Fordham University

 

Home | Ancient History Sourcebook | Medieval SourcebookModern History Sourcebook | Byzantine Studies Page
Other History Sourcebooks: African | East Asian | Global | Indian | IslamicJewishLesbian and Gay | Science | Women's


IHSP


MainAncientMedievalModern


Subsidiary SourcebooksAfricanEastern AsianGlobalIndianJewishIslamicLesbian/GayScienceWomen


Special ResourcesByzantiumMedieval WebMedieval NYC
Medieval MusicSaints' Lives
Ancient Law
Medieval Law
Film: Ancient
Film: Medieval
Film: Modern
Film: Saints


About IHSPIJSP Credits

Medieval Sourcebook:
Guillame de Tyr (William of Tyre):
Historia rerum in partibus transmarinis gestarum
[History of Deeds Done Beyond the Sea]


Books 1-9 | Books 10-16 | Books 17-22 | Books 23-34 | Chronique du Templier

This is the Old French version of William of Tyre, with continuations. It is
something of a mongrel: (1) the translation of William, from the edition of Paulin Paris; (2) the continuation, from the Recueil des historiens des croisades; and (3) the Chronique du Templier de Tyr, from Les gestes des Chiprois as edited by Gaston Raynaud. The etext was supplied by Michael Tanksley of JHU. It leaves out the diacritical marks and the commas.

Bibliography

Source of (1)

Guilelmus, Abp. of Tyre, ca. 1130 - ca. 1190.  Guillaume de Tyr et ses continuateurs, texte francais du XIIIe siecle, revu et annote par M. Paulin (Paris ... Paris, Firmin Didot et cie, 1879-80.)

Source of  (2)

Recueil des historiens des Croisades : Historiens occidentaux / publie par les soins de l'Academie royale des inscriptions et belles-lettres. 5 Vols.  (Paris : Imprimerie Royale, 1844-95.)

Source of (3)

Les Gestes des Chiprois : recueil de chroniques francaises ecrites en Orient au XIIIe & XIVe siecles (Philippe de Navarre & Gerard de Monteal [sic]) / publie pour la premiere fois pour la Societe de l'Orient latin. par Gaston Raynaud. (1887) [Reprinted, Osnabruck : Zeller, 1968.]

For an early English version, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. Godeffroy of Boloyne; or, The siege and conqueste of Jerusalem, by William, Archbishop of Tyre. Translated from the French by William Caxton, and printed by him in 1481. Edited from the copy in the British... London, Pub. for the Early English Text Society by K. Paul, Trench, Trubner & Co., 1893. [reprinted, Millwood, N.Y., Kraus Reprint Co., 1973]

For a partial modern English translation of Latin text, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190. A history of deeds done beyond the sea, by William, archbishop of Tyre... Translated and annotated by Emily Atwater Babcock and A. C. Krey. (New York, Columbia University Press, 1943),  Records of civilization, sources and studies no. 35.

For a modern critical edition of William, see

William, of Tyre, Archbishop of Tyre, ca. 1130-ca. 1190.  Chronique, edition critique par R.B.C. Huygens; identification des sources historiques et determination des dates par H.E. Mayer et G. Rosch. (Turnholt : Brepols, 1986)

For a partial English translation of the Old French version, see

The conquest of Jerusalem and the Third Crusade  sources in translation / Peter W. Edbury. (Aldershot, Hants, England : Scolar Press ; Brookfield, Vt. : Ashgate Pub. Co., c1996.)

Contents



LI VINTETROISIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Si grant haine estoit entre le roi et le conte de Japhe que chascun jor croisseit plus et plus. Jusques a tant estoit ja la chose venue que li rois queroit achaison par quoi il peust desseurer tout apertement le mariage qui ert entre lui et sa seror. Il requist le patriarche qui les ajornast et dist que il voloit acuser ce mariage et mostrer par raison que il nestoit ne bonz ne loiaus. Li cuens oi ce dire si sen parti des autres barons tout celeement et sen vint en Jerusalem ou sa feme sejornoit lors et li pria moult que ele se partist de la vile ancois que li rois venist qui retornoit de son ost; car il dotoit que se li rois la trovoit ilec ne la laissast pas revenir a lui; por ce li prioit moult que ele sen venist a Escalone ou il sen aloit tout droit. Li rois oi que li cuens sen estoit partiz de lost si envoia messages apres lui qui le semostrent de venir a sa cort. Cil respondi que il ni poeit aler por ce quil estoit deshaitiez. Et plusors messages y envoia les unz apres les autres qui onques amener ne le porent; car il se escuseit toz jorz por sa maladie. Li rois dist que puis que il ne voloit venir il iroit a lui et le semondroit il meisme. Si baron le sivirent. Il sen vint droit a Escalone mais il trova les portes closes et bien fermees. Il apela et comanda que lon li ovrist; trois fois toucha sa main a la porte mais nul ne vint qui son comandement feist. Li borjois de la vile estoient monte sur les murs et sur les torneles et ne se osoient movoir; ainz atendoient la fin de cele chose. Li rois sen parti dilec moult corroces et sadreca por aler a Jafe. Assez encontra chevaliers et sergens qui venoient qui le menerent enz sanz contredit. Il saisi la vile a son huez et i mist son bailli; puis sen parti dilec et sen vint a Acre. Il fist semondre ilec un grant parlement de toz les prelaz et les baronz. Quant il furent assemble li patriarches prist avec lui le maistre dou Temple et celui de lospital; si sen alerent tout droit devant le roi et li prierent moult humlement et lencheirent as piez que il pardonast son mautalent au conte de Japhe et vosist que il venist devant lui. Li rois ne les en vost escouter anceis lor respondi premierement que il nen feroit mie. Cil en orent grant desdeing de ce que home qui estoit ensi foibles de son cors portoit encore rancune en son cuer; par corroz sen partirent de la cort et sen issirent hors de la cite. Li parlemens devoit estre assemblez por ce que lon devoit envoier bons messages Outre mer as princes de France et des autres terres por eauz requerre que il secoreussent ou pais de Jhesu Crist et sa gent. Mes li patriarches quant len dut premierement parler de cele besoigne comenca lautre que je vos ai dite; et por ce que il nen post rien faire sen parti dilec entre lui et les .ii. maistres. Si ni ot riens fait de la besoigne por que il estoient venus et assemblez. Li cuens de Jafe oi dire que li rois ne voleit avoir merci de lui et que por amor ne por preere ne pot avoir sa pais des lors se porpensa coment il le porroit corrocer. Il prist des chevaliers avec lui tant come il en pot avoir et sen ala vers le chastel dou Daron. Ilec sestoient loge Turc darabe que lon apele Beduins et gardoient grant plente de bestes por les pastures; car il avoient tant done de lor avoir au roi qui les i soffroit et les avoit pris en son conduit. Sur ce estoient tuit segur et ne cuidoient avoir garde de nul crestien. Li cuenz et si chevalier vindrent si les surpristrent aucun en ocistrent et toute la proie en menerent. Quan que il troverent de robe et davoir enporterent tout a Escalone. La novele en vint au roi qui en fu tout desves. Si manda le conte de Triple et por ce que il se fioit en son sen et en sa loiaute; tantost li bailla tout le poeir et toute la seignorie de la terre et dou roiaume. Trop en orent grant joie tuit li baron et li menus pueples por ce que il avoient dit des anceis que autrement ne poeit estre la terre en bon point tandis come lor dui roi estoient si non puissant se toz li fais et li governemenz des besoignes nestoient baillees au conte de Triple. Ce fu en lan de lincarnation de nostre Seignor mil et cent et quatre vinz et cinc anz.

CHAPITRE II.

En ce que li rois Bauduins estoit en son lit mortel il fist venir devant soi toz sez homes liges du roiaume de Jerusalem et lor comanda que il fussent tenuz par seirement au conte Reymont de Triple et que il le receussent a bail du roiaume de Jerusalem tant que son nevo Bauduin fust daage. Icelui il avoit fait coroner a roi en son vivant et en avoit fait de lui son heir en la maniere come son oncle le roi Bauduin le tiers avoit fait de lui; et par tel maniere que se il mesavenoit de son nevo Bauduin le petit roi qui fu fiz de sa seror Sebile et dou marquis Guillaume et que il morust sanz heir et il vosissent faire roi de nului qui fust dou roiaume de Jerusalem que il le feissent dou conte de Triple Reymont; et se il vosissent eslire a roi nul estrange home doutre mer que il le feissent par le conseil et par la volente dou devant dit conte. Car li rois Bauduins conoisseit bien que il ne autre nen estoit ou roiaume de Jerusalem qui ausi grant dreit eust come le conte de Triple por ce que il estoit cosin germain dou roi Amaurri de cele partie dont li reiaumes movoit. Car quant li rois Bauduins li tiers vint de vie a mort il establi que son frere eust le roiaume de Jerusalem por ce que il en estoit le dreit heir; et apres lui son fiz Bauduin por ce que il estoit son nevou et son filluel.

CHAPITRE III.

Apres la mort dou devant dit roi Bauduin le tiers Amaurri son frere vint au patriarche de Jerusalem et as barons dou roiaume et lor requist la corone et demanda por ce que ce estoit son dreit et a lui estoit escheue et non a autre. Li patriarches li respondi et li dist que il nestoit mie tes ne si dignes que il deust avoir la corone dou roiaume de Jerusalem. Quar tant come il estoit en peche mortel ou il se estoit mis ne corone de Jerusalem ne autre honor ne devroit il avoir. Li mesfais por quoi li patriarches le reprenoit et estoit contraires au devant dit Amaurri si estoit por ce que il avoit esposee Agnes la suer dou conte Jocelin qui estoit sa cosine remuee de germain. Amauri respondi sur ce au patriarche et dist que il en venroit a la merci de Deu et de Sainte Iglise et de lui meismes et que il de ce en feroit son comandement par tout. Li patriarches li dist que se il voleit laisser et departir sei de sa cosine que il avoit esposee contre Deu et contre raison il porroit avoir la corone dou roiaume de Jerusalem. Il otroia au patriarche de Jerusalem de laisser la dame et que il mandereit sur ce a Rome requerre merci a lapostoile come por aleauter la dame et sez enfanz par dispensation. En ce que il se parti de la dame il fu coronez a roi et ot la seignorie dou roiaume de Jerusalem. Dedens ce que li rois Amaurris envoia sez messages a la cort de Rome Agnes qui fu sespose sassembla par mariage a Hue dybelin; et li rois Amauris esposa Marie qui fu niece de lempereor Manuel de la quel il ot une fille qui ot nom Ysabel qui puis fu reine dou reiaume de Jerusalem. Et por cestui fait que nos avonz devant dit repreneit le rei Bauduin meseau sa conscience et ne voleit que nul estrange entrast ou roiaume de Jerusalem sanz la volente dou dreit heir dou roiaume et por ce que il conoisseit et saveit bien que Gui de Lisignan nen esteit profitable a governer ne a maintenir le fait dou roiaume de Jerusalem ne sa suer Sebile ne ny aveit nul dreit por ce que quant sa mere se parti de son pere li enfant ne furent mie juge aleauz. Il commanda a ses homes que il fussent tenu par seirement au conte de Triple et li livra le baillage de la seignorie del reiaume de Jerusalem por ce que il aferoit plus a lui que a nul autre.

CHAPITRE IV.

Li cuens Reimonz de Triple respondi que volentiers recevroit le baillage par ce que il ne fust garde del enfant dedens les .x. anz que se il li mesavenist come de mort que len ne deist que ce fust par lui. Et si voleit que les fortereces et les chasteauz fussent en la garde dou Temple et del Ospital; car il nen voleit estre en nule riens mescreus et que il nen fust retez de nule mauvaiste. Et si voleit estre assenes ou il se tenreit se il meteit ou roiaume aucun coust car lors ni aveit il nule trive entre Crestienz et Sarrasins ne en la terre navoit rentes de quei il peust maintenir ost contre les Sarrasinz; et voleit que len lassegurast daveir et tenir la baillie .x. anz en tel maniere que se lenfant moreit dedens les .x. anz li baillages tornast a ceauz qui seroient plus dreis heirs jusque a cele hore que par le conseil de lapostoile de Rome et de lempereor dalemaigne et dou roi de France et dou roi dengleterre seroit jugez li roiaumes a une de ses .ii. serors ou a Sebile qui estoit fille de la contesse Agnes ou a Ysabel qui estoit nee de la reine Marie; por ce que li rois Amauris fu partiz de la mere de la ainz nee seror anceis que il fust rois et lautre fu fille de roi et de reine. Por ce ne sacorderent mie li baron que la ainz nee le fust se li enfes moreit se ce ne fust par le conseil de ces .iiii. que je vos ai devant dit; et por ce latira li cuenz de Triple ensi que il ne voleit mie que il y eust descorde en la terre se li enfes moreit; et por ce en voleit il estre tenant jusques a cele hore que li roi y eussent mis conseil.

CHAPITRE V.

Ceste chose fu au gre dou roi et des baronz tout ensi come li cuenz devisa. Ileques atirerent que li cuenz Jocelinz qui oncles estoit de la mere del enfant le garderoit donant li riches despens; et assena len le conte de Triple Baruth que se il metoit cost ou reaume par les barons de la terre que il en fust assenez tant que il eust eu ses costenges. Quant ensi orent atire laffaire si comanda li rois que len coronast lenfant; et len le mena au Sepuchre et le corona len et le fist len porter a un chevalier entre ses braz jusque au temple Domini por ce que il esteit petiz; que il ne voloient mie que il fust plus bas deauz et li chevaliers estoit granz et levez. Cil avoit nom Balianz dybelin et si estoit un des baronz de la terre. Il estoit costume en Jerusalem que quant li rois portoit corone au Sepucre il la portoit jusques au Temple ou Jhesu Crist fu offert et la offreit sa corone; mes il la rechateit puis. Ensi le soleit len faire quant la mere avoit son premier enfant masle que ele le offreit au Temple; si le rachateit de un aignel ou de .ii. colons ou de .ii. tortereles. Quant li rois avoit offerte sa corone au Temple Salemon ou li Templier maneient si estoient misez les tables por manger. La seoit li rois et li baron et tuit cil qui manger y voloient fors solement li borgeis de Jerusalem qui servoient; que tant devoient il de servise au roi que quant li rois avoit portee corone il servoient lui et sez baronz au manger. Ne demora puis guaires que cil ot portee corone que li rois mezeaus fu morz. Et devant ce que li morust manda il toz sez homes que ils venissent a lui en Jerusalem et il vindrent tuit a cel point que il trespassa de cest siecle si que tuit li baron furent a sa mort. Il fu enfoiz la ou li autre roi avoient este enfoi puiz le tenz Godefroi de Auillon. Il estoient enfois entre la montaigne de Monte Calvaire la ou Jhesu Crist fu mis en crois et le Sepucre ou il fu pose. Et tout ce est entre le mostier dou Sepucre Monte Calvaire et Golgotas.

CHAPITRE VI.

Devant ce que li rois fust morz et que li enfes ot portee corone li fist il faire a toz les baronz de la terre feaute et homage come a seignor et a roi; et apres fist il faire homage au conte de Triple come a bail et fist jurer toz les baronz de la terre et as chevaliers dou roiaume que il atirereent si come il avoit este devise des .ii. serorz et tendroient et aideroient au conte de Triple la terre a maintenir et a garder se li enfes moreit dedens les .x. ans. Quant li rois meseauz fu trespassez et li enfez ot portee corone si le bailla len au conte Jocelin a garder. Il len mena o sei a Acre si le garda au meaus que il post; et li cuens Raimons de Triple fu bail dou roiaume de Jerusalem. Il avint au premier an apres la mort dou roi Bauduin le mezeau que il ne plut point en la terre de Jerusalem ne en Jerusalem ne recut len point de eve si que il ni aveit que beivre fors moult po. Il avint que en Jerusalem avoit un borgeis que len nomeit Germain qui moult volontiers faiseit bien pour Dex et por la soffreite de leve avoit il en Jerusalem en .iii. lues cuves de marbre seelees en maisieres et si avoit en chascune des treis cuves .ii. bacinz enchaenez et les faisoit toz jors tenir pleines deve. La aloient boivre tuit cil et totes celes qui boivre voloient. Quant cil Germains vit quen ses cisternes navoit gaires remez deve et quil ne plovoit si en fu moult dolenz por ce que il ne perdist laumosne a faire que il avoit comencee. Lors li sovint de ce que il avoit oi dire as ancienz homes de la terre que en coste la fonteine de Siloe avoit un puis ancien que Jacob fist et estoit covers et enplis et gaaignoit len par dessus et a peines seroit trovez. Donc vint li preudom si fist sa preere a Nostre Seignor que il li donast grace de trover ce puis et que il li aidast a maintenir le bien que il avoit comence a faire et par son plaisir; que son povre pueple eust secors deve. Quant se vint lendemain par matin si se leva et ala au mostier et pria Deu que il le conseillast; apres ce il ala a la place et prist ovriers et sen ala en celui lue ou len li avoit dit que ce puis estoit. Si fist tant ferir et chaver que il trova le puis. Quant il lot trove si le fist vuider et murer de nuef tout a son cost; puis fist faire par dessus une roe ou il avoit poz que une beste tornoit. Si avoit len fait metre cuves de pierre la ou cele aigue cheeit que len traeit de cel puis. Et avoient tuit cil de la terre qui voloient de leve si la portoient en la cite; et li borgeis faisoit traire leve nuit et jor a ses chevauz et raemplir la cite a toz ceauz qui prendre en voloient et tout a son cost tant que Dame Deu lor envoia pluie et que il orent de leve en lor cisternes. Et encores ne cesseit pas li prodom ainz avoit .iii. somiers et trois sergens qui ne faisoient autre chose que porter eve en ces cuves que il avoit en la cite pour abevrer la povre gent. Cil puis dont il faisoit traire leve avoit bien .l. teises ou plus de parfont; puis le depecerent et emplirent de terre li Crestien quant il oirent dire que li Sarrasin vendroient aseger la cite.

CHAPITRE VII.

Leve de la fonteine de Siloe qui pres dou puis est nest mie bone a boivre por ce que ele est salee. De cele aigue tanoit len les cuirs de la cite. Et si en lavoit lon les dras et en abevreit len les jardins qui estoient desoz en la valee. Cele fonteine ne cort mie le samedi ains est toute coye. Ores vos dirai que il avint en cele fonteine un jor au tens que Jhesu Crist aloit par terre. Nostre Sires Jhesu Crist estoit en Jerusalem entre les apostles et passerent par une rue si virent un home qui navoit point deoilz. Lors vindrent li apostle a Jhesu Crist si li demanderent se ce estoit par le peche do pere et de la mere ou de lui que il navoit point de oilz. Jhesu Crist respondi que ce nestoit pas par le peche do pere ne de la mere ne de lui mais por ce que les ovres de Deu fusseent demostrees en lui. Donc vint Jhesu Crist si escopi en terre et prist de celui tai un po et si li mist la ou li oil devoient estre et li dist que il alast a la font de Syloe et se lavast. Et il ala et se lava et ot oilz et vit. Lors vint arrieres en la cite de Jerusalem et ala a sez parens qui moult sen merveillerent quant il virent que il avoit oilz; et li demanderent coment ce avoit este. Apres ce quant li Juif et li maistre de la loi oirent dire que cil qui onques navoit veu avoit oilz si li demanderent coment il avoit oilz; et il lor conta toute la maniere et il ne le vostrent mie croire ainz manderent sez parenz et lor demanderent se il estoient certein que ce estoit il et il distrent que oil.

CHAPITRE VIII.

Or vos dirai dou conte Reymont de Triple qui estoit baus dou roiaume de Jerusalem; quant il vit que il ne plovoit point en la terre et que li ble qui seme estoient ne creissoient point; si ot poor do cher tens. Si manda por les barons de la terre et por le maistre dou Temple et del Hospital et lor dist: Seignors quel conseil me donez vos de ce que il ne pluet point ne que li ble ne croissent mie. Je ai poor que li Sarrasin ne se aperceivent que nos avons cher tens et que il ne nos corent sus. Quel conseil me donez vos. Ferai je trives as Sarrasins por poor de cher tens. Li baron li loerent que il feist trives as Sarrasins et nomeement a Salahadin; et Salahadin li dona trives a .iiii. anz. Quant la trive fu fermee entre les Crestiens et les Sarrasinz li Sarrasin porterent tant de vitaille as Crestiens que bon tens orent durement; et se il nen eussent fait trives il fussent tuit mort de faim. Dont li contes de Triple fut moult ames et honorez des gens de la terre pour les trives que il fist lors aus Sarrasins et moult li donnerent beneicons.

CHAPITRE IX.

Je vos avoie oblie quant je vos parlai de la fonteine de Syloe de une aumosne que li borgeis de Jerusalem faisoient; mais je la vos dirai. Et si la faisoient en la caresme le jor que len dist levangile dou Povre a cui Jhesu Crist rendi le veir dun po de tai et li comanda a aler a la fonteine et il si fist. Il ot oilz et si vit. Et por ceste remenbrance faisoient il ceste aumosne que je vos dirai. Il faisoient porter cuves sur la fonteine et les faisoient emplir de vin et faisoient venir les somiers charges de pain et de vin a tel plente que toutes les povres gens qui y venoient avoient pain et vin a grant plente et si avoient de largent ausi; et si y aloient li home et les femes a procession a cel jor por faire ceste aumosne.

CHAPITRE X.

Et vos dirai dun haut home de Lonbardie qui avoit nom Boniface qui estoit marquis de Mon Ferarre. Cil marquis estoit ayols dou roi Bauduin qui enfes estoit et peres fu de Guillaume Longue Espee qui fu peres dou roi. Quant il oi dire que ses niez estoit rois de Jerusalem si en fu moult liez et joianz et vint et se croisa et laissa sa terre a son ainz ne fiz et sen vint Outre mer. Et quand il fu venuz en la terre doutre mer li rois et li cuens de Triple et tuit li baron le recurent moult hautement et furent moult liez de sa venue; lors vint li rois si li dona un chastel qui est ou desert deca le flum pres de la ou Jhesu Crist jeuna la caranteine. Cist chasteaus est a .vii. milles de Jerusalem et a treis milles dou flum Jordein et siest en une haute montaigne si lapele len saint Helyes; et por ce lapele len ainsi que len dist que ce est le lieu ou Helyes jeuna .xl. jorz puis sendormi et Dex li envoia une piece de pain et de leve en un vaissel et le fist esveiller a langele por ce que il manjast et beust. Il manja et but; et por ce que ce avint la ou cist chasteauz siet lapelent cil dou pais saint elye qui ancienement ot nom Effraon. Deu si envoia son angele a Gedeon qui esventeit son aire a cui il dist que il veintreit les Madianz qui estoient venus por destruire la terre de Jerusalem dont Gedeon dist a langele que il li demostrast aucun signe par quei il peust ce creire; et ce li demanda il por ce que il estoit de povre lignage. Tel signe li demostra Dex apres que une toison que il avoit en sa aire fu pleine de rosee et la terre qui li estoit entor estoit seche; et puis fu la terre moiste et la toison seche; et ce senefie Nostre Dame.

CHAPITRE XI.

Li marquis Boniface avoit .i. fiz qui avoit non Conrat. Si se croisa por aler en la terre dotre mer apres son pere et pour veoir son nevo qui rois estoit de Jerusalem; et moult fu sur mer. Mais adonques ne vost mie nostre Seignor que il passast anceis li envoia un tenz qui le mena en Costantinople; por ce que il avoit porveu la perdicion de la terre et por icelui Conrat en seroit retenue une partie si come vos orrez dire aucune fois que il la retint por le corroz que il avoit a ceauz de la terre por le peche de luxure. Nostre Sires ne vost mie tout destruire; anceis lor en laissa un po si come vos orrez dire apres a aucun prodome. Car il le fist tout ensi come il fist au fiz de Salamon. Quant Dex se corroca o lui por le peche de luxure quil ot fait de une feme paene que il tenoit que il ne devoit mie tenir. Car ele li fist faire por lamor que il avoit en lui treis Mahomeries sur treis montaignes dont chascune de ces montaignes est a trois milles de Jerusalem les .ii. et la tierce mahomerie sur Mont Olivete. Dont Dame Dex se corroca plus de la mahomerie que il avoit fait sur Mont Olivete que de tout lautre peche que il avoit fait devant por ce que de Mont Olivete monta il ou ciel devant sez apostles quant il fu resuscitez de mort a vie. Donc vint Dame Dex si dist a Salemon que il le avoit corroce et que se il ne fust por lamor que il avoit eu a son pere David il le destruisist dou tout; mais bien seust il que apres lui ne tenroit mie ses fiz le reiaume fors solement un po et celui po tenroit il por lamor que il avoit eu a son pere David. Tout ausi ne vost pas nostre Sires la Cresstiente deseriter de toute la terre por aucun prodome qui en la terre estoit. Ausi come il laissa le fiz de Salemon por lamor de David ausi laissa une cite qui a nom Sur por Conrat qui en Costantinople esteit; si come vos orrez aucune fois dire coment il la retint. En celui point que Conras fu arrives en Costantinople estoit Quir Ysac empereres et navoit mie encores les oils crevez. Il avoit un haut home en Costantinople qui avoit nons Livernas qui avoit estu cosin de lempereor Manuel. Cil Livernas sestoit repost et destornes au tenz que Androines estoit empereres; et por ce se mussa il et destorna que Androines ne le desfigurast ausi come il avoit fait les autres suenz parenz. Quant il oi dire que Androines estoit morz et que Kir Ysac estoit empereres et que il avoit si delivre le siecle de Androine si come je vos dirai; il en fu moult liez et des adonques porchassa il coment il peust avoir lempire de Costantinople; mais tant come Kir Ysac fu empereres ne se mut il en nule chose.

CHAPITRE XII.

Il avint quant Androines ot copee la teste a Alexe qui avoit lempire de Costantinople en sa garde et lenfant qui fu fiz de lempereor Manuel; vint lors Androines si se pensa dune grant traison et par le conseil dun suen escrivain qui avoit nom Langosse. Adonques fist il prendre le juene enfant qui baron estoit de la fille dou roi de France Loys que il deveit garder en bone foi et le fist metre en un sac et porter en un batel par mer et le fist jeter enz et fu noies. Et anceis que ceste chose fust seue manda Androines por les parenz de lempereor; et si come il venoient si les faisoit metre en chartre et lor faisoit les oilz crever; et telz y avoit a cui il faisoit coper le nes et le baulievre. Ensi fist il atirer les plusors qui parent estoient de lempereor que il pot trover. Puis fu il empereres et porta corone et fist puis tant de malice come vous orrez dire.

CHAPITRE XIII.

Quant Androines fu empereres de Costantinople ne demoroit bele nonein en abaye ne fille a chevalier ne a borgeis se ele li pleust que il ne geust a lui par force. Si estoit si hais por la malice que il faisoit que tuit cil de Costantinople desiroient sa destruction et sa mort. Il avint un jor que Androines estoit fors de Costantinople et tenoit herberge; et si estoit remes un vallet de la lignee de lempereor Manuel que lon nomeit Kir Ysac. Cestui estoit fiz de une povre dame veve et estoit durement apovrie. Il serveit Androine a sa cort et le tenoit lon en despit; il print un jor conge de Androine de aler en Costentinople por remuer ses dras et aler as bains. Androines li dona le congie. Apres ce que Kyr Sac fu partis de lui Androines entra en un penser de savoir combien sa vie seroit longue. Lors manda il querre ses astronomiens et lor demanda combien il devoit vivre. Li astronomien pristrent respit et alerent a une part; si troverent par lastronomie que il ne devoit vivre que .iii. jorz. Li plus anciens de eauz tous dist as autres que il se doutoit que se il seust que sa vie nestoit que de trois jorz que il ne feist trop de mal: Disons lui que il deit vivre encores .v. jorz. Et ensi se acorderent de ce dire. Il vindrent ensemble devant lui et distrent que il avoient trove que il vivroit .v. jorz. Il fu durement espoentez. Si lor demanda qui seroit empereres apres lui et coment auroit il nom. Il demanderent respit a lendemain et il lor dona. Il revindrent devant lui et li distrent que il avoit nom Kir Ysac. Oyant ice Androines cuida que ce fust cil qui estoit duc de Chypre. Lors fist apareiller son ost et par mer et par terre et fist crier son ban que li traitres Quir Ysac estoit revelez contre lempereor son seignor et li voloit tolir son empire. Quant il ot ce comande Langosse vint a lui et li dist quil avoit un Quir Ysac en Costantinople qui estoit rous et de put aire. Por quei il li loeit que il le feist tuer si seroit hors de doute. Androines li abandona de ce a faire sa volente. Il ala en Costantinople a la maison de celui si lapela. Quant celui oi la voiz de Langosse si dist a sa mere: Mere cestui mapele por ma mort; dites li que je dors. Les gens de Costantinople estoient si duit que il savoient bien quant Langosse aleit querre aucun que cestoit por sa mort. La mere de Kir Ysac dit a Langosse que il dormeit. Il le hasta que il venist tost a lempereor. Cil prist conge a sa mere et a sez parenz et prist une espee et descendi et la mist desoz son surcot. Si come il vint devant Langosse il li dist folie; et cil li dist: Por quoi me mesaames vos ja vois je volentiers au comandement de lempereor. Langosse li dist: Encore vos ferai je pis; vos pleignes vos donc de ce que je vos dis. Il haussa la main si le ferit dune corgee que il tenoit. Kir Ysac tint a grant despit de ce que Langosse lot feru; si mist main a lespee si li copa la teste maintenant.

CHAPITRE XIV.

Tantost come il ot copee la teste a Langosse les gens de Costantinople se assemblerent entor lui et le porterent o toute lespee sanglante a Boque Lion. Ileques pristrent la corone et alerent a Sainte Sofye et le coronerent; puis firent garnir celui maneir et ala li criz par la cite: Mort est li deables mort est li deables. Androines qui estoit en sa herberge oi dire que Kir Ysac estoit coronez a empereor si se mist en une galie a passer le braz de Saint Jorge por aler a Trapezonde. Toute nuit furent sur mer ne onques ne post passer. Si le covint revenir en Costantinople; si se mist ou palais de Blaquerne et pensa por ce que il estoit bons archers que quant Kir Ysac seroit coronez et il passereit devant Blaquerne que il le fereit dune saete et le tuereit et se delivrereit et sereit emperere et auroit lempire en pais. Ensi come Kir Ysac passeit tout corone Androines mist main a larc et entesa la seete. Ensi come il lot entesee et larc brisa en .ii. Donc la gent de Costantinople lassegerent et fu pris. Lors vint Kir Ysac si le fist metre en Boque Lion; si se pensa que il le fereit de vil mort morir por son seignor dreiturier que il avoit fait neer en la mer qui fiz avoit este a lempereor Manoel et por les grant malices que il avoit faites. Donc vint Kir Ysac si le fist despoiller tout nu et fist aporter une rest dauz; mais li ail ni estoient mie si li en fist faire corone et le fist coroner come roi; puis le fist bertauder et tondre en crois et li fist crever uns des oilz et li laissa lautre por veir la honte et la peine que il recevroit. Et fist amener une asnesse et le fist monter de devant derriere et li faisoit tenir la coe en la main en luec de frein. Ensi le fist mener par toutes les rues de Costantinople et portoit corone. Or vos dirai que les femes faisoient. Eles avoient pissace et longaigne apareillee et li getoient en mi le visage; et celes qui ne ni poeent a venir si montoient es terraces et avoient apareillee la pissace et la longaigne et li getoient sur la teste. Ensi le faisoient en chascune rue. En tel maniere porta Androines corone en Costantinople tant que il fu hors de la cite; si le livra len puis as femes et eles li corurent sus come chiens fameillos a la charoigne. Si le depecerent tout piece a piece; et cele qui en poeit avoir ausi gros come une chichere si le mangeit; et li traoient les os o le cotel et ostoient la char si la mangeent. Onques ni demora osselet ne jointure que eles ne manjassent; et disoient que toutes celes qui de lui avoient mange ne qui avoient este a son martire seroient sauves por ce que eles avoient aide a venger la malice que il avoit fait. Apres ce que il fu martire et que il fu mort la ou len lot mene devant le pilier dou Morchofles sailli; si avoit ileques .i. femeraz et por metre le en vil luec saperent ilec por li enfoir. Si troverent un vas de porfir vert ou il avoit escrit en Grezeis: Quant li maleuros empereres morra de la hontouse mort si sera ici enfoiz.

CHAPITRE XV.

Kir Ysac qui empereres fu si fu moult amez des gens de la terre et des abayes por langoisse et por la malice que Androines lor avoit faite dont il les avoit vengez. Si ne demora abaye en Costantinople que sa ymage ni fust peinte sur la porte. Il navoit point de feme quant il fu corones. Par le conseil de sez homes manda au roi de Hongie requerant sa suer por sa feme; dont li rois fu moult liez et la lui manda en Costantinople. Kir Sac lesposa et fist coroner a empereris; puis en ot un fiz qui ot nom Alexes. Il avint que li empereres Quir Ysac chevaucheit par mi son empire si se herberja en une abaye pres de Felipe la cite dou fu nez Alissandres li rois si come len dist. Ele est pres de Costantinople a .v. jornees. Len dist que la fist Saint Pol une partie de ses epistles dont len dist encores quant len lit celes epistles ad Filipenses. La soloit lon faire les bons samis et la cite est ores apelee Estives. Quant Alexes li freres de Kir Ysac sot que son frere sejornoit en cele abaye par latizement de sa feme qui li disoit que se ele nen estoit empereriz jamais ne gerroit de joste son coste Alexes chevaucha tantost et ala a son frere. Et ensi come il estoit use de lui servir et honorer Kir Sac qui ne se gardoit mie de la malice de son frere ne de la traison ne se garda mie de lui. Si come Alexes entra en la chanbre la ou li empereres ses freres estoit si li corut sus et le prist par les cheveus et mist main a un suen canivet et li creva les oilz et apres ce vint en Costantinople et se fist coroner a empereor et sa feme a empereris.

CHAPITRE XVI.

Despuis que Alexe fu corones lempereris qui avoit este feme de Kir Sac avoit mariee une soe fille a Felipe le fis de lempereor Federic qui estoit duc de Soave. Si prist son fiz qui estoit fiz de Kir Sac et le manda au roi de Hongrie son frere. Il le honora et garda jusques a la muete de ces de France si come vos orrez si avant. Livernas dont je vos parlai devant si estoit plus procheinz parenz de lempereor Manuel que Alexe; si assembla grant gent et lor dona et promist largement et vint a ost devant Costantinople. Quant Alexes sot que Livernas venoit en Costantinople sur lui a ost banie il prea le marquis Conrat qui estoit lors en Costantinople que il et ses homes deussent demorer o lui jusques a tant que il eust sa guerre finee. Li marquis li otroia que il demoreroit volentiers. Livernas vint devant Costantinople a escheles faites et il fu en la bataille devant. Lemperere Alexe ne vost mie issir contre lui por ce que il avoit grant lignage dedens la cite. Donc vint li marquis si se arma et issi hors de la cite contre Livernas. Len li mostra et il poinst contre lui. Lors cuida Livernas et cil de sa bataille que il eust laissie la cite por lui venir aider; et quant il fu pres de Livernas si brocha le cheval de ravine et le feri par mi le cors si que il labati mort a terre; puis sen torna en Costantinople. Quant cil qui Costantinople voloient asseger virent que lor seignor estoit mort si tornerent en fuie. Lors vint li empereres si manda por Conrat en son palais et le tint avec lui; por ce que il ne voloit mie que cil de la cite cui parent il avoit ocis li feissent enui ne mal. La fu Conrat avec lempereor jusque a cele hore que il fu tenz daler en la terre dotre mer por garder la cite que Dex avoit porveue que i laireit as Crestiens.

CHAPITRE XVII.

Ici dirons dou roi Bauduin lenfant qui en Acre estoit en la garde dou conte Jocelin son oncle de par sa mere. Maladie le prist si fu morz. Lors sapensa li cuens Jocelins dune grant traison que il fist au conte de Triple une nuit. Il li dist que il alast a Tabarie et que il nalast mie en Jerusalem avec le roi por lui enfoir ne ne i laissast aler nul des barons de la terre ainz baillast len le cors as Templiers qui lenportassent en Jerusalem enfoir. Li cuenz de Triple crut son conseil si fist que foz. Li Templier porterent le roi enfoir en Jerusalem et li cuenz de Triple ala a Tabarie. Lors vint li cuenz Jocelinz si saisi la cite dacre puis ala a Barut que li cuenz de Triple avoit en gage et entra enz par traison et la garni de chevaliers et de sergens; apres manda a la contesse de Japhe qui sa niece estoit que ele alast en Jerusalem et tuit si chevalier; et quant li rois son fiz seroit enfoiz que il saisissent la cite et la garnissent moult bien et se feist coroner a reine. Quant li cuenz de Triple sot que li cuenz Jocelinz lavoit ensi trai si manda por toz les baronz de la terre que il venissent a lui a Naples. Il y alerent tuit fors solement le conte Jocelin et li princes Renaus. Li cuenz Jocelinz ne vost mie laisser Acre et la contesse de Japhe fu en Jerusalem entre lui et son mari et ses chevaliers et fist enfoir son fiz le Roi. Et si i fu li marquis Boniface son ayol et li patriarches et li maistres dou Temple et del Ospital. Quant li rois fu enfois si vint la contesse de Japhe au patriarche et au maistre dou Temple et de lospital et lor pria que il la conseillassent. Lors vint li patriarches et li maistres dou Temple et distrent que ele ne fust mie a malaise que il la coronereent maugre toz ceauz de la Terre de Surie. Li patriarches por lamor de la mere et li maistres dou Temple por la haine que il avoit au conte de Triple. Il manderent au prince Renaut qui estoit au Crac que il venist en Jerusalem; et il y vint. Lors pristrent conseil coment il feroient. Conseil lor aporta que la contesse mandast au conte de Triple et as barons qui estoient a Naples que il venissent a son coronement; car li reiaumes li estoit escheus. Ele y envoia maintenant ses messages. Li baron qui estoient a Naples respondirent que il nen iroient mie; ainz envoierent .ii. abez de Cisteauz en Jerusalem au patriarche et au maistre dou Temple et de lospital deffendant de par Deu et de par lapostoile de Rome que il ne coronassent mie la contesse de Japhe jusque a tant que il auroient eu le conseil de ceauz dont il avoient fait le seirement au tenz dou Roi Mezeau. Li abe alerent en Jerusalem et dui chevalier avec eauz Johan de Belesme et Guillaume li Cues qui fu pere de Thomas de saint Bertin; et firent lor message. Li patriarches et li maistres dou Temple et li princes Renaut distrent que il ne tenroient point de sairement ne de foi; ains coroneroient la dame a roine. Li maistres de lospital ni vost onques estre; ainz dist que il nen i sereit ja car il faisoient tout contre Deu et contre lor sairement. Lors furent fermees les portes de la cite que nul nen peust issir ni entrer; car il avoient poor que li baron qui estoient a Naples a .xii. milles dilec nen entrassent en la cite en dementiers que il coroneroient la dame et que il ni eust meslee. Quant li baron loirent dire que ensi estoit la cite fermee que len ni poeit entrer ne eissir si vestirent .i. sergent qui de Jerusalem estoit nez ausi come moine; si lenvoierent en Jerusalem por espier coment la dame seroit coronee. Il y ala. Si ne post entrer en Jerusalem par nule porte; donc vint a la Madeleine des Jacobins de Jerusalem qui tienent as murs de la cite. La avoit une petite posterne par ou il poeit entrer en la cite. Si fist tant a labe de la Madeleine que il le mist ens par cele posterne. Si ala au Sepucre et fu ileques tant que il ot veu et seu ce por quoi lon le avoit envoie. Li maistres dou Temple et li princes Renauz pristrent la dame et la menerent au Sepucre au patriarche por coroner. Li princes Renaus monta en haut et dist au pueple: Seignors vos saves bien que li rois Bauduin Meseau et son nevo que il avoit fait coroner est morz et li roiaumes est demorez sans heir et sanz governeor; nos vodriens par vostre los faire coroner Sebile qui ici est et fu fille dou roi Amauri et suer dou roi Bauduin le Meseau. Car ce est li plus apareissanz et li plus dreis heirs dou roiaume. Li pueples qui ilec estoit distrent tuit a une vois que il amoient meauz dou roi Amauri que de nul autre. Tost orent oblie le sairement que il avoient fait au conte de Triple et por ce li mesavint des puis. Quant la dame fu au Sepucre si vint li patriarches au maistre do Temple si li demanda les cles dou tresor ou les corones estoient. Li maistres dou Temple li bailla volentiers; puis manderent au maistre de lospital que il aportast la soe clef. Et li maistres de lospital dist quil ne manderoit mie ne ni porteroit ses piez se ce nestoit par le conseil des barons de la terre. Donc vint li patriarches et li maistres dou Temple et li princes Renaus si alerent au maistre de lospital por les cles. Quant il sot que il venoient a lui si se destorna en la maison et fu pres de none anceis que il le eussent trove ne que il peussent parler a lui. Et quant il lorent trove si li prierent que il lor baillast les clez; et il dist que il ne lor en bailleroit point. Tant le prierent et le enuerent que il se corroca et les clez que il tenoit en sa main por poor que aucun rendu de la maison ne les preist et les baillast au patriarche il jeta les cles en mi la maison. Adonc vint li maistres dou Temple et li princes Renaut si pristrent les clez et alerent ou tresor; si mistrent hors .ii. corones et les porterent au patriarche. Li patriarches en mist lune sur lautier dou Sepucre et de lautre corona la contesse de Japhe. Quant la contesse fut roine coronee si li dist li patriarches: Et dame vous estes feme il vos covient avoir qui vostre roiaume vos aide a governer qui soit masle; vez la une corone or la prenez si la dones a tel home qui vostre roiaume vos aide a governer et le puisse governer. Ele vint si prist la corone si apela son seignor Gui de Lisignan qui devant lui estoit si dist: Sire venez avant recevez ceste corone car je ne sai ou je la puisse meaus empleer. Cil se agenoilla devant lui et ele li mist la corone en la teste. Li maistres dou Temple i mist sa main et li aida a metre et dist: Ceste corone vaut bien le mariage dou Botron. Apres ce li patriarches le en oinst. Ensi fu ele reine et il fu rois. Ce fu fait par un vendredi en lan de lincarnation de nostre Seignor mil et cent et quatre vinz et .vi. Ne onques ne fu coronement de roi en Jerusalem par vendredi ne portes ne furent fermees. Quant li sergens qui estoit vestuz come moines ot veu le coronement si sen ala a la posterne par ou il estoit venuz en la cite et sen issi hors. Si sen ala a Naples au conte de Triple et as baronz qui envoie lavoient; si lor conta ce que il avoit veu.

CHAPITRE XVIII.

Quant Bauduin de Rames oi que Gui de Lisignan estoit rois de Jerusalem si dist: Ce est par un covenant que il ne sera pas un an roi. Et ne fu il que il fu coronez en mi Septembre et perdi le reaume a la Saint Martin le Boillant qui est en lentree dou mois de Juignet. Lors dist Bauduin de Rames au conte de Triple et as baronz de la terre: Beauz seignors faites au meauz que vos porrez quar la terre est perdue; et je vuiderai la contree; por ce que je nen vueil avoir reproche ne blasme que je aie este a la perte de la terre; car je conois tant le roi qui ores est a fos et a mauvais que par mon conseil ne par les vostres ne fera il neent; ainz vodra errer par le conseil de ceauz qui riens ne sevent. Et por ce vuiderai je le pais. Lors li dist li cuenz de Triple: Sire Bauduin por Deu ayez merci de la Crestiente; prenons conseil coment nos porrons garentir la terre. Nos avonz ci la fille dou roi Amauri et son baron Hanfroi; nos la coroneronz et si ironz en Jerusalem et la prendrons; que nous avons la force des barons de la terre et dou maistre del Ospital fors solement le prince Renaut qui est avec le roi en Jerusalem; et je ai trives as Sarrasins et au roi tant come je vodrai ne ja ne serai grevez par eauz; ainz nos aideront se mestier en avonz. Ensi sacorderent tuit et creanterent que il coronereent lendemain Hanfroi a roi.

CHAPITRE XIX.

Quant Hanfroi sot que lon le voloit coroner a roi si sapensa que il ne porroit mie la peine si grant souffrir. Quant vint la nuit si monta a cheval il et si chevalier; si errerent toute nuit et ainsi sen foi en Jerusalem. Et quant ce vint lendemain par matin que li baron furent leve si se apareillerent por Hanfroi coroner; si oirent dire que il sen estoit fois et alez en Jerusalem. Et quant Hanfrois vint en Jerusalem devant la reine la cui suer il avoit si la salua. Ele ne le salua mie por ce quil ot este encontre lui et por ce que il navoit este a son coronement. Il comenca a grater sa teste ausi come li enfez hontoz et dist: Dame je nen puis mais car len me voleit faire roi a force. Et la roine dist: Sire Hanfroi vos avez dreit et des puis que vos lavez ensi fait je vos pardoinz mon mautalant; or alez si fiatez vostre homage au roi. Hanfroi si mercia la roine por ce que ele li avoit son mautalent pardone; si fist homage au roi et remest avec la roine en Jerusalem. Quant li cuenz de Triple et li baron qui a Naples estoient oirent dire que Hanfroi avoit fait homage au roi; si furent moult dolent et nen sorent que faire. Adonc vindrent li baron au conte de Triple et li distrent: Sire por Deu conseilles nos dou seirement que li Rois Meseau nos fist faire; que nos ne volonz faire chose dont nes ayons blasme ne reproche. Li cuenz lor dist que il tenissent lor sairement si come il lavoient fait car autre conseil il ne lor savoit doner.

CHAPITRE XX.

Lors pristrent conseil li baron entreauz; si vindrent au conte si li distrent: Sire des puis que a tant est la chose alee que il y a roi en Jerusalem nos ne poomes pas regner contre lui que nos aurions blasme; si vos prions por Deu que vos ne nos en sachez maugre. Mais alez a Tabarie si soiez ilec et nos irom en Jerusalem au roi si ferons nos homages et toute laide que nos vos porrons faire nos la vos feronz sauves nos honors et porchacerons que tout le cost que vos avez mis en la terre dont li Rois Meseaus vos mist Barut en gage que vos le raurez. A ce conseil ne vost pas estre Bauduins de Rames.

CHAPITRE XXI.

Quant li cuenz de Triple vit que tuit li baron li estoient failli si sen ala a Tabarie et li baron alerent en Jerusalem au roi faire lor homage fors solement Bauduin de Rames. Mais il y envoia un suen fiz qui estoit juenes et dist as baronz que il proiassent le roi que il meist son fiz en saisine de sa terre et preist son homage. Quant li baron orent fait lor homage au roi si li preerent dou fiz de Bauduin de Rames que il le meist en saisine de la terre de son pere et preist son homage. Li rois respondi que en saisine ne le metroit il pas de la terre ne son homage ne recevroit il mie jusque a icele hore que li peres li auroit fait homage; mais se li peres li avoit fait homage il auroit bien conseil de metre le fiz en saisine de la terre. Et seust il bien de voir que se Bauduins de Rames ne venoit avant et ne li faiseit homage il saisiroit sa terre.

CHAPITRE XXII.

Apres ce li rois fist semondre Bauduin dybelin et les autres baronz por venir tenir .i. parlement a Acre; et li vindrent. Si come il furent assemble au parlement en la mere Iglise de Sainte Crois li rois monta ou letrin si comenca a parler et a mostrer coment il avoit este coronez a roi de Jerusalem et coment Deu li avoit faite tel grace de si digne corone. Ja fust ce que il nen fust mie dignes ne le deussent il mie tenir en despit. Si lor requist que il li feissent lor feautez et lor homages si come home deit faire a son seignor et a tant fina sa parole. Ensi come il ot fine il dist au prince Renaut qui ilec estoit pres de lui que il apelast Bauduin de Rames et que il li feist homage. Li princes Renaus lapela par trois fois; il come sages ne vost respondre a son apel. Quant li rois vit que Bauduin dybelin ne respondeit a lapel dou prince il meismes lapela: Beauz amis venez avant si me faites vostre homage et vostre feaute et faites bon corage a ces gentis homes qui ici sont. Il li respondi: Onques mon peres ne fist homage au vostre ne je ne le ferai a vos; je vos comant mon fie jusque a tant que Tomassin mon fiz soit daage. Il venra a vos come a seignor et vos fera ce que il deit et je vos vuiderai vostre roiaume dedenz tiers jor. Puis prist conge a Balian son frere et li charja son fiz a garder jusque il fust daage. Donc se mist au chemin et sen ala vers Antioche; et li chevalier qui avoient comandez lor fiez alerent ensement au prince dantioche. Quant li princes dantioche oi dire que Bauduin dybelin veneit a lui a tant de chevaliers si en fu moult liez et joianz; il ala encontre eauz et les recut a grant joie.

CHAPITRE XXIII.

Dedenz ce que les choses aloient en tel maniere vint une espie au prince Renaut et li dist que une grant carevane venoit de Babyloine a Domas et devoit passer par la terre dou Crac. Li princes monta tantost a cheval et ala au Crac et assembla de gent ce que il post et ala et prist cele carevane et la suer de Saladin qui avec estoit. Quant Saladin loi dire que li princes Renaus avoit prise la carevane et sa suer durement en fu iriez et dolens. Il manda tantost ses messages au noveau roi requerant la carevane et sa suer que il ne voloit mie enfraindre la trive que il avoient fermee au tenz dou petit roi. Li rois Guis manda au prince Renaut que il rendist a Saladin la carevane que il avoit prise et sa suer. Il respondi que il nen rendreit point et que ausi estoit il sires de sa terre come il de la soe et que il navoit point de trives as Sarrasinz. La prise de ceste carevane fu lachaison de la perdicion dou roiaume de Jerusalem.

CHAPITRE XXIV.

Li rois Guis qui fu en Jerusalem si prist conseil au maistre dou Temple que il porroit faire dou conte de Triple qui son homage ne li voloit faire. Li maistres dou Temple li conseilla que il semoncist son ost et alast asseger Tabarie. Quant li cuens de Triple oi dire que li rois avoit semonz son ost por venir sur lui si ne fu mie liez. Il manda a Saladin qui sires estoit de Domas que li rois Guis avoit ajoste son ost por venir sur lui et cil li manda chevaliers et sergenz et arbalestriers et armes asses et li manda que se len lassegeit la matinee il le secorroit au vespre. Donc vint Saladin si semost ses oz et assembla a Belinas a .v. milles de Tabarie. Quant li rois Guis ot assemble son ost a Nazereth si vint Balianz dybelin si dist: Sire por quei avez vos assemble ci cest ost contre yver. Li rois dist que il voloit asseger Tabarie. Balianz li dist: Par cui conseil est ce que vos volez ce faire. Cist conseaus est mauvais; ne onques sages hom ne le vos dona; et ce sachez vos bien que par mon conseil ne par le conseil de vos baronz ni porterez vos les piez; car il a grant chevalerie dedens Tabarie de Crestienz et de Sarrasinz et vos avez po gens por asseger Tabarie. Et si sachez que se vos y alez ja pie nen eschapera; car tantost come vos laures assege Saladin le secorra o grant plente de gent mais departez vostre ost et je et une partie des prodes homes de vostre ost irons au conte de Triple et feronz se nos poons la pais entre vos et lui car la haine nest mie bone. Lors departi li rois son ost; si envoia a Tabarie ses messages si come len li ot loe. Quant il vindrent au conte et il li parlerent de pais faire li cuenz dist que nule pais il ne feroit tant que il seroit saisiz dou chastel de Baruth dont len lavoit dessaisi; mais se il estoit saisi dou chastel il en feroit tant que tuit li en sauroient bon gre. Li message sen tornerent et vindrent arriere au roi et li conterent ce que il avoient trove au conte de Triple.

CHAPITRE XXV.

A tant demora li affaires tout liver jusque apres la Pasque; et quant ce vint apres le pascor li rois Guis oi dire que Saladin assembleit son ost por entrer ou roiaume en la terre des Crestienz. Il manda toz les baronz de sa terre les prelaz arcevesques et evesques que il venissent a lui en Jerusalem; et il y alerent. Et quant il furent venus devant lui si lor demanda conseil que il feroit; que tout ensi assembloit Saladin son ost por venir sur lui. Li baron de la terre li loerent et conseillerent que il sacordast au conte de Triple; et que se il ne si acordeit il ne porroit pas ost tenir contre les Sarrasins. Qur li cuenz de Triple avoit grant chevalierie avec lui et si estoit sages hom; et que se il estoit bien de lui et il voloit croire son conseil il ne pooit rienz douter les Sarrasinz: Sire vos avez perdu le meaudre chevalier et le plus sage qui soit en vostre terre ce est Bauduin de Rames; et se vos perdes laide et le conseil dou conte de Triple donc aves vos tout perdu. Lors dist li rois que volentiers feroit pais a lui et volentiers si acorderoit et fereit ce quil li loereent que bien seroit a faire. Lors apela le maistre dou Temple Gerart de Ridefort; et le maistre del Ospital frere Roger de Molinz; et Joce larcevesque de Sur et Balian de Ybelin et Renaut de Saete. Si lor comanda que il alassent a Tabarie au conte de Triple por faire la pais. Et itel pais come il feroient entreauz il tendroit. Lors murent li message si alerent li quatre gesir a Naples; et Renaut de Saete ala autre part un autre chemin. Or furent la premiere nuit a Naples. Donc vint Balian dybelin au maistre dou Temple et a celui del Ospital et a larcevesques de Sur si lor dit que la lor jornee de lendemain estoit petite et que il demorereit a Naples que il avoit affaire et que il movroit la nuit et erreroit tote nuit tant que il seroit a eauz au point dou jor. Ensi sen alerent la nuit et Balian demora.

CHAPITRE XXVI.

Un des fiz de Saladin qui novelement estoit adobez a chevalier que len nomeit Noredin Amirail qui puis fu sires de Domas si estoit herbergez outre le flum dou gue Jacob. Saladin son pere li manda que il deust entrer en la terre des Crestienz et gager les Crestienz por la carevane que li princes Renaus prist et por sa suer que il tenoit en prison que il aveit prise en la devant dite carevane. Por ce que cil ne poeit entrer par autre part que par la terre de Tabarie et la seignorie de Tabarie si estoit dou conte de Triple en celui tenz et por ce que li devant dit conte avoit trives o lui et faites maintes ayes et maintes amors au devant dit Saladin ne vost entrer en la terre des Crestiens sanz son conge; et por ice que il avoit descorde entre lui et le roi por ice manda il au conte de Triple que il le laissast entrer en la terre des Crestienz par mi sa terre por faire une chevauchee. Quant li cuenz oi le mandement si en fu moult dolens et pensa que se il li escondiseit celui don que il li demandoit il se doutoit que il nen perdist laide et le conseil de Saladin; et se il li otroeit grant honte et grant blasme en auroit de la Crestiente. Et pensa aprez que il le feroit en tel maniere que il garniroit les Crestienz si que il ni perdroient riens. Donc manda il au fiz de Saladin que bien li donoit conge daler par mi sa terre et de entrer en la terre des Crestienz par tel covenant que il au Solau Levant passereit le flum et au Solau Cochant retorneroit arriere en sa terre; ne ne gerroit dou flum envers solau cochant et que dedens vile ne dedens maison nule chose ne prendreit ne damage ne feroit. Ensi le creanta le fiz de Saladin a faire et a tenir. Quant ce vint le matin lendemain si passa le flum et vint devant Tabarie; si entra en la terre des Crestiens et li cuenz de Triple fist fermer les portes de la cite que cil dedens nen ississent por lor faire damage. Or sot bien li cuenz le jor avant que li message le Roi Gui venoient a lui; si fist faire letres et prist messages et les envoia a Nazareth as chevaliers qui la estoient en garnison et par toute la terre ou il savoit que li Sarrasin devoient aler; que por chose que il veissent ne que il oissent ne se meussent celui jor de vile ne de maison hors car li Sarrasin devoient entrer en la terre; et que se il se tenoient quoi que il nen ississent des viles il nauroient garde; et se len les trovoit as chanz lon les prendroit et ocirroit. Ensi garni li cuenz de Triple ceauz dou pais. Apres ala li messages a la Feue au maistre dou Temple et au maistre del Ospital et a larcevesque de Sur et si lor aporta letres de par le conte de Triple. Quant li maistres dou Temple sot que li Sarrasin devoient lendemain entrer en la terre si prist un message et lenvoia batant au covent dou Temple qui estoit a quatre milles dilec a une vile qui a nom Caco; si lor manda par ses lettres que tantost come il auroient veu son comandement montassent et venissent a lui car lendemain devoient entrer li Sarrasin en la terre. Tantost come li covens oi le comandement dou maistre si monterent et vindrent la anceis que il fust mie nuit et se logerent devant le chasteau; et quant ce vint lendemain par matin si murent et alerent a Nazareth. Si estoient cent meins dis et cil del Ospitau .x. qui estoient avec le maistre et pristrent a Nazaret .xl. chevaliers qui estoient en garnison de part le roi et passerent Nazareth bien .ii. milles vers Tabarie et troverent les Sarrasinz a une fonteine qui a nom la fonteine dou Croisson; cil tornerent arriere por passer le flum sanz faire damage as Crestiens. Car li Crestien se tenoient si garni come li cuenz lor avoit mande. Li devant dit maistre estoit bonz chevaliers et segur de son cors si mesprisoit toutes autres gens come cil qui estoit trop outrecuides il ne vost croire conseil dou maistre del Ospital frere Roger des Molins ne de frere Jaque de Mailli qui estoit mareschal dou Temple ainz le ranpona et li dist que il parloit come home qui beoit a foir; et li dist: Vos amez trop cele teste blonde qui si bien la volez garder. Dont li mareschaus li respondi que il ne sen fuireit mie de la bataille ainz remaindroit ou champ come prodome et il sen fuireit come mauvais recreant. Donc vint li maistres dou Temple et li chevalier qui estoient avec lui si se ferirent es Sarrasinz et li maistres del Ospital ausi et li Sarrasin les recurent moult lieement si les forclostrent si que li Crestien ne parurent entreaus; car li Sarrasin estoient encores .vii. mile chevaliers armez et li Crestien nen estoient que cent et .xl. La ot li maistres del Ospitau la teste copee et tuit li chevalier dou Temple ausi fors solement le maistre dou Temple qui sen eschapa soi tiers de chevalier; et li .xl. chevalier qui estoient en garnison a Nazareth de par le roi furent tuit pris. Quant li escuier dou Temple et del Ospitau virent que li chevalier se estoient ferus entre les Sarrasinz si tornerent en fuie o tout lor harnois si que dou hernois des Crestienz ni ot riens perdu.

CHAPITRE XXVII.

Or vos dirai que li maistres dou Temple fist. Si come il passa Nazaret et il aloit encontre les Sarrasins il envoia un sergent batant a cheval arrieres; et fist crier par Nazareth que tuit cil qui armes porroient porter alassent apres lui au gaaing car il avoient les Sarrasins desconfiz. Lors sen issirent cil de Nazareth tuit cil qui aler i porent et corurent tant que il vindrent la ou la bataille avoit este. Si troverent les Crestienz morz et desconfiz; et li Sarrasin lor corurent sus si les pristrent toz. Quant li Sarrasin orent desconfit les Crestiens et ociz si pristrent les testes des chevaliers Crestiens que il avoient tues si les atacherent sur les fers des lances; si en menerent prisonz lies et sen passerent devant Tabarie. Quant li Crestien qui dedenz Tabarie estoient virent que li Crestien estoient pris et desconfit et que li Sarrasin portoient les testes sur lor lances et que len les en menoit pris et lies; si en orent grand duel. Por ce que il veoient les testes de lor amis porter et les autres qui estoient pris mener lies par devant eauz si en firent tel duel que a poi que il ne se tuoient. Ensi passa li fiz de Saladin des le solau cochant le flum arriere de jor; et bien tint au conte de Triple ses covenanz. Ne onques en chastel ne en vile ne en maison ne firent damage fors de ceauz que il troverent es chans. Ceste bataille fu faite par un vendredi; celui jor fu feste de Saint Jaque et de Saint Felipe le premier jor de mai. Ce fu por lachaison de la carevane que li princes Renaus avoit prise en la terre dou Crac et ce fu li comencemens de la perte do roiaume.

CHAPITRE XXVIII.

Balian qui a Naples estoit quant ce vint la nuit si mut si come il ot en covent au maistre dou Temple et a celui del Ospital por aler aprez eaus. Quant il ot erre .ii. milles si vint a une cite qui a a non le Sabast. Si sapensa que il estoit moult haut jor et que il nen iroit avant si auroit messe oye. Lors si torna a la maison de levesque si le fist lever et se assist avec lui et parla tant que la guaite traist le jor. Lors fist li evesques revestir un suen chapelain et li fist chanter messe. Quant Balianz ot oye la messe si sen ala grant aleure apres le maistre dou Temple et ala tant que il vint au chastel. Les tentes dou covent trova tendues si nen y avoit nului dedens; lors se merveilla moult que il ne trova a cui demander que ce poeit estre. Lors fist un suen vallet entrer dedenz le chastel por enquerre se il trovereit qui li deist que ce poeit estre. Li vallez ala et cria par le chastel; onques ni vit home qui li seust dire noveles que .ii. malades qui gesoient dedens une chambre; et cil ne li sorent dire noveles. Lors vint a son seignor si li dist que il ni avoit nului trove qui noveles li seust dire. Donc vint ses sires si li comanda que il montast a cheval et alast apres lui si alerent vers Nazareth. Quant il orent un po esloigne le chastel si sen issi un frere dou Temple a cheval et cria que il le atendissent; et il atendirent tant que il vint. Balian dybelin si li demanda ques noveles et il dist: mauvaises. Si li conta que li maistres de lospital avoit la teste copee et tuit li chevalier dou Temple; si nen y avoit que trois eschapes et le maistre dou Temple et trois de ses chevaliers; et les chevaliers que li rois avoit mis en garnison a Nazareth estoient tuit pris. Quant Balian dybelin oi ces noveles si en fist grant duel; si apela un suen sergent et lenvoia arrieres a Naples a la roine sa feme conter ces noveles et dire que ele comandast que tuit si chevalier de Naples fussent la nuit a lui a Nazareth. Si encontra les escuers et le harnois as chevaliers dou Temple qui estoit eschape de la desconfiture; or sachez de voir que se il ne fust tornes au Sabast por oir messe il fust bien venus a tens a la bataille. Quant Balianz fu venus a Nazareth si oi gant duel mener por ces de la cite qui avoient este morz et pris en la bataille que po y avoit de maisonz dont il ni eust ou morz ou pris; et la trova le Maistre do Temple qui eschapes estoit. La se herberja Balian et atendi que ses chevaliers fussent venuz; puis fist assavoir au conte que il estoit a Nazareth. Qant li cuenz sot que Balian estoit a Nazareth et que il not pas este en la bataille si en fu moult liez. Quant ce vint lendemain si envoia bien jusque a .l. chevaliers por lui conduire.

CHAPITRE XXIX.

Quant Balian dybelin ot trove le maistre dou Temple a Nazareth si ala a lui si li demanda de cele bataille coment ele avoit este. Et il li dist que moult se estoient bien provez et moult y avoient li Crestien ociz des Sarrasinz et estoient ja desconfiz quant un enbuschement que il avoient en une montaigne les forclost dont il furent desconfiz. Lors pristrent conseil que il envoieroient la ou la bataille avoit este por les cors des chevaliers enfoir. Donc firent prendre touz les somiers de la cite et envoierent por les cors si les firent aporter a Nazaret por enfoir. Lendemain mut Balian et larcevesque de Sur et li maistres dou Temple por aler a Tabarie. Quant il furent hors de la cite si sen retorna li maistres dou Temple por ice que il ne poeit chevaucher tant par estoit doloros des cos que il avoit receus en la bataille le jor devant; mais Balianz et li arcevesques de Sur alerent a Tabarie. Quant li cuenz de Triple sot que Balianz et li arcevesques de Sur venoient a lui si ala encontre moult dolens et moult corroces de laventure qui estoit avenue le jor devant; et tout par lorgueil dou maistre do Temple. Quant li cuens ot encontre les messages si les recut moult hautement et les mena avec lui en son chastel en son ostel. En celui point vint Renaut de Saete. Quant li message furent au chastel avec le conte si li distrent lor messagerie. Li cuens si respondi que il estoit moult dolens et moult honteus de laventure qui avenue estoit; et quan que il diroient et atireroient entreauz il feroit; car il savoit bien que il ne li conseilleroient mie a son damage. Lors si li distrent que il meist les Sarrasins hors de la cite; puis sen alast avec eauz au roi. Que tout ausi come il se estoit mis en eaus ausi si estoit mis li rois de la pais faire. Li cuens si acorda bien lors si envoierent un message batant au roi et li firent assavoir que il avoient le conte avec eauz. Quant li rois oi dire que li cuenz de Triple venoit a lui si en fu moult liez que moult avoit este dolent dou damage que li Templier avoient eu. Lors mut li rois de Jerusalem ou il estoit; et ala encontre le conte de Triple et li cuenz vint contre le roi; si que il sentrencontrerent devant un chastel qui apele estoit Saint Job. Car len dit ou pais que ilec manseit Job et que ce fu son manoir. De si loing come li rois vit le conte de Triple si descendi contre lui. Quant li cuens vit que li rois venoit a pie contre lui si descendi a pie ausi et ala contre lui. Quant li unz fu prez de lautre li cuenz sagenoilla devant le roi et li rois len leva si li geta les braz au col si lacola et baisa en la boche; puis retornerent a Naples et sen alerent herberger. Li rois se escusa envers le conte en maintes manieres de son coronement et des autres fais ensi come vos lavez oi devant. Dont li cuenz li dist que se il voloit ovrer par son conseil que son roiaume seroit ferm et estable et bien governe; mais li envios enoiouz qui comensoient ja a hair ce que il devoient amer ne soffrirent que li rois feist rien par le conseil dou conte de Triple. Apres murent de Naples et alerent en Jerusalem et furent receus a grant procession et firent le jor grant feste de la joie que la gent orent de la pais dou roi et dou conte. La prist li cuens conge dou roi et li rois li comanda que il deust assembler son ost et les ajostast a la fonteine de Saforie que il savoit bien que Saladin assembleit son ost por entrer en sa terre. Et li cuens li conseilla que il deust mander au prince de Antioche que il le secoreust et li feist assaver que il avoit ensi perdus ses chevaliers et le covent dou Temple et le maistre de lospital. Li rois fist ce que li cuenz li conseilla. Il ala a Saforie et auna ileques sez genz. La li envoia li princes dantioche son ainz ne fiz Reimont et o lui .l. chevaliers. Apres manda li rois au patriarche que il aportast la Veraie Crois en lost. Li patriarches prist la Crois si la geta de Jerusalem si la charja au prior dou Sepucre si li dist que il la portast au roi car il avoit essoine si nen i poeit aler. Grief chose li estoit daler en ost. Or fu voire la prophecie que li arcevesques de Sur dist quant len eslut le patriarche que Eracles avoit conquise la Crois en Perse et aportee en Jerusalem et que Eracles len getereit et sereit perdue a son tens. De tel hore geta Eracles la Crois fors de Jerusalem que onques puis ni fu tornee. Ainz fu perdue en la bataille si come voz orrez dire. Quant la Crois fu en la herberge dou roi si vint li maistres dou Temple si conseilla au roi que il mandast par toute sa terre que tuit cil qui sez sodees vodreent prendre venissent a lui et il lor donreit bons soz et si lor abandonereit le tresor que li rois Henris dengleterre avoit en la maison dou Temple.

CHAPITRE XXX.

Quant li rois Henris ot fait martirer Saint Thomas de Conturbire si se apensa que il avoit mal fait et que il iroit Outre mer et feroit tant de bien o laide de Deu que il se acorderoit a lui de cest meffait et des autres dont il avoit Deu corroce. Apres ce que Saint Thomas fu martires il envoieit chascun an en chascun passage grant avoir por metre en tresor a la maison dou Temple et de lospital en Jerusalem et voleit quant il venreit la que il trovast grant avoir dont il peust la terre secorre et aider. Cel tresor que le maistre dou Temple avoit dona il au roi Gui et li dist que il voleit que il amenast tant de gent que il peust assembler as Sarrasins por venger la honte et le damage que il avoient fait a lui et a la Crestiente. Li rois prist lavoir et sodoia chevaliers et autres gens a cheval si que il ot bien chevaliers et sergenz a cheval mil et .ii. cens et sergenz a pie .vii. mile. Li cuens de Triple prist conge daler garnir Tabarie car il avoit oi dire veraiement que Saladin avoit assemble .xxv. mile homes a cheval et voleit encores gager le roi de plus grant gage que il nen avoit eu et por ce nomeement que il avoit entendu que li cuenz de Triple sestoit acordes au roi. Il plot bien au roi que li cuens alast garnir Tabarie; si y ala et la garni de gens darmeures et de viandes et comanda a sa feme et a sez baillis que se il veissent lesfors de Saladin que il fust si grant que il ne se peussent deffendre que il se meissent es vaisseaus et se meissent en garnison en la mer et il les secorroit procheinement.

CHAPITRE XXXI.

Dedens ce que li rois fu venus a Acre et li cuenz vint dautre part de Tabarie. Ensi come il furent venus en la cite dacre un messages vint hastivement de Tabarie de par la contesse et fist assavoir au roi que Saladin estoit entres ou roiaume et avoit assege Tabarie o grant esfors de genz. Durement en furent espoente et esmeu. Li rois comanda tant tost semondre les barons et les chevaliers por avoir conseil sur les noveles que len li avoit fait assaver. Si come il furent assemble au parlement li rois demanda lavis et le conseil de ses homes et de touz ceauz qui ilec estoient. Li maistres dou Temple et li princes Renaus et maint autre conseillerent au roi que il alast chacer Saladin hors dou roiaume por ce que ce estoit en la novelete de son roiaume; que se il se laissoit foler as Sarrasinz Salahadin le meprisereit et il des puis ne porreit terre tenir contre lui et porreit perdre le reaume. Quant il orent fine lor dit li rois demanda apres au conte de Triple son conseil et son avis; li cuenz dist oiant ceauz qui ilec estoient: Sire je conseil et lo que vos faites garnir vos citez et vos chasteauz de gens et de viandes et darmeures et dautre maniere de garnison; et ja soit ce que li princes dantioche vos ait envoie son fiz et .l. chevaliers encores li mandes; et a Bauduin dybelin faites assavoir coment Salahadin est entrez ou roiaume a grant poeir et que il vieignent au secors dou roiaume; et je sai que Salahadin i sera a sejor; et vos savez que nos somes ou cuer de este en la plus grant chalor de tout lan. Et lenfermete des lues et la chalor dou tens les assaudra; et dedens ce li princes et Bauduin dybelin seront venus a leisir; et en dementiers que Salahadin sera asseures nos serons apareillez et ferrons a lariere garde de son ost et le damagerons en tel maniere se Deu plaist que li roiaumes vos demorra tout en pais.

CHAPITRE XXXII.

Ensi come li cuens de Triple ot finee sa parole li maistres dou Temple et li princes Renauz distrent au conte que en son conseil avoit dou poil dou loup. Oiant ce li cuens de Triple se torna vers le roi et li dist: Sire je vos requier et semons de aler rescorre Tabarie. Li maistres dou Temple et le prince Renaut distrent au conte que li rois iroit volentiers. Tantost furent apareille li rois et tote la chevalerie dou roiaume de Jerusalem et murent de la cite dacre et alerent herberger a la fonteine de Saforie. Ileques fist faire li rois la mostre une autre fois; si se trova chevaliers assez et dautre maniere de gent a pie et a cheval; li quel estoient plus de .ix. mile; et por joie que la Sainte Crois fu traite de Jerusalem por porter en lost y ot il si grant plente de gent. Li rois se fia plus en son pooir et en ses gens que en la vertu de Jhesu Crist et de la Sainte Crois. Et por ice lor mesavint il puis.

CHAPITRE XXXIII.

Apres ce que il ot faite faire la mostre vost il encores avoir conseil a ses homes. Il demanda encore au conte de Triple que il le deust conseiller et li deist son aviz. Li cuenz li respondi come sages et dist: Sire sachez que lendemage de Tabarie est miens et sur moi torne et non sur autre; car la dame de Tabarie ma feme et si enfant sont dedenz le chastel; ne je ne vodroie pour nule riens que damages lor avenist; et je les ai garnis et conseillez que se il veoient que li esfors de Salahadin fust si grant que il ne le peussent soffrir que il se meissent et vaissiaus et se garentissent en la mer jusques a tant que nous les eussiens rescoz. Sur ce Sire se vos avez talant de conbatre o Salahadin alons nos herberger devant Acre et soyonz pres de nos fortereces. Je conois Salahadin a si orgueillos que il ne se partira dou roiaume jusques a tant que il vos ait envai de bataille; et se il se vient a vos conbatre devant Acre et que il nos meschee dont Dex nous en gart nos porrons avoir recueure a Acre et as autres citez qui ilec sont de pres; et se Deu nos en done la victoire que nos lesconfisons ainz que il soit entres en sa terre nos lauronz si aquis et debrise que il ne se porra jamais ralier. Quant li cuenz ot finee sa parole li maistres dou Temple li dist encores: Y a il dou poil dou loup. Quant li cuenz oi ce tantost dist au roi: Sire je vos semoing et requier que vos alez rescorre Tabarie. Il li respondi que il ireit volentiers. Dedenz ce la contesse de Tabarie manda messages au roi que il la deust secorre car ele et ses gens estoient durement gregez. Oyes ces noveles un cri sesmut en lost entre les chevaliers que len diseit: Alonz rescorre les dames et les damoiseles de Tabarie.

CHAPITRE XXXIV.

A tant laisserons a dire dou roi et de la chevalierie qui estoit herbergee a la fonteine de Saforie; et dironz por quoi estoit la malevoillance et la greignor guerre entre le maistre dou Temple frere Gerart de Ridefort et le conte de Triple. Quant li maistres dou Temple vint novelement en la terre de Surie il esteit chevalier errant dou siecle; et fu aucune fois sodoier dou roi Amauri et dou devant dit conte et en grant amiste. Il fu en aucun tens moult privez dou conte si que li cuenz li otroia et promist le premier bon mariage qui li eschereit en sa seignorie. Ne demora gaires apres ce que Guillaume Dorel qui sires estoit do Botron si fu morz; le quel avoit eu a espose Stephanie qui fu fille de Henri le Bufle que Hue de Gybelet espoza puis la mort de Guillaume Dorel; de la quel il ot Gui de Gybelet. Il avoit une fille de sa premiere feme. Dedens ce que il fu morz un riche home de Pise vint ou pais que len nomeit Plivain. Icestui Plivain avoit aporte o lui grant avoir. Si requist au conte de Triple cele damoisele a feme qui estoit heir dou Botron. Sur ce que li cuenz lavoit promise au devant dit Gerart de Ridefort il la dona plus volentiers a Plivain que au devant dit Gerart por ce que li devant dit Plivain dona au conte de Triple grant avoir por celui mariage. Len dit que il fist metre la damoisele en balance et lor de lautre part; et lor que ele pesoit fut done au conte et plus; et por le grant avoir otroia li cuenz la damoisele a Plivain. Quant Gerart de Ridefort vit que li cuenz li ot refuse le mariage il en fu durement corrocez por ce que il lavoit donee ce disoit a un vilain. Car cil de France tienent ces ditaile en despit; car ja tant riches ne pros ne sera que il ne le tiegnent por vilain; car li plus de ceauz ditaile sont usuriers ou corsaires ou marcheanz et por ce que cil si sont chevaliers tienent ceauz a despit. Adonc se ranpona au conte de Triple et se parti de lui par corroz et ala en Jerusalem. Ileques ot il .i. po de maladie dont il se rendi a la maison dou Temple. Ne demora gaires apres ce que frere Arnaut de la Tor Roge qui estoit maistre de la maison dou Temple fu morz; et li frere de la devant dite maison eslurent a maistre cestui frere Gerart de Ridefort. Quant il vint au coronement dou roi Gui quant la reine li mist la corone sus la teste dou devant dit roi; li devant dit maistre aida a la roine a metre la corone sur le chef de son baron Gui de Liseignan. Quant il lot mise et adrecee si dist: Ceste corone vaut bien le mariage dou Botron. Et ce fu lachaison de la haine qui estoit entre le maison dou Temple et le conte de Triple.

CHAPITRE XXXV.

Apres li rois manda le conte de Triple et les barons et le maistre dou Temple au vespre et lor demanda conseil. Li cuens de Triple conseilla au roi que il ne se remuast car Salahadin aveit trop grant gent et li rois navoit mie tant de gent que il se peust conbatre contre li et de Tabarie ne li chausist; car se Salahadin destruoit Tabarie il la feroit tost amender. Dont li rois et li baron qui la estoient se tindrent a paez de cestui conseil que li cuenz avoit done dou remanoir. Quant ce vint la nuit li maistres dou Temple vint au roi et li dist: Sire ne creez le conseil dou conte car ce est un traitre et vos savez bien que il ne vos aime riens et vodreit que vos eussiez honte et que vos eussiez perdu le roiaume; por ce je vos conseil que vos moves ades et nos aveques vos et alons desconfire Salahadin; car ce est la premiere besoigne que vos aves encomencee en vostre volente. Se vos ne vos partez de ceste herberge Salahadin vos venra ci assaillir et se vos vos partez par son assaut la honte et li reproches vos sera plus granz. Quant li rois ot ce oi il comanda que li oz se meust. Quant li baron de lost oirent dire que li rois comandoit de moveir il se merveillerent. Il vindrent au roi si li distrent: Sire vostre conseil estoit tel que vos et nos estions remez de movoir hui mais de ci. Par cui conseil est ce que vos faites moveir lost. Il lor dist: Vos ne me avez mie a demander par cui conseil je le faz; je vueil que vos chevauchez et movez ades a aler envers Tabarie. Cil come preudes homes et loiaus obeirent au roi et firent son comandement. Puet estre que se il li eussent contredit icelui comandement que il lor fist de meauz en eust este a la Crestiente. Dun miracle qui avint en cel ost ne lairai que je ne vos die. Les chevaucheures de lost des Crestienz le jor devant et la nuit que il murent de la fonteine de Saforie en si grant chalor comme il faiseit onques ne vostrent boivre ne aigue goster ainz faisoient semblant de home qui est tristres et dolens. Dont lendemain quant il furent a la besoigne a la grant desconfiture comencerent a deffaillir a lor seignor et esteinstrent et morurent desoz eauz.

CHAPITRE XXXVI.

Ne laira que je ne vos die de une aventure qui avint as gens de cel ost; et ja soit ce que ce semble fable et Sainte Iglise desfent que lon ne le doive croire. Quant li oz mut de la fonteine de Saforie et il orent passe Nazareth de .ii. liuez li sergent de lost troverent une vieille Sarrsine sur un asne. Li sergent cuiderent que ce fust aucune esclave qui sen fuist de son seignor il la pristrent. Aucunz y ot qui la coneurent que ele estoit de Nazerel; il li demanderent ou ele aloit a tele hore. Ele ne sot respondre a droit a lor demande. Il lespaventerent et mistrent en gehine et ele lor conut que ele estoit esclave dun Surien de Nazareth. Il li demanderent ou ele aloit. Ele lor dist que ele aloit a Salahadin por aver guerredon dou servise que ele li avoit fait. Il la martirerent lors plus por savoir quel avoit este li servises que ele avoit fait a Salahadin. Ele dist que ele estoit sorcerrece et avoit ensorcere les gens de lost; par trois nuiz les avoit avironez tout entor et avoit fait ses conjuremens par le deable; et se il se fussent tenus une autre nuit que il ne se fussent meus de la herberge ele les eust si durement par art dou deable lie que Salahadin les eust trestoz pris que ja pie nen fust eschape. Et lor dist que il aloient en mau point a lor huez; car po de gent en eschaperoient deauz. Il fut bien voirs que po en eschapa de cele chevauchee qui ne fussent ou morz ou pris. Cil qui lavoient trovee si li distrent: Et porreies vos deslier lost de ce que vos les aves liez en tel maniere. Ele dist que oil se il voloient torner arriere a la herberge dont il estoient meu et non en autre maniere. Il le tindrent a gaz por ce que ele estoit Sarrasine et avoit reconeu que ele estoit sorcerrece. Ileques meismes assemblerent espines et fraische et firent un grant fue et la boterent enz. Ele sailli dou fue par .ii. fois ou par .iii. Ileques y ot un sergent qui ot une hache Danese si li dona par mi la teste si grant cop que il la parti mi; puis fu getee o fue et fu arse. Salahadin loi dire si li en pesa durement et la vosist avoir rachatee grant avoir par quoi ele ne fust arse.

CHAPITRE XXXVII.

De ceste vieille nus ne se doit merveiller car nos trovons ou quart livre de Moysez escrit que quant li fil de Israel orent passe les desers de Synai et entrerent en la terre de Moab que nos apelons orendreit en ce tens la Terre dou Crac et Mont Real li rois de cele terre avoit nom Balac; de la poor que il ot des fiz de Israel dou fait que il avoient fait as autres rois de cele terre qui estoient si voisin si manda de ses homes et grant avoir lor en charja et lor comanda que il alassent a Balaam qui estoit outre le flum deufrate es parties de Rohais; et que il li deussent doner cel avoir et prometre plus grant par quoi il deust venir maudire et ensorcerer les fiz disrael par quoi il ne li peussent faire enui. Li message vindrent a lui et li firent le present et lor messagerie. Et il lor otrea daler. La nuit fist ses offrendes au deable ensi come il estoit usez. Il li fu dit en avision que il deust aler et que il se gardast que il ne maudeist les fiz de Israel. Ensi come il aleit son chemin il mua le comandement que Dex li avoit fait et voloit maudire les fiz disrael. Nostre Sires manda son angele au chemin par ou il aleit encontre lui une espee traite. Lasnesse vit langele o toute lespee traite si se effrea et sailli dou chemin en un chanp. Balaam comenca a ferir lasnesse et retorner en la voie; si tost come il lot retornee en un estroit chemin qui estoit entre deuz hayes dune vigne li angele li fu encores au devant o toute lespee traite. Lasnesse se effrea si tres durement que ele abati son seignor et au cheeir li brisa le pie. En dementiers que lasnesse se ombrageit et il la fereit nostre Sires ovri la boche de lasnesse et la fist parler a Balaam et si li dist: Sire vos me avez ja batue trois foiz ne sui je donques vostre asnesse que vos soleies chevaucher por quei me bates vos. Il li dist: Se je eusse une espee je te tuasse volentiers. A ceste parole que il dist nostre Sires li ovri les oilz et vit langele si laora tantost. Li angeles li dist: Ta voie si me est contraire. Il dist: Sire je tornerai arriere se il vos plaist. Li angeles li dist: Non je vueil que tu voises mais que tu te gardes que tu ne maudies les fiz de Israel. Il vint a Balac et Balac le recut honoreement et le mena sus une haute montaigne que il peust vooir les fiz disrael por meauz maudire. Ensi come il les vi si dist a Balac: Coment porroie je maudire ceauz que Dex a beneis. Adonques dist sa prophecie de Nostre Dame Sainte Marie et de la Nativite de Jhesu Crist en tel maniere: Une esteile naistra de Jacob et un home de Israhel se levereit et fereit et destruieit les cheveteines de Moab. Quant il ne pot veintre les fiz disrael par ses maleiconz et par ses sorceries si li conseilla que il deust eslire les plus beles damoiseles de toute sa terre et lor donast a chascune une some de vin et les envoiast en la herberge por ce que li fiz disrael estoient laz et travaille. Si verroient la beaute des garces si vodroient gesir a eles et beivre do vin; et ensi pecheront et corroceront Deu et Deu se corrocera avec eauz. Et se il les chacent que eles revieignent arrieres a vos sachez que il vos destruiront. Li fiz disrael retindrent les garces et jesirent a eles et burent de lor vin. Nul ne se deit merveiller se la terre de Jerusalem fu perdue; car il faisoient tant de pechez en Jerusalem que nostre Sires estoit durement corroces; et faisoient le servise au deable par quoi il les engigna que il mist la haine entreauz par quei li roiaumes fu perdus.

CHAPITRE XXXVIII.

Ci vos dirons de la election dou patriarche Eracle qui estoit arcevesque de Cesaire. Quant li patriarches Amaurris fu morz Guillaume li arcevesques de Sur qui estoit moult preudom et moult douteit Deu et lameit; il vint au chapitle dou Sepulcre et lor fist une preere disant en tel maniere: Seignors vos savez que nostre Sires a fait son comandement de nostre pere le patriarche; et vous estez apareillez de faire eleccion; je vos conseil en bone foi que vos ne eslizes nul prelat qui soit de ca la mer. Car vos porrez eslire tel que li roiaumes y aureit damage; et ce est nomeement de moi ou de larcevesque de Cesaire Eracle. Se vos le eslises et vos le nomez au roi li rois le recevra volentiers; car sa mere lameit moult et vos savez coment ele le fist faire arcevesque de Cesaire. Vos saves sa vie quel el est ausi bien come je meismes faz. Se vos volez eslire aucun preudome doutre mer je et li autre prelat dou roiaume vos conseillerons volentiers; et se vos doutez les despenz nos les feronz por vos; por ce vos di je ceste parole et vos dois ce conseil. Car je ai trove en escrit en aucun livre que Eracles aporta la Crois de Perse et la mist en Jerusalem; et Eracles la traira de Jerusalem; et a son tens sera perdue. Por ce vodree je que vos feissiez mon conseil. Li chanoine dou Sepulcre li otroierent. Quant li arcevesques fu partiz de eauz si alerent ou chapitle. La mere dou roi lor avoit ja pree que il deussent aslire le devant dit Eracle. Quant il furent en lor chapitle il parvertirent le conseil de larcevesque de Sur; et y ot aucunz deauz qui avoient este corrompu dont il eslurent larcevesque Guillaume de Sur et Eracle larcevesque de Cesaire a patriarche et les presenterent au roi. Li rois les recut a gre et sa mere li prea que il deust recevoir Eracle a patriarche; il fist la preere de sa mere et consenti a leslection que il avoient faite. Aucune gent dient que li rois de Jerusalem a tel seignorie en la election dou patriarche. Quant li chanoine dou Sepucre ont esleu patriarche il le deivent presenter au roi; et se il ont aucun esleu et il le presentent au vespre il a respit de respondre lendemain a hore de prime. Se il leslisent a hore de prime et il le presentent au roi; il doit respondre au vespre. Iceste franchise que lon dit que li rois de Jerusalem doit avoir je ne lai trovee ne onques nen oi parler por ce ne vueil je mie dire que ele soit autentique; se li rois a de ce privilege il le saura bien mostrer quant besoing li sera. Len dist et est trove en escrit quant li Apostle estoient herberge a monte Syon apres la Pentecoste et apres la mort de Judas il eslurent .ii. bonz homes. Li unz avoit nom Josep li justes li autres Mathies. Le sort si chei sur Mathie; por ce vuelent dire aucunes gens que par cele raison sont li chanoine do Sepucre el luec des Apostles et li rois est li sort. Il eslisent et li rois prent.

CHAPITRE XXXIX.

De la vie dou patriarche Eracle vos dironz quel ele avoit este et quel ele fu puis que il fu patriarches. Po avoit de sen et po savoit de letres; bele persone estoit. Dissoluz estoit de sa persone; toute sentente estoit a laborer de luxure. Agnes la mere dou roi meseau lamoit moult durement; et par la grant amor que ele avoit en lui le fist faire arcediacre de Jerusalem et puis arcevesque de Cesaire et puis patriarche ensi come est devant escrit. Il avoit la feme dun mercier de Naples qui est a vinte quatre milles de Jerusalem que li devant dit patriarches prist a amer. Ele avoit nom Pasque de Riveti. Il la faisoit soventes foiz venir a lui en Jerusalem; et venoit et demoroit o lui en Jerusalem .xv. jorz ou plus. Il doneit tant a son baron et a lui que il les avoit fait toz riches; par quoi li barons consenteit la volente dou patriarche. Ne demora gaires que cil merciers fu mort. Li patriarches prist sa feme dou tout a lui et li acheta heritages et li fist laborer de bele pierre. Ele aleit si richement par Jerusalem que se il y eust aucun home estrange il cuidast que ce fust une contesse ou barnesse tant avoit de lor et des pierres precioses et des samis et de dras a or et de perles por aorner son cors. La gent qui la conoissoient quant il la veoient passer si disoient: Veez ci la patriarchece. Il avint une foiz que li patriarches et li rois et li baron dou roiaume estoient a parlement ou palais dou patriarche por les besoignes de la terre. Este vos un menestrier qui vint la ou cil seignor estoient assemblez; et cria: Sire patriarches bones noveles vos aport; se vos me dones bon luyer je les vos dirai. Li patriarches et li rois et li baron qui la estoient assanblez cuidoient quil deust dire noveles profitables a la Crestiente por ce que il estoit use quant aucunes bones noveles venoient en Jerusalem il aloit si les diseit au patriarche. Lors li dist li patriarches: Gloz di ces noveles mais que eles soient bones a nostre eus. Dame Pasque de Riveti a enfante une fille. Li patriarches li dist: Tais toi fos ne dire plus. Por ceste vie que li arcevesques Guillaume de Sur savoit de lui avoit il faite cele proiere as chanoines dou Sepucre si come vos lavez oi devant; mais il firent le contraire de ce que il lor avoit proie et non por quant nostre Sires le soffri que il le fust por le peche de ceauz de Jerusalem puis que Eracles fu patriarches le Juesdi saint la ou il estoit a monte Syon por faire le cresme. Si escomenia le devant dit arcevesque de Sur sanz amonestement et sanz apel que il lapelast devant lui por faire raison; dont li devant dit arcevesques apela a Rome que il deust aler respondre de la foi devant le pape Aleissandre au concile que il devoit tenir. Li arcevesques mut a aler. Li patriarches loya un fisicien et li dona grant avoir que il deust aler avec larcevesque Guillaume et lenpoisonast. Il le fist et lenpoisona. Li patriarches passa la mer et ala a Marseille et de Marseille ala en la Valdan en son paiz. Quant il oi dire que li arcevesques Guillaume estoit morz si sen retorna et vint en Jerusalem et fu de peor vie que il navoit este devant. Dont toz li clerges en prenoit mauvais eissample a la vie dou mauvais cheveteine; por les pechez des quels nostre Seignor se corroca moult durement a ceauz qui habitoient en Jerusalem et ou roiaume de Surie et netoia sa terre de ceauz qui le peche ovroient. Dont il avint quant Saladin prist Jerusalem que il trova en la cite .ii. anciens homes. Li unz avoit nom Robert de Codre qui avoit este avec Godefroi de Buillon a la conqueste; li autres avoit nom Focher Fiole il fu nes en Jerusalem des la premiere conqueste tantost come ele fu conquise. Ces .ii. homes trova Salahadin en la cite de Jerusalem. Por ce quil estoient anciennes genz il ot pite deaus. Il li requistrent que il les soffrist a demorer et a finer lor vies en la cite de Jerusalem; il lor otroia volentiers et comanda que om lor donast quan que mestier lor fust tant come il vivroient. Si finerent ileques lor vies.

CHAPITRE XL.

Or vos dirons dou roi Gui et de son ost. Il murent de la fonteine de Saforie por aler rescorre la cite de Tabarie; si come il orent esloignee leve Salahadin lor vint au devant et manda ses hardeors qui hardeoient a eaus; do matin jusque a hore de midi chevaucherent a grant meschef contre mont la valee qui est apelee le Barof; quar les Turs les tenoient si pres de hardoier que il ne poeent aler avant. Li chauz estoit moult grant qui trop les grevoit ne en cele valee navoit lue ou il peussent trover eve et ensi les menerent tresque a mi jor si que il furent bien a mi voie de la fonteine de Saforie et de Tabarie. Lors demanda li rois conseil que il feroit et li cuenz de Triple li dona lors mauves conseil et li loa que il guerpist la voie que il tenoit car il estoit trop tart por quoi il ne porroit mie aler tresque a Tabarie por le grant hardoi que li Turc lor faisoient ne la ou il estoient navoit point deve ou il peussent herberger mais iqui pres outre cele montaigne a senestre avoit un casal qui a nom Habatin ou il a eve de fonteines a grant plente ou len porroit herberger la nuit et lendemain aler a Tabarie a grant loisir. Lors sacorda li rois a son conseil de ce; et ce conseil fu mauvais. Car se li Crestien eussent lors point esforceement li Turc eussent este desconfit. Mais il crut le dit dou conte et guerpi la voie que il aloit et torna contre mont la costiere et en celui torner li Crestien se desayverent por covoitise daler a leve par quoi li Turc pristrent cuer et lor corurent sus de toutes pars et savancerent si que il pristrent leve; dont il covint que nos gens sarestassent el somet de la montaigne ou luec que len apele Carnehatin. Et lors manda li rois Guis au conte que il conseillast lui et la Crestiente. Dont li cuenz de Triple dist que se li rois eust creu son premier conseil come il voloit ore il eust fait son grant profit et sauvee la Crestiente. Mais ores est il trop tart: Non mie por ce dist il je ni sai hui mais autre conseil mais que il face semblant de herberger et que il feist tendre sa tente el somet de celui mont. Lors crut li rois Gui le conseil et fist ce que li cuenz li loa. En celui somet de cele montaigne ou li rois Guis fu pris fist Salahadin faire une mahomerie qui encores y apert en loenge et en remenbrance de sa victoire.

CHAPITRE XLI.

Quant li Sarrasin virent que li Crestien se herbergerent si en furent moult lie et se herbergerent entor lost des Crestiens si pres que li un parloient as autres; et se il y eust un chat qui sen fuist de lost des Crestiens ne peust il mie eschaper que li Sarrasin ne le preissent. Cele nuit furent li Crestien a moult grant mesaise et a moult grant meschef en lost que il ni ot home ne cheval qui beust la nuit. Le jor que il se partirent des herberges fu vendredis et lendemain le samedi fu feste de saint Martin le Bollant devant aost. Toute cele nuit furent li Crestien arme et si orent moult grant mesaaise de soif. Lendemain furent tuit apareille de conbatre et li Sarasin dautre part. Mais li Sarrasin se traistrent arriere et ne se vostrent mie conbatre tant que li chaus fust leves. Et si vos dirai que il firent. Il avoit grant bruiere derbe et grant assai par mi le plain de Barof et li venz ert levez de cele part moult fort; donc vindrent li Sarrasin si bouterent le fuec tout entor por estre a plus grant meschef que dou fue que dou soleil si les tindrent ensi tant que il fu haute tierce. Lors se partirent .v. chevaliers de leschele dou conte de Triple et sen alerent a Salahadin et li distrent: Sire que atendes vos: poignez sur eauz; il ne se puent mais aider il sont tuit mort. Neis li sergent a pie se rendirent as Sarrasinz goule baee par destrece de soif. Quant li rois vit la destrece et langoisse de nostre gent et que li sergent sen aloient as Sarrasinz rendre si manda au conte de Triple que il poinzist sur les Sarrasinz por ce que en sa terre fu la bataille et que il devoit avoir la premiere pointe. Li cuenz de Triple poinst sur les Sarrasins et si poinst en un pendant contre val et li Sarrasin tantost come il le virent poindre vers eauz si se partirent et li firent voie ensi come il est lor costume; et li cuens passa outre et li Sarrasin tantost come il fu outre passes se reclostrent et corurent sus au roi qui demorez estoit; si le pristrent et toz ceauz qui avec lui estoient fors solement ceauz qui en lariere garde estoient qui sen eschaperent.

CHAPITRE XLII.

Quant li cuenz de Triple vit que li rois fu pris et sa gent si sen fui a Sur et si estoit Tabarie a .ii. milles dilec. Si ni oza mie aler por ce que il savoit bien que se il aloit a Tabarie il seroit pris que il nen porroit eschaper. Li fiz dou prince dantioche qui avoit nom Reimont et li chevalier que il avoit amenez avec lui et si quatre fillastre eschaperent avec lui. Balian dybelin qui en lariere garde estoit eschapa ausi et sen foi a Sur et Renauz de Saete qui unz des baronz estoit.

CHAPITRE XLIII.

En cele bataille fu la Sainte Crois perdue ne ne sot len que ele devint fors apres moult grant piece au tens que li cuenz Henri de Champaigne estoit sires dacre et de la terre que li Crestien tenoient. Si vint a lui un frere do Temple qui en la bataille avoit este. Si li dist: Sire se len savoit ou poeit trover home en ceste terre qui me menast la ou la bataille fu je troveroie bien la Sainte Crois que je lenfoi o mes mains le jor que la bataille fu. Donc vint li cuenz Henris si manda un suen sergent qui en la terre fu nez et li demanda se il savoit aler en la place de terre ou la bataille fu. Et il dist: Oil bien et si sauroie bien assener en la place de terre ou li rois fu pris. Lors li comanda li cuenz que il y alast entre lui et le frere do Temple. Quant il li ot dit que il avoit la Crois enfoye et cil li dist que il ni poeit aler se par nuit non; que se il y aloient de jor il seroient pris et retenu. De part Deu dist li cuenz alez y en tel point come vos savez que il y fait meillor aler. Il y alerent et si i furent bien par .iii. nuis mais il ni troverent rienz.

CHAPITRE XLIV.

Quant li Sarrasin orent desconfit les Crestiens et pris Salahadin rendi graces a nostre Seignor del honor que il li avoit fait et fist crier par mi lost que len li amenast en sa tente toz les chevaliers prisonz. Len li amena et il comanda quen menast les baronz et les hauz homes devant lui que il les voloit vooir et les autres laissast len dehors. Len mist laenz le roi et Salahadin le fist asseeir devant lui; aprez mist len le prince Renaut; apres si i mist len Hanfroi son fillastre; aprez si i mist len le maistre dou Temple; apres i mist len le marquis Boniface de Monferarre; apres i mist len le conte Jocelin; apres mist len le mareschal do roi; apres i mist len le conestable Heymeri qui estoit frere dou roi. Tuit cist haut home furent pris avec le roi en la bataille. Celi jor estoit samedi et si fu feste de saint Martin le Boillant.

CHAPITRE XLV.

Quant Salahadin vit le roi et les autres baronz qui estoient en sa merci il en fu moult liez; il vit que li rois avoit chaut si sot bien que il avoit soif et que il bevroit volentiers; si fist aporter pleine cope de sirop a boivre por li refreschir. Quant li rois ot beu si tendi la cope au prince Renaut qui en coste de lui seeit por boivre. Quant Salahadin vit que li rois avoit done a boive au prince Renaut que ce estoit li hom ou monde que il plus haoit si en fu moult durement corroces et dolenz et dist au roi: Ce poise moi quant dont li avez. Mais puis que dont li avoit bien le beust mais ce ert par tel covent que jamais dautre ne bevroit; que por nul avoir quen li seust doner ne le lairoit il plus vivre que il ne li copast la teste il meismes de sa main; que onques foi ne seirement ne li tint de trives que il li donast. Quant li princes Renauz ot beu si le fist Salahadin prendre et mener hors de sa tente. Si demanda une espee et len li aporta et il la prist si li copa la teste et puis la fist prendre et comanda que ele fust trainee par totes les citez et par toz les chasteauz de sa terre. Et ele si fu. Quant Salahadin ot copee au prince Renaut la teste si envoia puis toz les prisoniers a Domas en prison. Si se parti dilec si se ala loger devant Tabarie. Quant la contesse sot que li rois estoit pris et que li Crestien estoient desconfit si rendi Tabarie a Salahadin. Et celui jor meismes envoia Salahadin de ses gens a Nazareth et li rendi len ces .ii. citez en celi jor que la bataille fu. Le mercredi ala a Acre et si li rendi len. Aprez ala a Sur et ne la vost mie asseger por ce que encore estoit la chevalerie dedens qui de la bataille estoit eschapee.

CHAPITRE XLVI.

Quant Balian dybelin se fu partis de la bataille si sen retorna par Saforie et sen passa par le Lion et ala droit a Naples ou il avoit laissee la roine Marie sa feme; si trova que ele avoit seu la novele de la desconfiture et sen estoit piestant alee en Jerusalem et tuit cil de Naples ausi si que il trova la vile presque toute vuidee. Lors sen ala dreit en Jerusalem. Quant il fu la venus si sapresta de aler sen a Escalone et mener ent sa feme et ses enfanz. Quant li patriarches et li borjois de la cite le sorent si lor fu moult grief car il avoient este moult liez de sa venue en la vile come cil qui avoient esperance que il deust metre conseil et aye en deffendre eaus et la cite; et ore veoient que il voloit tout abandoner et aler sen. Ne en la cite ni avoit nul autre home en cui il se peussent apoyer dou fait de la cite ne qui conseil i peust ne seust metre. Si en furent moult entrepris. Si se assemblerent chez le patriarche et li prierent que il meist poine en ce que Balian dybelin demorast et preist en main la garde et la cure de la cite; et que il estoient prest de lui recevoir a cheveteine et de obeir a ses comandemens et si avoient entreauz empris que se il ne vosist ce faire que il larestassent par force et preissent sa feme et ses enfanz et les meissent ou chasteau de la vile et les feissent la garder por lui destraindre a sivre lor volente. Et lors sen ala li patriarches a lostel ou Balians estoit herbergez et ce que il ala en son ostel fist il por ce que il len cuida plus adocir le cuer a faire lor requeste. Et si mena o lui les comandeors del Ospital et dou Temple et les borgeis. Quant il furent la venus li patriarches emprist la parole et dist ensi come il avoient acorde de lui preer et semondre de par Deu et por le grant besoing de la Crestiente et por honor de soi et de son leignage que il de la vile ne se deust partir et que il deust emprendre a garder et a deffendre la sainte cite de Jerusalem contre les enemis de la Crois et le lue ou Dex fu morz et vis et les Sains Lues qui i sont. Et il estoient prest de lui recevoir a chevetaine et de obeir a ses comandemens de toutes les choses qui monteroient a la garde et a la deffense de la cite et de eaus; et se il sur ce failloit a Deu et a sa cite et a son pueple il pooit bien savoir que Dex qui tant avoit honore et esleve son lignage len sauroit mauvais gre et en prendroit en aucun tenz venjance de lui ou de ses heirs. Quant Balianz ot entendue cele parole il lor respondi que il se apenseroit sur ce que il li avoient dit et lendemain matin lor en feroit responz en la maison dou patriarche. Quant ce vint au matin Balians dybelin vint en la maison dou patriarche ou moult de gent fu assemblee. Lors se dreca Balianz et dist: Sire vos et cist seignor me avez requis que je enpreigne la garde et la cure de ceste cite dont je vueil que chascunz sache que li fais est moult gries et perillos et je i porroie recevoir grant blasme sanz mon mesfait; car se la chose torne a mal la plus grant partie dou blasme en venra sur moi; et se ele tornoit a bien aucunz venroit qui men osteroit et a lui demoreroit li loz et li profiz. Mais se vos me volez a seignor et faire homage et jurer feaute par quei li preuz et li damages en seit mienz je men enchargerai et i metrai le cors et le poeir. Cil qui ilec estoient assemble orent conseil entreauz et i fu li patriarches. Si se acorderent a ce que meauz lor venoit ce faire que estre sanz cheveteine car avoit este li roiaumes en espens de seignor navoit mie granment. Si se acorderent a faire sa requeste et li firent homage et le receurent a seignor. Encores estoit lors la roine le feme dou roi Gui en Jerusalem. Il navoit lors en toute la terre de Jerusalem qui .ii. chevaliers qui estoient eschapez de la bataille. Donc vit Balian si prist toz les fiz des chevaliers que il trova en la cite qui se estoient laenz recete et ceauz qui estoient de .xv. anz en amont et des plus aparans fiz de borgeis si les fist chevaliers. Et si vos di veraiement que la cite fu pleine de menues gent et denfanz qui tuit sen furent a fui en la cite quant il oirent dire que li rois estoit pris et que li Crestien estoient desconfit; si sot en por voir que tant en i ot ja fui que les genz ne poeent estre dedens les maisonz; anceis les covenoit estre en mi les rues. Donc vint Balian et li patriarches si firent descovrir le monument dou Sepucre qui estoit toz covers dargent; si len firent oster por batre monoie por doner as chevaliers et as sergens. Chascun jor aloient li sergent et li chevalier par la terre entor la cite et amenoient dedens la cite ce que il poeent de viandes; car il savoient moult bien que il seroient assege.

CHAPITRE XLVII.

Or vos lairons a tant a parler de Jerusalem tant que poinz et ore en soit. Si vos dironz de Salahadin qui estoit devant Sur. Il se pensa quil ne feroit riens a Sur por la chevalerie qui dedenz Sur estoit. Il passa outre si ala asseger une cite qui estoit a .xv. milles de Sur et a nom Saete et la prist. Et ala apres a Barut et la prist. Tantost apres entra en la terre de Triple et prist une cite qui a nom Botron. De ce chastel fu la dame que li cuenz de Triple ne vost doner a Gerart de Ridefort qui se rendi au Temple par mautalent dont la haine comenca par quoi la terre fu perdue. Quant li cuenz de Triple oi dire que Salahadin estoit entrez en sa terre si entra en mer entre lui et le fiz le prince dantioche Raimont a tot ce que il pot avoir de chevaliers. Si sen ala a Triple. Puis que il fu arrivez a Triple si acocha malades et quant il vit que il fu ataint de la maladie et vit que il navoit nul heir qui deffendist la terre dou contee de Triple si se pensa que il laisseroit Triple en la main dou prince dantioche que il porroit garder lune par lautre; et por ce prist messages si les envoia au prince Beymont en Antioche et li manda que il li envoiast son ainz ne fiz Raymont qui son filluel estoit et avoit son nom; car il li voloit doner Triple en filluelage. Quant li message furent venus en Antioche et il orent fait lor messagerie li princes lor respondi que il nenvoieroit mie Reimont car il avoit assez affaire come cil qui estoit sires dantioche et dermenie et que il li covenoit ces .ii. terres governer. Mais il y envoieroit son autre fiz Beymont qui estoit preus et vaillanz et bien la sauroit garder a laye de Deu et de son frere; et ce por quoi il le apela seignor dantioche et dermenie si fu por ce que quant celui Raymont esposa Ysabeau la fille de Rupin qui estoit seignor dermenie il se dessaisi dou princee dantioche et len saisi et li fist recevoir les homages et les feautez des gens de la terre dantioche. Li message retornerent a Triple et amenerent Beymont le meins ne fiz dou prince et firent assaveir au conte Reimont le responz dou prince. Li cuens qui senti que il estoit a la mort et vi que il ne poeit autre faire si recut Beymont et li dona Triple et tout le contee o touz ses drois et li fist faire les homages et les feauts et distrent aucunes gens que ce fu par aucune maniere de covenances mais je ne le sai mie de voir. Apres ce li cuenz qui ot ce fait il ne vesqui gaires. Et distrent aucunes gens que il avoit este morz dou grant duel que il ot por la perte que il vit si grant sur les Crestiens. Ensi remest le contee de Triple a Beimont le juene.

CHAPITRE XLVIII.

Li chastelains de Sur vit que tuit li chevalier sen estoient ale et que il avoit po de gent et po de viandes dedens Sur. Si manda a Salahadin que il retornast de la ou il estoit et il li rendroit Sur. Quant Salahadin oi ceste novele il en fu moult liez; si prist un chevalier et li bailla sa baniere et li dist que il alast a Sur et la meist sur le chastel. Quant li chevaliers vint a Sur si dist au chastelain que il preist la baniere et que il la meist sur le chastel et li chastelains dist que il ne li osereit metre por les gens de la vile; mais si tost come Salahadin seroit devant il li metroit. Li chevaliers quant il oi ce sen torna dilec et le ala dire a son seignor. Quant Salahadin loi si esploita daler au plus tost que il pot tant que il vint a Sur. Mais ains que il i parvenist y envoia Dex conseil et secors; que il ne voloit mie que ele fust perdue ainz vost laisser cele cite as Crestiens si come vos avez oi devant que il netoieroit toute la terre de Surie mais un po de gent i lairoit.

CHAPITRE XLIX.

Or vos dirai dou secors et dou conseil que Dex y envoia a Sur. Conras li marquis qui en Costantinople estoit vint a lempereor si li dist: Sire cist chevalier qui ici sont avec moi vuelent aler au Sepucre; ne je ne les puis plus tenir; mais si tost come il auront fait lor pelerinage il mont creante que il revenront ci a moi. Et ce fist il entendant a lempereor por ce que il ne voloit mie que li empereres ne cil de la cite seussent que il sen vosist aler; car il savoit bien que se il le seussent li parent de Livernas que il avoit ocis qui estoient en la cite locirroient. Li empereres fist apareiller une bone nef moult grant et si i fist metre viandes asses. Si entrerent ens la maisnee dou marquis et quant il orent tenz si murent. En cele ore que il murent estoit li empereres et li marquis a Boque Lion. Quant li marquis vit passer la nef devant Boque Lion il vint a lempereor si li dist: Sire je ai oblie une besoigne que je doi mander a mes genz. Donc vint li marquis si entra en un batel et erra apres la nef et entra enz; et quant il fu dedens si dona Dex bon tens et bon vent a la nef si ne finerent daler ne de sigler. Si vindrent devant Acre et si come il durent ancres geter si virent que nul batel ne venoient encontre eauz ne que il ne oeent cloches soner si en furent moult corrocez ne noserent ancrer ains se traistrent arriere. Quant li Sarrasin dacre virent que il ne arriveroient pas ne que il ne prendroient terre si ala un chevalier Sarrasin a la nef savoir quel gent ce estoient. Quant li marquis vit le batel venir si dist a ses homes que nul ne fust si hardis que il parlast. Quant li Sarrasins vint devant la nef si demanda ques gens ce estoient. Li marquis respondi que ce estoient marcheant. Et por quei dist li Sarrazins ne arrives vos et prenez tantost port. Li marquis respondi que il ne voloient arriver por ce que il ne savoient ques gens avoit dedens Acre; et li Sarrasinz dist que bien poeent arriver en la terre et en la fiance de Salahadin. Quant il sot que ce estoit Salahadin qui avoit le cite dacre et li roi de Jerusalem pris et toz les baronz et menez en prison; et que il avoit toute la terre conquise for que Jerusalem ou il estoit a siege; et que se il voloit descendre a la seurtance de Salahadin seurement porroit descendre. Quant li marquis et si chevalier oirent ces noveles si furent moult dolent et corroce. Quant li Sarrasinz vit que il ne prendroient terre si torna arrieres a Acre por faire armer les vaisseaus dacre por prendre la nef se il peussent; et Dex qui lavoit envoiee por secorre Sur ne le vost soffrir; ainz li envoia bon vent qui lamena devant Sur. Quant il vindrent devant Sur et cil de Sur virent la nef si entrerent es bateaus et alerent encontre por savoir ques gens ce estoient. Quant li marquis les vi venir si en fu moult liez quant il sot que ce estoient Crestien et que Sur nestoit mie rendue as Sarrasinz. Donc il li preerent que por Deu venist a Sur et que il arrivast et que il les secoreust et que il eust pitie de la Crestiente. Il i torna volentiers et arriva. Quant cil de la cite sorent que il estoit fiz do marquis si en furent moult liez et eissirent contre lui a procession. Si li rendirent Sur et le mistrent dedens le chastel lui et ses chevaliers. Quant Renaut de Saete et li chastelains virent que Sur estoit rendue au marquis si orent grant poor por ce que il devoient la cite avoir rendue a Salahadin; si entrerent la nuit en un batel si sen fuirent a Triple.

CHAPITRE L.

Li marquis come il fu dedens le chastel de Sur si le sercha por savoir coment il estoit garnis de armeures et de autres choses; en ce que il cerchoit si trova les .ii. banieres de Salahadin que il avoit leiens envoiees por metre sur le chastel. Lors demanda cui ces banieres estoient; donc vint un home qui ilec estoit si li dist que eles estoient de Salahadin et que len les devoit lendemain metre sur le chastel et que la cite li devoit estre rendue. Lors les fist li marquis prendre et geter ou fosse; et quant ce vint lendemain que li marquis fu venus a Sur si vint Salahadin devant et bien cuida que len li deust rendre mais Dex y ot envoie secors. Quant Salahadin vit que il nauroit mie Sur si se merveilla moult por ce que len li avoit mande que il i venist. Si demanda que ce poeit estre et len li dist que li fiz dou marquis de Monferrare que il aveit en sa prison estoit la arrivez si li avoit len rendue la cite et il laveit garnie et bien la tenroit contre lui a laide de Deu. Quant Salahadin oi ce si asseja Sur et manda a Domas que len li amenast le marquis le pere de celui qui dedens Sur estoit que par lui et par avoir doner cuidoit bien avoir la cite. Quant li marquis fu amenez en lost si manda Salahadin a Conrat son fiz que se il li voloit rendre Sur il li donroit grant avoir et si li rendroit son pere. Li marquis respondi que la plus petite pierre de Sur ne li rendroit il mie por son pere mais feist le lier a une estache en lost et il trairoient a lui car il estoit mais trop vieil.

CHAPITRE LI.

Quant Salahadin vit que il ne feroit riens ilec si sen ala asseger Cesaire si la prist; apres ala a Japhe si la prist; apres ala a Escalone si lasseja; mais Escalone estoit fort si ne la post mie si tost prendre ainz envoia a Domas si fist amener le roi de Jerusalem en lost; quant li rois fu venuz en lost de Salahadin devant Escalone si li dist Salahadin que se il li voloit rendre Escalone il len lairoit aler tout quite. Li rois li dist que il en parleroit a ses homes qui dedens estoient. Il manda querre ses homes qui borgeis estoient de la vile car il ni avoit nul chevalier et il vindrent a lui. Donc vint li rois si lor dist que il ne voloit mie que il rendissent Escalone por lui car grant damages seroit a la Crestiente se il rendoient une cite por un home; mais il lor prioit por Deu que se il avenoit chose que il ne peussent tenir la cite descalone et il la rendoient quil feissent tant que il fust delivres se il poeent. Apres ce entrerent li borgeis en la cite descalone et pristrent conseil entreauz et distrent que il ne veoient coment secors lor peust venir de nule part; car se il veissent que secors lor peust venir il tenissent bien Escalone; et si venoit meauz quil rendissent la cite sauves lor vies et lor cors et lor avoirs que se que il fussent afame ne pris a force. Dont il rendirent la cite a Salahadin en tel maniere come je vos dirai. Il furent delivres lor cors et lor avoirs et si les fist Salahadin conduire sauvement en terre de Crestiens et li rois fu delivres lui diseime tels come li rois les choisiroit en la prison de Salahadin mais tant y ot que li rois devoit estre en prison jusque a leissue de mars et Escalone fu rendue a leissue daost devant. Quant Salahadin ot Escalone si envoia le roi sejorner a Naples et si manda a la roine la feme dou roi que ele sen alast avec le roi a Naples; que il ne voloit mie quele fust dedens Jerusalem quant il la iroit asseoir; et quant la roine oi le message se sen ala a Naples avec le roi et fu la tant que Salahadin ot prise Jerusalem.

CHAPITRE LII.

Le jor que Escalone fu rendue vindrent cil de Jerusalem a Salahadin parler que il lor avoit mande por faire pais de la cite a eaus se il peust. Celui jor estoit vendredis si se mua li solaus en droit lore de none que il sembla que il fust nuit. Lors dist Salahadin as borgeis de Jerusalem que il veoient bien que il avoit toute la terre conquise fors Jerusalem et se il li voloient rendre il feroient bien.

CHAPITRE LIII.

Je vos avoie oblie a dire que le jor que Escalone fu rendue li rendi len toz les chasteauz qui entor lui estoient et li borgeis de Jerusalem distrent a Salahadin que se il plaisoit a Deu la cite ne rendroient il ja. Or dites donc dist Salahadin que vos ferez; je croi bien que Jerusalem est maison Deu et ce est nostre creance; et je ne metroie mie siege ne je ne feroie geter a la maison de Deu ne assaillir se je la poee avoir par pais et par amor. Je vos dirai que je vos ferai. Je vos donrai .xxx. mille besanz en aide a fermer la cite de Jerusalem et si vos donrai .vi. milles despace a aler quel part que vos vodrez et de laborer a .v. milles de la cite; et si vos ferai venir a tel plante viandes que en nul lue en tote la terre ne seront viandes a se grant marche. Et si aurez trives de si a Pentecoste; et quant ce vendra a Pentecoste se vos vees que vos puisses estre secoruz si vos tenez bien; et se vos veez que vos ne puisses avoir secors ne tenir la cite si la rendez; et je vos ferai sauvement conduire en terre de Crestiens vos cors et vos avoirs. Et il respondirent que ja se Deu plaist la cite ne rendroient ou Deu soffri mort et passion et espandi son sanc por nos. Quant Salahadin vi que il ne rendroient mie la cite si fist son seirement que jamais ne la prendroit se par force non.

CHAPITRE LIV.

Quant Salahadin fu devant Escalone si li manda Balian dybelin que il por Deu donast conduit a sa feme et a ses enfanz que ele peust aler a Triple; car le covenant que il li ot quant il li dona conge daler en Jerusalem il ne li poeit tenir. Quar il estoit si pres gardez en Jerusalem que il ne sen poeit issir. Salahadin y envoia chevaliers et la fist convoier jusque a Triple. Or ot Salahadin pris tout le roiaume de Surie fors solement Jerusalem et Sur et le Crac. Au Crac ne mist il onques siege. Ains se tint puis que il ot conquise la terre .ii. anz; et tant se tint le Crac que par droite famine lestut rendre et devant ce que il se rendissent vendirent lor femes et lor enfanz as Sarasins por avoir viande et que il ne lor demora beste que il ne manjassent. Quant il norent plus que vendre ne que manger si rendirent le chastel as Sarrasins sauves lor vies et por ce que il savoient bien que il nauroient point de secors. Salahadins fu moult liez quant on li ot rendu le chastel; si fist rachater les femes et les enfanz que il avoient vendu si lor fist rendre et lor dona grant avoir encores avec et les fist conduire en terre de Crestiens; et por ce lor fist il ce que il avoient si bien et si loiaument garde le chastel tant come il porent et sans grant gent. Dont vint Salahadin descalone por aler asseoir Jerusalem.

CHAPITRE LV.

Quant Salahadin vint asseger Jerusalem il se herberja devant la cite par un juesdi au soir. Li vendredi par matin il lasseja de lez la maladerie des femes et par devant la maladerie des homes et devant la tor David jusques a la porte de saint Estiene. Anceis que il feist asseger ne assaillir la cite manda il a ceauz de Jerusalem que il rendissent la cite as covenances que il lor ot quant il les manda devant Escalone lor tendroit il bien que il lor avoit fait tel sairement que se il ne le faisoient il ne les prendroit jamais se par force non. Cil de Jerusalem li manderent arrieres que il feist le meauz que il seust et peust que la cite ne li rendroient il ja. Adonc fist Salahadin armer sa gent por assaillir la cite et cil de la cite issirent fors tuit arme as Sarrasins; mais la bataille ne dura gaires por ce que li Sarrasin avoient le soleil de la matinee en dreit les oilz si se retraistrent arrieres jusque au vespre. Si recomencerent a assaillir jusque a la mie nuit. Ensi fist Salahadin .viii. jors de cele part au siege; ne onques por pooir que il eussent ne porent metre les Crestiens en la cite a force que toute jor ne fussent hors avec eaus tant come li jorz dura et que .ii. fois ou trois le jor ne feissent li Crestien les Sarrasinz reflatir arrieres jusque en lor tentes; ne onques ne porent de cele part drece perriere ne mangoniau ne enging. Or vos dirai coment li Sarrasin assailloient et requeroient les Crestienz. Il ne les requeroient jusque none estoit passee. Quant none estoit passee et li Sarrasin avoient le soleil au dos et li Crestien lavoient en mi le vis lors assailloient li Sarrasin jusque a la nuit et si avoient adonc peles dont il ventoient la poudre en haut et la poudre voloit sur les Crestienz es oilz et es visages si avoient le soleil et la poudre. Quant li Sarrasin virent que il ne porroient rien faire de cele part si remuerent lor siege et salerent loger de lautre part de la porte de saint Estiene jusque a la porte de Josafas et jusque a la porte de mont Olivet veoient quan que cil faisoient ou val et en la cite fors des rues covertes. Li remuemens dou siege fu fais le vendredi apres que la vile fu assegee. Lors furent li Crestien enclos dedens la cite si que il ne porent issir; que de la porte saint Estiene jusque a la porte de Josaphas navoit ne porte ne posterne par ou il peussent issir as champs fors solement la posterne de la Madeleine ou len issoit par entre deuz murs.

CHAPITRE LVI.

Le jor que Salahadin se remua dou siege fist il drecier une perriere qui geta .iii. fois le jor as murs de la cite et la nuit fist il tant drecier que perrieres que mangoneaus que lendemain par matin en conta len .xii. toutes atachees. Quant ce vint lendemain par matin si fist Salahadin armer ses chevaliers et fist .iii. batailles por assaillir la cite et lors alerent assaillir les targes devant eauz et derriere eauz estoient li archier qui traioient si espes come pluie. Il ni avoit si hardi home dedens la cite qui as murs osast mostrer le doi et vindrent jusque sur le fosse et firent avaler les mineors ou fosse et firent les escheles drecer as murs de la barbecane por miner et minerent en .ii. jorz .xv. toises del fosse et dou mur. Quant il orent mine et estansone et mis ens lor atrait si i boterent le fue en lor atrait et li murs versa es fossez tout celui que il avoient mine. Li Crestien ne poeent mie miner encontre si pristrent trus et fus et grant plente de marein et de tables si clostrent et horderent icele fraiture dou mur qui estoit cheue et se mistrent a deffendre celui lue; et li Sarrasin nentendirent puis a assaillir en autre lue que en celui. Si que li assauz y estoit moult fort et la meslee moult grant tout le jor et toute la nuit dont li Crestien avoient moult grant charge et moult grant travail et grant coust; car il covenoit doner au sergent un besant le jor et un besant la nuit por garder cele fraite. Et li chevalier meismes et li borgeis y avoient moult grant travail. Car il lor i covenoit estre par establie et les chargeit len moult sovent; car tant les apressoient li Turc et chargeent dassauz que il ne lor laissoient avoir repos ne loisir que por la plente de gent que il avoient lor charges plus grans et plus sovent; par quoi li Crestien ne les poeent soffrir. Et quant il se virent en tel point et en si grant peril de estre pris quar il doutoient que li Turc nentrassent par force de assaut en la cite et les oceissent et preissent toz et virent ce meismes que lor gent se laschoient de deffendre; por toutes ices choses se assemblerent cil de la cite si vindrent ansenble por prendre conseil que il feroient. Il vindrent au patriarche et a Balian dybelin. Si lor distrent que il sen voloient issir par nuit et ferir en lost et que il avoient plus cher que il fussent mort par bataille honorablement que ce que il fucent pris en la cite hontosement ne que il fucent ocis; car il veoient bien que la cite ne vaudroit lor deffense a tenir et que il avoient plus cher a morir la ou Jhesu Crist fut mort por eauz que il rendissent la cite. A cestui conseil sacorderent chevaliers et borgeis et sergens. Mais li patriarches lor redist encontre: Seignors je le tenroie a bien mais autre chose y a. Se nos ne nos sauvons et laissons perdre vos fames et vos enfans ce nest mie bien ce mest avis; car por chascun home que il a en la cite y a il .l. femes que enfanz et se nos somes mort li Sarrasin prendront les femes et les enfanz; et ne les ocirront mie ainz les feront convertir ensi seront tuit perdu. Mais qui porroit tant faire a laide de Deu envers la gent Sarrasine que nous peussiens aler hors et mener la Crestiente il me sembleroit meaus que aler conbatre por sauver les femes et les enfanz. A ce conseil sacorderent tuit. Lors prierent Balian de Ybelin que il alast a Salahadin por veir quel pais il porroit faire. Il y ala et parla a lui. En ce point que il estoit devant Salahadin et parloit a lui de la cite rendre si firent li Sarrasin un assaut en la cite et aporterent escheles si les firent drecier as murs de la cite et furent bien monte jusque a .x. banieres ou .xii.; et estoient ja entre par ilec ou li mur estoient cheu que il avoient mine. Adonc vint Salahadin quant il vit ses homes et ses banieres sur les murs de la cite si dist a Balian: Por quei me requeres vos de la cite rendre quant vos veez mes banieres et mes homes apareillez dentrer enz. Ce est a tart car bien veez que la cite est mee. En dementiers que il parloient ensi presta nostre Sire as Crestienz qui dedenz estoient force et vigor si que il firent flatir a terre par force et par vigor ceauz Sarrasins qui sur les murs estoient. Donc fu Salehadin moult hontos et moult dolenz et dist a Balian que il sen ralast arriere et que il nen feroit plus; mais lendemain venist a lui et que il le orroit volentiers de ce que il vodroit dire.

CHAPITRE LVII.

Il avint la nuit que la pierre dune perriere feri si a un hordeis dune tor que li hordeis chei jus si fist trop grant escrois dont li eschaugueite de lost et li eschaugueite de la cite orent tel poor que chascun comenca a crier trai trai. Donc cuiderent cil de la cite que li Sarrasin fucent entre enz et cil de lost cuiderent que li Crestien fucent entre en lost.

CHAPITRE LVIII.

Or vos dirai que les dames de Jerusalem firent. Eles firent prendre cuves et metre en la place devant Monte Cauvaire et emplir deve froide. Si firent lor filles entrer jusques au col et lor treces coper et geter. Et li moine et li prevoire et les noneins aloient tuit deschauz par desus les murs de la cite a procession et faisoient porter la Sainte Crois que li Surien avoient devant eauz; et li prevoire portoient corpus Domini sur lor chez. Nostre Sires Jhesu Crist ne voloit oir clamor que lon feist en la cite car lorde puant luxure qui en la cite estoit ne laissoit monter oreison ne preere que len feist devant Deu. Et li puanz pechez contre nature avoit si la cite enpullentie que oreison ne poeit a mont monter ne que Dame Dex ne vost plus soffrir. Ainz netoria si la cite des habitanz que il ne demora home ne feme ne enfant en poeste fors que .ii. homes daage qui ne vesquirent gaires apres ce que la cite fu prise.

CHAPITRE LIX.

Or laisserons de ceste puor ester. Si vos dirons de Balian dibelin qui ala a Salahadin por la cite rendre. Quant Balianz vint devant Salahadin respondi que ce ert a tart. Quant il lor fist bele offre que len li rendist la cite il nen vostrent mie prendre; et que il avoit fait son seirement que il ne les prendroit se a force non; et se il se voloient rendre en sa merci come esclaf il les prendreit autrement non. Car vos veez bien dist il que vos navez nul secors et que il ni a que prendre en la cite. Donc vint Balian si li cria merci que por Deu eust merci deaus. Oil en une maniere que je vos dirai et por mon seirement sauver le ferai je. Il se rendront a moi ausi come pris a force et je lor lairai lor muebles et lor avoirs si en feront lor volente come dou lor mais lor cors seront en ma prison et qui rechater se vodra et porra je len lairai aler par raencon devisee; et qui rechater ne se vodra ou naura de quoi demorra en ma prison come pris a force. Lors respondi Balian: Sire quels est li nombres de la raencon. Salahadin respondi que li nombre de la raencon estoit tels as povres et as riches. Que li hom donroit .xx. besanz la fame .x. besanz et li enfes .v. Et qui cele raencon ne porroit paer si seroit esclas. Donc respondi Balian: Sire dist il en cele cite la enz nen a que un petit de gent qui aider se puissent fors les borgeis et por chascun home que il i a qui la raencon peust paer en y a .c. qui nauroient mie .ii. besanz. Car toute la citez est pleine des gens de la terre et de menu pueple et de enfanz dont vos avez les peres des enfanz et les mariz des femes ocis en bataille ou pris. Et puis que Dex vos a mis en cuer et en volente de avoir merci dou pueple qui la dedenz est si i metes tel fuer que len les puisse rachater. Salahadin dist que il sen conseilleroit et que il sen alast et lendemain revenist a lui. Donc prist Balian conge et sen retorna en la cite. Si vint au patriarche et manda toz les borgeis por dire ce que il avoit trove en Salahadin; et quant il oirent ce si furent moult corrocie por le menu pueple de la cite. Si pristrent conseil ensemble et distrent que il avoient grant avoir dou roi Henri dengleterre al Ospital et se il poeent tant faire vers les Hospitaliers que il eussent cel avoir a rachater ce menu pueple de la cite ce seroit bien a faire. Si come li maistres dou Temple fist au roi que il li bailla le tresor dou roi dengleterre qui estoit en la maison dou Temple dont il loua les chevaliers et les sergens que il mena en la bataille ou il fu pris et ou la Crois fu perdue. Donc vint li patriarches et li borgeis et Balian si manderent a ceauz del Ospitau et distrent que ensi avoient il parle ensemble et que il voloient avoir laveir dou roi Henri dengletere que il avoient en garde por rechater le menu pueple de la cite se il poeent tant faire vers Salahadin. Et li comandierres dist que il en prendroit conseil a ses freres et cil de la cite distrent que bien gardassent il quel conseil il prendroient que bien seussent il por veir que se il ne lor livroient laver dou roi dengleterre as povres rechater que il le feroient prendre a Salahadin si ne lor en sauroit Dex gre ne Crestientes. Lors sen ala li comandierres et prist conseil a ses freres et il distrent que bien estoit a faire et que se li tresors estoit lor si le vodroient il bien que len rechatast les povres genz. A tant sen ala li comandierres del Ospital au patriarche et a Balian et as borgeis si lor dist ce que il ot trove et si lor dist que il voloient bien que li avoirs dou roi dengleterre fust a rachater les povres genz. Donc prierent tuit a Balian que il alast a Salahadin et que il feist la meillor pais que il porroit. Lors ala Balian en lost des Sarrasinz si salua Salahadin et Salahadin li demanda que il estoit venuz querre. Balian li respondi: Sire je sui venus a vos por ce dont je vos avoie proie. Et Salahadin dist que quan que il li ot en covent il li tendroit et se il ne li eust en covent il nen feist jamais noient; car la cite et quan que il y avoit estoit soe. Et Balian li dist: Sire merci. Metes un fuer resnable as povres gens de la cite que de cent nen i auroit il mie .ii. qui cele raencon peussent paer. Donc dist Salahadin que por Deu avant et por lui apres li metroit raencon reisnable si que il i porroient avenir. Lors atirerent ilec que li hom paeroit .x. besanz et la feme .v. et li enfes .i. Ensi atirerent la raencon de ceauz qui rachater se porroient et quan que il avoient de mueble et quan que il porroient engager si enportassent sauvement que il ne troveroient qui tort lor en feist.

CHAPITRE LX.

Quant il orent ensi atire si dist Balian a Salahadin: Or avons nos atire la raencon des riches; or devons nos atirer la raencon des povres. Car il en i a plus de .xx. mile en la cite qui ne porront paer la raencon de un home por Deu metez y raison et je porchacerai au Patriarche et au Temple et al Ospital et as Borgeis se vos y volez metre raison il seront delivre. Donc dist Salahadin que volentiers i metroit raison et que por .c. mile besanz lairoit tos les povres aler. Sire quant tuit cil seront rachate qui rachater se porront ne lor demorra il mie la montance de ce que vos demandes as povres. Mais por Deu metez i raison. Lors dist Salahadin que autrement ne le feroit. Donc sapensa Balian que il ne feroit mie marche de tout rachater ensemble mais dune partie et se il en avoit une partie rachatee il auroit espoir raison de une autre partie; a laide de Deu. Donc demanda a Salahadin por combien il donroit .vii. mile homes; et Salahadin dist que por .l. mile besanz les donroit. Balianz dist: Sire ce ne porroit estre mais por Deu metez y mesure. Puis parlerent tant ensemble entre Balian et Salahadin que il firent marche a .xxx. mile besanz de set mile homes si que len conteroit .ii. femes por .i. home et .x. enfanz por un home qui de eage seroit. Quant il orent ensi atire Salahadin lor mist jor de vendre lor choses u engager por lor raencon paer et qui puis un jor i seroit trovez cors et avoir demorroit en la merci de Salahadin. Et quant il seroient hors de la cite il les feroit conduire sauvement en terre de Crestiens. Et dist a Balian que il comandast a toz ceauz de la cite que cil qui armes auroient a porter que il les portassent. Que se il avenoit chose que larron ne robeor se meissent entreaus et il les asausissent que il se deffendissent. Et quant il venroit as estrois pas que il gardassent les destrois tant que li desarme fussent passe. Quant il orent la pais atiree si prist Balian conge a Salahadin et li dist: Sire je irai en la cite et dirai ceste pais a ceauz de la cite et se il vos agree len vos aportera les cles. Et il dist oil.

CHAPITRE LXI.

Donc sen retorna Balian de lost des Sarrasinz et entra en la cite et vint au patriarche. Si manderent les Templiers et les Hospitaliers et les borgeis de la cite por oir la pais que il avoit faite se ele lor agreeroit. Et il distrent que oil quant meauz ne poeent faire. Donc pristrent les clez des portes si les envoierent a Salahadin. Quant Salahadin ot les clez se en fu moult liez et rendi graces a Deu. Si envoia gardes a la tor David si fist metre sa baniere sus et fist toutes les portes de la cite fermer for que une; ce fu la porte David et la mist chevaliers et sergens que nul Crestien nen issist. Et par ilec entroient et issoient li Sarrasin por achater ce que li Crestien de la cite avoient a vendre. Le jor que la cite de Jerusalem fu rendue a Salahadin fu par un vendredi et fu la feste de saint Jorge qui est le secont jor de Octovre. Quant Salahadin ot faite garnir la tor et les portes de la cite si fist crier par la cite que il portassent lor raencon a la tor David a ses baillis et a ses escrivains que il y avoit mis por la raencon recueillir et que il natendissent mie tant que li .l. jor fussent passe; et bien se gardassent que qui puis les .l. jors i seroit trovez cors et avoir demoreroit devers lui. Apres ala li patriarches et Balian al Ospital si firent prendre trente mile besanz et porter a la tor David por la raencon des .vii. mile povres paer. Et quant li .xxx m. besanz furent pae si manderent les borgeis de la cite. Quant il furent venus si pristrent de chascune rue .ii. des plus prodes homes que il savoient et si lor firent jurer sur Sains que il nesparaigneroient home ne feme que il peussent ne por parent ne por amor que il ne li feissent jurer sur Sains que il diroit voir de ce que il auroit; et que il ne lairoient a nului que il peussent for que tant que il porroit aler a la Crestiente. Por ce le faisoient ensi que se il eussent plus que por aler a la Crestiente que il en rachetassent les povres gens qui estoient .i. prodome un plus autre meins. Tant que il atirerent ilec le nombre de .vii m. homes. Ensi mist len hors les .vii m. homes de Jerusalem. Quant cil .vii m. homes furent hors de Jerusalem ni parut gaires au remanant. Donc vint li patriarches et Balianz si manderent les Templiers et les Hospitaliers et les borgeis et lor prierent por Deu que il meissent conseil et aide as povres gens qui estoient en Jerusalem demore. Il y aidierent et li Templier et li Hospitalier et donerent; mais ni donerent pas tant come il deussent et li rois ausi. Car il navoient mie poor que len lor tolist a force puis que Salehadin les avoit assegurez. Que se il cuidassent que len lor en deust faire force il eussent plus done que il ne donerent. Et de ce que il pristrent as povres gens dou surplus de lor despens rachatoient il les povres gens. Mais ne vos en sai le nombre dire quanz il estoient.

CHAPITRE LXII.

Je vos dirai coment Salahadin fist garder la cite de Jerusalem por ce que Sarrasin ni feissent tort ne damage ne meslee as Crestiens qui en la cite estoient. Il mist a chascune des rues .ii. chevaliers et .x. sergens por garder la cite. Et il la garderent si bien que onques ni oi len parler de mesprison que len feist a Crestien. A la mesure que li Crestien sen issoient de Jerusalem se logeent il devant lost des Sarrasins si quil ni avoit mie un trait darc de lun ost a lautre. Et Salahadin faisoit lost des Crestiens garder par jor et par nuit que len ne lor feist damage ne que larron ne si enbatissent. Quant tuit furent issu de Jerusalem cil qui rachate estoient si remest moult de povre gent encore dedens la cite. Donc vint Seif Edin le Adel a Salahadin son frere si li dist: Sire je vos ai aide a conquerre la terre et la cite si vos pri que vos me donez mil esclas de ces povres gens de la cite. Lors li demanda Salahadin que il en feroit. Et il dist que il en feroit sa volente. Si li dona et manda a ses baillis que il li delivrassent mil esclas. Quant cil oirent le comandement de Salhadin si le firent. Et quant Seif Edin ot les mil esclaz povres si les delivra por Deu. Apres vint li patriarches a Salahadin si li pria por Deu que il li donast de ces povres gens qui en la cite estoient qui ne se poeent rechater et il li en dona .v c. Li patriarches les delivra. Apres vint Balian a Salahadin si li demanda des povres de la cite et Salahadin li en dona .v c. Balian les delivra. Apres vint Salahadin et dist a sa gent: Mon freres Saif Edin et li patriarches et Balian ont fait lor aumosne or voil je faire la moie. Si comanda as baillis de Jerusalem que il feissent ovrir une porte de joste Sainte Ladre et meist len sergens a la porte David et feist len crier par toute Jerusalem que toute les povres gens sen ississent de la cite. Et comanda as baillis que il feissent as sergens enquerre ceauz qui istroient par la porte David et que se il en i avoit nul qui se peust rechater que len la preist et meist en prison. Et les juenes homes et les juenes femes meist len entre deuz murs et les vieilles gens meist len hors de la cite. Cele enqueste et ses gens metre hors dura des le solau levant jusques au solau cochant et furent mis hors par la posterne de la Madeleine. Ce fu laumosne que Salahadin fist sanz nonbre des povres gens. Apres conta len ceauz qui demorans estoient. Si en trova len .xi. mile. Quant li patriarches et Balian sorent que encor en i avoit .xi. mile a rachater si vindrent a Salahadin si li prierent por Deu que il les tenist en ostages et delivrast la povre gent et il feroient porchacer lor raencon tant que il seroient rachate. Salahadin dist que ce ne feroit il mie .xi. mile homes por .ii. et que plus nen parlassent ne il ne firent. A tant demora la parole.

CHAPITRE LXIII.

Je vos dirai une grant cortoisie que Salahadin fist adont. Les dames et les femes et les filles des chevaliers de Jerusalem qui avoient este pris et morz en la bataille quant eles furent rechatees et issues de Jerusalem si alerent devant Salahadin crier merci. Quant il les vi si demanda qui eles estoient et que eles queroient. Et len li dist que ce estoient les femes et les filles des chevaliers qui furent pris et morz en la bataille. Lors demanda que eles voloient. Et eles distrent que por Deu eust merci de eles que il avoit les mariz de celes en prison lor terre avoient perdue et que por Deu meist conseil et aide en eles. Quant Salahadin les vit plorer si en ot grant pitie et dist as dames que se lor barons estoient vif que eles li feissent assaver se il estoient en prison que quan que il en i auroit en sa prison il feroit delivrer. Et furent delivre toz ceauz que lon trova. Apres comanda que lon donast as dames et as damoiseles cui pere et cui seignor estoient mort largement do suen a lune plus a lautre meins celonc ce que eles estoient. Et len lor dona tant que eles sen loerent doucement a Deu et au siecle dou bien et del honor que lon lor avoit faite.

CHAPITRE LXIV.

Quant tuit li Crestien furent issu de Jerusalem cil qui issir en durent et povre et riche et il furent assemble de lautre part de lost des Sarrasinz si sen merveillerent moult li Sarrasin dont cist pueples estoit eissus. Si le firent savoir a Salahadin que il ne porroient mie aler ensemble. Lors comanda Saladin quen les partist en trois parties et que li Temples en menast une partie et li Hospitaus lautre et li patriarches la tierce. Quant il orent ensi atire lor muete si bailla a chascune .l. chevaliers por conduire les sauvement a la Crestiente et por garder les. Si vos dirai coment il les conduirent et les gardoient. Li .xxv. faisoient lavant garde et li .xxv. lariere garde. Cil qui lavant garde faisoient quant il avoient mange si se cochoient dormir et faisoient lor provendes doner a lor chevaus de jor. Quant il avoient sope si estoient tuit arme sur lor chevaus et aloient toute nuit entor lost des Crestiens que li larron ne si enbatissent. Cil qui lariere garde faisoient quant il veoient home ne feme ne enfant qui fussent recreu et que il ne peussent mais aler si faisoient lor escuiers descendre et aler a pie et faisoient les recreus monter jusques as herberges; il meismes portoient les enfanz devant eaus et derriere sur lor chevaus. Quant il venoient as herberges et il avoient sope et il se couchoient dormir. Et cil qui avoient faite lavant garde faisoient lendemain lariere garde et quant ce venoit la ou il se doutoient es destrois il faisoient armer les Crestiens chevaliers qui armes avoient por garder les destrois tant que tuit estoient passe; et quant il estoient herberge li vilain de la terre aportoient viandes a grant plante si que li Crestien en avoient grant marche. De ces trois parties qui ensi furent atornees menerent li Templier lune devant les autres et li Hospitalier la seconde et Balianz et li Patriarches la tierce. Por ce demora Balianz et li Patriarches derriere que il cuidoient toz jorz par preere avoir les Crestiens qui arrieres demoroient. Ensi les fist Salehadin conduire sauvement tant come sa terre dura jusques en la terre de Triple. Et quant il vindrent devant Triple li Cuenz de Triple fist les portes fermer si nen laissa nul entrer dedenz; ainz fist issir des chevaliers as champs et fist prendre toz les riches borgeis et lor fist tolir tout lor avoir que Salahadin lor avoit done. Li plus des povres gens sen alerent en la terre dantioche et dermenie et lautre partie demora devant Triple qui puis y entrerent. Ensi vindrent li Crestien devant Triple quant il eschaperent des mains des Sarrasinz. Et si ni furent mie recuilli. Cil descalone et des chasteaus entor sen alerent yverner en Alissandre. Li baillis dalissandre les fist herberger et faire bones lices entor eaus et se les fist garder par nuit et par jor que len ne lor feist damage et demorerent ilec jusques au mars.


LI VINTEQUATRIESMES LIVRES.

CHAPITRE I.

Et si vos dirai que li Sarrasin dalissandre faisoient chascun jor. Li preudome de la cite issoient chascun jor hors as Crestiens et faisoient granz donees as povres gens de pain et de deniers. Li riche home qui deniers avoient les emploierent en marcheandises que il mistrent es nez quant il passerent mer ou il gaaignerent grant avoir. Et vos dirai quel aventure lor avint. Il yvernerent ou port dalissandre .xxxviii. nez de Genoeis et de Pisanz et de Veniciens et dautres gens dont il orent en mars grant marche de passage. Et quant ce vint en mars et il furent recueilli es nez. Si vindrent li seignor au bailli dalissandre si se aquiterent moult bien de quan que il devoient et lor distrent que il lor feissent delivrer les nez et lor governaus que quant il auroient tens il sen vodroient aler. Donc lor dist li baillis que les trez ne les governauz ne lor bailleroit mie jusques a tant que la povre gent seroit entree es nez et il distrent que es nez ne les metroient il mie; que il navoient mie les nez loeez ne viandes chargees por eauz. Que vodres vos donc faire dist li bailliz. Et il distrent: Nos les lairons. Et li baillis lor demanda se il estoient Crestien. Et il distrent oil. Et coment les volez vos laisser por perdre et por estre esclas et briser la fiance que Salahadin lor a donee. Ce ne puet estre mener les vos estuet. Si vos dirai que je ferai por la fiance Salahadin garder. Je lor donrai pain et eve assez et vos les metres es nez; car autrement ne poez vos avoir vos governaus ne vos trez. Et quant li marinier virent que autrement ne porroit estre si distrent que il les passeroient. Or venez dist li bailliz avant et jurez que vos bien et loiaument les menrez en Crestiente a port de sauvete. Ne por ce que je vos ai fait force dou mener ne les menrez fors la ou vos menez les riches homes ne mal ne lor ferez. Et se je puis savoir que vos lor ayez fait honte ne vileinie je men prendrai as marcheans de vostre terre qui venront en ce pais. Ensi sen alerent li Crestien sauvement qui par la terre de Sarrasinz alerent yverner en Alissandre.

CHAPITRE II.

Quant Salahadin ot prise Jerusalem et il fu entrez en la premiere rue par devers les Templiers il ne se vost partir de Jerusalem tant que il ot aore au Temple et que tuit li Crestien fussent hors. Il ot mande a Domas por eve rose por le Temple laver ainz que il y vosist entrer. Si come len dit il en i ot .v. chamiauz toz chargez et en fist le Temple bien laver de cele aigue rose anceis que il y entrast. Et fist abatre une grant crois a terre qui estoit doree sur le Temple et puis li Sarrasin la lierent a cordes et la trainerent jusques a la tor David. La la depecerent toute et grant huerie firent li mescreant Sarrasin apres la crois; mais je ne di pas que ce fust par le comandement de Saladin. Quant la crois fu mise hors dou Temple Salahadin fist laver le Temple et entra ens et rendi graces a Deu de ce que il li ot preste seignorie sur sa maison. Apres envoia une partie de lost por faire asseger Sur et lautre laissa devant Jerusalem tant que tuit li Crestien qui aler en devoient en furent tuit issu. Puis sen ala Salahadin apres son ost que il ot envoe por asseoir Sur. Come il vint devant Sur si manda a Domas que len li envoiast le marquis de Monferar et len li amena. Quant li Crestien que il avoit laisse devant Jerusalem vindrent devant Sur dautre part son ost por ce que il voloit que li Crestien les veissent qui dedens Sur estoient apres si manda a Conrat le fiz dou marquis que il avoit pris Jerusalem et bien poeit veir ceaus de Jerusalem que il avoit pris; et se il li voloit rendre Sur il li rendroit son pere et si li donroit grant avoir. Conras li manda que il feist au meauz que il porroit que Sur ne li rendroit il ja ainz la tenroit bien a laide de Deu contre lui. Donc envoia Salahadin a Acre et fist armer .xiiii. galees et les fist venir devant Sur por garder la mer que viande ne lor peust venir dedenz Sur; et fist drecer devers terre .xiiii. que perrieres que mangoneaus qui getoient nuit et jor. Et si ne faisoient preu et si nestoit jor que li Crestien ne feissent saillies sur les Sarrasinz .ii. fois ou .iii. par un chevalier despaigne qui en Sur estoit qui unes vers armes portoit. Dont il avenoit que quant cil chevaliers issoit hors il sestormissoient tuit plus por veir son contenement que el si lapeloient li Turc le Vert Chevalier. Il portoit unes banes de cerf sus son heaume. Li marquis fist faire vaisseaus en tel maniere que len les menoit pres de terre; si avoit aubelestriers dedens et si y avoit fenestre par ou il traoient hors. Cil vaisseau faisoient moult de mal as Sarrasins que galees ne autres vaisseaus ne poeent aprocher deaus. Lon apeloit ces vaisseauz barbotes. Quant li marquis vit que il fu assis par mer et par terre si fist armer un batel qui issi hors par nuit et lenvoia au conte de Triple por secors et li manda que il le secorust de gens et de viandes car grant besoing en avoit. Quant li cuens sot que li marquis ot mestier de secors si fist armer .x. galees si i fist metre chevaliers et viandes si les envoia a Sur. Mais Dex ne vost que il y entrassent. Que quant il vindrent a .iii. milles de Sur si se leva un torment en mer qui departi les vaisseaus les uns des autres; et rebouta arrieres a Triple mais ni ot nul perille. Quant li marquis vit que il nen auroit secors si prea a Deu que il le secorust et conseillast et Dex li ayda si come vos orrez. Il avint chose que il ot un vallet Sarrasin fiz dun amirail qui se corroca a son pere et entra dedens Sur et devint Crestien.

CHAPITRE III.

Or vos dirai que li marquis fist. Quant li vallez ot este une piece dedens Sur li marquis fist faire unes letres de par ce vallet qui Crestien fu devenus que il mandoit a Salahadin saluz come a Seignor et li mandoit que il savoit toute la covine de la vile et que li Crestien sen devoient la nuit fuir; et se il ne len creoit feist escouter quant il orroit la noise au port. Quant les letres furent faites si les envoia li marquis por traire par un sergent en lost des Sarrasins. Quant li Sarrasin virent la saete et les letres si les pristent et les porterent a Salahadin et il les fist lire et sot que il y ot; et le fist savoir as amiraus et fist de la meillor gent que il ot metre es galees por estre a lencontre des Crestiens. Lors vint li marquis si fist garnir la tor qui est dessus la maistre porte de Sur et mist garnisons as maistres murs por ce que li Sarrasin ni osassent metre escheles et que il les deffendissent; et si comanda as garnisons que il se tenissent tuit coi quen ne les veist tant que mestier seroit. Apres fist fermer les portes des barbecanes si nen laissa nul home issir hors; ains furent toute jor dedens la cite. Quant il ot ensi garnie la tor et les murs si ala au port et fist ses galees bien armer; et comanda que tuit cil qui armes peussent porter fussent la nuit au port; et il si furent et grant noise firent toute nuit. Lors sapercurent li Sarrasin que li conseaus que cil avoit mande estoit voirs. Si sarmerent dautre part et furent tuit es galees por estre a lencontre des Crestiens. Quant vint au point dou jor lendemain si vindrent li Sarrasin au port. La cheene dou port ert avalee por ce que il voloient que les galees entrassent ens; et les trois torz qui estoient a la cheene estoient bien garnies de gent qui moult bien le firent le jor. Quant li marquis vit que il y ot entrees tant de galees dedens le port si fist lever la cheene et prist les .v. galees et ocist toz les Sarrasins qui estoient dedens. Quant les .v. galees furent prises si les fist armer de chevaliers et de sergens et les .ii. avec que il avoit dedens Sur; si issirent hors contre les Sarrasins por combatre a eauz. Quant li Sarrasin virent que il orent perdues .v. de lor galees et que eles furent garnies de Crestiens si se traistrent arrieres et virent bien que il ne poeent durer a eauz. La faisoient grant duel li Sarrasin. Quant les galees de Sur virent ce si corurent sus as Sarrasinz. Li rivages fu toz covers de Sarrasinz qui entroient en la mer por aider quan que il pooient a lor galees et faisoient noer lor chevaus en la mer. Si que assez en y ot de noiez. Quant cil des galees des Sarrasins virent que il ne porent plus endurer la bataille si se ferirent a terre les .v. galees en lost des Sarrasinz et .ii. sen fuirent a Baruth. Ces .ii. galees qui sen fuirent a Baruth firent puis grant damage as Crestiens si come vos orrez de ci en avant.

CHAPITRE IV.

Je vos dirai des Sarrasinz coment une partie qui estoit en lost en dementiers que la bataille fu en la mer il aporterent escheles as murs des barbecanes et entrerent enz et alerent jusques au maistre mur de la cite et vostrent metre les escheles. Mais il estoit trop haus si ne les i porent metre; et se lor escheles fucent si longues que il i peussent monter ne peussent il rien faire por les garnisons qui sur les murs estoient. Quant li Sarrasin virent que il ne porroient monter es murs si les firent miner; et minerent le premier pavement qui devers la cite estoit quant Dex les secorut. Quant li Crestien orent desconfit les Sarrasins de la mer si lor fist len savoir que li Sarrasin minoient les murs de la cite et que les barbecanes estoient ja pleines de Sarrasins. Quant li marquis oi ce si torna et vint a la porte de la cite si la fist ovrir et issirent hors tuit a un fais sur les Sarrasins. Quant li Sarrasin virent ceaus de la cite issir sur eauz si sen fuirent et laisserent sei chair des murs de la barbecane jus cil qui pooient; et cil qui ne pooient len les tuoit. Et les chaca len des que en lost des Sarrasins. Et prisa len que il y ot perdu des Sarrazins jusques a mil que ocis que mahaignes. Ensi secorut dame Dex Sur. Cele desconfiture que li Sarrasin orent fu faite le jor de lan renuef. Li sieges fudevant la Toz Sains. Quant Salahadin vit que il estoit desconfit par mer et par terre si fu moult dolent et deffendi que len nasausist plus la cite. Quant ce vint au vespre si fist bouter le fue en ses galees et en ses perrieres et en ses mangueneauz et fist tout ardoir. Et se deslogerent la nuit et se alerent herberger a une mille de Sur. La departi Salahadin ses oz. Lendemain si ala a Damas sejorner et reposer.

CHAPITRE V.

Quant li arcevesques de Sur vint a lapostoile de Rome en message et aporta noveles de la grant mesaventure qui estoit avenue en la terre de Promession il entra en une galee dont li tre estoient noir teint. Et por ce furent ensi teint que quant la galee venroit pres de terre que les gens qui la verroient seussent que ele aportoit mortes noveles. Cele galie arriva en la terre do roi Guillaume qui estoit rois de Cesile et de Puille et de Calabre. Cil rois Guillaumes avoit une suer dou roi dengleterre a feme qui avoit nom Johane. Li rois fu pres de la ou li arcevesques arriva. Li arcevesques sot que li rois estoit pres dilec si ala a lui et li conta le grant damage qui estoit avenus en la terre de Jerusalem. Quant li rois Guillaume le sot si en fu moult dolenz et se pensa que il estoit auques colpables de ceste chose de la perdicion de la terre. Si vos dirai coment. Quant il avint que Alexes ot fait a son frere qui empereres estoit les oilz crever et fu devenus empereres si prist conge a ses gens et dist que il envoieroit grant plente de gent en Costantinople por la terre conquerre a son eus; et il li loerent bien que il le feist. Il fist une estoire grant apareiller de nez et de galies et manda en la terre doutre mer et en toutes les terres qui pres de lui estoient chevaliers et sergens et il lor donreit soz selon ce que chascuns estoit; et si retint les pelerins qui dautre terres estoient venu et aloient par sa terre por passer. Et tint ensi .ii. anz le passage que nus ne passa en la terre doutre mer. Que dou passage que il retint que des gens qui vindrent a lui fu la terre si afoiblie que quant li rois fu desconfiz il avoit moult po de gent car il mena en bataille quan que il pot de gent. Quant Salahadin vint es citez et es chasteaus ne trova il qui contre li fust ains li rendi len tout fors solement Sur. Por ceste achaison dist li rois Guillaumes que il fu durement colpables en la perte de la terre de Surie.

CHAPITRE VI.

Je vos dirai que cele estoire devint; apres vos dirai dou secors que il envoia en la terre doutre mer. Li rois Guillaumes nala mie en cele estoire anceis remest por envoier gens et viandes apres cele estoire se mestiers fust. Si envoia des plus hauz homes de sa terre por estre guiors et gardes de celes genz. Quant les nez et les galies furent apareillees si alerent arriver a Duraz en Grece si la pristrent et garnirent moult bien. Il pres alerent a Salonique conquerant toute la terre qui est entre Duraz et Salonique et pristrent Salonique et la garnirent puis passerent vers Costantinople. Quant li Grieu virent que il avoient tant conquis si furent moult dolent et vindrent as cheveteines de lost et lor distrent que bien fucent il venu et moult seroient lie se il poeent venger le preudome a cui len avoit les oilz crevez qui la malice avoit vengee que Androines avoit faite. Et puis si lor distrent que il avoient trop grant tor a faire a aler en Costantinople par mer mais par terre alassent et il iroient avec eauz; si les conduiroient et feroient venir viandes a grant foison de la terre quar il namoient pas lempereor. Tant prierent li Grifon ceaus de lestoire que il alerent avec eauz et laisserent lor estoire et tant les menerent que il vindrent en une valee prez de Constantinople a .vi. jornees pres dune cite qui a nom Phelipe et ilec se herbergerent. Quant li Grifon menoient ceauz de lestoire si firent savoir a ceauz de par toute la terre que il fussent contre a armes prez de Felipe et il si firent. Quant li cris de la terre vint et il furent tuit assemble si se armerent tuit lendemain au point dou jor et corurent sus a ceaus de lestoire et ocistrent et pristrent tout fors ceauz qui sen eschaperent qui sen alerent a lestoire. Ensi fu lestoire perdue.

CHAPITRE VII.

Ci endroit vos dirai dou roi Guillaume quel secors il envoia en la terre doutre mer. Il envoia .iiii. galies et .cc. chevaliers et a laost .iii c. por garder et por aider ce tant de terre qui estoit demoree en la terre doutre mer. Apres fist faire grant estoire de nez et de galies por aler apres ou por aler en port avec le roi dengleterre cui suer il avoit a feme. Ce ne vos di je pas que il fust croisiez. Ne demora gaires apres ce que il ot cele estoire comencie que il morut sanz hoir ainz que li rois y alast. Dont vindrent cil dou pais quant li rois fu morz si pristrent un suen cosin germain qui cuenz estoit de Puille et qui avoit nom Tancrez si en firent roi.

CHAPITRE VIII.

Ci vos lairons de Tancre a parler tant que lues en sera. Si vos dirons de larcevesque de Sur qui arrives ert en la terre dou roi Guillaume. Li rois Guillaume li fist avoir chevaucheures et despens jusques a Rome. Quant li arcevesques vint a Rome si i trova lapostoile si conta le grant damage qui avenus estoit en terre de Crestiens et coment li Sarrasin lavoient conquise. Quant li Apostoiles loi si en fu moult dolens. Si prist messages si les envoia par toute Crestiente por faire savoir la novele quen li avoit aportee de terre de Promission et manda a touz les hauz homes de la Crestiente as rois et as dus et as contes as marquis et as empereres et as chevaliers et as sergens que tuit cil qui se croiseroient por aler Outre mer que touz les pechez que il avoient fait dont il seroient confes et repentant il les prenoit sur lui et les aquiteit ci et devant Deu. Et si manda que tuit cil qui vodroient de lor homes dismes il lor otroieit bien. De toutes lor choses que il avoient vaillant abandonoient por le servise de Dame Deu faire. Quant li haut home de Crestiente oirent la novele et roi et empereor et arcevesque evesque et toutes les autres gens si se croiserent et apareillerent de aler. Li premiers hauz hom qui y ala si fu lempereres dalemaigne. Si ala par terre. Si mena .l. mile homes a cheval sanz ceauz a pie et errerent tant que il furent en Costantinople et que il passerent le braz Saint Jorge et furent en Turquie. Li empereres de Costantinople comanda quen lor envoiast la viande a vendre de par tote sa terre ou chemin et que len lor en feist resonnable marche sofizaument et si les fist conduire par mi sa terre sauvement.

CHAPITRE IX.

Or vos dirai que li Aleman firent quant il furent en la terre de Turquie et dou Coyne. Si comencerent a tolir les viandes. Ensi entrerent li Aleman folement que cil se traistrent arriere quant il virent quen les desroboit si naportoient point de viandes. Si que il furent trois semaines que il ne manjoient se lor chevauz non; et errerent en ceste maniere tant que il furent en Ermenie. Et si en y ot mort la moite ains que il venissent la. Un jor se estoit li empereres herbergez en Ermenie sur une riviere. Si li prist talent de baignier soi. Si entra ens en tel maniere que il fu noies. Quant li empereres mut dalemaigne il avoit trois fiz si en mena lun avec lui. Quant il fu morz cil sen ala en Antioche et tuit cil qui furent eschape de cele famine. Li ains nez de ses trois fiz qui fu remes por garder lempire ot nom Henris et ot a feme la ante dou roi Guillaume suer de son pere. Li autres freres ot nom Otes et fu dus de Borgoigne et ot a feme la fille dou conte Tibaut de Blois et fu morz sanz heir. Li tiers ot nom Felipes si fu dus de Soave. Por ce vos ai je comence a parler des enfanz de lempereor que en aucun tenz vos en dira len que il firent et que il devindrent. Li rois de France ne vint mie si tost a aler Outre mer puis que il fu croisiez; il et li rois de Engleterre guerreoient ensemble.

CHAPITRE X.

Je ne vos dirai ores plus de la guerre dou roi de France et dou roi dengleterre jusques a une autre piece; ainz vos dirai de Salahadin qui en la terre estoit. Noveles li vindrent que li empereres dalemaigne estoit croisez et li rois de France et li rois dengleterre et tuit li haut home de Crestiente et chevaliers et sergens et borgeis et evesques et arcevesques por aler sur lui. Il nen fu mie liez. Il fist Acre moult bien fermer et si la fist moult bien garnir de viandes et de gens et si i mist des plus hauz homes de sa terre et ceaus ou il plus se fioit por Acre garder; que il savoit bien que il arriveroient la et que si grant gent come il estoient ne poeent arriver sa Acre non. Si manda que por po de gent ne por auques de gent qui venissent ne ississent hors ains se tenissent coi et serrez dedens. Apres lor dist que se il estoient assis de Crestiens quen li feist savoir du que il fust car tantost les secorroit; car se il estoit assis au disner natendroit il mie tant que il eust mange ainz les secorroit tantost; ne ja plus tost ne venreit li messages ne par jor ne par nuit que il ne montast por aler les secorre neis se il estoit malades si se feroit il porter. Quant il ot ensi garnie la cite si fist garnir les citez et les chasteaus que il avoit conquis sur la marine. Aprez fist semondre ses oz si ala asseoir la cite de Triple.

CHAPITRE XI.

En ce point que Salahadin vint Triple asseger arriva la navie dou roi Guillaume a Sur et li .cc. chevalier. Donc fist li marquis armer de ses galies por secorre Triple et comanda as chevaliers dou roi Guillaume que il secoreussent Triple. Il y alerent avec les chevaliers que li marquis y envoia et si y estoit li Vers Chevaliers. Quant li secors fu arrivez a Triple et il furent un po repose si firent une saillie et li Vers Chevaliers fu tout devant. Quant li Sarrasin virent le Vert Chevalier si se merveillerent moult quant il avoit tel foison; et firent savoir a Salahadin que il estoit venus au secors. Salahadin li manda priant que il venist parler a lui sauf aler et sauf venir. Et il y ala. Et Salahadin li fist moult grant joie et moult li presenta de ses chevauz et de son avoir. Mais il nen ot cure. Et Salahadin li dist que se il voloit demorer o lui il li donroit grant terre. Et il dist que il ne demoreroit mie; que il nestoit mie venus en la terre por demorer as Sarrasins mais estoit venus por la Crestiente aider et au servise de Nostre Seignor et que il les greveroit tant come il porroit. Il prist conge si sen ala en la cite. Quant Salahadin vit que il estoit si enclos de Crestienz et vit que il avoit tant arrivez de nez et de galees de gent Crestiene devant la cite por eaus secorre et il vit que il ni porroit riens faire si sen parti et sen ala a .xii. milles dilec a une cite sur mer qui a nom Tortose. Anceis que Salahadin se partist de Triple la roine la feme dou roi Gui qui dedens Triple estoit li manda que les covenances que il ot a son seignor quant il se parti descalone li tenist; car il estoit bien tens que il le feist delivrer. Salahadin li dist que volentiers le feroit. Si manda a Domas quen li envoiast le roi et .x. chevaliers tels come il choisiroit en la prison et quen li amenast devant Tortose. Si comanda quen preist le marquis et le menast len a Sur et presentast len a son fil de par lui. Tout ice fu fait si tost come Salahadin lot comande.

CHAPITRE XII.

Quant li prisonier vindrent a Salahadin devant Tortose tels come li rois les choisi en la prison il lor fist jurer que jamais ne porteroient armes contre lui puis les envoia a Triple. Li un de ceauz qui furent delivrez avec le roi fu li maistres dou Temple et Aynars li conestables qui estoit freres dou roi li tiers fu li mareschaus. Les autres ne vos sai je nomer. Quant li rois et si compaignon furent delivrez si envoia Salahadin a la feme dou prince Renaut Hanfroi son fil delivre. Quant Salahadin ot este une piece devant Tortose et il vit que il ni porroit riens faire si ala a une autre cite qui a nom Valanie; si la prist et la gasta car il ne la vost mie garnir por un chastel qui pres est dilec en la montaigne qui a nom Margat. Quant il se parti dilec si ala a une cite a .v. milles pres qui a non Gybel si la prist et la garni. Apres ala a une autre cite qui a nom la Liche pres dantioche a .xx. liues mais il ne la asseja mie; car il oi dire que uns hom cui il haoit a mort estoit ilec en un chastel qui estoit en la terre dantioche. Cil chasteaus avoit nom La Roche Guillaume. Et por Guillaume ala il asseoir cel chastel plus que por autre chose; que se il le peust tenir il nen eust plus de pitie que il ot dou prince Renaut a cui il copa la teste. Car il li fist mal encontre bien que il li avoit fait. Si vos dirai coment. Cil chevaliers ot ocis son seignor lige avec sa feme et sen ala a Salahadin et il le recut moult bel et li dona grans terres. Quant il ot une piece este avec les Sarrasins si fu moult bien de Salahadin et de son neveu. Si vint une vespree et si li prea que il alast avec lui hors de la cite. Il y ala si le mena en terre de Crestiens en un chastel dou Temple. Il lor dona la moitie de la rancon de ce vallet por lui garentir contre les parens de son seignor que il avoit ocis. Cil chevaliers avoit non Gales. Li rois Felipes de France quant il fu croisiez oi parler de ce chevalier si li manda que il venist a lui parler por demander et enquerre laffaire des Sarrasins et il vint.

CHAPITRE XIII.

Quant li rois fu delivres len li dist que il alast a Sur sejorner avec la reine sa feme tant que il eust aye et que il peust Acre asseger. Il mut de Triple et la reine et sa gent si vint a Sur par terre. Quant li marquis oi dire que li rois et la roine venoient si fist atorner sa gent et fermer la porte et fu sur la porte toz armez il et si home. Quant li rois fu pres de Sur si li fist len savoir que li marquis avoit fermees les portes contre lui. Il ala jusques a la porte et comenca a crier quen li ovrist et li marquis vint as creneaus de la tor; si demanda qui ce estoit qui ensi baudement rovoit quen li ovrist la porte. Et il dist que il estoit li rois Guis et la roine sa feme qui voloient entrer en sa cite. Li marquis dist que ele nen estoit mie luer ainz estoit soe que Dex li avoit donee et bien la garderoit si que jamais ne metroient dedens les pies or alassent avant herberger. Quant li rois Guis et la roine sa feme oirent ce si furent moult dolent quant en lor cite ne les laissoit lon mie entrer ne herberger.

CHAPITRE XIV.

Il prist un message si lenvoia a Triple as chevaliers dou roi Guillaume que il menassent la navie devant Acre que il aloit Acre asseger. Ce fu merveilles que il fist que il ala asseger Acre a si po de gent come il avoit. Quant il ala asseir Acre estoient il .iiii. Sarrasins dedens la cite por un Crestien qui dehors estoit. Quant li rois Guis vint devant Acre si se herberja sus un toron qui devant Acre estoit sur la terre Saint Nicolas. La firent bones lices et si avoient le flum dont il bevoient et abevroient lor chevaus et faisoient ce que il en avoient affaire; et a la mesure que il veoient venir les nes et les genz si se armoient une partie de ceauz de lost et aloient encontre aus et si depecoient les vaisseaus et aportoient en lost por eaus aaiser et prenoient to jors avant.

CHAPITRE XV.

Quant li Sarrasin virent que li oz creissoit si envoierent un message a Salahadin qui ot assise la Roche Guillaume; si li firent savoir que li rois Guis et li Crestien avoient assis Acre. Salahadin come cil qui coveitos estoit de avoir toutes honors et voloit que totes choses fussent faites par lui si manda a ceauz dacre ensi disant par ses letres. A mes homes et a mes femes qui sont en la cite dacre les bien creanz en la loi de Mahomet. Je vos faz assavoir que li remanans des Crestienz qui sont remes en Sur et tuit cil qui sont assemble devant Acre si come vos le me aves fait assaver Deu le ma promis par la profecie dou profete Mahomet. Maintenez vos bien en la cite et laisses les bien assembler. Meaus vaut que nos les trovons ensemble devant Acre que ce que nos les alissons querant en autre part.

CHAPITRE XVI.

Dedenz ce Salahadin manda par tout son poeir et son reiaume degypte et de Domas et de toutes les autres parz de paenisme ou sa seignorie se estendoit que tuit deussent venir a lui et nomeement por prendre le remanant des Crestienz qui estoient eschapez de la bataille qui folement se estoient enhardiz et avoient empris dasseger Acre. Li Sarrasin oyant cestui comandement de toutes parz murent et vindrent a Salahadin. Quant Salahadin ot assemblees ses genz et afferme son ost il se herberja en un toron qui est a une liue de la cite dacre qui au jor de hui est apele le Toron de Salahadin por ce que il fu la herbergez. Grant assemblee de Sarrasinz y ot entor nos genz ensi que cil qui estoient venus asseger Acre furent assege. Par maintes foiz li Sarrasin et li amirau distrent a Salahadin: Alons les prendre et seronz puis en repos et ne troveronz mais qui nos vieigne guerroier. Salahadin dist que il voleit atendre Seif Edin son frere que il venist de Baudac ou il laveit mande au Calife et que il voleit que il fust a ceste victoire et a ceste joie. Quant li Credstien virent leffors des Sarrasinz qui les tenoient en despit il orent grant poor et furent en grant doute et ce ne fu mie de merveille. Il prierent le Roi de Misericorde que ensi come il se estoient abandone a son servise et por venger sa honte que il lor deust envoier conseil. Icelui conseil que il savoit que mestier lor estoit as armes et as cors et ne soffrist que li enemi de la Crois eussent mais pooir sur les Crestienz si come il avoient eu. Nostre Sires les visita de son conseil et de son confort car il le requistrent de bon cuer et de bone pensee.

CHAPITRE XVII.

En ce que Salahadin faisoit ses assemblees este vos que Nostre Seignor visita les suenz par sa grace et lor envoia un gentil home doutre mer qui avoit nom Jaque daveine et .l. coques en sa conpaignie et plus; par quei nus ne doit douter que Deu neust envoie celui secors en confort a ceauz qui se fierent en sa misericorde. Salahadin chevauchoit et o lui un suen amirau que len apeloit Caracois. Si come il vit venir les coques: Diva dist Salahadin il me semble que li Franc sont fol que il font lor torz dedenz la mer. Sire dist Caracois ce est le secors qui vient as Francs. Je vos di bien quant vos comandastes a occirre les Templiers que li Templier naistreent o toutes les barbes. Quant il li ot ice retrait Salahadin fu corrociez et esmayez si comanda a Caracois que il entrast en la cite dacre et en fust sires et baillis en son lue; et celui jor meismes que Caracois entra en la cite dacre ce fu ou tiers meis que li reis Gui assist la cite dacre. Ensi come les coques furent arrivees grant deffence mistrent li Sarrasin au descharger des gens et des bienz qui estoient es coques. Ensi avint que nostre Seignor aida les suens que les biens furent deschargez et mis a sauvete. Li chevalier Francois de Jhesu Crist furent certains entreauz de la proveance de Deu. Jaques davene se heberja ou Sablon devant Acre et li Frison et li Aleman et li Breton qui estoient venu o lui. Il afermerent i donques lor siege devant Acre. Il saperent un fosse entor eaus et firent lices et barres des arbres des coques et puis firent torner le flum qui coroit par devant la cite devers les herberges par mi le Sablon; si que li Sarrasin qui estoient dedens la cite navoient gaires deve doce se ne fust en cisterne de pluie. Salahadin vit lost des Crestienz creistre si comanda as suens que il assausissent sovent et asprement sans esparaigner et meesmement cil de la cite les envaissent asprement; si que il covenoit as Crestienz que il se deffendissent de .ii. parz. En tel maniere se tint li sieges si come nos avons dit jusques a la venue dou roi dengleterre; par diverses manieres de fors batailles tres passa le tens. Li baron doutre mer qui estoient croisie grant peine mistrent a lor passage et aide firent a prendre la cite dacre.

CHAPITRE XVIII.

En celui tenz que li rois Guis assist la cite dacre et les baronz dou roiaume France et des autres roiaumes estoient venus en celui siege et Salahadin estoit logez de lautre part devant nos gens o tout son poeir et les ot si constreint que il ne poeent avoir de nule part vitaille; si que la viande coita si la menue gent del ost que il ne postrent plus soffrir la mesaise. Li rois et li grant seignor de lost orent conseil que il feroient. Conseil lor aporta que il deussent aler briser les herberges des Sarrasins. Il issirent de lor herberges et alerent a la herberge de Salahadin. Li maistres dou Temple frere Gerart de Ridefort fist lavant garde et Andre de Breine lariere garde. Li rois Guis et Jofroi de Lisignan son frere garderent les herberges por les Sarrasinz de la cite. Ensi come Salahadin les vi venir il lor fist vuider la herberge et se retraist arriere. Li Crestien entrerent es herberges des Sarrasins touz affames il mangerent et se chargerent des biens de la herberge il sen retornerent bien et ordeneement. Par la mesaventure des Crestiens qui la estoient li chevaus dun pelerin eschapa ensi come il le cuidoient prendre si se comencerent a tresboiller et a atropeler; et les escheles qui estoient alees avec eauz se comencerent a desrenger et alerent meins ordeneement que il ne deussent. Salahadin vit de sa herberge lort mauvais contenement si demanda a un renoie qui estoit o lui que ce poeit estre des Frans qui si estoient treboilles par eauz meismes. Sire ce est por ce que il nont point de cheveteine; se vos lor corez ores sus vos les aures toz de gaaing. Quant li pelerin issirent de lor herberges et entrerent es herberges de Salahadin Salahadin navoit jamais esperance que il i deust rentrer en sa herberge. Salahadin lor corut sus si que il se mistrent en desconfiture. Li Sarrasin en ocistrent tant que li flums corut de sanc. A ce que li Sarrasin les tormentoient ensi li Crestien et li roi Gui et le maistre dou Temple et Andre de Briene o grant plente de gent alerent rescorre cele gent.

CHAPITRE XIX.

En ce que li Sarrasin dacre virent que la herberge des Crestiens se vuideit por aler o le rei rescorre les Crestiens il issirent a grant bruit et cuiderent prendre toute lor herberge se Deu par sa grace ne les eust secorus par Jofrei de Lisignan qui la deffendi au jor avec cele petite gent que li rois avoit laisse en sa compaignie por la garde de la herberge. Hardiement la deffendi si come celui qui estoit vaillant et hardi chevalier si que li Sarrasin norent poeir en la herberge ains les meteit par force o lespee par mi la porte de Saint Nicolas dont il ot le jor le loz de toz ceauz de la herberge que il avoit plus fait de sa main que tuit li autre navoient fait. Li rois et li maistres dou Temple et Andre o cele conpaignie que il avoient deffendirent et rescostrent icele menue gent qui estoient en la herberge de Salahadin ale au meauz que il postrent; si que en la descendue dou Toron de Salahadin li Sarrasin chargerent si durement le roi et sa compaignie que a bien po que il eussent este tuit perdu. Li maistres dou Temple et Andre de Briene faisoient lariere garde il se tindrent tant que les gens furent mises a sauvete. A la descendue dou Toron il furent tant charge que li maistres dou Temple et Andre furent ilec morz. Grant confusion y ot et grant doleur en la herberge de ces haus homes. Apres la mort dou maistre dou Temple et de Andre de Briene li Templier eslurent et firent maistre de un gentil home qui estoit en la maison qui se nomeit frere Robert de Sabloi.

CHAPITRE XX.

Apres ceste desconfiture Salahadin manda au roi Gui que il navoit mie bien maintenu son seirement que il avoit fait ne les covenances que il li avoit en promises quant il le delivra de sa prison; car il ne devoit mais armes porter contre lui et sur ce li avoit promis que il passeroit la mer. Li rois li manda que il tenoit bien son seirement quar il passa la mer devant ses messages ne il ne porta onques armes contre Salahadin. Veirs estoit que son cheval portoit en larcon de la sele une espee et il portoit un herberjon en son dos que li pilet ne li feissent damage. Ensi se escusa li rois Gui vers Salahadin dou seirement que il li avoit fait.

CHAPITRE XXI.

Dedens ce que li sieges esteit devant Acre Fedric li granz empereres fist son apareil de venir par terre et amena avec lui moult de chevaliers dalemaigne et grant avoir aporta et granz richeces si come il aferoit a la corone emperial. Il passa par Hongrie en Romanie. Li empereres de Costantinople se efforca moult durement que li devant dit empereres ne passast par sa terre. Donc vint Fedric li granz empereres si li manda messages Hermant levesque de Mostiers et des autres gentiz homes o lui. Ensi come li message vindrent en Costantinople il distrent al empereor que il deust apareiller le chemin par quoi lor seignor li empereres dalemaigne et toute sa gent peust passer por aler secorre la terre de Jerusalem. Li empereres Grifon respondi que par mi sa terre ne passeroit il ja puis fist prendre les messages et metre en prison. Et ce nest mie a merveiller car li Grec ont toz jorz este envios a liglise de Rome et as Crestienz Latinz. Si come li empereres Fedric sot la prise de ses messages moult li enuia. Il li covint tout cel yver yverner en Romanie et si guerroia tant lempereor de Costantinople que il li toli la greignor partie de sa terre. Quant li empereres de Costantinople vit que Ferderic li empereres avoit ja prise la greignor partie de sa terre et de son empire il se douta que il ne li tolist le remanant; il ot conseil et se humelia. Et li preudome qui estoient de une part et dautre mistrent pais et concorde entre les .ii. empereors; et li message de lempereor et li autre preudome furent delivre Hermant levesque de Mostier et li autre ausi. Puis dona li empereres de Costantinople le passage par Negrepont a ceauz qui vostrent aler par mer et a ceauz qui vostrent aler par terre dona il grant avoir et fist grant aide et secors por venir secorre la terre de Jerusalem.

CHAPITRE XXII.

Quant li sodanz dou Coyne sot que li dui empereor avoient pais entreauz et li empereres dalemaigne devoit passer par sa terre moult li enuia et se efforca de lui destorber. Il assembla toutes ses gens et fist garnir les pas et les chemins par ou il devoit passer; et volentiers leust destorbe se il peust de non passer par sa terre. Quant li empereres entendi que il le voloit destorber il laissa celui chemin et ala passer par autre part; car il trova paisanz qui li enseignerent le chemin dont li Sarrasin ne cuiderent que nul Crestien deust passer par ilec ou li empereres passa. Moult estoit li chemins enioz et rudes de roches et de montaignes et moult forvoia loinz de lautre droit chemin. Quant il ot passe celui desert ou il ot soffertes maintes mesaises de faim et de soif il vint apres en la plaigne terre que il trova plenteive et bien garnie. Apres ce que il ot receu grant damage de ses gens et de ses chevaliers des puis que il vint au plain il se adreca por aler vers le Coyne la ou il cuida trover meillor chemin sanz destorbier. Il trova unes aigues et uns panteins que nul home ne a pie ne a cheval ni poeit passer. Lempereor comanda que lon getast por faire chemin escuz et hauberz et nomeement comanda il a ocirre les chevauz por faire pons as passans; et ensi come il lot comande len le fist. Si come il ot passe celui perillos trespas o laide de Deu il vindrent pres dou Coyne. Li sodans dou Coyne issi a lencontre deauz o tout son esforz et cuida destorber le passage au devant dit empereor. Quant li bons empereres vit que li esfors des Sarrasins estoit si fors et si granz il ordena ses batailles et ses escheles. Son fil le duc de Soave qui se nomeit Fedric fist lariere garde qui moult estoit religios hom et honeste et de bon renom. Li empereres ses peres fist lavant garde. Par lor bon governement et par la grace de Deu que il lor dona il desconfirent le sodan dou Coyne et pristrent la devant dite cite ensi que les gens de la cite. Cil qui porent fuir sen fuirent o lor femes et o lor enfanz; et la cite demora al empereor. Ensi prist il le Coyne a son venir.

CHAPITRE XXIII.

Apres ce que li empereres Fedric ot prise la cite dou Coyne li sodans prist trives a lempereor si que il seroit a son comandement et li donroit bons ostages que il maintendreit la trive et li envoieroit marche de vitaille et de chevaucheures; et de quan que mestier li sereit por son ost a resnable marche et si devenreit son home et tendroit le Coyne de lui. Ensi come li empereres ot entendue la parole dou sodan bien li plot car il avoit pose tout son entendement au roiaume de Jerusalem. Il otroia la trive au devant dit sodan par tel maniere quil voloit avoir de lui .xxiiii. ostages et des meillors de sa seignorie et faire lui tenir le marche ensi come il le avoit promis. Li sodanz jura la trive au devant dit empereor. Dautre part ensi come il estoit costume les covenances furent afermees de .ii. parz. Li empereres issi de la cite dou Coyne o toutes ses gens et se herbergerent devant la cite et li soudanz lor fist marche selon ce que nos vos avons dit desus si que nos gens se refreschirent deve et de viandes et de chevaucheures et dautres choses qui lor estoient besoing. Ce fu fait el mois de juignet.

CHAPITRE XXIV.

Or orres que li Aleman faisoient en Turquie puis que li empereres dona trives au sodan et ot pris les ostages. Il ne na en Alemanz raison ne mesure puis que il sont au dessus; et quant il sont au dessouz om trueve en eauz toute mesure et raison et toutes les gens lor sont lors bons compaignons. Il comencerent a faire lor otrages ensi come il sont use as Sarrasins de Turquie por ce que il avoient este au dessus de lor fait. Il toloient les viandes et les chevaucheures et les autres choses que il trovoient a marche sanz riens paer; et se aucuns lor requeist que il deussent les choses paer que il enportoient il les metoient toz a la mort. Donc lon fist assaver au sodan coment li Aleman si maumeneent ses homes. Il envoia a lempereor et li fist assaver et li empereres le fist amender daucuns mais non amie de toz ceauz qui mesfaisoient as Sarrasins. Et quant la clamor comenca a creistre et le fait des Alemanz a empirer li sotanz douta que pis ne li avenist; si comanda a ses homes que il fussent apareillez a cheval et a armes por sivre lost des Alemanz et nomeement por venger le mal que li Aleman avoient fait a ses homes. Li empereres sen aloit tout son chemin o tout les .xxiiii. ostages que il avoit dou sodan dreit vers Hermenie seurement come cil qui cuidoit estre assegur de la trive que il avoit donee au sodan. Mais la trive ne li valut riens; que li sodanz sanz faire lui assaver et sanz deffiance corut sur lui. Ce est la costume des Sarrasinz quant il voient lor meauz que il enfraignent volentiers a po dachaison la trive. En ce que li empereres fu meuz por aler envers Ermenie li soudanz dou Coyne fauca la trive que il avoit promise et juree et il avoit covenance et promis que il ne nul des suens ne feroient damage a lost dou devant dit empereor. Li sodanz assembla tout son ost et comenca a fausser la trive que il avoit juree; et faisoit chascun jor assaillir et envair lost de lempereor; si que la gent del empereor moult de fois recevoient damage et grant enui. Quant li empereres vit que li Sarrasin multiploient et creissoient chascun jor li empereres fist ordener ses escheles come sages et vigoros. Il faisoit lariere garde et son fil lavant garde et ententivement gardeit ses gens. Moult de fois venoient li Sarrasin devant la gent del empereor et les requeroient de jouste; mais li empereres deffendeit as suens que ja fust ce que il eussent talant dassembler que nul ne jotast a eauz. Par tel discipline les guieit li empereres ausi les genz a pie come les gens a cheval; si que il nen avoient repos ne de nuit ne de jor. Par itel peine et par itel soffraite vindrent il en la terre dermenie. Ilec furent il a seur et a repos.

CHAPITRE XXV.

Quant li empereres vit que li sodanz ne li teneit foi ne loiaute et ne li chaleit de ses ostages et aloit damajant son ost il fist coper les testes de ses ostages en plusors luecs. En celui ost avoit un prodome qui estoit evesque de Huerceborc qui ert de bone vie et sages hom. Moult estoit sages hom et bien letrez et bien parlanz. Il estoit chancelier de lempereor et portoit son scel. Icestui prodom conforteit sovent les Crestienz par sa sainte predication et par les bonz amonestemens et les confortoit es mesaaises que il soffroient et lor disoit que ce estoit por Deu et en remission de lor pechez. En icelui tenz li empereres vint en Ermenie. Cil qui sires en estoit se nomet baron Livon de la Montaigne; il fu des puis coronez a roi des Ermines si come nos vos dirons ca en avant. Por la grant renomee de la venue de lempereor li Sarrasin qui tenoient le chastel de Gaston que Salahadin avoit pris aprez la prise dou roiaume de Jerusalem labandonerent. Fouques de Buillon cosin dou divant dit Livon entendi que li Sarrasin avoient guerpi le devant dit chastel il entra dedens le chastel et le saisi et le tint .xx. ans. Dont le devant dit Livon guerroia le prince Beymont aprez la mort son pere. Lachaison por quoi il le guerroia si estoit por Rupin le fiz Reymont. Li Templiers demanderent celui chastel por ce que il avoit este lor et le assegerent une fois par le comandement dou pape Innocent. Dont il covint que Livon sacordast as Templiers par tel covent que quant il auroit receu Antioche a eus de son nevo Rupin il lor rendroit celui chastel. Ensi remest le chastel par la grace de Deu a la Crestiente. Et li devant dit Livon rendi au Temple le chastel de cui il avoit este devant ensi come je vos dirai apres.

CHAPITRE XXVI.

El tens deste quant li solaus est plus chauz et la gent sont plus traveillez de la chalor dou tens parvint li empereres Fedric o tout son ost en Ermenie. Ilueques furent il plus aseur que il navoient este devant por ce que li sodanz dou Coyne les avoit guerpiz et sen estoit retornez en son pais. Li empereres se herberja a lentree dermenie sur un flum qui pres est dou chastel que len nome le Selef. Li sires dermenie ala encontre lui por conduire le par sa terre et por lui saluer. Il ne post avenir a lui tant estoit grant la preisse de lost. La preisse estoit por ce que il lor covenoit passer par un pont. Quant il ne post passer il li manda .ii. gentis homes de sa terre qui estoient frere. Li unz avoit nom Costanz et li autres Bauduins de Camardais. Cil vindrent au mareschal dalemaigne et li distrent de par lor seignor Livon qui les avoit la envoiez al empereor por lui guier et mostrer les chemins et les entrees dermenie. Li mareschaus les mena devant lempereor; quant il furent devant lui si senclinerent et lor distrent lor messagerie. Li empereres recut a gre ce que Livon li avoit mande. Il lor demanda se il savoient nul autre prochein chemin que celui dou pont par ou il peust passer sanz presse. Il distrent que oil se il voleit passer par le flum car li flunz a bon gue et nest gaires grant. Il monta a cheval et Fedric son fil le duc de Soave avec lui et dist as chevaliers que il alassent o lui que il voloit passer le flum. Il li distrent: Sire nos passeronz le gue devant vos et vos mosterons le passage par quei vos i puisses meauz passer et plus segurement. Li empereres lor dist que il deussent passer. Il passerent outre veant lui et sen retornerent arrieres a lui. Il lor comanda que il deussent passer avec son fil le duc; puis que il orent passe le duc il retornerent arrieres al empereor et lempereres se mist a passer le flum et li dui chevalier devant lui et de ses homes devant et derriers lui a grant plente. Si come il fu el mi luec dou flum li chevauz sus cui il chevaucheit trabucha et il chei ou flum; par la force de la chalor que il avoit sofferte et par la froidure de leve ou il chai il perdi sa vertu que il ne se post aider. Les veines de son cors sovrirent si que il nea. Si home furent si esperdu que il ne sorent metre conseil par quei il peussent rescorre lor seignor.


LI VINTECINCQUIESMES LIVRES.

CHAPITRE I.

Grant perte recut la Crestiente en la mort de si grant et de si puissant seignor qui si honoreement et devotement venoit rescorre la sainte terre de Jerusalem. Qui vos porroit conter et retraire la grant dolor et le cri des baronz qui venoient en sa compaignie et la grant plainte de ses chevaliers et la dolor de toutes les autres gens qui si avoient perdu lor cheveteine en tant petit dore. Quar en lui estoit acompli ce qui est escrit en un livre de Salemon: Il tont fait chevetaine ces gens ausi come un deaus. Il qui estoit empereres si granz se estoit fait si humles a la chevalerie de la Crestiente que neis les povres gens apeleit il freres. Ensi que se la roe dune charrete fust brisee en sa route et il i fust present il ne partist dou lue jusque a tant que li damages fust amendez; tant estoit humles et debonaires. Grant damage recut la Crestientez en sa mort. Ceste chose avint en lan del Incarnation de Nostre Seignor .m c. quatre vint et dis anz par un dimanche qui estoit li quart jor daost. Li cors fu trait dou flum et enseveliz et enbausmez si come il afiert a empereor et fu portez en la cite dantioche ou il fu enterrez honorablement en liglise Saint Pierre a la senestre partie dou cuer pres de la sepulture de Gobert qui fut evesque dou Pui. A la destre partie est la place ou len trova la lance de quoi Longis feri Nostre Seignor Jhesu Crist a Monte Calvaire ou il soffri mort por nos.

CHAPITRE II.

Or vos dirons lachaison por quoi li empereres vint par terre. Quant il estoit en Alemaigne unz astronomienz vint a lui por soi acointer de lui car li empereres savoit moult de letres; por ce sacointoit il des bons clerz et lor demandeit soventes foiz en desputant de lor clergie. Quant il le troveit tel que il li plaisoit il le tenoit entor lui et li faisoit tant de bien que il se loeit de lui. Un jor il demanda a son astronomien de quel mort il morreit. Li astronomien li demanda respit por respondre a sa demande. Li empereres li otroia tel respit come il vost. Apres le respit li astronomienz vint al empereor si li dist: Sire il vos covient morir en aigue. Li empereres tint ceste parole en cuer et noblia mie ce. Quant il se croisa il li sovint de la parole del astronomien por quoi il eschiva la mer et vint par terre. Et ce furent grant merveilles que de toz ceauz qui passerent le flum avec lui nus nen chei ne ne trabucha forz li empereres. Le peril de la mer que il eschiva ne la garanti pas que il ne morust en yaue. Icelui peril li avint en celui flum. De la grant poor que Salahadin ot de la venue dou devant dit empereor fist il abatre les murailles de la cite de la Liche et de Gybeau et de Gybelet et de Baruth et de totes les autres citez qui estoient en la marine par quoi Crestien ne peussent aver recet; et doutoit que au passer que li empereres trovereit les citez et les chasteaus il les prendreit et fereit garnir et ce torneroit a damage as Sarrasins. Por ceste achaison fist Salahadin abatre les citez et les chasteauz de la marine.

CHAPITRE III.

La grant ost dou devant dit emperere demora apres sa mort sanz cheveteine. En divers lues se departirent ausi come berbis sanz pastor. Fedric li dus de Soave fiz dou devant dit empereor si come il vint ou plain dermenie durement fu gregez de maladie et ne post monter en la montaigne por la grejance de la maladie dont il estoit chargez; car li plain dermenie en este sont chaut et enferme et la montaigne est fresche et saine. Dont li habitant de la terre ont lor maneirs en la montaigne et demorerent ilec por la chalor dou tens des lentree de juing jusques a la meite de septembre; et de ilec en avant descendent ou plain por ce que la terre est atempree et meins enferme. Li devant dit duc se fist porter en Antioche tout ensi malades come il estoit. Une grant partie de lost vint a lui. Apres les granz travaus et les mesaaises que il avoient soffert troverent Antioche plenteive; si se mistrent a beivre et a manger et a estre oiseuz si recurent granz enfermetes et en apres la mortalite. Et ensi comenca a amenuiser la chevalerie dalemaigne. Li remananz qui eschaperent de lenfermete vindrent avec le devant dit duc en Acre; et li dus meesmes fu mors puis apres la prise de la cite dacre et fu souzterrez a la maison des Alemans. En cel tens li hospitaus des Alemanz ne poeent tenir malades por ce que il navoient encores point dospital; car li Hospitalier de Saint Johan si disoient que il avoient prevelige de liglise de Rome que nul ne deveit tenir hospital en la cite dacre se il ne fussent lor obedient. Et lavoient ensi use que quant il y avoit aucun haut home mort en la cite dacre et meesmement en la maison des Alemanz il les aloient prendre et enterrer en lor cimitere. Por la quel chose li devant dit dus en sa fin comanda as Alemans que il ne li deussent faire nule honor quant il seroit mort et que il le deussent ensevelir et metre en une povre biere entre les povres; car il savoit bien que cil de lospital de Saint Johan par lor force le lor venroient tolir et il ameit meauz estre enterrez en povre maison que aillors. Tantost come il fu morz cil de Saint Johan lalerent querre mais il nen troverent point ne conoistre ne le porent entre les morz. En cel tens cil de lospital des Alemanz nen avoient pas si grant poeir come il ont ores. Labit que il portoient en lor manteaus si estoit une roe a une demie crois neire. Li frere chevalier avoient manteaus destanfort; manteaus blans nosoient il porter por les Templiers. Des lost de Damiata en ca ont il eu les mantiaus blans et la crois sanz roe. Li Hospitaus de Saint Johan lor demanderent une seignorie quant lor maistres est morz que li maistres et lor freres lor deivent eslire maistre. Aucune foiz cil de Saint Johan requistrent ceste seignorie as Alemanz; dont li Aleman respondirent que il nen feroient neent se il ne lor donoient autre tel seignorie en la election de lor maistre. Et encores est la querele entreaus.

CHAPITRE IV.

Puis entrerent li Aleman le duc en lor maison dont grant bien lor en vint por lenterrement dou duc. Moult tesmoigneit len le duc a preudome selonc ce que il estoit de juesne eage. Puis que cil dalemaigne orent noveles de la mort de lempereor Fedric il firent coroner Henri son ainz ne fiz qui estoit rois dalemaigne a emperere au pape Celestin qui en celui tens governeit le apostoliau siege de Rome. Il le corona lendemain que il fu sacre a pape. Cist empereres Henris avoit esposee Costance lante dou noble roi Guillaume de Cesile qui dreit heir estoit dou devant dit roiaume apres la mort de son nevo le fiz de son frere le rei Guillaume por ce que li devant dit roi morut sanz heir. De la quel le devant dit empereor engendra Ferderic qui puis fu empereres et rois de Cesile.

CHAPITRE V.

Ores retornerons a nostre matiere et vos dironz dou roi de France et dou roi dangleterre. Cele guerre qui fu entre le rei de France et le roi dengleterre si fu por Rechart qui fu cuens de Poitiers. Li rois Henris avoit eu .iiii. fiz de la reine Lienor qui avoit este feme de Loys le roi de France et trois filles. Li ainz nes de ses fiz avoit nom Henri; cil avoit esposee la suer dou roi Phelipe de France qui avoit este fille de la reine despaigne. Li seconz avoit nom Richarz a celui avoit il done la contee de Poitiers. Li tierz avoit nom Jofroi celui fu cuens de Bretaigne. Li quarz si ot nom Johan Sanz Terre. Des .iii. filles que il ot il dona lune au roi Anfoz de Castel. De la quel fu Blanche. Lautre si fu donee au duc de Saissoigne. La tierce fu mariee a Guillaume le roi de Cesile. Len dist que Johan qui puis fu rois dengleterre fist neer les enfanz de Joffroi son frere.

CHAPITRE VI.

Quant Henris li fiz dou roi Henri fu morz por cui achaison Saint Thomas fu martirez et li devant dit rei vost coroner a roi Johan son meins ne fiz. Quant Richart oi ceste novele il li ennuia moult. Il vint au roi Felipe de France si li dist: Sire je vos faz assaver que mon pere me vuet faire grant tort et me veaut deseriter car il vuet faire coroner mon frere a roi qui est mainz nez de moi. Et vos savez que je sui vostre home je vos vodroie preer que vos me deussiez aider a mon dreit avoir. Li rois li otroia que il li aideroit volentiers. Tantost fist assembler son ost et entra en la terre que li rois tenoit de ca la mer. Si prist le Manz et Torz et Chinon et les rendi a Rechart. Quant li rois Henris oi dire que li rois Phelipes li toloit sa terre que il tenoit de ca la mer il assembla son ost et passa la mer et vint en celes contrees o le rei Felipe estoit; et furent ja apareille de conbatre quant li message de lapostoile vindrent de Rome qui lor aporterent la novele de la terre de Jerusalem qui estoit perdue. Li poeirs dou roi Henri ne se poeit prendre a celui dou roi Phelipe et laissa Auveirgne au roi de France et se laissa de coronement de son fiz Johan. Tornant sei en Engleterre de la grant dolor que il ot de ce que il avoit laissee ensi itel terre come est Alveirgne il en morut. Rechart son fiz vint au roi de France si li fist homage de la terre que il tenoit de lui de ca la mer et jura sa seror que il la prendreit a feme apres ce que il seroit coronez a roi et sereit saisi dengleterre. Il se parti dou roi et ala en Engleterre et fu coronez a roi en la cite de Londres.

CHAPITRE VII.

Richart se parti dou devant dit roi de France a sa bone volente et prist jor de lor muete quant il devroient movoir por aler rescorre le roiaume de Jerusalem. Phelipes li rois de France li dona jor a la Saint Johan venant qui esteit en lincarnation qui estoit .m c xc. anz; et dilec se parti et ala a Londres ou il fu coronez. Puis que il fu saisi dou roiaume il atira son oirre et sen vint en France au roi Phelipe. Quant il fu venuz en France si prea le roi et le requist en tel maniere: Sire je vos faz assaver que je sui unz juenes hom et sui novelement coronez a roi et ai empris itel chemin come vos savez de aler Outre mer. Se vostre plaisir estoit je vos vodroie preer que vos me deussiez respiter de ce mariage faire jusque a ma revenue doutre mer; et je vos serai tenus par seirement de esposer vostre suer dedenz les .xl. jorz que je serai retornez. Li rois cuida que il li deist voir si recut a gre la parole et li dona respit. Lors atirement lor muete por aler en la Sainte Terre ou Jhesu Crist fu morz et vis.

CHAPITRE VIII.

Phelipes li rois de France fist apareiller son passage en Jenoe et li rois dengleterre a Marceille le jor de la Saint Johan. Li rois de France ala a Saint Deniz prendre conge. Ilec prist lescherpe et le bordon et jurerent entre lui et le roi dengleterre que il seroient bons amis et bons compaignons et porteroient foi et leaute li unz a lautre. Li rois de France ala a Jenoe et li rois Richarz a Marceille. En cele muete avoit moult de haus homes de France por venir o le roi. Il i fu li cuens Felipes de Frandres et li cuens Henris de Chanpaigne et li cuens Tibaut de Blois li cuens Estienes de Sausuerre Hugue li dus de Borgoigne Felipes li evesques de Beauvais et Guillaume des Barres et moult dautres chevaliers et de gentis homes asses. Li rois de France avoit eu un fiz de la reine Ysabeau qui avoit este fille dou conte de Henaut. Il li mist nom Loys; il le laissa en France por garder son roiaume et son oncle Guillaume larcevesque de Reins et le conte Renaut de Pontif. Puis que il fu en Jenoe il fist charger ses nez et ses vaisseaus; et li rois Richarz fist charger a Marceille. Li rois de France mut a venir; uns mau tens les prist puis que il furent meu de Jenoe si les fist arriver a Messine. Grant damage ot de ses viandes de la navie par le mau tens que il orent. Quant li rois Tancrez oi dire que li rois de France estoit arrivez en sa terre il li ala a lencontre et li fist grant honor et li abandona tout le reiaume de Cesile a sa volente et a son plaisir et li prea que il deust iverner en sa terre. Li rois vit que il avoit eu damage de ses viandes et de sa navie et conut que li consauz dou roi Tancre estoit bon; il yverna en lisle de Cesile. Li rois Rechart mut de Marceille. En ce come il fu en dreit lisle de Cesile il se apensa que il ireit voir sa suer la reine que fu feme dou rei Guillaume et demandereit dou rei de France se il sereit la arrives. Si come il fu pres de terre il demanda noveles se li rois de France estoit la arrive. Lon li dist que il y estoit arrivez et estoit herberges en la cite de Palerme. Ce est la maistre cite do reiaume de Cesile et y a un des riches et des aaisez palais dou monde. En cele cite se corone li reis de Cesile. En celui palais estoit herberge li rois de France car li rois Tancrez li vuida le palais por honor de lui.

CHAPITRE IX.

Quant li rois Richart dengleterre sot que li rois de France estoit herbergez a Palerme il en ot moult grant joie et comanda a ses homes que il deussent prendre terre ilueques car il voleit yverner en la terre des puis que il avoit trove le roi de France sain et sauf. Il firent tantost descharger les chevaliers et les chevaucheures et les harnois de quoi il avoient mestier. Quant li rois de France oi que li rois dengleterre estoit arivez ilueques grant joie en ot et vint encontre lui et firent grant joie li un rois a lautre. Grant amor avoit entre le roi de France et le roi dengleterre en celui chemin dont il se estoient jurez de estre bonz compaignons entreauz en celui chemin et de porter bone foi li unz a lautre; je ne sai por cui la guerre comenca entreaus .ii. mais grant damage fu de la guerre qui fu puis entreauz. Car anceis que il venissent en la terre de Promission estoient bons amis li un a lautre apeloit mon seignor; se lor amor eust dure il eussent este a toz jorz honore et Sainte Crestiente en fust essaucee. Vos troveres en escrit ca en avant par cui la guerre comenca entre les .ii. rois. Des puis que li rois dengleterre ot salue le roi de France et le rei Tancre de Cesile vint a lui et le fist bien veignant et le semost de aler herberger ou palais de Palerme la ou li rois de France estoit herberge; car li palais ert si granz et si delitables que li dui roi i peussent herberger ensemble. Quant li rois dengleterre oi dire que li rois de France se estoit herbergez ou palais roial il mercia moult le roi Tancre et li dist que il ne feroit mie preisse au roi de France ainz se herbergereit aillors. Li rois de France estoit herbergez ou palais si come nos avons dit et li rois dengleterre se herberja loins de la vile dautre part por ce que il savoit que Franceis sont orgueillos et Engleis atainos. Si se herberja si loinz dou roi de France par quei il ni peust avoit meslee. Puis que il fu herberge orent li Engleis paroles a ces de la terre dont il y ot grant meslee entre les gens dou roi dengleterre et ceauz dou roi Tancre; et estoit torne ausi come a guerre. Dont li rois dengleterre fist fermer un chastel en po de tens et li mist nom Mate grifon que se besoing li fust et les genz de la terre se vosissent reveler encontre lui que il y eust recet. Quant li rois Tancrez vit que il avoit ferme celui chastel il vint a la merci dou roi dengleterre et amena les gens qui avoient meffait au roi a sa merci par quei pis nen avenist. Li rois le recut a gre et fu lacorde faite et furent en pais. Ileques demorerent jusques au marz.

CHAPITRE X.

Li rois Richars ala veir sa seror la reine Johane dont ele ot grant joie de la venue de son frere. Le siege avoit ja este un an devant Acre. Li cuenz Henris et li cuens Tibaus de Blois et li cuens Estiene de Sausuerre et li evesques Felipes de Beauvais passerent a Acre avant la venue de .ii. rois; et de la viande et des engins dou roi de France vint a celui passage. Dont li cuens Henris mist main et prist la viande et les engins adreca devant la cite dacre et faisoit geter as murs de la cite anceis que li rois de France y venist. Grant cherte avoit en lost si que li muis dou ble valoit .xx. besanz Sarrasinas; une geline valeit .lx. solz; de buef ne de moton ne troveit len point; un huef valoit .xii. deniers. La meaudre char que les gens de lost manjassent si estoit char de cheval ou de mule ou de asne. La mesaise estoit si grant que quant les povres gens poeent trover aucune beste morte il la mangeent a grant deintie. Dont il avint apres la venue dou conte de Chanpaigne que li sergent de lost por la mesaaise que il avoient des viandes comencerent a murmurer encontre les barons et les hauz homes qui estoient au siege et reprocher et dire moult de laidenges por ce que il ne se voloient aler conbatre as Sarrasinz. Li gentil home veoient bien que il ne pooient assambler a bataille a Saladin tant come la cite dacre estoit aus Sarrasins. Il estoient si atornez en lost que chevalier nosoit aler en lices qui ne fust hues et maumenes de paroles. Li sergent avoient pris si grant orgueil encontre les chevaliers que il cuidoient plus valor des chevaliers et que il se cuidoient bien combatre a Salahadin sanz laide des chevaliers. Li sergent requistrent au roi Gui et as baronz et par plusors fois de issir fors. Quant il virent que il ne los poeent retenir si distrent que il alassent a lor aventure; se bien lor avenoit il auroient joie; et se mau lor avenoit il ne troveroient home qui les alast secorre. Li sergent issirent hors. Si come Salahadin vit que il estoient issu il lor vuida la herberge. Li sergent virent que la herberge estoit vuidee il corurent ilec qui meaus meaus. Salahadin les laissa assegurer et manger a lor loisir. Il sot bien que nul chevalier nestoit avec eauz. Il corut sur eauz en la herberge et en tua tant que il y ot bien de morz par nombre plus de .vii. mile. Lon dist que il nen eschapa mie de cele sergenterie cent que tuit ne fucent mort. En tel maniere soffri Nostre Seignor a venger lorgueil que li sergent avoient encontre les chevaliers. Salahadin comanda a sez homes que il deussent trainer les charoignes des morz et geter ou flum dont li flums corut bien .viii. jors sanc et charoigne. Grant enfermete ot en cele annee en la herberge des Crestiens et des Sarrasins por achaison de celes charoignes et y ot tant de mosches que lon ne pooit durer ne en lune herberge ne en lautre. Ce fut fait a la feste de Saint Jaque qui est a .xv. jors de juignet. En cele saison fu morte la roine Sebile et ses .ii. filles Aelis et Marie dont li roiaumes eschei par dreit heritage a Ysabeau la feme de Hanfroi do Toron qui fu fille dou roi Amaurri et de la reine Marie.

CHAPITRE XI.

Apres la mort de la reine Sebile le marquis Conrat qui tenoit la cite de Sur sot que il ni avoit autre heir ou roiaume de Jerusalem fors la devant nomee Ysabel. Por la covoitise que il ot de avoir le roiaume il atisa la reine Marie qui estoit mere de la devant dite Ysabel que ele acusast le mariage de sa fille et de Hanfroi et que sa fille deust ausi consentir cestui fait. La reine parla a sa fille que ele deust consentir que ele se partist de Hanfroi et fust mariee au marquis. Ele ne le vost consentir por ce que ele amoit Hanfroi son mari; dont il envoia a sa mere et par maintes fois li amonesta et li mostra raison que ele ne poeit estre dame dou roiaume se ele ne se parteit de Hanfroi. Et li remenbra la mauvaiste que Hanfroi avoit faite quant li cuens de Triple et li autre baron qui estoient a Naples le vostrent coroner a roi et ele a roine; et il sen foi et ala en Jerusalem et cria merci et fist homage a la reine et dist que maugre suen le voloient faire roi. Et tant come ele seroit sa feme ne porreit ele avoir honor ne le reaume de son pere. Et li dist puis que quant ele fu mariee ele nestoit mie daage; et par ceste raison poeit estre accuse le mariage; dont ele consenti a la volente de sa mere. La volente de sa mere estoit tele que ele voloit que li marquis leust a feme. La reine meismes haeit Hanfroi por autre achaison. Quar quant Hanfroi esposa sa fille il comenca a hair la reine Marie sa suegre et ne voloit que ele veist sa fille; et ce faisoit il par le conseil de sa mere Estefeine qui estoit dame dou Crac et dautre part. Li marquis vint de Sur au siege dacre et parla a Phelipe levesque de Beauvais et a Aubert larcevesque de Pise qui estoit legat de liglise de Rome que il li deussent aider coment il peust avoir celui mariage. Et ensi come lon dist il corronpi maintes gens en lost par ses dons et par ses promesses et nomeement ceauz qui estoient dou conseil dou legat et de levesque de Beauvais. Dont il avint que quant la reine Marie acusa le mariage il fu moult tost deffait. Lacusation si estoit itel que la reine Marie dist au legat que sa fille navoit que .viii. anz quant ele fu mariee et navoit mie aage de estre marie. Dont Hanfroi fu apelez a oir cele acusation et que il deust respondre se il savoit que dire par quoi la dame li demorast. Dont Hanfroi dist puis que la dame ne sen estoit clamee que ele se esteit consentie au mariage que bien devoit estre avec lui. Entre les autres sailli avant li boteilliers de Saint Liz et desmenti Hanfroi et li tandi son gage disant que la dame ni consenti onques a son mariage et tout quan que li rois Bauduins avoit fait estoit contre la volente de la dame et de sa mere; et se il vosist autre chose dire il le proveroit contre son cors. Hanfroi qui estoit failli de cuer et norreture de feme se traist arriere et nosa prendre le gage; et cil qui avoient este corronpu des dons dou marquis conseillerent a Hanfrei que il se deust laisser de celui mariage ja fust ce que il ne lor demandoit point de conseil; et li distrent que il ne porroit governer le roiaume et peine li seroit et travail. Il les crut et sen laissa.

CHAPITRE XII.

Li legaz qui estoit Pisan les departi volentiers; car se il vosist li mariages ne fust ja desfait. Mais li devant dit legat maintenoit le fait dou marquis por ce que li Pisan le avoient amene de Costantinople en la cite de Sur et lavoient maintenu et cuidoient avoir plus grant franchise et plus grans dons ou reiaume de Jerusalem se le marquis eust gaires dure. Si grant fait ne puet comencer par trecherie que il puisse a bone fin venir. Apres icestes paroles qui furent dites devant le legat fist la reine Marie venir sa fille por oir la sentence que la dame se poeit marier a cui ele vodreit. Cele sentence fu donee; se ce fu selonc son dreit Deu le set car la dame nestoit mie ou poeir et en la seignorie dou marquis qui tantost lesposa. Quant la sentence fu donee la devant dite Ysabel requist tantost le reaume de Jerusalem as baronz qui la esteient et les homages. Il li firent come a cele qui estoit le dreit heir. Quant ele fu saisie si dist en la presence des barons dou roiaume que des puis que ele estoit departie de son premier mari par force ele ne voleit mie que il fust deserites ne lui ne ses heirs et dist: Je li renz toutes iceles choses que il dona a mon frere quant il me esposa; ce est assaver le Toron et le Chastel Nuef o toutes lor apartenances et toutes les teneures de son pere et de son ayol. Puis ices paroles li marquis fist les noces de lui et de Ysabel. Lon dist que il lesposa .ii. feis le premier mariage fu fait priveement et le secont en liglise. Et se la dame eust este el poeir de Hanfrei son mari par aventure ele ne se fust mie consentie a la despartison ne por quant li marquis ne sen joi gaires. Encores deit lon douter que li roiaumes de Jerusalem ne soit ale perillant et amenuisant par icestui fait.

CHAPITRE XIII.

Phelippes li rois de France et Richars li rois dengleterre yvernerent en Cesile. Li rois Rechart qui estoit moult engignos et coveitos des puis que il fu la arrivez ne fina de preer sa seror et de requerre que ele deust vendre son doaire et aler avec lui en celui pelerinage; et li jura que tantost come il retorneroit en Engleterre il li rendreit tout ce que il auroit receu de par lui de son doaire et la mariereit hautement et richement ensi come il li aferoit. Quant la dame oi ceste parole et ceste promesse ele ot conseil et se assenti a la volente de son frere que ele vendist son doaire et preist lavoir. Li rois ot grant joie de ce que sa seror li otroia que il vendist son doaire. Des lors en avant traita il o le roi Tancre de la vente dou doaire sa seror. Le rei Tancre par le conseil de ses homes bargeigna tant o le roi Richart que il sacorderent. Quant le roi Richart ot receu dou roi Tancre lavoir dou doaire le passage de marz estoit aproche. Dont li rois fist apareiller sa navie por passer. Li rois Tancres li dona moult de viandes et au roi de France ensement. Dilec se murent li dui roi por venir au siege dacre. Johane la roine de Cesile suer dou roi Richart ne post passer avec le roi son frere por afaire que ele avoit a delivrer en son roiaume et voloit par aventure venir a plus grant aaise. Des puis que li dui roi se partirent de Messine Phelipes li rois de France vint dreit en Surie o toute sa conpaignie et arriva devant Acre ou port la ou li sieges estoit devant la cite. Li gentil home qui la estoient lavoient longuement atendu et desiree sa venue. Tantost come il arriva il fu receu hautement et honoreement ensi come il afiert a si haut home come est le roi de France. Les gens de lost furent moult resbaudi et joiant de sa venue. Il amena en sa conpaignie grant estoire de naves chargees de vitaille et de maintes autres bones choses; et assez y ot en sa conpaignie barons et chevaliers si come il afereit a la corone de France. Ce est assaver le cuenz Phelipe de Flandre et Hugue le duc de Borgoigne et Guillaume des Barres por cui la descorde sorst entre les .ii. rois une grant partie.

CHAPITRE XIV.

Tantost come il fu arrivez il monta a cheval et ala tout entor la cite dacre por veir de quel part il porroit plus legerement avenir et prendre la cite. Et quant il lot veue il dist: Merveille est de tant de prodes homes qui ont este en cestui siege coment il se sont tant targe de prendre la. Puis comanda il a drecier tout environ la cite ses cloyes les queles estoient toutes covertes de fer sur esbaignees si blanches que eles resplendisseent come argent. Il comanda a ses abalestriers et a ses archiers que il deussent traire sanz repos si que nus ne se peust mostrer as murs de la cite. Quant cil de la cite virent que il furent si durement assailli il tenoient lor enseigne sur liglise de Saint Linart qui estoit lor mahomerie. Il avoient un coffin que il haussoient et avaloient par entre seignes et confanonz meismes dont il amatoient vers lost de Salahadin que il les deust secorre et aider; et quant il avoient assez amate il geteent le gonfanon et le cofin en conoissance que il ne se poeent plus tenir. Ensi destrainst li rois de France ceauz qui estoient dedens Acre jusque a la venue dou roi dengleterre et mist mineors a miner le mur de lez la Tor Maudite. Et li Pisan firent un engin a .iiii. roes que len nomeit le chat et le menerent jusques au mur o les mineors qui minerent. Li Sarrasin boterent le fue dedens et geterent par dessus baconz et huile et peiz que il troverent en la cite si que il arstrent le chat et les gens qui dedens estoient. Li mineor minerent le mur et le estanconerent puis boterent le fue et li murs chai. Li mareschaus de France et une grant compaignie de chevaliers o lui entrerent par ilec ou li murs estoit cheus en la cite. Li Sarrasin lor desfendirent lentree et les reuserent fors. En cestui fait fu ocis li mareschaus de France et moult de chevaliers o lui. Il enuia moult au roi de France et as autres barons qui ilec estoient.

CHAPITRE XV.

Li rois de France eust bien prise la cite dacre se il vosist; mais il atendeit la venue dou roi dengleterre por ce que il estoient compaignon ensemble et avoient fait aliance des puis que il murent de lor pais a toutes les conquestes que il conquerroient. Et por ce latendoit il que il voleit que il fust parsonier de la joie et dou conquest de la devant dite cite dacre.

CHAPITRE XVI.

En celui tenz que li rois Rechart parti dengleterre por venir secorre le reaume de Jerusalem il aveit juree et plevie la seror dou roi Phelipe de France et au quaranteime jor de sa retornee la devoit esposer. Quant Elienor sa mere qui avoit este reine de France et estoit reine de Engleterre oi dire que son fil a sa retornee devoit esposer la suer dou roi de France moult li ennuia por ce que ele haeit les heirs dou devant dit roi. Dont ele se pensa que ele desferoit celui mariage que son fiz avoit jure. Ele enquist et demanda ou ele porroit trover feme a son fiz. Len li dist que li rois de Navarre avoit .ii. serors et se ele se voloit travailler ele en porroit bien avoir lune a eus de son fiz. Ele manda tantost au devant dit roi et li requist une de ses .ii. serors por marier la a son fiz et faire la reine dengleterre. Li rois ot grant joie de ces noveles si fist apareiller sa suer la ains nee qui avoit nom Berengiere richement et honoreement si come il aferoit et la manda en Peito a la reine dengleterre qui latendoit. Quant il vindrent ilec la reine en ot grant joie de lor venue. Ele fist tantost apareiller son erre et mut por ateindre son fil anceis que il se meust de Cesile par quoi ele peust faire celui mariage. Ensi come ele mut de Peito a venir par ses jornees ou roiaume de Cesile ele enquist noveles de son fiz et de sa fille. Len li dist que son fiz li rois Richarz et li rois de France estoient meu por aler a Acre Johane sa fille la reine de Cesile avoit vendu son doaire et estoit alee a Messine et faisoit ileques apareiller son passage por aler apres son frere en la terre de Surie. Ele ot grant joie de ces noveles et moult li plorent. Ele se hasta puis de venir por ateindre sa fille par quoi ele peust meauz acomplir sa volente por envoier la damoisele avec sa fille et por aler plus honoreement; et ele en sereit plus segure que li mariages en sereit plus tost parfait et sa volente acomplie.

CHAPITRE XVII.

La reine Elienor se hasta moult durement de venir a Messine. Ensi come ele vint en la cite ele trova sa fille qui la recut a grant honor et grant joie li firent les genz de la terre. Ensi come ele fu herbergee ele trova sa fille qui estoit sur sa muete que ele deveit movoir. Ele li en charja la damoisele et li dist que ele len menast avec lui et deist a Rechart son fiz que il la deust espouser et que por riens ne laissast que il ne parfeist celui mariage de la damoisele que ele li mandoit. Eles se partirent et pristrent conge les unes des autres. La reine Elienor sen torna en Peito et la reine Johane sen vint en Surie. Au venir que eles faisoient si se troverent es aigues de Chypre. Ensi come il virent terre la reine dist as mariniers et a ceauz qui estoient avec lui que ele orroit volentiers noveles se li rois estoit encores passes. Il li distrent que il estoit bien a faire et que il estoient prest et apareillez de faire son comandement. Adonc comanda la reine que il deussent aprocher vers terre. Il refirent lor veiles et se aprocherent de la rive. Kyr Sac qui estoit sires de Chypre avoit assemblees ses gens et les avoit establies por garder la riviere por poor que il avoit dou roi de France et de celui dengleterre que en lor venue ne li tolissent lisle de Chypre. Ensi come il vi les nez venir pres de la terre il manda un galion que il avoit por savoir quels gens se estoient et dont il venoient. Si come il vindrent as nez por enquerre noveles il lor distrent que ce estoit la reine de Cesile la suer dou roi Rechart qui aloit en Surie apres le roi en pelerinage; et cil des nes demanderent a ceauz dou galion se il savoient se li roi estoient passez. Il respondirent que il nen savoient nules noveles.

CHAPITRE XVIII.

Cil dou galion sen retornerent et firent assaver a Kir Sac le seignor de Chypre que ce estoit la reine de Cesile la suer dou roi dengleterre qui aleit en Surie apres son frere. Kir Sac qui estoit malicios et hainos as Latins sapensa dun barat et de une traison que il manderoit a la dame preant et requerant que ele deust venir se son plaisir estoit herberger et reposer en sa terre jusque ele seust noveles dou roi son frere. Il envoia le galion arrieres a la dame. Le message vint a la reine preant et requerant de part son seignor que ele venist herberger et reposer a terre et refreschir deve et de viandes et atendist ilec tant que ele seust novele dou roi. Et ele i sereit plus a aise que aler haubelant par la mer. Ele ot bon conseil a ses homes que ele feroit. Conseil li aporta que ele ni alast mie. Ele dist as messages que il merciassent lor seignor et que ele nosereit arriver a terre sans conge dou roi son frere. Li message sen retornerent arrieres a lor seignor et li distrent ce que la reine lor avoit dit et respondu que ele le mercieit moult de luefre que il li avoit faite et que ele nosereit descendre a terre sanz le comandement dou roi son frere fors tant que il sofrist a ses homes que il se refreschissent deve. Kir Sac oyant ceste parole comanda a ses homes que il deussent deffendre laigue as gens des nez et que il ne soffrissent que il pressent aigue. Ceste desfense fist il por ce que il ne voloit que nules gens seussent le rivage de Chypre. Il fist tant tost armer ses galees por aler prendre les nes par force. Si tost come cil des nez sapercurent de la traison de Kir Sac et que les galees se apareilloient daler sur eauz il leverent lor ancres et firent veile et se mistrent en haute mer. Lendemain troverent lestoire dou roi Rechart son frere de quoi il orent grant joie.

CHAPITRE XIX.

En celui tens dont nos vos avons parle trois nez chargees de pelerins venoient au secors de Jerusalem. Grant torment les acueilli en mer si que eles briserent en lisle de Chypre. Li pelerin eschaperent dou peril de la mer et la ou il cuiderent estre plus a sauvete il se troverent en greignor peril car li Grifon les aresterent et pristrent moult cruaument et les amenerent a Kir Sac. Icestui Kir Sac estoit moult hainos as Crestiens Latins. Il estoit raliez par mariage a Toros de la Montaigne qui sires estoit dermenie; li quels li avoit donee sa fille a feme au devant dit Kir Sac de la quel il ot une fille que li rois Richarz prist et mena Outre mer puis que il ot prise lisle de Chypre si come vos le troveres ci avant en escrit. Il comanda tant tost come len les ot amenez les devant dis pelerins que tres tuit fucent tantost livrez a mort et que len lor copast les testes. De grant cruaute li mut quant si felenessement les comanda a ocirre li quel ne li avoient riens forfait ne venus nestoient contre lui; ainz venoient por Deu et por venger la honte de Jhesu Crist que Sarrasin li avoient faite et greignor cruaute troverent entreauz qui se troverent entre Grifons et se disoient estre Crestienz que il neussent trove en felons Sarrasins.

CHAPITRE XX.

Ensi come il ot comande a ses felons Grifons son felon comandement qui volentiers le faisoient; la ou len les amenoit au devant dit martire un chevalier qui estoit nez de Normendie qui sodoyer estoit dou devant dit Kir Sac fu esmeu de grant pitie et de grant tristece que il ot au cuer de ce que len menoit les estranges pelerins sanz nule achaison ensi vilment quil furent livrez a mort cruel. Il comanda larme de lui a Deu et abandona le cors por le nom dou Creator a martire. Il ama meauz morir tout soul que tantes persones fussent sanz forfait peries. Il se hasta et esmut son cheval au plus tost que il pot onques et vint la ou len lor devoit coper les testes as pelerins et comanda a ceauz qui devoient faire celui cruel fait de part Kir Sac que il se laissassent de tuer les pelerins. Cil conurent que il estoit des conpaignonz de Kir Sac si le crurent et cuiderent veraiement que il fust venus de par lor seignor. Ensi laisserent de non murtrir les devant dis pelerins. Le devant dit chevalier qui estoit desirrans et entalentis coment il les peust delivrer de cele mort il lor dist en franceis et amonesta que il sen alassent par mi lisle jusques a tant que Dex les conseillast et lor prea que il preassent Deu por larme de lui car il savoit que li cors seroit livrez a martire et a mort por lor delivrance. Sur ce ne demora gaires que Dex les visita et venja par le rei Rechart ensi come nos vos dirons si en avant.

CHAPITRE XXI.

Quant Kir Sac sapercut que li devant dit chevalier avoit este encontre son comandement et destorbe la mort des pelerins il comanda tantost que len li copast la teste. Isnelement et tost fu acompli son comandement et volentiers car li Grifon tienent les Frans a ereges et cuident moult faire a plaisir a Deu de tuer un Latin.

CHAPITRE XXII.

En apres cestui fait li devant dit Kir Sac douta moult la venue dou roi Richart et ot poor por les grans mauz que il avoit fait as Crestiens en Chypre. Il vint tantost a Limecon et la fist garnir darmes et de gens a pie et a cheval et ordena que si tost come il verroient lestoire des naves que il feissent lor mostres et se deussent ileques assembler et establir. Li rois Rechart arriva o sa navie et son pooir au port de Limecon. Ileques oi et aprist les noveles de Kir Sac. Aucunes gens alerent a terre por refreschir deve et de viandes a eus dou roi. Li Grifon qui gardoient la marine lor deffendirent le descendre de lisle de Chypre et lor distrent que de lisle ne porroient il aver ne aigue ne viande. Quant la novele en vint au roi durement en fu corroces. Tantost comanda a sez homes que il preissent port a Limecon et fist armer ses gens por ce que se len li vosist deffendre larriver que il arrivast a force. Quant li empereres Grifons vit lestoire qui venoit prendre port a la cite dreit il ne losa atendre ains guerpi la vile et sen fuirent lui et toz ceauz qui estoient darmes o lui. Li rois et son ost arriva en la marine de lez la cite et quant il furent tuit a terre chevaliers et sergens sesmurent a venir tout a pie vers la vile et li rois qui nert mie descendus les costeoit en une galee et les autre galees le sivoient. Aucuns Latins qui estoient manans en la cite de Limecon issirent hors et vindrent encontre lost et distrent que il voloient parler au roi. Len les mist en une barche et furent menez a la galee ou li rois estoit. Quant il furent devant lui si li distrent: Sire vos poez entrer en la cite sanz contredit quar li empereres Grec sen est partis o tout son ost et sen vait vers les montaignes; ne en la vile ni a remes que menue gent de pueple et marchaanz qui volentiers vos recevront come seignor. Quant li rois ot ce entendu si prist .ii. chevaliers et les envoia en la conpaignie de ceauz qui ces noveles li avoient dites as genz de la vile et lor manda que il fucent sauf et seur il et lor choses. Et lors fist crier par son ost en mer et en terre que nus ne fust si hardiz que il feist mal ne damage as gens de Lymecon; et comanda que tuit herberjassent es jardins et que nul ne herberjast en la vile. Quant li rois ot este .ii. jorz a terre si prist au tiers jor moines Grifons et les envoia messages a lempereor Kir Sac au Quilane ou il estoit et li manda que il se merveilloit moult por quei il avoit guerpie sa cite; et lui eschive qui estoit pelerin et meu de son pais por le servise Nostre Seignor et que se son plaisir estoit il le verroit volentiers et parleroit a lui de son profit. Kir Sac li remanda que se il li mandoit fiance par un de ses chevaliers ensi que il peust aler et venir sauf et seur que il le venroit veir et parler a lui. Li rois li envea un riche home qui estoit de Normendie et avoit nom Guillaume de Prayauz et lui manda fiance tel come il lavoit demandee. Quant il vint au Quilane lempereor Kir Sac le recut moult honoreement et le fist herberger moult bel et richement servir et li dona au partir biauz donz et li dist que il feroit aprocher ses gens de Limecon et au tiers jor venroit au roi. Guillaume de Prayaus prist conge et sen revint au roi et li fist assaver le respons de lempereor. Li empereres ensi come il avoit promis et dit se parti dou Quilane o tout son ost et descendi ou plain et fist herberger ses gens pres de Limecon a .ii. liues a un casal que len apele le Coloz et il sen vint escheriement au roi.

CHAPITRE XXIII.

Quant il entra en la herberge li rois li ala a lencontre tout a pie a grant conpaignie de gent bien le get de une pierre petite loinz de sa tente. Quant Kir Sac sot que ce estoit li rois qui venoit contre lui a pie si descendi lors de son cheval. Quant il vint pres dou roi si lenclina par plusors fois moult par font et li rois refist au tel et le prist par la main et sen entrerent en la tente et se assistrent sus un siege covert dun drap de soie. Li rois parla a lui par durgemen de maintes choses et il au roi et tant que li rois li dist: Sire empereres je me merveil moult forment de vos qui estes Crestien et avez veu la perte de la Sainte Terre en quel Dex fu morz et vis et la destruction des Crestienz ne onques conseil ne aye ni meistes; et nomeement en tant come il ont este au siege dacre ou il ont eue moult grant mesaise et grant sofraite de viandes et de gens vos ne feistes onc semblant que il vos en fust a rien; ainz lor avez mostre semblant de enemiste; car vos avez grege et enconbre plusors de ceauz qui aloient en lor aye. Et por ce vos requier je et semoing de par Deu et de par la Crestiente et de par les pelerins que vos ice amendes en tel maniere que vos en vostre persone veignez en lost et si y amenez tant de gent come vos porrez et que vos en vostre terre donez franchise a toz ceauz qui y venront achater viandes por porter en lost. Et ensi faites vostre honor et vostre profit car vos en aurez le guerredon dou siecle et en abatrez le cri qui vos en est levez sus.

CHAPITRE XXIV.

Quant li empereres de Chypre oi et entendi ce que li rois Richars li ot dit si fu moult esbahis et non por ce il covri son corage au plus beau quil post et li respondi: Sire je vos merci de ce que vos dites car je sai et conois que ce seroit mon grant profit et mon honor se je le poee faire. Mais se je me partoie de ceste terre je ne ni enterroie jamais; car li empereres de Costantinople me chalonge la terre dont les gens qui i sont et me tienent a seignor se torneroient lors contre moi. Les autres choses ferai je moult volentiers car je iterrai tant que Acre soit prise .cc. homes a armes et franchirai toz ceauz qui venront en Chypre achater viandes. Et li rois dist lors que ce estoit assez; mais il que il de ce le feist segur par quoi il en peust assegurer les pelerins de lost. Kir Sac li respondi que il li bailleroit sa fille en hostage et que il la manderoit querre anceis que il se partist de lui. Li rois sen tint bien a payez. Lors se leverent et le mena li rois en une tente que il li ot faite apareiller et sen retorna en la soe tente. Li empereres refu herbergez richement; et quant il ot mange si li fist len un beau lit et se cocha et quant il senti que les gens se reposoient par lost si monta sus un cheval toz deschauz et sen fui et si home sen alerent.

CHAPITRE XXV.

Quant il fu en lost de ses gens il prist un moine Grec si lenvea au roi et li manda que il se partist de sa terre; et se il ne sen partoit il li mosterroit que il ne lamoit pas ne sa conpaignie. Quant li rois oi ce et sot la novele de Kir Sac si comanda a descharger les chevaus des nez et atorna ses gens et les mist en escheles et chevaucha cele part ou Kir Sac estoit. Quant Kir Sac sot que li rois se venoit combatre a lui si atorna ses batailles et se mist a chevaucher contre lui. Il aprocherent tant que il hurterent ensemble. Mais ne dura gaires la bataille car li Grifon furent desconfit et sen fui Kir Sac et ses gens es montaignes fors aucunz qui furent morz ou pris. Li rois prist la herberge ou il fist moult grant gaaing et sen retorna a Lymecon et esposa la damoisele que sa suer ot amenee. Et lors arriva a Lymecon li rois Guis qui ot este roi de Jerusalem et vint de lost en une galee. Kir Sac se parti des montaignes et sen ala a Nicossie qui est arcevesche et est la maistre cite de Chypre et siet en mi lisle. Quant li rois dengleterre le sot si atorna son herre et mut o tout son ost par terre et sa navie le costoia par mer tant que il vint a une vile que len apele Quit et de la si mut por aler envers Nicossie.

CHAPITRE XXVI.

Quant il vint a une autre vile qui a nom Tremetossie si encontra la Kir Sac o tout moult grant gent qui se venoit a lui conbatre. Les escheles assemblerent mais en la fin ne porent li Grec soffrir les Latins si furent desconfiz moult malement car moult dura la chace et moult en i ot de morz et de pris. Quant Kir Sac qui estoit de grant cuer et estoit fel et engres vit que il perdoit tout sanz recovrer de fine angoisse que il ot sabandona et se feri en la greignor preisse de gent tant que il vint au roi; et Kir Sac le feri dune mace que il tenoit un grand cop et tant de gent murent a lui que il fu portez a terre et fu pris. Onc puis li rois ni trova nul contrest en la terre ainz li furent lorz tuit li chastel rendu et il si fist metre Kir Sac en traversainz et en aneauz dargent et envoia lui et sa feme et sa fille a Margat en la garde de lospital. Li rois adreca le fait de Chypre et i laissa gent por garder la et sen parti et enporta grant avoir que il gaaigna en la terre et arriva en lost devant Acre.

CHAPITRE XXVII.

Dedens ce que il arriva devant la cite dacre Salahadin faisoit venir une grant nef degypte que len diseit que ce estoit un dromont; la quele estoit moult bien garnie de gent et darmes et de fue greseis et moult grant plente de viandes por conforter les Sarrasins et anuier les Crestiens. Il avoit dedens serpens vives a grant plente por faire entosche et por laisser aler par lost des Crestienz. Ensi come li rois Richarz apercut et sot que la devant dite nes aprocheit devant la cite dacre et que ele venoit au secors et au confort des Sarrasins il comanda tantost les galies a garnir et a armer et que len alast envair et conbatre cele nef. Les galees furent apareillees isnelement et tost et fu comite et cheveteine Raymont de Bone Done. Hardiement la ala envair et cil de la nef se deffendirent vigorosement se rienz lor peust valoir. Mais Jhesu Crist qui ne deguerpist mie les suens dona victoire au roi dengleterre si que ses galees conquistrent la nef et lesfondrerent en la mer. Et ensi peri quan que il ot dedens et se afoibli li cuers et la volente des Sarrasins qui estoient dedenz la cite dacre.

CHAPITRE XXVIII.

Quant li rois de France sot que li rois dengleterre venoit et que il avoit feme espousee si en fu moult dolenz; et por ce ne laissa il mie que il nalast encontre lui. La fu li rois de France de si grant humilite que il descendi de son cheval a terre et prist la feme dou roi Richart entre ses braz et mist a terre hors dou batel si come len dit.

CHAPITRE XXIX.

Quant li rois Recharz fu devant Acre il se herberja de lautre partie de la cite ce est assaver devers Casal Ymbert si que li rois de France fu herberge dune part et li rois dengleterre de lautre. Li nobles rois de France faiseit assaillir asprement o ses engins de la soe partie ceauz de la cite et li rois dengleterre dautre part faisoit ausi de perillos assaus a ceauz qui estoient enclos en la cite si que la muraille de la devant dite cite furent depecie par assiduel batement des perrieres. Quant cil de la cite virent que il estoient si durement assailliz et gregez et que Salahadin ne les poeit aider ne secorre il orent conseil entreauz de rendre la cite as Crestienz; car il se apercurent et conurent que il ne la poeent plus tenir. Car li enging dou roi de France avoient si brisez et abatuz les murs de la cite que len i poeit entrer et venir a eauz main a main et la renomee dou roi dengleterre et de ses faiz les avoit si espaventez que en grant desperation les avoit mis de lor vies. Li chevetaine des Sarrasinz qui estoient en la cite se desespererent durement dou fait de Salahadin qui ne les poeit mais aider ne rescorre. Li Crestien les avoient durement asseges et cort tenus. Si manderent au roi de France priant et requerant que il deust respiter les assauz et lor donast fiance de venir parler a lui. Li message des Sarrasins issirent de la cite et vindrent parler au roi en sa tente et distrent que il li rendroient la cite en tel maniere que il peussent aler sauf et seur en la paenisme il et lor femes et lor enfanz et lor avoirs. Li rois lor respondi que ce ne feroit il mie car la citez estoit soe et tuit cil qui dedens estoient; mais se il se vosissent rendre en sa merci il les recevroit sauves lor vies.

CHAPITRE XXX.

Dedenz ce que il parlerent au roi de France li rois dengleterre por despit dou roi de France que il ne li avoit fait assaver fist assaillir moult asprement la cite. Ensi come li Sarrasin qui estoient avec le roi de France virent que il assailloient la cite moult lor ennuia; si distrent au roi de France: Sire nos somes venuz a vostre fiance et cuidiens que vostre fiance deust valeir a nos et a ceauz de la cite jusques a tant que nos retornisiens. Nos veons que li rois dengleterre grege moult durement ceauz qui sont dedenz la cite dont nos vos preons que vos nos donez conge de retorner dedens la cite puis que vos ne navez poer de deffendre lassaut. Ensi come li rois de France sot que li rois dengleterre assailloit la cite sur la fiance que il lor avoit donee moult li ennuia. Il dona conge as Sarrasins et les fist conduire en la cite et lor comanda que il se deussent bien deffendre; et li rois meismes dou corroz que il ot comanda a toz sez homes que il se deussent armer por aler assaillir le rei dengleterre; et il meismes avoit ja lacees ses chauces de fer se li preudome de lost ne ni fussent survenus qui le rapaiserent dou faire. Grant damage y eust eu le jor la Crestiente. Li Sarrasin qui entrerent en la cite se deffendirent si asprement dou roi Richart que il ni ot le jor point de honor et i perdi moult de ses homes.

CHAPITRE XXXI.

Apres ce se rapaiserent ensemble li rois de France et li rois dengleterre et comanderent a assaillir la cite asprement et sanz esparaigner. Et quant li Sarrasin virent que il ne poeent plus en avant il manderent a Salahadin requerant que par le sairement que il lor avoit fait que il les deust rescorre et oster le siege qui esteit devant Acre. Salahadin lor manda disant que il ne les poeit rescorre et que il feissent le meauz que il porroient. Apres ce mandement Caracois qui estoit cheveteine en la cite manda as rois preant et requerant que il li donassent fiance de venir parler avec eauz. A envis li otroierent la fiance. Il vint hors de la cite en la tente dou roi de France la ou li rois dengleterre et li autre baron estoient assemble ensemble. Caracois lor dist que il lor rendreit volentiers la cite dacre sauves lor vies par tel covent que se Salahadin rendist la Sainte Crois que li Crestien avoient perdue a Carnehatin quant li rois Gui fu desconfit et pris; et tuit li prisonier qui estoient en sa prison que il les laissast aler sauves lor vies. Et se il avenist que Salahadin ne maintenist ce que je ai dit nos remaindrons en vostre merci de faire de nos come de vos esclas. Li dui roi otroierent a Caracois la devant dite covenance et adonques rendirent li Sarrasin la cite dacre. Ce fu en lan de lincarnation de Nostre Seignor Jhesu Crist .m c lxxxxi. an al onzeime jor dou mois de juing.


LI VINTESISIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Li Crestien firent grant joie et entrerent a grant joie et a grant loenge dedenz la cite dacre rendant graces a Deu de ce que il par sa misericorde avoit delivree la cite dacre des mains des Sarrasins. Apres ce que Acre fu randue as Crestienz li rois de France et celui dengleterre adrecerent les gens de lost et lor comanderent que il se herberjassent en la cite. Li rois de France entra puis en la cite et se herberja en la cite dedens le chastel; et li rois dengleterre ala herberger a la maison dou Temple et li autre chevalier se herbergerent par les ostels de la vile qui estoient des borgeis. Et li borgeis cuiderent entrer en lor maisons. Cil qui estoient herberge lor deffendirent et distrent que ja ni entreroient car il les avoient conquises; et li borgeis de la cite vindrent au roi de France si li prierent que il ne soffrist que len lor tolist lor heritages car li Sarrasin lor avoient tolu par force: Et vos estez venus por delivrer le reiaume de Jerusalem et il ne seroit pas raison ne droit que nos fussienz deserites de nos maisons. Car cil qui i sont ne nos i laissent entrer ainz dient que eles sont luer et les ont conquises sur les Sarrasinz. Dont nos vos prions por Deu que vos ne soffrez que nos soyons deseritez de nos heritages. Li rois de France manda querre le roi dengleterre et les autres baronz por avoir conseil de ladrecement de la cite. Quant il furent assemble ou chastel dacre la ou li rois de France estoit herbergez il meismes comenca la parole des borges dacre et lor requeste coment il li avoient pree que il meist conseil par quoi il ne fussent deserite de lor heritages car il ne les avoient vendus ne engages mais li Sarrasin lor avoient tolu par force. Et je di que nos somes ci venus non mie por terre avoir ne heritage ne autrui maisons tolir. Nos somes venu por Deu et por le sauvement de nos armes et por conquerre le roiaume de Jerusalem que li Sarrasin avoient tolu as Crestienz et que nos le deussienz rendre et metre le en mains de Crestiens. Et bien me semble que puis que Dex nos a done le poeir que nos avons conquise ceste cite il ne seroit pas raison que cil qui ont lor heritages les deussent perdre. Ice est mon conseil se vos vos y volez acorder. Li rois dengleterre et li autre baron si acorderent au conseil que li rois de France avoit dit et distrent que tuit cil qui porroient mostrer par prevelige ou par garentie que il y eust maison ou heritage que il fust suen et que len li delivrast. Puis atirerent des chevaliers qui estoient herbergez es maisonz que il avoient prisez des quels heritages il se disoient dessaisi que il les i deussent soffrir a herberger tant come il vodroient demorer en la Terre.

CHAPITRE II.

Salahadin qui estoit herberge au Safran avoit promis au roi de France et dengleterre quant la cite lor fu rendue que il lor rendroit la Sainte Crois et un Crestien de ceauz que il avoit en sa prison por .i. Sarrasin de ces qui estoient en la cite dacre. Il li otroierent car volentiers eussent delivres les Crestienz de la prison des Sarrasins. Salahadin prist jor de complir le covenant que il avoit promis. Lon dist que il fist venir la greignor partie des prisoniers que il avoit en son roiaume et fist aporter des crois que il avoit gaaignees es iglises dou roiaume et fu atire que il devoit rendre les Crestienz et recevoir les Sarrasins. Au jor que il avoit pris ne vost venir ainz manda requerre un autre jor et dist que il avoit eu essoine et que il ne post venir au jor que il avoit pris. Li roi avoient grant talant de ravoir la Sainte Crois. Il orent conseil et li donerent un autre jor. Au jor qui fu nomez entreauz li roi et la chevalerie de la Crestiente et toutes les gens darmes furent apareillez a escheles faites. Li prevoire et li clerc et la gent de religion furent revestu et issirent de la cite dacre deschauz et o grant devocion et vindrent ou luec que Salahadin lor avoit nome. Ensi come il furent la venu et cuiderent que Salahadin lor feist aporter la Sainte Crois il se retraist arriere et ressorti des covenanz et de la promesse que il avoit fait. Dont li rois de France et cil dengleterre se tindrent por engingne et grant dolor ot entre les Crestienz et si ot le jor espandues moult de lermes et toutes les gens de lost furent moult troblez et iriez.

CHAPITRE III.

Quant li nobles rois Richart vi le pueple plorer et gaimenter de ce que Salahadin les avoit engignez il ot grant pitie. Si vost apaiser le pueple qui estoit en grant angoisse. Il comanda que lon li amenast les Sarrasins que il avoit pris en sa partie. Ensi come lon li amena il les fist mener entre lost des Sarrasinz et des Crestienz et estoient ensi pres que li Sarrasin les poeent bien veeir. Li rois comanda tantost que lon lor deust coper les testes hardiement. Il mistrent main et les ocistrent ilec veant les Sarrasinz. Il furent par nombre .xvi. mile. quant Salahadin vit que li Sarrasin qui furent pris en la cite dacre furent ocis voyant lui il douta que la Crestiente ne li tolist le reiaume de Jerusalem. Dilec se parti et vint a Escalone et la fist abatre por ce que Escalone estoit une fort cite sur la marine. Quar il douteit le rei de France et celui dengleterre que il nalassent asseger la devant dite cite et se il leussent assege et prise il esteust Salahadin par autre chemin aler en Egypte que par celui de Gadres car ce est le plus cort et le plus aaise chemin qui soit por aler de Surie en Egypte.

CHAPITRE IV.

Apres ce fait Felipe li cuens de Flandres acocha malades de une maladie grant dont il morut. Il doutant la maladie en quei il estoit manda querre le roi de France; car il avoit grant talent de parler a lui anceis que il morust. Li rois vint la ou li cuenz giseit malades. Quant il orent parle ensemble li cuens li dist que il se deust garder car il y avoit gens qui estoient en lost qui avoient juree sa mort. Je ne sai mie a dire li quel ce furent. Li rois tint en son cuer ceste parole et fust troblez durement et corrociez dont il chei en une maladie grant de doble terceine. La maladie li agreja si durement que a poi que il ne fu mort. En cele maladie ou il gesoit li rois Richart sapensa dune grant felenie coment il peust tuer le roi de France sanz metre en lui main car il se sentoit colpables vers le roi dont reproches li devoit venir. Il se assotilla de oster la reproche ou la persone dou roi de France eust corroz. Ensi li rois Richarz se sentoit colpables de moult de mesfais que il avoit pense contre le roi de France. Li uns si estoit de ce que il avoit afiee et juree sa suer et sen estoit repentis et avoit esposee Berengere la suer dou roi de Navarre et autre ennui que il li avoit fait au siege dacre que il atraeit les homes dou devant dit roi a lui par dons et par ses promesses.

CHAPITRE V.

En cele maladie ou li rois de France geseit li rois dengleterre si ala veeir et visiter le roi. Ensi come il lot visite il li demanda de sa maladie coment il li estoit li rois li respondi que il estoit en la manaye de Deu et se senteit moult greges de la maladie. Puis li dist li rois Richars: De Loys vostre fiz coment vos confortez vos. Li rois de France li demanda: Et que a eu Loys mon fiz par quoi je me doie conforter. Por ce dist li rois dengleterre vos sui je venus conforter car il est morz. Lors li dist li rois Phelipes: Il me estuet ores plus conforter car se je muir en ce pais li roiaumes de France remaindreit sans heir. Tantost li assoaja la maladie et la chalor le laissa et li rois Richart prist conge et sen parti. Il cuida bien avoir faite sa volente mes malice ne puet aler avant la ou Dex vuet metre sa grace. Laide felenie fu cele que li rois Richart cuida faire verse le roi de France car il ne sen joi gaires et li reproches remest a lui et a ses heirs. Quant il sen fu partis il apela le duc de Borgoigne et Guillaume des Barres et des autres qui estoient de son prive conseil et lor demanda par le sairement et par la fiance que il li avoient fait se il savoient noveles de la mort de son fiz Loys que il li deussent dire. Li duc de Borgoigne li dist: Des puis que vos venistes au siege dacre vaisel ne vint doutre mer qui tel noveles aportast. Mais li rois dengleterre le vos dist par felenie et par malice car il vos cuida trobler en la maladie dont vos ne deussiez mais lever dou lit.

CHAPITRE VI.

Li rois de France conoissant la volente dou roi dengleterre il nen fist plus de semblant ainz manda querre les mieges et lor dona de beauz joiaus et lor proia que il le deussent conseiller coment il peust tost garir de cele maladie. Li miege i mistrent lor conseil et Dex i mist sa grace dont il amenda de cele maladie. Tantost comanda que lon li apareillast galees que il peust passer la mer. Les galees li furent apareillees. Lors apela le duc de Borgoigne et touz les chevaliers de France et lor comanda et dist que il deussent estre au comandement dou duc de Borgoigne et li dona une grant partie de son tresor et li comanda que il fust en son luec. Lors se mist le rei en ses galies et passa la mer. Ensi come il estoient ou golf de Satalie un grant torment les prist un jor et une nuit. Li rois demanda quel hore il estoit il li distrent que bien estoit mie nuit. Lor dist li rois: Naies poor hui mais que les gens de religion de France sont esveillez il prient por nos Deu. Nos ne dotons hui mais peril. Tantost sabonaca la mer et il alerent par lor jornees tant que il arriverent a Brandis. Dileques se parti li rois et ala a Rome. Ilec parla a lapostoile et li mostra lerrement de lost qui estoit en la terre de Jerusalem. Len dist que il por ce se hasta del aler que autre ne se meist ou contee de Flandres por ce que li cuens Felipe de Flandres estoit morz et la devant dite contee li estoit escheue.

CHAPITRE VII.

Or vos laironz a parler dou roi de France si dirons dou rei dengleterre et des baronz qui la demorerent. Len fist assavoir au roi dengleterre que Salahadin avoit fait abatre Japhe et Escalone si assembla les barons de lost et lor dist que plus legere chose estoit de fermer un chastel que de prendre le par force et que il avoit empris a aler fermer Japhe et Escalone se il si acordoient et y vosissent aider; car se len avoit fermees ces .ii. fortereces qui sont sur mer plus legierement en porroit len recovrer Jerusalem. Li dus de Borgoigne et li autre baron si acorderent et dist chascunz en droit soi que il movreit. Lors fist li rois Richarz volentiers crier les soz et retint toz les chevaliers et les Turquoples qui vostrent prendre ses soz; et si retint .ii. mile sergenz a pie archiers et arbalestriers; et toz les hauz homes dou roiaume qui estoient deseritez demorerent a ses soz; et si retint maconz et charpentiers et ovriers tant come il en trova et ostilz fist faire a grant plente. Et firent charger viandes et harnas en vaissiauz et mut tout lost par terre et par mer por aler a Japhe. Ensi come toz li oz fu partis dacre et fu pres dou flum de Cayfas en un lue que lon claime la Raine Monde a .ii. liues dacre Salahadin qui avoit seu lor emprise et lor muete ot amene son poeir et fu o lui son frere Saif Edin. Si envoia ses hardeors et assaillirent lost des Crestienz en celui luec que je vous ai nome et les tindrent moult pres et les hardeoient durement. Si que Jaque daveine et Hue de Tabarie qui faisoient lariere garde i furent moult charge et moult i soffrirent et si contindrent come bons chevaliers; et si ne lor failli hardois grant et fort tant que il orent passe le flum de Cayfas et se herbergerent en la Paumeree. Lors se traistrent li Turc arriere et se herbergerent au Caymont et diluec sen alerent a un lue que len apele Trosse Paille la ou sort le flum de Japhe. Li Crestien chevaucherent devant Cayphas et devant le destroit et par mi Cesaire sanz trover nul encombrement tant que il vindrent a Arsur. Et quant il vindrent la si troverent grant plente de Turs qui lor corurent sus et les hasterent moult; si que il y ot moult grant poigneis et fort meslee et i fu mort li cuenz dauverne. Et moult le fist bien celui jor Gautier de Bessan si que il enporta le los de cele besoigne. Li Turc sen partirent et sen alerent en lor herberge et li Crestien se logerent devant Arsur; et furent la le jor et lendemain por atendre lor vaisseaus. Lendemain a tierce li Turc corurent sus as escuerz qui estoient alez en forrage. Li criz leva en lost. Si avint que Jaques daveines sailli premiers a cri et acueilli a chacer les Turs et ot po de gent o lui et chaca par font en la forest. Tant que li Turc que il chaceit virent que po de gent les sivoit et que nus ne venoit apres si tornerent moult asprement et se ferirent par mi ce po de Crestienz qui la estoient; si les esparpeillerent si que onques puis li unz ne se tint o lautre. La fu abatus Jaques davene qui moult se deffendi fierement come bon chevalier; mais a la foison des Turs ne valut riens deffense que il ne fust ocis et la teste copee. Et le remanant de ceauz qui o lui estoient furent que mort que pris. Quant la novele vint en lost toute lost sailli a cri et alerent tant que il vindrent la ou il troverent le cors de Jaque davene sanz teste si le prirent sanz aler plus avant et lenporterent en liglise de la vile a duel et a cri et fu moult plaint come cil qui moult estoit amez de toz ces qui le conoissoient.

CHAPITRE VIII.

Quant vint le soir li dus de Borgoigne assembla toz les riches homes dou roiaume de France qui estoient en lost et lor dist: Seignors vos saves bien que nostre sires li rois de France sen est alez cui Dex conduie et que toute la flor de la chevalerie de France est demoree et li rois dengleterre ne na que un po de gent avers ce que cil de France sont. Et se nos alom ensi o lui et nos i faisom aucun bien toz li los en sera suen et si yert au roi et a nous tous honte et grant reproche; et dira len que il sen est fuiz et li rois dengleterre remes au besoing et dira len a toz jors mais que li rois dengleterre aura recovree la terre de Jerusalem. Quel conseil dist li dus de Borgoigne as Franceis en donrez vos. Tez y ot qui distrent que bien disoit li dus et que bien si acordoyent a son dit et au retorner arrieres; et de tes y ot qui ne si acorderent mie ains distrent que plus grant honte lor seroit le retor puis que il estoient venus tres que la et que ce deussent il avoir pense ainz lor partir dacre. Li dus de Borgoigne ne se retraist de son dit aunz sen retorna et dist: Qui vodra si sive les Engleis. Quant ce vint lendemain li rois dengleterre mut lui et sez gens et ceauz qui sivre le vostrent tant que il vindrent o grant flum de Japhe. Lors fist len assaver au roi dengleterre que li dus de Borgoigne sen estoit retornez vers Acre et maint autre o lui. Li rois sen merveilla moult et dist que grant faute avoient fait; ne por ce se il avoient fait lor honte il ne feroit pas la soe ains porsivroit ce que il avoit empris. Si chevaucha tres que a Japhe et la se herberja et fist atirer ses ovriers et comencer son labor. Il troverent les fondemens et grant partie des murs et des votes si en firent plus tost lor labor. Quant li mur dou chastel qui porprenoient tout le tertre furent parfait et les torz furent leveez un estage et li bors fu refermes li rois garni le chastel et le borc de gent et de ce que mestier y avoit et sen parti o tout son ost et ses ovriers et sen ala a Escalone.

CHAPITRE IX.

Quant il vint a Escalone si li fu avis que trop covenroit grant labor et grant garnison a fermer tout le tertre qui devant avoit este ferme car trop y avoit grant afaire; lors parti le tertre et en prist une partie devers le plus haut et comenca son labor. Li dus de Borgoigne quant il fu venus a Acre ne vesqui gaires apres ains le prist une maladie dont il morut. Salahadin parti son ost et bailla lune partie a son frere Seif Edin et lenvoia au siege dou Saphet qui est un chastel dou Temple et lassegerent de pres et le destrainstrent dengins et dassaut. Et Salahadin o tout les autres sen ala au siege de Beaufort un chastel de Renaut le seignor de Saete; si le refist moult destreindre dengins et dassaut. Il avint ensi que a lore que Salahadin vint devant Beaufort que Renaut le seignor estoit dedens. Dont Salahadin le manda que il venist parler a lui et li envoia sa fiance par une corgee que il tenoit en sa main et une toaillete de ceinture et un anel de son doi. Renaut vint a lui sur cele fiance et quant il fu devant lui il li dist que il li rendist le chastel. Renaut de Saete li respondi que il ne len rendreit point ne rendre ne li poeit ne deveit; car li chasteauz nestoit mie suenz ains estoit de la Crestiente. Salahadin le fist lors prendre et pendre par lun des bras et lautre braz fist lier a un arbre. Il nen fist onques semblant de rendre le chastel ne cil dou chastel ne mostrerent semblant que il lor en chausist rienz ainz faisoient semblant de traire a lui; car ensi le lor avoit il comande au partir que il fist deauz. Quant Salahadin vit ce si le fist metre en gros fers et lenvoia a Domas en prison. Li chasteau Saphet et Beaufort ne se porent plus tenir come cil a cui toutes manieres de viandes estoient dou tout faillies; quar il avoient este assege de po de gent plus de .ii. ans. Si se rendirent sauves lors vies; et cil de Beaufort delivrerent Renaut lor seignor de prison lui diseime de chevaliers au rendre dou chastel. Quant Salahadin ot eu ces .ii. chasteaus si sen ala a Beau Veir qui estoit del Ospital de Saint Johan et au Crac et a Mont Real et les ot toz ausi a fiance car il avoient este assege .ii. anz ou plus.

CHAPITRE X.

Quant li rois Richars ot parfait son labor et fermee Escalone ensi come vos avez oi il sot que li Turc tenoient .ii. chasteauz pres descalone a .iii. liues qui a nom le Daron. Si mut sodeinement et y ala et lasseja et tant le destrainst et greja par enginz et par assaut que il les prist par force. Au tiers jor si les fist abatre et sen retorna a Escalone; et lors garni Escalone moult bien de gens et dautres choses et sen retorna a Japhe et tint la son estage une piece. Tant come il demora a Escalone et a Japhe il tint si pres la marche que il estoit tant doutez que sa poor estoit es cuers et es boches des Sarrasins si que quant lor enfanz ploroient il lor disoient: Taisez vos vez ci lengleterre qui vient. Et quant lor chevauz se effreoient cil de ce joeent si lor disoient: Que est ce lengleterre devant nos. En celui tens prist il une carevane moult grant qui aloit de Babiloine a Domas en quei il gaaigna bien .mm. besanz. Puis que il ot tout conpli et fait il sen revint sejorner a Acre.

CHAPITRE XI.

En celui point que li rois dengleterre estoit au siege dacre li Templier parlerent a lui et achaterent de lui lisle de Chypre. Et fu li marchez de la vente cent mile besanz Sarrasinaz. De quei il li en payerent les .xl. mile et les dut atendre des .lx. mile a payer par termines des rentes de Chypre; et la recurent et la gent dou roi sen partirent. Entre tant come li Temples tenoit Chypre li Grifon de la terre sapercurent que il avoit en lisle po de Latins si se assemblerent sodeinement a Nicossie par achoison dou marche qui assemble le samedi. Et le dimenche orent empris de assaillir sodeinement les Latins et de ocirre les toz. Aucun le fist assaver a frere Arnaut Bochart qui estoit grant comandor en Chypre. Il assembla ce que il pot de Latinz et se mist dedens le chastel de Nicossie qui moult est feible; car il nestoit mie tel come li rois Gui le fist puis. Quant il se furent mis en ce povre chastel si ne se troverent mais que .xiiii. chevaliers et autres gens a cheval .xxix. et a pie .lxxiiii. et sanz viande. Si se douterent moult et manderent as Grex que il les en laissassent aler et il lor guerpiroient toute la terre. Cil respondirent que il nen feroient rienz ainz les ocirroient en venjance de lor parenz que li Latin avoient tuez. Quant frere Arnaut Bochart qui estoit bonz chevaliers et seur oi ce si dist as autres: Seignor vos oez la cruaute qui est en ceste gent et la felenie que il ont vers nos por quoi je loeroie que nos alissons morir come prodes homes. Il si acorderent toz. Quant ce vint lendemain en laube dou jor il oirent la messe et se confesserent et acomenierent come cil qui entendoient a aler a la mort; et issirent soudeinement et se ferirent es Grifons qui ne sen gardoient ne ne cuidoient que si po de gent osassent tel chose enprendre si que il ne se estoient de rienz garniz. Si se mistrent a desconfiture et li Latin les acueillirent a chacer par mi les rues et ocistrent toz ceauz que il ateinstrent si que loccision i fu moult grant. Si avint que moult grant assemblee de gent se mistrent dedenz une iglise de Nostre Dame por eauz garentir. Li Latin entrerent en liglise et les ocistrent toz et tant en i ot de morz que cil qui les tuoient estoient ou sanc tres que en mi jambe. Lors alerent par mi la vile et pristrent quan que il troverent de bestes et de robes et davoir et lors demorerent en pais et asegur. Mais les viles de la terre furent vuidees car li vilain furent si effree que il sen fuirent en la montaigne. Li Templier virent que il ne poeent rienz traire de la terre si sen tindrent moult a enconbrez et furent moult entrepris que il porroient faire de garder lisle et de paer la dete que il devoient dessus .lx. mile besanz au roi dengleterre.

CHAPITRE XII.

Quant li rois Gui qui avoit perdu le reaume de Jerusalem por la mort de sa feme la reine Sebile et de ses enfanz vit que li Temples se tenoit a encombrez de lisle de Chypre il fist parler a eauz et fina ensi que il lor paya les .xl. mile besanz que il avoient done au roi Richart; et prist sur soi a rendre li les .lx. mile besanz que il avoient promis a rendre; et sen ala en Chypre et la recut des Templiers. Et en son aler mena o lui toz ceauz qui vostrent aler prendre fiez. Quant il ot la terre il manda assegurer les vilains et regarni les citez et les chasteauz; et si manda par toutes les terres entor lui que toz les chevaliers et les Turquoples et li borgeis qui vodroient fiez et terres venissent a lui et il lor donroit. Dont il y vint gent dou roiaume de Jerusalem et de Triple et dantioche et dermenie. Et furent establi li fie a quatre cens besanz blans le chevalier et a trois cenz besanz blanz li Turquoples a .ii. chevaucheures et hauberjon; et furent assene en terre et dona borgesies es citez. Quant li rois Guis ot ensi pueplee la terre si morut et ne vesqui que .xi. mois. Quant il vint a la mort il comanda que len alast querre son frere Jofroi de Lisignan qui estoit ainz nez de lui.

CHAPITRE XIII.

Or laironz une piece a parler de lisle de Chypre. Si vos dirons de la terre de Surie. Il avint que li marquis Conrat fu alez a Sur et ot menee o lui la reine Ysabel. Quant il vint la si trova un chevalier qui estoit son bailli a Sur et avoit nom Bernart dou Temple; si avoit areste un vaissel de marcheans qui estoient de la terre do Vieil des Haississis et avoient grant avoir. Li marquis fu coveitos de cel avoir retenir. Dont Bernart dou Temple dit au marquis: Je vos en delivrerai moult bien si que parole nen sera jamais oie. Lors les fist une nuit noier en la mer. La chose ne pot estre celee que le Vieil ne le seust; si que il envoia ses messages au marquis qui li requistrent les homes et lavoir. Li marquis respondi que il navoit ne home ne avoir dou Vieil. Li messages dist que son seignor estoit tel home que bien sauroit venger sa honte et son damage et se leva et sen parti sanz conge prendre. Li marquis se assegura en ce que il ne lavoit desfie si ne se vost garder. Li Vieilz qui a en costume de avoir de ses Haississis pres des hauz homes por eauz acointer de loinz avoit .ii. de eauz fait aler au marquis. Et vindrent par coverture devers la paenime en semblance de memelos et demanderent batesme. Li marquis les fist bateer et mist a lun nom Conrat et fu son parrein. Balienz dybelin fu parrain de lautre. Quant cele chose des marchaanz fu avenue si come il est devant dit lor seignor le Vieil lor manda que il oceissent le marquis. Il gaiterent lor point tant que vint un jor que li marquis sen veneit de ches levesque de Beauvais ou il avoit mange; et ensi come il vint au Change cil dui batee qui se seoient sur le Change ou il latendoient saillirent sus ausi come se il se levassent encontre lui et lors se lancerent vers lui et le ferirent de lor coteaus et le ocistrent.

CHAPITRE XIV.

Aucunes gens distrent que ce fist faire li rois dengleterre et que il avoit tant fait envers le seignor des Haississis que il envoyoit en France por ocirre le roi Phelipe; et ja fust ce par aventure que ce ne fust mie voir o fust voir. Si fist len assavoir au roi de France que ensi avoit fait li rois dengleterre. Quant li rois de France ot oies ces noveles si en ot grant poor si se fist bien garder; et fu lonc tenz que il ne laissa nului venir devant lui que il ne coneust. En celui point que li marquis fu ocis estoit li rois dengleterre a Acre. Quant la novele vint a Acre que li marquis estoit ocis li rois dengleterre monta tantost a cheval si come len dit et sen ala a Sur et mena avec lui le conte Henri de Chanpaigne qui estoit ses niez. Por ce fu mescreu de maintes gens que il eust colpes en la mort dou marquis; car li marquis fu ocis le mardi et il fist esposer sa feme le juesdi a son neveu. Quant li cuenz Henris mut de Chanpaigne por aler Outre mer il estoit tenant et prenant de la contee de Chanpaigne. Il la laissa a sa mere et bailla en garde et ele li envoia tant come il vesqui les rentes de la terre et si payoit les detes que il faisoit. Ensi tint li cuens Henris sa terre tant come il vesqui dont maintes gens se merveillerent puis dist len que si hoir furent deserite de la contee. Il demora a la contesse de Chanpaigne un fiz et une fille qui frere et seror estoient dou conte Henri; dont la fille fu mariee au conte Baudoin qui puis fu empereres de Costantinople. Et li valles apres la mort dou conte Henri et de la contesse sa mere li rois Phelipes le fist chevalier et li dona la contee de Tibaut; et si ot a feme une seror dou roi de Navarre et seror de la reine dengleterre la feme dou roi Rechart.

CHAPITRE XV.

En ce que li rois Rechart demoroit a Acre Salahadin assembla son ost et fist charger engins et armeures et ala asseger Japhe et comanda a faire assaillir le borc moult durement. La novele en vint a Acre au roi. Li rois vit que li plus des pelerins sen estoient retornez en lor pais et que il navoit mie gent a lever le siege si en prist a rescorre Japhe par mer. Et en tant come len chargeit es vaisseaus les gens et les chevaus et les viandes li rois mut o tout .ii. galies et tant de gent come il i pot entrer. Et sen ala a vele et a rins tant come il pot si que il vint a Japhe lendemain au solail levant. Et quant il fu la venus il trova que li Turc avoient pris le borc et estoient dedens. Il descendi ou chastel et fist metre ses banieres sur les tors. Len fist assaver a Salahadin que li rois estoit venus par mer ou chastel. Il dist a son frere Seif Edin: Vos ferees corteisie se vos envoiees a vostre frere le roi de vos chevaus car il est a pie. Entre le roi et le Seif Edin sapeloient dacointance; Saif Edin prist .ii. de ses chevaus bons et beauz et les envoia au roi et li manda dire que roi ne se devoit pas combatre a pie.

CHAPITRE XVI.

Quant li rois les ot receus si fist monter sus et les fist assaer et eschaufer; si trova que il estoient moult bien en frain. Si monta sur lun et fist monter Guillaume de Preaus sur lautre et establi ses gens et issi hors dou chastel et se feri es Turs qui estoient ou borc et les mist a desconfiture; et les bota hors par force forz ceauz qui furent pris o morz; et ensi recovra le borc par force. Dedens ce les genz qui venoient apres le roi arriverent et descendirent si que maintenant fu li chasteaus et li bors plain de Crestienz. Quant Salahadin vit ce et sot que il ni feroit rienz si fist son ost desloger den qui et sen retorna en sa terre. Li rois establi le fait dou chastel et sen retorna a Acre. Quant il fu venus a Acre et il vi que ce poi de pelerins qui estoient demores saprestoient de retorner en lor pais et oi noveles que li rois de France lavoit acueilli de guerre et li toloit sa terre il dist au conte Henri de Champaigne son nevou que il avoit marie et fait seignor dou roiaume de Jerusalem que il feroit trives as Sarrasins et iroit en son pais et que il assembleroit grant avoir por lui aider et secorre.

CHAPITRE XVII.

En ce point que les trives durent faillir li cuenz dist que se il le voloit ensi faire bel li seroit; mais por Deu ne lobliast mie car il savoit bien coment il le laisoit en cel pais. Li cuens Henris por ce que il estoit sires de la terre si aferoient a lui les trives a requerre. Il les requist a Salahadin. Salahadin sot bien que li rois dengleterre et li pelerin qui la estoient sen retornoient en lor pais; il li manda que nules trives ne li donroit se li rois dengleterre ne faisoit abatre Escalone que il avoit faite fermer. Quant li rois dengleterre oi ce que il li covenroit abatre le chasteau que il avoit ferme se il voloit trives avoir si en fu moult dolens que tant descrestroit la terre de son nevo et si bone terre come est Escalone. Puis dist au conte Henri: Beauz niez je ne puis plus demorer en cest pais ainz men vueil aler; ne por Escalone abatre ne lairoie je mie que je ne men alasse. Ainz prendrons les trives et je a laide de Deu se je vif et je ai sante je vos amenrai tant de gent que nos raurons Escalone et toute la terre et porteres corone en Jerusalem. Et ensi furent les trives donees et faites que len abati Escalone. Li Crestien orent Japhe et Arsur et Cesaire et Caiphas et Acre et Sur. Ces lues o lor apartenances furent en la trive. Apres Salahadin vost amender a Renaut de Saete ce que il li avoit meffait quant il le prist en sa fiance. Si li dona la moitie de toute la terre de Saete en partison de la cite ausi et sanz partison et li dona Sarfent la vile ou saint Helyes trova la povre feme qui cueilloit la busche et navoit que un petit de farine et de huile por lui et por sa fille; de quoi il fist le miracle que cil huiles et la farine dura tant que Dex envoia la pluye en terre.

CHAPITRE XVIII.

Quant li rois dengleterre ot faites trives as Sarrasins il fist apareiller ses nez et charger de viandes et de gens. Si fist entrer ens sa feme et sa seror et la feme lempereor de Chypre qui morz estoit en sa prison et sa fille et ses sergens et ses chevaliers. Apres ce si vint au maistre dou Temple si li dist: Sire maistres je sai bien que je ne sui mie ames et si sai bien que se je passe la mer que lon le sache je ne venrai je en lue ou je ne soie morz ou pris; por ce si vos pri que vos faites de vos freres chevaliers et sergens atorner qui venront avec moi en une galee; et quant je serai arrives de la si me conduiront ausi come se je fusse Templier jusques en mon pais. Li maistres dist: Volentiers. Il fist apareiller sez gens tout coyement et fist entrer en une galee. Li rois dengleterre prist conge au conte Henri et as Templiers et a ceauz de la Terre et entra en une nef; et quant ce vint au vespre si entra en une galee la ou li Templier estoient et prist conge a sa feme et a sa maisnee. Si alerent li un de une part et li autre dautre; mais ne sot si coyement faire li rois dengleterre que il ne fust apareillez qui entra avec lui en la galee por faire le prendre et ala avec lui tant que il fu arrivez et plus encores. Il arriverent prez daquilee qui est pres dalemaigne a lentree par devers la mer de Grece. Quant li Templier et li rois dengleterre furent arrive il porquistrent chevaus asses et monterent sus et alerent par Alemaigne. Et cil qui en la galee estoit por lui faire prendre ala avec eaus ades et ala tant que il vindrent en un chastel dou duc dosteriche en Alemaigne. Et si avint que li dus dosteriche estoit adonc a sejor ou chastel. Quant cil qui chaceit le roi dengleterre sot que li dus estoit ou chastel si ala a lui si li dist: Sire or dou bien faire que li rois dengleterre est ou chastel de ceste vile herbergez; gardez que il ne vos eschape. Li dus en fu moult liez quant cil li aporta ces noveles por ce que aucune gent distrent que il li avoit laidure dit en lost devant Acre. Dont comanda li dus que len alast fermer les portes dou chastel et que len les gardast. Il sarma et fist armer ses homes et ala al ostel ou il ert herberges et mena avec lui celui qui ces noveles li avoit aportees por lui faire conoistre. Len fist assaver au roi dengleterre que len venoit por lui prendre. Li rois fu surpris si ne sot que faire. Il prist une mauvaise cote si la geta en son dos por lui desconoistre; si entra en la cuisine et sasist por torner les chapons au fue. Mais je ne le di mie por voir mais ensi come aucunes gens le dient. Les gens dou duc dosteriche entrerent en la maison et quistrent de ca et de la et ne troverent se gent dou Temple non. Cil qui le roi dengleterre ot acuse entra en la cuisine et vit le roi dengleterre ou il tornoit les chapons au fue. Si vint a lui si li dist: Maistre leves sus trop y avez este. Puis dist as chevaliers dou duc: Vees le ci prenez le. Il geterent les mains et le pristrent si len menerent en prison. Ilec fu en prison moult grant piece jusques a tant que il vint a raenson.

CHAPITRE XIX.

Or vos dirai dou roi de France que il fist. Quant il oi dire que li rois dengleterre avoit passe la mer et que il estoit arestez en Alemaigne il en fu moult liez por la honte que il li ot faite de sa seror que il avoit creantee que il lesposeroit quant il revenroit et il avoit autre prise. Il semost ses oz et ala en sa terre et prist Gisors et autres chasteaus et arst sa terre une partie. Et si prist le conte de Huincestre qui regarz estoit de Normendie et gardoit la terre. En cel point que li rois dengleterre fu pris en Alemaigne estoit Henris li fiz lempereor Fedric empereres que Fedric avoit laisse en Alemaigne por garder la terre. Quant li rois dengleterre ot este grant piece en prison si prea lempereor que por Deu li aidast et feist metre a raenson et il donroit quan que lon oseroit demander; car il estoit plus dolent de ce que li rois de France li ardoit sa terre et essilleit que de ce que il estoit en prison. Li empereres manda le duc dosteriche por metre le roi a raencon si li mistrent par le conseil dou roi de France; et fu raens grant avoir si come aucunes gens distrent .clx. mile mars dargent. De cele raencon ot li empereres la greignor partie et li dus dosteriche lautre; et li rois de France en ot sa part por la raencon laisser passer par mi sa terre. Apres jura li rois dengleterre sur Sains la raencon a rendre et si en livra bons pleges. Quant li rois fu hors de prison li empereres le fist conduire par mi sa terre et entra en mer et sen ala en Engleterre. Quant li rois fu hors de prison et il fu en sa terre il porquist vistement sa raencon et lenvoia al empereor et aquita son serement et delivra ses pleges. Quant li rois dengleterre ot aquitee sa raencon il passa la mer et entra en Normendie et semost ses oz por aler en Normendie sur le roi de France rescorre sa perte se il peust. Lors comenca la guerre dou roi de France et dou rei dengleterre; mais je ne vos en dirai ores plus jusques a un autre fois.

CHAPITRE XX.

Or vos dirai de lempereor Henri qui en Alemaigne estoit. Li reiaumes de Puille et de Cesile et de Calabre estoit escheus a sa feme puis que sez niez li rois Guillaumes fu morz et quen fist roi de Tancre en la terre. Quant li roiaumes li fu escheus il nen ot leisir daler la que tuit li haut baron dalemaigne furent ale avec son pere. Apres ce quant sez peres fu morz il fu empereres et ot asses a faire et a aler par sa terre et a recevoir ses homages. Quant il ot eu la raencon dou roi dengleterre et il ot loisir il ajosta grant ost et ala en Puille et laissa son frere Felipe qui duc estoit de Soave por estre regart de sa terre. Quant li rois de Cesile oi dire que li empereres venoit en sa terre il ala encontre o tout son ost; et sencontrerent devant une cite qui a nom Naples en terre de Labor et se combatirent et fu li empereres desconfiz. Li empereres se traist arrieres en sa terre. En dementiers que il rassembleit gent por entrer en la terre fu li rois morz. Quant cil de la terre norent seignor si se rendirent al empereor. Un haut home ot en Cesile qui vost tenir contre lempereor lisle et vost dun suen nevo faire roi. Il not mie la force en la terre que aucunes gens furent encontre lui. Quant li empereres ot Puille et Calabre il passa en Cesile et chaca tant ce haut home qui contre lui estoit que il le prist et fist morir de male mort et fist a son nevo crever les oilz. Apres porta corone en Palerme li empereres et sa feme. Encores quant li empereres et lempereris vindrent en Cesile navoient il onques eu enfant; et puis que il vindrent en Cesile fu lempereris grosse et ot un fiz. Et por ce que ele ert de trop grant aage li sembloit que ele ne peust avoir enfant a son avis. Et cil enfes que ele ot si ot nom Fedric.

CHAPITRE XXI.

Quant li rois Gui fu morz la novele en vint a Acre au conte Henri. Il manda a Japhe au conestable Heymeri qui tenoit Japhe et lavoit dou don de son frere le roi Gui et de la reine Sebile sa feme que il venist a lui a Acre hastivement. Cil vint. Si tost come il fu venus devant le conte Henri il le fist prendre et metre en fers et le mist len en prison en une chambre ou chastel dacre. Li conestables se merveilla por quoi li cuens avoit ce fait qui estoit ses sires et il ses hom liges. Si li manda demander por quoi ce estoit. Li cuens dist que il voloit que il li rendist Japhe. Li conestables li respondi que de chose que il navoit ne tenoit il ne feroit nul respons. Preudes homes parlerent au conte Henri et li mostrerent son tort de ce que il avoit mise main sur son home et lavoit areste et pris; et firent tant que il les acorderent. Et fu la pais ensi que li conestables rendi au conte Japhe et li quita la conestablie et tout quan que il tenoit de lui. Li cuenz avoit trois filles de la roine Ysabel Marie et Aeliz et Phelipe; et li conestables Haymeris de Lisignan avoit trois fiz de sa feme Eschive qui fu fille de Baudoin dybelin sire de Rames. Les nons des fiz fu Gui Johan Hugue; et filles orent Borgoigne Aelys Helvis. Borgoigne fu feme de Gautier de Monbeliart Aelys fu mezele Helvis fu feme de Rupin le nevo dou roi Livon dermenie. En la pais dou conte et dou conestable fu ensi que lains ne des fiz dou conestable qui au jor se troveroit esposereit lains nee fille qui seroit au jor .lx. mile besanz que son frere devoit de lachat de Chypre les quelz li rois Richart li avoit donez. Et ensi le jurerent andeuz et le firent jurer a lor homes. Quant ces choses furent ensi acordees et atirees Haymeri de Lisignan ala en Chypre et requist sescheete et il le recurent come seignor et li firent homage.

CHAPITRE XXII.

Quant il ot la terre il douta lempereor de Costantinople qui estoit Grifon. Si ot conseil a ses homes dont il li loerent que il preist sa terre de lempereor dalemaigne. Il prist un message un suen home qui avoit nom Renier de Gybelet et lenvoia en Puille al empereor Henri et li offri son homage et li requist que il li donast corone par quoi il fust rois. Et disoit que bien le poeit estre car en sa seignorie avoit .iii. evesques et un arcevesque latin. Li empereres recut volentiers le mandement et prist lomage par les mains dou message Renier de Gybelet et dist que il devoit passer en Surie et que lors coroneroit le seignor de Chypre a roi. Quant li empereres Henris ot la terre conquise je vos dirai que il fist. Il fist nes et galees et vaisseaus atorner por passer en la terre doutre mer. Il envoia en Alemaigne et fist crier avant que tuit cil qui vodroient povre et riche il lor livreroit viande et passage qui prendre le vodroit. Lors se croisa moult de gent et alerent la ou li empereres estoit por passer. Quant cil dalemaigne furent la arrive et les gens que li empereres y envoia a son cost si prisa lon bien a quatre mile chevaliers et si ot moult de gent a pie.

CHAPITRE XXIII.

Quant li empereres ot tout apreste et il dut mover si le prist une maladie de quoi il fu morz a Brandis ou lassemblee estoit si que len dist que sa feme lempereris Costance lavoit enpoisone. Si tost come li empereres senti le mal et sot que li oz estoit prest de movoir il ne le vost mie destorber par son dehait ainz fist le chancelier dalemaigne chevetaine et mist tout le fait en sa main. Li oz ne fu gaire esloignez de la Puille que il empereres trespassa. En cel tens avoit une roine en Hongrie a qui ses sires estoit morz. Ele demora veve sanz heir et la terre eschei a un frere de son seignor. Ele li vendi son douaire si ala Outre mer o tout lavoir et mena chevaliers et sergens avec lui. Si passa au passage des Alemanz quant il passerent et arriva a Sur; et li cuenz Henris la recut a grant joie et il li dut bien faire car ele estoit sa suer. Sa mere avoit este feme dou vieil roi Henri dengleterre et suer estoit dou roi Phelipe de France. Cele dame ne vesqui puis que .viii. jors apres ce que ele fu arrivee a Sur. Si demora cel avoir au conte Henri mais po en joi.

CHAPITRE XXIV.

Ci vos lairai des Alemans a parler qui passerent en la terre de Surie. Il en arriva une partie a Acre et une partie en lisle de Chypre; et avec ceauz qui furent en lisle de Chypre fu li chanceliers. Quant li sires de Chypre oi dire que li chanceliers dalemaigne estoit arrivez en Chypre si ala encontre lui et li fist grant joie et dist que moult avoit desire sa venue; et puis que il estoit venus et estoit ou lue del empereor il voloit que il le coronast. Li chanceliers li dist que il le feroit volentiers puis que il li requeroit et moult en fu liez. Il prist de ses chevaliers et ala avec le roi de Chypre a Nicossie et le corona; et quant il lot corone il sen ala avec les autres es nes et alerent a Acre.

CHAPITRE XXV.

Je vous avoie dit devant que je vos diroie coment il avoit eu roi en la terre dermenie la quel est apelee es estoires la terre de Celice. Il avint que en Hermenie ot un seignor dont je vos ai parle qui avoit nom Rupin. En son tenz .i. suen frere que len apeloit Livon ala en Antioche au prince Beymont et le servi come vallet grant piece tant que a ce vint que Beymont le fist chevalier. Ne tarja gaires aprez sa chevalierie que son frere Rupin morut. Quant Rupin fu morz il ne laissa heir que une fille de quoi Livon sot que il devoit estre bail de sa niece Ysabel et de la terre. Il vint au prince Beymont et li fist homage come bail et puis si fist le mariage de sa niece et de Raymont le fiz dou prince Beymont si come vos avez oi devant. Dont Raymont ne vesqui gaires apres ce que il lot esposee anceis morut; si que Livon remest en la seignorie et ot en main et en garde la terre et la dame et un fiz qui fu remez de Raymont a cui il mist nom Rupin; si que il ne vost plus soffrir que ele fust mariee ains la deserita et retint la seignorie a son hues.

CHAPITRE XXVI.

Dedenz ce il ala en Antioche veir le prince son seignor et li porta riche present. Et quant il ot une piece este en Antioche il prea le prince et la princesse que il alassent deduire et manger o lui a la fonteine de Gaston. Et quant li princes li ot otroie il en prea toz les homes dantioche. Et tuit li otroierent fors un qui avoit nom Richer de Lerminet qui ne li vost otroyer; ainz desloa lalee au prince et a toz les autres et lor dist que ja bien ne lor en venroit. Tote voies y ala li princes et Sebile sa feme et tuit li autre fors Richer de Lerminet. Quant il vindrent a la fonteine de Gaston si i troverent moult bel ator. Si assistrent au manger. Quant il orent une piece mange il ne sorent mot devant que gens a armes vindrent la qui pristrent le prince et la princesse et toz les autres chevaliers povres et riches et les mistrent a cheval et les menerent a Sis et la furent mis en fers et en prison et fu la princesse mise en une chanbre et li princes en une autre. La novele de ceste traison et de ce fait ala en Antioche si que les gens en furent moult effrees. Dont Richer de Lerminet prist gens et ala as portes de la cite et les fist clorre et i mist bones gardes et puis assembla toutes les genz de la vile ou mostier de Saint Pierre; et lors firent par acort la comune qui encores y est et manderent au conte Henri a Acre et a Triple au conte Beymont faire assavoir le fait qui estoit avenu. Le conte Henri navoit mie poeir daler la par force; si se mist en galees escheriement et sen vint a Triple et prist le conte et sen alerent en Antioche. Quant il furent venus la il virent que il navoient poeir de rien faire par force; si envoia li cuens Henris messages au roi Livon et porchaca et fist ensi que li princes fut delivres et sa feme et toz ses chevaliers par tel maniere que li princes quita Livon de son homage et si li quita toute la terre que il tenoit ou plain dermenie tres que a la Portele. Et lors sen retornerent li dui conte en lor terres.

CHAPITRE XXVII.

Quant Livons vit que il estoit seignor en chief et que il ne tenoit de nului riens si envoia sez messages a lempereor Henri en Puille ou il estoit; et li manda offrant son homage et que il voloit de lui tenir la terre dermenie; et li requist que il li envoiast la corone et le feist rei. Li empereres recut le mandement lieement et recut lomage et otroia que il le coronereit quant il passeroit la mer. Dont il avint que quant il envoia le chancelier en son lue il li comanda que il coronast Livon a roi dermenie ausi come il li comanda a coroner Heymeri a roi de Chypre. Dont li chanceliers au retorner que il fist de Surie por raler en son pais il passa par Ermenie et corona Livon. Ensi ot en Ermenie qui est apelee Celice roi qui onques ni avoit este.

CHAPITRE XXVIII.

Si come li cuenz Henris sen retornoit il li prist talant daler veeir le seignor des Haississis si y ala; et le Veils le recut a grant honor et le mena par sa terre et li mostra toz ces chasteauz. Si avint un jor que il furent en un suen chastel ou il avoit une moult haute tor et sur chascun crenel de la tor avoit un home vestu de blanc. Lors dist le Vieilz au conte: Sire vos homes ne feroient mie ce por vos que li mien font por moi. Li cuenz li respondi: Sire ce puet bien estre. Lors sescria le Vieil a .ii. de ceauz qui sur la tor estoient. Cil dui se lancerent contre val si se ronpirent les cos. Li cuens se merveilla et dist au Vieil que voirement navoit il home qui ce feist por lui. Li Vieils por lonor que li cuenz lui ot fait le prist en sa garde contre toz homes et li dona de riches joiaus; et a tant sen parti li cuens et sen ala en sa terre.


LI VINTESEPTIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Anceis que li Alemant fussent a Acre fu Salahadin morz et avoit assene a ses enfanz ce que il avoit conquis et dona a chascun ce que il vost. Mais a son frere qui li avoit aide a conquerre la terre nen dona il point ainz ala avec son nevo en Egypte. Salahadin dona al ainz ne de ses fiz le roiaume de Domas et de Jerusalem et a lautre dona le reiaume de Halape. As autres dona tant que il assena tote la terre a .xii. fiz que il avoit. En ce point que Salahadin fu morz avoit une haute dame a Triple qui avoit este dame de Gybelet; si porchaca tant et fist vers les Sarrasins a cui Salahadin lavoit comandee a garder que il sen issirent a un ajornee et la dame y entra et si chevalier et si home si garnirent la cite et le chastel. Ensi rendi Dame Dex les citez as Crestiens qui avoient este prises au tenz dou roi Richart dengleterre.

CHAPITRE II.

Li fiz Salahadin estoit juenes enfes et poi sachant por quoi si home le mespriserent; si li tolirent la terre et le chacerent et firent son oncle Saif Edin le Haadel seignor en son lue et soudan. Et celui qui avoit nom Noreddin Amir Ali sen fui ou levant a son frere qui li dona un chastel moult bon et moult fort que len apeloit Meredin. Quant le Haadel ot la seignorie il assembla son ost et vint asseger Japhe si que il prist de venue le borc et asseja le chastel. Si tost come li sieges comenca li cuenz Henri manda en Chypre a Heimeri de Lisignan que il li aidast a deffendre Japhe et a rescorre. Haymeri li remanda que se il li voloit rendre si come son droit il la garniroit de gens et de viandes et la deffendroit. Li cuenz en ot conseil et li rendi. Haymeri de Lisignan recut le chastel de Japhe et y envoia chevalier et sergens et viandes et armeures et en fist cheveteine un riche home de Chypre qui estoit nez de Peito et avait nom Renaut Barlais; et cil y ala et y mena sa feme Ysabeau qui fu fille de Phelipe le Rous. Quant Renaut ot receu le chastel il se contint laschement et nicement: de quei li Turc sapercurent; si les comencerent a enpresser au plus que il porent. Renaut manda a Acre au conte que il secorust; quar li chasteauz estoit afoiblis.

CHAPITRE III.

En ce point estoient li Alemant venus a Acre mais non pas li chanceliers car il estoit encore en Chipre. Li cuenz Henris ot conseil. Si fu acorde que il alassent par terre et par mer lever le siege; si que li oz mut par terre et ala herberger en la Paumeree de lez Cayphas. Li cuenz estoit remes por parler as borgeis et as comunes por avoir aye par mer de genz et de vaisseaus. Quant il ot parle a touz les autres li Pisan vindrent al anuitier; il estoit apuez a une fenestre ferre; si sen parti por aler encontre les Pisans. Au retorner sen repaira en reculant et cuida retorner a la fenestre dont il estoit partiz; si se oblia et retorna a une autre fenestre ou il navoit point de ferreure; si recula tant que il cuida trover les barres de fer por soi apuier si que les talons li faillirent si chei envers arriere contre val si se brisa le col. Un suen nain que il avoit norri qui moult estoit privez de lui estoit pres de lui. Quant il sapercut que li cuenz reversoit si se lanca por lui tenir si que il le prist as dras; mais il se fu si lance avant que il ne se pot tenir ains chai sur lui et furent andui mort. Li chevalier et tuit li autre qui la estoient corurent a val si troverent le conte mort et le nain si le porterent a mont ou palais a grant cris et a granz plors et moult y ot cheveaus tires et robes dessirees.

CHAPITRE IV.

La roine Ysabeau qui ot oye la novele fu venue corant come desvee et criant et depetant son viz et arrachant ses chevaus et ses dras dessirez tres que a la ceinture. Si encontra a la montee dou chastel ceauz qui laportoient. Si tost come ele vi le cors ele se laissa cheeir sur lui si le comenca a baiser en plaignant et regretant; et de hores en autres y estoient si grant li cri que tuit cil qui la estoient avoient pitie dou grant duel que ele faisoit. A tel duel et a tel plor le garderent tres que a lendemain que il fu seveliz et atornes si come len doit faire a si haut home; et fu portez a liglise de Sainte Crois moult honoreement et moult ot grant duel fait al enterrer; et fu mis li nains a ses piez. Sa sepulture est en une des eles de lyglise pres de la porte qui est devers le Change. Lors manda len faire assaver ce en lost por revenir; li oz sen retorna a Acre et li Sarrasin qui devant Japhe estoient la pristrent par force. Si abatirent le chastel et enmenerent les Crestiens qui dedens estoient.

CHAPITRE V.

Or vos dirai que il avint en ce point en la terre des Sarrasinz. Li sodans degypte qui fu fiz de Salahadin avoit nom le Haasis. Si aloit un jor chacer si chei de son cheval et se brisa le col. Quant ses oncles qui estoit sires de Domas vit que ses niez estoit morz il saisi la terre et la garni moult bien et manda par toute paenisme chevaliers et sergenz que il venissent a lui que il lor donroit bones sodees. Quant li cuenz Henris fu enfois si prist len conseil de faire seignor en la terre et de sa feme marier. Il avoit un haut home en la terre qui avoit nom Hue de Tabarie qui avoit este fillastre dou conte de Triple. Si avoit la suer de ceste dame a feme. Cil avoit un suen frere qui avoit nom Raol a cui len conseilla que ele fust mariee et que ele i seroit bien mariee come des gens dou pais se tenoient a lui. Li Temples et li Hospitaus distrent que par lor conseil ne la donroient il mie a home qui la terre ne peust mie bien aider de terre qui de par lui venist; que de toute laide qui venoit au conte Henri de sa terre de Champaigne ne pooit il mie fornir la terre; ains fu maint jor quant il se levoit que il ne savoit que il devoit manger ainz demandoit a son seneschal que il et sa maisnee mangeroient. Il disoit que il ne savoit quoi car il ne trovoit qui riens li vosist croire. Lors faisoit prendre gages et envoieit a la viande; ensi li avint maint jor. Et coment donrons nos la terre a home qui neent na dou suen quant cil o toute laye que il avoit de Chanpaigne ne poeit mie ores governer la terre. Nos la donronz se Deu plaist a tel home qui la terre governera. Il pristrent conseil et sacorderent que se li rois de Chypre la voloit prendre il ne savoient ou ele fust meauz enploiee ne dont la terre fust si tost secorue come ele seroit de lui. Il sacorderent par le conseil dou chancelier dalemaigne et manderent le roi de Chypre si li donerent; il lespousa et porta corone. Lors a primes fu ele reine.

CHAPITRE VI.

Quant li rois Heymeris ot esposee la dame et receue la terre et les homages pris il manda en Chypre et fist venir chevaliers et sergens et aver et viandes et tout ce que il pot. Lors orent conseil et fu acorde que il alassent asseger Baruth que li Sarrasin tenoient dont il faisoient moult de damages as Crestienz par la mer et par terre. Li oz mut par mer et par terre et passerent Sur et Saete; et ensi come il aprocherent Baruth si lor vint un message a lencontre qui lor fist assaver que un pan de mur dou chastel estoit cheu par coi li Sarrasin lavoient guerpi et conterent au roi que ensi come la novele vint a Barut que li oz des Crestiens estoit herberge sur le flum do Damor li Sarrazin furent moult esbahi et firent grant semblant de atirer la cite et le chastel et de eauz deffendre. En ce que il entendoient plus fermement a lor fait un pan dou mur dou chastel versa en hors et cheit dedens le fosse. Il en furent si espavente que se il orent paour devant la venue des Crestienz il la doterent ores plus assez. Aprez si lor fu avis que il ne porroient mie deffendre le chastel que li Crestien ne se meissent dedenz tout de plain et puis que li chastel seroit pris la cite ne se porroit pas deffendre. Si enpristrent par acort daler sen et de mener toutes lor maisnees et porter lor meillors choses; si se mistrent ausi come gent desconfite.

CHAPITRE VII.

Quant li esclaf qui estoient au labor apercurent le fait et virent que nus nen entendi a eauz car chascunz des Sarrasinz nentendeit que a aler sen; un esclaf qui estoit maistre charpentier assembla les autres tot priveement et firent semblant de repairer en la prison qui estoit ou chastel. Quant il furent ou chastel li charpentiers les mena en une tor et se mistrent tuit dedens et fermerent luis; et li charpentiers qui avoit les ostilz o lui fist barres et closures et puis monterent en haut. Quant li rois entendi ceste novele il en fu moult liez et tuit cil qui estoient en lost aussi; si se hasterent come cil a cui il ne sembloit pas que il i peussent venir a tens. Quant il vindrent en la cite il troverent les portes overtes et la vile vuidee de gent mais il la troverent pleine de viandes et de toz biens. Quant li esclaf virent les Crestienz en la vile si ovrirent la porte dou chastel que il orent close apres ce que li Turc sen furent issus. Li rois entra ou chastel a grant joie et si y herberja come ou suen.

CHAPITRE VIII.

Ensi rendi Dame Dex ces .ii. citez as Crestiens Gybelet et Barut dont il na que .vii. milles de lune a lautre. Li rois garni Baruth de chevaliers et de sergens quant Dex li ot rendue car autre garnison ne li covenoit; que il trova le chastel bien garni darmes et de viandes a .vii. anz fors solement de vin. Et si trova len en escrit ou chastel que les galees dont je vos parlai dessus qui eschaperent de Sur et vindrent a Barut avoient fait de damage de plus de .xiiii. mile homes que il avoient pris et envoiez vis en paenisme sans ceauz que il avoient ocis. Et si vos dirai coment. Il y a une pointe dune montaigne en la mer estoient les galees toutes armees et desus en la montaigne avoit gaites qui gaitoient touz jorz en la mer les vaisseauz qui venoient dermenie et dantioche et de Triple et aloient a Sur et a Acre; car len ne poeit aler de ces terres que il ne les covenist passer par devant Barut. Quant les gaites veoient si le faisoient savoir as galees et eles les prenoient et les ocioient quant il poeent. Ensi faisoient damage ces .ii. galees as Crestienz tant come Barut fu de Sarrasinz.

CHAPITRE IX.

Quant li rois Haymeris ot vencus les Sarrasins et garni le chasteau si sen torna dilec et ala arrieres au chastel dou Toron a .v. milles de Sur si lasseja et furent devant tant que cil dedans se vostrent rendre sauve lor vie. Mais il nes vost mie prendre par tel covenant. Il not gaires este ilec puis quen li vost le chastel rendre que un message vint batant une vespree qui dist que li empereres dalemaigne estoit morz. Quant li chanceliers dalemaigne et li Aleman et li autre oirent ce si se leverent dou siege si sen alerent a Sur tout ausi come se il fucent desconfit que onques ni atendi li unz lautre. Et firent apareiller lor navie por passer mer arriere; si chargerent viandes et entrerent en mer si sen alerent en lor terres.

CHAPITRE X.

Quant li rois Haymeris vit que li Aleman sen aloient si quist trives au sodan qui fu freres de Salahadin et ses nevoz avoit deseritez. En tel maniere fist trives come Salahadin les avoit faites au conte Henri; de la terre qui li avoit este rendue estoit la terre que Dex li avoit consentue a avoir si come estoit Barut et Gybelet. Quant les trives furent faites anceis que li chanceliers se fust partis de la terre li rois Haymeris estoit alez a Sur por veir ses affaires. Si avint que il chevaucheit un jor en la marine dehors Sur. Si come il vint en droit une crois de marbre qui est sus un pilier en mi le Sablon .iiii. chevalier Aleman issirent apres lui sur les chevauz armes desoz lor cotes les espees ceintes. Si come il vindrent pres dou roi qui de ce ne se gardoit il traistrent les espees et corurent sus au roi et le ferirent si que il li firent une playe. Et se il ne se fust laisses cheir dou palefroi ou Sablon il leussent mort. Li chevalier qui o lui estoient furent si esbai que il ne sorent que faire car il navoient nespee ne coutel. Si corurent; de tels y ot en la vile de Sur qui pristrent lor armes et lor chevauz et se mistrent a chacer les Alemanz. Si tost come cil orent fait ce que il firent si nentendirent que a fuir vers Acre; si que cil qui les sivoient ne les porent ateindre et les sevrent tres que a Acre. Quant il vindrent la si fu la chose esbruie si que li chanceliers les fist querre et furent li troi trove au Temple; si les fist prendre et mener de fors Acre et la lor fist coper les chez devant toz ceauz qui la estoient assemble; mais li quarz ne pot estre trovez. Cil qui estoient o le roi quant il fu navrez lenporterent a Sur en son ostel et li quistrent mieges et manderent a Acre por la roine Ysabel et por mires et medecines. Li miege entendirent a lui et le garurent par laide de Nostre Seignor; si que quant il fu sains et haites il sen ala a Acre et moult enquist et demanda et onques ne post trover por quei ne par quel acheison ce li fu fait ne qui le fist faire fors tant que aucunz li firent entendant que ce li avoit porchace et fait faire Raoul de Tabarie. Et lachaison por quei il le fist faire si fu que il entendoit que se li rois Haymeris neust esposee la roine Ysabel il leust eue et fust este rois.

CHAPITRE XI.

Dont il avint que li rois en cuida estre si certains que il en sa cort pleniere li dist que il ce li avoit porchace desleaument et come traitres et se il ne fust son home il feist de lui come de son traitor; et li comanda que il vuidast sa terre dedenz .viii. jors; et diluec en avant se il y estoit trovez que ce seroit mal a son eus. Raoul sen ala au conte de Triple Beymont qui li dona un fie dont il fu ses hom. Mais puis li basti il tel chose dont il dut estre deserite de Triple dont il vendi son fie et sen parti ne puis ne torna en Surie tant que li rois Haymeris fu morz.

CHAPITRE XII.

Quant li empereres dalemaigne ot assene la terre si fu morz. Ne demora pas un an apres que lempereris fu morte; mais ains que ele morust ele manda toz les evesques et les arcevesques et les contes et les barons de la terre que il venissent a lui a Messine. Il y alerent. Donc lor dist lempereris que ele voloit son fil coroner et voloit que len lasseurast de la terre come dreit hoir et ne voloit mie atendre tant que ele fust morte ains voloit que len le receust a seignor a son vivant; quar ele doutoit que se len ne le receust a seignor en sa vie que apres ne le vosissent mie. Li baron se conseillerent et quant il revindrent dou conseil si distrent: Dame nos ne volons que il soit coronez ne homage ne li feronz ne a seignor ne le recevrons; que il nos est aviz que vos estez de si grant aage que nos ne cuidons mie que vos le ayes porte en vostre cors. Donc dist la dame: Por quoi chargeree je marme et deseriteroie autrui por cesti coroner je ne le feroie mie. Mais par mi tout ce vos estes mi home esgardez que je doi faire que je le porrai et je le ferai volentiers. Il esgarderent entreaus que ele jureroit sur Sains que li enfes estoit ses fiz. Ele fist ce que il esgarderent que Fedric estoit ses filz et filz de lemperaour. Quant ele ot fait ce que faire dut apres il le recurent a seignor et coronerent. Quant la dame ot fait lenfant asseurer de la terre ele fist faire unes letres si les envoia a lapostoile; et si li mandoit que ele li laissoit son fil et sa terre en sa garde et en sa baillie. Quant la dame ot ensi atorne son affaire si morut. Et quant ele fu morte li Apostoiles y envoia un chardenal por lenfant garder; si le menerent en Palerme la le garderent longuement.

CHAPITRE XIII.

Apres ce que lempereris fu morte li baron et li haut home dou pais ne porent soffrir les Alemans que li empereres y avoit laissez por la terre garder ains lor corurent sus por eauz chacier hors dou pais; mais il se tindrent bien tant en la terre come li Marconiax lor seignor vesqui. Et quant il fu morz si vesquirent les Alemans a grant dolor et vuiderent la terre. Apres ce que li Aleman sen furent ale comenca la guerre entre les gens de Cesile et vost chascun estre sires et guerreer ensemble; et dura moult longuement tant que il ot une charestie en la terre que ce fu une merveille que len ne poeit gaaigner les terres et que chascuns disoit que il voloit avoir la terre a eus dou roi. Et tant toli li uns al autre que li rois not rienz et que il ne li demora que .ii. citez en Cesile Messine et Palerme; et le chastel pristrent il de Palerme et le tolirent au roi. Et si conquistrent en Cesile sur le roi li Pisan une cite qui a nom Saragose. Puis que li Pisan lorent prise lasistrent li Genoeis et la pristrent a force puis la tindrent longuement. Li Sarrasin de Cesile quant il virent la guerre entre les Crestiens si se ajosterent et alerent en unes montaignes. Si se fermerent si durement que Crestien ne poeent a euz a venir. Il coroient sovent sur la terre des Crestiens et gaaignoient sur eauz et assez en ocioient. Ci endroit vos lairons a parler de la terre de Cesile et dou roi Fedric qui enfes estoit qui puis fu apelez en mains lues li Enfes de Puille.

CHAPITRE XIV.

Or vos dirons des filles dou roi Tancre. Quant li roi Tancres fu mors si demora a sa feme de lui trois filles. La dame se trova soule et sanz amis et vit que chascunz des barons dou regne nentendoient que a eauz acroistre ne ne conoissoient seignor ne dame. Ele prist ses filles si sen ala a lapostoille et li cria merci que il meist consil en ses filles; car il savoit bien que eles estoient drois heirs dou regne de Cesile come celes qui estoient filles do rei Tancre. Li Apostoiles li respondi que il ne navoit poeir de lui aider par force car ele avoit a faire a male gent; mais se ele trovoit un prodome qui esposast sa ainz nee fille il li aidereit volentiers; et que il li loeit que ele alast au roi de France et li preast que il la conseillast dun prodome. La dame passa les mons et sen ala en France et mostra son affaire au roi de France Felipe. Li rois assembla une grant assemblee a Meleun sur Sene et fist assaver as baronz le fait de la dame et offri saide a celui qui le vodroit enprendre. Il ot en la cort un baron de Chanpaigne vaillant chevalier et prou et de grant cuer et bien enparente. Ice fu le conte Gautier de Briene qui fu fiz dou conte Erart de Briene et de la fille dou conte Ami de Monbliart. Andre de Briene le bon chevalier qui fu ocis au siege dacre estoit son oncle; et Rechart le conte de Monbliart et Gautier son frere furent ses oncles de par sa mere. Guillaume de Briene de Panci et Johan de Briene qui fu de Jerusalem rois et puis fu enpereor de Costantinople si come vos orrez ca avant furent ses freres. Icelui Gautier cuenz de Briene qui siet entre Bar sur Aube et Ronai esposa lainz nee fille dou roi Tancre. Li rois Felipes li dona en aide a son fait .xx. mile livres de Parisis. Li cuenz Gautier prist ce que il pot de chevaliers et de sergenz a cheval qui sivre le vostrent qui por amor qui por promesse. Si passa les mons et vint a Rome au pape et li requist saye si come il avoit promis a la mere de sa feme.

CHAPITRE XV.

Li papes li demanda quel poeir il aveit et quel gent il avoit amenee. Il dist que il avoit .lx. chevaliers et .xl. sergens a cheval. Li papes li dist que grant chose avoit emprise de conquerre .iiii. mile chevaliers et si fort terre avec cent homes; que se il en eust .ii. mile si auroit il assez affaire. Li cuenz li respondi que il se fieit plus en Deu et en son droit que en nule gent que il peust avoir. Li papes li dist: Puis que tu te fiez tant en Deu va que il te sera en aye. Li papes envoia ses messages a touz les hauz homes de la terre et lor manda que il le receussent a seignor; et qui ne le feroit il seroit escomeniez. Li cuenz entra ou regne et vint tres que a Capes et trova aucunz qui le recurent a seignor et li furent rendues cites et chasteaus plusors; et aucunz ne le vostrent recevoir ains se assemblerent grant gent et le vostrent asseger dedenz la cite de Capes. Et il orent bien .iiii m. homes a cheval et il navoit mie plus de .ii c. chevaliers et cent sergens a cheval; car il avoit ses autres genz departi par la terre. Il dist que enclos ne seroit il ja si issi fors o se poi de gent que il avoit et se combati a eauz et les desconfit; et moult en y ot morz et pris en cele bataille. Et avoient este encontre le conte Gautier le conte de Casert et celui do Sore et celui de Chalan et celui de Molins et celui de Aqui et celui de Chalerne et celui de Saint Soverin et maint autre chastelain et riche home qui tuit estoient ne dou regne. Et si i fu un Aleman que len apeloit le conte Tibot qui en la terre estoit venu povre chevalier au tens que li Aleman avoient le poeir ou regne; et ores estoit riche a poeir. Apres cele desconfiture li plus des hauz homes sacorderent au conte Gautier et saparenta au conte Pierre de Chalan ensi que il li dona une soe niece fille de sa suer qui avoit nom Marguerite a son fiz Berart de Chalan. Puis sen ala li cuenz Gautier en la plaine Puille ou moult de gent se tornerent a lui; et li furent rendues citez et chasteaus a grant plante. Et cil qui a lui ne se tornerent sassenblerent et furent grant gent si se conbatirent devant Barlete et furent desconfiz moult malement. Apres cele desconfiture li plus deaus sacorderent a lui et le receurent a seignor si que il maria la suer de sa feme au conte Jame de Tricart et lautre suer fu mariee au fiz dou duc de Venese qui au jor estoit. Quant li cuenz Gautier ot le plus de la terre de Puille et de Labor et de Principat si assembla ses gens et sen ala vers le conte Tibot por lui destruire et tolir la terre que il tenoit. Tibot vi que il navoit mie poeir au conte Gautier si garni les citez et les chasteaus que il tenoit et se mist en un chastel que len apele Sarle et siet auques pres de Naples; et mist o lui le conte Joffroi qui estoit son frere de mere et la gent en qui il plus se fia. Li cuenz Gautier sot que il estoit la si lasseja dedenz Sarle et le tint lonc tens assege. Tibot vit quen ne pooit trover fin au conte Gautier et vi que li poeirs do conte creisseit ades si fu ausi come desespere; et se mist en aventure et issi lui centiesme a cheval et autant a pie en laube dou jor et se feri en lost et vint dreit a la tente ou le conte dormoit. Li cuens senti le bruit si geta un hauberc sur lui. En ce que il mist ses braz es manches et il le vost geter sur sa teste por vestir la tente fu abatue sur lui et sur ceaus qui o lui estoient. Li cuenz fu ausi come lies de son hauberc et cil qui estoient dehors feroient sur lui de lances et despees par mi la tente dont il estoit acovete. Li criz leva en lost: Morz est le conte Gautier. Dont cil de lost se mistrent a desconfiture et sen fuirent tuit chascun la ou il pot.

CHAPITRE XVI.

Tibot fit lever la tente et prist le conte Gautier si len mena ou chastel et le mist en une tor et .ii. de ses chevaliers qui avoient este pris o lui et un suen chamberlain por lui servir qui avoit nom Renaut de Sesane. Puis que li cuenz fu pris tot lost se departi et ala chascun en sa terre. Onc puis ni ot qui meist conseil en son fait. La ou li cuens estoit en prison ou chastel de Sarle Tibot ot mande a Salerne qui est pres dilec et ot fait venir mieges qui megeent le conte et ses conpaignonz. Tibot entra un jor en la tor ou li cuenz estoit si le mist a raison et li dist que il le trairoit de prison et le feroit seignor dou regne et roi de Cesile se il li voloit laisser a heritage ce que il tenoit et en seroit son home et len serviroit. Li cuens Gautier qui estoit de grant cuer et de gros et plus orgueillos que mestier ne li fust respondi: Il nest ou monde honor ne hautece que je vosice avoir par si vil home come vos estez. Tibot sen feleni et lanca vers lui un canivet dont il chapuisoit et dist: Mauvais recreant vostre orgueil vos honira; vos estes en ma prison et si me laidissies vos laves fait en male hore a vostre eus. Li cuens Gautier fu si irez que il dessira ses dras que il avoit vestuz et ronpi les bendes de sez plaies et osta les entrais et dist que il ne voloit plus vivre a tel vilte; si ne se laissa puis meger ne il ne but puis ne manja et ensi morut au quart jor. Ensi avint au conte Gautier de Briene que par son orgueil et par son otrage perdi le reaume de Cesile que il avoit pres de conquis; et si perdi le cors et mist larme en aventure. Et par ce demora Tibot en poeir tres que a tant que li Enfes de Puille Fedric le juene roi vint ou regne. A la feme dou conte demora un fiz si ot nom Gautier et fu puis cuens de Briene. Aucune fois par aventure vos dira len que il devint.

CHAPITRE XVII.

Ici vos lairons a parler de la terre de Calabre et de Cesile jusque a une autre fois que point et hore sera. Si vos dirons dou rei de France et dou roi dengleterre qui guerre avoient ensemble li uns a lautre. Quant li rois dengleterre fu hors de prison si fu moult dolent de sa terre que il avoit perdue. Si manda et semost ses oz de par toute sa terre si entra en la terre de Provence. Si sacorderent entre lui et le conte Baudoin de Flandres en tel maniere que il ne lairoient la guerre ne que li uns ne feroit pais sanz lautre tant que il rauroient toutes lor choses atirees: li cuenz Baudoins rauroit sa terre que li rois Phelipes tenoit que il avoit prise o sa seror en mariage et li rois dengleterre cele que li rois de France avoit conquise sur lui. Li rois dengleterre avoit tant fait vers les baronz de France que il avoit lor cuers toz tout fucent li cors en servise do roi de France. Quant li rois dengleterre et li cuens Baudoins furent atire ensemble si semost li cuens Baudoins ses oz et comenca a guerroier par devers Flandres et li rois dengleterre par devers Normendie. Si avint chose un jor que li rotier corurent devant Beauvais et li evesques issi hors et chevaliers et sergens; si chacerent tant que li routier tornerent sur euz si les pristrent toz. Un autre jor avint que li rois de France estoit pres de Gisors et si navoit mie plus haut de .lxxx. chevaliers; si chevauchoit par la terre tant que il senbati sus un enbuschement que li rois dengleterre avoit fait de grant gent et il estoit avec. Quant li Franceis virent que il se estoient enbatuz folement et virent que il ne se porroient mie retorner sanz grant damage si prierent au roi que il sen tornast grant aleure vers Gisors car se il i demoroit il seroit pris; et il i demoreroient tant come il porroient. Ensi sen parti li rois de France de ses barons par le conseil deaus et ala sauvement a Gisors. Li rois dengleterre come il vit les Franceis si lor corut sus et les enclost; si les prist toz et bien cuida aveir pris le roi de France avec ceauz que il ot pris por ce que il y ot un chevalier pris avec si come len dist qui estoit des armes dou roi.

CHAPITRE XVIII.

Li rois de France fu a Gisors; et por la honte qui li estoit avenue il manda par toute sa terre et semost ses oz et assembla grant gent. Li cuens Bauduinz entra en la terre dou roi de France par devers Flandres si li rendi len Aire et Saint Homer; puis ala asseger Arraz mais il ni fist riens que il y avoit grant chevalerie dedens que le roi y avoit mande; fors tant que un jor a un assaut qui i fu y ocist len un des meillors chevaliers de France qui avoit nom Johan de Haut Gue. Li cuens Bauduins vit que il ne ny feroit riens a Arraz si laissa son siege si corut en la terre dou roi de France; si i fist grant damage. Apres vint un jor que li cuenz de Nemur le frere do conte Bauduin corut devant Arraz et cil darraz issirent hors si le pristrent et lenvoierent en France. Quant li rois de France ot ses oz assembles si ala contre le roi dengleterre et li rois dengleterre vint contre lui. Ensi come il durent assembler ensemble si alerent li baron entre deuz et pristrent trives.

CHAPITRE XIX.

Je vos avec oblie a dire que puis que li rois dengleterre fu venus en la terre doutre mer et il fu hors de prison et fu alez en Normandie asseja li rois Aubemarle et la prist. La fu lacorde faite dou roi dengleterre et dou conte de Flandres de guerroier le roi de France si come vos avez oi que il le guerreoient. Quant li rois dengleterre ot trives prisez au roi de France len li fist assaveir si come len dit que un suens hom avoit trove en terre un grant tresor dargent et dor. Li rois dengleterre li manda que il li envoiast cel aveir que il avoit trove; et se il ne le faisoit il le iroit asseir et prendre. Li chevaliers li manda que il feist au meuz que il porroit que il naureit rienz dou suen ne riens ne li envoieroit. Li rois dengleterre y ala et assist le chastel. Cil chasteauz est en la terre de Limoges. Quant li rois fu devant le chastel si lor dist que il li rendissent; et se il ne se rendoient seussent il bien que il les pendroit toz par les goles. En dementiers que il les menaceit si vint uns aubelestriers dou chastel si tendi une aubalestre si le feri par mi le cors. Li rois geta la main au quarrel si le sacha hors. Ne demora puis gaires que il fu morz. Ensi fu morz li rois dengleterre si come len dit.

CHAPITRE XX.

Il avint chose devant ce que li rois Richarz fu morz quil avoit avec lui un suen nevo fiz de sa seror et fiz au duc de Saissoigne que il avoit amene avec lui quant il issi de prison et lavoit fait conte de Poitiers. Il oi dire a son vivant que il empereres Henris qui lot eu en prison fu morz; donc dist a Oton son nevo que il se atirast et alast en Alemaigne que il seroit empereres. Otes ala en Alemaigne et li rois Richarz envoia a lapostoile et as hauz homes dalemaigne si lor promist tant et dona que il ot lotroi de son nevo Oton faire emperere fors solement do duc de Soave qui encontre fu et freres avoit este de lempereor Henri qui morz estoit; et disoit bien que empereor ni auroit il ja tant come il vivroit fors son nevo Fedric qui en Cesile estoit qui estre le devoit a cui il gardoit la terre. Grant tenz tint ensi lempire contre lapostoile et contre cez dalemaigne tant que il avint un jor que un chevalier li copa la teste en sa chanbre meismes. Quant li dus de Soave fu ensi morz si fist on de Oton emperere.

CHAPITRE XXI.

Anceis que je vos die plus de Oton coment il fu empereres ne quel fin il fist vos dirai je dou conte de Flandres et des baronz de France qui contre le roi de France orent este et au roi dengleterre se estoient alie ains que il fust morz. Il firent un tornoi crier entre Bar sur Aube et Ancre et si y alerent tuit. Quant il furent tuit venu dune part et dautre por tornoier et il furent assemble si osterent lor heaumes et corurent tuit as crois et se croiserent por aler Outre mer. Dont aucunes gens distrent que il se croiserent por doute dou roi de France que il ne les grevast et por ce que il avoient este contre le roi.

CHAPITRE XXII.

Or vos conterai les contes qui se croiserent. Li cuenz Bauduins de Falndres se croisa premiers; Henris danjo ses freres et li cuenz Tibauz de Champaigne et li cuenz Lois de Blois et li cuenz dou Perche et li cuenz de Saint Pol et li cuens Simon de Monfort Guis ses freres Johan de Neele Enjorrant de Boves et si troi frere li cuens Renauz de Danpierre et hauz homes assez et grant chevalerie dont je ne vos dirai ores plus. Et bien prisoit len a mil chevaliers et a plus ceauz qui se croiserent de ca les monz; dont il avint que devant ce et apres que li baron se croiserent que il ot un prestre en France qui ot nom Foques qui preescha de la Crois et moult croisa de chevaliers et dautres gens; et moult davoir auna que len li dona por despendre en la terre doutre mer. Mais il ne li porta mie ains fu morz por son avoir que len li cela que il avoit comande. Mais ne fu mie ainssint quar je vos di por voir que la plus grant partie de son avoir fu comandee a Cisteaus et bien pot estre par aventure que il en comanda aucune chose autre part qui cele li fu. Li avoirs qui fu comande a Cisteaus fu portez Outre mer ne onques avoir ne vint a si bon point come celui que maistre Foque avoit a Cisteaus car li crolles avoit este en la terre; si estoient fondu li mur de Sur et dacre que len refist toz dune partie de cel avoir.

CHAPITRE XXIII.

Ci vos dirai une parole que je vos avoie olbiee a dire dou roi Rechart que il avoit enpense devant ce que il fust morz que se il peust ravoir la terre que li rois de France li avoit tolue que il feroit une estoire grant si iroit conquerre la terre de Jerusalem et dilec iroit conquerre la terre de Costantinople si en seroit empereres.

CHAPITRE XXIV.

Quant li baron de France qui croise estoient parlerent ensemble il pristrent conseil de faire une estoire por eauz mener. Conseil lor aporta que il envoiassent en Venise et que il feissent venir des Veniciens en France por faire marche a eauz de faire estoire. Quant li Venicien furent en France si sassemblerent li baron tuit a Corbueil et li Venicien ausi. La fu li marchez fais des nez et des galies et de oissiers por les chevaus porter a estre ou servise des croisez .ii. anz la ou il les vodroient mener par mer. Grant nombre y ot davoir mais je ne vos sai a dire combien et la moitie des conquestes que il feroient fors solement en la Terre de Promission. La jurerent li conte et li haut home qui a Corbueil furent au parlement les covenances a faire et a tenir et laver a rendre; et li Venicien juererent sur Sains des nes et des galees et des hoissiers avoir apareillees au point et au terme que len i mist. Quant li haut home orent loee lestoire il parlerent ensemble et distrent que il feroient de un deaus seignor a cui il seroient obeissant et qui justice feroit deaus. La esgarderent le conte Tibaut de Champaigne si en firent seignor et a tant departirent. Ne demora plus gaires apres que li cuens Tibaus fu morz si rassemblerent li baron por prendre conseil de cui il feroient seignor. Conseil lor aporta que il feroient seignor dou marquis de Monferar qui preudom estoit. Il le manderent si en firent seignor; si atirerent lor muete de movoir au jor que il mistrent. Assez ot chevaliers en France qui ne furent mie al acort de cele muete ne qui ni alerent pas; ainz alerent passer a Marceille. Tes y ot par autre lieu et Johan de Neele entra en mer derreeins et grant plente de Flamens alerent par le destreit de Marroc. Tuit li croise de ca les mons murent a un point de lor ostes et passerent si arriverent a Acre fors ceuz qui alerent en Venise. Bien furent .ccc. chevaliers et plus de toutes terres et moult i passa de menues gens. A ce passage passa li cuenz de Forez mais ne vesqui gaires ains fu tantost morz come il arriva a Acre. Un conte y ot qui se faiseit apeler de Danpierre. Cil vint au roi et li dist que il voloit les trives briser que tant estoient de gent que bien poeent guerroier les Sarrasinz. Li rois li respondi que il nestoit mie hom qui deust trives briser; ains atendoit les hauz homes de Fance qui en Venise estoient ale. Cil cuenz fu dolens de ce que li rois ot parle si vilainement a lui et que il ne li laissoit la trive briser. Si parla moult vilainement au roi en tel maniere que il ni deust mie parler. Li rois fu sages si escouta et laissa li dire ce que il vost que il ne voloit mie as pelerins noise ne meslee.

CHAPITRE XXV.

Quant li cuenz Renaus vit que il ne porroit rienz faire en la terre il parla as chevaliers qui estoient venu a cel passage et pristrent conseil entreuz. De tels y ot qui distrent que il ne demoreroient mie en la terre anceis iroient au prince dantioche por aider li a guerroier le roi dermenie. Il se assemblerent bien tant que il furent .lxxx. chevaliers et plus si ot moult de menue gent a pie et a cheval; et murent dacre por aler en Antioche et errerent tant par luer jornees que il furent hors de toute la terre des Crestienz et vindrent en une cite deSarrasinz qui avoit nom Gybel. Ceste cite siest entre Margat et la Liche. Quant li sires de Gybel oi dire que si grant gent venoient la si lor ala encontre por ce que il avoit trives as Crestienz. Si les bien veigna et lor fist grant honor et les fist loger dehors la cite. Apres lor fist venir grant plente de viandes a vendre de sa terre en lost et lor demanda ou il voloient aler et li chevalier li distrent que il voloient aler en Antioche. Et li sires de la cite lor dist que en Antioche ne porroient il aler sanz avoir lassentement dou sodan de Halape par mi cui terre il lor covenoit a passer; et se il voloient il feroit assaver au prince que il avoit ilec grant chevalerie et grant gent qui aloient por lui aider: Et que il preigne seurte que vos puisses passer par sa terre. Et il distrent que il ne demorroient mie tant que li messages fust venus ainz passeroient bien que il estoient grant gent. Li Sarrasinz dist que il ne feroient mie sen se il sen aloient ainz que il eussent eu le conge il nen eschaperoit ja pie. Il distrent toute voie que il iroient. Li Sarrasins lor dit: Vos ne faites pas bien de ce que vos ne me crees; naves vos grant marche de viandes. En nul lue nen aures vos tel marche. Toute voies sapareillerent li Crestien et distrent que il sen iroient et que il ne demoreroient plus. Quant li Sarrasinz vit que il ne les porroit plus tenir par priere ne par promesse si lor dist: Seignors je ai trives as Crestiens ne je ne vodroie mie avoir blasme de chose qui vos avenist; par ma terre vos conduirai je sauvement. Mais tant vos di je bien de voir que tant tost come vos istrez de ma terre vos serez pris que len vos gaite. Il ne le vostrent mie croire ains sen alerent et il les conduist tant come sa terre dura. Quant il furent hors de sa terre et il furent pres de la Liche un de Sarrasins qui enbusche estoient si lor saillirent sus et les pristrent toz que il nen eschapa chevalier ne autre home a pie fors solement un chevalier qui eschapa la nuit que il fu pris. Cil ot nom Siers de Tressaignes. Ensi come vos avec oi fuent cil pris par lor folies por ce que il ne voloient prendre conseil ne croire nului.


LI VINTEHUITIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Or vos dirai dou sodan de Babiloine qui la terre degypte avoit saise apres la mort de son nevo et qui son autre nevo avoit deserite de la terre de Domas et de Jerusalem. Si vos dirai que il fist. Il oi dire que Crestien avoient loee estoire por aler en Egypte; il fist metre bone garnison a Domas et en la terre por le sodan de Domas son nevo que il avoit deserite et il ala en Egypte por prendre conseil coment il porroit sa terre garder contre les Crestienz qui devoient venir. Quant il fu en la terre si manda les evesques et les prestres de sa loi si lor dist: Seignors li Crestien ont faite grant estoire por venir en la terre et por prendre se il pueent. Il covient que vos ayez chevaus et armes et que vos soyes bien garni por deffendre la terre que je ai guerre au sodan de Halape et a mes nevos. Si nai mie ores ci avec moi totes mes genz ains me covendra ost a tenir et ci et la; si covient que vos me aidez. Et il distrent que armes ne porteroient il ja ains iroient as mahomeries et prieroient lor Dex et il deffendist la terre; car autre chose ne devoient il faire ne ne poeent. Donc lor dist li sodans: Puis que vos ne poez combatre je querrai qui combatra por vos. Il fist venir un escrivain devant lui puis apela les plus hauz arcevesques que il avoit si lor demanda combien il avoient de rentes et ou eles seoient; et que il ne mentissent mie. Cil li distrent verite et il le fist metre en escrit. Apres apela les autres un et un si les fist metre en escrit ausi et puis fist assomer conbien les rentes valeent et vit que .ii. itans avoient il de rentes en la terre que il navoit. Si lor dist: Seignors vos aves assez plus la terre que je nen ai; si y aurez moult grant damage se vos la perdes: je saisirai vos terres si vos en donrai vos vies et dou remanant loerai sergens et chevaliers qui deffendront la terre. Il distrent : Sires ce ne feres vos ja se Deu plaist que vos toillez les aumosnes que li ancessor ont donees. Il dist que il ne les voloit mie tolir que ce seroit contre droit se il ce faisoit ne se il les rentes apetiseit ains les voloit garder et garentir a son poeir. Il saizi toutes les rentes et les terres et les assena a la soe rente; selonc ce que chascunz estoit il li donoit sa vie.

CHAPITRE II.

Apres ce si prist messages et sergens si les envoia en Venise et lor charja grant avoir et grant richeces; si les envoia au duc et as Veniciens dona beauz presenz et beauz dons et lor manda que se il poeent tant faire que il nalassent mie en la terre degypte il lor donroit granz tresorz et granz franchises ou port dalissandre. Li message alerent en Venise et firent ce que il devoient faire et bien sen retornerent arrieres au plus tost que il porent. En dementiers que li sodanz estoit en Egypte li sodans de Halape li fiz de Salahadin qui deseritez estoit assist tantost Domas a moult grant effors de gent. Quant cil de Domas virent que il furent assis il manderent a lor seignor le sodan que il les secorust que il estoient assis. Si en fu moult corrocez et sen ala secorre Domas et ses gens qui estoient dedens a tant de gent come il pot aveir et vint au plus tost que il pot en Jerusalem et assembla ses oz et toutes ses gens a Naples qui est a une jornee dacre et a .v. jornees de Domas. La fist tant par son sen que cil laisserent le siege de Domas ne onques de plus pres ne les secorut.

CHAPITRE III.

Quant li baron de France qui croisie estoient vindrent en Venise il y a une isle pres de Venise a une mille qui a nom lisle de Saint Nicolas; a la mesure que li pelerin venoient de ca en Venise si les faisoit len passer en lisle et herberger. La si establi len et assena chascun haut home a sa nef et combien paeroit. Et quant il orent tout pae ce que a chascun estoit assene ne fu mie lestoire de mie paee de ce que lon lor avoit en covent. Et moult en retorna arriere de la menue gent en lor pais et moult sen espandi par la terre por querre lor viande. Quant li pelerin orent pae et done as Veniciens ce que il avoient et que il orent en covent si distrent as mariniers que il les passassent. Li Venicien distrent que il nentreroient ja en mer tant que il auroient toutes lor covenances eu que il avoient bien faites les lor. Et li haut home lor vostrent doner bons pleges et bone seurte del avoir; et il distrent que il nen feroient neent ne il nentreroient en mer tant que il fucent paez. La les tindrent si a mesaise en cele isle que li estes fu passez et vindrent vers liver et ne porent passer por le froit. Lors furent li haut home moult dolent et moult corroce de lor avoir que il avoient despendu et gaste et de ce que il ne poeent riens esploiter. Quant li Venicien virent que il estoient si a malaise si en furent moult lie; donc vint li dus as haus homes de lost si lor dist que il avoit mal fait et moult les avoit grevez. Si se voleit acorder ensemble et conseil lor donoit que il alassent avec eauz et lor aidassent a prendre une cite; il lor quiteroient lavoir que il devoient de lestoire et li les menroient la ou il les devoient mener. Li haut home distrent que il en auroient conseil et distrent que il les covenoit tel chose faire que il ne deussent mie faire ou il sen retorneroient hontosement arriere. La se acorderent et distrent que il feroient la volente des Veniciens. Quant li Venicien oirent ce si en furent moult lie et firent charger viandes et les recueillirent es nes et es vaisseauz et alerent a cele cite et pristrent terre et lassegerent. Cele cite a a nom Jadres en Esclavonie. Si estoit dou roi de Hongrie. Quant li rois de Hongrie oi dire que li pelerin devoient aler Outre mer avoient sa cite assise et sa terre gastee si fu moult dolens et manda as barons et as pelerins que il ne faisoient mie bien qui sa terre li gastoient car il estoit croisie ausi come il estoient; si ne faisoient mie ce que freres doit faire a autre. Dont il les prieit por Deu que il se levassent dou siege; et se il voloient dou suen il lor en donroit grant plente et si iroit avec eaus en la terre doutre mer. Il li manderent que il nen poeent partir car il avoient jure laide des Veneciens. Donc le manda li rois a lapostoile par bons messages a Rome coment li pelerin qui aloient Outre mer estoient entre en sa terre et li gastoient et essilloient; et se il lor avoit riens forfait il lor amenderoit a lor volente.

CHAPITRE IV.

Quant li Apostoiles oi ces noveles il nen fu mie liez ainz y envoia un chardonal por amonester les que il ississent hors de la terre dou roi; et se il nen issoient que il les escomeniast. Li chardenaus y ala et les amonesta de par lapostoile. Il nen vostrent rienz faire ains pristrent la cite. Donc vint li chardenaus si les escomenia de par lapostoile. Quant il furent escomenie il se assemblerent et parlerent ensemble et envoierent a lapostoile et crierent merci et li firent assaver lachaison por quei il y estoient ale et que por Deu il eust merci deaus. Ce message fist Robert de Bove et li chardenaus sen retorna arrieres come il les ot escomeniez. Robert de Bove quant il ot fait son message de par les pelerins ne retorna pas a eaus por renoncier son message ains sen ala en Puille por passer en la terre de Jerusalem; et passa et arriva en Acre. Et Morans ses freres ne vost mie demorer en lescomeniement ains sen ala en Hongrie au roi et fu entor li grant piece. Li cuens Symon de Montfort et Gui ses freres alerent ausi passer au port et passerent quant tens en fu; et alerent avec eauz abez de lordre de Cisteauz li abez de Vals et li abez de Sequancel et Estienes qui fu freres dou conte do Perche et Renaut de Monmirail et autres chevaliers assez et passerent en la terre doutre mer. Li conte et li autre yvernerent a Jadres quant il lorent prise si furent la tout liver.

CHAPITRE V.

Or vos lairons a parler des pelerins qui yvernerent a Jadres. Si vos dirons de Johan de Neele et des Flamens qui entrerent en mer lendemain que li autre murent. Il sen alerent par les destrois de Marroc et pristrent une cite sur Sarrasins et i firent grant gaaing. Come il orent cele cite prise il ne vostrent mie la demorer; ains la donerent as freres de lespee si la garnirent puis sen alerent a Marceille yverner. Il avoit avec ces damienz un chevalier qui estoit parent de lempereor: Bauduins avoit nom. Cil sacointa dune dame qui a Marceille estoit qui fu fille de lempereor de Chypre que li rois dengleterre avoit prise quant il ot prise lisle de Chypre. Si la mena en son pais et quant il fu morz il la delivra. Si sen raleit arrieres; en ce que ele fu a Marceille li cuens de Saint Gile lesposa et come il lot tenue tant come il vost si la mist hors de sa terre. Cele sen ala a Marceille et il espousa la suer dou roi daragon. Et la la trova cist chevaliers que je vos di et fist tant vers lui que il lesposa et cuida o laide dou conte de Flandres qui ses parenz estoit et des Flamenz que il reust lisle de Chypre qui fu de son pere. Quant ce vint que il fu tenz de passer Johan de Neele et li autre pelerin qui venoient a Marceille passerent quant il fu tenz et arriverent en la terre dotre mer. Quant il furent arrive de la li chevaliers qui la fille de lempereor de Chypre avoit prise a feme prist de ses amis et des Flamenz et alerent devant le roi Haimeri et li requist li chevaliers que il li rendist lisle de Chypre; car il avoit la fille de lempereor cui ele fu et cui ele devoit estre. Quant li rois Haimeris oi ceste requeste si le tint a musart et li comanda que il vuidast la terre sur le cors a essiller; et se il ne le faisoit il lessilleroit. Li chevaliers not mie conseil que il demorast en la terre ainz la vuidast si sen ala en Ermenie.

CHAPITRE VI.

En ce passage ou passerent li Flamenc passa grant gent et arriverent en la terre doutre mer; mais il ni firent ovre quar il y avoit trives. Si sen ala une partie des chevaliers a Triple et lautre en Antioche avec le prince qui guerre avoit au roi dermenie. Johans de Neele ala sejorner en Ermenie et fu avec le roi dermenie au siege qui fu devant Antioche. La furent veues ses banieres sur le mur dantioche si come aucunes gens dient; dont il en ot grant blasme en la terre doutre mer que si preudome come il estoit ne deust mie estre en laide dou roi dermenie contre le prince dantioche. Et si vos di por voir que cil qui alerent en Antioche et en Ermenie nalerent mie si folement come cil devant alerent qui pris furent; ains orent sain conduit al aler.

CHAPITRE VII.

Ci vos lairons a parler des Crestiens qui en la terre doutre mer estoient. Si vos dirons dun amirail qui en la terre degypte estoit et avoit chasteau en la terre de Saete; il fist armer galees si les mist en mer; si les envea por gaaigner dedenz les trives. Les galees si furent devant lisle de Chypre si pristrent .ii. bateaus et ne pristrent mie dedens plus de .v. homes ne plus ne firent de damage as Crestiens. Len le fist assaver au roi Heimeri que li Sarrasin avoient pris ses homes devant lisle de Chypre. Quant li rois loi dire si manda au sodan que il li feist rendre ses homes que len avoit pris en trives. Li sodans manda al amirail que il li rendist les homes dou roi de Chypre. Li amiraus li manda que il ne len rendroit nul. Toutes hores requist li rois ses homes au sodan et li sodans li manda que il ne li poeit faire rendre car li amiraus ne voleit riens faire por lui. Et li rois li manda que il forfereit et lamendereit quant il porroit.

CHAPITRE VIII.

Ci vos dirons que li amiraus fist qui les homes dou roi avoit en prison. Il fist charger .xx. vaisseaus de froment et dorge et de marchaandise por garnir les chasteaus qui estoient en la terre de Saete et por paer les garnisons; car il se dotoit que li pelerin qui sejornoient a Jadres quant il seroient arrive a Acre ne assejassent ses chasteauz por ce les faisoit il garnir. Quant li vaisseau furent charge et il orent tenz si murent tuit ensemble. Quant il vindrent pres dacre et les gens dacre virent que il passeent outre et que il ne torneroient mie au port si sorent bien que ce estoient vaisseaus de Sarrasins si corurent as nez et as vaisseaus et as galees et entrerent enz et sarmerent et alerent encontre eaus si les pristrent et amenerent a Acre; et bien ot dedens ces vaisseaus .cc. Sarrasins ou plus. Tout cel gaaing dou ble et des vaisseaus si fu dou roi et bien prisa len que il y ot que froment que orge au mui de la terre vint mile muis. Bien prisa len le gaaing qui a cele fois fu fait cinquante mile besanz.

CHAPITRE IX.

Je vos dirai que li rois fist. Quant il ot fait descharger lavoir et mener a sauvete il fist les Sarrasins metre en prison par le conseil dou maistre dou Temple et de lospital. Un jor apres ce puis midi fist les portes dacre bien fermer et bien garder que nus hom ni peust issir ni entrer; por ce li fist que il ne voloit pas que len feist as Sarrasins savoir por eaus garnir de ce que il voloit faire. Donc comanda as chevaliers qui estoient a Acre et a ceaus qui armes avoient a cheval que il donassent provendes; que tantost come il orroient les areignes soner que il se armassent et montassent et alassent apres lui. Cil qui a Acre estoient le firent moult volentiers qui moult desiroient a aler sur Sarrasinz et moult lor tardeit. Quant ce vint au vespre et li cheval orent mangees lor provendes li rois fist soner ses areignes si se arma et fist armer ses chevaliers et murent a la vesprer et errerent tote nuit et moult issi de gent a pie avec eaus. Li Temples et li Hospitaus li uns fist lavant garde et li autres lariere garde al aler et au venir. Quant ce vint au point dou jor il furent en terre de Sarrasins si se espandirent par le pais et acueillirent granz proies et moult i pristrent homes et femes et enfanz et grant gaaing i firent que il amenerent sauvement a Acre fors tant que li cris leva en la terre que li Sarrasin se assemblerent et alerent apres et se hurterent un po lariere garde mais ni firent mie damage. Len fist savoir au sodan qui a Domas estoit que li rois Haymeris estoit entres en sa terre. Quant li sodans loi si en fu moult liez et dist que beau li estoit et assez y porroit entrer et gaster que par lui ne par son conseil nen seroit destornez; mais garde bien chascuns ce quil a a garder car ore avoit bien li rois Haymeris recovree sa perte que li amiraus li avoit faite de .v. homes que il li avoit tolus.

CHAPITRE X.

Quant Johan de Neele qui en Hermenie estoit et li chevalier qui en la terre estoient oirent dire que les trives estoient routes si se partirent dilec et alerent la ou la guerre estoit sur Sarrasins; et li rois par plusors fois entroit en la terre de Sarrasins et en amenoit proies et grans gaains faisoit sur eaus. Une fois ala il en la terre par de ca le flum et ne trova riens si passa outre bien par font et acueillirent grant proies et grant gaaings firent et revindrent arrieres et passerent le flum par de ca et se logerent ilec. Dont len ot cel jor en Acre moult grant poor de euz. Si vos dirai coment. Quant il orent la proie acueillie et il sen retornoient ains que il eussent le flum passe il pristrent un colon si li lierent un fil roge entor le col si lenvoierent a Acre. Quant li colons fu venus a Acre et il fu pris si furent moult dolens car il cuiderent que ce fust senefiance de bataille ou de sanc espandu. Quant li rois ot passe le flum par de ca si fist unes letres si les lia a un autre colon si les envoia a Acre et lor fist assaver que il estoient tuit sain et sauf et que il estoient ilec herberge; et si lor fist assaver coment il avoit le flum passe et coment il avoit fait et que il ne fucent mie a malaise. Li rois sen retorna lendemain a Acre sauvement o tout son gaaing.

CHAPITRE XI.

Li Coradins qui fel et de put aire estoit et estoit fiz dou sodan et haoit moult les Crestiens si vos dirai que il fist. Quant il vit que li rois Heymeris gastoit la terre de son pere et prenoit ses proies et ses homes et que ses peres nen prenoit nul conseil si en fu moult dolent. Si auna grant gent et sen ala herberger a .v. milles dacre a une fonteine que len apele la Fonteine de Saforie et faisoit corre une fois ou .ii. ou trois devant Acre chascun jor. Quant li rois sot que li Sarrasin estoient herberge si pres dacre si ala manoir et gesir a une liue pres dacre et fist toz ses chevaliers loger avec lui. Et bien avenoit sovent que quant lon mangeit en lost qui dehors la cite estoit que li Sarrasin coreor venoient si pres des herberges que bien i poeent traire des pilez. Or avint un jor que li Coradins vint o toute sa gent a une liue dacre pres dun casal dou Temple qui a nom Doc. Quant li rois sot que li Coradins estoit venus o toutes ses gens si pres de lui si se arma et fist armer touz les chevaliers et les sergens qui armes poeent porter a pie et a cheval. Si alerent encontre les Sarrasins et firent ordener les batailles et furent si pres des Sarrasinz que li un traioient as autres. La ot li rois maintes requestes de poindre et moult li prierent les batailles de ceauz qui avec lui estoient que il les laissast poindre. Li rois lor respondi que il se soffrissent tant que luec en seroit que il avoit envoie de ses coreors por descovrir le pais; que il se dotoit que li Sarrasin neussent fait enbuschement et que se il se combatoient que li Sarrasin ne se meissent entreaus et la cite. Ilec furent des none jusque a vespres que li rois les departi que li uns ne forfist rienz a lautre fors solement dui chevalier qui issirent de lor batailles et poinstrent a .ii. Sarrasinz; si les abatirent et les genz a pie les ocistrent. Li unz de ces chevaliers fu Dolenois et avoit nom Guillaume Prunele lautre Guillaume nez de Calabre si ot nom Guillaume de la Mandelier.

CHAPITRE XII.

Quant li coreor le roi furent revenu il firent assavoir au roi que il navoient nului veu ne que il ni avoit point denbuschement. Il manda as chevaliers qui lavoient proie de poindre que il poinsissent que il lor en donoit bien le conge. Je vos di bien por voir que il ni ot si hardie bataille qui poinsist ainz furent tuit coi jusque a la nuit que li Sarrasin sen retornerent et li nostre sen revindrent a Acre sans plus faire; et bien prisa len a mil chevaliers Crestienz ceauz qui la furent. Quant ce vint lendemain si acocha moult de malades et lautre jor apres plus; et tant y ot de malades et de morz que onques puis li rois por poeir que il eust ne post ajoster .v. cenz chevaliers. Li rois fist armer galees et vaisseauz et les envoia en la terre de Damatie o grant gent. La firent grant gaaing et sen revindrent arriere sauvement. Grant gaaing fist li rois par mer et par terre sur Sarrasinz por lachaison de ces .v. homes. Quant ce vint au passage de septembre li plus des chevaliers loerent lor nez et repasserent arrieres. Johans de Neele Robert de Bove li cuens Symon de Monfort demorerent en la terre et ses freres Guis si prist a feme la dame de Saete. Quant li rois vit que li chevalier sen retornoient et la terre demoroit vuide si prist trives as Sarrasins.

CHAPITRE XIII.

Ci endroit laironz a parler de la terre doutre mer tant que point et hore en sera. Si vos dirons des pelerins et des contes qui estoient a Jadres et dou fiz de lempereor qui les oilz ot crevez que lempereris ot envoie en Hongrie a garantise a son frere le roi que cil qui ot a son pere fait les oilz crever ne le tuast. Li enfes fu granz vallez si li conseilla len que il alast a Jadres et que il feist tant vers les pelerins et vers les Venicienz qui la estoient par prometre et par doner que il alassent en Costantinople et que il li aidassent a avoir sa terre dont il estoit deseritez. Il y ala si lor dist por Deu que il li aidassent et il lor donroit ce quil deviseroient. Il parlerent ensemble; conseil li aporta que il li aidassent se il faisoit lor gre il yroient avec lui. Et il dist que il le feroit. La atirerent que li cuens de Flandres auroit cent mile mars dargent et li cuens de Saint Pol .l. mile. Cil avoirs lor fu creantez par eauz et par les chevaliers de la terre et si creanta que il rendroit a chascun pelerin riche et povre ce que il auroit pae de lestoire; et si loerent lestoire .ii. anz avec ce qui il avoient a tenir se il poeent tant faire que il reust sa terre. Et il li creanterent que il ne li faudroient ja ains li aideroient o laide de Deu tant que il seroit empereres et que il rauroit toute sa terre de Costantinople.

CHAPITRE XIV.

Quant ensi fu creante dune part et dautre li vallez sen ala en Hongrie prendre conge a son oncle et por lui atirer por aler avec les pelerins. Li Venicien firent les nez et les galies atirer et charger les viandes et recueillir les pelerins; et quant tens fu si murent de Jadres si sen alerent a lisle de Corfort. Et cele isle est entre Duras et Puille. La atendirent le vallet tant que il fu venus. Il murent dilec et alerent en Costantinople; or orent bien fait li Venicien la requeste que li sodanz lor ot faite que il destornassent les pelerins daler en la terre de Surie dont je vos parlai desus. Quant li empereres Alexes oi dire que ses niez amenoit si grant estoire sur lui si ne fu mie liez. Il manda touz les hauz homes de sa terre et lor fist assaver que ensi amenoit ses niez grant gent por lui que il fussent apareillez de lor armes por eauz deffendre et il li creanterent que il li aideroient come a seignor. Quant il sorent que li Crestien aprochoient de Costantinople si firent une chaene lever qui estoit a lentree dou port por ce que les nez ne li vaissel nentrassent dedens. Or vos dirai combien cele chaene estoit longue. Ele avoit de lonc plus de trois trais darc et de gros le bras dun home; li unz des ches estoit a une des torz de Costantinople li autres estoit a une vile que len apele Pere. La manoient li Juif de Costantinople. Au chief de cele rue avoit une tor la ou li unz des ches de cele chaene estoit qui de Costantinople venoit. Cele tor estoit moult bien garnie por ce que li Crestien prendroient de cele part terre et por ce lavoient garnie por la tor garder.

CHAPITRE XV.

Cele tor avoit nom Galateas la fist saint Pol une partie de ses epistles. Or orent tant erre li pelerin que il vindrent un samedi a .xv. jorz de mars devant Costantinople mais ne porent entrer dedens le port; ainz alerent arriver dautre part desus la Juerie pres dun luec que len apele la Roge Abbaye. La arriverent li Franceis et pristrent terre et ni ot mie grant contredit de ceauz de Costantinople. Dont il avint que cil de la vile quant il virent lost venir si vindrent al empereor si li distrent: Sire car issomes hors si lor deffendons lentree de la terre. Li empereres dist que non feroit ains les lairoit arriver et prendre terre; et quant il seroient herberge il feroit issir toutes les puteins de Costantinople si les feroit monter dessus une montaigne qui estoit de cele part ou il estoient herberge si pisseroient tant que il seroient tuit noie en lor esclat; et dist que de si vil mort les feroit il morir. Je ne le vos di mie por voir mais ensi le distrent aucunes gens. Quant ce vint lendemain que nos genz furent arrivez dautre part de Costantinople si alerent assaillir la tor de Galatheas si la pristrent par force de gent et puis boterent le fue en la vile des Juis et desconfirent les Grifons qui estoient venus de Costantinople a garantise de la tor. Quant li Crestien orent le port a delivre por entrer ens si firent les nes entrer ou port et alerent tout outre jusques au chef devant un chastel qui est devant Costantinople par devers la terre qui a nom Blaquerne. La estoit un des manoirs de lempereor et la estoit il le plus. La entrerent les nes pres de ce chastel et li chevalier et li pelerin et se logerent ilec et assegerent de cele part Costantinople et firent lices devant euz que cil de la vile nen ississent hors de la cite. Et il avoit derriere eauz une montaigne ou il avoit une abbaye qui avoit nom Brilamon que il avoient garnie. Quant il orent ileques este une piece si ordenerent lor batailles que se chose avenoit que cil dedens la cite ississent hors por conbatre a eauz que chascunz alast a sa bataille. Ne demora puis gaires apres ce que cil de Costantinople alerent al empereor si li distrent: Sire se tu ne nos delivres de ces chiens qui si nos ont asseges nos lor rendrons la cite. Et il dist que il les delivreroit bien. Il manda ses chevaliers et lors dist que il se armassent et fist crier par toute la terre que il se apareillassent de conbatre as Latins. Quant il furent armez si issirent hors de Costantinople par une porte que len apele Porte Romane a une liue pres de la ou li Latin estoient herberge. Quant li empereres fu hors de Costantinople il et ses gens toz armes si envoia jusque a .v. batailles vers les batailles des Latins. Por ce les nome je Latins que en la terre apele len les Frans Latins.

CHAPITRE XVI.

Quant li Latin oirent dire que cil de la cite issoient hors si issirent des lices et se tindrent tuit coi et li Grifon se tindrent coi de lautre part. Li Venicien qui estoient es nez sanz ce que il le feissent assaver as Latins quant il sorent que li empereres et ses gens estoient issu de Costantinople et li Latin estoient hors des lices tuit armee et atendoient la bataille il se armerent et entrerent es bateaus et porterent escheles avec euz et vindrent as murs de la cite et drecerent les eschieles et entrerent en la cite. Apres ce si ovrirent les portes par devers la mer et boterent le fue en la cite. Apres ce manderent as Franceis se il avoient mestier de chevaliers que il lor envoierent que il estoient dedens la cite et lavoient prise. Quant li empereres vit que la cite ardoit et que li Venicien lavoient prise si sen ala il et ses chevaliers qui estoient avec lui. Et li Franceis se herbergerent dedens la cite et mistrent celui en possession qui les oilz avoit crevez. Mais ne vesqui gaires apres ains morut. Et li Franceis coronerent le vallet qui ses fiz estoit et qui amenez les avoit en Costantinople. Apres eslurent un prodome de la terre qui prodome lor sembloit si le firent bailli de la terre et del enfant por ce que il estoit juenes enfes; apres por ce que il porchacast les covenances teles come li enfes lor avoit promises. Quant il lorent ensi atorne si vint si lor dist: Seignors vos estes sa enz en ceste cite avec nos si mi avez esgarde a estre garde et bailli del empereor et del empire; il mest avis se vos le loez entre vos et vos cuidez que ce soit bien a faire por ce que il nait meslee entre nos gens et les vos que vos issez de la cite et alissiez herberger de la en Pere a la tor de Galateas; et je vos envoierai de la viande assez et si porchacerai que vos aures vos covenances teles come lon les vos deit. Li Franceis en parlerent as Venicienz qui bien si acorderent et alerent herberger en Pere a la tor de Galatheas. Cil baillis que je vos ai dit si avoit nom Morchofles. Quant li Latin furent logez et lor navie fu pres deauz si manda Morchofles as Veniciens que il seussent as escris conbien li pelerin avoient done as nes et li feist len assavoir. Quant Morchofles sot le nombre il prist laver et lenvoia en lost et rendi a chascun ce que len avoit trove en lescrit; apres envoia froment et vin et char salee a chascun selonc ce que il estoit. Ne demora puis gaires apres ce que il ot ensi fait que il sorst grant meslee en Costantinople de Grifons et des Latins qui y manoient devant ce que lestoire y alast; dont li Grifon orent grant poor que cil de lost ne sen meslassent si boterent le fue es maisonz des Latins. Par tel hore i fu botez que onques puis ne fina dardoir .ix. jors et .x. nuis ou travers de la cite de lune mer jusques al autre.

CHAPITRE XVII.

Je vos dirai dune grant felenie que Morchoffles fist apres ce et de quoi il sapensa. Il fist entrer a Blaquerne en la chambre ou li empereres se dormoit une nuit un sergent si le fist estrangler. Or fu bien averez li songes que li empereres sonja une nuit. Il avoit un porc sauvage de cuivre contrefait a Boque de Lion qui estoit sur la mer. Si sonja une nuit que cil pors lestrangloit; et quant ce vint lendemain por la poor que il avoit eue la nuit si le fist depecer par pieces. Mais ne li valut riens toute voies fu il estranglez. Quant li empereres fu morz si le fist len savoir a Morchofle ja soit ce que il le seust. Et Morchofles ala a Blaquerne si le fist enfoir et faire si haut servise come il aferoit a empereor. Quant li empereres fu mis en terre il manda les chevaliers et ala a Sainte Sophie. Si porta corone et fu empereres. Mais devant ce que il fust coronez fist il bien garder les portes que nus ni entrast ne issist que len ne seust en lost la mort del empereor ne la covine de la cite. Il y ot un haut home en la cite qui parent avoit este de lempereor. Si li fu avis que il deust meauz estre empereres si espia un jor que Morchofle fu en Blaquerne si prist ce que il pot avoir de gent et ala a Sainte Sophie et porta corone. Quant Morchofles loi dire si ala la si home o lui si le ocist. Li Franceis et li Venicien quant il virent les portes closes que len ni poeit aler ne venir si se merveillerent moult por quoi ce estoit. Si orent conseil et envoierent savoir que ce estoit; mais cil qui y alerent ni porent entrer ens; ains dist len que li empereres estoit malades. Ne pot mie estre longuement celee la novele; ains sorent coment li enfes estoit morz et que Morchofles estoit empereres.

CHAPITRE XVIII.

Ne demora puis gaires que Morchofles comenca a guerreer les Latins et la viande a restreindre. Si vos dirai que il fist jusques a .iiii. nes emplir despines; et quant il orent bon vent qui veneit derriers eauz qui aloit vers les Latins il fist le fuec geter ens et li vens les mena vers la navie des Latins. Mais li Venicien furent si bien garni et si bien se deffendirent de ce fue que onques ni orent damage. Ileques yvernerent li Franc a grant meschef tant que vint en caresme que li Venicien firent pons des maus et nes et les atirerent par tel enging que il monterent sus tuit arme; et quant il avaloient si estoint sus les plus hautes torz qui estoient par devers la mer ou il devoient assaillir. Ensi orent atire lor afaire et apareille a la Pasque Florie. Lendemain par matin sarmerent et entrerent es nes. Dex lor dona tantost un po de bon vent qui les mena jusque as murs de Costantinople. La premiere nef qui vint as murs fu la nef del evesque de Saissons. Cele avala tantost son pont sur une tor et Franceis et Veniciens monterent sur le pont si pristrent cele tor. Cil qui primes y entra fu un Venicien et fu ocis. Li autres apres fu un chevalier de France et ot nom Andre Dure Boche. Cil gaaigna cent mars dargent et li autres .l. Tantost come cele tor fu prise la gent se avalerent et ovrirent les portes de la cite et entrerent enz. Quant li empereres vit que li Latin estoient entre en la cite si sen fui. Ensi fu prise la noble cite de Costantinople a .viii. jorz davril par un mardi en lan de lincarnacion de Nostre Seignor .mcci.


LI VINTENEUFVIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Or vos dirai que li Franceis et li Venicien firent ains que il assaillissent la cite. Il firent .i. comandement que dedens mostier ne prendroient nule riens; et les avoirs que len prendroit en la cite len les metroit touz ensemble et partiroient a droit que li Venicien devoient avoir la moite par tout en quel terre que ce fust. Apres come il orent establi ce fait si firent escomenier a .iii. evesques qui la estoient li evesques de Soissons et li evesques de Troies et un evesque dalemaigne. Cil escomenierent toz ceauz qui riens destorneroient et qui naporteroient ce quil troveroient la ou len establiroit por partir; apres ce si escomenia len toz ceauz qui en mostier prendroient nule chose ne prestre ne moine ne derroberoient de chose que il eust sus lui et qui sus feme metroit main. Ensi fu establi et comande et li escomeniemens fais devant ce que li Latin entrassent en Costantinople; ne que il y eussent onques este estoient il plain dou Saint Esprit et avoient grant charite en eauz que ce cent Grifons veissent .x. Latins si sen fuissent il. Quant li Latin orent prise Costantinople il avoient lescu de Dame Deu enbrace. Et tant tost come il furent dedens il le geterent jus et enbracerent lescu au Deable. Il corurent sus a Sainte Iglise premierement et briserent les abbayes et les roberent. La fu la coveitise si grant entreauz que quant il devoient porter au mont et il portoient au val. La fu grant la haine et la rancune que li chevalier disoient que la povre gent avoient tout et la povre gent disoient que li chevalier avoient ravi tout et li clerc et li prestre aussi tout mucie. Dont il fu bien apareissant a la departie. Cil qui plus enblerent ce furent li Venicien qui lenporterent par nuit a lor nes. Dont il avint quant il orent pris Costantinople que li dus de Venise vost faire marche as Francois de lavoir qui estoit en Costantinople si feroit lavoir ajoster a ses homes et metre a une part si donroit a chascun home a pie cent mars; ensi leust il fait et creante. Mais li Franceis ne le vostrent mie otroier ains embla len tout et destorna ains que len partist as Veneciens que de la partie as Franceis not li chevaliers que .xx. mars et li prestres et li sergens a cheval .x. mars et li hom a pie cinc mars.

CHAPITRE II.

Quant il orent departi lavoir si parti len la cite par mi si que li Venicien en orent la moitie et li Franceis lautre. Tant eschei que la partie des Veniciens fu devers la mer. Quant il orent partie la cite si pristrent conseil que il feroient empereor et patriarche et si atira len que se cil de ca les mons faisoient empereor cil de la les mons feroient patriarche; et se cil de ca les mons faisoient patriarche cil de la les mons feroient empereor. Et establirent que li Venicien donroient le quart de lor partie de la cite al empereor par devers terre et li Franceis le quart de lor part par devers Boque de Lion. Quant il lorent ensi atire si eslut lon le conte Bauduin de Flandres a empereor; si porta corone en Sainte Sophie. Quant li cuenz Bauduin fu coronez a empereor si departi len les terres et les isles de la contree qui lor furent rendues dentor Costantinople; et as Veniciens dona len tel partie come avoir devoient. Apres ce laissa les Veniciens et ses baillis en Costantinople et ala a Salonique por prendre la et por delivrer le marquis a cui il avoit done le roiaume de Salonique. Li marquis ala avec lui et mena sa feme qui avoit este feme de Kir Sac et mere de lempereor que Morchofles avoit fait estrangler et enterrer et suer dou roi de Hongrie. La dame ot un fiz dou marquis qui puis fu rois de Salonique. Il a bien .xv. jornees de Costantinople a Salonique; en touz les lues ou il venoit le recevoit lon a seignor. Quant il vint a Salonique si li rendi len grant terres que puis tint Jofrei de Vile Harduin. Quant cele terre fu toute delivree et il lot donee a ceauz que je vos di si retorna en Costantinople. La vint Henris ses freres si passa le braz de Saint Jorge o tout grant gent et ala en Turquie et prist grant terre. Payens dorliens et Bauduins de Beauvoir et Pierres de Brachuel repristrent gens avec eauz et passerent le braz Saint Jorge et alerent en Turquie dautre part et conquistrent grant terre. Li empereres Bauduins et li cuenz Loys sejornerent en Costantinople por ce quil avoient lestoire loegniee plus que il navoient en covenant. Li empereres Bauduins manda a sa feme que ele alast a lui en quelque terre que il fust. Quant la dame oi la novele que ses sires li mandoit si sen ala apareiller et ala en la terre doutre mer et arriva en Acre. En ce point arriva que ses sires estoit empereres. Noveles vindrent al empereor que sa feme estoit venue a Acre il envoia chevaliers por lui faire venir en Costantinople; et manda en la terre dotre mer et fist crier par tout que qui vodroit avoir terre ne garison que il venist a lui. Il y ala a cele fois .c. chevaliers de la terre et dautre gent jusque a .x. mile; et quant il vindrent la il ne lor vost riens doner ainz se espandirent par la terre et alerent la ou il cuiderent meauz faire. La contesse de Flandres qui a Acre estoit ne vesqui gaires plus de .xv. jorz puis que ele fu mandee en Costantinople.

CHAPITRE III.

Or vos dirai des Grifons dandrenople que il firent en la cite dandrenople. Ele estoit escheue as Veniciens a lor partie. Il menoient moult mal ceauz de la cite et moult lor faisoient de honte. Il manderent es citez et es chasteaus qui pres deauz estoient por Deu que il se acordassent ensemble et mandassent au seignor de Blaquie que il les secorust. Et il lor manda que il les secorroit volentiers dedens la Pasque o tout grant gent; et ce fu .xv. jors devant. Quaresme Prenant que li messages y ala. Il a .xiiii. bones jornees de Costantinople jusques a Andrenople de bien mauvaise voie.

CHAPITRE IV.

Ci vos dirai que cil des chastiaus et de la cite dandrenople firent. Quant il orent lassegurement des Blacs que il les secorroient il manderent as garnisons des Venicienz que il vuidassent la terre ou il les ocirroient tous; mais en pais sen alassent ainz que il les tuassent. Les garnisonz virent que il navoient mie la force si sen issirent et alerent en Costantinople; et ausi fist len faire a toutes les garnisons qui pres dilec estoient. Les garnisons envoierent messages batant al empereor de Costantinople et li firent savoir que si faitement sen venoient et coment li Grifon les avoient mis fors. Li messages vint en Costantinople le jor des Cendres si come li empereres issoit de sa chapele ou il avoit oi le servise de la messe et li dist son message. Quant li empereres loi si en fu moult dolenz; si entra en sa chanbre et manda le duc de Venise et le conte Loys et les autres barons qui en Costantinople estoient. Il alerent tuit a son comant et moult furent dolent quant li empereres lor dist la novele que il avoit oye. La pristrent conseil et sacorderent ensemble daler asseger la cite dandrenople et tout metre a lespee; que par Andrenople estoit toute la terre revelee. Dont comanda li empereres que tuit fussent appareille de movoir dedenz la mi Caresme et tuit cui qui armes porroient porter fors ceauz que len esgarderoit a demorer en la cite por garder la. Ensi come il le comanda si fu fait. Quant ce vint en mi Quaresme il alerent asseoir Andrenople. Il norent gaires este devant Andrenople quant li Blac et li Coman furent pres dilec; et coroient chascun jor devant lost et gardoient si la viande que a peines en poeent il point avoir. Il firent lices derriere eus que li Blac et li Coman ne se ferissent en lor ost. Quant li empereres vit que li sires de Blaquie avoit amene sur lui si grant gent si prist messages si les envoia en Turquie outre le braz Saint Jorge a Henri son frere et li manda que il sen venist o tout quan que il avoit de gent que li Blac et li Coman lavoient assege devant Andrenople. Tout ausi manda il a Paien dorliens et a Bauduin de Beauveir et a Perron de Brachuel qui un autres ost tenoient en Turquie.

CHAPITRE V.

Quant li empereres vint devant Andrenoples cil de la cite issirent contre lui et le bien veignerent come seignor et li demanderent por quoi il venoit la terre asseger que il le conoissoient bien a seignor et la cite li rendroient il se il les voloit tenir a droit come ses homes; mais la cite ne li rendroient il mie ains se lairoient toz depecier piece a piece por quoi il les vosist metre en autre main que en la soe; et ce que il avoient fait des garnisons que il avoient mis hors que il avoit laisse de par lui il lavoient fait sur lor droit deffendant car il les malmeneent de lor femes et de lor enfanz si que il ne les poeent plus soffrir; ne jamais tant come il vesquissent Venicien nauroient seignorie sur eauz. Quant li empereres oi ce que cil dandrenople li orent dit et offert si prist conseil que il en feroit. Len li loa et conseil li aporta que se li dus voloit prendre aillors terre que il li donast par si que il laissast Andrenople en pais. Li empereres le requist au duc et li dus respondi que autre eschange nen auroit il ja ains se vengeroit de la honte que il avoient faite a lui et a ses homes; et li requist que il li aidast la cite a assaillir. Li empereres dist que il ne li faudroit mie ains li aideroit de ce que il porroit. Apres fist li empereres armer sa gent et assaillir la cite et envoia une partie de ses mineors qui minerent des murs une partie de la cite et estanconerent et mistrent les atrais si quil ni avoit que a bouter le fue dedens. Quant il fu ensi apareille que il ni avoit que a boter le fue li empereres manda les chevaliers de lost por establir li quel garderoient lentree de la cite et li quel garderoient les lices et li quel entreroient ens; que il ne voloient mie que les menues gens y entrassent por destorner lavoir qui dedens estoit. Apres comanda li empereres que por chose que il veissent ne oissent ne nississent hors des lices.

CHAPITRE VI.

Il fu bien none quant il orent cel atirement fait; si se partirent et alerent chascun a sa herberge. Ce fu fait le juesdi apres Pasques. Li cuens Loys fu assis au disner et mangeit; si come il mangeit si vindrent li Blac et li Coman jusques as lices glatissant. Quant li cuens Loys le sot si en fu moult dolens et dist: Vois por les trumeaus Beu. Cist garcon ne nos lairont mie manger en pais. Va dist il a un de ses escuers amoine moi mon cheval. Et il dist a un autre: Va si di a Robert dou Perche et a Robert de Monmirail et a mes chevaliers que il vieignent apres moi. Il demanda un hauberc si le geta sur son dos si monta a cheval et issi hors des lices et si chevalier et sa maisnee apres lui. Quant cil de lost virent que li cuens issoit hors des lices il crierent tuit as armes et issirent apres lui. Quant li empereres oi le cri et la noise en lost si demanda que ce estoit; et len li dist que li cuens Loys estoit issus et aloit apres les Blas et les Comans. Li empereres comanda que len li amenast un cheval si iroit apres lui et le feroit retorner; si comanda au mareschal de Champaigne que il feist garder que nus nalast apres lui se chevaliers non et que il feist bien garder les lices et les engins por ceauz de la cite qui ne ississent hors; et il iroit apres le conte Loys por faire le retorner. Li cuens Loys chaca tant les Blas et les Comans que il senbati sur lor agait et bien avoit ja chace .iiii. liues ou plus quant il sapersut de lagait; si sen retorna arriere et une partie de la luer gent qui fres estoient saillirent apres lui et labatirent de son cheval et le nafrerent a mort et ocistrent ceauz qui avec lui estoient.

CHAPITRE VII.

Adonc issi li empereres et avec lui .cc. chevaliers des meillors de lost por aler rescorre le conte Loys ester les Veniciens qui apres lui venoient. Quant li agais qui saillis estoit vit lempereor venir si se traistrent arrieres. Li empereres se traist avant; si trova le conte Loys ou il se moroit et les autres qui morz estoient; si fu moult dolenz et grant duel comenca a faire sur le conte Loys. Li cuenz Loys li dist: Sire por Deu ne faites duel mais por Deu ayes merci de vos et de la Crestiente car je me muir; mais tenez vos tout coi et si raliez vos gens ensemble car il yert nuit par tens si porrois aler as herberges que je ai este sur lor agait et veus les ai; que se vos alez avant sachez de voir que ja pie nen eschapera. Li empereres dist que ja Dex ne pleust que il eust reprovier de nul home que il eust le conte Loys laisse mort en champ ains lenporteroit avec lui ou il morreit.

CHAPITRE VIII.

Tant chevaucha li empereres et si chevalier avant que li Blac et li Coman saillirent de lor enbuschement et les avironerent et les ocistrent toz quan que il en y ot en la conpaignie de lempereor fors ne sai quans chevaliers et sergens qui en eschaperent par esfors de cheval et tornerent a lor herberges. Quant li Venicien et ceaus qui avec eauz estoient virent la bataille il sen retornerent arrieres por le grant pueple que il avoient veu; car il savoient bien que se il aloient avant que il ni auroient duree. Il estoit ja prime some quant il vindrent a lor herberges. Donc firent savoir au duc de Venise et au mareschal de Chanpaigne la mescheance coment ele estoit avenue. Quant il oirent ce si leverent le siege coyement et monterent qui meauz meauz et laisserent lor herberge et lor harnois et sen alerent sur la mer vers une cite qui estoit de Venicienz qui a nom Rodestoc; et vers Constantinople en ala une partie mais poi en y ala. Quant il orent toute nuit erre et ce vint lendemain de beau jor il garderent de loing si virent venir grant gent a cheval; si cuiderent que ce fucent Blac et comencerent a fuir vers Rodestoc. Cil qui venoient a cheval estoient Bauduin de Beauveoir et Payens dorliens et Pierres de Brachuel qui venoient secorre lempereor devant Andrenople. Pierres de Brachuel les choisi premierement si se merveilla ques gens ce estoient qui si fuoient et por quoi; et esgarda vers eaus si conut lor entreseignes que ce estoit de lor gens qui si fuoient. Donc dist a ses conpaignons: Venez tout belement et je poindrai vers eauz et saurai que ce est. Il poinst et les atainst. Quant il le virent venir sol si se aresterent et quant il vint a eaus si les conut si lor demanda noveles et il li distrent. Quant Pierres de Brachuel oi ces noveles si demena grant duel et manda ses compaignons que il venissent a lui et il y vindrent. Et quant il furent venu si alerent a Rodestoc la sejornerent et atendirent se Dame Deu lor envoieroit secors de aucune part.

CHAPITRE IX.

Quant li Blac orent ocis lempereor et ses chevaliers et il sorent que Henris ses freres avoit passe le braz Saint Jorge et que il aloit a Andrenople si alerent encontre por lui ocirre se il le peussent ateindre. Mais Dame Dex ne le vost pas soffrir ains y envoia un paisant dou pais por dire la novele de lempereor et do conte Loys et des chevaliers qui morz estoient et dou siege qui estoit levez dandrenople et alez a Rodestoc et que li Blac venoient encontre lui; et que se il ne se hastoit daler par jor et par nuit il seroit ocis et tuit cil qui avec lui estoient. Mais por Deu pensast de son cors garantir et de ses conpaignons.

CHAPITRE X.

Quant Henris oi la novele de la mort de son frere et ses conpaignons si en fu moult dolenz et grant poor ot de la soe mort et de ceauz qui avec lui estoient. Si ne sot que faire que il avoit avec lui .xxx. mile maisnees dermins et lor femes et lor enfanz et lor harnois por faire manoir en Costantinople si lor avoir jure que por rien qui avenist ne lor faudroit tant que il les auroit mis en Costantinople. Or ne sot que faire; que il savoit bien que se il sen aloit et les laissoit que il y auroit grant peche et que il feroit contre son sairement. Donc prist conseil as chevaliers que il feroit. Li chevalier li conseillerent que meauz estoit que il laissast son menu pueple en aventure et sen alast a Rodestoc a lor gent et se raliassent la que ce que il demorassent por eauz faire ocirre; que ce seust il bien selonc ce que li paizanz lor avoit dit que a pie nen eschaperoit ja. Si venoit meauz que li Ermine fussent mort que il; car se il estoit mort en Costantinople ne a Rodestoc ne en toute la terre ne remaindroit pie que tuit ne fussent mis a lespee. Il fu avis a Henri que li chevalier li donoient bon conseil. Dont il apela le paisant si li demanda se il le sauroit mener a Rodestoc et il dist: Oil bien mais espleitassent daler. Henris mut et si chevalier et li paisanz avec. Si errerent .ii. jorz et .ii. nuis que onques ne mangerent et moult perdirent de lor chevaus qui recrurent en la voie si que moult en covint aler a pie; et alerent tant que il vindrent a Rodestoc. La troverent lor compaignonz qui eschapez estoient de la bataille.

CHAPITRE XI.

Quant il furent la ajoste et il se furent entreveu si firent moult grant joie de luer venue et de ce que Dex les avoit ileques assemblez selonc la mescheance qui avenue estoit. Grant duel firent de ceauz qui morz estoient. Li Blac atendirent les Ermines que Henris avoit laisses si les ocistrent eauz et lor maisnees fors aucunz qui en eschaperent et alerent en Costantinople. Quant la novele vint en Costantinople de la mort de lempereor et dou conte Loys et des chevaliers et do siege dandrenople et de ceauz qui en estoient partis si furent moult dolens. Por ce ne fu mie de merveille que Nes de Bethune qui estoit demorez et un chardenal ausi quant il oirent la novele si manderent toz les Latins de Costantinople et les firent assembler en un lue por prendre conseil que il feroient et por comander que chascuns fust apareillez de lui deffendre se il veeit que mestier en fust. Car por chascun Latin qui estoit lors en Costantinople estoient il cent Grifon et savoient le cri de la terre. La pristrent conseil que il armeroient un vaissel et lenvoieroient a Rodestoc et feroient cercher la marine por savoir se il orroient la noveles de Henri danjo ne des autres qui estoient parti dandrenople. Por ce atirerent et envoierent par mer que il ni poeent envoier par terre. Il armerent le vaissel si lenvoierent par mer et demora plus de .viii. jors puis que il les ot troves a Rodestoc ne onques ceauz de Rodestoc ne lor firent assaver tant que li vaisseaus revint arriere. Bien sejornerent li Latin .xv. jors a Rodestoc et plus puis quil i furent assemble et ne sen osoient partir por les Blas. Quant il sorent que li Blac se furent trait arrieres si se partirent de Rodestoc et alerent vers Costantinople. Si envoierent le vaissel avant qui estoit venus por oir noveles deauz et firent savoir que il venoient.

CHAPITRE XII.

Quant il furent venu en Costantinople si se assemblerent tuit et pristrent conseil de faire seignor en la terre. Il establirent que il feroient en la terre bail Henri le frere de lempereor tant que il sauroient se li empereres estoit morz ou vis. La le firent bailli et li firent homage come a lor seignor. Si fu puis baillis plus dun an. Il faisoit querre et encercher et dona grant avoir a moines Gres et a autres gens ne onques ne pot oir noveles fors tant que un home vint a lui si li dist que il avoit veu .ii. homes qui avoient lempereor emble si lavoient mene en une forest ou il les mena. Cele forest est sur la mer Major. Come il vindrent la si descendirent de lor chevaus a terre. Cil alerent dessoz un arbre ou cil dist que il avoit veu lempereor et ne le troverent mie; mais il troverent relief de pain et de oignons et de sel mais ne sorent qui y avoit mange. Cil lor jura que dessoz cel arbre avec soi .ii. homes avoit laisse lempereor. Len cercha la forest mais ni trova len riens. Quant il virent que il ni troveroient riens si sen tornerent arrieres vers Costantinople. Vees toute la novele de lempereor Bauduin quen pot onques de lui savoir puis que il fu perdus.

CHAPITRE XIII.

Je vos avoie oblie a dire dou conte de Saint Pol qui en Costantinople estoit. Il fu mort de sa mort bien .xv. jors devant ce que li empereres Bauduins meust a aler a Andrenople. Quant Henris ot este baillis de la terre bien pres de .i. an et lon ne pot savoir nules noveles de lempereor Bauduin cil de la terre le firent empereor et le coronerent en liglise de Sainte Sophye. Quant Henris ot porte corone si li rendi len grant partie de la terre qui avoit este perdue entor Costantinople et si li rendi len Andrenople par tel covent que il auroient seignor Grifon et que il ne seroient dessoz nule seignorie de Veniciens ne des Latins. Toutes hores prist lempereor ce que il en pot avoir et ce que len li rendi et si la dona a un haut home de la terre qui avoit non Lavernas et qui puis len servi moult bien. Cil Lavernas avoit a feme la seror Phelipe le roi de France qui feme fu au fil lempereor Manuel que Androines fist noyer. Li empereres Henris fist pais as Blas et prist la fille au seignor de Blaquie por avoir saide puis fist tant que len li rendi la terre de ci a Salonique et y ala. Et come il vint la si trova que li marquis estoit morz. La trova un suen fiz si le corona et fist roi de Salonique. Ne demora gaires apres ce que il ot ileques demore une piece si fu morz. Si chevalier et si home qui avec lui estoient retornerent arrieres por garder Costantinople. Donc pristrent messages si les envoierent en France au conte Perron dausoerre qui cosin germain estoit dou roi Phelippe et avoit la contesse de Nemur a feme qui suer avoit este de lempereor Bauduin et lempereor Henri. Si li manderent que il alast en Costantinople et sa feme que li empires si lor estoit escheuz; si le feroient empereor et la dame empereris si come drois estoit.

CHAPITRE XIV.

Quant il oirent la novele si murent tantost entre lui et sa feme et alerent a Rome a lapostoile. Si menerent a Rome le conte de Sanssuerre et chevaliers et sergens et si laisserent .ii. fiz chevaliers que il avoient dont li ains nez fu cuens de Nemur. Quant li cuens Pierres fu a Rome si fist tant vers lapostoile que il le corona a empereor et sa feme a empereris. Quant il furent corone si alerent a Brandis por passer en Costantinople et lapostoile envoia avec euz un chardenal. Et quant il vindrent a Brandis li empereres fist apareiller nez et vaissiaus; si entrerent ens et passerent a Duras. Quant il furent a Duras et li sires sot que ce estoit li empereres qui venoit si li ala encontre et li fist grant joie come a seignor et li fist homage de sa terre. Duras est la premiere cite a lentree de Grece par devers Puille. Quant li empereres ot ilec une piece este si vint li sires de Duras si li dist: Sire vos ires en Costantinople par terre et je irai avec vos tant come ma terre durera; et puis que len saura par Grece que je vos aurai rendue ma terre et que je irai avec vos ni aura ja un sol home qui contre vos seit; ains venront a vostre merci et vos rendront tote la terre. Li empereres le crut si alerent par terre. Lempereris estoit grosse si nala mie avec eaus; ains sen ala par mer en Costantinople. Ains que ele y venist arriva ele en la terre Jofroi de Vile Harduin qui grant honor li fist. Lempereris avoit une fille et Jofroi de Vile Harduin un fiz qui avoit nom Jofroi. Lempereris vit que cil avoit grant terre et vit que sa fille i seroit bien mariee si li dona et il lesposa. Apres ala lempereris en Costantinople. Ne demora gaires apres que ele se delivra dun fiz dont ele estoit grosse.

CHAPITRE XV.

Or vos dirai coment il avint a lempereor Pierre. Il se parti de Duras o tout son ost et chevaucherent .v. jornees ou .vi. ensi que Todre le Commanos o tot grant ost le sivoit et se herbergeit chascun jor pres deaus a .ii. liues ou a trois; tant que il avint un jor que lempereor Pierre fu herberges sur une grant riviere en une moult bele praerie et Todre se herberja sur cele meismes riviere a .ii. liues de lui. Ensi come il se herbergeit .ii. homes vindrent pres de lost et crierent fiance. Len le fist assavoir a lempereor; il comanda que len les affiast. Len les affia. Il vindrent avant et distrent que il voloient parler a lempereor. Il les amenerent devant lui. Il li distrent que lor sires lempereor Todre li mandoit que se il cuidoit estre asegur si come un Crestien doit estre avec lautre il venroit parler a lui de son profit. Li empereres ot conseil sur ce; si li fu loe que il lassegurast; car en ce ce li distrent que de oir ce quil diroit ne poeit il riens perdre. Li empereres li envoia .ii. de ses chevaliers Herbert de Chaumeril et un autre et li manda par eaus que il poeit segurement aler et venir. Quant Todre entendi les messages si en fu moult liez si monta piestant a cheval et vint en lost de lempereor eschierement; car il ni amena mie cent homes a cheval et ot tres que a .x. de ses riches homes que il apelent en Greseis arcondes. Cil Todres li Commanos estoit moult riches hom et tenoit moult grant terre que lon claime Zagora et Andrenople et Filipople et Grisople et tenoit Salonique et toute la terre de Duras ou lempereor Pierre arriva tres que a la marche des Blas et si se apeloit empereor et por empereor se tenoit; car il disoit quil estoit li plus procheins parens del empereor Manuel et si tenoit grant partie de lempire; por tout ice se poeit il bien teir por empereor tout fust il que il neust le maistre siege; quar il le cuidoit avoir par force non mie par raison. Por totes ces choses et por la desleaute qui est es Grifonz fist li empereres Pierre folie quant il ot o lui parle nule parole.

CHAPITRE XVI.

Ensi come il aprocha de la heberge li empereres Pierres monta a cheval et ala encontre lui a grant conpaignie des chevaliers. Moult se firent grant feste de saluer et dencliner et denbracer et descendirent ou tref lempereor Pierre. Quant il furent assis Todre mist a raison lempereor Pierre par durgeman et li dist: Sire je voi que Dex vos a amene en ces parties por le profit de la Crestiente; et se vos me volez croire nos poons vos et moi moult essaucer la foi de Jhesu Crist; car se il vos plaist que nos faciens pais et amor et que nos faciens aliance et atachement de garder et de sauver li unz lautre et de estre freres et compaignon ou servise de Nostre Seignor et faire chascun son poeir legere chose nos seroit de conquerre la terre que Lascre tient et cele do sodan dou Coyne et puis aler en la sainte Terre de Jerusalem et metre tout a nos volentes. Et se il vos plaist ensi faire je en sui tot prest. Li empereres ot conseil et respondi a Todre que ce que il avoit dit li plaisoit moult bien et que il estoit prest dou faire. Li Saint furent aporte; si jura Todres li et ses arcondes a garder et assauver lempereor Pierre et son honor et ses homes et toutes les lor choses et lempereor Pierre jura tout aussi a Todre et le fist jurer a ses baronz et fu pris jor de estre ensemble en Costantinople por atirer ce qui estoit por parle.

CHAPITRE XVII.

Quant ceste chose fu ensi por parlee come vos avez oi Todre sen vost aler en sa herberge. Li empereres Pierres li prea que il deust manger o lui par comencement de lamor. Todres li respondi que il ne voloit faire fors ce qui li plaireit. Les tables furent mises il y assistrent; et quant il furent leve dou manger Todres pria lempereor que il et si chevalier deussent manger o lui lendemain et il feroit aprocher sa herberge. Li empereres li otrea dont il fist folie si come il parut. Li Franceis furent moult lie de ces choses car il cuidoient par ce avoir tout gaaigne et ne se donoient garde de la desleal traison que len lor bastissoit; ains faisoient joie et feste et contre faisoient le cinne qui chante quant il doit morir. Lendemain par matin Todre ot faite sa herberge aprocher et fu tendue de lez cele de lempereor Pierre dautre part de la riviere si que il not que la riviere entre deuz. Quant il fu hore de manger lempereor Pierre et li plus de ses chevaliers passerent le gue et vindrent en la herberge de Todre et furent receu hautement et honoreement et assistrent au manger. En ce que il mangeent il ne sorent mot devant que il furent avironez de gens armees qui maintenant pristrent lempereor Pierre et le comte de Sansuerre et touz les autres chevaliers; et refurent autres gens armees a grant plente qui corurent en la herberge ou cil ne se gardoient si les pristrent et ocistrent si que moult poi en eschapa. Ensi perdi lempereor Pierre lonor que Dex li avoit donee et le cors et toute sa gent et quan que il avoit et fu en la prison tant que il morut.

CHAPITRE XVIII.

Quant cil de Grece oirent dirent que lempereor Pierre estoit en la prison de Todre si se revelerent et reconquistrent toute la terre que li empereres Henris avoit conquise. Ne demora gaires apres ce que li empereres fu mort en la prison et que lempereris fu morte en Costantinople; et li chevalier manderent le conte de Nemur qui fiz estoit de lempereris que il alast en Costantinople que la terre li estoit escheue. Quant li message vindrent a lui et il orent conte la messagerie il dist que il sen conseilleroit. Il sen conseilla mais conseil ne li aporta pas que il y alast ains y envoia son frere qui miens nez estoit de lui et lor comanda que il le coronassent; car il ni poeit aler. Cil avoit nom Henri; si sen ala par Hongrie car la roine estoit sa suer de cui il ot conduit et aide dou roi de Hongrie par mi sa terre et par mi Blaquie. Et sauvement ala en Costantinople et porta corone. Quant il ot porte corone il ne fist gaires despleit en la terre que il ni avoit mie mene gent dont il peust mie grantment espleiter; et si eust perdue toute la terre et Costantinople se il neust eu en aye les Blas. Mais li Blac li aiderent la terre a tenir ce que il en trova.

CHAPITRE XIX.

Si vos dirai que li empereres fist. Il avoit une veve dame en Costantinople qui fille avoit este a .i. chevalier dartois qui avoit nom Bauduin de Nuevile. Cele dame avoit mere. Li empereres ama tant cele dame que il ne pooit durer sanz lui. Il lesposa coiement et si la mist avec lui en son manoir et sa mere avec. Quant li chevalier de Costantinople le sorent si en furent moult dolent; car il estoit si entrez en lui que por besoigne que il eussent ne le poeent geter de la chambre. Il pristrent conseil que il en feroient si alerent en la chanbre ou lempereres estoit si pristrent la mere a la feme de lempereor si la mistrent en un batel et lenvoierent noier en mer; apres vindrent a sa feme si li coperent le nes et le baulievre et laisserent lempereor en pais. Quant li empereres vit la honte que len li ot faite de sa feme et de la mer de sa feme si en fu moult dolens. Il fist armer galees et entra enz si laissa Costantinople et ala a Rome. Quant il vint a Rome si se plainst a lapostoile de la honte que si home li avoient faite. Et li Apostoiles len conforta docement et li dona dou suen et si li prea durement et fist tant vers lui que il retorna arrieres; si arriva en la terre de Joffroi de Vile Harduin. La li prist une maladie de quoi il fu morz.


LI TRENTIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Or vos lairons a parler de la terre de Costantinople jusque a une autre fois par aventure que len en parlera. Si vos dirons de Fedric le roi de Cesile cui si home avoient deserite de sa terre et dou duc de Soave son oncle qui la terre dalemaigne li gardeit dont il devoit estre empereres. Il avint un jor que uns chevaliers entra en la chambre dou duc si locist. Quant li haut home dalemaigne sorent que li dus fu morz qui encontre eauz estoit si parlerent de Oton coroner par les premesses et par les dons que il avoient eu dou roi dengleterre. Il manderent Oton si le coronerent a Ays la Chapele. Quant Otes ot portee corone si fist querre le chevalier qui le duc de Soave avoit ocis et le fist tant cercher que il fu pris. Por geter soi de blasme et por ce que len li metoit la mort le duc sus il le fist trainer et pendre. Apres sen ala a Rome a lapostoile que il le deust coroner. Li Apostoiles le corona volentiers por ce que li rois dengleterre len avoit pree. Lendemain que Otes fu corones a Rome a empereor et il fu partis de Rome si entra en la terre de apostoile si le comenca a guerreer moult malement et prist ses chasteauz et les garni encontre lapostoile. Quant li Apostoiles sot que il ot pris ses chasteauz et en sa terre estoit entres il fu moult dolent de ce que il lavoit corone a empereor si ne pot autre chose faire fors de Oton escomenier par toute la terre de Crestiente. Quant Tibauz qui bailliz estoit de Puille a cui li empereres ot laissee la terre de Puille et de Calabre a garder a euz de son fiz Fedric quant il sot que Otes ot porte corone si ala a lui et li dist que il alast en Puille et il li rendreit toute la terre; apres iroient en Cesile si prendroient Fedric et le ocirroient. Et se il ne le faisoient seust il bien que se il venoit en aage il li rendroit sa terre. Li empereres garni bien les chasteaus que il ot pris sur lapostoile si sen ala en Puille avec Tibaut mais ni espleita pas grantment que cil des citez li furent encontre lui tuit si ne li vostrent rendre.

CHAPITRE II.

Quant li empereres vit que il ne ni feroit rienz iluec si laissa Tibaut en son luec si sen ala en Lonbardie et en Toscane por prendre sez seurtes. En Alemaigne demora toz escomeniez. Li Apostoiles atendi plus dun an que il cuidoit que il venist a amendement de ce que il avoit mespris vers lui mais ni vint mie ne ni vost venir. Li Apostoiles en prist conseil tel come vos orrez dire. Mais anceis vos dirai de Fedric qui a Palerme estoit. Il ot conseil des arcevesques qui le gardoient que il se mariast en tel lue dont il eust secors et aide a sa terre ravoir que si home li avoient tolue; il lor dist que il feroit volentiers ce que il vodroient. Dont il li distrent que li rois daragon qui marchissoit a lui avoit une seror qui roine avoit este de Hongrie et que se il poeit tant faire que il leust a feme il ne savoient nului dont il peust si tost avoir secors par mer ne par terre. Donc dist Fedric que il y envoiassent se il voloient; et se len li voloit doner il lesposereit volentiers. Li arcevesque firent armer galees et envoierent au roi daragon por demander se il envoieroit sa seror au roi de Cesile.

CHAPITRE III.

Quant li message vindrent au roi daragon et il orent conte lor message li rois en fu moult liez. Si fist armer galees et nez charger darmes et de viandes et fist sa seror entrer ens si lenvoia en Cesile au roi Fedric; et si envoia son frere avec lui qui cuenz estoit de Provence et .vc. chevaliers por lui aider a recovrer ce que si home tenoient de lui. Apres ce que il furent meu daragon arriverent il a une cite que a nom Palerme la ou li rois de Cesile estoit. Quant il furent arrive si descendirent a terre li rois ala encontre qui moult bel les recut; et si tost come il furent venu il esposa la dame. Quant il ot la dame esposee il se partirent de Palerme et alerent par Cesile mais po conquistrent de la terre; mais tant firent li rois et la roine et li chevalier que il alerent de Palerme jusque a Messine tot conquerant. Il a de Palerme jusque a Messine .v. jornees. Apres ce que li rois et li cuenz de Provence furent arives a Messine ne demora gaires que li cuenz fu morz et grant partie de ses chevaliers et lautre sen retorna arrieres en son pais et li rois demora a Messine avec ses borgeis; que des chevaliers navoit il gaires avec lui.

CHAPITRE IV.

Je vos dirai le conseil que li Apostoiles ot contre Oton. Il oi dire que li rois de Cesile estoit a Messine et que il avoit feme esposee; il li manda que se il poeit tant faire que il fust en Alemaigne il manderoit as evesques et as arcevesques que il le coronassent a Ais; apres ce quant il auret portee corone a Ais il le coronerent a Rome. Quant li rois de Cesile oi ces noveles si fu moult liez; si fist apareiller .iiii. galies et entra enz et ala a une soe cite qui est au chief de sa terre a .iiii. jornees de Rome qui a non Gaete por ce que il noseit aler avant por les paisans qui le gaitoient.

CHAPITRE V.

Quant il ot la grant piece este si manda a Genoe de par lui as Genoeis qui le secoreussent et que il venissent por lui; que il ne se poeit mover de Gaete. Cil de Genoe armerent galees si envoierent por lui si lamenerent a Genoe; et bien sejorna .v. mois que onques nissi de la cite. Et quant Otes oi dire que li Apostoiles lavoit mande contre lui por faire coroner et envoier en Alemaigne il envoia en Lonbardie et en Toscane ses messages as citez et es chasteaus; et envoia granz presenz et granz dons et assez promist a ceauz qui prendre les porroient le roi de Cesile et le retenissent. Ice leur mandoit il priant. Quant li rois Phelipes de France oi dire que li rois de Cesile estoit a Genoe et que li Apostoiles le voloit envoer en Alemaigne por coroner si en fu moult liez. Il sot que Otes faisoit gaiter les chemins et les destrois por lui prendre. Il manda a Genoeis que il meissent cost et peine que li rois de Cesile fust en Alemaigne et il lor guerredoneroit moult bien. Li Genoeis firent tant vers ceauz de Lonbardie que li rois fu en Alemaigne et porta corone a Ais la Chapele. Tant tost come il fu coronez si prist la crois doutre mer et se croisa et voa a Deu que il iroit en la Terre de Promission et aideroit a son poeit a delivrer la terre des anemis de la Crois. Quant li rois ot portee corone a Ais la Chapele li arcevesque et li evesque se tindrent a lui par le comandement de lapostoile et une partie des chevaliers et Loherene toute.

CHAPITRE VI.

Il avint chose un jor que il estoit en Lohereine en un chastel et lon avoit por parlee sa mort par promesses que Otes avoit fetes. Un chevalier sot cele traison; si vint a Fedric si li dist que len avoit por parlee sa mort et que len le devoit la nuit ocirre; et se il voloit faire a son conseil il li aideroit bien que il ne seroit mie ocis. Li rois dist que volentiers le feroit. Sire dist il se vos vos movez ores vos estez gaitez de totes parz et ne porrez aler cele part que vos ne soyes ocis. Si dirai que vos ferez. Quant ce venra a nuit vos ferez un vallet cocher en vostre lit si cuideront que ce soyes vos; il passeront avant si entendront a lui ocirre et vos tantost isses de la chambre et je serai apareillez o tout les chevaucheures; si vos en menrai. Et li cris levera que vous soyes ocis et a tant sen fuiront cil qui vos cuideront avoir mort et je o laide Deu vos metrai a sauvete.

CHAPITRE VII.

Je vos dirai por voir que il avint la nuit. Lendemain leva li cris par toute la cite que li rois de Cesile estoit ocis en son lit. Quant li cuenz de Bar le sot qui marchissoit a Lohereine si le fist savoir au roi Phelipe de France. Quant li rois loi si en fu moult dolenz por ce que il se dotoit de Oton se il venist en poeir que il ne le grevast. Le jor meismes refist assaver li cuenz de Bar au roi de France coment il estoit eschapes dont li rois fu moult liez. Apres ce avint que li rois de Cesile manda au roi de France que il parleroit volentiers a lui en Vau Color. Li rois Phelipes ni pot aler ains y envoia son fiz Loys et furent ensemble entreaus; mais de lor conseil ne vos sai je rienz dire fors tant que aucunes gens dient que li rois de France li presta grant avoir por maintenir sa terre vers Oton.

CHAPITRE VIII.

Or vos dirai que Otes fist. Il sot bien que li rois de France amoit le roi de Cesile et que il li aidoit do suen contre lui. Il sot bien que li rois dengleterre ses oncles et li cuenz de Flandres qui Ferrant avoit nom estoient acordez ensemble et assembloient grant gent por guerroier le roi de France. Li rois dengleterre envoia grant chevalerie au conte de Flandres por estre contre le roi de France et si li envoia un suen frere qui avoit nom Guillaume Longue Espee et le conte Renaut de Boloigne qui avec lui estoit et Huon de Bove. Apres passa li rois dengleterre en Poito o tout grant gent et grant chevalerie. Quant li rois de France oi dire que li rois dengleterre estoit arrivez en Poito por entrer en sa terre si envoia Loys son fiz et le conte de Nevers o grant chevalerie. Et tant firent que il eussent pris le roi dengleterre en un chastel se ne fust un chardenal de Rome qui Engleis estoit et en la terre estoit venus por croisier les genz de la terre dotre mer. Quant il vit que li rois dengleterre nen avoit le poeir si pria tant Loys le fiz do roi de France que il sen ala en France. Ensi fist eschaper li chardenaus le roi dengleterre que il fu mie pris.

CHAPITRE IX.

Quant li rois de France oi dire que li cuenz de Flandres assembloit gent et que Otes et li freres dou roi dengleterre et li cuenz Renaut de Boloigne et Huon de Bove estoit venus en saye il semost ses oz. Si ala en Flandres contre lui si se herberja a .iiii. liues pres de son ost a une cite qui a nom Tornai. Le jor que li rois vint a Tornai fu samedi; lendemain fu dimenches si dist li rois que il ne se combatroit mie por la hautece dou jor; ne il ne fist. Quant li Flamenc sorent que li rois de France estoit si pres deaus il sarmerent si vindrent pres de lui que il le cuiderent trover a Tornai. Len le fist assaver au roi que li Flamenc venoient sur lui. Li rois fist sa gent armer et se leva dilec et sen revint arrieres a une herberge dont il estoit meus le jor devant et establi sariere garde et la charja as Champeneis et saresta au pont de Bovines. La atendoit sariere garde que ele venist que il ne voloit mie aler contre les Flamens au dimenche. Len fist assavoir au conte de Flandres que li rois de France sen fuioit et que il ne le oseit atendre. Dont vint li cuenz si poinst tant que il se feri en larriere garde. Lariere garde le recueilli o laide des chevaliers qui pres deaus estoient; si pristrent le conte de Flandres et Guillaume Longue Espee et le Conte Pelu et Renaut de Boloigne et des Flamens grant partie et des autres chevaliers assez. Otes sen fui et li dus de Brebant qui avec lui estoit et Hue de Bove; icist eschaperent. Et ala Otes en Alemaigne.

CHAPITRE X.

Quant li rois Fedris oi dire que Otes estoit si desconfis en Flandres et que il sen estoit fuis en Alemaigne il auna grant gent et ala sur lui. Quant Otes oi dire que li rois Fedris venoit sur lui o tout grant gent il vuida Alemaigne. Et cil sen ala apres et le chaca tant que il lasseja en un chastel. La li prist une maladie de quoi il morut; maius anceis que il fust morz se demist de lempire et le rendi au roi Fedric la corone de Rome et les aornemens que il porta quant il fu empereres. Ensi come vos avez oi aida Dame Dex au roi Fedric de si povre come il fu au comencement.

CHAPITRE XI.

Ci endreit dist li contes que il vos laira a parler dou roi Fedric dalemaigne qui en Alemaigne estoit et sejorna grant piece ains que il alast a Rome por estre coronez tant que point et hore en sera de parler. Il manda sa feme et son fiz que il avoit laisse en Cesile. Si dirons de la terre de Jerusalem. Il avint chose que li rois Haymeris et li chevalier de la terre et li Templier et li Hospitalier et cil des Alemanz furent herberge a la Paumeree de Cayphas por doner herbe a lor chevaucheures. Quant ce vint pres de Pasques pescheors orent pris en la fosse dou flum peissons trop grans que len apele orates blanches si en porterent des meillors au roi qui moult en manja et trop; apres manger se cocha por dormir. Quant il sesveilla si se senti moult malade si monta lors a cheval et sen ala a Acre. Iluec li agreja la maladie si fu mors. Il remest de lui a la reine Ysabel .iii. enfans un fiz qui ot nom Amaurri et .ii. filles; lune ot nom Sebile qui fu mariee a Livon le roi dermenie; et lautre Melissent qui fu mariee au prince Beymont dantioche et conte de Triple. Quant li rois Haymeris fu morz li baron et li chevalier dou roiaume se assemblerent devant la reine Ysabel et par son otroi et par lor acort fu esleus a bail dou roiaume Johan dybelin qui estoit sire de Baruth et estoit frere de la reine Ysabel de mere. Ne tarja puis gaires apres ce que Amaurion fu mors et apres moult poi morut la roine Ysabel. Si fu heir de la terre Marie sa ains nee fille que ele avoit eu dou marquis Corrad de Monferrare et demora Johan dybelin bail si come il avoit este mis.

CHAPITRE XII.

Quant li rois Haymeris fu morz Gautier de Montbeliart qui avoit espozee sa fille Borgoigne ala en Chypre lui et sa feme et ot le baillage et la garde de la terre et del enfant Hugue qui en esteit dreit heir. Quant cil dou roiaume de Jerusalem virent que lor dame estoit en aage de marier si se assemblerent ches le patriarche Aubert qui estoit Lonbart et tuit li prelat et li chevalier de la terre et cil des treis maisons por avoir conseil coment et a cui il peussent marier la damoisele qui estoit hoir dou roiaume de Jerusalem et que il la peussent doner a tel home qui peust et seust garder et maintenir la terre.

CHAPITRE XIII.

Lor conseil fu a ce que il manderoient au roi Phelipe de France que il les conseillast de un prodome qui peust et seust garder et maintenir le reiaume de Jerusalem. Quant il se furent acorde a ce conseil si eslurent un message a ce fornir un riche home de la terre qui avoit nom Aymar de Lairon qui estoit seignor de Cesaire de par sa feme Juliane et Gautier levesque dacre qui estoit nez de Florence qui siet en Toscane. Il se mistrent en mer et passerent a Marceille et dilec sen alerent en France. Quant il troverent le roi si li distrent ce quen lor avoit charge. Li rois entendi la parole si lor dist que il sen apenseroit. Apres ce il les manda un jor devant soi et lor dist que Johans li cuenz de Briene qui moult estoit bien taillez a la terre de Surie garder car il estoit hardis chevaliers et seurs et bien enparles et que il lor loeit que il le preissent por lor dame. Il li distrent que il avoient comandement de metre tot le fait en lui et en son comandement et que ce que il en vodroit faire il estoient apareille do sivre et que se il li plaiseit que il mandast por lui et seust sa volente. Li rois manda por le conte Johan de Briene et li dist que Dex li avoit envoiez grant honor se il la voleit recevoir car lon li offroit la corone et le roiaume de Jerusalem ou Nostre Sire Jeshu Crist fu coronez; et li dist que se il voloit ceste offre recevoir par lui il li prometoit saye et son conseil. Li cuenz Johans fu moult liez de cele chose quant il lentendi; si se agenoilla devant le roi et len mercia moult de ce que il li avoit fait si grant honor que il lavoit esleu a si grant dignete; car il entendoit bien que ce estoit meu de lui. Aucune gent cuidoient que li rois neust mie ce fait a bone foi et que il lavoit plus fait por esloigner le conte de soi que por autre chose; quar il lavoit sur cuer por ce que dame Blanche la contesse de Champaigne lamoit plus que nul home do monde et li rois Felipes amoit la contesse sur totes riens et meesmement le conte Johan avoit fait outrage et honte au conte Pierre dauceurre dont moult avoit pese au roi car il estoit son cosin et por tout ce se voloit il delivrer de lui. Quar se li rois y eust entendu au profit dou roiaume de Jerusalem il eust trove ausi haut home et plus riche qui meauz peust sostenir et soffrir la povrete de la terre.

CHAPITRE XIV.

Quant les choses furent atirees li message que je ai nome desus avoient plain poeir et letres de conplir et de affermer tout cest affaire que le roi de France atireroit. Cil le jurerent au conte Johan por eauz et por toz ceauz dou reaume de Jerusalem et fu le seirement en la main dou roi tel come vos lavez oi: que puis que li cuenz Johan seroit a Acre que au jor que il les requerroit il li feroient esposer lor dame que lon nomoit la Marquise por ce que ele fu fille du marquis Conrat de Monferrare et por ce lapeloit on la Marquise. Et si li feroient homage et le saisiroient de toz les drois dou roiaume de Jerusalem a sa requeste. Et il jura de esposer la dame et de movoir de cele Saint Johan en .ii. anz. Et por ce li donerent il tant de respit que tant devoit durer la trive que il avoient as Sarrasins. Quant toutes ces choses furent parfaites si come vos aves oi li message sen retornerent en Surie et firent assaver a ceauz qui les avoient envoies ce que il avoient fait. Cil de la terre sen tindrent bien apayes puis que fait estoit mais bien sorent que li cuenz nestoit pas richez hom ne la conte de Briene ne teneit il que en baillage car ele estoit de Gauteron son neveu qui estoit en Puille fiz dou conte Gautier dont vos avez oi parler. Apres ce que les choses furent atirees en la maniere que vos avez entendu li cuenz Johan de Briene sen ala a Rome et demanda au pape aye et li prea que il li aidast au fait de la Sainte Terre de Jerusalem. Pape Innocent li fist prester sur la terre de Briene .xl. mile livres de Torneis; ne gaires plus de aide ne li fist. Quant ce vint sur le terme de sa muete il prist conge dou roi Phelipe qui li dona au partir .xl. mile livres de Parisis. Il y ot de riches homes qui se croiserent et murent o lui si que il vint en sa compaignie .ccc. chevaliers en cel este que len atendoit a Acre la venue do conte Johan.

CHAPITRE XV.

Li termes estoit venus do mariage que li cuenz Henris et li rois Heymeris avoient jure car lor enfanz estoient daage. Des trois fiz dou roi Heymeri estoient mort li dui Gui et Johan si ni avoit demore fiz que Hugue et a celui venoit le mariage. Et des filles dou conte Henri estoit morte Marie qui estoit lains nee. Si vint le mariage a lautre apres qui aveit nom Aelis. Ses oncles Johan dybelin et Felipe dybelin la menerent en Chypre et la marierent au roi Hugue et puis sen retornerent a Acre. Quant li furent retorne la trive que il avoient as Sarrasins estoit brisee car li termes estoit venus ne ni avoit demore a guerroier que par les .xl. jors qui sont establi por les genz retraire des casaus.

CHAPITRE XVI.

Dedenz cele quaranteine le Hedel Seif Eddin qui estoit sodan envoia son message a Acre et lor manda que se il voloient renoveler la trive que il la referoit a aus par si que quant li rois seroit venus que il fust en lui dou tenir et dou laisser; et si lor feroit avantage car il lor rendroit .x. casaus pres dacre. Les maistres des .iii. maisons et li prelat et li baron dou roiaume de Jerusalem sassemblerent chez le patriarche Aubert por avoir conseil sur ce mandement. Li maistres del Ospital frere Garin de Montagu et celui des Alemanz frere Hermant et tuit li baron dou roiaume de Jerusalem si acorderent a recevoir luefre ensi come il la mandeit. Li maistres dou Temple frere Felipe do Plaissie et tuit li prelat refuserent loffre. Si fu la trive brisee car li consauz des prelaz venqui; tout fust il que li autres vausist meauz. Quant la trive fu rote li Crestien firent une chevauchee au grant gent et furent .iii. jors hors et au quart retornerent a Acre mais ni firent mie moult grant gaaing; car la terre estoit vuidee en celui endroit et avoient les Sarrasinz passe le flum Jordain car la venue dou conte Johan estoit moult doutee en paenisme. En ce point li cuenz de Briene et li chevalier qui estoient croise et grant pueple vindrent a Marceille et se mistrent es nez. Li cuenz Johan arriva vers le flum de Cayphas car la boire ne laissa sa nef prendre au port dacre.

CHAPITRE XVII.

Quant len le sot a Acre len fist armer .iii. galees si les envoia len por lui amener. Il et li riche home qui o lui estoient se mistrent es galees et sen vint et descendi au Flum Mort en la marine dacre ou toutes les genz a cheval et a pie et li clerc a procession Latin et Grifon furent issu encontre lui neis li Jude o toute la tore; si le mistrent en la vile a grant joie et a grant plente de tronpes et de chalemeaus et de tabors. Et ce fu en un mecredi la veille de Sainte Crois en septembre en lan de lincarnation de Nostre Seignor Jhesu Crist .m cc. et .viii. anz.


LI TRENTEUNIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Si tost come li cuenz fu descendus et herberges ou chastel dacre il assembla les chevaliers riches et povres et lor requist que il li feissent esposer lor dame. Il ni ot onques respit ains lesposa lendemain le jor de la Sainte Crois en liglise par la main dou patriarche Aubert. Celui jor meisme recut les homages des gens de la terre. Apres ala a Sur lui et sa feme et furent coronez ensemble en liglise de Sainte Crois et les corona meismes le patriarches Aubert. Il furent au coronement Clerembaut arcevesque de Sur qui estoit de Broies; Pierre de Limoges arcevesque de Cesaire; Robert arcevesque de Nazareth; Gautier de Florence evesque dacre; Raol de Merencort evesque de Saete; li maistres dou Temple Guillaume de Chartres; Garin de Mont Agu maistre de lospital de Saint Johan; Hermant maistre de lospital des Alemanz; Johan dybelin Balian de Saete Raoul de Tabarie Gui de Monfort Aymar de Cesayre Gyle de la Blanche Garde Rohart de Cayphas Amion days Jofroi de Cafran et autres chevaliers assez a grant foison. Phelipe dybelin et Garnier laleman et autres chevaliers furent remes por garder Acre. Li coronemens fu en dimenche le premier jor doctovre au dise huiteime jor des noces.

CHAPITRE II.

En tant come li rois Johans et la roine Marie estoient a Sur por lor coronement un des fiz Melec el Adel qui avoit nom Coradin et ce nom avoit il por ce que sa mere estoit Cordie mais il estoit apelez Melec el Mehaddan par le conge de son pere vint efforceement devant Acre et trova toutes les genz darmes dehors la vile. Si les tint moult pres et moult les hasta; si que Garnier laleman chai ensi que un pilet feri sen cheval dessoz loreille tres que au cervel. Li chevaus chei envers car il sen arbra; il fu pres de sa gent qui le remonterent; mais au cheir que il fist leva un hu si grant que tuit li Crestien en branlerent; mais tote voie se tindrent si bien que il ni perdirent rien. Quant ce vint vers le vespre li Coradins retraist ses gens et sen retorna en son pais. Au tiers jor dou coronement li rois et la roine et toute lautre gent sen revindrent a Acre.

CHAPITRE III.

Nos vos lairons une piece a parler dou roi Johan si vos dirons des autres terres dont cist livres parole. Quant Beymons li fiz do prince Beymont qui avoit esposee Ysabel la fille Rupin le seignor dermenie fu morz lonc tens apres vesqui son pere Beymont. Apres que il fu issus de la prison de Livon un tens si morut. La novele en vint a Lyvon qui se atorna por venir saisir Antioche a eus de Rupin le fiz de sa niece; et bien en y ot gent en Antioche qui le voloient. Il y ot autres qui si tost come il virent que li princes Beymont se moroit et que il ne poeit eschaper qui manderent por Beymont son fiz le conte de Triple dont cil mut piestant et vint en Antioche le jor que son pere fu mis en terre. Il sona la canpane de la comune et assembla toute la gent chevaliers et autres bons homes; et lor prea et requist que il le receussent a seignor come cil qui estoit le dreit hoir de la princee de quoi son pere estoit morz saisis et revestus et tenant. Il le receurent et li firent ce que il durent come a seignor et a prince. Moult po apres li rois Lyvon vint devant la cite et cuida entrer enz; si trova que la chose estoit autrement alee que il navoit pense si sen retorna. Et de la vint la guerre dou roi Lyvon et dou prince Beymont qui dura moult longuement si que maintes fois furent li Hermine mis dedens la vile et puis les en metoit lon dehors par force. Dedenz ce contens avint que le prince sot que le patriarche Pierre li estoit moult a lencontre apertement. Si ala li princes en lostel dou patriarche et mena gens a armes et prist le patriarche; si len mena ou chastel et le mist en une tor en prison. Et le fist la moult bien garder; a manger li donoit len asses mais il ne pooit avoir a boivre si que la soif le destrainst tant que il but luile de la lampe qui alumoit devant lui; et par cele destrece de la soi que il ot fu morz en la prison. En ce point que la guerre dantioche et de Ermenie estoit il avint en la terre de Triple une chose tel come vos orrez. Renoart qui estoit seignor de Nefin esposa Ysabel la fille dun riche home qui avoit nom Astefort et avoit este seignor de Gybelacar dont ele estoit dreit heir. Li princes Beymont en fu moult corroce de que il estoit enbatuz et mis en son droit car il lavoit esposee sanz son conge cele qui tenoit de lui et qui homage et servise li devoit; et que sanz ce avoient il rancune. Li princes le fist semondre par les us de la contee; il ne vost venir a droit. Li princes le fist juger a sa cort. Droit li dist que il se pooit reconoistre en tout ce que il troveroit dou suen. Il le fit des choses ou il ot pooir.

CHAPITRE IV.

Renoart ot le consent dou roi dermenie et celui meismes dou roi Heymeri et laye de Oste de Tabarie et de Raol son frere. Et plusors des chevaliers de Triple sen partirent et alerent a Nefin por la seurte de toutes ces forces. Renoart acuilli le prince de guerre et tant le hasta que cil de Nefin coroient moult sovent devant Triple et faisoient grant damage. Et ensi les hasterent tant que une fois avint que un chevalier qui avoit nom Bertran Barbe corut si avant que il entra en la porte de Triple et prist le pot en quoi lon metoit la monoie que len prenoit de la dreiture dou prince. Tant come il se senti foible soffri en pais et sagement et si perdi il lueil en cele guerre; et un suen serorge y fu ocis qui avoit nom Hues et estoit frere de Gui le seignor de Gybelet; et o tout ce eust il faite pais a lonor et au profit de ceauz de Nefin se il vosissent; mais il estoient en tel orgueil que il la refuserent. Apres retorna la roele et comensa li poeirs de ceauz de Nefin a affeiblir que par la mort dou roi Haymeri que par autres genz qui lor faillirent neis Johan dybelin qui fu bail du roiaume de Jerusalem lor fu contraire; et si avoit il a feme la suer de Renoart de Nefin. Quant li princes vit ce il se esforsa de gent et retint gent et manda a Acre et retint .iiii. cens Genoeis et mut por aler asseger Nefin. Il furent encontre en lor folie si enpristrent a tenir le borc. Si come li princes vint devant le jor meismes fu li bors pris; et au prendre dou borc fu Renoart forclos et pris et fu livres au prince qui lenvoia a Triple et fu mis en gros fers et en dure prison. Et lors asseja le chastel et le destrainst si que il li rendirent et Gybelacar ausi por lor seignor Renoart de Nefin delivrer de prison qui lors sen ala en Chypre ou il morut. Et si vos dirai de Chypre.

CHAPITRE V.

Il avint que quant li rois Hugues vint en son aage que Gautier de Monbeliart qui avoit este bail .vi. anz li rendi son baillage. Quant il li ot rendu il le mist a raison et li dist que il li requeroit que il li rendist le tresor que son pere li rois Haymeris avoit laisse qui estoit bien de .cc. mile besanz blancs les quels il avoit euz et que il payast .xl. mile besanz blans que il avoit despendus tant come il avoit este en son baillage por la soffraite que il li avoit fait avoir; car len le deust bien avoir forni do suen meismes come roi non mie come garcon a tel soffraite come il avoit este tenu. Gautier de Monbeliart dist que il auroit conseil et li respondreit lendemain. Quant il sen fu alez en son ostel gent vindrent a lui et li distrent que li rois avoit eu conseil de lui gager et de prendre tout ce que il trovereit dou suen en mueble. Gautier crut le dit si que quant ce vint la nuit il et sa feme et sa maisnee monterent et enporta quan que il avoit dor et dargent et sen ala a un chastel dou Temple que len apele la Castrie et de la manda querre vaisseauz et une galee a Triple. Li princes qui moult lamoit les li envoia. Il charja ses chevaucheures et son hernois et recueilli ses gens et sen ala a Acre ou il trova son neveu fiz de sa suer le roi Johan qui le recut a grant joie. Len dist que il en avoit porte bien .cc. mile besans Sarrasinas que il avoit eu dou baillage de Chypre o tout moult grant despens que il y avoit fait. Et bien le puet len croire car il tint bien .xl. chevaliers au suen tout un an et puis fist moult grant despens quant il ala prendre Satalie et puis meismes que il lot eue. Ne dou roi Johan not il que les .v. mile besans de la conestablie que il li rendi; car le roi Haimeri quant il li dona Borgoigne sa fille il la li dona et en Chypre li dona il grant terre.

CHAPITRE VI.

Puis que li rois Johan fu revenus a Acre il fist une grant chevauchee a un riche casal que len apele le Visse. Plusors autres casaus briserent il en la terre do Vieil et firent grant gaaing de esclas et de esclaves et de bestes grosses et menues et sen revindrent a Acre sauvement. Onques puis li rois ne li Crestien ne se murent dacre fors tant que Gautier de Monbeliart fist une estoire par mer et ala en la terre de Egypte et entra ou flum de Damiate et monta contre mont tres que a un casal que len apele Bore et fist grant gaaing et sen retorna a Acre. Le Hadel vit que la covine des Crestiens si esteit autre que il navoit cuide et que il navoient mie tel poeir come il avoit entendu dont il les dota assez meins que il navoit fait devant. Si assembla son ost et prist maconz et ovriers et ala fermer un chastel sur le mont qui est nome Monte Tabor la ou Nostre Seignor se transfigura devant ses apostles la ou il fist aparoir Moysen et Helye; si le ferma en cel mont. Cel chastel siet a .vii. liues dacre. Onques li Crestien ne furent tels que il le destorbassent. Il fu herberge a ce labor parfaire tres que apres la saint Johan et faisoit de la corre ses genz devant Acre moult sovent ou il faisoient maintes fois damages as Crestienz. Quant ce vint apres la saint Johan li pelerin qui avoient este un an fors de lor terres sen vostrent retorner en lor pais. Entre ceauz pelerins navoit nul tres riche home car li plus riches qui y estoient si fu li cuenz de Bar sur Seine et Guillaume de la Gierche et Renaut de Maulevrier et Jodoin Doe et Gonsalve et Herbert de Chastel Vieil et Berteleme de Choisuel. Quant li rois Johan sot que toutes cele gent dont il se cuidoit aider sen aloient si fu moult entrepris; dont il li fu conseille que il porchassat trive au sodan. Il y envoia son message al Heedel la ou il estoit herberge a la fonteine dou Croison devant Monte Tabor ou il faisoit son labor. Les trives furent faites tels come eles avoient este devant des la trive dou roi Richart dengleterre et fu juree a .vi. anz dune part et dautre. En tant come cele trive dura navint gaires chose ou roiaume de quoi lon doive parler fors tant que dedens ce come li Templier assemblerent tant come il porent de gent a pie et a cheval et lor bailla li rois Johan de ses chevaliers .l. des quels Jofroi de Caffan et Amion days furent cheveteines; et sen alerent por entrer en la terre dermenie por guerroier et forfaire. Et orent a ce fait en lor aye le prince dantioche et ses gens. Et ce por quoi il movoient ceste guerre si estoit por le chastel de Gaston que Salahadins avoit pris sur le Temple et puis le prist li rois dermenie sur les Sarrasins et ne le voloit rendre au Temple. Quant li rois dermenie vit cel effors qui grant damage li poeit faire si fist pais au Temple et lor rendi le chastel de Gaston.

CHAPITRE VII.

Apres ce une piece li princes Beymons estoit a Triple de quoi partie de ceauz dantioche manderent au roi Livon dermenie que il venist et amenast Rupin le fiz de sa niece que il li rendroient Antioche et le feroient prince. Li rois assembla hastivement ce que il pot de gent et sen vint la et recut la cite et firent Rupin prince. Et tint la cite et la terre dantioche .iiii. anz tant que il avint que li princes Rupins fu moult apovris et ot mauvais conseilleors dont il se mist a faire enui et honte as genz de la cite dont il le pristrent moult sur cuer. Si se rassemblerent partie deauz et manderent a Triple por le prince Beymont qui vint hastivement a tant de gent come il pot avoir. Cil qui lorent mande querre le mistrent en la vile et se tornerent devers lui; si que la force fu soe. Quant Rupins vit que il avoit perdue la vile si monta sur un cheval et sen ala au chastel et cil qui a lui se tindrent le sivirent. Quant il ot este ou chastel une piece si sen parti por aler en Ermenie querre secors et laissa le chastel en la main del Ospital de Saint Johan; et en fu cheveteines frere Ferrant de Beraut. Li princes Beymons asseja le chastel et tant le destraint que il li fu rendus.

CHAPITRE VIII.

Au quart an de la trive dou roi Johan pape Innocent li Tiers qui moult valut car il estoit sages et bonz clerz et vigoros manda par toute Crestiente por faire assaver que il voloit assembler un general concile. Il si assemblerent tuit li prelat qui venir y porent; et qui ni poeit venir si y envoeit son message et li seignor des terres y envoierent lor messages. Li rois Johan y envoia Johan le Tor qui fist assaver a lapostoile et as chardonaus le besoing de la terre de Jerusalem et la povrete en quoi ele estoit et le terme de la trive. Et den qui sen ala Johan le Tor en France por faire assaver au roi Phelipe et a son fiz Loys et as barons dou roiaume de France toutes ces choses et proier lor que il y meissent conseil. Li conciles comenca lendemain de la Saint Andre et fu denoncie en liglise de Saint Johan dou Latran; ce fu en lan de lincarnation de Nostre Seignor Jhesu Crist .mccxiiii. Moult y ot fait destablissemenz sur le clerge et sur les gens layes. Et fu lors establie la croisee et envoia li papes par tout ses sarmoneors por preescher la crois. Et fu envoies en France maistre Jaque de Vitri qui estoit esleu et sacre a evesque dacre qui moult croisa de gent car il estoit un des meillor sarmoneors que len seust. Li patriarches Raol de Jerusalem fu sacre a ce concile. En cel tens avint que Herart de Briene qui estoit seignor de Rameru cosin germain dou roi Johan fiz de son oncle le bon chevalier Andre de Briene qui fu ocis au siege dacre si vint en Surie. Par le consent de ses amis porchaca tant que un jor que li rois Johan estoit alez a Sur que Felipe la fille do conte Henri sen issi dou chastel dacre a la nuitier celeement et sen ala en lostel de Herart de Briene qui lesposa lendemain en laube dou jor par un vendredi. Quant li rois Johan le sot si sen vint a Acre et fist grant semblant que il en fust corrocez. Et ce por quoi il en faiseit tel semblant si estoit por ce que la contece Blanche de Champaigne ne len seust mau gre car la damoisele estoit remese en sa garde. Des ce que sa suer la reine Marie que len apeloit la Marquise fu morte qui ne vesqui que .ii. anz puis que li rois Johans lot esposee si en fu remese une fille qui ot nom Ysabel que li empereres esposa si come vos orrez.

CHAPITRE IX.

Li rois Johan demora en la seignorie por le baillage de sa fille apres la mort de sa feme la roine Marie. Et en celui point que il estoit bail esposa il Estefenie la fille dou roi Livon dermenie que il avoit de sa premiere feme. Quant Herart de Briene ot esposee Felipe sa feme si passa la mer et sen ala en Chanpaigne et ot grant guerre de lui et de ses amis a la contesse Blanche de Chanpaigne et a son fiz Tibaut qui encore nestoit mie chevalier. Il avint lors que une grant partie des baronz dengleterre se revelerent contre le roi Johan lor seignor por les hontes et les despis et les vilainies que il lor faiseit de lor femes et de lor filles et de lor parentes et de plusors autres choses. Il sacorderent ensemble et manderent a Loys le fiz dou roi Phelipe de France que se il voloit passer en Engleterre que il se tenroient a lui et le feroient roi; et de ce le firent bien seur. Loys sapareilla de passer. Quant li rois Johan dengleterre sot ces choses si se douta moult; dont il envoia ses messages a Rome a lapostoile et prist sa terre de lui et devint ses hom et li dona de reconoissance par tout le roiaume dengleterre de chascun maneir ou len fait fue un esterlin chascun an. Dont li papes manda en France escomenier toz ceauz qui mal ni damage feroient au roi dengleterre. Et sur cest escomeniement Loys passa en Engleterre et mena o lui gent assez. Il passa o lui conte do Perche qui fu ocis a Nicole en une bataille ou li Franceis furent desconfit. Et li cuenz de Blois et Guichart de Biaujue y furent morz de maladie; et Henris qui estoit cuenz de Nevers si sen parti et le laissa dont il fu moult blasme. Quant il fu venus en Engleterre cil qui lavoient mande por lui vindrent a lui et lenmenerent a Londres et ot grant poeir en la terre si que li rois Johan ne loseit atendre; ainz aloit par la terre eschivant et fuiant. Et ensi come il eschivoit le poeir que Loys avoit une maladie le prist dont il fu morz. Quant li baron qui avoient este contre lui sorent sa mort si se penserent que il estoient delivres de celui qui les enuis lor avoit fait et que si enfant navoient en son mesfait nules colpes par quoi il deussent estre deserite; et si douterent la seignorie et la conpaignie des Franceis si que il se retornerent encontre Loys et lassegerent dedenz Londres et le tindrent si destroit que il fina a eauz et se parti de la terre et sen revint en France.

CHAPITRE X.

Retorner nos covient a parler de la croisee que li vaillanz pape Innocent avoit fait faire. Au terme que il sorent que la trive que cil de Surie avoient as Sarrasins devoit faillir il enpristrent lor muete por venir en la terre au comencement de la guerre. En cel este murent de lor pais Andre li rois de Hongrie et Bertot le duc dosteriche. Cist dui amenerent grant compaignie de gent au lor et aporterent grant avoir; et vint en lor route moult grant plante de Alemans et de Hongres et dautres gens meismes dou roiaume de France. Ne des terres doutre les mons ni passa gaires mais que menue gent car li riche home de France alongerent lor muete .ii. anz; car il ne voloient mie passer en la conpaignie des Alemans ne des Hongres. Cil que je vos ai nomez se mistrent en mer en Puille et passerent a Acre et se herbergerent que en la cite que dehors ou Sablon. Quant il furent arrive il envoierent lor messages au prince Beymont que il venist en lost et il y vint bel et richement et amena grant compaignie de chevaliers et de sergens a cheval et a pie. Il vint o lui Gui seignor de Gybelet et Gerart de Han conestable de Triple Bertran de Gybelet Guillaume de Gybelet Johan mareschal de Triple. Au roi Hugue manderent il ausi que il deust venir. Li message qui alerent por lui si furent un riche home dalemaigne qui avoit nom Ferri de Beto et un autre riche home dou pais qui avoit nom Garnier laleman. Li rois Hugues de Chypre passa cele mer qui est entre Chypre et Surie et vint a Acre moult richement et mena avec lui grant compaignie de chevaliers et de Turcoples. Et passerent o lui Gautier seignor de Cesaire et conestable de Chypre et Johan dybelin seignor de Barut et son frere Phelipe dybelin et Gautier de Bessan et son nevo Gremont seignor de Bessan; et fu en lor compaignie Estorgue arcevesque de Nicossie. Quant il furent assembles a Acre ensi come vos avez oi il furent un jor a parlement en la tente dou roi de Hongrie por enprendre ce que il feroient car la trive estoit faillie. A ce parlement fu Raol de Merencort le patriarche de Jerusalem et Symon de Maugastel arcevesque de Sur; Pierre de Lymoges arcevesques de Cesaire; Robert arcevesque de Nazareth; Jaque de Vitri evesque dacre; Estorgue arcevesque de Nicossie; Andre le roi de Hongrie; Johan le roi de Jerusalem; Hugue le roi de Chypre; et Bertot le duc dosteriche; et Beymont le prince dantioche et conte de Triple; et i fu Garin de Mont Agu maistre de lospitau de Saint Johan; et Guillaume de Chartres maistre dou Temple et Hermant de lospital des Alemans. Moult y ot de riches homes dont il seroit enui de toz nomer; mais tant y ot grant gent que la tente qui moult estoit grant en fu presque pleine. La fu enpris par acort de chevaucher en la terre que li Sarrasin tenoient; et fu mis le jor de la muete.

CHAPITRE XI.

Quant ce vint au jor li oz se parti dacre et chevaucherent tant que il vindrent a Bessan. Il troverent la vile vuidee de gent si roberent et pristrent tout ce que il troverent et corurent tout le jor. Quant li Crestien chevaucherent par mi le plain de la Feve en lor aler a Bessan il furent si grant gent a cheval et a pie que toute la terre en estoit coverte; bien y avoit .mm. chevaliers en harnas et si y avoit chevaliers a une chevaucheure et sergens a cheval bien mil; sergens a pie a armes bien .xx. mile et plus et autre gent homes et femes .xxx. mile et plus. Le Hedel et son fiz le Coradin furent montez en une montaigne qui est desus la cite qui a nom Naym la ou Nostre Seignor resuscita la feme; et diluec regarda lost. Son fiz li Coradins dist: Sire por Deu laisses me aler assayer ceste gent. Le Hedel li respondi: Vos ni ires pas car il sont trop gent ne je ne me merveil mie de la plante de gent mais de ce dont si grant foison de chevaucheures lor est venue; ne il ne se fait mie bon metre en aventure de conbatre a eauz car il sont orendreit toz fres et ardans de combatre; ne nos ne poons si grant gent vaintre que par soffrir; car il se lasseront et enuieront et despendront le lor dont cil qui eschaperont de lenfermete dacre et sen riront en lor terre; ensi seromes delivres deauz sanz peril.

CHAPITRE XII.

Quant li Crestien orent barree la terre dou Gor il passerent le flum Jordain au pont de Judaire et sen alerent tout entor la mer Galilee et repasserent le flum arrieres au gue Jacob et revindrent a Acre au treseime jor o tout grant gaaing de prisons et de proyes. Quant il orent este a Acre entor un mois si alerent a Monte Tabor et monterent ou tertre et assaillirent le chastel par .ii. jorz ne ni porent rien faire. Quant il orent este .x. jorz la ou il estoient herberge ou plein sur le ruissel dou Croisson il virent que len ne poeit le chastel asseger et a movoir dou plain chascun jor et aler a mont ou il y a une liue por assaillir sanz engins ce ne seroit nul esploit. Dont il conurent que il ne faisoient la rien de lor profit si sen retornerent a Acre sans perte et sans gaaing fors tant que il ocistrent aucunz Sarrasins as assaus que il firent ou chastel et des lor y ot mort. Lors demorerent a Acre entor .vi. semaines et lors mut lost et alerent en la terre de Saete et furent .iiii. jors ou vau de Jermain qui est dessos le chastel de Beaufort et puis avalerent vers la marine et furent en la vile de Saete .iii. jors et a la fonteine de la Baherie .ii. jors. Et en tant come il furent en cele contree lor coreors coroient chascun jor par la terre et gaaignoient prisons et bestiail et trovoient les casauz garnis de robes et de viandes; de quoi il saaiserent et enporterent avec eauz et sen repairerent a Acre au ceseime jor. En ces .ii. chevauchees de Monte Tabor et de Saete ne fu mie li rois de Hongrie ainz estoit remes a Acre por soi aaiser; mais ses gens y estoient et estoit lor cheveteine un riche home que len nomoit Dionise. En toutes ces .iii. chevauchees que lost fist ne troverent Sarrasins dont il eussent bataille ne assaut; mais tout ausi alerent et revindrent come sil ni eust nul Turc en la terre.

CHAPITRE XIII.

Quant ce vint vers la Chandelor li rois Andres de Hongrie et li rois Hugues de Chypre et li prince Beymont dantioche se partirent dacre et sen alerent a Triple et dilec se parti li rois de Hongrie et ala en Ermenie; et la se mist en mer en galees; et passa en Aquilee et dilec sen ala en sa terre. Li rois de Chypre qui estoit a Triple fist mariage o le prince Beymont de sa suer Melissent et la manda querre de Chypre et furent les noces faires a Triple. Apres les noces ne tarza gaires que maladie prist au roi Hugue de Chypre dont il fu morz et fu enterrez en liglise de lospital de Saint Johan a Triple. Puis que cil troi haut seignor que je vos ai nomes se furent partis dacre li rois Johan et li dus dosteriche et li Hospitaus de Saint Johan et le Temple et li Hospitaus des Alemans et Gautier davenes et li autre pelerin qui estoient a Acre orent conseil et par acort alerent fermer le chastel de Cesaire et Chasteau Pelerin. Et cestui nom li mist Gautier davenes qui dist que il seroit son parrein et mist sur la premierre pierre mil besans Sarasinas a oez dou labor; et ferma len les .ii. chasteauz ensemble et furent a ce faire tres que a Pasques. Apres la Pasque laisserent garnison es .ii. chasteaus et sen alerent a Acre. Lors sen ala Gautier davenes en son pais mais il laissa en la terre .xl. chevaliers et les paia dun an.

CHAPITRE XIV.

Quant cele gent que je nomai desus furent a Acre si orent conseil coment il porroient faire lonor de Deu et le profit de la Crestiente. La sacorderent a ce que il iroient en la terre degypte et assegeroient la cite de Damiate. Quant il se furent acordez il virent que il ne poeent mener que .ccc. chevaliers; lors retindrent chascunz en dreit sei Turquoples et sergens et archers et arbalestiers et porchacerent galees et autres vaisseaus et firent charger viandes por .vi. meis et chevaus et autre harnas. Et se partirent dou port dacre le dimenche de octaves de la Pentecoste a .ix. jors dou mois de mai en lan de lincarnation de Nostre Seignor Jhesu Crist .mccxvi. Seif Edin le Heedel sot luer muete mais il ne pot croire que il alassent en la terre degypte por quoi il ni mist nul conseil en destorber les. Dont il avint que li Crestien ne troverent nul contredit ne deffense au prendre terre ains descendirent par parties si come il arrivoient; car il mistrent .iii. jorz a arriver et se herbergerent de lez la bouche dou flum et metoient lor vaisseaus dedens la fois qui moult est large en celui endroit puis que len est dedens la flum. Quant il virent que toutes lor gens furent arrivees il monterent et firent lor escheles et chevaucherent tuit arme lor vaisseaus en coste deaus tant que il furent en droit la vile. Lorz se herbergerent en celui lue. Entre eauz et la vile avoit une tor ou flum en la quel il avoit une chaene de la quel li unz des chez y estoit atachez et li autres chez se tenoit a une tor dou chastel de la cite. Quant cil de la cite voloient que vaisseau passast a mont il laschoient la chaene et quent il voloient que nul ni passast si la faisoient lever si que ele estoit tendant. Et la tor restoit moult bien garnie de gent et darmeures et totes les fois que li Turc voloient il refreschissoient la garnison par le flum. Cele tor estoit apelee la Cosbarie. Quant li Crestien se furent herberge et atire si entendirent a faire assaillir la tor de la Cosbarie si drecerent perrieres et mangoneaus et les firent geter a cele tor et firent faire une eschele en une coque dou duc et garnir de chevaliers et de sergens por assaillir la tor. Dedenz ce que ces atiremens se faisoient li Crestien virent que grant profit lor seroit se lor vaisseaus poeent monter a mont et ce ne poeit estre tant come la chaene estoit ilec. Si pristrent li Templier une lor coque et la garnirent de genz a armes si que il i mirent .xl. freres dou Temple et autre gent tant que il y ot .ccc. homes. Lors atendirent une boire fresche si colerent et murent a aler contre mont le flum por hurter a la chaene et briser la. En ce que il furent pres de la chaene cil de la vile et de la tor les acueillirent a perrieres et mangoniaus et a pilez et a quarreaus et les hasterent tant que cil qui gardeent le tymon se esbahirent et ne guierent mie bien la coque si que ele se traversa ou flum. Si tost come ele fu dou travers le corant dou flum la prist et la mena vers la vile. Cil de la coque virent ce si avalerent la veile et avalerent lor ancres et furent ou mi lue dou flum. Se li Sarrasin lavoient devant acueillie de lancer et de traire il lacuillirent plus et assaillirent en galees et en vaissiaus et si murent a assaillir la coque et se efforcerent si que il monterent sus et en y monta tant que il i furent bien .mm. homes; et quant li Templier qui estoient mis desos le plancher virent que del eschaper estoit neent si vostrent morir ou servise de Nostre Seignor et en destrivant ses enemis. Lors pristrent coignies et ronpirent le fonz de la coque dont il avint que ele sen ala a fonz et furent noye Crestiens bien .cxl. car li autre en estoient descendus es barches ains que li granz assaus i fust; et cil qui ne la vostrent guerpir i perirent. Des Sarrasinz y ot noiez plus de mil et cinc cens. Moult firent grant duel en lost des Crestiens de cele mescheance et cil de la vile meismes de lor amis que il avoient perdus.

CHAPITRE XV.

Apres ce la coque en quoi len fist leschele fu parfaite si la garnirent moult bien de gent et darmeures et firent porter ces autres pres de la tor. Et ces dedens se tindrent tant que il se acosterent a la tor et en ce que il furent pres il vostrent avaler un mantel qui estoit au chief de leschele et se devoit cocher sur les merles de la tor. Ensi come il la voloient avaler leschele si estoit de feible marriein si branla si durement que ele brisa par mi et chei ce desus ou flum o tout les homes armes dont li Sarrasin furent moult liez et en leverent un grant cri et li Crestien en furent dolanz et corroces. Si firent retraire la coque arriere et firent une autre eschele plus fort et meillor et la garnirent moult bien et la menerent a la tor et i fu acostee et le mantel avale sur les merles. Lors comenca la meslee moult fort de ceaus de leschele a ceaus de la tor. Il y avoit sur leschele un chevalier Aleman qui avoit nom Litot qui estoit granz et forz qui puis se rendi a lospital des Alemanz. Celui tenoit a .ii. mains un fleau qui estoit ensi fait que il y avoit un baston ferre de fer de trois piez de lonc et au chief dou baston avoit une chaene qui avoit .ii. piez de lonc et au chef de cele chaene avoit une pelote de fer a .vi. pointes si grosse come le poing dun home. Cil en feroit si durement que nul ne poeit durer a son cop que il labatist; si que lon dist que il i fist plus par son cors que tuit li autre. Et tant i firent que la tor fu prise celui jor qui estoit feste de Saint Bertelome lapostle qui est a vint e quatre jorz daost. Quant li Crestien orent la tor si la garnirent moult bien et moult lor dona grant confort. Lors firent passer lor vaisseaus a mont entre la tor et lor herberge et les tindrent en droit eauz. Ensi passerent cel este et tout liver a grant mesaaise et a grant soffraite de viande: une geline y valoit .xxx. soz et un huef .ii. esterlins et le vin .v. sos le carteron.


LI TRENTEDEUSIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Quant li Crestien furent herberge a la boche dou flum avant que il alassent devant Damiate et il furent toz assemblez il eslurent cheveteine. Et par acort de toz fu esleuz li rois Johans de Jerusalem et li donerent la seignorie de lost et de la conqueste que il feroient sauve les parties de ceauz qui seroient au conquerre. Li uns des fiz del Hedel que lon apeloit Melec el Quemel estoit sodan de la terre de Babiloine car son pere li avoit donee. Si tost come il sot que li Franc estoient herberge devant Damiate il assembla son ost et se herberja encontreauz de lez la vile contre mont le flum et fist faire un pont bien .ii. liues a mont au casal qui a nom Bore et la outre le flum fist herberger une partie de sa gent et manda faire assaver a son pere la novele. Quant le Hedel entendi et sot coment la chose estoit si fu moult dolent et dist: Onques mais ne mengigna ma folie que ores quant je ai soffert que li Franc ayent pris terre en Egypte; que nule si male racine ne nest come la luer car len ne les puet desraciner de la ou il se metent. Et ce parut au siege dacre en quoi mon frere Salahadin fu engignes ausi come je ai ores este. Lors manda por le Coradin son fiz. Quant il fu devant lui si li dist: Biau fiz je voi bien que je ne puis des ores mais gaires vivre car je sui de grant aage et si me est moult li esperis estreces et lalaine amermee por ces noveles qui me sont venues de vostre frere le Quemel. Car ce sachez je ai moult grant poor dou fait de la paenisme car vos et voz freres estes juene gent et si avez affaire a .i. moult fort pueple et moult grant; et quant li un sen vont et li autre vienent. Et entre vos navez que treis borces et il en ont .l. mile; por quoi ce est fort chose que vos treis puisses estriver a toz les Crestiens dou monde; dont je ni voi conseil que un. Se vos poees tant faire que vos les puisses metre hors de la terre de Egypte por rendre lor toute la terre qui fu lor si le faites; car il fait bon doner le meins por retenir le plus; car se vos nen estes delivres en ceste maniere ou par lor orgueil vos avez tout perdu. Et si vos lo que vos faciez orendreit abatre Monte Tabor car il est trop coustos et si i covient grant garnison. Apres ce prist un message et lenvoia au caliphe de Baudac preant et requerant et criant merci que il meist conseil en eauz. Ne tarja gaires apres ce que il acocha malades ou lit ou il fu morz et rendi larme au Deable.

CHAPITRE II.

En ce point que la tor de la Cosbarie fu prise le siseime jor en vint la novele a Acre et la porta un chevalier qui avoit nom Rolant de Luque de quoy lon fist moult grant joie. En ce que lon faisoit cele joie leva le cri por Turs qui avoient coru. Li chevalier et li Turcople qui premier saillirent a cri acueillirent a chacer et furent bien cent et vint chevaliers; si chacerent tres que outre le Caymont et ce faisoient il par fiance de ce que tout le cri dacre les seust ce que il ne firent pas. Anceis retornerent de la Fauconiere car il avoient mauvais chevetaine et lasche Jaque de Durnai qui estoit mareschal dou roiaume de Jerusalem. En ce que cil qui chassoient les coreors dont il avoient morz .c. et plus orent passe Caymont il garderent; si virent venir grans routes de Turs qui venoient par tropeaus tout le chemin batu devers la herberge dou sotan qui estoit herberge a la fonteine dou Creisson ou il faisoit abatre Monte Tabor ensi come son pere li avoit dit. Ensi come li Crestien virent lesfors des Turs si se mirent au repaire tout le pas et firent de toutes lor gens une eschele et chevaucherent pres dune liue devant les Turs qui bien estoient .x. mile; et soffroient a grant meschef le hardois et le charge des Turs car il navoient archers ni aubelestriers; par quoi li Turc traoient a eauz de moult pres dont il lor ocioient lor chevaus. Quant il orent ocis le plus des chevaus il furent sur mules et sur roncis si lor corurent sus. Et furent ensi desconfiz li Crestien le jor de la feste saint Johan Decolace par un mecredi; et si y ot perdu .lxxx. chevaliers et Turcoples et escuiers et harnas a grant foison. Et cil qui en eschaperent si fu par ce que il se mistrent en la montaigne dou Carme et i furent tres que a la nuit que il sen vindrent a Acre ou il troverent grans cris et grans plors por cele mescheance qui lor estoit avenue.

CHAPITRE III.

Au Pascor apres compli lan que il arriverent en la terre degypte vint en lost un legat que li Apostoiles y envoia qui avoit nom Pelage et estoit chardenal evesque dalbane et nez de Portegal. Et vint lors grant pueple doutre les mons et ditaile et vint grant compaignie de riches homes do roiaume de France. Il i fu Hugue le Brun cuens de la Marche et Symon de Gienvile et Johan darcie et son frere Gui de Pigi et Erart de Chacenai et Mile de Nantueil eslit de Beauvais et son frere Andre de Nantueil et Andre despoisse et Gautier le chanberlain de France et son fiz Adan et maint autre vaillant bacheler. Et vint en lor compaignie Margerite la niece dou roi Johan que il avoit mandee querre por marier a Balian seignor de Saete. Ele fu fille de Hernol de Rihnel et de Yde la suer dou roi Johan. Quant li dus dosteriche vit que li oz estoit en bon estat et il navoit que despendre car il avoit este en lost un an et .viii. mois a granz despens si sen parti et sen ala en son pais. Et des le septembre sen fust il partis por soffraite davoir dont lost eust este moult afoibis ce ne fust Gui li sires de Gybelet qui li presta .l. mile besans Sarrasinas.

CHAPITRE IV.

Quant li sotans Melec el Quemel vit que li Crestien creissoient ades si dota moult por quei il vost essayer son poeir au lor. Et il avoit grant aye que li califes li avoit envoiee. Si passa une matinee au pont de Bore et fist passer toute sa gent a cheval et renja ses escheles ou Sablon devant les lices des Crestiens et fist la gent a pie passer en vaisseaus le flum devers lun des chez de lost des Frans; et passerent bien .xv. mile homes et li autre passoient ades. Li rois Johans avoit ses escheles establies et rengees es fosses encontre celes des Sarrasins qui estoient .vii. mile Turs. Novele vint au roi Johan que tot le monde de gent a pie estoient passe le flum et sen venoient vers la herberge. Il mist en son lue Ode de Montbeliart qui estoit son conestable et prist o soi Aymar de Layron qui estoit mareschal de lospital de Saint Johan et un riche home et vaillant de Pise qui avoit nom Godefroi Most et autres chevaliers et sergens a cheval tres que a .xxx. et ala cele part por veir la covine de cele gent a pie. Quant il fu a celui chef de lost il vit tant de gent que il en fu toz esbahis et vit que il venoient toute la rive dou flum vers lost si conut et vit que se il venoient tres que as lices et li Turc a cheval venissent de lautre part assaillir les que il ne se porroient mie deffendre si vost metre le fait en aventure si come de chose perdue. Lors issi dou fosse et se mist es galos et passa par mi les routes et les escheles des Sarrasinz a pie qui li faisoient voie; et ala tant que il vint a un Sarrasin qui estoit si grant que il passoit touz les autres des espaules en a mont et estoit armez de hauberc et de hauberjon et portoit en une moult grant et moult grosse lance un confanon dou calife blef a un creissant dor et a menues esteiles entor. Si tost come li rois fu pres de celi grant home il hurta des esperons et aloigna la lance et feri celui ensi coma a Deu plot en mi la forcele dou piz. Li rois fu fors et bien a cheval et vint de grant randon si le feri si durement que dou grant cop li creva le cuer et labati tout plat. Quant il ot ce fait il torna as autres; et cil qui o lui estoient ne furent mie usos ainz i firent asses darmes. Quant li Sarrasin virent celui mort et lestendart de lor calife abatu il se mirent a desconfiture et sen fuirent vers le flum a lor vaisseauz. Quant li Crestien virent ce toz ceauz qui estoient devers cele partie issirent fors et se mirent a chacer et toz ceaus que il ateignoient ocioient. Si que il en i ot que ocis de glaive que noies ou flum plus de .iii. mile. Quant li sodanz vit sa gent a pie si desconfite si se retraist arriere et sen ala en sa herberge. Ensi rescost Nostre Seignor les Crestiens qui estoient ausi come toz perdus et morz par la main dou bon roi Johan le jor de la feste de mon seignor Saint Denise qui est a .ix. jorz de octovre. Ceste chose avint au premier yver avant que li legaz ne les genz de France venissent en lost.

CHAPITRE V.

En celui este ainz que li Crestien passassent le flum li Coradins por voir se il porroit doner entente as Crestienz ala asseger le chastel de Cesaire et fist drecer devant .iii. perrieres qui getoient de jor et de nuit. Li chasteauz estoit petit et mau garni si fu moult grege en poi de tens. Garnier lalemant qui estoit a Acre en lue dou roi assembla et les comunes et les autres gens et lor requist aye por aider le chastel. Li Genoeis qui moult amoient Gautier le seignor de Cesaire et qui savoient que il avoit requis au roi que il li rendist et li rois ne li voloit rendre se il ne li paeit ce que il y avoit despendu au fermer distrent a Garnier lalemant que se il le lor voloit livrer que il le garniroient et le deffendroient; il le lor bailla. Il y envoierent gens et armeures et viandes et autres choses qui mestier y avoient. Quant il furent la venus il recurent le chastel et en firent partir touz ceauz qui y estoient et i furent .iiii. jorz; et au quint manderent a Acre que len les en venist oster car il ne le poeent plus retenir que li ronpeor des Turs estoient dedens le mur. Lor gens lor envoierent vaisseauz et les en firent oster une nuit. Lendemain li Turc orent fausse le mur et entrerent enz et ni troverent nului. Le soutan fist abatre le chastel.

CHAPITRE VI.

Li Crestien qui estoient devant Damiate virent que il ne faisoient nul esploit et quan que il faisoient ne valoit rien se il ne passoient le flum et asseignoient la vile. Il atornerent vaisseaus et atirerent por aler prendre terre devers la vile car il sembla que il avoient gent assez por ce faire et que chascun jor creistreit lost. Li sotan qui ot aperceu lor volente fist faire sur la rive dou flum des la vile contre mont un avant piz de motes et fist arenger perrieres et mangoneaus et establi ses gens a cheval et a pie. Quant ce vint le seir que li Crestien devoient lendemain passer li sotans apela .ii. de ces amiraus de quoi li unz avoit nom Otevien le fiz de Halequen et li autres Halemedin le fiz de Mestob. Cist dui estoient parent et moult amis et estoient cheveteines des Cordis que len tient por les meillors chevaliers de paenime; et bien estoient .vii. cens chevaliers. Il lor dist que il voleit que il et lor gens se meissent dedens la vile de Damiate en garnison car il se fieit en eauz plus que en gent que il eust. Il li respondirent: Sire nos somes vos homes et apareillez a vostre servise et somes prest dentrer et se vos prions que vous y voles metre un de vos fiz aveuc nous. Car nos savons bien se il y est o nos que vos en serez plus curios; et se il ni est vos vos en passeres ausi legerement come vostre oncle Salahadin qui si fu prodome fist de nos peres le Mestob et Halequen que il laissa prendre a Acre devant ses oilz. Quant li sotans entendi lor respons si en fu moult irez et dist moult felenessement: Sui je donc a ce venus que mes sers se vodront apareiller a moi. Lors se leva et se mist en sa chanbre et manda querre toz ses amiraus. Cil dui se leverent et sen alerent en lor herberges et se douterent que li sodans ne les feist prendre si que il se armerent et firent armer lor gent et distrent: Nos amons meaus que lon nos ocie en deffendant que ce que li sotans nos preigne et nos face morir a honte. La novele vint au sotan que cil estoient arme; il les douta si fist armer sa gent. Li bruis fu granz par la herberge si que chascuns se corut armer. Li dui amirail virent que len se armoit par toute lost si cuiderent que ce fust por eauz prendre si monterent es chevaus et se mistrent a aler il et lor gent; et par achaison de ce se mirent a fuir toz ceauz de la herberge. Quant li sotans vit ce si ot poor que li Crestien ne passassent en celui point si monta et sen ala si que il ne nul home nentendi a nule rien ne de la vile ne de la herberge. Ensi sen alerent come desconfiz et laisserent tentes et harnas et viandes et tout quan que il avoient. En laube dou jor li Crestien oirent la messe et se confesserent et acomenierent come cil qui entendoient a aler en grant peril et si feissent il sanz faille se ne fust laventure que Nostre Seignor lor dona par sa pite come cil qui est plains de misericorde et qui nabandona pas ses pecheors quant il ont en lui lor fiance.

CHAPITRE VII.

Li rois Johans si tost come il vit que il estoit pres de jor il comanda a un de ses homes qui avoit nom Aubert le Charpentier que il entrast en une barbote et alast escoter en lost des Turs quel contenement il avoient. Cil fist son comandement. Quant il vint la il ne senti nule rien si descendi et ala par la herberge et ne vi ne oi nului; si sen retorna moult tost au roi et li dist ce que il avoit trove. Li rois ne le pot croire si envoia un suen chevalier qui avoit nom Michel de Viz. Celui y ala et revint au roi et li dist tout ausi come avoit fait Aubert. Li rois comanda lors que chascunz se recueillist et il se mistrent es vaisseaus qui meaus meaus. Lor chevaus estoient chargez des le soir devant. Il passerent le flum par un mardi matin a .xxv. jorz de juing lendemain de la Saint Johan et descendirent en la herberge des Sarrasins sans contens et se espandirent par mi et gaaignerent assez car li Sarrasin nen avoient porte que lor cors et lor armes. Li rois se douta que li Tur ne eussent ce fait par barat por laisser les Frans espandre par la herberge des Turs et puis lor coreussent sus; por quoi il prist tant de gent come il post et se mist dehors toute la herberge des Turs par devers les chans; et se tint la tres que a ce que toutes ses gens furent passees et herbergees. Cil de la vile issirent hors par la porte do Feies et y ot bon poigneis ains que la force des Frans i venist. Mais quant Johan darcies i vint il lor corut sus et les mist par mi la porte ens et par tout la ou il voioit lor tropeaus il lor coroit sus. Cil des murs de la vile le conoissoient par tout la ou il passoit por une penne de paon que il portoit sur son heaume si que il lapeloient Berris.

CHAPITRE VIII.

Li Crestien se logerent tout entor la vile et lenclostrent ensi que nus ni pot entrer ni issir. Le roi et tuit cil de la lengue de France furent herberges devers loistre des le flum tres que a la tor de Faies et les Pisanz furent avec eauz; et de cele tor envers le canton qui est vers le levant fu li Temples et li cuens de Nevers Hervi et de ilec tres que a lautre canton estoit li Hospitaus de Saint Johan et li Espaignol et li Provensal; et de celui canton tres que au flum toute la face devers la boire estoit le legat et les Romains et li Frison et li Genoeis et touz ceauz ditaile; li Hospitaus des Alemans devers le cochant et estoit le flum. Li Crestien nabandonerent mie la herberge de la le flum ainz i laissa chascun de sa gent en son endroit et resforcerent lor lices et lor foce et firent un pont de lune herberge a lautre. Li rois fist faire un trabuchet et le fist drecer en droit la tor do Faies et li Hospitaus en mist un autre en dreit la tor dou canton et li legaz en fist un moult grant de lavoir do comun en droit le chastel a la tor que len nomoit la tor de Jaldec; et moult y ot drecees perrieres et mangoneaus tout entor la cite. Li Temples avoit une grant perriere qui geteit moult loing et moult droit dont ele faisoit grant damage en la vile et getoit ensi que il ne sen poeient garder; car ele geteit une feis une part et autre fois autre et une fois pres et autre fois loins; si que li Sarrasin la apeloient El Meferteisse ce est a dire la Reverchant.

CHAPITRE IX.

Quant le Quemel se fu apense de ce que avenu li estoit si li fu bien avis que Dex avoit ce fait de quei il fu moult espoentez; toute voie assembla sa gent et se ala herberger devers lisle de Mehalla a une liue de la premiere herberge des Crestiens qui estoit ou Sablon et envoia bons messages a ses freres au Mehadan qui estoit a Domas et a leisseraf qui estoit en la terre dou Levant que il li venissent aider a metre conseil ou fait de la paenime; car li besoins nestoit mie sans plus suen ains estoit deaus toz car se la soe terre estoit perdue les lor ne seroient mie asseur; et que il doutoit moult que il neussent trop targe a lui aider. Li Coradins qui plus pres estoit sen vint a lui hastivement et amena de gent ce que il post. Quant il fu la venus son frere le Quemel li ala a lencontre moult loing et moult se firent grant joie. Li Coradins que len clamoit Mehadan li dist ce que lor peres li avoit dit et li dist ensi: Beau frere toute la terre qui fu des Frans est moie et en ma main je la vos doing por delivrer la vostre de nos enemis; car je nauroie nule chose chere encontre vos ni encontre le besoing de la paenime. Le Quemel se dreca et li baisa lespaule et le mercia moult et li dist: Beau frere je ne vueil mie que le damage en soit vostre je vos donrai en eschange au Sahit tant qui vaudra cele terre. Lors pristrent un message qui avoit nom Legars et li baillerent un durgeman que len claimoit Beiran. Cil vindrent en lost et parlerent au roi et au legat et as riches homes de lost et lor dist que il deussent envoier au sotan un home en cui il se fiassent por oir ce que il li diroient. Il orent conseil sur ce et par acort de toz y envoierent .ii. riches homes et sages. Li unz fu Amelin de Riorte qui fu nez danjo et li autres Guillaume de Gybelet qui fu nez de Triple; et menerent por durgeman un escrivain qui avoit nom Mostar. Il alerent en lost des Sarrasins. Quant il vindrent devant le sotan il ot moult de paroles entreaus si come li Turs sont soutiz et gaitans; et tant que a ce vint la parole que le Quemel dist que se li Franc se voloient partir de la terre de Babiloine il lor rendroit toute la terre que li Franc tindrent fors le Crac et Mont Real et lor feroient trives a .xxx. ans. Quant cil prodome orent ce oi si retornerent en lor ost et retraistrent ce que il orent trove. Les cheveteines de lost furent a conseil. De quoi li rois Johans et toz ceauz dou roiaume de France et toz ceauz do pais se acorderent a ce que len receust luefre. Le legat et le Temple et lospital de Saint Johan et toz ceauz dytaile ne si acordoient pas. Li message des sotans estoient venus en lost por oir le respons. Il lor fu dit que il sen alassent que len nen feroit rien. Il sen alerent et puis revindrent et offrirent ce que il avoient devant offert et tant plus que il donroient por le Crac et Mon Real chascun an .xv. mile besans de rente a la porte de Domas. Tout ausi respondirent no gent comme devant et convoierent les messages.

CHAPITRE X.

Quant le Coradin se parti de la terre de Surie por venir en Egypte il fist abatre toz les murs de la cite de Jerusalem et abati ausi .ii. chasteaus le Toron et Safet et ce fist il por lentendement que il avoit de la terre rendre as Crestiens. En ce point que li Crestien orent passe le flum et enclose la vile vindrent en lost chevaliers de Chypre tres que a cent si en fu chevetaine Gautier le seignor de Cesaire qui estoit conestable de Chypre. Il estoit lors ensi que toutes les fois que li Crestien assailloient a la vile cil de la vile levoient un cofin qui estoit en une perche que len avoit drecee sur la grant tor et despleoient un confanon vermeil en signe que len les venist secorre; et piestant li Turc sen venoient les escheles rangees tres que as lices et assailloient la herberge devers le Sablon et ce estoit moult sovent. En celui point avint que li pueples de lost se esmurent en une fole volente car il crioient a une voiz: Alons conbatre as Sarrasins. Et dou clerge meismes en estoit li plus en ce et des chevaliers une partie; et estoit lor dit que il se alassent conbatre as Turs en lor herberge. Li autre qui ne sacordoient mie a ce disoient: Se nos nos volons combatre a eauz si nos i conbatons devant nos lices ou il vienent moult sovent et ce est toutes les fois que nos faisons semblant dassaillir la vile. Li pueples venqui car il laidissoient les cheveteines et toz les chevaliers et les clamoient traitres si que il ne le porrent plus soffrir. Si fu acordee lalee a la herberge des Sarrasins et fu mis le jor de la bataille au jor qui avoit este nome qui fu mardi le jor de la feste Saint Jehan Decolace. Furent moult apareilles de lor armes toz ceauz de lost chevaliers et sergenz a cheval et a pie et furent les batailles devisees et baillee chascune eschele a bon cheveteine; et sen issirent des herberges toz fors ceauz qui estoient establi por la herberge garder. Et a ce faire furent laisses Hugue le Brun conte de la Marche et Raol de Tabarie seneschal dou roiaume de Jerusalem et chevaliers et sergens asses en lor comandement. Lors chevaucherent vers les tentes des Sarrasins tout le pas. Li Sarrasin qui bien orent seu lor emprise avoient lor herberge vuidee si que il estoient remes escheriement. Quant il les virent venir si se armerent et monterent et se mistrent hors et se traistrent arriere. Les Frans vindrent a la herberge et ni troverent nule rien que les tentes toutes vuides. Quant il virent ce que les Turc ne les atendoient a bataille si orent conseil que il feroient. Li rois Johan conseilla que il se herberjassent es tentes des Sarrasins et fussent la tres que pres de la nuit; et lors sen retorneroient en lor herberge. Li plus se acorderent a ce conseil et firent semblant de descendre et de heberger; de coi li Turc cant il virent ce sapresterent de partir se dou luec et de passer le flum. En ce li sergens qui avoient fait faire lenprise de venir la furent ausi angoissos de retorner come il avoient este dou venir si se mirent au repaire sans conroi qui meaus meaus. Si tost come li Turc sen apersurent si tornerent vers eauz et lor envoierent grant mace de hardeors; si tost come li rois et li chevetaine virent ce si douterent que li Turc ne se meissent entre deuz dont il se mirent a chevaucher aveques eaus tout piestant. Li Sarrasin lor corurent sus de toutes les pars et les menerent tres que en lor herberge ferant et batant si que il en ocistrent et prirent assez. Bien y ot perdu chevaliers .ccc. et autre gent .iiii. mile. Il i fu pris Mile de Nantueil eslit de Beauvais et Andre de Nantueil et Gautier le chanberlain et son fiz Adam et Johan darcies et Andre despoisse et Phelipe de Planci et Mile de Saint Florentin. Quant li Crestien se furent recuillis en lor herberge li Turc sen retornerent en la lor en grant joie et enmenerent lor prisoniers et firent la nuit grant feste de trompes et de tabors et dautres estrumens.

CHAPITRE XI.

En cele desconfiture ot moult de Crestiens qui de poor perdirent le sen et dautres qui se mirent en nes et furent dehors la fors tant que eles murent por passer la mer. Li Crestien qui en lost estoient se reconforterent et adrecerent le miauz quil porent selonc ce que il lor estoit mescheu. Au tiers jor que cele besoigne ot este li sotans renvoia ses messages as Crestiens Legars et Beiran qui autre fois y avoient este; li quel distrent ensi au roi et au legat et as baronz de lost: Seignors mon seignor le sotan vos fait assavoir que por ce se Deu li a fait honor et done victoire ne se vuet il mie en orgueillir car il set que de orgueil ne puet nul bien venir; ainz est prest que il vos face toutes iceles choses que il vous avoit devant ce offert. Li Crestien orent conseil et respondirent au message: Ne cuides pas que por chose qui nos soit avenue nos feissiens meschief; car ensi avient de guerres que une fois pert len et autre gaaigne; et se nos deussiens receveir ce que li sotans nos mande offrant nos leussiens receu plus tot avant ce qui est avenu que apres. Et sur ce vos en poez raler car nos nen ferions riens. Quant li messages oi ce si dist: Beauz seignors ne refusez mie ce que li sotans vos fait offrir car vos savez que Deu nama onques orgueil; et mon seignor vos offrira tant que se vos le refusez que il en metra Deu devers lui et li tors en sera devers vos qui bien vos porra grever. Car tout ensi vos mande il encore offrant come il le vos a offert enterinement toute la terre que li Franc tindrent onques fors le Crac et Mont Real; et por ces .ii vos donra .xv. mile besans chascun an a la porte de Domas. Et tant plus que il vos donra par la conoissance de quatre prodes homes .ii. Crestienz et .ii. Sarrasins tant davoir come costeront a fermer Jerusalem et Beauvoir et Safet et le Toron. Et vos fera trives a .xxx. anz et vos baillera .xx. ostages des plus prochainz de son leignage que vos tenrez .ii. anz tant que vos ayes ferme et garni vos fortereces. Li Crestien furent a conseil et y ot grant debat entreaus; car li rois et cil dou pais le plus et cil doutre les mons et lospital des Alemans et aucuns des prelaz sacorderent a ce que len receust ensi come li sodans lofroit. Li legaz et li Temples et li Hospitaus et li plus des prelaz et cil ditaille sen descordoient; si que li lor conseil venqui. Dont il donerent conge as messages et lor fist dire li legaz que il ni revenissent mais.

CHAPITRE XII.

En celui septembre qui lors estoit vint en lost grant plente de pelerins. Il vint dengleterre le conte de Cestre Renou qui tint en lost cent chevaliers un an et li cuens darondel et li cuens de Ferretes et li cuenz de Salebieres et Robert le fiz Gautie; et dou roiaume de France y vint Enjorrant de Boves et Gautier Bertot et si dui frere Terri et Gyle et Gerart de Fornivaus et Gylebert de Sote Guien et Guillaume de Saint Homer et Alart dantoine. Toz ces estoient riches homes. Et y vint moult dautres chevaliers et pueple a grant foison et si y vint Sauvari de Mau Leon qui mut de Poito et amena beles gens en galees et en coques et vint par la haute mer et passa par le destreit de Marroc et sen vint par Espaigne si que il vint en lost. Devant .i. contens estoit sors entre le legat et le roi Johan car li rois avoit eu la seignorie de lost et de la conqueste ensi come vos aves oi; et li legaz la voloit avoir. Car il diseit que les movement et le fait avoit este fait par liglise et par la croisee; et si metoit quan que il poeit et useit en plusors choses. Li rois nen faisoit semblant ains usoit come seignor; si que partie des gens se tenoient a lun et partie a lautre; et por achaison de ce venoit que il estoient en contenz toutes les fois que il estoient a conseil sur aucun fait de lost; car chascunz se tenoit a celui de cui partie il estoit et par tel achaison empiroit moult le fait de lost; et en la fin par tel estrif en ala il a mal et en fu tout le fait perdu si come vos orrez ca avant.

CHAPITRE XIII.

Por la soffraite que li oz avoit eu ou premier estoit corue une maladie en lost as boches et as janbes de quoi moult de gent morut. Apres corut cele maladie en la vile et se parti de lost; si que il en furent tes atornes dedens Damiate come vos orrez ca avant. La vile de Damiate fu enclose dou siege qui estoit devant un an et .vii. mois anceis que ele fust prise dont il avint que puis que li ans fu passes dou siege que cil de la cite orent grant mesaaise et soffraite de viande; et par achaison de ce vint lenfermete en la cite. Des le comencement y avoit il po gent por la vile deffendre; si que por toutes ces achaisons il mistrent de nuit gens ou flum qui sen alerent contre val tant que il passerent toute la herberge des Crestiens; et den qui alerent au soutan et li firent assaver le mauvais estat en quoi la citez estoit. Li sotans faisoit gent metre de nuit ou flum et se laissoient aler a val le corant et portoient aucunes legeres choses cosues en cuir et en dras encirez. Li Crestiens sen apercurent si firent metre rez de fort fil ou travers do flum et y avoit canpeneles et barches establies qui si tost come les canpeneles sonoient il aloient la et ocioient ou prenoient ceauz et ce que il portoient.

CHAPITRE XIV.

Quant li sotanz vit ce si se apensa dautre chose. Il faisoit prendre chameaus et chevaus morz et les faiseit vuider et laver et metoit dedens viandes deliees bien evolopees et les faisoit jeter ou flum avec autres charoignes. Cil de la vile qui savoient lengin avoient longues perches a cros a quoi il les tiroient et prenoient ce qui estoit dedens. Li Crestien sen apercurent si se mistrent a arester les charoignes et celes ou il troverent les repostailles si prenoient ce qui y estoit. Quant li sotans vit que tout ce ne valoit riens si prist .ccc. sergens a pie touz a eslite et lor dist que il se assayassent dentrer en la vile. Cil se mistrent a prime soir a aler par la herberge des Romains et aloient par tropeaus. Quant il furent bien avant len les apercut et leva len le cri et lor corurent sus si que il furent tuit que mort que pris fors .liii. qui entrerent en la cite. Et chascun de toz les treis cens avoit au col un profineau de bescuit et dautres menues viandes. En la vile estoit remes si po de gent qui sain fussent que a poines poeent il avoir de quoi il peussent faire gaiter la nuit les murs ensi come il parut puis. Il avint que li trabuchez de lospitau de Saint Johan se fu acobe a une archiere en la grant tor dou canton et i feri tant que il leslargi si que un home i poeit entrer. Cil de la vile estoient si foible que il nentendoient au reclorre. Il avint un soir que il fist moult fort tens et oscur que quatre sergenz pristrent une longue eschele que il avoient faite priveement et la mistrent ou fosse et avalerent enz puis lapuierent a la tor en droit la fraiture de larchere et monterent sus et entrerent en la tor et ne troverent nului qui les sentist. Lors sen retornerent o toute lor eschele. Lendemain alerent au roi et li firent assavoir le fait. Li rois le fist assavoir au legat et as riches homes de lost que il poeit avoir la vile quant il vorroit de quoi par acort il furent tuit arme par lost en laube dou jor et li rois ot la nuit fait monter tant de gent en la tor chevaliers et sergens que il la porent bien tenir. Si tost come li jors fu esclarcis li Crestien qui estoient sur la tor leverent lestendart dou roi Johan et sescrierent: Dex aye Saint Sepucre. Lors leva un moult grant cri par toute la herberge des Crestiens et corurent moult de gens a leschele et tant en y monta que il corurent par les rues et corurent as portes si les ovrirent; et lors entrerent ens tuit cil qui entrer y vostrent fors cil qui estoient establi por garder la herberge. Cil de la vile qui porent recovrer ou chastel si receterent. Li baillis de Damiate geseit malades car la perriere dou Temple li avoit la cuisse brisee. Quant il sot que li Crestien estoient entor le chastel et lassailloient il fist dire que len li feist venir Balian le seignor de Saete. Quant il fu venus devant la porte li baillis li manda dire que a lui rendroit il soi et le chastel car il le tenoit a seignor come celui cui ses ancestres et son lignage estoient homes de lui et des suens; et ensi recut le chastel et le livra au roi. Ensi fu prise Damiate par un juesdi o mois de jenvier en lan de lincarnation de Nostre Seignor Jhesu Crist .mccxix.

CHAPITRE XV.

En celui tens avint que li princes Beymons ot recovree Antioche sur son nevo Rupin dont Rupin sen ala de Antioche en Ermenie a loncle de sa mere le roi Livon por lui requerre aye. Li rois Livons estoit mal de lui por la honte que il li avoit faite de lui faire chacer dantioche et si restoit malades au lit de la mort si que il ne le vost recevoir ne faire semblant damor. Ains fist sa devise et laissa sa terre et sa fille Ysabel en la garde dun riche home de la terre qui avoit nom Adam de Gaston. Li quels fu ocis de Haississis si que un autre riche home qui estoit cosin dou roi et conestable dermenie et avoit nom Costans prist le baillage de la terre par les aides que il ot et disoit len que il avoit porchace la mort del autre bail Adam de Gaston. Rupin sen ala a Damiate au legat et li requist aye a recovrer Antioche et Hermenie. Li legaz li aida davoir et de gens; si que il sen retorna en Ermenie et li rendi len la cite de Torsot et se tint a lui li mareschaus de la terre et maint autre. Costans qui estoit bail trova moult de gent qui se tindrent a lui dont il assembla grant ost et asseja Rupin dedens Torso. Rupin manda au legat et a lospital de Saint Johan que il le secoreussent. Il li envoierent chevaliers et sergens et en fu chevetaines Aymar li niez de Aymar de Layron qui avoit este sires de Cesaire. Il passerent de Damiate en Chypre et den qui en Ermenie et arriverent au Selef; et se il fussent alez delivrement Rupin eust tout gaaigne. Mais Aimar qui estoit lasches et pereceus ala a leisir et sejornant si que dedens ce delai gens qui estoient de Torso trairent la vile et mistrent le bail et ses gens dedens; et fu pris Rupin et le mareschal dermenie et Johan le mareschal de Triple qui o lui estoit et tuit li autre. De quoi Rupin nissi onques puis de prison ains i morut. Apres ce avint que Costans le bail porparla le mariage de la fille dou roi son seignor Ysabel a Phelipe le segont fiz de Beymont le prince dantioche; et lesposa et fu rois dermenie; dont il avint que il ne se porta mie au gre des Ermines et monta la chose a tant que Costans le conestable qui avoit este bail par acort des Ermins prist le roi Phelipe et le mist en prison ou il fu mors; et maria en la vie dou roi Phelipe sa feme Ysabel a son fiz Heiton et en fist roi. Cil hom qui comenca lordre des Freres Menors si ot nom frere Franceis qui puis saintefia et fu mis en auctorite si que len lapele saint Franceis vint en lost de Damiate et i fist moult de bien et demora tant que la vile fu prise. Il vit le mal et le peche qui comenca a creistre entre les gens de lost si li desplot por quoi il sen parti et fu une piece en Surie et puis sen rala en son pais. De ce que je ai dit que le mal et le peche comenca en lost puis la prise de la vile il est veirs que devant ce que Damiate fust prise les gens estoient en pais et en leaute ne ni avoit larrecin ne luxure; et se aucuns trovoit lautrui chose ele estoit lors rendue; et ausi faisoit len crier: qui a tel chose perdue. Come il est usee chose que len crie: qui a tel chose trovee. Mais puis que ele fu prise il sembla que il vosissent dire: Nos navons plus besoing de laide de Deu car il le boterent en sus deaus ne puis ne vostrent entendre a lui servir ne a bien faire; ains comenca lues en lost dehors la vile et dedens roberie larrecin murtres luxure neis as Sarrasines de la vile. Ne il ne faisoient conte descomenation et se descovri lors aparantment la rancune et la haine qui estoit entre le roi Johan et le legat Pelage; et por toutes ces choses parut bien que Dex les abandona. Car moult po apres perdirent par lor peche tout ce que il avoient gaaigne par laye de Deu; car il avoient este au siege de la vile .ii. anz et .vii. mois et ne tindrent la cite que .viii. mois. Et lors la perdirent par lor folie car lor peche les enconbra si come vos orrez ca en avant.

CHAPITRE XVI.

Au Pascor apres que Damiate fu prise li rois Johans oi dire que Livon le roi dermenie pere de sa feme estoit morz; por quoi il establi son fait de Damiate et ses baillis et sen parti et vint a Acre. Si que il y arriva le jor de Pentecoste et vost aler en Ermenie et mener sa feme por requerre le roiaume. Dedens ce que il satornoit a ce faire maladie prist a sa feme dont ele morut et apres .xv. jorz fu morz un fil que il en avoit de aage de .iiii. anz. Ensi perdi cele escheete. Dedens ce que il demora a Acre li legaz et toz ceauz de sa partie enpristrent a chevaucher contre mont le flum et fu lemprise ensi que li legaz escomenioit toz ceauz que en seroient al encontre. Et ceste enprise firent il por ce que il voloient que la chevauchee fust sanz le roi Johan car il len voloient tolir le los et la seignorie. Les gens dou roi Johan et si bailli quant il sorent ce et conurent la malice si le manderent faire assaver au roi. Li rois fist armer .iii. galees et passa en Chypre et den qui a Damiate. Quant il vint la il trova que tout lost estoit ja meus et estoient herberges dehors les jardins. A poines le vostrent il atendre .iiii. jors por soi atirer. Quant ce vint le quint jor il murent et chevaucherent contre mont le flum tote la rive par devers Damiate. Lor vaisseaus qui portoient les viandes et les harneis lor aloient toz jorz en coste; ensi alerent sanz trover meslee ne contens tant que il furent a lonzeime jor en lesperon la ou li fluns de Tennis se part de celui de Damiate. Quant il vindrent la si se logerent entre les .ii. flums et firent dune part et dautre bons foces car il virent que il ne poeent passer celui braz dou flum ni aler avant; car le Quemel o tout son ost estoit herbergez encontre eauz. Et estoit la mis des ce que li Crestien orent prise Damiate et y avoit fait faire maisons et grant vile et lapeloit Damiate la Nueve. Quant li Crestien orent ilec este une piece entor un mois il virent que il nespleitoient riens et douterent que viande ne lor fausist; car nul vaisseau ne poeit aler ne venir del ost a Damiate ni de Damiate en lost por les galees que li Sarrasin avoient mises ou flum de Damiate que il avoient amenees dou grant flum de Reissit par mi un halige. Ce est un braz dont len aboivre la terre. Li Crestien orent conseil et sacorderent a retorner priveement; si murent a prime soir; mais il ne porent faire si celeement que li Turc ne le seussent et murent costoient les. Quant ce vint au jor il orent ale .iii. liues. Li Turc lor orent toute la nuit brise les caliges devant et derriere; si que li Crestien se troverent au matin en laigue et ou tai tres que as genoils dont il ne porent aler avant ni arrieres et orent perdu lor viandes et lor harnas; et furent ensi vencus sanz meslee et sanz cop ferir. Quant li legaz vit ce si prist le duc de Bayviere qui estoit venus en lost ou Pascor devant et lenvoia au roi Johan et li manda que il venist parler a lui et il i vint et li legas li dist: Sire por Deu sire mostres a ce besoigne vostre sen et vostre valor et metes conseil en la Crestiente. Li rois Johan li respondi: Sire legaz sires legaz mau fussiez vos onques issu despaigne car vos avez les Crestiens destruis et mis a tout perdre. Si me venes dire que je y mete conseil ce que nus ne porroit faire fors Deu sanz honte et sanz damage; car vos vees bien que nos ne poons a eauz avenir por combatre ne de ci nos ne poons partir ne herberger ne poons por le tai et por laive ne nos navons viandes por les gens ne por les chevaus por quoi je ni voi nul conseil mais que de querre trive au soutan et se vos et li autre vos y acordes si querons un message qui y voist. Il si acorderent tuit a ce. Si i fu envoiez Guillaume de Gybelet et Godefroi Most et tant corurent les paroles que la trive fu faite et juree de .ii. parz a .viii. anz. Et fu ensi que li sodanz feroit conduire les Crestiens de lost et ceauz de la vile a sauvete eaus et lor choses et delivreroit les prisoniers de sa terre et de cele dou Coradin et lor feroit venir viandes et li Crestien li rendroient Damiate et toz les esclas dou poeir dou roi Johan. Et ensi fu compli et parfait de .ii. pars.

CHAPITRE XVII.

Ensi fu perdue la noble cite de Damiate par peche et par folie et par lorgueil et la malice dou clerge et des religions la quel avoit este conquise a grant cost et a grant travail. Quant ce fu parfait et jure li sotans fist estoper les caliges par quoi laigue se retraist et essua la terre; si que li Crestien sen vindrent a Damiate sanz entrer en la vile passerent le flum et se herbergerent ou Sablon de les la fois dou flum. Et ilec recut li rois Johans .xx. ostages dou sodan les quels il fist metre en une coque hors dou flum et les tint tant que il et li legaz et toutes les soes gens se furent recueilliez es vaisseaus et issues dou flum; et lors fu rendue la cite et li ostage as Sarrasins. Toutes les gens sen alerent a Acre fors un po de pelerins qui dilec sen passerent Outre mer et passa ausi Hermant li maistres de lospital des Alemans qui sen ala en Puille a lempereor Fedric et dilec a Rome al apostoile Honoire et lor fist assaver le damage et la perte que li Crestien avoient receu ou fait de Damiate.

CHAPITRE XVIII.

Il mestuet retorner por dire coment li rois Ferdris vint en Puille et coment il fu coronez a empereor. Quant pape Innocent le Tiers sot et vit que Othes qui avoit este empereres estoit moult afoiblis de son poeir si manda en Alemaigne au roi Fedric que se il voloit metre conseil ou fait de la terre de Jerusalem et rendre leritage de liglise ce est la duche de Spolite et une partie de Toscane il le feroit empereor de Rome et li asseroit la corone emperial. Quant li rois Fedris entendi ce si en fu moult liez et remanda au pape que il sanz delai sen venoit a Rome por recevoir le coronement et por faire ce que il li avoit requis. Lors se mut dalemaigne por venir a Rome et sen vint par Lombardie ou il fu receus por seignor daucuns; et aucuns distrent que il ne le tenreent por seignor tant que il fust empereor. Ce fu par nom Milan et maintes autres citez dont il lor sot moult mauvais gre si que il en trova puis achaison et les en guerroia; mais lors navoit il mie poeir de greger les car il venoit a po de gent come cil qui estoit meus sur saut. Quant il fu venus a Rome li Apostoiles le recut moult lieement et le corona hautement; et il fist au pape ce que il li avoit requis. Apres son coronement il sen retorna en Alemaigne et la fu une piece; et quant il sen vost partir il fist coroner a Ais la Chapele son fiz Henri a roi dalemaigne celui que il ot de la suer dou roi daragon; et lors sen vint a Rome et mena sa feme o soi. Quant il fu revenuz a Rome et il ot trove que pape Innocent fu mors ne tarja gaire apres que lempereris fu morte. En tant come il estoit a Rome il envoia ses messages en Puille a plusors des haus homes dou regne et ses letres. Ne de toz ceauz dou regne ne vint a lui nul riche home fors le conte Berart Gentil qui estoit cuenz de Conversan. Celui ala a lui a Rome moult richement et a grant compaignie. Et en sa route se mistrent chastelains et vavassors tant que il furent o lui bien .ccc. chevaliers. Et poi valut ce servise et ceste honor; car tout ausi le deserita li empereres come il fist les autres. Et ensi fist tos ceaus do regne igaus amis et enemis; car tuit furent deserite. Li cuenz Mace dalesne ne le vost atendre ains atorna .viii. galees et se mist enz o tout grant avoir et bele compaignie et sen ala en lost devant Damiate ou il fu longuement et richement. Li cuens Reniers qui grant terre tenoit en Cesile se mist en sa merci. Il le fist vestir de plonp et metre en prison ou il morut. Quant il ot este une piece a Rome il sen ala ou regne et le mist auques a sa volente si que il ne li en failli mais que en Abrusse la conte de Chalan et cele de Molins et en Cesile la terre que li Sarrasin tenoient. Mais ains que il partist de lapostoile li ot il proie que il le deportast de la voie doutre mer tant que il eust son regne de Cesile mis a sa volente et lors si iroit moult richement. Ensi le respita li papes sa voie.

CHAPITRE XIX.

Quant li empereres Fedris ot mis son regne en tel point come vos avez oi au tenz de pape Honoire en ce point fu ce que Hermant li maistres del Ospital des Alemanz passa la mer por faire lor assaver la perte de Damiate et lestat de la terre de Surie. Quant pape Honoire entendi cele novele si en fu moult dolant et tuit cil qui le oirent ausi. Il manda lempereor que il venist a lui. Et il i vint hastivement por les mauvaises noveles que il avoit seues. Quant il fu venus a Rome il parlerent ensemble il et li Apostoiles et li chardenal et fu lor conseil tel que il mandereent querre le roi Johan et les maistres dou Temple et del Ospital por saver par eauz en quel maniere il porroient metre conseil et aye en ce fait de la Sainte Terre. Et alors sen retorna li empereres en Puille por adrecer ses affaires et envoia .iiii. galees a Acre por amener ceauz que nos avons dit. Li rois Johan establi la terre le meauz que il pot selonc la povrete en quoi ele estoit et mist en son lue le conestable Ode de Montbliart et passa en celes galees lui et li legaz et le maistre de lospital frere Garin de Mont Agu. Frere Pierre de Mont Agu qui estoit maistre dou Temple ni vost aler mais il y envoia un prodome de ses freres en son lue qui avoit nom frere Guillaume Cadel. Ils arriverent en Puille au port de Brandis. Li empereres manda contrauz et les fist moult honorer et lor envoia grant plente de chevaucheures et lor fist faire lor despens moult richement tres que a Rome ou il ala et les mena o soi. Quant il furent la venus si parlerent ensemble en maintes manieres sur le fait de la terre de Surie et entre les autres paroles fu acorde que li empereres esposeroit Ysabel la fille dou roi Johan qui estoit dame et dreit heir dou roiaume de Jerusalem; et ensi le jura li rois a doner lui des lors en .iiii. anz que ele seroit daage et li empereres jura de prendre la et jura que des ce que il lauroit esposee la damoisele en .ii. anz il passeroit la mer et iroit en Surie; et se il ne le faisoit que il fust escomenie. Quant les choses dont vos aves oi parler furent ensi atirees li rois Johans passa les mons et sen ala en France ou len li fist moult grant joie et moult grant honor. Et quant il fu au roi Phelipe il fut receu moult honoreement et moult li fist li rois Phelipes grant joie; mais moult le reprist et blasma de ce que il avoit fait mariage de sa fille sanz son seu et sanz son conseil.

CHAPITRE XX.

Li rois Johans se parti de France et sen ala en Espaigne en pelerinage a mon seignor Saint Jaque. Et quant il ot fait son pelerinage si ala voir le roi de Castele qui moult li fist grant honor et li dona de beauz dons et en la fin se acorderent a ce que li rois Johans esposa une suer dou roi de Castele et sen revint o tout lui en France. Quant il fu venus ne tarsa gaires que li rois Phelipes acocha au lit de la mort si que il fist sa devise et laissa a la Sainte Terre .cl. mile mars dargent les .l. mile en la main dou roi Johan et les .l. mile en la main dou Temple et les .l. mile en la main de lospital; et moult de autres aumosnes fist en sa devise beles et granz. Ensi trespassa li bons rois Phelipes qui longuement et honoreement avoit vescu. Ne tarsa guerres apres que ses fiz Loys fu coronez a Rains hautement et a grant honor. Et quant li rois Johans sot que li termes aprochoit dou mariage de sa fille et del empereor si sen vint en Puille. Quant il fu la venus par son acort et par lotroi de lapostoile li empereres envoia larcevesque de Capes por esposer la damoisele el lue del empereor et si y envoia .xiiii. galees por mener la al empereor en Puille et en fu chevetaine le conte Horri de Maute qui estoit amirail dou regne. Les galees murent de Brandis et vindrent a Acre et i fu Gui li Enfes par cui li rois Johans manda ce que len devoit faire dou mariage et dou coronement et des autres choses. Quant il furent venus a Acre la damoisele fu menee a liglise de Sainte Crois et la fu revestuz li arcevesques de Cappes qui lesposa por lempereor et li mist lanel ou doi; de quoi les gens se merveillerent moult de ce que home esposoit feme de si loing que li uns estoit en Puille et li autres en Surie mais ensi le comanda li papes. Quant le mariages fu fais ensi come vos avez oi la dame fu menee a Sur et la fu coronee a roine dou roiaume de Jerusalem hautement et a grant honor et la corona Raol de Merencort patriarche de Jerusalem. Et furent au coronement Symon de Maugastel arcevesque de Sur et Balian seignor de Saete et Gautier seignor de Cesaire et Ode de Monbliart conestable dou roiaume et chevaliers et dames a grant plente. Apres son coronement fu baillee a un frere de lospitau des Alemans qui avoit nom frere Henri que il la deust servir et garder. Ne tarja gaires apres que il se recuillirent et se partirent de Sur et passerent la mer et arriverent a Brandis en Puille ou il furent receus a grant joie et a grant honor. Il passa o la roine Symon de Maugastel arcevesque de Sur et Balian seignor de Saete et Daniel de Terre Monde et autres chevaliers dou pais. Li empereres Fedric et li rois Johans se estoient aprochez de Brandis por atendre la venue de la dame et sejornoient a un chastel qui a nom Oire. Si tost come il sorent que la roine estoit arrivee il vindrent a Brandis. Ne tarja gaires que li empereres esposa la roine en liglise de larcevesche et fu faite sur eaus la beneicon. Le jor meismes des noces li empereres mist le roi Johan a raison et le requist que il li deust saisir dou roiaume de Jerusalem et de toz les drois de sa feme. Quant li rois Johans oi ce si en fu moult esbahis car Hermant li maistres del Ospitau des Alemans qui avoit porchace le mariage li avoit fait entendant que li empereres li lairoit tenir le roiaume de Jerusalem tote sa vie. Et quant il vit que ensi aloit si nen pot plus faire; ains saisi lempereor do reiaume de Jerusalem et de toz les drois de sa fille. Lendemain mut li empereres lui et sa feme et sen ala tant que il vint a Foges et ne fist assaver sa muete au roi Johan. Dont li rois fu moult desjuglez toute voiez covri son cuer et ala apres et se herberja a Saint Lorens un borc qui est pres de Foges et dilec ala veir sa fille empereris et son gendre lempereor qui moult li fist po de semblant et des lors le comenca a grondoier; et requist au seignor de Saete et as autres chevaliers de Surie qui o lui estoient lor homages et cil le li firent. Et lors envoia a Acre levesque de Melfe qui recut les homages de toz les homes dou pais qui homages devoient. Et furent en sa compaignie le conte Bertran Jentil et le conte Estiene dou Cotron a tout .ccc. chevaliers dou regne de Cezile et demora Ode de Monbeliart bailli de la terre en luec del empereor si come il avoit este en luec dou roi Johan. Lachaison por quoi la grigne sorst entre lempereor et le roi Johan si fu de ce que li rois le chastioit et reprenoit trop sovent et meismes por Gautier le conte de Briene le nevo dou roi Johan qui avoit este fiz de la fille dou roi Tancre dont nos avons parle ca arriers de quoi il fu fait acroire al empereor que il beoit au regne aver et que il en son oncle atraioient gens a aus. Dont li empereres fu en ce que il les devoit faire prendre et ocirre le conte Gautier. Li rois Johans qui estoit a Barlete sot lemprise de lempereor et fut moult entrepris car il estoit ou mi luec de la terre. Si se apensa coment il porroit decevoir lempereor. Si prist un suen message et li envoia et li manda que il voloit a lui parler et que il li feist assaver ou il le troveroit. Li empereres qui estoit a Troie dist au message que il sen aloit a Melfe en la montaigne et la le troveroit son seignor. Li rois Johans et son nevo murent de Barlete et firent semblant et parole daler a Melfe. Quant il orent passe le flum de Cane si laisserent le chemin de la montaigne et tindrent la voie de la marine et chevaucherent hastivement tant que il furent hors dou regne et sen vindrent a Rome. Li rois Johan trova la sa feme que il y avoit laissee. Pape Gregoire qui lors estoit Apostoiles li fist grant joie et moult le honora et li dona en Toscane et en la Marque tout le demaine et le patremoine de liglise le quel il tint tant come il vost. Li cuenz Gautier sen ala en France a son contee. Quant li empereres sot que li rois Johans li avoit fait la fauvete si en fu moult desjuglez mais il en covri son corage et sa volente tant come il pot.

CHAPITRE XXI.

Il mestuet retorner a dire de lisle de Chypre. Quant li rois Hugues fu morz a Triple et la novele en fu venue en Chypre len i fist moult grand duel si come drois estoit et come len devoit faire de son naturau seignor et de celui qui tant valoit. Si vos dirai de ses teches et de sa maniere. Son pere Haymeri de Lisignan fu rois de Chypre et de Jerusalem si come vos avez oi. Sa mere avoit nom Eschive et fu fille de Baudoin dybelin qui fu seignor de Rames. Il fu de meene estature ne des granz ne des petis bien fu forni de menbres et bien tailles de cors mais un po avoit les espaules corbes. Le visage avoit refroige la char avoit blanche et le chief auberne. Volentiers estoit demprendre choses dont il eust affaire qui a honor li peust torner. Moult amoit compaignie de chevaliers et de toutes gens darmes. Irous estoit durement mais tost li passoit lire. Quant cil de Chypre orent lor duel fait plusors jors la reine Aelis sa feme a cui il en fu remes un fiz qui avoit nom Henri et navoit que .ix. mois quant son pere morut et .ii. filles Marie et Ysabel Marie si fu mariee au conte Gautier de Briene dont nos avons parle et Ysabeau qui fu mariee a Henri le filz do prince dantioche; la reine requist as gens de la terre homage et il li firent sanz delai et sanz respit si come a bail. Quant ele ot les homages receus ele mist en son lue sur le fait dou reiaume un suen oncle frere de sa mere qui avoit nom Phelipe dybelin et li fist jurer a ses homes que il li obeiroient tres que a laage de son fiz Henri de quoi ele fist folie; car quant ele sen vost repentir ele ne post si come vos orrez. Quant ele ot tenu le baillage une piece si come vos avez oi ele ne pot soffrir moult de leidenges et de despis que len li faisoit si se parti de la terre de Chypre et sen ala en Surie si que ele fu au coronement de sa niece lempereris Ysabel. Et den qui sen ala a Tortose et i fu tant que le mariage du traite de lui et de Beymont le fiz dou prince dantioche de quoi les esposailles furent faites en lisle de Saint Thomas devant Triple. Ce fu por ce que son pere et sa terre estoient en sentence por le fait dantioche dont vos avez oi que il prist sur Rupin et lospital. Quant il lot esposee ele envoia ses messages en Chypre et furent assembles toz les homes liges dou roiaume ou palais de la roine. Li message distrent ensi: Seignors ma dame la roine vos mande salus si come a ses loiaus homes et a ses feauz amis et vos fait assaver que si come cele qui est bail de son fiz de son gre et par sa pleine volente sanz nule force et sanz ce que il y eust nule autre raison fors ce que ele le vost faire ele mist et establi en son lue son oncle Phelipe dybelin le quel ele ne veaut que il plus i soit. Por quoi ele vos mande et comande si come a ses homes que vos de ci en avant ne soyes en son comandement ne riens ne facies por lui et que vos receves en lue de lui Haymeri Barlais et soies a son comandement. Quant li message orent ce dit Phelipes dybelin se dreca et dist: Seignors vos saves que vos me jurastes par le comandement de la reine que vos me obeirees et ferees mes comandemens tres que al aage del enfant nostre droit heir por quoi je vueil savoir se vos me tenes a bail ou non. Puis demanda a chascun par soi que il en disoit de quoi toz distrent que il le tenoient a bail fors un chevalier qui avoit nom Bauduin de Beleme. Celui dist que il ne conoissoit autre bail en Chypre que la reine Aelis. Li parent et li ami de Phelipe dybelin li corurent sus et le durent avoir mort. Ensi demora Phelipe dybelin ou baillage et la reine en fu dehors sans recovrer le.

CHAPITRE XXII.

Apres ce que li rois Lois de France li fiz dou roi Phelipe fu seignor en chef il sot que cil de Tolose se furent revelez contre lui et orent chacez ses homes et partie ocis. Il en fu moult irez et esmeuz en soi. Si assembla grant ost a cheval et a pie et si y ot bien .v. mile chevaliers et plus et mut et sen vint par ses jornees tant que il vint a la cite davignon. Quant li oz fu la venus Hues de Chasteillon cuens de Saint Pol qui faisoit lavant garde entra en la vile par lautre porte que il voloit que li os se lojast devant la vile de lautre part de la vile et se tint entre la cite et le flum dou Rone au pie do pont et atendoit ilec tant que partie de lost fust passee outre le pont; en ce que il atendoit la si come vos oez les gens de lost qui passoient par mi la vile car il ni avoit autre chemin par ou il peussent passer si orent paroles a ces de la cite si que il se meslerent si que tuit cil davignon saillirent as armes et clostrent les portes devers lost et ocistrent toz ceauz que il troverent dedens la vile et toz ceauz meismes que il troverent entre la vile et le pont et i fu ocis Hues li cuens de Saint Pol. Quant la novele en vint au roi il comanda que li oz se herberjast; si se herbergerent devant la vile et fu lors assegee. Li rois fist drecer engins et fist faire chaz et voies covertes et fist assaillir la cite moult asprement et tant i tint le siege et si les destrainst que il se rendirent a lui sauves lor vies et lor choses. Si tost come li rois ot receue la cite il fist abatre toz les murs et les torz denviron qui moult estoient beles et fist emplir les focez. Et quant il ot ce fait si passa outre et ala a Toulose et la assist et tant la destrainst que il se rendirent a lui si come avoient fait cil de Avignon; mais il nen fist mie ce que il avoit fait davignon car Tolose estoit de son reiaume et Avignon ne lestoit mie ains est de lempire. Li rois fist efforcer le chastel de Toulose et mist ou chastel et en la vile tel garnison come il li plot et sen retorna en France.

CHAPITRE XXIII.

Quant li termes fu venus que li empereres Fedris ot empris et jure si come vos avez oi que il devoit passer la mer et aler en la terre de Surie il fist atorner et aprester nez et galees a Brandis et manda en Alemaigne et en France faire assaver son passage et sa muete. Dont moult grant plante dalemans passerent o lui et aucunz passerent a Marseille. Quant il furent apreste dou movoir la ou il estoient assemblez a Brandis li empereres comanda que len charjast as nez les viandes et le harnois et les chevaus. Quant tout ce fu charge es nez eles murent et passerent en la terre de Surie et arriverent au port dacre; et i passerent des riches homes dalemaigne Henri le duc de Lanborc et Garnier de Borlande et Henri de Nife et Henri de Huidas et Guerri de Dunes; et de Loheraine Gobert daspremont; ce furent li plus riche home qui passerent a ce passage. Li empereres fu demores por passer en galees et o lui Gerot de Losane patriarche de Jerusalem. Ensi come il durent movoir maladie prist al empereor par quoi il ne se pot metre en mer. Il manda por le patriarche Girot et li dist que il ne poeit passer a ce passage por son dehait et se il voleit passer il li bailleroit .ii. galees. Quant li patriarches vit que il ne poeit estre autrement il recut les galees et sen passa et arriva en Chypre au port de Lymecon ou il trova toz ceauz de lisle et de ceauz meismes de Surie: Balian sire de Saete et Ode de Monbliart conestable dou roiaume de Jerusalem et autres chevaliers avec eauz; et i fu Beymont le fis do prince dantioche et fu o lui la roine Aeliz sa feme. Toz ces estoient assemblez por atendre la venue de lempereor. Quant il sorent par le patriarche que li empereres estoit demorez si se departirent et sen rala chascunz en son affaire. Li patriarches et cil dou roiaume sen passerent a Acre.

CHAPITRE XXIV.

Il estoit avenu que au main devant celui passage que je ai devise li empereres avoit envoie le conte Tomas de la Cherne por estre en son lue bailli dou roiaume de Jerusalem qui moult bien si contint et moult i fu doute. Et plus le doterent toutes les gens que il ne firent lempereor quant il fu venus.

CHAPITRE XXV.

Quant li pelerin qui estoient a Acre sorent que li empereres estoit remes si eslurent a cheveteine sur eauz Henri le duc de Lanborc et lors ne vostrent mie estre oyzos si orent conseil et se acorderent a ce que il ireent a Saete fermer la cite et le chastel. Lors murent dacre et passerent devant Sur et vindrent a Saete. Quant il furent la venus si lor fu avis que trop y avoit grant labor a enprendre de fermer la vile et le chastel. Il virent une isle devant le port en la mer si conurent que la poeent il faire meillor ovre et plus segure et en po de tens. Lors mirent main a laborer et firent .ii. tors lune grant et lautre meene et un pan de mur entre les .ii. tors; si mistrent a ce faire des la Saint Martin que il vindrent la tres que en mi quaresme. Et en tant come il furent a ce labor fu morz li Coradins que len nomoit Melec el Mehadam qui tenoit le reiaume de Damas et la terre qui avoit este de Crestiens; de qui il remest un fiz que len apeleit Melec el Nassar li quel estoit de .xii. anz de eage. Et le mist lui et sa terre en la main et en la garde dun suen amirail qui avoit nom Hesedin Eibec et estoit seignor dun chastel qui est apele Salquet. Quant li pelerin orent parfait celui labor si se partirent et retornerent a Acre et diluec sen alerent herberger en la Paumeree de lez Cayfas por doner herbe a lor chevaus. En furent tres que apres la Pasque un mois et dilec sen alerent a Cesaire et refermerent le chastel que Coradin avoit abatu si come vos oistes sa arrieres. Dedens ce que lost esteit a Saete fu morz li maistres de lospital Garin de Mont Agu et fu esleu en son lue Bertran le Lorigne. Et en Chypre morut Phelipe dybelin qui avoit este bail si come vos oistes en leste qui vint apres en lan de lincarnation de nostre Seignor Jhesu Crist .mccxxviii.


LI TRENTETROISIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Ysabel lempereris fille do roi Johan acocha dun fiz et morut en la gesine. Li fiz fu sainz et haitez et ot nom Conrat; et ce avint en la cite de Andre ou ele fu enterree hautement et enoreement en la mere iglise de la vile si come il aferoit a cele qui estoit empereris de Rome et reine de Jerusalem et de Cesile. Quant ce vint en laost de cel este li empereres fist aprester a Brandis .xxii. galees et se atorna de passer en Surie mais ce fu moult escheriement; car il navoit mie o plus de cent chevaliers et avoir po si come il parut car si tost come il fu venus en Chypre il enprunta de Gui le sire de Gybelet .xxx. mile besans Sarrasinas. Quant pape Gregoire sot que li empereres voloit passer la mer ensi povrement en semblant daquiter son sairement et la sentence en quoi il estoit cheu il li envoia bons messages et li manda dire par eauz que il li deffendoit que il ne passast la mer en nom de croise tant que il fust asset de la sentence en quoi il se estoit mis et que il eust fait amende dou sairement dont il se estoit parjure; car il avoit passe le terme en quoi il avoit jure de passer et meismement il ne passoit mie si come empereor ne si come il avoit promis et jure. Li empereres Fedris ne si regarda onques ains se recuilli en ses galees et mut dotrente et ala tant que il arriva en Chypre et descendi a Lymecon ou il trova le roi Henri si enfes come il estoit de .xi. anz que si home avoient corone .iii. anz devant. Ensi i fu Johan dybelin sire de Baruth et toz les chevaliers de la terre et dou reiaume de Jerusalem i furent venus Balian sire de Saete et Tomas conte de la Cherne bailli dou reiaume et Rechart fil danger mareschal de lempereor qui estoit venus au roiaume le pascor devant.

CHAPITRE II.

Li empereres fu receuz a Limecon a grant joie et a grant honor. Il not mie este grantment en la vile quant il requist a avoir par le droit de lempire le baillage dou roi qui estoit inerme et de sa terre et les homages dou roi et de ses homes; et en ce not nul contredit ains li fu fait tout ensi come il lavoit requis. Quant il ot receus les homages il retint le roi en son ostel. Apres ce vint un jor que il semost toz les chevaliers a manger o lui et quant il orent mange li empereres mist a raison Johan dybelin sire de Barut et li requist Barut et la conte de tant come il ot tenu le baillage dou roiaume de Jerusalem. Il respondi a ce plusors choses et tant que a ce vindrent les paroles que il li dona ostages de estre a droit quant il seroit a Acre. Li ostage furent si dui fil Balian li ains nez et Hues li tiers. Li empereres les recut et les mist en garde si que il mist a chascun un anel ou braz et a lanel une chaene et a lautre chef de la chaene un autre anel ou braz dun vallet et si recut meismes .xx. pleges. Quant ce vint lendemain len fist entendant a Johan dybelin que li empereres le prendroit et que il se repentoit que il en avoit autre seurte prise que de lui arester. Il crut ce quili en fu dit si que quant ce vint la nuit il sarma et fist armer sa maisnee et monta; si se parti de la herberge et sen ala. Quant cil qui estoient pleges por lui sorent salee et meesmement cil qui estoient ses amis si se armerent et monterent et sen alerent o lui et guerpirent lor herberges et lor harnas et chevaucherent sanz arester tres que a Nicossie.

CHAPITRE III.

Quant li empereres le sot lendemain si fist metre ses ostages en gros traversains. Ne tarja gaires que il satorna daler vers Nicossie. Quant il ot atorne ses gens il mut et chevaucha tres que au Quit et ses galees alerent en coste lui et dedens lune galee estoient mis li ostage. En sa compaignie estoit Guis li sires de Gybelet et Balians li sires de Saete et Richart Filanger et de ceauz de Chypre li rois. Et y estoient o lui Haimeri Barlais et Amauri de Bessan et Gauvain de Chenechi et Guillaume de Rivet et tuit li autre qui nestoient de lamistie dou seignor de Barut. Li empereres se parti dou Quit et laissa ilec ses galees; et quant il vint a un casal qui a nom Piroje il trova Beymont le prince dantioche qui estoit venus en saye a tout .lx. chevaliers et grant plente de sergenz a cheval et a pie et estoit arrivez a Famagoste et dilec estoit venus la ou li empereres le trova. Lors sen alerent ensemble vers Nicossie. Quant Johan dybelin sot que li empereres venoit vers lui a poeir de gent si ne latendi pas ains sen ala o tout ceaus qui o lui estoient a Deu damors et la ens mirent tout quan que il porent darmeures et de viandes. Li empereres fu a Nicossie une piece; dedens ce li princes et autres gens sentremistrent de la pais faire. Si fu la pais concordee ensi que lempereor auroit por son baillage dou roi la terre de Chypre et seroient soes toutes les rentes et delivreroit les ostages et quiteroit les pleges et recevroit lomage de Johan dybelin sauves les requestes que il li avoit requises.

CHAPITRE IV.

Lors se parti de Chypre li empereres et enmena o lui le roi et Johan dibelin et Gautier le sire de Cesaire et tout le plus des chevaliers de la terre et mist ses chastelains es chasteaus et ses baillis par la terre por les rentes assembler et envoier li en Surie. Il arriva a Acre ou il trova les pelerins assemblez qui estoient revenus de Saete ou il avoient ferme le chastel et atornoient lor passage por raler en leur pais. Li empereres mist moult grant peine en eauz faire demorer mais li plus des riches homes ni vostrent demorer. Li empereres o toutes les gens qui a Acre estoient sen ala herberger a Ricordane un casal qui est sur le chef dou flum qui cort devant Acre et dilec envoia ses messages au sotan de Babiloine qui estoit nome Melec el Quemel et estoit herbergez a Naples et avoit o lui son frere Melec el Eisseraf et avoit en lor ost .vii. mile Turs a cheval et moult grant gent a pie. Li message furent Balian seignor de Saete et Tomas conte de la Cherne qui porterent au sotan riches presens chevaus et palefrois et riches dras de leine et pennes et toiles deliees et joiaus et vaissele dor et dargent et les paroles que il li distrent furent tels: Sire nostre seignor li empereres vos salue come celui que il veaut tenir a frere et a ami se en vos ne remaint. Il vos fait assaver que il nest mie venus de ca la mer por covoitise que il ait de terre conquerre car il en a tant que il et chascun home sen devroit tenir apae; mais ce por quoi il est venuz si est por les Sains Luecs en quoi est nostre creance et la foi des Crestienz. Et se vos icele terre ou li Saint Lue sont et qui des Crestiens fu et nomeement des ancestres de son fiz Conrat li voles rendre en pais sans contens il la recevra ensi que il vos laira en bien et en pais toute la vostre terre et sera vostre ami. Et ensi porrez avoir pais des Crestiens et destorber a espandre moult de sanc de moult de gent. Li sotans honora moult les messages et lor dona de beauz dons et lor dist que il feroit respons al empereor par ses messages. Li message de lempereor sen retornerent a lor seignor sans aporter autre respons que tel come vos aves oi.

CHAPITRE V.

En tant come li empereres estoit herberge a Ricordane dui frere Menor vindrent a Acre de par lapostoile qui aporterent letres au patriarche de Jerusalem. En quoi il manda que il feist denoncier lempereor Fedric por escomenie et parjur et que il deffendist au Temple et a lospital de Saint Johan et a celui des Alemans que il ne fussent en son comandement ne riens ne feissent por lui. Et tot ensi avint il.

CHAPITRE VI.

Quant li sotans qui estoit sages et soutiz sot que lempereres estoit venus en la terre povrement et que li plus des pelerins sen estoient rales en lor pais et que il estoit mal de liglise et le mandement que li Apostoiles avoit mande contre lui si prisa moult po son fait. Et por ce ne laissa que il ne li envoiast son message. Il li envoia un suen amirail que len apeloit Bedredin et o lui un autre amirail qui avoit nom le Salah. Cist dui vindrent a Ricordane et parlerent al empereor de par le sodan et li distrent ensi: Sire vos mandastes au sotan que se il voloit vos le tenrees a frere et a ami dont il vos mande que en lui ne demorra pas por chose que il faire puisse et se voz volez entendre a aucune resnablete il lentendroit volentiers. Mais a ce que vos messages requistrent trop li seroit grant chose et non mie por le cost mais por le blasme; car lon set bien que ausi grant devocion ont li Sarrasin au Temple Domini qui est maison de Deu come ont li Crestien ou Sepucre de Jhesu Crist; por quoi toute la paenisme li corroit sus et li halifes meismes len tenreit a mescreant de la loi. Donc vorroie je oir ce lor dist li empereres quel chose vos me vorriez offrir. Cil respondirent: Nos navons de ce nul comandement mais nos entendons que se vos y envoiez vos messages que il lor fera offre resnable. Ices messages li aporterent granz presenz de dras de soie et dor de diverses colors et de diverses choses dorient et li amenerent un olifant et .x. chameaus corsiers et .x. jumens arabies. Li empereres les honora et dona de beaus dons et envoia avec eaus ces meismes messages qui a lautre fois y avoient este. Quant Balian de Saete et li cuens Tomaz furent venuz a Naples et il cuiderent parler au sodan il lor fist dire que il sen aloit vers Gadres et que il voloit que il alassent o lui; et ce faisoit il por esloigner lempereor et ses paroles et ensi sen alerent li message o le sotan qui ne se aresta tant que il vint en un lue que len apele Forbie et ilec se herberja.

CHAPITRE VII.

Quant li empereres le sot si li dessist moult car il conut que li sotanz ne le faisoit que chuffler si le vost aprocher en bele maniere. Il assembla les riches homes de la terre et des pelerins et lospital et le Temple et lospital des Alemanz et lor dist que il voloit aler fermer Japhe por aprocher Jerusalem et por avoir voie por aler la fermer et lor requeroit que il fucent aprestez por aler o lui. Dont il respondirent tuit que volentiers fors le maistre dou Temple Pierre de Mont Agu et celui del Ospital de Saint Johan Bertran le Lorne. Ices .ii. li distrent por eauz et por lor freres: Sire il est bien seu que nos somes establi par liglise de Rome et a liglise somes obedient; por quoi nos ne porriens faire vos comandemens ne vos sivre; car nostre sires li Apostoiles le nos a desfendu; mais por le besoing et le profit de la Crestiente nos irons volentiers en coste lost par ci que vos ne nos comandez riens ne que vostre ban ne soit criez en lost. A lempereor ennuya moult cele parole et ne si vost assentir ainz mut et chevaucha sans eaus tant que il vint au flum de Mondidier entre Cesaire et Arsur. Et il le sivoient une jornee derriere lui. Quant il vi ce si douta le peril que se li Turc lor venissent sus et il les trovassent partis tost les peussent damager; por quoi il se atendi a lor dit et les atendi la et puis chevaucherent ensemble fors tant que il chevaucheent par eauz et crioient le ban de Deu et de la Crestiente sanz nomer lempereor. Quant il furent venu a Japhe li empereres fist descovrir les fondemens qui furent trovez auques haus de terre et fist laborer dessus. Et fu la tant que li chasteaus fu fermez et leschace faite. Dedens ce que il estoit a ce labor un galion arme vint de Puille qui passa ou plus grant cuer de lyver et vint un message dedenz qui dist priveement al empereor que li papes avoit fait grant ost et que il avoit pris Saint Germain et estoient venus vers Capes et que moult de citez et de chasteauz et de gens se estoient rendus et tornez vers eauz et que li rois Johans et li cuens Thomas de Chalan estoient cheveteines de lost et que se il ni metoit conseil en rescorre sa terre il lavoit perdue.

CHAPITRE VIII.

Quant li empereres entendi ces noveles si en fu moult entrepris car il vit que par le delai il poeit perdre tout le regne; et se il abandonoit le fait de la Sainte Terre il li estoit grant peril de honte et de damage; et se il bien se vosist partir ne peust il por lyver. Il covri son fait au plus beau que il pot et renvoia le galion arriere priveement et manda confortant ses gens; et manda a son amirail le conte Horri de Maute que il venist a lui au pascor et li amenast .xx. galees. Et lors mist si grant peine et tel entente que il fist trives o le soutan. Les quels trives furent tels come eles avoient este devant forz tant que li sotans li rendi la cite de Jerusalem et cele de Belleem et cele de Nazareth et les casaus qui sont sur le chemin de Jerusalem et la terre do Toron et cele moitie de la cite de Saete que li Sarrasin tenoient et le plain devant Saete; mais en Jerusalem retint li sodanz le Templum Domini a tout son porpris. Quant les trives furent ensi faites et jurees; li empereres laissa a Japhe les Chypreis et en mena toutes les autres gens et sen ala en Jerusalem et le dimenche de mi caresme sen entra ou mostier dou Sepucre et fist metre une corone dor dessus le maistre autel dou cuer et puis vint la si la prist et la mist sur sa teste. Onques ni ot prelat ne prestre ne clerc qui i chantast ne riens i deist; et tint le jor grant cort en la maison de lospital de Saint Johan. Apres ce fist semblant que il vosist fermer la cite si que il fist metre main a descovrir les fondemens et a asseir; et en ce se parti sodeinement de la vile sanz faire assavoir sa muete fors tant que il manda a mie nuit por le conestable dou roiaume Hode de Montbeliart et li comanda que il et toz ceauz dou roiaume demorassent por garder la cite et dilec sen ala a Acre. Et dilec manda a Ode que il meist en la vile un bailli et sen venist a Acre.

CHAPITRE IX.

En tant come li empereres estoit a Acre sost contens entre lui et le Temple; et en ce que ce contenz estoit li empereres se recueilli un jor en laube et sen parti sanz faire assaver sa muete. Et tant come il demora a Acre vindrent de Chypre Haymeri Barlais et Amaurri de Bessan et Hue de Gybelet et Guillaume de Rivet et Gauvain de Chenichi li quel parlerent al empereor et firent tantque il achaterent le baillage de lui que il devoit tenir treis anz et len otroierent a doner .x. mile mars dargent. Et lors sen ala li empereres en Chypre et fu a Lymecon et ilec fist le mariage dou roi et de la fille dou marquis de Monferare qui avoit nom Aalais; et puis livra le roi et la terre as .v. riches homes dessus nomez et lor dist que il deussent rendre les .x. mile mars a Balian de Saete et a Garnier lalemant qui estoit demores en son lue baillis dou roiaume de Jerusalem. Apres tout ce se parti de la terre et sen passa en Puille et arriva a Brandiz et i descendi.

CHAPITRE X.

Quant li empereres se fu partiz de Chypre; li .v. baron que je ai nomes demorerent cheveteine en la terre et gardes del roi et dou roiaume et lors si manderent par toute lisle et firent prendre le bestiail gros et menu des terres et des casaus et de ceauz qui estoient demore a Acre en la compaignie de Johan dybelin seignor de Barut; et ce estoit por paier .iii. mile mars au comandement del empereor. Et cil qui estoient avec eauz en Chypre paerent a lor avenant. Quant Johan dybelin et cil qui avec lui estoient oirent ces noveles si lor en pesa moult car il sorent que lon les gageit en lor terres et en lor fiez et prenoit hom por chose qui avoit este faite sans eauz et sanz lor otroi et sans lor volente. Et por ce sen revindrent ensemble et se partirent dacre a tant de gent come il porent avoir et passerent en Chypre et descendirent a la Castrie et dilec chevaucherent tant que il vindrent ou plain devant Nicossie. La troverent le roi et les .v. riches homes qui sont dessus nomez a tant de gent come il porent avoir assemblees les escheles rengees. Bones gens de religion et do clerge parlerent al une partie et a lautre et se penerent de metre y pais; mais ni porent riens faire. Ains chevaucherent les unes contre les autres tant que eles assemblerent et fu la meslee moult grant. Et i furent ocis Gautier le seignor de Cesaire Geraut de Mont Agu qui avoit esposee Eschive la fille de Gautier de Mombliart de par cui il tenoit grant terre en Chypre. Mais cil qui estoient devers le roi ne porent soffrir ains tornerent a desconfiture si que li rois et o lui Hue de Gybelet et Haimeri Barlais et Amaurri de Bessan et Guillaume de Rivet et autres chevaliers plusors sen alerent a Deu damors et ilec se receterent. Gauvain de Chenechi et autres chevaliers se receterent a la Candare et autres se receterent a Cherines qui leus se rendirent et plusors en i ot pris.

CHAPITRE XI.

Ceste bataille fu par un samedi a .xxiiii. jors de juing en lan de lincarnation de Nostre Seignor Jhesu Crist mil .ccxxix. anz. Johan dybelin a tot ceauz qui o lui se tenoient assegerent le chastel de Deu damors et le tindrent moult destroit. De quoi li rois Henris qui dedens estoit ot grant soffraite et grant mesaaise de viandes et de robes et toz ceauz qui o lui estoient ausi. Dont il ranponoit moult sovent ceauz qui le tenoient assege et les apeloit de lor fois come ses homes et les clamoit ses traitres. Johan dybelin mandoit par toute lisle et faisoit prendre les rentes et en maintenoit la guerre et le siege. Et ausi fist asseger la Candare si que Gauvain i fu ocis dun carrel. Et dura cele chose .x. mois. Quant cil qui estoient assege virent que il ne porent plus soffrir ne il natendoient secors car li empereres avoit trop affaire ou regne si firent pais; et furent en la terre sans contens une piece tant que les choses se remuerent si come vos orrez apres ca avant.

CHAPITRE XII.

Quant li empereres se fu partis de Chypre si ala tant que il vint a Brandis. La descendi et harnescha ce que il avoit de gent et en porchaca tant come il en pot avoir; et sen ala a Barlete et ilec atendi une piece et fist semondre par tout ses homes a pie et a cheval. Et quant il les ot assembles si mut por aler vers lost dou pape qui estoit au siege devant Caias un chastel qui est pres de Capes. Ensi come ses gens vindrent a Foges et il se comencerent a herberger meslee sorst entreaus de ceauz de la vile et des Alemans si que cil de la vile en ocistrent partie et les autres chacerent hors et clostrent les portes dont il covint lempereor et son ost herberger a Saint Lorens. Ce est un borc pres de Foges. Et dilec mut et chevaucha tant que il vint a Capes. Le jor que il fu venus li rois Johan et li cuens Thomas de Chalan et li chardenal o tout lost dou pape se partirent dou siege de Caias et arstrent lor engins et sen alerent a Alif et dilec a Tiane. Quant li empereres ot este a Capes .x. jors si sen parti et ala a un chastel qui a nom Calve et ni fu que treis jorz et au quart li fu rendus; et dilec sen passa au plain de Ferrare. Si tost come li empereres fu passe en ce plain li oz dou pape se parti de Tiane et sen ala a Saint Germain. Quant les gens dou pais virent que li oz dou pape avoit guerpi place et sen aloit devant lempereor si vindrent a merci et se rendirent a lui eauz et lor terres si que il recovra dedens .iiii. jorz que citez que chastiaus plus de .cc. de ceaus qui lavoient guerpi por le pape. Lors se parti dilec et sen ala a Saint Germain. Ensi come il entra en la vile de lune part et li oz dou Pape sen issi de lautre et ne se aresterent jusques il vindrent a Rome. Et la se departi li oz et sen ala en France li rois Johan. Ensi recovra li empereres toute la terre que li oz dou pape li ot tolue. Dont il avint puis que des princes dalemaigne li patriarches daquilee et li arcevesques de Sauseborc et le duc dosteriche et le duc de Merain et moult dautres hauz homes vindrent a Rome et firent la pais par quoi li empereres fu asot. Et y ot plusors covenances en cele pais.

CHAPITRE XIII.

En ce point que li empereres se fu partis de la terre de Surie et de Chypre Aelis la reine de Chypre mere dou roi Henri vint a Acre et requist le roiaume de Jerusalem si come le plus dreit heir qui fust aparant dou roi Haimeri son ayol. Les gens de la terre orent conseil et li respondirent que il estoient home de lempereor Fedric qui tenoit la terre en baillage de son fiz Conrad por quei il ne li poeent mie faire ce que ele requeroit. Mais por ce que il ne avoient onques veu celui suen fiz Conrad ne que il navoit este present au roiaume il manderent al empereor que il dedenz un an lor envoiast son fiz Conrad; et se il lenvoioit il le garderoient si come lor seignor ou se ce non il feroient vers lui ce que il devroient; et por ceste requeste faire al empereor li envoierent messages .ii. chevaliers. Li unz fu Jofroi le Tor qui estoit nez dou pais et li autres fu Johan de Bailluel qui fu nez do Flandres. Ces .ii. passerent en Puille en une gallee et arriverent a Brandis; et dilec alerent tant que il troverent lempereor a Saint Lorens qui sen aleit vers Capes si come vos avez oi. La li distrent lor messagerie a la quel il respondi que il feroit dedens le terme ce que il devroit.

CHAPITRE XIV.

Ci vos dirons dou roi Johan qui li avint quant il sen fu alez en France. Il avint en Costantinople quant li empereres Robert fu morz a cui Phelipe son frere le conte de Nemur avoit done et quite lempire que il en remest .i. fiz moult juene et moult petit enfant qui ot nom Baudoin; de quoi li baron de la terre par acort firent baille et garde del empire et del enfant en vaillant home qui avoit nom Anseau. Li quels maintint bien la terre selonc le mauvais point en quoi ele estoit. Et por ce que il la peust meauz maintenir fist il pais et aliance o les Comanz et esposa la fille dun Coman por meauz atraire les a soi. Et de ce avint que la terre fu en meillor point et plus plenteive.

CHAPITRE XV.

En ce que la terre de Costantinople estoit en si feible point li baron orent conseil et par acort manderent par bons messages au roi Johan que il venist recevoir lempire de Costantinople par les covenances que il li faisoient. Li rois Johan si assenti et vint par la maniere qui avoit este devisee et amena beles gens avec lui et aporta grant avoir. Es covenanz fu que li enfes qui estoit dreit heir devoit esposer une soe fille que il avoit eu de la suer dou roi de Castele et que tout ice que il conquerroit otre le braz de Saint Jorge en la terre de Betine seroit a lui et a ses heirs mais et que il le tenroient a empereor et que il tenroit lempire tant come il vivroit. Quant il fu venuz en Costantinople il fu corones a empereor et recut les homages et les feautes. En ce que len cuida que il deust chevaucher et comencer la guerre il se mist a plaidier as Veniciens et a quereler. Il se trova moult amerme de gent et de avoir et toute voie si come il pot passa le braz Saint Jorge et asseja un fort chastel que len apele les Pigas et i fu tant que il le prist; et non mie par force ainz fu emble. Lors le garni et ala avant et chevaucha par la terre dou Vatache. Icelui Vatache estoit un Greu qui tenoit la terre outre le braz Saint Jorge et se faisoit apeler empereor et por empereor se tenoit. Et ce que il tenoit la terre si estoit de par sa feme qui avoit este fille de Lascre. Le quel se apeleit empereor por ce que il estoit dou lignage de lempereor Manuel de cui ce livre a parle ca en arrieres. Quant li empereres Johan ot chevauche par icele terre et vesqui sur ses enemis un tenz ni onques li Greu ne oserent venir a lui en bataille ains leschiverent toz jorz. Apres ce il sen torna en Costantinople ne onques puis nen issi por nom de mesfaite a ses enemis ains se retint au plait et en si poi de profit gasta tout laver que il avoit aporte au pais dont les gens le guerpirent. Si demora sol en povrete tant come il vesqui puis.

CHAPITRE XVI.

Il avint apres ce que li empereres Fedric se fu partis de la terre de Surie que le sodan de Babiloine Melec el Quemel et son frere o lui Melec el Eisseraf o tout grant ost de gent a pie et a cheval alerent asseger la cite de Domas et firent semblant de faire coper les jardins dont cil de Domas orent grant doute. Car ce est une de lor grant richeces si est tout lor delit. Il se troverent esgares come cil qui navoient seignor qui les maintenist. Par quei il finerent au Quemel et li rendirent la cite et piestant il la dona a son frere leisseraf et cil li en dona deschange .iiii. citez en la terre dou Levant. Quant Esse Edin Eibec sot que cil de Domas voloient rendre la cite et deseriter lor seignor Melec el Nasser le fiz do Coraidin ne il ni poeit metre conseil il prist son seignor et le traist sodeinement dou chastel de Domas par une posterne et le mena au Crac ou sa mere estoit ou tresor; et ilec le laissa et sen ala en son chastel Salquet. Et ce quil en fist del enfant garentir si fu por ce que ses oncles le Quemel et leisseraf ne le saisissent.

CHAPITRE XVII.

Apres ce que la pais fu faite entre le pape Gregoire et lempereor Fedric li empereres fist moult grant semblant que il vosist metre conseil en la terre de Surie; car len li avoit fait assaver que li Sarrasin tenoient moult mauvaisement les trives et o les autres otrages et tors que il faisoient as Crestiens ocioient il les pelerins ou chemin de Jerusalem. Et sans faille il en i ot ocis en celui tens plus de .x. mile. Et encores firent il plus grant mesfait li Sarrasin; car il se assembla plus de .xv. mile homes a pie de la terre de Saint Abraam et des montaignes de Jerusalem et de Naples et dou pays entor et distrent que il ne voloient mie soffrir que la cite de Jerusalem fust en la main des Crestiens ne que il eussent poeir dentrer ou Temple Domini qui estoit maison de Deu; et faisoient semblant que ce estoit sanz la volente dou sodan que il faisoient ce et que en ce les avoient mis lor foquis. Ce sont lor prestres. Il sen vindrent tuit a armes dedens la cite et corurent par mi les rues a bandon et briserent ostels et roberent et ocistrent maint Crestien mais non mie granment.

CHAPITRE XVIII.

Li Crestien qui estoient en Jerusalem Latin et Surien et toutes autres nacions quant il sorent la venue de cele gent si se mistrent a recet eauz et lor femes et lor enfanz et lor meillor choses en la tor David en une fermete que len avoit faite iqui de lez es plus forz maisons qui pres de la estoient. Li bailliz de la vile qui avoit nom Renaut de Cayphas chamberlain dou roiaume manda a Acre au sire de Saete et a Garnier laleman qui estoient remes o luec de lempereor baillis dou roiaume faire assaver cele assemblee. Dont cil pristrent chevaliers et sergens et murent dacre et alerent tres que a Japhe si envoierent un chevalier qui avoit nom Baudoin de Pinquigni entre lui et Turcoples avant por veeir la covine des Sarrasins et li oz venoit apres. Cil murent a prime soir et alerent le chemin des Esmaus ce est le chastel ou Nostre Sires se aparut as pelerins apres son resuscitement. Il chevaucherent toute nuit si que il furent au jor en Belleem.

CHAPITRE XIX.

Quant li Crestien qui estoient recetez en la tor David virent pareir les gens qui venoient devers Belleem et il conurent les confanons et sorent que len les venoit rescorre si furent moult liez; car il avoient este en grant poor come cil que li Sarrazin avoient enclos et les assailloient de toutes parz et ce lor avoit dure .ii. jorz et celui estoit le tiers. Lors pristrent cuer et laisserent corre as Sarrasins ensi que il les desconfirent et les briserent si que il norent poeir deauz relier ne de recovrer ains les menerent chassant et batant ferant et ociant par les rues si que une partie sen fui par la porte de Saint Estiene et autre partie par la porte de Josaphas et autres vers le Temple et vers Monte Syon li quel se degoloient des murs a val. Et quant cil qui venoient devers Belleem furent aprochez de la vile il virent la desconfiture et coneurent la chace il ferirent des esperons apres ceauz qui sen fuioient si que il en ateinstrent plusors et en ocistrent plusors dont il fu trove que il en i ot de morz que dedens la cite que dehors .ii. mile et plus. Lors manderent en lost faire assaver ceste novele dont li messages trova lost au Toron des Chevaliers. Et quant il lor ot la novele dite il en furent moult liez et se tindrent que il nalerent plus en avant ains sen retornerent a Acre. Et por toutes ces acheisons li empereres soz coverture de ces choses par le seu dou pape fist atorner .ccc. chevaliers et .cc. entre arbalestiers et sergens a cheval et lor fist charger a Brandis chevauz et armeures et viandes en .xviii. salandres li quel murent et tant alerent que il arriverent au Gavata: ce est la pointe qui est devant Limeson. Quant il furent la venus si geterent lor ancres et demorerent ilec por atendre lor chevetaine Richart Filanger le mareschal del empereor qui devoit movoir apres eauz o tout quinse galees.

CHAPITRE XX.

Quant li chalandre durent moveir de Brandis une nef de lospital des Alemans mut ains que les chalandres et vint a Acre en quoi vint une espie de Johan dybelin le sire de Baruth qui li fist assaver le venue des gens del empereor et tout lor entendement; de quoi il mut lues dacre et en mena tant de gent come il pot aver que a soz que de ses amis et sen ala a Baruth et de ilec en Chypre. Quant il fu la venus il prist le roi et un po de gent et sen ala herberger au Quit; tout le remanant de gent chevaliers et sergens a cheval fist herberger a Lymecon et fist lor chevetaine son ains ne fiz. En ce point arriverent .ii. galees a Limecon en quoi estoient levesque de Melfe et .ii. chevaliers qui avoient lor fiez a Acre. Li unz estoit Aimes li Alemans et li autres Johan de Bailluel qui estoit Flamens. Il demanderent le roi por parler a lui. Len lor dist que il estoit au Quit. Il se partirent de Lymecon en lor galees et sen alerent au Quit la ou li rois estoit herbergez.

CHAPITRE XXI.

Quant il vindrent la si distrent au roi en la presence dou sire de Baruth: Mon seignor li empereres vos mande si come a celui qui estes son home que vos congees et faciez partie de vostre terre Johan dybelin et ses enfanz et se nevos et ses parens car il li ont meffait. Por quoi il vos mande et deffent si come a son home que vos ne le recetes ne garentisses en vostre terre. Li rois qui estoit enfes et merme daage ot conseil et lor fist faire respons par un chevalier qui estoit son home et avoit nom Guillaume Vesconte qui lor dist: Seignors li rois ma comande et encharge que je vos die que il se merveille moult se vostre sire lempereor li a fait tel comandement; car li sires de Baruth est oncle de sa mere et si est bien seu que il et si neveu et partie de ses parens sont si home por quoi il ne lor puet faillir et sauve soit la grace de lempereor li rois ne puet ne ne doit faire ce que nos li avons dit et se il le faisoit il mesprendroit vers eaus. Apres ce Johan dybelin se dreca et dist au roi: Sire je sui vostre home si vos pri que vos me teignez a droit qui sui prest defaire dreit et de prendre dreit devant vos et en vostre cort se nus me set que demander. Sur ce li message se leverent et distrent au roi: Sire vos avez entendu ce que nos vos avons dit de par lempereor et nos avons entendu vostre response. Si sen partirent a tant et sen alerent a lor galees et se recueillirent et alerent au Gavata ou lor chalandres estoient.

CHAPITRE XXII.

Quant cil des chalandres orent atendu ileques le mareschal lor cheveteine plusors jors et virent que il ne venoit pas il orent conseil et par acort se partirent dou Gavata et sen alerent tant que il vindrent a une isle qui est devant Baruth. La descendirent a terre et deschargerent lor chevaus et puis sarmerent et se mistrent en escheles et chevaucherent vers la cite de Baruth les escheles rengees. Quant cil de Baruth les virent venir si y ot de tels qui se mistrent ou chastel et li autre ovrirent les portes et les receurent. Dont cil se mistrent par mi la vile et se herbergerent par les ostels ou il troverent grant plente de viandes et dautres biens et mirent luers main a asseger le chastel et a faire engins et firent un grant trabuchet qui getoit le pois dun quintat et treis petis trabuches et tunbereaus y avoit .vi.; et tindrent le chastel moult destroit si que riens nen poeit issir ne entrer.

CHAPITRE XXIII.

Apres ce ne tarja guaires que li mareschaus Richart Filanger ariva a Lymecon a tout les .xv. galees. Quant il vint la et il sot que li chalandre estoient ale a Baruth il mut dilec et sen ala apres et vint a Baruth et trova le siege et le maintint ensi come il lavoient comence et lefforsa tant come il pot. En ce il envoia son frere Henri a Sur et manda a Aymar de Lairon que il li rendist Sur que il avoit en garde. Cil recut le mandement et li livra la cite et le chastel. Quant li mareschaus ot este une piece a Barut si sen ala a Acre escheriement. Quant il fu la venus il assembla tos les chevaliers et les borgeis. Quant il furent toz assembles ou chastel dedens le grant palais il fist lire unes letres en lor presence unes letres qui estoient saelees dor et venoient de par lempereor Fedric a touz ceauz dou roiaume en quoi se contenoit moult de beles paroles et de amiables; et entre les autres paroles diseit: Je vos ai envoie le mareschal del empire Richart Filanger legat de ma coste por estre bail dou reaume et por maintenir dreit et justice et por garder en lor raisons les granz et les petiz et les riches et les povres. Quant les letres furent leues Richart se dreca et dist: Seignors vos avez entendues les letres de mon seignor lempereor et tout ensi come eles devisent le me a il comande. Et je sui prest dou faire par le conseil des prodes homes de la terre. Se li contenemens et les ovres eussent este tels come estoient les paroles es letres les gens dou pais sen fussent bien tenus apaez et le eussent receu a bail; mais apres ce il nen ot gaires este el pais que son portement fu moult autre et que il descovri son cuer et sa pensee come cil qui estoit orgueillos et bobancier et nestoit pas moult garni de sen par que les gens de la terre saperceurent que son entendement estoit de toz destruire et metre a neent.

CHAPITRE XXIV.

Quant il orent ce aperceu et il en furent certeins de sa mauvaise volonte il furent ensemble et orent conseil et par acort vindrent devant le mareschal Richart de quoi Balian li sires de Saete dist: Ils mont encharge que je vos die por eauz et por moi une parole; il vos font assaver que quant ceste terre fu conquise ele ne fu par nul chef seignor ains fu conquise par croisee et par esmuete de pelerins et de gent assembleisse. Et quant il lorent conquise il firent seignor par acort et par eslicion et li donerent la seignorie dou roiaume et apres firent par acort et a la conoissance des preudes homes establissemens et assises les quels il vostrent que il fussent tenus et uses ou roiaume por le sauvement dou seignor et des autres gens et por maintenir raison et puis le jurerent a tenir et le firent jurer au seignor; et des lors en ca toz les seignors qui ont este dou roiaume lont jure tres que a ores et tout ausi la jure lempereor. De quoi entre les autres establissement et les assises y est ceste assise que seignor ne puet ne ne doit dessaisir son home sanz esgart de cort et il est bien seu que li sires de Baruth Johan dybelin est home de lempereor. Et sur ce vos qui estes en lue de lempereor por la terre garder et por droit hoir maintenir ayez mis main en ses teneures et lavez dessaisi de la cite de Baruth et des terres entor et assege son chastel sanz esgart de cort et sanz jugement; por quoi nos vos requerons por dreit et por raison et por sauver le sairement et la foi de nostre seignor lempereor que vos et voz gens vos partez de Baruth par quoi li sires de Baruth resoit mis en saisine. Et se vos li volez rien demander ne metre sus si le faites semondre par lusage dou roiaume et le menez par lesgart de la cort. Et se il par esgart de la cort enchet nos somes prest de vos aider et de metre nos poeirs en ce quil soit amende.

CHAPITRE XXV.

Quant li mareschauz Richars entendi cele parole si se merveilla moult coment il li osoient ce dire car il ne cuidoit que nus li osast contredire de chose que il vosisit faire mais il veoit ore bien que li fais ne naloit ne niroit pas ensi come il avoit pense. Toute voies covri son cuer de ce quil ne poeit amender si lor dist que il de ce ne lor poeit respondre tant que il eust eu conseil as riches homes de lempereor qui lui estoient venus qui estoient a Barut; mais il iroit la et auroit conseil a eauz et que il mandassent la o lui por le respons. Sur ce sen parti lendemain matin et sen ala a Baruth. Et quant il vint la si destrainst et greja le chastel plus que il navoit fait devant. Balian de Saete et Johan de Cesaire et Ode de Monbliart et Garnier laleman et les autres chevaliers dou roiaume envoierent .ii. chevaliers a Baruth por demander le respons dou mareschal si come il lor avoit promis. Dont li unz des chevaliers fu Renaut de Caifas chamberlain dou roiaume et li autres fu Daniel de Malenbec. Quant ces .ii. furent venus a Baruth il firent assaver au mareschal que il estoient a lui venus por le respons a ce que li home del empereor li avoient dit et requis. Son respons fu itel: Seignors je vos faz assaver que je sui home de lempereor et sui tenus de faire ses comandemens; por quoi je vueil que chascun sache que je ne les trespasserai ja que je puisse en tel chose qui est si resnable car len seit bien coment Johan dybelin se est portes et contenus vers lempereor non mie por ce que je ne sui que servior et li empereres est seignor. Se entre vos entendes que li empereres vos face chose que il ne deive si mandes a lui; et il est si bon seignor et si leal que il la drecera si come il devra. Li message sen retornerent a Acre et retraistrent le respons do mareschal a ceauz qui les avoient envoiez.

CHAPITRE XXVI.

Quant les gens dou roiaume entendirent le respons si sapercurent que la volente do mareschal estoit bien tele come lon lor avoit fait entendant si se penserent que se il ne metoient conseil en eauz et en lor fait que il estoient en mauvais point de quoi li plus sage deauz et les plus porveanz orent conseil ensemble et virent quil naveent rescosse que tel que il fussent toz tenus ensemble par seerement de garder et de maintenir lor raisons et lor dreitures et les franchises dou reiaume. Lors sapenserent que en la terre avoit une frarie qui estoit nomee la Frarie de Saint Andre la quel estoit otroiee dou roi Baudoin et confermee par son prevelige. Et apres la conferma le conte Henri et en fist prevelige. Et en cele frarie si avoit establissemens devises et motiz es preveliges et entre les autres establissemens estoit ce que tuit cil qui en la frairie se voloient metre le poeent faire et que cil de frairie les poeent recevoir. Lors sassemblerent li riche home et li chevalier et li borgeis et quant il furent ensemble si manderent querre les conseillers de la frarie et les preveliges. Et quant il furent la venus il firent lire les .ii. preveliges et apres jurerent la frairie et puis la jurerent li plus dou pueple qui moult le firent volentiers por la poor que il avoient de la malice do mareschal Rechart; et lors furent toz tenus les unz as autres. Lors fu mandee ceste chose en Chypre faire assaveir a Johan dybelin.

CHAPITRE XXVII.

Quant il entendi le fait dacre et des gens dou roiaume et la maniere que vos avez entendu il en fu moult liez et li sembla bien que ce li estoit grant aye a son fait maintenir. Lors vint au roi Henri qui estoit encores lors merme daage et li dist devant ses homes que il ot fait assembler: Sire vos savez que je sui vostre home si vos faz assaver que gent estrange mont fait et font encores grant otrage et grant tort; car il ont prise et saisie ma cite de Barut et ma terre entor et ont mon chastel de Barut assis. Dont je vos pri si come a mon seignor et a celui qui me estes tenus que vos me aidez a delivrer et a rescorre ma cite et mon chastel et ma terre et que vos meismes y vieignes et y amenes vos homes. Et pri a toz vos homes qui ci sont si come a mes amis et a mes perz que il i metent conseil et aye. Li rois fist respondre que il iroit volentiers et menroit tant come il porroit de ses homes. Et li home dou roi qui la estoient respondirent que il estoient prest daler. Et si y avoit de ceauz qui moult le eussent a envis otroie se il le osassent refuser; et bien le mostrerent puis quant il virent que luec fu. Si porchacerent vaisseaus et firent armer galees et se assemblerent a Famagoste et la atendirent le tens tant que il murent le premier jor de quaresme et passerent a moult soef tens et arriverent au Pui do Conestable qui est entre Nefin et le Botron et la descendirent tuit ensemble. Lors avint que Haimeri Barlais et Amaurri de Bessan et Hue de Gybelet et eaus et lor conpaignons se partirent do Pui et laisserent lor herberges et lor harnas et sen alerent a Triple. Et la lor envoia li mareschaus Richart une galee en la quel il sen alerent a Barut. Lacheison por quoi il se partirent dou roi et de son ost si fu por ce que il disoient que li rois estoit merme daage et en autrui poeir et que il estoient homes de lempereor en chief et li estoient plus tenus que au roi.

CHAPITRE XVIII.

Apres ce se parti Johan dybelin den qui et enmena le roi et son ost et passa le Pui et sen ala devant le Botron et Gibelet et tant que il vindrent devant Baruth en un tertre que len apele Senesfil; et la se herbergerent sur le flum. Quant il furent la venus Johan dybelin envoia un message a Acre un suen vallet qui avoit nom Droin et envea plusors letres a Balian de Saete et a Johan de Cesaire qui estoient ses neveus fiz de ses serors et a mains autres de ses amis et envoia unes letres au comun des homes de la terre en quoi se contenoit et disoit ensi apres le salu: Seignors je vos faz assaver que gent estrange dautre terre mont coru sus et ont saisi et prise ma cite et ma terre et ont assege mon chastel et por ce que je nai poeir de venir a vos ne de envoier de mes homes; car il sont enclos et assegez en mon chastel de quoi je vos faz assaver mon besoing par ces letres. En quoi je vos semoing et requier come mes freres et mes amis que vos me maintenes a droit selonc les us et les costumes dou roiaume de Jerusalem et que vos me aides a rescorre et a delivrer ma cite et mon chastel et ma terre. Ces letres furent leues en lostel de Balian de Saete ou li plus des homes de lempereor estoient assembles; de quoi Johan li sires de Cesaire demanda le respons por son oncle Johan dybelin. Dont il avint que une partie si acorderent que len li devoit aider et lui rescorre et si offrirent a aler por lui aler aider et rescorre. Li autre distrent que il nestoient mie apensez. Cil qui sacorderent a aler si furent li sires de Cesaire Rohart le sire de Cayfas et Renaut son frere et Jofrei le Tor et Jofroi destrueni et Baudoin de Bon Veisin et autres chevaliers tant que il en i ot .xliii. Ices satornerent et murent et vindrent la ou li rois de Chypre et Johan dybelin estoient. Lors se parti lost des Chyprois de Senelfil et sen alerent herberger pres de la cite en un luec que len apele le Ros et en qui furent tant que il avint que Girot le patriarche de Jerusalem et Pierres li arcevesques de Cesaire et Balian de Saete Ode de Monbeliart Gerin maistre del Ospital de Saint Johan et frere Hermant de Peregort maistre dou Temple et le bail de Venese et les conseles de Pise et de Genoe se partirent dacre et sen alerent a Baruth et se herbergerent dehors la vile et parlerent a lune partie et a lautre por essayer se il peussent metre pais. Quant il orent asses parle as .ii. parties si virent que il ni poeent rien faire en nule maniere si sen partirent et sen retornerent a Acre. Johan dybelin vit et conut que il ne faisoit la ou il estoit gaires desploit ne force navoit il mie de greger ceauz qui estoient dedenz Baruth et qui avoient son chastel assege car se il fucent en nules chans si deussent il avoir bataille o les Chypreis car il avoient plus gent a cheval et a pie que navoit Johan dybelin.

CHAPITRE XXIX.

Quant il ot ce coneu si sen parti den qui ou il estoit et enmena le roi Henri et lost de Chypre et sen ala a Saete et laissa le roi la et Anseau de Brie por lui garder et o lui le plus de lost; et enmena les autres o lui et sen ala a Acre. Quant il fu la venus si fist assembler les gens chevaliers et borgeis et le pueple et devant toz jura la frarie de Saint Andre ou letrin de liglise. Apres ce que il ot jure il parla a tout le pueple et lor fist sa plainte et lor dist que les chalandres en quoi lor enemis estoient venus estoient encores au port et que encore lor poeent il faire grant damage por quoi il loeit que len les arestast. Si tost come il ot ce dit un cri leva par liglise que chascun dist et cria: As chalandres. Lors sesmurent et corurent a la mer et se mistrent en barches et en vaisseauz et alerent as salandres et en prirent les .xvii. et lun eschapa qui a la cole estoit. Et ce que il les troverent a Acre si fu ensi que quant li Longuebart furent descendu a Baruth li mareschal Rechart les envoia a Acre por yverner car il cuidoit avoir toute la terre a son comandement; mais de ce se trova il engigne. Quant li chalandre furent pris si come vos avez entendu li mareschauz le sot a Sur ou il estoit si en fu moult dolens. Apres ce que li salandre furent pris li rois se parti de Saete et sen vint a Acre; quant il i fu venus Johan dybelin ot conseil et par acort et a laide dou plus des gens de la terre enprist de aler asseger Sur. Et en ce li aidoient li Jenoeis de gens et de vaisseaus si que li oz mut et ala gesir a Casal Ymbert. Quant li mareschaus Richart sot cele emprise il manda a Baruth a son frere Loutier qui estoit la en son luec que il se partist dou siege et en amenast lost et sen venist a Sur. Et ce fist il por ce que il dota la venus de cele gent qui devant Sur devoient venir. Loutier fist ce que son frere li ot mande ensi que il mist le fue es engins et sen parti de Baruth et en mena la gent qui o lui estoient et les galees et les autres vaisseaus et sen vint a Sur.

CHAPITRE XXX.

Quant Johan dybelin sot la novele de ce que li oz de ceauz de Puille se estoient partiz de Baruth et avoient guerpi le siege et sen estoient venus a Sur il en fu moult liez si que il sen retorna a Acre et laissa le roi o tout lost des Chypres de lez Casal Ymbert ou Sablon devers Acre. En ce que Johan dybelin fu a Acre por avoir conseil que il feroit li mareschaus qui estoit a Sur sot la covine de ceaus de Chypre; il atorna ses gens et ses galees et mut de Sur a prime soir et chevaucherent toute la nuit. Et quant ce vint al aube do jor il se ferirent en la herberge des Chypreis par terre et par mer et les surpristrent ensi que il troverent le plus deauz en lor liz. De quoi moult en i ot poi qui se peussent armer a droit et si lor avoit len fait assaver par espies des la nuitier; mais Anseau de Brie que Johan dybelin ot laisse chevetaine de lost en son lue ne vost croire les espiez ainz en fist son gabois et dist: Moult fait bien a croire que il vieignent .vi. liues par si mauvais chemin por nos assallir. Et il ne le faisoient mie quant nos estiens a .vi. archees deaus devant Barut. Et por ce ni vost metre conseil ne soi garnir contre lor venue et si avoit il chevaliers establis au gait ensi come il lavoient use chascun soir; mais cil qui faisoient le gait nestoient mie de cele part dont lor enemis devoient venir ains se estoient mis devers Acre hors de la herberge et se tenoient en une tente toz desarmez en lor liz desos lor espreviers. Le chevetaine de ceauz dou gait estoit Johan dybelin le nevo dou sire de Barut.

CHAPITRE XXXI.

Quant cil de Puille se furent ferus en la herberge li cris fu moult grant. Un chevalier qui estoit maistre dou roi et le gardoit le fist monter sur un cheval et le bailla a gens qui lenmenerent a Acre; et il demora en la besoigne et i fu pris et nafre ou visage moult malement. Cil chevaliers avoit nom Johan Babin. Li Chypreis qui estoient montez si come il poeent qui armez qui desarmes se furent mis ensemble une partie deaus et se mistrent a deffendre si que il y ot bon poigneis tant que li jorz fu esclarci et quant il se troverent po de gent si ne porent sofrir le faiz si se mistrent en un tertre. Quar une partie de lor gent norent mie conseil en nule chose mais que en aler sen vers Acre. Lors se ferirent cil dou regne en lor herberge et cil de lor galees descendirent a terre et refirent autel ne onc puis nentendirent que au gaaing si que il pristrent tout quan que li Chypreis avoient en la herberge et en porterent tout le gaaing a Sur. Si tost come la novele et li cris de ce fait vint a Acre Johan dybelin sire de Baruth et Balian de Saete et Ode de Montbeliart et Johan de Cesaire et Rohart de Caifas et li autre chevalier dacre saillirent a cri as armes et sen alerent grant aleure tres que a Casal Ymbert. La troverent ciauz qui se estoient mis au tertre. Lors passerent tuit ensemble le Casal et corurent tres que a la montaigne que len apele Passe Polain. Quant il furent la venus si troverent que cil dou regne avoient passe le pas si virent que il ne porroient ateindre a eauz si sen retornerent a Acre. Ce jor que cele besoigne avint fu un mardi le tiers jor de mai en lan de lincarnation de Nostre Seignor .mccxxxii.; celui jor ot le roi de Chypre Henri son aage de .xv. anz.

CHAPITRE XXXII.

Quant li Chypreis furent retornez a Acre il se troverent en grant meschef et en povrete come cil qui estoient repairez ausi come toz nuz; quar il avoient perdues chevaucheures et armeures et robes et dras et deniers et joiaus ne il navoient raporte que chascun ce que il avoit vestu et la beste sur quoi il seeit; et de ce furent si esbahi et si esmaye que poi se failli que grant partie deauz ne se torna de lautre part et ne fortraistrent le roi avec eauz qui estoit enfant et legier a engygner. Quant Johan dybelin apercut ces choses il nen fist semblant ainz en covri son corage et sapensa que il porreit faire. Lors fist ensi que son neveu Johan de Cesaire vendi al Hospital .i. suen casal qui a nom Cafarlet por .xvi. mile besanz; et son autre neveu Johan dybelin vendi au Temple .i. autre casal suen qui a nom Arames por .xv. mile besanz. Quant il orent ces besans si assembla les Chyprois et les conforta et lor en presta une partie et de lautre retint gent et arma galees et vaisseaus et se atorna por passer en Chypre et meneir le roi et fist que li rois dona fiez a plusors chevaliers por mener les o sei en Chypre. Lors firent charger es chalandres qui avoient aportes ceauz dou regne et en autres vaisseaus lor chevauz et lor autres harneis et apresterent de movoir.

CHAPITRE XXXIII.

Or retornerons a Richart le mareschal. Apres ce que il ot fait leschec a Casal Ymbert il envoia en Chypre les Chypreis qui o lui estoient et de la soe gent ausi. Quant cil furent venus en Chypre si firent ensi que il orent le chastel et la vile de Cherines et la Candare et la tor de Famagoste et assegerent Deu damors. Dedens le chastel de Deu damors estoient .ii. serors dou roi damoiseles Marie et Ysabel; et si y avoient chastelein Felipe de Cafran et y estoit Arneis de Gybelet que li sires de Barut avoit laisse cheveteine de le terre qui moult poi y mist de conroi si que neis le chastel ou les serors dou roi estoient et il meismes ne garni il mie; ains dut estre perdu par soffraite de viande; et a grant mesaise et a grant meschief se tindrent tant que il furent rescos. Si tost come li mareschaus Richars Filanger sot que li rois et li Chyprois qui estoient a Acre saprestoient de aler en Chypre il se parti de Sur et enmena sa gent mais que un po que il laissa por garder Sur et sen passa en Chypre. Quant il fu la venus si envoia ses gens par la terre si que il ot toute la terre en son comandement fors le chastel de Deu damors et celui de Bufevent.

CHAPITRE XXXIV.

Li rois Henris et li Chypreis qui o lui estoient firent charger et murent dou port dacre le jor de la Pentecoste et alerent tres que a Saete et den qui murent et passerent en Chypre et arriverent en lisle de Famagoste et en descendirent sanz contens et sanz contredit et si y estoit Rechart le mareschal en la cite de Famagoste o tout son ost. Et onques ni mist deffense en lor arriver ains fist le soir a mie nuit metre le fue es galees qui estoient ou port et sen parti et ne se aresta tres que a Nicossie lui et toute sa gent. Li rois et Johan dybelin et li autre qui avec lui estoient passerent lendemain de lisle et sen alerent heberger en la vile. Quant il orent este .ii. jorz si sen partirent au tiers et chevaucherent a petites jornees tant que il furent a Nicossie; si tost come Richars li mareschaus sot que il aprochoient il et toutes ses genz sen partirent et sen alerent herberger entre la montee et la valee dou pas par ou len vait de Nicossie a Cherines et ilec se tindrent. Li rois et Johan dybelin et cil qui ovec eaus estoient se partirent de Nicossie le jor meismes que il y vindrent et sen alerent herberger de fors la vile en un luec qui a nom le Trahona et den qui sen partirent lendemain matin qui fu un mardi a .xv. jorz de juing et chevaucherent por aler cele part ou lor enemis estoient. Si alerent tant que il vindrent pres dun casal que len nome la Gride et la se vostrent herberger si que une partie de lor harnas et de lor sergens a pie se estoient ja mis ou casal et li autre venoient apres. Quant il garderent si virent ceauz de Puille descendre contre val le pas les escheles devisees et livree chascune eschele a son cheveteine toz aprestes de bataille.

CHAPITRE XXXV.

Quant li Chypreis conurent que cil venoient combatre sei ovec eaus si se apresterent et se adrecerent vers eauz et se aprocherent tant que il hurterent ensemble et que la bataille fu grant entreaus et dura longuement et en i ot moult de abatus. Mais une chose y ot qui aida moult a Chypreis: ce que il avoient sergens a pie; dont il avenoit que quant un de lor chevaliers estoit abatus que li sergent le relevoient et le remetoient a cheval. Et quant un des autres estoit abatus piestant locioient li sergent et prenoient; et par ce y ot il moult ocis et peris de ceaus de Puille en cele bataille car il y ot mort plus de .lx. chevaliers et pris bien .xl. et des Chypres ni ot mort que un chevalier qui avoit nom Sierge et estoit nez de Toscane. Quant la bataille ot grant piece dure cil de Puille ne porent plus soffrir le fais car il i recevoient trop grant damage si se partirent dou champ et se mistrent a desconfiture tout contre mont le pas a aler vers Cherines et li Chypreis les acueillirent a chacer et sen aloient ensemble pesle melle et ensi les menerent tres que as portes de Cherines ou il se recuillirent a grant meschef.

CHAPITRE XXXVI.

Quant li Chypreis orent vencue cele bataille et gaaigne le champ et chace si come vos aves oi il retornerent en une place qui estoit en une costiere qui est au pie dune montaigne et la se herbergerent. Li mareschaus vit que il estoit enclos et que il avoit gent assez et po viande dont il ot conseil et manda a Bafe por ses galees qui la estoient. Et quant eles furent venues a lui il establi les gens qui vost qui demorassent a Cherines et li autre se recueillirent es galees et sen alerent en Ermenie et entrerent en la fois de Torsot et la se receurent. Li rois Heiton et ses peres Costans les y enorerent moult. Il i demorerent grant piece si que une enfermete les i prist dont il en i ot moult de morz et tout li plus furent malades. Quant il virent que il ne poeent durer en la terre si sen partirent et sen alerent a Sur. Si tost come cil que vos aves oi se partirent de Cherines por aler en Ermenie li rois Henris et si home sen alerent herberger de lez les murs de Cherines et lassegerent de si pres que nus ni poeit entrer ne issir; et par cele bataille qui ot este demora li rois en sa seignorie en bien et en pais il et si home qui o lui estoient. Li sieges fu devant Cherines tres que apres la Pasque et lors fu faite fin que li rois rendi et delivra toz les prisoniers que il tenoit en sa prison et il li rendirent Cherines et toz les prisoniers que il avoient pris a Casal Imbert et toutes les dames que il avoient prises a Nicossie par les iglises et es maisons de religion en lor venir en la terre.

CHAPITRE XXXVII.

En tant come li sieges estoit devant Cherines la roine Aalais feme dou roi Henri et fille dou marquis de Monferrare qui se estoit mise dedens Cherines ovec ceaus de Puille acocha malade ou lit dune maladie dont ele morut. Quant ele fu trespassee cil qui estoient dedens Cherines la atornerent si come lon doit atorner et vestir reine et puis firent demander fiance de envoier un home parler au roi. Cil qui ot la fiance vint au roi et li dist que la roine sa feme estoit trespassee de ce siecle et que cil qui estoient dedens Cherines li mandoient que se il li plaisoit que il la feist prendre et enterrer si come il afiert a roine et que il en feist si come de sa feme. Li rois si assenti et furent donees trives que len ne traisist ne lancast ne dehors ne dedens tant que la roine fust portee en la herberge dou roi. Lors la mistrent cil de Cherines hors dou chastel et cil de la herberge la receurent et fu portee a Nicossie a grant compaignie de gent et fu enterree honoreement en la mere iglise de Sainte Sophie et lenterra larcevesque Estorgue.

CHAPITRE XXXVIII.

Apres ce ne tarda mie granment que Beymont le Quart prince dantioche et cuens de Triple trespassa de ce siecle si que Beymons li Quins son fiz fu en son lue et tint les .ii. seignories. Et en celui tans avint que li sodans de Haman ne vost paer a lospital de Saint Johan une paye que il avoit use a rendre au Crac dont la trive brisa entre lospital et le soudan de Haman. Dont li Hospitaus assembla gent por guerroier le sodan de Haman et fu en cele assemblee li maistres dou Temple frere Hermant de Pieregort et tout son covent et i furent des gens de Chypre .c. chevaliers et fu lor cheveteine Johan dybelin sire de Baruth et fu o lui Gautier li cuens de Briene qui avoit esposee en cele annee Marie la suer dou roi Henri et maneit lors en Chypre ou li rois li avoit done terre. Et si y ot des gens dou roiaume de Jerusalem .lxxx. chevaliers si en fu cheveteine Pierre davalon qui estoit neveu de Ode de Monbeliart et si i fu Henris li freres dou prince a tout .xxx. chevaliers que son frere li princes li ot baillez; car il ni poeit aler por la trive que il avoit o le sodan de Haman. Toute cele gent ot assemblee frere Gerin li maistres de lospital de Saint Johan qui y avoit tout son covent et tout son poeir et bien avoit en cel ost .c. chevaliers .iiiic. sergens a cheval et mil et cinc cens sergens a pie et plus.

CHAPITRE XXIX.

Quant toute cele gent fu assemblee et il furent herberges en la Boquee dessos le Crac. Apres ce que il orent este .ii. jorz si sen partirent a la nuiter et chevaucherent toute la nuit si que il furent a laube do jor a Monferrant. Lors murent vers le borc ausi come a hu si que li bors fu pris et robe. Mais po i trova lon gent car cil qui y estoient sen fuirent au chastel si tost come il virent les Crestienz movoir a eauz et il orent asses leisir de eaus recuillir ou chastel car les rues et les entrees dou borc estoient closes de murgieres et barrees de gros trez que il covint as Crestiens desfaire ains quil peussent entrer. Quant il orent pris ce que il troverent et il orent abatu et gaste grant partie dou borc si passerent outre et se alerent herberger a .ii. liues den qui a un casal ou il a fonteines que len apele Merjemin et furent la .ii. jors; et den qui envoierent lor coreors et lor forriers par mi la terre qui roboient les casaus et en aporterent et amenoient le gaaing. Au tiers jor sen partirent et retornerent par devant Monferrant et se rien fu demore ou borc ou prendre et a gaster il ne lespareignerent mie. Et den qui sen alerent herberger a un autre casal qui a nom la Somaquie et lendemain sen retornerent en la Boquee la dont il se estoient partis. Quant il orent este la entor .viii. jorz et il cuiderent faire une autre chevauchee novele lor vint certeine que li sodans de Babiloine et son frere leisseraf a tout .x. mile homes a cheval et grant sergenterie a pie se estoient partiz de Domas et estoient venus a Haman por aler vers les marches de eaus et dou sodan do Coine ou il avoient guerre. Et quant il furent la venus et il sorent le fait del Ospital si se aresterent por metre a point le fait dou sodan de Haman qui estoit lor neveu fiz de lor suer. Et ensi fu refaite la trive entre lui et lospital et lor fu rendue la paye den qui en avant; et de tant come il lavoient arestee. Et lors departi li Hospitaus les gens et sen rala chascuns en sa contree.

CHAPITRE XL.

Quant li maistres dou Temple et si frere se furent partiz de celui fait si se assemblerent o le prince dantioche et mena chascuns son poeir. Et sen alerent en Hermenie por venger un otrage que li rois dermenie ot fait au Temple de ne sai quans de lor freres que il avoit fait prendre et escorcher et pendre por achaison de ce que il lor metoit sus que il voloient atraire gent en sa terre por lui greger. Li princes y aloit moult volentiers en cele besoigne por la haine que il avoit au roi dermenie et a son pere por le fait que il firent de son frere le roi Phelipe. Quant Costans li peres le roi vit lesfors qui venoit sur lui si douta et manda au maistre dou Temple que il se voloit acorder a lui. De quoi il se adrecerent vers lui et li amenderent entre lui et le roi ce que il li avoient mesfait si que li Temples se tindrent apayes et sen retornerent. Dont il enuia moult au prince car il vosist bien que il se peust estre vengez de ses enemis daucune chose. En ce point les gens dou roiaume de Jerusalem envoierent messages a Rome par latrait de Hermant le maistre de lospital des Alemans por traiter pais entreaus et lempereor. Li message furent dui chevalier dacre Phelipe de Treie et Henri de Nazareth. Quant cil furent venus a Rome si firent ce que li maistres des Alemans vost tout a gre de lempereor et orent ses letres seeles des covenances de la pais. Quant il furent retornez a Acre et il baillerent les letres les quels furent leues et quant cil dou roiaume entendirent la maniere de la pais par la tenor des letres il en furent moult corrocie et bien y ot de quoi. Car cele pais estoit a honte et a damage de eaus et encontre le comandement et le poeir que li message avoient eu si que il les laidirent et les tindrent a trecherres et a faus et poi se failli que il ne lor firent enui des cors. Les gens dou roiaume orent conseil et par acort manderent au roi de Chypre et si que il avint ensi que entre le roi de Chypre et cil dou roiaume de Jerusalem envoierent comunaument por eauz .i. message a Rome a lapostoile por eauz escuser et mostrer raison que il ne devoient cele pais recevoir. Et por ce mandoient il de ceste chose au pape que cele fausse pais avoit este faite devant lui et par son seu. Li messages que il envoierent fu un chevalier de Chypre qui estoit nez de Surie mais il estoit ales manoir en Chypre por un grant fie que li rois Henris li avoit done. Et puis le fist il chamberlein de Chypre; icelui chevalier avoit nom Jofrei le Tor et por ce se mist li roi Henris en la comunaute des gens do roiaume de Jerusalem.

CHAPITRE XLI.

En cele messagerie que cele pais dont nos avons parle tochoit moult a son grant damage Jofroi le Tor se parti de Chypre et vint a Acre et recut les letres des barons de la terre et ce que il li en chargerent o ce que il avoit receu dou roi de Chypre et se mist en une nef de Genoeis et sen passa a Genoe et den qui ala a Biterbe o li papes estoit et toute la cort. Il porta beaus presens et riches au pape et as chardenaus et fist sa messagerie et mostra au pape les poinz et les raisons par quei tele pais ne devoit pas estre receue. Li papes le recut bel et entendi volentiers et li respondi que il nestoit mie merveille se il la refusoient car des ce que ele fu faite la tint il a fausse et a mauvaise. Il nen poeit autre faire car li message qui la firent disoient que il avoient comandement de faire ce que il firent et se il disoient que il ne li vosissent tenir ce estoit en eaus; que force ne lor feroit il mie ainz lor prometoit laide et le maintenement de liglise et lor envoia letres en quoi il lor mandoit que il voloit que li dui roiaume fussent une meisme chose et manda a Acre a treis religions et a toutes les comunes que il au roi de Chypre et a sa terre et a ceauz dou reiaume de Jerusalem fussent aidans a garder et a deffendre eaus et lor raisons et ce lor comandeit il espressement et a la poeste de Jenoe et au comun manda il ce meisme et toutes ces letres et autres maintes traist Jofrei le Tor dou pape Gregoire que il en aporta et sen retorna a Genoe et la se mist en une nef et sen passa a Acre et den qui sen ala en Chypre. En ce point fu mort li sodans de Babiloine que len nomoit le Quemel et demora en son lue et fu sodans li seconz de ses fiz que len apela Melec el Edel car li ains nez qui aveit nom Melec el Salah estoit en la terre dou Levant que son pere li avait donee et len avoit fait sodan en sa vie. En celui tens Beymons li Quins qui estoit prince dantioche et conte de Triple se estoit partis par liglise de la roine Aeliz por ce que il fu trove que il estoient cosin en tiers et en quart dou roi Hugue de cui ele avoit este feme. Apres ce que il en fu partiz il ne vost mie demorer sans feme. Dont il manda a Rome et li fu amenee Luciene la fille do conte Pol fiz do conte Richart qui avoit este frere dou vaillant pape Innocent. Et lors esposa Henris li rois de Chypre Estefenie la suer de Heyron le roi dermenie et la fist coroner a reine ausi come il avoit fait Alays la fille dou marquis de Monferrare.

CHAPITRE XLII.

En celui tens avint que li empereres Fedric assembla grant ost et sen entra en Lonbardie de quoi cil qui a lui se tenoient le receurent a grant joie et ce fu la cite de Cremone et toutes cele cites qui o lui se tenoient. Encontre lui furent la cite de Milan et toutes les citez de sa compaignie. Lors comenca entreauz la guerre grant et fort et a tant vint la chose que li empereres o tout son poeir se conbati au poer de Milan. De quoi la bataille fu fort et grant et dura longuement. De quoi cil de Milan ne porent soffrir le fais et se partirent de champ come gent desconfite mais moult y ot grant gent morte et prise et dune part et dautre et i fu pris le poeste de Milan qui estoit fiz dou duc de Venise le quel li empereres fist pendre en la cite de Trane sur une haute tor qui sist sur le rivage de la mer et si i fu pris le carroce de Milan et enporte a Cremone et mis en la mere iglise de la cite. Li carros si est le grant estendart que len met sur un char a quatre roes. Et cil de Milan pristrent un fiz del empereor qui avoit nom Ens et lavoit eu dune haute dame dalemaigne et lavoit fait li empereres roi de Sardeigne. Icelui Ens fu pris au siege dun chastel qui a nom Gorguenzole. Mais il ne fu mie longuement en prison car li Aleman le pristrent dedens celui chastel que je vos ai nome arrieres. Apres ceste bataille li empereres ala asseger esforceement une cite qui estoit de lamiste de Milan qui a nom Vicense et la destrainst moult durement de siege et dassaut et fist faire devant une vile et li mist nom Victoire. De quoi cil de Vicense furent si destrois que il ne poeent issir ni entrer ni ne natendoient secors de nule part. Quant il se virent a tel meschef et que ce lor avoit longuement dure si que il comenceent a avoir mesaise et soffraite de viande et de sel avoient si grant soffraite que grant partie deauz en perdirent les dens si sen vostrent metre en aventure et lor sembla que ce lor valoit meaus que plus atendre el point en quoi il estoient. Si gaiterent lor point et issirent de la cite efforceement et sodeinement et se ferirent en lost del empereor et le desbaraterent et pristrent Victoire et i boterent le fue et la arstrent toute. Ensi furent delivre dou siege et de la mesaaise ou il estoient.

CHAPITRE XLIII.

En celui point li Apostoiles Gregoire qui fu nez de la cite daraigne qui est pres de Rome a une jornee vost assembler un general concile por traiter contre lempereor. Dont il manda outre les mons semondre les prelaz que il venissent a Rome. Quant li empereres le sot si lor fist enconbrer le chemin si que il ne porent passer par terre. Lors manda li papes a Jenoe et les prea et semost que il deussent envoier galees en Provence por amener les prelaz doutre les mons a Rome. Dont li Jenoeis por lamor dou pape et por mal de lempereor y envoierent bien .lx. vaissiaus armes; et fu lor amrail ce est a dire lor cheveteine un riche home de Jenoe qui estoit dou lignage des Embrias et lapeleit lon Guillaume Negre. Icelui estoit orgueillos et bobanciers et po senez et bien le mostra en ce fait. Car par son otrage fu cil fais toz perdus et tornez a mal. Icele estoire que vos avez oi ala a une cite qui est en Provence et siet sur la mer et a nom Nice. La se recuillirent li prelat qui estoient grant masse et un chardenal avec eaus qui estoit alez legaz outre les monz et estoit chardenal et evesque de Perestrine. Quant il se furent recuillis si se mistrent au chemin por venir a la fois dou Tivre qui cort par mi la cite de Rome. Quant li empereres sot ce fait il manda ou regne et fist armer galees et autres vaisseaus et manda as Pisans que il li aidassent de vaisseaus armes; et cil le firent volentiers et armerent tant de vaisseaus que li leur avec ceauz do regne furent .xl. vaisseaus armes; et fu lor amirail un vaillant home de Pisa qui avoit nom Huguelin Bosacarie. Quant cil vaissel se furent assemblez il se mirent en un port qui est apele Ferrare qui est en une isle que len nome lelbe. Lestoire de Jenoe sen venoit et quant il furent au chief de Corse il sorent noveles de lestoire de lempereor qui les atendoit en la voie. Si orent conseil et se acorderent a ce que il eschivereent la bataille et sen iroient dehors lisle et bien le peussent avoir fait ensi se il vosissent. Mais Guillaume Negre qui estoit tels come vos avez oi ci arrieres si sailli avant et dist que ce ne seroit ja que li Jenoeis eschivassent les Pisanz ne les Longuebars de bataille et que il passeroit par mi eaus a la honte deauz et de lor seignor. Et lors se adreca cele part ou il estoient; et se il fust alez si come len doit aler en bataille quant len vait contre son enemi et il eust establi ses vaisseaus si come il afiert a tel fait ce li peust avoir valu car il avoit plus grant poeir de vaisseaus et de gent que il navoient. Mais il nestabli onques riens ne ne devisa son fait mais si tost come il les vit de pres il se escria: Or a eauz qui meauz meauz. Huguelin Bozacarie establi ses vaisseaus et fist avant garde et ariere garde et vindrent ensemble et hurterent as premerains si que en lassembler pristrent trois galees de Jenoeis dont les autres tornerent en desconfiture et se mistrent a fuir. Li Pisan ne cil dou regne ne vostrent mie chacer mais as galees qui lor cheirent entre les mains se arresterent et les pristrent et i firent moult grant gaaing et pristrent grant masse de prelaz et i fu pris le chardenal Blanc qui estoit evesques de Perestrine et un chapelain dou pape qui estoit legat en Jenoe et avoit nom Gregoire de Romaigne et tuit cil furent menez al empereor qui les fist metre en prison par sa terre.

CHAPITRE XLIV.

En celui tens avint que une grant croisie se mut dou roiaume de France por passer en Surie dont il avint que il murent de lor pais et vindrent a Marceille et a Aigue Morte et en qui se mistrent en nez et passerent a Acre. Et en cele alee estoient Tiebaut li rois de Navarre qui estoit cuens de Champaigne et si i fu Henris li cuens de Bar le Duc et Pierre de Drues cuens de Bretaigne; et si i fu le conte de Fores qui estoit cuenz de Nevers de par sa feme; et Amaurri le conte de Monfort et Johan de Drues conte de Mascon et plusors autres riches homes. Quant cil pelerin furent venus a Acre si se herbergerent par mi la vile et defors ou Sablon. La si orent conseil et par acort murent por aler fermer Escalone et chevaucherent tant que il furent a Japhe. Quant il furent la venus une espie vint au Temple qui lor fist assaver que il avoit a Gadres mil et .l. Turs herbergez et estoit lor cheveteine un amirail que len nomeit Rocne Hieieup. Quant li Crestien sorent ces noveles si acorderent ensi que il iroient a cele besoigne faire .iiii. cens chevaliers. Si y ala le conte de Bar le Duc et li cuens de Monfort et Balian de Saete et Ode de Monbeliart et Johan darsur et li Temples et li Hospitaus. Il murent de Japhe a prime seir et chevaucherent si que il furent au jor pres de Gadres. Lors se armerent et se mirent a chevaucher les escheles rengees cele part ou li Tur estoient herberges.

CHAPITRE XLV.

Quant li Turc les virent venir vers eauz si monterent et se mistrent en un tertre. Le Rocne ot conseil a sa gent; dont il li loerent que il se partist den qui et sen alast car il navoit mie gent por conbatre avec eauz. Li Rocne respondi que au partir venroit il tout a tens mais il en envoieroit son gros harnois et iroit assaer lor covine. Lors fist ensi come il lavoit dit si que il envoia .cc. Turs por hardoier; dont il avint que si tost come li hardoier aprocherent et il se mistrent a traire li Crestien se comencerent a treboiller et boter soi li un entre les autres. Quant li hardeor virent ce si les comencerent plus a haster et a tenir pres. Li Rocnes apercut le mauvais contenement des Crestiens si descendi dou tertre ou il estoit et se mist a aler grant aleure vers la besoigne. Si tost come il y vint il et sa gent ferirent des esperons et si escotement se ferirent en mi les Crestiens por le mauvais semblant que il lor avoit veu faire et si les menerent moult mal; dont li Crestien sanz metre nul conroi en eauz se mirent a desconfiture et qui sen post aler si sen ala. La fu pris Amauri li cuens de Monfort et i fu ocis li cuens de Bar le Duc et y ot grant masse de chevaliers que mors que pris que dou siecle que de religion. Li sergent a pie i furent tuit perdu et dou harnas li plus. Cil qui eschaperent de la bataille sen vindrent a Escalone ou il troverent le roi de Navarre et le conte de Berteigne et toute lost. Si tost come il furent la venus si grant effroi se mist en eauz toz que il sembloit a toz ceauz qui ilec estoient que li Sarrasin les deussent venir prendre toz. Dont il avint que si tost come il fu annuite chascun se mist a aler vers Japhe sanz conroi et sanz atendre li unz lautre. Ains sen aloient ausi come gent desconfite si que il i laisserent grant plente de viandes et de harnois. Quant il vindrent a Japhe il demorerent moult poi ains sen partirent et ne finerent tant que il furent venus a Acre.

CHAPITRE XLVI.

Quant il furent la venus si se i tindrent et demorerent un lonc tenz sans riens faire. Dedens ce un clerc de Triple qui avoit nom Guillaume vint en lost et dist as barons que li sodans de Haman lor mandoit que se il voloient venir vers sa terre par quoi il peust avoir la force et laide des Crestiens il lor metroit en main ses fortereces et si devenroit Crestiens. Et de ce les mandeit il moult preant et requerant que il ne demorast en eaus. Li baron orent sur ce conseil et fu lor acort que il ne demorast en eaus que il ceste chose ne atainzissent. Lors se parti li oz dacre et chevaucherent toute la marine tant que il furent a Triple. La se aresterent et se herbergerent devant la cite dessoz Mont Pelerin et de la envoierent lor messages au sodan de Haman en la compaignie de Guillaume le Clerc por savoir se il vorroit porsivre et parfaire ce que il lor avoit mande. Celui fist semblant de demander covenances et les mena par paroles une piece et en la fin lor failli dou tout come cil qui ne les faiseit que gaber. Et ce semblant que il en fist si ne fu que por poor de la dame de Halape la mere dou sodan qui avoit a lui guerre. Icele dame tenoit la seignorie de Halape por ce que son fiz li sodans de Halape estoit enfant et merme daage. Quant li Crestien se aperceurent de la menssonge et dou barat dou sotan de Haman et il orent este une piece devant Triple ou Beymont li princes dantioche les ot moult honores il sen partirent et sen retornerent a Acre. Mais Johans li cuens de Mascon morut a Triple et fu enterres ou mostier des Ospital de Saint Johan.

CHAPITRE XLVII.

Quant il furent revenus a Acre ne tarja gaires que il sen alerent herberger en la Paumeree de Caifas por doner herbe a lor chevaus. Et quant li herbages fu faillis il sen alerent herberger a la fonteine de Saforie. Et en tant come il estoient la lor vint un message de par le sodan de Domas por traiter de la trive. Icelui avoit nom le Salah et avoit este et estoit encores lors seignor de Maubec et si fu fiz do Hedel Seif Edin; et la maniere coment il fu sodan de Domas si fu ensi que quant leisseraf fu mort li Quemels ot Domas si come vos avez oi sa arrieres. Et apres sa mort la vile remest sans seignor car li ains nez des fiz dou Quemel estoit en la terre dou Levant en sa seignorie et il avoit nom le Salah tout ausi come son oncle dont vos avez oi parler. Et lautre fiz qui estoit nomez Hadel estoit en Egypte dont il estoit seignor. Et por ces achaisons se leva un nevou de Salahadin que len nomeit Melec el Johet et ala a Domas et i fu receu a seignor et le firent sodan et tint la terre grant piece tant que il avint que li Salah qui estoit au Levant se esmut a tout grant gent et vint a Domas. Li Johet li ala al encontre et li rendi Domas et demora a lui et ce que il la li rendi si fu por ce que il vit que cil de Domas ne se fussent mie tenus o lui contre le Salah. Li Salah atorna son ost por aler en Egypte tolir la terre a son frere. Quant il fu venus a Naples il se tint car il vit que il navoit mie poeir a ce faire. Si renvoia de sa gent a Domas et demora escheriement a Naples. Li fiz dou Coraidin qui avoit nom le Nassar estoit au Crac et sot coment le Salah estoit a Naples escheriement si mut dou Crac sodeinement et vint a Naples et prist le Salah et len mena au Crac et le mist en gros fers et en prison. Le Salah de Maubec sot ce fait si mut et vint a Domas et i fu receu et fait sodan.

CHAPITRE XLVIII.

En ce point fu ce que li Crestien estoient a Saforie et cestui Salah dont vos oyes lor ot envoie son message dont la chose ala tant que la trive fu faite de lui as Crestiens et lor rendi par la trive le chasteau de Beaufort et lor ot en covent de rendre toute la terre que li Franc tindrent des la marine tres que au flum Jordain. Et il li orent en covent que il ne feroient trives ne fin sanz lui et sanz son acort au sodan de Babiloine et que il seroient en se aide encontre celui sodan et que il sen iroient herberger a Escalone ou a Jafe a tout lor poeir por deffendre que li sodans de Babiloine ne passast la Berrie et entrast en la terre de Surie et il se devoit herberger de lez eauz la ou li fluns de Japhe sort. Tuit cist covenant que vos oez furent jure de toz les barons de lost et del sodan et de ses amiraus et de comensaille lor rendi Beaufort et la terre de Saete et cele de Tabarie. Icelui sodan de Babiloine contre cui cestui sodan de Domas avoit fait les covenans as Crestiens si estoit son nevo de celui Salah que vos avez oi que li Nassar prist et tint en prison au Crac. Quant il lot pris si cuida par ce recovrer Domas et quant il sot que lor oncles le Salah avoit Domas et il vit que il nestoit mie ensi come il aveit esme lors ot autre pensee. Dont il dist a son cosin le Salah qui en sa prison estoit que se il voloit esposer sa suer et jurer lui que il li aideroit a son poeir de avoir Domas qui avoit este de son pere et quant il la auroit eue il la li soffriroit a tenir en bone pais il estoit prest se il ce li voloit faire de faire tant que il li metroit son frere le Haadel en ses mains et le feroit sodan de Babiloine. Et ceste chose avoit il ja assentie en partie des amiraus de Babiloine a cui il avoit done et promis grant avoir come cil qui avoit grant tresor qui li estoit demore de son pere.

CHAPITRE XLIX.

Quant le Salah li ot faite tel seurte come il demandoit et il ot esposee sa suer et lost mis en son deliure poeir li Nassar manda priveement en Babiloine et fist ensi que il fu assegur des covenances que li amirail li avoient promis et jure. Lors mut o tout son poeir en quoi il ot .viic. Turs a cheval et au Salah furent revenus bien .vc. Turs puis que il sorent que il estoit delivres. Il passerent le desert et alerent si priveement et si tost come il porent tant que il furent au Caaire. En ce que il vindrent la il troverent que li amirail orent pris lor seignor le Aadel et le livrerent a son frere le Salah le quel le mist ou en prison ou aillors mais il ne fu onques puis veu. Ensi fu le Salah sodan de la terre de Egypte et ce fu celui de quoi li autres Salah qui estoit sodan de Domas se doutoit por quoi il se prist as Crestiens quant la trive fu juree tel come vos avez oi ca arrieres. Li Crestien sen alerent herberger a Jafe et le Salah de Domas et o lui li sires de La Chamele se herbergerent au chief dou flum o tout lor ost. Iceste trive dont vos avez oi avoit este porchacee et faite par latrait do Temple et sanz lacort de lospital dont il avint que li Hospitaus reporchaca ensi que li sodans de Babiloine refist trives a partie des Crestiens et la jurerent le roi de Navarre et li cuenz de Bretaigne et maint autre pelerin ne onques ne regarderent au sairement que il avoient fait au sodan de Domas. En ce que la trive fu faite en la maniere que vos oez li rois de Navarre et li cuens de Bretaigne et li autre pelerin qui cele trive de Babiloine avoient juree se partirent de Jafe et alerent a Acre et loerent lor nez et passerent en lor pais. Li maistres del Ospital frere Pierre de Vieille Bride qui cele trive avoit juree et navoit riens jure au sodan de Domas se parti de Jafe o tout son covent et sen ala a Acre; et en qui se tint o les gens de la terre. Et li Temples et li cuens de Nevers et une partie des pelerins demorerent a Japhe et ne vostrent partir ne retraire des covenances que il avoient eues au sodan de Domas. Ensi fu li fais des Crestien en contens et en descorde que li un se tindrent a lune trive et li autre a lautre.

CHAPITRE L.

En ce point que li pelerin estoient a Acre Aelis la mere dou roi de Chypre esposa un haut home de France qui avoit nom Raol de Soissons et estoit frere dou conte de Soisssons. Et apres ce que il lot esposee il vint avant par lassent de partie des gens dou pais et requist por sa feme la roine la garde de la seignorie dou roiaume de Jerusalem et si le requereit por ce que ele estoit le plus dreit heir qui aparant fust a la terre des heirs dou roi Amauri son ayol ne qui eust este puis la mort de sa niece lempereris Ysabel. Les gens dou roiaume orent conseil entreaus et li respondirent que la roine Ysabel qui fu feme de lempereor avoit eu un fiz qui estoit en Puille et qui estoit droit heir do roiaume. Mais por ce quil nestoit present ne navoit este il la recevroient a dame et li bailleroient le roiaume a garder et li seroient tenus sauves les raisons et les droitures dou roi Conrat le fis de lempereris Ysabel sa niece et tout ensi fu fait. Quant Raol de Saissons ot la seignorie en la maniere que vos avez oi il la tint asses foiblement; car cil par qui il avoit este mis ce estoient li parent de sa feme y avoient plus de poeir et de comandement que il navoit si que il sembloit que il ni fust que ausi come un ombre. Dont il avint que dou despit et de lengueigne que il en ot guerpi tout et laissa sa feme et sen ala en son pais.

CHAPITRE LI.

En celui passage de la sainte Crois en quel sen alerent li rois de Navarre et li cuens de Bretaigne vint a Acre Richars li rois de Cornoaille frere dou roi Henri dengleterre et amena bele compaignie de chevaliers et aporta grant avoir. Et quant il fu venus a Acre il se herberja en la maison de lospital de Saint Johan. Et quant il ot este une piece a Acre et il ot hernesche et atire soi et ses gens il sen ala a Japhe et la se herberja o les autres Crestiens qui la estoient. Et en ce que il estoit la li Templier le tindrent moult pres que il se tenist a la trive et as covenances dou sodan de Domas et que il la jurast. Li Hospitalier manderent a lui et le preerent moult et a Acre meismes en avoient il asses parle a lui que il se tenist a cele dou soudan de Babiloine. Dont il ne vost faire ne lun ne lautre ains dist que se li Crestien qui estoient a Japhe vosissent aler herberger a Escalone il estoit prest que il fermast le chastel. Li baron de lost et li Temples et li Hospitaus des Alemans orent conseil et virent que ce que il requereit estoit porsivement des covenances que il avoient au sodan de Domas et li profis de la Crestiente; si si acorderent et murent de Japhe quant il orent porchace ovriers et ce que mestier fu au labor et sen alerent a Escalone. Quant il furent la venus il establirent lor affaire et comencerent lor labor. Et fu li chasteaus fermes en la maniere que li rois Richars dengleterre li oncles de cestui conte Richart qui ores le fermoit lavoit ferme. Quant il lot ferme si le garni de ce que il pot et lors manda en Jerusalem a un chevalier qui avoit nom Gautier Penne en Pie qui en estoit bailli de par lempereor et tenoit la cite de Jerusalem par la fiance et la trive dou sodan de Babiloine. Si tost come cil Gautier fu venus a Escalone li cuens Richars li rendi et livra le chastel que il le deust garder por lempereor. Quant il ot ce fait il sen retorna a Acre et loa sa nef et sen rala en son pais et li oz sen retorna a Japhe. Et ou que li oz des Crestiens aloit li sodans de Domas o tout son ost estoit toz jorz herbergez pres deaus. Quant il orent grant piece este a Japhe li pelerin qui estoient demorez apres les autres sen vostrent retorner en lor pais si que il sen alerent a Acre et en qui loerent lor nez et sen alerent en lor terres et tuit li autre Crestien sen retornerent lors a Acre.

CHAPITRE LII.

En ce point Richart Filanger li mareschaus del empereor qui estoit a Sur se mit en une nef por passer en Puille al empereor qui avoit mande por lui. Et au partir laissa son frere Loutier en son lue et li livra la cite de Sur et le chastel. En ce que Richars sen fu partis Balian dybelin sires de Baruth et Phelipes de Monfort sires do Toron porchacerent ensi que il orent consent a Sur si que il murent dacre a la nuiter et chevaucherent tant que il vindrent devant Sur. Si tost come il furent pres des murs cil qui estoient de lor consent furent tuit arme a la posterne de la Bocherie et firent enseignes a ceauz de hors; dont cil ferirent des esperons et se mistrent en la mer et sen alerent tout le mur de la vile de lez lospitau des alemans et sen entrerent en la vile par la posterne ou cil les atendoient. Lors sen alerent grant erre vers le chastel. Lotier Filanger senti le fait si se arma et se parti del ostel ou il estoit et sen ala ou chastel et tuit cil de Puille qui en la vile estoient se mistrent ou chastel cil qui i porent recovrer. Ensi fu prise la cite de Sur sur les gens de lempereor.

CHAPITRE LIII.

Raoul de Soissons qui riens not seu de cele emprise quant il sot que Balian dybelin et Phelipe de Montfort avoient et tenoient Sur il mut dacre lui et sa feme Aeliz et vint a Sur. Quant il furent la venus Raol requist a Balian et a Phelipe por lui et por la roine la cite de Sur que il voloient avoir en la maniere que il avoient les autres choses dou roiaume. Cil li respondirent que il ne li en livreroient point ne bailleroient ains la garderoient tant que il seussent a cui il la devroient rendre. Et fu lune des achaisons por quoi Raol de Saissons sen ala si come vos avez oi. En celui point pape Innocent le Quart vit que il ne poeit faire assembler concile a Rome ne en cele contree si manda a Jenoe que il li envoiassent galees priveement a la fois do Tivre. Et quant eles i furent venues il se parti de Rome celeement et vint la et se recuilli es galees et sen ala a Jenoe. Et ce por quoi il fist ces choses a cele ore si fu por ce que li empereres Fedris ne lencombrast. En ce que il fu a Jenoe il i sejorna une piece et puis sen parti et passa les mons et ala a Lion sur le Rone et en qui se tint et manda por les prelaz et assembla toz ceauz que il post avoir. Et lors manda al empereor et le fist amonester de .xiii. articles de quoi il lacusoit que il en venist estre a la merci de liglise. Car autre fois li avoit il fait assaver que il en estoit accuse et por ce que il ne nestoit venus respondre en avoit il fait enquisicion sur lui et avoit trove que il estoit verite ce que len avoit este mis sus si que il en estoit ateint et prove. Et come ateint et prove voloit que il se meist en la merci de sainte Iglise. Li empereres quant il ot entendu le mandement del Apostoile si envoia ses messages a Lion; et furent li message li marquis de Froeborc et un suen legistre moult bon avocat qui avoit nom maistre Pierre de la Vigne. Cil vindrent au pape et quant il furent devant lui maistre Pierre comenca la parole et dist ensi: Sire mon seignor li empereres se recomande a vos piez si come a seignor et a pere et vos fait assaver que il fust venus a vos piez oir vostre comandement et obeir en toutes choses se il peust mais il est essoignes de son cors si come cil qui est malades ou lit si que il ne se puet movoir. Por quoi il vos prie que vos li doignes respit tant que il puisse venir a vos faire vos comandemens. Et se il vos plaist a lui relascher des choses que vos li demandes et que vos li metez sus et laisser len en pais si come Crestien catolique en la foi de Jeshu Crist il est prest que il entre ci et un an mete Jerusalem et toute la terre qui fu de Latins en la main et ou poeir des Crestiens. Li Apostoiles li demanda se il avoit estrument par quoi lon peust croire que il fust messages del empereor et que il deist de par lui ce que il avoit dit. Cil respondi que oil. Lors si traist avant unes letres seelees dor et unes autres de notaire tabellion en quoi se contenoient coment len le devoit creire et tenir a message. Apres ce li demanda li papes se ses sires li empereres avoit poeir de faire de la terre de Surie ce que il avoit dit; et cil dist que oil et laferma moult. Lors ses torna li papes vers les chardenaus et les prelaz et dist si haut que tuit cil qui la estoient le porent oir: Seignors or poez veeir quel Crestiens li empereres est car il puet avoir la sainte Terre et les sains Luecs de Jerusalem et rendre as Crestiens et oster des mains et dou poeir des mescreans et il ne le fait ne ne vuet faire se ce nest par covenant. Lors dist as messages del empereor que il lescusassent que ce que il avoient dit nestoit soffizant ne il ne le recevoit; car il navoient prove ne offert a prover lor dit et que il iroit en avant dou fait et que il ne venissent plus par devant lui.

CHAPITRE LIV.

Apres ce li papes assembla un jor general concile et mist avant le fait del empereor dont la chose ala tant que li empereres fu condamnes et desposez lui et ses heirs. Et manda li papes par tout faire assaver ce fait et escomenia toz ceauz qui por empereor le tenroient ni empereor le nomeroient. Apres ce li papes envoia un legat en Alemaigne et fist preescher contre lempereor si que moult de gent se tornerent contre lui et se tindrent au pape et nomeement tot le clerge qui moult a grant poeir en la terre. Quant li Apostoiles sot que les choses estoient en tel point que il avoit le plus grant poeir dalemaigne devers soi il manda la et fist ensi que len eslut roi en Alemaigne et fu coronez a Ais la Chapele. Et cil de cui il firent roi si fu Guillaume conte de Horlande; et li promist li papes que si tost come il seroit venus a Rome et il auroit leisir il le coroneroit a empereor. Lors comenca la guerre moult grant et moult fort entre ceauz qui se tenoient al empereor Fedric et ceaus qui se tenoient au noveau roi Guillaume. Et moult metoit li Apostoiles grant peine en cele guerre maintenir et y envoeit quan que il poeit de gent et de deniers; et donoit ausi grant pardon come celui de la Terre doutre mer. Ensi dura la guerre et le contens tres que a la mort del empereor. Quant li empereres fu morz li papes sen retorna a Rome. Cil dou regne manderent por le roi Conrat le fiz del empereor qui estoit en Alemaigne dont son pere lavoit fait roi et maintenoit la guerre contre liglise et encontre le roi Guillaume.

CHAPITRE LV.

Or retornerons a parler de la terre de Surie. Il avint ensi come vos avez oi que Richart Filanger le mareschaus de lempereor se fu partis de Sur et estoit o lui Henris ses freres et lor femes et enportoit grant avoir. Et furent meus en une nef por passer en Puille. Quant il orent este .ix. jorz en la mer une fortune les prist qui les tint longuement en mer ou il furent moult travaillez; et en la fin les mena li tens vers la Barbarie es parties de Triple. Quant il vindrent la si troverent que lor nef estoit en tel point que ele se desfaiseit toute et que laigue y entroit par moult de luecs. Sur ce il regarderent si virent une navisole de Sarrasins qui estoit meue de Tunes et sen aloit en Alissandre. Il se acosterent de lui et entrerent ens et i mistrent ens lor choses et baillerent la lor nef as Sarrasins. Et en ce que il se cuiderent traire vers lisle de Cesile un tens les prist moult fort qui les ramena arrieres si que apres ce que il les ot tenus plusors jors en mer sen revindrent a Sur dont il estoient partis. Quant il furent ou port si geterent lor ancres et cuiderent descendre si come en la vile qui estoit lor ce lor sembloit; car il ne savoient riens de ce que avenu estoit puis lor partir. Quant il furent arrive cil de la vile sen apercurent et sen alerent la et pristrent le mareschal et son frere et lor femes et quan que il avoient et les menerent a Balian le seignor de Baruth. Balians les fist mener devant le chastel et fist drecer unes forches et fist dire a Lotier Filanger que il li rendist le chastel et il delivreroit ses freres; et se il ne li rendoit il les feroit pendre devant ses oils. Loutier ot conseil et vit que il ne poeit tenir le chastel si li rendi a Balian et delivra ses freres.

CHAPITRE LVI.

En ce tens avint que li Salah qui estoit sodan de Babiloine envoia grant avoir ou Levant dont il estoit seignor por venir gent a lui aider et lor manda que il lor donroit terre en Egypte se il y voloient demorer dont il avint que une grant gent de une cite que len apele Hoerzem por quoi il sont apeles Hoerzemis bien tres que a .xx. mile homes a cheval et murent por venir a lui. Et ce por quoi il le firent si fu por la doute des Tatars qui estoient venus en lor contrees. Icil Hoarzemis chevaucherent tant que il furent a Gadres. La troverent lost dou sodan de Egypte et en lor venir firent grant damage en la terre de Triple et aillors et vindrent en Jerusalem si sur saut que po de gent sen porent fuir. Ainsi furent si surpris que il y ot ocis entre homes et femes et enfans plus de .xxx. mille; car il nen prenoient nul ni nentendoient que a tout ocirre. Li sodans de Damas qui estoit apelez Melec el Salah envoia son ost a Acre et en fu cheveteines li sodan de la Chamele et estoient .iiii. mile homes a cheval. Quant il furent la venus li Crestien qui la estoient li Hospitaus de Saint Johan et li Temples et li Hospitaus des Alemans et li chevalier dou siecle dou pais et autre qui la estoient venu de Chypre et de Triple se partirent dacre et li Turc avec eaus et si i fu li patriarches Robers de Jerusalem et autres prelaz plusors et chevaucherent tant que il vindrent a Escalone et se mist en lor route li cuens Gautier de Briene qui estoit a Japhe et bien estoient li Crestien .vic. chevaliers sans autres gens a cheval et sergens a pie. Quant il furent venu a Escalone si orent conseil entreaus que il feroient. Dont li sodans de la Chamele lor dist: Seignors vos avez a faire a une grant gent estrange et qui nont nul recet; dont il sont ausi come gent desesperee por quoi je ne lo mie la bataille ains lo que nos nos tenons ci car nos avons viandes assez et assez nos en venra dacre et il ont po de viande et sont grant gent; si ne poront mie durer ci longuement ains les en covenra partir. Et assez nos soffira se il nos guerpissent place et por ce que il sont estranges et sanz recet il ne porront durer ains se besilleront. Et se il vont en la terre de Babiloine ce que je ne croi mie que li soudan les i mete se en somes nos delivres a ores.

CHAPITRE LVII.

Assez y ot des Crestiens qui bien se acorderent au conseil dou sodan et li autre se tindrent a ce que len se alast combatre a eauz la ou il estoient; dont il avint que par la haine et lenvie qui estoient entre les Crestiens et par lor peche et lor mescheance li plus mauvais conseil venqui; dont il avint que il se partirent descalone en laube dou jor par un mardi et chevaucherent tant que il vindrent a Gadres. La troverent lost de Babiloine qui estoient trois mile Turs et li Hoerzemin qui estoient .xx. mile. Lors assemblerent les batailles et y ot grant meslee mais po dura quar li sodans de la Chamele et li Turc qui o lui estoient se partirent leus dou champ et sen alerent et si i perdirent il tout lor harnas. Li Crestien comencerent lors a forboiller; li escuier et si sergent a pie se boutoient par mi les escheles por quoi li chevalier ne poeent poindre ni avenir as Turs. Lors sesmurent a aler: une partie torna le fait en desconfiture et ensi avint cele mescheance as Crestiens par folie et par envie et par orgueil. En cele bataille furent pris Guillaume de Chastel Nuef maistre des Ospital de Saint Johan et Hermant de Peregort maistre dou Temple qui morut en la prison et Gautier li cuens de Briene qui ausi morut en la prison et Thomas de Ham conestable de Triple et Johan et Guillaume qui estoient fiz de Beymont le seignor dou Botron. Et moult y ot pris et morz autres chevaliers dou siecle et des religions et autre gent a grant plente et moult grant nombre. A peines en eschapa li cars de toute lost et i fu ocis Pierres de Sargines arcevesque de Sur et li evesques de Saint Jorge de Rames. Cil qui estoient eschape de cele desconfiture quant il furent venu a Escalone ni firent mie lonc sejor ainz sen ralerent a Acre. Li Turc de Babiloine se partirent de Gadres a tout lor gaaing et sen ralerent en lor terre et laisserent les Hoerzemis sur esperance que li sodans les mandast querre; mais il douta au poeir que il avoient que il ne li feissent enui. Por quoi il ne les y vost atraire ains mist gens a Belbeis encontre eauz qui lor deffendissent le passer de la Berrie. Quant li Hoerzemin sorent ce si se tindrent moult a desjuglez et a entrepris. Lors se departirent par la terre por querre lor vivre dont il firent moult de damages par la terre en moult de luecs et orent plusors meslees a maintes gens et estoient toz jors as chans come cil qui navoient nul recet ne cite ne chastel. Dont cil de la terre qui tuit estoient contre eauz les surprenoient maintes fois de quei il lor faisoient damage de lor gent et tant ala lor afaire que dedens .iii. anz il furent si besilles que il nen remest nul ou pais. Ceste desconfiture fu par un mardi en lan del incarnacion de Nostre Seignor .mccxliiii. ou mois doctovre le jor de la feste de mon seignor Saint Luc Evangeliste.

CHAPITRE LVIII.

En ce point pape Innocent le Quart estoit a Lion sur le Rone si come vos aves oi ce ariere. Il avint en France que li rois Loys acocha malades de une fort maladie dont il fu si ateint que il perdi la parole et fu en tel point que len cuida que il fust morz; de quoi sa mere la roine Blanche et sa feme et si frere menoient si grant duel come cil qui por mort le tenoient et qui avoient assemble le clerge por faire son servise a lui enterrer. Et en cel point il se resperi et ovri les oilz et regarda entor soi et dist: Faites me venir levesque de Paris. Cil qui entor lui estoient furent si liez et si joianz come cil a cui li duels que il avoient en lor ert torne en joie si firent venir devant lui levesque de Paris. Quant li rois le vit si li dist: Sire evesque je vos requier que vos me donez la crois doutre mer. Quant la roine sa mere et si frere et la roine sa feme oirent ce si se agenoillerent devant lui et li distrent: Sire por Deu merci soffres tant que vos soies garis; et lors si feres ce que vos plaira. Il se atira et lor dist: Bien le sachez que je ne mangerai ne bevrai de ci a tant que je aye la crois sur lespaule por aler Otre mer. Lors rapela levesque de Paris et li requist de rechef la crois. Li evesques ne li osa refuser si prist une piece dun las de soie et le mist en crois et se agenoilla tout en plorant devant le roi et la li bailla. Li rois la prist et la baisa et la mist a ses oilz et puis la fist atacher a sa espaule et puis dit: Sachez que je sui garis. Si sachez de voir que par mi la chambre et defors ot si grant ploreis et tels plaintes que il nen avoient mie plus fait quant il cuidoient que il fust morz. Leuz que il fu levez et garis il fist faire letres et manda en la terre de Surie faire assaver que il estoit croises et que se confortassent et gardassent et garnissent lor citez et lor chasteaus car a laide de Deu il seroit procheinement en la sainte Terre.

CHAPITRE LIX.

En cel tens avint que li Salah qui sodans estoit de Domas ala a Maubec que il tenoit de son premier heritage. Si ot contens entre lui et le sodan de Halape dont il vindrent a bataille et fu cil de Domas desconfit et pris et menes a Halape en prison. Quant li sodans de Babiloine sot que son oncle le Salah estoit en prison a Halape si se esmut o tout grant ost et sen ala a Domas et lasseja et fist semblant de coper les jardins. Cil de la cite douterent ce et virent que il navoient point de seignor qui les deffendist a ce que il sont toz jors mole gent et mauvais pueple come cil qui sont tuit marcheant et gent de mestier et moult y a po de gent darmes. Et par ces achaisons receivent il chascun qui y amoine un po de pooir; si se rendirent a lui. Apres ce que il ot Domas si ala a la Chamele et a Maubec et les prist et puis ne tarja gaires que il envoia son ost et fist asseger un chastel que Ode de Monbeliart avoit ferme a Tabarie si le destrainstrent si fortment que il le pristrent par force et furent tuit pris et morz cil qui dedens estoient et den qui alerent asseger Escalone et i mistrent le siege moult fort et le assailloient durement dengins et de miner et de venir as murs par assaut moult asprement. Et por destraindre le chastel que len ne le peust refreschir par mer de gens ne de viandes fist li soudans venir dalissandre et de Damiate .xxii. galees et une navisole qui portoit la viande et les estovoirs des galees et se tindrent devant Escalone si que nul vaisseau ni poeit aler.

CHAPITRE LX.

Quant li Hospitalier qui avoient Escalone en garde de par lempereor virent ce si requistrent aide a toz ceauz dacre prelaz et religions et comunes et autres gens que il aidassent a ce que len eust vaisseaus armez par quoi len peust faire partir les galies de devant Escalone si que len la peust refreschir de garnison. A ce faire manderent en Chypre requerre le roi Henri quil lor aidast dont li rois y envoia .viii. galees bien armees et bien garnies de chevaliers et de sergens et en fu chevetaines Baudoin dybelin qui estoit seneschaus de Chypre. Si tost come eles furent prestes eles murent de Famagoste et alerent a Acre et la se assemblerent o les vaisseaus qui la estoient aprestes. Et den qui murent toz ensemble. Si y ot galees .xv. et autres vaisseaus entre galions et saeties et ganguemeles bien .l. vaisseaus. Si alerent tant a veile et a rins que il vindrent a Escalone. Quant li Sarrasin les apercurent si traistrent les galees et la navisole si pres de la rive come il plus porent por ce que il les peussent desfendre se li vaisseau des Crestiens les vosissent assaillir; et li vaisseau des Crestiens estoient encontre auques loignet en mer sur lor ancres et furent ensi .v. jors. En ce un fort tens se mist un soir qui vint devers cochant dou soleil dont li vaissel des Crestiens furent en grant peril mais toutes voies se tindrent sur lor ancres sanz damage et ce lor aida que il estoient un po loing en mer. Car cele marine est tel que la mer y engroisse plus et est plus fort pres de terre que loins. Et por ce avint que les galees des Turs ne porent durer a celui tens ains ferirent a terre et furent brisees les .xxii. galees et la navisole. Quant ce vint le matin li Crestien virent les galees des Sarrasins toutes brisees par la rive et il orent mis ou chastel moult de choses por refreschir les gens. Et li tens fu si fort de mer et de vent que il ne le porent plus soffrir si leverent lor ancres et colerent lor voiles et sen retornerent a Acre.

CHAPITRE LXI.

Quant li Turc virent que ensi estoit avenu si se penerent plus dou chastel assaillir et greger et ce que len cuida qui deust aider au chastel li torna a damage. Car quant les galees furent depecees li Sarrasin firent dou marrien et des tables chaz et manteaus et voies covertes et des arbres engins por geter dedens le chastel si que il destrainstrent si le chastel que il ne lor post durer et si furent cil dedens de si grant desfense que lon nen oi lonc tens a que gens soffrissent tant ne si bien se contenissent ne si vigorosement. Mais tout ce ne lor aida rien que li chastel ne fust pris par force car il furent si hastes de espes assaus que il ne poeent avoir repos ne leisir. Et aveques ce minerent li Turc tout le tertre ou li chasteaus seoit si que la mine sorst en mi le chastel si que li Turc furent avec eaus pele melle. Mais il y ot de tels qui sen apercurent ains que li autre si sen alerent a la marine et se mistrent as vaisseaus. Et par ce sen eschaperent plusor. Et li autre i demorerent et i furent mort et pris. Et fu li chasteaus abatus. Ensi avint que des chasteaus qui furent fermez de cele venue dou roi de Navarre et dou conte de Bretaigne et dou conte Richart de Cornoaille ne demora nul qui ne fust perdus mais que li chasteaus dou Saphet que li Temples ferma.

CHAPITRE LXII.

En celui tens avint en Antioche que unes gens que len apele Turquemans sesmurent par estrif de raisnes et de enuis que len lor faisoit et se pristrent a guerroier la terre dantioche et a corre et a rober les casaus et tuer les vilains. Cil Turqueman sont unes gens sauvages qui nont viles ni chastel ains sont toz jors herbergez en tentes de feautre et ont bestes a grant foison si come motons et berbiz et aucunes chevres et meismes bues et vaches et vivent come bergiers et ne sentremetent de nul gaaignage ne de toz les Sarrasins nest nule maniere de gent qui mains soient prises de fait darmes. Et por ce avint que les gens dantioche les orent en despit. Dont il por ceste achaison se abandonoient a chacer les a desroi sanz atirement et sanz conroi tant les tenoient vil. Et quant cil se regardoient en lor fuir et il veoient que cil qui les sivoient estoient esparpeillez et espandus il se ralioient et tornoient et lor coroient sus et les desconfisoient et en prenoient et en ocioient. Et ce avint toutes feis que cil dantioche en entrerent en trop grant esfroi et li Turqueman en pristrent par ce trop grant baudor. Nos lairons ores a parler dou fait dantioche et des Turquemans por ce que il nos covient porsivre la matiere de ce livre et mener a ordre ensi come les choses sont avenue en la terre de Surie.


LI TRENTEQUATRIESMES LIVRES

CHAPITRE I.

Loeis li rois de France qui estoit croisies si come vous aves oi ca arriere fist son ator et son apareil por passer en la terre de Surie et envoia .i. an devant sa muete de ses gens qui arriverent en lisle de Chipre. Et les i envoia por lui faire atrait de viandes et dautres choses qui mestier li pooient avoir et amenerent .l. chevaus de pris. Et fu lor chevetaine .i. vaillant serjant qui avoit non Nicolas de Sousi. En lan apres que cil furent venus en Chipre le roi se parti de France por passer en Aigue Morte: ce fu lan de lincarnation Jeshu Crist .mccxlviii. ans; il arriva a .xxviii. jor de septembre en Chipre. Et morut a Marseille le cuens Patris. Li sires darsur laissa le baillage et fu baillis Johan Fuinon et fu legat Odes de Tusculane. A .mcc. et .xlix. au vintisme jor de may mut le roi de Lymecon por aler a Damiete et arriva la le quart jor de jugnet et au quint jor prist terre par force et au sist jor fu prise sans coup ferir la cite de Damiete. Et fu en Acre la guerre de Pisans et de Genevois qui dura .xxviii. jors et geterent les uns as autres de .xxii. manieres dengins perrieres trebuches et mangouniaus. Johans Fuinons fu hors du baillage et fu de rechief baillis li sires darsur qui fist trives jusqua .iii. ans entre les communes. Apres la guerre briserent par tempeste u port dacre .lxxii. vaissiaus que petis que grans et u port de Damiete .xxxii. naves et .x. autres vessiaus et moult dautres par la riviere. A .xxvii. jors de novembre mut le roi a tot son ost por aler a La Mansore et fu la a .xxii. jors de Del Oier et trouverent en lor chemin li Templier et li cuens dartois qui avoient lavant garde. Li Sac ce est lavan garde des Sarrazins qui estoient a Seresaph; et en occistrent entor .c. et .lv. Et a lendemain i ot que pris que occis que noies des Sarrazins bien .m. qui avoient passe le ruissel a pie por hardoier as Crestiens. A .viii. jors de jenvier li sires darsur et lesfors du roiaume alerent por briser Bechsen et une herberge de Turquemans ou il gaaignierent que grosses bestes que menues .xvim. et pristrent lamiral qui estoit lor chevetaine. A .mccl. a .viii. jors de fevrier passa le roi le flun de Thenis a tot son ost. Mes moult i ot de chevalieres et dautres gens noies. Apres sorprist le roi la herberge des Sarrazins et en furent moult occis. Lavan garde de lost sembati dedens La Mansore et par convoitise que les menues gens avoient de fourer la ville la quele li Sarrazin conurent et retornerent. Et adonques occistrent le conte dartois et le conte de Salesbire et le conte Raol de Couci et moult dautres. Au quint jor davril mut le roi et son ost par defaute de viandes por aler a Damiete. Et furent tuit pris au chemin de Setansaf. Le secont jor de may occistrent li Sarrazin lor soudan. Donc li rois et li baron jurerent trives as Sarrazins amiraus et se racheterent .cm. mars dargent. Et fu delivres le roi et si frere et le legat et le patriarche et moult dautres barons et chevaliers et autres gens et vindrent en Acre a .viii. jors de may. Adonc ferma le roi le borc dacre et murent por aler Outre mer le jor de la Saint Lorens le conte Anfoul de Poitiers et Charles le cuens dangiers et Guillaume le cuens de Flandres. Et le roi Henri de Chipre espousa Plesance fille le prince dantioche u mois de septembre et furent delivres des Sarrazins frere Guillaume maistre de lospital et .c. et .xx. chevaliers et dautres gens entor .viiic. Et morut lempereor Federic le jor de Sainte Lucie.

CHAPITRE II.

Coradins le roi de Jherusalem filz de Federic vesqui .ii. ans et .v. mois et .xv. jors. Cist ensivoit moult la felonnie son pere et abominoit et avoit en despit moult sexe de fame. Il estoit ivroignes et gastierres et sanz establete et ravisseor et persecutor de lyglise. Il si com len disoit fist envenimer Henri le jone neveu du roi dengleterre et Federic son neveu le fil dou roi Henri son frere. Il occist aucuns freres menors et autres religieus par divers tormens. Il fist abatre les murs de Naples et de Capue. Il se fist apeler au pueple empereor contre licence et droiture au tens le conte Guillaume de Horlande qui estoit esleus a roi et qui tenoit le droit de lempire. Cestui Corraut fu escommenies jusqua la mort par lautorite du pape Innocent le Quart. Et fu desconfis en Egypte li soudans de Halape a .xxxm. homes a cheval et furent occis de ceus degypte en cele bataille plus de .iimc. Et se croissa le roi Henri dengleterre et desfendi le passage des haus homes de sa terre. A .mccli. ferma le roi de France Cesaire et fu fait arcevesque de Sur Pierres Larcat et morut Beumont et fu apres lui princes et cuens Beumont son fil. Lors espousa le fil du roi descoce Alixandre la fille du roi dengleterre. A .mcclii. ferma le roi Lois Jaffe et morut dame Blance sa mere. Et fu fait chevalier a Jaffe Beumont prince dantioche de la main le roi Lois; et espousa Julian sire de Saiete la fille de Heiton roi dermenie. A .mccliii. vindrent devant Acre li Sarrasin de Domas et abatirent Doc et Ricordane et pristrent Saiete et occistrent .viiic. homes ou plus et emmenerent que macons que autres gens bien .cccc. en prison et referma li rois de rechief Saiete. Et morurent li rois Henris de Chipre et levesque de Jaffe Gui de Nimars Gautier levesque dacre et Nicolas Larcat arcevesque de Sur. Apres lui fu postules a arcevesque Giles qui fu de Damiete. Heiton roi dermenie ala as Tartars. A .mccliiii. fu fait li labors des murs de Saiete et sen vint le roi en Acre et fist chevalier Balyan dibelin filz du seignor qui puis espousa Plesence la roine de Chipre. Apres le jor de Saint Marc mut le roi et la roine dacre et sa gent por aler Outre mer et laissa a mon seignor Giefroi de Sergines seneschal du roiaume .c. chevaliers por le roiaume de Surie garder. Et morut Marthe dame de Saiete le quint jor de jung. Lendemain morut Pierres de Biaune mareschal del Ospital. Et morut a .xxi. jor de may le roi Corraut. Et a .viii. jors de jung morut Robert patriarche de Jherusalem. Et arriva en Acre Epice patriarche et fu baillif du roiaume Johan dybelin cuens de Jaffe. A demi septembre se parti dacre por aler Outre mer le legat Ode evesque de Tusculane. Apres espousa Beumont prince dantioche Sebille fille Othon roi dermenie. Apres u mois Del Ier morut pape Innocent et fu apres lui Alixandre.

CHAPITRE III.

Alixandre le Quart fu fait pape. Cil fu evesque doste et dona Saint Lazare de Bethanie et ses apartenances a lospital de Saint Johan et Monte Tabor. A .mcclv. fu faite trive au seignor de Domas et fu la devise du flun darsur jusqua la devise de Baruth. Othes li cardinaus vint u roiaume de Puille avec lost de pape Alixandre et li fu rendu Foges Saint Lorens de Sypont Le Mont S. Angele et toute la marine jusqua Otrente. A .mcclvi. laissa Johan dybelin le baillage et fu baillis Johan dybelin sire darsur. Et le tiers jor de jung vigile de Pentecoste vint en Acre le patriarche de Jherusalem maistre Jaques qui fu evesque de Verdun. Apres le jor de Saint Johan vint en Acre maistre Florens evesque dacre sacres a Roume. Et morut Huguelin Bozacharie consules des Pisans dacre qui prist les prelas qui aloient au concile a Rome. Et commenca la guerre entre les Genevois et les Veniciens por la saisine de la maison Saint Sabe dont li Genevois a laide des Pisans desconfirent les Veniciens et pristrent et corurent lor rue jusques dedens Saint Marc. Et morut frere Renaut de Juchieres maistre du Temple. Apres lui fu fait maistre frere Thomas Berart. A .mcclvii. sacorderent et jurerent li Genevois a garder et a sauver la seignorie a eus por ce que Venicien et Pisan sestoient racorde et jure contre les Genevois. Apres vint Beumont le prince dantioche et amena Plesance sa seror qui estoit roine de Chipre et son neveu Hugue fil de la dite roine et hoirs du roiaume de Chipre et de Jherusalem en Acre le premier jor de fevrier par lembrasement du Temple et du conte de Jaffe Johan dibelin. A .mcclviii. fu faite pes entre le prince Beumont et le seignor darsur qui avoient este mal ensemble. Et Belian filz du seignor darsur quita la roine Plesance et ele lui du mariage qui avoit este entreus; et retornerent a Triple la roine et son fil et le prince. Et demora li baillages du roiaume de Jherusalem au seignor darsur Johan dibelin. Li Rous de la Turquie chevetaine des Genevois vint devant Acre o .l. galies de Genevois et .iiii. naves et fu desconfis de .xl. galies de Veniciens; et furent prises entre Acre et Cayfas .xxiiii. galies et i ot bien que mors que pris .m. et .viic. homes Genevois. Apres firent composition que li Genevois guerpirent lor tor et lor rue et sen alerent a Sur et ne durent porter confanon sor lor veissiaus au port dacre ne avoir cort ne baston dedens Acre. Apres fu abatue lor tor et toutes les maisons de lor rue et furent portees en Venice des pierres du fondement de la tor et des piliers; et des autres pierres fermerent Pisan et Venicien lor rues. Li Tartar pristrent la terre des Assesis en Perse et Johan dibelin sire darsur morut et baillis du roiaume de Jherusalem. Et morut li rois Corraus qui avoit este reconciles apres la mort de son pere Federic. Il prist Naples par force qui estoit revelee contre lui. A .mcclix. vint en Acre legat de par le pape frere Thomas de lordre des Preecheors evesque de Bethleem; et fu baillis du roiaume Giefroi de Sergines qui tint moult grant justice et fist prendre et pendre moult de larrons et de murdriers. A .mcclx. pristrent li Tartar par force Halape et Harenc Haman et La Chamele et Domas et vindrent u roiaume de Jherusalem et pristrent la cite de Saiete. Apres furent desconfit par le soudan de Babiloine au tiers jor de septembre es plains de Tabarie. Apres Bandocdar occist le soudan qui sen retornoit en Babilone et il fu fait soudan en son lieu. En ce point vendi Juliens Saiete et Biaufort au Temple dont grant haine sordi puis entre le roi dermenie et le Temple. Apres furent desconfis des Turquemans Johan dibelin sires de Baruth et Johan de Gibelet mareschal du roiaume et frere Estiene de Sissi maistre du Temple o tot le convent dacre de Chastiau Pelerin de Safet et de Biaufort et furent pris li sires de Baruth et le commandeor du Temple frere Mathieu le Sauvage Johan de Gibelet et le cuens Vidans et plusors autres chevalieres; et moult dautre gent a cheval et a pie i furent mors et pris. Et perdirent li Templier tot lor hernois. Et puis fu rachetes li sires de Baruth .xxm. besans et furent rachete le commandeor du Temple li mareschaus du roiaume Jaques Vidans et plusors autres. A .mcclxi. morut pape Alixandre et apres fu Urbans.

CHAPITRE IV.

Apres Alixandre fu Urbans le Quart nes de Troies en Champaigne et fu estrais de povre gent. Il fu evesque de Verdun et legat en Alemaigne puis fu patriarche de Jherusalem. En son tans fu en Acre la grant guerre des Veniciens et de Genevois dont la ville fu pres que destruite et il maintenoit les Veniciens. Apres cele guerre vint en Acre legat frere Thomas de Lentil evesque de Bethleem; et par despit de ce que cil qui devoit estre desous lui vint legat desor lui sen parti il de Surie et sen ala a la court de Rome. Mais il trouva autre achaison. Car il fist entendant as gens quil sen aloit por faire rapeler le don que pape Alixandre avoit fait de Saint Lazare de Bethanie a lospital Saint Johan. Apres ce quil fu venu a la cort de Rome et il i ot demore poi de tans morut pape Alixandre et il fu esleus a pape et fu apeles Urbains. Il fu de moult grant cuer et fist moult de cardinaus en son commencement et fist don du roiaume de Cesile et de la terre de Puille a Charle le conte danjou et le fist vicaire de lyglise et fist les privileges et afferma tout le fait. Mes il morut avant que Charles venist en la terre; par quoi le fait ne pout estre acompli a son tans. Si rapela le don que pape Alixandre avoit fait a lospital de Saint Johan de Saint Lazare de Betanie. Il fist laborer lyglise de Saint Jaque a Troyes qui puis fu arse. Belian darsur vendi Arsur le chastel o toutes ses apartenances a lospital de Saint Johan. Et morut Plesance roine de Chipre a .xxii. jor de septembre et fu fait baillif de Chipre Hugue de Liseignen. A .xxv. jors de jung pristrent li Grifon Costantinople des Latins li Parialogues sen fist empereor et se fist apeler Constantin. A .mcc. et .lxii. fu assegie Antioche des Sarrazins de Babilone mes par latrait du roi dermenie li Tartar sesmurent a venir contre eus et cil laissierent le siege et sen partirent. Charles cuens danjou et de Provence assega Marselle dont cil dedens se tindrent a lui par force et en fu sires et mist en la ville justices de par lui. A .mcclxiii. Bandocdar qui avoit occis le soudan de Babilone et sestoit fait soudan degypte vint devant Acre le .xiiii. jor davril. Et le .xv. jor davril corurent jusques as portes dacre dont la cite fu en grant peril. Et i fu navre li baillis mi sire Giefroi de Sergines et moult dautres chevalieres et serjans dont plusors en morurent. Lachaison por quoi il i vint fu por ce que le Temple et lospital ne voudrent rendre lor esclas ainsi come il lavoient otroie por la trive faire et il voloit rendre les siens. Li cuens de Jaffe li rendi ses esclas et il li tint bien sa trive lonc tans. Mes au derrenier prist il Jaffe et labati. Cel an vint Henri filz du prince Beumont dantioche et sa fame Ysabel qui fu fille du roi Hugue de Chipre et de la roine Aelis par qui la seignorie du roiaume li eschaoit et requistrent as seignors dacre le baillage du roiaume de Jherusalem. Il furent receus sanz faire lor homage ne serement par ce quil navoient amene avec eus le droit oir. La dite Ysabel retorna en Chipre et laissa son baron baillis en Acre. Et vint en Acre au .xxv. jor de septembre legat et patriarche de Jherusalem et ministre de leveschie dacre Guillaume qui avoit este evesque dargense; et sen retorna a Rome li legas Thomas qui estoit evesque de Bethleem. A .mcc. et .lxiiii. vindrent .l. galies et tarides et assegierent Sur de mon seignor Felippe de Montfort soudainement. Mes par le secors des gens dacre se deffendi; et quant li Venicien oirent quil ne pooient grever la cite si sen retornerent honteusement; et li Genevois pristrent sor mer une grant partie de la caravane de Venice qui sivoit la route des dites galies por venir en Acre. Et morut pape Urbans le Quart le premier jor doctembre et Johan dibelin sire de Baruth et Huon qui estoit hoir de Cesaire et Ysabel qui estoit fame de Henri fil du prince. Et fu fait pape maistre Gui de Saint Gile en Provence.

CHAPITRE V.

Clemens pape ne de Saint Gile en Provence fu estrais de chevalieres et de bones gens; et estoit grant clerc en droit et estoit bon advocas le meillor de la terre et avoit renom destre loiaus hons ce que navient pas souvent de gens de son mestier. Il ot fame espousee de la quele il ot .ii. filles. Apres la mort de sa fame se tint comme clerc et fu entor le roi Lois de France. Et de la fu evesque du Pui puis fu arcevesque de Nerbone et de la fu apele a estre cardinaus de Rome. Apres fu envoies legat en Engleterre por faire la pes de la guerre qui estoit entre le roi et ses barons. Et tant com il fu la morut pape Urban et il fu esleu a pape et fu apele Climent. Il acompli ce que pape Urban avoit commencie. Car en son tans vint le roi Charles a Rome car les gens de la terre lavoient fait senator de Rome. Il le fist coroner a Rome par .i. cardinal qui estoit evesque dalbane du roiaume de Cesile et lui et sa fame et li fu baillie le confanon de lyglise contre tous homes. En ce tans ala le roi Charles en Puille et se combati contre le roi Mainfroi; et le desconfi et loccist en champ; et gaaigna la terre de Puille et de Cesile et la tint. En celui tans poi apres Corradin dalemaigne filz de lautre Corraut par latrait des Pisans et de Romains qui sestoient reveles contre le roi Charle par lamonestement de dan Henri de Castele quil avoient fait senator de Rome contre le roi Charles par latrait de ceus et de plusors autres vint li dis Corradins en la terre de Puille avec moult grant gent et se combati au roi Charles. Et en la fin fu il desconfit et ses genz furent que mors que pris pres que tuit; et il meismes en la parfin fu pris et ot la teste trenchie et plusors autres haus homes en poi de tans. Apres prist a pape Climent une maladie dont il morut de quoi ce fu grant damage. Car il estoit moult prodons et de bone vie. Apres lui cessa li sieges plus de .iii. ans por la discorde qui estoit entre les cardinaus qui ne se pooient acorder de faire pape. Mes a la parfin eslurent .i. sage clerc prodome et de bone vie qui estoit nes de Plaisance en Lombardie et estoit apeles sire Thealz. Il estoit arcediacre du Liege et ales estoit en pelerinage Outre mer avec mon seignor Odouart et fu mandes querre au .ix. jor a lissue doctembre et li message qui lalerent querre furent freres Estiene de Sissi frere du Temple et commanderres de Puille et sire Fouques de Letre .i. chevalier grant baron de Provence qui estoit avec le roi Charle en Puille et vint de par lui et dui notaire de la cort de Rome. Et parti dacre avec .iii. galies le jor de la Saint Martin en iver et sen ala de terre en terre por liver. Le roi de Castele desconfit le roi de Granate entre Cordube et Sebile et occist .iiim. Sarrazins a cheval et moult dautre a pie. Et vint en Acre Olivier de Termes.

CHAPITRE VI.

Au tans de .m. et .cc. et .lxv. Bandocar soudans de Babilone assega la chastel darsur que li Hospital tenoit a .xv. jors de mars et le prist par force dengins et de mine le derrenier jor davril et furent pris dedens chevalieres de religion et du siecle et serjans darmes plus de .m. Et fu veus en Acre .i. signe cler come espee du lonc dune lance et large dune lune qui vint devers Orient et sen feri par semblant u campanier de Sainte Crois. Hugues de Liseignien filz Henri le prince qui estoit baillif de Chipre vint por secors en Acre o bele estoire de galies et de vessiaus et ot avec soi .c. et .xxx. chevaliers et sergens a cheval. Sire Symon de Montfort qui estoit cuens de Lencestre et avoit la seror du roi dengleterre a fame porchaca tant envers les barons dengleterre quil prist le roi et son frere le conte Richart qui estoit apeles roi dalemaigne et Odouart son fil. Mes Odouart eschapa de la prison et se ralierent a lui si home et se combati contre Symon de Montfort et le desconfist. Et furent adonc occis le devant dit Symon et son fil ainz ne et moult des autres de lor partie. Apres occistrent le conte de Ferrieres et le seignor datinges et bien .iiiim. chevalieres.

CHAPITRE VII.

Charles fu filz le roi Lois de France et estoit li mains nes de ses filz. Cist espousa la fille le conte de Provence de par cui il ot la conte. Il estoit cuens danjou avant quil eust cele contee moult estoit sages hons et chevalereus. Touz jors cerchoit les tornoiemens. Il emprist a maintenir la contesse de Flandres contre Johan son fil sire Johan davesnes. Dont il fu moult grant guerre et moult de gens en furent mors et destruis. Moult se traveilla destre rois de Vienne mes ni pot a venir. A la parfin li dona lyglise le roiaume de Puille et de Cesile si le pooit conquerre par couvenances qui furent faites entreus. Por quoi il fist armer galies a Marseille et monta sor mer si sen ala en Pise ou il fu receu moult honoreement et de la sen ala a Rome dont il estoit senator et atandi tant que sa fame qui venoit avec moult grant gent darmes fust la venue. Quant il fu a Rome si fu corone a roi de Cesile et sa fame a roine par le commandement du pape par la main du cardinal qui avoit nom sire Raoul Grosparmi. Apres ce quil ot porte corone assembla il toutes les gens darmes quil pout avoir et sen entra en Puille et prist de sa venue Saint Germain Laguillier et plusors autres terres et si entendi noveles que le roi Mainfroi estoit a Bonevent avec toutes ses gens darmes. Donc le roi li ala a lencontre et se combati a lui et le desconfi en champ et fu le roi Mainfroi mort en la place par quoi li rois Charles ot toute la terre et prist la fame du roi Mainfroi et ses enfans et tout son tresor mes sans faille. Une partie des contes et de barons de la terre se revelerent contre Mainfroi et se tindrent avec le roi Charles et puis apres la victoire comme traitor se revelerent contre le roi Charle. Par quoi il furent puis destruit par la main meismes du roi Charles. Dont Henri de Chastele sen vint apres la victoire de Thunes ou il estoit au roi Charles et demora avec lui grant piece et puis sem parti par courout et sen ala a Rome. La fu fait senator et fist reveler la terre contre le roi et sesmurent li Pisan de guerre contre lui. En cele saison morut sa fame qui fu fille le conte de Provence; et li Pisan avec les Romains par latrait du conte Gauvain et daucunes autres firent venir Corradin dalemaigne qui fu vaincus si com vouz aves oi desus. Et li Sarrazin sestoient reveles et grant partie de la terre de Puille et de Cesile. Avec Corradin furent pris le filz du duc dosteriche et dan Henri de Castel et li cuens Girart de Pise et li cuens Gauvain et ses filz. Et a touz ces fist le roi Charles trenchier les testes par jugement et par le jugement de la terre de Naples sor la marine en sa presence meismes fors a dan Henri de Chastele. Mes a celui pardona il sa mort por ce quil estoit ses parens. Mes il le fist tenir en tel vilte quil amast miex la mort que cele vie ou il estoit. En cele saison espousa le roi Charles la fille du conte de Nevers niece le duc de Borgoigne. Apres li Sarrazin de Nochieres virent quil ne porroient durer et quil natendoient secors de nulle partie si rendirent lor terre et vindrent en la merci du roi Charle. Et puis si tint toute la terre en pes.

CHAPITRE VIII.

Vous deves savoir que Mainfroi fu filz de lempereor Federic et quil lengendra en une gentil dame de Lombardie. Il fu prince de Tharente et espousa la fille dun grant seignor de Grece qui avoit non Nicalixe. Il fu moult bele persone et sages et cortois et moult laboroit par astronomie et tous ses fes en faisoit. Moult estoit malicieus il fist empoisoner si come len dit le roi Corraut et le roi Henri son frere qui estoient droit hoir et loial. Apres lor mort fist corre noveles que Corradin le filz de Corraut estoit mort et fist venir messages affaites qui distrent vraiement quil avoient este a la mort Corradin et affermerent par paroles et par fauses letres que Corradin avoit laissie en son testament a Mainfroi le roiaume de Cesile et la terre de Puille et quil en avoit fait son oir. Apres ces nouveles se fist Mainfroi coroner a roi et saisi toute la terre. Et moult se traveilla de soi acorder a lyglise mes ne si pout onques acorder. A la parfin se mist du tout en tout encontre liglise et li faisoit touz les maus et tous les ennuis quil pooit. Et touz ceus qui estoient mal de lyglise il recevoit et honoroit et tenoit pres de lui. Si amoit moult les Sarrazins et lor faisoit grans presens et souvent. Mes a la parfin lyglise qui plus ne pout soffrir sa desloiaute dona la terre au roi Charle qui le desconfi si com vous aves oi desus. Ainsi fina Mainfroi mauvaisement sa vie car mal avoit commencie et len dit que la greignor partie de ses barons li faillirent et labandonnerent u champ et grant partie se tornerent contre lui especiaument ceus quil avoit mis en avant et quil avoit enrichis et de neant fait. Mes cest lusage et la nature de la terre car tuit cil de la terre faillent au besoing et chascun jor vodroient avoir nouvel seignor.

CHAPITRE IX.

A .mcc.et .lxv. vindrent en Acre li cuens de Nevers et Erars de Valeri et Erars de Nantuel et bien .l. chevalieres. A .mcclxvi. vint devant Acre Bandocdar li soudans de Babilone le secont jor de jung et fu devant la cite .viii. jors; puis ala assegier le Saphet et le prist a .xxii. jors de jugnet sauves les vies de ceus dedens; et les devoit conduire jusques en Acre par latrait de frere Leon le Canselier. Mes li soudans lor failli des convenances et les fist touz occirre de fors le chastel et le dit frere Leon se renoia. Apres ce entra li soudans en Hermenie par force a tot son ost et occist Thoros le fil du roi dermenie et prist Livon son autre fil et prist et occist moult grant pueple dermenie por lachaison de ce que lor roi estoit ale as Tartars. Et morut en Acre li cuens de Nevers u mois daoust. En ce mois vint en Acre Hugues de Liseignen baillis de Chipre a bele compaignie de gens darmes et firent une chevauchie avec le Temple et lospital et les Alemans et les Francois chevalieres avec et moult dautres gens a pie et a cheval envers Tabarie. Li cris leva en la terre et li Turc du Saphet senbuschierent au Carroblier pres du plain dacre. Et por convoitise du gaaing estoit la premiere garde des nos bien .iii. liues loing des autres. Par quoi li Turc se ferirent sor eus et les desconfirent laidement. Les Hospitaliers et les Alemans et la compaignie des chevalieres mon seignor Giefroi de Sargines et moult dautres bien .vc. et plus qua pie qua cheval. De quoi moult fussent eschapes vis mes li vilain des casiaus les occistrent la nuit quil vindrent querre lor armeures et lor robes. En ce tans morut Johan dibelin cuens de Jaffe u mois del Oier et Lociaumes arcevesque de Cesaire u mois de jenvier et li arcevesques de Sur fu mandes Outre mer.

CHAPITRE X.

A .mcc. et .lxvii. Bandocdar soudan de Babilone vint devant Acre a tot son ost le secont jor de may qui portoient banieres du Temple et de lospital. Par quoi il souspistrent les menues gens qui estoient defors por gaaingnier et corurent jusques devant la ville et occist deriere le Thoron des menues gens quil ot prises .vc. et plus dont il ni ot nul qui neust trait le fiel du cors. Et furent escorchies les piaus des testes empres les oreilles. Lendemain se retraist au Saphet. Et a .xvi. jors de may revint devant Acre et fist abatre les molins et les tors des jardins et fist taillier les arbres et les jardins et les vignes qui estoient defors les murs dacre. Au .xvi. jor daoust Liques de Grimaut o .xxviii. galies de Genevois prist le port dacre et ardirent u port .ii. naves de Pisans et firent moult de lor volente par .xii. jors. Mes .xxviii. galies de Veniciens soupristrent une partie des galies des Genevois qui sen cuidierent retorner et retindrent .v. galies avec lor churmes. Et asses en i ot que mors que pris. Et morut Hugues hoirs du roiaume de Chipre en novembre et fu corones a roi Hugues de Liseignen le jor de Noel par la main Guillaume patriarche de Jherusalem qui estoit la ales por visiter les yglises et le roiaume de Chipre. En ce tans se croisa Lois roi de France et cil de Navare et li enfant et moult dautres contes et barons de France et dengleterre et dalemaigne por le secors de la Sainte Terre.

CHAPITRE XI.

U mois de mars a .xxv. jors du mois morut pape Climent le Quart et Charles le roi de Cesile desconfi Corradin o tot son ost. Bandocdar soudan de Babilone prist Jaffe a .vii. jors de mars par traison et sor trives et occist moult de menue gent et laissa aler les autres o toutes lor choses en Acre et lor dona conduit. Et prist la teste de Saint Jorge et fist ardoir le cors de Sainte Crestine que levesque Johan de Troies avoit laissie a Jaffe. Et diluec ala a Biaufort et le prist des Templiers par force a .xv. jors davril. Et apres ala en Antioche et la prist sans nulle deffense a .xxvii. jors de may. Et furent occis dedens la cite puis quele fu prise .xviim. persones ou plus. Et furent pris homes et fames et enfans que du siecle que de religion plus de .c. mile. Et li Templier abandonerent lor chastiaus .ii. Gaston et Noche de Rusol et la terre de Port Bonnel a lentree dermenie. Et fu delivre Livons filz du roi dermenie de la prison du soudan par eschange de Saugor parent du soudan que li Tartar avoient pris. Et morut Henri arcevesque de Nazareth. Et fu fait evesque de Saint Abraham frere Giefroi de lordre des Preecheors. Et fu fait connestable et baillis du roiaume de Jherusalem Belian dibelin qui fu sires darsur.

CHAPITRE XII.

A .mcclxix. fu .i. grant crole en Hermenie qui fondi .v. chastiaus et .iii. abaies dermins et bien .xii. casiaus. Et morut Giefroi de Sargines a .xi. jors davril. En ce tans a .xxv. jors daoust prist le roi Charles Nochieres des Sarrazins. Et a .xxiiii. jors de septembre fu corones a roi de Jherusalem Hugues de Liseignen roi de Chipre en la cite de Sur. En cel an fu chierte en Surie de toutes choses et monta li formens a .viii. besans et demi. En cel an dut passer le roi darragon en Surie et monta sor mer il et ses os. Et quant vint au quart jor une fortune grant le prist et rompi sa nave. Et quant il vit ce si sen retorna arriere au port o tout autres .ii. naves; et toute lautre navie vint en Acre et si dui enfant bastars car il cuidoient que le roi venist et il estoit retornes. Ne onques puis ne vout monter sor mer por la paor quil out de la fortune et por lamor de sa mie dame Berengiere. Dont ce fu a lui grant honte et grant reproche. Et le mecredi devant Noel Robert de Cresecques et Olivier de Termes et li sires de Paci et bien .iic. chevalieres estoient ales en embuschement fors dacre une liue. Si vint li os du Saphet qui les sorprist et ferirent sor nos gens et li nostre les recurent moult bien. Mes tant i sorvint de Sarrazin que nos gens ne les porent sostenir. Et dit len que li soudans i fu en present a tout .m. homes a cheval. Et fu la occis Robert de Creseques et le frere Olivier de Termes et autres que chevaliers que serjans bien .iic. et des Sarrazins i out bien autant ou plus de mors. Donc la chevalerie dacre et li Temples et li Hospitaus et li Alemant et li enfant du roi darragon virent la bataille devant eus et vodrent aler rescorre ceus qui se combatoient. Mes Pierres Ferrans le filz le roi darragon le desconseilla et dist que se son pere et ses freres estoient en la bataille ne conseilloit il mie que toute la Crestiente se meist en tel peril por .ii. persones car il estoient trop grans gens de Sarrazins.

CHAPITRE XIII.

Lan apres qui estoit de .mcc. et .lxx. vindrent en Acre .xxxii. conques avec .vc. Frisons qui vindrent de Thunes du grant ost du roi de France. En lor tans ot grant plente de biens en Acre et cessa la grant chierte qui avoit este. Et sachies que moult estoient bones gens et catholiques. En cel an morut en Acre Guillaume patriarche de Jherusalem a .xxi. jor davril. Adonc vint le roi de France a Aigue Morte o ses .iii. enfans et son frere le conte de Poitiers et grant partie de son barnage. Et demora en la Provence por atendre son ost et sa baronnie. Et au secont jor de jugnet mut a tot son ost et prist port en Sardaigne a Calera. Et de la mut tantost et ala vers Thunes et prist Cartage. Et morut Johan Tristanz son fil devant Thunes apres lui morut le legat puis morut le bon roi de France puis le roi de Navare et tant dautres contes barons et chevaliers et tant dautre pueple que ce fu merveille. Apres la mort du roi de France vint le roi Charles en lost et fist parler de la pes. Et fu faite. Dont il et li autre baron recurent moult grant avoir du roi de Thunes et sen retornerent a Trapes. En lor retor dedens le port meismes furent brisies plus de .xl. naves et fu perdu lavoir et la gent et li cheval qui estoient dedens. Et morut la fame de sire Felippe qui sen aloit en France. Et morut la roine de Navare a Ais en Provence au retor de Thunes.

CHAPITRE XIV.

A .mcclxxi. fu murdris sire Henri dalemaigne filz le roi Richart dalemaigne a Viterbe dedens le mostier quant len chantoit la messe par les enfans Symon de Monfort sire Gui et sire Symon. Apres ce fait sen passa mi sires Odouart filz le roi dengleterre en Surie avec grant gent. Et prist li soudans de Babilone le Crac de lospital et la tor de Chastel Blanc et Gibelacar qui estoit du prince et fist trives au conte de Triples et prist Montfort des Alemans et labati. Et diqui sen vint devant Acre et prist li soudans .i. chastel du Viel de la Montaigne. Et brisierent .xiiii. galies de Sarrazins en Chipre a Lymecon et furent que pris que mors bien .iiim. Sarrazins et vint le roi de Chipre en Acre por secors. Et morut li cuens de Poitiers qui avoit grant piece geu malade a Palerme apres la retornee de Thunes. Si comme il sen aloit en son pais racoucha malade a Albingue une cite pres de Gennes et la morut dont ce fu grant damage a la terre de ca mer. Un poi apres morut la contesse sa fame qui aloit en France dont il demora grant tresor au roi Felippe de France et la conte de Tholouse et de Poitiers et plusors autres quil tenoit. Et vint en Acre mi sire Heymnes frere mon seignor Odouart a poi de compaignie. Et fu corone mi sire Felippe a roi de France. En ce point desconfist Pariologues lemperere des Grex ceus de Negrepont par mer avec galies quil avoit armees et prist tout le plus des gens de lisle et des chevaliers et prist .i. chastel en lisle de Negrepont. Et fu esleu a pape de Rome mi sire Thealz .i. vaillant clerc ne de Plaisance. Et revindrent en Acre li message que mi sire Odouart et la Crestiente avoient envoies as Tartars por querre secors; et firent si bien la besoigne quil amenerent les Tartars et corurent toute la terre dantioche et de Halape de Haman et de La Chamele jusques a Cesaire la Grant. Et tuerent ce quil trouverent de Sarrazins et de la sen retornerent es mares qui sont a lentree de Turquie a tot grant gaaing desclas et grant bestiail. Et la se herbergierent por reposer apres les grans travaus quil avoient soffert du grant chemin quil avoient fait et por lerbage et por la grant plente des eves quil trouverent en la terre por le grant bestiail quil menoient. En cele saison meismes a .xii. jors de jugnet sire Odouars et sa gent et cil dacre alerent brisier Saint Jorge et li Anglois moroient de chaut et de soif par le chemin et menjoient tant de fruit et de raisins et de miel quil cheoient tantost mors. Et a .xxiii. jors de novembre sire Odouart et ses freres et li rois de Chipre et li Templier et li Hospitalier et li Alemant et tuit li Chiprois et tuit li pelerin et toute la serjanterie a pie chevauchierent la terre de Cesaire por brisier la tor de Quaquo. Et quant il furent la venus il trouverent plusors herberges de Turquemans qui la estoient herbergies et ne savoient riens de lor venue. Por quoi il pristrent lor herberges et tuerent bien .m. persones et gaaignierent bien .vm. bestes et sen retornerent sain et sauf en Acre a poi de perte. Mes toutes voies por le grant gaaing quil trouverent demora la tor de Quaquo quil ne la saillirent mie. Il en furent mains proisies des Sarrazins et le soudan meismes le dist as messages du roi Charles qui a lui estoient venus por traitier les trives entre lui et la Crestiente que puis que tant de gent avoient failli a prendre une maison il nestoit pas semblant quil deussent conquerre tele terre com est le roiaume de Jherusalem.

CHAPITRE XV.

A .mcclxxii. a .xxii. jors davril fu faite la trive du roi de Jherusalem et de Chipre Hugue de Liseignen et du soudan Bandocdar et navoit en la trive que le plain dacre sans plus et le chemin de Nazareth. Et en may sen ala sire Heymons frere sire Odouart. Et a .xviii. jors de jung .i. Hassassis navra sire Odouart en sa chambre. A .xxiii. jors daoust passa Outre mer mi sire Guillaume de Valence oncle sire Odouart. Et a .xiiii. jors de septembre sen passa Outre mer Johan filz le conte de Bretaigne. Et a .xxii. jors de septembre sen repassa Outre mer mi sires Odouart. Et a .viii. jors doctembre arriva en Acre frere Thomas de lordre des Preecheors patriarche de Jherusalem et legat de toute Surie et evesques dacre. En cel an meismes fu fait arcevesque de Sur frere Bonacours de lordre des Preecheors fil Henri de Gloire et fu marie la dame de Baruth a sire Heimont lestrange. En cele saison sordi discorde entre le roi de Chipre et ses homes por le servise que le roi lor demandoit fors de lisle de Chipre quil ne li cuidoient pas devoir. Et le patriarche en sa venue amena as deniers de lyglise .vc. homes qua pie qua cheval; et morut frere Johan de Saint Messan de lordre des Preecheors arcevesque de Sur et fu fait arcevesque en son lieu frere Bonacours de Gloire si comme jai dit desus.

CHAPITRE XVI.

Haytons roi dermenie morut et fu roi Livons son filz et corone a lor maniere. Si morut le duc de Borgoigne et fu duc apres lui son filz Robert Sanz Terre qui espousa la seror le roi Felippe de France. Adonc furent changie en lui li usage de Borgoigne car selonc les anciens usages li oir du conte de Nevers qui estoit li ains ne filz le duc devoient avoir la duchee de Borgoigne. Et alerent li maistre du Temple et le mareschal de lospital et le commandeor des Alemans et sire Johan de Grely et plusors autres en Chipre por concorder le roi et ses barons et sanz riens faire sen retornerent. Et fu fait seneschal du roiaume de Jherusalem sire Johan de Grely et mareschaus Guillaume de Canet nies Olivier de Termes et conestable Johan dybelin sire darsur.

CHAPITRE XVII.

En lan de .mcclxxiii. a .viii. jors davril revint Olivier de Termes en Acre avec .xxv. homes a cheval et .c. arbalestriers a pie as deniers le roi de France. Et morut frere Thomas Berart maistre du Temple le jor de la Nostre Dame de Mars et fu fait maistre a .xiii. jors de mai frere Guillaume de Biau Jeu qui estoit Outre mer commandeor du Temple en Puille. Et alerent por lui querre frere Guillaume du Poncon qui avoit tenu lieu de maistre et frere Bertran de Fox; et frere Goufier fu fait commandeor grant tenant lieu de maistre. Et fu faite concorde du roi de Chipre et de ses barons qui le devoient servir hors du roiaume de Chipre la ou il li plairoit u roiaume de Jherusalem ou autre part de ca mer .iiii. mois de lan et la proprement ou il son cors ou son fil seroit. Et alerent au concile au Lion por sire Hugue de Liseignen roi de Chipre et por Crestiente de la mer messages larcevesque de Sur levesque de Jaffe Johan de Grely seneschal du roiaume et frere Guillaume de Corceles frere de lospital et Jaques Vidal et Enguerran de Jorni. Et aucuns de ces alerent procureor por le roi de Chipre encontre damoisele Marie qui chalengoit et demandoit a la cort le roiaume de Jherusalem comme son heritage. Et morut Estorgue evesque de Tabarie et fu fait evesque en son lieu Guillaume de Salonique arcediacre de Saint Jorge de Lidde.

CHAPITRE XVIII.

Li rois Felippe de France espousa la seror le duc de Braibant; et vint en Acre le baillif des Veniciens Pierre Geu et ne soffri que Johan de Montfort qui sapeloit sire de Sur demorast en Acre ou il estoit venu; car il lor faisoit tort de la raison quil avoient a Sur. Mes les religions por eschiver la brigue len firent aler a Nazareth. Et de la sen ala a Sur sans entrer en Acre a cele fois. Et vint en Acre sire Giles de Sanci avec .iiiic. arbalestriers as deniers le roi de France et de lyglise; et puis vint sires Pierres daminnes avec .iiic. arbalestriers en cele maniere.

CHAPITRE XIX.

A .mcclxxiiii. fu fait li conciles au Lion sor le Rosne par pape Gregoire le Disime et furent despose a ce concile levesque du Liege et levesque de Rodes. Et furent reconcilie li Grec. Et jurerent destre obeissant a lyglise de Rome et prouverent les articles de la foi des quex il estoient en doute et les confesserent et regehirent estre vrais. Et fu le conte Raoul daussai esleus a roi dalemaigne et a empereor et conferme par lyglise. Et recut la corone du roiaume dalemaigne mais de lempire ne fu pas corones por ce que li papes morut avant quil peust venir a Rome. A ce concile furent fais de moult bons ordonemens por le secors de la Sainte Terre si com vous orres apres. Et vint le roi de Castele a Biaucaire a poi de compaignie por parler au pape por aucune raison quil cuidoit avoir en lempire dalemaigne comme cil qui en avoit este esleus par les pers dalemaigne et grant avoir i avoit despendu. Mes il ni esploita riens de sa besoigne; car le pape sostenoit la partie du conte Raoul et sen retorna en Castele sans riens faire. A ce concile furent fait cardinal frere Pierres de Tarentaise arcevesque de Lions sor le Rosne et li arcevesque dais en Provence et frere Bonaventure le grant maistre des Freres Menors et maistre Pierres li Espaignos. Et fu fait arcevesque de Lions Aymars de Roussillon. Et fu faite la pes des chanoines et des borgois du Lion qui longuement avoient guerroie ensemble. Et labes de Savegny frere Guillaume de Roussillon fu fait evesque de Valence et de Die et li demora labaie de Savegny. Et morut Beumont prince dantioche et cuens de Triple a .xi. jors de mars et fu fait prince Beumont son fil qui ala en Hermenie por estre chevalier de la main du roi dermenie son oncle par le conseil de la princesse sa mere et de Berthelemeu evesque de Tortouse qui gouvernoient tot son fait por ce quil estoit menor daaige. Et morut Olivier de Termes a .xii. jors daoust. Adonc morut le roi Henri dengleterre et mi sire Odouart son fil fu corones a roi. Et fu fait evesque de Saiete Adam de Romery qui estoit baillis du patriarche et deens de cele meismes yglise de Saiete. Et morut Guillaume de Salonique evesque de Tabarie et fu fait evesque en son lieu Guillaume li Velus chantre de Saint Jorge de Lidde et chancelier dermenie.

CHAPITRE XX.

A .mcclxxv. a .xxv. jors de may morut Bandocdar soudan de Babilone qui sapeloit Melec Medavar. Il corut le plain dermenie et mist a lespee quan quil trouva. Et fu li nombres des mors si comme len dit plus de .iic. mile persones. Et emmena pris que garces que garcons .xm. et plus et gaaigna que chevaucheures que autres grosses bestes et menues plus de .ccccm. Et li rois se retraist es montaignes avec les gens armees quil avoit et les gens qui estoient assis en Hermenie. Cil qui orent loisir se recuillirent en mer; et grant partie de marcheans et dautres gens qui estoient eschapes de Sarrazins et sen aloient par mer chairent es mains de corsaires des robeors. Et vint en Acre de par le roi de France sire Guillaume de Rousseillon et amena .c. homes a cheval cest a savoir .xl. chevalieres et .lx. serjans a cheval et .iiiic. arbalestriers a pie as deniers de lyglise. Et morut a Triple frere Julien de lordre de la Trinite qui avoit este sires de Saiete et frere du Temple. Et mourut le roi darragon dan James et fu fait roi darragon et cuens de Barcelonne li enfes danz Pierres son ainne fil et dan Jame lautre filz fu fait rois de Mayorgues et sire de Montpellier. Li rois de Chipre apres la mort du prince son cousin germain vint a Triple avec grant compaignie et bele de gent darmes por conseillier et aidier lenfant le fil du prince qui estoit menor daage. Mes li evesque de Tortouse qui estoit venus avant et avoit ja prise la cure de lenfant par latrait de la princesse sa mere destorba le roi quil ne pout acomplir ce por quoi il estoit venus. Et por ce se parti de Triple et vint en Acre.

CHAPITRE XXI.

Frere Guillaume de Biaulieu maistre du Temple qui avoit este au concile au Lion vint en Acre le jor de la Saint Michiel. Grant multitude de Sarrazins de Barbarie passerent en Espaigne et desconfirent en lor venue grant quantite de chevalieres et dautres gens darmes. La fu occis larcevesque de Tolete qui estoit frere du roi darragon et de la roine de Castele et plusors autres vaillans chevalieres et moult dautres gens. Et puis furent li Sarrazin desconfit par les gens despaignie et chacie hors du pais et sen alerent en Arragon et desconfirent le roi darragon et pristrent moult de prisonniers et tuerent moult de gent et pristrent chastiaus et villes. La fu pris li commandierres du Temple et plusors autres que de religion que du siecle et dautre pueple grant quantite. Apres rassembla le roi darragon grans gens darmes et desconfi les Sarrazins et recouvra grant partie des chastiaus et de la terre quil avoit perdue. Et fu delivres li commandierres du Temple darragon et plusors autres prisonier qui avoient este pris devant. En cele saison mut contens a Triple entre les chevaliers et les gens de la cite por ce que li Romain qui avoient tot le pooir de la cort au tans de lautre prince avoient moult fait de desplaisirs et dennui as chevalieres de la terre et fu tues Johan Pierre et .ii. autres Romains avec lui; et por ce que levesque de Triple maintenoit les Romains comme cil qui estoit nes de Rome des perfes et oncle le prince et levesque de Tortouse qui avoit le prince et tot le fait de Triple en sa main maintenoit les chevaliers de la terre. Por quoi sordi grant haine et grant riote entre ces .ii. evesques qui fu racine et commencement de la grant guerre qui fu puis entre le prince et le Temple dont moult de maus avindrent si com vouz orres apres. Et li sires de Gibelet por ce quil fist pes a levesque de Triple par latrait du Temple en qui garde levesque de Triple estoit et lui et ses choses chai en la haine du prince por le porchas de levesque de Tortouse. Dont la guerre efforca et moult de gens en furent damagies et destruis. En celui tans sire Amauri de Montfort fil le comte Symon de Montfort par cui mut la guerre dengleterre menoit une soue seror en Gales por marier la au prince de Gales et fortune de tans le mena en la terre de mon seignor Odouart roi dengleterre et furent pris et rendu au roi dengleterre qui estoit lor cousin germain. Et par cel achaison et plusors autres sordi guerre entre le prince de Gales et le roi dengleterre.

CHAPITRE XXII.

Le roi Henri de Navare et cuens de Champaigne morut qui avoit este roi apres la mort le roi Tiebaut son frere qui morut au revenir de Thunes sans oir si com vouz aves oi desus. De cestui Henri qui avoit la seror le conte dartois por fame demora une fille petite qui fu otroiee par mariage par dispensation de la cort de Rome au fil le roi Felippe de France qui estoit son cousin remue de germain. Et par ceste raison vint le roiaume de Navare et la conte de Champaigne en la main du roi de France; de quoi il ennuia moult au roi de Castele car il ne vousist pas si pres estre de la seignorie de la corone de France. Et ce fu moult grant achaison de la guerre qui sesmut entre les .ii. rois. Apres fu marie la fame du dit roi Henri de Navare a sire Heymont frere de mi sire Edouart roi dengleterre et li fu juree la conte de Champaigne a tenir por le douaire de la dame tant que sa fille qui estoit hoirs fust mariee et fust daage. En cele meismes annee morut dan Ferrant li ains nes filz le roi de Chastele qui avoit espousee dame Blanche la fille le roi Lois de France. Et fu fait cil mariage par tel convenant que sil avoient enfans ensemble quil deussent avoir le roiaume de Castele sans contredit en quele maniere que il avenist ou que li rois morust avant de dan Ferrant ou dan Ferrant avant du roi. Et ce jura le roi et la roine et la plus grant partie des barons de Castele. Et par ces mariage fu faite concorde du roi de France et de celui de Chastele de riote qui estoit entreus. Car le roi de France chalengoit et demandoit por sien le roiaume de Castele qui li estoit escheus de dame Blanche sa mere qui estoit droit hoir du roiaume de Castele et fille le roi.

CHAPITRE XXIII.

Dame Blanche ot .ii. filz de son baron. Si fu moult esgaree apres sa mort comme cele qui estoit en terre estrange et li rois de Castele ne li estoit pas de si bone compaignie com il deust; et por ce porchaca tant envers son frere le roi Phelippe de France quil la manda querre et len fist venir en France. Mes le roi de Castele ne soffri pas que ele emmenast les enfants. Por ce grant tans apres la roine de Castele qui ne se tenoit pas a bien paie de son baron et qui doutoit que li enfant ne fussent mau mis et qui voloit sauver son serement sen ala en Catheloingne por latrait du roi darragon son frere et mena avec lui les .ii. enfans de dame Blanche. Et de la furent mandes en France. Ainsi furent sauve li dui enfant et rendus a la mere.

CHAPITRE XXIV.

Apres la mort dan Ferrant le baron dame Blanche dont dan Sanche li autres filz le roi de Castele par consentement du pere se saisi dune grant partie de la terre et fist jurer grant partie des barons por avoir le roiaume apres la mort du pere contre le serement que li rois et si baron avoient fait. Et por ce sordi guerre entre le roi de France et celui de Castele car le roi de France voloit garder la raison de ses neveus et voloit quil eussent le roiaume de Castele apres la mort de lor aiel comme lor droit heritage par les convenances desus dites et le roi de Castele le contre disoit. Et fist metre en revel grant partie du roiaume de Navare qui estoit en la main le roi de France por ce que cestoit lentree de sa terre. Mes le roi de France i manda grant quantite de chevalieres et autres gens darmes et recouvra tot le roiaume de Navare. Et se tornerent devers le roi de France por maintenir la raison des enfans et por sauver lor serement. Apres sesmut le roi de France por aler sus le roi de Castele et ala jusques en lentree de Gascoigne et avoit en sa compaignie si comme len distoit .lxm. homes a cheval et gent a pie darmes sans nombre. Mes bones gens se mistrent entre .ii. et furent trives entreus. Por quoi le roi de France dona congie a ses gens et sen retorna en France.

CHAPITRE XXV.

Gregoire pape li Disimes fu ne de Plaisance en Lombardie. Gentis hons estoit de lignage de contes et avoit non maistre Thealz. Chanoines estoit de Lions sor le Rosne et arcediacre du Liege bons hons et de bone vie. Grant contens avoit a son evesque du Liege por ce proprement que il ne menoit pas bone vie ne ne se tenoit pas comme prelat. Il estoit partis ausi comme par courout de levesque et estoit ales en la Sainte Terre por pelerinage. Et estoit en Acre quant il fu esleus. Par quoi il sembla bien que cele election fu sans barat et fu esleus par commune volente des cardinaus le jor de la feste Saint Gile le premier jor de septembre. Frere Estiene de Sissy frere du Temple et sires Fouques de Pue Tricart chevaliers le vindrent querre en Acre de par les cardinaus et de par le roi Charle de Cesile. Grant joie fu faite en Acre de cele election car les gens de la terre avoient grant esperance que il comme cil qui avoit veue la destresce ou il estoient metroit grant conseil a la delivrance de la terre. Il prist congie a toutes les bones gens de la terre et monta sor mer en galies as octaves de la Saint Martin et arriva a Brandis le jor lan Nuef. La fu receus a grant feste du roi Charle et dune partie des cardinaus qui atendoient la sa venue. De la sen ala a Roume ou il fu ordenes et sacres. Il savoit bien le povre estat ou il avoit laissie la Sainte Terre; et por ce quil savoit bien quil ne porroit pas a Rome si bien acomplir son proposement com il feroit outre les mons ne ne porroit si bien avoir conseil des rois ne des princes des terres ne si grant plente de prelas il ordena son fait et sen ala au Lion. Et la assambla concile general. En cele saison li vindrent grans messages dalemaigne et li firent a savoir que li fais dalemaigne aloit malement et proprement li fais de lyglise par defaute de roi. Il lor dona congie deslire. Cil sen alerent en Alemaigne. Et fu esleus par commune volente le cuens Raoul daussay a roi dalemaigne et a empereor et fu confermes par le pape et corones a Ais la Chapele.

CHAPITRE XXVI.

Apres la mort du conte Richart de Cornoialle frere le roi dengleterre qui avoit este rois dalemaigne le roi Felippe de France vint au Lion avant le concile por avoir parlement au pape et li rendi la conte de Veneissy que si ancessor avoient tenu grant tans de lyglise. La tint le concile general ou il ot .m. et .iiiic. croces. La fu dan Jame le roi darragon qui vint en esperance destre corones du pape si comme si ancessor avoient este. Mes il i failli et fist moult grant offre selonc son pooir au secors de la Sainte Terre. A ce concile fu frere Guillaume de Biaujeu maistre du Temple qui estoit en la terre doutre mer si com vouz aves oi desus quant il fu fait maistre. La furent messages de rois de dus de princes de grans barons et de prelas qui porent aler en propres persones. La furent li messages de Pariologues emperere des Griex et de lor patriarche et jurerent en lame de lor seignor destre obeissant de cel jor en avant a lyglise et de croire touz les articles de la foi si comme Rome le commande. Et regehirent les articles de la foi dont il estoient en doute destre vrais. Et por ce furent reconcilie a lyglise et assous de la sentence ou il avoient longuement demore. La furent li message de la Sainte Terre qui moult bien proposerent le povre estat ou la Sainte Terre estoit. Et sans faille le concile avoit este assembles proprement por ce et moult bien eussent fait lor besoigne se le pape eust vescu. La fu ordene que li disime des iglises de Crestiente fussent par .vi. ans au secors de la Sainte Terre et que chascun Crestien donast chacun an .i. denier de la monoie qui couroit en la terre ou il seroit por le secors de la Sainte Terre; et quil eust en chascune yglise une huche avec .iii. cles qui fussent gardees par .iii. prodomes ou li denier fussent mis. La furent condampnes li usurier et fu deffendu sor paine descommeniement que nus nalast por marcheander ne ne portast marcheandises en terre de Sarrazins. A ce concile furent condampnees et abatues toutes les povres religions qui avoient este controvees et establies puis le concile du Latran par ainsi quil peussent demorer en lor religion tant com il vivroient; et quil ne deussent ressevoir nul en lor religion. Et apres les mors a la Terre Sainte furent tous lor biens et lor possessions. La fu establi que nul benefice ne bien ne possession de liglise ne puissent estre aliene ne mis en mains de gens seculares par nule maniere. Cestui pape fist une antifone qui se commence: Ave caro Christi cara et comanda quon le cantast en toute les yglises quant il prestres lieve li cors Nostre Seignor et dona .x. jors de pardon a tous ceaus qui la diroient ou auroient devotion. Il fist une constitution que apres la mort dou pape que li kardenal en paine descumeniement devoissent avoir eslehu pape dedens .x. jors au plus; et sil ne le feissent que les gens dou leu ou il seroient les peussent destraindre et constraindre a faire pape sanc mes prendre de riens. Et cele constitution fu puis cassee par pape Johan si come vos orrez apres.

CHAPITRE XXVII.

Quant le dicte pape Gregoire ot acompli le concile et ordene tout son fait et ot eu parlement a Beaucaire au roy de Chastelle et il sen raloit a Rome por coroner lenpereor; quant il fu a Resso une cyte de Tosquane maladie le prist dont il morut. Si fu moult grant domage a la Terre Sainte quar moult avoit grant volente de metre y conseil et brief et bien lavoit comencie. Il fu enterrez en la maistre yglise moult honoreement .x. jors a lentree de januel et vaca li sieges .xi. jors. Apres lui si fu faiz pape Innocens le Quins et fu eslehuz le jor de Sainte Agnes.

CHAPITRE XXVIII.

En lan de lincarnation .mcclxxvi. fu noiez syre Henri le prince pere de sir Hugue de Lesignam roy de Chypre devant Sur a .xviii. jors de juing. Au mois de huitovre syre Ugue de Lesignan qui sapelloit roy de Jerusalem et de Chypre se parti dacre et sen ala a Sur et laissa la vile dacre quil tenoit por soue estraee quil ni laissa bail ne bailli ne visconte ne nul qui raison y tenist por un contens quil ot au Temple: por le casal de La Fauconerie que li maistres dou Temple avoit achette sanz seu et sanz congie dou roy dun chevalier dacre qui avoit nom Thomas de Saint Bertin qui tenoit le dit casal de borjoysie dont il ne devoit homage ne servise. Et sa departie ne fu pas seulement por cest achayson mais por plusors autres quereles quil avoit as religions et as comunes et as fraeries quil ne le pooit seignorer ne mener a sa volente. Par plusours fois fu requist quil meist conseil en la cyte dacre et quil revenist quil nestoit pas leu ne saison dabandoner la terre en tel maniere por lor henemis qui estoient fort et pres. A cest requeste faire furent plusors prelaz religious et autres chevaliers Hospitaliers Alemans Pisans borjois de la terre Genevois fraeries et toutes autres manieres de gens. Sans faille li Templier ne li Venitien ne furent pas a ceste requeste; ainz disoient tout ades: Sil veaut venir si viegne; et sil ne veaut si le laist. Onques ne vost oir parole de nul home de revenir. En cele saison par atisemens dauchunes gens qui estoient de lamistie dou roy sourdi une brigue en Acre de ceaus de Betleem qui estoient de lhospital et des Mosserins qui estoient homes dou Temple. Dont il avint que il y ot des Mosserins assailliz et en y ot de tuez a la pescherie qui ne sen prenoient garde. Et ce fu ordene par ceaus de la partie dou roi por la vile toute metre en brigue et que sur ce li rois peust revenir a son honor et metre au desouz ses enemis. Mais il furent deceu de lor pencee; quar lautre partie passa legierement ce fait sanz faire grant semblant por ce que il beoient a autre chose si com vos orrez apres. Quant li patriarches et li maistres de lospital et sire Guillaume de Roussillon et les autres bones gens de la terre prelaz religious et partie des comunes virent que li maistres ne voloit revenir ne metre conseil en la vile il sen alerent a Sur ou li rois estoit et avoit assemblez touz les homes liges. Tuit li prierent moult doucement de revenir mais onques nen vost oyr parole mais tant fist il por lor priere quil laissa le seignor darsur bail en Acre et Guillaume de Flori visconte et les autres baillis a la Fonde et a la Caene et es autres offices si com il estoient devant. Et sur ce se parti par nuit sanz congie prendre et sen ala en Chypre. Ainsi fu Acre abandonee et fu dit daucuns quil porcassa envers le sodan de brisier la trive quil avoit a ceaus dacre. Mais li sodans ne len crut pas ainz lor raferma la trive et la lor tint moult bien.

CHAPITRE XXIX.

Li roys avant quil partist de Sur establi messages por mander Outre mer por mostrer sa complainte as rois et as princes des terres; entre les quelz fu frere Dimanche de lordre des Preeschours qui ala de par lui au pape et as kardenaus et monstra sa complainte com cil qui bien li sot faire. La fin de sa raison fu que li rois li prioit quil meissent conseil en la vile dacre et au reaume de Jerusalem quar il sen estoit partis por ce quil ni pooit tenir justise por les outrages que les comunes et les fraeries et les religions li faisoient. Damoisele Marie qui tous jors sivoit la court por ce quele avoit touz jors mis debat au reaume de Jerusalem et le demandoit come son propre heritage avoit ja moult bien seu ceste besoigne par les messages dou Temple qui au roi Charle et a li estoient venus por haster le fait qui longuement avoit este porparlez de faire don au dit roy Charle de la raison quele avoit au dit reaume. Par le conseil des juges et dautres gens fist cyter les procureours dou roi de Chypre qui touz jors demoroient a la court; et requist a levesque dalbane qui la estoit son juge sa raison si com ele avoit use de fare plusours fois. Et li procureor dou roi si mistrent avant lexception par quoi il se deffendoient tous jors cest a savoir que li plaiz dou reaume de Jerusalem napartenoit riens a la court de Rome nil nestoient tenu repondre devant li de cele raison ainz apartenoit a jugier as barons et as pers dou reaume. La damoisele qui naloit autre chose serchant mais quele les poist geter dou tout de la court de Rome quil ne peussent ja mais recovrer ne avoir refuge que que ele feist approba et accepta cele exception et la tint por bone et pria le juge et tous les autres kardenaus et prelaz qui la estoient qui li donassent cele exception par main de publique notaire et que tuit y pendissent lor seaus quar ele estoit povre damoisele si ne pooit sivre ne maintenir les plaiz; et que ele demanderoit sa raison la ou ele la cuideroit plus tot avoir; et que ele se degetoit dou tout de la court de Rome si com li procureour dou roy son adversaire sen estoient degete. Ensi fu quite ele et ses aversaires de la court de Rome sanz avoir recovrier. Li procureor dou roy de Chypre firent grant feste et cuidierent avoir tout gaaignie.

CHAPITRE XXX.

Quant damoisele Marie ot ensi labore et acompli ele fist ce que longuement devant avoit este porparle cest a savoir que ele devant plusors kardenaus et prelaz et grant partie de la court dona au roi Charle tout le droit et la raison que ele avoit ne pooit avoir au reaume de Jerusalem come cele qui drois hoirs en estoit si com il avoit este plusors fois desbatu et conehu par juges seignors de loys maistres de decrez avocaz et plusors autres sages homes. Et li rois Charles en rezut la donation et fu escrite par plusors publiques notaires et seelee de plusors seaus de kardenaus et de prelaz qui la estoient. Apres li rois Charles fist tant vers damoisele Marie et li dona tant en avoir en terres et en rentes quele sen tint a paiee. En tel maniere vint le reaume de Jerusalem en la main dou roy Charle et fu fors de la main dou roy de Chypre. En cele annee morut pape Innocent le Quint.

CHAPITRE XXXI.

Innocenz le Quinz fu nez de Borgoigne dune cyte qui avoit nom Tarentaise et por ce sapelloit il frere Pierre de Tarentaise; gentils hom et de bones genz de lordre des Preeschors. Quant pape Gregoire ala a Lyons suz le Rone por faire le concile il estoit arsevesque de ce leu; et la fu fais kardenaus. Quant papes Gregoire fu mors par comune volente des kardenaus fu eslehuz a pape. Il estoit de bone vie. Grant volente avoit de parfaire ce que ses predecessours avoit ordene cest de metre grant conseil au secours de la Sainte Terre; et mout y avoit son cuer mais tens li failli quar il ne vesqui gaires. Moult sovent li venoient noveles a Rome ou il demoroit des merveilles et des miracles que Nostre Syre faysoit par pape Gregoire son predecessor quar de toutes manieres de malades garissoient sur sa tombe cil qui y venoient en devocion. Et un aveugle qui navoit vehu passe avoit .xii. ans recovra la vehue; par quoi li diz Innocenz avoit grant volente de lui relever et canonisier por saint. Et sur ce quil estoit apareilliez daler la poste acomplir maladie le prist dont il morut la vigile de la Nativite Saint Johan et fu enterrez a Saint Johan de Latran a Rome. Il sist au siege de pape .iiii. mois. Et .iiii. jors vaca le siege apres fu Adriens.

CHAPITRE XXXII.

Adriens pape fu nez des contes de Jene de Lavagna gentilz hom et de grant gent des plus grans de son pays. Pape Innocens li Quars cil qui fu si vaillans qui desposa et condampna Frederic au concile quil tint a Lyon sur Rone estoit ses oncles. Kardenaus estoit diacre dou tytre Saint Adrian; bons clers estoit et de noble contenance et de grant emprise avant quil fu papes et estoit emparentez par mariage au conte Raoul dalemaigne et moult lamoit et sil eust vescu longuement il leust corone a empereor et li avoit ja mande ses messages quil venist a Rome et grant quantite davoir si com len dit. Granz semblant fist au comencement davoir grant volente de metre conseil au secours de la Terre Sainte et manda en Acre au patriarche .xiim. livres de Tornois por metre en galees ou au servise de la mer ou la ou il sembleroit as bones gens de la terre quil seroient plus besongnable. Moult mist les gens de la terre en bonne esperance et les reconforta moult par ses letres mais il ne vesqui pas tant quil poist acomplir semprise. Il ne fu pas ordenez ne sacrez quar deu jor qui fu esleuz il ne vesqui que .xxxviii. jors. Por ce quil li sembla que la constitution que pape Gregoire li Diesemes avoit faite que li kardenal deussent eslire dedenz .vii. jors au plus pape apres la mort dou pape que ce fust ausi apres come servitus de lyglise il la rapela; et puis en sa maladie por ce que sa coscience le reprist quil avoit feit mal por les perilz qui pooient estre par la defaute dou pape si com il estoit avenu autre fois il la reconferma en sa vie. Il morut et fu enterrez. Il sist au siege de pape .xxxviii. jors et vaca li sieges. Apres lui fu faiz pape Johan.

CHAPITRE XXXIII.

A .mcclxxvii. vint en Acre li cuens Rogier de Saint Severin aveuc .vi. galees dou reaume de Jerusalem bail de par le roy Charle roy de Cesile et de Jerusalem par lotroy de damoysele Marie qui li dona la rayson que ele avoit eu reaume de Jerusalem encontre syre Hugue de Lesignan roi de Chypre si com vos avez oi dessus. Et li diz cuens ot de venue le chastel o la seignorie et li baillage dacre a poi de contredit par layde dou Temple et de lor amis. Et morut sire Guillaume de Rousillion qui estoit chevetaine en Acre sur la gent dou roi de France. Et sire Mile de Cayphas demora en son leu. Et morut frere Thomas de Lentin de lordre des Preschors patriarche et legaz de Jerusalem et evesque dacre le jor de Sainte Croiz en septembre. Et fu faiz vicaires de liglise dacre et dou patriarche frere Bonacours de lordre des Preescors arsevesque de Sur. Et fu postulez a patriarche Humbert Ayglier qui estoit arsevesque de Naples. Et fu fait la pais dou seignor de Sur et des Veneciens au tens dandree Maurri bail des Veneciens en Acre par le porchas dou maistre dou Temple si come il avoit este porparle au tens de lautre baill sire Johan Dondol. Quar en son tens ne se pot acomplir por ce quil se parti de la terre. Et recovrerent en cele pais li Venetien li tiers de Sur quil devoient avoir des le conquest de la terre et lavoient tenu longuement; mais syre Phelippe de Monfort qui sire de Sur estoit lor toli por la guerre quil orent a Geneveis si com vos aves oi dessus. Et morut Bellian dybelin syres darsuf conestable dou reaume de Jerusalem. Li chevalier dacre qui estoient home lige dou seignor furent requis plusors foiz de par le conte Rogier de Saint Severin qui estoit bail dacre de par le roi Charle quil li feissent homage si com il devoient. Lor respons estoit quil ne le pooient faire quar il avoient fait homage au roy de Chypre qui se tenoit por roy de Jerusalem jusque tant quil eussent congie de lui ou quil lor fust defaillans de ce quil lor devoit faire selonc les usages dou reaume de Jerusalem. Plusors termes pristrent et plusors messages manderent au roy de Chypre dont il norent onques respons fors tous jors alongement. A la parfin lor dist li baus tout destrousseement quil li vuidassent la terre et laissassent lor fiez et lor herbergez et tous lor biens ou quil li feissent ce quil li devoient faire come a seignor en leu dou roy Charle qui estoit roy de Jerusalem et par le droit hoyr y estoit entrez si com avoit este debatu et conehu par les plus sages de la Crestiente juges que damoisele Marie par cui otroi et donation il avoit le reaume en estoit droiz hoirs et que cil de Chypre y estoit entrez autrement quil ne devoit si com il fu retrait et monstre apertement davant le pueple dacre par Thomas juge en publique sermon en sa venue en Acre. Quant li home lige virent que ce estoit acertes et quil navoit point daloignement il prierent le conte quil lor donast respit tant que le message quil devoient mander en Chypre fussent revenu. Et li cuens par la priere dou maistre dou Temple lor otrea. Li message furent mes sire Johan de Troies syre Guillaume de Villiers et syre Richars de Torsquini. Il alerent en Chypre et firent lor messagerie bien et bel au roi de Chypre de par les homes liges si com il lor fu enchargie et norent dou roy nul respons soufisant. Apres lor venue firent li chevalier et li autre home lige homage au conte come a bail en leu dou roy Charle roy de Jerusalem et de Cesile apres ce que li cuens ot jure les sairemens quil covient jurer a seignor ou a bail selonc lusage dou reaume de Jerusalem. Li baus fist apres ce seneschau syre Eude Poilechien qui espousa la dame darsuf et conostable syre Richart de Nublans et mareschau syre Jaque Vidal et visconte syre Girart le Raschas et autres offices si com il apartient a seignor.

CHAPITRE XXXIV.

Nicholas syres de Cesaire qui novelement avoit espousee la dame de Baruth fu ocis en Chypre a Nichosie par la main syre Baudoin dybelin por achaison quil avoit ocis son frere syre Johan dybelin par haine et por paroles vilaines quil avoient heu ensemble a Nichosie. En cele annee meisme Bendocdar sodan de Babilloine et de toute la payenisme qui sapelloit Melique Medavar fu desconfiz en Turquie au tout son ost par les Tartars a .xv. jors davril et perdi tout son somage au tout le harnois et pres que toutes les chevaucheures. Il meismes y fu navrez et sur les nafres le prist maladie de corance dou ventre et morut a Domas. Dont ce fu grant pourfit a la Crestiente quar mult lor avoit fait de maus. Et son fiz Melique Sayt fu fait apres sodan de Babilloine. Pape Johan morut a .xx. jors de may.

CHAPITRE XXXV.

Johans pape fu nez despaigne estoit kardenaus evesque de Tosquelane quant il fu eslehuz et avoit nom maistre Pierre li Espaignols. Et quant il fu kardenaus il estoit arsediaque de Lisbonne une cyte despaigne gentilz hom et de bone gens. Moult estoit gens clers et generaus en tous les .vii. ars naturiens estoit moult bons et de nigromance savoit quan qui en estoit et plus que besoing ne li fust. Cestui rapela et quassa la constitution de leslection dou pape que pape Gregoire avoit faite au concile general a Lyons sur le Rone dont il fu maudiz de moult de gens. Et disoient li plusour quil estoit tant adonez as natures et as autres sciences quil savoit quil en estoit pires Crestiens si com il parut a sa fin. Quar la nuit que la mescheance avint que la mayson chay sur lui il avoit done congie a tous ceaus qui estoient entour lui et qui le servoient ce qui nestoit pas acostume de faire. Et quant tuit sen furent parti quil navoit demore en sa compaignie fors que un clerc qui gardoit son lit et couchoit le pape li papes lisoit en un livre; et quant vint entor de mie nuit li clerc oi mult grant estrois. Si li dist: Syre je ai trop grant paour que cest chambre ne chee quar je ai oi trop grant estroys et me semble que ele crole toute. Li papes li dist: La chambre est fort et toute neuve et na garde de cheoir mais si tu as paour si ten va. La chambre si comenca plus fort a croissir et a croler et li clerc redist au pape: Syre por Dieu portez vos fors de caiens. Et il sescria et le manda fors de la cambre en une autre por achaison de meaus querre un livre. A lisir que li clerc fist de fors il vit un grant home noir qui tenoit une granz macue a son col et sen entra en la chambre. Li clers li demanda: Qui estes vos. Cist respondi: Li papes ma fait venir. Et tantost avant que li clers post estre rentrez en la cambre ele fu cheue sur le pape par quoi il fu tous desfroissiez. Et apres ce que il fu traiz de tele ruine morut au tiers jor. Et distrent aucunes gens que cil qui le saperent et le descovrirent dou marrain et de la terre dont il estoit covers troverent quil tenoit un livre de nigromance en sa main. Une merveillose avision avint en la mort de cestui pape a un frere de lespee qui le servoit au mangier. Il sen estoit alez en son ostel et sestoit couchiez dormir. Il li sembla en son dormant et li estoit avis quil veilloit si com il dist apres a plusors gens que pape Grigoires cil qui tint le concile a Lyon passoit devant lui et avoit un piccon en sa main et grant compaignie de gens estoit aveuc lui. Et chascun de cest portoit un piccon a son col. Et li freres li demanda: Syre qui estes vos et ou alez vos. Et il li respondi: Je sui pape Gregoire qui vais abatre une mauvaise pierre qui est au fondement de Sainte Yglise qui moult de maus porroit faire se ele y demoroit plus. Sur ceste avision li freres se leva mult esfreez et cria a son escuyer: Ca mon ceval quar li papes est mors. Il monta sur son cheval et sen ala a court et trova que la chambre estoit cheue sur le pape et que toz li pueples de Viterbe estoit la assemblez et li criz estoit grans. Lan mist tantost gens por saper et descovrir si fu tost discovers et le traist len fors si trova lon quil vivoit encores. Au tiers jor fu mors et fu enterrez. Cil sist au siege dou pape .viii. mois et .viii. jors. Li sieges vaca apres lui .vi. mois et .vi. jors. Apres lui fu faiz pape Nicolas qui fu eslehuz le jor de sainte Kateline.

CHAPITRE XXXVI.

En cele meisme saison sourdi une discorde entre le prince dantioche et conte de Triple et le Temple por achaison de ce que les gens dou prince et il meismes qui juenes estoit faisoient mult dennuis as homes dou Temple et as freres meismes disoient laides paroles quil naveent pas aprises a oyr. Et les confreres de la maison menoient mal; et proprement levesque de Triple qui estoit confrere dou Temple et il et ses choses estoient en la garde de la maison maumenoient si et lui et sa mahinee quil li convint por paour de son cors guerpir sa mayson et se recuilli dedenz la mayson dou Temple.

 


Source.


This text is part of the Internet Medieval Source Book. The Sourcebook is a collection of public domain and copy-permitted texts related to medieval and Byzantine history.

Unless otherwise indicated the specific electronic form of the document is copyright. Permission is granted for electronic copying, distribution in print form for educational purposes and personal use. If you do reduplicate the document, indicate the source. No permission is granted for commercial use.

© Paul Halsall, September 1998
halsall@murray.fordham.edu