Fordham University

 

Home | Ancient History Sourcebook | Medieval SourcebookModern History Sourcebook | Byzantine Studies Page
Other History Sourcebooks: African | East Asian | Global | Indian | IslamicJewishLesbian and Gay | Science | Women's


IHSP


MainAncientMedievalModern


Subsidiary SourcebooksAfricanEastern AsianGlobalIndianJewishIslamicLesbian/GayScienceWomen


Special ResourcesByzantiumMedieval WebMedieval NYC
Medieval MusicSaints' Lives
Ancient Law
Medieval Law
Film: Ancient
Film: Medieval
Film: Modern
Film: Saints


About IHSPIJSP Credits

Livre des sources médiévales:

Procès du Seigneur Enguerrand De Coucy (Vers 1259).


Comme noble homme mes sires Enjorranz de Couci eust fet pendre iij nobles jovenciaux, si comme l'en disoit, qui estoient avecques l'abbé de Saint Nicolas eu Bois, de la dyocese de Laon, por ce que il furent trouvez en ses bois a tout art et saietes, sanz chiens et sans autres engins par quoi il peussent prendre bestes sauvages, et li diz abes et aucunes femmes qui estoient cousines des diz penduz eussent aporté la compleinte de leur mort devant le roy, li benoiez rois fist apeler le dit Enjorran devant lui, (puis qu'il ot) fete enqueste soufisant et si comme l'en la devoit fere quant a tel fet. Et lors il le fist arester par ses chevaliers et par ses serganz et mener au Louvre et metre en prison et estre ilecques tenu en une chambre sanz fers. Et comme li diz Enjorranz fust einsi retenu, un jour li benoiez rois fist le dit (seigneur de Couci) amener devant lui; avecques le quel vindrent li rois de Navarre, li dus de Bourgoigne, li (cuens) de Mar, li quens de Sessons, li cuens de Bretaigne et li cuens de Blois, li cuens de Champaigne et mon seigneur Thomas, lors arcevesque de Reins, et mon seigneur Jehan de Thorote et ausi comme touz les autres barons du roiaume. A la parfin il fu proposé de la partie du dit mon seigneur (de Couci) devant le benoiet roy que il vouloir conseillier soi. Et lors il se trest a part et touz ces nobles hommes devant diz avecques lui et demora li benoiez rois tout seul ilecques, fors que de sa mesniee. Et quant il orent esté longuement a conseil, il revindrent devant (le beneait roi), et proposa devant mon seigneur Jehan de Thorote pour le dit mon seigneur Enjorran, que il ne devoit pas ne ne vouloir soumetre soi a enqueste en tel cas, comme cele enqueste touchast sa persone, s'enneur et son heritage, et que il estoit prest de defendre soi par bataille, et noia plainement que il n'avoit (mie pen) du ne commandé a pendre les jouvenciax desus diz. Et li diz abbes et les dites demmes estoient ilecques en presence d'autre part devant le benoiet roi qui requeroient justise. Et comme li benoiez rois ot entendu diligaument le conseil du dit mon seigneur Enjorran, il respondi que es fez des povres, des eglises ne des persones (dont en doit avoir pitié), l'en ne devoit pas einsi aler avant par loy de bataille; car l'en ne troveroit pas de legier aucuns qui se vousissent combatre pour teles manieres de persones contre les barons du roiaume. Et dist que il ne fesoit pas contre lui noveleté, com il fust einsi que autres foiz semblables choses eussent (esté fetes) par les ancesseurs du benoiet roy en semblables cas. Et lors recorda li benoiez rois que mon seigneur Phelipe, roy de France, son aiel, pour ce que mon seigneur Jehan de Soilli, qui adonques estoit, avoit fet un homicide, si comme l'en disoit, fist fere une enqueste contre lui, et tint le chastel de Soilli par xij ans et plus, ja soit que li dix chastiax ne fust pas tenu du roy sans autre moien, ainçois estoit tenu de l'eglise d'Orliens. Donc li benoiez rois n'oy mie la requeste, ainz fist ilecques meesmes prendre maintenant le dit mon seigneur Enjorrant par ses serganz et mener au Louvre et le fist ilec tenir et garder. Et tout fust il einsi que pluseurs proiassent le benoiet roy pour le dit mon seigneur (de Couci), nonpourquant onques pour ce li sainz roys ne volt leur prieres oir ne nul d eus sus ce (escouter). Et adonques li benoiez rois se leva de son siege et les barons devant diz se partirent d'ilecques esbahiz et confus. Et en ce meesmes jour, apres la dite response du benoiet roy, li cuens de Bretaigne dist au (beneoit roi que) il ne devroit pas soustenir que enquestes fussent fetes contre les barons du roiaume en choses qui touchent leur persones, leur heritages et leur enneurs. Et li benoiez rois respondi au conte: "(Vos ne deistes) pas einsi en un tens qui est passé, quant les barons qui de (vos) tenoient tout nu a nu sans autre moien, aporterent devant (nos lor) compleinte de (vos) meesmes, et il offroient a prouver leur entencion en certains cas par bataille contre (vos). Ainçois respon(distes devant nos que vos ne deviez pas) eler avant par bataille, mes par enquestes en tele besoigne, et di(siez en)core que bataille n'est pas voie de droit". Et li benoiez rois dist après que il ne le pooient pas jugier des coustumes du roiaume par enqueste fete contre lui a ce que il le punisist en sa persone, comme einsi fust que li diz mes sires Enjorran ne se fust pas sousmis a la dite enqueste, mes toutevoies se il seust bien la volenté de Dieu en cel cas, il ne lessast ne pour noblece de son lignage ne pour la puissance d'aucuns de ses amis que il ne feist de lui pleine justise. Et a la parfin li benoiez rois, par le conseil de ses conseilliers, condempna le dit mon seigneur Enjorran en xij mile livres de parisis, la quele somme d argent il envoie en Acre pour despendre en l'ayde de la Sainte Terre. Et pour ce ne lessa il pas que il ne le condempnast a ce que il perdist le bois et quel les diz jovenciax avoient esté penduz, le quel bois il ajuga a l'abeie de Saint Nicolas. Avecques ce il le condempna que il feist fere trois chapellenies perpetueles et les douast pour les ames des penduz. Et li osta encore toute haute justise de bois et de viviers que il ne peust puis cel tens nul metre en prison ne trere a mort pour aucun forfet que il i feist.

Et com il fust einsi que l'en deist que, pour les choses devant dites, mon seigneur Jehan de Thorote avoit dit es barons qui avoient ilecques esté, (que li beneaiz rois feroit) bien se il les pendoit toz, et comme l'en eust ce dit au saint roy, il l'envoia quere par ses serganz. Et quant li diz mon seigneur Jehan fu venu a la presence du benoiet roy, il s'agenoilla devant lui et li benoiez rois li dist: "Comment est-ce Jehan? Dites vous que je face pendre mes barons? Certainement je ne les ferai pas pendre; mes je les chastierai se il meffont." Et li diz mon seigneur Jehan respondi: "Sire, cil ne m'aime pas qui vous a dit ces paroles que je ne dis onques" et offri que il estoit prest de purgier soi ilecques par son serement et par les seremenz de XX ou XXX autres chevaliers ou de pluseurs. Pour la quele chose li benoiez rois ne le fist pas pendre, tout eust il eu devant propos de fere le pendre, pour ce que il s'escusa en tele maniere. Et vraiement el tens que li diz mes sires Enjorranz fu pris et retenuz, li rois de Navarre, li quens de Bretaigne, la contesse de Flandres et mout d'autres re(queroient au saint) roy que il leur rendist le dit mon seigneur Enjorran que il tenoit, meesmement com il n'eust onques esté a pendre les devant diz hommes. Mes li benoiez rois qui fu desdeignié pour ce que il avoient fet essemblee et sembloit que il feissent conspiracion contre le roiaume et contre s'enneur, se leva et ne se volt pas otroier a leur requeste, ainçois detint le dit mon seigneur Enjorran en prison.

 

Sources: « La vie de Saint Louis » de Guillaume de Saint-Pathus, éditions H. Delaborde, Paris, 1899, pages 136 à 140. Texte cité par Marie-Thérèse Caron, dans "Noblesse et pouvoir royal en France (XIIIe-XVIe siècle", Armand Colin éditeur, Paris, 1994, pages 76 à 78..


Livre des sources médiévales: [xyxy]: text sources from the now defunct Arisitum website. Contact Paul Halsall, halsall@murray.fordham.edu if any text is here improperly.

These sources are now part of the Internet Medieval Sourcebook.