comencierent a foir si tres durement que riens ne les pooit arester. Il comencierent a abatre ceus a cheval les leur meismes qui aidier leur venoient dont il estut que li preudome fussent desconfit avec eus. Cil de la cite qui furent en leur pais pres de leur recet les comencierent a chacier mout efforciement a abattre et a ocire. Au darrenier quant il orent les noz bien esloigniez si sen retornerent par le hernois; le charroi enmenerent tout et quanque remes estoit; femmes et enfans et tous ceus qui foir ne porent menerent en prison. Bien y ot que morz que perduz de la gent Perron .x. mille et tout le hernois de lost gaaignerent li Bougre. Uns chars i fu perduz qui estoit Perron lermite tout chargiez de lavoir que len li avoit done en France por secorre et por sostenir les mesaisiez de lost. Cil qui porent eschaper de cele desconfiture se ferirent ez forez et se reponnoient en valees parfondes. La nuit et lendemain sentrecomencierent a apeler et a juper par le bois et a soner buisines et menuaus tant quil se comencierent a assembler trestuit et se receurent en un tertre.

XXII. Coment Pierres li ermites et les gens qui li estoient demorez vindrent en Costantinoble.

Au quart jor furent auques tuit ensemble entour Perron et furent encore .xxx. mille. Mout estoient a grant meschief come cil qui perdu avoient de leur amis et de leur genz assez et chascuns pres que tout son hernois. Mes ne lessierent mie por ce que il ne se meissent a la voie que il avoient emprise a grant mesese et a grant soufrete de viandes. Si com il estoient en tel point il virent venir encontre eus les messages lempereur de Costantinoble qui parlerent a Perron et firent assembler les granz homes et les chevetaines por oir le mesage que il aportoient; puis parlerent en tel maniere: Beau seigneur mout male novele et mout laide renommee est venue de vos a nostre empereur; car len li a dit que vos alez par la terre de son empire a force et tolez a ses homes ce que il ont brisiez les viles et ociez les gens et faites touz les outrages et touz les torz que vos poez. Bele chiere bontez servises que en vos face ne vaut rien; ne ne puet len adoucier vos cuers. Por ce vos mande que en nule de ses citez ne demorez plus de trois jorz mes ales vos en tout droit vos jornees vers Costantinoble; car il nos a commande que nos aillons avant vous et que nos vos facions sur le chemin aporter viandes et vendre a bon marchie. Quant li preudome oirent ce et que li Empereres leur faisoit tele bonte mout orent grant joie et mout se comencierent a escuser des meslees que il avoient faites; car bien mostrerent apertement que ce avoient fet li Bougre sanz leur colpe par force et par grant outrage. Li message se mistrent a la voie devant eus; cil alerent apres tant que il vindrent en Costantinoble. Il troverent la Gautier Sanz avoir et sez genz qui les atendoient; il se mistrent tuit ensemble et logierent en un leu quen leur avoit assene. La sentreconterent assez de leur mesaventures. Li Empereres envoia querre Perron; cil i ala. Il vit en cele ville mout grant chose et en cel palais maintes richesces et maintes merveilles; mes si com il estoit hom de grant cuer il ne sesbahi de riens. Li Empereres li demanda et de lui et de sa gent et de ceus docident qui einsi estoient esmeu. Pierres li respondi mout bien de tout et li dist que il qui estoient povre gent estoient avant venu; mes li haut home et li grant prince venoient apres a mout grant gent qui ne devoient pas mout demorer. Li Empereres et li baron du palais tuit virent Perron si petit qui parloit si bien et si bel si sagement et si a point de toutes choses; si sen merveillerent trop et mout le loerent et prisoient en leur cuers. Li Empereres li dona biaus donz et le recut en sa grace; puis le lessa retorner a sa gent. Iluec se reposa li oz des pelerins mout enpais et mout a aise un pou de tens. Puis furent les nes appareilliees par le comandement lempereur et passerent la mer que len claime le Braz saint Jorge et vindrent en la terre que len claime Bitine: cest la premiere partie de Aise. Seur la mer se logierent en un leu que len claime Civitot.

XXIII. Coment li Crestien alerent en fuerre.

Cil lieus estoit en la marche de leur anemis; la fu li oz entour deus mois. Chascun jour trouverent fresches viandes a vendre a bon pris dont il estoient mout repleni; tant que li pueples qui a peine puet sofrir grant aise longuement se comenca a esmouvoir; et faisoient routes por aler en fuerre par le pais. Bien en i aloit tele eure est il .x. mille ou plus maugre les barons qui estoient chevetain en lost. Maintes granz proies et mainz granz gaainz en amenerent en lost. Nequedent li Empereres leur mandoit sovent par letres et par messages que il jus que tant que li grant prince venissent que il atendoient ne saloignassent mie de lost por forfere; ainz se tenissent enpais et ensemble tout sagement. Un jor avint que Pierres ot passe le Braz et fu venuz en Costantinoble pour parler des viandes que len leur comencoit trop a encherir. Li menuz pueples vit que Pierres ni estoit pas si furent plus bauz et plus hardis; il sassemblerent et furent dune compaignie bien .vii. mil a pie et .ccc. a cheval. Il firent leur batailles et sen alerent tuit en conroi vers la cite de Nique contre la volente et la defense de tous les granz homes de lost. Quant il vindrent pres de cele grant cite il se ferirent ez villes entour et pristrent merveilles de bestes granz et petites et en aporterent mout grant gaaing: si sen retornerent tuit sain et haitie a grant joie et a grant feste en lost. Li Tyois qui sont une gent mout tost effree virent cele gloire et cel gaing que cist avoient fait; si en orent mout grant envie et furent esmeu de ardure de convoitise et de volente davoir enneur. Si se rallierent bien gent de cele langue jusqua .iii. mil a pie et sadrescierent tout droit vers Nique. Il avoit un chastel qui seoit au pie dun tertre pres Nique a mains de .iv. milles: li Tyois vindrent la a leur premiere enpainte; si comencierent a assaillir le chastel mout efforciement; cil dedenz se defendirent tant com il porent; mes ne valut riens que pris fu li chastiaus a force. Cil entrerent enz et quanque il porent trover dhomes et de femmes mistrent a lespee sanz merci. Il troverent leanz assez viandes et autres choses et virent que li leus estoit mout beaus et mout delitables; si le garnirent et distrent que il seroient enz et le tendroient tant que li grant prince que li oz atendoit fussent venu.

XXIV. Coment Solimanz desconfist les Crestiens.

Solimanz qui estoit sires et governerres de toute cele terre avoit oi dire grant tens devant que li pueples de la Crestiente sestoit esmeus du regne de France por aler en la terre de Surie et que il sadrecoient a passer parmi sa terre. Pour ce il avoit este en Orient dont il estoit ja revenuz et avoit amene grant plente de chevaliers et dautre gent les uns par priere et les autres par avoir. Il entendoit a garder sa terre et a grever ses anemis qui par iluec passassent. Ja sestoit trez pres de nostre gent et estoit ez bois et ez montaignes. Il oi dire que cil Tyois avoient pris ce chastel et ocis sa gent; il vint la au plus tost que il pot et assist le chastel et le prist sanz demeure: ceus que il trova dedans decoupa touz. La novelle vint en lost qui estoit pres que Solimanz avoit touz ocis les Tyois leur compaignons. Mout en orent duel et mout en leva granz li pleurs et li criz aus heberges. La gent a pie en pristrent le greigneur despit sur eus; si encommencierent a parler mout durement et distrent que li baron de lost ne deussent pas ce soufrir que il ne coreussent tantost vengier tuit et a cheval et a pie le sanc de leur freres qui ainsi pres deus estoit espanduz. Li greigneur home de lost qui savoient plus et de guerres et dautres choses que la menue gent les vouloient fere tenir en pais et disoient que ce porroit bien estre encore amende et si com li Empereres le conseilloit bien estoit que len atendist la venue des grans barons; quil ne demorroient pas. Li pueples et la fole gent ne se tenoient mie apaie de leur paroles; ainz avoient fait un chevetaine qui avoit non Godefroiz Buriaus qui mout les metoit en cele fole enrederie; si que il parloient ja grossement contre les chevaliers et disoient tout en apert que il estoient mauves et desloial; ne ce ne lessoient il pas a vengier por grant senz mes por fine coardise.

XXV. De ce meismes.

Il avient souvent que li pires consaus vaint le meilleur et ce nest mie merveilles car il est plus des fous que des sages. Cele menue gent fole et sanz reson semonst tant et ataina les barons et lautre gent a cheval qui estoient avec eus que il corurent tuit aus armes et a cheval et a pie. Bien furent .xxv. mil a pied et .v c. a cheval qui orent hauberz. Il firent leur batailles et sen alerent tuit en conroi vers les montaignes par le bois tout droit vers Nique. Il nestoient mie esloignie plus de trois milles quand Solimanz qui avoit mout grant compaignie de gent avec lui les aperceut; car il sen venoit sous le couvert du bois pour faire une saillie en lost des Pelerins. Mes quant il oi la noise et leffroi par la forest il sot que cestoient Crestien qui aloient contre lui: si les lessa passer. Il meismes a toute sa gent se trest hors du bois aus plains ou cil devoient sourdre. Quant nostre gent furent issu et les virent soudainnement quil ne sen prenoient garde si leur cueurent sus aus lances et aus espees por vengier leur freres. Li mescreant revirent dautre part que la chose estoit acertes et que chascuns se combatoit por sa teste; si les receurent mout efforciement. La bataille comenca mout fiere et mout cruele et mout en i ot ocis deca et dela et mout dura longuement. Mes Solimanz avoit trop plus gens qui estoient tuit a cheval si que li pelerin a pie ne les porent plus soufrir ainz se desconfirent et se mistrent a la voie sanz conroi et sanz atirement. Li Tur les suivoient apres ociant quanque il aconsivoient jusque ens les heberges. La fu morz Gautiers Sanz avoir et Renauz de Broies et Fouchiers dorliens qui estoient mout bon chevalier; et presque tuit li autre furent la ocis ou mene en prison; car de .xxv. mille a pie que il estoient et .v c. a cheval ne peust len mie trover trois ensemble qui ne fussent morz ou pris.

XXVI. Coment li Tur assaillirent noz genz et une viez forteresce.

Ceste victoire mist Solimanz en mout grant orgueil et en grant fierte. Il se feri ez heberges aus Crestiens ou estoient remes la vielle gent homes et femmes li clerc li moine et li malade que il ocist touz; puceles i trova et enfanz que il enmena pour estre touzjorz en servage. Delez les tentes assez pres de la mer avoit une viez forteresce dechoite si que nus ni abitoit ne len ni trouvoit ne huis ne fenestre. La senfoirent des pelerins entour .iii m. li uns apres lautre pour garantir leur vies; il estouperent les entrees au mieuz que il porent de granz fuz et de grosses pierres. Li Tur les i sorent si les comencierent a assaillir mout angoisseusement et cil se defendirent au mieus que il porent; car bien leur estoit mestiers. Tandis com cil assauz duroit uns messages sen ala mout hastivement a Perron lermite qui estoit en Costantinoble si com je vos ai dit desus; cil li dist que touz ses peuples estoit periz fors un petit remenant de gent qui estoient a si grant meschief assis en une viez meson qui tuit estoient perdu se il navoient hastivement secors. Pierres fu mout esbahiz et merveilles ot grant duel; toutevoies si com il estoit vistes et entendans tantost corut a lempereur et se lessa chaoir a ses piez et pria li por Dieu et por le sauvement de same que il envoiast secors a cele povre gent qui estoient en si grant peril que se len ne se hastoit tuit estoient mort. Li Empereres qui mout amoit Perron le fist tantost et envoia ses messages la et manda aus Turs qui asailloient que il lessassent cel assaut et se partissent diluec. Cil sen alerent tantost com il oirent le commandement lempereur; mes il emmenerent avec eus assez prisons chevaus mules et autres bestes tentes paveillons et robes si que tuit sen retournerent dedenz Nique. Ici poez avoir oi coment si granz pueples fu touz perduz por la fole emprise de la menue gent qui ne vouloient avoir ne soufrir la mestrie des preudeshomes sur eus. Bien puet len veoir que grans perils est a croire de bataille ou de guerre ceus qui riens nen savent.

XXVII. Coment la meute Godeschal fu pres que toute perdue.

Puis que Pierres fu passez en Bithine si com je vos ai dit ne demora gueres que uns prestres dalemaigne qui avoit non Godeschaus et avoit preeschie en Tiesche terre ausi com Pierres li ermites avoit fet en France mut por aler en ce pelerinage a tout le suen peuple; car il avoit bien assemble de Tyois jusqua .xv. mille. Cil sen entrerent en la terre de Hongrie car li rois avoit commande quil fussent receu debonnerement pource que si voisin estoient. Len leur vendoit viandes et autres estovoirs a resnable marchie. Cil qui troverent la terre bien plenteive se commencierent eus enivrer; et par laise ou il estoient senorgueillirent si que il toloient les viandes et enmenoient les bestes par les chans prenoient les femmes batoient les homes et ocioient. Por nului ne lessoient a faire tel outrage. Li rois de la terre oi ceste novele deus et mout li desplut; merveilles en ot grant corrous et ne pot mie ceste chose soufrir sanz trop grant honte de soi et sanz trop grant peril et let domage de sa gent. Il fist sa semonse et assembla gens assez et a cheval et a pie por vengier soi et sa gent de ces Tyois. Il les comenca a porsuivre a toute sa gent jusque il les aconsut emmi son regne tout droit en un chastel qui a non Belegrave. Assez ot li Rois veuz et oi des outrages que il avoient fez par sa terre tandis come il les suivoit. Li Tyois sorent que li Rois venoit et que il estoit ja pres deus: bien savoient que il ne sestoient pas bien contenu vers lui ainz li avoient fet en sa terre assez torz et ledures parquoi il ne devoient avoir point de sa grace ne de samour. Toutevoies il corurent aus armes et distrent que il se defendroient des Hongres ne ja ni morroient pour neant aincois se vendroient mout chier. Li Rois et li Hongre virent ce si se penserent que cele gent estoient mout fort et mout hardi et iluec estoient tuit desespere. Pour ce bien se pensoient que ne porroient mie sanz grant perte de leur gent venir a chief deus. Atant lessierent la force et la bataille: si se tindrent au barat et a la desloiaute come gent qui trop savent de barat et de tricherie. Il envoierent messages a Godeschal et aus greigneurs homes de la compaignie qui por eus decevoir leur porterent beles paroles de pais et leur distrent en ceste maniere.

XXVIII. Coment li Pelerin rendirent lor armes au roi de Hongrie.

Trop grant plainte et trop laide renommee beau seigneur est venue au roi qui ca nous envoia de vous et de cele gent que vos menez. Car si com il a oi dire vos ne portez a nul de vos ostes nule loiaute ainz leur tolez ce que il ont et les batez et ociez; leur femmes et leur filles prenez et en faites vos outrages teus que ne font mie a dire. Li marcheant meismes et les autres genz que vos trovez ez chemins ne sen revont mie quite ne seur de vous: dont li Rois a mout granz clameurs apres lui. Nequedent li Rois set bien certeinnement que vos nestes pas tuit en ceste colpe aincois entre vous a de mout preudeshomes et de sages cui desplet mout la folie et li outrages des maufeteurs qui ainsi ont corrocie le Roi et son pueple. Por ce li Rois ne veut mie le meffet dune partie metre sur touz; ne nest mie droiz que li loial pelerin comperent les pechiez aus desloiaus: si se doute de prendre vengeance sur vous touz que il ne preigne le bon por le mauves. Por ce vos louons et conseillons que vos apaisiez le Roi en tele maniere que bien soit et nos vous prometons en bone foi que ja ni auroiz domage. Metez vos cors vos armes et toutes vos choses en sa volente et en sa merci sanz nul covenant fere a lui; car se vos ne voulez ce fere bien poez veoir que vos navez mie le pooir a lui: car vos estes eu milieu de son regne si ne li poez eschaper. Godeschaus et li greigneur home de cele ost cui desplesoit mout li outrages et la folie de la menue gent se fierent ez paroles que on leur avoit aportees et orent grant esperance en la hautece le Roi et en sa misericorde. Il apelerent le pueple et li loerent et prierent que il rendissent les armes et se meissent en la merci le Roi. Cil nen voulrent rien fere ainz distrent que ja bien ne vendroit de soi abandoner et metre au desouz a si desloial gent. Toutevois au darrenier le firent par le conseil et par la volente des greigneurs homes: leur armes et quanque il avoient baillerent au commandement le Roi. Quant il cuidierent par ce avoir gaaignie leur vie si en corurent a la mort: car li Hongre saillirent tantost eu milieu de ceus qui de ce ne se gardoient et les comencierent a ocire et a decouper sanz demander qui est bons ne qui est mauves. Tant en ocistrent que il estoient eu sanc jusque eu milieu de la jambe. Doleurs estoit et pitiez a veoir les cors de tantes beles genz gesir ocis par les voies. Aucun en porent eschaper qui se repostrent entre les autres et sen retornerent en leur pais; et conterent ceste mescheance et ceste traison dont il enseignoient bien touz les pelerins que il trouvoient que il ne se fiassent pas en la gent de Hongrie.

XXIX. Coment grant plente de pelerins sesmurent sanz chevetaine.

Un pou de tens apres ces muetes dont je vous ai parle se rassemblerent mout grant plente de genz a pie sanz nul chevetaine; nequedent il avoient entreus de hauz barons et de bons chevaliers; mes la menue gent ne leur obeissoit mie ne ne les creoit de nule rien. Il estoit entreus Thomas de Fere Clarembauz de Vendueil Guillaumes li Charpentiers li cuens Hermanz de Tyescheterre. Icele gent a pie faisoient par les chemins trop de torz et de granz outrages: si leur monta ez testes une escervelerie dont nus ne les pooit oster que il ocioient touz les Juis par les villes ou il passoient. Merveilles grant plente en ocistrent a Coloigne et a Maience. En ices parties de Tyescheterre estoit uns cuens mout haus hom du pais qui avoit non Emicon. Quant il vit cele gent si se mist avec eus por aler en ce pelerinage. Ne chastioit mie ne ne blasmoit la fole gent; ainz les aticoit et metoit en voie de fere les granz forfez. Il passerent par Francoine et par Baviere tant quil se trestrent vers Hongrie et vindrent a la ville qui a non Meeszeborc. Bien cuidierent sanz nul contredit passer en Hongrie; mes quant il vindrent au pont si leur fu clos et deveez. Iluec avoit une forteresce qui estoit ceinte de la Dunoe dune part de lautre part du flun qui a non Lintaus: li remenanz estoit ceinz de parfundes paluz. Dedenz la forteresce avoit mout grant plente de genz bien armees si que nestoit pas legiere chose de passer parmi la ville; car li rois de Hongrie avoit oi la venue de cele gent qui estoient bien sans faille .cc m. a pie: a cheval nestoient mie plus de .iii m. Si se doutoit mout que il com il fussent en sa terre ne vousissent vengier la grant ocision que il avoit fete par desloiaute de la gent Godeschal; car mout estoit encore de ce la parole freschement laide et vileine par toute la terre. Cil qui virent que il ne porroient passer en la terre prierent tant ceus qui en la forterece estoient que il leur lessierent envoier messages au roi de Hongrie por requerre sa grace si que il les lessast passer en bone pais parmi sa terre. Il se logierent tandis en ces lieus qui estoient pleins de pastures devant le pas.

XXX. Coment nos pelerins se combatirent aus genz le roi de Hongrie.

Pou de tens demorerent cil qui alerent au Roi ainz sen retournerent tost; car de la besoigne que il quistrent ne porent onques riens fere: li Rois leur repondi que pour don ne pour priere ne souferroit que il entrassent en sa terre. Quant cil de lost et grant et petit oirent ce si furent tuit desvez car mout avoient travaillie a venir la et despendu; or estoit perdue leur voie. Il empristrent entreus que il ardroient et gasteroient toute la terre le Roi quanquil en avoit deca les paluz. Il mistrent le feu ez villes pristrent la gent et barrerent tout le pais. Tantdis come il fesoient ce la gent le Roi qui estoient en la forteresce du pas vindrent jusque a .vii c. que chevaliers que sergenz bien armez; si passerent a nez que onques li Pelerin nen sorent mot et se mistrent encontre eus a un pas por defendre la terre le Roi. Quand li Pelerin virent ce si leur corurent sus vigueureusement et gaaignerent le pas sur eus; si que aincois que cil poissent venir a recet les ocistrent touz fors aucun pou deus qui se ferirent a pie ez paluz et se tapirent entre les rosiaus. Quant cele gent orent einsi eue la victoire si en monterent en greigneur hardement et distrent que il prendroient a force la forteresce de Hongrie et sans congie passeroient par la terre. Lors sentrecomencierent a semondre et a entreforcier de bien fere. Ponz et eschieles firent a mout grant plente que il apoierent aus murs; si monterent desus tuit covert de targes et descus et asailloient mout hardiement. Li mineur et grant plente de la menue gent piquoient aus murs a grant force si que lentree sembloit ja estre toute preste. Cil dedenz estoient si las et si desespere que laschement se defendoient mes atendoient la mort tout prestement quant une peor se mist ez cuers de ceus qui asailloient si grant que il cuidierent tantost estre tuit ocis; nonques ne sot len porquoi ce fu. Mes tout soudeinnement vint cil effroiz et se lessoient cheoir des ponz et des eschieles et tournoient en fuie; ne cuidoit estre nus a garant et si ne savoit chascuns porquoi il senfuioit. Li Hongre quant il virent ce porent a peine croire la verite de cele chose car il ni veoient point de raison; toutevoies quant il sen aperceurent descendirent aval issirent fors et les comencierent a suivre si que cil qui un pou devant estoient presque ou mort ou pris ocioient ore les autres et prenoient. En ceste aventure ne pot len trover autre raison que ce que cil peuples estoit si pechierres que il navoient mie deservi ne lamor de Nostre Seigneur ne lenneur du siecle. Pour ce leur pechie les acoardirent si que il ne porent parfere cele grant oevre que il avoient pres achevee. Li cuens Emicons sen retourna en son pais a tout grant partie de la gent desconfite: li autre baron de France que je vos ai nomez sen vindrent en Lombardie et passerent en Puille. La sorent que aucun des granz barons estoient passe a Duraz et diluec ale en Grece: si se mistrent enpres et les suivirent. En ceste maniere sesparpilloient les genz du reigne de France et des voisines terres. Mout estoit la voie par Hongrie plus droite se cil qui avant estoient ale ne leussent si destourbee par leur folies; mes li autre qui apres vindrent se penerent mout daler plus sagement et plus enpais.


LI SECONS LIVRES.

I. Coment li dux Godefroiz et li autre baron murent.

Venuz estoit li mois daoust et lan de lincarnation .m iiii xx. et .xvi. Au quinziesme jor du mois li vaillanz dux Godefroiz de Buillon seigneur de Lohereine assembla ceus qui devoient estre si compaignon de la voie et mut de son pais atout si grant appareillement come il aferoit a tele gent. Avec lui murent Baudoins ses freres Baudoins de Mons li cuens de Henaut Hues li cuens de Saint Pol Enjorrans ses filz qui estoit mout vaillanz juenes hom Garniers li cuens en seurnon de Gres Renarz li cuens de Toul Pierres ses freres Baudoins de Borc cousin le Duc Henris de Hasque et Godefroiz ses freres Do de Cons Quenes de Montagu et maint autre bon chevalier avec eus. Icist estoient si ami entreus et si sage home que il ne se vouloient departir les uns des autres. Il vindrent tuit sain o toutes leur choses le vintiesme jor de septembre en Osteriche a la ville qui a non Toillenborc. Iluec cort uns fluns qui a non Lintaus et depart lempire dalemaigne du regne de Hongrie. Quant il furent la mout orent oi par la voie males noveles des grans mesaventures que Godeschaus et sa gent avoient eues en Hongrie. Il sapenserent et pristrent conseil entreus coment il porroient passer enpais par cele terre: tuit sacorderent que il envoieroient messages et letres au roi de Hongrie pour demander premierement par quel raison li pelerin qui estoient leur compaignon et leur frere estoient einsi peri en son pooir et en sa terre. Apres enchargierent aus messages que il entrassent en parole coment li Rois les lessast passer seurement et enpais; et a ce vouloient quil meissent grant peine car cele voie leur estoit plus briez et plus delivre se il la pooient avoir que par la ou il lor estoust mer a passer. En ce message ala Godefrois de Hasche li freres Henri pource quil avoit este pieca avant acointes du roi de Hongrie. Avec lui envoierent autres preudeshomes. Il quistrent le Roi par sa terre tant quil le troverent; puis vindrent a lui et le saluerent de par ceus qui les i envoioient baillerent li letres de croiance puis li distrent teles paroles.

II. Coment li message au duc Godefroi parlerent au roi de Hongrie.

Cil preudome Godefroiz dux de Lohereine et li autre prince qui avec lui viennent au pelerinage nous ont ci envoiez a vous; et par vous vuelent savoir por quele chose li pueples des pelerins que il tenoient a compaignons et a freres a este einsi cruelment destrenchiez et ocis en vostre pooir. Bien le sevent ce vos mandent que il ont este einsi mort; car il ont trove pluseurs de ceus qui en eschaperent. Mout se merveillent coment vos et vostre gent qui estes crestien ce dites avez einsi la bone compaignie qui por la foi Jhesucrist essaucier estoient meu de leur pais destruite du tout que li plus mortel anemi que il eussent nen eussent mie plus fet. Mout vuelent savoir se ce fu par la colpe des pelerins; car se vos laviez fet por justice ou en defendant vous et voz terres et les voz choses que len vos vousist a force tolir plus legierement le soferroient li Dux et si compaignon. Mais se ce fu fet par haine que vos eussiez a cez sanz leur colpe ou por tolir les leur choses les avez einsi murtriz bien vos mandent cil qui nous ont envoie que il ont guerpies leur terres por adrecier et por vengier les torz et les outrages que len fet au pueple Dame Dieu; et se il vos ont en ce trovez nont mie talent de passer outre jusque la mort aus pelerins Nostre Seigneur soit a leur pooir bien vengiee. A tant mist fin en sa parole Godefroiz qui conta le message. Li Rois estoit en son palais ou il avoit grant plente des barons de son regne et de ses autres genz: lors respondi et dist: Godefroi mout me plest que vos estes venuz en ceste terre parler a moi. Ce mest bel por deus choses: lune si est porce que vos estes mes acointes et mes amis piece a; si refreschirons noz amors et noz acointances en ceste venue; lautre chose est que je vos connois et sai home sage et resnable et de bone volente; si sui mout liez de ce que vos orroiz nostre escusement. Voirs est que nos avons le non de la Crestiente: mout nos seroit bel que nos en eussions les oevres; mais cil qui sont passe devant vous avec Perron lermite et avec Godeschal navoient mie oevres ne de pelerins ne de crestiens; car nos receusmes Perron et sa gent en nos terres et en nos villes en grant debonnerete: nos viandes et nos autres choses en partie leur donasmes; mes il einsi com li serpenz qui point celui qui leschaufe en son sein nos guerredonerent nos bienfez; car en la fin du regne de Hongrie quant il se deussent loer de nous a Dame Dieu et a touz leur amis il pristrent a force un de nos meilleurs chastiaus toute la gent que il troverent dedenz mistrent a la mort; les bestes enmenerent toutes les despuilles de la ville emporterent come routier et come larron. La compaignie Godeschal vint apres: icil natendirent mie a forfere jusque a la fin de nostre regne; ains si tost com il orent passees les portes de Hongrie comencierent a fere touz les outrages: il barroient les villes et ardoient; efforcoient les femmes et ocioient les homes et toutes leur choses emportoient. Tant firent que par leur meffez furent bien digne que il eussent la haine de Dieu et du monde. Nos qui somes ci eu leu et en la dignete par quoi nos devons garder cest pueple tant com Dame Dieu plera et nostre baron qui ont jure la feeute du regne ne peusmes soufrir a veoir einsi destruire nostre gent et nostre pais; si y meismes la main come efforcie sur nous defendant. La tierce compaignie revint puis ausi de gent a pie: nos doutasmes leur contenz et leur mellees; si nes lessames entrer en nostre terre ne venir entre nos. Nostre Sires qui juge toutes paroles et qui regarde les cuers des homes set bien que il est einsi et que je ne vos en ai menti de mot. Or vos prions que vos nous en escusoiz par tout la ou vos en orrez parler. Quant il ot ce dit si envoia les messages aus osteus ou mout leur fist avoir a grant ennor et a grant feste quanque len pot trover en la terre. Li Rois prist conseil a ses barons et atorna les siens messages qui il envoia au duc Godefroi et aus princes qui avec lui venoient. Il ot assez parle a Godefroi et fet grant joie et done du sien a lui et a ses compaignons; puis pristrent congie si sen alerent ensemble. Quant il vindrent devant le duc Godefroi li uns deus dist le message en tele maniere: Li rois de Hongrie mes sires vous salue come son chier ami et vous mande que il set certeinnement par renomee que vos estes mout haus hom de lignage et mout poissanz hom de genz et de dignete loiaus et sages de cuer preuz et vaillanz du cors; si que de vostre proece parole len en maintes terres. Por ices choses mes sires qui onques ne vous vit vous prise mout et aime en son cuer et mout a grant talent de vous ennorer; et ces preudeshomes meismes qui avec vous sont et qui ont si haut pelerinage empris loe mout li Rois et touz ses regnes et mout desire eus veoir et ennorer et acointier; car mout tient a grant don et a grant grace que Nostre Sire li a feite quant il la mis en point que il puet a si vaillanz genz fere servises et bontez. Por ce vous requiert sire Dux et prie et demande a tresriche don que vos le veigniez veoir a un sien chastel que len claime Ciperon car il desire mout a parler a loisir a vous et a fere ce que vos li requerroiz.

III. Coment li dux Godefroiz ala parler au roi de Hongrie.

Quant li Dux et li Baron oirent le message einsi parler il se trestrent a une part et pristrent conseil. Bien sacorderent que li Dux i alast. Il apela tele compaignie com li plot et se mit a la voie; not que trois cenz chevaus en sa route. Ne demora gueres que il vint a Ciperon passa le pont trouva le Roi qui mout grant joie li fist et grant enneur. Mout parlerent ensemble et sescusa li Rois de la mort aus pelerins au Duc si com il avoit fet aus messages. Au darrenier vint a ce la chose que il sapaisierent bonement et remestrent de ca et de la entreus et leurs genz tuit contenz et toutes rancunes. Li Rois leur otroia le passage parmi son regne en tel maniere que il auroit ostages de tenir pais tel com il esliroit: ce li fu bonement otroie. Il eslut et demanda en ostage Baudoin le frere le Duc et sa femme et sa mesnie: len li bailla volentiers. Einsi entrerent toutes leur genz en la terre de Hongrie. Li rois leur tint bien les convenances; car il fist crier par toutes les villes du chemin et iluec entour quen lon leur vendist viandes a droit pris et que len ne leur meust nul contens. Li Dus recomanda et fit crier que si chier com chascuns avoit sa vie nus ne fust si hardiz quil tousist a ceus de la terre nule rien ne nul tort il ne leur feissent ainz les tenissent a compaignons et a freres. Einsi avint que il passerent toute Hongrie: nonques entreus not neis une petite tencon. Li Rois chevauchoit touzjorz pres de lost a senestre et menoit ses ostages avec lui touz pres dapaisier se point de noise sourdist. A la fin vindrent a Malevile de quoi vos avez oi desus qui siet sur le flun de Savoe. Il saresterent iluec jusque li oz fu passez par les nes dont il i avoit pou mes avant il avoient fait passer .m. homes bien armes de haubers por garnir la rive dela. Quant li oz de la menue gent fu passez li Rois vint au Duc et aus Barons et amena ses ostages que il leur rendi. Mout leur fist grant joie au partir et leur donna a tous de grant dons et de riches puis prist congie si sen retourna. Li Dux et li Baron passerent outre avec leur gent et vindrent a Belegrave la cite de Bougrie dont nos avons parle desus et iluec se logierent. Apres il passerent parmi le bois de la terre jusque il vindrent a la cite de Niz et puis a Stralice.

IV. Coment li baillis de Duraz prist de noz barons et les envoia a lempereur.

Ici puet len conoistre la laschete et la mauvestie de la gent de Grece. Car puis que li empereur latin faillirent en Costantinoble et li empires vint aus Greus dont fu li premiers empereres Nicefores tantost li Barbarin qui estoient entour eus li Blac li Coman cil de Bougrie qui leur sont devers bise seurpristrent ces terres qui estoient merveilles plenteives et delitables si que tout conquistrent des la Dunoe jusque pres de Costantinoble; et de lautre part jusqua la mer Adriane. Il a une cite en Lombardie pres de la terre le marquis de Est qui a non Adre et est assez petite citez mais por ce quele est pres de la mer de Venise et de Ancone a non cele mers Adriane en escripture. Icele mers si va assez pres de Costantinoble a trente milles. Bien ont gaigne ces mauveses genz sur les Greus de lempire de Costantinoble trente jornees de lonc et dix ou plus de le; car sur cele mer dont je vos ai dit a deus terres de quoi chascune a non Epire. La maistre cite de lune est Duraz dont Pirrus fu jadis rois. En la terre ou cil pelerin passoient avoit .ii. Danemarches: lune avoit non de Ripe qui est a senestre desus les rives de la Dunoe; lautre claime len la Meiene qui est eu milieu de la terre en quoi sont ces nobles citez Niz et Stralice. En cele terre meismes estoit Arcade Tessale Macedoine et trois terres de quoi chascune a non Trace; et toutes celes furent conquises sur les Greus. Mais puis uns leur empereres qui ot non Basiles recovra ces terres et chaca les Blas et les Bougres mout loing; si que les deus Danemarches li remestrent. Mais encore ne vuelent soufrir li Grec que len reface les villes; ne gaaigne len les terres qui seroient trop bones ne que nus i habite por ce que il tiennent a fermete ce que len ne trueve cele part nules viandes. Et iluec sont li desert de Bougrie et de lautre part aussi Epire qui sestent de Duraz jusque a un mont qui a non Bagulars et dure quatre jornees. Par la passerent li autre baron; mais li Dux et la seue compaignie alerent par Danemarche la Meienne que len apele par autre non Mese. Si vindrent par un detroiz que len claime les clostures saint Basile et puis descendirent aus plains ou il trouverent grant plente de viandes et de pastures; et vindrent jusqua Finepople qui est trop bele citez et trop bone et mout plenteive. Iluec oirent dire et voirs estoit que li empereres de Costantinoble tenoit en prison Huon le maine le frere le roi Phelipe de France et autres barons qui venoient avec lui: car icil preudome sestoient haste et vindrent par Lombardie en Puille; diluec passerent a Duraz et sejornerent por atendre les autres barons qui devoient venir par ces parties ne ne cuidoient rien douter en la terre des Greus qui estoient crestien ausi com il estoient. Mais li baillis de Duraz prist touz les greigneurs barons et les envoia en fers a lempereur en Costantinoble que il en feist sa volente. Cil les tenoit en prison et atendoit la venue des autres barons; por ce que se il venoient a grant pooir il les deliverroit por lamor deus et se il ne venoient a grant force navoit mie talent deus lessier aler jusqua grant piece. Quant li dux Godefroiz et li autre prince oirent nouveles de cele prison il pristrent bons messages et les envoierent a toutes leur letres a lempereur et li manderent en priant et en amonestant que il sanz delai leur envoiast ce haut home Huon le maine et toute sa compaignie; car il le tenoient a seigneur et a frere et a compaignon de ce pelerinage: et de ce avoit il plus fet sa volente et sa force que droiture quant il si gentil home qui rien navoit forfet avoit pris et retenu.

V. Coment Alexes li empereres mist hors de prison Huon le maine.

A ce tens estoit empereres en Costantinoble uns Greus mout faus et mout trichierres et desloiaus Alexes avoit non en seurnon Conins. Cil fut mout bien et mout prives a lautre empereur qui ot non Nicefores Botoniat; si que il en fist son senechal et estoit li graindres hom de la terre apres lempereur. Icil par sa malice porchaca mal contre son seigneur si que par lassent des granz genz qui se tindrent devers lui le prist et le tenoit en sa chartre .vi. ans avoit quant nostre pelerin vindrent la. Li message le Duc et aus autres barons vindrent a cestui empereur et si com il leur ot este enchargie il demanderent mout ententivement Huon le maine et les autres prisons. Li empereres leur respondi tout estrousseement quil nes rendroit mie. Cil sentornerent sanz demeure a lost le Duc et li distrent la response lempereur. Quant li Dux et li autre baron oirent ce mout en furent irie et orent conseil entreus quil tout de plein guerroieroient celui qui tel outrage faisoit de tenir si haut home ne ne leur en vouloit respondre nule mesure. Il abandonerent a lost cele terre ou il estoient a prendre quanque trouveroient et a ardoir toutes les villes. Einsi demorerent en ces parties et barrerent tout le pais: mout i firent granz domages et grant plente vint a lost de proies et dautres gaainz. Li empereres qui ot oies ces noveles manda au Duc et aus autres barons que il feissent leur gent tenir enpais car il rendroit Huon le maine et les autres prisons. Cil si acorderent volentiers et sen vindrent toutes leurs batailles rengiees en conroi devant Costantinoble come por asseoir la ville. Tantost issirent hors Hues li maines Dreues de Neele Guillaumes Charpentiers Clarembauz de Vendeuil; et entrerent eu paveillon le Duc; mout mercierent lui et touz les autres de leur delivrance et li Dus et touz li oz les receurent a mout grant joie; car mout avoient grant ire et grant despit de ce que len leur avoit fet.

VI. Coment li Empereres vout trahir nos pelerins.

Endementres que il parloient einsi ensemble estes vos les messages lempereur qui vindrent au Duc; il requistrent de par leur seigneur que il a pou de compaignie entrast en la ville et venist parler a lempereur. Li Dux ot conseil et respondi quil niroit ore pas. Quant li Empereres oi ce mout en ot grant despit et defendi partout que len ne leur vendist viandes nautres choses. Li preudome virent ce si envoierent en fuerre par tout le pais et grant plente amenerent de vitaille; si que tuit en orent assez et povre et riche. Li Empereres vit que len li gastoit sa terre et se douta quen ne li feist encore pis; por ce manda derechief que si marcheant venissent en lost et leur vendissent ce dont il auroient mestier. Li jors de la Nativite Nostre Seigneur vint; por ce commanderent li Dux et li Baron et firent crier en lost que nus ne forfeist riens en ces quatre jors de festes. Tantdis vindrent li message lempereur qui parlerent aus Barons mout bel et leur prierent qui il passassent le pont et venissent delez le palais qui a non Blaquerne; car la se porroit touz li oz hebergier en grant plente de mesons qui estoient selonc le Bras saint Jorge. Tout ce disoient il en tricherie: toutesvoies nostre gent les crurent legierement; car li yvers estoit mout grans et mout aspres de froit de pluies et de nois si que li paveillon porrissoient tuit ne ne pooient tenir leaue de la pluie ne de la noif; li cheval ne la povre gent ne pooient estre abrie. De ce prist li Empereres lachoison dofrir a lost que il passassent vers la ville et sembloit que il en eust grant pitie. Mes sentencion estoit toute autre; car il le faisoit por ce que il les enclosist en un leu plus estroit si qui il neussent mie tel bandon de corre par la terre et il eust greigneur pooir deus destreindre la dedenz.

VII. Coment la cite de Costantinoble siet.

Pour entendre coment cil baron estoient enclos par la desloiaute lempereur estuet a savoir coment la cite de Costantinoble siet. La mer qui est en Venise vient pres de Costantinoble a .xxx. milles; diluec sen part un braz ausi come une eaue douce et sestent vers midi en lonc .cc. et .xxx. miles; et il nest mie oniz car en tel leu i a quil na de le que une mille en autre leu en a bien .xxx. de lez ou plus selonc ce que il treuve les leus par ou il cort plus estroit ou plus large. Il cort entre ces deus anciennes citez Sexton et Abidon de quoi lune est en Aise et lautre en Europe; car cil braz est la devise de ces deus terres. Costantinoble est en Europe de lautre part est Nique qui est en Aise. Cest la mer sur que Serses fit pont de nes et la passa. Cil braz vient en lautre mer qui vient a Acre. Icil braz selonc ce quil est plus larges vers la mer si fet ausi come un regoleiz ou li porz est que len dist li plus paisibles et li mieudres de toutes les mers. Et pres dilec siet la cite de Costantinoble qui est fete autresi com un triangle: li primerains costez est outre celui bras et le port; iluec siet leglise monseigneur Saint Jorge dont cele mers a non le Bras saint Jorge si dure cist costez jusques au nouveau palais de Blaquerne selonc le port. Li autres pans de la ville dure des ce moustier Saint Jorge jusqua Portes oires; et li tierz de ces portes jusquau palais de Blaquerne. Mout est bien la ville close meismement devers la champaigne de murs de fossez de tours et de barbaquanes. Eu port descent une eaue douce et corant qui est petite en este mes en yver est mout grans por les pluies. Sur cele eaue a un pont que noz genz passerent si que il furent enclos entre la grant mer et le Braz selonc le port ou il estoient hebergie en mesons qui la estoient fetes. Iluec se demorerent por atendre la venue des autres barons. Li Empereres enveioit mout sovent ses messages au Duc et li mandoit que il venist parler a lui. Cil doutoit mout sa tricherie ne ni voloit aler; mes por ce quen ne le tenist a mal il y envoia trois preudomes Conon de Montagu Baudoin de Borc Henri de Hasque; et sescusa par eus de ce que li consaus aus barons qui estoient avec lui nestoit mie que il alast parler a lui jusque li autre baron fussent venu. Li Empereres en fu mout iriez et fist derechief defendre quen ne leur vendist viandes. Et fist encore pis car il envoia un jor au matin nes toutes pleines darchiers qui vindrent soudeinnement parmi le Bras iluec endroit ou li Dux estoit hebergiez; et trestrent a si grant plente de saietes que il ocistrent assez genz qui estoient ale sur la mer et mainz en navrerent par les huis et par les fenestres des osteus.

VIII. Coment li dux Godefroiz et li autre baron desconfirent les Gres.

Quant li Dux et li autre baron virent ce par commun conseil envoierent le frere le Duc por prendre le pont que cil de la ville ne sen saisissent. Cil prist .v c. entre chevaliers et sergenz bien armez et vint premiers au pont et le garda et vit que toute la cite sestoit esmeue et armee por venir sur eus. Li nostre virent que cestoit acertes et que il nestouvoit mes a douter que cil de la ville ne fussent leur anemi. Si mistrent le feu es mesons ou il estoient hebergie et es autres delez qui duroient bien sis milles ou sept si que aucunes des mesons lempereur i furent arses. Apres il firent soner leur trompes et sen alerent tuit en conroi apres le Duc vers le pont; car il doutoient mout que cil de la ville ne venissent la pour eus defendre le pas. Mes si com je vos ai dit Baudoins li freres le Duc lavoit ja gaignie seur les Gres que il avoit reusez et chaciez bien loing. Li oz et touz li charroiz passerent oltre tout enpais et sarresterent tuit en conroi en mout beaus plains qui estoient pres. Iluec ot mout grant poigneiz et mout fier entre leglise saint Cosme et saint Damian que len claime ore le palais Buiemont et le palais de Blaquerne. Quant vint vers le vespre mout i ot ocis de ceus de la ville et des autres aucuns mes non mie tant. Li Grec ne porent plus soufrir ainz se desconfirent. Li Pelerin les chacierent ociant et tresbuchant ce quil aconsuivoient jusque il les firent flatir en leur ville a force. Lors retornerent arrieres com cil qui le champ avoient gaaignie et se logerent es granz plains. Li Grec furent mout enfle et mout irie de ce que il avoient tant perdu et que len les avoit si laidement menez; si comencierent a atorner par la ville coment il ississent hors arriers a mout greigneur efforz que il navoient eu. Mes la nuit vint qui leur destourba ce conseil. La fu il aperte chose que li Empereres avoit par tricherie et par desloiaute fet aus Barons passer le pont pour eus enclore ausi comme dedenz unes barres.

IX. Coment li dux Godefrois et li autre baron envoierent en feurre sur la terre lempereur.

Si tost com li jors aparut lendemain li bans fu criez que tuit sarmassent et a cheval et a pie. Li chevetain daucunes batailles furent atirie et appareillie por mener leur gent en fuerre: li autre remestrent tuit en conroi por garder leur heberges; car bien apercevoient certeinnement que li Empereres leur porchaceroit tout le mal que il porroit. Cil qui alerent a la vitaille sesloignerent bien de lost .lx. milles. Il prenoient ez villes entour eus ce que il trovoient; si en amenerent vins et blez et bestes et autres richesces dont la terre estoit si pleine que a peine pooient il tout conduire. Si demorerent .vi. jors puis retournerent en lost atout ce merveilleus gaaing.

X. Coment li messages Buiemont vint au Duc.

Tandis com il se contenoient einsi estes vos le message Buiemont qui vint devant le Duc et le salua de par son seigneur et li bailla letres qui parloient en tele maniere: il saluoit en ces letres le Duc si com len doit saluer tel home; apres disoient: Sachiez sire que vos avez a fere a un mout desloial home qui touz jorz met son cuer et son proposement en decevoir ceus qui en li se fient; nomeement les genz latines het il de mort et fet son pooir en toutes les manieres que il set a fere mal aus noz: se vos ne lavez encore aperceu vos le saurez par tens si com jel di; car je conois bien la malice des Greus meismement la tricherie de leur empereur. Por ce si vos pri que vos vos traiez arrieres de Costantinoble et retornez atoutes vos gens vers les plains de Andrenoble ou de Finepople; et iluec vos yvernez ou il a mout grant plente de touz biens. Et je se Dieu plest sitost com li soues tens vendra me hasterai de movoir et assembler avec vous. Si vos aiderai come a mon seigneur et mon ami contre ce desloial prince qui bee a fere tout le mal a la Crestiente. Quant li Dux ot oi ces letres par le conseil des autres barons len renvoia unes qui parlerent ainsi apres le salu: Nos vous mercions mout je et li autre prince avec qui nos sommes de lamor et de la loiaute que vos nous avez mandee; et bien sachiez que nos avons ja trove eu prince et eu pueple des Greus si com vos le sospeconez. Bien savons que vos le dites et de sens et de loiaute; mais nos doutons mout les armes que nos preismes en nostre pais por guerroier la gent mescreant torner et convertir en ceus qui portent le non de la Crestiente si com nos fesons. Vostre venue nos latendons et desirons mout tuit; lors se Dieu plest quant vos serez venuz nos ferons et emprendrons mout a vostre conseil.

XI. Coment li Dux et li autre baron envoierent a lempereur.

Mout fu li Empereres entre ses privez homes angoisseus et pensis coment il poist apaisier a lui le Duc et sa gent et por ce que len li gastoit sa terre dont il ooit les clameurs mout granz et por ce que il savoit que li message Buiemont estoient venu qui avoient aporte noveles que cil vendroit par tens. Il envoia derechief messages au Duc et li pria que il viengne parler a lui; et se il se doute de lui il envoiera en ostage en lost Jehan son ainzne fil. La parole plot mout aus barons qui loirent et envoierent Conon de Montagu et Baudoin de Borc por recevoir cel ostage. Cil le pristrent et le baillierent a Baudoin le frere le Duc que il lessierent pour garder lost et lostage. Li Dux et li autre baron alerent en Costantinoble devant lempereur qui mout les avoit desirez. Merveilles leur firent grant joie li Grec queque il pensassent. Li Empereres les besa touz et de chascun demanda les nons por eus ennorer et pour acointier. Mout parla debonnairement a chascun par soi com cil qui bien le savoit fere. Bien furent regarde de touz parmi le palais. Au darrenier li Empereres sist en son faudestuel et li baron entour lui; si dist au Duc ces paroles: Nos avons oi dire pluseurs foiz en ceste terre que tu es de haut lignage et de grant pooir en ton pais et chevaliers bons et loiaus; si que por la foi Jhesucrist essaucier as empris ceus a guerroier qui ne le croient mie et qui son pueple li grievent. Por toutes ces choses nos te prisons et amons en nostre cuer et te volons ennorer de la greigneur enneur que nos puissons fere; car tu en es dignes. Il nous plest et a ce sacorde li conseuz de noz barons que nos toi eslisons et avouons en fil et nostre empire nos metons en ta main que tu le gardes come nostre fils des ore en avant en bon estat et en enterine amor. Quant il ot ce dit si le fist vestir de robe a empereur et seoir delez lui; et li firent li Baron une grant feste et une grant sollenpnite si com la costume de la terre estoit que len feist en teles choses; et fu la pais entre les princes et entre les pueples einsi faite et afermee.

XII. Des granz donz que li Empereres donna aus Barons.

Tantost com ce fu fet li tresors lempereur fu ouvers et furent presente au Duc et a ses compaignons si granz dons et si riches que ce fu merveille. Granz faiz i ot dor et dargent et pierres precieuses dras de soie et trop riches vessiaus de diverses facons qui estoient trop merveilleus de facon et de matiere. Mout se merveillerent de si grant richesce nostre gent. Cil don ne cesserent mie a la premiere foiz; aincois des le jor de Typhaine jusqua lascension donoit li Empereres au Duc chascune semaine tant com dui fort home pooient sostenir de porpre dor de deniers de coivre que len claime estames li donoit .x. muis. Mes li Dux redepartoit toutes ces choses aus chevaliers et par touz ceus de lost ou il estoit bien emploie. Quant il orent este avec lempereur un pou de tens si pristrent congie et revindrent en lost. Jehan son fil que il tenoient en ostage li renvoierent mout ennorablement. Li Empereres fist crier son ban sur peine de mort que nus ne feist mal aus Pelerins ainz leur vendist len a resnables denrees. Li Dux ausi refist comander et crier que chascuns si com il avoit chier son cors se gardast de fere tort ne force a ceus de la terre. Einsi vesquirent mout enpais le remanant du tens. Quant li Mars fu entrez li Dux sot que li autre baron venoient atout leur ost et aperceut bien que la volente lempereur estoit que il passast atoute la seue gent outre le Braz saint Jorge; a ce meismes sacordoient li Baron et li autre gent de lost. Si dist a lempereur que il i voloit passer. Il li fist apareillier grant navie et passerent mout bien tuit et vindrent en Bithine qui est la premiere partie daise: si se logierent entour la cite de Calcedoine. De ceste cite trueve len en escrit que eu tens pape Lion et Marcien lempereur sassembla iluec uns des quatre granz conciles ou il ot .iii c. et .xxxvi. prelaz pour dampner une eresie que uns moines avoit trovee qui avoit non Eutices et la tenoit uns patriarches de Alixandre qui ot non Dioscorus: mes la furent dampne. Cele citez est si pres de Costantinoble que il ni a que le Braz entre deus. Por ce estoit li oz logiez iluec mout aaisiement; car qui avoit afere en la cite de Costantinoble bien i pooit aler deus fois ou trois le jor. Ce que li Empereres fist einsi passer le Duc fu por ce que il ne vouloit mie que li oz aus barons sassemblassent devers lui; einsi fist il des autres barons qui apres vindrent que onques ne soufri que dui se lojassent ensemble.

XIII. Coment Buiemonz vint por aler apres les autres barons.

Selon ceste maniere se contenoit li Empereres et li dux Godefroiz. Mais Buiemonz li filz Robert Guichart princes de Tarente avoit passe la mer Adriane ainz yver et estoit venuz a Duraz. Quant touz ses oz fu venuz il se mist a la voie par les deserz de Bougrie et aloit belement por ceus qui le suivoient. En sa route sestoient mis maint preudome et poissant de pluseurs terres dont nos vous nomerons une partie. Tancres li fils Guillaume Marquis; Richarz de Principat li filz Guillaume Fiere Brache le frere Robert Guichart; Raimonz ses freres; Roberz de Hanse; Hermanz de Carni; Roberz de Sordeval; Roberz li filz Turstan; Onfroiz li filz Raou; Richarz li filz le comte Raimon li cuens de Rosignon atout ses freres; Hoiaus de Chartres; Auberis de Quennac; Onfroiz de Montigneus. Tuit cist avoient fet chevetaine de Buiemont. Il vindrent a la cite de Castoire et firent iluec la feste de Noel hautement. Mais por ce que cil ne leur vouloient rien vendre qui les tenoient por anemis il leur estut a force aler en fuerre et amener granz proies et granz gaainz dont il firent granz domages a tout le pais. Apres il vindrent en la terre de Pelagoine qui mout estoit plenteive; il se logierent iluec; puis oirent dire que pres de la avoit un chastel mout fort ou tuit li popelicain de la terre fesoient recet por la force du lieu; ne navoit iluec se teus genz non mescreanz. Buiemonz et sa gent sarmerent set alerent la tantost. Mout troverent granz richeces en la ville et granz proies que il mistrent hors tout a une part; puis mistrent le feu par toute la ville; ceus qui en issoient metoient a lespee; le remanant et homes et femes il ardirent tout. Li Empereres oi dire que Buiemonz venoit atout grant gent si le douta mout et ot sospeconeuse sa venue; car il avoit eu mainz contenz et a lui et a son pere dont il ot touzjorz le poieur. Li sodoier lempereur et pres toutes ses genz qui sentremetoient darmes estoient a sejour et se yvernoient en ces parties par ou Buiemons passoit. Li Empereres manda aus conestables de ses gens que il costoiassent Buiemont a tant de gent com il porroient avoir jusqua leaue qui a non Bardare; en tel maniere que se il leur pooient nuire ne fere domage aus pas ou en autre maniere que il venissent sur eus efforciement. Einsi lavoit atorne en repost par darrieres; mais en apert si com il estoit desloiauz et coverz bien savoit fere semblant dautre chose que il ne pensoit. Il envoia a Buiemont de ses granz homes et li envoia par eus letres mout paisibles et mout debonneres; et paroles de bouche leur manda il mout douces et mout decevanz qui furent teles.

XIV. De la trahison que li Empereres pensa envers Buiemont.

Li saluz fu mout beaus avant puis dist: Nos savons certeinnement que tu es princes hauz et nobles et filz de mout grant home et mout vaillant; por ce de grant maniere te prisons et avons chier encore ne te veissions nos onques; meismement en ce tens quant tu as empris de si grant cuer et de si bone volente le servise Nostre Seigneur et le pelerinage qui est la besoigne a touz ceus qui croient en Jhesu Crist. Nos avons ferme volente et certain proposement de toi ennorer et conjoir et mostrer en oevre nostre grace que nos avons enpensee. Por ce si te prions et conseillons en bone foi que tu commandes a ta gent que il ne facent nule force ne nul outrage a noz genz ne a nostre terre et te haste de venir parler a nous touz seurs que mout i auras enneur et preu. Nostre message qui a toi sont ale feront par nostre commandement a tout ton ost avoir resnable marchie de viandes et dautres choses. Li semblanz des paroles estoit biaus mais mout i avoit desouz venin de felonie. Buiemons qui estoit sages et conoissanz avoit maintes foiz esprove la desloiaute lempereur si recevoit les paroles par semblant ausi mout a gre mais pou les prisoit en son corage. Toutevoies mout le mercia et de bouche et par letres de ce que il deignoit si doucement et escrire et mander a si petit home com il ert; et autres fetices paroles li manda contre les seues. Cil message qui estoient venu conduistrent lost jusques au flun de Bardare. Quant la graindre partie de lost fu passe outre et li autre satornoient de passer apres li conestable des soldoiers qui les avoient costoiez jusque iluec cuidierent avoir trouve leur point si se descochent et fierent en cele partie de lost qui nestoit mie passee et furent trop plus gent que li nostre nestoient. Li huz leva et la noise mout grant. Tancrez qui mout estoit apers et hardiz avoit ja passe plus de la moitie du gue qui bien estoit granz. Mais quand il oi ce il feri des esperons arriers tant com il pot et .ii. mille des plus preuz retornerent avec lui; il se ferirent en ceus qui venu estoient mout viguereusement si que il les desconfirent tantost et mistrent a la voie. Assez en ocistrent aucuns en pristrent vis que il amenerent devant Buiemont. Il leur demanda voiant touz porquoi il qui crestien estoient avoient coreu sus a lost des Crestiens et meismement puis quil estoient de la gent lempereur qui si estoit leur sires et leur amis. Il respondirent que voirement estoient il home lempereur et si soldoier; pour ce leur covenoit a fere son commandement car par lui avoient il ce fet. Ici saperceurent tuit cil qui ce oirent que les beles paroles que li Empereres disoit nestoient que decevement et tricherie. Mais Buiemons qui sages estoit et savoit que par lempereur les covenoit a passer fesoit semblant que il ne sen aperceust mie; ains fesoit bele chiere a ses genz por covrir son corage; et si ne plaisoit ce mie a teus i avoit des barons.

XV. Coment Buiemons par la priere le Duc ala a lempereur qui lavoit mande querre.

Buiemons et sa gent trespasserent Macedoine et les autres terres jusque il aprocherent a Costantinoble. Quant li Empereres le sot il envoia derechief granz messages a lui et li prioit mout efforciement que il lessast son ost et venist parler a lui a pou de gent. Li Dux ne savoit que fere car il estoit eu pooir et eu dangier a ce grant home; si le dotoit mout a corrocier. Dautre part il savoit sa faussete et sa decevance et avoit bien aperceu que il ne lamoit mie: por ce si cremoit a aler a lui. Tandis com il estoit einsi entre deus ezvos le duc Godefroi qui vint a Buiemont le jor du Juesdi absolu; car li Empereres ot tant prie le Duc porce que il doutoit que Buiemonz ny venist mie volentiers que li Dux ala encontre lui por li fere venir a lempereur. Quant li Dux et Buiemons sentrevirent mout fu grans la joie que il sentrefirent; puis parlerent de maintes choses. Apres entra li Dux en la priere que il venist a son pere lempereur. Buiemons le fist mout a grant peine mes toutevoies le vainqui la priere le Duc et li fist aler. Li Empereres le receut a grant enneur et a grant joie et le besa; puis parla tant au Duc et a lui que Buiemonz par le conseil le Duc fist a lempereur homage de ses mains et li jura feeute com a son seigneur. Lors veissiez venir du tresor lempereur trop granz richesces or et argent et pierres vessiaus et dras de soie tant et teus que a peine les peust len prisier. Tandis com Buiemonz demoroit eu palais Tancrez ses nies filz de sa sereur qui mout estoit sages et de grant cuer not cure de veoir lempereur ne de parler a lui; aincois fist passer tout lost outre le Braz saint Jorge et logier en Bithine pres de Calcedoine ou li oz aus autres barons estoit pieca. Li Empereres quant il sot que Tancrez lavoit eschive en fu mout iriez; mes il nen fist onques semblant come cil qui bien savoit covrir son cuer: aus barons que il avoit avec lui faisoit mout grant joie et chascun jor leur donoit granz dons et noveles choses; puis sen partirent par son congie et passerent le Braz avec les autres. Iluec estoient a sejor et atendoient la venue des autres barons. Grant plente leur aportoit len de viandes et dautres choses de la cite de Costantinoble et du pais entor.

XVI. La setisme muete qui fu du conte de Flandres par mer.

Roberz li cuens de Flandres qui ainz lyver estoit venuz a Bar une cite en Puille ou li cors monseigneur Saint Nicolas gist avoit passe mer et estoit descenduz a Duraz. Iluec en mout beaus leus et mout plenteis avoit iverne. Mais si tost com li noviaus tens vint il se mist a la voie apres les autres et mout se hasta deus aconsuivre. Mais ainz que il venist en Costantinoble ausi com il estoit avenu aus autres barons il receut les messages lempereur qui li distrent de par lui que il lessast son ost et venist veoir lempereur et parler a lui a pou de gent. Il demanda et sot bien coment li autre baron sestoient contenu de cele chose: por ce fist il autel et vint en Costantinoble a pou de compaignie. Li Empereres le receut a mout grant joie et a mout grant enneur; mout parlerent ensemble; puis si com li autre avoient fet il li fist homage et serment de feeute. Li Empereres li dona granz dons et a touz ceus de sa compaignie. Quant il et ses genz orent iluec este une piece a sejor par la volente lempereur fist passer ses genz; il meismes ala apres les autres barons qui a grant joie le receurent. Mout parlerent ensemble de leur aventures de la voie et mout prenoient conseil sovent que il feroient dilec en avant. Forment leur desplesoit la demeure des autres barons quil atendoient; mais ne tarda gueres que li message le conte de Toulouse et levesque du Pui vindrent qui leur noncierent que leur seigneur venoient et que il estoient si pres que par tens seroient en Costantinoble.

XVII. De la uitisme muete qui fu du conte de Toulouse et de levesque du Pui et dautres.

Cil dui preudome estoient meu ensemble de leur pais atout mout grant gent. Avec eus sestoient acompaignie pluseur vaillant home et puissant de ces terres: il estoient Guillaumes li evesques dorenge; Raimboz li cuens de cele cite; Gasces li cuens de Bediers Girars li cuens de Rossillon Guillaumes de Montpellier Guillaumes li cuens de Fores Raimonz Pelez Centons de Bearz Guillaumes Amaneus et maint autre baron qui por le servise Jhesu Crist lessierent leur pais et leur lignage et touz leur deliz. Cist vindrent tuit en Lombardie et passerent delez Aquilee puis vindrent en la terre qui a non Istre; diluec en Dalmace qui est mout grant terre entre Hongrie et la mer Adriane. Iluec a quatre arceveschiez Jadres Spalete Antibare et Raguse. Li pueples de la terre est crueus acostumez a rober et a ocire; montaignes i a et forez mout granz; la terre est pleine de parfondes eaues coranz et de lees mareschieres: si que petit i a de terres gaaignables. Bestes y ont grant plente par les pastures de quoi il se vivent. Nequedent cil qui abitent pres de la mer sont dautre maniere dautre habit et dautre vie et de langage; car cist parloient romanz; li autre ne parolent se esclavonois non. Li preudome dont je vos parle vindrent en celes terres; mout i orent granz travaus et granz meseses por liver qui mout estoit aspres et por les voies qui trop estoient desaivees. De viandes y orent merveilleuse soufrete car toute la gent de la terre por peor des pelerins avoient lessie citez chastiaus et villes por foir et repondre ez forez et ez montaignes; et la en avoient toutes leur choses portees. Dilec porsuivoient les pelerins; ceus que il trovoient febles vieus ou malades qui demoroient apres lost ocioient touz. Li Cuens qui estoit sages se prenoit garde de lost: les autres barons envoioit avant; il fesoit touzjorz larriere garde o grant plente de sa gent bien armee entour lui. Li airs de la terre estoit si plains de broine et si espes que cil darrere pooient a peine suivre ceus davant; car cele terre si com je vos ai dit est si pleine de russiaus et de paluz que une si grosse niele en sordoit chascun jor que il sembloit que len la peust enpoignier et cremoit chascuns que il ne deust esteindre. Dautre part li Esclavon et cil de Dalmace qui savoient les leus et le pais leur fesoient maintes saillies aus pas et ocioient assez de la gent desarmee. Li Cuens et li autre preu chevalier de lost les forclooient tele eure ert et en depecoient assez; mais plus en oceissent se il neussent les bois et les reces si pres. Aucune foiz avint que li Cuens en prist ne sai quanz touz vis; si leur fist couper les piez et les mains et les lessa enmi la voie por espoenter les autres qui apres vendroient. En ceste maniere furent .iii. semaines parmi cele terre en grant peril et en grant mesese. Puis vindrent a un chastel qui a non Scodre; iluec trouverent le roi desclavonie. Li Cuens qui estoit mout sages et mout acointanz parla mout bel a lui et li dona largement de ses joiaus et granz dons; car il avoit esperance que par ce li feist tenir pais a sa gent et commandast que il eussent marchie de viandes. Mais ne valut rien: onques por nul servise ne porent adoucir son cuer ne amoloier les genz de la terre; aincois les troverent plus crueus et plus vilaines que devant. Ainsi refurent apres trois semaines en cele doleur; car il mistrent quarante jorz a passer cele terre; puis vindrent a Duraz.

XVIII. Coment li Empereres manda ses messages au cuens de Toulouse que venist a lui.

Li Empereres avoit sospeconeuse la venue le Conte por ce que il savoit celui a sage home et de grant cuer: et bien avoit oi dire que mout avoit avec lui grant plente de bone gent. Por ce li envoia a lencontre jusqua Duraz hauz homes de sa terre qui vindrent a lui et li baillerent les lettres lempereur qui parloient en ceste maniere apres le salut: La bonne renomee qui cort de toi par tout le monde nos a dites certeinnes noveles que tu es hom de grant sens de grand pooir et de grant proesce. Por ce nos te desirrons mout a veoir et a ennorer com celui que nos amons de bon cuer et prisons. Si te fesons prier mout acertes et requerons a grant don que tu par nos terres faces passer ta gent sanz outrages et sanz torfez. Si te haste de venir a nous touz seurs davoir nostre grace et nos bontez. Nos avons commande a ces messages que il facent avoir a ta gent viandes et touz lor estovoirs a pris resnable. Quant li Cuens et tuit li autre baron oirent ces letres mout en furent joieus et lie car trop avoient eu longues soufretes. Il se mistrent a la voie par forez et par montaignes; passerent la terre depire puis vindrent en Pelagoine ou il troverent mout grant plente de touz biens. Li vaillanz evesques du Pui se fu logiez un pou loing de lost por un beau liu que il y trova. La nuit saillirent a ses heberges li Bougre de la terre et le pristrent; mais por ce quil devoit encore avoir grant mestier a la Crestiente le garda Nostre Sires quil ne locistrent mie; car li uns des Barbarins li demandoit de lor et por ce le defendoit et se combatoit aus autres quil ne loceissent. Endementres la noise fu oie ez heberges: li oz sestormi et crierent aus armes; puis corurent sus a ceus qui la sestoient embatu et rescoustrent levesque a toutes ses choses. Lendemain repristrent leur chemin; si trespasserent Salenique et toute Macedoine puis apres granz travaus et maintes jornees vindrent a une cite qui a non Redost et siet seur le Bras saint Jorge et est loing de Costantinoble a .iiii. jornees. Iluec revindrent li message lempereur au Conte qui mout li prierent de par leur seigneur que il venist avant son ost a pou de compaignie a Costantinoble. Messages i avoit ausi de par les barons qui avoient passe le Braz et requeroient ce meismes et de bouche et par les letres leur seigneurs. Li Cuens meismes i avoit messages envoiez avant por savoir lestre de la terre et des Barons. Icil message estoient iluec retourne a lui qui mout saccordoient a ceste chose et mout li looient que il feist ce que li Empereres li requeroit.

XIX. Coment li cuens de Toulouse vint en Costantinoble.

Par la force des proieres covint que li Cuens le feist einsi. Il lessa lost en la garde aus autres barons et vint a Costantinoble a pou de gent. Pluseurs messages encontroit en la voie qui tuit le venoient querre. Quant il vint devant lempereur mout fu receuz a bele chiere et a grant joie et de lui et de touz les barons du palais. Apres fist li Empereres parler a lui; il le requist mout doucement que il por avoir a touzjors amistie et aliance a lui et por son preu que il i auroit grant feist homage a lempereur si com li autre avoient fet. Il respondi tout estrousseement que il ne le feroit mie. Li Empereres en ot grant desdaing et mout en fu iriez. Il envoia querre ses connestables de ses sodoiers et ceus qui sentremetoient de sa gent a armes; puis leur commanda a conseil mout celeement que il agaitassent leur point et se ferissent en lost le Conte et leur feissent tout le mal que il porroient et en oceissent grant plente. Ce comanda li Empereres plus seurement por ce que il savoit que cil doutre le Braz ne leur porroient venir aidier et por ce que il estoient si home ne li nuiroient mie si legierement. Si avoit commande que toutes les nes qui passeroient de la por porter viandes ou por autres choses sen revenissent tantost a la cite si que cil de la en eussent touzjorz soufrete ne ne peussent retorner de ca se il bien vousissent. Car touzjorz avoit il sospeconeuse la grant assemblee de noz genz se il fussent en leu ou il li poissent nuire. Por ce les avoit fet passer dela lun apres lautre. La bele chiere quil lor avoit mostree et li grant don que il leur donoit venoient plus de barat et de peor que damor ne de largesce. Mes nostre gent meismement li Francois ne pooient croire que cele joie que il leur fesoit ne cele grant richesce que il leur espandoit venist de traison ne de mal: il ne savoient pas espoir lors tant come il font ore.

XX. Coment la gent lempereur vindrent forfaire a la gent le Conte.

Cil connestable qui avoient eu le commandement lempereur parlerent a leur gent et les embuschierent pres de lost le conte de Toulouse. La nuit quant cil cuidoient estre tout asseur la gent lempereur se ferirent entre eus et assez en ocistrent et dechacierent ainz quil se fussent esveillie ne aperceu. Mes quant li criz leva et li preudome de lost connurent la traison il sarmerent et retindrent leur genz qui senfuioient; puis corurent sus a cele gent lempereur et en ocistrent assez et le remenant chacierent. Quant vint au matin mout se comencierent cil de lost a esmaier du travail que il avoient soufert et de la traison des Greus; si leur comencierent mout li cuer a refroidier de cele voie et li proposemens du pelerinage leur falloit touz; si que ne mie la menue gent mes pluseur des granz genz avoient oblie leur veuz et leur enneurs et sen voloient retorner en leur pais. Mes li preudome li evesques du Pui et li evesques dorenge estoient encontreus et maint clerc preudome et religieus qui leur disoient la parole Nostre Seigneur et les reconfortoient mout bien et leur mostroient quen cele retournee perdroient il lenneur de cest siecle et de lautre. Einsi les retindrent a quelque peine. Quant li Cuens qui estoit en Costantinoble oi la traison que len li avoit faite en son ost tout fu desvez et tantost envoia de ses homes a lempereur et li manda que il lavoit trai; car tandis com il le retenoit avec lui et li fesoit grant feste li avoit fet ses genz ocirre en traison. Aus barons meismes doutre le Braz qui lavoient fet venir en Costantinoble manda il la desloiaute que li Empereres li avoit feite dont il les requeroit bien com ses freres et ses compaignons qui il la li aidassent a vengier. Bien poez entendre que se li Cuens eust le pooir de ce amender en cele terre a peines alast avant jusque la chose eust ete chier comparee; car il estoit hom de grant cuer qui mout a peine oblioit honte que len li feist et mout voloit ouvrer de soi par son conseil et par sa volonte. Li Empereres vit que la chose estoit trop alee avant si se repenti mout de ce que il avoit commande en son corroz et mout se hata de metre conseil en cele chose; et manda Buiemont et le conte de Flandres que il venissent a lui porce que il les voloit envoier por apaisier le conte de Toulouse. Cil vindrent qui mout estoient irie de ce qui estoit avenu alerent au Conte de par lempereur; mes plus li distrent de par eus meismes que de par lui: bien li mostrerent que nestoit mie ne tens ne leus de vengier les hontes que len leur fesoit eu service Nostre Seigneur car ce seroit empeeschier la grant besoigne que il avoient emprise por sauver leur armes et dautre part se il le voloient fere nen avoient il mie le pooir: por quoi mieuz estoit aceler leur pensers que descovrir leur cuers a leur domage et a leur honte. Li Cuens encore fust il iriez nestoit mie fous ainz soufri que ses sens vainquist son corroz et dist que il sen metoit sur ces deus preudeshomes qui a lui parloient et les en creroit. Il vindrent a lempereur et priveement li mostrerent auques durement la lede oevre qui estoit avenue: lempereres entendi la grant ire que il en avoient ez cuers et fist venir le Conte au palais et sescusa devant touz et privez et estranges en jurant que ce fet il ne lavoit voulu ne commande ainz li desplaisoit mout; et encor ni eust il coupe pres estoit de restorer au Conte les domages que len li avoit fez en son ost selonc ce que il porroit. Einsi chascun jor plus et plus se pooit len aparcevoir de la grant haine que li Grec avoient aus Latins et de la desloial felonie que li Empereres avoit en son cuer contre nos gens. Mes a soufrir le convenoit car len ne le pooit amender.

XXI. Coment li cuens de Toulouse par la priere aus autres barons fist homaige a lempereur.

Selonc le conseil aus autres barons li Cuens fu a ce menez par les granz prieres lempereur que il li fist homage et li jura feeute si com li autre avoient fet; et fu entreus afermee la pais et lamor. Li Empereres li dona si granz dons et tant que tuit sen esbahirent et merveillerent cil qui le virent. Li autre baron meismes qui estoient passe de ca receurent noviaus presenz et riches; puis passerent le Braz et retornerent en Bithine. Mout orent prie le Conte quil ne demorast mie apres eus. Li oz le Conte vint en Costantinoble; il les fist passer outre le Bras et logier avec les autres. Il se demora en la ville por aferes que il i avoit a atorner; et com cil qui estoit sages hom semonoit et prioit souvent lempereur que il empreist le servise Nostre Seigneur et vousist estre sires et chevetainnes de ce grant ost ou il avoit tant de preudeshomes; et eust esperance que Nostre Sires li feist tel enneur que il delivrast son pueple et sa terre par lui. Bien li savoit mostrer li Cuens selonc ce que li autre baron li avoient mostre quil parlast; et il meismes en avoient parle. Li Empereres leur respondoit a touz en une maniere: que mout estoit haute chose et granz de ce pelerinage et mout desirroit il a deservir le pardon et sur toute rien li plairoit la compaignie de si hauz preudeshomes; mes entour lui et entour son empire avoit se disoit il mout crueles genz et mout desloiaz les Bougres les Comains les Pincenels qui mout volentiers feroient mal a ses genz et conquerroient de son empire volentiers ce que il en porroient prendre; et por ce li seroit granz peril desloignier sa terre. Beau le disoit par dehors; mes ce que il pensoit vers nostre gent nestoit se tricherie non et desloiautez; ne il navoit talent daidier a nostre gent: ainz avoit bien en son cuer que il leur nuisist a son pooir. Cil qui estoient outre le Braz Godefroiz li dux Buiemons li cuens Roberz de Flandres li evesques du Pui atornerent leur afere par eus et distrent quil se treroient vers Nique por atendre iluec les autres barons qui venoient. Quant il aprochierent dune cite qui a non Nicomede qui est la plus ancienne cite de Bithine estesvos Perron lermite a tout un pou de sa gent qui li estoit remese qui issirent dune povre leu ou il sestoient tapi por liver et vindrent encontre ces barons; si les saluerent. Cil leur firent trop grant joie et mout leur demanderent de leur voies; granz dons leur donerent si que il orent a plente touz leur estovoirs. Pierres leur conta toutes ses mesaventures et bien leur dist que ce avoit este plus par la folie et par loutrage de ses genz que par autre chose. Cil preudome dont je vos ai dit orent gent assez et vindrent a Nique et lassistrent le quinziesme jor de mai. Places lessierent assez a logier les autres barons que il atendoient. Li cuens de Toulouse ot fetes ses besoignes en Costantinoble puis prist congie a lempereur qui li donna riches dons touz noviaus et vint apres les autres hastivement au siege de Nique.

XXII. La neuvisme muete qui fu du duc de Normendie et de pluseurs autres barons.

Endementres que il fesoient ce Roberz li dux de Normendie et li autre haut home qui estoient avec lui cest a dire Estiennes li cuens de Chartres et de Blois et Eustaces li freres le duc Godefroi envoierent a lempereur et aus autres barons leurs messages et manderent que il venoient. En leur compaignie estoit li cuens Estiennes daubermale Alains Ferganz et Conains dui haut baron de Bretaigne; li cuens Rotrous du Perche Rogiers de Barneville. Tuit cist et autre chevalier assez estoient en lan devant a lentree diver venu en Puille avec le conte de Flandres et avec Huon le maine. Mes quant li autre passerent jusqua Duraz cil por laspresce de liver se remestrent en Puille et en Calabre qui sont mout plenteives terres. Quant li noviaus tens fu venus il assemblerent leur genz et atornerent leur passage; en mer se mistrent et vinrent a Duraz; pour ce que il avoient demore se hasterent mout passerent Macedoine et les deus Traces; par granz jornees et par granz travaus vindrent en Costantinoble. Li Empereres les manda devant soi. Cil qui bien avoient seu coment li autre sestoient contenu envers lui vindrent en son palais; il les receut a mout grant joie; tuit si baron leur firent mout grant feste; il parla a chascun par soi mout dolcement et mout bien et mout bel les acointa; puis leur fist requerre que de lomage et du serement le feissent einsi come li autre avoient fet qui avant estoient passe. Cil en orent conseil entreus et distrent que il ne leur estoit nule honte de suivre lessample a si preudeshomes ne de fere ce que plus haut home et plus sage deus avoient fet. Il devindrent si home et feeute li jurerent. Li Empereres les receut en sa grace et leur dona tant que il sen esbahirent tuit; car li don estoient si riche et si divers que il navoient oncques mais teus veuz. Puis pristrent congie a lempereur passerent le Braz saint Jorge et vindrent en grant haste a Nique la ou li oz de la Crestiente les atendoit. Granz fu la joie quant cil furent venu qui li darrenier estoient; il se logierent ez places que len leur avoit gardees.

XXIII. La somme de lost quant il furent tuit ensemble au siege de Nique.

Tatins estoit uns Greus trop bien de lempereur la plus desloiaus riens et la plus fausse que onques fust; et bien le sembloit car il avoit unes narilles remulees. Icist par le commandement son seigneur se mist avec nos genz et dist que il les conduiroit; car il savoit trop bien tout le pais et touz les trespas ou il voloient aler. Mes li Empereres ne lavoit fet se por mal non; car il se fioit si en la desloiaute cestui que il savoit bien que il leur sauroit touzjorz porchacier leur pis et conseillier a fere leur domage. Si estoit einsi come la coluevre entre les anguiles. Et li avoit commande li Empereres que tout lestre et le proposement des Barons li feist chascun jor savoir; et si li manderoit selonc ce sa volente. Ici furent premierement les genz ensemble et firent un ost de ceus qui de tantes parties et par tantes voies estoient venu en ce leu. Lors aprimes sentrevirent li baron chevetaine et porent parler des communes besoignes; car onques mes ne sestoient entreveu. Selonc ce que il fu ilec certainement seu par nombre et par esme il orent devant Nique quant il furent assemble .vi c. mil homes a pie; de chevaliers et de serjanz a chevaus et a haubers orent .c m. Mout furent en grant volente trestuit des estraines de leur guerre bien emploier; et mout desirroient si hautement emprendre leur premier fet que toutes autres genz les en doutassent.


LI TIERS LIVRES

I. De la cite de Nique.

De la cite de Nique sachiez quele fu desouz larceveschie de Nicomede; mes li Empereres Costantins la fist oster du pooir a cel arcevesque et fu exemte por enneur de ce que li primerains des quatre granz conciles avoit iluec sis. Car eu tens saint Silvestre lapostoile estoit patriarches de Costantinoble Alixandres empereres Costantins. Arrius estoit uns mescreanz qui mesprenoit ez poinz de la foi et mainte gent le suivoient en ce. Por ce sassemblerent en la cite de Nique au concile .iii c. et .xviii. prelaz et fu ilec despute contre ces popelicans. Par les tesmoins des Escriptures et par lacort des sainz homes qui la estoient fu dampnez Arrius et sa mescreance. Puis apres eu tens a un autre Costantin empereur qui fu filz Yrene se rasembla un autre concile iluec meismes qui fu setiesme: lors etoit Adriens apostoiles de Rome Tareses patriarches de Costantinoble. La furent dampne une maniere de mescreanz qui disoient que toutes les images que len fet en Sainte eglise estoient contre foi et cil estoient desloial et faus crestien qui les i soufroient. Cele cite de Nique siet en un plain; mes les montaignes sont pres: ne sen faut gueres queles ne soient tout entour. La terre est mout bele et mout plenteive. Les granz forez sont delez; uns lais est pres de la cite mout lez et mout lons devers Ocident. Par iluec vient a nes la viande et lautre marcheandise en la cite. Quant il vente mout fierent ces ondes grosses aus murs. De lautre part de la ville sont li fosse le et parfont et plain de leaue du lai et dautres fonteines. Li mur estoient entour fort et haut et espes et plains de grosses torneles. Les genz de la ville estoient fier et hardi et bien ause darmes et grant plente en i avoit. Et quant nos genz aprochierent mout se merveillerent de la force la ville.

II. Qui estoit lors seigneur de Nique.

Solimanz dont je vos ai parle desus qui mout estoit puissanz Turs avoit la seigneurie de cele cite et de toute la terre entour. Mout estoit sages et hardiz et preuz du cors. Des lors que il oi la venue de nostre gent sestoit garniz de ses amis et de sodoiers por defendre sa cite et sa terre. Uns suens oncles qui avoit non Belfeth mout puissanz et mout riches soudans de Perse avoit conquise navoit gueres toute la terre qui est du Braz saint Jorge jusques en Surie ou il a .xxx. jornees de lonc. En ce tens estoit Romains Diogenes empereres qui avoit este devant cest Alexe qui ore avoit lempire. Icil Belfeth avoit done la greigneur partie de cele terre a Soliman son neveu si que il tenoit toute la terre dez la cite de Tarse qui est en Cilice jusquau Braz saint Jorge: en tel maniere neis quil avoit ses bailliz de lautre part ens ens la veue de Costantinoble qui recevoient ses paages et ses costumes des marcheanz de la ville et des autres. Icil Solimanz sestoit trez aus montaignes a tant de gent com il pooit avoir pres de lost a .x. milles; ne ne fesoit que espier coment il poist trouver son point de lost assaillir et alever le siege se li pooirs fust siens.

III. Coment Solimanz enveoit ses messaiges a la cite por eus conforter.

Nostre gent vindrent devant la ville a desroi sanz acort; et sanz commandement comencierent a assaillir. Mes li chevetaine sur qui li fet de la besoigne estoit recomencierent a livrer les places por fere la ville bien asseoir; si que cil dedenz nen poissent issir et gens dehors ni entrassent mie. Mes li granz lais qui touchoit a la ville les destorboit mout car il pooient maugre lost aler et venir par nes tant com il leur plaisoit. Nostre gent navoient nules nes ne ne leur pooient le lai defendre; par terre voirement les avoient il bien assis. Solimanz qui vit sa cite einsi avironee de teus genz et de tant ne fu mie a aise et douta mout que cil de la ville ne sesmaiassent. Por ce envoia deus de ses privez messages et leur comanda que par le lai entrassent en la ville et leur deissent teus paroles: Je vos tieng a si vaillanz homes et de tel proesce que je croi bien que vos ne prisiez gueres cele gent maleureuse qui vos ont assis; car ce sont unes foles genz qui sont venu de mout lointains pais devers soleil couchant; si sont las et desaaisie mal atirie et desgarni; ne chevaus nont mie qui grant travail poissent soufrir. Nos somes fres et noz chevaucheures reposees en noz pais: dont il nest nule doute que noz ne vaillons mieuz que eus; et ce poez vos savoir: car na mie grant tens que nos en desconfismes en un jor plus de cinquante mille. Por ce si vos confortez et maintenez come preudome; car demain dedens leure de none serez vos sanz faille delivre deus touz. Mes soiez bien apense et bien appareille que quant nos nos ferrom en lost vos issiez a porte overte sur eus si que vos aidiez a la victoire et soiez parconnier de lenneur et du preu.

IV. Coment nostre gent pristrent les messages Soliman.

Li message Soliman vindrent par le lai et arriverent un peu loingnet de la ville: puis comencierent a esgarder et a espier par ou il porroient mieuz entrer enz. Noz gens les aparceurent si leur corurent sus. Li uns deus fu ocis au prendre li autres fu amenez touz vis devant les Barons. Il le mistrent a gehine si leur connut la verite et dist que Solimanz les enveoit en la cite por eus garnir et por dire que leur sires vendroit lendemain atout grant genz et se ferroit sodainement en lost. Li Baron le crurent bien si le commanderent a garder et pristrent conseil entre eus que il feroient. Li cuens de Toulouse et li evesques du Pui nestoient mie encore venu jusquen lost; li Baron les envoierent querre et leur manderent quil se hastassent por tel chose. Cil se mistrent tantost a la voie et chevauchierent toute nuit si que il vindrent ainz le soleil levant en lost les banieres levees et sonoient les trompes. Mout i avoit granz genz et bien atornees. A peine sestoient il logie ez places quon leur avoit gardees quant Solimanz vint en tor eure de tierce com cil avoit dit qui pris estoit. Ja estoient descendu des montaignes au plain. La nostre gent qui en estoient tuit apense sarmerent et firent soner les trompes. Chascuns se trest a sa bataille si com il estoit devise et furent li conroi atirie mout vistement.

V. Coment Solimans et sa gent envairent la nostre gent.

De la gent Soliman se parti une bataille des autres ou il avoit .x m. chevaucheeurs; et se trestrent vers la ville endroit la porte devers Midi. La sestoit logie li cuens de Toulouse et li avoit len baillie cele porte a garder. Mes Solimanz qui le jor devant avoit ete espier cele voie ne ni avoit nului veu cuidoit encore que la porte fust delivre car il ne savoit riens de la venue le Conte ne de sa gent. Cele bataille se feri en la gent qui estoit venue. Cil les receurent mout fierement aus glaives et aus espees et assez legierement les domagierent et firent resortir arrieres. Solimans qui les suivoit de pres les fist retorner avec soi et assembla a cele gent le Conte meismes. Li dux Godefrois Buiemonz et li cuens de Flandres virent que trop i avoit des Turs et que li cuens de Toulouse nes porroit pas soufrir; si adrecierent leur batailles cele part et se ferirent en eus. Mout i ot fier chapleiz et espesses meslees et assez i ot morz des Turs. Mout le firent bien iluec Tancres Guiz de Garlande li seneschaus le roi de France Guiz de Possesse Rogier de Barneville: cist emporterent le pris devant touz. Cele bataille dura bien une eure toute entiere. A la fin li Tur ne porent plus nostre gent soufrir ainz se mistrent a la voie et se desconfirent laidement. Nostre gent nes suivirent gueres car les montaignes et li bois estoient pres ou cil se ferirent. Mors i ot le jor des Turs quatre mille et aucuns en pristrent il vis. Nostre gent orent mout grant joie de cele victoire et revindrent a leur siege. Si aceinstrent la ville au mieus que il porent. Por correcier et esbaubir ceus dedenz qui leur secors avoient atendu il firent giter a mangoniaus dedens la ville grant plente des testes aus Turs qui mors estoient en la bataille. Les prisons vis et mille des testes aus mors envoierent de par les barons a lempereur; il leur en sot mout bon gre et trop en ot grant joie. Noviaus dons de joiaus et de dras de soie renvoia a touz les barons mout largement et commanda que vitailles portast len assez en lost et autres choses si que rien ne leur fausist.

VI. Coment li Crestien drecierent perrieres et mangoniaus entour Nique.

Mout penserent li Baron coment cele cite poist estre assise de toutes parz; car autrement ne leur sembloit mie quil poissent la ville destreindre. Par commun conseil se logierent tuit. Devers soleil levant mistrent le Duc et ses .ii. freres atoute leur gent; devers Bise fu logiez Buiemonz Tancres et li autre baron qui estoient venu en leur compaignie; li cuens de Flandres et li dux de Normendie et leur ost se logierent de lez eus; devers Midi fu li cuens de Toulouse Hues li maines li evesques du Pui li cuens de Chartres et autre baron assez atoutes leur genz; si que la cite fu toute enclose fors devers le lai qui estoit en la partie de soleil couchant. Puis envoierent hastivement a la forest et en firent venir grant plente de merrien por fere les engins. Tuit li charpentier de lost et li fevre se trestrent avant de quoi il i avoit assez. En pou de tens leverent en pluseurs leus perrieres et mangoniaus et firent chaz et voies covertes por emplir les fossez et por metre les mineurs aus murs. Assez i ot gite de grosses pierres aus hordeiz et aus torneles si que durement furent desfroissie li mur en pluseurs parties. A ces choses fere mistrent bien .vii. semaines. Assez i ot souvent saillies et bons poigneiz devant les portes. Un jor saccorderent li Baron que len assausist; mes a cel assaut ne domachierent pas mout ceus dedenz ainz i perdirent entre les autres .ii. mout vaillant home: li uns avoit non Baudoins Chauderons riches hom et bons chevaliers nez de Berri li autres de Flandres qui avoit non Baudoins de Gant preuz et hardiz: cil dui sestoient tret mout avant le jor tant que li uns fu morz du cop dune pierre li autres de saiete; et remest li assauz. Un autre jor fu recommenciez li assauz par lacort des Barons; et fu ocis dune saiete Guillaumes li cuens de Forez et Gales de Lisle dune autre. Cil dui estoient haut home et mout assailloient le jor hardiement. En ce tens meismes fu morz en lost de sa maladie Guis de Possesse uns bers de Champaigne larges mout et bons chevaliers. De la perte de ces barons furent mout adoule en lost; mes mout les reconfortoit ce que tuit avoient ferme esperance que Nostre Sire qui en son servise les prenoit les guerredoneroit mout hautement a touzjorz; noblement les enterrerent puis rentendirent a la besoigne.

VII. Coment li Crestien furent mort eu chastel de Fust.

Un jor se furent acorde li chevetaine de lost que les chastiaus que len avoit fet fussent tret avant et approchie des murs; car chascuns des granz homes avoit commande a fere aucun engin errant en sa partie. Li cuens Hermanz nez de Tiescheterre et Henris de Asque qui estoient bon chevalier et emprenant avoient devise et fet fere un chastel de gros tres de chesne: desus avoient mis .xx. chevaliers touz en covert; desouz avoit sergenz et mineurs assez pour piquer le mur. Il aprochierent ce chastel si que il il le joinstrent au mur. Li chevalier desus le comencierent a defendre et cil desoz pecoioient le mur a grant esploit. Li Tur dedenz avoient adrecie la greigneur partie de leur engins a ce chastel et mainz cos i avoient feru tant que au cop dune grant pierre il defroissa et chei si a un fez touz ensemble que onques pie nen eschapa ne desus ne desouz; ains i furent tuit morz. Mout en fu granz li deus en lost et trop en fussent esmoie se ne fust li comforz quil avoient en Dame Dieu. Ne lessierent mie por ce que chascuns endroit soi ne se penast plus de grever ceus dedenz; et tant leur faisoient dassauz et de jorz et de nuiz que pou leur lessoient avoir de repos. Mes une chose estoit qui trop grevoit nostre gent car il veoient chascun jor venir en la ville viandes fresches noveles genz armeures et autres garnisons parmi le lai ne ne leur pooient defendre; trop en avoient les cuers iriez.

VIII. Coment li Chrestien garnirent le lai de Nique.

De ce voudrent li Baron avoir conseil coment il poroient destorber cele venue parmi leaue. Il sassemblerent et a ce fu li acorz que il envoieroient de leur chevaliers sages homes et grant plente de la gent a pie et des engingneurs assez a la mer et prendroient toutes les nes que il porroient trouver et les mettroient sur les chars de lost que il i envoieroient tous; celles que il porroit amener entieres amenroient les autres partiroient en deus pieces ou en trois. Il envoierent bons messages et leur letres a lempereur et li prierent mout dolcement que il leur feist les nes delivrer. Cil sur qui la besoigne fu mise vindrent a la mer sanz demeure troverent les nes a grant plente teles com il en avoient mestier par le commandement lempereur qui volentiers le fist; si les trestrent a sec fors de leaue. Lors coploient quatre chars ensemble ou cinq selonc ce que mestiers estoit; et metoient desus a force de gent les nes toutes entieres. Si mistrent grant plente de gens aus cordes et aus trez qui amenerent ce charroi en une nuit a lost de .vii. milles loing ou de plus. Ces nes furent deschargiees et mises eu lai assez tost; car mout i avoit grant plente de gent armee qui volentiers le fesoient. Il trouverent nageeurs qui savoient du gouvernail assez en leur ost si les mistrent par les nes: mout si offroient a entrer grant plente de preudes gens armees; il en pristrent tant come mestiers fu et en garnirent mout bien les nes; puis les envoierent eu lai. De teles i avoit ou il entroit bien .c. homes a armes; autres .l. ou .xxx. ou .xx. tant que assez en i avoit. Li oz des pelerins come il vit que cele voie du lai fu einsi tolue mout en orent grant joie; et bien leur fu avis que ne dureroit pas longuement li sieges. Li Tur de la ville qui orent veu que nostre gent orent si granz besoignes si fort et si desesperees en si petit de tens trente a fin sesbahirent mout et esmaierent por la vigueur de nostre gent que il orent coneue en ce fet et por ce nomeement que du tout avoient perdue la voie des nes et estoient ore enclos de toutes parz.

IX. Coment li Chrestien asaillirent a Nique viguereusement.

Quant li Baron virent que leur nes aloient a bandon partout le lai et que nus ne leur pooit metre contredit en ce il firent crier que tuit sarmassent en lost et venissent a lassaut. Ainsi fu acorde entreus que chascuns des barons feroit assaillir en cele partie ou il sestoit logiez. Mout comencierent a efforcier et a amonester chascuns sa gent. Li assauz fu graindres que il navoit onques mes este iluec: li un sentremetoient de fere giter les engins dont il i avoit grant plente; li autre de trere avant les chaz et les chastiaus: ni avoit celui qui ni meist sentente et son pooir. En la partie devers midi qui estoit baillie au conte de Toulouse avoit une tour plus haute et plus grosse que nules des autres; delez estoit li palais a la femme Soliman. A ceste tour despecier avoit mis li Cuens son pooir tout par pluseurs jorz car il i avoit fet giter deus grosses perrieres ja longuement; mes il nen avoit abatue nes une seule pierre. Por ce que il neust honte de lessier semprise il avoit fait fere autres perrieres noveles qui gitoient plus grosses pierres. Le jor de lassaut len commenca a veoir crevaces en cele tor qui si longuement sestoit tenue et aus cous des perrieres grant poudre issoit des fendeures. Les genz de lost sen aparceurent et virent que la tor menacoit a chaoir: il trespasserent la fosse et menerent un chat jusques au mur. Iluec commencierent a grant esploit a miner le mur et a percier; cil dedenz gitoient grosses pierres sur le chat et aus ars et arbalestres blecoient mout espessement ceus que il pooient veoir a descouvert; et por ce quil aparceurent que la closture de la tor leur devoit faillir il murerent par dedenz de pierre et de chauz et firent un bon mur fort et espez. Li nostre qui estoient eu chat orent ja fet un pertuis eu mur ou dui home poissent bien entrer li uns lez lautre.

X. Coment li dux Godefroiz ocist le Tur qui tant faisoit de maus.

Sur le mur en cele part ou li dux Godefrois assailloit avoit un Tur grant et fort et hardi qui mout fesoit grant domage a nostre gent et mout en blecoit a trere dun fort arc turcois que il avoit; avec ce a un pou de nostre langage quil savoit ne finoit descharnir et de mesaamer ceus qui assailloient et coarz les clamoit. Li Dux le vit et oi pluseurs foiz si li desplut mout et pensoit coment il porroit ce vengier; tant que il prist en sa main une fort arbaleste et la tendi; si tint tout encochiee. Cil Turs revint et sabandonna; li Dux trest si le fiert trez parmi le ventre si que cil chiet desur le mur a terre. Li huz comenca granz en lost et la joie. Li Dux en ot grant grace et ot maintes beneicons. Li autre Sarrazin qui estoient a la defense en cele partie en furent mout esbahi et espoente si que plus coardement sen defendoient. Li autre qui estoient ez autres parties de la ville gitoient des tours les pierres grosses sur la nostre gent qui estoient a lassaut et mainz en blecoient a giter et a trere. Sur noz engins que len avoit dreciez aus murs lancoient poiz huile et sain puis gitoient brandons et autres choses esprises trop espessement si que mainz en ardirent. Cil qui assailloient en la partie devers le conte de Toulouse a la tour dont je vos ai parle se penoient mout efforciement de miner le mur; mes une chose les desconfortoit trop; car quanque il despecoient de jor cil dedenz refesoient de nuiz si que pres ne lessoient tout et sencommencierent plus povrement a entremettre. Tant que uns mout vaillans chevaliers et mout hardiz de lost aus Normanz vint iluec endroit et comenca a amonester les assailleurs daler avant. Il passa le fosse le hiaume lacie lescu sur la teste et despecoit viguereusement le mur dont il avoient estoupe le pertuis; mes il not point de suite et icil desus giterent mout espessement grosses pierres sur lui si quil lescachierent voiant les autres qui la estoient; puis trestrent a cros le cors amont et le desarmerent: apres len giterent devers les noz. Cil le pristrent et lenterrerent mout honorablement et mout ot grant plainte en lost.

XI. Coment la tour qui estoit minee chei.

Bien virent li Baron que mout perdoient de leur genz en ces assauz et petit fesoient de dommage a leur anemis: por ce sassemblerent et pristrent conseil que len feroit. Uns hons vint a eus qui estoit Longuebars et ot bien veu que la peine a touz les engigneurs de lost navoit gueres la ville aprochiee de prendre. Si dist aus Barons que il estoit mout bon menestereus de fere engins; et se len li faisoit bien querre ses estouvoirs a laide de Dame Dieu il auroit en pou dheure la tour abatue ou len avoit mise tel peine; et feroit large voie por entrer en la ville qui voudroit. Cil qui ce oirent en furent lie bien li pramistrent que il auroit quanque mestier li seroit et pardesus grant loier et riche guerredon se li fez ensuivoit la parole. Cil prist ovriers et ot merrien tel com il devisa. Il fist son engin en brief terme trop bel et trop fort et le joinst au mur tout plein de genz armees et de pioniers. Cil qui estoient sur le mur et sur la tour gitoient a force grosses pierres et granz trez et feu espessement; mes li engins estoit si forz et si roistes que li cop ne li fesoient point de mal ne li feus ne si pooit prendre. Quant cil de la ville saperceurent que il ne pooient nuire a ce chastel si sen espoenterent mout et furent tuit desespere. Li nostre se travaillerent a leur pooir doster les grosses pierres du pie de la tor et metre les estancons espessement forz et reides. Quant il en orent tant mine que il leur fu avis que assez fu il mistrent leur atret bon et grant por le mur qui estoit forment estanconez puis bouterent le feu de toutes parz et se trestrent arrieres dedenz leur engin tout sauvement. Entour mie nuit li atrez fu ars et li estancons si que cele tour sen vint a terre a si grant frois que toute la terre tremblast; mes il ni ot si hardiz qui nen eust grant erreur et grant effroi en son cuer. Noz genz firent soner les trompes et crier aus armes por venir a lassaut.

XII. Coment li Crestien pristrent la femme Soliman.

La femme Soliman qui longuement avoit este a grant mesese en poor et en sospecon dedenz la cite assise quant ele oi la tor cheoir pres que ele ne fu morte de leffroi; ele dist que ce ne porroit ele soufrir et fist appareillier sa navie; si se mist eu lai por eschaper de nuit. Mes nostre gent qui estoient mis ez nes por garder leaue leur vindrent a lencontre; si pristent la dame avec .ii. de ses filz. Devant les Barons les presenterent au matin; si les firent bien garder et autres prisons que il avoient. Li Tur de la ville furent mout a meschief por lentree qui estoit overte si grant; et por leur dame refurent mout esbahi que il avoient perdue; si demanderent trives por parler aus Barons de rendre la ville. Tatins cil Greus dont je vos parlai desus qui mout estoit veziez et malicieus parla aus plus hauz homes de la cite a conseil; si leur mostra que cil pelerin qui estoient destranges parties males genz et cruel barbarin leur feroient tout le mal et destruiroient le pueple et la terre se il se rendoient a eus; car bien savoient il que il tendoient aler avant: mes se il vouloient lempereur ennorer si que il rendissent eus et leur ville en sa main il estoit leur voisin et les garderoit sauvement et feroit mout granz biens. Tant fist vers eus par sa parole que cil de la ville orent conseil; si manderent aus Barons que se il vouloient il metroient en la main de lempereur sauves leur vies la cite et totes leur choses. Ceste parole ne desplut mie mout aus Barons car toute leur entencions estoit de passer outre; et si avoient bien esperance que li Empereres par les convenances qui estoient entreus feist la proie et tout le gaaing de la ville departir en lost. Nequedent aincois que il otroiassent ceste chose touz les prisons que Solimanz avoit de lost Perron lermite qui furent pris au chastel de Civitot et tous les autres qui avoient este pris a ce siege et avant firent venir en lost tuit delivres. Apres bien saccorderent et li grant home et li pueples que il envoieroient messages a lempereur et li manderoient que li Baron et li oz de la Crestiente qui avoient assise Nique lavoient a ce menee par force que cil dedenz sestoient rendu; por ce li mandoient tuit que il i envoiast de ses granz homes et grant plente de gent por recevoir la ville et les prisons de quoi il y avoit mout; car bien sestoient accorde tuit que lenneur en fust seue et que la ville venist en son demeine et li prison en sa volente. Il qui avoient empris leur veuz a accomplir avoient proposement de partir de ce leu et adrecier leur voie vers la terre de Surie.

XIII. Coment la cite vint a lempereur.

Grant joie ot li Empereres de ces noveles. Il ne tarda mie ains i envoia tantost de ses barons plus privez et assez genz a armes qui receurent la cite et la garnirent mout bien de quanque mestiers fu; et firent refere les murs et les despeceiz des torneles. Quanque il troverent en la ville darmeures de richesces et de viandes saisirent a oes lempereur; les prisons envoierent en Costantinoble. A chascun des barons avoit li Empereres letres especiaus et presentez granz dons; mout les mercioit de lenneur que il li avoient fete et de ce que il li gardoient si bien sa feeute; car grant acroissement avoient ja fet a lempire. La menue gent de lost qui mout sestoient traveillie a ce siege et mout i avoient aidie de cuer se pleignoient mout; car grant esperance avoient eue que len leur deust departir tout lavoir et la garnison de cele cite; mes ore emportoient tout les genz lempereur si que leur travail ne leur estoit mie bien guerredone. La parole en estoit mout granz et vint jusques aus Barons. Li Baron distrent que voirement leur faisoit len tort; car les covenances estoient teles entreus et lempereur que se il pooient prendre en cele voie que il tendroient aucune des citez qui eussent ete de lempire il rendroient a lempereur les citez et la conqueste; mes les proies et li gaains seroient departi a lost. Contre ces covenances venoit ja li Empereres. Mes nestoit ore mie leus ne tens demprendre tencons aus Greus; por ce li greigneur home en fesoient taire la menue gent; car li pelerinages en peust estre destorbez. Einsi fu soufert que la femme Soliman et si dui fil o grant plente dautres prisons en furent mene tout sauvement a lempereur qui fist mout grant feste a la dame et aus enfans; tant com il furent en la ville les tint il mout ennorablement; apres dedenz brief terme les renvoia a Soliman touz quites et touz delivres sans raencon. Ce fist il par tele entencion que il eust lamor et la grace des Turs si que il fussent entreus en un conseil et en acort de grever nostre gent; et por autre reson que se il fussent en autel point dautre cite que li Pelerin destrainsissent einsi il neussent doute ne peor deus rendre en la main lempereur. Einsi fu prise la cite de Nique lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .iiii xx. et .xvii. eu mois de juing le vintiesme jor du mois.

XIV. Coment li oz se parti de Nique.

Parti soi li oz par le commandement aus Barons des lieus ou il avoient sis le tierz jor devant lentree de juignet. Il orent ale .ii. jors mout enpais ensemble puis se logierent lez un pont por lese de leaue. Au matin si com il est costume que oz se deslogent a laube du jor ou aincois il passerent le pont et duroit encore loscurtez de la nuit; car il nert mie bien ajorne. Ou par aventure ou tout a escient se partirent aucun des barons des autres. Car Buiemons li dux de Normandie li cuens Estiennes de Chartres Tancres et li cuens de Saint Pol tornerent une voie a senestre et descendirent en une valee qui a non Gorgoni et se logierent iluec entour none lez une riviere ou il i avoit grant plente deaue. La jurent cele nuit tout enpais. Mes il firent toutevoies lor ost bien eschauguetier. Tuit li autre tornerent a destre; toute leur jornee alerent par mout biaus leus; puis se logierent ausi par mout beles praeries sur eaue. Navoit mie des uns jusquaus autres plus de .ii. milles. Solimanz avoit mout le cuer enfle de ce que il avoit einsi perdu sa femme et ses enfans et si noble cite: por ce comenca a suivre nostre gent a senestre et se metoit en grant peine de veoir coment il les peust grever. Mout avoit avec lui grant plente de genz a cheval bien armees; ses espies estoient avec les pelerins qui de tout leur estre lacointoient. Cil li firent asavoir que li oz estoit devisez et que la meindre partie estoit devers senestre plus pres de lui. Il en fu mout liez quant il sot ce et vit que bien estoit poinz de soi vengier. Il ot atornee sa gent ainz le point du jor si com laube comencoit a esclarcir. Les gaites qui estoient un pou hors de lost les aparceurent et crierent aus armes; sonnerent corz et buisines. Li oz sesveilla et sarmerent et atornerent hastivement leur batailles si com eles estoient devisees; les femmes les enfanz les malades et ceus qui armes ne povoient porter mistrent a une part delez unes paluz toutes pleines de roseaus par ou len ne pooit venir a eus; par devant les clostrent mout bien de chars et de charetes de quoi il avoient grant plente. Puis envoierent messages hastivement au grant ost dont il sestoient folement parti et prierent aus Barons que les secoreussent; car mout estoient en grant peril. Quant leur batailles furent einsi rangiees et vint a eure de prime tout droit le premerain jor de juignet estesvos Soliman atout si grant gent que il furent esme a deus cenz mille; ne ni avoit un seul qui ne fust a cheval. Li nostre estoient pou et li plus deus estoient genz a pie: ne fu mie merveille sil douterent cele venue de leur anemis.

XV. Coment li Crestien furent a grant meschief en cele bataille.

Quanz li oz des Turs se feri ens noz la noise fu si granz de buisines et de tabors de criz de genz et de chevaus que li uns ne pooit entendre lautre et estoit grant hideur a ce oir. A la premiere venue li Tur trestent aus noz si espessement que pluie ne gresle ne poist fere greigneur oscurte; si que mout en i ot navrez des noz. Quant li premier orent vuidie leur tarcois et tout tret la seconde route vint apres qui plus encore avoit darchiers et commencierent a traire plus espessement que lon ne porroit croire. Nostre chevalier virent quil perdoient leur chevaus et eus meismes estoient blecie le plus par ces saietes; si fierent des esperons et poingnent aus Turs por eus requerre aus glaives et aus espees; mes li Tur se departirent tuit si que cil ne troverent ou ferir car li Tur les esquivoient. Quant nostre gent se furent ralie et reserre li archier revenoient tantost sur eus et trop leur faisoient grant domages. Einsi avenoit a nos genz de touz leur poindres. Cil qui avoient leur targes et leur escuz les haubers et les heaumes se pooient mieux garantir: la gent desarmee sil ne se botoient entre les chevaus estoient mort ou navre. Bien en i ot ocis des noz que a pie que a cheval .ii. mille. La fu ocis uns trop vaillanz joenes hons preuz et hardiz qui mout lavoit bien fet le jor Guillaumes li fuls au Marquis frere estoit Tancre. Feruz fu dune saete et morut iluec. Uns autres chevaliers i fu ausi ocis de saiete bons chevaliers forz et delivres qui avoit non Roberz de Paris: cil refu morz par sa proesce. Tancres qui estoit si hardis et si seurs fesoit merveilles darmes et sabandonoit si com il ne prisast riens sa vie. Buiemonz le vit; tant desrompi la presse que il vint a lui il le prist par le freing si lenmena hors et le trest arrieres. Li Tur virent nostre gent bleciee et esbaubie si pendirent les ars aus senestres braz desouz les roeles; puis leur corurent sus aus maces et aus espees si que il les firent reuser maugre eus jusque sur le hernois: iluec se tindrent et se garantissoient du roseroi et des charretes. Mout se defendoient vigueureusement et soufroient cele grant plente de Turs qui deschargeoient sur eus les unes routes apres les autres.

XVI. Coment li Crestien gaaignerent grant avoir dedenz les tentes Soliman.

Nostre baron li dux Godefroiz et li autre orent oie novele que la compaignie Buiemont estoit a tel meschief; si se hasterent mout et ensemble vinrent li Dux et si dui frere Baudoins et Eustaces et li cuens Raimons et Hues li maines et assez autres barons. La gent a pie et cil qui estoit mal monte lessierent por garder les heberges: il se mistrent a la voie et furent bien .xl. mille a hauberz et a chevaus. Quant il aprochierent et la gent Buiemont qui estoient si au desouz oirent les trompes et leffroi de ceus qui venoient si leur revint touz li cuers et furent tuit rafreschi. Lors se ferirent en leur anemis et sabandonerent com cil qui riens nes doutoient et le comencierent tres bien a fere. Li bons evesques du Pui amonestoit et reconfortoit les Barons et les Chevaliers; mout les semonoit bel de vengier le sanc des crestiens que li anemi de la foi avoient iluec espandu. Ne demora mie que li baron qui venoient se ferirent emmi les Turs si vigueureusement que il sembloit a chascun que len satendist a lui de toute la besoigne. Tant en ocistrent et abatirent en leur venue que li autre ne les oserent atendre; ainz se mistrent a la voie et se desconfirent mout ledement. Li nostre les suivirent et chacierent bien .iiii. milles ociant quanque il aconsuivoient. De noz prisons troverent pluseurs que li Tur enmenoient si les delivrerent; puis alerent aus tentes Soliman; la troverent si grant plente de richeces de viandes daumaille de chameus et dasnes et de chevaus robes vesselemente paveillons de diverses coleurs et destranges facons quil ni ot celui qui riches ne fust; car bien poez savoir que a deus cens mille chevaucheeurs que Solimanz avoit convenoit mout grant plente de heberges et dautres hernois. Li nostre sen revindrent en leur tentes a grant joie et a grant enneur. Bien perdismes en cele bataille de nostre gent a pie quatre mille; de ceus a cheval en i ot pou de mors. Des Turs en trova len mors trois mille desquels il i avoit assez de granz homes. Cele bataille dura dez eure de prime jusquapres none et mout sovent en orent li nostre le peior; car si come je vos ai dit Solimanz en avoit .ii c. mille des noz ni avoit que cinquante mille a cheval quant il furent tuit assemble. Quant Nostre Sires ot einsi donnee celle victoire a sa gent il se reposerent en ces biaus leus ou leur tentes estoient .iii. jorz: leur chevaus rafreschirent; des armes et de lautre gaaing que il avoient fet sapareillierent et atornerent mout bien ceus qui nestoient mie bien arme. Mout le firent bien en cele bataille et grant pris en orent et auront a touz jorz Baudoins de Borc Thomas de Fere Renaus de Beauvais Gales de Chaumont Gasces de Bediers Girarz de Cherisi. Lors fu accorde entre les Barons et crie par lost que nus ne chevauchast mes par soi sans congie des chevetaines.

XVII. De la grant mesese de soif que nostre gent orent.

Puis que il orent iluec demore .iii. jorz au matin ainz le point du jor firent soner leur trompes et se mistrent a la voie. Il passerent toute Bithine puis entrerent en la terre qui a non Pisside. Mout se penoient de querre adrecoiers tant que il sembatirent en un pais mout sec et mout are tout sanz eaues. Li tens fu si chauz et si ardanz come en juignet; il orent soif en lost si grant que il ne savoient que fere. La gent a pie nomeement failloient et recreoient tuit por le chaut et por la poudre et por la soif. Bien en i ot morz le jor de ceste mesese .v c. que homes que femmes. Et sachiez que une chose i avenoit que nos ne trovons ailleurs en nule estoire; car les femmes grosses qui nestoient mie encore a leur termes par langoisse du chaut et par la mesese de la soif avoient leur enfanz enmi la voie; ne mie seulement les povres femmes mes les riches dames aussi: cestoit mout grant doleur et mout grant pitie a veoir. Li home qui devoient estre plus fort et plus travailleus aloient par les chans gueules baees et queroient moisteur en lair que il ne pooient trover. Li chauz et la sueur les fondoit touz. Les chevaus veissiez et les autres bestes qui ne pooient aler si que assez en estovoit lessier; chiens a chacier oisiaus a deduire ostoirs faucons et espreviers veissiez remanoir et morir. Li grant destrier ou estoit la plus perilleuse faute devenoient ausi come tuit enragie de soif et a poines les pooit len mener avant. Quant il orent longuement este en cele mesese Nostre Sires les regarda qui les fist adrecier en une valee ou il troverent une grant eaue corant. Lors veissiez corre a la rive a grant haste; mainz en i ot qui tant en burent quil morurent iluec: car la gent qui avoient eschive le peril de la mort le trouverent la ou la sante estoit; ce leur avenoit por ce quil ne gardoient mie mesure. Autretel avenoit aus chevaus et aus autres bestes se len leur lessoit tant boivre com il voloient. Quant il furent eschape de cele male aventure en un terre vindrent mout plenteive et mout bele plaine de bois et de rivieres et de praeries et bones terres gaaignables: ce fu delez Antioche la meneur qui est la mestre citez de la terre de Pisside. Iluec se logierent.

XVIII. Coment li ors bleca le duc Godefroi.

Ci se despartirent aucun des barons de lost et tindrent leur voie; por ce que grief chose estoit a trover vitaille a si grant gent ensemble. Li premiers fu Baudoins li freres le Duc; avec lui Pierres li cuens de Stadenois Renarz li cuens de Toul Baudoins de Borc Gilebers de Montcler: bien furent .vii c. a cheval et menerent genz a pie assez. Li seconz fu Tancrez et avec lui Richars de Principat Robers danse et autres chevaliers tant que il furent .v c. chevaucheeurs et orent gent a pie avec eus. Leur entencion et leur proposement estoit que il cerchassent le pais et les terres entour lost; et se il trovoient peril ou de grief pas ou plente de genz qui mal leur vousissent fere que il le fissent asavoir en lost. Il sen alerent tout droit leur chemin et passerent delez .ii. citez: lune avoit non Licoine et lautre Eraclee. Puis tournerent a destre et descendirent vers la marine. Li dux Godefroiz et li autre prince estoient remes ez herberges por les delitables leus que il y avoient trovez et por ce que il se voloient recrier et rafreschir des travaus et des ennuiz que il avoient soufferz; si distrent quil iroient chacier ez forez qui pres estoient mout plenteives de bestes. Au matin il entrerent eu bois: chascuns tint sa voie. Li Dux si com il aloit une sente parmi la forest oi crier un home; il se trest cele part et vit que uns povres hons qui estoit alez querre busche por porter en lost fuioit mout criant devant un ors mout si grant et si orrible que cestoit une merveille. Li Dux sacha lespee si li corut sus por rescorre le povre home; li ors sadreca au Duc et lessa celui quil suivoit. Son cheval li navra si durement quil le gita a terre; li Dux sailli en piez et tint sespee: la beste ne douta mie ce ainz gita un bret de felonie let et hideus puis corut sus au Duc et le mordi mout cruelment en la cuisse. Apres se dreca encontre lui et lembraca a ses pates devant por fondre a terre. Li Dux encor fust il bleciez fu forz et reides ne ne chai mie; puis prist lors par les peus du col a la senestre main por esloignier la teste de lui et li apoia lespee au cors si la li bouta parmi les .ii. costez outre jusqua la crois et labati mort. Apres il sassist car il avoit tant saignie de la plaie de sa cuisse et estoit si forment navrez que il ne pooit sur piez ester. Li povres hons que il avoit de mort rescous corut en lost et leur dist cele novele du Duc. Tuit cil qui loirent furent si effree que il accorurent li Baron et li autre a mout grant haste et le troverent gisant a terre mout vain et descolore; puis le mistrent en une litiere et lemporterent en lost. Si ne fu onques oiz nus graindres pleurs ne plus dolereus criz que fesoient tuit et povre et riche par les herberges. Tantost furent quis partout mire et cirogien por lui garir: il en vint assez car tuit cil riche home i envoierent les leur.

XIX. Coment li Crestien troverent vuide la cite de Licoine et grant partie des autres ou il venoient.

En cele seson meismes avint que cil vaillanz homs Raimonz li cuens de Toulouse acoucha dune maladie mout grief et mout perilleuse. Li oz erroit toutevoies; por ce le covenoit porter en une litiere. Un jor avint que il fu si destroiz de sa maladie que len cuida vraiement que il se morust. Cil qui de lui se prenoient garde plus pres firent metre la litiere a terre car il le virent si afoibloie que il pensoient certeinnement que lame sen alast. Li evesques dorenge qui mout estoit religieus fist la comendacion de lame et la servise come de mort sanz chanter messe. Trop estoit li oz desconfortez por ce que il cuidoient perdre ensemble ces .ii. grans homes qui mout leur estoient de grant conseil et de haute aide. Oroisons en faisoit len par tout la ou len chantoit messes. La povre gent et li riche home meismes en prioient mout de bon cuer que Nostre Sires les leur rendist: aumosnes larges et granz charitez en departoient li Baron a la povre gent. Tant en firent li un et li autre que li Sires en qui toute la pitiez est les en oi et dona sante a ambedeus ces preudesomes en pou de tans si que il chevauchierent parmi lost tuit haitie. Il passerent toute Pisside et puis entrerent en une terre qui a non Licaone et vindrent a la cite qui a non Licoines. Il la troverent toute vuide; si en soufrirent grant mesese de viandes; car li Tur qui avoient oie la novele de nostre gent ne se fioient en nules forteresces que il eussent ainz vuidoient tout et fuioient aus forez et aus montaignes: femmes et enfanz chevaus et bestes et vitailles tout enmenoient. En ce estoit leur grans esperance que nostre gent sen alassent tost outre por ce que il ne trovassent nul bien en la terre: et sans faille ainsi le firent il car il se hasterent mout de trespasser ce pais. Il vindrent a Eraclee puis alerent a une cite qui a non Marase: iluec se logierent et sejornerent .iii. jorz. Baudoins li freres le Duc qui sestoit partiz de lost avoit a ses .ii. freres lessie sa femme: ele fu iluec morte de maladie. Mout estoit haute dame dengleterre preuz et sage et bonne femme Gutuere avoit non; mout lenterrent ennorablement en ce leu.

XX. Du descord qui fu entre Tancre et Baudoin le frere le Duc.

Tancrez qui mout estoit sages et de grant cuer chevauchoit par la terre einsi come querant aventures tant que il vint en Cilice a une cite qui a non Tarse. Icele terre de Cilice est uns des pais qui est en orient. Devers solaus levant si li est Celesurie; devers ocident a une autre terre qui a non Ysaure; devers bise est la montaigne du Tor; devers midi la mer. En cele terre a .ii. grant citez qui sont archeveschiez; lune a non Tarse dont jai parle avant; iluec fu nez messires sainz Pous li apostres; lautre a non Anavarze et a chascune autres citez desouz lui. Tarse cele cite fonda uns des filz Javen qui fu filz Japhet le filz Noe et ot non Tarsis. Nequedent Solins dist que Perseus la fonda. Mes bien puet estre que li uns la fist et li autres lamenda. Tancrez assist cele cite et a ce mena ceus dedenz que par menaces que par beles paroles que il la li rendirent en une maniere. Il mistrent sa baniere sur la plus haute tour de la ville et il leur creanta que il les garderoit de domage ne nul ne giteroit de sa meson ne de la seue chose jusque a la venue de lost: lors il rendroient la ville sanz nul contenz a Buiemont. Einsi fu la parole entreus acordee. En cele cite et pres einsi estoit par toute la terre il i avoit Crestiens Ermins et Greus. Mes ez forteresces estoient Tur qui sentremetoient darmes et avoient la seignorie sur ices genz ne ne soufroient que il sentremeissent de rien fors de gaaigner les terres et de marcheandise. Baudoins li freres le Duc et sa gent que il menoit avec lui sestoient embatu en unes terres gastes ou il avoient eu granz soufretes de viandes: puis errerent tant que il monterent en une haute montaigne dont il porent veoir toute la terre de Cilice et les citez jusques en la mer. Il virent Tarse pres deus et connurent les paveillons et les tentes entour et cuiderent que ce fussent li Tur qui eussent assise la cite. Il descendirent tuit ensemble ez plains aval por savoir queus genz ce estoient et por enquerre lestre du pais. Cil qui estoient en langarde devers Tancre virent ces genz armees aprochier et le firent savoir a leur seigneur. Cil cuidoit certeinnement que ce fussent Tur qui venissent secorre cele ville et fist armer sa gent et metre en conroi; puis issirent hors les banieres levees. Mes quant il aprouchierent et entreconnurent leur armes deca et dela il abatirent leur hiaumes et se corurent entracoler et fere mout grant joie; puis vindrent a la cite. Tancres heberja Baudoin mout bel et mout richement; car il avoit grant plente de viandes dont cil et sa gent avoient grant mestier.

XXI. De ce meismes.

Au matin quant li jorz fu esclarciz Baudoins et cil qui estoient avec lui virent la baniere Tancre sur la plus haute tour de la ville; si en orent mout grant envie et encommencierent a parler en mal de ce que il qui avoient greigneur pooir et plus genz et meilleur ce disoient navoient mie lenneur ne la seignorie de cele ville. Cest bien voirs que Baudoins et Tancrez avoient este jusqua ce jor einsi come frere en trop privee acointance et en leal amor; mes par envie de son cuer et par mauveses paroles qui laticierent fu einsi meuz de cele chose. Tancrez qui estoit mout sages et mout mesurables entendi ces paroles: si se pena mout dapaisier et vint a Baudoin et li mostra que aincois que il fust venuz ne que len seust rien de sa venue furent ces covenances feites entre lui et la ville; et sa baniere mise sur la tor: en ce nentendoit il mie que cil peust avoir nule honte. Baudoins ne se tint mie apaie de ces paroles a ce que il trova bien qui latisa en la folie. De grosses paroles et de ledes dist assez a Tancre si que mout se tint pou que il ne firent leur genz armer por laidir li uns lautre. Lors envoia Baudoins querre ceus de la ville; fierement les menaca quant il vindrent et leur dist que il gitassent jus la baniere Tancre et meissent la seue sur la tor ou sil ne le fesoient seussent il bien que il destruiroit quanque il avoient hors de la ville et la ville meismes prendroit il et fondroit jusquen terre maugrez en eust Tancrez. Cil de la terre virent que Tancrez nes pooit garantir; si firent auteus covenances a Baudoin com il avoient fetes a lui et sa baniere mistrent la ou il la commanda a metre. Tancrez vit la force que len li faisoit si li desplut mout et grant ire en ot a son cuer; mes il covri sa pensee de ce ne ne vout soufrir que li pueples qui estoit meuz de son pais por guerroier les anemis Dame Dieu sentre oceist iluec por achoison de lui. Il se parti de ce leu car il se dotoit que meslee ni sordist et vint a une cite pres de la qui a non Adane. Len ne le lessa mie entrer enz; car uns hauz hom de Borgoigne qui avoit non Guelfes sestoit partis de lost a tout une grant route de gent einsi come li autre et estoit venuz a cele cite; si en gita les Turs par force et lavoit prise et tenoit. Tancrez oi quele estoit eu pooir a nostre gent si envoia bons messages a cestui Guelfon qui le prierent de par lui quil leur feist ovrir les portes et soufrist que ses genz alassent achater en la ville ce que mestiers leur fust: cil le fist mout debonnerement et de la viande leur dona assez por noient car il avoit trouvee la ville mout pleine dor et dargent de robes et de bestes de froument de vin et duile et de tout bien.

XXII. Coment Tancrez prist Mamistre.

Quant vint a lendemain Tancrez prist congie a son oste puis se mist au chemin a toute sa gent. Tant chevaucha que il vint a une cite qui a non Mamistre. Icele estoit des meilleurs citez de toute celle terre et mout fort de bons murs et de granz tors. Ele seoit en une mout plenteive terre et mout delitable. Tancrez vint la et sot que Tur la tenoient. Il se loja tout entor et lassist. Des lors que il vindrent commencierent a assaillir la ville: lendemain ausi et au tierz jor. Tant i firent dassauz et blecierent ceus de la ville que il en furent mout esmaie. Cil dehors pristrent cuer drecierent eschieles et entrerent pardesus les murs. Einsi fu prise la ville a force. Quanque il troverent leanz des mescreans mistrent a lespee. La ville estoit pleine de granz richesces de toutes manieres: viandes y avoit mout; car ce ert une citez ou il avoit mout gent. Tancrez departi tout a sa gent com cil qui bien le sot fere a chascun selonc ce que il estoit; si que tuit en furent riche. Il se refirent mout bien et eus et leur bestes de la mesese que il avoient souferte en la voie. A sejor furent la une piece a grant aise et a grant delit.

XXIII. Coment li Crestien furent ocis par la mauvestie des Turs.

Baudoins vit que Tancrez sestoit partis de Tarse: si manda ceus de la ville et leur dist que il le lessassent entrer enz; car honte li estoit que il cropist iluec longuement et atendist tous oiseus la venue de lost. Cil virent que il navoient mie bien la force contre lui si se douterent que sil ne le lessoient entrer de bon gre il y entrast a force: si firent ce que il porent ouvrirent les portes et vouldrent que Baudoins tenist deus tors ou il se heberjast; et li autre preissent les osteus parmi la ville tout enpais. Li Tur qui avoient eue la seignorie de la ville tenoient encore les autres tours en leur pooir; mout avoient sospeconneus les noz qui estoient hebergie en la ville ne navoient esperance que nus les peust secorre; grant peor avoient du grant ost qui venir devoit. Por ce tendoient a ce et queroient aise coment il se peussent issir de la ville et enmener femmes et enfanz et la leur chose. Il avint cele nuit que .iii c. homes a pie furent meu de la compaignie Buiemont por suivre Tancre. Venu furent a la cite de Tarse ou il le cuidierent trover. Quant Baudoins sot queus genz cestoient et que il aloient en laide Tancre ne soufri mie que il entrassent en la ville. Cil furent las et travaillie; mout prioient dolcement et crioient merci pour Dieu que len les heberjast cele nuit car il ne voloient se bien non. De ce meismes prierent Baudoin la gent a pie de sa compaignie; mes il nen voloit oir nului. Toutevoies por ce que cil dehors avoient mesese la menue gent qui estoient en la ville leur avalerent assez par le mur en cordes pain en corbeillons vin en botiaus et dautres viandes ce que il porent; tant que il passerent bien cele nuit. Quant il furent endormi en la ville et cil meismes defors tout droit au prinsome avint que li Tur qui estoient ez tors ouvrirent les portes dont il avoient les cles mout soef et sanz noise leur femmes et leur enfanz et toutes leur choses mistrent hors et ausi tuit li mescreant de la ville; car il ne demoroient mie seurement avec leur ostes. Il sen issirent apres hors de la ville. Quant leur hernois fu esloignez il vouldrent lessier enseignes mout crueus de leur departie et vindrent aus .iii c. pelerins qui gisoient dehors la porte. Mout se dormoient fermement come cil qui rien ne cuidoient douter touz les ocistrent; se aucuns en eschaperent ce furent pou.

XXIV. Coment Guinemerz et li galiot sacompaignerent a Baudoin.

Lendemain quant li nostre sesveillerent par la ville il virent les tors ouvertes et les mesons vuides: bien sorent que li Tur sen estoient foi mout sen esbahirent. Si cerchierent par ces murs et par ces portes por enquerre coment il sen estoient ale. Tant alerent que il troverent cele grant ocision qui estoit fete a la porte. Lors commenca uns diaus et uns pleurs mout granz en la ville. Tout ce metoient sur la coupe Baudoin et a ses chevaliers. Tant monta li corroz que la gent a pie salerent armer por corre sus aus chevaliers; car il voloient vengier la mort a leur freres a cui len avoit vee le recet ce disoient par grant outrage et par grant desloiaute; et se cil ne fussent feru ez tors il les eussent touz decoupez. Li chevalier se tindrent tuit coi jusque la gent a pie se furent un pou refroidi: puis envoierent messages qui parlerent a eus et prierent que il soufrissent que Baudoins parlast oiant eus; il le vouldrent. Baudoins sescusa devant touz et jura mout et aferma que por nule autre chose ne leur avoit lentree defendue se por ce non que il avoit jure a ceus de la ville que par lui ni entreroit nus devant que li granz oz venist. Par ces paroles et por ce que li autre baron sentremistrent de la pais et parlerent debonnerement au pueple Baudoins fu racordes a la gent a pie et si chevalier ausi. En cele cite demorerent a sejor ne sai quant jorz. A un matin virent en la mer une navie qui estoit bien a trois milles de la cite de Tarse; il issirent hors de la ville et descendirent a la mer. Cil se raprouchierent si que il parlerent ensemble. Bien distrent cil des nes que il estoient crestien. Len leur demanda de quel terre; il respondirent de Flandres de Hollande et de Frise; et ce estoit voirs que il avoient este galiot et ulague de mer bien huit anz; or sestoient repenti et pour penitence venoient en pelerinage en Jherusalem. Cil les semondrent que il venissent a terre et il i vindrent et mout sentrefirent grant joie. Il avoit un mestre deus qui avoit non Guinemers et estoit nez de Boloigne sur la mer de la terre le conte Eustace le pere au duc Godefroi. Quant il oi que Baudoins li filz son seigneur estoit iluec il lessa ses nes et dist que il iroit avec lui en Jherusalem. Mout estoit riches de ce mauves gaaing; si avoit assez genz qui estoient a lui que il mena avec Baudoin. Et Baudoins lessa pour garder la ville .v c. homes a armes; puis se mist a la voie por querre aventures einsi comme devant.

XXV. Coment Baudoins et Tancrez se combatirent.

Il tindrent le droit chemin tant que il vindrent a la cite de Mamistre que Tancrez avoit prise a force sur les Turs si com je vos ai dit. Bien se pensa Baudoins que len ne le leroit mie entrer en la cite; pour ce se logierent ez jardins entour. Tancrez sot que Baudoins que il namoit mie estoit venuz si pres de lui: ne not mie oblie le tort et loutrage que cil li avoit fet: si fist ses genz armer et dist que li poinz estoit venuz de soi vengier; car il estoit pres de son recet et cil estoient loing du leur. Il envoia tout avant archiers a grant plente qui les chevaus que il avoient ja envoie par les pastures leur navrerent et assez en ocistrent. Tancrez ot avec lui .v c. que chevaliers que sergenz a chevaus armez de haubers et se ferirent soudainement ez genz Baudoin qui ne sen prenoient garde. Assez en ocistrent et plus en navrerent. Cil se corurent armer vistement; puis revindrent contre ceus qui coroient par leur tentes; et commenca la bataille mout grant et mout fiere. Mes ne dura gueres ilec; car Tancrez navoit mie si grant route que il peust soufrir la gent Baudoin. Por ce se voudrent retrere arrieres et entrer en leur ville; mes leur anemi les enchaucierent durement si que a foir les covint. Il avoit un pont sur un flun entre lost et la cite; la gent Tancre sy entasserent mout durement si que il en y ot assez perduz que ocis sur le pont que noiez en leaue. Quant cil se furent receu dedenz la ville mout orent les cuers iriez et se vouloient armer et prendre plus genz por retorner arrieres; mes la nuiz vint qui destorna ce conseil. En ce poigneiz fu pris Richars de Principat cousin Tancre et Roberz danse dui haut home: par leur conseil et par leur aticement avoit Tancrez coru sus a Baudoin et a ses gent. De lautre part fu pris uns mout haus hom Gilebers de Montcler. Mout furent irie de ca et de la pour ceus que il avoient perdu; car il cremoient que cil ne fussent ocis ou noie. Quant vint a lendemain et leur cuers furent un pou desenfle messages envoierent li un aus autres et sorent que cil vivoient de cui mort il doutoient plus. Preudome sentremistrent de parler de pais. Nostre Sires leur adoucit les cuers si que il revindrent en bone acorde et en prime amor; leur meffez sentramenderent et sentrebeserent en bone foi.

XXVI. Coment li Tur et li Hermin envoierent granz presenz a Tancre.

Conseil ot Baudoins que il niroit en avant aincois sen retorneroit en lost des Barons qui estoit venuz jusqua Marase si com je vos ai dit porceque il avoit oie la nouvele coment li Dux ses freres avoit este navrez perilleusement; si le voloit veoir et savoir son estat. Li consaus fu que Tancrez alast avant. Baudoins lui lessa Guinemer et ceus qui estoient venu en la navie. Il trespasserent toute Cilice et quanque il porent trover de forteresces aus mescreanz abatirent ardirent les villes et ocistrent leur anemis; puis vindrent a une cite qui a non Alixandre la petite si la pristrent par force et conquistrent tout le pais entour. Li Ermin et li Tur qui abitoient ez montaignes de cele terre oirent la novele que Tancrez et sa gent estoient si preu que riens ne pooit tenir encontre eus: si orent grant peor que il qui avoit tout le plain conquis ne vousist venir sur eus ez montaignes et destruire la terre et les genz. Pour apaisier son corage envoierent a lui bons messages qui li porterent granz dons en or et en argent en pierres precieuses et en dras de soie; chevaus et muls li menerent a grant plente par quoi Tancrez les lessa enpais. Einsi fesoit Tancrez mout bien senneur et son preu par la ou il aloit; si que bien estoit semblans que Nostre Sire li adreicoit sa voie et maintenoit ses oevres.


LI QUARS LIVRES

I. Coment Baudoins li freres le duc Godefroi conquist granz terres.

Or avez oi coment Tancrez se contenoit en Cilice. Li granz oz qui les suivoit vint jusqua Marase. Baudoins qui ot veu le duc son frere sain et haitie ravoit oi noveles de Tancre coment il fesoit sa volente par la ou il aloit. Mout ot grant talent de concueillir genz et de cerchier le pais si com cil fesoit; mes mout avoit perdu grace en lost; car tuit avoient oi loutrage que il avoit fet a Tancre: por ce doutoient mout a emprendre la voie avec lui. Buiemons meismes et sa gent neussent mie legierement soufert que la chose ne fust vengiee se ne fust por le duc son frere. Por ce trova Baudoins pou de compaignons a cele voie. Godefrois qui mout estoit sages hons et de bone volente reprist et blasma mout son frere de ce fet; et a ce le mena que il reconnut voiant touz sa folie et dist que il lavoit amende a Tancre selonc son plesir et encore li amenderoit a sa volente. Et mout jura que plus lavoit fet par autrui conseil que par le suen. Par ce il apaisa les cuers de maintes genz; car il estoit mout vaillanz hom et mout gracieus ne onques mes navoit len aperceue sa vilenie quen ceste chose. Il avoit un home mout acointe de lui Ermins estoit et avoit non Pancraces chevaliers preuz et hardiz mes trop estoit trichieres et desloiaus. Cist estoit eschapez de la prison lempereur de Costantinoble et estoit venuz en lost a Nique ou il sestoit mout acointiez de Baudoin. Icist Pancraces ne finoit de jor ne de nuit de semondre Baudoin et amosnester que il preist gent et sen alast en une terre ou il le menroit qui estoit trop plenteive et la conquerroit legierement. Tantes foiz li dist que Baudoins sesmut atout .ii c. chevaucheeurs et assez genz a pie; si sivirent Pancrace qui les mena devers Bise en une trop riche terre. Li habiteeur de ce pais estoient crestien vrai fors que .i. pou de Turs qui estoient saisis des forteresces. Icil estoient seigneur du pais ne ne soufroient que li crestien sentremeissent darmes. Quant cil qui estoient de nostre foi virent Baudoin et sa gent mout orent grant joie; car il namoient pas la seigneurie des Mescreanz. Tout li baillerent a delivre le pais ou il avoient pooir si que en pou de tens ot toute la terre conquise jusque au grant flun qui a non Eufrates. Mout fu doutez Baudoins par toutes ces terres la entor si que por peor de lui lessoit en les grans forteresces bien garnies et les prenoit sanz contenz. Li crestien qui lavoient receu en la terre devindrent si fier et si hardi que il chacoient touz les mescreanz de cele terre. Aucuns i avoit des barons du pais qui atout leur pooir servoient Baudoin et li aidoient a tous amener a sa volente.

II. Coment Baudoins fu sires de la noble cite de Rohez.

La renomee de ce grant home qui espandoit partout son sens et sa proesce vint jusques aus citeiens de Rohez. Mout les mist en grant esperance que par lui porroient estre delivre du servage ou il avoient longuement este. Li greigneur home qui avoient le pooir de la cite envoierent bons messages a Baudoin et li prierent que por avoir lamor Nostre Seigneur et por faire senneur et son preu venist en leur cite. En ceste cite qui a non Rohez si com len trueve en la Bible envoia Tobies li peres son filz Tobie por demander largent que Gabellus ses cosins li devoit; et cil rendi et dona sa fille a femme. Li citeien de cele ville receurent la foi crestienne tantost apres la mort Jhesucrist par le preeschement saint Jude lapostre le frere saint Symon si come len trueve eu premerain livre de lestoire Sainte Eglise que Eusebes de Cesaire escrist. Il se tenoient encore fermement en cele foi au tens de lors; mais li Tur qui estoient entor eus les destreignoient si que il leur fesoient paier grand treuz et greveuses censes. Chascun an leur vignes et leurs terres quant li tens aprochoit de cueillir les fruiz leur covenoit a raiembre; ou se ce non cil les destruisissent. Nequedent en la ville ne lessoient abiter nului sil ne creust en Jhesucrist; car ceste seule citez sestoit tenue enterinement en la foi. Les autres toutes de cele terre avoient li Tur conquises: por ce grevoient mout iceste gent ne ne les lessoient mie issir de la ville seurement por fere leur besoignes; car de toutes parz entor eus estoit li pooirs aus Turs. En cele cite avoit la seigneurie uns Greus qui mout estoit vieuz ne navoit filz ne fille. Il y estoit des le tens que toute cele terre fu desouz lempereur de Costantinoble; car il i fu envoiez por estre bailliz et quant li Tur pristrent tout ce pais il ne se pot partir de la ville: si estoit remes touzjorz en sa baillie. Nequedent cestoit uns hom qui ne faisoit ne froit ne chaut; ne ne garantissoit point les genz de la ville. Quant li citeien sacorderent por envoier a Baudoin cist le sot et bien si acorda. Quant Baudoins oi que cil de Rohez lenvoioient querre par commun acort si prist conseil a sa gent et atorna que il ot avec lui .iiii xx. chevaucheeurs sanz plus. Il passa le flun deufrate; le remenant de sa gent lessa par les forteresces que il avoit ja conquises eu pais. Li Tur qui habitoient en cele terre sorent que Baudoins devoit aler a pou de gent a Rohez et li firent un embuschement pres de la voie ou il mistrent grant plente de genz armees. Ce fu fet asavoir a Baudoin et por ce il torna en un chastel pres dilec que uns Ermins tenoit; cil le receut volentiers tout sauvement et ennoreement le heberja. Einsi fu iluec deus jorz. Li Tur qui furent ennuie destre si longuement en leur agait issirent hors et vindrent banieres levees devant le chastel ou Baudoins estoit. Nus nissi fors; car il estoient trop grant gent. La proie que il trouverent grant par les pastures enmenerent toute puis sen retornerent en leur terres. Au tierz jor Baudoins issi hors: a la voie se mist et vint a Rohez. Li dux de la ville qui estoit Greuz si come je vos ai dit li vint a lencontre et tuit li autre a cheval et a pie a buisines et a tabors. Li clergiez le receut a procession au plus ennoreement que il porent; car chascuns se penoit de lui fere feste a son pooir.

III. De ce meismes.

Grant sospecon ot en son cuer li Dux quant il vit cele joie que tuit fesoient a Baudoin; par envie comenca a trover achoisons par quoi il se peust partir des covenances que len li avoit mandees qui estoient teles: Baudoins devoit avoir la moitie de toutes les rentes de la cite et de tous les esploiz tant come li Dux vivroit. Apres sa mort qui estoit vieus hom toute la seignorie enterinement escharroit a Baudoin. Or ne se tenoit mes li Dux en ceste parole ainz disoit que se Baudoins vouloit defendre la cite vigueureusement et oster les torz et la force que li Tur leur fesoient tout entor il donroit a lui et a ses genz resnables soldees et bons loiers. Quant Baudoins oi ce que il estoit la venuz por estre sodoiers grant desdaing en ot et dist que il ny remaindroit mie einsi. Por ce appareilloit son retour. Li citeien de la ville sorent que la chose aloit mauvesement; si vindrent au Duc et lui distrent que grans maus et granz perilz seroit se il einsi en lessoit partir ce preudome par qui aide eus et leur choses porroient estre bien gardees et defendues en pais et en franchise. Li Dux vit bien que il porroit fere que fous se il se mettoit ainsi contre tous ceus de la ville; por ce couvri son cuer: voirs est que mout len pesa; mes toutevoies dist que il sy acordoit. Et por fere semblant que il le fesoit de bone volente voiant ceus de la ville avoa Baudoin en filz; il li otroia la moitie de quanque il y avoit en tans de la seue vie; apres son decez le connut a oir du tout. Grant joie firent en la cite quant ce fut fet et mout orent ferme esperance de recovrer la franchise des treuz dont li Tur les avoient chargiez. Des ce jor en avant comencierent a recorder en leur cuers les torz et les grevemenz que li Dux leur avoit fez et bien se penserent que se tens et leus venoit il ne le souferroient plus; ainz se pensoient coment il poroient vengier ce que il avoient soufert ez tans trespassez.

IV. De ce meismes.

Une citez ancienne estoit iluec pres mout forz et bien garnie qui avoit non Samosate. Uns Turs mout desloiaus en avoit la seigneurie Balduc avoit non; trichierres trop mais hardiz et preus estoit aus armes. Cist avoit fez mout de maus aus citeiens de Rohez; treuz corvees et demandes metoit souvent sur eus toutes noveles; et pour ce tenir avoit deus bons ostages leur enfanz. Ceus meismes tenoit il si vilement que se il fussent si serf si en fesoit il trop: car il leur fesoit chargier les fiens curer les boues et fere toutes vius oeuvres. De ce se tenoient cil de Rohez mout agrevez. Il vindrent devant Baudoin aus piez li chairent et mout li prierent doucement a grans pleurs que de celui les delivrast si que il peussent recovrer leur enfanz que cil tenoit trop honteusement. Baudoins vout mout de ceste premiere requeste fere la volente a ceus de la ville por plus aquerre leur grez. Il fist armer quanque il pot avoir de genz et issi de la ville et vint a Samosate. Mout viguereusement fist asaillir a la ville mes cil se defendoient mout bien come gent bien garnie qui estoit en fort leu. Quant Baudoins ot demore ilec ne sai quanz jorz et vit que nestoit pas legiere chose de prendre cele ville il lessa en une forteresce qui estoit pres dilec .lxx. chevaliers et i mist garnison darmes et de viandes. Si leur comanda que touz les jorz coreussent devant la ville de Samosate et ne lessassent issir fors ne bestes ne homes: apres cil sen revint a Rohez. Li citeien de la ville virent que Baudoins estoit mout gracieus sages preuz et vaillanz en toutes choses; si orent mout grant despit de ce que cil hom qui riens ne valoit et mainz maus leur avoit fez estoit non mie seulement ses pareus mes sires en la ville; por ce pristrent conseil entreus et envoierent querre un puissant home qui avoit iluec assez delez eus de bones forteresces ez montaignes; Costantins avoit non. Si sacorderent a ce que il ocirroient leur duc et feroient Baudoin duc et prince sur eus; car mout avoient cueilli entreus grant haine vers cel home qui sanz faille les avoit grevez lonc tens en maintes manieres; car il leur tolloit or argent et quanque li plesoit en la cite. Sil i en avoit nul si hardi qui li osast veer chose qui li pleust tantost par les Turs dont il estoit trop acointes fesoit a celui estreper ses vignes et ses courtilz ardoir ses blez tolir ses bestes; et se il meismes issist fors de la ville bien peust avoir peor de sa teste.

V. Coment cil de Rohez ocistrent le Duc et firent Baudoin seigneur tout seul de la cite.

Norent mie oubliez a ce point les torfez que il avoient tuit soufert de leur duc. Esperance avoient que se il leur fausist Baudoins les defendist mieuz. Por ce salerent tuit armer si com il estoit empris; a cele tour ou cil gisoit comencent a assaillir. Mout hastivement la minerent de toutes parz. Li Dux vit que li pueples estoit si durement aorsez sur lui si apela Baudoin et li pria mout que de son tresor il prist tant come il voudroit et li apaisast cele gent. Baudoins vint entreus et par proieres et par menaces se traveilla mout en bone foi coment il fussent enpais: mes ni pot riens fere car tuit i venoient plus et plus si que li temoutes ne fesoit se croistre non. Baudoins se parti deus parla au Duc et li dist que il prist de li tel conroi come il porroit car il ne pooit a cele gent rien fere. Cil com hom desesperez lia une corde a la fenestre et sen descendoit aval; mais quant il laperceurent il fu feruz de saietes ainz que il venist a terre. Lors le pristrent tout mort et trainerent par la ville puis li couperent la teste. Ne se pooient saouler de fere en lui leur cruautez. Lendemein pristrent Baudoin par force et sur soi defendant leslurent a duc et a seigneur. Serment li jurerent de feeute puis li rendirent la grant forteresce de la ville. Richesces et tresors trop granz que li Greus avoit assemble par lonc tens li baillerent a sa volente. Einsi fut la cite de Rohez bailliee a Baudoin sans contredit. Balduc qui estoit sires de Samosate vit que Baudoins conqueroit et se croissoit par tout le pais; si li envoia messages et li manda que sa cite estoit mout fors ne ne seroit pas legierement prise; mes il la li vendroit se il vouloit et li seroit donee por .x. mille besanz. Baudoins sapensa et conseilla sur ceste parole; puis sacorda au marchie si que il paia cel avoir et receut la cite et les ostages que Balduc tenoit des citeiens de Rohez. Lors parot il si conquis tous les cuers a ceus de la ville que il le clamoient leur pere; tout fesoient quanque li plesoit prest et apareillie de lui obeir en toutes choses neis jusqua la mort.

VI. Coment Baudoins de Rohez conquist Sororge.

En cele terre meismes estoit une cite qui avoit non Sororge ou ne habitoient se tur non; li sires de la ville avoit non Balac. Icil refesoit aus citeiens de Rohez assez de greveus torz et de vilains outrages; tant que il prierent Baudoin leur seigneur que il por Dieu et por eus meist conseil en cele chose. Il le fist volentiers. Si semonst toute sa gent et issi de Rohez; et assist cele cite de Sororge. Lors drecierent leur engins et comencierent mout efforciement a deshorder et depecier les murs et les torneles. Li Tur qui estoient dedenz la ville furent mout esmaie; car bien se penserent que cil ne se partiroient mie legierement du siege; ne si natendoient secors de nule part. Por ce pristrent bons messages que il envoierent a Baudoin et firent leur plet que sauves leur vies li rendroient la cite. Baudoins si acorda et receut la ville. En la greigneur forteresce mist un sien bailli qui ses besoignes li feroit en ce pais. Un treu devisa grant sur ceus de la ville et par itant les lessa; car il navoit mie autre gent de qui il la peust puepler se cil sen alassent. Par la prise de ceste cite fu delivree toute la voie de Rohez jusquen Antioche; car avant ne pooit len mie venir jusque au flun deufrate por les genz de Sororge. Einsi sen revint Baudoins a grant enneur et a mout joieuse feste en sa cite de Rohes. Or vos lerons de cestui; si parlerons des ore en avant coment li granz oz se contenoit qui venoit apres.

VII. Coment li Baron conquistrent Artaise et autres forteresces.

Li dux Godefroiz et la grant gent qui estoient avec lui orent passees mout greveuses voies et furent venu par vaus et par montaignes jusque a une cite qui a non Marese; ce nest mie cele dont je ai parle desus car cele a non Marase: iceste cite estoit abitee de crestiens. Nequedent li Tur avoient la forteresce et la seignorie de la ville qui mout menoient mal les Crestiens. Icil mescreant oirent la venue de nostre gent et senfoirent de nuiz por peor deus; ne ne remest en la ville que la gent de nostre foi. Quant li oz saprocha li Baron sorent la verite de cele ville. Defendre firent et crier que nus ne feist mal a la gent ne a leur choses. Il se logierent dehors en mout beaus leus; vitailles orent assez a bon marchie. Cil de la terre firent savoir aus barons de lost que iluec pres avoit une cite trop riche et mout plenteive de touz biens qui avoit non Artaise ne nabitoient ez forteresces se Tur non. Sur ce il pristrent conseil; apres il i envoierent le conte Robert de Flandres. Il mena avec soi Robert de Rosoi et Goscelon le filz Conon de Montagu. Bien furent .m. a hauberz. Quant il vindrent a cele ville tantost lassistrent. Li Tur ne se fierent mie ez murs de la ville si se vourent trere ez greigneurs forteresces; mes li Ermin et les autres genz de nostre foi a qui li Tur avoient fet longuement granz hontes et mains domages en la ville quant il virent nostre gent grant fiance eurent en eus; si pristrent hardement et corurent aus armes. Ainz que li Tur se poissent estre receu ez tors les occistrent tous les testes giterent par desus les murs a nostre gent puis ovrirent les portes et les receurent en la ville a grant joie. Bien i troverent quanque mestiers leur fu car la citez estoit mout riche. Dilec jusquen Antioche na que quinze milles. Ceste citez est desoz le patriarche dantioche. Por peor de nostre gent sestoient li plus de la gent des Turs enfoiz en Antioche. Quant il oirent que Artaise estoit ainsi prise et cil ocis qui seigneur en estoient il pristrent conseil coment il porroient fere domage a ceus de lost; .x m. en eslurent qui il comanderent ceste chose. Cil sen alerent et quant il aprochierent de lost il se mistrent en un embuschement tous fors trente bien montez et armez legierement quil envoierent por estormir lost. Icil aprochierent tant que li oz les vit car il fesoient semblant de prendre les chevaus et les forriers assez pres. La nostre gent corurent aus armes et les commencierent a suivre tant que il sembatirent folement sur leur aguet; cil saillirent hors et voudrent corre entreus et la ville por eus enclore; mes nostre gent saillirent et se tindrent ensemble et sen vindrent defendant jusque enz leur ville si que riens ni perdirent. Li Tur virent que il ne porroient mie si legierement recovrer la ville si lassistrent; car il avoient assez genz; puis commencierent a assaillir. Cil dedenz se defendirent mout bien si que cil i perdirent plus quil ni gaaignerent. Quant li Tur virent quil ni profiteroient rien et les noveles corurent que li granz oz aprochoit il orent conseil et sen retornerent en Antioche; mais le pont qui estoit entre deus garnirent mout bien. Li cuens de Flandres et li autre qui estoient avec lui dedenz Artaise ne se murent ainz garderent la ville jusque li oz venist. Mes en cel jor maladie prist Goscelon le filz Conon de Montagu un juene home gracieus mout et trop vaillans et fu morz; enterrez fu en la ville a grant duel et a grant enneur.

VIII. Coment li Baron conquistrent le pont de Fer.

Quant li Tur qui estoient venu dantioche por rocovrer Artaise se partirent dilec en laube du jor novele vint que li granz oz sestoit logiez pres diluec; car il avoient oies noveles que li cuens de Flandres estoit assis: et por ce par commun conseil avoient envoie la mil et cinq cenz chevaucheeurs avant por eus secorre se mestiers fust. Il leur avoit commande que se li sieges estoit partis il lessassent des genz avenablement por garder la ville et deissent au conte de Flandres et aus barons qui estoient avec lui que il sen revenissent en lost. Tancres qui avoit conquise toute Cilice avoit oi ce commandement et estoit retornez; tuit li autre ausi qui de lost sestoient parti avoient este mande et revenu estoient fors Baudoin qui demoroit entour Rohes ou il fesoit bien sa besoigne. Et quant li oz fu einsi reconcuelliz et enterines li chevetaine firent crier que nus ne se partist deus sanz congie. Lors se mistrent a la voie tout droit vers Antioche. Bien orent oie la novele que une eaue corant leur convenoit a passer; mes li ponz estoit mout bien garniz de leur anemis. Por ce doncques que li oz ne fust destorbez quant il i venist par conseil de touz li dux Roberz de Normendie sen ala avant por savoir se il porroit le pas delivrer et por mander aus Barons ce que il troveroit. Avec lui alerent Evrars du Puisat et Rogiers de Barneville: ces deus fist il connestables de son ost et fesoient lavant garde; car il estoient chevalier mout bon et bien esprove darmes. Einsi se partirent de lost puis vindrent au pont. Li ponz estoit seur leaue qui a non ez anciennes escriptures Orontes; mes len le claime le Fer eu pais. Mout estoit fors li ponz et avoit en lentree de ca deus tors forz et hautes. En chascune avoit cinquante homes a armes por defendre aus ars et aus arbalestes lentree du pont et les guez de leaue. Dautre part dantioche estoient venu sept cenz chevaucheeurs por garder le flun devers eus. Icil fluns de Fer cort delez Antioche et sen vient par une ville qui a non Cesaire; mes il sourt delez une autre cite qui a non Elyople mes len la claime Maubec et descent en la mer par la ou je ai dit. Quant nostre gent furent venu a ce pont len leur vea mout bien lentree car grant partie des Turs furent descendu aval a leur barrieres; li autre des torz ne finoient de giter pierres et de trere si que il i ot mout bon poigneiz et mout fier. Tant les tindrent que la novele en vint en lost qui ja venoit et estoit pres; il crurent leur pas et sonnerent les trompes puis se ferirent en ceus qui contretenoient le pas. Cil ne soserent receter ez tours por la grant gent que il virent; car bien se penserent que il ni seroient mie asseur; li autre meismes descendirent et tuit se mistrent a la voie si que li nostre pristrent le pont. Li autre chevalier des noz qui ne pooient mie venir aus barrieres por la grant presse tandis come li poigneiz estoit furent mout angoisseus de fere aucune chose et descendirent au flun; si troverent gue la ou cil du pais nen savoient point. Il passerent outre et desconfirent les .vii. cenz qui gardoient la rive. Tant firent que li un que li autre que touz li oz passa delivrement et li charroiz apres. Il se logierent en beaus leus a .vi. milles de la ville. Lendemain se raprouchierent et alerent le grant chemin entre les montaignes et le flun si que il se logierent a une mille de la cite.

IX. De la noblesce de la cite dantioche.

Antioche est une mout noble citez qui a le tierz leu entre les patriarches apres leglise de Rome. Ceste ot non ez ancienes escriptures Reblata. Iluec mena Nabugodonosor li rois de Babiloine le roi de Jherusalem qui ot non Sedechias quant il le prist et li ocist touz ses fiz devant lui; apres li creva les euz si com len trueve eu quart livre des Rois. Quant Alixandres li Grans rois de Macedoine fu morz Antiochus ot cele partie de terre et enforca mout la cite de fors murs et de grans torz et vout quele eust non por lui Antioche et que ele fust li chies du roiaume. Messires sainz Peres li apostres fu iluec premierement evesques en une eglise que Theophilus li fist en sa meson qui mout estoit hauz hom et poissanz en la ville. Messires sains Luc li evangelistes fut nez en celle ville. A celui Theophile escrit il les fez des Apostres qui fu li setiesmes evesques en Antioche. Iluec fu li premerains conciles de ceus qui creoient en Jhesucrist apres sa mort; et lors fu establi que il seroient apele crestien de Crist; car avant les apeloit len Nazariens de Nazareth la cite dont il estoit. Ceste citez fu convertie par le preeschement monseigneur saint Pere; por ce li mist len non a ce temps Teopople qui vaut autant come la cite Dame Dieu. Souz Antioche a .xx. granz citez de que il i a .xiiii. qui sont arceveschiez. Les .vi. ont deus primaz que il claiment Catholicos: li uns est en la cite qui a non Aniene li autres est a Baudas; et tout ce claime len Orient.

X. Coment la noble cite dantioche siet.

Cele citez dantioche dont je vos parole siet en la terre de Celesurie et est partie de la grant terre de Surie. Mout siet en beau leu et en delitable. Or vos dirai coment ele siet. Il i a une grant valee pleine de mout bonnes terres pour porter ble; fontaines et ruissiaus i a mout: et est entre les montaignes devers Orient. Si dure bien .xl. milles de lonc et de le a bien .vi. milles ou .iv. Desus i a un lai qui est ilec assemble des fontaines qui i cueurent qui est mout pleins de poissons; de ce lai ist une ruissiaus qui sen vet pres de la cite et rechiet eu flun qui cueurt pres diluec. Les montaignes la cloent de deus pars mout hautes; nequedent la desus trueve len eaues douces et bones terres gaaignables. Cil monz qui est devers midi si est apelez Orontes ausi com je vos dis du flun; car sains Jeroimes dist que Antioche siet entre Oronte le flun et Oronte la montaigne. Une partie de ce mont sen vet a la mer et est mout haut ilec; si que il a son non par soi car len le claime Montparlier. Aucune gent cuident que ce soit Parnasus uns mons dont les escriptures parolent mout por une fontaine qui siet au pie eu lieu que len claime leschiele Buiemont; mes sanz faille ne ce nest li monz ne ce nest la ontaine dont li auteur parolent tant; car icil monz Parnasus siet en la terre qui a non Thessaile. Lautre montaigne qui est devers bise a non la Noire montaigne plenteive aussi de fontaines et de ruissiaus de bois et de pastures. Iluec suelent anciennement habiter li ermite et encore en i a il. Parmi cele valee cueurt li fluns dont ge vos ai parle jusquen la mer. En la montaigne qui est devers midi commencent li mur dantioche et sen viennent par le pendant jusquau flun. Mout i a grant espace dedenz la closture; il i a ceint .ii. monz dedenz les murs; eu plus haut siet une forteresce si fort quele nest mie prenable se par afamer non. Entre ces .ii. monz qui mout sont haut est une valee mout parfonde mes ele est estroite. Par ilec cueurt uns ruz mout roides et mout bruianz qui entre en la cite et fet mout biens en la ville. Pluseurs fontaines a en la cite mes la mieudre de toutes est cele qui a non la fontaine saint Pol et siet a la porte de Orient. Il a une autre fontaine hors de la ville qui par art et par conduit est amenee en la ville mout soutilment. Li mur tuit et cil qui sont ez montaignes et cil qui sont en pendanz et en plain sont merveilles espez et de trop fort oevre. Tours i a partout mout hautes et bien defensables. En la partie qui est devers soleil couchant cueurt li fluns si pres de la ville que li ponz a que len passe joint au mur et a la porte de la cite. La longueur de la ville dure bien deus milles ou trois; elle est pres de la mer a .xii. milles.

XI. Coment Aussiens garni la cite dantioche encontre les Chrestiens.

De ceste cite estoit sires uns Turs Aussiens avoit non: de la mesnie avoit este a ce puissant soudan de Perse de que nos vous parlasmes desus qui avoit non Belfeth. Cil avoit conquises toutes ces terres. Apres quant il sen vout retorner en son pais si departi sa conqueste a ses neveuz et a ceus de sa mesnie por ce que il vouloit que cil qui estoient si feel et si ami li tenissent pais chascuns en sa partie et fussent ausi come closture de sa terre. Lors dona il a Soliman son neveu Nique et toutes les apartenances si come vos avez oi desus. A un suen autre neveu qui avoit non Durcat dona la cite de Damas et tout le pais entour et vout que chascuns de ces .ii. eust non et dignite de soudan. Solimanz por ce quil marchissoit aus Greus avoit chascun jour contenz a lempereur de Costantinoble. Durcas estoit delez ceus degypte et sovent sentrefeisoient guerre; ne il namoit mie leur acroissement. Por ce que cil dui maintenissent mieuz leur guerres vout que il fussent si poissant et si haut come soudan. A un suen serf qui ot non Assongur qui fu peres Sanguin et fu aieus Noradin dont vos orrez apres parler dona cele renomee cite qui a non Halape. A cestui de que je vos comencai a parler qui avoit non Aussiens dona cele haute cite dantioche et pou de terre entour; car li califes degypte tenoit tout le pais jusqua Lalische de Surie. Icel Aussiens quant il oi que li granz oz venoit des Crestiens envoia messages et lettres aus barons dorient; il meismes parla de boche aus pluseurs nomeement requist le calife de Baudas et le grant soudan de Perse qui plus estoit poissanz que tuit li autre que il secorussent a la terre et a lui. Il leur estoit legiere chose de croire ce que il leur disoit de la vigueur et de la grant plente de nostre gent; car Solimanz i estoit venuz qui bien avoit esprouve en son pais que li nostre savoient fere; por ce les semonoient mout efforciement. Solimanz prioit que len le vengeast Aussiens requeroit que len le defendist et gardast. Mout leur promistrent li grant home dorient que il leur aideroient certeinnement. Aussiens ne soublia mie tandis ainz concueilli tant de gent com il pot avoir du pais entour lui com cil qui attendoit de jor en jor le siege. Viandes armeures engins et quanque puet avoir mestier a genz assises tout assembla leanz et mout pria ententivement les citeiens de la ville que chascuns se penast de querre garnison endroit soi tant com il poroit. Lors veissiez vuidier les villes entour et mener tout en la cite fourment vin oiles bestes. Merveilles fu bien la ville garnie: mout i estoient venu haut home et puissant des terres que nostre oz avoit passees qui sen estoient afoi por eus garantir en la fort ville; tant que len disoit et voirs fu que il avoit bien en la cite .vii. mille chevaucheeurs et genz a pie qui portoient armes plus de .xx. mille.

XII. Coment li Chrestien asistrent Antioche.

Nostre gent se furent aprouchie si que il virent la cite assez de pres; puis sassemblerent por prendre conseil que il feroient; car il i avoit aucuns des Barons qui looient que len delaiast le siege jusquau noviau tens car il ne porroient soufrir la paine de gesir hors en lyver. Dautre part assez i avoit des genz de leur ost qui estoient espandu par les chastiaus et par les citez ne ne porroient estre legierement assemble jusquau tens de ver. Si redisoient que li empereres de Costantinoble devoit envoier granz genz por eus aidier; por ce si seroit bien que len les atendist: doutre les monz meismes disoient il que genz fresches devoient venir qui tuit auroient mestier a asseoir si grant ville; endementres se porroient les genz et li cheval sejorner tout lyver eu pais entour si seroient plus frez et plus penible quant mestiers seroit. Li autre baron sacordoient que li sieges fust tout presentement sanz delai car se cil avoient le respit mout se garniroient mieus de genz et dautres estovoirs que il nestoient ore; cil meismes qui venir devoient se hasteroient plus se il savoient que la citez fust assise. A ce conseil sacorderent au darrenier tuit. Il firent leur batailles et vindrent devant la ville; ilec se logierent eu mois dottovre le disuitiesme jor du mois. En nostre ost avoit bien genz a armes .ccc. mille sans femmes et enfanz et autres genz qui nestoient mie armees; et nequedent ne porent mie enceindre toute la ville; car sans les montaignes ou len ne pensa onques a metre siege avoit il une grant partie des murs dez le pie du tertre jusquau flun en biaus plains qui ne pot estre encainte de gent. En cele venue de tel ost ot mout grant noise de buisines de chevaus de genz de chars et de charretes; mes en ce jor ne lendemain onques noi len dedenz la ville nul son ne nule noise; aincois sembloit que la cite fust toute vuide: si nert ce pas por ce que il ni eust grant garnison de genz et de toutes choses.

XIII. Coment li baron estoient logie devant Antioche.

Antioche avoit entant com ele tenoit de plain cinq portes. Devers Orient en avoit une qui a non la porte saint Pou porce que ele est desouz le moustier saint Pou qui est eu pendant du tertre. La seconde est devers Ocident; et est li lons de la cite entre ces deus portes: cele a non la porte saint Jorge por ce que ele est delez leglise saint Jorge. Eu coste devers bise a trois portes qui toutes issent au flun; cele desus a non la porte du Chien: uns ponz est devant cele porte a que len passe unes paluz et unes mareschieres qui sont delez le mur. La seconde est ore apelee la porte le Duc; li fluns est bien loing .i. mile de ces deus portes. La tierce a non la porte du Pont porce que li pons est ilec a que len passe le flun; car entre la porte le Duc qui est eu miliu de ces trois est ceste qui est darreniere de ce coste saprouche si li fluns de la ville que des ilec il sen cueurt tout costoiant les murs. De ce avint que ceste porte et cele qui a non la porte saint Jorge ne porent asseoir nostre gent car len ni pooit aler se lon ne passast le flun. La porte desus assist Buiemons o ceus qui estoient venu en sa compaignie. Delez lui se logierent en aval Roberz li dux de Normendie Roberz li cuens de Flandres Estiennes li cuens de Blois Hues li maines: cist avoient porpris des la herberge Buiemont jusques a la porte du Chien; car li Normant et li Francois et li Breton estoient avec eus. Devant cele porte estoit logiez li cuens Raimonz de Toulouse et li evesques du Pui et tout ceus qui avec eus estoient venu. La estoient li Provencel li Gascoing li Borgueignon: mout i avoit granz genz; il porprenoient toute la place jusques a la porte apres. A icele porte sestoit herbergiez li dux Godefroiz Eustaces ses freres Baudoins li cuens de Henaut; Renarz li cuens de Tol; Quenes de Montagu et autre baron assez qui touzjorz se tenoient avec eus. La estoient li Loherain li Hennuier cil de Sassoine cil de Sueve cil de Baviere et de Francoine: toute la terre porprenoient il nen falloit gueres jusque a la porte du Pont et tenoient le flun qui coroit la. En ces parties de la ville avoit grant plente de pomiers et de figuiers et dautres arbres portanz fruit que nostre gent decouperent touz por eus logier. Cil de la ville regardoient par les archieres et par les hordeiz la contenance de lost. Mout se merveilloient des armes des tentes et de la maniere que il avoient deus herbergier; mout en avoient grant doute car bien estoient certein que si granz genz ne se partiroient mes de ce siege legierement sanz a eus fere grant mal. Pluseurs en i avoit qui estoient en si grant effroi de leur femmes et de leur enfanz et de touz leur amis que il vousissent avoir este morz pieca si quil ne leur convenist a veoir le destruiement que il doutoient.

XIV. Coment li Chrestien firent un pont pardesus le flun dantioche.

La nostre gent qui estoient ez herberges ne trovoient mie entour eus pastures a leur chevaus ne leur autres estovoirs; por ce leur covenoit par force sovent passer le flun et corre par le pais. Maintes foiz lavoient ainsi fet porce que cil de la ville ne se movoient encore; non pas por ce que il estoit greveuse chose a passer einsi leaue car il ni avoit point de gue si covenoit que len passast a nou et li home et li cheval. Quant li Tur de la cite saperceurent de ce souvent envoioient par desus le pont une heure celeement une autre eure tout en apert de leur genz qui prenoient et ocioient les noz quant il les trovoient espanduz par la terre. Ce fesoient plus seurement por ce que il ne sen pooient retorner se par le flun non et la gent de lost ne les pooient secorre. Por ce nostre baron orent conseil que il feroient un pont en quelque maniere par ou il pouroient passer sanz le dangier a ceus de la ville; car mestiers leur estoit souvent denvoier a la mer. Il troverent assez nes eu lai desus et eu flun ausi; si les joindrent ensemble puis mistrent tres et cloies par desus si que .iii. ou .iiii. i pooient bien passer de front; ce fist mout grant bien et mout grant ese a tout lost. Icil ponz estoit pres des herberges le duc Godefroi encontre la porte que il gardoit qui por ce a non encore la porte le Duc. Des cestui pont de fust jusque a lautre de pierre avoit une grant mille si com je vos ai dit. Par cele porte et par celi pont faisoit len domage a nostre gent. La tierce porte meismes qui a non la porte du Chien regrevoit mout les noz; car il y avoit un pont de pierre por passer la palu qui estoit fete delez la ville de la fontaine dorient et dautres ruissiaus qui coroient iluec. Par la faisoient souvent li Tur granz saillies et de jorz et de nuiz seur la gent au conte de Toulouse qui gardoit cele porte. Pluseurs foiz a portes overtes issoient por trere ez herberges si espessement que mout en i avoit de morz et de bleciez. Apres si repassoient leur pont et se metoient en la ville; car li nostre nes pooient suivre se par desus le pont non. Por ce avint que li cuens de Toulouse li evesques du Pui et li autre baron qui la estoient herbergie furent plus domagie de leur chevaucheures que tuit li autre de lost.

XV. Coment li Chrestien estouperent la porte du Pont.

Grant despit orent cele gent des domages quen leur fesoit einsi: conseil pristrent que il abatroient le pont. Si vindrent la tuit arme souz les targes et souz les escuz; granz mauz orent de fer et grant plente de pis. Si comencierent a ferir au pont por le depecier; mes li murs estoit si fors et de si dure oevre que pou le domagierent. Dautre part cil de la ville estoient ez murs et ez torneles qui gitoient grosses pierres sur eus et traioient a si grant plente que lessier leur covint cele emprise et sen partirent. Apres il sapenserent dautre chose: si firent un chastel de fust mout haut et le mistrent encontre le pont por garder que cil ne passassent sur eus: assez i ot peine. Quant il lorent trais avant li Cuens le garni de sa gent. Cil de la ville adrecierent les mangoniaus a ce chastel; sovent i feroient de grosses pierres; cil meismes des tours i envoioient grant plente de saietes si que nus nosoit arester sur le pont ne entour le chastel. Un jor avint que il orent einsi noz genz esloignees du pont et dilec entour par leur trere espessement; apres il ovrirent les portes et issirent hors a granz routes; cil qui estoient eu chasteau de fust senfoirent; il y bouterent le feu et tantost le mistrent tout en cendre. Nostre gent virent que einsi ne garroient il pas; si porpenserent a autre chose et mistrent trois mangoniaus pres du pont por giter au pont et a la porte. Tandis com cil mangonel lancoient nus ne se metoit hors par ilec; mes sitost com il cessoient refesoient leur saillies come devant. Mout desplesoit a nos barons de ce que il ni pooient conseil metre; tant que au derrenier sacorderent a ce que il pristrent granz roches teles que il covenoit bien a lune porter cent homes ou plus et en estouperent la porte outre le pont; car il en i ot tant que li murgiers ne pot mie estre legierement despeciez. Mout i ot grant travail a ce fere car tuit cil qui la estoient logie gardoient tuit arme ceus qui les pierres aportoient. Einsi leur fu la porte estoupee si que li oz remest tout enpais iluec endroit.

XVI. Coment li nostre estoient a grant meschief devant Antioche.

Un jor avint que de nostre ost issirent que a cheval que a pie jusque a .iii. Il passerent le pont de fust; puis sespandirent par le pais come genz qui vont en fuerre. Cestoit coutumiere chose en lost que il y alassent et sen retornassent tuit sanz domage: por ce cuidoient estre tuit asseur. Cil de la ville les aperceurent et issirent hors a grant plente de gent et passerent au pont de pierre; puis corurent sus a ceus que il virent aler folement. Aucuns en ocistrent les autres chacierent; il senfoirent droit au pont des nes ou il cuiderent passer. Cil se mistrent devant et leur defendirent tant que pluseurs se ferirent en leaue por passer a gue: mes il nen i avoit point; si furent perdu. Les autres fesoient il saillir de desus le pont eu flun. Quant nostre gent aparceurent ce pluseurs en i ot qui sarmerent et passerent le flun si encontrerent les Turs qui sen venoient a grant joie des noz que il avoient morz et desconfiz et leur despueilles en aportoient. Il leur corurent sus; li Tur senfoirent; li nostre suivirent ociant et abatant les Turs jusque enz enz le pont de pierre. Cil de la ville qui virent leur gent maumener saillirent hors a granz presses passerent le pont puis corurent sus aus noz. Cil se voudrent defendre mes ne porent mie soufrir si grant fais de gent; li nostre senfoirent; cil les suivoient fesant assez granz domages jusque il vindrent au pont des nes; ilec sentasserent si durement que il en chei assez en leaue touz armez qui furent noie. Li nostre perdirent ilec assez de nostre gent a pie; de ceus a cheval meismes en i ot pluseurs que ocis que perilliez eu flun. En ceste maniere estoit nostre oz a grant mesese car il estoient mieuz assis que ceus de la ville; de leur anemis avoit assez par les bois et par les montaignes qui coroient sus a nostre gent quant il les veoient si folement aler. Cil de la ville meismes issoient hors quant leur plesoit si que li nostre nosoient mes esloignier lost ne por forrage ne por autre chose. Ez heberges nestoient il mie bien aseur car grant novele estoit que li Tur du pais assembloient mout grant gent por saillir en nostre ost dune part et cil de la ville istroient de lautre.

XVII. De la grant soufrance qui estoit en lost.

Raconter toutes les aventures qui avindrent en si grant siege seroit grief chose et longue; por ce vos dirai ce qui avenoit en commun. Li oz ot ja sis iluec jusque au tierz mois; viande leur comenca a faillir et grant soufrete en avoient en lost. Large plente en orent au comencement et aus chevaus et aus homes; mes il en firent si grant gast que il sembloit que ce leur deust touzjorz durer; si leur failli en pou de tens par leur folie ce qui longuement les sostenist se il fust bien gardez et espargniez. Mout avoit en lost granz soufretes de vitaille aus genz et aus chevaus; si que les povres gens estoient en grant peril. Chascun jor sassembloient .iii c. ou .iiii c. ensemble a cerchier le pais por querre vitaille; il sentrejuroient que touz leur gaains despartiroient igaument entreus. Einsi avenoit aucuns jors que il trovoient dont il se pooient sostenir. Meismement que il sesloignoient sovent si de lost que il trovoient villes bien garnies por ce quelles estoient si loing quelles ne se prenoient garde de robeurs. Mais quant li Tur de la ville et la gent du pais entor se furent de ce aparceu il fesoient embuschemenz et leur coroient sus quant il retornoient ou a laler; si les ocioient tel eure ert si tost que nus nen retournoit en lost por dire noveles. Por ce nosoient mes aler en fuerre; et chiertez estoit granz en lost et chascun jour croissoit la famine tant que uns hom menjoit bien a un mengier deus soudees de pain. Une vache coustoit .iii. mars dargent que len avoit au commencement por cinq sols; uns aigniaus ou uns petis chevreles coustoit .vi. sous que len avoit avant por trois deniers ou por quatre; la viande a un cheval coustoit la nuit huit sols; et mout en i morut de faim et de froit tant que li cheval qui furent esme au venir a .lx. et .x. mille nestoient ore en lost gueres plus de .ii. mille; et cil meismes estoient si flasche et si megre que povrement sen pooit len aidier. Les tentes et li paveillon porissoient tuit car il ne finoit de jorz et de nuiz de plovoir unes pluies si grosses et si espesses que nule toile ne les peust tenir. Por ce moroit assez de genz en lost de froit et de mesese. Leur robes leur porissoient ez dos porce que il ne pooient trover place seche ou il essuiassent. Une si grant mortalite vint en lost por ces choses que a peine pooit len mes trover leu ou len enterrast les morz. Cil meismes qui veoient le peril si grant en lost encore fussent il sain sen aloient ensemble ou a Rohes ou Baudoins estoit ou en Cilice aus citez que nostre gent tenoient. Par iteus choses et parce que assez en i avoit ocis et grant plente de morz de fain et dautres maladies li oz fu si amenusiez quil nen i avoit pas remes plus de la moitie de tel com il fu au comencement.

XVIII. Coment Buiemons et li cuens de Flandres alerent en fuere.

Sovent assemblerent li Baron por prendre conseil coment len retenist ceus qui einsi sen aloient et en quel maniere len peust querre vitaille a lost. Si fu leur acorz a ce que une partie des barons menast grant plente de la gent avec eus et alassent bien parfont en la paiennime por porter viandes et quanque il troveroient en la terre a leur anemis. A ce furent esleu Buiemonz et li cuens de Flandres. Li oz fu bailliez a garder au conte de Toulouse et a Huon le maine; car li dux de Normendie ni estoit pas et li dux Godefroiz gisoit malades mout durement. Cil sen partirent por aler en fuerre: assez genz les suivirent por gaaigner. Quant li Tur de la ville virent lost si vuidie et sorent que li cuens de Flandres et Buiemons et li dux de Normendie ni estoient pas et que li dux Godefroiz gisoit au lit moins en prisierent le remanant et pristrent conseil que il feroient une saillie par le pont des heberges; car bien sacordoient que mout porroient damagier lost et empirier tandis com il estoit en tel point. Tuit furent arme et sassemblerent a la porte du pont; puis ouvrirent la porte et issirent hors au ferir des esperons li un par le pont li autre par le gue qui estoit aval; et venoient a grant desroi es heberges. Mes cil qui estoient venu por garder lost estoient tuit apense de teus choses et furent tost arme sur les chevaus. Puis leur corurent a lencontre. En leur venir ocistrent deus des Turs qui plus estoient avant venu granz homes de la ville. Quant li autre virent ce que por duel que por poor se desconfirent et senfoirent arrieres. Mes une grant mesaventure avint a nostre gent; car si com li Tur sen aloient desconfit li uns deus fu abatuz du cheval; cil chevaus senfoi vers les heberges; pluseur de noz genz corurent apres por gaaigner le cheval; la menue gent et li autre meismes qui venoient apres a cheval cuidierent que li nostre fussent desconfit et que il sen foissent: si comencierent il meismes a foir et li autre qui revirent ceus senrefoirent si que tout fu tourne a desconfiture trop ledement. Quant li Tur se regarderent et virent que li noz genz se desconfisoient einsi il retornerent et passerent le pont puis commencierent a chacier ceus qui fuioient et a abatre et ocire des le pont de pierre jusques au pont des nes. Morz en i ot des noz a cheval entour .xx.; et plus de ceus a pie. Li Tur sen retornerent en la ville a grant feste et a grant bobanz por ceste chose.

XIX. Coment li cuens de Flandres desconfist les Turs par deus fois en cele voie.

Buiemonz et li cuens de Flandres qui estoient envoie par commun conseil en fuerre entrerent bien avant en la terre a leur anemis et troverent une ville mout riche et mout plaine de quanque mestiers estoit en lost. Il pristrent tout; car il ni troverent point de contenz. Cil dui baron avoient envoie leur espies en diverses parties par la terre pour encerchier ou il porroient plus gaaigner por aporter en lost. Or avint que une des espies vint a Buiemont qui li dist que une grant compaignie de Turs sestoient enbuschie en un aguet assez pres deus por corre sus aus forriers quant il verroient leur point. Il sacorderent a ce que li cuens de Flandres iroit la a tout ses genz et Buiemonz vendroit apres de loing. Einsi fut fet. Li cuens de Flandres trova cele gent: il issirent hors contre lui et assemblerent trop fierement. La bataille fu longue et crueus; car li Tur avoient trop plus gent que li nostre. En la fin se desconfirent il ne ne porent soufrir les Flamans ainz senfoirent. Ainz que Buiemonz i venist fu ceste chose toute afinee. Bien en remest morz plus de cenz en la place. Quant il sen retornoient vers lost o le gaaing que il avoient fet estes vos autres espies qui leur viennent; et distrent que grant plente des Turs leur venoient de lautre part; trop estoient greigneur gent et mieuz en hernois que cil que il avoient trouve. Il orent conseil ne ne vout soufrir li cuens de Flandres que autres alast avant que il; si ot la premiere bataille: mes plus prist genz avec soi que il navoit eu avant. Buiemonz vint apres o tant de gent com il avoit. Li cuens de Flandres se hasta et sorprist les Turs en une valee estroite si que il ne porent mie corre ca et la por trere ainz leur estut aus espees et aus maces assaillir et defendre qui ne leur fu mie si seure chose. Por ce quant li nostre deschargierent sur eus cil ne les porent soufrir ainz senfoirent tantost. Nostre gent les sivirent mout en ocistrent et tresbuchierent jus. Trop i gaaignerent chevaus et mules armeures et robes a grant plente; puis sen retornerent en lost o la victoire et avec le gaaing que il emporterent. Grant joie fist len ez heberges quant il vindrent et furent tuit rafreschi des meseses que il avoient soufertes tant longuement. Bien lor estut de viandes ne sai quanz jorz mes ne dura pas longuement ce que il avoient aporte.

XX. Coment li fiz le roi de Danemarche et toutes ses genz qui venoient avec lui en pelerinage furent perdu.

Endementres vint une novele de Romanie qui mout leur mist grant doleur et grant angoisse ez cuers et leur mesese leur doubla. Len disoit et einsi estoit voirs que uns haus hom nobles et puissanz fiz le roi de Danemarche Suenes avoit non de trop grant biaute et de bones meurs avoit oi dire en sa terre que li baron du roiaume de France et li autre vaillant home de la terre estoient ale en pelerinage outre mer por guerroier Sarrazins. Il qui avoit bon cuer et hardi ot talent daler apres eus. Il prist de lavoir son pere a grant plente et mena avec lui bien mille et .v c. entre chevaliers et autre gent touz juenes homes mout bien armez trop beaus bachelers. Mout sestoit hastez por aconsivre lost des Francois mes ni pot mie avenir; car il mut trop tart. Navoit en sa compaignie se genz non de sa terre. Par Costantinoble sen estoit venuz ou li Empereres lavoit mout ennore; puis estoit alez a Nique o toute sa compagnie; puis se logierent entre deus cites: lune avoit non Finemine lautre Terme. Iluec ne se pristrent pas garde si come il devoient que il estoient en la terre a leur anemis ainz sasseurerent trop si que de nuiz une grant plente de Turs qui les avoit espiez se ferirent sur eus et les comencierent a ocire enz enz les liz. Nequedent assez en i ot qui saperceurent et corurent aus armes: puis vindrent contre les Turs et se vendirent bien. Mes en la fin morurent il tuit; nen eschapa de tout leur ost que deus ou que trois.

XXI. Coment Tatins se departi mauvaisement de lost.

Tatins cil desloiaus Greus de qui nos vos parlasmes desus que li Empereres avoit baillie a nostre gent por eus conduire sestoit pris garde de lestre a touz noz barons jusqua ce jor et touz jorz sestoit penez deus decevoir a tout son sens. Or apercevoit bien que li afaires de lost nestoit mie en bon point; si doutoit il qui estoit plains de trop grant coardise que tuit li pelerin ne fussent aucun jor surpris des Turs de par la terre [par ceus de la cite et par ceus de la ville] et de ceus de la ville si que len les meist touz a lespee. Por ce parloit primes aus uns et puis aus autres; si conseilloit que len laissast ce siege et que li oz se departist par les citez que nostre gent tenoient jusquau noviau tans; car il estoit certains ce disoit que li Empereres avoit semons le greigneur ost que il poist assembler por eus venir secorre si tost com len porroit trover parmi les chans herbe a chevaus; et il por ce quil amoit la besoigne Nostre Seigneur et la compaignie des preudes homes qui la estoient en prendroit por le commun profit un grant travail sur soi: car il iroit isnelement a lempereur por lui fere haster damener ses oz et toute la viande leur feroit venir du pooir lempereur. Li pluseur des barons conoissoient ja sa desloiaute et bien saperceurent que par tel guile sen beoit a foir; ne le crurent mie de departir le siege mes bien sacorderent que il sen alast. Cil fist semblant quil deust tantost revenir lessa ses paveillons et une partie de sa mesnie a qui il ot dit espoir que il le sivissent de pres; ou par aventure ne li chaloit que il devenissent. Einsi sen parti cil que deables avoit amene et einsi len remenerent; car par les paroles que il avoit semees en lost et par lessample que il mostra de son partir se comencierent a embler de lost mainte gent; ne ne regardoient ne veu ne serement que il eussent fet ainz sen aloient en repost puis li un et puis li autre. La famine estoit granz en lost; li Baron ni pooient metre point de conseil. Voir est que sovent en enveoit len deus ou trois des greigneurs a granz compaignies por viandes porchacier. Cil aloient mout seurement es terres a leur anemis bien en parfont; souvent en ocioient assez de ceus que il encontroient ou qui leur voloient defendre les pas; mes viande namenoient point car li Tur de la terre qui sestoient aperceu que nos genz venoient por querre vitaille avoient toutes leur bestes et touz leurs vivres aus montaignes ou len ne pooit avenir; et avoient si tout repost en bois et souz terre que nostre gent ne les pooient trover quant il coroient par le pais.

XXII. De la famine et de la mortalite qui estoit en lost aus Chretiens.

Famine et mortalite et maint autre peril ne finoient de croistre sur le pueple Dame Dieu. Li preudome qui estoient loial et religieus nonmeement li evesques Aimarz du Pui qui estoit legaz de par lapostoile parlerent entreus et distrent que mout estoit grant doute que Nostre Sires ne se fust corociez a ses pelerins par leur pechiez; por ce sacorderent que il parleroient aus Barons si que par leur acort et par la volente de la menue gent fust establi que len geunast trois jorz en oroisons et en penitence por crier a Nostre Seigneur merci que il leur pardonast leur meffez et les regardast en pitie. Einsi fu fet a granz pleurs et a grant tendreur de cuer. Puis comanderent que toutes les foles femmes et les meschines de mauvese vie fussent gitees de lost. Il fu crie par tout qui seroit pris en avoutire nen fornicacion que len li couperoit la teste. Les buveries des tavernes les jeuz des dez et les mauvez seremenz len les defendi sur peine du cors; fausses mesures larrecins et toltes comandoit len bien a vengier. Sage home et loial furent esleu par lost qui de ces choses se preissent garde et les feissent bien garder. Apres cest establissement furent aucun trove qui estoient en coupe de ces choses defendues: il fu si amende sur eus que li autre sen chastierent. Quant li pueples se fu amendes vers Nostre Seigneur sans demorance fu aperceue la misericorde Dame Dieu qui vint sur eus; car li dux Godefroiz qui estoit toute la seurte de lost et einsi come leur estandart avoit este mout perilleusement malades por lachoison de la bleceure quil avoit eue en la terre de Piside pres de la petite Antioche; mes il ert ore revenuz en plaine sante: dont tuit cil de lost avoient mout grant joie et bien creoit len fermement que leur penitances et leur oroisons li eussent la vie repetiee.

XXIII. Coment Buiemons espoventa les espies aus Mescreanz.

Grant renomee sestoit espandue par tout Orient et par la terre qui est devers midi que trop granz pueples estoit venuz devers soleil couchant et que il avoient assise Antioche: grant chose estoit de la verite mes encore estoit le novele graindre. Chascuns des puissanz homes de ces terres avoit envoie ses espies en lost. Si en i avoit tant que il ne finoient daler et de venir et a peine pooit len fere ne dire chose qui gueres vausist ez heberges qui tantost ne fust sceu en paienime. Legiere chose leur estoit destre avec nostre gent en lost; car assez en i a des Turs qui sevent parler grejois li autre le langage derminie. Si prenoient labit de Suriens de Greus ou dermins; car assez i avoit de teus gent. Li Baron pristrent conseil entreus coment il se porroient garantir de cele pestilance; car il tenoient a grant peril de ce que leur covines estoit einsi sceuz ez terres a leur anemis; ne il nestoit pas legiere chose deus connoistre entre les autres genz. Il ni pooient trouver autre conseil fors tant que ce que il voudroient tenir segre deissent a plus pou de gent quil ne soloient. Buiemonz qui estoit de mout leger sens et de grant cuer parla aus autres barons si leur dist: Beau seigneur je vos pri que vos me lessiez chevir de ceste chose; car jai en pensee une maniere de delivrance de cest peril; si voudroie mout essaier sele vaudra: por ce si le lessiez sur moi. Li Baron tenoient Buiemont a sage et a bien connoissant; volentiers le mistrent sur lui. Atant se partirent du conseil. Buiemons not mie oublie ce que il leur ot promis: quant vint a lanuitier li oz satourna por souper. Il ot mande les bochers de sa terre et fist trere Turs que il avoit en prison si leur bailla; cil leur couperent les gueules et les enfondrerent et atornerent por rostir. Len comenca a demander que ce estoit. Buiemons lot dit a sa mesnie et cil le distrent aus autres: que tuit li baron avoient einsi creante entreus que toutes les espies que len porroit prendre en lost len les rostiroit et serviroit len aus tables aus Barons et en mengeroient li Baron par leur creant. La parole sespandi par lost que len fesoit tel chose au tref Buiemont; tuit corurent veoir cele merveille. Li Tur meismes qui estoient venu por espier quant il virent ce furent mout espoente; et fu tart a chascun que il se fust partiz des heberges por ce que il doutoient que len ne feist autretel deus. Quant il revenoient a leur seigneurs qui les avoient envoiez il leur disoient et espandoient par toute sa terre que cele gent qui estoient a siege devant Antioche soufroient plus mal et estoient plus dur encontre mesese que roche ne que fers; de cruaute passoient il ours et lyons; car les bestes sauvages menjuent les genz toutes crues mes cil les rotissent avant et puis les deveurent. Ceste parole fu si espandue par paienime que oncques puis ne porent trouver li soudan ne li grant amiraut qui leur venist espier lost. Cil meismes de la cite qui estoient assis en furent tuit effree et orent grant hisdeur de ceste chose. Dilec en avant furent mieus cele li conseil des Barons que il ne souloient.

XXIV. Des messaiges que li califes degypte envoia aus Chrestiens en Antioche.

Entre les autres mescreanz princes li califes degypte estoit li plus puissanz de gent et li plus riches davoir. Icil envoia ses messages aus barons qui estoient en lost. Si vos dirai par quele achoison. Granz envies et fieres haines estoient des mout ancien tens entre les Turs dorient et les Turs degypte por ce que il se descordent en leur mescreance et dient li un des autres que il sont faus sarrazin si com je vos dis eu primerain livre. Par ceste raison se sont maintes fois entreguerroie. Une hore ont este li un audesus autre eure li autre. Eu tens que nostre gent estoient entour Antioche cil califes dont je vos parole tenoit toute la terre des Egypte jusques a La Lische de Surie qui tient bien trente jornees de lonc. Li soudans de Perse un petit ainz que nostre genz fussent venu avoit conquise Antioche qui est pres du roiaume degypte et toute la terre jusque au Braz saint Jorge si com je vos dis desus. Or avoit li califes degypte mout sospeconeus le croissement au soudan de Perse et mout li estoit bel de son domage; por ce faisoit il grant joie de ce que Solimans li nies au Soudan avoit perdue Nique et lavoit len si afebloie de sa gent. Mout li replesoit que nostre baron avoient assise Antioche; por ce il envoia bons messages parler a eus qui leur aporterent granz presenz se il les vousissent prendre; et leur distrent que li Califes estoit pres deus aidier largement de gent davoir et de viandes et mout leur prioit que il maintenissent le siege. Nostre baron receurent ces messages assez debonnerement; mout les acueillirent bel et firent sejorner avec eus. Cil qui estoient sage connurent la vigueur et le sens de noz barons. Si comencierent a avoir grant sospecon que il ne feissent encor mal a la leur terre; si que li cuers leur devinoit ja tel chose que vos porrois bien savoir qui leur avint se vos oez auques de cest livre.


LI CINQUIESMES LIVRES

I. Coment li mescreant dantioche manderent secours a leur voisinz.

Voiant le seigneur dantioche et les granz homes de la ville soufroient nostre gent tant de fain et tant de mesese come nos vous avons dit ne por toutes ces choses ne vouloient oir parler de lessier le siege ainz sembloit a leur contenance que li travaus ne leur grevast rien. Por ce comencierent mout a esmaier. Aussiens et sa gent par le conseil de ses plus privez amis envoia messages et letres a ses riches voisins et leur prioit mout efforciement que por honneur de leur loi et por leur sauvete meismes et por lamor de lui le secoreussent sanz demeure; et leur mandoit en quel maniere: que il saprochassent celeement de Antioche et se covrissent en un embuschement pres dilec puis atendissent que li Pelerin venissent si com il souloient vers le pont au poigneiz; car il istroient hors et les ataineroient por venir ilec; et quant cil qui seroient embuschie les verroient la ententis si ferissent des esperons seur eus par derriers: lors seroient si entrepris entre ceus dedenz et ceus dehors que ja pie nen eschaperoit. Cil qui orent eu ces letres et ces messages se redouterent de nostre gent; por quoi sacorderent legierement a ce conseil. Il sassemblerent cil de Halape cil de Cesaire cil de Haman et des autres citez entor tant que il furent mout grant gent. Au plus celeement que il porent sanz grant noise si com len leur avoit mande se comencierent a aprochier vers Antioche et vindrent a un chastel que len claime Harenc qui est de la pres a quatorze miles. Iluec se logierent et bien orent empense que lendemain sitost come li poigneiz seroit comenciez il ferroient des esperons sur nos gens. Bien en estoient li nostre en grant peril; mes une chose i avoit qui lors et autres foiz leur fist mout grand bien: car il i avoit crestiens ermins et suriens ez citez dont cil Tur estoient meu qui tantost le firent asavoir a noz barons si com il estoit empris. Il sassemblerent por prendre conseil et fu acorde que trestuit cil qui avoient sur quoi monter fussent arme et monte sitost com il seroit anuitie et se treisist chascuns a sa bataille si com eles estoient devisees; puis sen ississent de lost sanz fere neis point de noise; les gens a pie remansissent toutes et fussent bien apareillees de defendre les heberges se riens sourdist contre eus.

II. Coment li Chrestien desconfirent les Mescreanz qui venoient secourre ceus dantioche.

Sitost com il fu anuitie il sen issirent si com il lor estoit commande et passerent par le pont des nes. Ne furent mie bien .vii c. a cheval cil qui la sen alerent. Il vindrent a un leu qui est moiens entre le lai dont je vos parlai desus et le flun qui a non li Fers qui loing sont lun de lautre entor une mile. Lors se reposerent cele nuit. Leur anemi qui rien ne savoient de la leur venue estoient cele nuit meismes passe par le pont desus qui est sur le Fer. Au matin sitost come len aperceut le jor li nostre furent arme et firent .vi. batailles deus. Li Tur orent envoie avant des coreeurs qui leur distrent que nostre gent venoient encontre eus: il envoierent .ii. de leur batailles avant; apres venoient leur granz genz. Quant il sentraprochierent mout vindrent a grant desroi leur archier premierement et trestrent mout espessement; mes li nostre ferirent des esperons encontre eus si que il les chacierent tant que il les firent ferir sur leur grosses batailles. Iluec furent si a estroit entre le flun et le lai que il ne pooient selonc ce que leur costume est trere et foir. La fu li chaples mout granz et mout i firent darmes li baron et li chevalier de lost. Mes li Tur qui avoient perdue la maniere de leur poindre ne porent plus endurer les cous de la nostre gent ainz se mistrent a la voie tant com il porent. Li nostre baron commanderent que nus ne se fainsist deus chacier. Il sen vindrent fuiant jusques a Harenc. Li nostre les sivoient touzjorz ferant et ociant si que touz li chemins en fu jonchiez. Bien dura la chace .x. miles. Li Tur qui estoient dedenz le chastel de Harenc virent que li leur sen venoient desconfit si mistrent le feu eu chastel et il meismes tornerent en fuie; mes li Hermin et li autre crestien de quoi il avoit eu chastel assez rescuestrent la forteresce et la rendirent a nostre gent quant il vindrent. Ce jor i ot bien ocis des Turs plus de .ii m. Il en pristrent .v c. des testes aus mieuz paranz et les en aporterent en enseigne de victoire. Bien gaaignerent .m. chevaus a armes granz et forz dont il avoient bien mestier. Einsi sen retournerent ez heberges chargie darmeures et de despueilles; grant joie fesant et merciant Nostre Seigneur qui einsi les reconfortoit en leur meseses.

III. Coment cil dantioche assaillirent aus heberges les Chrestiens.

Li citeen dantioche avoient eu noveles que ces genz estoient meu de leur terres por eus secorre; por ce il avoient mout les oreilles levees a noveles oir de leur venue. Tuit estoient arme et appareillie de fere saillie par le pont quant cil venissent. Mes quant il virent que la nuit passa toute et que il ajorna sanz avoir nule connoissance de lor aprochement leur espies les firent certeins que nostre gent a cheval estoient ale encontre eus: por ce pristrent cuer et issirent hors et vindrent aus heberges car li nostre nestoient mie encore revenu. Durement i assaillirent et longuement tant que cil qui estoient sur les baastes en la ville leur firent signe quil sen retornassent car il veoient venir genz. Cil entrerent en la ville et monterent sur les tors et sur les murs por savoir se ce estoient les leur gent qui venoient ou li nostre. Quant cil aprochierent il saperceurent que li leur estoient desconfit et que li nostre sen venoient mout joieus o toutes leur despueilles. Lors commenca li deuls mout granz par toute la ville. Li nostre baron saprochierent de la ville et firent giter .ii c. des testes quil avoient aportees aus mangoniaus en la cite por eus fere certeins de leur victoire; et encore por ce que il nobliassent le deul qui leur estoit entrez es cuers; les .iii c. chies qui estoient remes firent fichier en pieus encontre les murs et mistrent genz por garder les si que cil les eussent touzjors enmi les euz quant il venissent aus defenses. Li nombres de ceus qui einsi furent desconfit fu .xxviii. mille a cheval. Einsi les connurent aucun grant Tur qui en furent amene pris. Ce fu fet eu mois de fevrier le setiesme jor du mois en lan de lincarnation Ihesucrist .m. et .iiii. vinz et .xvii.

IV. Coment cil dantioche desconfirent les Crestienz qui estoient ale au port.

Tuit li baron de lost pristrent conseil et sacorderent que en un tertre qui estoit sur les tentes Buiemont feist len une forteresce qui fust bien garnie de gent si que se li Tur fesoient saillies si com il souloient cil de la forteresce leur coreussent au devant; et cele tor fust einsi come barbacane de lost. Si com il le deviserent si fu fet sanz grant demeure et mist len preudes genz assez en cele forteresce. Einsi fu touz li oz aseur come se il fust dedenz les murs dune cite; car devers Orient li estoit cele garnisons; devers Midi li mur de la cite et li paluz qui costoient le mur; devers Ocident et devers Bise les gardoit li fluns qui se guenchissoit vers la mer. Li sieges avoit ja dure cinq mois; une navie vint de Genevois qui aportoient pelerins et vitailles. Il furent arrive au port et se furent ja tret dedenz le flun du Fer si com il chiet en la mer. Sovent enveoient a lost messages que len les envoiast querre par un des baron avec tel compaignie que il les peussent conduire sauvement: car cil de la ville avoient aperceu que message aloient et venoient des nes a lost; si avoient envoie gent qui les guetoient et en avoient ja assez ocis. Por ce ni osoient nus aler sanz grant compaignie. Nostre baron qui sestoient apense de fere une forteresce eu chief du pont en une mahomerie que li Tur i avoient vouloient iluec metre gent por defendre lissue du pont se li Tur i venissent; mes porce que de lost estoient gent issu por aler a la nef a grant plente eslut len des barons qui les alassent querre; car ce estoient gent qui aloient fere leur besoignes et oir noveles de leur terres et sen revenissent en lost se il osassent. A ce fu esleuz Buiemonz li cuens de Toulouse Evrars du Puisat et li cuens Garniers de Gres qui conduistrent einsi les messages au Calife jusque a la mer et touz ceus qui estoient eu port redevoient conduire en lost. Cil dantioche oirent dire que cil baron sen estoient parti et descendu vers la mer; si envoierent .iiii m. chevaliers des plus preuz que il avoient por eus guetier au revenir. Il avint que cil sen retournerent au quart jor; mout amenoient genz desarmees chargiez de viandes de robes et dautres choses ne ne se prenoient garde de ce guet. Li Tur saillirent soudeinnement et les seurpristrent en un pas. Li cuens de Toulouse fesoit lavant garde et Buiemons venoit apres. Li criz commenca mout granz quant li Tur vindrent; li preudome se tindrent tuit coi; si comencierent a enseignier les genz a pie que il se tenissent ensemble. Cil deffroi et de poor se feroient ez buissons et senfuioient ez montaignes et aus bois ne nesgardoient chose que il menassent. Quant li Baron virent ce bien connurent que la force nestoit mie leur. Si sen comencierent a venir aus heberges bonne erre o tant de gent come il porent aconduire; li autre qui sivre nes vourent ou ne porent furent tuit mort. Bien en i ot perdu que homes que femmes jusque a trois cenz.

V. Coment li dux Godefroiz parla aus Barons.

Novele estoit venue en lost tandis que tuit cil qui venoient de la mer en lost estoient ocis des Turs qui aguetiez les avoient; des barons meismes qui les conduisoient ne savoit len se il estoient mort ou vif. Li dux Godefroiz qui nestoit mie pereceus ot mout grant angoisse en son cuer du peuple Dame Dieu qui estoit ainsi perduz ce disoit len; il fist crier que tuit sarmassent et souz peine de mort defendi que nus ne remansist a si grant besoing. Tuit sassemblerent et passerent le pont des nes: puis firent cinq batailles. Lune mena Robers li dux de Normendie lautre li cuens de Flandres la tierce Hues li maines la quarte Eustaces li freres au Duc; li Dux meismes ot la seue. Quant il furent einsi atirie li Dux les apela et parla oiant touz en ceste maniere: Beau seigneur se la veritez est einsi com la novele dit que par noz pechiez cil chien desloial aient einsi ocis vaillanz homes et de si grant conseil com vos envoiastes a la mer et peri soient einsi avec eus nostre frere et nostre compaignon que cil devoient conduire a nos je ni voi que de .ii. choses lune: ou que nos muirions avec eus come bon crestien ennoreement au siecle et seurement de recevoir le guerredon de Jhesucrist cui nos servons jusque a la mort; ou se Nostre Sires veut que nostre servise li duit encore nos preignons haute vengeance de ces mastins qui einsi ont la Crestiente empiriee de ceste vaillant gent. De moi vous di je vraiement seur mame que nule maniere de vie je nameroie tant com la mort oie en droit se il ne sont vengie. Or entendez se il vos plest ce que je vos dirai: moi semble que cil Tur se il ont la victoire de nostre gent si com len dit il seront ja monte en grant orgueil et par fin boban por nous correcier sen vouront il venir en la cite et amener leur proies et leur trousses par devant nous: et verrez que il ne se tendront mie bien en conroi ains iront folement; car cest une chose qui mout fet gent desreer en armes que bele aventure quant ele leur avient. Por ce si est mes conseuz se il vos plet que nos nous teignons ici tuit apareillie de fere le servise Nostre Seigneur por qui nos meusmes de noz pais. Aions en lui ferme esperance car il guerredone bien ses soudoiers. Quant li anemi vendront ja vers nous recevons les hardiement aus glaives et aus espees. Soviengne bien a chascun en son cuer du tort et de la honte que il ont fet a Nostre Seigneur et a nous. Ceste parole que li Dux ot dite fu bien entendue de touz et merveilles leur plut. Il se comencent a entresemondre de bien fere si com il se connoissoient et sen tindrent ilec tuit prest. A tant es vos que Buiemons sen vint entreus et un petit apres li cuens de Toulouse; et leur conterent leur mesaventure. Cil orent mout grant joie de leur venue et mout sen reconforterent; puis leur distrent le conseil au duc Godefroi. Cil si acorderent mout et distrent que einsi le covenoit a fere. Por ce se arresterent tuit ensemble. Aussiens par ces semblanz que il vit en nostre ost connut que li suen avoient desconfiz les autres; mes mout doutoit de leur revenue meismement por ce que li nostre estoient tuit issu encontreus. Por ce il fist crier en la ville que tuit sarmassent et venissent a la porte du pont por estre aparillie de secorre leur gent se mestiers fust. Li Baron orent envoie en pluseurs parties leur espies et leur descouvreurs por encerchier quant li Tur vendroient et de quel part.

VI. Coment li Chrestien desconfirent malement les Turs dantioche.

Ne demora mie tandis com il atendoient ilec et avoient les cuers mout volenteis de fere proesces se leus en venist; estesvos leur messages qui retornent poignant et leur dient que li Tur estoient pres. Cil se commanderent a Nostre Seigneur et se trestrent avant par les batailles si com eles estoient atiriees. Quant li poinz et li leus fu il ferirent des esperons et vindrent jusqua eus si fierement que li Tur sen esbahirent tuit. Lors comencierent a ferir a destre et a senestre et voler parmi ces presses si que il sembloit que chascuns vousist estre li plus preuz e que il ne donnoient a leur anemis neis un seul loisir de porpenser que il feroient. Cil ne porent pas soufrir ce grant effort de nostre gent ainz se voultrent trere vers leur pont. Mes li dux Godefrois qui mout savoit de teus choses sen fu bien porveuz: il ot pris un petit tertret qui estoit devant le pont et se tint la en sa bataille. Touz les Turs que len chacoit vers eus ou il les ocioient touz ou il les fesoient flatir arriere ez mains a ceus qui touz aloient decoupant. Li cuens de Flandres le fist tres bien le jor come bons chevaliers et bien ausez darmes. Li dux de Normendie derompoit si la presse que Tur nosoient arester pres de lui. Li cuens de Toulouse meismes leur vouloit vendre ce que il li avoient fet esperonner son cheval devant eus. Hues li maines navoit pas oublie de quel lignage il estoit et de quel terre; aincois sembloit aus Tors que il fesoit sur ses anemis que toute la besoigne fust seue. Eustaces li freres le Duc Baudoins li cuens de Henaut Hues li cuens de Saint Pou et tuit li autre baron et li chevalier qui estoient en leur route fesoient merveilles darmes. Nus hom ne vit onquesmes nule besoigne si acertes emprise communement de touz. Aussiens vit cele bataille si grant et fist sa gent issir hors por eus donner greigneur cuer; et por tolir lesperance de la fuie commanda que len leur fermast les portes apres eus. Cil vindrent poignant encontre les noz et voustrent fere les leur torner qui sen venoient desconfit; mes li effroiz et la poor estoit si grans en eus que onques neis semblant nen firent; cil meismes qui freschement venoient quant il virent la grant proece des noz et sentirent les granz cous que il feroient se remistrent a la voie tost avec les autres nonques gramment ne si arresterent. La fu li fereiz si granz et si merveilleus abateiz de Turs que li nostre pooient a peine passer outre pardesus. Si granz noise et si granz criz et hennissemenz de chevaus et frainte darmes i avoit par tout que len noist mie Dieu tonant. Cil qui les portes avoit fet clore apres eus en fist a mainz le jor perdre les vies. Les femmes aus Turs les puceles et les febles genz de la ville estoient sur les murs et sur les tourneles ou il veoient einsi leur gent torner a mal. Bien poez savoir que pleurs i avoit assez et doleur et grant noise; mout maudissoient leure que tant avoient vescu que tele mescheance leur estoit avenue. Aussiens vit que il perdoit toutes ses genz et que du recouvrer nestoit nule esperance: si comanda que len ouvrist les portes por recevoir dedenz la ville les remasilles de sa gent. Quant li Tur virent les portes overtes il orent si grant volente dentrer ens et sur le pont sempresserent si malement quil en chai en leaue a grant plente. Li dux Godefroiz qui toute jor lavoit si bien fet quant vint a lavespree devant le pont il fist un cop tel dont il sera touzjorz parle; nonquesmes niert teus avenuz ne james ce croi navendra. Il ot le jor maintes testes des Turs coupees a toutes les ventailles chascune a un cop. Un en i ot de ses anemis qui mout se tint pres de lui et mout lenchauca et se pena de li malfere; li Dux le feri de lespee parmi le nombril si que la partie desus chai a terre et lautre remest sur le cheval qui se feri en la cite avec les autres; et sachiez que cil estoit armez de bon hauberc et de fort. Tuit cil qui virent ceste merveille furent esbahi; li Tur nomeement en orent grant poor. Ce jor perdirent bien des leur cil dantioche plus de .ii. mille; et se la nuit ne fust si tost venue tant eussent este afebloie de gent que a peines poissent plus tenir la ville contre les noz. Entor le pont sembloit bien que il eust eu preude gent; car tout estoit jonchie espessemenz de morz. Li fluns en descendi touz senglanz jusque en la mer. Aucun crestien de la terre issirent de la ville et vindrent a nostre gent et leur conterent que douze amirauz avoient perdu en la bataille cil de la ville; dont la doleurs estoit mout grans: et si en estoient domagie que james ne seroient restore.

VII. Coment li Baron rendirent grace de la victoire que Dame Dieu leur ot donnee.

Li jorz resclarci. Lendemain li Baron sassemblerent tuit por mercier Nostre Seigneur de la victoire que il leur avoit donee; puis parlerent des communes besoignes. Communement fu acorde de touz que ainsi com il avoient enpense a fere feissent une forteresce eu chief du pont por tolir lissue a ceus de la ville par le pont et garantir les noz quant il coreussent par devant. En cele mahomerie qui estoit iluec si com je dis desus avoient enterre de nuiz li Tur les morz qui avoient le jor devant este ocis en la bataille. Quant la gent a pie de lost le sorent il corurent la et les desterrerent touz et pristrent lor et largent et les robes que il avoient mis en leur sepouture selonc leur costume. Mout en orent grant duel cil de la ville porce que il virent trainer parmi les chans les cors de leur amis que il avoient enterrez a granz costemenz; et mout leur desplesoit ce que li nombres de leur morz fu seuz que il cuidoient mout celer; car sanz ceus qui chairent eu flun et ceus qui furent enterre en la ville et ceus qui furent navre a mort qui leanz entrerent len en desterra en la mahomerie .m. et .v c. Il en couperent a .iii c. les testes puis les envoierent au port de la mer por dire noveles aus noz qui la estoient de la bataille qui avoit este. Li message au calife degypte ne sestoient mie encore parti dilec; quant il virent ce lie furent de la mort a leur anemis mes poor orent en avant de la nostre gent. Mainz en i avoit des noz qui estoient foi ez bois et ez montaignes: puis quant il sorent ce retornerent en lost: assez en i vint que len tenoit a morz. Li Baron commanderent que la forteresce fust fete. Len la dreca fort et haute mout hastivement; des pierres meismes fu ele fete que len trest des sepoutures aus Turs. Puis comencierent li Baron a parler cui la garde feroit de cele tor qui mout estoit bele et fort; et devant i avoit len fez fosse mout parfont. Assez i ot des barons qui sescusoient par meintes resons por que il ne la pooient mie garder; mes li vaillans cuens de Toulouse se poroffri a ce et pria que len la li baillast; car a laide de Dieu il mettroit bon conseil en ce. Mout len sorent bon gre li baron tuit et par ce recovra la grace du commun pueple que il avoit auques perdue; car des leste devant et par tout liver par lachoison dune maladie que il avoit eue sestoit si sostret de toutes les besoignes de lost que il ni avoit tenu nul preu. Chascuns des autres barons avoit fet son pooir cist ni avoit riens fet; por ce len savoit en poieur gre que len cuidoit que ce fust li plus riches. Mes a lemprendre cele besongne distrent bien tuit que il nestoit ne pareceus ne avers. Dautre part encore fist il plus: car il mist .v c. mars dargent en la main levesque du Pui et dautres preudeshomes por aidier a restorer le domage des chevaus que li povre home avoient perduz en la bataille; mainz en i ot qui plus en furent hardi daler encontre leur anemis par lesperance de recouvrer leur chevaus. Por ces choses fu li cuens de Toulouse mout amez et loez si que il lapeloient le pere et la garde de lost.

VIII. Coment li Crestien gaaignerent bien deus mille chevaus.

En cele novele forteresce du pont mist li cuens de Toulouse .v c. que chevaliers que serjanz preuz et bien armez. Et porceque cil trespas estoit defenduz a ceus de la ville nostre gent aloient seurement par la terre. Li Tur ne pooient issir hors que par la porte docident qui est entre le pie du mont et le flun du Fer. Cele issue ne pooit mie mout nuire a nostre gent car toutes leur heberges estoient oultre le flun; mes toutes voies pour ce que par la leur venoient viandes fresches et nestoient mie assez destroit quant il avoient cele issue li Baron sasemblerent et pristrent conseil coment il leur porroient ce tolir. Bien sacorderent que ce ne pooit estre se len ne fesoit une forteresce outre le flun que len baillast a un des barons qui la sen alast por garder la. Bien sacorderent tuit que la forteresce fust fete mes nus ne se poroffri ne ne demanda que len la li baillast a garder. Mout disoient tuit que Tancres seroit bons a cele chose mes il sescusoit que il nestoit mie asses riches a soufrir le fes du despens. Li cuens de Toulouse se trest avant et li dona .c. mars pour ce fere; et len devisa que il auroit chascun mois .xl. mars du commun. Tancres qui mout estoit vaillanz et sages fist fere cele tor en un petit tertre assez pres de la porte; puis la receut en sa garde; et Dieus li fist tant denneur que onques riens ni ot perdu aincois la garda toute enterine jusques a la fin de la besoigne. En la partie aval delez le flun en un destor avoit un mout beau leu plain de mout beles pastures et trop plenteis derbe a trois miles ou a quatre de la cite. Cil de la ville porceque il navoient mie assez pasture dedenz les murs avoient la envoie mout grant partie de leur chevaucheeures. Quant nostre gent laparceurent il sassemblerent assez chevaliers et serjanz puis sen alerent cele part non mie par la droite voie mes par destors et par voies covertes tant que il saillirent a ceus qui les chevaus gardoient et les ocistrent: .ii m. chevaus a armes en amenerent en lost granz et bons sanz mul et sans mules de que il i ot assez. De nule chose qui peust estre gaaigniee navoit li oz si grant mestier; car il avoient mout perdu des leur en la bataille et assez en i moroit chascun jor de fain et de mesese.

IX. Coment Baudoins qui estoit a Rohez envoia granz dons en lost.

Quant la cite fu einsi de toutes parz assise que li Tur ne pooient issir hors il comencierent leanz a avoir mesese de maintes choses; car leur chevaus navoient mie assez provendes dont il avenoit que il ne sen pooient mie aidier au besoing. Fresches viandes estoient aus genz faillies qui mout les grevoit. La nostre gent avoient bandon daler par la terre jusque au port de la mer dont il navoient mes tel soufrete com il avoient soufert tout liver; car li soef tans estoit venuz si que nes aloient et venoient par la mer qui aportoient assez vitailles. Cil meismes a qui la cure de lost estoit baillie aloient seurement par les citez et par les chastiaus de la entor por fere venir viandes. Mainz en i avoit de nostre gent qui avoient sejorne liver par les villes et sen venoient ore en lost tuit fres et bien en hernois. Baudoins li freres le Duc de que vos oistes desus que il avoit tant de richesce a Rohez ot oies noveles que li Baron avoient soufert tantes meseses en lost si leur envoia a touz grans dons et riches presenz; ne mie seulement aus granz homes mes aus moiens et aus bachelers dona il assez du sien; por coi il ot mout la grace de touz en cele compaignie. A son frere le duc Godefroi dona toutes les issues de la terre que il avoit deca le flun deufrate a la cite de Turbessel et eu pais entour: mout i avoit froment et orge et vin et oile; par desus ce lui dona cinquante mile besanz. Si i avoit uns haus home dermenie qui avoit non Nicoses qui estoit mout acointes de Baudoin; icil envoia au duc Godefroi un paveillon le plus riche que len eust onques veu; il estoit de trop estrange facon et merveilles granz. Mes quant li message le portoient en lost Pancraces uns riches hom dermenie dont je vos parlai desus les fist guetier en la voie et leur fist tolir le paveillon; puis lenvoia a Buiemont et fist presenter de par soi. Quant li sergent Nicoses vindrent au duc Godefroi et li orent conte ce que len leur avoit fet il en ot mout grant desdaing; puis prist avec lui le conte de Flandres la cui amor et acointance il avoit plus que des autres barons et vint a Buiemont; si li demanda la seue chose que en li envoioit. Cil li respondi que ce ne savoit il mie que ele fust seue; car uns hauz hom du pais la li avoit donee. Mes quant il conut que li Dux ne le souferroit mie enpais par son sens et par sa cortoisie et par la proiere des autres barons il li rendi la tente porce que troblemenz ne sordist entreus qui la besoigne Dame Dieu peust empeeschier. Einsi furent bon ami entre lui et le Duc. Maintes gens semerveillerent de si vaillant home com estoit li dux Godefroiz en qui len ne trouvoit que reprendre coment il fut meuz encontre ce haut home por une si petite chose com est uns paveillons; ne je ni voi autre reson se ce non que nus gentils cuers ne puet souffrir honte; et len li fesoit entendant que ce seroit contre senneur se il soufroit que len li tousist einsi: car par covoitise ne le fesoit il pas.

X. Coment aucun des Crestiens se departirent du siege mauvesement.

Renomee sordoit mout grant et croissoit chascun jour que li soudans de Perse qui si estoit riches et puissanz par la requeste aus citeiens dantioche avoit fet semondre les genz de son pooir por venir secorre cele cite; merveilles avoit granz genz assemblees. Cele novele ne venoit mie seulement de ceus de lost ainz le disoient aussi mainte gent qui sen issoient de la cite por venir en lost si com Ermin et Surien qui crestien estoient. Len disoit que cele gent estoient ja mout pres. Dont il avint que li cuens Estiennes de Chartres et de Blois qui si estoit hauz et puissanz et sages que por son sens le clamoient li autre baron le pere du conseil se fist malades si com len dist. Il prist congie a ses amis porce que il dist quil iroit en Alixandre la petite qui estoit assez pres du port et la demorroit tant que il fust respassez. Einsi sen parti et enporta grant avoir. Avec lui sen partirent .iiii. mille home qui estoient de sa compaignie et de sa terre. Tout droit vint en Alixandre la petite: la se demora porceque se nostre gent eussent le meilleur de la bataille que il atendoient chascun jor il sen retornast en lost come gueriz de sa maladie; et sil leur mescheist tantost sen entrast ez nes quil avoit toutes apareilliees por retorner en son pais. De ceste chose furent si correcie et dolereus tuit li baron de lost que il en ploroient a chaudes lermes: tel pitie avoient de ce haut home qui navoit pas regarde a sa gentillece ne a son sens ne a lenneur que len li portoit; ainz sen parti en si vilain point. Nus navoit honte de soi sostraire apres lui ains sen partoient maint. Li Baron orent conseil et firent crier partout lost que nus ne fust si hardiz que il sen alast sanz congie; car cil qui sen iroit il tendroient a murtrier et en feroient jostice come de tel home. Par ceste chose pour eschiver le peine et por garder leur enneurs se tindrent tuit enpais en lost et obeissoient aussi aus Barons come moine cloistrier sanz partir de leur compaignie.

XI. Des Crestiens qui estoient a cel jor dedenz la cite dantioche.

Antioche cele sainte cite si com je vos ai dit fu convertie par le preeschement monseigneur saint Pere lapostre. Touzjors garda bien cele foi et la tient encore la Dieu merci enterinement. Quant la desloiaute Mahomet corut par tout Orient ceste ne la vout onques recevoir. Et quant li poissant home de la terre la vourent contraindre a force a croire en cele mauvese loi bien se defendi contreus touz. Dont il avint que quant li deables ot mise en cele mescreandise toute la terre dez le reigne de Perse jusque au Braz saint Jorge et des Indes jusquen Espaigne ceste cite remest touzjorz en la foi de la verite Jhesucrist. Voirs est que .xiv. anz ainz que nostre gent i venissent li granz soudans de Perse avoit conquises toutes les terres entor Antioche; por ce ele ne se pot plus tenir ainz se rendi eu pooir a ce grant home: dont il avint que nostre gent la vindrent asseoir. Pres que tuit cil qui estoient en la ville tenoient la foi Jhesucrist; mes sanz faille il navoient point de pooir ne point de seignorie en la cite; car il sentremetoient sanz plus des marcheandises et de mestiers ou len gaaigne son pain. Li Tur avoient les baillies et aloient aus armes quant mestiers estoit. Ne fust neis si hardiz nus des Crestiens que il sosast armer. Nomeement puis que nostre gent vindrent entour la ville li Crestien estoient si sospeconeus que il nosoient issir de leur mesons. Mout i avoit de teus qui estoient de grant lignage cui len faisoit assez hontes. Une meisniee de hauz homes i avoit qui estoient Ermin: len les apeloit en leur langage Benizerra cest a dire les filz au haubergier: dun tel menesterel estoit espoir descenduz leur lignages et encore i avoit aucun deus qui fesoient haubers parce que il estoient venu en povrete. Leur estage estoit en la ville devers soleil couchant a la porte Saint Jorge. Il avoient une tor qui a non la tor des Deus sereurs. Deus freres avoit en cele gent qui estoient seigneur de tout le lignage li ainznez avoit non Emir Feirus sages mout et apercevanz: acointes estoit et privez du seigneur de la ville si que il lavoit fet son notaire dedenz le palais. Iluec faisoient leur oeuvre et gardoient leur hauberz. Icist oi mout de bien dire de Buiemont dez le comencement du siege et bien entendi par la renomee que cil estoit sages loiaus et de grant cuer; por ce li envoia son message et sacointa a lui et devint mout ses privez. Sovent li fist asavoir lestre de la cite et les proposemens Aussiens. Mes il estoient ambedui sage home; por ce savoient bien covrir lor acointance: mout avoit pou gent ou nule entor Buiemont qui de nule rien saperceussent.

XII. Coment Emir Feirus promist a Buiemont quil li rendroit la cite dantioche.

Set mois avoit ja dure li sieges: Buiemonz come sages et soutis avoit maintes foiz essaie son ami de la ville coment la cite fust rendue a la seigneurie des Crestiens. Tant le li manda par un suen fil qui portoit les paroles que cil li respondi en ceste maniere: Biau douz sire je croi que Dame Dieu vout que je eusse a vous ceste acointance et ceste amor; car onques puis que je fui de vos acointes ne me fina li cuers de trere et acorder chascun jor plus et plus a vostre bonte. Mout me plest vostre maniere: je ai grant esperance et ferme que je et li mien soions encore mout aidie et ennore par vous. De cele chose dont vos mavez arsenie ai je este merveilles pensis puis que je oi la parole. Mout ai contrepensees les voies de ca et de la; car bien me pens que se je pooie mon pais delivrer de la gent qui sont anemi Dame Dieu et rendre a la seigneurie de ma foi grant guerredon en auroie de Nostre Seigneur et grant enneur du siecle. Mes se il avenoit ainsi que descouverte chose fust que je eusse ce pense aincois que il fust tret a chief je seroie livrez a touz les tourmenz et touz mes lignages si effaciez a touzjorz que james nen seroit parle. Nequedent de pluseurs choses se met len en aventure; por ce vos vueil descovrir tout mon cuer com a celui que je connois a loial ami. Se li baron qui sont en vostre compaignie vouloient otroier com loial home que il sont que ceste cite seroit vostre par leur bons gres a touzjorz et a vos oirs sele pooit estre conquise je me metroie en aventure si que je vos bailleroie ceste tor que je tieng qui mout est fort et bien garnie. Ice feroie je por Dieu et por vous. Mes se il tendent a ce que chascuns en eust part come de chose gaaignee par guerre sur ce je ni metroie nule peine; car je ne sai mie a quel fin cist aferes vendroit. Por ce je vos pri biaus douz sire et biaus douz amis que vous metoiz peine a ce que la chose soit vostre; non mie par convoitise mes por le preu de la Crestiente; et je vous creant loiaument que le jor que je saurai que il vous soit ainsint otroie je vous deliverrai lentree de la cite. Nequedent une chose vous di je bien que se il nest fet mout par tens james jor de ceste siecle ni recoverrez; car chascun jor viennent au seigneur de ceste ville letres et messages que cil qui le vienent secorre sont entor le flun deufrate qui est assez pres et sont bien .ii c. mille homes a armes. Se cil viennent sur vous dune part et cil de la cite issent encontre vous dautre vos ne les porroiz pas soufrir ainz serez tuit ou mort ou pris; por ce metez en ce hastif conseil.

XIII. Coment Buiemonz enquist et enchercha les cuers des Barons.

Dez le jor que Buiemonz ot ce oi comenca il mout soutilment a encerchier les cuers des Barons et leur demandoit aucune foiz que il feroient de cele cite se ele estoit prise. De la response daucuns deus estendoit bien que il estoient loing de son proposement; por ce deloia a descouvrir son cuer jusque mieudres poinz en venist. Nequedent il trest a une part le duc Godefroi Huon le maine le duc de Normendie et le conte de Flandres. A ceus il dist que il se fioit tant en Dame Dieu que se la cite li estoit otroiee bien porroit estre par tans conquise. Cil si acorderent et mout prisoient en leur corage le sens de cel home qui si grant chose savoit si aprochier. Par lacort deus fu descovert au conte de Toulouse; il respondi que ce ne feroit il ja que la seue part de la cite si elle estoit conquise donast a autrui. Mout len prierent li Baron mes ce ne valut; rien ne pot estre mis a ce. Por ce fu la chose en tel peril que pres que tout ne fu perdu; car ne Buiemonz ne metoit tel peine a la chose esploitier ne ses amis de la ville nen voloit oir parole se tout ne fust suen. Neporquant Buiemonz li enveoit sovent granz dons por garder lui en lamor et lacointance qui entreus estoit comenciee.

XIV. Des messages que Aussiens envoia en Perse.

Endementres que ces choses coroient einsi en Antioche li message qui par Aussiens estoient ale au soudan de Perse por demander aide sen retornoient com cil qui bien avoient fet leur besoigne; car cil granz princes par la requeste de ceus dantioche et par le priere de la seue gent avoit empris a efacier et a destruire du tout la nostre gent qui la estoient venu. Por ce il envoioit trop grant plente de Turs et de Cordins en cele terre. Si avoit baillie toute la seigneurie de la terre a un suen prive acointe; car mout se fioit de son sens de sa loiaute et de sa proesce: cil avoit non Corbagaz. Il comanda que tuit obeissent a cestui; letres pendanz euvoia par toutes ses terres et comanda a ses bailliz et a ses genz que partout la ou Corbagaz les voudroit mener que il alassent et quanque il leur comanderoit il feissent. Cil sen parti de son pais atout mout grant gent et pardesus en amenoit tout le pooir des terres par ou il passoit. Tant ala que il vint en la terre de Rohez. La li vint la novele que uns des barons de France tenoit la cite de Rohez que il avoit conquise et toute la terre entor la ville. Il en ot mout grant despit et dist que aincois que il passast outre le flun de Eufrate prendroit il et destruiroit quanque il i troveroit des Francs. Baudoins ne fu mie de petit cuer; bien ot oie la venue de cele gent si ot la cite bien garnie darmes de vitaille et de preude genz; si prisa pou les menaces et les grosses paroles de cel home que len li aportoit. Corbagaz comanda que len asseist la cite de Rohez et puis fist crier lassaut. Grant peine mistrent en prendre la ville toutes ces genz qui venues estoient; mes cil qui gardoient la ville se defendirent mout bien si que mout domagierent ceus dehors et il ni perdirent rien. Il sist entor la ville .iii. semaines; de senneur ne de son preu ni fist neant. Tant que li grant home de son ost vindrent a lui si li distrent et loerent que il se partist du siege car la chose porquoi il estoit meuz devoit il avant fere cest a dire touz ceus qui estoient au siege de Antioche ocirre ou prendre; puis apres en son retor auroit il en une matinee prise Rohez et Baudoin se il nestoit morz au prendre enmenroit tout lie et le presenteroit a son seigneur ausi come un mouton. Il sacorda a leur conseil et se partit dilec. Mes toutesvoies la demorance que il i ot fete sauva a nos genz les vies car la chose nestoit mie si acordee entre Buiemont et son ami que se cil fust venuz tout droit vers Antioche nostre gent fussent a trop grant meschief entre les suens que il amenoit et ceus de la ville.

XV. Coment li Baron envoierent savoir la couvine de lost Corbagat.

La novele commenca mout a croistre de ces genz qui venoient: ne fu mie merveille se il en furent effree en lost des pelerins. Li Baron par commun accort voudrent que de leur preudes homes i alassent qui se conneussent en teus choses et bien seussent genz esmer aus chans et connoistre leur couvine. A ce furent esleu Dreues de Neele Clarembauz de Vendueil Girarz de Cherisi Renarz li cuens de Tol. Cil menerent avec eus autres chevaliers connoissanz et esprouvez darmes. Cil se partirent de lost; tant aprochierent les Turs que il les virent de loing. Nequedent bien aperceurent que tout einsi com toutes les eaues cueurent en mer ausi venoient encore et aplovoient grosses routes et merveilleuse plente de gent en cel ost Corbagat. Cil preudome se trestrent avant tant que il virent et connurent tout leur estre puis sen retornerent aus Barons et leur distrent la verite. Li Baron leur prierent et defendirent si com il avoient chier la besoigne Dame Dieu que il ceste chose ne descovrissent pas ainz la tenissent si celee que la gent a pie de lost ne le seussent; car granz perilz i auroit quant il en sauroient la verite que il ne sen vosissent foir ou de nuiz ou de jorz com gent desesperee.

XVI. Coment Buiemonz parla aus Barons que la cite dantioche fust toute seue.

Conseil pristrent li Baron sur qui li fes de la besoigne estoit coment il se porroient contenir en ce grief point ou il estoient. Aucuns en i ot qui donoient conseil que len se partist du siege et que tuit quanque il estoient a cheval et a pie alassent .ii. miles ou .iii. encontre cele gent qui venoient en si grant desroi et en si fier boban; iluec criassent a Dame Dieu merci que il leur aidast puis se combatissent a ceus. Li autre disoient que ce ne seroit mie bien que tuit se partissent du siege ainz estoit leur los que une partie remansist por garder ceus de la ville si que il ne se peussent joindre aus autres; et li meilleur de lost et li mieuz monte menassent de la gent a pie grant partie et sen alassent encontre Corbagat; lors se combatissent a lui. Mout estoit la chose en grant doute ne ne savoient auquel acorder. Buiemonz quant il les vit einsi entrepris apela le duc Godefroi le conte de Flandres Huon le Maine le duc de Normendie le conte de Toulouse; puis leur dist iteus paroles: Beau seigneur je vos voi en mout grant doute et ce nest mie merveille de la venue a ce puissant home qui sur nous ameine mout grant plente de nos anemis: ne vos nestes mie encore acorde en quel maniere vos latendroiz ne quele sera vostre contenance quant il vendra. Je ne vous oi encore ce me semble deviser chose qui gueres vous poist valoir; car se nos issons tuit contre ces Turs si com aucune gent conseillent ou lune part i aille et lune partie remaigne si com li autre loent nos avons perdues noz peines et nos despenses au siege de ceste ville; car si tost com nos nous partirons de ci ou tuit ou la moitie cil qui viennent metront en cele ville grant plente de genz darmeures et de viandes toutes fresches. Se il nen remaint nul au siege ce leur sera legiere chose; se il en i remaint une partie il nel leront mie por ceus; car quant nos somes tuit ensemble poons nous a peine destraindre ceus de la ville; cil qui ne remaindront que un pou coment porront il avoir force contre ceus dedenz et ceus dehors? ce ne porroit estre. Por ce mest avis que ailleurs covient querre le conseil. Qui porroit trover maniere coment cele cite nous fust rendue et que nos fussions receu dedenz aincois que cele grant gent i venist ce seroit la plus seure chose. Se vos demandez coment ce porroit estre je vous mostrerai la voie par coi nos i porrons avenir si com moi semble. Je ai un ami en cele cite loial home et sage selonc ce que je puis apercevoir; nos avons covenances entre moi et lui par coi il me doit baillier une tor mout fort et mout bien garnie que il tient quant je la li demanderai. Je li redoi doner par ce fesant grant plente de mon avoir et franchises et autres aliances garderai a lui et aus suens. Mes ce ne porroit estre por nule rien se chascuns de vos ne me claime quite sa part de la cite a moi et a mon oir si que ele soit toute moie; car autrement il ni entendroit mie. Se il vous plest en ceste maniere poez avoir la ville; car se vos motroiez ice je le semondrai des covenances si que la chose sera bien achevee a laide de Dieu. Se ce ne vous plest et vos i poissiez trover autre maniere je sui prez de quitter toute la moie part a un de vous ou a un autre de nostre compaignie se il nous puet la cite delivrer; et Dieus le set bien me plera et mout en serai liez en bone foi.

XVII. Coment li Baron otroierent a Buiemont leur part dantioche.

Quant li Baron oirent ceste parole mout en orent grant joie dedenz leur cuers. Tost sacorderent a ce que Buiemonz requeroit et li otroierent chascuns de sa part que ele fust seue toute quite; fors seulement li cuens de Toulouse qui par une enrederie ou il estoit entrez disoit que sa part ne quiteroit il ja a nului. Li autre fiancerent a Buiemont einsi a tenir et mistrent en la foi que il ne descoverroient a nullui ceste chose. Mout li prierent que il sagement menast son afere et tost se traveillast du parfere car granz perilz pooit venir de la demeure. Li conseuz se departi einsi. Cil qui estoit sages et de viste sens parla au message qui savoit leur covine: si lenvoia a son ami et li manda que li Baron li avoient otroie que la cite fust seue. Mout en ot grant joie. Por ce le semonoit par sa foi que il li acomplist en cele nuit qui venoit enterinement quanque il li avoit promis. Une chose avint ce jor qui mout aida cele besoigne a parfere: car cil amis Buiemont Emir Feirus sentremetoit mout des choses du palais Anxien et des aferes de la ville. Quant il estoit einsi enbesoigniez il envoia son filz que il avoit ja grant en son ostel por ne sai coi querre. Quant il vint la tout hastivement il trova que uns des granz amiraus de la ville gisoit a sa mere. Quant il le vit si ot si grant duel que il en corut arrieres a son pere ausi come tout hors du sens et en ce corouz ou il estoit conta la chose a son pere si com il lavoit trovee. Li peres estoit sages hom; mout en fu tres durement iriez et dist teus paroles au vallet: Beaus filz ne semble assez a ces desloiaus chiens que il nous tolent ce que nos avons et nous tiegnent honteusement en grief servage se il avec ce ne nous hontissent tant come il puent et la loi de nos mariages nous depecent. A laide Jhesucrist en qui je croi je metrai peine coment leur pooirs sera acorciez et coment il recevront guerredon des maus que il nous font. Ne fit autre semblant du corouz que il avoit ainz envoia tantost son fil a Buiemont par la maniere que il i soloit aler et li manda que bien fust apareilliez car il endroit soi li sivroit bien en cele nuit toutes ses covenances. Il li manda que tuit li baron sen ississent de lost entor eure de none tuit arme chascuns en sa bataille et feissent semblant daler encontre Corbagat qui venoit; puis sen retornassent en tout le primsome tot coiement sanz noise et se tenissent tuit prest entour la mie nuit de fere ce que len diroit. Buiemonz fu mout liez quant il ot oi ce message; puis le mena devant les Barons a qui la chose avoit este descoverte et li fist dire la parole tele com il lavoit aportee. Li Baron quant il loirent furent mout lie bien distrent que cil conseus estoit loiaus et sages et mout si acorderent.

XVIII. Coment Emir Feirus se geta de souspecon.

Une chose avint en cele ville qui bien sieut avenir en granz besoignes. Cil qui avoient la garde et la cure de la ville commencierent a avoir sospecon dedenz leur cuers et deviner que la cite devoit estre traie. Il ne savoient nule reson par qui ne coment ne grant semblant nen apercevoient il mie; mes toutesvoies quant li uns en parloit a lautre des granz homes bien leur estoit avis que einsi devoit avenir. Tant monta la parole que il en assemblerent devant Anxien le seigneur de la ville; et li distrent que tel poor avoient si home et si feel; ne nestoit mie sanz raison car li Crestien estoient en la ville qui plus amoient ceus dehors espoir pour leur loi que ceus dedenz qui sovent les correcoient; cil nomeement Emir Feirus en qui il se fioit tant estoit sages hom et coverz et grant pooir avoit en la ville. Si estoit doute que domages ne venist a la cite par aucune tel chose. Tant menerent Anxien que il le firent douter de ce. Tantost manda devant lui celui qui avoit non Emir Feirus et li dist que tel parole couroit et il le tenoit a sage home; por ce li demandoit quel conseil len metroit en ce. Cil qui estoit aguz et aparcevanz sot tantost que ses sires li demandoit ces paroles por essaier se il en respondist chose par coi il en fust sospeconeus et bien vit que cele assemblee estoit ilec fete porce que il lavoient en sospecon. Bien se pensa que il les eslongneroit de ce cuidier par sa parole. Si leur dist: Biau Seigneur vos estes haut home et sage; mout vos doivent tuit cil de la ville bon gre savoir et li sires nomeement de ce que vos cremez la traison; car en si grant chose com vos avez a garder len doit douter quanque puet avenir: car nos somes en peril de noz vies de nos franchises de noz femmes de noz enfanz et de tous les eritages: ce sont choses ou len doit bien entendre au garder. Mes moi semble que par une voie porroit len metre conseil en ceste chose si que se aucuns estoit si desloiaus et si traitres que il vousist son pais destruire nen auroit il mie le pooir. Ceste chose ne puet estre porparlee se par ceus non cui len a laissie les gardes des tors; por ce si me semble que se vos avez sospecon de ceus que vos les remuiez de leur leus sovent; car ceste chose ne puet estre devisee se par grant loisir non; et puis que vos les changeroiz ainsi sovent si que cil qui auront une nuit ci este seront en lautre nuit mis bien loing ez tors ou il nauroient nule cognoissance; par ce leur toudroiz toute lese de porparler la traison. Quant il oirent le conseil que cil leur donoit bien si acorderent tuit et par ce leur chai des cuers toute la sospecon que il avoient vers lui. Tout einsi com il lavoit devise eust este fet se porce non que il estoit ja tart car il anuitoit et si granz remuemenz ne poist estre fez en petit deure. Li sires commanda a touz que il gardassent la cite ententivement; einsi se departirent du conseil. Emir Feirus qui veoit bien se la chose quil avoit emprise nestoit hastee quele ne prendroit james bon chief se porpensa mout de son proposement trere a fin sanz apercevance dautrui.

XIX. Coment Emir Feirus essaia son frere.

Dez le comencement que la cite fu assise li Tur de la ville orent en grant sospecon les Greus les Suriens et les Ermins et touz les autres crestiens qui abitoient en Antioche. Dont il avint que des lors tous les povres crestiens qui navoient mie en leur osteus suffisamment garnison a lonc tens il les giterent de la ville et toutes leur mesniees; car il ne vouloient mie que la cite en fust chargiee ne encombree. Les riches retindrent dedenz porce que il avoient assez viandes: ceus meismes grevoient il trop; car par fausses achoisons les raamboient toute jor et toutes leur choses leur toloient. Il les chacoient aus oevres de la ville; se il i avoit murs a fere il portoient la pierre la chauz et le sablon; se il vouloient engins drecier ne fere giter perrieres ou mangoniaus il leur covenoit a tirer les cordes. Ja tant com il trovassent crestiens ne queissent autre gent por ce mestier fere. Quant il avoient travaille longuement en lieu de loier les menoient batant par toutes les rues si que mieuz vosissent avoir este gite hors de la ville dez le comencement avec les povres que estre retenu. Ce ne soufisoit pas a ces desloiaus chiens que il grevoient einsi la crestiente de la ville ainz sestoient acorde des huit jorz avant ce que il parlassent a lami Buiemont que il les ocirroient touz en une nuit; et pieca que il eust este fet se uns des amirauz de la ville ne leust destorbe qui estoit touzjorz privez et amis des Crestiens; il les fist deloier huit jorz par ceste reson car il leur dist: Beau seigneur espoir que li crestien qui nous ont assis se partiront du siege dedenz huit jorz et por poor de Corbagat qui vient; et se il sen partent por coi ocirrions nos des crestiens de ceste ville? et se il ne sen partent lors porroiz fere ce que vos avez devise. Cil huit jorz estoient ja trespasse si que ja estoit comande mout priveement a ceus qui fere le devoient que il les oceissent par les ostieus touz en la nuit qui lors estoit.

XX. De ce meismes.

Quant ce vint a eure de none len fist crier partout lost des pelerins que tuit cil qui chevaus avoient fussent arme et se tresist chascuns a sa bataille la ou il estoit devise por fere ce que li chevetaine leur comanderoient. La gent a pie ne savoient mie que ce devoit estre: non savoient mie cil a cheval se li baron non qui il estoit descovert. Einsi sen issirent de lost tuit en conroi: bien sembloit que il se vousissent eslongnier. Tant alerent que il fu anuitie. Quant il fu bien oscurci len leur commanda a touz que il retornassent arrieres sanz fere neis point de noise et que tuit arme se tenissent en leur heberges. Cil vaillanz hom dont je vos ai parle qui avoit non Emir Feirus avoit un suen frere avec lui mes il nestoit mie dautel corage. Li preudons ne li avoit riens dit de ce que il pensoit car il doutoit mout que cil ne si acordast mie. Il estoient ensemble en leur tor a leure de none que les batailles issirent de lost. Il regardoient par les archieres; Emir Feirus voult mout savoir le corage son frere qui meinz nez estoit et li dist: Biaus douz frere je ai mout grant pitie de ces haus homes que tu voiz la car il sont de nostre creance mout loiaus genz et mout bon crestien; or chevauchent si seurement com se il ne devoient rien douter et leur morz est mout pres; car ce ne puet estre que il puissent durer encontre cele gent qui viennent et contre ceus de ceanz; et se il le savoient espoir il prendroient autre conseil. Ses freres li respondi: Ci a mout fole pitie que tu as et de grant musardie te voi penser. Certes il me pleroit mout que li Tur eussent ja touz decoupez ceus que tu vois aler la et touz les autres car dez lors que il entrerent en ceste terre neusmes nos un bon jor ne une bone nuit; aincois nos a len fet soufrir mainz maus por lachoison de leur venue; por ce je ne les puis amer ainz vouroie que il venissent a male fin et que ce fust par tenz. Quant Emir Feirus oi ces paroles il doutoit avant savoir se il deust dire a son frere ce quil pensoit a fere; mes dez lors nen douta il puis. Mout le comenca a hair en son corage et bien se pensa que par li porroit estre destorbez li granz preuz de la Crestiente; por ce fu mout en grant angoisse coment il sen porroit delivrer.

XXI. Coment Buiemonz monta premiers seur le mur dantioche.

Buiemonz ne fu mie endormiz cele nuit; car il li despleust mout se par sa paresce fust teus aferes delaiez. Il ala sovent parler aus barons qui savoient ceste chose por soi conseillier. Il tenoit en ses mains une eschiele de cordes de chanvre mout soutilment fete; par desus devoit estre liee aus querniaus; desouz avoit bon cros de fer por fichier en terre. Quant vint entor la mie nuit il prist un suen message prive qui son secre conseil savoit et manda a son ami savoir se il estoit encore tens que il saprouchast du mur car il sembloit que toute la cite fust mout apaisiee. Quant cil messages vint a lami Buiemont il li conseilla mout priveement ce que len li mandoit; cil li respondi: Sietoi ci tout enpais et ne di mot jusque li mestres des eschauguetes soit passez par ci. Car la costume estoit tele en la cite que par desus les gardes estoit devise que uns preus et sages cercheroit chascune nuit toutes les guetes et amenderoit ce que il troveroit que nalast mie bien: si le faisoit bien einsi .iii. foiz ou .iiii. la nuit o granz genz qui portoient brandons. Ne demora gueres que il vint en la tor ou Emir Feirus estoit; il vit les choses toutes bien atiriees si li plut mout et passa oultre. Cil vit que li poinz estoit de parfere la besoigne. Si dist au message qui estoit devers lui: Va ten bone aleure et di a ton seigneur que dez ore mes ni a que du bien fere; vieigne tost devant ceste tor et gart que il ait avec lui bone compaignie et loial. Cil sen parti atant. Emir Feirus entra en sa tor et trova son frere qui se dormoit fermement; il ot poor que se il sesveilloit aincois que la besoigne fust acomplie que il ne la destourbast; por ce prist une espee que il avoit mout bone et li apoia au coste si bouta cele espee tout outre parmi les deus costez et locist. Li messages fu venuz a Buiemont et li ot dit ce que len li mandoit. Il fu venuz tantost devant la tor et li autre baron avec lui qui savoient lafere. Chascuns ot pou de compaignie avec lui mes ele estoit bone et loial. Emir Feirus mist sa teste hors et les salua cil resaluerent lui; puis avale une corde contreval le mur cil la pristrent et forment i lierent le chief de leschiele que il avoient fete de corde; quant ele fu bien liee desus et fermement atachiee desouz a bons cros de fer ne troverent onques iluec si hardi qui premiers i vosist monter. Quant Buiemonz vit ce il touz premerains prist leschaillon et monta sus jusque il vint au quernel. Emir Feirus sot que ce estoit Buiemonz si le prist par le braz puis li besa la main et dist: Dieus gart ceste main! Cil monta sur le mur et le besa mout doucement granz merciz li rendi du servise qui il lui fesoit. Emir Feirus le mena en la tor puis lui dist: Esgardez que je ai fet por Dieu et por vous. Cist hom que vos veez ci mort estoit mes freres germains: je lai ocis porce que je ne le pooie metre a lacort de ceste bone oevre que nos fesons. Buiemonz ot mout grant joie: dez lors sot il bien certeinnement que cil li estoit a bone foi. Lors vint aus querniaus si mist sa teste hors et appela sa gent que il montassent par leschiele; cil ni osoient monter aincois cuidoient que tout ce fust encore decevemens. Cil qui estoit mout vistes remist le pie en leschiele et descendi contreval jusque a terre puis leur dist: Biau seigneur vos demorez trop il ni a point de doute; car sachiez: cil preudom ma mostre son frere quil a ocis por lamor de nous. Quant il oirent ce tuit se pristrent a leschiele qui plus plus qui ainz ainz tant que il furent assez gent sur le mur. Li cuens de Flandres i monta et Tancres por enseigner aus autres que il feroient. Quant la premiere tor fu bien garnie de gent il corurent aus autres de lez si ocistrent les guetes et tindrent les tors.

XXII. Coment li Crestien pristrent la cite dantioche.

Au pie de leschiele estoient remes li autre baron por conduire lost. Quant il virent que sur les murs ot ja tant de gent que il pooient garnir pluseurs des tors il corurent isnelement a leur heberges por fere armer leur genz et trere pres si que il fussent tuit prest dentrer enz quant li leur qui estoit sur les murs leur en feroient signe. La nostre gent qui estoient monte nestoient pas oiseus: tant estoient preu et hardi que en assez pou de tans orent .x. tors prises toutes en un renc. Quanque il troverent dedenz avoient ocis. Ne la citez nestoit encore point estormie ne esveilliee; car li grant home de la ville quant il oirent la noise cuidoient certeinnement que len oceist les crestiens de la ville si com len lavoit comande et que por autre chose ne fust cist temoutes; por ce ne se movoient de leur liz. En cele partie ou nostre gent estoient monte avoit une posterne; nostre gent qui estoient sur les murs i descendirent et depecerent le verroil si lovrirent tant que il i entra assez de noz genz. Lors vindrent a la grant porte que len claime la porte du Pont toutes les guetes ocistrent que il troverent la puis ovrirent la porte. Uns escuiers Buiemont corut tant que il vint a une mout haute tor qui estoit sur le tertre delez le donjon de la ville; iluec ficha la baniere son seigneur. Quant nostre gent de la ville aperceurent que li jorz estoit pres et que laube aparoit ja lors firent soner leur trompes et leur buisines por apeler toutes les genz de lost. Li Baron entendirent le signe puis fierent des esperons et entrent parmi les portes que il troverent overtes atoutes leur batailles. La gent a pie de lost sesveillerent qui rien ne savoient du conseil. Il virent les tentes vuides et saperceurent que la ville estoit prise. Lors les veissiez corre hastivement au gaaing si que li uns ni atendoit lautre. Li Tur de la ville sesveillerent et oirent la temoute et virent les genz armees corre parmi les rues; lors saperceurent en quel point il estoient et comencerent a foir hors des mesons et mener leur femmes et leur enfanz avec eus. Quant il fuioient devant une route de noz genz il en encontroient une greigneur qui touz les decoupoient. Li Surien et li Ermin et li autre crestien de la ville saperceurent que la chose aloit einsi si en orent mout grant joie: il pristrent les armes vistement et se mistrent avec nostre gent; il leur enseignoient les leus ou plus avoit gent et ou li tresor estoient. Il meismes ocioient les Turs mout volentiers et mout se penoient deuz rendre guerredon des froiceries que il leur avoient fetes. Touz li oz estoit ja en la ville entrez. Li Baron avoient mises leur banieres par les tors. Grant ocision avoit en la ville; len nespargnoit nul home ne vieil ne juene ne femme ne enfant: tout covenoit a morir. Len brisoit huis et huches; or et argent et robes veissiez departir en pluseurs leus parmi ces rues. Bien sembloit chose gaaigniee par guerre tant en fesoit len larges devises. Ocis en i ot celui jor de ceus de la ville plus de .x. milliers dont li cors gisoient tuit nu parmi les voies.

XXIII. Coment li sires dantioche fu ocis.

Quant Anxiens vit que la cite estoit ainsi traie et que sa gent qui eschaper pooient aus espees des noz senfuioient tout droit en haut en la forteresce du donjon il douta mout a aler la car bien se pensa que li Crestien asserroient cele tor se il i entroit. Por ce sen issist par un postiz hors de la ville: la sen aloit touz seus einsi com hors du sens ne ne savoit pas bien ou il peust foir a garant. Quant il sen coroit einsi par les chans loing de la cite ne sai quanz Erminz le connurent; mout se merveilloient que ce pooit estre; puis saperceurent et apenserent que la citez estoit prise. Lors si saprochierent de lui ausi com se il li vousissent encliner si com il soloient; lors le pristrent et abatirent a terre; de sespee meismes li trenchierent la teste et lenporterent en la ville; si la presenterent aus Barons devant tout le pueple. Unes genz estoient venu en Antioche qui nestoient pas de la ville: li un i estoient afoi por la guerre li autre por estre soudoier li tiers si estoient trez por fere proesce darmes et por conquerre pris. Icil ne sorent mie bien les estres de la ville et furent monte sur leur chevaus tuit arme: si comencierent a corre contremont le tertre vers le donjon. Par aventure une route de nostre gent si com il aloient cerchant la ville les encontra; si leur corurent sus mout hardiement; cil les vourent eschiver et ferirent des esperons contreval; si chairent de la faloise de si haut que tuit furent esmie li home les armes et li cheval. Bien en i ot einsi morz .iii c. Aucuns en i ot qui estoient de la ville quant il saperceurent au matin que noz genz estoient dedenz il monterent sur leur chevaus et sen issirent par les portes que noz genz avoient ja overtes por foir aus montaignes. De nos genz i ot qui les sivirent et pluseurs en ramenerent que il mistrent en prison. Li autre sen eschaperent et sen corurent aus montaignes. Entor leure de tierce quant la ville fu bien cerchiee se rassemblerent nostre gent si saperceurent que en toute la ville navoit point de vitaille: ne ce nert pas merveille car li sieges avoit ja dure pres de .ix. mois et mout granz genz i avoit; mes or et argent et pierres precieuses vessiaus de diverses facons dras de soie riches tapiz tant i avoit de ce que li plus povres en estoit touz chargiez. Len trouva en la ville cinq cenz destriers mes mout estoient megre et lasche. Ainsi fu prise Antioche quant li an de lincarnacion estoient .m. et .lxxx. et .xviii. eu mois de juing le tierz jor du mois.


LE SIXIESME LIVRES

I. Coment li Crestien porprendent le donjon dantioche.

I a sestoient bien saoule despandre le sanc a leur anemis li pelerin qui de maintes terres estoient la venu: come gent lasse se tenoient enpais. Li Baron sassemblerent a conseil puis distrent entreus que la besoigne nestoit mie encore parfete ainz i avoit encore assez travail et peril tandis cum li donjons seroit a prendre qui trop estoit fors et bien garniz dedenz les murs de la cite. Il mistrent bones gardes par toutes les portes puis firent crier par toute la ville lassaut et comanderent que tuit venissent a la tor qui estoit en la montaigne. Quant il aprochierent de la bien connurent certeinnement que ce nestoit mie chose que len poist trere a chief; car cele forteresce ne pooit estre prise en nule maniere se par afamer non. Por ce ni travaillerent gueres; arrieres se trestrent et firent retorner leur gent. Cele montaigne qui est desus la ville est devisee en deus si com je dis desus par une valee mout parfunde dont la faloise est mout roiste ausi come tout a plon. La partie qui est vers Orient est plus basse: desus a une large plaignesse pleine de vignes et de bones terres gaaignables. Lautre partie devers Ocident est mout plus haute si sen va contremont en aguisant. Enz eu somet de ce tertre siet li donjons fermez de trop forz murs hauz et espais; tors i a grosses et hautes devers Orient et devers Bise le ceint cele vallee si parfonde que ce semble enfer; si est grant hideurs a regarder contreval: len ne porroit penser coment len li poist nuire de ces .ii. parz. Devers Ocident li tertres i est plus bas. Entre celui tertre et le donjon est une vallee qui nest pas mout grant ne mout roiste: par la descent une petite voie du donjon en la ville qui est si estroite que par soi i va uns hom a grant poor. Li Baron sacorderent que il fermeroient icel petit tertre por ce que cil du donjon ne peussent descendre et fere mal a noz genz en la cite. Il firent desus fere un mur fort de chauz et de sablon ou il mistrent preudeshomes assez bien armez en bretesches que il asistrent seur le mur; et mangoniaus i leverent touz prez de giter si tost com li Tur descendissent aval. Li Baron avalerent en la ville por prendre conseil des autres besoignes. Devisee chose estoit que il retorneroient la tuit et demorroient entor ce mur novel jusque li donjons fust pris fors le duc Godefroi qui par conseil de touz remest por garder la porte dorient et la forteresce que nostre gent avoient fete defors cele que il baillierent a Buiemont. Il oirent noveles que cil granz princes Corbagaz de qui je vos parlai desus vendroit par tens; car il estoit ja en la terre dantioche entrez; acorde fu que il envoieroient un de leur preudeshomes a la mer qui diroit a ceus qui de lost estoient la ale por fere leur besoignes que sen retornassent tost et por fere aporter en la cite quanque il trouveroient de viandes. Cil meismes qui estoient en Antioche corurent par tout le pais entor por querre viandes mes petit en troverent. Li vilain qui estoient gaaigneur en la terre furent mout lie de la cite qui estoit a nostre gent; car il estoient de nostre foi. Quanque il avoient repost leur aporterent; mes ni avoit gueres de chose car li lons sieges avoit gaste le pais dehors et vuidiee la ville dedenz.

II. Coment li correeur Corbagaz vindrent devant Antioche au secont jor quele fu prise.

Li secont jor puis que la cite fu prise tandis com nostre gent estoient ententif de la cite garnir estes vos .iii c. homes qui vindrent de lost Corbagat bien armez sur chevaus isniaus por veoir se il trouvassent de nostre gent qui folement alassent par le pais. Il sembuschierent tuit pres de la ville fors .xxx. qui mieuz estoient monte qui sen vindrent jusque devant les portes. Ilec comencierent a corre nicement tout de gre por atrere les noz. Quant nostre gent les virent mout orent grant desdaing et cuiderent que honteuse chose leur fust se cil ne trovoient encontre puis que il estoient tant avant venu. Uns preudons de qui je vos ai desus parle qui mainz granz mestiers leur avoit eu en lost et par sens et par proesce Rogiers de Barnevile de la compaignie le duc Robert de Normendie prist avec lui quinze chevaliers que il avoit de sa mesniee et vint hors de la ville contre ces come cil qui estoit bien volenteis et ausez de fere biaus cous. Quant il les vit il feri des esperons vers eus; cil par barat tornerent en fuie; cil les sivirent hastivement tant que il sembatirent sur leur guet; cil saillirent de lembuschement et leur corurent sus qui granz genz estoient et bien esprove darmes. Rogiers ralia ce pou de gent que il avoit et sen vout venir defendant vers la ville. Quant il fu ja pres uns Turs entoisa dun fort arc et feri Rogier dune saiete tresparmi le cors si que il chai mort de son cheval. Tantost si compaignon se ferurent dedenz la ville. Li Tur descendirent sur lui et li couperent la teste voiant ceus qui estoient sur les murs. Il emporterent le chief et einsi sen partirent. Cil de la ville issirent hors a granz criz et a granz pleurs com cil qui trop grant domage avoient receu. Le cors pristrent et enterrerent mout enoreement et a grant duel eu porche de leglyse monseigneur saint Pere. Li Baron sur touz les autres plaignoient trop ce preude home com cil qui mieus le connoissoient.

III. Coment Corbagaz assist les Crestiens dedenz Antioche.

Au tierz jor que Antioche fu prise bien matin entor soleil levant cil poissans princes Corbagaz sen vint vers la cite a si grant plente de gent que toute la terre que lon pooit veoir des plus hauz leus de la cite en estoit coverte. Trop virent li Baron plus de gent que il navoient oi dire car li oz estoit creuz chascun jor. Il passa le pont desus et se loja entre le lai et le flun du Fer ou il a bien une mile de lun a lautre. Il avoit si grant plente de chevaliers et si grant nombre de tentes et de paveillons que la grant plaine dont je vos parlai desus ou Antioche siet nes pot mie touz recevoir; aincois se logierent assez deus ez tertres entor. Quant Corbagaz ot este trois jors einsi logiez avis li fu que trop estoit loins de la cite. Par le conseil de sa gent voult estre plus pres du haut donjon que li Tur tenoient por eus aidier et conforter. Si porpensoit a metre sa gent dedenz la ville par cele porte qui estoit desouz le donjon. Quant il se fu logiez cele part il porprist dez la porte de Orient jusqua la porte docident tout le coste de la ville devers midi. Delez cele porte devers soleil levant avoit une forteresce que nostre gent avoient fete sur un petit tertret si come je vos ai dit et la baillierent lors por garder a Buiemont; mes quant la ville fu prise la porte et cele forteresce fu mise en la garde le duc Godefroi. Entor cele forteresce se logierent une partie des Turs de lost Corbagat. Il comencierent mout durement a assaillir a cele tor. Cil qui dedenz estoient mistrent grant peine en eus defendre; mes trop estoient chargie de la grant plente de gent qui la estoient et meismement des archiers dont il i avoit trop. Li Dux qui pres estoit a la porte vit bien que sa gent avoient trop a fere; bon talent ot que il leur aidast et que il fist deslogier ceus qui estoient venu trop avant: il issi hors a toute sa bataille. Quant il ferirent des esperons vers la forteresce une trop grant plente de Turs li vint au devant qui se ferirent en ses genz et mout les comencierent a mener mal; car a chascun que cil estoient i avoit il .x. de Turs. Li Dux vit que la force nestoit pas seue; por ce se comenca a entasserent li Tur si malement que bien i ot de la bataille au Duc .ii c. que morz que pris.

IV. De la forteresce que li Crestien firent contre ceuz du donjon dantioche.

Li Dux se mist en la ville mout correciez de ce domage. Mes quant li Tur sorent que ce avoit este Godefroiz de Buillon que il avoient einsi desconfit en grant orgueil en monterent. Por ce sen alerent dilec en la montaigne et se mistrent en la ville par la porte du donjon et seurpristrent de nostre gent aucuns qui ne sen gardoient; il les ocistrent aus ars et aus espees. Quant il furent aperceu li nostre les chacierent; mes il se ferirent eu donjon; si norent garde. Einsi leur firent pluseurs foiz domage; car il savoient une autre voie a descendre que par le tertre que li nostre avoient garni. Li Baron sasemblerent a prendre conseil que il feroient de ce peril. Par comun acort fu que Buiemonz et li cuens de Toulouse firent iluec fere un fosse parfont et assez le entre la ville et le pendant de la montaigne. Et firent iluec une forteresce que il garnirent de genz bien armees. Li Tur qui estoient eu donjon et cil meismes qui defors venoient par icele porte descendoient sovent par unes voies covertes jusque a cele forteresce et assailloient mout fierement si que il ne leur lessoient avoir repos; tant que il avint un jor que si grant plente de Turs i descendi que se li criz ne fust levez par la ville el li autre baron et chevalier qui estoient espandu par la cite ne fussent acoreu il eussent pris ou mort Buiemont Evrart du Puisat Raoul de Fontaines Raimbaut Creton Perron le fiz Gile Auberi et Ivon: tuit cist estoient grant home et bon chevalier qui sestoient mis en cele novele forteresce por defendre la. Mes li cuens de Flandres et li dux de Normendie et Hues li Maines i acorurent mout tost si que aincois que li Tur peussent estre entre eu donjon il en ocistrent assez et pluseurs en retindrent pris. Li autre Tur qui sen eschaperent vindrent devant Corbagat et li distrent que trop estoient ces genz de la ville fier et hardi; ne ne semble mie quant il sont en besoing que il doutent la mort ne tant ne quant. Corbagaz qui sestoit logiez en la montaigne si com je vos ai dit ne faisoit la sus gueres de son preu ne de senneur; ne li cheval ne trouvoient mie tant pasture com il fesoient aval. Quant il vit ce il comanda que len se deslojast et descendi en la valee a toute sa gent: il passa le flun du Fer par le gue desoz; iluec devisa les places a ses barons entor la ville. Lendemain avint que ne sai quanz des Turs saprochierent de la cite et descendirent des chevaus por trere aus noz qui estoient sur les murs et por venir plus pres. Tancrez issi par la porte devers soleil levant et leur fist une forclose si que aincois quil peussent estre remonte en ocist .vi.; li autre senfoirent. Il coupa les testes a ces .vi. et les emporta dedenz la ville por reconforter les noz de la mort Rogier de Barnevile.

V. Des Crestienz qui senfuioient dantioche por la poor de Corbagat.

Endementres li pueples des Crestiens qui la ville de Antioche avoit assise navoit gueres et si com vos avez oi la tenoit ore estoit assis dedens. Einsi vont les muances des choses en cest siecle. Mout avoient leanz grant mesese et granz travaus de garder et de defendre la cite. Trop leur estoit perilleuse chose ce que li donjons si forz et si garniz com il estoit leur enveioit sovent de granz saillies et de jors et de nuiz; car cil de lost venoient dedenz par la porte desus toutes les foiz que leur plesoit. Mout sen comencierent nostre gent a esmaier si que pluseurs en i ot qui ne regardoient mie a leur seremens que il avoient fet de maintenir la compaignie ne a leur enneurs; aincois sen descendoient de nuiz contreval le mur par cordes et en corbeillons et senfuioient a la mer. Mainz en troverent li Tur que il ocistrent et menerent en prison. Cil qui pooient eschaper et venir au port disoient aus marcheanz et aus autres pelerins qui venu estoient que il se desaencrassent et senfoissent tost; car cil granz princes Corbagaz que tant de genz sivoient avoit prise Antioche a force et tous les barons mis a lespee et ceus que il troverent dedenz: il en estoient eschape par trop grant perilz et par fieres aventures; et por ce disoient aus mariniers que il se partissent sanz demeure car se li Tur venoient cerchant le pais jusque a la mer et il les trovoient il estoient mort. Einsi senfoirent tuit du port et cil meismes qui ces noveles aportoient sen alerent avec eus. Et por que vos ne cuidiez que ce ne fussent se menue gent non car la verite de lestoire nespargne nului je vos en nommerai aucuns. Einsi sen parti Guillaumes de Grantemesnil haus hom nez de Normendie qui grant terre tenoit en Puille et avoit la sereur Buiemont a femme; Auberis ses freres; Guillaumes Charpentiers Guiz Trossiaus Lamberz li Povres et pluseurs autres avec eus. De teus en i avoit qui fesoient pis car por la mesese de fain et por la poor destre ocis se rendoient aus Turs la foi Jhesucrist renioient et creoient en la leur loi. Cil firent trop mal a nostre gent; car il disoient aus Turs la certeinnete du meschief et du peril ou li nostre estoient. Mainz en remanoit en la ville qui volentiers sen alassent: mes Buiemonz par le conseil levesque du Pui fist metre gardes a toutes les portes et pardesus les murs qui de jorz et de nuiz se prenoient garde que nus ne sen alast ne par aval ne par amont; et jurerent tuit que jusque a la fin de la besoigne ne se partiroient de la compaignie ne du comandement Buiemont. Il meismes aloit toute nuit par la ville a grant plente de gent et a grant luminaire por cerchier que il ni peust avoir point de peril de traison. Quatre forteresces i avoit que il covenoit mieuz a garder que les autres: lune qui estoit fete sur le meneur tertre encontre le donjon; lautre qui estoit fete la endroit plus bas sur le fosse encontre les saillies que il fesoient; la tierce hors de la porte dorient qui fu fete por gasder lost ainz que la cite fust prise; la quarte qui estoit eu chief du pont par quoi la porte du Pont fu derrenierement assise. Li cuens de Toulouse la garda premierement; mes quant la cite fu prise il la lessa et sen entra en la ville et li cuens de Flandres la prist et garni de .v c. que serjans que chevaliers bien armez; car il se pensa que se li Tur la prenoient nostre gent ne porroient ja puis issir par le pont si en seroit mout empiriez leur estres.

VI. Coment li cuens de Flandres art la forteresce du pont.

Un jor avint que Corbagaz se prist garde que cil de la ville avoient trop grant bandon dissir hors et dentrer arrieres; por ce comanda a une bataille de sa gent ou il avoit bien deus mille Turs a hauberz que il assaillissent tant a la forteresce du pont que ele fust prise. Einsi estoit avenu que li cuens de Flandres estoit lors dedenz. Li assauz comenca au soleil levant mout fiers et mout granz; tant avoit archiers entour que nus ne se pooit mostrer aus querniaus que tantost ne fust touz hericiez de saietes. Cil dedenz se defendoient trop bien si que riens ni perdirent et si dura li assauz jusquau soleil couchant. Li Tur se trestrent arrieres tuit las et sen partirent. Li cuens de Flandres douta que il ne revenissent lendemain a lassaut car len ne les porroit pas ilec longuement soufrir. Por ce si tost com il fu anuitie il en gita sa gent tout coiement et bouta le feu dedenz; si ardi la forteresce. Sanz faille li Tur avoient devise que bien matin recommencast li assaus et deus mille en i venist plus que il nen i avoit eu le jor devant. Ne demora gueres que des Turs se parti une route de leur ost et troverent ne sai quanz des povres pelerins qui aloient porchacant se il trouvassent point de viande par la terre; il les pristrent et les amenerent tout einsi com il estoient devant Corbagat. Quant il les vit mout les prisa pou car il navoient nules armeures que foibles ars de fust et espees toutes enrooilliees; leur robes estoient viez et porries. Lors dist Corbagaz par despit: Icist pueples semble bien genz qui doivent tolir au soudan de Perse son empire et conquerre la terre dorient! Cil se tendroient bien apaie se il avoient leur saou de pain avec les porciaus en un toit. Leur arc que il ont ne sont mie assez fort por ocire une passe. Or vos dirai que vos feroiz: menez les touz liez eu point ou il sont a monseigneur le soudan qui ca menvoia et li dites que il ne se doit mie trop esmaier de ses homes qui ca sont venu; car nos avons emprise guerre a tel gent com il puet veoir. Sur moi laist toute ceste besoigne car ne demorra mie granment que je les esface si touz que deus ne sera parole nule ne que sil neussent onques este. Einsi les bailla a genz qui les enmenerent. Bien cuida fere senneur en cez paroles que il manda; mes ele li tornerent puis toutes a sa honte. Legiere chose cuidoit que fust a vaincre les Crestiens que il navoit mie encore bien essaiez.

VII. De la grant famine que li Crestien soufroient dedens la cite dantioche.

De toutes parz fu ainsi assise la cite. Cil de la ville ne pooient issir hors por eus porchacier: mout en furent plus a mesese. Une famine sordi mout grant et mout lede parmi la ville. Par defaute de vitaille menjoient les chameus les asnes les chevaus. Apres prenoient poieur choses quant il les pooient avoir. Qui trovast un chien mort ou un chat mengie estoient en leu de granz delices car li ventre fameilleus ne feisoient mie dangier de querre dont il fussent plein. Li haut home qui souloient estre mout ennore navoient ore mie honte de venir tuit dessemons ez lieus la ou il savoient que len menjoit ainz si embatoient mout vilainement. Maintes foiz demandoient ce que len leur escondisoit mout rudement. Les dames gentius femmes et les puceles avoient toutes langoisse de fain; toutes estoient pales et megres. Maintes foiz leur covenoit a demander a mout grant destrece de honte: nus ne peust avoir si dur cuer qui grant pitie nen eust. Pluseurs i avoit et homes et femmes qui se pensoient de quel lignage il estoient ne si avoient afferme en leur cuers que por nule angoisse quil soufrissent de fain leur pain ne querroient par les huis. Iceste gent se reponoient ez mesons; aucuns qui les i savoient leur fesoient bien mes asez en i moroit qui navoient que mengier. La peust len veoir les chevaliers et les serjanz qui avoient este si fort et si preu en toutes besoignes or estoient si feble et si ataint que il sen aloient par les rues apoiant aus bastons: les testes abessiees demandoient du pain. La veissiez les petiz enfanz qui aletoient que les meres qui navoient que mengier a leur huis gitoient par les rues por ce que autre gent les aidassent a norrir. A peine trovast len en si grant pueple un seul home qui eust soffisamment ce que mestiers li fust; car se aucuns estoit qui or eust ou argent ne li valoit rien car il ne trovoit a vendre chose que il peust mengier. Li Baron et li haut home qui souloient tenir les beles corz et doner assez a pluseurs genz a mengier cil se reponoient ore que len ne les trovast menjant. Greigneur angoisse avoient cil en leur cuers de cele famine que navoient la pauvre gent; car il encontroient toute jor leur chevaliers et les gent de leur terres qui mouroient de fain ne il ne leur avoient que doner. Longue chose seroit de raconter touz les meschies que len soufri dedenz la cite de Antioche tandis com cele tempeste corut; mes tant vos puet len bien dire que pou trueve len en nule estoire que si hauz princes et si granz oz soufrissent onques tele angoisse de fain.

VIII. Coment li Tur monterent sur les murs dantioche.

Tandis cum la cite estoit einsi de toutes parts acainte de Turs et la povretez de viandes i corroit si angoisseuse cil dehors qui savoient la mauvese couvine des noz ne finoient dassaillir au lonc du jor aus murs. Cil du donjon et li autre qui par la porte i venoient fesoient de granz saillies en la ville et tant les avoient ja lassez que cil saloient tuit defaillant. Pareceus estoient et ne leur chaloit deus defendre et de garder la ville; car quant il avoient traveillie toute jor au soir navoient que mengier. Dont il avint que une tor qui estoit delez cele part ou nostre gent entrerent fu mal gardee une nuit; li Tur vindrent la par dehors; bien saperceurent que nuz nestoit dedenz cele tor il pristrent eschieles que il avoient fetes et monterent sur le mur. Trente en i avoient ja qui sen aloient vers la tor por entrer enz; cestoit au prinsome. Li mestres des eschauguettes aloit la entor cerchant et vit les Turs montez ilec; il cria: Trai! trai! et apela ceus des autres tors et ceus qui guetoient pres. Il sesveillerent: premereins i acorut Henris de Asque et .ii. de ses cousins avec lui: li uns avoit non Franques li autre Soemers: de la ville estoient amdui qui a non Machele sur leaue de Muese. Cil troi se ferirent entre ces trente Turs; a leur venir en ocistrent quatre; cil des tors les sivirent mes non mie si tost. Li .xxvi. se defendirent mes ce dura pou car cil les trebuchierent du mur contreval ou il orent depeciez les braz et les cuisses et tels i ot les cous: nus ni chai qui morz ne fust ou mehaigniez. La fu ocis Soemers feruz dune espee parmi le ventre; Franques en fu portez qui navrez estoit mout perilleusement.

IX. Coment li Tur ocistrent les maronniers dantioche et ardirent leur nes.

Quant la famine croissoit einsi chascun jor en Antioche mainz en i avoit en la ville qui mieus vouloient estre ocis que languir. En aventure se metoient de nuit et sen issoient hors de la ville; et quant il pooient eschaper il coroient jusque au port. Aucunes nes i avoit encore de Greus et dermins qui aportoient viandes. Pluseurs en i ot qui la les achatoient et puis les aportoient vendre en la ville de nuiz en tapinage. Li autre ne vouloient pas retorner en cele angoisse. Quant li Tur laperceurent maintes fois les gueterent et pluseurs en ocistrent. Au darrenier por oster du tout ce petit secors que il avoient envoierent .ii. mille chevaucheeurs a la mer qui ocistrent les mariniers et les marcheanz quil i troverent et les nes ardirent. Aucunes en i avoit aancrees en la mer qui senfoirent. Lors orent perdue cil dantioche toute esperance de viandes; car les isles de mer si come Chipre Rodes et les autres les terres meismes desur la marine Cilice Ysaure Pamphile et des autres costieres noserent puis envoier leur nes cele part. Lors parfurent trop malbailli cil de la ville; car avant leur venoit pluseurs fois aucun confort des marcheanz; or avoient il tout perdu. Quant li Tur retornerent de la mer il encontrerent de nostre povre gent qui sen aloient cele part; touz les ocistrent fors aucuns qui se repostrent ez buissons. Quant cil de la ville oirent la novele de la mort a cez mout en furent dolent; car trop avoient grant angoisse a leur cuers toutes les foiz que il mesavenoit a leur gent. En tel point estoient ja dedenz la cite que il ne se prenoient mes gueres garde de leur defenses ne ne vouloient obeir aus Barons qui nul bien ne leur pooient fere.

X. Coment cil qui senfoirent dantioche encontrerent lempereur qui aloit aidier les Crestiens.

Guillaumes de Grantemesnil et li autre qui avec lui sen estoient foi vindrent en Alixandre la petite; la troverent le conte Estienne de Chartres qui venue len atendoit de jor en jor en Antioche; car li Baron et toute la menue gent cuidoient que il se fust pourpensez et aperceuz coment il sen estoit partiz et que il deust retorner. Il li conterent la grant doleur de famine qui estoit en Antioche por ce que il sescusassent de leur partir. Granz estoit la verite de la mesese mes il en conterent encore assez plus. Legiere chose fu de celui retenir car il navoit pas grant talent du retorner. Il pristrent conseil entreus les nes firent apareillier puis entrerent en mer. Quant il orent coru ne sai quanz jorz a une cite ariverent ou len leur dist que li empereres de Costantinoble venoit atout ses granz genz de Greus et de Latins. Mout se hastoit daler en Antioche ja estoit a une cite pres dilec qui avoit non Finemine bien vouloit tenir la covenance que il avoit a nos genz deus secorre. Sanz la gent de son empire qui venoient avec lui sestoient bien mis en sa compaignie de la nostre gent quarante mille pelerins; car mainz en i avoit remez du grant ost en sa terre por maladies ou pour autres resons. Assez en i estoit puis venu de leur terres por le pelerinage qui nosoient passer ces terres jusquen Antioche par eus or suivoient lempereur. Quant li cuens Estiennes oi que li Empereres estoit si pres il sen ala tout droit vers lui et mena ses compaignons de coardise. Quant li Empereres le vit mout lui fist grant joie et le receut ennorablement; car il lavoit au venir tenu a sage home et a haut home; por ce sestoit mout acointiez de lui. Mout li demanda ententivement de la contenance aus autres barons et dist que a grant merveille tenoit coment il sestoit einsi partiz de leur compaignie.

XI. Coment cil parlerent a lempereur par grant mauvestie.

Cil li respondi en ceste maniere: Sire nostre home li baron de noz terres qui passerent en cest an par vostre empire et que vos receustes si cortoisement et a grant enneur quant il orent prise Nique que il vos rendirent passerent jusquen Antioche; la cite assistrent et furent entor bien neuf mois: si la pristrent fors tant que dedenz les murs sur un tertre siet uns donjons que li Tur tiennent si forz que il nest pas prenables. Assez cuidierent bien avoir espleitie quant il orent la cite conquise; mes lors chairent en greigneur peril car au tierz jor apres ce que il furent entre dedenz vint Corbagaz uns poissanz princes de Perse qui tant de gent amena que touz li pais en estoit covers. Cil les avirona si de toutes parz que il nen porent issir. Mout leur livra grant peine par fere assaillir par dehors et movoir granz saillies du donjon par dedenz. La nostre gent soufrent grant angoisse de fain et dautres meseses par dedens si que a peines ont il mes pooir deus defendre. Dautre part un confort grant avoient aucune foiz de vostre terre car des isles de mer et des autres porz venoient aucunes foiz viandes que len portoit en Antioche; mes ore novelement sont venu li Tur et ont ocis les mariniers et les marcheanz que il troverent au port si que nus ni ose mes arriver; par quoi cil de la cite ont tout perdu le secors de vitaille. Sur toutes les riens les grieve la bataille que il ont et de jorz et de nuiz aus Turs du donjon qui sont enclos avec eus en la ville et par leur porte desus pueent entrer et issir quant il leur plera. Nos veismes que lor chose ne pooit prendre bon chief en ceste maniere: por ce les amonestasmes maintes foiz je et cil qui ci sont avec moi mout preudome et mout sage que il contre la volente Dame Dieu ne beassent mie a conquerre ce pais aincois sen partissent au meneur peril que il porroient et le peuple qui les suivoit conduisissent en tel lieu ou il ne fussent mie livre a mort. Maintes foiz leur deismes mout debonnerement ceste parole; ne nos en vourent oir aincois maintiennent encore leur enrederies car mout en a entreus ou il a petit de raison. Nos veismes que einsi estoient livre a mort; se nos demorions la riens ni poions fere du preu Dame Dieu ne du nostre; por ce nos en partismes et les comandasmes a Dieu qui les conseillast car bien leur est mestiers. Vous Sire cui je sui home lo je en bone foi que vous aiez conseil a voz sages homes ains que vous ailliez avant. Voirs est que vous estes li plus hauz hom du monde mes navez mie orendroit tant de gent ici comme Corbagaz a entor Antioche: a chascun que vos estes sont il bien set. Por ce est li miens los se li autre si acordent que vos aincois que toute vostre gent soient mis en si grant aventure vos en tornois de ci; car se vos plus les aprochiez espoir il ont ja faite leur besoigne en la cite si les troveroiz pres; ou se il ni viennent plus laide chose sera du retorner quant plus les auroiz aprochiez. Ces choses que je vos ai contees sevent bien cil vaillant home qui sont avec moi; et grant partie en repoez savoir par ce preudome que vos nos baillastes Tatin vostre prive qui mout est sages et loiaus qui se parti de nostre gent por mainz defaus quil aperceut en eus. Quant il ot ce dit li Empereres fu touz meuz de ces paroles. Mes avec lui estoit uns freres Buiemont Gui avoit non; quant il oi le conte Estienne parler einsi il fu touz desvez et dist que il ne disoient mie voir aincois sen estoient partiz come coart. Plus i eust eu grosses paroles mes Guillaumes de Grantemesnil qui mout estoit gentis hom de lignage non pas de cuer et avoit a femme la suer celui Guion le fist tere et le chastoia de parler contre le Conte.

XII. Coment li Empereres retorna tout destruisant sa terre.

Sur les paroles que li Empereres ot oies se vout conseillier et apela ses barons. A ce sacorderent tuit que li Empereres sen retornast de la ou il estoit car plus bele chose leur sembloit que il en remenast sa gent de la ou il estoit venuz sans domage et sanz peril en leur pais que il se combatissent a si grant meschief encontre Corbagat et esmeust en guerre et en haine contre soi toute la terre dorient. Il creoit si fermement les paroles au conte Estienne que il douta que li Tur eussent ja ocis ceus dantioche et vousissent entrer en sa terre por recovrer la cite de Nique et toute la terre de Bithine que il avoit receu de nostre gent. Il se vout garnir encontre ce. Quant il se parti diluec il ardi toute la terre et gasta des le Coine jusques a Nique a destre et a senestre por ce que se li Tur les vousissent sivre vitaille leur fausist si les covenist a retorner. Einsi avint que par la parole a ce haut home qui si laidement sestoit partiz des autres sen retorna li Empereres; et la crestiente qui estoit en Antioche qui tel mestier avoit daide perdi si grant secors par quoi venist toute leur delivrance. Mes qui bien i vuet esgarder encore neust fet cil riches hom ce quil deust toutes voies ce fu oeuvre de Dame Dieu; car se cil empereres qui venoit a tout son grant pooir de genz toutes fresches eust leve le siege ou desconfiz les Turs Nostre Sires nen fu mie si bien ennorez ne si merciez; et se du travail que li Baron et li autre pelerin avoient soufert si longuement eust eu li Empereres qui darrenier venoit lenneur et la victoire ne fust mie si bien guerredonee leur peine. Por ce soufri Nostre Sires que cil sen partist et que la besoigne fust finee si com vous orroiz plus a gloire de lui et a enneur de sa gent.

XIII. Coment Corbagaz monta en orgueil por le retour lempereur.

Renomee vint en la cite dantioche que li Empereres qui si sestoit aprochiez par la parole du conte Estienne et de Guillaume de Grantemesnil et de leur compaignons sen estoit tornez arrieres. Il avoient de maintes parz angoisses mes ceste novele les parasoma touz et mist einsi com en desesperance. Lors oissiez maudire le conte Estienne et toute sa compaignie qui si grant aide leur avoient tolue. Corbagaz qui avoit seu que li Empereres venoit avoit mout doutee sa venue car grant chose estoit du pooir de lempire; or estoit certeins que il sen retornoit si en avoit mout grant joie. Montez en estoit en un mout fier orgueil et plus asprement en coroit sus a ceus de la ville. Cil restoient si esmaie que bien lor sembloit que Nostre Sires les eust obliez du tout. Il se lessoient cheoir en desesperance ne vouloient mes nul travail soufrir qui apartenist a defense de la ville. Tuit se reponoient en leur osteus. Un jor avint que Buiemonz qui avoit le pooir sur lost ot afere de genz por les assauz dehors et por la saillie dedenz. Il fist crier son ban que tuit venissent mes nus ni vint. Il envoia genz por querre par les osteus et por eus semondre mes ne les en pooit len geter. Il fu touz esbahiz et se porpensa que il feroit. Au darrenier fist bouter le feu par la ville en pluseurs leus: lors issirent enmi les rues a granz presses; Buiemonz les vist et leur dist ses commandemenz. Cil les firent. Une parole sourdi en la ville que pluseurs des chevaliers et des barons meismes avoient eu conseil priveement entre eus que il istroient de la ville par nuit et leroient le pueple leanz; si fist du mieuz que il porroit. Il se treroient vers le port por entrer en mer. Li dux Godefroiz sot ceste parole; il manda levesque du Pui; puis fist venir touz les barons et des chevaliers grant partie; si leur chai aus piez et leur requist que por Dieu il neussent james ceste pensee; car se Dieus les haoit tant que il ce feissent leur ame avoient il perdu com cil qui estoient desespere de Nostre Seigneur et qui sa besoigue li toloient; cestui siecle ravoient il perdu car james ennore ni seroient; leur lignage qui riens ni avoient forfet en seroient honiz a touzjorz mes et montre au doit; les terres dont il issirent en seroient mal renomees et mains prisiees tant com cist siecle durroit. Contre toutes ces desconvenues ne pooient il recevoir nul bon eschange. Par ces paroles et par le preeschement levesque du Pui perdirent ce mauves talent tuit cil qui enpense lavoient. Mes tant comencierent a afebloier en la ville de fain et de mesese que il natendoient mes que la volente Nostre Seigneur. Mout leur venoit en remembrance souvent queus richeces et com granz eses il avoient lessiees en leur pais por le service Dame Dieu; or leur en rendoit tel guerredon que il mouroient chascun jor de fain ne ne gardoient leure que cil chien qui Dame Dieu ne creoient les descouperoient touz en despit et en reproche de la foi crestienne. En ceste maniere voloient tencier a Dame Dieu mout sovent com gent qui ne savoient que dire ne que faire.

XIV. De la lance qui fut trovee.

Tandis com il estoient en ceste angoisse li cuens Hermanz uns hauz hom de Tiescheterre fu en si grant povrete que li dux Godefroiz qui grant pitie en ot li donoit chascun jor de livraison un pain qui nestoit gueres granz; mes li Dux ne se pooit plus eslargir vers lui car il navoit de quoi et cil le tenoit a mout grant livroison. Henris de Asque qui estoit un des meilleurs chevaliers de lost fu menez a si grant povrete que il moroit de fain tout plenement --- quant li Dux vout que il fust de sa table et dist quil il li mi partiroit sa povrete. Longue chose seroit de raconter toutes leur meseses. Mes Nostre Sires qui en toutes ses oeuvres ne puet oublier misericorde leur envoia un trop grant confort; car uns clers qui de Provence estoit nez Pierre avoit non vint un jor a levesque du Pui et au conte de Toulouse et leur dist a mout grant poor que missires saint Andrius sestoit apareuz a lui .iii. foiz de nuiz en dormant qui lavoit amoneste que il alast aus Barons et leur deist que la lance dont Nostre Sires avoit eu le coste percie en la croiz estoit reposte en terre en leglise mon seigneur saint Pere en la cite; le leu ou ce estoit li avoit certeinnement mostre. Bien disoit li clers que il ni fust mie venuz se pour ce non que missires saint Andrius lavoit bien menacie a la darreniere foiz que se il ne fesoit son message il li mesavendroit du cors. Nestoit mie merveille se li clers se doutoit de ce dire car il estoit povres hom et de bas lignage et de petite letreure. Cil dui haut hom quant il loirent le menerent devant les autres barons que il assemblerent et vourent que en cele forme leur deist la parole que il leur avoit dite. Quant li autre prince oirent ce nen mescreurent oncques le clerc. Il vindrent en leglise monseigneur saint Pere distrent leur confessions et crierent a Dame Dieu merci a granz lermes et a vraies repentances de leur pechiez; puis foirent eu leu bien en parfont que li clers leur mostra. Il troverent la lance si com il leur avoit dit. Lors orent une joie si grant come se chascuns eust tout quanque il devisast; il sonerent les sainz et la parole sespandi par la ville. Il acoururent tuit a leglise et virent ce haut saintuaire qui estoit deffois de terre; lors furent si reconforte trestuit et povre et riche com se il eussent veu Dame Dieu meismes. Entre eus refurent autres pluseurs bones genz qui disoient mout certeinement que visions danges et dapostres leur estoient apareues. Par ces choses touz li pueples oublia mout de ses meseses. Li evesques du Pui et li autre saint home qui estoient en la compaignie parlerent a touz les pelerins et lor distrent que Nostre Sires leur mostroit bien signe que partens leur envoieroit saide et son conseil. Il pristrent cuer trestuit et bas et haut; si jurerent sur sainz que se Nostre Sires les gitoit du peril ou il estoient et leur donoit victoire de leur anemis il ne se departiroient de cele sainte compaignie jusque il eussent conquis a laide de Dame Dieu Jherusalem cele noble cite ou Nostre Sires soufri mort por son pueple; et eussent delivre le Saint sepulcre de la deloial chenaille qui lavoient en leur pooir.

XV. Coment li Crestien envoierent Perron lermite en message a Corbagat.

Vint et sis jorz orent soufert cele famine en la cite tant que li pueples a qui Dame Dieu avoit envoye la bone esperance dedens les cuers se comenca mout a conforter et chairent tuit en une volente que il sentredisoient tuit que bone chose seroit atrere leur mesese sanz demorance a une fin. Por ce estoit li communs acorz que il se combatissent aus Turs qui assis les avoient; car plus bele chose leur sembloit que se a Nostre Seigneur plesoit il moreussent en la bataille defendant la cite que il avoient conquise a la Crestiente que il defausissent leans en languissant sanz riens fere et sanz essaier se Nostre Sires leur voudroit aidier. De ce sourdi une parole que tuit crioient et petit et grant: La bataille! La bataille! Quant il pooient veoir aucun des barons tuit li disoient que len demouroit trop. Ceste parole fu einsi esmeue de la menue gent. Li Baron se penserent que bien pooit venir de Dame Dieu si haute emprise et si communs accorz. Il sassemblerent a conseil. Mout loerent que len feist ce que li pueples requeroit. Il acorderent que il envoieroient a cel orgueilleus prince Corbagat Perron lermite qui ert sainz hom sages et bien parlanz; et li baillierent a compaignon un autre vaillant home Helloins avoit non loiaus et de grant sens qui bien savoit parler sarrazinois nomeement le langaje de Perse. Il leur enchargierent le message si com vos orroiz que cil le distrent. Cil dui preudome firent demander trives por aler au tref Corbagat car il voloient a lui parler de par les pelerins: len leur dona volentiers. Il sen issirent et avec eus menerent compaignie que len leur avoit bailliee; puis entrerent eu paveillon a ce noble seigneur. Seoir le virent a mout grant boban entre ses riches homes. Pierres ne le salua oncques qui la parole dist ne ne li fist enneur ne reverence; ainz parla voiant touz en ceste maniere: Cele sainte compaignie des barons et du peuple Dame Dieu qui leanz sont dedenz cele cite te mandent que tu te partes de cest siege et que tu plus ne les assailles; aincois leur lesses tenir enpais la ville que Nostre Sires Jhesucrist leur a rendue por tenir sa foi et por fere son servise: car messires sainz Peres li princes des apostres sur qui creance nostre foi est fondee la convertit premierement par la vertu de sa parole et par les merveilles des miracles que il fesoit. Vostre gent la conquistrent na pas grant tens a tort et a force; mez ore lavons recovree par la volente Nostre Seigneur. Revenu somes a nostre droit; por ce nous doiz lessier joir de nostre eritage et retourner en la teue terre. Se tu ce ne veus fere saches que dedenz tierz jor estuet que par les espees soit finez li contenz. Et por ce que tu ne plaignes que nos voillon la mort de tantes genz porchacier en commune bataille il te partent un jeu: se tu seus te veus combatre il envoieront contre toi un aussi haut home come tu es a qui tu te combatras. Cil de vos .ii. qui vaincra conquerra la querele a touzjorz sanz autre contenz. Se ceste chose ne te plest prens certein nombre des tiens .vi. ou .x. ou .xii. tant com toi plera li nostre pelerin en i metront autant. Sur ceus sera la fin de la querele sans ce que ja nus autres ne sen movra: cil qui le champ desreneront auront a touzjorz gaaignie le contenz. Quant Corbagaz ot oi ce message mout fu iriez et grant despit en ot; lors se torna vers Perron: Pierres fist il cil qui ca tenvoierent ne sont mie en ce point si com moi semble que il me deussent jeus partir ne que je soie tenuz a choisir de leur devises; aincois sont a ce mene par mon pooir et par ma force que il ne puent riens fere de leur volentez; mes je ferai deus quanque moi plera. Retorne ten et di a ces musarz par qui tu venis ca que il sont si fol que il nentendent mie encore la maleurte ou il sont. Se je vosisse jeusse ja pieca brisiee cele ville et mes genz mises dedenz a force si que tuit fussiez livre a lespee quanque len en eust trove: mes je vueil que vos muiriez de plus chaitive mort et languissiez de fain einsi come autre chien. Quant moi plera je enterrai en la ville; ceus que je i trouverai homes et femmes de covenable aage je les menrai a mon seigneur trestouz por li servir et seront si esclave; trestouz les autres je les metrai a lespee si come mauves arbres qui fruit ne puent porter.

XVI. Coment li Crestien satirierent por combatre.

Pierres li ermites entendi lorgueil a ce pautonier qui granz estoit de la plente de gent et des richesces de quoi il avoit trop. Il sen parti et revint en la ville. Il vout dire le repons Corbagat voiant touz ceus qui oir le voloient; car la estoient tuit acoreu grant et petit; mes li dux Godefroiz qui mout estoit sages et connoissanz le trest a une part et i apela seulement les Barons. La li fist dire ce que il avoit trove. Il leur conta trestout com cil qui bien lavoit retenu et bel le savoit dire. Li Dux douta que se li pueples ooit cist granz orgueil et les menaces que Corbagaz avoit dites quil nen fussent trop esmaie et trop espoente; por ce dist a Perron quil ne deist ja plus au comun de la gent fors que tant: Corbagaz et si Tur demandent la bataille; encontre ce vos apareilliez. Cil si acorda bien et leur dist. A peines ot Pierres cele parole dite que tuit sescrierent a une voiz: Et nous voulons la bataille de par Dieu! Bien sembloit a leur semblant que il mostroient que li desirriers en estoit granz dedenz les cuers. Toutes furent oubliees les meseses que il avoient eues par la grant esperance quil avoient de la victoire. Li Baron virent que leur gent fesoient tel joie si en furent mout lie et plus se fierent en eus. Par comun conseil leur nomerent le jor de la bataille a lendemain. Cil les oirent mout haitiement aus osteus sen alerent. Lors veissiez armeures regarder rouler hauberz hiaumes forbir espees et coutiaus esmoudre. Onques cele nuit ni ot dormi en la ville. Cil qui les chevaus avoient sen pristrent mout garde cele nuit; de bien leur firent ce que il porent. Quant il fu anuitie len fist crier le ban que chascuns au matin ains le soleil levant fust armez si com il porroit mieuz et a la bataille se tresist ou il estoit devisez et sivissent tuit les banieres de leur chevetaines. Quant laube aparut au matin li provoire furent par les eglises et chanterent les messes. Cil qui a la bataille devoient aler furent confes et receurent trestuit le cors Nostre Seigneur qui des cors et des ames leur dona grant seurte. Toutes rancunes et touz mautalanz erent pardone porce que il vouloient en pleine charite fere le servise de celui qui dist en Evangile: En ce connoistront tuit que vos seroiz mi deciple se vos avez amor entre vous. Quant il furent einsi apareillie Nostre Sires leur envoia sa grace qui leur dona si grant hardement que cil qui estoient le jor devant pareceus et megre ne ne se pooient sostenir de feblesce devindrent fort et delivre si que les armes ne leur pesoient noient ce sembloit et estoient hardi et vigueureus: que il ni avoit si petit qui neust talent de fere grant chose en la bataille se li poinz i venoit. Li evesque et tuit li provoire estoient revestu com por messe chanter; il tenoient les croiz et les saintuaires dont il donnoient au peuple beneichon et comandoient a Dieu; pardon leur otroioient de touz leur pechiez se il moroient en cele besoigne Dame Dieu. Devant touz les autres li evesques du Pui les preeschoit parloit aus Barons et leur prioit que il pensassent de vengier la honte Jhesucrist que cil desloial Sarrazin li avoient feite si longuement en son eritage; au derrenier les seignoit de sa main et comandoit a Dieu.

XVII. Coment li Crestien ordenerent leur batailles.

Bien matin sassemblerent si com il estoit comande le tierz jor devant lentree de juignet devant la porte du Pont. Et aincois que il ississent hors orent leur batailles atiriees et devise orent liquel iroient avant et liquel apres. La premiere bataille ot Hues li Maines freres le roi de France; avec lui fu Anseaus de Ribemont et li autre baron et chevalier de leur terres. Bien se penserent que la gent que il menoient ne se desconfiroient pas legierement; si les mistrent premereins por mieus percier avant. La seconde bataille mena li cuens Roberz de Flandres que len apeloit li Frison; noncques ni ot que les genz de son pais. La tierce fu Roberz li dux de Normendie; avec lui fu ses nies qui estoit chevaliers mout vaillanz li cuens Estiennes daubemarle et tuit cil de son pais. La quarte bataille fu bailliee a levesque du Pui qui ot jus mise la robe du moustier et sist sur un grant destrier tout armes le heaume lacie. Sanz faille il portoit en sa main la sainte lance dont Jhesucrist fu feruz eu coste et conduisoit la gent au conte de Toulouse qui ni estoit pas. Li cuens Renarz de Toul ot la quinte bataille; avec lui estoit Pierres de Stadenois ses freres li cuens Garniers de Gres Henris de Asque Renarz de Anmellac Gautier de Domedart. En la sisieme furent Raimbauz li cuens dorenge Loois de Moncons Lamberz li fils Conon de Montagu. La septiesme bataille mena li tres bons chevaliers Godefroiz li dux de Lohereine; avec lui estoit Eustaces ses freres et cil que il avoient amenez. Luitiesme bataille conduisoit li preuz li sages li bien afetiez Tancrez avec la gent que len li bailla. La nueviesme menoit li cuens Hues de saint Pou; Enjorans ses fils estoit avec lui et Thomas de Fere Baudoins de Borc Robers li filz Girart Renous de Biauvez et Gales de Chaumont. La disiesme fu le conte Rotrou du Perche; si avoit avec lui Evrart du Puisat Droon de Monci Raoul le fils Godefroi Conain le Breton. En lonziesme fu chevetaines Isoarz li cuens de Die; avec lui furent Raimont Pilez Gaste de Bediers Girart de Roussillon Guillaume de Montpellier Guillaume Amaneus. La douziesme fu la darreniere ou il avoit plus gent et fu bailliee a Buiemont et fu devise que il iroit derreniers por secorre a celes batailles que greigneur mestier en auroient. Le conte de Toulouse qui perilleusement estoit malades lesserent en la ville por garder la cite contre les Turs qui estoient eu donjon car qui ne sen preist garde il peussent saillir et ocirre les malades les femmes et la feble gent qui remanoient de que il i avoit assez par les osteus. Il avoient fet si com je vos ai dit eu tertre que mendres estoit un fort mur de chaut quernele et bones bretesches ou il avoient dreciez mangoniaus. Ilec avoient lessie .ii c. homes a armes preuz et hardis por defendre celui pas des Turs qui estoient en haut eu donjon.

XVIII. Coment li Crestien issirent dantioche por combatre aus Mescreanz.

Quant il orent einsi devisees leur batailles et par routes orent mises de leur gent a pie acorde fu entreus que cil a pie iroient avant li chevalier qui venoient apres les garderoient. Defendu fu partout et crie par ban que nus ne fust si hardiz quil entendist a gaaing tandis com il i eust nul des Turs qui se defendissent: mes quant Nostre Sires leur auroit donee la victoire lors retorneroient et se porroient arester por cueillir les despueilles. Corbagaz des le comencement que il assist la ville avoit en sospecon que nostre gent ne se ferissent soudainement en son ost; meismement puis que Pierres le Ermites fu venuz a lui en message le douta il plus; por ce avoit il mande a ceus qui estoient eu donjon que se il apercevoient que nostre gent pensassent a issir hors il sonassent une buisine et lor crolassent une baniere. Dont il avint que quant ces batailles furent einsi rangiees devant la porte ainz que il ississent entor eure de prime cil de la tor du donjon leur firent le signe que len avoit comande. Corbagaz entendi que li nostre venoient: tantost envoia .ii. mille archiers vers lentree du pont por destorber que il ne poissent passer. Quant li Tur vindrent la por mieuz tenir le pas descendirent a pie. Les portes furent overtes li nostre sen issirent selonc latirement qui devisez estoit. Hues li Maines a toute sa bataille vint premiers a ce pas qui garniz estoit. Li suen archier et sa gent a pie demorerent un pou ne passer ne pooient. Quant Hues laperceut il feri des esperons et vint entre les Turs. Tant feri a destre et a senestre que tart fu a ceus qui descendu estoient que il fussent remonte; lors tornerent en fuie traiant et defendant. Anseaus de Ribemont fist ilec merveilles darmes; il se metoit avec les Turs et percoit tant que il leur revenoit a lencontre; meinz i en abatoit et tenoit tant la route touz seus que li suen qui apres venoient i pooient ferir. Maintes foiz se plunjoit si en parfont en la presse que certeinnement le cuidoient li nostre avoir perdu; mes quant venoit apres il se descouvroit bien et fesoit large place entor lui et mout le regardoient tuit. Grant pris en ot et bien en i ot de quoi. Hues li Maines noblia pas le jor sespee ainz en fist tant que bone estrenne orent nostre pelerin a leur premiere assemblee. Li cuens de Flandres li dux de Normendie et li cuens de Henaut vindrent a cele chace; cil archier qui senfuioient furent mout malmene si que pou en i ot quant il retornerent en lost. Li nostre les sivirent jusque pres des heberges; mainz en i abatirent qui plus ne se leverent.

XIX. Coment li cheval aus Chrestiens furent fres et novel.

Une chose avint quant nostre gent issirent de la ville que len ne doit mie oblier. Car quant cil archier furent einsi desconfit et les batailles venoient apres en leur devises le petit pas lors comenca a chaoir une pluiete si douce et si plesant que onques nule plus soef rousee ne fu veue. Il sembla a chascun vraiement que ce fust la beneicon Nostre Seigneur et la grace du ciel qui descendist sur eus. Tantost furent si fres et si legier come sil neussent onques soufert point de mesese. Cil rafreschissemenz ne fu mie ez homes seulement aincois furent tuit li cheval tantost si fort et si roide et si volenteis come se il eussent touzjorz eu quanque mestiers leur fu. Ce fu bien aperceu le jor vraiement car li cheval qui pluseurs jorz navoient eu a mengier que fueilles darbres et escorces furent en cele bataille plus penible et plus isnel que li cheval aus Turs qui touzjorz avoient eu a mengier tant come il vouloient. Quant les batailles furent toutes issues de la ville li chevetaine sacorderent que len se tresist vers les montaignes qui estoient loing de la cite pres de .ii. miles; car se li Tur qui avoient mout grant plente de gent se tresissent cele part il se meissent entre les noz et la ville et les forclosissent en tele maniere que cil qui fussent las et blecie fussent perdu se il la se tresissent. En ceste maniere sen alerent les batailles les unes devant les autres sanz ce que lune ne tochoit mie a lautre. Quant li Tur les virent toutes merveilles sen esbahirent car il cuidoient que il ne fussent que un pou de gent en la cite; or leur sembloit par le miracle Nostre Seigneur que il fussent autant com il estoient ou plus encore. Entre les genz armees estoient li prouvoire revestu daubes et de estoles et li cler en seurpeliz. Chascuns poroit le signe de la croiz en ses mains. Cil qui estoient remes sur les murs tuit revestu et aussi en oroisons et en lermes crioient merci a Nostre Seigneur que il eust pitie de son pueple et le sauvast celui jor ne ne soufrist que ses nons et sa foi fussent torne a reproche des Mescreanz

XX. Coment la bataille fu fors et pesans.

Par les signes que li Tur du donjon firent a ceus de lost et par les noveles que li archier desconfit raporterent entendi bien certeinement Corbagaz que nostre gent estoient issu de la ville et venoient vers lui por combatre. Lors a primes tint il acertes ce que il avoit eu jusqualors en despit et tenu por gabois. Il se conseilla a ses barons hastivement; ses batailles devisa par le conseil des plus sages homes nomeement de ceus qui estoient ne dantioche dont il avoit aucuns avec lui. Il fist une bataille mout grant pleine des meilleurs chevaliers et des plus hardiz quil avoit; cele bailla a Soliman dont vos avez oi parler desus en pluseurs leus. Il comanda que il se tresist vers la mer aincois que nostre gent eussent porpris tout le plain entre les mons et la cite. Ce fist il par tele intencion que quant nostre gent seroient desconfit il se vodroient trere vers la mer ou vers la cite cele grosse bataille leur venist au devant et fussent lors escachie du tout einsi come entre deus moles. Ses autres batailles atira a mout grant leisir: les unes fist aler devant les autres com cil qui assez en savoit; puis parla aus chevetaines et leur dist que il se contenissent come haut home et bon chevalier ne ne sesmaiassent de tele chestivaille car il estoient genz morte de fain maumonte et povrement arme; tuit debrisie des lons travaus que il avoient soufert. Quant nostre gent orent porpris le plain si que il navoient garde de forclose il saprocherent tant que li Tur porent trere a eus. Il firent soner leur trompes et ferirent des esperons les trois batailles premieres toutes ensemble. Bien troverent qui les receut; car trop estoient li Tur granz genz et bien armees. Li nostre Francois le firent trop bien en cele venue li Flamenc si contindrent trop vigueureusement li Normant derompoient bien les presses; mes tant vint grosses routes de Turs que il covint que les autres batailles des noz assemblassent isnelement por secorre aus .iii. premieres. Toutes furent eu chapleiz fors la derreniere qui estoit Buiemont. La veissiez fier chapleiz despees et de maces. Li marteleiz estoit si granz que len ne poist oir se ce non. Li dux Godefroiz vit une bataille venir mout espesse ou il avoit plus de gent quen nules des autres. Bien se pensa que se ceste estoit desconfite les autres sen esmaieroient mout; il guenchi cele part a toute sa bataille et se feri en ceus mout vigueureusement. Ilec le fist si bien il et si compaignon que mainz en descoperent et jonchierent le champ des morz et des bleciez tant que cil ne le porent plus soufrir aincois se desconfirent et mistrent a la voie. Solimanz qui avoit la grant bataille que je vous dis ore aperceut de loing que sa gent se contenoient feblement il saprocha et vit la bataille Buiemont qui nestoit mie encore assemblee; il guenchi cele part et assembla a lui. Grant plente de saietes trestrent ses genz a laprochier; mes apres il pendirent les ars aus braz et leur corurent su aus maces et aus espees si fierement que pres que il ne leur firent torner les testes des chevaus; car il ne povoient soufrir si grant estour ne si aspre de tant de gent. Li dux Godefroiz le connut de loing et se trest cele part; Tancrez se refu pris garde de son oncle si le vint secorre. A la venue de ces deus qui granz genz i amenoient fu Solimanz desconfiz et le covint a partir de la place; mes li Tur orent apareillie le fu grezois si le giterent en lerbe des chans ou il estoient qui estoit haute et seche; les noz genz sen partirent por le feu qui estoit aspres et pour la fumee noire et espesse. Quant li Tur virent que cil a cheval sen estoient esloignie il corurent sus a noz genz a pie et assez en occistrent. Li nostre qui estoient a cheval furent issu hors de cele espesse fumee; si oirent le cri des genz que len ocioit puis ferirent des esperons et se mistrent arrieres; quanque il troverent de leur anemis abatirent ou mistrent a la voie. Tant les chacierent ociant que il vindrent a la grant plente de leur autre gent qui ja estoient desconfiz.

XXI. Coment Corbagaz senfoi.

En cele partie ou la bataille estoit avoit une valee petite par ou descendoit en iver uns ruissiaus de pluies en la valee mout bruiant: jusque la orent chacie nostre gent les Turs. Il se furent receu en un tertre hautet; la firent sonner leur buisines et leur tabors por ralier leur gent et metre ensemble: mes nostre gent qui norent plus a fere ailleurs vindrent la tuit ensemble. Hues li Maines li cuens de Flandres li dux de Normendie li dux Godefroiz Buiemonz et Tancrez et cil qui avec eus estoient comencierent mout vertueusement a assaillir par le fosse du ru. Tant firent que par grant force et par grant hardement passerent outre assaillirent au tertre et desconfirent ceus qui la estoient assemble si que descendre les firent contreval mout perilleusement. Dez lors ne porent il avoir nule esperance de remanoir eu champ ainz sen alerent chascuns la ou il pot. Corbagaz li sires de lost dez le comencement que les batailles assemblerent avoit eschive le peril et sestoit tret en un tertre haut por veoir en loing la fin sovent esvoioit messages por savoir coment ses genz se contenoient. Si come il atendoit iluec il esgarda que li Tur sen venoient tuit desconfit sanz tenir route ne bataille. Si ami qui estoient delez lui li distrent: Sire vos veez bien coment il est pensez de vous et vous partez de ci. Cil sen ala au plustost que il pot. Si grant poor avoit en son cuer que il ne sosoit en nul leu arester. Il passa le flun deufrate a change de chevaus tant sesloigna cum il pot aler. Quant sa gent sorent que il estoient sanz chevetaine mout en furent esbahi ne nus ne pensa dautrui: dez ilec en avant fist chascuns du mieuz que il pot et senfoirent tuit cil qui aler sen porent. Nostre baron qui mout avoient leur chevaus traveilliez orent poor de trop sivre; si nalerent gueres avant por que lor chevaus ne leur fausissent fors Tancre qui assez a pou de compaignie les sivi bien .iiii. miles decoupant tous ceus que il pooit ataindre; car la poor estoit si granz ez cuers des Sarrazins que .x. des noz en chassoient bien .v. cenz des leur. La fu bien apertement prove que nus conseuz nest encontre Dame Dieu et que Nostre Sires ne lesse mie ceus qui ont esperance en lui. Car uns petiz pueples povres et morz de fain qui de lointaines terres estoit venuz par laide Jhesucrist vainqui tout le pooir dorient en leur pais qui estoit si grant plente de gent a toutes eses de quanquil demandoient.

XXII. Coment li donjons dantioche fu rendus aus Crestiens.

La bataille fut einsi finee que li Pelerin en orent la victoire. Il sen retornerent aus heberges des Turs. La troverent si tres granz richesces dor et dargent de pierres precieuses vessiaus de diverses facons tapiz et dras de soie tant que len nes poist pas prisier; bues et vaches et moutons i avoit trop grant plente; ble farine molue dont il avoient bien mestiers i avoit tant que tuit en furent encombre du porter; chevaus gaaignierent en cele desconfiture bons et sejornez tant que tuit en furent esbahi. Il cueillirent les paveillons et les tentes de que il i avoit si grant richesce que de teus oz ne fu onques plus beaus veuz. Et il leur ert si avenu que tuit li leur estoient porri. Enfanz et bajasses i troverent trop ez heberges que il enmenerent tous en la cite. Entre les autres choses sassemblerent li Baron por veoir la merveille de la tente Corbagaz; car ele estoit fete en la forme dune cite; tors i avoit et querniaus de diverses couleurs ouvrez de bone soie. Du mestre palais movoient alees ez autres tentes fetes einsi come rues en une grant ville; plus de .ii. mille homes poissent seoir en la mestre sale. Quant nostre gent orent tout ce cueilli riche furent trestuit; chargie de mout riches trousses sen entrerent en la cite dantioche. Se il i ot joie ne fu mie merveille; car lonc tens avoit que si bele aventure navint a la Crestiente. Mout en rendirent a Nostre Seigneur granz mercis de vrais cuers et bien connoissoient que tout estoit venus de lui. Li Tur qui estoient eu donjon orent bien veu que li leur estoient vaincu; ne navoient mes esperance de nul secors avoir: por ce si tost com li Baron furent entre en la cite firent parler a eus et sacorderent tuit que il en poissent mener leur femmes et leur enfanz et porter la leur chose par conduit des noz. Ainsi le firent; si rendirent la tor. Les banieres a nos barons furent mises desus. Mout sont hautes les oeuvres Jhesucrist. De tres grant povrete vindrent ceste gent a tres hautes richesces en si petit de tens. Mout se fet bon fier en celui qui tel pooir a. Des autres barons nestuet mie ore a dire quel mesese il avoient. Mes li dux Godefroiz estoit a ce menez que le jor de la bataille il navoit sur quoi monter ains covint que il priast mout doucement le conte de Toulouse qui ne se mouvoit que il li prestast un cheval que il avoit: il lot mes a grant peine. Toute la seue chose avoit si despendue en sostenir les povres gentilshomes que il navoit mes riens; mainz en i ot des chevaliers qui richement estoient venu en lost et furent a si grant povrete mene que celi jor monterent sur asnes et sur povres jumenz. Pluseurs en i ot chevaliers hauz homes preuz et hardiz qui ne porent chevir coment il fussent monte; pour ce furent a pie entre les serjenz ou il tindrent bien leur leus car bien si contenoient et enseignoient a la menue gent coment il feroient greigneurs domages a leur anemis. Mout fu afebloiez li pooirs de Perse celi jor; car tant en i ot de morz que toute la terre en fu jonchiee. Li nombres ne fu onques bien vraiement seuz. Mout fu muez li estres de nostre gent; car cil qui au matin ert si povres que il navoit que mengier le soir entra en la cite riches davoir et de viandes si que il pooit tenir granz compaignies et granz corz. Ceste bone aventure qui ennora toute Crestiente nomeement le roiaume de France avint lan de lincarnacion Nostre Seigneur Jhesucrist .m. et .iiii xx. et .xviii. eu mois de juing le vint et oitieme jor du mois.

XXIII. De la grant richesce que li Crestien troverent ez tantes Corbagaz.

Puis que li Baron furent retorne de la bataille et les choses de la cite furent bien atiriees; par le conseil le vaillant evesque du Pui et par les autres prelaz qui estoient en lost fu accorde de touz que bone chose estoit que les eglises de la ville fussent netoiees et atournees a fere le servise Nostre Seigneur nomeement la mestre eglise qui est fondee en lenneur monseigneur saint Pere. Il deviserent que len i establist clers et provoires qui servissent en cele eglise et ez autres et gardassent les sainz leus netement; car li desloial Sarrazin les avoient touz ordoiez etc. Il metoient ez eglises lez les autels leur chevaus et leur asnes les femmes et les garcons; et qui estoit graindre doleur les images de Jhesucrist de Nostre Dame et des autres sainz avoient conchiees de boue et einsi com se ce fussent genz vives avoient tret a eus; les nez leur avoient coupez et trez les euz. Li Baron et tuit li pelerin sacorderent que len establist rentes soufisanz aus clers qui serviroient les eglises. Or et argent i ofrirent assez por fere croiz et calices et textes; dras de soie donnerent mout por refere les vestemenz aus provoires et les aornemenz des auteus. Le patriarche de la ville qui estoit de Grece Jehans avoit non remistrent arrieres en son leu a mout grant enneur; car li Tur len avoient gite a mout grant honte qui mainz mauz et maintes hontes li firent por la foi que il tenoit. Par les citez qui estoient entor Antioche mistrent nostre prelat evesques de leur gent la ou il nen avoit onques nul en ce tens. Mes en Antioche ou il le troverent ne mistrent il mie autre jus que ce vint apres que li bons hom saperceut bien que il ni fesoit gueres de preu por ce que li Latin nentendoient pas le grec. Si leissa la dignite et sen ala en Costantinoble tout de sa pleine volente sans force fere. Lors sassembla li clergiez si eslurent levesque dartaise Bernarz avoit non nez de Valence. Venus estoit avec le bon evesque du Pui qui en avoit fet son chapelain; de cestui firent patriarche. La seigneurie de la cite com tuit li baron avoient promis et fiance otroierent a Buiemont par bon acort; fors le conte de Toulouse qui tenoit la porte du Pont; et ne sai quantes tors iluec avoit garnies que il ne vout pas rendre aincois disoit que ce estoit sa part. Et por ce que Buiemonz estoit avant apelez princes de la gent de sa terre remest cil nons a lui et a touz les seigneurs de la cite quil sont apele prince dantioche.

LI SEPTIESMES LIVRES

I. Coment nos gens requistrent par messages lempereur de venir au siege de Jherusalem; et de la mort Baudoin conte de Hainaut; et coment Hues li Maines sen torna; et de la grant mortalite dantioche.

Ces choses furent einsi atirees en la cite com je vos ai devise. Lors fu li conseus pris entre les Barons que il envoiassent a lempereur de Costantinoble por li semondre par sa loiaute que selonc les covenances quil avoit a eus il ne deslaiast pas que il ne venist en sa propre personne por eus aidier; nomeement au siege de Jherusalem les sivist ou il entendoient a aler. Se il ce ne voloit fere bien seust il que il ne li vouloient estre tenu des ilec en avant de nul covenant que il eussent a lui quant il les leur ne voudroit garder. Por ce message fere eslurent Huon le Maine frere le roi Phelippe de France et Baudoin le conte de Henaut. Cil sen partirent de lost por aler en Costantinoble; mes il lor avint quen la voie les assaillirent Tur. En ce poigneiz fu perduz li cuens Baudoins si que de lui len noi puis noveles. Aucunes genz cuidierent que il fust ilec ocis; li autre dient que il fu pris et menez en ces lointainnes terres vers le soleil levant. Jusque a ce jor dhui nen fu onques la verite seue. Hues li Maines sen eschapa: touz sains vint jusque en Costantinoble a lempereur. Mes mout empira iluec sa renomee; car il qui estoit de si tres haut lignage et touzjors en cel ost avoit este larges et sages et chevaliers trop bons ne regarda oncques ceus qui envoie lavoient ne ne vout retorner vers eus ainz sen parti de lempereur et tout droit ala en France. Plus en fu blasmez que neust ete uns moiens hom. Quant li pelerin sejornoient en Antioche une mortalite vint si grant que nus jor nestoit que len ne veist par les eglises .xxx. bierres ou .xl. Chascuns atendoit la mort tout presentement; nus nen cuidoit eschaper. Lors avint uns granz domages en lost: li vaillanz hom de grant loiaute et de haut conseil morut Aimarz li evesques du Pui. Lors ot trop grand duel en toute la ville. Dedenz leglise monseigneur saint Pere fu enterrez eu leu meismes ou la lance avoit ete trovee. Mout i fu regretez li peres de lost. Apres fu morz li chevaliers preuz et loiaus et de grant cuer Henris de Asque: au chastel de Torbessel sen estoit alez por sejorner; iluec morut et la fu enterrez. Renarz de Amellac chevaliers bons et hauz hom de lignage morut en Antioche: enterrez fu eu porche de leglise monseigneur saint Pere. Toutes les femmes qui en la ville estoient morurent par cele pestilence pou sen failli; si que de ce petit pueple en un pou de tens morurent bien en la ville cinquante mille que homes que femmes. Lachoison de ceste mortalite demanda len maintes foiz a bons fisiciens. Li un disoient que li airs estoit corrompuz par secrees resons; li autre distrent que cele genz avoient eu trop granz angoisses de fain et quant il vindrent a la plente des viandes trop en prisrent parquoi il encorurent ez grans enfermetez: ce mostroient il parce que cil qui petit menjoient venoient plus legierement a sante.

II. Du conseil que nos gens orent pour le siege de Jherusalem.

Li Pelerin por eschiver la mortalite de la ville et por leur pelerinage parfere comencierent a crier que len alast vers Jherusalem car por cele chose estoient il meuz de leur pais. Mout prioient a touz les barons que il satornassent et les conduisissent cele part. Li Baron qui ne pouvoient durer a leur requestes sassemblerent a conseil. Li un disoient que bone chose fust que il alassent tantost a la sainte cite et por le pueple qui si le desiroit et por ce que tuit i estoient tenu; li autre disoient que il nestoit pas tens de fere cele besoigne; car lardure du chaus estoit trop grant et la secheresce leur feroit avoir soufrete de eaues; les genz ne trouveroient mie assez de ble li cheval auroient soufrete de pastures: mes deslaiast len cele voie jusqua la feste saint Remi; lors seroit li tens plus atrempez: endementres porroit len sejorner les chevaus et querre noviaus cil qui mestier en auroient; si rafreschiroient leur cors li las et li malade. A ce derrenier conseil sacorderent tuit; por ce fu delaiee la muete. Lors deviserent li Baron quil se departiroient pour eschiver lenfermete du leu et por trouver meilleur marchie de viandes. Buiemonz descendi en la terre de Cilice; la prist Tarse Adane Mamistre Anavarze: ces quatre citez garni de ses genz et tint tout le pais. Li autre se respandirent par les voisines citez hors de la presse por sejorner leur cors et leur chevaus. Mout en i ot des chevaliers et de la gent a pie qui passerent le flun deufrate por aler a Baudoin le frere au Duc en Rohez qui les recevoit a mout bele chiere; grant plente de viandes leur donoit au sejor et au partir les charjoit de beaus dons.

III. Coment li dux Godefrois fu requis de lever le siege de Hasart ou le jeu des dez fu trouvez.

Il avint ne demora pas que Rodoans li sires de Halape ot contenz et guerre a un suen baron qui estoit chatelains dun chastel qui avoit non Hasart. Et sachiez que la fu trovez et de la vint li jeus des dez qui einsint a non. Cil granz hom de Halape semont tout son pooir et assist ce chastel. Li sires qui dedenz estoit vit bien que il ne se porroit pas tenir contre son seigneur par soi ne des Turs il nauroit point daide. Por ce parla a un suen ami crestien qui mout estoit ses privez et lenvoia au duc Godefroi; grant dons li porta de par lui. Mout li requist et pria doucement que il le secoreust a ce besoing que grant talent avoit destre siens a touzjors et vouloit estre liez a lui par grant privete; que mout entendoit encore a fere por lui; son filz li envoia en ostage por seurete que il seroit touz suens. Li Dux qui mout avoit cuer gentil et debonaire receut lamor et laliance du seigneur de Hasart. Bien se pensa que ce nestoit mie contre la volente Nostre Seigneur se il por un de ses anemis afebloioit lautre. Lors manda Baudoin son frere le conte de Rohez que il li amenast genz assez car ses proposemenz estoit teus que il vouloit hastivement lever le siege de ce chastel por secorre son ami. Rodoans avoit ja sis .v. jorz entor le chastel; li dux Godefroiz venoit a granz jornees. Li message au seigneur du chastel estoient avec lui et ne pooient mie aler a leur seigneur car li chastiaus estoit de toutes parz assis. Por ce pristrent deus coulons que il avoient aportez a ce fere; letres que il orent fetes leur lierent aus queus et les lessierent aler. Li coulon sen vindrent droit a Hasart dont il estoient; cil les pristrent qui sen prenoient garde. Li sires vit ez letres que il avoit la grace le Duc si que il le venoit secorre bien et efforciement. Grant joie en ot et en prist si grant hardement que il meismes issi fors aus portes et mena de sa gent assez si que il assailli ceus de lost quil doutoit mout navoit gueres de tans.

IV. Coment li dux Godefroiz desconfist les Mescreanz.

Ja estoit aprochiez li dux Godefroiz quant ses freres vint a .iii. mille chevaucheeurs preuz et hardis et bien armez tant que il navoit mes a aler que une jornee jusquau chastel. Bien sacorda li cuens Baudoins a lemprise le duc son frere; mes a lui dist que mout avoit granz genz Rodoans li sires de Halape ce avoit il bien apris; por ce li conseilla que il envoiast querre les autres barons qui estoient remes en Antioche et leur priast come a ses amis quil li aidassent a fornir ce quil avoit promis. Voir est que il en avoit requis et prie mout doucement Buiemont et le conte de Toulouse ains que il meust; mes il avoient un pou denvie de ce que li Turs avoit plus requis le Duc que nul des autres barons; por ce ne voudrent mie movoir avec lui. Mes ore quant il les manda leur fu avis que il ne seroit mie bele chose de leur remanoir; si satirerent mout isnelement et tant alerent que il laconsuirent. Quant il furent tuit ensemble bien en i ot .xxx. mille portant armes. Rodoans ot ses espies: bien sot que cele gent venoient sur lui. Mout les douta et si avoit il bien .xl. mille homes: mes nes osa atendre ainz sen parti et retorna en Halape. Li Dux ne sot mie que li sieges fust lessiez ainz sen ala vers Hasart. Assez avoit en Antioche de chevaliers et serjenz qui sorent que li Dux avoit a fere de genz si se mistrent a la voie por lui suivre car il li vouloient aidier. Une grant plente de Turs se furent embuschie lez le chemin por eus guetier. Quant cil aprocherent qui garde ne sen prenoient li Tur saillirent sur eus qui mout furent plus; aucuns en ocistrent mes la greigneur partie pristrent et lierent si tornerent vers leur recois. La novele en vint au Duc et a son ost qui furent tuit desve. Il retornerent por suivre ces maufeteurs. La gent du pais leur enseignerent un adrecoer par ou il leur vindrent a lencontre. Puis que il les virent de grant corrouz leur corurent sus assez en ocistrent les autres enmenerent pris; pou en eschapa qui senfoirent; leur prisons que il enmenoient deslierent. Mout en fu Rodoans domagiez car il estoient bien .x. mille de la meilleur gent et de la plus esleue que il peust avoir. Quant il orent ce fet si repristrent leur voie vers le chastel de Hasart. Quant il aprochierent li sires de la ville issi fors a tout .iii c. chevaucheeurs la ou il vit le Duc descendi a terre et se mist a genouz; mout mercia premierement le Duc apres touz les autres du secours que il li avoient fet a tel besoing. Lors jura devant touz que a ces barons et a touz autres crestiens seroit mes touzjours feaus et bons amis si que leur bien voudroit et porchaceroit en bone foi leur maus destorneroit a son pooir ou les en feroit certains se destorner ne le pooit. Mout les heberja bel et fist de granz presenz. Lendemain li cuens Baudoins sen tourna vers Rohez li autres oz ala en Antioche.

V. Coment li dux Godefrois sejorna en la terre Baudoin.

Li dux Godefroiz conut bien que la pestilence et la mortalite duroit encore en Antioche; et ses freres lavoit mout prie que il venist sejorner vers sa terre jusque apres laoust quant li tens seroit plus temprez. Il prist petite compaignie de ceus qui plus estoient soufreteus et sen vint a Torbessel et a deus autres chastiaus: li uns avoit non Hatap li autre Ravendel. De cele terre fist il a sa volente. Ses freres le veoit sovent. Quant il demoroit iluec la gent du pais meismement cil de religion se pleignoient mout de deus Ermins qui estoient freres: li uns avoit non Pancraces li autres Covasiles. Il avoient forteresces en ce pais et estoient haut home de la terre; mes navoit en eus se desloiaute non. Il recetoient les robeeurs qui brisoient les eglises et a toutes manieres de genz fesoient assez mal. En tel orgueil estoient il monte que il tolirent le present du paveillon que Baudoins enveoit au duc son frere au siege dantioche et le presenterent a Buiemont de par eus. Quant li Dux oi ces plaintes il envoia cinquante chevaucheeurs de sa gent et le pueple de la terre si fist les forteresces a ces deus Ermins prendre et fondre jusques en terre. Tandis com li Dux sejornoit en ces parties maintes genz de lost des granz et des petiz sen aloient au conte Baudoin a Rohez; car il leur fesoit mout granz biens doucement les retenoit et largement leur donoit du sien. La voie estoit ore toute seure puis que li chastiaus de Hasart estoit en amor a noz genz.

VI. Coment cil de Rohez porchacoient la mort Baudoin.

Tant fu venu de nostre gent a Rohez que mout comencerent a desplere aus citeiens de la ville et se descordoient en maintes choses li Ermin des Latins; car sanz faille li nostre vouloient mout avoir la seigneurie: mainz ennuiz et maintes granz vilenies fesoient a leur ostes dedenz leur maisons. Li Cuens meismes por ce que il avoit tel plente de gent de sa terre appeloit meins a son conseil que il ne soloit les hauz homes de la cite par qui aide il estoit venuz a cele hautece. Mout en orent grant desdaing et dedenz leur cuers se repentoient de ce que il lavoient mis sur eus car il doutoient que li Cuens qui si estoit larges com cil qui tout donoit leur tousist aucun jor quanque il avoient. Por ce manderent aus amirauz des Turs qui estoient leur voisin que il porchaceroient volentiers par leur aide coment li cuens Baudoins fust ocis ou au mains chaciez de la cite si que il ni retournast jamais. Li Tur maintenoient volentiers ceste parole si que cil de Rohez ostoient ja de la ville toutes leur choses en repost et leur avoir metoient chiez leur acointes par les citez et par les chastiaus dentor. Endementres com il porparloient ceste traison uns amis le conte Baudoin vint a lui qui len acointa. Cil sen merveilla mout; toutesvoies bien fist enquerre la chose et trova que einsi estoit: bien sot ceus qui fere le devoient et par qui. Il envoia de sa gent et fist prendre les chevetaines de la desloiaute. A ceus fist crever les eus; les autres qui navoient mie tant forfet chacia de la ville et prist ce que il avoient. Aucuns en i ot que il leissa demorer en la cite; mes du leur prist ce que il en pot avoir. Bien ot par lachoison de ce murtre que il devisoient des traiteurs .xx. mille besanz. Mes il departoit tout aus pelerins qui li aidoient a prendre les chastiaus et les forteresces et aucunes citez entor Rohez. Mout estoit doutez de ses voisins si que nus nosoit emprendre contenz encontre lui. Li haut home de la terre porchacassent volentiers se il peussent coment il fussent de lui delivre a touz jors.

VII. Coment uns Turs vout trair Baudoin.

En cele terre avoit un haut home qui Turs estoit Balac avoit non. Mout estoit acointes et privez du conte Baudoin; il fu jadis sires de la cite de Sororge aincois que nostre gent venissent en la terre. Cil saperceut que li Cuens ne li disoit mez tant de ses conseuz cum il soloit ne ne li mostroit si bele chiere. Un jor vint a lui et li pria par mout beles paroles que il venist a une seue forteresce car il la lui voloit baillier et doner por ce que il nen avoit plus ne plus nen vouloit avoir; ainz li soufisoit samor; sa femme et ses enfanz envoieroit touz a ostage soz lui en la cite de Rohez; pour ce que si com il disoit li Tur si voisin et neis cil de son lignage le haioient mout et li porchacoient mal por la grant acointance que il avoit aus Crestiens. Li Cuens ni pensa se bien non et dist que il iroit por sa requeste a cele forteresce. Au jor quil li ot mis li Cuens mut atout .ii c. chevaliers. Balac ala avant cil le sivi jusque la. Mes li desloiaus Turs avoit mis cent homes de sa gent bien armez dedenz la forteresce si repost que nus nen paroit. Quant il fu devant Balac pria le Conte que il montast en haut et veist com li leus estoit forz ne ni menast gueres gent car il i avoit de la seue chose ou len li porroit fere domage se toute cele presse se feroit enz. Li Cuens le vout einsi fere; mes il ot chevaliers avec lui de ses compaignons sages homes que ne li soufrirent mie aincois le retindrent a force; car il doutoient la malice de cel home si que leur cuer sospeconnoient traison. Li Cuens remest par leur conseil et douze de ses homes forz et preuz bien armez fist monter en la tor pour veoir se il avoit chose que len deust douter. Il remest assez pres entre sa gent. Cil qui monterent en haut aperceurent bien la traison; car li Tur saillirent de leur repostailles et pristrent ces douze par force si les desarmerent et retindrent touz liez. Quant li Cuens sot ce mout ot grand duel de sa gent que il avoit einsi perdue; avant se trest et parla a Balac. Mout le conjura par le serement et par la feeute que il li avoit fete que il li rendist ses homes ou au mains les meist a raencon; car il li en donroit grant avoir. Cil li respondi que por neant se traveilleroit james nen auroit nul se il ne li rendoit la cite de Sororge qui avoit este seue. Li Cuens vit que cele forteresce nestoit mie legiere a prendre quant trop estoit en fort siege: mout estoit bien muree et richement garnie; si sen retorna a Rohez mout angoisseus du peril ou il avoit este quant il dut monter en la tor et dolanz estoit de ceus qui remanoient. Il avoit baillie la cite de Sororge a garder a un preudome bon chevalier Foubert de Chartres avoit non; cil tenoit avec lui cent chevaucheeurs. Quant il oi dire que ses sires avoit einsi este traiz et que il avoit perdu douze de ses homes mout fu dolanz et se pensa coment il li porroit aidier contre ce desloial Tur qui ce li avoit fet. Ne demora gueres que il mist de nuiz en une repostaille pres de cele forteresce une partie de sa gent; lendemain vint a pou de compaignie devant cele tor et prenoit la proie. Cil qui estoient en haut virent que il estoient pou si monterent ez chevaus et les sivirent por requerre ce que il enmenoient; tant que il sembatirent sur leur embuschement. Cil saillirent hors et les forclostrent; Foubert retorna sur eus. Ne sai quanz des Turs i ot ocis; mes .vi. en pristrent touz vis; par ceus il orent tantost .vi. de noz que il tenoit. Ne demora gueres que li quatre sen eschaperent de la forteresce quant les gardes dormoient. Quant Balac vit que il ni remanoit que deus il leur fist couper les testes. Des lors en avant li cuens Baudoins qui avoit acointance a pluseurs des amirauz dentour lui ne vout plus estre acointes de nul Turc ainz eschivoit leur compaignie et leur amor. Et ce mostra il bien ne demora gueres; car il avoit un haut home Tur en cele terre qui avoit non Bauduc de qui je vos parlai desus que il vendi cele ancienne cite et cel fort qui avoit non Samosac a Baudoin. Cil avoit en covenant que il amenroit sa femme et ses enfanz dedenz Rohez; mes il queroit une fausse achoison par barat par quoi il delaioit cele chose a fere. Un jor vint au conte Baudoin parler si com il souloit. Li Cuens li demanda pour quoi il ne fesoit ce que il li avoit en covent; cil se comenca a escuser par choses ou il navoit point de verite: li Cuens le prist et tantost li fist couper la teste.

VIII. Coment li cuens de Toulouse conquist Albare et le pais dentor.

Li dux Godefroiz sejornoit einsi com je vos ai dit en la terre de Torbessel. Li cuens de Toulouse assembla sa gent et prist grant plente de povres pelerins qui estoient en Antioche. Despit avoit destre oiseus sans riens fere. Il vint a une cite mout bien garnie qui a non Albare a deus jornees dantioche. Il lassist et tant destrainst ceus de leanz que il se rendirent. Il entra enz et tint par cele ville tout le pais dentor. Il mercia Nostre Seigneur de lenneur quil li avoit fete: si eslut evesque en la ville un preudome qui estoit venus avec lui de son pais Pierres avoit non nez estoit de Nerbonne et li dona la moitie de cele cite. Puis vint cil en Antioche si fu ilec sacrez par le patriarche Bernart qui li dona paule et le fist arcevesque. En la compaignie le conte de Toulouse avoit un chevalier vaillant et preu Guillaumes avoit non. Cist quant Antioche fu prise prist par aventure la femme Anssien le seigneur de la ville et deus suens neveuz filz a un suen fil qui avoit non Sansadol; et les tenoit encore en prison. Mais icil Sansadol len dona mout grant avoir par quoi il raent et enmena sa mere et ses deus enfanz. En cele saison vindrent une mout grant plente de gent de Tiescheterre en pelerinage oultre mer. Il arriverent eu port saint Symeon et sejornerent dedenz Antioche; mes la mortalite duroit encore si que nus neschapa de tous ceus se mout pou non que il ne fussent mort dedenz brief tans; car trois mois touz continueus dura cele pestilence jusque a lentree de deloir. De chevaliers i ot bien morz cinq cenz; du menu pueple ne savoit nus le conte.

IX. Coment li Crestien pristrent la cite de Marram.

Au premerein jor de novembre li Baron qui sestoient departi por la pestilence furent tuit retorne en Antioche si com il avoient en covenant. Leur conseus fu que il alassent asseoir la cite de Marram qui estoit forz et bien garnie. De Albare que il avoient prise ni avoit que huit miles: car il ne pooient plus tenir le pueple qui sengoissoit daler vers Jherusalem. Por ce vourent fere tandis aucune chose. Au jor nome furent tuit appareillie li cuens de Toulouse li dux Godefroiz Eustaces ses freres li cuens de Flandres li dux de Normendie et Tancrez et vindrent a la cite de Marram si lasistrent. Cil de la ville estoient mout riche et de grant orgueil nomeement por ce que il avoient en cel an assemble en un poigneiz a nostre gent; de quoi il pristrent aucuns et mainz en ocistrent; si que le meilleur en orent. Por ce les prisoient mains et les Barons ledenjoient desur les murs et despisoient tout lost. Sur les tors levoient croiz et les escopissoient en despit de nostre foi et fesoient autres hontes assez por corocier nostre gent. Li Baron furent mout irie. Lassaut firent crier et mout assaillirent asprement si que se il eussent eu eschieles il fussent entre en la cite par force le secont jor que il i vindrent. Au tierz jor vint Buiemonz qui amena genz assez et se loja cele part ou la cite niert mie assise. Lors comencierent li nostre a avoir grant despit de ce que il ne faisoient rien; si firent cloies hastivement leverent befroiz et chastiaus et drecierent mongoniaus qui giterent tantost. Lors emplirent le fosse; les mineeurs mistrent aus murs. Cil dedenz se defendoient gitoient pierres et feu et chau vive et besaines toutes pleines dez; saites traioient mout espessement. Mes Dieu merci petit blecierent des noz. Mout se comencierent a lasser cil dedenz; nostre gent les aperceurent et leur en crut la volente et li hardemenz. Les eschieles apoierent aus murs et monterent sus isnelement. Entre les autres i ot uns trop preus nez estoit de Limozin Gulfroiz des Tors avoit non. Cil monta premiers et trop se contint bien; autre gent le sivirent assez; il entrerent par les tors qui pres estoient. Toute la cite eussent il prise se la nuit nes eust destorbez qui vint tantost. Por ce delaierent jusque a lendemain; car cil assauz avoit dure dez le soleil levant jusque a cele eure. Bien firent garder les portes que leur anemi ne sen foissent et firent bien guetier leur ost. Mes la menue gent virent que nus ne se mostroit aus murs ne ne fesoit len pas noise en la ville; si saprochierent sanz le congie aus Chevaliers et mistrent eschieles aus murs et entrerent en la ville; toute la troverent vuide de gent. Quanque il vourent il pristrent sanz contenz que bien en avoient mestier com cil qui avoient asez soufert fain et povrete. Tuit cil de la cite sen estoient entre en caves longues et parfondes por eus garantir. Au matin li Baron virent que la cite estoit prise; dedenz entrerent mes petit i troverent de gaaing; car on len avoit ja tout leve. Il sorent que li Tur sestoient repost souz terre; il alumerent les feus aus bouches des caves et envoierent leanz si granz fumees que par force les covint venir hors. Assez en ocistrent li nostre; le remanant enmenerent pris. Ilec fu morz de maladie li bons hom religieus qui mout doutoit Nostre Seigneur Guillaumes li evesques dorenge. Li Dux ot demore iluec avec les autres bien quinze jors; puis sen partirent il et li cuens de Flandres et vindrent en Antioche ou il avoient a faire.

X. Coment li dux Godefrois desconfit les Turs.

Godefroiz li dux de Lohereine vit que la gent a pie sapareilloit a movoir vers Jherusalem et mout en semonoit les Barons. Il vout veoir son frere ainz que il se partist de cele tere; si prist sa privee compaignie et sen ala vers Rohez. Quant il ot veu son frere et fet aucunes besoignes qui a fere estoient sen vout retorner vers Antioche aus Barons qui latendoient. Quant il se fu aprochiez si que il ni avoit mes .vi. miles a venir ou cinq il troverent une mout bele fontaine en un leu plein derbes verz et netes. Si compaignon distrent que ce estoit beaus leus a disner: il si acorda puis descendirent. Tandis com il apareilloient ce disner mout seurement estes vos que dun grant roseroi qui estoit pres diluec delez unes paluz sordent Tur a cheval bien arme. Quant li Dux et li autre les virent venir il pristrent les armes si com il porent et saillirent sur les chevaus puis leur corurent sus et fu iluec li poigneiz mout fiers. Li Dux le fist trop bien: assez i ot des Turs morz; li remananz sen foi. Li nostre ni perdirent riens ainz sen vindrent a grant joie jusques en Antioche.

XI. Coment li menuz peuples des crestiens destruirent la cite de Marram.

De cele cite que je vos ai dit desus qui fu prise sordi uns granz contenz entre Buiemont et le conte de Toulouse; car li Cuens la vouloit doner a levesque de Albare. Buiemonz disoit que la seue partie ne li donroit il pas se il ne li rendoit ne sai quantes tors que il tenoit en Antioche. Li Cuens ne le voloit pas fere. Au darrenier Buiemonz se parti de Marram par despit et sen vint en Antioche. La fist assaillir les tors que la gent le conte de Toulouse tenoient; a force les prist et gita ceus qui les tenoient hors; si que il tint toute Antioche des ilec en avant sanz compaignon. Li Cuens vit que ses aversaires sen estoit partiz si fist de la cite conquise sa volente et la dona toute a levesque dalbare. Tandis com il atiroient entre lui et levesque coment la cite peust estre gardee si que li Tur ne la peussent recovrer la gent a pie se comencierent mout a corocier de ce que li Baron se demoroient au prendre ces menues citez et fesoient contens entreus et tencons por leur conquestes; mez la chose por quoi il estoient meu lessoient il toute en obli et si com il lor ert avis il ne leur chaloit de leur veuz acomplir. Por ce sacorderent la menue gent et afermerent entreus que si tost come li Cuens se seroit partiz de la cite de Marram il la fondroient toute jusque en terre si que par lui ne delaieroient il plus. Il avint que li Baron sassemblerent a Ruge une cite qui est emmi voie entre Marram et Antioche por avoir conseil ilec que il feroient daler vers Jherusalem; car li pueples les angoissoit mout et hastoit daler. La se descorderent entreus li Baron si que il ni ot riens fet. Tandis cum li cuens de Toulouse demouroit a ce parlement li pueples qui estoit remes a Marram sur le pois levesque dalbare qui mout leur defendoit abati les murs et les tors de la cite de Marram; car il ne voloient mie que por achoison de la ville demorast plus li Cuens en cele tere. Quant li Cuens retourna mout fu corociez de ce que il avoient fet; mez pour ce que il ne le pot amender bien covri son corage par dehors. La gent a pie comencierent toutes voies a crier et a requerre les Barons que il les conduisissent a parfere leur pelerinage; ou se ce non il esliroient de leur pelerins un chevalier qui il feroient chevetaine deus et le sivroient jusque a la cite de Jherusalem. Dautre part avoit en lost merveille grant soufrete de viandes si que les povres genz moroient de fain. Mainz en i ot ce dit len qui menjoient char domes et maintes autres choses qui nestoient ne netes ne bones a mengier. De ce sourdi une mout grant mortalite; car il avoient sis entor cele cite de Marram a tel meschief de famine si que mout avoient perdu de leur gent ne mie seulement par armes mes par la mesese que il soufroient. La fu morz uns trop vaillanz juenes hom Enjorans le filz le conte Huon de Saint Pol; de maladie morut. Ce fu mout grans damages et mout fu plainz en lost de tous les barons.

XII. Coment li cuens de Toulouse se mist a la voie.

De ces choses qui couroient einsi fu mout en grant angoisse li viguereus cuens de Toulouse; car il ne savoit mie bien que il peust fere. Dune part avoit trop grant pitie et grant doleur de la mesese que il veoit soufrir a la povre gent et mout estoit meuz de leur requestes quant il prioient si doucement lui et les autres que il les menassent por acomplir leur veu; dautre part il avoit bien entendu que li autre baron ne sacordoient mie a ce que li peuples requeroit. Il qui estoit de grant cuer dist que il ne leiroit plus einsi morir la povre gent et leur dona jor que il movroit sans faille a aler vers Jherusalem le quinziesme jor. Et por alegier la mesese que il avoient de fain prist une partie de ses chevaliers et de la gent a pie les plus forz et les plus delivres le remanant lessa dedenz la cite; puis entra en la terre a leur anemis brisa villes et forz mesons mout en amena grant plente de bestes et dautres vitailles; esclaves en amena assez homes et femmes. Quant il vint a Marram tout departi igaument a ceus qui remez estoient come aus autres qui avoient le gaaing fet si que tuit furent riche davoir et de viandes. Li jorz comenca a aprouchier que li Cuens avoit nome. La menue gent crioient de laler et distrent que plus nauroit il respit deus. Il ne sot que fere car bien savoit que li pueples avoit droit; mez li avoit pou de compaignie a cheval; por ce requist levesque dalbare que il alast avec lui. Il le li otroia volentiers et sa terre lessa en la main dun vaillant chevalier Guillaume de Cimilli avoit non. Ne li bailla que .vii. chevaucheeurs avec lui et .xxx. serjanz a pie. Quant li jorz vint qui ot este nomez li Cuens fist bouter le feu en la cite de Marram et la mist toute en cendre puis se mist a la voie. Il ot en sa compaignie entor dis mille homes dont il nen i avoit pas plus de .iii. cenz a cheval. Quant il sen fu partiz li dux de Normendie et Tancrez vinrent apres et laconsivirent por aler avec lui. Chascuns de ces deus navoit pas plus de quarante homes a cheval mez mout i avoit de gent a pie. En la voie troverent grant plente de viandes car il passerent par Cesaire par Haman et par La Chamele. Des seigneurs des villes avoient mout volentiers granz dons en or et en argent; et leur presentoient bues et vaches et moutons et autres viandes assez. Avenable marchie leur fesoient de toutes choses chascuns les conduisoit par son pooir. Mout amendoit li oz et croissoit de jor en jor; car mout trovoient bons passages par la ou il aloient. De chevaus dont il avoient eu grant soufrete trovoient bons marchiez si que mainz en acheterent tant que aincois que li autre baron venissent orent il en leur compaignie mille homes bien montez. Il estoient einsi venu le chemin qui est loing de la mer; mes apres il sacorderent que il se treisissent vers la marine por oir plus legierement noveles des barons qui estoient remes vers Antioche et por trover plus legierement a vendre ce que mestiers leur fust ez nes qui estoient ez porz.

XIII. Coment li cuens de Toulouse ocist les robeors.

En toute cele voie puis que il estoient parti de Marram estoient mout bien venu enpais et sauvement fors dune chose; car aucune fois Tur robeeur venoient apres lost si ocioient aucunes foiz ou prenoient febles genz et malades qui saloient remanant derrieres les autres. Li Cuens en fu mout iriez; por ce fist aler les autres avant; il se remest entre lui et levesque dalbare et retint un pou de preudes genz bien montees. Il sembuschoit derrieres lost por veoir se cil vendroient qui einsi faisoient damage en lost. Quant il ot un pou demoure li Tur vindrent assaillir a sa gent qui tout de gre saloient remanant. Li Cuens sailli hors de son aguet et les vint ateignant; tous les decoupa fors aucuns que il enmena avec lui. La gaaigna de bons chevaus et armeures asez; puis sen revint en lost a grant joie. Des ce jor en avant alerent par toute la terre mout asseur ne norent onques soufrete de viandes. Des citez et des chastiaus a destre et a senestre quant il passoient ni ot onques seigneur qui ne leur envoiast granz dons por eus tenser et marchiez de viandes leur fesoient fere; fors que un seul chastel ou les genz se fioient de la forteresce. Por ce ne leur envoierent onques presenz ne message ainz descendirent tuit arme du chastel et cuidierent a nostre gent defendre un pas ou il se mistrent; mes li nostre quant il les virent les assaillirent mout hardiement tant que cil furent tantost desconfit; pou en i ot qui ne fussent ou mort ou pris. Quant li Baron sorent que cil du chastel estoient einsi retenu tantost alerent a la forteresce et lassaillirent et la pristrent de venue; les murs fondirent les mesons furent arses quant il les orent vuidiees de ce que il i troverent; chevaus enmenerent assez qui peissoient ez pastures. Avec nostre gent estoient assez des messages de la terre que li grant hom dilec entor avoient envoiez por veoir leur covines et por leur villes sauver. Quant il virent ce que li Baron fesoient einsi leur volente et que rien ne leur pooit contrester il sen alerent a leur seigneurs et leur distrent que trop estoient fieres genz et hardies. Lors veissiez de toutes parz venir presenz et viandes einsi com por noient. Tant les doutoient que il metoient grant peine en eus apaier. Ne demora gueres que il orent passe tout le pais jusque il vindrent ez plains dune anciene cite qui mout siet en fort leu assez pres de la mer Archis avoit non. Cil se logierent assez pres de la ville.

XIV. Coment li Crestien vindrent en la cite darchis.

Archis est une des citez de la terre de Fenice qui siet au pie dun mont que len claime Libane en un tertre mout fort. Quatre miles ou cinq a diluec a la mer. Mout a pleinteive terre entor et delitable de pastures et deaues. Les escriptures dient quele fu fondee mout anciennement; car Noe qui fu en larche ot trois filz: li uns ot non Cham cil ot un filz qui ot non Chanaam; de celui vint uns qui ot non Aracheus: icil fonda ceste cite et por celui ot ele non Archis. Il avoit prisons en cele cite de nostre gent. Cil avoient mande au conte de Toulouse et aus autres barons que por nule rien il ne passassent outre que il nasseissent cele cite; car granz biens leur en vendroit. La cite de Triple qui mout estoit riche et mout noble seoit pres dilec a sis miles. La ravoit il de nostre gent en prison car des le comencement du siege dantioche et apres quant ele fu prise comencierent la gent de nostre ost a corre par le pais assez nicement por querre viandes dont il avoient soufrete: len les prenoit en mainz leus si que a peines avoit cite ne chastel eu pais ou il nen eust en prison. Dedenz cele cite de Triple en avoit plus de deus cenz. Cil meismes avoient mande a nostre gent que se il vouloient fere semblant de conquerre le pais li rois de Triple leur donroit mout grant avoir por eus partir diluec et deliverroit touz les prisons. Il leur avint tout einsi: car nostre gent saprochierent de la cite darchis pour veoir quel semblant il feroient et por atendre les autres barons qui par tens les devoient suivre.

XV. Coment li Crestien pristrent la cite de Tortose.

Des heberges a nostre gent issirent .c. homes a cheval et .ii c. a pie qui firent chevetaine de Raymont Pelet qui mout estoit preuz chevaliers. Il alerent jusque devant la cite qui a non Tortose por veoir se ils trovassent aventure dont il gaaignassent. Il saprochierent de la cite et la comencierent a assaillir mout viguereusement. Cil de leenz se defendirent mout asprement si que li nostre ni forfirent gueres. La nuit vint il entrelessierent lassaut por revenir au matin plus fres et attendoient compaignie de lost qui suivre les devoit. Cil de la ville orent poor que lendemain ne venissent plus gent et les assausissent si forment que il ne se poissent tenir; por ce sen partirent la nuit de la ville tout coiement et senfoirent aus montaignes; ne ni menerent que leur femmes et leur enfanz; toutes les autres choses lessierent en la ville. Li nostre qui nen sorent mot se leverent au matin; mout se comencierent a semondre et entrehaster de bien fere a lassaut. Il saprochierent tuit arme noirent nului monterent aus murs par eschieles ne virent point de gent entrerent enz ovrirent les portes si que tuit i vindrent. Lors virent bien que tuit sen estoient ale. La cite troverent si comble et si pleine de tous biens que tuit furent riche. Il trousserent tout et emporterent tant com il porent en lost; leur aventure conterent dont tuit firent mout grant joie.

XVI. Coment li dux Godefrois et li cuens de Flandres vindrent en Lalische de Surie.

Quant li mois de marz fu entrez li pueples qui estoit remes en Antioche vit que tens estoit de movoir; si mistrent a reson le duc Godefroi et le conte de Flandres et mout leur prierent quil empreissent la voie et les conduisissent jusqua la cite de Jherusalem por parfere leur pelerinage. Mout leur metoient avant le conte de Toulouse le duc de Normendie et Tancre qui sen estoient ja alez avant et menoient avec eus grant plente de pelerins: bien leur estoit cheu en la voie si que bien avoient fet leur preu et leur enneur. Par ces paroles furent mout esmeu li Baron; leur aferes atournerent isnelement; toute la gent pristrent que il porent avoir a cheval et a pie si que quant il vindrent a Lalische de Surie bien furent .xxv. mille bien arme chascuns selonc ce que il estoit. Buiemonz a toute la seue gent les convoia jusque la; mes nestoit mie leur conseuz ne leur volente que il alast outre car la cite dantioche estoit nouvelement conquise et si anemi estoient pres dilec; por ce si covenoit que il ne lesloignast mie et sen prist bien garde et de jorz et de nuiz; mes il les avoit jusque ilec convoie et de bien et denneur que il pot leur fist puis prist congie. Mout plora au departir. Il le comanderent a Dieu si remestrent ilec. Laliche est une mout noble cite et ancienne assise sur le rivage de la mer. Cestoit la seule cite en Surie dont li empereres de Costantinoble estoit sires. La vint assez ainz que nostre gent fussent dilec aprouchie Guinemers dont je vous ai parle dessus qui estoit nez de Boloigne sur le mer et arriva a Tarse tandis come Baudoins li freres le Duc la tenoit. Icist estoit venuz a Laliche atoute sa navie; si la cuida prendre par force. Folement se contint et assailli; cil de la ville issirent hors et le pristrent; encore le tenoient en prison quant li Baron vindrent. Li Dux sot que il estoit de la terre son pere et que il avoit este en la compaignie son frere le conte Baudoin; por ce le demanda aus granz homes de la ville et pria que le li rendissent; cil ne li oserent riens deveer ainz li delivrerent lui et ses compaignons atoutes leur nes. Li Dux comanda que il sen alast atoute sa navie par la mer touzjorz encoste de lost; il le fist bien et volentiers.

XVII. Coment li granz oz vint a la cite darchis que li cuens de Toulouse avoit assise.

Lors se parti de Laliche quant il ot receuz ses prisons. Cil qui estoient tart meu dantioche et de Cilice et des autres terres la entor estoient venu; si que tuit ensemble sen alerent par la marine jusque a la cite que len claime Gibelet qui est loing de Laliche douze miles. La demorerent et assistrent la ville. Uns baillis au calife degypte tenoit cele cite; car ceste estoit la premiere des citez de la marine sur le pooir degypte. Icist issi hors par conduit et parla au duc Godefroi cui il offri sis mille besanz et granz dons pardesus par tel covenant que il feist partir le siege dilec. Li Dux ne vout escouter ceste parole ainz dist que ce seroit traisons et desloiautez; ne ja Dieus ne vousist que il prist tel loier. Cil sen parti qui la ne pot riens fere; puis envoia messages au conte de Toulouse et li fist offrir cel avoir se il peust tant fere que il despecassent ce siege. Len dit que cil receut lavoir et por fere departir les Barons il controva une menconge; car il dist que il avoit receu messages et letres si que il estoit tous certains que li soudans de Perse avoit eu mout grant corrouz de ce que Corbagaz ses conestables avoit ete desconfiz et que tant i ot mort de sa gent; por ce avoit semons et assemble tout son pooir et venoit a trop granz genz por combatre a tous ceus que il troveroit de la foi crestienne. Ces nouveles manda li cuens de Toulouse par levesque dalbare au Duc et au conte de Flandres et leur en envoia ses letres ou il les prioit mout efforciement que il lessassent tost ce siege et venissent vers lui si que il fussent tuit ensemble quant ces granz genz vendroient. Quant li Dux et li autre baron oirent ceste chose mout furent angoisseus; car il cuidoient bien que tout ce fust voirs. Tantost se partirent de Gibelet et trespasserent par la cite de Valenie qui est dessouz le chastel de Margat; puis vindrent a Maraclee qui est la premiere des citez de la terre de Fenice quant len vient devers Bise. Dilec vindrent a la cite de Tortose. En une isle qui est iluec encontre ou il ot une cite demora leur navie ne sai quanz jorz; puis se hasterent et vindrent devant la cite darchis. Tancrez issi de lost et leur vint a lencontre; puis leur conta et descovri le barat que li cuens de Toulouse avoit fet: cil en furent mout irie; por ce se logierent a une part loing de ceus qui avoient fet le siege. Li Cuens vit que il navoit pas bien les cuers des barons qui estoient venu; por ce leur envoia ses messages qui beles paroles leur distrent de par lui et granz dons leur porterent. Por ce avint que dedenz un pou de tens furent tuit apaisie et amiable a lui fors seulement Tancre qui ne sacordoit point a lui ainz lacusoit de maintes choses. Avant la venue de ces darreniers barons ne pooient la gent au conte de Toulouse riens profiter contre la cite que il avoient assise; mes grans esperance leur estoit venue que la besoigne fust tost parfete par cele darreniere gent. Ne leur avint pas einsi com il cuidoient; aincois toutes les foiz que il controvoient aucun enging por assaillir ou por abatre les murs touzjorz leur venoit a contraire quanque il pensoient et cil de la ville leur depecoient toutes leur oeuvres si que les despenses et les peines estoient perdues. Bien leur paroit que Nostre Sires leur avoit sostrete saide et sa bone volente. Cil dedenz ocioient assez de la gent dehors. La furent mort de .ii. perrieres dui mout bon chevalier: Ansiaus de Ribemont qui partout ou il venoit le fesoit bien et Pons de Baladun hauz hom et mout acointes du conte de Toulouse. Trop desplesoit cist sieges a touz ceus de lost nomeement a la gent a pie qui avoient grant desirrer dacomplir leur veuz de Jherusalem. Meismement quant li Dux fu meuz cil qui avant i estoient se comencierent a sostrere de la besoigne si que nus ni fesoit noient; car mout leur pleust que li Cuens fust si ennuiez que il sen partist et enmenast les autres barons.

XVIII. Coment cil qui trova la lance passa parmi le feu.

Iluec fu renovelee une parole; car la menue gent et aucuns meismes des barons comencierent a douter de la lance qui avoit este trovee en Antioche si com vos oistes desus; car li un disoient que cestoit cele vraiement dont Nostre Sires fu poinz en la croiz et qui de son sanc fu arousee; et par revelacion de Dame Dieu lavoit trovee uns bons hons por reconforter le pueple qui grant mestier en avoit; li autre disoient que ce nestoit se barat non et que li cuens de Toulouse lavoit controve por esmovoir le pueple et por trere argent de leur offrandes. Ceste noise et cest contenz avoit esmeu et esleve uns prestres Arnoul avoit non; chapelain et acointes mout du duc de Normendie. Bien estoit letrez hom mes nestoit pas de bone vie; malicieus trop et porchacieres de descordes: assez en orroiz parler en cest livre. Mout fu cele parole granz si com je vos ai dit en cel ost. Cil qui trovee lavoit oi la doute; si vint devant les Barons mout hardiement et leur dist: Beau seigneur ne doutez pas de ce; que fu fet tout sanz barat ne riens ni ot se de Dieu non et que por le confort du pueple maparut messires S. Andrius par la volente Jhesucrist qui cele chose me devisa einsi com je lai trovee. Et por vous mostrer que voirs soit einsi com je lai dit je vos pri que vos faciez alumer un grant feu je enterrai enz et tendrai la lance en ma main: je passerai outre et men irai touz sains. Quant il oirent ce bien si acorderent tuit: li feus fu apareilliez granz et hauz. Ce fu le jor du vendredi beneoit; et leur plot que la chose fu einsi esprovee le jor que Jhesucrist fu feruz de la lance. Cil qui soffroit a ce joise avoit non Pierres Bertelemis clers assez pou lettrez et selonc ce que len pooit connoistre par dehors mout estoit simples hom. Touz li oz fu assemblez entor le feu. Pierres vint avant et sagenoilla. Quant il ot fete soroison il prist la lance et entra eu feu passa tout outre de rien ne fu bleciez que len peust cognoistre. Quant li pueples vit ce tuit li corurent por lui touchier et por fere grant joie. De ceste chose dont len cuida que la doute fust ostee sourdi encore greindres contenz; car ne demora que ne sai qanz jorz que cil clers fu morz. Si distrent li un que ce fu por langoisse du feu ou il prist lachoison de la mort: li autre disoient que il issi touz sainz et tout haitiez du feu; mes einsi estoit la volente Dame Dieu tost lavoit apele puis que la verite fu seue; ou espoir ce redisoient la presse qui vint quant il issi du feu le bleca si que il en mourut. En ceste maniere contencoient encore.

XIX. Coment li califes degypte envoia aus Crestiens la seconde fois.

Message qui furent envoie en Egypte de par noz barons par la requeste de ceus qui estoient venu en Antioche de par le calife degypte avoient ete retenu la que par force que par barat bien un an; mes ore estoient retourne. Avec eus estoient venu li message au Calife qui aportoient a noz barons de par lui paroles mout changiees et mout diverses de celes que il leur avoit mandees devant Antioche: car la leur manda il que sil se contenoient viguereusement contre le soudan de Perse il auroient de lui grant aide davoir de gent et de viandes. Ore avoit mout changie son langage; car il leur mandoit que mout cuideroit fere grant chose por eus se il soufroit que li pelerin alassent en Jherusalem .ii. cenz ensemble ou .iii. cenz tuit desarme; et quant il auroient feites leur oroisons il sen retornassent tuit sain. Quant nostre baron loirent mout en orent grant desdaing et distrent aus messages que il sen alassent et deissent a leur seigneur que par son congie niroient il ja en Jherusalem desarme li uns apres lautre aincois i iroient maugre sien a laide de Dieu tuit ensemble les batailles rengiees et les banieres levees. Or vos dirai porquoi li Califes estoit montez en tel orgueil. Si com je vos dis dessus quant nostre gent orent desconfit Corbagat devant Antioche mout en fu afebloiez li pooirs au soudan de Perse si que nus de ses voisins ne doutoit a forfere contre lui; car cil en avoit touzjorz le pieur; dont il estoit avenu que uns connestables au calife degypte qui avoit non Emires avoit tolue la cite de Jherusalem aus genz au Soudan que il avoient tenue trente et huit anz. Por ce se veoit ore li Califes au dessus par la desconfiture que nostre gent avoient fete ne ne cuidoit mie que nule aide li eust mestier; por ce despisoit les noz.

XX. Des messages que li empereres de Costantinoble envoia aus Barons.

Dautre part estoient venu li message lempereur de Costantinoble qui mout se plaignoient de par leur seigneur de Buiemont et des autres barons meismes. Car il disoient que tuit li baron estoient devenu si home et li avoient jure sur sainte Evangile que ne des citez ne des chastiaus qui eussent onques este de lempire de Costantinoble ne retendroient a leur oes; ainz les rendroient si tost com il les auroient pris par toute la terre jusque en Jherusalem. Or fesoit Buiemonz encontre qui tenoit Antioche et li autre meismes qui otroie li avoient. Einsi parloient des covenances; mes il ne les disoient pas toutes; car sanz faille voirs estoit ce que il avoient dit mes apres li Empereres leur promist que il les sivroit sanz demeure a tout grant ost et leur feroit porter tandis grant plente de viandes a vendre par mer; il estoit premerains venuz encontre ses promesses car il navoit fet ne lun ne lautre; si le peust bien fere. Et por ce il nestoient mie tenu a lui de garder les seues covenances car nus droiz ne dit que len tiegne covent a celui qui ne le tient mie: ce leur respondirent li Baron. Por ce disoient il que li dons que il avoient fet a Buiemont de la cite dantioche devoit estre fers et estables et einsi le vouloient il que il et ses oirs la tenist a touzjorz. Quant li message oirent ce mout prierent aus Barons que il atendissent a aler vers Jherusalem jusque li Empereres fust venuz car il disoient que sanz nule faille il vendroit ainz que jugnet entrast et amerroit trop grant plente de gent. Se il ce vouloient fere por lamor de lui mout leur en sauroit bon gre et donroit a chascun des barons granz dons et riches; et a la gent a pie meismes departiroit il granz soudees. Quant li Baron oirent ce distrent que il auroient conseil et se trestrent a une part. Li cuens de Toulouse sacorda mout a ce que len atendist si grant aide come estoit li pooirs de lempire: espoir il cuidoit que cil i deust venir; mes li autre cuiderent quil le deist por tenir les Barons et la gent au siege que il avoient fet jusque la cite fust prise; car lede chose semblast se il sen partissent dilec sanz acomplir ce que il avoient empris. Li autre ne sacordoient mie a ce ainz vouloient que len alast asseoir Jherusalem por leur pelerinage parfere et acomplir leur veuz por quoi il avoient tant travauz et tantes meseses soufertes; car il connoissoient mout bien les aloignes lempereur et ses beles paroles pleines de barat; por ce nestoit pas leur conseuz que il senvelopassent plus de ses marchiez. Einsi sourdi uns granz contenz entre les Barons ne ne sacordoient a nule rien. Dont il avint que cil qui tenoit la cite de Triple qui grant avoir leur avoit offert par covent que il se partissent du siege et ississent de toute sa terre quant il sot que li Baron estoient entreus en descort ne leur en vout puis noient offrir ainz en prist si grant hardement que il se vout combatre a eus. Li Baron sacorderent a ce que il lesseroient levesque dalbare et chevaliers aucuns et gent a pie assez por garder les heberges; il sen alerent tuit en batailles vers Triple. Quant il vindrent la il troverent le seigneur de la ville et les citeiens la dehors a grant plente de genz a cheval et a pie ou il avoient conrae leur batailles et atendoient les noz; ne ne les doutoient gueres car il avoient veu que li cuens de Toulouse avoit sis .ii. mois a cele cite ne riens ni avoit forfet; por ce prisoient trop mains la nostre gent que il ne fesoient ainz que il les veissent et les tenoient por empiriez et radotez. Mes quant li notre saprochierent tant que il les virent tantost leur corurent sus trop hardiement si que mainz en abatirent en leur venir; si se desconfirent inesle pas et senfoirent en leur cite; mes a lentrer sentrecombrerent si quil i orent grant damage. Set cenz i ot morz des leur que li nostre ocistrent; des noz ni ot perdu que .iiii. Iluec firent la feste de Pasques le disiesme jor davril.

XXI. Coment li baillis de Triple se censa aus Crestiens.

Nostre baron qui orent cele gent desconfite sen retornerent aus heberges atout leur gaaing. Lors recomenca la plainte et la clameur que li pueples fesoit de ce que il naloient en Jherusalem: tuit requeroient a une voiz que len se partist de ce siege. Tant crierent que li dux Godefroiz li cuens de Flandres li dux de Normendie et Tancrez dirent que il feroient la requeste de la gent a pie: il cueillirent leur paveillons ardirent leur loges et sen partirent. Mout desplesoit au conte de Toulouse et les prioit mout de remanoir; mes ce ne pot estre car cil qui estoient venu premierement avec lui estoient li plus angoisseus du siege lessier; tout droit sadrecierent vers Triple. Quant li Cuens vit que autrement ne pooit estre ne vout pas iluec remanoir seus si ot droit; ainz se desloja et suivi les autres. Quant il furent a .v. miles de Triple pristrent places et se logierent. La envoia a eus li bailliz qui tenoit la cite et terre dentor de par le calife degypte. Mout avoit la mis jus de son orgueil; car si com je vos dis il se cuidoit combatre a noz genz per a per. Si message reconnoissoient ore bien que ce fu folie. Mout leur prioient doucement de par lui que il preissent du suen et sen alassent hors de son pooir. Einsi fu la chose que il leur donna quinze mille besanz et leur rendi tous les prisons des noz que il retenoit: pardessus leur envoia granz dons et riches presenz chevaus et mules dras de soie vessiaus de diverses facons; et a lui promistrent que il ne feroient point de mal a .iii. citez que il tenoit; Archis Triple et Ibelin ne a leur appartenances. Il meismes leur envoia assez bues et vaches et moutons et plente dautres viandes por ce quil ne pecoiassent les villes dentor. Lors vindrent en lost Surien qui abitoient sur le mont de Libane qui est pres de ces citez envers Orient mout haut. Icil estoient de nostre foi preudome et loial gent; si estoient venu veoir noz barons por eus saluer et fere joie. Li grant home de lost les apelerent et les conjurerent mout que il leur enseignassent la plus droite voie et la plus descombree por aler en Jherusalem. Cil se conseillerent entreus et regarderent toutes les choses que lon se doit prendre garde en tele afere puis revindrent aus Barons et leur distrent que il conseilloient que len tenist la voie de la marine por maintes resons; por ce nomeement que leur nes les costoieroient qui leur feroient grant seurte et grant confort: car en cele navie nestoient mie seulement les nes Guinemer qui vindrent de Flandres ainz i avoit nes de Genes de Venice de Chipre de Rode et dautres isles de Grece chargiees de viandes et de marcheandises qui fesoient grant bien a lost. Li Surien se mistrent avant por conduire lost. Li baillis de Triple leur rebailla de sa gent qui bien savoient le pais. Il sen alerent toute la marine a senestre lessierent le mont de Libane passerent la cite dibelin et se logierent sur un flun qui cort ilec en un leu qui a non Maus; et pour atendre les febles genz qui nestoient pas la venues sejornerent un jor.

XXII. Coment li Crestien vindrent jusqua Rames que il troverent vuide de gent.

Au tierz jor vindrent devant la cite de Baruth; sur un flun qui cueurt devant se logierent. Li baillis de la ville leur dona grant loier et leur fist venir assez viandes et a bon marchie por esparnier les blez et les arbres des terres. Lendemain vindrent a la cite de Saiete. La se logierent sur un flun ou il tornerent assez pres dilec. Cil qui gardoit la cite ne leur vout fere bonte nule. Je ne sai en quoi il se fioit mes il envoia de sa gent assez hors por fere domage a lost. Il comencierent a hardoier et a atainer chevaliers qui pres estoient logie tant que cil ne le porent plus soufrir ainz monterent ez chevaus et leur corurent sus. Ne sai quanz en ocistrent li autre senfoirent en la cite ne norent puis talent de noz gent atainer; si que toute cele nuit se reposerent li nostre mout enpais. Au matin por reposer la menue gent ne se murent dilec ainz envoierent forriers par les villes entor et gens armees qui les gardassent. Cil aporterent vitailles aus homes et aus chevaus a mout grant plente; bestes amenerent assez granz et petites et sen revindrent tuit ensemble sanz rien perdre fors un seul chevalier qui avoit non Gautier de Ver: cil ala espoir trop avant mes il ne revint mie ne oncques puis ne sot len que il devint; mout en furent tuit correcie en lost. Le jor apres passerent par mout aspre voie et descendirent apres par un destroit ez plains. A destre lessierent celle anciene cite qui a non Sarepte ou Elyes li profetes fu; puis passerent une eaue qui cueurt entre Sur et Saiete. Tant alerent que il vindrent a cele noble cite de Sur; la se logierent devant la tresnoble fontaine qui est si renomee qui est fontaine des courtilz et puiz des eaues vivans si com dit lescripture. Ez jardins mout delitables furent une nuit. Quant il fu ajorne il se remistrent a la voie. Il passerent un destroit mout perilleus qui sunt entre les montaignes et la mer; ils descendirent ez plains de la cite dacre; ilec delez la cite; sur une eaue courante tendirent leur paveillons. Cil qui gardoit la ville leur fist assez venir viandes a resnable pris et fist acointances a noz barons et un tel covenant que se il pooient prendre la cite de Jherusalem et demorer apres ce vinz jorz eu roiaume que il nen fussent gite par force ou se il pooient desconfire en champ le pooir degypte des ilec en avant il leur rendroit la cite dacre sans trere et sans lancier. Dilec sen alerent avant li pelerin; a senestre lessierent Galilee entre le mont Carmel et la mer et vindrent a Cesaire qui est la seconde arceveschie de la terre de Palestine. Sur une eaue se hebergierent qui sen ist des paluz qui sont delez la ville. Ilec firent la Pentecoste trois jours ainz que juing entrast a deus miles de cele cite. Dilec au tierz jor repristrent leur chemin. A destre leissierent Japhe et par un grant pleignesce sen vindrent a la cite de Lide ou gist li cors au glorieus martyr monseigneur saint Jorge en qui enneur Justiniens qui fu empereres de Rome fist iluec une mout bele eglise et mout riche. Mes quant li Tur oirent que nostre gent venoient il labatirent toute et les tres ardirent qui mout estoient grant; car il doutoient que li Pelerin ne les preissent a fere perrieres et chastiaus pour eus assaillir. Lors oirent li Baron que pres dilec avoit une noble cite Rames avoit non. Il envoierent le conte de Flandres atout cinq cenz chevaucheeurs devant la ville por savoir quele chiere il feroient. Il saprochierent de la cite; nus nissi hors a eus: il vindrent plus pres et virent les portes ouvertes entrerent enz et ni troverent nului car la nuit devant il avoient oies noveles que li Pelerin venoient; si avoient mene aus montaignes femmes et enfanz et toutes leur mesniees. Quant li Cuens le sot il manda aus Barons et leur loa quil venissent en la ville. Cil furent mout lie de ces noveles; leur oroison firent a la tombe monseigneur saint Jorge puis vindrent a la cite; pleine la troverent de vin et de froment duile et dautres viandes. La demorerent .iii. jors: evesque eslurent en la cite Robert de Normendie nez de larceveschie de Roen. Il li donerent les .ii. citez a touzjorz Lide et Rame et les villes dentor; car il vourent offrir a monseigneur saint Jorge lor premerain gaaing de cele terre.

XXIII. Coment li sires degypte fist garnir Jherusalem encontre les Crestiens.

Bien oirent noveles li Tur de Jherusalem de la venue de noz pelerins. Bien savoient que toute leur entencion estoit de venir a la Sainte Cite por qui il estoient meu de leur pais. Tant com il porent il se mistrent en peine de garnir la cite: toutes manieres de vitailles qui durer poissent mistrent dedenz a grant plente; armeures merrien fer et acier et toutes choses assemblerent iluec qui mestier pooient avoir a gent assise. Li sires degypte qui novelement avoit conquise la cite a grant mesese et a granz travaus de ses genz sitost come il oi que li oz sestoit partiz dantioche il envoya en Jherusalem; les tors et les murs fist bien refere; manda a ceus de la ville que il se tenissent bien fermement a lui car il les franchissoit a touzjors de toutes les costumes que il devoient. Cil en furent mout lie por ce se penerent mout de bien garnir la ville por eus et por leur seigneur; des citez voisines firent venir touz ceus que il porent i trover forz et defensables. Apres ce il sassemblerent tuit en laistre devant le Temple qui mout est grans; ilec deviserent que por destorber la venue de lost il ocirroient touz les crestiens de la ville leglise du Saint Sepucre fondroient toute en terre et le Sepucre Nostre Seigneur arracheroient dilec si que por achoison de veu ne de pelerinage ne por oroison fere ne venist james nus crestiens en la cite. Mes apres il se porpenserent que por ceste chose nostre gent les enharreroient plus et plus fierement les en assaudroient por ice vengier. Il muerent leur conseil et tolirent au Patriarche et a touz crestiens quanque il pooient avoir; si que il en trestrent .xiiii. mille besanz. Mes por ce que il ne les pooient mie touz paier estut que li Patriarches alast en Chipre por demander ilec aus Crestiens por Dieu que il leur aidassent a rendre tele somme; car se il failloit a la paie cil abatroient les moustiers et ocirroient les homes de nostre foi. Ce ne fu mie assez aus crueus chiens de la ville; aincois quant il leur orent tout tolu les giterent touz hors de la cite fors que les femmes et les enfanz. Cil se tapissoient par les vileles en mout grant peril car il doutoient que cil de la terre les oceissent; por ce les servoient a granz travauz si com il le vouloient deviser. Dautre part il avoit en la ville un preudome mout religieus et mout bon crestien: Girart avoit non mestre estoit dun ospital dont je vos parlai dessus ou len heberjoit les povres pelerins qui venoient en Jherusalem. La mesons estoit de mout grant charite. Li desloial Tur cuiderent que cil eust avoir et que il leur porchacast mal quant li oz seroit venuz; por ce le pristrent et batirent; en liens le mistrent mout estroit si que il en perdi pres touz les piez et les mainz.

XXIV. Coment li Crestien receurent Tancre en Bethleem.

Quant nostre baron orent la demore .iii. jorz il lessierent gent en la plus fort partie de la ville por defendre des coreeurs. Au matin se mistrent a la voie. Cil qui les guioient alerent avant jusque tuit emsemble vindrent a une cite qui a non Nicople et siet en Palestine. Cest li leus que missires sainz Luques li evangelistes apele le chastel de Emaus. Iluec devant saparut Nostre Sires apres son resuscitement et parla a un suen deciple qui avoit non Cleophas. La sourt une fontaine ou maintes genz garissent de leur enfermetez; car len dit que Jhesucriz vint a cele fontaine avec ses deciples et lava ses piez parquoi leaue fu puis si sainte et si saine que encores en garissent les genz. Li oz se loja iluec et bien ot quanque mestier li fu. Entour la mie nuit li crestien qui estoient en la cite de Bethleem envoierent leur messages au duc Godefroi; mout requeroient piteusement lui et les autres barons que il por Dieu leur envoiassent de leur gent qui garder les poissent; car li Tur sassembloient des citez et des chastiaus entor por aler en garnison a la cite de Jherusalem. Si doutoient mout que il venissent en leur ville et abatissent leur eglise que il avoient par maintes foiz rachatee des mescreans desloiaus qui la vouloient abatre et depecier. Quant li Baron oirent ce mout en furent meu et distrent que resons estoit de fere ce que il requeroient. Il pristrent cent chevaucheeurs preuz et bien montez Tancre leur baillerent a chevetaine; cil qui les vindrent querre les conduistrent si que bien matin entrerent en la ville. Li clerc et li lai tuit cil de la cite les receurent a mout grant joie; a procession les menerent en leglise qui siet eu leu ou la glorieuse mere Jhesu enfanta le Sauveur du monde; et virent la creche ou fu mis reposer li dous enfes qui fist le ciel et la terre. Quant nostre gent virent ce saint leu mout en furent lie et granz tendreurs en orent a leur cuers. Li citeien de la ville por signe de joie et por mostrance que Dieus et Nostre Dame donroient a nostre gent victoire pristrent la baniere Tancre et la mistrent en haut sur leglise a la mere Dieu. Cil qui estoient remes en lost orent granz desirriers de veoir les sainz leus qui estoient pres si com il oirent dire; car por amour deus et por lennor de Dieu estoient il de leur pais meu et avoient soufert mainz granz travauz et mainz ennuiz. Ne porent onques dormir cele nuit; tele ardeur avoient de veoir la cite qui devoit estre fins de leur travail et accomplissemenz de leur veuz. Mout leur tardoit que il ajornast et leur sembloit que cele nuit estoit graindre que les autres; car a corage desirrant ne haste len rien assez.

XXV. De la proie que li Crestien pristrent devant Jherusalem.

Puis que seue chose fu ez heberges que li Dux avoit receu cele nuit les messages de Bethleem et que il avoit envoie de sa gent en la ville la gent a pie natendirent onques congie des Barons ne ne porent soufrir tant que il ajornast; ainz sentrecomencierent a appeler tout de nuiz por aler vers Jherusalem. Quant il furent ale une piece avant uns des hauz homes de lost qui avoit non Gasces de Bediers ot pitie de cele gent car il douta que len nes oceist. Por ce monta soi trentiesmes de gent a cheval bien atornees et se pensa que il iroit jusque pres de Jherusalem por veoir se il trouvast hors de la ville bestes ou autre gaaing que il en poist amener. Tout einsi com il pensa li avint il; car quant il vint pres il trova bues et vaches assez pasteurs i avoit pou qui les gardoient cil meismes senfoirent quant il virent la gent. Gasces comenca la proie a accueillir et sen venoit bone erre vers lost atoute sa compaignie; mes li pasteur orent leve le cri dedenz la ville ou il avoit Turs assez preuz et volenteis de fere darmes. Il monterent hastivement et corurent apres por rescorre la proie. Gasces et sa gent les virent venir; bien sorent que la force nestoit pas leur; por ce lessierent ce que il menoient. Si monterent en un tertre haut iluec pres mout correcie de cele rescousse. Quant il orent iluec un pou demore il regarderent en une vallee et virent venir Tancre qui sen retornoit de Bethleem soi centiesme de chevaucheeurs et sen aloit a lost. Quant Gasces le connut il feri des esperons jusque a lui; saventure li conta mout angoisseus et dist que li Tur nestoient pas loing. Il corurent apres tuit ensemble. Ainz que cil poissent estre en la cite les aconsurent. En leur venir furent cil desconfit: cil qui porent senfoirent en la ville et li remananz fu ocis. Li nostre recovrerent leur proie et len amenerent en lost a grant joie de touz. Cil qui estoient ez heberges sassemblerent devant ces et leur demanderent mout dont cele proie venoit; il leur respondirent que ele avoit este prise devant les portes de Jherusalem. Quant ils oirent nomer Jherusalem et sorent que si pres en estoient lors comencierent a plorer et se mistrent tuit a coutes et a genous et rendirent graces a Nostre Seigneur a mout granz sospirs de ce que tant les avoit amez que il verroient par tans le chief de leur pelerinage la sainte cite que Nostre Sires ama tant que il i vout sauver le monde. Granz pitiez estoit a veoir et a oir les lermes et les criz de cele bone gent. Il murent dilec en cele meismes maniere et vindrent un pou avant tant que il virent les murs et les tors de la ville. Lors leverent les mains vers le ciel puis se deschaucierent tuit et besoient la terre. Qui ce veist ne poist estre si durs cuers que il nen fust meuz. Des ilec en avant ne leur greva la voie ainz sen alerent mout legierement jusque il vindrent devant la ville. La se logierent tuit selonc la devise aus barons qui livrerent les places. Lors sembla que la parole au prophete fust acomplie qui dist mout grant tans avant: Lieve Jherusalem tes euz et regarde la poissance le Roi; tes sauverres vient deslier toi du lien.


LI UITIESMES LIVRES

I. Coment Jherusalem seoit a celui jor.

Veritez est que la sainte cite de Jherusalem siet en deus montaignes dont dist David li prophetes eu Sautier: Li fondement de li sont en sainz monz. Devers soleil couchant li est la mer et la terre des Philistes. Vint et .iiii. miles a jusqua la mer qui est la plus pres a Japhe. Entre .ii. est li chastiaus de Emaus qui est la cite de Nicople ou Nostre Sires aparut puis que il resuscita aus deus deciples. Ilec est Modin la citez et la forteresce des Macabeus. La est Nobe ou Abimelec li sainz prestres dona a David et a ses escuiers les pains a mengier qui estoient offers sur la table Dame Dieu pour quoi Saul fist ocire lui et les autres provoires et les gens de la ville. La est Lide ou sainz Peres resuscita un contret qui avoit non Eneas et avoit geu .viii. anz au lit paraletiques. Ilec est Japhe si com je vos ai dit ou sains Peres resuscita une bone femme morte qui avoit non Tabite pleine daumones et de bones oeuvres et la rendi aus veves femmes et aus povres genz cui ele fesoit grant bien. Ilec se heberja sains Peres en la meson Symon le taneeur qui aparoilloit les cuirs quant il receut le message Cornille que il batea si com len list ez Fez des Apostres. Devant soleil levant est li fluns Jordans et li deserz qui est delez ou li filz des prophetes soloient repairier. La est li vaus sauvages qui a non la Mer Morte qui estoit pais trop beaus einsi com un paradis aincois que Dame Dieu fondist la cite de Sodome si com len list en Genesi. Deca le flun Jordan siet la cite de Jherico que Josue abati plus par oroison que par bataille: iluec meisme trespassa Jhesucrist et rendi la veue a .i. avugle. Ilec est Galgala ou Elysees li prophetes repaira. Devers midi siet la cite de Bethleem ou Nostre Sires nasqui et fu mis en la creche aus bestes. La siet Tecua la cite cite ou Amos et Abacuc li prophete furent ne. Ilec siet Ebron ou li Patriarche furent enterre. Devers Bise si siet Gabaon la cite Josue la ou il fist le miracle qui par sa proiere fist arester le soleil por avoir tens de vaincre ceus de la ville. La fu Sicarz ou Nostre Sires parla a la femme samaritane. La fu Bethel ou li pueples aora les veaus dor contre Notre Seigneur. La est Sebaste que lon claime saint Jehan du Sabat; ilec est la sepoutre saint Jehan Baptiste; Elysees et Abdies li pophete furent la en la terre. Ele fu jadis apelee Samarie por le mont de Somer qui est ilec: encore apele len toute celle terre Samarie. La cite de Naples est ilec qui fu jadis apelee Sychen; ce fu la ou Symeon et Levi li fil Jacob por vengier leur sereur qui la avoit este efforciee ocistrent ceus de la ville et ardirent la cite.

II. Des divers noms que Jherusalem a eu.

Jherusalem est la mestre cite de Judee; ele est sanz prez et sanz riviere ne ni a ruissel ne fontaine. Ele ot premierement non Salem puis fu apelee Jhebus. Et apres eu tens David qui en gita les Gebusees puis que il ot reigne .vii. anz en Ebron il crut et amenda mout icele cite et vout que ce fust li mestres sieges du reigne. Lors ot non Jherusalem. Avant ce quant David assailloit la ville il prist la tor de Syon qui ot non la cite David. Joab i monta premiers; por ce fu princes de lost David. Lors fist David fere la cite entor des le lieu que len claime Mellon; Joab fist le remenant de la ville. Apres quant Salemons li filz David reigna en Jherusalem ele fu apelee Jherosolima ce fu a dire la Jherusalem Salemon. Si com dient cil qui firent les estoires apres la mort Jhesucrist Titus li filz Vespasien uns granz princes de Rome assist cele cite. Il la prist par force et fondi jusque en terre. Apres vint Elyes Adriens qui fu quarz empereres de Rome apres lui si la refist et de son nom lapela Elye. Premierement ele estoit assise en un pendant si que vers soleil levant et vers midi estoit assise eu roiste du tertre du mont de Syon et de lautre mont qui a non Moria. Le Temple seulement et la tor qui a non Antoine avoit eu sommet du tertre. Mes cil empereres Elyes fist toute la cite porter et refere eu sommet du mont si que li leus ou Nostre Sires fu crucifiez et li sepucres ou il fu mis qui avant estoient dehors la cite furent lors enclos dedenz les murs. La cite nest ne mout granz ne mout petite et plus est longue que lee. Ele est de .iiii. quierres: avironee de valees parfondes de .iii. parz car vers Orient ele a le val de Josaphat. Iluec siet une mout noble eglise en lenneur de la mere Dieu ou len cuide que ele fust ensevelie; et mostre len encore iluec son sepucre. Desoz est li ruissiaus de Cedron dont sains Jehans li evangelistes dist que Jhesucrist le passa. Devers midi siet une valee qui a non Ennon; diluec mostre len le champ qui fu achatez des deniers dont Judas avoit vendu Nostre Seigneur; et fist len iluec la sepouture aus pelerins qui a non Acheldemac. Devers Ocident est une partie de valee ou est une vieuz piscine qui estoit mout grant chose quant li roi de Juda estoient iluec et sestent jusqua la citerne desus que len apele ore le lai au Patriarche delez le viez cimetire qui est en la cave que len claime du Lyon. Devers Bise puet len monter tout de plain a la cite. La mostre len le leu ou messires sainz Estienes fu lapidez des Juis quant il prioit a genouz pour ceus qui le tuoient et einsi rendi lame a Dame Dieu.

III. Ci devise des diverses portes et places de Jherusalem.

Si com je vos ai dit deus montaignes sient dedenz les murs de Jherusalem; une petite valee siet entre deus qui auques devise la cite par le miliu. Syon est devers Ocident eu sommet siet leglise qui a non Syon et pres dilec la tor David qui est li donjons de la ville qui est trop fort oeuvre. Tors et murs et barbacanes i a bones qui perent sur toute la ville. Iluec meismes eu pendant qui regarde devers Orient siet leglise du Sepucre fete en forme roonde; et pour ce que ele siet eu pendant si que li tertres est plus hauz que ele nest si la rent oscure car il est pres. Ele est fete en merveilleuse maniere ausi come une corone overte par de desus par ou la lumiere descent enz et desous cele ouverture est li sepucres Nostre Seigneur. Voirs est que ainz que nostre gent venissent en cele terre li leus ou Nostre Sires fu crucefiez qui a non monte Calvaire et la ou la vraie croiz fu trovee iluec meismes ou li cors Jhesu Crist fu descendus de la croiz et fu oinz des precieus oingnemenz et envelopez en blanc drap mout netement estoient li leu mout estroit ausi come petites chapeletes; mes puis que nostre crestien orent le pooir et la seigneurie avis leur fu que trop estoit estroitement fete leglise ou si granz choses estoient; por ce firent un novel aceint de mout fort oeuvre bel et haut qui enclot et contient dedenz soi la premiere eglise et sainz leus que je vos ai nomez. Devers la partie dorient est li autres mons qui a non Moria. Eu pendant de celui qui regarde vers midi siet li Temples que la laie gent apelent le Temple Dominus la ou David achata la place por metre larche Nostre Seigneur; et Salemons ses fils i fist le temple par le commandement Dame Dieu. Eu comencement de cest livre vos deismes que Omars li filz Catap le fist refere. La forme ci est en ceste maniere: il i a une place entor quarree longue tant come uns ars peut trere a deus foiz et autretant lee; close de bon mur fort haut meiennement. Devers Ocident a deus portes par ou len i entre: lune a non Especieuse ou missires sainz Peres gueri celui qui estoit contrez des la ventre sa mere et seoit iluec por demander aumosnes; lautre na point de non. Devers Bise a une porte; devers Orient en a une autre qui a non Porte Oire. Devers midi siet la meson roiaus que len claime le Temple Salemon. Sur chacune de ces portes qui joignent a la cite et par les angles avoit tors hautes sur que li provoire des Sarrazins soloient monter a certeinnes eures por semondre le pueple daler a oroison; les unes durent encores les autres sont cheoites. Dedenz la closture de cele place nus nosoit abiter ne len ni lessoit nului entrer qui neust les piez nuz et bien lavez; car il avoient mis portiers par toutes les portes qui de ce se prenoient garde. Eu miliu de cele place qui einsi estoit close avoit une autre place plus haute quarree a quatre costez ives de toutes parz. Devers soleil couchant i montoit len par .ii. leus a degrez tout ausi devers Midi; mes devers Orient ni monte len que par un leu. En chascun des angles souloit avoir oratoires ou li Sarrazin fesoient leur oroisons: aucuns en durent encores li autre sont abatu. Eu miliu de cele plus haute place siet li Temples qui est fez a huit quierres et autretant costez; dedenz et dehors sont li mur covert de tables de marbre ovrees dor musi. La coverture est desus de plon toute roonde mout bien fete. Chascune de ces deus places cele desus et cele desoz est pavee de mout bele pierre blanche; si que quant il pluet en iver toutes les eaues du Temple dont il chiet grant plente descendent netes et cleres ez citernes qui sont dedenz la closture meismes. Eu milieu du Temple en la place qui est dedenz les pilers siet une roche auques hautete et une fosse en bas. La dit len que li Anges sist quant il ocioit le pueple por le pechie de ce que David avoit nombre sa gent jusque Nostre Sires li comanda que il mist sespee eu fuerre; iluec fist puis David lautel. Aincois que nostre gent entrassent en la ville et puis neis bien quinze anz ele estoit toute nue et descouverte; mes apres cil qui la tenoient la covrirent de bel marbre blanc et firent un autel desus ou li clerc font le service Dame Dieu.

IV. En quele terre la cite de Jherusalem siet.

La terre en quoi Jherusalem siet a non Judee por ce que quant les .x. ligniees se partirent de loir Salemon et se tindrent a Jeroboan les .ii. remestrent en Jherusalem avec Roboam le fils Salemon cele de Benjamin et celle de Juda; ele ot non por Juda Judee. Len la reclaime Palestine por les Philistes. Cele cite siet ausi come eu nombril de la terre de promission si come li terme furent nome par Josue qui dist: Du desert et du mont Libane et du grant flun Eufrate jusque a la mer devers Ocident seront nostre terme. Li leus en que la cite siet si com je vos ai dit est mout ares; nules eaues na en la ville se de pluies non; car eu tans diver que il seut mout plovoir en la terre les receoit len par les cisternes dont il a maintes en la ville et tout lan en font ce que mestiers leur est. Nequedent aucunes escriptures dient que il i souloit avoir fontaines qui estoient hors la ville et coroient dedenz; mes eles furent estoupees par guerre. La mieudre de toutes les fontaines estoit Gyon que Ezechias li rois estoupa si com lescripture dit. Gyon est ore un leu devers midi en la cite dedenz la valee qui a non Ennon. Iluec est leglise fondee en lenneur saint Procope le martir: Iluec fu Salemons enoinz en roi si com len trueve eu tierz livre des Rois. Hors de la ville a deus miles ou a trois trueuve len aucunes fontaines; mes pou en i a si ne rendent gueres deaue. Delez la fontaine en la partie devers midi la ou les .ii. valees sassemblent est une fontaine mout renomee qui a non Siloe. Nostre Sires comanda a lavugle qui onques navoit veu quant il le guari que il se lavast iluec et verroit. Cele fontaine est entor une petite mile fors de la ville un pou semble que ele boille eu fons ne ne sourt mie touzjors aincois dist len que sans plus au tierz jor i vient leaue. Quant li Tur de la ville sorent que nostre gent venoient il estouperent les bouches des fontaines et des cisternes entor la cite jusque a cinq miles ou a sis; car il vouloient que li Pelerin por defaute deaue ne peussent maintenir le siege. Sanz faille il en soufrirent mout grant mesese si com vos orroiz. Cil qui estoient dedenz avoient mout plente des eaues de cisternes; et des fontaines qui dehors estoient leur venoient eaues par conduit qui descendoient en deus piscines mout granz pres du Temple; lune dure jusque au jor dhui et la nome len encore Probatique piscine en quoi len souloit laver les chars des bestes sacrefiees; de que levangile dit que ele avoit cinq porches en quoi li Anges descendoit et movoit leaue: cil qui premiers i entroit apres ce estoit guariz. La meismes guari Nostre Sires le contret.

V. Coment li Crestien asistrent la cite de Jherusalem.

En lan de lincarnation Jhesucrist mil .iiii xx. et .xix. eu mois de juing le setiesme jor du mois fu logiez li oz de la Crestiente devant la cite de Jherusalem. Li nombres de ceus qui i estoient que homes que femmes fu entor quarante mille. Ni avoit mie de gent defensable a pie plus de .xx. mille; a cheval nestoient que mille et cinq cenz. Li remenans estoit de feble gent femmes malades et vieillarz. Dedenz la cite estoient de genz toutes esleues por armes porter quarante mille; car des citez et des chastiaus entor i avoit len fet venir tous les meilleurs. Puis que il vindrent devant la ville grant conseil orent entreus et apelerent ceus de la terre por savoir par quel part len porroit mieuz assaillir la ville. Bien virent que devers Orient ne devers Midi ne porroient il rien fere por les valees parfondes qui la sont. Por ce sacorderent a metre le siege devers Bise. Dont il avint que des la porte que len claime la porte Saint Estienne qui siet devers Bise jusque a lautre qui siet desouz la tor David et a non la porte David en la partie docident furent logie tuit li baron et li autre pelerin. Li dux Godefrois fu premiers apres lui fu li cuens de Flandres; eu tierz leu fu li dux de Normendie. Le quart leu tint Tancrez delez une tor de langle qui encore a non la tor Tancre et autre grant home avec lui. Des cele tor jusque a la porte docident pourprist la place li cuens de Toulouse et la seue gent qui delez lui estoient. Mes apres por la tor qui estoit sur ses heberges et defendoit bien la porte desouz por la valee meismes qui estoit entre la cite et ses tentes vit bien Tancrez que il ni porroit gueres profiter par assaillir ilec endroit. Por ce par le conseil de preudes genz qui savoient bien lestre de la ville se remua de la et sen ala eu tertre en que la cite siet entre la ville et leglise qui a non Syon qui est hors la cite tant com uns ars puet trere a une foiz; iluec se loja. Ce fist il por ceste entencion que il poist mieus grever la ville par ilec et por defendre des Turs cele eglise qui mout est sainte car iluec soupa Nostre Sires avec ses deciples et leur lava les pies; la descendi li Sainz Esperiz sur les Apostres en langues de feu le jor de Pentecoste; la trespassa de cest siecle la glorieuse Vierge qui Jhesucrist porta en son cors; la mostre len encore la sepulture monseigneur saint Estiene.

VI. De ce meismes.

Quant li Baron furent einsi logie des la porte de Bise si com je vos ai dit jusqua la tor de langle qui est sur le val de Josaphat et diluec jusqua lautre angle de la cite qui est sur le pendant de ce val meismes devers Midi lors fu aperte chose que la moitie de la ville fu a peine assise; car de la ou je vos ai dit jusqua la porte devers Midi que len claime monte Syon remest la cite toute desassise. Le quint jor puis que li oz se logea devant la cite fu acorde communement et crie par les heberges que tuit fussent bien arme si com il porroient mieuz et venissent a lassaut. Il vindrent tuit et comencierent mout eforciement a assaillir entor la ville. Mout avoient les cuers hardiz et volontez ardans de fere la besoigne Dame Dieu. En leur venir pristrent toutes les barbacanes qui estoient endroit eus et les Turs embatirent dedenz les granz murs. Cil de la ville furent si effree du grant hardement et de la proesce que il virent en noz genz que trop en orent grant poor si neis que il perdirent toute lesperance de defendre la ville. Et bien fu seu puis que tandis com cil bons talenz duroit aus noz se il eussent eu eschieles ou chastiaus par coi il peussent avenir aus murs la ville eust este le jor prise sanz faille. Mes quant li assauz ot dure des bien matin jusque apres eure de midi bien saperceurent que sanz engins ni porroient mie fere grant damage; por ce se retrestrent en arrieres et bien orent talent du revenir quant li aferes seroit mieus atornez. Li Baron pristrent conseil entreus coment il porroient trover merrien a fere les engins por assaillir la ville; car il leur sembloit que en tout ce pais len ne poist trover arbres qui mestier i eussent. Mes uns vaillanz hom de la terre vint avant qui leur enseigna unes valees pres dilec a sis miles ou a sept qui estoient pleines darbres assez granz a ce fere; il i envoierent charpentiers et des barons meismes por eus conduire. Cil en firent trenchier assez et porter en chars et en charrettes. Lors firent assembler touz ceus de lost qui savoient de ce mestier; isnelement firent fere perrieres et mangoniaus chastiaus chaz et voies covertes a mout grant plente. Li pelerin qui savoient ovrer nen prenoient point de loier se il avoient tant du leur que il sen poissent soufrir. Li autre qui estoient povre recevoient leur loiers du commun; ear de touz les barons de lost nus ne soufisoit a ce que il poist paier du suen ceus qui ces oeuvres fesoient fors seulement li cuens de Toulouse; car icil touz seus de suen propre sostenoit touz ses ovriers sanz aide dautrui; et a pluseurs des chevaliers qui le leur avoient despendu fesoit il doner mout granz dons du suen. Tandis com li greigneur baron estoient einsi enbesoignie que chascuns fesoit fere ses engins endroit soi li autre chevalier et li menuz pueples corroient par les buissons et par les haies querre coudres et autres verges por fere les cloies. Nus ne vouloit estre oiseus ainz aidoient tuit a cele bone oeuvre. Nus navoit honte ne despit de fere chose qui valoir peust car bien disoient tuit que leur travauz et leur despenz que il avoient fet en toute la voie ne vaudroit riens se la besoigne de cele ville prendre nestoit bien acomplie.

VII. Coment li Crestien avoient grant mesese de soif.

En lost avoit mout grant mesese de soif; car si com je vos ai dit li leus ou la cite siet est mout ares sanz fontaines et sanz puis deaues vives; car se il avoit des puis hors de la ville pres quant il oirent que nostre gent venoient il les emplirent de terre; les cisternes meismes ou il avoit eu des pluies avoient il covertes et estoupees por ce que li pelerin nen peussent avoir nul ese. Mes li citeien de Bethleem et cil dune petite cite qui avoit non Tecua qui savoient le pais entor leur enseignoient aucuns ruissiaus et puis et cisternes. Iluec avoit granz presses et granz meslees tel ore estoit. Quant la povre gent pooient aporter leur bouciaus ou les barils pleins deaue trouble et espesse chierement la vendoient en lost. La fontaine de Siloe dont je vos parlai dessus qui estoit devers lost ne leur pooit pas soffire car il nen sourt mie eaue touzjorz et cele meismes nest pas mout bone. Langoisse de la soif leur croissoit mout du chaut qui estoit en juing et du travail que il soufroient meismement por la poudre qui leur entroit ez bouches et ez piz: por ce sespandoient par le pais por les eaues querre. Quant li dui ou li troi avoient trove ruissel ou fontaine tuit li autre i acoroient si que cele eaue failloit tantost. La gent a pie nen estoient mie si destroit com cil qui avoient les chevaus car il les menoient tele eure estoit por abuvrer trois miles ou quatre loing de lost et lors meismes trovoient il a peines eaue soffisant. Mainz en i ot qui lessierent leur chevaus et les autres bestes por soufrete dabuvrer. Si veissiez mulez asnes et bues vaches et chevaus aler sans garde parmi les chans. Au derrenier quant il avoient tant langui il chaoient mort; dont venoient trop grant pueur en lost dont li airs estoit corrompuz mout perilleusement. Li pueples nestoit mie iluec mains en angoisse ne a meschief por la soif que il avoient este en Antioche por faim. Il avoient acostume daler querre pastures a leur chevaus bien loing par les villes ilec entour; li Tur de la ville sen pristrent garde si sen issoient par la ou li sieges nestoit mie et leur venoient a lencontre; mainz en ocistrent et leur chevaus enmenerent en la cite; mainz sen eschaperent qui sen vindrent fuiant. Chascun jor amenuisoit li nombres des pelerins por maintes aventures teles et por granz enfermetez qui estoient en lost par pluseurs resons; dont il en moroit assez. En leu de ceus ne venoient nul autre mes cil de la ville ne fesoient se croistre non; car touz les jorz leur venoient nouveles aides et grant refreschissement de genz et de viandes qui pooient entrer et isser par les portes hors du siege.

VIII. Coment li Crestien et li Mescreant drecoient leur engins.

Mout estoient li Baron en grant peine de fere drecier les engins li menuz pueples de querre teus aides com il pooit porchacier. Cil qui estoient dedenz la ville ne se feignoient mie ainz metoient grant cure et grant entente a fere autres engins encontre les noz. Bien se prenoient garde queus manieres destrumens il fesoient por assaillir; ausi bons ou meilleurs les redrecoient cil por defendre: car greigneur plente avoient il de merrien que cil dehors; mout en estoit la ville bien garnie aincois que li oz venist: cordes avoient grant plente pierres toutes fetices plus que mestier ne leur estoit. Li crestien de la ville estoient mout traveillie et plus chargie de ces oeuvres que nule autre gent; apres ce len les batoit mout cruelment; mainz en i ocist len. Por toutes leur mesaventures sen venoient par eus. Il leur metoient sus que il estoient traiteur et descouvroient leur conseus a leur anemis. Nus des crestiens nestoit si hardiz que il osast monter sur le mur se len ne li enveioit tout chargie de fust ou de pierre. Se il avoient point de viandes en leur mesons len leur toloit si que maintes meseses en sofrirent. Quant len avoit mestier dun fust tantost estoit abatue la meson a un crestien pour prendre un petit fuisel. Se il demoroient a venir a loeuvre un petit tantost estoient batu ou navre trop dolereusement. A cele doleur estoient ja mene que petit en i avoit qui mieus ne vosissent estre mort que vif. Il nosoient issir hors de leur mesons sanz commandement.

IX. Coment li Crestien envoierent querre ceus qui estoient arrive a Japhe.

Au siege de Jherusalem se contenoient en la maniere que je vos ai dit. Lors vint uns messages qui apporta noveles que nes de Genevois estoient arivees au port de Japhe; si requeroient mout les Barons cil qui venu estoient ez nes que il leur envoiassent chevaliers por eus conduire jusquen lost. Li Baron prierent le conte de Toulouse qui plus estoit riche que nul deus que il i envoiast de sa gent: il fist ce que il li requistrent; si envoia la un suen chevalier qui avoit non Valdemar en seurnom Carpinele; il li bailla trente chevaucheeurs et cinquante serjans a pie. Puis que cil sen furent parti li Baron distrent au Conte que pou de gent i avoit envoie et li prierent que plus en i envoiast. Il si acorda bien; puis i envoia Raimont Pelet et Guillaume de Sabran a tout cinquante chevaucheeurs. Mes ainz que il eussent aconseu Valdemar qui sen aloit avant cil estoit ja venus ez plainz qui sont entre Lide et Rame: la leur estoient venu au devant .vi c. Tur a cheval qui leur corurent sus mout durement. En leur venir ocistrent quatre des nos a cheval et plus de cent a pie; toutesvoies la nostre gent ne se desconfirent mie ainz se tindrent ensemble et sentramonesterent mout a bien fere et a bien defendre. Estes vos que cil dui chevalier qui venoient apres et leur compaignie virent ce poigneiz; tant se hasterent que il se ajosterent aus noz; la se comencierent tres bien a fere si que tout pleinement desconfirent les Turs et les mistrent a la voie; deus cenz i ot morz des leur; des noz i morurent dui vaillant chevalier dont tuit li autre furent mout correcie: li uns avoit non Gilebers de Treve li autre Acharz de Montmelle. Quant nostre gent orent einsi vaincu les Turs a Japhe sen vindrent ou il furent receu a mout grant joie. Meismement li notonier de Genes les receurent mout bel. Tandis com il sejornoient iluec et dechargeoient leur nes por atorner coment il poissent venir en lost sodainement de nuiz quant lon ne sen prenoit garde la navie de ceus degypte qui tapie sestoit au port descalone vit son point quele porroit domage fere a nostre gent si sen vint devant Japhe. Quant li nostre sen aperceurent li Genevois hastivement descendirent a la mer. Premierement essaierent se il poissent les nes defendre de ceus qui venoient mes il connurent que trop i venoit de gent et que il ne poroient mie ce soufrir; por ce desgarnirent les nes tant come il porent; cordes et voiles et les autres otilz emporterent puis se mistrent dedenz la forteresce et leur lessierent les nes. Une nef i avoit de ceus de Gene qui estoit alee gaaignier par la mer si sen revenoit toute chargiee de grans gaainz et voloit arriver au port de Japhe: mes cil de la nef connurent bien de loing que la navie des Turs tenoit le port por ce tornerent leur voile et alerent tuit droit jusque a Laliche. La cite de Japhe estoit toute vuide de gent et deserte; car li citeien de la ville ne se fioient mie bien en la forteresce; porquoi il sen estoient tuit ale dez un pou de tens aincois que nostre gent venissent; dont il avint que nostre gent ne gardoient lors que la tor. Quant il virent leur point il atornerent leur aferes et tuit en conroi se mistrent a la voie: en lost vindrent ou len leur fist grant joie car li notonier de Gene estoient mout bon charpentier et mout savoient de mangoniaus fere et autres engins a guerre; si que puis quil furent venu plus delivrement et mieuz comencierent li Baron leur emprises a delivrer.

X. Coment li Baron se prenoient por asseoir Jherusalem.

Cil qui estoient remes en lost ne sestoient mie tarde selonc leur pooir de drecier leur engins car li dux Godefroiz li dux de Normendie et li cuens de Flandres avoient un vaillant home qui estoit mout preuz et mout vistes ce fu Gace de Bearz tant fu prie que il avoit prise la baillie de soi prendre garde des ouvriers; cil les fesoit ouvrer vistement et bien. Li Baron conduisoient la gent hors de lost por querre la verge et les reins des arbres a faire cloies por covrir les engins et por le gros merrien meismes couper et porter en lost aus oeuvres. Les cuirs des bestes qui moroient fesoient estendre sur les engins pour defendre de feu. En cele partie qui estoit devers Bise sentremetoient mout li baron que je vos ai dit de bien fere la besoigne. Des la tor de langle jusqua la porte docident si retravailloient mout Tancrez et li autre chevalier qui la estoient logie coment la cite refust bien assaillie devers eus. Eu coste qui est devers Midi la estoit li cuens de Toulouse et la seue gent: cist estoit plus riches por ce si avoit plus ouvriers. Cil meismes de Gene sestoient tuit tret devers lui qui avoient un cheveteine trop bon ouvrier Guillaume estoit apelez en sornon Ebriac. Cil leur ot mout grant mestier por haster les oeuvres et por amender. Einsi sestoit touz li oz travailliez en cele besoigne ja un mois tout entier; si que chascuns des barons avoit ja bien parfet ce que il avoit empris en droit soi. Pour ce pristrent conseil entreus et nomerent jor daler a lassaut. Mes por ce que entre le conte de Toulouse et Tangre avoit grans rancunes et aucuns des autres barons et chevaliers i avoit qui ne sentramoient mie por diverses resons li Baron par lamonestement des evesques voudrent que de touz contenz fust bone pais et sentrepardonnassent touz mautalens; por ce que en ceste maniere Nostre Sires leur aideroit mieuz a sa besoigne fere et se a morir venoit plus seurement en attendroient la mort.

XI. De la procession que li Crestien firent devant Jherusalem.

Jorz fu pris par acort de touz que len feroit procession et porteroit len les reliques que len avoit en lost. Tuit iroient nus pies jusques au mont Olivet en jeune seroient ce jor et en repentances de leur pechiez en oroisons a Nostre Seigneur que il eust pitie de son pueple et receust a gre leur servise si que par eus vosist recovrer son heritage des mains a ses anemis qui le tenoient. Pierres li ermites dune part Arnous li chapelains le duc de Normendie dautre qui mout estoit bien letrez firent le sermon au pueple. Mout les amonesterent par douces paroles a emprendre viguereusement cele besoigne Nostre Seigneur ou il fesoit mieuz morir que vivre. Li monz Olivez est encontre la cite de Jherusalem en la partie dorient loing de la ville entor une mile; car li vaus de Josafat est entre deus. Iluec assembla Nostre Sires ses desciples et monta voiant eus au ciel le jor de lacension quant une nue le prist et sen ala en haut avec lui. Quant touz li pueples ot iluec este a granz pleurs et a granz prieres et toutes les pais furent fetes des contenz qui estoient entreus ils descendirent du mont a leglise de Monte Syon qui est delez la cite si com je vous ai dit en la partie devers midi eu sommet du tertre. Li Sarrazin de la ville qui estoient ez tors et sur les murs de la ville se merveilloient mout que ce pooit estre que nostre gent fesoient. La ou il pooient veoir la presse pres deus si que len i poist trere aus ars et aus arbaletes ne finoient de tirer quarriaus et saetes si que il en blecierent aucuns. Lors drecierent croiz desur les murs et en despit de Nostre Sauveur et en reproche de nostre foi les escopissoient et fesoient autres hontes et greigneurs viltez qui ne sont mie a dire. Li pueples Nostre Seigneur qui estoit en sainte volente de servir son createur veoient bien ces choses que li Tur fesoient et mout leur en croissoit en leur cuers li desirriers de vengier la honte Jhesu Crist. Quant il orent fetes leur oroisons en leglise de Monte Syon li jorz leur fu nomez de fere lassaut par acort de touz: lors sen retornerent a leur heberges et se il avoit riens a parfere ez engins tantost fu mout bien accompli; car chascuns se prenoit garde endroit soi que riens ne fausist qui mestiers eust quant len assaudroit.

XII. Coment li engin fu tresportes la nuit devant lassaut.

Quant li jorz aprocha que len avoit nome por assaillir la nuit qui fu devant li dux Godefroiz li dux de Normendie li cuens de Flandres virent que cele partie de la cite que il avoient assise estoit mout bien garnie de toutes manieres dengins de forz aubalestes et des plus defensables genz que il avoient; por ce que plus se doutoient de cele part que dailleurs. Li preudome orent sur ce conseil. Bien virent quil ne porroient mie mout damagier la ville iluec endroit si empristrent une chose de trop haut afere et de mout grant travail; car touz les engins que il avoient devers eus et le chastel aincois que les parties fussent jointes ensemble porterent par pieces en ce coste qui est entre la porte Saint Estienne et la tour de langle cest eu coste devers Bise; car bien leur sembloit et estoit la verite que pour ce que la cite navoit mie este assise de cele part mainz i eust de choses qui mestiers eussent a defendre. Dont il avint que toute nuit veillierent icil baron et leur gent si que li engin furent tuit joint et leve ez leus ou il devoient seoir aincois que li soleuz apareust. Li chastiaus meismes fu si aprouchiez la ou li murs estoit plus bas que cil qui estoient eu chastel ne sen failloit gueres poissent avenir a ceus qui estoient en une tornele. Bien sachiez que ce ne fu mie petiz travaus; car de ce leu ou il estoient premierement logie jusque a lautre ou il assistrent leur engins avoit pres de demie mile; et les choses furent si bien et si bel atournees que aincois que li soleuz levast fut tout prest devers eus. Au matin li Tur regarderent des murs et des torneles que ce pooit avoir este a quoi nostre gent avoient tant travaille la nuit: il virent que les heberges le Duc et des autres barons ses voisins estoient remuees; il les quistrent entor les autres parties de la ville si que les troverent la dont il ne se prenoient garde. Quant il virent les engins et le chastel drecie trop se merveillierent coment ce pooit avoir este fet en si pou de tens; plus en douterent ceus qui ce avoient empris et acheve. En cele nuit meismes entor les autres costez de la ville li baron qui logie estoient si com vos oistes dessus ne furent mie oiseus ainz avoient tuit endroit eus dreciez leur engins; car li cuens de Toulouse avoit mout aprochie des murs un chastel que il avoit fet fere a mout grant travail entre leglise de Monte Syon et la cite. Li autre meismes qui estoient pres de la tor de langle que len apele la tor Tancre redrecerent un chastel de fust mout haut. Cil troi chastel qui estoient entor la ville avoient auques une facon car il estoient tuit quarre; li coste qui estoit devers la ville estoit double si que luns des pans qui estoit dehors pooit estre avale sor le mur et lors fust ausi come uns ponz. Mes por ce ne remainsist mie li chastel desclos de cele part; ainz remanoit li costez dedenz pour defendre ceus qui eu chastel estoient.

XIII. Coment li Crestien assaillirent vigueureusement a Jherusalem.

Li jorz fu auques esclarciz et si com il avoit este empris et devise nostre gent furent tuit arme por aprochier les murs. Tuit orent un proposement: ou il prendroient la ville sur les anemis Nostre Seigneur et deliverroient les sainz leus des ordures aus Mescreanz ou il en ce service rendroient les ames au Seigneur qui les fist. Nus navoit volente de soi trere arrieres de cele besoigne. Li veillarz obloit son aage li enfers leur malades; les femmes meismes et li enfant en prenoient en leur cuers a fere granz choses. Tuit communement se penoient de trere les chastiaus avant por aproucher si du mur que len peust avenir a ceus qui se defendoient. Cil de la ville ne finoient de trere a grant plente de saetes et de quarriaus; pierres gitoient assez les grosses a leur engins les meneurs aus mains des murs et des torneles: en ce estoit toute leur entente que il poissent la nostre gent esloignier des murs. Mes li bon crestien qui ne doutoient mie a morir pour Dame Dieu se covroient de targes et descuz huis meismes et autres es metoient devant eus por garantir des pierres et des saetes. Cil que len avoit mis ez chastiaus de fust ne finoient de trere et de giter sur les Turs qui estoient aus querniaus des murs et des torneles; li autre avoient grant plente de leviers et de cordes par quoi il se penoient de trere les chastiaus avant. Cil que len avoit mis por fere giter les perrieres et les mangoniaus nestoient mie oiseus ainz avoient leur engins adreciez a ceus qui se defendoient contre noz gens. Aus perrieres leur gitoient grosses pierres; aus mangoniaus leur envoioient plus souvent grant volee; de perdriaus de macefondes i avoit qui regitoient mout espessement. Mout se penoit chascuns de fere choses par quoi il grevast a ses anemis. Mais cil qui vouloient le chastel fere bouter avant ne porent pas fere ce que il pensoient; car il avoit un fosse grant et parfont devant la barbacane por quoi il ne pooient pas bien leur engin aprouchier. Li cop des perrieres et des mangoniaus ne fesoient mie mout grant mal aus murs; car li Tur avoient sas pleins de fuerre et de fain et coutes grosses toutes emplies de coton cordes de nes et tapis gros tres que il lessoient pendre contreval les tors si que quant les pierres des engins ataignoient en ces moles choses li coup estoient tuit perdu ne ne faisoient point de damage. Dautre part li Tur de la ville avoient plus engins dreciez dedenz que li nostre dehorz greigneur plente dars et aubalestes que nostre gent ne pooit avoir par quoi il ocioient assez de noz pelerins ne ne pooit estre que mout en fussent li nostre espoente. Ainsi fu li assauz mout granz et mout perilleus dez le matin jusques a vespres; ne ne trueve len pas que plus espessement volassent pierres ne saetes a nul autre assaut. Tant en i avoit que sovent veoit on les pierres hurter en lair si que eles sentredespecoient et en voloit li feus. En trois leus estoit li assauz. Si com li Baron se penoient endroit eus de grever les Turs len ne peust pas bien savoir en laquel partie len le fesoit mieuz. Mout metoient li Pelerin grant peine en aporter atret pour emplir les fossez si que li chastel se poissent joindre aus murs. Cil dedenz gitoient feu mout espessement sur les chastiaus. Mout y poist len veoir saetes ardanz tisons embrasez poz pleins de soufre duile et de poix et de toutes choses qui sont norrissement a feu. Leur perrieres feroient si granz cops que les pierres senvoloient parmi les costez outre; ne pooit estre que mout ne blecassent de ceus qui sur les soliers estoient monte por assaillir. Il sembloit pluseurs fois que tout deust cheoir a terre; mais la nostre gent esteignoient le feu deaue et de vin egre; les cloies avoient appareillies por estouper les pertuis et por rafermer leur chastiaus mout vistement si que leur contenance estoit en toutes choses bone et hardie.

XIV. Coment la nuit fist departir lassaut.

Cestui grant assaut et perilleus qui tant dura departi la nuiz qui vint oscure. Li nostre retournerent a leur heberges por mengier et por reposer; granz guez de bones gens lessierent entor les engins que len ne les venist ardoir. Cil de la ville remistrent grant peine de garder leur murs car il doutoient mout que la nostre gent quil avoient veu si viguereusement defendre et assaillir ne montassent de nuiz par eschieles et entrassent en la ville. Por ce se penoient cil sur qui ceste chose estoit mise davironer toute cele nuit les murs et cerchier les tors. Les rues meismes de la ville fesoient il garder a grant gent quil ni poist avoir traison; mout i metoient grant entente car ce estoit pour garder leur vies leur femmes et leur enfanz et toutes leur choses. Li nostre qui estoient ez tentes et ez loges navoient mie les cuers en repos ainz leur souvenoit de lassaut qui avoit este; a chascun remembroit de ce quil avoit fet et li sembloit que il avoit assez choses lessiees quil deust avoir fetes; mout desiroient tuit a revenir en point de proesces fere. Mout leur tardoit li jors ne ne sembloit mie que il eussent nul grevement ne nul ennui des travauz que il avoient le jor soufert. Grant esperance avoient en leur cuers que sitost com il revendroient ensemble par laide Dame Dieu il en auroient le meilleur. Si en estoient en grant angoisse quil leur estoit avis que plus avoient meseses en leur heberges que il navoient eu a lassaut.

XV. Coment li Crestien revindrent a lassaut lendemain.

Laube du jor aparut; li pueples fut tantost esveilliez chascuns corut a ce mestier ou il avoit este le jor devant. Lors veissiez les uns corre aus perrieres et aus mangoniaus les autres monter ez chastiaus qui tenoient les ars et les aubalestes; assez en remanoit desouz por eus trere avant. Cil de la ville furent tantost prest de defendre vigueureusement contre ceus qui les assailloient. Assez en morut deca et de la que des pierres et que des quarriaus; mes por ce ne se retardoient mie li autre quil ne se treississent ez leus a ceus que il avoient veu ocirre. Onques mains de coardise ne trouva len en si perilleus afere. Une chose i avint que len ne doit mie trespasser. Car nostre gent avoient une grant perriere que len claime chaable si fort et si bien fete quele gitoit trop grosses pierres et mout fesoit grant damage la ou elle ateignoit. Li Tur virent quil ne la porroient mie despecier car ele gitoit si de loing que li leur engin ni pooient avenir. Pour ce firent venir sur le mur deus vielles enchanteresses qui devoient fesnier cele perriere et avoient amene avec eles trois puceles por aider a fere le charme. Mout les regardoit touz nostre oz quant eles fesoient leur enchantemenz. Tant i demorerent que cele perriere gita si aconsuit les trois pucelles et les deus vielles toutes les confroissa si que li cors tuit despecie cheirent du mur. Les ames alerent en enfer. Lors leverent li nostre un hui si grant et orent si enterine joie que chascuns fu touz rafreschiz de ce beau coup. Cil de la ville furent trop dolent et trop esbaubi que bien sembla que il eussent perdu tout leur bon eur por ces deus vielles qui einsi estoient tuees.

XVI. Coment li Crestien lesserent lassaut et revindrent.

En ce point dura li assauz jusques apres midi que lon ne savoit pas bien liquel en avoient le meilleur. La nostre gent se comencierent mout a lasser et torna li aferes a ennui car il avoient mout longuement fet leur pooir ne la besoigne nen estoit gueres amendee ainz en estoient cheoit en une desesperance si que il avoient en talent de lessier le chastel de fust qui estoit presque touz desconfiz et defroissiez de perrieres et de mangoniaus et voloient les autres engins trere arriere qui fumoient ja du feu que li Tur i avoient gite. Par ce convenist lassaut porlongier jusqua lendemain et de ce avoient il bien volente. Leur anemi sestoient aperceu que li nostre lassoient mout durement si en estoient monte en grant orgueil; il leur chufloient et leur disoient ledes paroles; plus asprement sen defendoient vers eus et domageoient leur engins. En trop feble point estoit la besoigne de nostre gent se ne fust la debonairete Nostre Seigneur qui par miracle les conforta si com vos orroiz. Du mont Olivet leur aparut uns chevaliers qui ne fu pas coneuz ne puis ne pot estre trovez en lost; icil comenca a venteler son escu qui mout estoit clers et reluisanz et fesoit signe a nos gens qui ja sen retournoient que ils revenissent arrrieres a lassaut. Li dux Godefroiz estoit eu derrenier estage du chastel et Eustaces ses freres avec lui por mieuz deviser diluec ce que len devoit fere et por garder ce berfroi qui mout estoit bons. Sitost com il vit le signe que cist chevaliers fesoit il comenca a rapeler tout le pueple arrieres a mout haute voiz et leur crioit que sil voloient retorner la ville estoit prise. De ce avint que par la volente Nostre Seigneur quil leur mist ez cuers tuit revindrent arrieres a si grant joie com se chascuns fust tout certains de la victoire. Si grant hardement leur vint ez cuers et furent tuit si rafreschi come se il neussent le jor soufert point de travail; et une chose avint qui fu mout grant merveille; car cil qui estoient navre perilleusement et gisoient en leur lis saillirent sus tantost et repristrent leur armes si que plus vistement et de greigneur cuer que li autre comencierent a assaillir. Li baron de lost qui estoient chevetaine du pueple por donner essample aus autres se metoient touzjors avant; et la ou li greindres perilz estoit la trouvoit len les plus hauz princes de lost par quoi li menuz pueples en estoit plus hardiz. Les femmes qui ne pooient porter armes coroient a toutes les cruches pleines parmi lost et donoient a boire a touz ceus qui las estoient dassaillir; mout les semonoient par beles paroles de bien fere et de vigueureusement servir Nostre Seigneur. Si grant joie estoit ez cuers de tous noz pelerins que il sembloit que riens ne leur coutast chose que il feissent; si que dedenz lespace dune eure orent li nostre empli le fosse et prise une barbacane mout fort si que il menerent leur chastel jusque au mur. Li Tur de la ville si com je vos ai dit avoient penduz a cordes tres mout lons contreval les murs por recevoir les cops des perrieres; deux tres i avoit mout lons dont nostre gent qui estoient eu chastel couperent les cordes si que il cheirent a terre; cil qui estoient desoz les pristrent a grant peril et les trestrent pres du chastel por fere apoiauz au pont quant il seroit avalez; car li costez de ce chastel que len devoit lessier cheoir sur le mur estoit de si feble merrien que se cil dui tref ne fussent la gent armee ne poissent mie passer pardesus.

XVII. Des queles choses li Crestien avoient plus grant hardement a lassaut de Jherusalem.

Tandis com len se contenoit einsi vigueureusement en la partie devers Bise li cuens de Toulouse et li autre qui estoient avec lui eu coste devers midi assailloient la ville endroit eus a grant eforz. Il avoient ja empli un fosse ou il sestoient travaille par trois jourz tant que il avoient a force leur chastel si tret avant que il estoit pres du mur; en tele maniere que cil qui estoient desus au derrenier estage pooient pres ferir de leur glaives les Turs qui defendoient une tornele. Nus ne porroit penser lardeur et la grant angoisse que chascuns des Crestiens avoit en son cuer de fere quanquil poist de bien a cel assaut. Une chose i avoit qui mout leur donoit grant cuer et dont hardement leur croissoit a merveilles; car uns bons hom qui estoit ermites eu mont Olivet leur avoit promis mout certeinnement que a ce jor qui lors estoit seroit prise la sainte citez. Ne il navoient mie oblie la demostrance que li Chevaliers leur fist quant il leur crolla son escu ne onques puis ne pot estre veuz; et mout avoient grant esperance de la victoire avoir par ces senefiances qui leur estoient mostrees. Il sembloit que tuit en un point li assaut fussent en ces deus parties que je vos ai nomees: bien le fesoient devers Bise et devers Midi. Certeinnement aparoit que Nostre Sires vouloit ennorer les siens sodoiers que si longuement avoient soufert tantes manieres de meseses por fere le sien service.

XVIII. Des Crestiens qui premiers monterent sur les murs de Jherusalem.

La gent le duc Godefroi et des autres barons qui estoient avec lui si com je vos ai dit enchaucoient mout asprement leur anemis devers la leur partie et mout leur livroient perilleus assaut. Tant avoient ja fet que leur anemis se lassoient mout et laschement se defendoient. Li nostre sestoient tret avant les fossez avoient empliz les barbacanes prises si que tout de plain avenoient aus murs; car cil dedenz ne sentremetoient mes gueres de trere ne de lancier pardessus le mur ne par les archieres. Li Dux comanda a ses gens qui estoient sur le chastel que il meissent le feu ez coutes pleines de coton et ez sas empliz de fain qui pendoient contreval les murs: cil firent son comandement. Lors leva une fumee si noire et si espesse que nus ne poist veoir goute. Bise ventoit qui boutoit la fumee sur ceus qui estoient aus defenses des murs si que il ne pooient ovrir les euz ne la bouche: aincois leur estut par force a guerpir les leus que len leur avoit bailliez pour defendre. Li dux Godefroiz qui mout entendoit a la besoigne saperceut premier que cil sen estoient parti; lors comanda que len traissist en haut hastivement les deus tres qui estoient cheu du mur si com vos oistes dessus: ce fut tantost fet si que li dui tref furent boute eu chastel et li autre dui sur le mur. Lors comanda il que li costez du chastel que len pooit avaler fust lessiez cheoir sur les deus tres et fu li ponz einsi fez forz et bons sur le merveil a leur anemis. Li premerains qui passa le pont et entra en la ville pardesus le mur ce fu li dux Godefroiz et Huitaces ses freres avec lui. Apres ces deus vindrent dui chevalier qui estoient freres forz et hardis et de grant proesce li uns avoit non Lutolf et li autre Gileberz ne estoient de Tornai; tantost les sivi grant plente de chevaliers et de gent a pie qui coroient mout durement tant com li ponz en pooit sostenir. Li Tur saperceurent que li nostre crestien estoient enz et virent la baniere le Duc dessus le mur; si se deconfirent et guerpirent les tors en la ville descendirent et se mistrent ez rues estroites por eus defendre. Nostre gent virent que li Dux et grant partie des chevaliers avoient ja prises ne sai quantes des tornelles; si natendirent onques nul commandement ainz comencierent a drecier les eschieles aus murs et a monter contremont. Len avoit comande dez pieca que de touz les chevaliers dui et dui eussent une eschiele; por ce len en trouva a mout grant plente qui tantost furent dreciees. Li Dux coroit par desus le mur et metoit sa gent si com il venoient ez torneles; mout se hastoit de porprendre la forteresce. Assez tost apres le Duc entrerent ens li cuens de Flandres et li dux de Normendie Tancrez li vaillanz Hues li vieuz cuens de Saint Pol Baudoins de Borc Gasces de Bearz Gastes de Bediers Thomas de Fere Girarz de Rossillon Loys de Moncon Conains li Brez li cuens Rambauz dorange Quenes de Montagu et Lambers ses filz et maint autre chevalier que len ne puet mie tous nomer. Quant li Dux sot quil estoient en la ville si les apela: les uns envoia a la porte Saint Estienne et leur comanda que il louvrissent. Quant ele fu ouverte tous li pueples se mist enz a grant presse si que ne demora gueres que touz li oz fu dedenz la ville. Ce fut le jor dun vendredi entor none. Bien est creable chose que Nostre Sires le fist par grant senefiance: car a ce jor entor cele eure soufri il mort en ce leu por les pecheurs raembre. A ce jor meismes fu fez li premerains homs; pour ce vout il li haus Sires que li pueples de ses pelerins leaus a tel jor li rendist sa ville et delivrast a son servise fere et rendist la franchise aus crestiens qui longuement i avoient este en dolereus servage.

XIX. De la grant ocision des mescreanz qui fu dedenz Jherusalem quant ele fu prise.

Godefroiz de Buillon li chevalier et li sergent qui avec lui estoient descendirent des murs en la ville tuit arme; ensemble sen aloient par les rues les espees ez mainz et les glaives; touz ceus quil encontroient de leur anemis convenoit a morir; ni espargnoient ne femmes ne enfanz; ni avoit mestier priere ne crier merci. Tant en i avoit la docis parmi les rues et si grans monciaus de testes copees que len ne povoit passer se par desus les cors non ou sur les testes; car la gent a pie sen aloient a granz routes par les autres parties de la ville. Il tenoient les haches et les maces; quanque il povoient trover de Turs livroient a mort que cestoient la gent qui plus volentiers le fesoient. Il estoient ja einsi venu jusques vers le milieu de la cite; li cuens de Toulouse et sa gent ne savoient mie encore que la cite fust prise aincois assailloient mout fierement entor Monte Syon. Li Tur meismes qui se defendoient encontreus ne sapercevoient mie que li nostre fussent en la ville. Mes quant li criz et la noise de ceus que len ocioit comenca a croistre li Tur se regarderent de desus les murs bien connurent les banieres et les armes des Crestiens si en furent mout esbahi; tuit lessierent leur defenses chascuns senfoi la ou il se cuida mieuz garantir. Por ce que li donjons de la ville estoit pres qui avoit la greigneur force de la cite tuit cil qui leanz se porent fichier y entrerent et barrerent les huis sur eus. Li cuens de Toulouse fist le pont de son chastel avaler sur le mur et entrerent en la ville par iluec il et Ysoarz li cuens de Die Raimons Pelez Guillaumes de Sabran levesque dalbare et li autre baron. Par les eschieles meismes monterent sus li Chevalier mout hastivement et cuiderent quil fussent de cele part li premier en la ville. Lors avalerent des murs et quanquil troverent des Turs ez rues et ez mesons tous metoient a lespee. Des lors ne pooit riens eschaper car cil qui fuioient devant la route le Duc encontroient une autre route qui navoient talent deus lessier aler. Len ne puet mie chascun des fez conter par soi mes tant y ot de sanc espandu que li ruissel en coroient granz parmi les voies. Tout estoit jonchie de genz mortes si que pitie en peust prendre se ce ne fust des anemis Nostre Seigneur.

XX. Des mescreanz qui furent ocis dedenz le Temple.

En lentree du Temple sen estoit foie merveilles grant plente des gens de la ville por ce que cestoit en la plus secree partie de la ville; et cele place estoit mout bien fermee de murs et de tours. Les portes estoient mout forz; mes tout ce ne leur valut gueres car tantost corut la Tancrez que grant partie de lost sivoit et prist le Temple a force. La ot mainz ocis; et dit len que Tancrez i trova trop grant avoir dor et dargent pierres precieuses et dras de soie. Il en fist tout porter; mes apres quant la chose fu apesiee il rendi tout et fist venir au commun. Li autre baron qui orent cerchiee la ville et touz decoupez ceus que il encontroient oirent dire que dedenz la closture du Temple sen estoient foi li remananz de leur anemis: si vindrent la tuit ensemble et trouverent que voirs estoit. Lors comanderent a leur gent que il entrassent en la place et oceissent tout. Einsi fu fet. Bien estoit droiz que li desloial mescreant qui le saint Temple Nostre Seigneur avoient avillie et ordoie de leur mahomeries et de la fausse loi Mahomet le comparassent iluec meismes et que leur sanc fust la espanduz ou il avoient espandues les ordures de leur mescreances. Hideuse chose estoit a veoir si grant plente de gent ocise. Cil meismes qui ocis les avoient estoient bien acreus a regarder; car des la plante du pie jusque a la teste ne paroit sur eus se sanc non. Len trova que dedenz la closture du Temple en avoit len ocis .x m. et plus sanz les autres qui gisoient morz par les rues et par les places de la cite. La menue gent des pelerins couroient cerchant la ville par les estroites rues et par les destors; quant il trouvoient ancuns des Turs qui sestoit la repoz fust home fust femme morir le covenoit. Li Baron avoient devise aincois que la ville fust prise que chascuns auroit la meson en la ville que il prendroit et seroient seues toutes les apartenances. Dont il avenoit que li baron metoient sur les mesons que il avoient conquises leur banieres li meneur chevalier i pendoient leur escuz la gent a pie i metoient leur chapiaus ou leur espees por mostrer enseigne que la meson estoit ja prise; si que li autre ni venissent mie.

XXI. Coment li Crestien visitoient les sainz leus de la cite.

Quant la sainte cite fu einsi prise et tuit ocis li Sarrazin que len pot trover dedenz li Baron sassemblerent ensemble aincois que il se desarmassent et covinrent que len meist genz par les tors por garder la ville et mist len par les portes bones gardes que genz de hors ne venissent en la ville sans congie jusque il eussent fet un seigneur par commun acort qui tenist la ville et governast a sa volente. Nestoit mie merveille se il se dotoient encore car touz li pais entor estoit pleins de Sarrazins qui se poissent assembler et ferir en la ville soudainement se len ne sen preist garde. Lors se departirent li Baron et se desarmerent en leur osteus; leur mains et leur pies et tous leur cors laverent mout bien; noveles robes pristrent eu leu de celes qui estoient ensanglantees. Lors comencierent a aler tuit nuz pies o sospirs et o lermes par les sainz leus de la cite ou Jhesucrist li sauveur du monde avoit este corporelment. Il besoient mout doucement la place par ou si pie estoient ale. Li clergie et li pueples des crestiens qui de la ville estoient cui len avoit fet maintes grans hontes por le non Jhesucrist vindrent a procession o crois et o reliques que il porterent encontre les Barons et les menerent chantant et rendant graces a Nostre Seigneur en leglise du Sepucre. Iluec estoit douce chose a veoir et piteuse coment li Baron et toz li pueples plouroient de joie et de pitie; coment il se lessoient cheoir en croiz devant le Sepucre. Il sembloit a chascun que il veist encore le cors Jhesucrist gesir tout mort. Tant i avoit de lermes et de sospirs que bien sembloit que la chose fust acertes. Quant il venoient a un des sainz leus ne sen pooient partir se ne fust la convoitise daler aus autres. Tant avoient leur cuers liez et joieus de lenneur que Nostre Sires leur avoit fete qui leur donoit veoir le jor en quoi la sainte cite estoit delivree des anemis Jhesucrist par leur travaus que il ne leur chaloit du remanant de leur vies. Si largement donerent de leur choses aus eglises et aus povres genz et fesoient veuz de fere granz dons en leur pais que bien sembloit que pou leur chaussist des choses temporels. Car il leur estoit avis que il fussent en lentree de paradis. Car en cest siecle nule graindre joie ne plus dolce pities ne porroit entrer en cuer de genz que ele estoit en eus. Ne se pooient lasser de cerchier les saintes places ou Jhesucrist avoit este. Mout eust dur cuer et pou piteus qui ce veist et se peust tenir de plourer. Quant li Baron et touz li autres pueples fesoient si enterine joie de ce quil avoient lor pelerinage acompliz li evesque li provoire et li autre clergie ne se pooient partir de leglise du Sepulcre ne des autres sainz leus. Mout prioient enterinement Nostre Seigneur por le pueple et rendoient granz graces a Jhesucrist de ce que il leur avoit lessie veoir les leus ou la foi crestienne fu fondee.

XXII. Coment li evesque du Pui aparust a maintes genz.

En celui jor certeinne chose est que veuz fu de pluseurs genz en la cite de Jherusalem li tres vaillanz home Aimarz li evesques du Pui qui avoit este morz si come vos oistes en Antioche. Maint preudesome que len devoit bien croire afermerent certeinnement que il le virent premerein monter sur le mur de la ville si que il apeloit les autres et semonoit de venir apres lui. De mainz autres pelerins meismes sainz homes qui mort estoient en la voie fu certeinne chose que il aparurent a maintes gens le jor quant il cerchoient les eglises de la cite. Par ces choses puet len bien savoir que Nostre Sires aime cele cite sur toutes les autres et que cil est li plus hauz pelerinages qui puisse estre car li mort en resuscitoient par la volente Dame Dieu por acomplir leur veuz et leur pelerinages. Levangile dit que quant Jhesucrist resuscita de mort pluseur saint home qui mort estoient furent resuscite le jor et aparurent en la sainte cite: ce miracle vout renouveler Jhesucriz le jor que cele cite fu einsi come resuscitee de la mort qui longuement lavoit tenue eu tans de la seigneurie aus Mescreans quant il la convenoit servir a la desloiaute Mahomet. Si grant noise estoit par toute la ville de la joie que len fesoit que il ne leur sovenoit ne tant ne quant des travaus que il avoient soufert par toute la voie. Lors fu acompli tout apertement ce que li prophetes dit: Esleesciez vos avec Jerusalem et fetes joie dedenz li tuit cil qui lamez.

XXIII. Coment li crestien povre fesoient joie a Pierre lermite.

Tant de povres crestiens com il avoit en la ville qui avoient veu Perron lermite quatre anz ou cinq avoit quant il vint en pelerinage et li baillierent leur letres a porter a lapostoile et aus barons de France que il meissent conseil en leur afere le reconnurent entre les autres; lors li cheirent aus piez et plouroient de joie. Mout li rendoient granz merciz de ce que il avoit si bien parfet leur message et ne finoient de loer Nostre Seigneur qui teus cuers avoit donne aus Barons et au Peuple par quoi il avoient einsi parfete cele haute oevre qui estoit sur lesperance de toutes genz. Apres Dame Dieu tout le gre il en savoient a Perron lermite qui si viguereusement avoit empris a delivrer eus par laide Dame Dieu de la chetivoison et du servage dolereus en quoi il avoient si longuement este detenu par la cruelte des Sarrazins si com vos oistes desus. Li patriarches de Jherusalem estoit alez en Chipre por demander ausmosnes et aide aus crestiens de la terre pour aider a la crestiente de Jherusalem a paier les crueus tailles que li Tur avoient mises sur eus; car il doutoit se il faussissent a la paie que il nabatissent leur eglises ou oceissent les meilleurs homes de leur pueple si com il avoient fet pluseurs foiz avant. Icist bons hom ne savoit mie la bone aventure que Nostre Sires avoit fete de la ville delivrer aincois sen cuidoit venir en autele chaitivete com il sen estoit partiz.

XXIV. Coment li Tur rendirent la tor David au conte de Toulouse.

Quant li Baron et li autre pelerin orent acompli leur oroisons et visitees les saintes eglises par la cite de Jherusalem li grant home de lost sassemblerent et dirent que perilleuse chose estoit se len ne vuidoit la ville et espurjoit des gens ocises; car dedenz brief tens seroit li airs corrompuz que granz enfermetes en vendroit si que len ni porroit durer. Aucuns des Turs i avoit qui nestoient mie ocis aincois les gardoit len en fers. A ceus commanda len ceste besoigne de porter les cors hors de la ville; mes por ce quils estoient pou ne ne poissent mie soufrir si grant fes len prist des povres homes de lost et lor dona len granz loiers por eus aidier a acomplir ceste oevre. Quant li Baron orent ainsi devise les choses il sen alerent a leur osteus et furent en mout grande joie. Largement donerent a mengier car la ville estoit mout remplie de touz biens si que neis cil qui estoient avant povres trovoient par leur mesons quanque mestiers leur estoit. Mout i avoit grant plente dor et dargent et de riches joiaus; froment et vin et huile et plente deaue troverent assez dont il avoient eu grant soufrete; car les citernes en estoient pleines par toutes les mesons. Au tierz jor fu devise que marchiez seroit en la ville et que len vendist et achetast des conquestes qui avoient este fetes en la cite. Lors furent mout rafreschi et repose car il natendoient mes nul travail. Nostre Seigneur ne metoient pas en obli qui si grant enneur leur avoit fete com de sa besoigne acomplir par eus. Par commun acort des Prelaz et des Barons et de tout le pueple fu establi que cil jorz en que la cite de Jherusalem avoit este conquise seroit mes touzjorz en remembrance en la Crestiente et feiriez por loer et mercier Nostre Seigneur: et prieroit len por les ames a ceus par qui Nostre Sires avoit si grant chose acomplie. Une grant partie des Turs qui sestoient feru eu donjon de la ville qui a non la tour David virent bien que la citez estoit toute prise et que il navoient point desperance que len les venist secorre parmi nostre gent; por ce requistrent par message le conte de Toulouse qui estoit hebergiez pres deus et firent tel plet a lui que il sen alerent o toutes leur femmes et leur enfanz et les choses que il avoient mises en la tor; si les fist conduire sauvement jusque a Escalone. Ainsi li rendirent la tor. Cil sur qui len avoit mise la besoigne de curer la ville des corz le firent mout ententivement si que dedenz cort terme fu cele chose bien parfete; car il en mistrent ez parfondes fosses hors de la ville a grant plente le remenant ardirent en granz rez et mistrent en cendre que li venz emporta. Nostre gent furent einsi a mout greigneur ese dedenz la cite si que il pooient aler par les rues et demorer ez places. Len ne les pooit aracher des sains pelerinages tant si arestoient volentiers. En la maniere que vos avez oie fu prise la sainte citez de Jherusalem en lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .iiii xx. et .xix. eu mois de juingnet le quinziesme jour du mois a un vendredi entor leure de none; le tierz an puis que li Pelerin avoient emprise cele voie. Lors estoit apostoiles de Rome Urbainz li seconz; empereres des Romains Henris; rois de France Phelipes; empereres de Costantinoble Alexes dont je vos ai parle desus.


LI NUEVISMES LIVRES

I. Si com li Baron conseillerent de fere roi en Jherusalem.

Si com vos avez oi li Pelerin qui grant mestier avoient de repos sejornerent en la ville. Li Baron devisoient les aferes de la cite: a grant joie demorerent iluec .vii. jorz. A luitisme sassemblerent li Baron por eslire un deus cui il bailleroient la seigneurie de la sainte cite et la cure de tout le roiaume si com droiz est et raisons. Il firent leur oroisons et de mout bon cuer apelerent le Saint Esperit que il les conseillast en ce jour et leur donast eslire tel home qui fust dignes et covenables a sostenir le fes du roiaume. Tandis com il estoient en cel afere et mout i entendoient a bone foi uns grans tropeaus des clers de lost sassemblerent qui navoient mie bone entencion aincois pensoient a malice par orgueil et par convoitise. Il vindrent la ou li Baron estoient enserre et leur manderent que il vouloient parler a eus une mout brief parole. Cil les leisserent venir. Quant il furent enz li uns deus parla ainsi: Beau seigneur len nos a dit que vos estes venu ceanz por eslire un roi qui governera ceste terre: ce nos plest mout et le tenons a grant bien se vos le fetes en la maniere que vos le devez fere: car sanz doutance nule les esperiteus choses sont plus dignes que les temporeles. Por ce disons que les plus hautes choses doivent aler avant et einsi voudrois vos quil soit se il ne vos plest a bestorner latirement de la besoigne tel com il doit estre. Or vos prions donc et requerons de par Nostre Seigneur que vos ne vous entremetez de fere roi jusque nos aions esleu un patriarche en ceste ville qui sache governer la Crestiente de tout cest pais. Se il vos plest a aler avant en ceste maniere il nos sera mout bel et tendrons a seigneur celui que vos nous donroiz; mes se vos le voliez autrement fere nos ne le tendrions mie a bien aincois nos en descordons ja; apres ce ne seroit ferme ne estable chose que vos feissiez. Iceste parole sembloit par dehors avoir aucune entencion de bien mes ele venoit de mal proposement ne ni avoit que decevement et tricherie. De cest complot et de cest barat estoit mestres et chevetaines uns evesques de Calabre dune cite qui a non Maturane. Icist sacordoit mout a un Arnoul dont je vos parlai dessus qui mout estoit pleins de desloiaute. Il nestoit mie souzdiacres et estoit filz a prouvoire; de si mauvese vie et de si orde que li garcon en avoient fete leur chancons par tout lost. Parmi tout ce li evesques de Calabre contre Dieu et contre reson en vouloit fere patriarche; car il savoit trop de mal. Pour ce cestoient andui acorde ensemble que li uns ne valoit mieus de lautre ains estoient mauvais lecheeur ambedui. Un marchie avoit entre eus fet priveement que sitost com cil Arnous seroit patriarches li evesques de Maturane auroit larceveschie de Bethleem que il avoit ja saisie; car il en cuidoit estre bien seurs. Mes Nostre Sires atorna en autre maniere la chose si com vos orroiz. Mout avoit en lost clers de mauveses contenances qui petit entendoient au servise Nostre Seigneur; pou prisoient religion et honeste. Car puis que li bons evesques du Pui fu morz qui estoit legaz de par lapostoile li evesques Guillaumes dorange fu en son leu qui mout estoit religieus hom et mout doutoit Nostre Seigneur; mes cist ne dura gueres ainz fu morz a la cite de Marram si com vos avez oi. Lors fu li clergiez sanz pasteur et sanz garde si se leisserent aler en mauvese vie tant que il fesoient pis que nul de la laie gent. Nequedent li evesque dalbare se contint touzjorz mout saintement eu pelerinage et aucuns des autres qui estoient preudome; mes li communs des clers le fesoit folement.

II. Coment il parlerent du duc Godefroi.

La parole que li Clerc orent aporte aus Barons en leur election ne fu gueres prisiee aincois le tindrent a folie ne por ce ne lessierent pas a fere ce que il avoient comencie. Pour ce que il seussent mieuz les covines de touz les barons il mistrent sur preudes homes que il encerchassent la vie et la maniere de chascun. Il firent venir ceus qui plus estoient prive des Barons les sermenz pristrent deus par le congie de leur seigneurs que il verite diroient de la vie et de la maniere a leur seigneurs sanz menconge metre et sanz oster point de la verite. Einsi avoient acorde entreus li Baron que len feroit. Si fu mout grant chose quant il sabandonerent en ceste maniere a fere encerchier leur vies; mes li preudome qui fesoient ceste enqueste estoient loial gent et tenoient a mout grant secre ce que il ooient qui fesoit a celer. Maintes choses lor dist len par la force du serment dont len ne se prenoit garde. Entre les autres choses cil qui plus estoient prive du duc Godefroi quant len leur demanda de ses teches et de sa maniere respondirent que il avoit une costume mout ennuieuse; car quant il estoit en aucune eglise ou il avoit oi messe et le service Nostre Seigneur ne sen pooit partir ainz demandoit des peintures et des verrieres aus clers et aus provoires. Mout ooit volentiers les estoires et les vies des sainz et trop i entendoit si que maintes foiz desplaisoit a ses compaignons et ez mengier en empira maintes foiz pour ce que il demouroit trop ez moustiers. Quant li preudome oirent ce et que cestoit li graindres vices que len trovast eu Duc mout orent grant joie car bien se penserent que ce fesoit il por lamor de nostre foi et por lenneur Jhesucrist. Quant il orent oi tout ce que il voudrent enquerre des Barons il parlerent ensemble: et grant partie deus se fussent acorde au conte de Toulouse se ne fust une chose; car cil de sa terre qui plus estoient si prive se penserent que se il estoit esleuz a roi il remaindroit en la terre et retendroit la gent de son pais; et se il nestoit esleuz tantost sen iroit outre la mer la ou il fu nez que il desiroient mout. Por ce com len cuide se parjurerent a escient et distrent sur lui teus mauveses teches dont il navoit colpe. Nequedent il not onques entencion de retorner en sa terre si come il aparut; car touzjorz remest eu service Nostre Seigneur que il avoit empris. Quant li Baron oirent toutes ces choses apres maintes paroles sacorderent tuit a Godefroi de Buillon et le nomerent a roi. A grant joie de tout le pueple fu menez en leglise du Sepucre et presentez a Nostre Seigneur. Mout en furent lie li grant et li meneur car cestoit cil qui plus avoit les cuers de tout le commun.

III. Coment li dux Godefrois fu esleus a roi.

En ceste maniere fu li dux Godefrois esleus a seigneur de la sainte cite. Li cuens de Toulouse tenoit la greigneur forteresce de la ville que len apele la tor David: li Tur la li avoient rendue si com vos oistes desus. Ele est assise en la plus haute partie de la cite fermee de mout granz pierres tailliees si que len en puet veoir desouz toute la ville. Quand li Dux vit que cele tor nestoit mie en son pooir bien li sembla que il navoit pas la seigneurie quant la graindre force de tout le pais li failloit; por ce mist a raison le Conte voiant touz les barons et li pria mout debonneirement que la li rendist. Li Cuens respondi que il lavoit conquise car li anemi Jhesucrist la li avoient rendue; por ce si la tenoit; mes il avoit en proposement que il sen alast en son pais entor la Pasque lors la rendroit mout volentiers. Mes tandis la li leissast len tenir ce requeroit pour estre plus a enneur et a greigneur seurte en la terre. Li Dux respondi que se il navoit cele tor il leiroit tout car coment porroit il estre sires de ce pais quant uns autres auroit greigneur pooir et plus grant force en sa cite? Ainsi estoient en contenz. Li dux de Normendie et li cuens de Flandres se tenoient a la partie de leur eslit. Des autres barons i avoit qui conseilloient que len feist la volente au conte de Toulouse; cil de sa terre lamonestoient mout et aticoient que il ne leissast mie la tor porce que il li vouloient doner achoison par ceste descorde de retorner en sa terre. Au derrenier sacorderent a ce que la forteresce seroit mise en la main levesque dalbare jusque il se fussent acorde ce que len en feroit. Quant cil la tint dedenz brief terme la rendi au Duc. Len li demanda por quoi il avoit ce fet; il respondi que len li avoit tolue par force. Ne fu pas tres bien seu se il en fu contrainz ou se il le fist de son gre. Quant li cuens de Toulouse vit ce mout en fu correciez et li fu avis que li Baron ne sestoient pas contenu vers lui si com il devoient; car il leur avoit fet en la voie granz services et maintes bontez dont il ne leur souvenoit selonc ce que ses genz disoient. Por ce desdaing et por le grant enchaut que si chevalier li fesoient il emprist a retorner en son pais et descendi au flun Jordain. Iluec se baigna puis atorna son afere come pour partir de la terre.

IV. Coment len eslut patriarche en Jherusalem.

Cil maus hom de qui je vos parlai desus li evesques de Materane estoit plains de malice et de grant desloiaute; si se penoit en toutes manieres de metre descort entre les Barons et li Pueple; car il disoit que li Baron ne voloient soufrir que len esleust un patriarche en Jherusalem por ce que il tenoient toutes les droitures de Sainte Eglise et rendre ne les voloient. Il trova pluseurs genz qui le crurent et sacorderent a lui si que par leur aide contre la volente des autres et par laide le duc de Normendie de qui il estoit mout privez et avoit este de sa table en toute cele besoigne il eslut a patriarche celui Arnoul qui ses compainz estoit de toutes mauvestiez et par force lassist eu siege de patriarche en leglise. Ce fu contre Dieu et contre toute droiture; por ce nen chei mie bien ne a lun ne a lautre. Lors avint que une grande partie de la vraie croiz fu trovee en terre dedenz leglise du Sepucre en un mout secre leu; car li crestien qui estoient en Jherusalem ainz que la ville fust prise a si grant meschief com vos avez oi douterent que li Tur ne la vousissent tolir; por ce lavoient iluec reposte et mout le savoient pou de gent; mes uns preudoms Suriens qui lavoient seu le descouvri aus Barons et quant len ot foie la terre len la trouva en une chasse dargent si come il leur avoit devise. Lors fu la joie mout granz et lemporterent a grant procession chantant jusquau Temple. Tout li pueples aloit enpres qui ploroit de pitie ausi tendrement come sil veissent Jhesucrist encore pendre en la croiz. Mout se tindrent tuit a reconforte de ce grant tresor que Nostre Sires leur avoit descouvert.

V. De la noblesce et de la valeur au duc Godefroi.

Grant joie fu par la terre de ce que li dux Godefrois estoit esleus a roi; tuit li obeissoient de bon cuer. Tost amenda les descordes par la terre et les autres choses qui fesoient a adrecier si que ses pooirs croissoit de jor en jor mout apertement. De lui je vos dirai a bries paroles la verite. Il ne regna que un an ce fu mout granz damages car il avoit volente sens et pooir de fere grant bien eu roiaume des anemis Nostre Seigneur afebloier et de essaucier la foi crestienne. Mes Nostre Sires lapela a soi por ce que la malice du monde ne li chanjast son cuer en lenneur ou il estoit. Il fu nez eu regne de France a Boloigne seur la mer qui fu jadis citez; or est chastiaus en leveschie de Terouenne. Il fu nez de hautes genz qui furent bon chevalier et mout vrai crestien et mout religieus. Ses peres ot non Eustaces hauz cuens et poissanz en cele terre qui maintes hautes euvres de bonte fist vers Dame Dieu et de grans proesces au siecle. Sa mere fu haute femme de gentillesce de cuer plus que de hautesce de lignage; ele ot non Yde et fu suer le duc de Lohereine qui ot non Godefroi Boce. Icil morut sans oir por ce leissa toute sa terre et sa duchee a son neveu qui portoit son non et lavoua en filz et en oir; por ce fu il dux de Lohereine quant ses oncles fu morz. Il ot trois freres qui mout furent sage bon chevalier et loial home: li uns fu Baudoins li cuens de Rohez qui fu rois apres lui; li seconz fu Eustaces qui portoit le non son pere et fu cuens de Bologne: li rois Estiennes dengleterre prist sa fille a femme qui ot non Mahauz. Cestui meismes envoierent querre li baron de Surie por fere roi apres son frere quant li rois Baudoins fu morz sanz oir; mes il ni vout aler car il doutoit les baraz et les descorz de la terre que il connoissoit bien. Li tierz freres fu Guillaumes vaillans preuz et loiaus ne ne se descordoit mie de la bonte a ses freres. Baudoins et Eustaces sivirent leur seigneur et leur frere eu pelerinage doutre mer. Li tierz ce fu Guillaumes remest en son pais por garder la terre. Mout furent de grant valor li quatre frere mes li dux Godefrois ausi com il fu ainznez emporta il lavantage devant les autres de toutes bones vertuz. Il fu preuz et droituriers sanz nule convoitise; il douta Nostre Seigneur et ama sur toute rien; religieuses genz et touz preudomes ennora mout; fers et estables fu en sa parole bobanz et losanges despisoit sur touz; en aumosnes estoit larges et abandonez; le servise Dame Dieu volentiers ooit et mout i entendoit; en oroisons privees demouroit longuement et touz si espandoit en lermes; vers toutes genz estoit privez et aresnables. Par ce sembloit bien que Nostre Sires lamast dont il estoit droiz que il eust la grace du siecle. Il fu granz de cors ne mie trop; mendres estoit des trop granz et greindres des meiens: forz fu plus quautres hom; les braz avoit gros et carres le piz mout les et le visage bien fet et assez colore; les cheveus avoit blons. Des armes estoit si bien ausez que bien sembloit que eles ne li costassent rien a porter.

VI. Coment la mere le Duc prophecia de ses enfanz.

Une chose conte len por voir qui ne fet mie ci a lessier. La mere a ces quatre freres dont je vos ai parle estoit sainte femme et enterine a bones euvres. Ne fu mie merveille se Nostre Sires par sa bouche dist une profecie. Car il avint un jor que si troi fil ains ne qui estoient mout petitet se jooient entreus et si come li uns chacoit lautre par jeus tuit sen foirent a leur mere la ou ele seoit et se fichierent desouz son mantel. Leur peres Eustaces vint la ou la dame estoit il vit son mantel mouvoir la ou li enfant se jooient desouz il demanda que cestoit ele respondi que il i avoit trois granz princes; li premerains seroit dux li seconz rois et li tierz cuens. Tout einsi avint com la bone dame avoit dit car Godefrois qui estoit li ainz nez fu dux de Lohereine apres son oncle; le roiaume de Jherusalem ot il mes ne fu onques coronnez ne ne se vout fere apeler roi. Li seconz fu Baudoins qui ot le roiaume apres lui et fu rois coronnez. Li tierz fu Eustaces qui apres la mort son pere fu cuens de Boloigne et tint toute la terre. Je vos passerai tout a escient ce que len dit por voir que il fu du lignage du chevalier au Cygne; car cest une chose ou il ne semble mie avoir mout de verite. Por ce si nen veuil mie fere grant parole en ceste estoire ou je ne voudrois quil eust se voir non. Or retornerons a parler du duc Godefroi car mout en puet len bien dire de bon et de vrai.

VII. Des granz fez et de la proesce le duc Godefroi.

Entre les autres grans fez que il fist vos en conterai un sans menconge. Un des plus haus barons dalemaigne grans et fors chevaliers et preus traist le duc Godefroi qui ses cosins estoit en plet en la court lempereur dalemaigne a qui il estoient home ambedui. La li demanda mout grant partie de sa terre quil tenoit en la duchee de Loheraine et disoit cil que ses droiz i estoit. Tant ala li plez par jorz et par respiz que li baron de la court jugierent que il i avoit gages de bataille. Au jor qui leur fu nomez vindrent arme et appareillie de fere ce que il devoient. Lors se traveillierent mout evesque et bones genz li autre baron meismes qui iluec estoient coment la pais poist estre fete; et leur disoient que il qui estoient dun lignage se soufrissent demprendre chose par quoi il convenist a force que li uns deus fust honiz. Mout sen penerent et li un et li autre; mes la pais ne pot estre fete: si furent mis ensemble. Lors comenca la bataille trop fiere et trop aspre car il estoient ambedui fort et chevalier bon et seur. Trop sentreferoient grans cos et dura longuement tant que li dux Godefrois feri lautre mout grant cop en heaume si que lespee vola en .ii. pieces et que de sur la croiz de lespee nen ot mie plus de demi pie. Li baron qui gardoient le camp virent que li Dux en avoit le poieur si furent mout irie et vindrent a lempereur doucement li prierent que il soufrist que len parlast de pais entre ces deus hauz homes; il le soufri mout volentiers. Li ami parlerent ensemble et sacorderent a une pais qui estoit assez renable mes de la droiture le Duc i lessoit len aucunes choses. Quant il li aporterent la parole sur cele pais ne les en vout onques escouter; ainz recomenca la bataille plus crueus et plus dure quele navoit este devant. Cil qui sespee avoit entiere ne cremoit mie les cos au Duc qui nen avoit que un troncon; ains li coroit sus et le hastoit si quil ne li donnoit point de loisir de reposer. Tant que li Dux sapensa et prist cuer; lors saficha sur les estriers et feri celui du pont de lespee que il tenoit tel cop en la senestre temple parmi le heaume que cil chei a terre tout plat si estordis que il sembloit que il fust ja mors; car il ne traoit ne pie ne main a soi. Lors descendi li Dux et gita le remanant de lespee que il tenoit; si prist lespee a celui qui la gisoit tout envers et sestut sur lui; lors apela les barons qui la pais li avoient aportee et leur dist: Seigneur cele maniere de pais que vos mofristes ore or sui je pres que je la preigne; car se ji ai damage je ni ai point de honte et bien me plaist tant metre de la moie chose por que il ne mestuisse ocirre cestui qui mes cousins est. Quant li Baron oirent ce si comencierent a plorer. La pais fu fete tele come il disoit. Plus ot denneur et de los de la pais a quoi il sacorda si doucement que de toutes les proeces quil avoit fetes en cele bataille et que il fist meintes foiz.

VIII. De ce meismes.

Autre fet de sa proece vos raconterai si com il avint sans acueillir point de menconge. La gent de Sassoigne qui sont li plus cruel et li plus fel de touz ceus dalemaigne orent desdaing et despit dobeir a lempereur Henri et distrent quil ne feroient rien por lui ains voloient avoir leur seigneurie par eus qui de rien nobeist a autrui. Si firent un haut home qui estoit cuens du pais Raous avoit non roi sur eus par qui il se vouloient justisier. Li Empereres quant il oi ce si fut mout correciez et desirra mout a vengier si grant outrage. Por ce manda touz les barons de lempire et assembla mout grand cort; puis lor fist dire et mostrer lorgueil a ceus de Sassoigne dont il leur demanda mout debonnerement conseil et requist leur aide. Il sacorderent tuit que cele chose fesoit mout asprement a vengier leur cors et touz leur avoir abandonerent a lempereur por amender si grant mefet. Il sen partirent. Li Empereres semont ses oz si efforciement com il pot a un chastel en la marche de Sassoigne. Quant il entrerent en la terre leur anemi distrent quil se combatroient a eus car si estoient orgueilleus et fier qui riens ne prisoient le pooir lempereur. Quant cil sorent quil se tenoient au combatre il deviserent leur batailles car il avoient mout gent: si en firent assez. Lors demanda li Empereres de qui il sacordoient qui portast laigle qui est gonfanons de lempire. Il eslurent devant touz a ce fere Godefroi le duc de Loheraine et distrent quil estoit li plus soufisanz a ce fes porter. Ce tindrent tuit a mout grant enneur que il fust einsi esleuz par lacort de touz. Toutes voies il le contredist et refusa tant com il pot mes a fere li estut. Ce jor vindrent li un contre les autres et saprochierent tant quil sassemblerent mout fierement; assez i ot genz ocis car mout estoient irie li un contre les autres. Tandis com li chapleiz estoit granz et espez en pluseurs leus li dux Godefrois qui conduisoit la bataille lempereur choisi une grant route ou cil Raous estoit qui sestoit fet rois de Sassoigne a cele fist assembler la gent lempereur. Li Dux conut celui Raoul et feri des esperons contre lui; du gonfanon que il tenoit jousta a lui si que il li envoia parmi le cors outre et labati mort en la place; puis redreca en haut sa baniere toute sanglante. Li Saisne virent quil orent leur roi perdu si se desconfirent; li un tornerent en fuie li autre vindrent cheoir aus piez lempereur; en sa merci se mistrent haut et bas bons ostages li donerent dobeir touzjors mes a son comandement. Maintes autres proeces fist li dux Godefrois; mes il nestuet mie que eles soient mises en ceste estoire car mes proposemenz est a raconter les fez doutre mer non mie ceus de ca; mes par ceus que vos avez oiz poez entendre que il estoit preuz et en son pais chevaliers mout prisies. De sa largesce vers Dame Dieu vos dirai une seule par quoi vos entendroiz les autres. En la duchee de Loheraine avoit un chastel qui estoit li plus renomez et chies de lenneur; Buillon avoit non. Por celui neis fu il apelez Godefroi de Buillon. Quant il dut movoir en son pelerinage doutre mer icestui chastel come le pluz haut heritage quil tenist donna il Dame Dieu en aumosne et a leglise du Liege a tenir a tousjors.

IX. Coment li dux Godefrois ne vout porter couronne.

Puis que il ot einsi par election le roiaume de Jherusalem si come il estoit religieus hom et amoit Sainte Eglise et le service Nostre Seigneur par conseil des evesques et dautres sages clers qui estoient en lost premierement en leglise Nostre Seigneur du Sepulcre et du temple Nostre Seigneur mist clers por servir et establi chanoines; granz rentes et larges heritages leur donna ou il preissent leur provendes et vout que les eglises de la fussent atiriees et ordenees selonc les establissemenz et les us des granz eglises de France. Mout le comenca hautement et bien leust acompli se Nostre Sires li eust donee plus longue vie. Il avoit amene de son pais moines mout religieus qui ses eures li disoient et li chantoient messe toute la voie. Cil li demanderent et li requistrent por Dame Dieu que il leur donast une abaie eu Val de Josafat: il la leur establi et la doa mout richement de granz teneures. Mout est bien aparissant par les privileges que len a encore coment il ot large cuer vers Sainte Eglise et com il li donna granz choses. Quant il fu esleuz a roi tuit li baron li requistrent que il se feist coronner et receust lenneur du roiaume si hautement com li autre roi de la Crestiente le font; il respondi quen cele sainte cite ou Nostre Sires Jhesucriz avoit portee courone despines por lui et por les autres pecheeurs ne porteroit il ja se Dieu plesoit corone dor ne de pierres aincois li sembloit que assez i avoit eu de celi coronnement qui avoit este fez le jor de la Passion Notre Seigneur por ennorer touz les rois crestiens qui apres lui seroient en Jherusalem. Por ceste chose que il refusa la coronne sont unes gens qui ne le vuelent conter entre les rois de Jherusalem; mes il me semble que por ce ne doit il mie estre amenuisiez de senneur mes creuz et essauciez: car ce ne fist il mie por despit du sacrement de Sainte Eglise ainz le fist por eschiver le boban du siecle et por la grant humilite quil avoit en son cuer. Dont je ne di mie seulement quil fust rois aincois di je que il fu li mieudres de touz les rois qui le roiaume tindrent puis que la terre fu conquise.

X. Coment li califes degypte envoia por occire touz ceus qui la estoient venu.

Novelement quant la citez fu prise tandis com li Baron ne sestoient mie departi vint une nouvele en la ville et voirs estoit einsi que li califes degypte qui estoit li plus puissanz hom de toute la terre dorient avoit semons de tout son pooir chevaliers et touz ceus qui armes porroient porter; si que merveilles avoit assembles granz oz; car il avoit grant desdaing et despit de ce que uns si petiz pueples qui estoit destranges terres venuz avoit ose entrer en son regne et avoit assise la cite que il avoit conquise sur ses anemis. Il fist venir devant lui son connestable qui estoit princes de son ost; il avoit non Elafdales. A cestui comanda que il preist toutes ses genz avec lui et en alast en Surie; si coreust sus a ce pueple viguereusement qui estoit si fous et si outrageus quil avoit troblee sa pais et fet mal a sa gent. Por ce li comanda que si les effacast et destruisist du tout que james parole ne fust de nus deus. Icist Elafdales estoit nez dermenie Emireus estoit apelez en autre non; de crestiens estoit atraiz mes por la richesce que len li donna et por la luxure que il trouva en la mescreandise renoia Nostre Seigneur et la droite foi crestienne por devenir Sarrazin. Icil meismes avoit la cite de Jherusalem conquise sur les Turs et mise eu pooir son seigneur en cel an que li Crestien lassistrent; et ne lavoit mie encore tenue plus de onze mois quant li oz des pelerins la prist sur eus et la rendit a la Crestiente. Cestoit une chose qui mout desplesoit a ce connestable que ses sires avoit si cortement joi de son conquest; por ce emprist plus volentiers sur soi la besoigne de corre sus a nostre gent: et bien li sembloit que legiere chose fust a la plente de gent quil avoit de desconfire ceus qui la cite avoient prise. Il sen vint en Surie et mena avec lui tout le pooir degypte. Grant orgueil ot en son cuer por le grant pueple quil avoit et mout fu courouciez encontre les noz. Mes Nostre Sires qui bien set mettre son conseil par desus les proposemens des homes atira cele chose en autre maniere que cil ne devisoit. Il sen vint a toutes ses granz genz devant la cite descalone; iluec se logierent et porpristrent mout grant espace de terre. Avec eus sestoient ajoint tuit li Tur de Damas et cil darabe qui en ces parties estoient mout granz genz. Voirs est que aincois que nostre pelerin venissent en la terre cil degypte et li Tur darrabe ne sentreamoient mie aincois doutoient mout le croissement li un des autres: mes apres sentracompaignerent a venir sur les noz plus por haine de nostre gent que por amor quil eussent entreus. Tuit furent ensemble devant Escalonne bien entalente de venir empres devant Jherusalem por asseoir la ville. Car il ne poissent cuidier en nule maniere que li baron qui dedenz estoient osassent issir contreus a bataille.

XI. Coment li Crestien proierent a Dieu merci.

Quant ces noveles furent espandues par la cite de Jherusalem mout en furent effree li grant et li petit. Par commun acort des Evesques et des Barons vindrent en langes et nuz piez en leglise Nostre Seigneur. La fu touz li pueples et crierent a Nostre Seigneur merci a soupirs et a lermes; et prierent Jhesu Christ mout doucement que son pueple que il avoit garde et defendu jusquau jor dui delivrast de ce peril ne ne soufrist que la cite et li saint leu quil avoient rendu a son non et a son servise fussent remis arrieres en lordure et en la desloiaute des mescreanz. Diluec sen alerent a procession chantant a grant pitie jusquau temple Nostre Seigneur. Iluec firent li Evesque et li Clerc le servise les laies genz orerent de bon cuer et de piteus. Quant ce fu fet li Evesque leur donerent a chascun la beneicon puis se departirent. Li Dux atorna barons et chevaliers qui garderoient la cite puis sen issirent entre lui et le conte de Flandres et vindrent ez plains de Rames; li autre baron remestrent en Jherusalem. Li citeien de Naples avoient envoie querre Eustace le frere le Duc et Tancre por venir a eus que leur rendissent la cite. Cil i estoient ale par le comandement le Duc et garnisoient la ville mout bien de gent et de viandes dont la terre estoit mout plenteive; por ce demorerent iluec ne mot ne savoient de ces noveles qui si estoient espandues. Mes li Dux les envoia querre si sen vindrent hastivement et furent avec les autres barons. Quant li Dux et li cuens de Flandres vindrent en la cite de Rames bien sorent la verite certeinnement que cil Emireus estoit logiez devant Escalonne a si grant plente de gent que touz li pais en estoit couverz. Lors envoierent messages en Jherusalem aus autres barons qui atendoient la certeinnete de ceste chose et leur manderent que hastivement sen ississent tuit fors ceus qui la cite devoient garder et amenassent tout le pueple mout efforciement come por combatre a grant plente de leur anemis.

XII. Coment li Crestien issirent por combatre aus Mescreanz.

Li cuens de Toulouse et li autre baron qui avec lui estoient sorent la certeinnete que leur anemi venoient sur eus a si grant pooir; por ce concueillirent toutes leur genz qui estoient hors de Jherusalem issu avec eus et vindrent mout isnelement ez plains ou li Dux estoit au leu que len claime ore Ybelin. Quant il furent tuit assemble il orent bien chevaucheeurs .xii c. genz a pie entour .ix m. Quant li oz de nostre gent se fu demorez iluec un jor apres le vespre quant il vouloit ja anuitier il choisirent de loing une grant presse qui venoit pourprenant la terre et couvroit grant partie des plains. Li nostre cuidierent certeinnement que ce fust li oz des Sarrazins et moult se merveillierent coment il venoient contre eus a cele eure. Lors envoierent cele part deus cenz chevaucheeurs armez legierement et bien montez por veoir de pres quelz genz ce pooient estre qui venoient et combien il i avoit de gent: cil sen alerent bonne erre. Quant il aprochierent deus si connurent que cestoient bues et vaches chameus et granz iveries de chevaus et de jumenz. Tant en i avoit que il estoit avis que sil nen eust plus en toute cele terre si deussent il sofire a toute la gent. Avec les bestes estoient genz a cheval qui les gardoient de robeeurs et comandoient aus pasteurs ce quil devoient fere. Cil qui avant furent ale manderent aus Barons qui ce nestoient se bestes non; tuit i acorurent; les gardes senfoirent tantost cil qui porent. Aucuns en i ot pris qui bien distrent la verite des Turs; et bien fu seu que Emireus estoit logiez pres deus a .vii. miles: ses proposemenz estoit de touz les crestiens ocirre. Nostre baron furent lors certein de la bataille; si deviserent .ix. batailles de leur gent et commanderent que .iii. en alassent avant tout de coste lez a lez por ce que li plain estoient grant; et .iii. ausi et mileu et .iii. derrieres. Des Sarrazins ne pot onques nus savoir le nombre car il en i avoit si grant plente que chascun jor croissoit de ceus des terres entor qui tuit i acouroient que ne fust mie legiere chose deus esmer. Quant nostre pueple ot gaaigniee cele grant proie que je vos ai dite mout en orent grant joie liement se reposerent cele nuit; mes cil sur qui la cure estoit firent bien eschauguetier lost. Au matin quant li soleuz fu levez fist crier li Dux que tuit sarmassent et chascuns se traisist a sa bataille. Puis sen alerent tout le pas la endroit ou il savoient leur anemis: esperance avoient ferme en Nostre Seigneur a qui il est legiere chose de fere que li mains vainque le plus. Cil degypte et li autre mescreant qui sestoient mis avec eus vindrent a mout grant desroi jus que il virent les noz tout a plein. Quant il connurent que il navoient nul talent deus eschiver aincois les venoient requerre si les comencierent a douter plus que il ne souloient. Quant il parvirent que leur oz porprenoit si grant espace des plains bien cuidierent que il fussent grant gent mes la verite estoit cele que je vos ai dite: li nostre estoient pou a cheval et a pie. La grant compaignie des bestes que il avoient gaaigniee si come vos oistes estoit avec eus. Quant cil se treoient avant eles aloient avec eus quant il sarestoient eles ne mouvoient de delez eus. Li Tur qui cuiderent que tout ce fust gent armees orent poor trop granz. Li greigneur home et cil de qui len cuidoit que il deussent mieus porter le fez de la bataille se comencierent a soztrere petit a petit et a lessier leur batailles li uns apres les autres si senfuioient en repost. Quant li meneur chevalier et Turqueman sen aperceurent ne pristrent onques nul despit sur eus ainz ferirent des esperons et sen foirent arrieres chascuns la ou il cuida mieuz estre a garant. Ce jor fu perduz cil qui tout son cuer avoit mis a mal porchacier et semer descort partout la ou len le creoit; nus ne set que il devint: ce fu li evesques de Matorane. Aucunes genz distrent que li Dux lavoit envoie querre les barons qui estoient remes en la cite et quant il sen retornoit Sarrazin lencontrerent qui locistrent ou mistrent en prison. Quequil devenist ne fu pas granz damages se il fu hors de cele sainte compaignie des pelerins. Quant nostre baron virent que Nostre Sires sestoit combatuz por eus qui si grant poor avoit mise ez cuers des Mescreanz et quil sen estoient foiz sanz coup ferir grant joie en orent et granz graces en rendirent a Nostre Seigneur mout doucement. Conseil orent quil ne les sivroient mie a desroi parmi les chans; car cil estoient trop grant fes de gent envers eus et se il se raliassent bien i poissent li nostre perdre. Lors chevauchierent tuit en conroi vers les tentes aus Mescreanz car cil qui senfuioient ne les regardoient onques. La troverent li nostre si grant plente dor et dargent de robes et de veissiaus que li plus petis en ot assez. Einsi cueillirent tout quanque il troverent la et sen alerent en Jherusalem tuit chargie de ces despuilles loant Nostre Seigneur de qui don leur estoit venuz cil preuz et cele enneur. Lors firent dedenz la cite joie si grant come font li vainqueur quant il departent leur gaaing.

XIII. Coment li dux de Normendie et li cuens de Flandres sen revindrent en leur terres.

En ceste maniere se contenoient dedenz la cite de Jherusalem. Li dui vaillant home qui longuement orent este eu servise Nostre Seigneur et bien parfet leur pelerinage ce fu li dux de Normendie et li cuens de Flandres pristrent congie aus autres barons et se mistrent a la voie por retorner en leur pais. Par Costantinoble sen vindrent en navie. Li empereres Alexes qui autrefoiz les avoit veuz les receut a mout bele chiere et leur dona de beaus dons au departir. Il sen vindrent en leur pais sain et hetie. Li uns deus ce fu li dux de Normendie trova la chose mout changiee de tele com il la leissa en son pais; car tandis com il estoit en ce haut pelerinage que vos avez oi ses freres ainznez fu morz sanz oir de son cors Guillaumes li Rous avoit non. Rois estoit dengleterre par droit; et selonc les costumes du pais estoit li roiaumes eschoiz a celui Robert duc de Normendie. Mes ses freres qui mainznez estoit Henris avoit non vint aus barons de la terre et leur fist entendant que li dux ses freres estoit rois de Jherusalem et quil navoit nul talent de retorner james deca les monz. Par ceste menconge le firent roi dengleterre et devindrent si home. Quant ses freres retorna doutre mer il li demanda son roiaume; cil ne li vout rendre. Li Dux apareilla grant navie et concueilli genz tant com il pot en Normendie et ailleurs si que il passa et arriva en Engleterre a force. Ses freres qui estoit rois li vint a lencontre atout le pooir de la terre; les batailles furent toutes prestes dassembler mes preudome virent que trop i auroit grant damage se cil dui frere se combatoient einsi. Por ce parlerent de la pais et la firent en tele maniere que cil Henris tendroit le roiaume mes il rendroit a son frere le duc chascun an une somme davoir: de quoi il le fist bien seur. Einsi sen retorna li Dux arriere et revint en sa terre. Apres avint que li Rois qui avoit aucuns chastiaus en Normendie aincois quil eust le roiaume les vout tenir come son eritage. Li Dux les li demanda cil ne les li vout baillier: il les assist et prist a force. Quant li Rois loi mout en fu corouciez; il assembla genz et passa en Normendie; ses freres li vint encontre; ensemble se combatirent a Tenechebrai. Iluec fu li Dux desconfis et pris. Ses freres le mist en prison ou il fu morz. Lors ot tout ensemble le roiaume dangleterre et la duchee de Normendie. Li cuens de Toulouse vint jusqua Lalische de Surie iluec leissa la contesse sa femme. Il sen ala en Costantinoble et devoit tantost revenir. Li Empereres li fist grant joie bel le receut et granz dons li dona puis revint il touz sains et tous hetiez a sa femme et a sa meisnie en Surie. Mes dui an furent aincois passe si com vos orroiz. Li dux Godefroiz remest en Jherusalem et bien governa le roiaume que Nostre Sires li ot done. Il retint avec lui le conte Garnier de Gres et autres barons ceus que il pot avoir. Tancrez li vaillanz remest avec lui a qui il dona por tenir en heritage la cite de Tabarie qui siet sur le lay de Genesar et tout le prince de Galilee atoute la cite qui sieut avoir non Porfire or a non Cayphas et les apartenances de ces choses. Tancrez tint cele terre si bien et si sagement que loez en fu de Dieu et du siecle. Les eglises de cele terre fonda mout richement; granz rentes leur dona; aornemenz i mist biaus et de grant valeur. Nomeement leglise de Nazareth et de Tabarie et cele de Monte Tabor leissa en mout haut point. Mes li baron qui puis ont este seigneur de la terre leur ont tolues assez de leur teneures. Mout fu Tancrez sages et loiaus et se delitoit trop en bien fere aus eglises si com il aparut puis quant il fu princes dantioche; car mout essauca leglise monseigneur saint Pere et le prince meismes crut il mout et eslargi si com vos orroiz.

XIV. Coment li princes dantioche et li cuens de Rohez firent leur pelerinage en Jherusalem.

Tandis com li regnes de Jherusalem estoit en tel estat Buiemonz li princes dantioche et Baudoins li freres le Duc cuens de Rohez orent oies certeinnes noveles que li autre baron que il tenoient a freres por la compaignie du pelerinage avoient par laide Nostre Seigneur conquise sur les Turs et recouvree a la foi Jhesucrist la sainte cite de Jherusalem par quoi il avoient acompliz leur veuz et leur pelerinages. Por ce sassemblerent a jor nomme por aler au Saint Sepuchre si que il refussent assols de leur veuz. Et desirroient mout le Duc et les autres barons a veoir a qui il voloient offrir aide se mestiers leur fust de leur cors et de leur avoirs et des genz qui souz eus estoient. Cil dui haut home ne furent mie a la prise de Jherusalem car par la volente de tous les pelerins li uns remest en Antioche et li autres a Rohez por garder et defendre des Turs ces deus citez qui grant leu tenoient a la Crestiente. Assez avoit chascuns a fere en sa terre mes tout lessierent por venir aus autres. Buiemons vint premerains de sa cite atout mout bele compaignie: grant plente ot de gent a cheval et a pie. Il vint jusqua une cite desus la mer qui a non Valenie souz le chastel de Marguat: iluec se loja maugre a ceus de la cite. Baudoinz mut du suen pais tost apres; tant chevaucha que il aconsut le prince Buiemont devant cele cite: iluec assemblerent. En ce tens estoient arrive pelerin ditalie a Laliche de Surie. Entre ceus estoit uns preudome sages et bien letrez religieus et de grant honeste Daimberz ert apelez arcevesque de Pise. Uns autres estoit en sa compaignie evesque de Puille dune cite qui a non Arriane; icist et toute leur compaignie sestoient mis avec ces .ii. barons por passer plus seurement en Jherusalem. De cez fu mout creuz li oz a ces .ii. princes si que il furent bien .xxv m. que a pie que a cheval; einsi se mistrent a la voie par la marine. Ne troverent cite qui ne fust de leur anemis dont il passerent a mout grant peine. Grant soufrete orent de viandes car il nen trovoient point a vendre et cele que il murent de leur pais estoit faillie. Il fesoit grant froit; unes si granz pluies estoit en ce tens que riens ne les povoit soufrir. Li mois de deloir estoit qui sieut estre mout pluieus en cele terre. Por ce en morurent maint de mesese en cele compaignie; car en toute cele longue voie ne porent trover qui viande leur vendist que ceus de Triple et ceus de Cesaire. Mout granz soufrete orent de viandes a chevaus; au darrenier par la merci Nostre Seigneur vindrent en Jherusalem. La furent receu a mout grant joie du Duc et des Barons du Clergie et de tout le pueple. Il visiterent les sainz leus de la cite a lermes et a granz doceurs de cuers; il sestendoient et leissoient cheoir par ces eglises menjoient la terre que Nostre Sires avoit marchiee; puis vindrent aus osteus ou tuit cil de la ville leur firent mout grant feste. Quant la haute feste de la Nativite Jhesucrist aproucha tuit li baron et li prelat issirent de Jherusalem et vindrent en Bethleem: la furent au noel. Mout regarderent volentiers la sainte creche ou li Sauverres du monde jut entre les bestes; volentiers firent leur oroisons au destour qui est ausi come une petite fosse ou la douce dame qui fu vierge apres son enfantement envelopa de drapelez son fil et aleta du let de son piz.

XV. Coment Daimberz fu esleuz a patriarche.

Jusqua ce tens avoit este leglise de Jherusalem sanz pasteur et sanz patriarche qui loiaument i fust entrez et bien avoit ja cinq mois que la cite estoit conquise. Lors sassemblerent li Baron por conseiller la cite et la terre de tel home qui fust dignes de tel enneur et poist porter le fes. Assez i ot paroles car li un voloient dun teus i en avoit qui voloient dautre; au derrenier par conseil et par bone volente de touz eslurent comunement celui Daimbert arcevesque de Pise qui novelement estoit venuz. Il lassistrent eu siege de patriarche car ce qui avoit este fet de ce bareteur Arnoul de que vos oistes dessus si come il fut fet contre droit et contre raison einsi revint tout au neant. Quant cil preudons fu mis en cele dignete li dux Godefroiz et li princes Buiemonz vindrent devant lui et sagenoillierent humblement le requistrent et il les revesti lun du roiaume et lautre du prince. Ce firent il por ennorer celui qui donnees leur avoit ces enneurs cestoit Jhesucriz cui cil estoit vicaires et cui lieu il tenoit en cele terre. Quant ce fu fet rentes assenerent au Patriarche teles que cil avoit tenues en la patriarche qui Greus estoit; et autres greigneurs pardessus si que bien se pot ennorablement maintenir o bones compaignies de preudes homes. Lors pristrent congie au Duc et aus autres barons Buiemons et Baudoinz li cuens de Rohez; au flun Jordan descendirent et se baignierent; diluec sen alerent selonc la rive de ce flun puis vindrent a Tabarie et lors passerent par la terre qui a non Fenice; a destre lessierent Cesaire puis entrerent en Iture et vindrent a la cite qui a non Maubec; puis tindrent la voie de la marine tant que tuit sain et hetie atoutes leur choses vindrent en Antioche.

XVI. Du content que Daimberz li patriarches mut contre le duc Godefroi.

La costume daucunes genz est quil ne pueent soufrir que pais soit entre gent ou il puissent metre descorde. Par aticement de teus manieres de genz sordi uns contenz entre le Duc et le Patriarche. Car li Patriarches li demandoit la sainte cite de Jherusalem et la forteresce de la ville qui a non la Tor David; autresi voloit avoir la cite de Japhe et les apartenances; car il disoit que ces choses estoient droitures de leglise du Sepuchre. Quant li contenz ot une piece dure li Dux qui estoit humbles et mesurables et mout doutoit Dame Dieu le jor de la Chandeleur voiant le clergie et tout le pueple la quarte partie de la cite de Japhe quita debonnerement au Patriarche et a leglise a tenir a touzjorz. Apres quant vint au saint jor de la Pasque devant touz ceus qui assemble estoient por la feste la cite de Jherusalem et la Tor David leissa en la main du Patriarche atout quanque i apartenoit. Nequedent ceste covenance fu mise que li Dux tendroit ces citez et les terres entor jusque par laide Nostre Seigneur il eust conquises sur les Turs .ii. autres citez dont li roiaumes fust eslargiz; et se il endementres que ce fust avenus moroit sanz oir toutes ces choses sanz contredit revendroient en la main au patriarche de leglise. La veritez est itele com je vos ai dite; mes trop se puet len merveillier par quel raison cil sainz hons qui sages estoit demanda einsi ces citez a ce preudome; mieus se connoissoient en ce cil qui mieus sevent lestat de la terre doutre mer que ne font autres genz; car li baron qui la cite conquistrent la donnerent au Duc si franchement que il ne vourent que nus i eust par desus lui nules droitures ainz la tenist sanz fere a autre de ce nule redevance.

XVII. Coment li Crestien tenoient la quarte partie de Jherusalem quant ele fu conquise.

Nequedent il est certeinne chose que des le tens que li Latin entrerent en la cite et encore de plus anciennement li patriarches de Jherusalem avoit la quarte partie de la cite et la tenoit come seue. Coment ce avint par quele raison ce estoit je le vos dirai briefment car la veritez en a este bien cerchiee. Len trueve ez anciennes estoires que tandis come la citez estoit en la main des mescreanz ele ne pot onques avoir pais qui longuement li durast ainz estoit mout sovent assise des princes mescreanz qui estoient entor lui; car chascuns la vouloit conquerre et metre en sa seigneurie. Por ce prenoient souvent les proies et malfesoient souvent aus citeiens de la ville; les murs et les tors debrisoient par leur engins si que par leur perrieres et par la viellesce des murs estoit la citez desclose par pluseurs leus. En celui tens li regnes degypte estoit plus riches et plus poissanz davoir de genz et de sens que nus des autres roiaumes de Turquie. Li sires degypte tenoit lors Jherusalem et lautre terre dilec entor; car li Califes avoit conquise par ses granz oz que il envoia toute Surie jusqua Laliche qui est pres dantioche; einsi avoit vers cele part creu et estendu son empire. Il establi ses bailliz par les citez qui sieent sur la marine et qui sont emmi la terre. Lors comanda que toutes li rendissent treu et devisa que il le vouloit avoir de chascune cite. Apres ce vout que tuit li citeien refeissent de chascune cite les murs et maøintenissent en bon point torneles redrecassent entor la ou mestiers seroit par la devise de sa gent. Selonc cest establissement li baillis de Jherusalem comanda a ceus de la ville quil rapareillassent les murs et meissent eu point ou il avoient este. Lors devisa combien chascune rue de la ville len referoit; et par malice et par grant cruaute comanda que li chetif crestien qui estoient en la cite refeissent la quarte partie des murs. Cil estoient si povre et tant greve de toltes et de tailles que entreus tretouz navoient pas de quoi il poissent refere deus des torneles. Bien virent que cil queroit achoison por eus destruire: por ce sassemblerent et vindrent mout humblement devant le baillif aus piez li cheirent en plorant li prierent que il leur comandast chose quil poissent fere; car ce quil leur avoit enjoint estoit trop outre leur pooir. Cil qui fu pleins de grant orgueil et nama mie les Crestiens les menaca mout fierement et jura que se il osoient trespasser le comandement au calife son seigneur il leur feroit a touz tranchier les testes come a traitors atainz. Quant il oirent ce mout furent espoente. Dautre part il ne porent porter le fes quen leur avoit chargie; por ce firent tant au derrenier par la priere daucuns Turs qui orent pitie deus que li Baillis leur dona respit jusquil eussent envoie a lempereur de Costantinoble et li requisissent por Dieu quil leur envoiast saumosne a parfere cele oeuvre por eus delivrer de peril de mort a que il estoient jugie se ce nestoit fet.

XVIII. De ce meismes.

Li message vindrent de par eus en Costantinoble; devant lempereur sagenoillierent la verite li distrent de par ceus qui les i enveoient coment il estoient en subjeccion; queus meseses queus viltez li Tur leur fesoient soufrir; et en al fin que mort estoient tuit sil ne les secoroit. Tuit en furent esmeu a lermes de pitie cil qui loirent. Lors estoit empereres uns vaillanz hom sages et de grant cuer Costentins estoit apeles en seurnon Monomaques; cil gouvernoit mout vigueureusement lempire. Et quant il oi la requeste des povres crestiens meuz en fu de grant pitie en son cuer et dist que il leur aideroit volentiers et si largement que la quarte partie des murs que len leur avoit comande a fere porroit bien estre acomplie de lavoir que il leur envoieroit; mes il nen feroit riens se par un covenant non: se il pooient porchacier vers le seigneur de la terre que dedenz cele partie de la cite que il clorroit de ses deniers nesteust nul a estage james se li crestien non: einsi le feroit autrement nen feroit rien. En ceste forme bailla ses letres pendanz a ses baillis de Chipre: que se li crestien de Jherusalem pooient conquerre vers le calife degypte ceste chose que vos avez oie de sa rente quil li devoient en cele terre feissent fere la quarte partie des murs de la cite. Li message qui orent einsi fet leur besoigne sen retornerent au Patriarche et a ceus de par qui il estoient ale; la somme de la chose quil avoient trouvee leur raconterent leaument; cil respondirent que fort estoit a fere mes toutesvoies leur covenoit a essaier; car il ne pooient passer en autre maniere. Messages envoierent a ce haut seigneur le calife degypte. Nostre Sires leur aida que il trouverent en lui ce que il aloient querant; bone chartre leur bailla saellee de son sael et confermee de sa main que par ce fesant leur otreoit la quarte partie de Jherusalem. Li message sen retornerent; grant joie firent cil de par qui il i alerent quant il sorent coment la besoigne estoit fete. Li baillif de Chipre passerent en Surie la partie des murs firent fere si come il leur estoit comande et fu loeuvre parfete en lan de lincarnacion Jhesucrist .m. et .lxiii. Lors estoit califes et rois degypte Bomencor. Ce fu trente sis anz ainz que la sainte citez fust conquise. Jusqua cel jour estoient tuit herbergie communement Tur et Crestien; mes des lors que li Califes lot comande leur fu delivree la quarte partie de la cite. Si en furent mout alegie li Crestien; car quant il abitoient entre les Turs mout leur fesoient leur voisin ennuiz et hontes; mes quant il furent par eus ne leur en firent mie tant. Sil avoient nul contenz entreus tost estoit fines par devant le Patriarche; car des lors not il en cele partie de la ville autre jostise que lui aincois la gouvernoit come la seue. Cele quarte partie est bonnee si com je vos dirai dez la porte devers soleil couchant qui a non la porte Davi par la tor de langle que len claime la tor Tancre jusqua la porte devers bise qui a non la porte monseigneur Saint Estienne. Tant dure laceinte des murs quil firent. Par dedenz est bonnee de la mestre voie qui va de cele porte meismes droitement jusquau Change et dez ilec derechief jusqua la porte docident. En cele espace siet Monte Calvaire ou Nostre Sires Jesucriz fu crucefiez; li Sepucres ou il jut mort et dont il resuscita; la meson de lospital; deus abaies une de moines et autre de nonains chascune a non de la Latine; la meson au Patriarche et li cloistres aus chanoines du Sepucre.

XIX. De la loi qui fu establie au tens le duc Godefroi en la terre de Surie.

En ce tens qui lors estoit presque tuit li baron qui estoient venu en cele pelerinage sestoient parti de la terre et retorne en leur pais. Li Dux a qui len avoit baillie le roiaume et Tancrez qui avec lui estoit remes remanoient auques tuit seul en ces parties. Il estoient povre davoir et de genz; a peines poissent il trover de leur genz se il feissent bien leur pooir dassembler .ccc. homes a cheval et .ii m. a pie. Les citez que li Pelerin avoient conquises nestoient mie lez a lez aincois ni povoit len aler a teles i avoit se par la terre non a leur anemis o grant peril. Les villes entor leur citez que len claime caseaus en la terre tenoient li Sarrazin qui devoient estre sougiet et obeissant aus seigneuries des citez: mes nules genz ne haoient tant les Crestiens come cil fesoient et leur porchacoient tout le mal a leur pooir. Quant il trouver pooient aucuns de la notre gent ez chemins seus volentiers les murtrissoient; tele eure estoit que il les menoient aus citez des Sarrazins por vendre. Encore se porpensoient il de greigneur folie; car il ne vouloient gaaignier leur terres porce que li crestien des citez i preissent leur rentes et desirroient aincois a soufrir meseses que nostre gent i eussent preu. Dedenz la cite meismes nestoient il mie asseur; car il i avoit pou de gent si venoient larron de nuiz qui pecoioient leur mesons et les ocioient en leur liz; toutes emportoient leur choses. Dont il avint que mainz i ot des Crestiens qui lessoient leur beles teneures ez citez si sen retornoient repostement en leur pais; car il avoient grant peor que li Tur qui entour eus abitoient ne sassemblassent aucun jor et preissent les villes par force et eus destruisissent et effacassent si du tout que james nus nen apareust. En haine de ceus qui einsi sen aloient fu establi premierement en cele terre que qui tendroit un an et un jour en pais sa teneure nen respondist james a autrui; porce que mainz en i avoit qui par peor et par coardise lessoient leur choses et senfuioient: apres quant li pais estoit plus asseurez lors revenoient arrieres et les vouloient recovrer; mes par cele loi qui fu einsi establie nen estoient mie escoute. Tandis come li regnes estoit en tele povrete li dux Godefroiz qui mout avoit grant cuer et grant esperance en Nostre Seigneur deslargir son roiaume tant assembla de gent com il en pot avoir puis ala asseoir une cite en la marine qui est asez pres de Japhe; len la claime Assur: mes il la trova bien garnie de viandes dengins et darmes; de Turs hardiz et defensables i avoit mout grant plente. Li oz des Crestiens par dehors estoit petiz et soufraiteus meismement porce que il navoient nule nef par quoi il leur defendissent la voie de la mer par ou il pooient entrer et issir quant il leur plesoit. Pour ices choses li Dux fu contrainz de lessier le siege et sen parti touz apensez de revenir a ce siege meismes quant li tens fust plus covenables et sa gent fussent mieuz porveu de ce que mestiers fust a prendre la ville: einsi leust il fait se Nostre Sires li eust done plus longue vie.

XX. Des presenz que li Tur aporterent au duc Godefroi.

Il avint en ce siege dont je vos ai parle une chose qui ne fet mie a oblier. De montaignes de la terre de Samarie en que siet la cite de Naples vindrent Tur qui estoient des chastiaus de la entor et aporterent en lost au duc Godefroi presenz de pain et de vin et de dates et duve passe. Bien puet estre quil vindrent plus por espier lestre et la contenance de nostre gent que por autre chose. Il prierent tant la gent au Duc que il furent amene devant lui; lors li presenterent ce que il avoient aporte. Li Dux si com il estoit humbles et sanz bobanz se seoit en son paveillon a terre et sestoit apoiez sur un sac plein de fuerre: iluec atendoit une partie de ses genz quil avoit envoiez forrer. Quant cil qui avoient les presenz fez virent le Duc seoir einsi en bas trop sen merveillierent et comencierent a demander aus genz qui entendoient leur langage por que cestoit que si hauz princes qui docident estoit venuz et avoit toute troblee la terre dorient tantes genz mortes et prises et conquis si poissant roiaume se contenoit si povrement ne navoit desouz lui tapiz ne drap de soie habit de roi navoit mie vestu entor lui nestoient mie sergent ne chevalier qui tenissent les espees nues ou les haches danoises par quoi tuit cil le doutassent qui le veissent; ainz se seoit si bas com se ce fust uns hom de petit afere. Li Dux demanda que cestoit de quoi il parloient einsi; len li respondi ce dont il se merveilloient: lors dist il que nestoit pas honte dhome mortel seoir a la terre car la covenoit a revenir apres la mort et le cors covenoit iluec a hebergier et devenir terre. Quant il oirent ceste response cil qui por lui essaier estoient la venu mout comencierent a prisier son senz et sumilite. Dilec se partirent disant que il estoit bien tailliez et bien fez por estre sires de toute la terre et gouverner tout le pueple qui si estoit sanz orgueil et connoissoit la povrete de sa nature. Mout fu espandue cele parole par ceus qui lavoient oie; tant fu il plus doutez de ses anemis meismement que tuit cil qui de son afere enquerroient ne trouvoient en lui que vigueur et mesure sanz orgueil et sanz outrage.

XXI. Coment li Tur pristrent Buiemont le prince dantioche.

Eu regne de Jherusalem se contenoit len einsi com vos avez oi. Lors avint que uns riches hom dermenie Gabriel avoit non sires estoit de toute la cite de Meletene qui est outre le flun deufrate en la terre de Mesopotamie doutoit mout que li Tur de Perse ne venissent sur lui; car la gent qui se tenoient devers eus li coroient sus mout efforciement et souvent si que il ne les pooit mie bien soufrir. Por ce prist conseil a sa gent et envoia messages a Buiemont le prince dantioche qui li distrent de par lui quil se hastast tost de venir en sa terre car il li vouloit rendre sa cite par unes covenances assez resnables que il li manda. Mout li plesoit plus ce disoit que li Princes eust sa cite par son gre que li Tur la li tousissent maugre suen. Quant Buiemons oi ces noveles si come il estoit hardis et apenses mout se hasta dapareillier et prist avec lui bonne compaignie et se mist a la voie. Il passa le flun deufrate et entra en Mesopotamie. Ja estoit pres de la cite de Meletene quil aloit recevoir quant uns puissans amirans des Turs Danisman avoit non qui ot seu que il venoit et lot guetie li corut sus soudeinnement lui et les siens trova desapensez; ceus qui le vodrent atendre ocist car il avoit trop grant plente de gent; li autre senfoirent. Buiemons fu pris et retenuz et lenmenerent les mainz liees de cordes et les piez en buis de fer. De ceste aventure monta li Turs en grant orgueil et se fia mout ez grant ost que il menoit. Por ce vint devant la cite de Meletene et lassist porce que il cuidoit quele li fust sanz demeure prise ou rendue; mes aucuns de ceus qui eschaperent de la ou li Princes fu pris sen vindrent fuiant jusqua la cite de Rohez; la conterent au conte Baudoin cele grant mesaventure qui avenue leur estoit. Quant li vaillans cuens oi ce mout en fu correcies et grant pitie ot du prince que il tenoit a frere por la compaignie du pelerinage et porce que il avoient leur terres si voisines. Mout li redespleust se li Tur conqueissent les citez que Buiemons avoit tenues. Por ce semont hastivement toute la gent que il pot avoir a cheval et a pie et prist ce que mestier avoit a tel voiage. Si sen ala vers ces parties bien a trois jornees de Rohez jusques a Meletene. Il ot mout tost cele voie trescourue si que ja estoit pres de la cite: mes Danismans li Turs sot bien la venue le Conte si ne losa atendre ne combatre a lui aincois lessa le siege et sen parti; Buiemont enmena quil tenoit ez liens. Quant Baudoins oi que cil ne losoit atendre ainz senfuioit avant lui il corut apres o toute sa gent et chaca par trois jorz. Quant il vit quil ne le porroit aconsivre il sen retorna a la cite de Meletene. Gabriel li sires de la ville le receut a mout grant joie; a toutes ses genz fist bele chiere puis li rendi la cite par ces covenances meismes que il avoit ofertes a Buiemont. Quant il ot ce fet il sen retorna arrieres vers sa terre.

XXII. Coment li dux Godefroiz fist grant gaaing sur les mescreanz.

Godefroiz li dux et sa gent qui estoient remes avec lui en Jherusalem por garder le roiaume comencierent a avoir mout granz meseses et soufrir tieus povretez que a peines le poroit len deviser. Lors avint que bonnes espies et certeines li aporterent unes nouveles que en ces parties darrabe outre le flun Jordain avoit genz mout riches qui riens ne doutoient; pour ce habitoient hors des forteresces: se len les seurprenoit mout i porroit len fere grant gaaing. Li vaillans hom qui grant soufrete avoit prist avec lui genz a cheval et a pie tant com il en pot avoir sauve la garde de la cite. Lors entra soudeinnement en la terre a ses anemis iluec acueilli mout granz proies de chevaus et de bues et de vaches et de moutons; de prisons riches emmena grant plente; lors se mist eu retour. Uns Turs haus hom et puissans de la gent darrabe qui mout estoit preuz en armes et grant pris en avoit desirroit trop grant piece a veoir et a acointier cele gent de France dont il avoit tant oi parler qui docident estoient venu vers Orient et si grant terre avoient mise au desouz. Sur touz les autres voloit mout veoir le duc Godefroi et savoir se cestoit voirs que len disoit de sa force et de sa proesce. Tant fist par genz a qui il parla que il ot trives de venir jusquau Duc. Mout le salua en inclinant si come est leur costume; puis pria le Duc mout humblement que il ferist de sespee un chamel quil li avoit amene mout grant; car si com il disoit grant enneur li seroit en son pais se il pooit conter aucuns de ses cops que il eust veuz. Li Dux sot quil estoit venuz de loing por lui veoir si fist ce quil li requeroit; il trest lespee et puis feri le chamal eu col la ou il lavoit plus gros et li coupa ce sembloit ausi legierement come il feist dune oe. Quant li Turs vit ce mout se merveilla si que il sen esbahi tout. Quant il ot une piece pense si dist en son langage: Je voi bien que li Dux a bonne espee et bien tranchant mes je ne sai sil ferroit ausi grant coup dune autre espee. Li Dux demanda que il disoit: quant il le sot il sorrist; puis li dist que la seue espee li baillast: cil le fist li Dux en feri un autre chamal si quil en fist la teste voler assez plus legierement que lautre. Lors a primes sen merveilla trop li Turs et dist que bien savoit que cestoit plus de la force du braz que de la bonte de lespee. Bien avoit esprouve que ce nestoit mie menconge ce que len disoit du Duc en sa terre. Lors li donna mout de biaus joiaus jor et de riches pierres et sacointa mout de lui; puis sen retorna en son pais. Li Dux sen vint en Jherusalem o tout sa proie et les trossiaus de son gaaing si granz que tuit si home en furent riche.

XXIII. De la mort au vaillant duc Godefroi de Buillon.

En ce mois de jugnet qui lors estoit li vaillanz dux Godefroiz qui estoit gouvernerres du roiaume de Jherusalem ot une maladie mout fort. Len manda touz les fisiciens de la terre; il i mistrent de peine ce quil porent mes ne valut riens car li maus ne finoit dengregier. Puis manda genz de religion prelaz et provoires por le conseil de same. Mout fu bien confes et vraiement a granz lermes et a grant devocion: einsi se parti de cest siecle. Nous devons penser que lame sen ala avec les anges devant la face Jesuscrit. Il trespassa le disuitieme jor de juignet lan de lincarnacion .m. et .c. Enterrez fu en leglise du Sepucre soz le leu de Monte Calvaire ou Nostre Sires fu mis en croiz. Cil leus est gardes tout propres por enterrer les rois de Jherusalem jusquau jor dui.

 


Source.


This text is part of the Internet Medieval Source Book. The Sourcebook is a collection of public domain and copy-permitted texts related to medieval and Byzantine history.

Unless otherwise indicated the specific electronic form of the document is copyright. Permission is granted for electronic copying, distribution in print form for educational purposes and personal use. If you do reduplicate the document, indicate the source. No permission is granted for commercial use.

© Paul Halsall, September 1998
halsall@murray.fordham.edu